Version classiqueVersion mobile

Une longue histoire

 | 
Jean-Loup Abbé

Partie II. Le paysage rural en construction sur la longue durée

La construction des paysages montagnards : une approche pyrénéenne

Christine Rendu

Texte intégral

Documents DVD

1S’étirant dans le sens sud-nord de 1600 à 2600 m d’altitude, la Montagne d’Enveig (Fig. 1) est aujourd’hui une vaste étendue de pelouse et de lande, à genêts purgatifs et genévriers, parsemée de quelques bois de pins (100 ha sur les 2000 ha du versant).

2La question qui a présidé à l’étude de cette montagne était au départ simple : il s’agissait d’avérer son historicité et à travers elle celle d’une pratique particulière, l’estivage. Les partis pris méthodologiques ont été ceux d’une approche systémique, reposant en premier lieu sur l’archéologie des sites (prospections et fouille, datation et typologie), en second lieu sur l’analyse des relations spatiales et chronologiques qu’ils entretenaient au fil du versant, le relief et l’altitude étant considérés a priori comme des facteurs fortement structurants et ayant potentiellement induit différentes formes de complémentarité. Les variations mises au jour, d’un site à l’autre, et dans la répartition globale des sites sur le versant, d’une époque à l’autre, ont bientôt élargi le champ des interrogations aux transformations conjointes des paysages d’altitude. Quelles ressources les établissements pastoraux commandaient-ils, pour quels types d’usage, comment les aménageaient-ils et pour quelles formes de parcours ? C’est par une approche paléoenvironnementale, elle aussi systémique et donc organisée, comme l’approche archéologique, selon un transect altitudinal, que l’on a essayé d’aborder la question. Autour de ces deux piliers, enfin, l’un archéologique, l’autre paléoenvironnemental, qui donnaient l’armature spatiale et chronologique d’une compréhension globale, l’interprétation a demandé un recours aux sources ethnographiques et aux sources écrites. L’objectif des premières n’était pas de plaquer les systèmes pastoraux actuels sur les traces anciennes, mais d’appréhender la logique des pratiques et le sens de leurs transformations ; les secondes, étudiées dans la longue durée des Xe-XXe siècles, devaient permettre de saisir les mutations d’un rapport à l’espace dont la singularité est d’être fondé, le plus souvent, sur une appropriation saisonnière et mobile de ressources considérées comme collectives.

3Le transect archéologique est constitué de quatre plats pastoraux étagés (Orri d’en Corbill : 1900 m d’altitude ; Pla de l’Orri : 2100 m ; Maurà : 2250 m ; La Padrilla : 2319 m) formant des unités spatiales réduites et homogènes (de 5 à 20 ha), sur lesquelles les fouilles tendent à être les plus exhaustives possible. 18 sites ont ainsi été fouillés, documentant 49 niveaux archéologiques, répartis entre le début du 6e millénaire av. J.-C. et l’actuel. L’ensemble des sites trouvés en prospection sur le versant, au nombre de 58 (totalisant 130 structures), est calé, plus ou moins précisément, par rapport à la chronotypologie établie par les fouilles.

4Les informations paléoenvironnementales proviennent du carottage de trois tourbières, elles aussi étagées (Pla de l’Orri, Maurà, Gros Roc à proximité de La Padrilla), des analyses anthracologiques des niveaux d’occupation des cabanes et pédoanthracologiques des paléosols de certaines terrasses situées sur le bas versant, enfin de l’analyse carpologique d’une cabane incendiée, qui a conservé un petit stock de graines.

Enveig dans la longue durée : les oscillations du « seuil » de la montagne

5On ne livrera pas le détail des recherches, qui a fait l’objet de plusieurs publications. C’est à travers quelques arrêts sur image montrant comme en accéléré des organisations spatiales contrastées que l’on tentera de suggérer comment les limites les plus pérennes du versant, ces seuils orographiques qui le découpent en paliers altitudinaux successifs, constituent tout à la fois les lignes de force d’une structuration complémentaire des ressources dans la très longue durée et les axes mêmes du changement, c’est-à-dire les seuils selon lesquels ces complémentarités se redéfinissent, différemment à chaque période.

6Fixons ces limites pour observer ensuite leurs variations. Ce qui nous intéresse est la façon dont elles vont s’épaissir, devenir seuil, transition, gradation, et donner prise, ainsi, au changement. Elles sont, grossièrement, celles de l’étagement biogéographique, tel que le nuancent localement le relief et l’orientation dominante des pentes. La première, autour de 2000 m d’altitude, sépare l’étage montagnard de l’étage subalpin, elle départage les versants abrupts du bas de pente et les grands plas intermédiaires (autour de 2100 m) ; la seconde sépare l’étage subalpin de l’étage alpin, vers 2200 m d’altitude, et ouvre sur les grandes surfaces d’aplanissement sommitales, 1000 ha de pâturages sur la frange inférieure desquels poussent, très lentement, quelques pins à crochet. Trois espaces sont ainsi découpés que l’on appellera bas, moyen et haut versant.

7Plaçons-y maintenant les sites, pas tous, ceux qui suffiront à dire quelques-uns des principaux contrastes.

8Au Néolithique, deux sites en haute montagne, à 2350 m d’altitude, ont révélé quatre occupations, échelonnées sur la totalité du IVe millénaire av. J.-C. Distants l’un de l’autre de 200 m à peine, ils sont localisés en limite, sur ce qui était alors le front supérieur de la forêt, la lisière. Ils sont deux aussi sur le plateau médian du Pla de l’Orri, à 2100 m d’altitude : l’un dont la date interdit à elle seule de trancher entre une vocation pastorale ou cynégétique, puisqu’il se situe à la transition Mésolithique - Néolithique (5700 av. J.-C.) ; l’autre, assez méconnu dans sa forme, car saisi seulement dans les fenêtres ouvertes à travers un site de l’Âge du Bronze, mais probablement important déjà, à en juger par l’écho pollinique enregistré dans la tourbière toute proche, entre 3900 et 3500 av. J.-C. Les positions relatives de ces occupations sur le versant, lues à la lumière des données paléoenvironnementales, indiquent déjà une structure et un mouvement. La structure est celle d’un estivage par paliers, mettant à profit, probablement dès l’origine du pastoralisme (Rendu 2001 et 2003a), les espaces de pelouses naturelles des zones supra-forestières et les clairières de l’étage subalpin. Le mouvement réside dans un premier élargissement, descendant, des étendues herbagères par déboisement par le feu qu’attestent localement différents niveaux, tourbeux et archéologiques, autour de 3200-2900 av. J.-C. (Fig. 2 ; Galop, 1998 : 77-81). Suivies, dans les diagrammes polliniques, d’une augmentation des poacées et des indicateurs pastoraux, ces ouvertures, d’origine anthropique très certainement, témoignent d’un premier aménagement pastoral des ressources du versant. Avérée pour la première fois à Enveig, cette dynamique s’est trouvée confirmée depuis, à l’échelle pyrénéenne, comme un phénomène marquant du Néolithique final (Galop 2006, Miras et alii 2007).

9L’image que livre l’Âge du Bronze est déjà tout autre. Le dépaysement tient en premier lieu à la typologie des installations fouillées sur le moyen versant, dont on ne prendra pour exemple que le site 88, au Pla de l’Orri (2100 m d’altitude). Ouvert pour l’instant sur 150 m2, mais d’une surface totale d’environ 3000 m2, il se compose d’un bâtiment de 40 m2 à la construction soignée (parements internes d’orthostats, large trou de poteau dans l’abside sud), accolé à un mur de près de 3 m de large (Fig. 3). Deux phases ont été reconnues (XIXe-XVIIe siècle et XVe-XIIe siècle av. J.-C.), qui sont séparées par un remaniement architectural. Tel qu’il apparaît actuellement, le site tranche avec tout ce que l’on connaît sur le versant toutes périodes confondues. Son originalité, à laquelle fait écho, à 1900 m d’altitude, le site 85, contemporain, réside dans le fait qu’il s’apparente beaucoup plus à une ferme d’altitude qu’à une cabane d’estive. Or, d’après les prospections, six autres sites, tous installés sur les versants intermédiaires, pourraient se rattacher à ce modèle. Le fait qu’ils ne dépassent pas les 2100 m d’altitude semble indiquer l’existence d’un seuil, non au sens d’une absence d’exploitation pastorale des hautes surfaces (il y existe des cabanes), mais d’une exploitation différente, moins marquée. Parallèlement à ces recherches, l’étude d’une série de terrasses érodées situées entre 1600 et 1900 m d’altitude est encore venue renforcer cette impression d’une extrême structuration des bas et moyens versants durant l’Âge du Bronze. Différents sondages ont en effet montré que ces terrasses, recoupées par des enclos modernes et qui pouvaient donc être médiévales ou antérieures, venaient en recouvrir d’autres, plus anciennes encore, dont certaines peuvent être datées avec certitude de l’Âge du Bronze (Harfouche 2005, Bal 2006, Bal et al. 2010).

  • 1 Il existe pour cette époque quelques sites, fouillés principalement sur le bas versant. Le (...)

10Cette expansion des terroirs hauts en altitude se retrouve, sous un visage différent, à une période où la faiblesse supposée de la pression démographique ne la laissait pas envisager, le haut Moyen Âge (VIIe-IXe siècle de notre ère). Après une longue phase de recentrage des activités sur le piémont (Ve siècle av. J.-C. – IVe siècle ap. J.-C.), marquée par des formes d’exploitation beaucoup plus forestières1, la courbe des indicateurs polliniques du pastoralisme s’élève à nouveau pour atteindre un palier relativement élevé du Ve au XIe siècle de notre ère. La courbe des céréales suit à peu près le même mouvement entre le VIIe et le IXe siècle. De cette époque sont datées précisément, à 1900 m d’altitude, deux cabanes très proches, qui ont la particularité d’être construites sur des petits tertres artificiels. Cette singularité typologique, associée à la découverte dans l’une d’entre elles de grains et pailles de seigle en connexion (Ruas 2003), interroge sur une fonction de stockage, et donc sur une éventuelle agriculture in situ, qu’il est tentant de relier à la présence de ces terrasses très érodées qui sont situées dans le prolongement des cabanes (la deuxième génération de terrasses) et à cette augmentation affirmée des pollens de céréales dans la tourbière du Pla de l’Orri.

11Alors que la croissance pastorale et agricole des VIIe-IXe siècles se déroule dans une ambiance de forêt claire, le Moyen Âge central constitue le moment d’une ouverture sans précédent du couvert arboré qui atteint aux XIIIe-XIVe siècles son taux le plus bas de toute l’histoire du versant. Les indicateurs du pastoralisme s’élèvent à la même vitesse, l’ensemble signant une véritable conversion herbagère de la montagne et sa spécialisation pastorale. Paradoxalement, rien ne transparaît dans un premier temps de cette croissance dans la typologie des sites qui, très stéréotypés, restent modestes (du moins pour ce que l’on en saisit, les éventuels enclos en bois nous échappant largement) : ce sont des cabanes de dimensions réduites, adossées à des rochers et construites en matériaux périssables sur solins de pierres. Le seul signe d’une éventuelle croissance est leur nombre, puisque les prospections suggèrent une extension du modèle depuis les hautes surfaces à l’ensemble du versant. Paradoxalement encore, c’est au XVe siècle, au moment où les indicateurs polliniques indiquent une forte déprise pastorale associée à une recolonisation forestière rapide, que l’architecture des cabanes change radicalement, se consolide et se pérennise : on passe à des constructions intégralement en pierres, les installations se diversifient, s’étendent et se spécialisent. Ces modèles de sites demeurent, avec quelques variations, jusqu’au début du XXe siècle. On les connaît à la période moderne sous le nom d’orris pour les sites laitiers ovins à production fromagère, de pletes pour les grands enclos destinés à la garde des troupeaux ovins non laitiers, de corrals pour les enclos du troupeau commun des vaches (Fig. 4 et 5). Ils accompagnent, à partir du XVIe siècle, une nouvelle phase d’expansion durable, mais dont les tendances diffèrent de celles des XIIe-XIVe siècles : la hausse des indicateurs pastoraux va alors de pair avec une augmentation régulière des pollens arboréens, signe d’une extension ou d’une densification simultanée des boisements (Galop, 1998 : 87-88).

12Du Néolithique aux Temps Modernes, les organisations spatiales du versant enregistrent donc des variations qui ne sont pas minces. La forte structuration de l’Âge du Bronze et la poussée altitudinale des terroirs dont elle paraît témoigner, encore insoupçonnées il y a quelques années, constituent l’une des plus marquantes de ces fluctuations. Les indices recueillis pour le Haut Moyen Âge pourraient révéler, sous une forme différente, moins marquée, une tendance similaire (mixité des usages agro-sylvo-pastoraux jusqu’à 1900 m). A contrario, le visage qu’offre le versant d’Enveig à partir de la fin du Moyen Âge tranche avec ces deux configurations antérieures. Son déboisement très radical, sa conversion presque intégrale en pelouse paraissent significatives d’une spécialisation pastorale qui semble abaisser, cette fois à l’extrême, le seuil de la montagne — si l’on accepte de définir celle-ci, de façon très provisoire et fausse, comme l’espace sylvo-pastoral par opposition aux espaces supportant, à différents degrés, des aménagements agraires. Dans la réalité des faits, rien n’est bien sûr si tranché : on trouve encore aisément, aux XVIIe et XVIIIe siècles, des pratiques d’agriculture temporaire jusqu’à 1800-1900 m d’altitude, vraisemblablement liées à des appropriations cycliques des terres communes par les maisons du piémont. La transition est graduelle, progressive, et l’on a toujours affaire à une zone intermédiaire d’une profondeur et d’une complexité certaines. Il n’en demeure pas moins que les sites du Moyen Âge central et de l’époque moderne que l’on trouve à 1900 m d’altitude sont des sites pastoraux d’estivage, identiques dans leurs formes à ceux des paliers supérieurs, ce qui n’est pas le cas à l’Âge du Bronze ni au Haut Moyen Âge, et que le contraste entre ces périodes reste donc vif (Fig. 6).

13Tâcher de comprendre les processus sociaux à l’œuvre dans cette « rupture médiévale » et dans son prolongement moderne demande de repartir des pratiques pastorales. Parce qu’elles sont des objets complexes, déterminés simultanément sur plusieurs plans, technique, certes, mais aussi social, symbolique, naturel, économique, les pratiques requièrent l’interdisciplinarité. C’est même, bien souvent, dans la contradiction entre les sources qu’elles sont le plus susceptibles de surgir. Rompant avec une conception linéaire des évolutions, ces contradictions sont révélatrices des tensions et des choix qui président à la construction de l’espace.

14C’est à partir de deux d’entre elles que l’on peut suivre les principales bifurcations dans l’organisation médiévale et moderne de la montagne d’Enveig. La première réside dans cette discordance, relevée précédemment, entre séquences archéologiques et paléoenvironnementales autour des XIIIe-XVIe siècles, la seconde dans une apparente incompatibilité entre ce que disent les sources écrites et les relevés de terrain des formes d’exploitation estivales de la haute montagne au début du XIXe siècle. On le verra, ces deux contradictions ne sont que le reflet, capté par la démarche interdisciplinaire, d’une troisième, beaucoup plus fondamentale, puisqu’elle réside au cœur de la notion de terres communes et se pose à tout groupe social confronté à la mise en œuvre de règles et de pratiques visant au partage individuel des ressources d’un espace collectif.

Clivages spatiaux et clivages sociaux : les transformations médiévales et modernes de l’estive d’Enveig2

  • 2 Ce paragraphe résume des analyses développées dans Rendu 2003a : 430-509 et reprises sous (...)

15Il faut recourir à la comparaison ethnographique pour cerner la signification première des décalages observés du XIe au XVIe siècle entre archéologie et paléoenvironnement. Variant presque à l’infini selon des critères techniques, écologiques, sociaux et culturels, les logiques de dépaissance peuvent néanmoins s’ordonner, de façon très schématique, selon une opposition majeure entre des parcours extensifs et mouvants générant d’importantes zones de compascuité, d’une part, et des parcours plus intensifs et plus étroitement gardés, conduisant à des territoires de dépaissance étanches ou fortement délimités, d’autre part (Favre, 1999 ; Le Couédic 2006 et 2010). Tandis que les cabanes pérennes que l’on connaît à la période moderne et contemporaine ressortissent à la seconde catégorie, il existe dans d’autres contextes des pratiques où les cabanes, pas nécessairement dotées d’enclos, souvent construites en matériaux périssables, souvent reconstruites et déplacées, s’apparentent clairement à la première (Blanc et Rouzaud, 1994). De l’une à l’autre, à peu près toutes les combinaisons sont envisageables. Mais, au regard de ces deux grandes formes d’organisation, les tendances spécifiques des XIe-XIIIe siècles trouvent une interprétation qu’un ensemble d’indices textuels vient corroborer : le processus serait celui d’une expansion rapide engagée selon des cadres d’exploitation extensifs hérités de la période précédente et qui se réajustent progressivement à la nouvelle donne économique. La systématisation des locations de pâturage à partir de la seconde moitié du XIVe siècle, qui s’accompagne d’une délimitation plus marquée des quartiers d’estive, les mentions de mises en défens autour des sites laitiers au XVIe siècle, concordent avec un redémarrage des activités, pendant la crise fini-médiévale, sur un autre modèle, d’intensification et de cantonnement de la dépaissance. Compatible avec les images discordantes que livrent l’archéologie et la palynologie, cette opposition conférerait au pastoralisme médiéval une allure plus extensive que celle qu’il a eue par la suite.

16Mise en pratique par le parcours pastoral, et plus largement par différentes formes de co-exploitation des ressources des versants (cultures temporaires, exploitations forestières et pastorales en alternance), une conception de l’espace qui nous est quelque peu étrangère semble donc dominer le plein Moyen Âge. Du point de vue des communautés rurales, comme des juridictions seigneuriales, elle définit des emprises mouvantes et démultipliées. Celles-ci ne sont pas toujours antagonistes de limites territoriales précises, mais elles les rendent poreuses, par un investissement cyclique des marges, par des formes coutumières d’expansion aux confins qui, souvent, surgissent à l’écrit lorsqu’elles sont mises en cause. Vers l’ouest, Enveig — en l’occurrence une communauté composée des hommes d’Enveig et de ceux des six hameaux qui s’étendent dans son immédiat pourtour et sur le piémont de la montagne —, déborde ainsi profondément sur la soulane de la vallée du Carol, avec laquelle elle s’affronte. L’arbitrage de 1373 tranche entre l’exploitation de la forêt et le pâturage. À l’inverse, la saisie des récoltes qu’opère au début du XVIIIe siècle le seigneur d’Enveig sur les cultures d’altitude « illicites » effectuées par des hommes de la vallée du Carol sur le Serrat de Freser laisse à penser que ceux-ci possédaient, à leur tour, un large droit de prise sur « La Montagne ». À l’est, c’est avec les habitants de Dorres qu’une zone pastorale sommitale est en partage, l’empriu, dont un long procès sur les limites au XVIIIe siècle, puis le tracé du cadastre, au début du XIXe siècle, finissent par avoir raison. Au nord, les crêtes sont aiguës et la descente sur le bassin du Lanoux trop vertigineuse pour envisager une continuité des parcours. Mais le dominium du lignage d’Enveig, lui-même enchevêtré à celui d’autres lignages (Bille 2004 : 216-225), s’étend bien au-delà, ce qui permet à la fin du XIIe siècle d’amples concessions de droits de pacage aux moines cisterciens de Poblet et Santes Creus (Riu i Riu, 1962).

17Vus de l’intérieur de ce qui constitue aujourd’hui le territoire d’Enveig, les partages de l’espace ne sont pas plus simples. La liste des maîtres de maison impliqués, aux titres de leurs communautés respectives, dans le conflit de 1373, précisait les lieux habités, parce qu’Enveig et les six hameaux ne forment pas toujours une entité unitaire (Bille 2004 : 314-317). Les contours des communautés, fluctuants, se recomposent au gré des espaces, des formes d’exploitation et des emprises débattues (Viader, 2003 : 356-361). La dénomination « Enveig et la montagne » reflète le clivage structurant, qui détermine une opposition souvent sous-jacente entre le village lui-même et les hameaux du piémont, englobés sous l’appellatif « La Montagne ». Quelques indices récents, entre règlements du XIXe siècle et enquête orale, suggèrent en outre que, dans l’organisation de la dépaissance proche, chacun de ces hameaux, sous un certain angle, celui de la vaine pâture et du pâturage ovin sur les bas versants, possède ses communaux propres. Mais ces partages, vivifiés par certaines pratiques, sont abolis par d’autres, et il suffit de changer d’optique et d’observer le versant sous l’angle, cette fois, de la dépaissance bovine pour voir se reconstituer la communauté unitaire. Les décisions concernant la vacada comuna qui regroupe, à l’échelle la plus large, les bêtes à cornes de toutes les maisons, se prennent, au XVIIIe siècle, dans l’enceinte du cimetière paroissial d’Enveig, avec le consul de La Montagne et celui du village, et la vacada forme un seul troupeau dont le parcours s’étend à la totalité du versant.

  • 3 Sites à grands enclos des ovins non laitiers, qui regroupent 500 à 1000 têtes, réunies par (...)

18Peu de sources permettent, vis-à-vis de la montagne, de descendre à l’échelle inférieure, celle des maisons qui forment le tissu élémentaire des communautés. Néanmoins, lue à la fois à la lumière des mutations sociales qui parcourent l’ensemble de la chaîne pyrénéenne entre le XIIIe et le XVIe siècle et de la diversité des pratiques mises en œuvre, d’une vallée à l’autre, pour résoudre la question de la répartition des ressources collectives, une série d’indices devient suggestive. Elle montre comment la montagne d’Enveig participe pleinement de ces larges basculements, en y apportant des réponses qui forment une combinatoire locale. Le cantonnement des parcours pastoraux tel qu’on l’observe à la fin du Moyen Âge ne survient pas seul. Il s’accompagne d’une appropriation tacite des sites d’estivage par les maisons dominantes, qui se manifeste de différentes façons : l’apparition de lourdes toitures de granite sur les cabanes de pierre, qui prend un sens particulier au regard de l’équivalence, posée ailleurs, entre l’interdiction d’aliéner durablement les cabanes et l’interdiction de les couvrir en dur ; l’usage, depuis le XVIIIe siècle, au moins, de dénommer les grandes pletes3 du versant des noms des maisons principales du piémont, qui trouve son contrepoint à l’ouest des Pyrénées dans l’expression d’une possession collective des places d’estivage par leur redistribution aléatoire et régulière entre les ayants droit à la montagne (Ott, 1993) ; enfin une construction de la citoyenneté villageoise sur le modèle, très « pyrénéen », d’une distinction entre les maîtres des maisons dominantes et les autres (les capmasats et les non capmasats), les premiers justifiant par leur antériorité un droit supérieur d’accès aux ressources des terres hermes, les seconds disposant de droits limités. Ces trois éléments constituent un faisceau qui incite à rattacher le cantonnement écologique et spatial que l’on observe sur Enveig au basculement social que B. Cursente a mis au jour à l’ouest des Pyrénées (Cursente, 1998) et qui s’est, depuis, trouvé confirmé à l’est (Viader, 2003, Bille 2004). L’aire pyrénéenne dans son entier connaît, à partir du XIIIe siècle, un double mouvement de rigidification — dans le champ des formes de dévolution des patrimoines, d’un côté, avec l’émergence de la règle de primogéniture, dans le champ du jeu politique au sein des communautés rurales, de l’autre, avec leur verrouillage par un « club fermé » de grandes maisons —, dont l’objectif premier, malthusien, est de limiter l’accès de maisons nouvelles aux ressources des espaces collectifs (Cursente 1998 : 545-548 ; Viader, 2004 : 272-275).

19Sur la Montagne d’Enveig, l’appropriation implicite des sites spécialisés dans l’élevage ovin par les grandes maisons apparaît comme la traduction de ce mouvement. Une traduction locale à double titre : 1. dans d’autres vallées, les élites des communautés rurales n’eurent pas nécessairement recours à cet ancrage durable pour concentrer en leurs mains les ressources des estives ; 2. la formulation des liens entre maisons et pletes reflète la prégnance de la double structure du peuplement : l’essentiel du stock onomastique des lieux de la montagne se rattache non aux maisons du village, mais à celles des hameaux, comme si celles-ci exerçaient une forme de prépotence sur le versant, comme si elles en médiatisaient l’accès, spatialement et socialement.

20En schématisant à l’excès, du XIVe au XIXe siècle, la délimitation de plus en plus stricte du territoire communal, lisible à travers la réduction progressive des formes de co-spatialité sur ses marges, s’accompagne à la fois d’une spatialisation plus étroite des parcours et d’un verrouillage croissant des droits d’accès à la montagne au profit des foyers les plus riches. Dans une sorte de bouclage entre ces tendances, c’est sur les confins contestés de l’empriu de Dorres que les règlements du début du XIXe siècle imposent aux « petits », aux brassiers, aux non capmasats d’estiver. Alors que la faculté d’investissement des marges, d’extension des parcours sur les territoires intercommunautaires apparaissait, précédemment, comme l’expression d’un plein exercice du droit de dépaissance sur les terres collectives, cette convergence au XIXe siècle entre marge sociale et marge spatiale dit une inversion complète du sens de l’espace. Elle précède de peu la disparition de ces deux catégories (les capmasats et les non capmasats), devenues d’un autre âge sous l’effet de transformations sociales profondes dont le Code Civil — qui établit en droit l’égalité des héritiers — et le Cadastre — qui tranche abruptement sur la propriété des espaces — peuvent ici résumer l’esprit.

Conclusion

21Ces basculements ne sont jamais complets. L’ethnologue le sait. L’enquête menée dans le territoire d’Enveig aujourd’hui, et qui renseigne sur les usages du XXe siècle, montre l’active persistance, comme dans une tonalité mineure, mais bien présente, aussi bien de certaines formes de voisinage sur les marges que de l’opposition structurante entre le village et les hameaux. Du point de vue des processus historiques que l’on a évoqués, la fermeture ne fut jamais si radicale que ce que ce tableau, caricatural par nécessité, pourrait laisser croire. Les modes d’association entre éleveurs, l’usage avéré qu’avaient les maisons dominantes des hameaux de prendre certains troupeaux des petites maisons avec les leurs, les baux à cheptel, les affermages de la montagne, les accords entretenus par l’alliance, la parenté, le voisinage, étaient autant de pratiques qui ouvraient en permanence des voies d’accommodation, assouplissaient les règles, permettaient au système de ne pas rompre. Partagée sous l’angle de l’élevage ovin, mais de façon tacite, la montagne, on l’a vu, redevenait en outre collective vis-à-vis d’autres formes d’exploitation, dont l’estivage des bovins constitue un exemple. En d’autres termes, si la Montagne d’Enveig n’a cessé de donner corps à cette tension essentielle entre le commun et le particulier qui est coextensive à la notion d’espace collectif, il n’y eut jamais de basculement caractérisé vers l’appropriation pleine et entière des sites d’estivage. Le haut versant est demeuré communal. Et c’est peut-être à cette coexistence permanente de pratiques différentes sur un même espace, sans cesse réactivée, énoncée dans le cycle usuel d’un terroir et qui s’exprimait déjà, à une autre échelle, dans les variations de ce que l’on a appelé le « seuil » de la montagne, que la structure puise les moyens de son adaptation.

Bibliographie

Bibliographie

Bal, M.-C., 2006 - Construction et dynamique des espaces et des terrasses agro-pastoraux en zone intermédiaire des Pyrénées du Néolithique à nos jours (Cerdagne, Pays Basque et Pays de Sault), Thèse de doctorat nouveau régime sous la direction de J.-P. Métailié, Laboratoire GEODE, Toulouse.

Bal, M.-C., Rendu, C., Ruas, M.-P., Campmajo, P., 2010 - Paleosol charcoal : Reconstructing vegetation history in relation to agropastoral activities since the Neolithic. A case study in the Eastern French Pyrenees, Journal of Archaeological Science, 37 (2010), p. 1785 – 1797.

Bille, É., 2004 - Seigneurs, maisons et vacants. La Cerdagne du Xe au XIVe siècle, Thèse de doctorat nouveau régime, sous la direction de B. Cursente, Toulouse, 2 vol.

Blanc, J. et Rouzaud, A., 1994 - Cabane de bergers en terre des montagnes de l’Ariège, L’Homme et le mouton dans l’espace de la transhumance, Grenoble, Glénat, p. 91- 99.

Cursente, B., 1998 - Des maisons et des hommes. La Gascogne médiévale (XIe-XVe siècle), Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

Favre, Y., 1979 - Comportement des bovins et des ovins en alpage, dans G. Molénat et R. Jarrige (dir.), Utilisation par les ruminants des pâturages d’altitude et parcours méditerranéens, Versailles, INRA, p. 177-205.

Galop, D., 1998 - La forêt, l’homme et le troupeau dans les Pyrénées. 6000 ans d’histoire de l’environnement entre Garonne et Méditerranée, Toulouse, GEODE, Laboratoire d’Écologie Terrestre et FRAMESPA.

Galop D., 2006 - La conquête de la montagne Pyrénéenne au Néolithique. Chronologie, rythmes et transformations des paysages à partir des données polliniques, dans J. Guilaine (dir.), Populations néolithiques et environnement, Paris, Errance, p. 279-295.

Harfouche, R., 2005 - Retenir et cultiver le sol sur la longue durée : les terrasses de culture et la place du bétail dans la montagne méditerranéenne, Anthropozoologica, 2005, 40 (1), p. 45-80.

Le Couédic, M., 2006 - Les pratiques de l’espace pastoral dans la longue durée : modélisation de parcours de troupeaux dans la haute montagne pyrénéenne, Réseau Thématique Pluridisciplinaire Modys, rencontre de doctorants, Lyon, 8-9 novembre 2006, publication en ligne, <http://isa.univ-tours.fr//modys/download/rd06_lecouedic.pdf>.

Le Couédic, M., 2010 - Les pratiques pastorales d’altitude dans une perspective ethnoarchéologique. Cabanes, troupeaux et territoires pastoraux pyrénéens dans la longue durée, thèse de doctorat nouveau régime, Tours, 2010, vol texte (400 p.) et vol. d’annexes (556 p.).

Miras, Y., Ejarque, A., Riera, S., Palet, J.-M., Horengo, H., Euba, I., 2007 - Dynamique holocène de la végétation et occupation des Pyrénées andorranes depuis le Néolithique ancien, d’après l’analyse pollinique de la tourbière de Bosc dels Estanyons (2180 m, Vall del Madriu, Andorre), C. R. Palevol, 2007, vol. 6, issue 4, p. 291-300.

Ott, S., 1993 - Le cercle des montagnes. Une communauté pastorale basque, Paris, Éd. du CTHS.

Rendu, C., 2001 - Fouiller des cabanes de bergers : pour quoi faire ?, dans J. Guilaine (éd.), La très longue durée, Études Rurales, 153-154, p. 151-176.

Rendu C., 2003a - La Montagne d’Enveig. Une estive pyrénéenne dans la longue durée, Perpignan, éd. du Trabucaire.

Rendu, C., 2003b - Pour faire le portrait d’une montagne. Ombres et lumières autour d’Enveig (Cerdagne, Pyrénées-Orientales), Enquêtes rurales, 9, p. 11-30.

Rendu, C., 2004 - Des cabanes aux maisons : les transformations d’une estive pyrénéenne, du Moyen Âge aux Temps Modernes, dans B. Cursente (dir.), Habitats et territoires du Sud, Actes du 126e congrès national des sociétés savantes, Paris, Éditions du CTHS, p. 147-163.

Riu i Riu, M., 1962 - Formación de las zonas de pastos veraniegos del monasterio de Santes Creus en el Pirineo, durante el siglo XII, Santes Creus, Boletín del archivo bibliogràfico, 14, vol. 12, p. 137-147.

Ruas, M.-P., 2003 - Des céréales et des fruits dans le niveau incendié de la cabane 81, dans C. Rendu, 2003a, p. 393-412.

Viader, R., 2003 - L’Andorre du IXe au XIVe siècle. Montagne, féodalité et communautés, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

Viader, R., 2004 - Maisons et communautés dans les sociétés montagnardes. Le temps juridique (XIIIe-XVe siècle), dans Montagnes médiévales. 34e colloque de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, mai 2003, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 263-291.

Notes

1 Il existe pour cette époque quelques sites, fouillés principalement sur le bas versant. Leur caractère faiblement marqué et la présence simultanée d’une exploitation par le charbonnage à 2000 m d’altitude incitent à croire à ce recentrage sur le bas versant, que différents éléments conduisent pour l’instant à interpréter comme le reflet, en négatif, d’une attraction des structures de production par les circuits commerciaux pré-romains et romains.

2 Ce paragraphe résume des analyses développées dans Rendu 2003a : 430-509 et reprises sous d’autres angles dans Rendu 2003b et 2004.

3 Sites à grands enclos des ovins non laitiers, qui regroupent 500 à 1000 têtes, réunies par plusieurs propriétaires s’associant pour l’estive ou par un propriétaire principal prenant à garde d’autres bêtes.

© Presses universitaires du Midi, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search