Version classiqueVersion mobile

Une longue histoire

 | 
Jean-Loup Abbé

Partie III. Le paysage villageois et urbain médiéval : genèses et mutations

Castelnaudary (Aude) : un exemple de fortification et de restructuration de l’espace urbain, milieu XIVe-milieu XVe siècle

Frédéric Loppe

Texte intégral

Documents DVD

Castelnaudary en 1355-1356

  • 1 Castelnaudary a vu, comme bien des villes de France, la quasi-totalité de ses fortifications dispar (...)
  • 2 Les comptes chauriens adoptent le style de l’Annonciation : l’année commence le 25 mars.

1Implantée sur une éminence nord-ouest/sud-est comprise entre 180 et 209 m, Castelnaudary, capitale du Lauragais, a connu plusieurs extensions successives entre le XIIe siècle et 1366 (au total, env. 10,8 hectares ; Fig. 1 et 2, DVD)1. Elle était divisée en six quartiers, dénommés « ports », qui ne tiennent pas compte des limites imposées par les enceintes. D’après les 32 comptes consulaires conservés pour la période de la guerre de Cent Ans (de 1359 à 14482), la ville comportait au moins dix-neuf portes (Fig. 3).

  • 3 J. Ramière de Fortanier, Chartes de franchises du Lauragais, Recueil de documents relatifs à l’hist (...)
  • 4 Soit une distance de 3,20 m par rapport au mur.
  • 5 Soit 96 m.

2Le 1er novembre 1355, l’agglomération est incendiée par le Prince de Galles. Le roi de France, par l’intermédiaire du comte d’Armagnac, son lieutenant en Languedoc, prend diverses dispositions dans une charte datée du 1er février 1356, afin que la cité se relève de ses ruines et se repeuple au plus vite3. Ainsi, pour faciliter la construction de maisons intra-muros, le roi concède aux habitants cent arpents de bois dans la forêt royale, moyennant une somme qui n’est exigible qu’après un délai de quinze ans. Les habitants peuvent également détruire, dans les lieux publics ou privés extra-muros, des bâtiments proches de l’enceinte et utiliser le bois, les tuiles et les pierres pour la construction de cette dernière, moyennant une estimation légitime faite par les consuls, sauf si ceux-ci souhaitent employer ces matériaux pour des réalisations intra-muros selon les ordres du sénéchal de Toulouse et de sa cour. Les édiles doivent cependant obtenir leur accord pour pouvoir abattre ces bâtiments. Par ailleurs, personne n’est autorisé à bâtir à l’intérieur des fortifications à moins de deux brasses4 des murs ou des fossés, ni au-dessus des vieux fossés, ni même en dehors de l’enceinte à moins de soixante brasses5.

  • 6 R. Maguer, De la cocagne au blé, pouvoir et espace autour de Castelnaudary de la Réforme à la Révol (...)
  • 7 Mentionnée en 1394 (Archives départementales de l’Aude, 4 E 76/CC 60, 1394, [fol. 18 r°6]). Roger M (...)

QUARTIERS (PORTS)

PORTES

Port de la Baffe/ = Port de Peyralbe ?

Porte de la Baffe
Porte-Vieille de la Baffe
Porte de Peyralbe, à l’est du port de La Baffe (vers le lieu-dit Pierre-Blanche ou Saint-Bénazet/Saint-Benoît ?)

Port des Bordes

Porte de Goufferan
Porte des Cloches

Barrium de Dins
Barrium infra
Port de Dins

Porte de Montdebo
Porte de Foix ? (correspond peut-être à l’ancien nom de la porte sud du port, porte de Contresty, attestée en 17006).

Port de l’Estrade /
Port Narbonnais

Porte de l’Estrade
Porte-Neuve de l’Estrade
Porte Saint-Antoine
Porte du Terrier
Porte Narbonnaise

Port de la Place

Porte de la Place
Porte du Marché ?

Barrium de Fora
Barrium extra
Barrium de Sainte-Croix
Port Sainte-Croix (après milieu XV
e s.)

Porte de Sainte-Croix (= porte de Toulouse ?)
Porte de la Bastide
Porte de la Buade ?
Porte Neuve7 ? (= Porte de Sagos ?)

Porte de Valence (non localisée)

Fig. 3. Quartiers et portes à Castelnaudary à la fin du Moyen Âge.

3Chaque personne qui désire construire dans le périmètre fortifié peut le faire librement, en apportant ses propres matériaux (tuiles, bois), pourvu cependant qu’elle bâtisse dans le délai d’un an. Ceux qui ne souhaitent pas édifier de maison avant ce terme peuvent voir leurs emplacements (locales) attribués à ceux qui voudront bâtir, moyennant un prix fixé par les consuls. Enfin, dans le but d’accélérer la construction de l’enceinte, il est fait don, pour une année entière seulement, de deux cents écus d’or sur le produit de la vente des terrains de la ville appartenant au roi.

  • 8 Archives départementales de l’Aude, 4 E 76/CC 2, Registre des aides et subsides extraordinaires, 13 (...)
  • 9 Nous nous basons sur le rapport établi par J.-L. Biget pour Albi, qui note qu’en 1357 la ville comp (...)
  • 10 Selon M.-C. Marandet, cette date, bien qu’inscrite dans le registre, serait sujette à caution. Il p (...)
  • 11 Pour le Lauragais, M.-C. Marandet estime ainsi que « dans les registres, le pourcentage des exempté (...)
  • 12 Archives départementales de l’Aude, 4 E 76/AA 1, [fol. 59 v°-61r°], acte X, 2 février 1356.
  • 13 L’existence de plusieurs tailles dans l’année n’a rien d’exceptionnel pour l’époque puisqu’à Saint- (...)
  • 14 Ce cas se présente également ailleurs, comme à Narbonne : « preuve des difficultés à verser l’impôt (...)

4Un Registre des aides et subsides extraordinaires8 permet d’estimer la population chaurienne à au moins 4 700 personnes (764 feux réels imposables9) le 15 mars 135610, chiffre auquel il faut probablement ajouter d’autres individus non imposables (habitants ayant perdu leurs biens dans l’incendie ? ordres religieux ?11). À cette date, le roi autorise les habitants à prendre du bois dans les forêts royales pour réparer le château12 et les sources confirment effectivement que ces derniers effectuent des travaux dans la forteresse royale, notamment afin de s’acquitter des trois tailles13 successives établies cette année-là14.

5Quant à l’enceinte de la ville, elle subit d’après ce document quelques réparations assez minimes, mais il est vraisemblable qu’elles étaient consignées dans des comptes consulaires aujourd’hui disparus (1356-1359), ce qui peut fausser l’état réel de leur avancement en cette année 1356. Toutefois, les rares mentions relevées en ce sens portent sur l’enceinte en général, sur la porte de Foix dont on refait la couverture, mais également sur celle de la Baffe. Par ailleurs, le registre mentionne des travaux sans précision géographique, si bien qu’il est impossible de savoir s’ils ont été réalisés sur l’enceinte urbaine ou au château.

6Après la destruction de novembre 1355, dont on a bien du mal à évaluer l’ampleur réelle et l’impact sur le tissu urbain, les sources documentaires offrent le visage d’une ville qui, bien que détruite par l’incendie, a rapidement mis en place un vaste chantier de reconstruction où la priorité semble être accordée à la fortification.

1356-1366 : de la reconstruction à la bastida

  • 15 Il se peut par ailleurs que l’ordonnance royale du 14 mai 1358 qui demande le renforcement des plac (...)

7Ainsi, entre 1357 et 1360, les consuls portent une attention particulière à la poursuite ou à l’accélération des travaux menés sur les entrées15, notamment sur la porte de la Baffe et sa barbacane, la porte de Peyralbe, la porte de Goufferan (port des Bordes) et, enfin, la porte Montdebo (port de Dins). On sait par ailleurs que des matériaux sont destinés à un accès situé « entre la Place et le faubourg intérieur » (port de Dins), ce qui est peut-être le signe que l’entrée bâtie sur la troisième extension (porte de la Place ?) était encore en état à cette époque et bénéficiait de renforcements. Des travaux ont également lieu au port de l’Estrade ou port Narbonnais (porte de l’Estrade, porte Neuve de l’Estrade, porte Saint-Antoine, porte du Terrier, porte Narbonnaise). Parallèlement, la porte du château, dite également « porte Saint-Antoine », voit sa hauteur augmentée de 33 palmes (env. 7,30 m) par le maçon Dominique Gaston.

  • 16 J. Duvernoy, Le Registre de Bernard de Caux, Ms 609, Bibliothèque Municipale de Toulouse, vol. 3, p (...)
  • 17 À moins de penser qu’elle ait été déjà totalement reconstruite à cette époque.

8Quant à la porte du Marché (port de la Place), elle est déjà citée le 16 mars 1245 dans un registre de l’Inquisition faisant référence à des événements de 1211 ou 122116. Cette porte est donc déjà assez ancienne au milieu du XIVe siècle17 et fait probablement partie des premiers ouvrages fortifiés qui ont subi les deux sièges de la croisade. C’est la raison pour laquelle on pourrait la localiser à l’intersection du port des Bordes et de la Place (au niveau de l’actuelle place Saint-Michel), sur le tracé de l’enceinte du XIIe siècle. Les travaux réalisés en 1360 montrent que l’on se soucie tout autant de renforcer l’enceinte extérieure que le périmètre intérieur, peut-être parce que les défenses du « barri de Dins » ne sont pas jugées suffisamment solides par les consuls.

9Enfin, les registres signalent l’existence d’une porte de Valence qui n’a pu être localisée, puisqu’on ne sait pas de quel quartier elle fait partie. Elle semble cependant en assez bon état, car les tâches qui s’y déroulent concernent des éléments comme la toiture, les portes et les fenêtres, ce qui serait peut-être le signe d’une dégradation par manque d’entretien.

  • 18 Il doit vraisemblablement s’agir du seigneur de Souilhe, capitaine de la ville à cette époque, qui (...)
  • 19 Cependant, aucune mention de corvée n’a pu être relevée par M.-C. Marandet dans l’ensemble des séri (...)

10À partir du 30 mai 1360, un noble18 et un capitaine font détruire les constructions parasites autour de l’enceinte ; il s’agit probablement de l’habitat civil des faubourgs, en terre crue massive, d’où le terme de paretz. Ces démolitions, qui s’effectuent peut-être par corvées19, ne coûtent à la ville que les aliments achetés pour sustenter les travailleurs qui, si l’on se fie au nombre de pains, devaient être assez nombreux (une centaine ?).

  • 20 Signe qu’une nouvelle porte a été créée il y a peu ou que l’on souhaite distinguer deux accès du mê (...)

11Parallèlement, les consuls poursuivent la fortification urbaine grâce à des ouvriers salariés : travaux au port de la Baffe, creusement d’une tranchée devant la Porte-Vieille de la Baffe20. Au port des Bordes, les activités se résument à quelques menus travaux, notamment sur la porte des Cloches (désignée sous le terme de « porta Stimbala, Cimbala », du latin cymbalum : cloche) qui jouxte le couvent des Cordeliers. Au port de Dins, les opérations portent principalement sur la porte Montdebo : elle sert souvent de lieu de stockage pour des éléments de charpente qui sont conduits vers d’autres ouvrages de la ville, ce qui ne l’empêche pas de subir encore des réparations, notamment au niveau du pont. Quant à la porte de Foix (Foy), dont la localisation reste imprécise (ancienne porte de Contresty ?), elle est également réparée durant la même période, mais c’est la construction de sa barbacane et de son pont-levis qui engloutit la majeure partie des dépenses de cet accès.

12Les opérations au port de l’Estrade semblent être de loin les plus abondantes, notamment au niveau du secteur dénommé Terrier ou Terier (travaux aux fossés ou sur les superstructures de défense : corsieyras, agassiers), mais quelques rares tâches se déroulent également à « Saint-Antoine » (au nord et à l’est du port de l’Estrade ?), notamment sur la porte.

  • 21 Archives départementales de l’Aude, 4 E 76/CC 48, [fol. 87 v°8].

13Entre 1361 et 1364, quatre portes sont provisoirement bouchées : celle de la Baffe, au sud du château, celle de Saint-Antoine21, à l’est, de même que celles de l’Estrade et du Marché. Les tâches au port des Bordes, nombreuses durant cette période, concernent principalement les remparts. La porte Montdebo (port de Dins) semble être à un stade de construction (ou de réparation) avancé, puisqu’elle dispose au moins d’une toiture capable de protéger les matériaux : une fois encore, des pièces de bois stockées dans cet accès sont envoyées à deux reprises au château, à la porte des Cloches et à la palissade du port des Bordes. La porte du Marché reçoit pour sa part trois cordes (pour la herse, le pont-levis, et des travaux de levage), alors que des tâches se poursuivent au niveau de sa barbacane, tout comme à la porte de l’Estrade où un ouvrage similaire, doté d’une enceinte en pierre percée de huit archères, absorbe une grosse partie des dépenses. La porte Narbonnaise voit son pont entièrement refait, ce qui nécessite l’achat de poutres. Pendant ce temps, d’autres tâches de fortification, prises en charge par les finances municipales, se poursuivent au château.

  • 22 À ce sujet, voir : J.-P. Leguay, L’eau dans la ville au Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires d (...)

14Cette période de cinq années (1361-1366) correspond à un temps fort dans la reconstruction de l’enceinte de Castelnaudary. Malgré la menace constante que font planer les routiers (phénomène qui a dû gêner l’approvisionnement en matériaux et le déplacement des travailleurs), il se peut que ces événements aient paradoxalement conduit la cité à envisager un nouvel essor : en effet, abandonnant des lieux faiblement peuplés ou mal défendus, de nouveaux arrivants se sont probablement installés dans la capitale chaurienne, et ce, à un moment où elle avait besoin de « bras ». Mais cet afflux de population a dû corrélativement engendrer des problèmes de salubrité (épidémies, hygiène22), de sécurité, d’approvisionnement en nourriture, et surtout de logement, l’agglomération se trouvant désormais trop à l’étroit dans ses murailles fraîchement reconstruites.

La bastida ou nova ampliatio

  • 23 1366, août, Toulouse. « Louis, duc d’Anjou, lieutenant en Languedoc pour le roi son frère, concède (...)

15C’est en partie pour pallier ce manque d’espace que le procureur du roi de la judicature et les consuls demandent au duc d’Anjou d’agrandir leur ville. Le prince répond favorablement à leur demande au mois d’août 1366 par une nouvelle charte23 : comme en 1356, ce document contient diverses dispositions d’ordre financier, foncier et militaire, d’une part, afin de favoriser les personnes qui viendront résider dans cette « nova bastilla seu ampliatio » et, d’autre part, pour aider à la fortifier.

  • 24 Personnes ou chefs de famille ?

16Il est ainsi prévu que la bastide s’étende au-delà du couvent des Carmes (déjà bien fortifié) du côté du couchant, en englobant ce dernier dans l’enceinte, mais sans que le mur de son cloître fasse partie de la nouvelle fortification. L’acte défend cependant de construire une église paroissiale, une place publique, et d’établir des boucheries ou de tenir marché, autre que celui du lundi, et des foires (mais il permet la construction de fours à pain). Les emplacements bâtis ou à bâtir seront par ailleurs dévolus selon des modalités précises. En outre, le duc exige que l’ancien tronçon d’enceinte intérieur séparant désormais la ville de l’extension ne soit pas détruit, et que la population du nouveau quartier atteigne un nombre minimum d’homines24 de 300, de manière à pouvoir le défendre contre les ennemis. Les habitants auront enfin toute latitude pour fortifier la nouvelle extension en l’entourant de fossés et d’un rempart pourvu de portes et de tours.

  • 25 J. Serres de Gauzy, Essai historique sur la ville de Castelnaudary, 1780, p. 75-76.

17D’autre part, selon J. Serres de Gauzy, la guerre se rallume à cette époque entre les comtes d’Armagnac et de Foix, malgré un traité conclu en 1363. Comme en 1359, ce dernier opère pillages et razzias en Toulousain et Lauragais, s’approchant peu à peu de Castelnaudary. De fait, entre août 1366 et la mi-avril 1367, consuls et habitants, craignant son arrivée, mettent le feu à l’église et au couvent des Carmes, ainsi qu’aux maisons environnantes de la Bastide, détruisant tout de fond en comble. Ils se repentent néanmoins de leurs actes et s’empressent de demander grâce au sénéchal de Toulouse, en offrant en échange 150 livres tournois. Ce dernier, instruit des circonstances qui ont précédé la révolte et l’incendie, accède à leur demande25.

  • 26 Cet ordre ferait-il suite à l’ordonnance royale du 19 juillet 1367 concernant la mise en défense du (...)
  • 27 Archives départementales de l’Hérault, J. Berthelé, Archives départementales de l’Hérault, période (...)

18Entre 1366 et 1371, les travaux concernant la bastida (dénommée barrium) portent essentiellement sur des tâches de terrassement et de creusement du fossé, ce qui indique que les travaux de délimitation de l’enceinte viennent à peine de commencer. Dans le même temps, les opérations menées dans les quatre principaux quartiers de la ville (Baffe, Estrade, Bordes, Place) portent uniquement sur des ouvrages déjà existants. On signalera toutefois qu’en 1368 le sénéchal de Toulouse ordonne que les bâtiments hors de l’enceinte soient détruits26. Bien que consignées dans le paragraphe en rapport avec les dépenses des ports de l’Estrade et de la Baffe, il se peut que ces démolitions aient également affecté la zone de la nouvelle bastide. Quoi qu’il en soit, et comme on peut le constater sur le cadastre napoléonien, seuls 3,6 hectares sur les 8,5 projetés pour son lotissement (plan régulier au nord/nord-ouest de la ville) ont été effectivement mis en défense, et encore très progressivement, puisqu’une nouvelle injonction de fortifier ce secteur est prise par le sénéchal le 28 septembre 136827.

  • 28 Cette opération nécessite en outre la levée d’un impôt spécial par les consuls.

19De 1371 à 1394, la ville connaît des difficultés récurrentes pour entretenir ses ouvrages fortifiés, et surtout poursuivre les aménagements défensifs de sa dernière extension. La seule exception est la porte du Barri, dénommée « porte de la Bastide », dont on réalise la construction durant cette période, ainsi que celle des ouvrages associés (pont et barbacane). En 1391-1392, soit 25 ans après la charte de 1366, on relève une timide tentative pour amorcer la construction de l’enceinte (paret) entre la bastida et le barrium de Dins28. Deux nouvelles portes sont par ailleurs citées (porte de la Buade et porte de Sagos), mais malheureusement non localisées. Enfin, on notera que le 13 juin 1392 le sénéchal de Toulouse dîne au château de Castelnaudary avec le « mestre de las hobras » et l’ensemble des charpentiers de la ville, afin de planifier des travaux sur la forteresse royale.

  • 29 Village situé dans l’actuel département du Tarn, à 24 km à vol d’oiseau à l’est de Montauban.

20Par la suite, toujours grâce aux comptes consulaires, on peut connaître jusqu’en 1448 la nature et la localisation des tâches dévolues à la fortification. Elles se concentrent essentiellement sur les superstructures de défense (hourds de Montdebo, de la Baffe et du Terrier), les ponts (la Bastide), les portes (Bastide, Cloches, Estrade), mais on refait également la barbacane de la porte de l’Estrade, qui menace ruine. En 1400, les consuls commencent par ailleurs à démolir le tronçon d’enceinte compris entre la bastide et le port de Dins, mais le sénéchal de Toulouse, informé de cette action, leur interdit de poursuivre cette opération le 21 août. Cet ordre fut rigoureusement respecté, comme nous l’apprend un acte notarié indiquant que cette muraille est toujours debout en 1411. En 1421-1422, le barrium de Fora, qui désignait le secteur de la bastide, a été remplacé par l’appellation « barrium de Sainte-Croix », ce qui peut être un signe de l’évolution, sinon spatiale, tout du moins fiscale et institutionnelle de cette zone. Cette même année, un certain Pierre de Gaillac, châtelain de Puycelci29 et commissaire chargé des fortifications de la sénéchaussée de Toulouse, arrive par ailleurs à Castelnaudary en tournée d’inspection. On notera cependant que, durant cette cinquantaine d’années, l’enceinte de la bastide n’est jamais mentionnée, si bien que l’on peut légitimement se poser la question de savoir si sa construction a réellement été poursuivie…

Conclusion

21Créé au XIe siècle, le château de Castelnaudary attire rapidement un habitat qui va se développer aux XIIe et XIIIe siècles, et ce, malgré les troubles de la croisade contre les Albigeois. La relative paix royale qui s’étend entre le milieu du XIIIe siècle et le milieu du XIVe siècle voit probablement la création de deux nouvelles extensions vers l’ouest, démontrant la réussite économique de ce centre urbain.

  • 30 Ph. Contamine, « Les fortifications urbaines en France à la fin du Moyen Âge : aspects financiers e (...)
  • 31 Elle n’est pratiquement pas bâtie sur le cadastre napoléonien. En 1700, le faubourg de Saint-Antoin (...)
  • 32 Une partie de ce rempart, à pierre et chaux, est encore conservée de nos jours au nord-ouest du châ (...)
  • 33 Des maisons et des moulins sont également mentionnés à la Baffe hors-la-porte dès le XVe siècle (in (...)
  • 34 Il comporte déjà 37 maisons en 1700 (R. Maguer, op. cit., p. 370).

22Pendant la guerre de Cent Ans, il faudra attendre l’épisode malheureux du Prince Noir en 1355 pour que la ville entreprenne la reconstruction de ses fortifications, engageant d’importants moyens techniques et financiers, comme cela se fait un peu partout en France à la même époque30. La majeure partie de l’enceinte, selon les tracés antérieurs à 1355, a été relevée en une dizaine d’années, entre 1356 et 1366, date de la création de la « nova ampliatio ». La partie orientale de la ville, sur laquelle nous avons les plus grandes interrogations (ports Narbonnais et de Peyralbe), paraît se maintenir dans les textes, au moins jusqu’en 1374, et ne semble donc pas, bien qu’elle soit le secteur le moins bien défendu naturellement, être une victime de la réorganisation défensive qui débute en 1356. Il se peut alors que sa désertion31 intervienne à la faveur des guerres de Religion, qui ont très fortement touché la région et engendré de nombreux renforcements d’enceinte. C’est peut-être à cette occasion que le tracé du rempart a été ramené vers l’ouest sur une distance d’environ 150 m32. La date de création du faubourg de la Baffe, qui existe au moins depuis 155333, est également sujette à caution : ce quartier est-il une conséquence de la rétraction de l’enceinte médiévale ou bien date-t-il seulement de l’époque moderne34 ?

23Une autre modification, de moindre importance, est également perceptible au nord du port de Dins. En effet, R. Maguer étend l’entité fiscale recouvrée par ce dernier au nord des vestiges de l’enceinte actuelle qui comporte encore deux bastions (XVIe siècle), ce qui laisserait penser que le périmètre a été modifié de part et d’autre de la porte Montdebo, probablement de manière à améliorer son flanquement, car sa position initiale devait sembler trop exposée. Là encore, la datation de cette rétraction de l’enceinte est délicate, mais la présence des bastions pourrait plaider en faveur de la période des guerres de Religion plutôt que pour celle de la guerre de Cent Ans.

24Créée en 1366, la bastida, dernière extension de la ville, n’a été que partiellement allotie et fortifiée. Ainsi, malgré la construction de la porte de la Bastide, à l’ouest, il semble bien que la construction de son enceinte n’ait jamais été achevée avant le milieu du XVe siècle, si tant est qu’elle ait véritablement commencé : ce secteur est en effet dénommé « barrium de Fora », « barrium extra portam », puis « Bastida » et, enfin, « barrium de Sainte-Croix », mais jamais « port Sainte-Croix », signe que le périmètre protégé de la nova ampliatio n’a jamais acquis à cette époque le statut de quartier à part entière, et ce, très probablement en raison de l’inachèvement de son rempart.

  • 35 Ph. Contamine, « Les fortifications urbaines en France… », op. cit., p. 23, 24.

25Durant cette centaine d’années, Castelnaudary a donc vu son paysage urbain modifié de manière plus ou moins définitive par des destructions, qu’elles soient volontaires (démolitions des habitats civils parasites, incendie du barri en 1366-1367) ou subies (incendie du Prince Noir), mais également par des constructions et des réparations, qu’elles concernent des édifices civils (maisons) ou militaires (enceinte urbaine, château royal). Dans ce dernier cas, et malgré le coût représenté par l’érection et l’entretien de l’enceinte (très aléatoire, d’après les comptes), mais également par les nécessaires indemnités versées aux propriétaires qui voyaient leurs maisons ou leurs biens détruits pour le bénéfice commun, on serait tenté de penser que les habitants et autres édiles ont privilégié, dès le départ, et apparemment avec succès, cette notion « d’investissement défensif » avancée par Ph. Contamine35.

Notes

1 Castelnaudary a vu, comme bien des villes de France, la quasi-totalité de ses fortifications disparaître aux XVIIIe-XIXe siècles, ce qui explique la difficulté dans laquelle se trouve le chercheur pour en restituer aujourd’hui le tracé.

2 Les comptes chauriens adoptent le style de l’Annonciation : l’année commence le 25 mars.

3 J. Ramière de Fortanier, Chartes de franchises du Lauragais, Recueil de documents relatifs à l’histoire du droit municipal en France des origines à la Révolution, Paris, Société d’Histoire du Droit, 1939, p. 338-343. Quelques correctifs ont cependant été apportés à partir de l’original (Archives départementales de l’Aude, 4 E 76/AA1, [fol. 59 v°-61r°], acte X).

4 Soit une distance de 3,20 m par rapport au mur.

5 Soit 96 m.

6 R. Maguer, De la cocagne au blé, pouvoir et espace autour de Castelnaudary de la Réforme à la Révolution, Estadens, Pyrégraph, 2003, p. 315.

7 Mentionnée en 1394 (Archives départementales de l’Aude, 4 E 76/CC 60, 1394, [fol. 18 r°6]). Roger Maguer la situe au niveau de l’enceinte méridionale de la nouvelle bastide (R. Maguer, op. cit., p. 310).

8 Archives départementales de l’Aude, 4 E 76/CC 2, Registre des aides et subsides extraordinaires, 1356, 76 fol.

9 Nous nous basons sur le rapport établi par J.-L. Biget pour Albi, qui note qu’en 1357 la ville comptait environ 685 feux réels, soit 4 300 personnes et donc un ratio d’environ 6,2 personnes par feu.

10 Selon M.-C. Marandet, cette date, bien qu’inscrite dans le registre, serait sujette à caution. Il pourrait s’agir selon elle d’une liste de foyers taillables antérieurs à 1348 (information personnelle).

11 Pour le Lauragais, M.-C. Marandet estime ainsi que « dans les registres, le pourcentage des exemptés est du même ordre que dans ces villes du Midi de la France, et correspond entre 35 % et 50 % de la population totale. » (Les campagnes du Lauragais à la fin du Moyen Âge : 1380-début du XVIe siècle, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2006, p. 208).

12 Archives départementales de l’Aude, 4 E 76/AA 1, [fol. 59 v°-61r°], acte X, 2 février 1356.

13 L’existence de plusieurs tailles dans l’année n’a rien d’exceptionnel pour l’époque puisqu’à Saint-Flour on constate également que les consuls de 1380-1381 lèvent « quatre tailles successives pour financer des besoins urgents » (A. Rigaudiere, Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge, étude d’histoire administrative et financière, Paris, PUF, 1982, t. 2, p. 902).

14 Ce cas se présente également ailleurs, comme à Narbonne : « preuve des difficultés à verser l’impôt cette année 1376 : de nombreux brassiers et artisans se libèrent de leur taille en journées de travail pour la communauté… » (G. Larguier, « Perception et gestion de l’impôt à Narbonne aux XIVe et XVe siècles », dans D. Menjot, M. Sanchez Martinez (dir.), La fiscalité des villes au Moyen Âge (Occident Méditerranéen), t. 4, La gestion de l’impôt (méthodes, moyens, résultats), Toulouse, Privat, 2004, p. 154).

15 Il se peut par ailleurs que l’ordonnance royale du 14 mai 1358 qui demande le renforcement des places fortes défendables et la destruction des autres ait eu pour effet un accroissement du rythme des travaux de fortification chauriens (J. Chapelot, « Charles V maître d’ouvrage : à propos de la construction du donjon de Vincennes et de quelques chantiers contemporains », dans O. Chapelot (dir.), Du projet au chantier, maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre aux XIVe-XVIe siècles, Paris, éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2001, p. 368).

16 J. Duvernoy, Le Registre de Bernard de Caux, Ms 609, Bibliothèque Municipale de Toulouse, vol. 3, p. 440. Mention aimablement signalée par M.-É. Gardel.

17 À moins de penser qu’elle ait été déjà totalement reconstruite à cette époque.

18 Il doit vraisemblablement s’agir du seigneur de Souilhe, capitaine de la ville à cette époque, qui aurait également ordonné la destruction de fermes à proximité des remparts, au nord et au sud de la cité (P. Cayla, « Aspects de Castelnaudary à la fin du Moyen Âge », Mémoires de la Société des arts et sciences de Carcassonne, t. II, 4e série, 1955-1956, 1959, p. 155).

19 Cependant, aucune mention de corvée n’a pu être relevée par M.-C. Marandet dans l’ensemble des séries du domaine royal concernant Castelnaudary (information personnelle).

20 Signe qu’une nouvelle porte a été créée il y a peu ou que l’on souhaite distinguer deux accès du même nom.

21 Archives départementales de l’Aude, 4 E 76/CC 48, [fol. 87 v°8].

22 À ce sujet, voir : J.-P. Leguay, L’eau dans la ville au Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002, p. 147-172.

23 1366, août, Toulouse. « Louis, duc d’Anjou, lieutenant en Languedoc pour le roi son frère, concède des privilèges à ceux qui viendront habiter à l’intérieur de la nouvelle enceinte à édifier pour agrandir la ville de Castelnaudary » (J. Ramiere de Fortanier, op. cit., p. 348).

24 Personnes ou chefs de famille ?

25 J. Serres de Gauzy, Essai historique sur la ville de Castelnaudary, 1780, p. 75-76.

26 Cet ordre ferait-il suite à l’ordonnance royale du 19 juillet 1367 concernant la mise en défense du royaume ?

27 Archives départementales de l’Hérault, J. Berthelé, Archives départementales de l’Hérault, période antérieure à 1790, archives civiles, série A, actes du pouvoir souverain, Montpellier, 1918, A1. Lettres patentes de la sénéchaussée de Toulouse (copie du XVIIIe siècle) [fol. 122]. Lettres concernant la closture, murailles, fortifications, garde et augmentation de la bastide de Castelnaudary, 1368 [fol. 124 v°].

28 Cette opération nécessite en outre la levée d’un impôt spécial par les consuls.

29 Village situé dans l’actuel département du Tarn, à 24 km à vol d’oiseau à l’est de Montauban.

30 Ph. Contamine, « Les fortifications urbaines en France à la fin du Moyen Âge : aspects financiers et économiques », Revue historique, 102e année, CCLX, 1978, p. 23-47.

31 Elle n’est pratiquement pas bâtie sur le cadastre napoléonien. En 1700, le faubourg de Saint-Antoine ne comporte que deux maisons (R. Maguer, op. cit., p. 370).

32 Une partie de ce rempart, à pierre et chaux, est encore conservée de nos jours au nord-ouest du château.

33 Des maisons et des moulins sont également mentionnés à la Baffe hors-la-porte dès le XVe siècle (information aimablement communiquée par M.-C. Marandet).

34 Il comporte déjà 37 maisons en 1700 (R. Maguer, op. cit., p. 370).

35 Ph. Contamine, « Les fortifications urbaines en France… », op. cit., p. 23, 24.

Auteur

Amicale Laïque Carcassonne (ALC) Archéologie.

© Presses universitaires du Midi, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search