Version classiqueVersion mobile

Une longue histoire

 | 
Jean-Loup Abbé

Partie II. Le paysage rural en construction sur la longue durée

Forêt de déprise, forêt d’emprise : colonisation forestière et maîtrise de l’espace boisé en Chalabrais (XVIIIe-XXe siècle)

Éric Fabre et Anne-Lise Surjus

Texte intégral

1Au-delà des particularités locales, le Chalabrais ne se distingue pas fondamentalement des espaces ruraux français. Mais la déprise humaine, depuis le milieu du XIXe siècle, n’en a pas chassé qu’une main-d’œuvre surnuméraire : le semi de domaines agricoles intercalaires occupant les collines du piémont pyrénéen s’est clairsemé, libérant de vastes surfaces de terres retournant à la friche où l’arbre devient conquérant. Notre propos n’est pas ici d’écrire l’histoire de cette déprise et de l’avancée forestière, mais plutôt d’observer en quoi les espaces boisés d’avant la déprise, que nous prendrons en un large début du XIXe siècle, sont différents de ceux qui forment les paysages d’aujourd’hui. Quelles en sont les essences et la morphologie ? Quels en sont les acteurs et les produits ?

Le paysage forestier, produit de l’histoire

2En 1989, l’Inventaire forestier national révèle que la forêt, avec 13 251 ha, n’occupe pas moins des deux tiers du Chalabrais, soit beaucoup plus que les 28 % de la moyenne départementale. Les feuillus, prépondérants dans les secteurs vallonnés de basse altitude sous forme de taillis spontanés, en couvrent à eux seuls 70 %, le reste étant en résineux dont les deux tiers sont issus de plantations. La tendance est donc tout autre pour les résineux : les futaies représentent l’essentiel des peuplements. Les chênaies dominent les paysages forestiers, montrant chênes pubescents, pédonculés et sessiles en mélange avec de nombreuses essences forestières. Les sapinières pures, limitées à un dixième du couvert forestier, se retranchent dans la partie la plus méridionale du canton de Chalabre, là où les conditions stationnelles lui permettent aussi un mélange avec la hêtraie. Comment en est-on arrivé là ?

Les origines de la structuration forestière actuelle

  • 1 É. Fabre, Les métairies du Languedoc. Désertion et création des paysages contemporains (milieu du X (...)

3L’importance de l’emprise forestière actuelle est le fruit de la déprise humaine et agricole depuis les environs du milieu du XIXe siècle. Cette raréfaction des hommes, parfois poussée jusqu’à l’extrême de la désertion, et ses conséquences paysagères font l’objet d’une étude à laquelle nous nous permettons de renvoyer1. Elle montre que, non seulement la population des années 1970 représente moins du dixième de celle du maximum démographique dans certaines communes, mais que plus d’un domaine agricole isolé sur quatre disparaît, les bâtiments tombant en ruine et les terres retournant à la forêt. Aujourd’hui, les bâtisses, habitats résidentiels d’Européens du Nord, ne finissent plus en ruine, mais la dynamique de fermeture du milieu ne s’arrête pas pour autant. Ainsi, entre 1988 et 2000, les prairies temporaires, les friches et les superficies toujours en herbe, peu productives, ont fortement régressé. Les coteaux sont les secteurs les plus sensibles au retour de l’arbre, l’agriculture se concentrant sur les secteurs les plus productifs, si possible dans la proximité immédiate des villages et des axes routiers, abandonnant définitivement les secteurs non mécanisables.

4De plus, la nature même de l’exploitation agricole a évolué. Les terres se concentrent dans les mains d’exploitants de moins en moins nombreux. De 218 en 1979, les exploitations agricoles ne sont plus que 114 en 2000, alors que dans le même temps, celles de plus de 100 ha ont été multipliées par quatre, augmentant la superficie moyenne de 34 ha à 65 ha entre ces deux dates. Les ovins et les caprins, dont l’essentiel de l’alimentation provenait de parcours dans les collines, ont presque partout disparu : leur dent ne contient plus le développement des buissons. À ces phénomènes passifs où l’arbre conquiert naturellement les espaces délaissés des hommes, s’ajoute une politique volontariste de reboisement.

• La place de l’enrésinement dans la seconde moitié du XXe siècle

5L’enrésinement des forêts, financé par le Fond forestier national, a précipité le développement des massifs boisés. Cet organisme a été créé dès 1946 pour revaloriser les anciennes terres agricoles et pour rationaliser la gestion des massifs boisés privés. Ainsi, avant sa disparition en 1999, de nombreux reboisements et travaux de desserte ont été financés par le FFN, l’Europe et l’État français.

6En Chalabrais, des données exhaustives sur ces reboisements ne sont disponibles que depuis 1982. Entre cette date et l’an 2000, 268 ha de forêts privées ont été plantés, essentiellement en résineux, tels que pins Laricio de Corse et de Calabre, sapins de Nordmann, mélèzes d’Europe et sapins pectinés. Plus rares sont les plantations de feuillus en merisiers, érables sycomores, noyers hybrides pour le bois et chênes rouges d’Amérique. En 1950, ce ne sont pas moins de 150 ha d’épicéas qui sont plantés dans la forêt de Sainte-Colombe-sur-l’Hers en remplacement des peuplements forestiers naturels préexistants éliminés par coupe rase, pratique assez courante dans la seconde moitié du XXe siècle. Elle concourt à la densification des boisements en place, les résineux formant en général des populations monospécifiques plus denses, uniformes et hautes que les formations naturelles, plus mélangées et irrégulières. L’essentiel de cet enrésinement concerne la propriété privée des anciennes terres agricoles : avec seulement quelques hectares à Villefort, Puivert et Rivel, les plantations en forêt communale sont peu fréquentes.

• Illustration des conséquences sur le visage actuel de la forêt par l’exemple de Puivert

7L’étude diachronique de photographies aériennes de la commune de Puivert révèle, entre 1942 et 2004, un triplement de la superficie forestière, soit un accroissement annuel en peuplements forestiers denses de plus de 28 ha, les espaces agricoles ne se maintenant que dans le bassin fertile formé par le lit de l’ancien lac vidangé au XIIIe siècle.

8L’abandon de la plus grande partie des secteurs pastoraux communaux durant les Trente Glorieuses a causé une contraction des milieux ouverts non cultivés. Une centaine d’hectares en est reboisé pour moitié en sapin pectiné et pour moitié en douglas. Mais, au-delà des plantations, la densification joue aussi naturellement sur les boisements en place et sur les espaces abandonnés.

9Finalement, la combinaison des dynamiques naturelles et anthropiques porte la couverture forestière de Puivert à 2 877 ha en 1989, soit près de 70 % de la surface communale, dont un peu moins de la moitié est formée de taillis de feuillus.

La gestion de la forêt : des situations contrastées

10Des outils législatifs existent pour gérer la couverture forestière. L’Office National des Forêts s’occupe des forêts publiques, mais en Chalabrais, avec seulement 972 ha, elles sont minoritaires. Établissement public à caractère administratif créé en 1963 par la loi Pisani, le Centre Régional de la Propriété Forestière met en oeuvre la politique forestière de l’État auprès des propriétaires privés. Ils sont 980 à se partager 8 786 ha de boisements, soit 88 % de la couverture forestière.

11Au début des années 2000, le morcellement du parcellaire est tel qu’il rend la gestion forestière inopérante et inaccessible pour beaucoup. En 2003, 38 % des propriétés couvrent moins de 1 ha, alors que la majeure partie de la superficie est détenue par un nombre restreint de propriétaires, 12 d’entre eux possédant 26 % des superficies forestières, soit 2 263 ha.

12Face à ce morcellement, les propriétaires peuvent faire appel à des solutions de mutualisation de leurs intérêts, en choisissant un regroupement économique, par exemple, par le biais d’une coopérative, ou foncier, en formant des groupements. À Rivel, existent deux groupements forestiers classiques de petits propriétaires ayant bénéficié de subventions du Fond Forestier National. Il s’agit de plantations dans les deux cas : le groupement forestier des Castellasses gère des boisements de pin laricio de Calabre, de sapin de Nordmann, de douglas vert et d’épicéa commun sur 55 ha ; le second est le groupement forestier de Campeyrounet, abritant 35 ha de sapin de Nordmann, de douglas vert, de pin laricio de Calabre et de cèdre de l’Atlas. Par ailleurs, agriculteurs et grandes sociétés investissant en forêt possèdent diverses méthodes pour s’organiser en groupements forestiers : groupements fonciers, familiaux, d’investissement, etc. En Chalabrais, 400 ha sont ainsi structurés en groupements.

13Les propriétaires forestiers privés peuvent valoriser leur forêt en planifiant sa gestion au moyen d’un document d’aménagement, comme c’est le cas en forêt communale relevant du régime forestier. Depuis la loi du 6 août 1963, tout propriétaire en Languedoc-Roussillon de plus de 25 ha (seuil compris entre 10 et 25 ha selon la région) a obligation de mettre en place un « plan simple de gestion » (PSG) pour ses forêts privées. N’importe quel propriétaire de surfaces comprises entre 10 et 25 ha peut faire un PSG volontaire. En juin 2006, il y avait dans la Communauté de Communes du Chalabrais 27 PSG en cours de validité représentant une surface de 3 658 ha. Ce taux de réalisation, qui ne représente pourtant que près d’un tiers des propriétés de plus de 25 ha ayant obligation de le mettre en œuvre, est dans la moyenne régionale. En dépit de sa faiblesse, c’est un indice de la réappropriation des forêts par les habitants : une enquête réalisée en 2006 auprès de 240 propriétaires forestiers du Chalabrais montre que la forêt représente pour eux avant tout un patrimoine familial, loin devant une source de revenus économiques. C’est dire la valeur symbolique de ces espaces forestiers.

La rareté des métiers du bois

14L’activité économique liée à la forêt échappe grandement au territoire, que ce soit pour prélever la ressource, la transporter ou la transformer. La mécanisation, fortement développée depuis un quart de siècle, a modifié la réalisation des travaux forestiers, abattage et débardage, tandis que les petites unités de sciage, disparaissant des zones rurales, se concentraient en des unités toujours plus grosses.

15En 2006, 33 entreprises de l’ensemble de la filière bois se disent actives en Chalabrais, dont seulement neuf sont situées sur le territoire. Il s’agit surtout d’entreprises artisanales : exploitants, conseillers en gestion forestière, menuisiers, constructeurs de maisons en rondins résineux et tourneurs sur bois. Abandonnant le bassin de l’Hers, à l’exception d’une scierie à Fougax-et-Barrineuf, les unités les plus voisines ne persistent que sur les rives de l’Aude, l’une à Limoux et deux à Quillan. Belvianes-et-Cavirac montre l’une des rares scieries de feuillus du bassin économique, alors que l’essentiel de la production régionale en bois d’œuvre est résineuse. Ces sociétés emploient des entrepreneurs de travaux forestiers pour réaliser les coupes qu’elles achètent souvent sur pied. Ce système génère une grande précarité des emplois qui, associée à la pénibilité du travail, explique en partie les difficultés de recrutement de jeunes. Les exploitants forestiers installés autour du Chalabrais vivent rarement à part entière de leur activité et travaillent également à l’entretien d’arbres de parc et d’alignement des villes.

16Les produits ligneux actuels du Chalabrais sont peu diversifiés et de qualité modeste. Le bois y sert pour la pâte à papier, pour le chauffage, mais aussi pour le bois d’œuvre, notamment résineux. Des interventions sylvicoles sont menées pour produire du bois d’œuvre feuillu.

17Les propriétaires forestiers récoltent de plus en plus leur propre combustible, entraînant des modifications localisées de paysage par la réalisation de coupes rases. Pour certains, cela peut devenir un véritable commerce spéculatif consistant en l’achat de parcelles où des coupes sont pratiquées, ensuite vendues, puis à la revente des mêmes terres. Dans les qualités moyennes, le bois d’œuvre est acheté par des entreprises réalisant de l’emballage ou des piquets. En qualité supérieure, le bois est utilisé en produits de construction type charpente et en débouchés de menuiserie. Même si le traitement en taillis reste dominant dans les secteurs les moins productifs, des coupes de conversion des taillis en futaies à bois d’œuvre sont entreprises depuis les années 1980 pour développer cette production de bois d’œuvre.

18La forêt du Chalabrais est également un outil spéculatif pour les banques qui estiment qu’elle peut leur rapporter un taux de rente de l’ordre de 1 à 3 %. Ainsi, la Caisse des Dépôts et Consignations ou encore Groupama y possèdent de grandes propriétés. Elles engagent des gardes forestiers pour veiller sur leur bois et pratiquent souvent la vente du droit de chasse.

La forêt d’avant la déprise

Le règne du chêne

19Établis en 1825, les cadastres napoléoniens et les rapports d’expertise qui les précèdent d’une paire d’années révèlent la dominance des taillis de chêne, alors que les futaies se réfugient en quelques espaces protégés. En Chalabrais, sur le piémont de ce grand versant nord des Pyrénées, le chêne pubescent ourle les collines, la sapinière ne trouvant des conditions écologiques propices à son développement que sur l’abrupt rebord du pays de Sault.

  • 2 Archives départementales de l’Aude, PW 546.
  • 3 L. B. Cantagrel, Métrologie de l’Aude ou tableau des mesures anciennes en usage dans ce département (...)

20À la confluence de l’Hers, du Blau et du Chalabreil, le bourg de Chalabre occupe une cuvette agricole et industrielle. Les collines qui l’entourent sont en grande partie cultivées, mais « plusieurs sont couvertes de bois taillis, essence de chêne noir en général, clairs et de longue venue, mais plus beaux à l’exposition du midi, et à mesure qu’ils descendent vers le fond des vallons »2. La perspective de la création du cadastre fait établir une typologie des taillis de chêne en trois catégories. Toutes sont traitées avec une rotation de dix-huit ans, même si seule la première peut fournir du gros bois. C’est surtout le rendement moyen des taillis qui définit les classes, chutant de huit piles à l’hectare à cinq, puis à deux, une pile valant environ quatre mètres cubes3. Dans le Val d’Ambronne, à Courtauly, par exemple, les bois « sont plus que suffisants » aux habitants et les produits en sont vendus aux bourgs du voisinage, tels que Chalabre, Mirepoix et Limoux. Si le bois peut être vendu en l’état, c’est le plus souvent sous forme de charbon qu’il est commercialisé, en particulier pour alimenter les forges.

21Le sapin ne forme, par incapacité biologique à rejeter de souche, que des futaies. Rejetées dans la partie la plus méridionale du Chalabrais, là où l’humidité et la fraîcheur de la retombée du pays de Sault lui permettent une croissance satisfaisante, elles sont aux mains des puissants et échappent aux paysans.

Taillis et futaie, des sociologies différentes

  • 4 Archives départementales de l’Ariège, 46 J 38.

22Une seule futaie de chêne est révélée par les sources, et encore reste-t-elle très modeste : au milieu du XVIIIe siècle, les 202 arpents de la forêt de Bélengard et de Gueytes, propriété du marquis de Lévis-Mirepoix, réservent quelques cinq arpents « en haute futaie pour l’entretien des bâtiments et chaussées », le reste étant en taillis, avec quelques pieds de hêtres4. Notons qu’ici la rotation n’est pas de dix-huit ans, l’essentiel de la masse végétale atteignant la vingtaine d’années et certains baliveaux dépassant quarante. L’âge du taillis et la rareté de la futaie s’expliquent peut-être par la vente massive de 1 050 chênes de haute futaie en 1722 pour 13 000 livres et, encore plus, par les excès qui ont pu se produire l’an d’après, lorsque le seigneur de Lévis livre à la cognée et à la scie toute une partie de la forêt, quel qu’en soit son contenu.

  • 5 Archives départementales de l’Aude, 1 Q 90 et 1 Q 103.
  • 6 Archives départementales de l’Aude, 3U3/271.
  • 7 Archives départementales de l’Aude, 3U3/287.

23À la fin du XVIIIe siècle, la sapinière du Trabanet, de près de 200 hectares, appartient aux de Mauléon5. L’épisode révolutionnaire et la vente des biens nationaux ravivent les discussions séculaires sur les limites : le bornage initial de 1322 est encore remis en question dans les années 1830, lors d’un procès entre de Mauléon et la municipalité de Puivert6. À la fin du Second Empire, c’est sur un arrêt du Parlement de Bordeaux du 18 août 1612 que la commune de Rivel s’appuie pour discuter des droits d’usage avec la famille de Puivert7.

24S’il ne produit qu’un charbon de bien médiocre qualité, le sapin est particulièrement recherché pour les diverses planches, poutres et chevrons que l’on en tire. Le fait que les scieries soient localisées à Rivel et à Puivert, c’est-à-dire à proximité des sapinières, et qu’elles soient, avant la Révolution, aux mains du marquis, n’est pas pour étonner.

  • 8 É. Fabre, « Propriété et propriétaires en Chalabrais », conférence donnée le 1er mars 2008 à Peyref (...)
  • 9 Archives départementales de l’Aude, 3U3/289.

25Sapinière et scierie : les bourgeois de l’industrie textile chalabraise trouvent là, à côté de la terre des métairies, des objets de prédilection. Entre la propriété foncière et les actions de la « Société Civile de Bélesta », le sapin représente près d’un tiers des 2 236 825 francs, fortune colossale pour la région, laissés par Pierre Narcisse Anduze à son décès en 18738. Cela ne représente pas moins de 59 879 arbres de plus de vingt centimètres de diamètre, c’est-à-dire immédiatement exploitables, et 30 104 qui l’étaient dans quelques années, ayant entre quatorze et vingt centimètres de diamètre9.

  • 10 À notre connaissance, les seules informations sur la verrerie locale sont dans un travail manuscrit (...)
  • 11 Archives départementales de l’Aude, 1 Q 442.
  • 12 J. Cantelaube, La forge à la catalane dans les Pyrénées ariégeoises, une industrie à la montagne (X (...)
  • 13 Archives départementales de l’Aude, PW 3853.

26Les chênaies, même si elles sont réduites à des taillis, sont convoitées par les maîtres de forge. Il en existe une, en Chalabrais, qui forme une masse compacte de plusieurs dizaines d’hectares dans le vallon de Gauzières. L’activité verrière y a disparu suffisamment tôt pour que, dans la seconde moitié du XVIIIe et dans le premier tiers du XIXe siècle, elle soit à même de livrer du charbon10. Les prélèvements n’ont pas conduit à un peuplement monospécifique puisqu’on y trouve, à la fin du XVIIIe siècle, en mélange avec des chênes, des hêtres et des charmes dont la présence est permise par l’exposition au nord et le caractère assez étroit du vallon ouvert vers l’ouest11. Ambroise Avignon, propriétaire des forges de Bélesta et de Sainte-Colombe-sur-l’Hers dans le premier tiers du XIXe siècle12, y possède une parcelle de près de neuf hectares de bois taillis13. Mais il n’est pas le seul dont l’activité industrielle nécessite du bois : les deux parcelles de onze et vingt-trois hectares de taillis de chêne d’Étienne Cambon, teinturier à Chalabre, doivent y pourvoir. Ces parcelles sont gigantesques par rapport à la taille moyenne, n’atteignant pas un hectare et demi, des 406 parcelles de bois taillis de la commune de Villefort.

27Si les notables, qu’ils soient nobles ou bourgeois, maîtrisent l’essentiel de la forêt de qualité, les familles paysannes ne sont pas pour autant dépourvues de ressources ligneuses. Nous l’avons vu à Villefort, mais cela est vrai partout : à côté de l’ager et du saltus, chaque métairie dispose d’une partie de la silva, troisième terme de la trilogie classique de la géographie.

  • 14 Archives départementales de l’Aude, PW 5442.

28Sur les vingt-six hectares que possède Antoine Cavaillé à la métairie des Bousigues, à Saint-Benoît, un quart est en taillis de chêne14. La proportion fluctue, augmentant à 30 % dans la propriété de Simon Bacave à Théron, ou descendant à un cinquième à Mirande, chez Jean Constant. Quoi qu’il en soit, aucune des métairies que nous avons pu étudier en Chalabrais, si elle ne dispose d’une futaie, celle-ci étant étroitement liée à la notabilité, n’est dépourvue de taillis.

Le bois, une matière et des hommes

• Le bois à travailler

29Les descripteurs de l’Aude insistent sur une spécificité de la région de Chalabre : on fabrique des objets à partir des sapinières voisines.

  • 15 U. Gibert, « Les petites industries du vieux Nébias », Folklore, 1974, 153, 17-23.
  • 16 C. J. Trouvé, Description générale et statistique du département de l’Aude, Paris, Firmin Didot, 18 (...)

30Rivel y trouve même le surnom de « Rivel de las semals » à cause des comportes (« semals » en occitan) qu’on y fabrique en nombre. D’une contenance approximative de 70 litres15, il s’agit d’une « petite cuve ou vaisseau de bois qui n’est point couvert, de forme ovale, plus large par le haut que par le bas, et ayant une espèce de corne de chaque coté »16. Au début du XIXe siècle, elles sont utilisées par les savonneries locales liées à l’industrie du textile, mais elles s’exportent également dans tous les départements voisins, surtout en Bas Languedoc où la vendange en nécessite en grand nombre. Le sapin est particulièrement adapté à leur fabrication. Bien sûr, son bois est léger, mais le principal avantage est sans conteste la configuration particulière des départs des branches de sur le tronc. La pièce de bois ou « esclape » que l’on extrait au niveau de la naissance d’une branche porte ainsi une poignée naturelle qui sera montée en bonne place dans la comporte.

  • 17 L.-H. Fonds-Lamothe, Notes historiques sur Limoux et son arrondissement, manuscrit, 1870-1887, 2 vo (...)
  • 18 C. Pont, Histoire de la Terre Privilégiée anciennement connue sous le nom de pays de Kercorb, Paris (...)
  • 19 H. Baudrillard, Les populations agricoles de la France, Paris, Guillaumin, 1893, 635 p.
  • 20 A. Blanquier, Monographie de la commune de Rivel, Carcassonne, Gabelle, Bonnafous, 1895, 37 p.

31Au milieu du siècle, « il se fait encore de presque toutes ces marchandises un débit considérable » selon Fonds-Lamothe17. Cette fabrication est encore importante vers la fin du XIXe siècle et le chantre de Rivel, Casimir Pont, ne manque pas de décrire l’activité des « semaliers »18. Si Henri Baudrillard précise que « les tâches industrielles n’existent plus qu’à l’état rudimentaire dans de rares communes » de l’Aude19, on n’hésite pourtant pas à affirmer que « la population de Rivel est moins agricole qu’industrielle », se livrant surtout à l’exploitation de la forêt de sapin de telle sorte que seuls « ceux qui ne peuvent pas faire autre chose (…) s’adonnent à la culture d’un terrain d’autant plus ingrat qu’il est mal soigné »20.

  • 21 U. Gibert, « Les petites industries du vieux Nébias », Folklore, 1974, 153, 17-23.

32Plus étonnante encore est la persistance de cette production au XXe siècle. Des comportes de Rivel se vendent sur le marché de Limoux jusqu’en 195921. Ensuite, celles qui sont utilisées dans les vignes du Razès viennent de l’Aveyron et sont construites en bois de châtaignier. À Nébias, village voisin, l’activité ne cesse totalement qu’en 1957 : les derniers « semaliers », Alary père et fils, fabriquaient jusqu’à huit comportes en une journée de travail de dix heures.

33Les sous-bois des sapinières sont riches en buis : les paysans de Puivert savent l’utiliser pour produire des robinets. La densité de cette essence est telle que c’est un bois difficilement mouillable, qui ne gonfle que peu à l’humidité. Comportes et robinets de barriques produits sur le piémont pyrénéen trouvent leur marché dans un Bas Languedoc où la viticulture est reine.

  • 22 A. Homs, Il était une fois le peigne. Histoire du peigne à travers les âges et les départements (Ai (...)
  • 23 Archives départementales de la Haute-Garonne, C 2241.
  • 24 M. A. Ditandy, Géographie élémentaire du département de l’Aude, Carcassonne, 1876, 212 p.

34Mais la dureté du buis permet aussi la confection de peignes, avant que sa raréfaction ne le fasse remplacer par des cornes de bovin, dont la petite taille des races locales incite vite à l’importation de cornes d’Amérique du Sud22. En 1752, le village voisin de Bélesta est même nommé « Bélesta des peignes » dans la déclaration du vingtième23. Il y a encore deux usines à Rivel et six à Sainte-Colombe en 1875 qui travaillent essentiellement la corne24.

  • 25 Archives départementales de l’Aude, com. Sainte-Colombe-sur-l’Hers, II 2.
  • 26 Archives départementales de l’Aude, 3 U 3/283.
  • 27 Par exemple : Archives départementales de l’Aude, 3 E 3712, Me Bosc, acte n° 86 du 20 août 1837 : c (...)

35Le Chalabrais compte, au moins depuis le milieu du XVIIIe siècle, deux grosses scieries, l’une à Rivel et l’autre à Puivert, dont les produits s’exportent dans le bas pays25. Dans l’Ancien Régime, elles appartiennent à Roux de Puivert, seigneur du lieu, avant que la Révolution ne redistribue la propriété. On y débite les sapins abattus localement en toute une variété de planches et poutres dont les usages sont standardisés26. En effet, « en suivant les dénominations usitées dans le pays, les planches se divisent en cinq espèces ou qualités savoir : 1° bâtarde, 2° recette, 3° rebut cassé, 4° rebut non cassé et 5° magagne ». Inutile ici de s’étendre sur les dimensions de ces pièces : donnons seulement deux exemples d’usage. On fait les marches (25 cm de large) et les contremarches (22 cm de large) des escaliers avec des planches « recette », alors que les cloisons de séparation intérieure sont construites avec le « rebut cassé ». Ce bois de sapin sert aussi à fabriquer les meubles pour lesquels les contrats de mariage et les inventaires après décès montrent la rareté du chêne et autres essences feuillues27.

• Le bois à brûler

  • 28 Par exemple : Archives départementales de l’Aude, 3 E 3714, Me Bosc, acte n° 106 du 13 novembre 184 (...)

36Mais, nous l’avons dit, l’essentiel de la couverture forestière du Chalabrais est en taillis de chêne dont la destinée principale est de fournir du bois de chauffage. Son usage domestique est très difficile à percevoir dans les archives. Seuls les baux à ferme de métairies ont pu révéler certaines pratiques. Dans la plupart des cas, le preneur peut prendre dans les taillis « du bois mort et mort bois pour le chauffage des gens attachés au service de la ferme »28, bien que tous précisent qu’il ne peut couper des arbres sans le consentement du bailleur.

  • 29 Archives départementales de l’Aude, 3 U 3/274.
  • 30 Par exemple : Archives départementales de l’Aude, Me Olive, 3 E 16693, acte n° 4241 du 17 février 1 (...)
  • 31 Archives départementales de l’Aude, 6 M D 369.

37Le chauffage des bains de teinture, étape de la fabrication des draps à Chalabre, consomme du bois brut et non du charbon comme le montre l’inventaire des biens de la teinturerie Cambon lorsqu’elle fait faillite en 1839. On y décrit en effet deux « hachettes ou pigassous pour couper les bois de teinture »29. La fabrication de chaux et de plâtre, utilisés pour la construction et pour amender les terres, nécessite également du bois brut. S’il y a des fours à plâtre un peu partout, le chevauchement frontal nord pyrénéen fait affleurer du gypse dans une bande courant de Rivel à Villefort30 et il y a encore deux familles de chaufourniers en 1911 dans cette commune31.

  • 32 Archives départementales de l’Aude, PW 546.
  • 33 Par exemple : Archives départementales de l’Aude, Me Verges, 3 E 16667, acte n° 194 du 10 novembre (...)
  • 34 Archives départementales de l’Aude, Me Clavel, 3 E 3559, acte n° 213 du 17 octobre 1797.

38Mais l’essentiel du bois brûlé l’est après transformation en charbon, en particulier par les forges à la catalane. Les ressources en bois étant épuisées en Haute Ariège, on utilise les taillis du Chalabrais : à Gueytes, l’essentiel est transformé en charbons « qui s’exportent dans le département de l’Ariège » pour y être employés dans les forges32. Partout l’on charbonne : à Puivert, à Montjardin, etc33. Durant la première moitié du XIXe siècle, avant que cette industrie ne disparaisse, ce sont ainsi des milliers de charges qui sont fabriquées, chacune correspondant à « trois sacs de six pans de long et trois de large, attachés avec une corde »34. Toutes ne sont pas exportées, car la forge de Sainte-Colombe-sur-l’Hers en consomme aussi localement.

• Les hommes du bois

  • 35 Pour un exemple de contrat de charroi : Archives départementales de l’Aude, Me Bosc, 3 E 3711, acte (...)

39Toute cette activité mobilise dans les bois une main-d’œuvre qui ne semble pas toujours spécialisée. On charrie du bois comme on cuit du plâtre ou de la chaux durant la morte saison agricole35. Si les chaufourniers, les scieurs et autres bûcherons n’émergent que rarement des archives, les charbonniers sont régulièrement aperçus. Alors qu’aucune de nos 5 000 fiches d’état civil informatisées ne montre un « bûcheron » ou un « chaufournier », les charbonniers sont présents. Ainsi en est-il du charbonnier Joseph Seguala qui marie son fils, lui-même charbonnier, à Saint-Benoît le 16 février 1795. Les exemples ne sont pas rares durant le XIXe siècle et, encore au début du XXe siècle, les listes nominatives de population les reconnaissent dans leur activité spécifique. Celles de 1911 indiquent des familles de charbonniers à Villefort comme à Camplimoux.

Les usages paysans

40Mais la forêt du Chalabrais est aussi une forêt paysanne. Les cultivateurs en tirent la matière des outils agricoles, mais aussi l’alimentation de complément pour les troupeaux. Pour la pérennité de ces usages, il faut veiller à entretenir les arbres et à en replanter.

  • 36 Archives départementales de l’Aude, Me Bosc, 3 E 3715, acte n° 93 du 18 octobre 1850.
  • 37 Archives départementales de l’Aude, Me Bosc, 3 E 3712, acte n° 45 du 15 mars 1837.

41Les baux de location de domaines sont toujours restrictifs pour l’usage des arbres. Ainsi, le bail des métairies de La Crémade et L’Esqueillé conclu entre Pierre Narcisse Anduze, banquier à Chalabre, et un cultivateur de Gueytes, précise-t-il que le preneur a la possibilité de prendre du bois pour fabriquer les outils aratoires, sans qu’il puisse couper des arbres pour tout autre usage36. Au château de Tréziers, le preneur ne peut couper des arbres, « même pour l’entretien ou la réparation des charrettes ou charrues sans la permission du propriétaire »37.

  • 38 Archives départementales de l’Aude, Me Bosc, 3 E 3714, acte n° 106 du 13 novembre 1846.

42Les baux indiquent parfois les stocks de pièces en bois destinés à la réfection ou à la création d’instruments. Lorsque Pierre Lebraud afferme le domaine de Cazaux dans le Val d’Ambronne, il y trouve trois timons de charrette en bois de chêne38.

  • 39 Archives départementales de l’Ariège, 46 J 3, bail de 1783 pour 9 ans.
  • 40 Archives départementales de l’Aude, 3 E 3713, Me Bosc, acte n° 119 du 18 septembre 1843.

43Antérieurement, sur cette même terre de Tréziers, Lévis autorisait le preneur à couper certains arbres pour fabriquer des instruments de culture, mais aussi à ébrancher des « saules, peupliers et charmes en ménagerie pour faire des fagots avec leurs feuilles pour l’entretien du menu bétail »39. Certains baux incluent une clause concernant cette pratique de la rame, c’est-à-dire la taille de branches feuillues de l’année servant de nourriture aux ovins. Le volume végétal ainsi mobilisé se compte parfois en fagot, ceux-ci pouvant être partagés entre preneur et bailleur une fois les feuilles mangées40.

  • 41 Archives départementales de l’Aude, 3 E 3564, Me Clavel, acte n° 307 du 02 septembre 1803.
  • 42 Archives départementales de l’Aude, 3 E 3713, Me Bosc, acte n° 119 du 18 septembre 1843.
  • 43 Archives départementales de l’Ariège, 46 J 3, bail de 1783 pour 9 ans.

44La pression sur la végétation est telle qu’il y faut une « bonne ménagerie », au moins en établissant une rotation du prélèvement, par exemple sur trois ans, mais surtout en remplaçant les arbres morts41. Les bords de ruisseaux, si sensibles à l’érosion, sont des lieux privilégiés de plantation d’essences à croissance rapide tels que saules, peupliers et bouleaux. On doit les garnir « en peuplier d’Italie et autres essences d’arbres dont le nombre doit s’élever à cent au moins annuellement » à la métairie de L’Esqueillé42. L’effort est accru à Tréziers où le preneur a obligation de replanter 200 pousses de saules par an43.

Conclusion

  • 44 P. Cornu, « Déprise agraire et reboisement. Le cas des Cévennes (1860-1970) », Histoire et Sociétés (...)

45L’activité agricole et industrielle crée le paysage. Inversement, les boisements actuels s’étendent là où l’homme disparaît, avec sa charrue et son troupeau. À cette forêt de déprise, marquée essentiellement par la présence de chênaies et autres formations naturelles caducifoliées, se mélangent des boisements de résineux dont les deux-tiers sont plantés. Loin d’être seulement une emprise symbolique44, ces introductions volontaires à finalité spéculative dues à quelques propriétaires couvrent de grandes surfaces. Affirmer que les plantations de résineux caractériseraient l’emprise des hommes sur le territoire, alors que les taillis de feuillus en marqueraient la déprise serait réducteur, mais cette dichotomie, pour simpliste qu’elle soit, offre une première grille de lecture des paysages contemporains. Aujourd’hui, l’emprise humaine est également en cours de réaffirmation sur les forêts de feuillus dont les zones les plus productives sont réappropriées pour la production de bois d’œuvre en convertissant le taillis en futaie. Ce phénomène reste cependant encore limité.

46L’étude de la mutation de la propriété foncière, en particulier dans le cadre révolutionnaire, est classique en histoire rurale, même si elle oublie souvent les forêts. Cette perception, à cheval entre histoire et géographie, doit s’enrichir d’un regard sur les changements plus récents générés par la déprise rurale. Mais la mise en place de cette nouvelle forêt est difficile à décrire par l’absence de sources spécifiques, à la différence des massifs anciens, qu’ils soient aujourd’hui privés, communaux ou domaniaux. Ces espaces paraissent hors statut pour l’historien : les archives agraires les délaissent rapidement, alors que celles des forêts les ignorent.

Notes

1 É. Fabre, Les métairies du Languedoc. Désertion et création des paysages contemporains (milieu du XVIIIe – milieu du XXe siècle), Toulouse, Privat, 2008, 410 p.

2 Archives départementales de l’Aude, PW 546.

3 L. B. Cantagrel, Métrologie de l’Aude ou tableau des mesures anciennes en usage dans ce département, avec leurs rapports réciproques aux mesures légales, Carcassonne, Pomiès, 1839, 56 p.

4 Archives départementales de l’Ariège, 46 J 38.

5 Archives départementales de l’Aude, 1 Q 90 et 1 Q 103.

6 Archives départementales de l’Aude, 3U3/271.

7 Archives départementales de l’Aude, 3U3/287.

8 É. Fabre, « Propriété et propriétaires en Chalabrais », conférence donnée le 1er mars 2008 à Peyrefitte-du-Razès.

9 Archives départementales de l’Aude, 3U3/289.

10 À notre connaissance, les seules informations sur la verrerie locale sont dans un travail manuscrit conservé aux Archives départementales de l’Aude, 2 J 1168/2.

11 Archives départementales de l’Aude, 1 Q 442.

12 J. Cantelaube, La forge à la catalane dans les Pyrénées ariégeoises, une industrie à la montagne (XVIIe-XIXe siècle), Toulouse, Méridiennes, 2005, 814 p.

13 Archives départementales de l’Aude, PW 3853.

14 Archives départementales de l’Aude, PW 5442.

15 U. Gibert, « Les petites industries du vieux Nébias », Folklore, 1974, 153, 17-23.

16 C. J. Trouvé, Description générale et statistique du département de l’Aude, Paris, Firmin Didot, 1818, 679 p.

17 L.-H. Fonds-Lamothe, Notes historiques sur Limoux et son arrondissement, manuscrit, 1870-1887, 2 vol.

18 C. Pont, Histoire de la Terre Privilégiée anciennement connue sous le nom de pays de Kercorb, Paris, Dumoulin, 1873. Réédité en 1989, Philippe Schrauben, Rennes-le-Château, 469 p.

19 H. Baudrillard, Les populations agricoles de la France, Paris, Guillaumin, 1893, 635 p.

20 A. Blanquier, Monographie de la commune de Rivel, Carcassonne, Gabelle, Bonnafous, 1895, 37 p.

21 U. Gibert, « Les petites industries du vieux Nébias », Folklore, 1974, 153, 17-23.

22 A. Homs, Il était une fois le peigne. Histoire du peigne à travers les âges et les départements (Ain-Aude-Eure-Ariège), Castres, chez l’auteur, 1994, 160 p.

23 Archives départementales de la Haute-Garonne, C 2241.

24 M. A. Ditandy, Géographie élémentaire du département de l’Aude, Carcassonne, 1876, 212 p.

25 Archives départementales de l’Aude, com. Sainte-Colombe-sur-l’Hers, II 2.

26 Archives départementales de l’Aude, 3 U 3/283.

27 Par exemple : Archives départementales de l’Aude, 3 E 3712, Me Bosc, acte n° 86 du 20 août 1837 : contrat de mariage dont la dot inclut « une armoire en demi corps en bois de sapin avec ses serrure, ferrures et clef ». Archives départementales de l’Aude, 3 E 3707, Me Bosc, acte du 28 mars 1811 : inventaire après décès contenant « une armoire à demi corps bois de sapin avec sa serrure et clef estimée douze francs et autre armoire appelée estagnere de bois de sapin avec sa serrure et clef estimée six francs ».

28 Par exemple : Archives départementales de l’Aude, 3 E 3714, Me Bosc, acte n° 106 du 13 novembre 1846.

29 Archives départementales de l’Aude, 3 U 3/274.

30 Par exemple : Archives départementales de l’Aude, Me Olive, 3 E 16693, acte n° 4241 du 17 février 1861 pour l’exploitation d’une carrière de plâtre ; Me Olive, 3 E 16697, acte n° 5896 du 13 août 1865 pour la création d’une société d’exploitation d’une carrière à pierre de chaux.

31 Archives départementales de l’Aude, 6 M D 369.

32 Archives départementales de l’Aude, PW 546.

33 Par exemple : Archives départementales de l’Aude, Me Verges, 3 E 16667, acte n° 194 du 10 novembre 1836.

34 Archives départementales de l’Aude, Me Clavel, 3 E 3559, acte n° 213 du 17 octobre 1797.

35 Pour un exemple de contrat de charroi : Archives départementales de l’Aude, Me Bosc, 3 E 3711, acte n° 42 du 06 mai 1834.

36 Archives départementales de l’Aude, Me Bosc, 3 E 3715, acte n° 93 du 18 octobre 1850.

37 Archives départementales de l’Aude, Me Bosc, 3 E 3712, acte n° 45 du 15 mars 1837.

38 Archives départementales de l’Aude, Me Bosc, 3 E 3714, acte n° 106 du 13 novembre 1846.

39 Archives départementales de l’Ariège, 46 J 3, bail de 1783 pour 9 ans.

40 Archives départementales de l’Aude, 3 E 3713, Me Bosc, acte n° 119 du 18 septembre 1843.

41 Archives départementales de l’Aude, 3 E 3564, Me Clavel, acte n° 307 du 02 septembre 1803.

42 Archives départementales de l’Aude, 3 E 3713, Me Bosc, acte n° 119 du 18 septembre 1843.

43 Archives départementales de l’Ariège, 46 J 3, bail de 1783 pour 9 ans.

44 P. Cornu, « Déprise agraire et reboisement. Le cas des Cévennes (1860-1970) », Histoire et Sociétés Rurales, 20, 2003, 173-201.

© Presses universitaires du Midi, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search