Version classiqueVersion mobile

Une longue histoire

 | 
Jean-Loup Abbé

Partie II. Le paysage rural en construction sur la longue durée

Du château fort au château-ostentation. Mutations du paysage en Narbonnais au cours du dernier demi-millénaire

Gilbert Larguier

Texte intégral

Documents DVD

  • 1 É. Dellong, Le littoral narbonnais dans l’Antiquité, thèse, Université de Toulouse-Le Mira (...)

1Le Narbonnais, que l’on peut assimiler aux basses plaines de l’Aude et à ses marges, est un territoire complexe, malgré sa superficie peu étendue. Cela tient à la diversité de ses composantes, à la précocité de son occupation par l’homme, marquée par la fondation depuis l’extérieur d’une ville qui joua le rôle de pôle organisateur (Narbonne). Il ne sera pas possible d’évoquer ici ses transformations au cours des deux derniers millénaires, conditionnées par la configuration de la côte, les fluctuations du tracé du cours de l’Aude, l’accumulation des alluvions, dont on n’a pris la mesure qu’assez récemment1. Il faudra en tenir compte en filigrane néanmoins, car elles sont interdépendantes.

2La période qui court depuis la fin du XVe siècle, où il est devenu certain que l’Aude s’était définitivement écartée de Narbonne, jusqu’au début, voire au milieu du XXe siècle marqué par la densification des routes, la prolifération des lotissements pavillonnaires, bientôt l’urbanisation du littoral, constitue une séquence originale du paysage du Narbonnais où il est possible de discerner avec clarté les interactions entre les fonctions de la ville, les initiatives des citadins, les incidences des fluctuations économiques, voire climatiques.

Ville, villages, terroirs, XIVe-XVe siècle

3En Narbonnais, plus qu’ailleurs, le milieu du XIVe siècle constitue une césure majeure dans l’histoire du paysage. Trois événements intervinrent simultanément : le changement du cours de l’Aude dirigé désormais au nord du massif de la Clape à la suite d’inondations catastrophiques, la grande peste qui réduisit la population au quart, peut-être à moins de ce qu’elle était précédemment, l’incursion du Prince Noir en 1355 après laquelle on délaissa les habitations situées hors des fortifications. Leurs effets eurent des conséquences durables.

  • 2 Ce qui reste le cas aujourd’hui. La carte de Roussel et Blottières est très suggestive à c (...)
  • 3 Archives municipales de Narbonne, DD non côté, plan exécuté à la suite d’un accord passé e (...)
  • 4 Le voyage de Thomas Platter, 1595-1599, présenté par E. Le Roy Ladurie, Paris, Fayard, 200 (...)
  • 5 Carte générale des Pyrénées de Roussel et Blottières, 1718 (morceau n° 2), source IGN. Cf. (...)

4Le premier concerne le territoire lui-même. La direction nouvelle du fleuve ne fut que la manifestation spectaculaire de perturbations plus amples et plus insidieuses déjà à l’œuvre. Les alluvions charriées lors des inondations obstruèrent le réseau de drainage patiemment creusé. Des secteurs entiers redevinrent des terres humides mal égouttées, comme le tènement de Livière situé au nord de la ville ou l’arrière du massif côtier de la Clape qui servait de déversoir secondaire vers le sud à chaque crue importante de l’Aude2. Les plus anciennes représentations iconographiques, ainsi que les témoignages laissés par les voyageurs, manifestent cette offensive de l’eau. Le plan de « l’Ile del Lec » réalisé en 1548 montre une ville environnée d’eau3, impression qu’eurent les voyageurs passés par Narbonne en automne et en hiver, comme Thomas Platter en 1599, Chapelle et Bachaumont un demi-siècle plus tard, la reine Anne d’Autriche en 1632. Tous furent retardés par l’inondation, durent faire de longs détours pour atteindre la ville, connurent de grands dangers4. La carte de Roussel de 1718, la première à donner une idée correcte du paysage de la région, traduit bien l’exposition des basses plaines à l’inondation, la permanence de secteurs incomplètement drainés, malgré la reprise des efforts de reconquête sur l’eau à partir du début du XVIIe siècle5.

5Le fleuve dispose. La ville en est tributaire, bien que depuis sa fondation elle ait eu vocation à organiser son environnement proche. Cela n’a pas été sans conséquence sur la distribution du peuplement, relativement jeune, incomplètement aboutie encore au milieu du XIVe siècle. La topographie joue un rôle déterminant. Tous les sites d’habitat (celui de Narbonne compris) relevaient du même type : une éminence plus ou moins prononcée en bordure du fleuve, d’un étang, de la plaine. Au plus près du fleuve : Narbonne, mais aussi Sallèles, Cuxac, Coursan, grandis à la suite de l’avancée du fleuve et de ses dépôts d’alluvions ; en bordure des étangs ouverts sur la mer : Capestang, enrichi par ses salines, avant que les atterrissements ne fractionnent, puis ne comblent le « golfe narbonnais », Montels, Salles, Pérignan (l’actuel Fleury), Vinassan, Bages, Peyriac-de-Mer, Sigean ; à l’intérieur, à proximité d’étangs dépourvus de communication avec la mer : Ouveillan, les « châteaux » de Preissan et du Terral. À la terminaison des Corbières, au raz de la plaine : Védilhan, Saint-Pierre-des-Clars, Saint-Martin-de-Toques.

  • 6 M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité (Xe-XIVe(...)

6Ces contraintes expliquent pour une part le contraste existant entre une ville dont la population égalait les cités les plus peuplées situées entre l’Atlantique et les Alpes au début du XIVe siècle et la relative modestie des villages. La croissance urbaine depuis le XIe siècle ne stérilisa pas les communautés les plus proches, cependant. Elles étaient bien vivantes au milieu du XIVe siècle et leurs tailles comparées aux autres groupes agglomérés étaient loin d’être négligeables6. Est-ce parce qu’aucun habitat intercalaire ne s’était établi ? Tout ce secteur du Narbonnais en était dépourvu, à la réserve près des granges cisterciennes dépendant de l’abbaye de Fontfroide.

7La distribution de l’habitat, son allure depuis l’agression de 1355 qui obligea à réparer et à renforcer les clôtures défensives, l’organisation des terroirs ainsi que le paysage rural, se discernent sans peine : des jardins nombreux à proximité des portes, car on en comptait un par feu en moyenne au moins ; les tènements proches composés de parcelles exiguës à cause du morcellement ; au-delà, des terrains de parcours encore étendus. La vigne, prisée des propriétaires les plus modestes, car elle permettait de tirer parti de terrains impropres à la production des céréales, couvrait une superficie significative, seulement près de la ville en raison du privilège conféré au vin des citadins dont la récolte devait être épuisée avant qu’on put introduire du vin « étranger ». L’olivier, au contraire, restait rare encore au milieu du XIVe siècle, en raison, entre autres, de la rareté des moulins à huile.

  • 7 Pour le détail des superficies cultivées et des structures de la propriété du XIVe à la fi (...)

8Les premiers compoix et terriers seigneuriaux conduisent à un autre constat, fondamental : il n’y avait pas au XIVe et au XVe siècle de grandes propriétés foncières en Narbonnais. Les citadins les plus fortunés, les marchands notamment, propriétaires de quelques parcelles tout au plus, souvent des vignes, n’avaient pas investi dans la terre7. La chute de la population citadine, les difficultés éprouvées par la draperie, le déclin des activités portuaires et des relations avec le Levant n’entraînèrent pas une désorganisation des terroirs préservés de l’inondation, un bouleversement des structures foncières, ni une ruée vers la terre. Certes, on assista à des acquisitions de la part des plus fortunés. Mais ces dernières portèrent principalement sur des maisons à l’intérieur de la ville, bien que la population urbaine fut au plus bas : la chute des prix agricoles, des céréales en particulier, n’incitait pas à investir dans la terre. Toutefois, phénomène lent qui devint irréversible après 1420 où le peuplement approcha de son étiage bien que le Narbonnais n’eut pas à subir directement la guerre, les « châteaux » situés au ras de la plaine dépérirent jusqu’à être entièrement abandonnés (Saint-Pierre-des-Clars), à perdre les habitations qui les entouraient et à se réduire à un simple domaine rural (Saint-Martin-de-Toques, Védilhan).

9Un cycle original se clôt : celui de la ville et des communautés abritées derrière leurs fortifications, d’une organisation des terroirs identique à peu près partout. Le dépérissement autour de la ville principale de lieux vigoureux entre le XIe et le XVe siècle en constitue le signe.

Dynamiques sociales, conjoncture et paysage (XVIe-XVIIIe siècle)

  • 8 R. Caïrou, Narbonne : 20 siècles de fortifications, Narbonne, 1979.

10Une nouvelle séquence s’ouvre à la fin du XVe siècle où l’aspect de la ville change profondément ainsi que sa relation avec son terroir et ses campagnes proches. Géopolitique, dynamiques sociales et cycles économiques additionnent leurs effets pour produire un paysage différent. Le premier changement, le plus manifeste, concerna Narbonne. L’évolution des techniques militaires ayant rendu obsolètes les ouvrages de défense antérieurs, la promotion de Narbonne au rang de « boulevard du royaume de France » à la suite de la restitution du Roussillon aux Rois Catholiques obligea à reconsidérer entièrement ses fortifications8. Il n’y eut d’autre alternative que d’enserrer les deux parties de la ville séparées par l’ancien cours de l’Aude (Bourg et Cité) derrière une ceinture forte continue. La ville, jusque-là fièrement exposée à la vue avec ses remparts, ses tours, ses clochers, se dissimula derrière des talus gazonnés. Interdite d’extensions extérieures, elle se densifia lorsque la conjoncture redevint favorable, au centre paradoxalement, sur le pont reliant la Cité au Bourg et sur les terrains libres adjacents.

  • 9 Bastides de Lebrettes et de Taraillan, Archives municipales de Narbonne, compoix de 1499, (...)

11Cela risquait d’introduire une rupture entre la ville et son terroir. Il n’en fut rien. De nouveaux liens se tissèrent au contraire. La fonction de Narbonne encouragea-t-elle un mouvement dont on perçoit les prémices dans les compoix ? Des bastides sont mentionnées à la fin du XVe siècle. Pierre Delort, juge pour le roi, en possède deux en 1499, par exemple9. Qu’entendait-on par là exactement : une construction à usage défensif, un bâtiment rural ? Aucune parcelle de terre ne leur était associée. Il s’agit d’un phénomène neuf, car le terme n’était pas employé précédemment et il n’y avait aucun habitat isolé détenu par des particuliers.

  • 10 G. Larguier, Le drap et le grain…, p. 699 sq.

12La personnalité du propriétaire est pleine d’intérêt. Pierre Delort descendait d’une lignée de solides marchands, les Razeire, qui n’eurent de cesse au cours de la seconde moitié du XVe siècle d’abandonner la marchandise, d’acquérir des charges, de substituer à leur patronyme celui de Delort, bientôt Delort de Taraillan10. Pierre Delort donne à voir précocement un type de processus appelé à faire des émules, caractérisé par l’abandon du négoce comme activité principale de la part des héritiers des lignées marchandes, l’investissement dans la terre avec la création de vastes exploitations foncières au-delà des tènements cultivés jusque-là, la quête de charges de justice et de commandements militaires, l’accession au second ordre. Dynamique sociale et transformation du paysage vont de pair. Il n’y avait plus au début du XVIe siècle ni puissances foncières ni nobles en Narbonnais. De là, probablement, la facilité avec laquelle purent s’établir de nouvelles relations entre la ville et sa campagne proche. Processus contradictoire au premier abord : la densification de la ville s’effectue sans que les individus et les familles en voie d’ascension sociale y participent durablement. Au contraire, le nombre moyen des maisons détenues diminue sensiblement : quatre ou cinq devient la norme pour les contribuables les plus fortunés.

  • 11 Toutes les indications suivantes sont tirées des compoix de Narbonne, 1453, 1499, 1526, 15 (...)
  • 12 Compoix de 1499, fol. 106 v°.
  • 13 Ibid., fol. 171 sq.

13Voici trois exemples pris parmi les principaux propriétaires fonciers à la fin du XVe siècle : Guillaume et Antoine Tregoin issus d’une famille présente à Narbonne depuis la fin du XIVe siècle au moins, Arnaud et Raulin Séguier dont le père se fixa en Languedoc vers 1450 et, enfin, les Alcoynes. Les Tregoin sont représentatifs des fortunes narbonnaises du XVe siècle. Guinot Tregoin, en 1453, déclarait 26 maisons, 2 boutiques, une vingtaine d’hectares dont 8,8 de prés11. Ses descendants cèdent des maisons, étendent leurs possessions foncières. Guillaume achète la bastide de Ricardelle12, début d’une réorientation en direction du terroir servie par d’heureuses alliances matrimoniales et une nombreuse descendance. Antony Séguier, d’origine catalane, pourvu d’importants capitaux quand il vint à Narbonne, s’était rapidement fait une place avec des maisons, d’abord, des terres, ensuite. En 1499, son fils Raulin, en plus de 5 maisons et 6 boutiques en ville, déclarait 39 ha imparfaitement mis en valeur encore et la « begude de Pontserme avec ses appartenances »13. En 1526, en plus de leurs biens dans le finage narbonnais, ils détenaient de gros domaines dans les communautés voisines, Sallèles et Coursan où ils avaient acquis Grandselve et Pontserme. Quant aux Alcoynes, plus financiers que négociants, ils étaient déjà à la tête d’un beau patrimoine en 1499. Guillaume possédait 56 ha, dame Margarida 26. Loys Alcoynes, sieur de Camps et de Moujan, déclarait 465,7 ha en 1549 dans le seul finage de Narbonne, avec des parcelles de plusieurs dizaines d’ha d’un seul tenant, de valeur souvent médiocre, il est vrai.

14D’autres exemples seraient aussi probants. Les trois précédents, parce qu’ils montrent des individus et une accumulation initiale des capitaux d’origines différentes, témoignent pour une attitude et une trajectoire comparables. Quatre propriétaires citadins seulement dépassaient 50 ha en 1499, 20 un demi-siècle plus tard, dont les deux-tiers se disaient nobles. Un nouveau modèle social se dégage, une autre configuration du finage aussi, avec la constitution de grandes propriétés, non par l’acquisition ou la réunion de parcelles déjà cultivées, sinon marginalement, mais par l’ouverture de terres au-delà des tènements traditionnels : des dizaines d’hectares d’un seul tenant, véritables terroirs satellites où des bâtiments seront progressivement construits. Les vocables sont éclairants : bastide est d’abord employé, begude à l’occasion on l’a vu, grange ensuite, métairie au milieu du XVIe siècle.

15Ce processus concerne principalement les secteurs situés à l’orient de la ville, entre le cours de l’Aude et la Clape. Il déborde sur les communautés voisines où on observe la même formation de grandes propriétés ; avec elle, se manifeste l’élargissement des écarts sociaux, car, parallèlement, le nombre des micro-propriétés constituées à 90 % de vigne progresse fortement. Rapide, au maximum de son intensité au cours de la première moitié du siècle, il se prolonge jusqu’à la fin des guerres de Religion. L’évolution des prix agricoles rend la terre plus attractive. La dimension symbolique de sa possession stimula-t-elle également le phénomène, le nom des domaines servant de décoration aux nouveaux nobles ? Au moins en Narbonnais, la formation de cette grande propriété alla de pair avec l’émergence d’un groupe aristocratique, d’une nouvelle noblesse. Les Razeire devinrent Delort de Taraillan avant d’être sieurs de Lebrettes, les Tregoin sieurs de Ricardelle et de Malvezy. Désigner contribue à s’approprier le territoire.

  • 14 G. Gavignaud-Fontaine, G. Larguier, Le vin en Languedoc et en Roussillon, Canet-en-Roussil (...)

16Les grains, la vigne, l’olivier. Les nouvelles conquêtes ne s’écartent pas de la trilogie des principales cultures pratiquées jusque-là. Avec, néanmoins, une inclination plus marquée que précédemment pour l’olivier, si bien qu’il tend à devenir caractéristique de la grande propriété. Ces progrès ont un caractère paradoxal au premier abord, car les conditions climatiques ne lui étaient guère favorables : les hivers rudes se succèdent au cours de la seconde moitié du XVIe siècle. L’olivier ne pouvant progresser sans la main et le travail de l’homme, sa présence permet de s’interroger sur les relations entre le paysage et les fluctuations climatiques. À moyen terme, leurs effets sont relativement limités quand la conjoncture est favorable avec la reconstitution des cultures dévastées. Ce n’est pas toujours le cas. Les superficies consacrées à la vigne dans le finage narbonnais se réduisent de moitié au cours de la seconde moitié du XVIe siècle, alors que les terres mises en culture progressent. Dans les communautés rurales, les pertes ne sont pas aussi étendues, toujours supérieures à un quart, voire à un tiers des positions acquises au milieu du siècle cependant. Pourquoi une telle divergence entre la vigne et l’olivier plus sensible au froid que les ceps ? Les prix des grains s’envolent quand ceux du vin stagnent. Entre 1550 et 1600 – dates rondes –, le vin perd environ 50 % de son pouvoir d’achat en blé14. Les variations climatiques n’ont pas des effets forcément univoques. À court terme, une conjoncture défavorable a des répercussions plus délétères que des saisons peu favorables.

17Des mutations aussi sensibles n’allaient pas sans se remarquer dans le paysage. La vigne se trouva rejetée sur les terres les plus arides, les plus pentues. L’olivier se substitua partiellement à elle, sous forme de culture mixte souvent ; oliviers et ceps cohabitant sur les mêmes parcelles. L’ensemble de ces phénomènes autorise-t-il à parler de « crise du paysage », les mutations les plus profondes se produisant très rapidement, en effet ?

  • 15 Racines d’yeuses riches en tanin expédiées par tartanes entières vers Marseille.

18La ville se dérobe donc aux regards quand la conjoncture et une nouvelle dynamique sociale se donnent la main, génèrent un nouveau paysage fait de composantes inédites et d’un équilibre renouvelé entre les grains, la vigne et l’olivier. Pour en avoir une idée complète, il faudrait disposer d’informations plus abondantes sur l’inculte. Cela renvoie à d’autres usages du territoire, à la question du bétail, à sa nature, à son importance, à sa composition – ovins, caprins, animaux de trait –, aux lieux et aux modes de pacage. Avouons que l’on sait peu de chose, sinon que l’arbre est rare – d’où l’importance de l’extension de l’olivier – moins en raison des incendies que de la pression anthropique. Les rares réserves ligneuses sont affectées à des usages collectifs. Les arbres et les taillis des bords de ruisseaux et de rivières, le massif de la Clape à Narbonne, sont concédés par contrat ou par privilège aux boulangers et aux fourniers. On ne s’inquiète sérieusement de la dégradation du tapis végétal qu’au XVIIIe siècle. Les mesures prises alors contre les caprins ou le prélèvement des rusques15 témoigneront moins d’une accélération de cette dégradation que de l’entreprise réglementaire de l’État et de la mise en place d’une administration dans les provinces.

De la vigne populaire aux châteaux viticoles (XVIIIe-début du XXe siècle)

19Le type de paysage construit au XVIe siècle se stabilise au siècle suivant, en dépit – à cause ? – du retournement de la conjoncture intervenu au cours de la décennie 1590. Les prix des céréales retombent au XVIIe siècle, on le sait, alourdis en Méditerranée par l’introduction des blés de la Baltique. L’aiguillon de la conquête de nouvelles terres disparaît. Non qu’il ne s’en ouvre plus. Mais la phase des extensions boulimiques est révolue. Aussi, les structures foncières changent-elles peu en Narbonnais au XVIIe siècle, dans le finage citadin comme dans les communautés avoisinantes. Employons le terme de consolidation pour rendre compte de la situation, car elle concerne, étroitement imbriquées, la répartition de la propriété, les structures sociales, le paysage.

20Aucune innovation décisive n’est perceptible dans ce dernier, même si les nouveautés ne sont pas entièrement absentes. Elles restent pour l’instant confinées dans les jardins : il s’agit de l’introduction de légumes prisés par l’aristocratie. La taille des parcelles des différents types de cultures – indice toujours probant – évolue peu également. Le groupe aristocratique parvenu à se dégager se stabilise. Il s’homogénéise par la voie d’alliances matrimoniales, acquiert des positions dans l’Église et le service de l’État : ses membres entrent dans les abbayes proches comme celle de Lagrasse, dans les chapitres citadins – Saint-Just, Saint-Paul-Serge à Narbonne –, accèdent à des commandements militaires à Narbonne sur la frontière avec l’Espagne.

21À ce stade, une question ne manque pas de se poser : quel est le facteur principal de l’évolution des paysages : les caractéristiques naturelles, la production, la conjoncture qui donne l’avantage alternativement à tel ou tel type de production, les dynamiques internes à la société, d’autres encore ? Deux événements se conjuguent à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle pour défaire en partie les nouveautés introduites au XVIe siècle : les difficultés de la grande propriété, le gel des oliviers. Le premier relève du temps long. La médiocrité des prix des grains tout au long du XVIIesiècle réduit la rente foncière. Si des saisons défavorables se succèdent – la sécheresse plus que le froid –, coïncident avec une sévère pression fiscale, réelle après 1680, la situation devient intenable, dans les conquêtes de « marges » moins fertiles particulièrement. Car la terre supportait l’essentiel de l’impôt en Languedoc. Comble de malchance, les oliviers périssent au cours du grand hiver 1709. L’accident météorologique accentue les difficultés. Contrairement à la seconde moitié du XVIe siècle, l’oliveraie ne sera reconstituée que lentement et partiellement en raison des coups de froid répétés – 1721, 1727, 1729… L’olivier demeure dans le paysage, plus clairsemé, associé à la vigne. Pas partout. Il disparaît en certains lieux, comme à Sallèles-d’Aude.

  • 16 G. Larguier, Le drap et le grain…, p. 1077.
  • 17 G. Larguier, « Atonie d’une ville, difficultés de la noblesse. Le marché immobilier et fon (...)

22À partir de 1690, les abandons de terres se multiplient : des parcelles d’abord, des dizaines d’hectares ensuite, d’un coup. Aussi les friches reviennent-elles. Les contemporains ont été sensibles au piteux état des terroirs, des années durant. À Ouveillan, au début de la décennie 1730, 7 à 8 % des terres avaient fait l’objet d’un délaissement en forme, mais près d’un quart restait à l’abandon16. Situation extrême, probablement, suggestive, néanmoins. La sanction, étape différée des difficultés rencontrées par la noblesse propriétaire foncière, moins perceptible dans le paysage, sera le dessaisissement, c’est-à-dire la vente pour résorber les dettes accumulées17. On assiste bien à l’épuisement d’un modèle… à la mise en place d’un autre sans qu’on le soupçonne.

23Cela se fit sans culture nouvelle, manière de travailler différente, bouleversement des structures agraires, au moins dans un premier temps. L’agent fut la vigne en effet, contrariée temporairement par l’interdiction édictée en 1731 de toute nouvelle plantation. Les difficultés à la faire respecter, les contraventions de plus en plus flagrantes – cela ne concerne pas seulement le Narbonnais –, l’engouement lorsque les défenses furent levées, puis les défrichements autorisés, scandent ses progrès visibles. La vigne retrouve avant 1789 les superficies qu’elle couvrait au XVIe siècle. Une fois encore, le nouveau paysage en train de surgir est la résultante de lieux, d’acteurs, d’impulsions qui orientent les choix. Les voyageurs pressés qui ne s’écartent pas des routes – Arthur Young en 1787 – signalent la transformation du paysage en cours : la vigne borde les routes, a gagné la plaine. Quant aux acteurs, il s’agit, dans un premier temps, des propriétaires les plus modestes, ce qui n’empêche pas les mieux pourvus de consacrer davantage de place à la vigne que précédemment.

24Ce retour de la vigne n’est pas le résultat d’une revanche sur le blé – le rapport blé/vin ne change pas au cours du siècle –, des petits contre les gros, car sa dynamique sociale est différente de celle du XVIe siècle. Il provient dans un premier temps de l’accès au marché atlantique, de la France du Nord, dont Paris, de la Mer du Nord, de la Baltique ensuite, via Sète, port aménagé, accessible aux bateaux de haute mer. La vague viticole met trois demi-siècles avant d’atteindre son point culminant. Pour faire bref, et schématique à l’excès, trois facteurs principaux interviennent successivement qui correspondent à autant d’étapes de sa crue : l’ouverture aux marchés du Nord par la mer, brutalement interrompue par la Révolution, la chute du prix du blé concurrencé par les importations venues de la Mer Noire et d’Amérique, le chemin de fer qui facilite l’accès au marché intérieur abrité derrière ses barrières douanières.

25La conversion fut si complète que le paysage se plia entièrement à la vigne triomphante, les terroirs comme l’habitat, où uniformité apparente et distinction sociale allaient de pair. Uniformité des terroirs, jamais aussi étendus, car la vigne fut installée jusqu’en des endroits où elle paraissait improbable, avec le couple parcelles/chemins dont la taille et la distribution s’adaptaient à la capacité d’effort de l’animal de trait – le cheval –, à la généralisation de la charrette ; différenciation sociale dans les villages considérablement grossis, mais restés agglomérés : modestes maisons des ouvriers agricoles, habitations des propriétaires identifiables au portail du rez-de-chaussée où se trouvaient les cuves, demeures bourgeoises un peu à l’écart, souvent construites dans un clos. La ville ne resta pas à l’écart, rasa les remparts qui l’enserraient, s’enveloppa d’artères bordées d’immeubles d’esprit haussmannien.

  • 18 C. Ferras, Architecture privée au XIXe siècle : les « châteaux » du vignoble en Bas-Langue (...)

26Les liens entre les terroirs et l’habitat aggloméré, la ville en particulier où résidaient les principales fortunes, se renforcent : la vigne réclame des façons plus fréquentes au cours de l’année que les grains. Y compris avec les grands domaines revivifiés en Biterrois et en Narbonnais grâce aux profits exceptionnels dégagés avant l’irruption du phylloxera. Mais ils se singularisèrent à nouveau en se parant, en plus d’ajouts pour la conduite des exploitations, de bâtiments superfétatoires, de châteaux reconnaissables au premier coup d’œil tant ils tranchent avec l’architecture traditionnelle. Ils se caractérisent par leur éclectisme, les réminiscences historiques : ici le style Renaissance, là le style « brique et pierre » caractéristique du règne de Louis XIII, plus loin la rigueur classique ou le goût Napoléon III18. Commun dénominateur partagé avec les immeubles citadins : les toitures couvertes d’ardoises importées grâce au chemin de fer. Luxe supplémentaire dans cette campagne moins arborée que jamais : des avenues bordées d’arbres, des parterres où l’on introduisit des essences nouvelles.

27La quasi-totalité de ces châteaux fut construite entre 1860 et 1900 – dates rondes –. Ils précèdent une autre vague emblématique, postérieure à 1900 : les caves coopératives installées à proximité des villages, symboles de la république des petits propriétaires. Un paysage finit de se construire sur ce contraste : l’ostentatoire de la distinction médiocrement investi, car ces demeures ne furent guère habitées, l’utilitaire communautaire adapté au vignoble de masse.

Conclusion

28De la forteresse protectrice au château privé : ainsi peut-on caractériser les transformations du paysage en Narbonnais entre 1400 et 1900. Mettre en avant le bâti est rappeler que le paysage n’est pas seulement la campagne, mais les formes d’habitat, les terres mises en valeur, l’inculte, les voies qui les relient. Trois cycles paysagers se succèdent depuis le XIVe siècle, caractérisés par des manières distinctes d’habiter, d’occuper le territoire. Leur intérêt est de se fonder sur la même gamme végétale : les grains, la vigne, l’olivier. Chaque séquence a son intensité, de plus en plus forte, se déploie sur un siècle et demi, temps long et temps court jouant leur partie, car de brusques accélérations interviennent quand les paysages acquièrent leur touche ultime. C’est pourquoi il n’est pas infondé de risquer l’expression « crise du paysage » pour qualifier ces mutations.

29Les hommes sont les agents nécessaires, les dynamiques sociales essentielles. Mais d’où proviennent les ressorts qui donnent leur spécificité à chaque cycle paysager ? Peu des volontés particulières, peu des conditions locales, davantage de la conjoncture, encore plus des techniques, des voies et des moyens de communication. S’ajoute le goût. Mais il n’est que parure, suit le plus souvent le style alors en vogue. Les « châteaux viticoles » en sont l’illustration. Cela ne veut pas dire qu’ils soient à considérer comme des éléments secondaires. Les traits extrêmes, de marge en quelque sorte, contribuent à construire le tout et à lui donner son sens. Peu utilisés sur le moment, ils accèdent à l’utilité sur le tard, à laquelle on ne les destinait pas : en donnant de la noblesse au vin – … par les appellations « château ».

30Les paysages – la constatation n’est pas neuve – sont bien des productions humaines. Le Narbonnais montre, y compris avec des paysages qualifiés actuellement d’identitaires – le moment viticole de la fin du XIXe et du début du XXe siècle – que leur élaboration et leur évolution relèvent au moins autant de facteurs externes que de stimulations internes.

Notes

1 É. Dellong, Le littoral narbonnais dans l’Antiquité, thèse, Université de Toulouse-Le Mirail, 2006 ; J.- L. Abbé, À la conquête des étangs. L’aménagement de l’espace en Languedoc méditerranéen (XIIe-XVe siècle), Toulouse, PUM, 2006 ; M. Bourin-Derruau, D. Le Blévec, C. Raynaud, L. Schneider, « Le littoral languedocien au Moyen Âge », J.-M. Martin (éd.), Zones côtières littorales dans le monde méditerranéen au Moyen Âge : défense, peuplement, mise en valeur. Castrum 7, Rome-Madrid, École française de Rome et Casa de Velásquez, 2001, p. 345-423.

2 Ce qui reste le cas aujourd’hui. La carte de Roussel et Blottières est très suggestive à cet égard (cf. note 5).

3 Archives municipales de Narbonne, DD non côté, plan exécuté à la suite d’un accord passé entre les consuls de Narbonne et les seigneurs de Vinassan. « Ile del Lec », cette ancienne dénomination de la Clape souligne son caractère précédemment insulaire. Cf. dossier DVD.

4 Le voyage de Thomas Platter, 1595-1599, présenté par E. Le Roy Ladurie, Paris, Fayard, 2000, p. 400 : « Dans toute cette région, il n’y avait rien que de l’eau partout. Les prairies, les champs étaient tous inondés […]. Le niveau de la plaine autour de Narbonne est très déprimé : par temps de pluie, le sol de cette plaine est donc rapidement submergé » (17 janvier 1599) ; Chapelle, Voyage de Chapelle et Bachaumont, 1732, éd. Paris 1854, p. 75 ; P. Carbonnel, Histoire de Narbonne, Narbonne, 1954, t. 1, p. 252-253. 250 soldats de l’escorte d’Anne d’Autriche se seraient noyés.

5 Carte générale des Pyrénées de Roussel et Blottières, 1718 (morceau n° 2), source IGN. Cf. dossier DVD.

6 M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité (Xe-XIVe siècle), Paris, L’Harmattan, 1987, p. 216 sq., carte p. 214-215.

7 Pour le détail des superficies cultivées et des structures de la propriété du XIVe à la fin du XVIIIe siècle, cf. G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et Narbonnais, 1300-1789, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, 1999.

8 R. Caïrou, Narbonne : 20 siècles de fortifications, Narbonne, 1979.

9 Bastides de Lebrettes et de Taraillan, Archives municipales de Narbonne, compoix de 1499, non coté, fol. 20 v°-22.

10 G. Larguier, Le drap et le grain…, p. 699 sq.

11 Toutes les indications suivantes sont tirées des compoix de Narbonne, 1453, 1499, 1526, 1549, 1597 (Archives municipales de Narbonne, CC 6061, 2270, 2674, 2677, 6069).

12 Compoix de 1499, fol. 106 v°.

13 Ibid., fol. 171 sq.

14 G. Gavignaud-Fontaine, G. Larguier, Le vin en Languedoc et en Roussillon, Canet-en-Roussillon, Trabucaire, 2007, graphique p. 36.

15 Racines d’yeuses riches en tanin expédiées par tartanes entières vers Marseille.

16 G. Larguier, Le drap et le grain…, p. 1077.

17 G. Larguier, « Atonie d’une ville, difficultés de la noblesse. Le marché immobilier et foncier narbonnais en 1789 », Annales du Midi, t. 101, 1989, p. 375-407.

18 C. Ferras, Architecture privée au XIXe siècle : les « châteaux » du vignoble en Bas-Languedoc occidental, thèse d’histoire, université de Montpellier 3, 1987 ; J.-D. Bergasse, L’eldorado du vin : les châteaux de Béziers en Languedoc, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 1994 ; E. Mandrou, Patrimoines et grandes familles dans le Narbonnais pendant la 2e partie du XIXe siècle, thèse de droit, Université de Toulouse 1, 1998. Cf. Documents DVD, exemples de châteaux viticoles : Ricardelette, Capitoul, Lebrettes, Moujan, Montplaisir, Couarde, Petit Mandirac.

© Presses universitaires du Midi, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search