Version classiqueVersion mobile

Une longue histoire

 | 
Jean-Loup Abbé

Partie II. Le paysage rural en construction sur la longue durée

La transformation du paysage narbonnais antique révélé à partir des indices archéologiques

Éric Dellong

Texte intégral

Documents DVD

1Pourquoi s’intéresser au paysage environnant le centre urbain (urbs) de Narbonne antique ? Parce que le destin de Narbo Martius, ville littorale par excellence, fondée au carrefour de voies commerciales terrestres, fluviales et maritimes, est intimement lié à la configuration de l’environnement dans lequel elle s’est développée. Comme nous allons le voir, cette configuration, qui est loin d’être figée, est au cœur de nombreuses préoccupations, qu’elles soient d’ordre archéologique ou historique.

2En évoquant les principaux obstacles auxquels nous nous heurtons pour parvenir à une restitution plausible de cet environnement littoral, nous nous attarderons surtout sur l’apport des méthodes privilégiées jusqu’à aujourd’hui pour l’aborder. L’un des principaux enjeux de cet article consiste à montrer la complexité d’approche de ce thème à partir de plusieurs exemples pris de l’archéologie et « remis » au goût du jour par des découvertes récentes. Ces exemples mettent en évidence l’implication croissante de l’homme dans un phénomène complexe de transformations où facteurs humains et naturels s’entrecroisent. Ils démontrent également, plus que jamais, la nécessité d’une approche pluridisciplinaire et diachronique.

3La notion de paysage recouvre diverses réalités. Nous aborderons surtout la configuration des rivages (maritimes, lagunaires) et celle de la basse plaine de l’Aude. La caractérisation de la couverture végétale et la prise en compte de l’anthropisation ou de ses effets (défrichements, agriculture, drainages, phénomènes d’érosion…) constituent à leur manière un autre volet de cette transformation du paysage littoral ; nous ne l’aborderons pas ici.

Les paysages actuels du littoral narbonnais

4Tel que nous l’abordons, ce littoral narbonnais recouvre trois grands ensembles de paysages (Fig. 1) : depuis la mer Méditerranée, à l’est, le domaine maritimo-lagunaire, ensuite, les massifs calcaires et, surtout du côté nord, les systèmes fluviaux et les basses plaines.

Cordon littoral et zones lagunaires

5La côte narbonnaise est constituée par un étroit cordon littoral sableux de faible épaisseur, reliant entre eux, en les isolants de la mer, une « série de piliers, anciennes îles ou caps » (pour reprendre les propos de Gayraud 1981). Tourné vers la mer, il est quasiment isolé de l’arrière-pays par d’imposants massifs collinaires, sous la forme de falaises (massif de la Clape, du Cap Romarin). Ces reliefs contraignants, qui freinent les communications vers l’arrière-pays, n’en demeurent pas moins attractifs. C’est à leur pied, en effet, que surgissent de nombreuses sources pérennes (Fig. 2). Ce lido, dont la date de constitution n’est pas encore bien établie, est interrompu en trois points distincts par des graus étroits, passages naturels assurant le lien indispensable entre mer et lagune. En retrait de ce cordon, le littoral narbonnais se caractérise par un vaste ensemble de bassins lagunaires en voie de colmatage plus ou moins avancé, reliques d’un plan d’eau beaucoup plus vaste à l’origine... On peut en distinguer deux types en fonction de leur profondeur, séparés par la langue de l’Ardillon ou Ardaillon que prolonge l’île Sainte-Lucie (Fig. 3). D’une profondeur supérieure à 1 m, piquetés l’un et l’autre de nombreuses îles, ce sont : l’étang de Bages-Sigean (Fig. 4) qui s’oppose, d’une certaine manière aux étangs de l’Ayrolle, de Campignol, de Gruissan et de Mateille (Fig. 5), bien plus fractionnés et moins profonds.

Massifs calcaires

6Autre composante essentielle du paysage narbonnais, les massifs calcaires, dont l’altitude ne dépasse guère les 300 m, se répartissent inégalement sur le littoral, les plus imposants constituant les limites occidentale (massif des Corbières maritimes) et orientale du bassin narbonnais (Cap Romarin). À ces deux ensembles bien différenciés, il faut associer des reliefs « isolés » dont la hauteur, inférieure à 200 m, rompt avec la monotonie de la bordure lagunaire. Le massif calcaire de la Clape culmine à 214 m au coffre de Pech Redon (Fig. 6). Tous ces reliefs ont le même type de couverture végétale. De plus, la nature du terrain a favorisé la création de sources vauclusiennes.

Les basses plaines

7Les régions de basses plaines constituent près de la moitié de la superficie du littoral narbonnais. Particulièrement propices à la culture et à l’occupation du sol, elles sont aussi les plus soumises à l’alluvionnement des fleuves et donc aux inondations.

8C’est au nord de Narbonne que se développe la plaine alluviale de l’Aude (Fig. 7). Elle est aujourd’hui parcourue et entretenue par le fleuve qui finit, après s’être frayé un chemin dans un secteur semi-marécageux, par se jeter à la mer aux cabanes de Fleury / grau de Vendres. Bien que domestiqué, l’Aude possède encore le caractère intempestif que lui attribuent certains auteurs antiques. C’est ce caractère dangereux qui a conduit, sans doute très tôt, à la construction d’ouvrages hydrauliques divers et variés, plus ou moins connus, chargés de canaliser, drainer ou orienter les surplus d’eau engendrés par le fleuve, d’où le réseau de canaux et de ruisseaux particulièrement dense et complexe à démêler qui la caractérise.

9C’est dans cette plaine alluviale, aujourd’hui encore très largement vouée à la culture de la vigne, que se détache du fleuve et se dirige vers Narbonne le canal de la Robine. Après avoir parcouru la plaine et traversé la ville, il franchit non sans difficulté les étangs pour parvenir jusqu’à Port-la-Nouvelle, son débouché maritime actuel. Intégralement rectifié aux XVIIe et XVIIIe siècles, ce canal, dont l’acte de naissance peut être fixé au XIVe siècle, a été aménagé en partie sur de possibles chenaux de l’Aude (Fig. 8).

10Le système hydraulique littoral actuel constitue finalement un réseau, formé progressivement au fil du temps, selon la conjonction de facteurs naturels et anthropiques très variés. Il représente un obstacle de taille à la restitution du paysage antique…

Aborder la configuration ancienne du littoral narbonnais

11Le littoral narbonnais constitue un espace original, car il apparaît attractif et mobile. Au débouché d’un fleuve, en bordure de la mer Méditerranée, point de rencontre et aboutissement des flux du Sud espagnol, de l’Italie et de l’Ouest aquitain, il offre une position de choix dans le domaine du commerce, à l’origine probable de la fondation de Narbonne. Ce qui a constitué pendant plusieurs siècles un atout, s’est avéré être au fil du temps un inconvénient : le progrès de l’alluvionnement de la basse plaine, les colluvionnements plus ou moins accélérés par les défrichements expliquent en grande partie pourquoi le paysage littoral que nous connaissons aujourd’hui diffère de celui qu’ont pu connaître les habitants de la première colonie. Qu’ils soient historiques ou archéologiques, les enjeux de la restitution de ce littoral sont de taille, mais ils se heurtent à la réalité du terrain (colluvionnement important, nappe phréatique…) et à l’approche littéraire longtemps privilégiée par l’historiographie. Ce n’est que récemment, parallèlement à la multiplication des chantiers de fouilles archéologiques, que les observations paléoenvironnementales ont permis un renouvellement de cette question.

Les sources écrites : vers une relecture des auteurs anciens

12« Décrivant le littoral des Pyrénées aux Alpes, conformément à un usage grec ancien comme une série de golfes, Avienus précise pour le golfe de Narbonne et son étang Rubresus — où il faut reconnaître l’étang de Bages — qu’il est entaillé dans la terre et que son eau profonde entoure quatre îles. Il précise encore qu’ici l’Aude se rue dans la plaine salée. […] Cette image, qui désigne habituellement la mer, peut s’appliquer ici au vaste étang maritime, bien ouvert sur le large et dont on sait qu’il a connu d’importants atterrissements liés notamment à des variations du niveau marin, à l’époque historique (à partir du Ier siècle av. J.-C.), au point de rendre très difficile l’accès au port et d’imposer aux Romains de grands travaux de détournement et de canalisation du bras septentrional du fleuve, depuis la hauteur de Sallèles-Coursan. » (Bilgen et al. 1993, 154-155). Cet extrait d’un article pourtant récent n’est qu’un résumé condensé de l’hypothèse véhiculée par la bibliographie existante qui s’appuie quasi exclusivement sur les sources antiques. L’exploitation des textes anciens constitue un réflexe naturel qui invite néanmoins à la plus grande prudence. Comme l’a souligné récemment Ph. Leveau, la notion générale de « source écrite » dissimule des données d’une grande diversité : « un texte n’est pas une donnée intangible » (Leveau, Trousset 2000, 9).

Textes des auteurs antiques : Documents DVD

L’Aude

13Il est frappant de constater que l’Aude est le fleuve qui a laissé le plus de témoignages géographiques pour la région du Languedoc occidental et du Roussillon. « L’intérêt que lui ont porté les auteurs traduit d’une certaine façon la prépondérance de ce fleuve dans le paysage durant l’Antiquité » (Ropiot 2009) et, peut-être, pourrions-nous ajouter, l’intérêt suscité par le Languedoc occidental auprès des Romains. Le fait que le nom même du fleuve ait donné son nom à Narbonne ne fait que confirmer cette prépondérance.

14Le terme Narbaioi rapporté par Hécatet de Milet se rapporte non pas au peuple ou à la ville, mais au fleuve et à l’étang. Polybe évoque « le fleuve Narbonne » qu’il localise de façon approximative vers Marseille et les embouchures du Rhône. Il fait de ce fleuve une limite géographique et peut-être ethnique qui borne l’Europe et à partir de laquelle se trouvent des Celtes jusqu’aux Pyrénées.

15C’est à l’époque romaine que le fleuve prend le nom d’Atax. Ce qui est en soi une marque d’appropriation, sinon de meilleure connaissance par les Romains du milieu dans lequel ils se sont implantés. De ce point de vue, Strabon l’utilise pour situer les autres cours d’eau (le Tech et la Têt, d’un côté ; l’Hérault et l’Orb, de l’autre). L’Atax est navigable, selon Strabon, « au delà de la ville, en direction de la Garonne, mais sur une courte distance » (IV, 1, 14). Pomponius Mela précise qu’il n’est navigable qu’à partir de Narbonne. On notera enfin que Lucain fait allusion à l’utilisation du fleuve comme voie d’eau portant des navires latins (La Pharsale, Chant I, v. 404-405). Ces indications permettent d’avancer que l’Aude était à l’époque romaine navigable (sur une courte distance), à partir de Narbonne. Le type d’embarcation ne peut malheureusement être précisé.

La lagune

16Pomponius Mela et Strabon insistent sur des critères pratiques de description liés à l’accès de Narbonne par la mer. Ils précisent que la ville se situe à 12 milles de la mer ; Polybe ajoute que l’Aude se jette dans un vaste plan d’eau (Narbonitis/ Rubresus) qui communique avec la mer par un grau, ce qui laisse penser qu’un cordon littoral s’était formé.

17Les auteurs décrivent une situation relativement proche de la nôtre, si l’on excepte l’Aude qui devait se jeter dans l’étang de Bages-Sigean. Il est intéressant de constater qu’en aucune occasion, les auteurs ne font allusion à un quelconque chenal. Cette situation voit coexister le fleuve, un vaste plan d’eau intérieur (Narbonitis / Rubresus) dans lequel il se jette et communique par un grau. La présence d’un cordon littoral est induite par celle du grau. Aucun des auteurs ne précise où débouche le fleuve et où s’opère sa mise en communication avec la mer, et encore moins où il passait. D’autant que le singulier employé pour caractériser le « grau » n’en implique pas obligatoirement l’existence d’un seul.

18Bref, les témoignages littéraires relatifs à la physionomie de la côte narbonnaise ne manquent pas, mais ils doivent être appréhendés avec beaucoup de précautions. Les indications sont souvent peu précises, même lorsqu’il s’agit d’indications de distances. Les auteurs décrivent un milieu beaucoup plus stable, à première vue, que ce que l’on pouvait supposer, du moins si l’on considère que le vaste golfe décrit par Avienus correspond bien à un espace lagunaire, c’est-à-dire une lagune en communication avec la mer par des graus. Attention, cependant : stabilité ne signifie pas fixité. Ils décrivent également un fleuve emprunté par un type particulier d’embarcation, qui débouche dans la lagune et ne communique avec la mer que par un « passage étroit ».

Une approche régressive difficile

19La carte de Cassini (Fig. 9) est souvent utilisée pour aborder la question des variations des rivages ou des fleuves. Elle ne décrit pourtant, comme la carte du nouveau canal et de la Robine (antérieure à 1777), qu’une configuration vieille de deux siècles (Fig. 10-1 et 10-2). D’une manière générale, l’atterrissement qui caractérise les rivages narbonnais y apparaît beaucoup moins prononcé qu’aujourd’hui.

20La carte du cours du canal royal (1687) n’apporte guère de précisions sur la configuration lagunaire (Fig. 11). On note même beaucoup d’imprécisions. La carte du canal de Languedoc (1771) apparaît beaucoup plus précise (Fig. 12). Les anciens méandres de la Robine sont indiqués ; l’étang du Cercle est encore en eau. Quant à la configuration lagunaire, elle est très proche de celle décrite par la carte de Cassini. Plus détaillée, la carte de la frontière des Pyrénées (1718) décrit une configuration similaire : on remarque un atterrissement moins prononcé à l’est et au sud-est de Narbonne, dans le secteur de la plaine de Mandirac (Fig. 13-1 et 13-2). Au nord-est de Narbonne, en direction de Coursan, on observe des bras ou cours d’eau en voie d’atterrissement que les autres cartes évoquées ici ne mentionnent pas. S’agit-il d’une erreur ? Ou, ce qui est peut-être plus intéressant, de tracés alors disparus, mais inspirés de cartes plus anciennes ?

21Ces quelques cartes réunies soulignent particulièrement bien les effets de l’anthropisation. Elles doivent aussi, comme les textes, être traitées avec beaucoup de précautions : imprécision de certains tracés, détails caducs ou tirés de supports cartographiques plus anciens… Qu’en est-il de la période antérieure aux XVIIe – XVIIIe siècles ? Faute de supports cartographiques précis, les sources écrites, qui ne permettent pas de remonter au delà du XIVe siècle, ne facilitent pas le travail de restitution.

22À en croire P. Verdeil, c’est un XIIIe siècle relativement calme que révèlent les sources. Des salines sont attestées en 1218 au « Pech Audier » (ancien nom du Roc de Conilhac) ; en 1232, le vicomte de Narbonne, dans une concession faite aux consuls, les autorise « à faire enlever ou détruire sans contradiction de la part de qui que ce soit maintenant et en tout temps, totas las ihlas et las playssadas que huey son e d’essi en ant serant enfra Aude » (toutes les îles et palissades qui existent et se feront en aval comme en amont de l’Aude) (Verdeil 1967, 84). En 1293, un hommage à l’archevêque Gilles Aycelin est fait par Raymond du Lac pour la bastide de « la Voulte » qu’il tient de lui au bout de « l’île de La Leigne », au lieu-dit « Goule d’Aude » ou « Roubine », et pour la moitié du « Pech De Conilhac » (Verdeil 1999, 25). L’Aude débouche donc à cette époque non loin de l’île de la Leigne (île de l’Aute).

23Plus prolixes sont les sources du début du XIVe siècle, pendant lequel la morphologie de la basse plaine change radicalement. Une première crue est attestée en 1307 : la même année (à la suite de cette inondation ?), des travaux de redressement sont entrepris au lieu-dit « Pas de Saint-Paul », l’Aude débordant vers la Robine qui en était éloignée de 585 m. En 1314, une paissière est établie sur la robine de Moussoulens par laquelle flumen atacis ad antiquam alveum dicte ville reduci est adisatum (le fleuve Aude qui conduit dans son ancien lit à la ville est réduit en cet endroit ; Verdeil 1967, 85). En 1316, une crue importante, sans doute la plus sérieuse que le bassin de l’Aude ait jamais connue, transforme la physionomie de la basse plaine. En amont de la ville, les voies d’eau situées dans le secteur de Moussoulens sont colmatées. En aval, le fleuve qui débouchait dans l’étang de Gruissan se jette désormais dans l’étang de Bages-Sigean. Au nord-ouest de l’île Sainte-Lucie, il ne reste plus que l’Ardalho, « plis formé par la robine antique dans l’étang ». Cette citation prouverait donc l’existence, dans cette partie de l’étang, d’un chenal antérieur au XIVe siècle (Verdeil 1999, 27).

24La carte schématique du littoral que propose P. Verdeil (Fig. 14) permet d’imaginer la configuration de la basse plaine à cette époque. Elle s’appuie en partie sur la description faite au début du XIVe siècle, dans un procès verbal relatif à l’enlèvement de tous les obstacles qui s’opposent au libre écoulement des eaux de la rivière et des robines construites pour éviter les inondations (Verdeil 1967, 85-86). À la fin du XIVe siècle, en 1398, un texte décrit une configuration différente, proche de celle que représentent les cartes des XVIIe et XVIIIe siècles. « Et pour mieux comprendre le fait, il faut savoir qu’au jour d’aujourd’hui, le fleuve Aude forme deux cours lesquels commencent à Cuxac au lieu dit « au chemin », desquels l’un passe près de Cuxac formant le cours principal qui passe entre Coursan et Céleyran et jusqu’à l’étang vulgairement appelé « del Payrues » (étang de Vendres) ; l’autre cours passe à Narbonne et delà jusqu’au grau appelé « de Narbonne ». (Verdeil 1967, 90 – aucune référence n’est livrée).

25Cette rapide évocation des grandes étapes de l’évolution du paysage littoral entre le XIVe et le XVIIIe siècle cache donc beaucoup d’incertitudes. Le traitement des documents d’archives, seulement amorcé par P. Verdeil, reste entièrement à faire, tant pour la période médiévale que moderne. On devine pourtant l’intérêt d’une telle entreprise, qui n’est encore qu’à ses débuts, pour la meilleure compréhension des quelques indices, souvent ponctuels et difficilement généralisables, qui permettent d’envisager, selon une approche régressive, la configuration antique du littoral.

L’approche paléoenvironnementale

26L’occasion nous est donnée de citer le travail amorcé par S. Rescanières dans le cadre de sa thèse de doctorat consacrée à l’évolution de la basse plaine de l’Aude à l’Holocène.

27De la Préhistoire à nos jours, deux grands moments de l’évolution du paysage peuvent être considérés. Les avis convergent pour dire qu’au cours du Néolithique, la remontée du niveau de la mer se poursuit lentement pour atteindre un niveau proche de l’actuel (environ – 2 m NGF) au Néolithique final (Morhange et al. 1998 ; Vella 1999). Durant cette phase, le massif de la Clape était une île (Verdeil 1970 ; Ambert 1993) et le promontoire de Narbonne formait une presqu’île avancée dans une immense lagune deux fois et demie plus vaste que l’étang de Thau actuel. Cette phase est mal datée : elle est rapprochée de la Préhistoire récente ou de la Protohistoire par les sondages du Castélou et de Capestang étudiés par P. Ambert (Guilaine dir. 1995). L’âge de la fermeture du plan d’eau, c’est-à-dire de la constitution du lido, n’est pas assuré. Il se placerait grosso-modo entre le Chalcolithique et l’Antiquité (Rescanières et al. 2003, p. 45).

28La période antique ne représente qu’un « bref » moment de l’évolution des paysages narbonnais, postérieur à une phase de remontée marine. Englobant les périodes protohistorique et historique, elle est marquée par la remontée marine, la poursuite de la construction de la plaine fluvio-littorale au détriment de la paléolagune et l’édification du lido. Il semble que durant toute cette période, l’évolution de la lagune soit surtout restée tributaire de la position et de l’activité des bras de l’Aude.

29Cette rapide description cache mal le retard accumulé pour le Narbonnais dans le domaine de la connaissance du milieu et de son évolution. En cours de rattrapage, il s’explique en partie par le poids de la tradition historiographique, les méthodes préconisées depuis près d’une trentaine d’années et, surtout, par la complexité et la diversité des situations que révèlent de plus en plus les travaux actuels.

Plans d’eau et marécages autour de la ville antique

30Narbonne est implantée sur une terrasse constituée d’anciennes alluvions continentales de l’Aude qui domine encore aujourd’hui de quelques mètres environ un ensemble de secteurs dépressionnaires (l’Égassiéral, l’étang du Cercle, la Licune…) (Fig. 15). P. Ambert a été le premier, à travers le dépouillement de quelques sondages géotechniques, à évoquer l’existence, à l’est de Narbonne, d’un plan qui aurait pu être en eau dès la période romaine (Ambert, 2000). La topographie de ce plan d’eau, aux portes de la ville (à 400 m environ en aval du pont des Marchands), demande à être affinée, de même que sa date de fonctionnement.

31Mieux appréhendée est la dépression de l’Égassiéral. Située immédiatement au nord du premier méandre que forme la Robine au sortir de la ville et à l’est du complexe provincial de la cité, cette vaste zone dépressionnaire (83 ha), dont l’emprise exacte reste à préciser (Fig. 16), a été comblée très tôt, sans doute dès le Ier s. av. J.-C., comme le suggèrent les différentes opérations d’archéologie préventive menées dans le secteur. L’amphithéâtre de la cité a été construit sur des remblais dont l’épaisseur n’a pu être évaluée : le sondage réalisé conjointement par l’INRAP et la Ville de Narbonne en 2003 (Guillaume 2003 ; Moulis, Dellong 2003) au sud de l’ellipse du monument révèle des apports destinés à stabiliser et à imperméabiliser le sol. Le comblement d’une dépression préexistante dans un souci d’imperméabilisation paraît une hypothèse plausible.

32À une cinquantaine de mètres du site de l’amphithéâtre, un diagnostic récent de l’INRAP mené par V. Canut (Canut, Gros 2005) en collaboration avec l’ANTEAS (Association Narbonnaise de Travaux et d’Études Archéologiques Subaquatiques) a permis l’observation, à une cote voisine de 1 m NGF, d’un système de canalisation (le substrat n’a pas pu être atteint). Cette découverte confirme donc en ce point le drainage et, de manière plus générale, une viabilisation de ce secteur par l’aménagement d’un réseau de canalisations et d’égouts collecteurs. Cette caractéristique se remarque également non loin de là, dans la tranchée creusée en 2005, le long de l’avenue Kennedy jusqu’à hauteur de la rue Jacquard (É. Dellong, D. Moulis, rapport à paraître), mais aussi sur le tènement de la Rouquette (Fig. 16). Sur ce site, en effet, des canalisations de type égout dallé ou voûté ont été dégagées. Il semble, d’après les indices chronologiques déduits des observations stratigraphiques et de l’étude des mobiliers, que ce comblement se soit opéré au plus tôt dans la seconde moitié du Ier siècle av. J.-C.

À la recherche des embouchures de l’Aude

33Nous savons que le chemin qu’emprunte aujourd’hui le fleuve Aude pour déboucher dans la mer diffère « dans une certaine mesure » de celui qu’elle pouvait emprunter il y a seulement deux siècles et à plus forte raison durant l’Antiquité. Son débouché actuel dans l’étang de Vendres ne s’est véritablement opéré, comme nous l’avons vu, qu’à partir du début du XIVe siècle à la suite d’inondations successives. Avant cette date, l’Aude se jetait dans le complexe lagunaire formé par l’étang de Bages-Sigean et les étangs de Campignol / Ayrolle. Où, selon les périodes, se jetait l’Aude-Robine en direction de la mer et des étangs ? Plusieurs choix s’offraient et nul doute que plus d’un a été privilégié au fur et à mesure de ses divagations et des progrès de la formation de son cône alluvial (Fig. 17). Plusieurs débouchés en aval de Narbonne ont été proposés pour l’Antiquité (Gayraud 1981, p. 48).

34Plus convaincants sont, pour l’instant, les arguments qui proposent de voir un débouché de l’Aude du côté ouest de la plaine de Mandirac et dans les parages du domaine de Montfort, au sud-est de la cité (Gayraud 1981, 48). La plaine de Mandirac est une construction récente liée au progrès de la formation du cône alluvial du fleuve vers le sud, dans la lagune. Rappelons que ce secteur, hors d’eau dès le VIIIe siècle, a nécessairement vu passer le fleuve. Plus précisément, c’est sur le terrain encadré par le domaine de Montfort, à l’est, et la chaussée de Mandirac, côté ouest, que convergent aujourd’hui indices archéologiques, photo-interprétatifs et paléoenvironnementaux. L’observation d’une photographie aérienne de 1935 montre, de façon assez nette, l’existence d’un méandre (Fig. 18) ainsi que des anomalies géométriques à l’extrémité sud de la plaine marécageuse. Des prospections de terrain couplées à des piquetages et sondages géoarchéologiques réalisées par ANTEAS et S. Rescanières ont permis de rencontrer en 2001, à 1,20 m de profondeur en moyenne, et de façon régulière, des résistances formées de moellons calcaires, dont certains enduits de mortier de chaux et des fragments de céramique. Cette présence de blocs en grand appareil, de tegulae et de moellons liés au mortier de chaux prouve l’existence d’une structure en dur, aux dimensions pour lors inconnues, datée autour des IIe – IVe siècles apr. J.-C. (amphores à tendance africaine ; céramique africaine de cuisine). Il pourrait effectivement s’agir d’une chaussée, d’un ouvrage ayant servi à « orienter » le cours du fleuve (observations inédites ANTEAS).

35Récemment, des sondages menés à la tarière de pédologue dans l’emprise de ce cours, mais en amont de ces vestiges, attestent non seulement sa présence, mais aussi celle de tessons antiques roulés (observations inédites S. Rescanières). Le fleuve a donc débouché dans l’étang de Bages-Sigean dans cette zone, et il est de plus en plus probable qu’un endiguement ait permis de prolonger son débouché vers le sud (pour faciliter les opérations de transbordement des marchandises ?). C’est peut-être à ces opérations qu’il faut lier les quantités de mobiliers mises au jour sur le rivage actuel, dans l’emprise probable de ce débouché (ANTEAS 1989).

36Un autre écoulement dans un secteur tout aussi capital, mais plus mal connu, est situé dans les environs du domaine de Malard, au nord-est de la ville, connu pour avoir révélé des vestiges au XIXe siècle. En ce point, un ruisseau, la « Rèche », coule en contrebas de la terrasse de Narbonne pour se jeter, encore de nos jours, dans l’étang de Saint-Laurent. L’hypothèse d’un ancien lit de l’Aude, à son emplacement, a été suggérée dès 1990 (ANTEAS 1989, Falguéra 1994). Rappelons que le site de Malard correspond à un aménagement conséquent d’amphores et galets dont la fonction est l’assainissement d’un vaste secteur, en relation avec des structures indéterminées. Depuis cette fouille, un diagnostic et une fouille archéologique préventive ont été réalisés par l’INRAP sur l’emplacement des découvertes faites par l’ANTEAS. Couplées à des études géomorphologiques, ces deux opérations (Canut et al. 2005a, 2005b) attestent la proximité du fleuve et d’une zone lagunaire. La relation et l’évolution de ces deux entités restent à définir. Quoi qu’il en soit, nous sommes bien dans un secteur à proximité duquel coulait au début de notre ère le fleuve Aude.

37À l’échelle des deux milliers d’années qui nous séparent, le fleuve apparaît en définitive extrêmement fluctuant. La datation de ces bouches est d’autant plus délicate que nous n’avons, pour nombre d’entre elles, que peu de traces archéologiques en rapport avec leur existence. Seules des opérations de grande envergure (sondages et surtout tranchées) permettraient de lever le doute sur leur existence et leur datation.

Conclusion

38La caractérisation de l’évolution paléoenvironnementale du Narbonnais sur près de six siècles apparaît comme un travail particulièrement difficile. Comment arrivaient les navires à Narbonne ? Où était le port de la cité ? Comment procédait-on au débarquement et à l’embarquement des marchandises ? Quel a été l’impact de l’évolution de la ligne de rivage, ou de l’atterrissement fluvial en lagune, sur le ou les ports de la ville et d’une façon plus générale sur l’habitat rural et urbain ? Quelle était la physionomie des terrains autour desquels s’est implantée puis développée la ville de Narbonne ? Quelle a été l’attitude de la population à l’égard de ces milieux ?

39La configuration fluviale est, elle aussi, au cœur des préoccupations des géomorphologues. Elle s’articule autour de trois grands points souvent interdépendants : la divagation du lit du fleuve dans la basse plaine se traduisant par l’abandon ou par la création de méandres, le colmatage de la basse plaine et la diversification de ses débouchés dans la lagune. La connaissance du rôle joué par l’homme dans cette évolution s’avère primordiale : c’est sur cette base que repose la question de la nature du passage de la Robine à Narbonne ou l’existence d’un barrage antique en amont de celle-ci. L’identification d’un paléocours de l’Aude, axe de pénétration commercial du couloir audois dans les parages de Montlaurès, permettra de mieux caractériser le rôle joué par cet oppidum dans la diffusion du commerce italique : si l’Aude passait à proximité de l’oppidum, était-elle navigable jusqu’au site ? La caractérisation des cours de la Berre dans la basse plaine sigeanaise est également primordiale. Pech-Maho était-il un oppidum lagunaire ou fluvial ? Où passait la Berre avant qu’elle ne se jette à la fin du Moyen Âge au nord de Sigean, dans la plaine du Lac ?

40L’approche paléoenvironnementale constitue le prolongement naturel d’une approche cantonnée jusque-là dans l’interprétation des sources écrites antiques. Ces textes attestent un système fluvial méandreux pourvu de débouchés dans la lagune et suggèrent, comme l’ont fait remarquer nos prédécesseurs, un changement du seuil de navigabilité de l’Aude, de l’amont vers l’aval de la ville. L’ancienneté de certaines mentions, l’étymologie du mot Narbo, sont autant d’indices qui montrent, dans les sources littéraires, la prépondérance du fleuve dans le paysage antique. Dans le cadre du développement urbain qui caractérise Narbonne au début du Ier siècle apr. J.-C., cette prépondérance a obligé les habitants à s’affranchir au maximum des contraintes posées par la gestion des eaux.

Abréviations :

B.C.A.N. : Bulletin de la Commission archéologique et littéraire de Narbonne

B.S.E.S.A. : Bulletin de la Société d’Études Scientifique de l’Aude

B.S.G.F. : Bulletin de la Société Française de Géographie

C.A.G. 11/1 : Carte Archéologique de la Gaule, volume 11/1

C.N.A.U. : Centre National d’Archéologie Urbaine

Bibliographie

R.A.N. : Revue Archéologique de Narbonnaise

Bibliographie

Ambert, P., 1993 - Preuves géologiques de l’insularité du massif de la Clape (Aude) pendant la transgression flandrienne, Compte Rendu de l’Académie des Sciences, t. 316, sér. II, p. 237-244.

Ambert, P., 2000 - Narbonne antique et ses ports, géomorphologie et archéologie, certitudes et hypothèses, R.A.N., 33, p. 295-307.

ANTEAS, 1989 - Rapport du sondage 18/89, site du Petit Castelou, étang de Bages Sigean, Arch. S.R.A. / D.R.A.S.S.M. (dactyl.).

Bilgen, P., Clavel-Lévêque, M., Gilg, J.-P., de Kersabiec, A.-M., 1994 - Télédétection spatiale et données historiques : pour une analyse de l’évolution dynamique du littoral bitterois, dans De la Terre au Ciel, Paysages et cadastres antiques, XIIe stage international, Besançon, 29-31 mars 1993, Besançon-Paris, p. 137-153.

Blanchemanche, P., Berger, J.-F., Chabal, L., Jorda, C., Jung, C., Raynaud, C., 2003 - Le littoral languedocien durant l’Holocène : milieu et peuplement entre Lez et Vidourle (Hérault, Gard), dans Muxart T. et alii (éd.), Des milieux et des hommes : fragments d’histoire croisés, Paris, Elsevier, coll. Environnement, p. 79-92.

Canut, V., Bécar, J.-M., Gros, P., Petitot, H., 2005a - Boulevard de Malard, Narbonne (Aude), rapport final, diagnostic archéologique, I.N.R.A.P., Arch. S.R.A., Montpellier, 43 p.

Canut, V., Becar, J.-M., Gros, P., Petitot, H., Rescanières, S., Sanchez, C., 2005b - Le Boulevard de Malard à Narbonne (11). Document Final de Synthèse, S.R.A. Languedoc-Roussillon et I.N.R.A.P Méditerranée, à paraître.

Canut, V., Gros, P., 2005 - Résidence Les Glycines, rue du Bois Rolland, rapport final, diagnostic archéologique, I.N.R.A.P., Arch. S.R.A., Montpellier, 35 p.

Dellong, É., 2006 - Le littoral narbonnais dans l’Antiquité : approche archéologique de la ville de Narbonne et de son terroir à travers la réalisation d’un système d’informations géographiques (IIe s. av. J.-C. - IIIe s. apr. J.-C.), 2006, Doctorat en Sciences de l’Antiquité, Université Toulouse II le Mirail, (septembre 2006, direction. J.-M. Pailler), 4 vol.

Falguéra, J.-M. et F., 1994 - Chronique de l’Association Narbonnaise de Travaux et d’Études Archéologiques Subaquatiques (ANTEAS), B.C.A.N., 45, p. 125-143.

Gayraud, M., 1981 - Narbonne antique des origines à la fin du IIIe siècle, R.A.N., suppl. 8, 591 p.

Guilaine, J. (dir.), 1995 - Temps et espace dans le bassin de l’Aude du Néolithique à l’Âge du Fer, Toulouse, Centre d’Anthropologie, 442 p.

Guillaume, M., 2003 - Narbonne (Aude), la rue Paul Thiers, l’amphithéâtre de Narbo Martius, rapport de diagnostic, I.N.R.A.P., Arch. S.R.A., Montpellier, 33 p.

Leveau, P., Trousset, P., 2000 - Les sources écrites gréco-romaines et l’histoire naturelle des littoraux, Méditerranée, 2000, 1.2, p. 7-13.

Morhange, C., Provansal, M., Vella, C., Arnaud, P., Bourcier, M., Laborel, J., 1998 - Montée relative du niveau de la mer et mouvements du sol à l’Holocène en basse Provence (France, Méditerranée), Annales de Géographie, 600, p. 139-159.

Moulis, D., Dellong, É., 2003 - Recherches sur l’emplacement de l’amphithéâtre romain de Narbonne, angle de l’avenue P. Tournal et de la rue P. Thiers, D.F.S., Ville de Narbonne, 73 p.

Rescanières, S., Ambert, P., Guy, M., 2003 - Essai sur le cadre géographique antique du Narbonnais, C.A.G.11/1, p. 44-51.

Ropiot, V., 2009 - Narbonne et ses ports dans les sources antiques, dans Sanchez C., Jézégou M.-P. (dir.), Espaces littoraux et zones portuaires de Narbonne et sa région dans l’Antiquité, Lattes, Association pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, coll. Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 28, p. 21-24.

Rouch, M., 1964-1965 - Sur la Robine d’après les Archives, B.C.A.N., 27, p. 63-74.

Vella, C., 1999 - Perception et évaluation de la mobilité du littoral holocène sur la berge orientale du delta du Rhône, Thèse de doctorat en géographie physique, Université de Provence, Aix-Marseille I, 225 p.

Verdeil, P., 1967 - Essai de paléohydrographie de l’Aude, B.S.E.S.A., LXVII, p. 61- 105.

Verdeil, P., 1970 - Données nouvelles sur le Quaternaire de la basse vallée de l’Aude, B.S.G.F., XII, 3, p. 413-425.

Verdeil, P., 1999 - Matériaux pour une histoire de la robine de Narbonne, Narbonne, 29 p. (dactyl.).

Auteur

Bureau d’études archéologiques Hadès

 

© Presses universitaires du Midi, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search