Version classiqueVersion mobile

Une longue histoire

 | 
Jean-Loup Abbé

Partie II. Le paysage rural en construction sur la longue durée

De la rivière utilitaire à la rivière loisir : changement de regard des pêcheurs sur les cours d’eau français, l’exemple du Sud français, XVIIIe-XXe siècle

Jean-François Malange

Texte intégral

Documents DVD

1Le paysage est souvent défini comme un espace vécu et approprié par un ou plusieurs groupes sociaux. Les cours d’eau français sont l’espace privilégié le long desquels évoluent depuis longtemps les pêcheurs, qu’ils soient amateurs ou professionnels. Avec deux grands bassins hydrographiques (la Garonne et le Rhône), le sud de la France présente une grande variété de situations pour évoquer les rapports existant entre les pêcheurs et le monde des eaux. Ce thème est un nouveau champ d’investigation dans le cadre de l’histoire des rapports des hommes à la nature. Il s’agit ici d’étudier un phénomène de façon précise : l’évolution du regard des pêcheurs français entre le XVIIIe et le XXe siècle.

2Ce texte s’articule autour d’un double questionnement. Entre le XVIIIe et la fin du XXe siècle, la pêche connaît une véritable révolution : on passe d’une pêche à dessein essentiellement économique à une pêche à dominante loisir. Le regard des pêcheurs sur les rivières évolue également : on passe d’une vision utilitaire de la rivière à une vision dominée par les loisirs. On est donc en droit de poser les questions suivantes : quels sont les modalités et les enjeux de cette évolution marquée ? Quelle construction du paysage en ressort-il ?

3L’analyse suivie sera chronologique. Des années 1740 aux années 1820, c’est la domination du regard économique sur les cours d’eau méridionaux. Des années 1820 aux années 1910, on observe l’émergence de la pêche comme loisir de masse avec une évolution sensible du regard sur les rivières. Des années 1920 aux années 2000, on peut dire que ce regard est de plus en plus protecteur et quasiment « artistique ».

Des années 1740 aux années 1820. La domination du regard économique sur les cours d’eau méridionaux

4Afin de se rendre compte de la prédominance du regard économique, nous allons analyser les sources judiciaires des seigneuries d’Ancien Régime du Sud français, en nous concentrant sur la documentation disponible aux Archives départementales du Gers et de la Haute-Garonne. L’idée principale tient dans le fait que les textes sont marqués par une récurrence quasi systématique des qualificatifs et des jugements attachés aux cours d’eau qui montre un souci essentiellement alimentaire. Il est possible de faire référence à des centaines de cas connus où des paysans ont pêché illégalement dans tel ou tel cours d’eau appartenant au seigneur local. Une étude de cas très précise semble particulièrement indiquée pour illustrer toutes les nuances et tous les enjeux du problème évoqué.

  • 1 Archives départementales du Gers, 11 B 32.

« Justice ordinaire de Ségoufielle, procédure engagée contre Jean Azimont laboureur, Pierre et Bernard Azimont brasseurs, habitants de Sainte Livrade, pour délit de pêche, septembre 1785. Ils ont pêché dans la rivière de Save en dessous des meules du moulin dudit Ségoufielle, dans la juridiction de Ségoufielle, avec des engins prohibés appelés riffeau (ou risseau) et y ont pris une quantité de carpes barbeaux et autres poissons qu’ils emportèrent chez eux »1.

  • 2 Ibid.

5Voici en substance les principaux traits des évènements qui nous occupent. Le délit concerne deux actions de pêche qui se seraient produites vers midi les 6 et 8 septembre 1785, sur les terres appartenant à la baronnie de Ségoufielle (petit village à la limite des départements actuels du Gers et de la Haute-Garonne). L’ensemble du dossier est constitué de 9 pièces papier regroupant les auditions des accusés et des plaignants. Malgré le jeune âge des accusés (tous des garçons entre douze et quatorze ans), le jugement et la qualification de ces actes sont sans appel, car « des pareilles entreprises forment des délits contraires au bon ordre et aux dispositions des ordonnances royales, ce qui méritent (sic) répréhension »2. D’autant que le délit de pêche aux yeux de la législation de cette époque est double : non seulement les accusés n’avaient pas l’autorisation de pêcher, mais ils ont aussi utilisé des engins prohibés. Le mot « riffeau » (ou « risseau ») est un autre terme pour désigner l’épervier. C’est un des filets les plus utilisés sous l’Ancien Régime, en particulier par ceux qui étaient accusés de braconnage. Les poissons pêchés ont été certainement consommés (car les archives précisent que les poissons ont été emportés « chez eux »). Au XVIIIe siècle, la pêche au filet en eau douce est essentiellement pratiquée à des fins alimentaires, aussi bien par les professionnels que par les amateurs. Les jeunes gens accusés du délit ont sans doute voulu prendre quelques poissons pour améliorer quelque peu le quotidien alimentaire de leurs familles.

  • 3 Chanoine-Davranche, Histoire de la pêche fluviale, 1894, p. 23.
  • 4 T. Burnand et É. Dottrens, Le Grand Livre de la Pêche et des Poissons, Monaco, Union européenne d’é (...)

6Que retenir de cet exemple précis ? Tout d’abord que la pêche était une véritable nécessité au Moyen Âge et à l’époque moderne si l’on en croit le témoignage des historiens du XIXe siècle. La pêche permettait apparemment de pallier certaines situations critiques : « L’agriculture était à l’état d’enfance, le sol mal aménagé donnait des récoltes chétives, trop souvent ravagées par l’innombrable gibier qui garnissait la forêt. Le produit de la pêche devenait souvent un objet indispensable d’alimentation »3. C’est que cette affaire est un exemple de la condition plus que modeste des basses couches sociales de l’Ancien Régime. En effet, les poissons qui ont été pêchés par ces jeunes garçons appartiennent à la famille des poissons blancs, famille piscicole qui ne représentait que peu de valeur marchande par rapport aux saumons, par exemple4. À l’époque moderne, le droit de pêche dans les petites rivières était réservé aux seigneurs, illustrant au plus haut point les privilèges de la noblesse. La législation d’Ancien Régime confirme ce regard alimentaire et économique sur les rivières.

  • 5 L. Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, PUF, 2005, p. 250-251.
  • 6 M. Journé, La pêche fluviale, thèse pour le doctorat, Université de Paris, Faculté de Droit, Paris, (...)
  • 7 Ibid., p. 18.

7C’est Colbert qui a été le grand organisateur de la police des eaux et forêts : c’est à cette époque que la réglementation de la police de la pêche a atteint toute son ampleur. L’ordonnance de 1669 a codifié les textes épars, établi des périodes d’interdiction, dressé une nomenclature d’engins prohibés. Cette ordonnance fixe définitivement les modalités du droit de chasse et de pêche, en particulier contre les infractions. Elle supprime la peine de mort contre les braconniers multirécidivistes prévue par François Ier5. Avec le règne de Louis XIV, le pouvoir royal s’est affermi et a cherché à étendre son domaine sur l’ensemble du réseau hydrographique français. Il est alors clair que les cours d’eau étaient divisés en deux grandes catégories : « les fleuves et rivières navigables » (on trouve aussi parfois l’adjectif « flottables ») et les autres ne possédant pas ces attributs. On considérait qu’une rivière était navigable ou flottable « à partir de l’endroit où celle-ci portait bateau »6. En 1694, un arrêt du roi décidait que « pour être navigable, il n’était pas nécessaire qu’une rivière portât bateau, mais seulement des radeaux »7. Dans les rivières navigables, le droit de pêche appartenait au roi seul et dans les rivières non navigables au seigneur du territoire (ce qui est le cas dans la baronnie de Ségoufielle en 1785). En outre, l’harmonisation de la législation passait par la mise au point de l’interdiction de pêche pendant le frai du poisson (période de reproduction), par l’instauration de jours prohibés à la pêche, par la clarification de la taille de capture légale des poissons, par l’interdiction d’utilisation de drogues dans les rivières. L’ordonnance de 1669 semble bel et bien être le premier texte législatif qui a tenté d’harmoniser les pratiques de pêche en eau douce à l’échelle de tout le royaume. Même si, dans l’esprit, cette ordonnance visait à la protection des ressources piscicoles, l’analyse détaillée de son contenu montre que l’eau et la terre sont mises au même niveau et sont protégées avant tout dans une conception utilitaire.

8Est-il possible de généraliser ce regard ? La réponse est positive avec l’évocation du « traité des pesches » de Duhamel du Monceau dont le sous-titre est très explicite : « Traité général des pesches et histoire des poissons qu’elles fournissent tant pour la subsistance des hommes que pour plusieurs autres usages qui ont rapport au arts et au commerce ». Duhamel Du Monceau a rédigé une monumentale somme où il répertorie l’ensemble des connaissances relatives à l’eau et à la pêche. Ce qui ressort clairement de son étude, c’est que les hommes d’Ancien Régime ont avant tout une vision utilitaire des cours d’eau : la relation qu’ils entretiennent à l’eau douce consiste à l’exploiter et à en tirer profit. On le voit bien avec les différents croquis et dessins mettant en scène les dispositifs de pêche aussi impressionnants qu’efficaces. Par exemple, Duhamel évoque un type de pêche courant au XVIIIe siècle sur le fleuve Hérault. Le système consiste à creuser une série de canaux afin de détourner le fleuve de son cours naturel. L’ensemble des canaux se rejoint en un point central appelé « écluse ronde » comportant un équipement de fermeture. Ainsi, le poisson est prisonnier et les pêcheurs n’ont plus qu’à passer le filet ou à vidanger l’écluse pour ramasser le produit de leur pêche. Ces pratiques et les regards qui y sont attachés sont généralisables à l’échelle du grand Sud français. Ces gestes et ces idées ont perduré et dominé au moins jusqu’à la moitié du XIXe siècle, moment où la pêche loisir commence à apparaître timidement.

Des années 1820 aux années 1910. L’évolution d’un regard : l’émergence de la pêche comme loisir de masse

  • 8 M. Thibault, « Éléments de problématique du saumon atlantique en France », La restauration des rivi (...)
  • 9 G. Delbos, « De la nature des uns et des autres : à propos du dépeuplement des eaux marines », dans (...)
  • 10 F.-J. Brüggemeier, « Le dépérissement de la Forêt (Waldsterben) : construction et déconstruction d’ (...)
  • 11 Revue des Eaux et Forêts, 1865, 4, p. 261.
  • 12 J. Carpentier, La pêche raisonnée et perfectionnée, Paris, Librairie Audot, 1879, p. 193.

9L’idée centrale ici est de dire que l’évolution du regard des pêcheurs sur les rivières peut s’expliquer par la mise en place de réseaux sociaux de grande ampleur. Le changement du regard sur les rivières est à concevoir dans un cadre culturel large : celui du thème du dépeuplement des cours d’eau au XIXe siècle. Un certain nombre de chercheurs se sont attachés à développer cette thématique, à l’image de Max Thibault qui a concentré ses efforts sur l’histoire du saumon8, et Geneviève Delbos9. Ces deux auteurs constatent dans les archives la récurrence du thème de l’épuisement des ressources par la pêche. C’est un motif ancien qui se décline sous plusieurs expressions : « les fonds se dépeuplent », « les eaux s’épuisent », « il n’y a plus rien dans la mer »… Sans aucune enquête qualitative ou quantitative, le dépeuplement est régulièrement affirmé et, à partir de la fin du XIXe siècle, un discours catastrophiste se tient en matière de pêche, voisin de celui des forestiers de l’époque10. Face à cette constatation, le postulat de départ est le suivant : les usages humains qui vivent de l’exploitation de ressources naturelles sont vus comme spoliateurs et destructeurs. La problématique consiste à voir comment se construisent et se propagent de telles représentations et comment, au fil de leurs reformulations, elles se transforment en données incontournables du réel dans la conscience collective. Peu à peu, l’ensemble des Français est persuadé qu’il n’y a plus de poissons dans les rivières. Une grande mobilisation s’est progressivement mise en place, mobilisation au sein de laquelle les pêcheurs ont joué un rôle de premier plan. La plus ancienne des sociétés de pêche à la ligne recensée remonte à 1865 à Paris : elle s’organise autour de quelques hommes de l’élite de l’époque sur le modèle britannique11. Entre la fin des années 1860 et la fin des années 1870, c’est encore le nord de la France qui voit des pêcheurs se regrouper en association, comme à Hesdin dans le Pas-de-Calais en 1876. Ces passionnés de la canne à pêche se groupent « pour aider à la répression du braconnage »12 dans le but de lutter et d’empêcher le dépeuplement des rivières. Le dernier tiers du XIXe siècle marque une accélération dans la prise en main des rivières par les pêcheurs. On ne s’affilie pas à une société dans le seul et unique but de pêcher, mais avant tout pour protéger les rivières. Cette tendance gagne rapidement l’ensemble du pays : l’une des sociétés avant-gardistes est située à Cahors dans le département du Lot.

  • 13 Archives départementales du Lot, 4 M 60 : Sociétés de chasse et de pêche.
  • 14 Annuaire des associations de pêcheurs à la ligne de France, 1901, Toulouse, Imprimerie spéciale de (...)
  • 15 J.-F. Malange, À la recherche d’une socio-histoire des pratiques de pêche à la ligne en France de 1 (...)

10C’est bien le souhait de protéger les poissons et de les voir se développer en quantité qui fait que les pêcheurs à la ligne se regroupent et s’organisent. L’article 1 des statuts de la société de Cahors révèle qu’il est créé en 1888 « une société sous le titre de société de pisciculture du Lot. Tout en favorisant la pêche à la ligne, la société a surtout pour but l’acclimatation dans le Lot de nouvelles espèces de poissons, la protection des espèces utiles déjà existantes et la destruction des espèces nuisibles »13. Les membres fondateurs de cette société affichent donc clairement un réel souci de protection des cours d’eau de leur département (en particulier le Lot et le Célé). Ces quelques lignes contiennent l’essentiel des liens et des enjeux qui existent dans le monde de la pêche à la fin du XIXe siècle. Les pêcheurs amateurs se regroupent et s’intéressent de façon très approfondie à l’état et au devenir des rivières. Persuadés du bien-fondé de leurs actions, ils entendent pratiquer leur passion, tout en agissant directement sur la faune aquatique, par l’immersion de certaines espèces jugées bienfaisantes (la truite arc-en-ciel, la carpe et la perche dans le cas de la société de Cahors14) et par l’élimination directe des espèces perçues comme indésirables. Pour se faire, les nouvelles connaissances en matière de pisciculture ont été diffusées et intégrées par le plus grand nombre. Les pêcheurs sont ainsi de plus en plus actifs et investis dans le devenir des cours d’eau. On peut prendre de nouveau l’exemple des pêcheurs de Cahors qui ont dressé une douzaine de cartes en 1888 et 1889 afin de cartographier la répartition des différentes espèces de poissons présentes sur l’ensemble des cours d’eau du département. Chaque carte se focalise sur un type précis de poisson. La majorité des poissons connus de l’époque y figurent : truite, carpe, brochet, anguille, tanche, et même écrevisse. Ces cartes fondent une véritable connaissance géographique du milieu aquatique. Chaque espèce s’est vue attribuée une couleur (le rouge pour la truite, par exemple) et la carte précise le degré d’abondance de l’espèce en fonction des observations de terrain (on trouve à chaque fois trois types de données : peu abondant, abondant ou très abondant). Ces cartes, résultat d’enquêtes de terrain menées par l’ensemble des membres de la société, illustrent la volonté de ces hommes de la fin du XIXe siècle de connaître le milieu piscicole environnant. Une bonne gestion des ressources ne passe-t-elle pas, en amont, par la connaissance la plus précise possible de l’état naturel du milieu sur lequel on compte agir ? Ce souci de précision se retrouve dans la majorité des départements du sud-ouest de la France : à partir de 1890, des réseaux régionaux de sociétés de pêche semblent se mettre en place. C’est que depuis le milieu du XIXe siècle la pêche devient un loisir de plus en plus populaire et de plus en plus pratiqué : on peut estimer qu’en 1904 en France le nombre de pêcheurs affiliés à une société est de l’ordre de 50 00015. Dans cette dynamique, le Sud français est très actif.

  • 16 Annuaire des associations de pêcheurs à la ligne de France, 1901, Toulouse, Imprimerie spéciale de (...)
  • 17 Ibid., p. 46-47.
  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid.

11Ainsi, peu à peu, des Comités départementaux voient le jour, composés d’un président départemental, d’un président par arrondissement et de tous les présidents des associations de pêche à la ligne du département. Une réunion annuelle a lieu à laquelle, après élection du bureau, il est voté un seul vœu local, dont la réalisation est poursuivie par le Comité16. Plusieurs comités départementaux peuvent s’entendre pour arriver à la défense des intérêts piscicoles de la région. L’exemple de la Fédération des sociétés de pêche et de pisciculture du Sud-Ouest est très représentatif. « Le nombre et l’importance des sociétés de pêche augmentant sans cesse dans ces dernières années, et afin de les grouper pour la défense des intérêts des pêcheurs à la ligne près des pouvoirs publics, la région Sud-Ouest s’est constituée en fédération »17. Les sociétés ayant adhéré à la fédération depuis sa fondation en 1895-1896 sont celles d’Albi, Angoulême, Auch, Bordeaux, Cahors, Carcassonne, Castres, Graulhet, Grisolles, La Réole, Lourdes, Luchon, Mazamet, Moissac, Montauban, Mont-de-Marsan, Perpignan, Saint-Mont, Tarbes, Toulouse, Villemur, Villefranche-de-Lauragais18. L’ensemble des 22 sociétés adhérentes forme un véritable réseau. Pour parler de réseau, il convient de déterminer les buts communs de ces sociétés. Ils semblent clairement définis lors des conclusions de chaque congrès et concernent le devenir des eaux publiques du Sud-Ouest. Mais parler de réseau sous-entend également de disposer d’un moyen de communication à grande échelle : la multiplication des rencontres sous forme de congrès peut être assimilée à un outil de communication privilégié. Les différentes sources à disposition permettent de dire que le premier congrès régional a eu lieu à Toulouse, qui en avait pris l’initiative, en 1896. Les suivants se tinrent à Pau (1897), Montauban (1898), Auch (1899). Le cinquième devait avoir lieu à Toulouse en 1900, mais il apparaît qu’il a dû être ajourné à 1901 en raison de l’Exposition Universelle. Les différents acteurs y « présentent, discutent, rapportent l’essentiel de leurs idées qui sont ensuite transmises aux pouvoirs publics »19. Mises en relation, répondant à des objectifs communs de protection et de défense des cours d’eau, et en possession d’un réel moyen de communication, les sociétés de pêche à la ligne du Sud-Ouest mènent à la fin du XIXe siècle des actions sur le terrain de plus en plus fréquentes : le souci de gestion du milieu aquatique, à l’origine théorique, devient alors de plus en plus pratique.

  • 20 « Un concours de pêche à la ligne à Toulouse », L’AUTA, Organe de la société les Toulousains de Tou (...)
  • 21 Ibid.

12Les rivières sont donc de plus en plus protégées. L’évolution majeure du regard des pêcheurs sur les rivières s’accompagne de nouvelles pratiques où les cours d’eau sont de plus en plus transformés et embellis. Il s’agit de l’apparition et du développement des concours de pêche à partir des années 1890-1900. On assiste alors à une occupation et à une véritable appropriation de l’espace aquatique par les pêcheurs. Les concours de pêche correspondent à une mise en scène spatiale de la Nature dans la Ville. Peut-on y voir une sorte de revanche du rural sur l’urbain ? Ces concours sont en tout cas à la source d’un territoire temporaire spécifique à la pêche. La ville de Toulouse et la Garonne sont de ce point de vue très représentatives. Le 23 juillet 1892, on sait que le concours rassembla 350 participants et que les spectateurs étaient si nombreux qu’il a « été impossible d’en évaluer le nombre »20. La majorité des concours de pêche toulousains se déroulaient le long du canal latéral de la Garonne et le long du fleuve, quai Saint-Pierre. On peut ici observer un nouveau rapport des hommes à leur milieu, car on nous dit que « la fin de la journée s’est transformée en véritable triomphe »21. À la fin du concours, vers cinq heures du soir, la Garonne devient un espace dont les pêcheurs se rendent littéralement maîtres et possesseurs. Tous les participants sont en costume avec cannes à pêche et panier, deux chars couverts de fleurs défilent : un avec la musique municipale, l’autre avec les lauréats du concours. Un parcours triomphal a lieu de la Garonne au Capitole sous les ovations des spectateurs. L’exemple des concours de pêche illustre véritablement le changement de regard des pêcheurs sur les rivières : à partir des années 1890, c’est avant tout un regard protecteur et dominé par les loisirs qui s’impose. En 1908, le Fishing Club de France (FCF) est créé : cette association marque une étape importante dans les relations entre les pêcheurs et l’eau douce et dans l’évolution postérieure du regard qui nous occupe.

Des années 1910 aux années 2000 : un regard de plus en plus protecteur et « artistique »

13L’idée principale est désormais de montrer qu’à partir des années 1910 les pêcheurs sont de plus en plus proches et soucieux des rivières. Elles deviennent un espace récréatif qu’il faut impérativement protéger. Le FCF illustre au plus haut point cette tendance. Cette institution, dans la droite ligne des sociétés savantes, mais surtout du Touring Club de France, était constituée d’une multitude d’individus aux horizons sociaux très variés : du simple et modeste citoyen pratiquant la pêche à la ligne le dimanche au plus haut dignitaire de l’État (tel que des inspecteurs des Eaux et Forêts), en passant par de nombreux notables et même de grands hygiénistes reconnus. Cette association a connu une grande activité dans la première moitié du XXe siècle avec la mise en place d’une revue (« Le Pêcheur Illustré », édité de 1909 au milieu des années 1980) et la réalisation d’enquêtes à grande échelle. Son slogan, « L’eau pure pour tous ! », résume à lui seul les buts de ces hommes : créer une vaste cohésion nationale contre l’infection des cours d’eau et protéger, en même temps, la pêche. L’apparition du FCF sanctionne également le succès grandissant de la pêche à la ligne auprès d’un public toujours plus large, notamment avec l’instauration de la journée de 8 heures en 1919 et, plus tard, les congés payés de 1936.

  • 22 Archives départementales du Gers, 4 M 46.
  • 23 Ibid.

14La mise en place du FCF concrétise de façon officielle et à l’échelle nationale la mobilisation croissante des pêcheurs à la ligne face aux risques de pollutions et face au dépeuplement. Ainsi, les pêcheurs à la ligne deviennent les sentinelles des rivières : ils dénoncent les pollutions, produisent des plaintes et des pétitions auprès des autorités publiques afin de faire changer la législation. On peut prendre l’exemple de la société des pêcheurs à la ligne d’Auch qui, au milieu des années 1930, donne l’alerte face à des situations écologiques douteuses. Par exemple, une lettre du président de la société au préfet, datée du 4 juin 1934, dénonce le fait que : « le 2 juin dans la portion de Gers comprise entre le Pont de Treille et le barrage du moulin d’Endoumengue, le service des gardes-pêche a constaté la mortalité de 1500 kilos environ de poissons, flottant sur l’eau ce qui constitue une véritable catastrophe. Je vous serai obligé de bien vouloir prescrire une enquête et de me tenir au courant »22. Après enquête, le préfet du Gers rend compte aux pêcheurs de ses conclusions : « Rien ne permet d’imputer cette mortalité à un acte de braconnage et nous pensons qu’il faut l’attribuer à la baisse exceptionnelle de l’eau coïncidant avec une forte température et à la forte proportion de substances résiduelles toxiques dans le lit au moment ou son débit était insuffisant. La faible hauteur d’eau restant dans la rivière et la forte température de cette eau constituant déjà un élément préjudiciable au poisson (insuffisance d’oxygène). De plus les déversements de 3 égouts, les déchets de l’abattoir, la pollution des eaux par les lavages effectués sur les rives ont encore aggravé les conditions défavorables de milieu, en raison de la faible dilution des substances délétères sur le tronçon compris entre le pont de la Treille et le moulin d’Endoumengue »23. Le préfet finit sa lettre en proposant une concertation d’ensemble entre les services et les représentants des collectivités et des groupements en cause pour éviter que cela ne se reproduise. Les pêcheurs d’Auch sont donc directement à l’origine de la prise de conscience de la pollution du Gers et assurent le suivi de l’affaire pour améliorer la situation.

  • 24 Archives départementales du Lot, 88 S 6.

15La période des années 1920 aux années 1950 est donc le moment où les pêcheurs deviennent les spécialistes empiriques des cours d’eau. Dans les années 1950, ils ont déjà quasiment un demi-siècle d’expérience concernant la gestion et l’analyse des risques de pollution. Leur analyse semble sûre et très éprouvée. Le département du Lot montre bien qu’à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’expertise de l’espace par les pêcheurs dans le cadre de leur lutte contre les risques de pollution devient de plus en plus fine et précise. Les pêcheurs arpentent les rives des cours d’eau avec les représentants des pouvoirs publics et dessinent sous forme de croquis les situations matérielles qui leur paraissent les plus douteuses. C’est par exemple le cas en mars 1949 dans la région de Figeac. Le procès verbal dressé le 9 mars 1949 par le brigadier des Eaux et Forêts Roustit, à la suite de déversements effectués par les carrières de Bagnac dans le ruisseau du Célé, comporte un schéma précis et complet de la situation24. Les échanges au sein des réseaux ainsi constitués dans la première moitié du XXe siècle font des pêcheurs à la ligne un groupe de pression dont l’État et les industriels doivent tenir compte, au risque de s’attirer les foudres des autres membres de la société française. La pêche à la ligne paraît ainsi bel et bien inscrite dans le cycle naturel de l’eau et semble servir d’indicateur, voire de fusible, face à la pollution des milieux et face à toutes les menaces qui planent sur les rivières. Ceci lui confère un rôle social de surveillance dépassant largement la simple pratique d’un loisir marginal. À partir des années 1980, le regard porté par les pêcheurs a encore évolué vers des considérations plus éthiques et artistiques.

16C’est encore sous l’influence anglaise que l’image des rivières a changé. C’est surtout la pêche moderne de la carpe qui est à l’origine de cette évolution marquée. Même si cette nouvelle façon de pêcher et de concevoir la rivière n’est pas encore majoritaire, il faut dire que beaucoup de spécialistes sont d’accord pour affirmer que c’est l’avenir de la pêche loisir. On ne pêche plus pour garder et consommer le poisson, mais uniquement pour la beauté du geste et le défi. On cherche à prendre des poissons toujours plus gros avec du matériel de plus en plus fin. Cette pêche est dite en « no kill » (« ne pas tuer » en anglais), car les pêcheurs pratiquent systématiquement la remise à l’eau de leur prise. Cette nouvelle façon de pêcher a constitué une véritable révolution et a peu à peu gagné toutes les spécialités : pêche à la truite, pêche aux carnassiers… Ce nouvel état d’esprit va de pair avec une nouvelle conception de la rivière et de la nature, dans le prolongement des aspirations pré-écologistes des pêcheurs des années 1920-1950. En effet, le pêcheur se considère comme un invité auprès de la rivière et il veut la respecter le plus possible. On ne pêche plus pour le poisson, mais pour vivre des moments conçus comme privilégiés : un coucher de soleil, l’observation d’une espèce animale rare… Les pêcheurs en « no kill » sont plus que des pêcheurs : ils aspirent à une connaissance oscillant entre pêche, biologie et philosophie. Ils sont très souvent équipés d’appareils photo très performants, afin de garder des souvenirs de leur prise record ou bien de prendre sur le vif un moment de nature jugé extraordinaire. Ce nouveau regard a entraîné l’apparition d’une presse très spécialisée qui connaît un franc succès auprès du jeune public, donnant un nouvel espoir aux responsables de la pêche en France. On peut prendre l’exemple de la pêche à la carpe avec des revues comme Médiacarpe ou Topcarpe, proposant des reportages aussi bien techniques qu’exotiques (pêche de la carpe au Maroc par exemple). On peut aussi souligner la prise en compte par les Fédérations départementales de pêche de ces nouvelles pratiques avec la mise en place de parcours « no kill » truite sur le Salat, par exemple, ou du parcours carpe pêche de nuit sur la Garonne.

Conclusion

  • 25 A. Corbin, L’homme dans le paysage, Paris, Textuel, 2001, p. 9-10.

« Le paysage est une manière de lire l’espace, de se le représenter, de le charger de signification et d’émotions. Il est une lecture indissociable de la personne qui le contemple. »25

17L’exemple des cours d’eau méridionaux montre que le paysage est bel et bien un espace vécu et construit au fil du temps en fonction d’un contexte socio-culturel précis. Entre le milieu du XVIIIe et la fin du XXe siècle, on peut observer le passage d’un regard centré sur l’utilitaire à un regard centré sur les loisirs. Cette évolution majeure se double d’une analyse de l’espace des cours d’eau de plus en plus précise de la part des pêcheurs. En un peu plus de deux siècles, la pêche loisir sort de la marginalité et génère la mise en place de réseaux de sociétés et de fédérations de pêche. Ensemble, les pêcheurs enquêtent à propos des rivières et jugent le milieu aquatique en danger. Cette conception profonde a fait évoluer leur regard vers une éthique qui se veut la plus irréprochable possible, aussi bien pour l’eau que pour les poissons. Le paysage est donc bien une façon d’éprouver et de vivre l’espace. Cette lecture varie selon les individus et les groupes sociaux et se modifie au cours du temps. Les pêcheurs du Sud français nous ont donc permis de prendre conscience de cette historicité.

  • 26 Tableau réalisé à partir de : Jousset du Bellesme, La pisciculture en France de 1884 à 1900. L’aqua (...)

La naissance des sociétés de pêche à la ligne en France à la fin du XIXe siècle26

Année

Nombre de sociétés de pêche

1888

1

1890

3

1891

10

1892

27

1893

18

1894

18

1895

14

1896

24

1897

21

1898

15

1899

5

Gravure du milieu du XIXe siècle : un pêcheur à la ligne des années 1860-1870 (collection privée J.-F. Malange).

Notes

1 Archives départementales du Gers, 11 B 32.

2 Ibid.

3 Chanoine-Davranche, Histoire de la pêche fluviale, 1894, p. 23.

4 T. Burnand et É. Dottrens, Le Grand Livre de la Pêche et des Poissons, Monaco, Union européenne d’éditions, 1952, p. 21 et suivantes.

5 L. Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, PUF, 2005, p. 250-251.

6 M. Journé, La pêche fluviale, thèse pour le doctorat, Université de Paris, Faculté de Droit, Paris, 1901, p. 17.

7 Ibid., p. 18.

8 M. Thibault, « Éléments de problématique du saumon atlantique en France », La restauration des rivières à saumon, Paris, INRA éditions, 1987, p. 413-425. On peut aussi citer « Aperçu historique sur l’évolution des captures et des stocks », Le saumon atlantique, biologie et gestion de la ressource, Plouzané, IFREMER, 1994, p. 175-183, et « Premiers éléments de l’éco-histoire du saumon atlantique en France », dans C. Beck et R. Delort (éd.), Pour une histoire de l’environnement. Travaux du programme interdisciplinaire de recherche sur l’environnement, Paris, CNRS éditions, 1993, p. 147- 154.

9 G. Delbos, « De la nature des uns et des autres : à propos du dépeuplement des eaux marines », dans N. Mathieu et N. Jollivet, Du rural à l’environnement, Paris, ARF/L’Harmattan, 1989, p. 50-63.

10 F.-J. Brüggemeier, « Le dépérissement de la Forêt (Waldsterben) : construction et déconstruction d’un problème d’environnement », dans Le démon moderne. La pollution dans les sociétés urbaines et industrielles d’Europe, C. Bernhardt et G. Massard-Guilbaud (dir.), Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2002, p. 75-90.

11 Revue des Eaux et Forêts, 1865, 4, p. 261.

12 J. Carpentier, La pêche raisonnée et perfectionnée, Paris, Librairie Audot, 1879, p. 193.

13 Archives départementales du Lot, 4 M 60 : Sociétés de chasse et de pêche.

14 Annuaire des associations de pêcheurs à la ligne de France, 1901, Toulouse, Imprimerie spéciale de l’annuaire des associations de pêcheurs à la ligne, p. 55.

15 J.-F. Malange, À la recherche d’une socio-histoire des pratiques de pêche à la ligne en France de 1800 à nos jours, Mémoire de DEA sous la direction de M. P. Cabanel et M. J.-M. Olivier, Université de Toulouse Le Mirail, 2005, 222 p.

16 Annuaire des associations de pêcheurs à la ligne de France, 1901, Toulouse, Imprimerie spéciale de l’annuaire des associations de pêcheurs à la ligne, p. 44.

17 Ibid., p. 46-47.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 « Un concours de pêche à la ligne à Toulouse », L’AUTA, Organe de la société les Toulousains de Toulouse, mars 1961, 298, p. 71.

21 Ibid.

22 Archives départementales du Gers, 4 M 46.

23 Ibid.

24 Archives départementales du Lot, 88 S 6.

25 A. Corbin, L’homme dans le paysage, Paris, Textuel, 2001, p. 9-10.

26 Tableau réalisé à partir de : Jousset du Bellesme, La pisciculture en France de 1884 à 1900. L’aquarium du Trocadéro, l’enseignement municipal de pisciculture, les sociétés de pêche, l’initiative privée, Paris, 1909, 532 p.

Table des illustrations

Légende Gravure du milieu du XIXe siècle : un pêcheur à la ligne des années 1860-1870 (collection privée J.-F. Malange).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/32231/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© Presses universitaires du Midi, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search