Version classiqueVersion mobile

Une longue histoire

 | 
Jean-Loup Abbé

Partie I. Carrières et industries : aménagements et impacts sur le paysage

Des « plaies infligées aux montagnes » : les carrières de marbre des Pyrénées et du Minervois, XVIe-XXIe siècle

Pascal Julien

Texte intégral

Documents DVD

L’homme porte sa main sur le roc, il renverse les montagnes depuis la racine. Il ouvre des tranchées dans les rochers, et son œil contemple tout ce qu’il y a de précieux. […] Et il produit à la lumière ce qui est caché (Job, 28.9-11).

1Ce texte biblique témoigne de l’immémorial attrait pour les trésors de la terre qui, partout et durant des millénaires, conduisit à « creuser et percer les montagnes » pour en extraire les fondements de la richesse, du luxe et du confort. En Gaule, puis en royaume de France, cette insolite activité fut particulièrement intense en certaines régions avant de décliner peu à peu, jusqu’à disparaître souvent. En Pyrénées et en Minervois, une multitude de filons et de gisements furent ainsi crevés d’une myriade d’excavations, de mines ou de carrières qui servirent à alimenter les arts durant plus de deux millénaires en minerais nécessaires ou précieux, mais aussi, fait moins connu et pourtant plus spectaculaire encore, en minéraux de haute qualité, en marbres blancs pour la sculpture et de toutes couleurs pour des décors architecturaux. L’exploitation de ces roches, qui embellit des monuments allant de Saint-Sernin de Toulouse à Saint-Marc de Venise, de Saint-Pierre de Rome à Versailles, a profondément modifié les sites d’extraction et durablement marqué leurs entours, de manière physique, historique et sociale. Au XIXe siècle, ces sites furent industrialisés et démultipliés, toutefois l’exemple des carrières royales demeure essentiel pour la prise en compte, la réhabilitation et la valorisation d’un tel patrimoine.

Des sites titanesques

  • 1 Les données documentaires utilisées dans cet article, pour un matériau et des carrières mi (...)
  • 2 Sur l’exploitation des marbres et minerais en Pyrénées romaines, C. Rico, Pyrénées romaine (...)

2L’histoire des carrières du Minervois et des Pyrénées s’est opérée autour d’un matériau quasi mythique, symbole d’un âge d’or, qui offrit en ces régions des variétés et des couleurs incomparables1. Situées « aux confins de l’Empire », du moins en des lieux lointains et peu accessibles, certaines carrières participèrent à l’étonnante et symbolique quête des marbres les plus précieux à laquelle se livra Rome2. Au cours du Moyen Âge, elles connurent, pour l’essentiel d’entre elles, une utilisation locale et ponctuelle qui ne prit véritablement de l’importance qu’à partir de la Renaissance. Mais c’est surtout durant le règne de Louis XIV que triompha le souci de développer et de faire valoir les ressources du sol national, dans le désir avoué de concurrencer, voire de supplanter le modèle italien, antique et moderne. Les principaux sites qui furent ainsi continuellement développés ont parfois perduré, mais ont pu aussi être oubliés et leur prestigieuse histoire se voir lentement effacée. Pourtant, de profondes ou immenses saignées subsistent au flanc des montagnes comme au creux des vallées, où elles composent d’étranges ou de spectaculaires tableaux.

  • 3 J. Cabanot, R. Sablayrolles, J.-L. Schenck (éd.), Les marbres blancs des Pyrénées : approc (...)

3Dès le Ier siècle avant J.-C., des carrières pyrénéennes furent intensément exploitées par les Romains, notamment à Saint-Béat, où un blanc statuaire de grande qualité fit l’objet d’un commerce régional important et durable, pour des stèles et sarcophages antiques, puis des cloîtres, portails, tympans et autres autels, romans ou gothiques3. Ce village en fut profondément marqué, comme inséré dans des montagnes de marbre sans cesse retaillées, excavées, trouées de galerie. Une fine poussière demeure à jamais l’air et le voile de ce lieu, blanchi par des siècles d’extraction. L’habitat lui-même est tout de marbre gris, avec quelques pièces d’exception qui rappellent le renouveau de ces carrières au XVIe siècle, visibles dans le hameau voisin de Lez (Fig. 1). Mais la carrière antique la plus impressionnante de toutes les Pyrénées est celle du proche lieu-dit la Pène-Saint-Martin, d’où fut extraite sous l’empire romain une brèche ocre jaune et blanche qui fut utilisée jusqu’en Narbonnaise, Espagne et Grande-Bretagne. Une étroite et haute cheminée de marbre, sur près de 40 mètres, a laissé une marque saisissante de l’ampleur des travaux effectués. Non seulement la paroi y est puissamment incisée, mais l’oxydation des roches claires les a fait noircir et parfois bleuir, créant ainsi d’étranges colorations, jaunies en partie, qui tranchent nettement avec les verts d’autant plus soutenus de la végétation (Fig. 2).

4En ce terroir, il est des lieux où les actions de la nature et de l’homme sont plus intimement imbriquées, comme à Cierp, où un extraordinaire plissement de terrain bariolé fait valoir la richesse des strates marmoréennes d’une puissante colline, littéralement tranchée en falaise (Fig. 3). L’endroit est un délice de géologue, il a d’ailleurs fait l’objet de l’une des toutes premières gravures et descriptions de cette science naissante en France, à la fin du XVIIIe siècle. Dans la volute violette, bleutée et rougeoyante de cet accident du monde, subsiste la carrière romaine, reprise au XVIe siècle par un envoyé du roi Henri II, l’architecte Dominique Bertin, qui remit en activité plusieurs sites anciens avant d’en découvrir de nouveaux (Fig. 4). C’est de Cierp notamment qu’il tira la colonne de cœur du cardinal de Bouillon (basilique Saint-Denis, 1555, Fig. 5) ou les panneaux de celle du roi François II. À quelques mètres de là, une immense caverne, une exploitation en sous-cavage du XIXe et du début du XXe siècle est livrée à une intense et destructrice exploitation contemporaine. Les alentours sont jonchés d’anciens blocs épars, mais aussi d’énormes entassements de déchets qui créent un improbable spectacle de débris saillants et colorés. Ces amoncellements sont d’ailleurs souvent plus visibles que les carrières elles-mêmes, mais ils peuvent aussi apparaître comme de simples éboulis, voire disparaître sous la végétation.

5Ainsi, à l’inverse de ces évidences polychromes et à quelques kilomètres de là, à proximité des villages de Barbazan et de Sauveterre, le chercheur est bien en mal pour retrouver des carrières qui, pourtant, connurent leur heure de gloire aux XVIe et XVIIe siècles ; celle du noir intense qui fut l’ornement de multiples retables et cheminées, comme aux châteaux de Cadillac ou de Roquetaillade, et celle de la brèche grise des Pyrénées, utilisée jusque dans le Salon de l’Abondance, dans les Grands Appartements du château de Versailles. Forêt et broussailles finissent par livrer quelques excavations enfouies sous les ronces, mais d’autres restent perdues ou ont été en partie emportées par le percement de la route qui relie les deux villages.

  • 4 En vallée de Barousse, la carrière de Sost présente un autre cas de figure : l’exploitatio (...)

6En cette vallée de Garonne se rencontrent donc trois types de sites géologiques historiques : le témoignage ancien et évident d’un creusement humain, souvent considérable, l’impressionnant jeu de nature habilement mis à profit et le lieu inscrit dans l’histoire, mais sur place perdu, en passe d’être évacué de la mémoire collective4. Une proche configuration se retrouve ailleurs, en vallée d’Aure notamment.

  • 5 À Aubert, la carrière fut rouverte au XIXe siècle et servit encore au XXe siècle. Désormai (...)

7Ainsi, à Héchettes (Hautes-Pyrénées), les carrières du marbre nommé « petit antique » sont situées au sein d’un bois surplombant la rivière de Neste. Mais là encore, seul un œil averti parvient à localiser le site : abandonné depuis plusieurs dizaines d’années, il n’est reconnaissable qu’à la présence de fougères poussant en d’étranges masses géométriques, celles des grands blocs qu’elles recouvrent ! Curieux spectacle que cette nature mise au carré, partiellement dissimulée (Fig. 6). Il s’agit là, sous son vert rideau, d’une « pierre de substitution ». Le « grand antique », en effet, sous le nom de marmor celticum, avait été célèbre sous l’empire romain : extrait à Aubert, près de Saint-Girons (Ariège) à partir du IVe siècle au moins, il fut exporté ensuite jusqu’à Rome et Constantinople, d’où il parvint à Venise. Mais sa carrière, au XVIIe siècle, demeura perdue et ses larges éclats de noir et de blanc furent remplacés par ceux, très semblables, mais de moindre taille, de la variété découverte à Héchettes dès le XVIe siècle, probablement par Dominique Bertin5.

8À Sarrancolin, prédomine un type particulier de carrières : les sous-cavages, ou creusements en galerie. Le village, au cœur de la vallée d’Aure, se trouve au pied d’un étranglement formé par deux puissantes montagnes, sur les hauts flancs desquelles se situent plusieurs excavations, sur les communes de Sarrancolin et d’Ilhet à l’est et de Beyrède à l’ouest. Celles de Sarrancolin-Ilhet furent les premières découvertes, probablement vers 1570-1580. Elles furent exploitées en sous-cavage, pour suivre les plus belles veines qui s’enfonçaient perpendiculairement à la pente. À partir de 1712, de nouvelles carrières furent découvertes sur le flanc de la montagne opposée, sur la commune de Beyrède. L’exploitation était aussi difficile qu’à Sarrancolin-Ilhet et l’une des plus importantes galeries s’écroula même, à la suite d’un « grand tremblement de terre survenu en l’année 1749 ». Si les plus belles galeries de Sarrancolin-Ilhet ont été dévorées par la carrière moderne, à Beyrède il subsiste l’une de ces profondes cavernes.

9À quelques kilomètres de là se situe un autre des hauts lieux du marbre royal, à l’Espiadet, sur la commune de Sainte-Marie de Campan, en haute vallée de l’Adour. Le plateau de Payolle s’y offre au regard, en vastes prairies bordées de forêts. En fond, un immense mur de scène déploie sur plusieurs centaines de mètres de hautes falaises de marbre, tranchées en paliers, déployant leurs veines vertes, bleues et rouges d’où furent tirées les célèbres variétés de « verd verd » et de grand mélange (Fig. 7). Exploitées dès l’empire romain, elles servirent ensuite à bien des édifices médiévaux de la région puis, durant la Renaissance, à décorer maintes façades et cheminées de palais et de châteaux, du Louvre aux Tuileries. Au XVIIe siècle, elles furent intensément exploitées, notamment par les Bâtiments du roi, pour fournir certaines des plus belles couleurs de Versailles.

10Ces sites pyrénéens, hormis Campan, sont caractérisés par la proximité d’un cours d’eau et sont disséminés sur un territoire très étendu. Il en va différemment pour les carrières du Minervois. Celles-ci, en effet, sont regroupées sur l’espace de deux communes voisines, Caunes (Aude) et Félines (Hérault). Elles se situent plus sur des plateaux que sur des pentes, ce qui implique des creusements en fosse. Deux types d’excavation, par dizaines, prédominent : de petites carrières qui connurent une exploitation limitée et d’immenses fosses, pour certaines encore en activité. Les petites carrières, très nombreuses, se présentent sous de multiples aspects : noyées dans la vase, insérées dans le lit d’un torrent, figées sous des éboulis, perdues dans un bois, cernées par les vignes… Les grandes, elles, se distinguent par la violence de leurs couleurs, la puissance de leurs hautes découpes en rouge flammé de blanc (Fig. 8 et 9). Partout aussi, signe distinctif, des blocs par centaines jonchent le sol, environnés d’immenses éboulis. À Caunes, la carrière du roi, « la belle marbrière », est restée figée depuis le XIXe siècle, en revanche, l’autre site royal, au milieu du plateau, connaît encore une intense activité qui voit la disparition progressive des fronts de taille les plus anciens. À Félines, la plus spectaculaire des carrières est celle de griotte, d’un intense rouge foncé. L’excavation y est démesurée, en raison de creusements gigantesques qui ont occasionné des déblais innombrables qui sans fin dévalent la colline (Fig. 10).

11Même rapides, de telles descriptions restituent le caractère tout à la fois spectaculaire et mystérieux de ces sites, offrant au regard des tableaux singuliers. Il est cependant étonnant, en dépit d’une telle évidence, de constater que dans la plupart des cas l’histoire de ces carrières est ignorée, de même que le devenir des blocs qui en furent tirés est longtemps demeuré méconnu, en dépit d’une destinée particulièrement prestigieuse. Mais ces traces démesurées et pourtant sans mémoire ne sont pas que des signes à jamais inscrits dans le paysage. Elles s’offrent à une étude plus précise encore, car elles recèlent bien des marques d’une étonnante confrontation entre l’homme et la matière.

Un métier à fleur de roches

12Le savoir-faire est une notion volatile, une conquête aussi complexe que périssable en dehors de toute transmission, bien difficile à analyser sur un plan historique. D’autant qu’en toute activité, ou presque, les mutations industrielles, mais aussi intellectuelles, ont tendu à faire oublier la part prépondérante du génie manuel. Or, les carrières ont ceci de particulier qu’elles sont, chacune, un singulier paysage des techniques qui les ont façonnées, un lieu où de multiples et diverses marques d’outils et de pratiques permettent de reconstituer bien des procédés, d’expliciter bien des documents anciens pour des métiers, de l’extraction au transport, qui ont considérablement évolué et radicalement changé, voire disparu. Comment peut-on imaginer, en admirant aujourd’hui la somptuosité du Grand Trianon ou les incrustations colorées de la basilique Saint-Pierre, l’incroyable chaîne opératoire qu’il fallut mettre en œuvre pour un tel résultat depuis les montagnes du Midi ? Nombre des étapes nécessaires à cette aventure de la matière sont pourtant restées inscrites dans la roche.

13La mise en œuvre des marbres est un long processus, dont ne peuvent être retenues ici que quelques étapes. Une fois les sites localisés, il fallait les déblayer pour accéder aux meilleures veines. Le dégagement des roches communes, sur des épaisseurs parfois très importantes, a créé des fronts de taille dont les couleurs indiquent souvent les différences de qualité. Celles-ci sont parfois très perceptibles, comme dans la carrière royale de griotte de Félines (Fig. 11). Ensuite, il fallait déterminer et isoler des blocs, à la suite d’un travail long et pénible : ils étaient en effet dégagés par creusements latéraux avant d’être soulevés à l’aide de coins. À Lez, par exemple, dans la carrière de la Pène Saint-Martin, subsistent plusieurs fronts de taille striés de longues et fines encoches, parfaitement ordonnées, résultant du maniement du pic qui permettait de creuser d’étroites tranchées autour des blocs, dans lesquelles un ouvrier pouvait tout juste manœuvrer dans une extrême précision et une surprenante régularité. Ce procédé antique, romain, laissa place par la suite à une semblable approche de la découpe, mais effectuée à la pointerolle et à la massette, par percussion (Fig. 12). Les stries légèrement arquées disparaissent alors au bénéfice de traces rectilignes, très visibles sur les plus anciens fronts de taille de Caunes-Minervois, par exemple (Fig. 13). Cette manière a ainsi créé, en maints endroits, des parois régulièrement griffées. De même peut-on retrouver, aux abords immédiats de bien des sites, des puits, des bassins pour l’eau de trempage et des vestiges des forges qui servirent aux perpétuelles reprises des outils, à leur aiguisage et à leur trempe.

14Une fois les blocs délimités, des entailles régulièrement espacées étaient ménagées en leur base — les emboîtures — dans lesquelles on plaçait les coins afin de fendre les masses, ce qui laisse de caractéristiques traces d’arrachement. Il a existé aussi sous l’Ancien Régime, fait spécifiquement français, des découpes opérées à la scie à main, notamment en des lieux où les filons étaient rares et précieux, comme à Campan ou Sarrancolin. Là, on créait des galeries pour isoler les blocs latéralement et en partie supérieure, puis ils étaient sciés en fond. Cela se faisait à l’aide de longues scies sans dent qui entraînaient un sable de grès mouillé, qui opérait lentement, par abrasion. Subsistent alors de très visibles marques en ruban, comme à Sarrancolin-Beyrède (Fig. 14). Les colonnes nécessitaient un travail plus important et plus difficile encore ; les carriers l’avaient optimisé en approchant les formes circulaires dès le dégagement, ainsi que l’on peut l’observer dans la belle marbrière, à Caunes, d’où sortirent bien des fûts utilisés à Versailles (Fig. 15).

  • 6 Pour les techniques modernes, à partir du XIXe siècle, voir pour les Pyrénées l’ouvrage de (...)

15Mais il arrive aussi, fort souvent, que les techniques se suivent, se superposent et se dévorent : c’est ainsi qu’à Campan les sciages au fil hélicoïdal de la fin du XXe siècle n’ont épargné que quelques marques de sciage manuel et ont eux-mêmes été comme déchiquetés par les trouées régulières des découpes plus récentes par perçage pneumatique. Ainsi, de hautes falaises de marbre ont-elles été transformées en des escaliers de dentelles où de fins tuyaux d’orgues colorés alternant avec de grandes surfaces faussement lisses, dans un jeu étonnant de couleurs contrastées, contrariées par le cubisme des tailles géométriques qui évoquent des marches géantes et désordonnées (Fig. 16). Dans de telles carrières, subsistent quelques vestiges de machineries métalliques, des socles, moteurs, piliers, poteaux ou poulies de renvoi qui se dressent en d’étranges compositions rouillées (Fig. 17)6. Il existe même des exemples très précoces de cette industrialisation du métier, au-dessus de Félines notamment, où se dresse un très exceptionnel moulin à scier le marbre datant des années 1840, qui était actionné par la seule force du vent.

16De ces multiples manières de découpes sont nés des milliers de blocs qui sont encore très nombreux à subsister en carrière. Leur taille, vu leur poids considérable, reste à échelle humaine, elle dépasse rarement un à deux mètres de côté jusqu’au XIXe siècle. Isolés ou amoncelés, ils suscitent de curieux sentiments, partagés entre l’étrangeté de leur géométrique présence au sein de la végétation et le caractère rassurant, gratifiant, de leurs formes régulières, gagnées sur la nature. Leur surface, pour qui l’observe, permet de retrouver, là encore, les stries régulières des pointes qui ont permis de les égaliser, de les mettre au carré. Souvent même est-il possible de lire les lettres, chiffres ou signes dont ils étaient gravés, qui permettaient de les identifier et de les répertorier.

  • 7 P. Julien, « Le flottage des marbres royaux des Pyrénées à l’Océan », dans A. Corvol (éd.) (...)

17Ces blocs, en outre, sont un précieux indicateur des circuits par lesquels ils étaient transportés. Un bel exemple en est donné au col de Veyrède (Hautes-Pyrénées), où trois de ces monolithes gisent à terre depuis le XVIIIe siècle (Fig. 18). Leur étrange présence, dans une vaste prairie dénudée, rappelle les travaux gigantesques qui avaient permis, en 1713-1715, de créer une route entre les marbrières de Campan et ce col. Portés là par chariots, ils y étaient déposés puis attachés sur de solides traineaux afin d’être « lissés », prudemment descendus en les retenant par de longs cordages enroulés sur des pieux fichés dans la pente, un dispositif qui fut une spécialité des carriers de Carrare. Ce « chemin royal des marbres » permit ainsi de passer par dessus la montagne pour rejoindre la rivière de Neste à Sarrancolin, afin d’éviter de longs et difficiles charrois par la vallée de l’Adour, jusqu’à Montréjeau, pour rejoindre la Garonne navigable. Le lissage fut également utilisé, du XVIIIe au XXe siècle, pour descendre les blocs des carrières de Sarrancolin-Ilhet ; le tracé en existe toujours en forêt, jalonné de pieux enserrés dans des blocs de marbre. Une fois atteint un cours d’eau, ils étaient arrimés sur des radeaux afin de gagner l’Atlantique, puis Paris, non sans plusieurs ruptures de charge, à Montréjeau, Toulouse, Bordeaux, Le Havre et Rouen7.

  • 8 P. Julien, « Pour mieux faire flotter les marbres : les cartes du “Cours de Garonne” dress (...)

18Charrois et transports fluviaux — ou par canaux — sont une autre dimension prodigieuse et démesurée du travail des marbres qui imprima profondément et durablement sa marque dans le paysage, en une proportion totalement méconnue. Des routes, ponts, chemins et rampes d’accès durent être créés pour rejoindre les carrières ; il en demeure des exemples impressionnants, comme pour la « belle marbrière » de Caunes (Fig. 19). Plusieurs chemins furent également créés, dans les forêts proches des gisements et des rivières, afin de débarder plus facilement les innombrables fûts nécessaires à la confection des radeaux sur lesquels, par volonté royale, on évacua durant des siècles les blocs jusqu’à Toulouse et, au-delà, vers Bordeaux. De même, des rivières comme la Neste, depuis Sarrancolin, furent-elles nettoyées afin de laisser plus facilement passer de forts radeaux. Leurs lits furent rectifiés, approfondis, débarrassés de tout obstacle, ce qui nécessita de lourdes interventions qui furent menées par les grands maîtres des Eaux et Forêts : ainsi en 1666 ou 1713 en Pyrénées. La politique marbrière de Louis XIV améliora même la praticabilité du fleuve Garonne, en rendant obligatoire et contraignant l’aménagement de passelits suffisants pour franchir les digues ou les retenues des moulins. Ces aménagements furent d’une telle priorité pour les Bâtiments du roi qu’ils occasionnèrent même, fait notable, la mise en œuvre en 1720 de la première cartographie du cours de la Garonne, de sa source à son embouchure : soit une dizaine de cartes mesurant, mises bout à bout, plus de 14 mètres de long (Fig. 20)8. L’exploitation des ressources minérales avait fini par induire le tout premier relevé du paysage dans lequel elle était pratiquée !

19D’autres conséquences inattendues de cette politique royale sont tout aussi ignorées. Ainsi en est-il du Canal royal de Languedoc. Certes, ce projet, aussi ancien qu’ambitieux, fut conçu comme une fort lucrative opération, très habilement orchestrée par le financier avisé que fut Pierre-Paul Riquet. Mais il est légitime de s’interroger sur la part politique qu’occupa, dans la décision d’autoriser les travaux en 1666, la perspective de pouvoir plus facilement disposer des fameux rouges du Languedoc. Ces marbres étaient alors si prisés que des marbriers et négociants italiens n’avaient pas hésité à s’implanter durablement à Caunes, pour en assurer l’extraction et en financer le long et difficile charroi jusqu’à Narbonne et par delà jusqu’à Gênes, d’où ils étaient distribués dans toute l’Italie, voire en France. Or, à partir de 1664, Colbert avait pris en main l’organisation de la fourniture des marbres nécessaires aux chantiers royaux, dans la volonté affichée de privilégier le développement et l’emploi des ressources nationales. L’ouverture du canal permit ainsi de renverser en grande partie le cours méditerranéen de ce négoce qui fut redirigé vers Paris via Toulouse, Bordeaux, l’Atlantique et la Seine.

20En l’espace de vingt ans et malgré bien des interruptions dues aux conflits, production et transport furent tels que les stocks ne furent épuisés que sous Napoléon III.

L’immatériel et la blessure

  • 9 A. Mérot, Du paysage en peinture dans l’Occident moderne, Paris, 2009.

21Si les carrières sont diversement inscrites dans les collines et les montagnes, si ces sites proposent de multiples enseignements sur les pratiques passées, leur exploitation eut également bien d’autres conséquences sur le plan du développement économique, mais aussi sur un plan social et même métaphorique, qualifiable d’immatériel. Depuis quelques dizaines d’années, géographes, historiens, géologues, anthropologues ou agronomes proposent bien des outils, bien des voies pour prendre en compte les diverses dimensions de la notion de paysage. L’une d’elles, toutefois, celle de l’art, demeure peu explorée, réduite essentiellement à la peinture de paysage qui, outre ses fonctions de délectation ou de contemplation, porte témoignage des rapports complexes de l’homme et de la nature9. Pourtant, il est une part créatrice dans tout modelage du monde qu’il convient d’interroger, notamment quand elle devient un atout pour valoriser un patrimoine aussi riche que singulier.

  • 10 P. Julien, « Une description inédite des Pyrénées au XVIIIe siècle, le Mémoire sur les mar (...)
  • 11 F. Marsan, « Ordonnances pour la traite des bois de mâture et des marbres des Pyrénées (16 (...)
  • 12 P. Julien, « Fraudes et profits autour des marbres méridionaux, de Colbert au duc d’Antin  (...)

22Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, à l’issue de tous les efforts consentis pour développer les ressources marmoréennes méridionales, le contrôleur des marbres du roi Marc-François de Lassus fit une longue description des Pyrénées dans laquelle il se plut à lire, décrire et comprendre les multiples apports de la politique royale dans le domaine des marbres10. Il écrivit au directeur des bâtiments du roi un long rapport en forme de plaidoyer, une défense de ce progrès par les arts qu’il avait mené en des vallées où « on ne respiroit que misère avant ce temps là ». Si le trait semble quelque peu grossi, il ne visait pas qu’à flatter ou se mettre en valeur, car il est indéniable que l’extraction et le transport des marbres contribuèrent au développement de la vallée de Garonne, de la vallée d’Aure et de la haute vallée de l’Adour à l’égal, en parallèle ou en sus de l’exploitation des bois de mâture pour la marine royale. Ces ressources naturelles, primordiales pour la guerre et les arts, nécessitèrent des travaux, des infrastructures, des usages et des règlements qui accentuèrent le désenclavement croissant de ces territoires et l’accès à leurs richesses ; un essor qui s’inscrivit dans l’ancestrale et primordiale importance du Comminges, d’où venaient tant de matières et de matériaux et par où transitaient bien des échanges avec l’Espagne, commerciaux et humains11. Ce trafic s’en trouva accru et facilité, d’autant que l’exonération de droit de passage accordée aux radeaux chargés de marbre facilita bien des fraudes, dont surent profiter des négociants et des propriétaires avisés12.

  • 13 J.-L. Bonnet, « Des carrières aux marbriers de Caunes-Minervois (XVIIe siècle) », Bulletin (...)

23Cette lente, mais très profitable ouverture s’accompagna de l’apport de talents extérieurs. C’est ainsi que, dès le XVIe siècle, Dominique Bertin était accompagné d’ouvriers allemands, spécialistes des mines et des carrières. Dès le début du XVIIe siècle, des carriers et des négociants italiens originaires de Savone, sur la côte ligure, se fixaient à Caunes puis, dans le dernier tiers du XVIIe siècle, ce furent des Francs-Comtois qui s’installèrent à Sarrancolin, tout d’abord, et qui, pour partie d’entre eux, rejoignirent Caunes par la suite13. Cette main-d’œuvre spécialisée, qui fit souche dans la population, fut la source d’une technicité renouvelée, non seulement dans le domaine des extractions, mais aussi dans celui des forges, du maniement des mines ou de l’élaboration de mécaniques complexes, des charriots et moulins jusqu’aux instruments de levage : tous savoirs utiles en d’autres domaines techniques et économiques que ceux des marbres. Ces apports ont laissé peu de marques, si ce n’est pour quelques toponymes ou en certaines généalogies, ils furent cependant conséquents et ont eux aussi contribué à l’essor des contrées concernées.

  • 14 D. Bertin et J. Gardet, L’Épitome ou Extrait abrégé des dix livres d’architecture de Marc (...)
  • 15 Les éléments de cette lettre, non datée, sont cités par F. Marsan, « Une Commission pour l (...)
  • 16 A. Félibien, Description sommaire du chasteau de Versailles en 1674, publié dans Recueil d (...)
  • 17 Archives nationales, O1 2068, lettre du 23 août 1737 de Tarlé à Orry.

24Plus impalpable encore, mais tout aussi considérable fut la dimension symbolique de cette exploitation des marbres, sur plusieurs plans. Celui du prestige de ce matériau, tout d’abord. En effet, fondement de l’architecture antique, le marbre était considéré comme la pierre des empereurs, la marque architecturale du luxe et de la puissance. Ce n’est pas un hasard si, lorsque Bertin développa les carrières pyrénéennes, il vanta « les matières qui aux monts Pyrénées […] sont découvertes premièrement par notre diligence et travail, en beauté assez grande pour faire honte au marbre de Numidie, Paro et autres lieux où il se prenait anciennement »14. Cette démarche induisit également un fort sentiment de fierté nationale vis-à-vis de l’Italie et des Flandres, d’où provenait jusqu’alors l’essentiel des fournitures. Henri II, en effet, avait favorisé ces recherches, car « les beaux marbres rouges, bleus et verts, sont choses qui équipollent bien ceux que l’on porte à grand coût de Gênes »15. Par la suite, ces arguments furent toujours repris. En 1674, l’historiographe royal André Félibien rappelait, à Versailles, que « tous ces lieux sont pavez et enrichis de différentes sortes de marbre que le roy a fait venir de plusieurs endroits de son Royaume, où depuis dix ans l’on a découvert des carrières de marbre de toutes sortes de couleurs, et aussi beaux que ceux que l’on amenoit autrefois de Grece et d’Italie »16. En 1686, dans le parc du château, le bosquet de la colonnade avait les honneurs du Mercure Galant : « cet ouvrage marque que le Roi est le plus magnifique prince de la terre et fait voir que le marbre est présentement plus commun en France qu’en Italie ». Et, en 1737 encore, les carrières de Campan et de Sarrancolin étaient ainsi présentées au directeur des Bâtiments du roi : « Le marbre qui se tire de ces deux différentes carrières est sans contredit le plus beau qu’il y ayt en France et mesme en Italie, les beaux marbres qui y sont si ventés ne si tirent pas, mais les anciens romains les faisoient venir à grand frais de l’Egypte et de l’Asie »17.

25Ainsi, la politique royale menée durant près de deux siècles pouvait-elle s’apparenter à celle inaugurée par Auguste, qui voulut faire de Rome « tout un monde en un seul lieu », en figurant par les marbres issus des pays les plus lointains la suprématie de l’Empire. Le paysage des provinces se trouva de même déplacé à Versailles pour y recomposer le territoire du royaume. Cela n’était en rien anodin, car la métaphore du marbre et du paysage répondait à de bien anciennes croyances. Depuis la nuit des temps, on considérait que cette roche première portait la marque première de l’ire et du souffle des dieux et que ses veinures et dessins se prêtaient à de multiples interprétations, dans une transmission quasi magique entre microcosme et macrocosme (Fig. 21-22-23-24-25-26-27). En ce domaine, les marbres les plus célèbres étaient les fameuses paésines de Toscane, au nom si évocateur, où l’on se plaisait à voir une multiplicité de paysages hantés de ruines informes. Le fait renvoyait à l’idée d’un monde animé, d’une nature prodigue recélant les trésors de la création que Dieu y avait placé, dans l’attente de leur découverte et de leur mise en forme par l’homme.

  • 18 P. Julien, « Une description inédite des Pyrénées au XVIIIe siècle, le Mémoire sur les mar (...)

26Dans son rapport déjà cité, Marc-François de Lassus brosse en 1758 un extraordinaire « tableau des Pyrénées », selon les termes de son ministre, un paysage physique, humain et mystique fait « à l’honneur du marbre » dont la « destination primitive est des plus nobles » : célébrer et le créateur et sa création. Il souligne les mystères de ce matériau, alors encore considéré par de nombreux savants comme vivant, croissant et se multipliant18. Sans revenir ici sur cette antique et fascinante croyance, il faut souligner qu’elle avait durablement marqué les esprits. Dès le Ier siècle, Pline l’Ancien rappelait que « Papirius Fabianus, naturaliste très averti, assure que le marbre croît dans les carrières, et les carriers aussi affirment que les plaies infligées aux montagnes se comblent spontanément. S’il en est ainsi, on peut compter que les marbres ne manqueront pas au luxe ». Ce principe de renouvellement, marié à la conception chrétienne du monde animé, fut repris par les théologiens et les savants jusqu’au XVIIIe siècle. Il disparut au XIXe siècle seulement, avec le progressif désenchantement du monde, mais l’idée de nature vivante jusque dans l’inerte persista dans les mentalités et demeure, en France, un véritable archétype.

27Il est en effet fascinant d’observer les réactions de tout un chacun face à un paysage dans lequel se trouve ouverte une carrière, petite ou grande. Le malaise visuel ne tarde pas à être verbalisé en termes de blessure et de destruction, extrêmement sensibles. La notion de nature en souffrance est alors bien plus prégnante que face à une forêt mise à bas. Le rationalisme, en évacuant la croyance dans le renouvellement végétatif, a laissé place à l’évidence d’un impossible retour en arrière et la carrière apparait comme une plaie béante, définitive. De plus, la vision très romantique et très citadine de la nature en tant que monde bénéfique, vivant et intègre, perçu dans l’imaginaire quasi pictural de paysages pastoraux et enchanteurs, induit une empathie irrépressible. Les notions d’œuvre d’art et d’œuvre de nature sont alors quasi indissociables et toute intervention « au cœur » de la terre est vue comme une atteinte fatale.

  • 19 Article R. 512-8 du Code de l’environnement.

28Cette appréciation n’est d’ailleurs pas restée cantonnée au domaine de l’intime, elle a donné lieu à réglementation. En France, toute ouverture de carrière est désormais soumise à une étude d’impact comportant « Une analyse des effets directs et indirects, temporaires et permanents de l’installation sur l’environnement et, en particulier, sur les sites et paysages, la faune et la flore, les milieux naturels et les équilibres biologiques… »19. Et la loi impose que cette étude présente « Les conditions de remise en état du site après exploitation » : tout carrier est censé laisser l’endroit dans le même état qu’avant extraction ! Face à l’évidente impossibilité de cette obligation, qui confine souvent à l’absurde, ces remises en état donnent lieu à des réalisations très variées, allant du reboisement à la restitution de terres agricoles en passant par la constitution de lieux de loisirs ou de retenues d’eau. Ces contraintes, et bien d’autres soumises à une multiplicité de décrets et circulaires, rendent très difficile toute ouverture ou réouverture de site qui se fait désormais, le plus souvent, dans des lieux isolés, cachés aux regards. La notion de désordre environnemental a codifié les sentiments très profonds de flétrissure, de meurtrissure du paysage que dénonçait déjà Pline l’Ancien, il y a deux millénaires de cela, en stigmatisant les « plaies infligées aux montagnes » que constituaient les carrières de marbre, nées de l’avidité des hommes.

29La rapide présentation de quelques carrières, le tableau de leur intérêt humain, historique, culturel, social, symbolique et artistique n’a eu d’autre but, en cette étude, que de mettre en valeur leur puissance évocatrice, de faire valoir leurs hautes qualités patrimoniales dans une dimension supérieure de la construction des paysages méridionaux, celle d’une image valorisée, tant par le lieu que par l’ailleurs. Car non seulement ces sites sont beaux, spectaculaires, riches de données géologiques, historiques et humaines, mais en outre ils renvoient aux plus célèbres monuments de France ou d’Italie, dans un effet de miroir et de brillance qui peut très efficacement être mis à profit. L’identité du sol n’est pas qu’une expression ou revendication communautaire, elle est également, pour le Midi, une réalité minérale. Les marbres de ces contrées se trouvent en effet partout disséminés, des gratte-ciel de Chicago aux palais des émirats arabes.

30Cette notion de paysage déplacé, jamais explorée, peut faire évoluer bien des mentalités. Dans leur quasi-totalité en effet, les centaines de carrières de marbre qui furent ouvertes en Pyrénées et Minervois sont désormais fermées ou ne vont guère tarder à l’être. Les mutations économiques et réglementaires – bien plus qu’esthétiques – les ont placées, pour beaucoup, hors des circuits commerciaux actuels, en dépit de qualités exceptionnelles. Il est toutefois un vaste domaine qui leur reste totalement ouvert, celui du développement culturel. Le patrimoine minéral est une richesse insoupçonnée pour nombre de villages et de régions qui ont la chance de posséder des trésors dignes du Livre de Job, des trésors qui connurent une royale destinée ! Pourtant, cette véritable manne reste sous-exploitée, voire totalement négligée (Fig. 28-29-30-31-32-33). Le fait est d’importance, alors que la notion d’éco-patrimoine s’affirme comme l’une des données majeures de l’action politique au XXIe siècle, en matière d’aménagement du territoire comme en matière de développement local.

31Les carrières de marbre, comme les mines ou bien d’autres sites qui oscillent entre le manuel et l’industriel, s’offrent à une évocation du geste, de la virtuosité technique et de l’empirisme souverain, à une reconnaissance de la difficulté affrontée et vaincue : des démarches humaines jadis essentielles, mais aujourd’hui négligées. Là peuvent être lus de bien anciens mystères du monde tout autant que la trop oubliée conquête manuelle et ouvrière de la matière, indispensable à l’épanouissement de l’art et aux succès de la modernité. Là encore, face à des roches immenses et pesantes, peut être contée une autre histoire du paysage, une épopée surprenante, le devenir prodigieux de fractions déplacées du territoire qui ornent désormais les plus célèbres églises, châteaux, palais et monuments du monde. Encore faut-il que l’on reconnaisse la constante déférence envers les prodigalités de la nature qui présida à la mise en œuvre de ces carrières. Ainsi, en leur rendant leur véritable dimension, matérielle et immatérielle, pourra-ton dépasser la compassion, voire le rejet provoqué par l’incision de leurs plaies, ou plutôt de leurs belles blessures, dans le paysage.

Notes

1 Les données documentaires utilisées dans cet article, pour un matériau et des carrières mises en œuvre jusque sous l’Ancien Régime, sont extraites de l’ouvrage de P. Julien, Marbres, de carrières en palais. Du sang des dieux à la gloire des rois, Manosque, Le bec en l’air, 2006. Pour les exploitations du XXe siècle, la seule étude d’ensemble pour la région abordée ici est celle de L. Anglade, « Carrières de marbre du Languedoc et des Pyrénées », Cahiers d’arts et de traditions rurales, 11, Montpellier, 1998, p. 5-120.

2 Sur l’exploitation des marbres et minerais en Pyrénées romaines, C. Rico, Pyrénées romaines, essai sur un pays de frontière (IIIe siècle av. J.-C. - IVe siècle ap. J.-C.), Madrid, Casa de Velázquez, Bibliothèque de la Casa de Velázquez, 14, 1997, p. 237-278.

3 J. Cabanot, R. Sablayrolles, J.-L. Schenck (éd.), Les marbres blancs des Pyrénées : approches scientifiques et historiques, Saint-Bertrand-de-Comminges, 1995.

4 En vallée de Barousse, la carrière de Sost présente un autre cas de figure : l’exploitation actuelle des marbres pour les transformer en granulat y a détruit toute trace de la carrière ouverte sous Louis XV.

5 À Aubert, la carrière fut rouverte au XIXe siècle et servit encore au XXe siècle. Désormais abandonnée, elle est envahie par des eaux marécageuses qui composent, avec le vert tendre des algues et les bigarrures noir et rouille des fronts de taille, un spectacle singulier.

6 Pour les techniques modernes, à partir du XIXe siècle, voir pour les Pyrénées l’ouvrage de L. Anglade, op. cit., et pour des données extrêmement précises celui de R. Perrier, Les roches ornementales, éd. Pro Roc, 2004.

7 P. Julien, « Le flottage des marbres royaux des Pyrénées à l’Océan », dans A. Corvol (éd.), Forêt et transports traditionnels, Cahiers d’Études, Forêt, Environnement et Société, XVIe-XXe siècle, 14, IHMC-CNRS, Paris, 2004, p. 25-29.

8 P. Julien, « Pour mieux faire flotter les marbres : les cartes du “Cours de Garonne” dressées en 1716- 1720 par Hyppolite Matis, géographe du roi », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 2005, LXV, p. 231-242.

9 A. Mérot, Du paysage en peinture dans l’Occident moderne, Paris, 2009.

10 P. Julien, « Une description inédite des Pyrénées au XVIIIe siècle, le Mémoire sur les marbres de Marc-François de Lassus », Revue de Comminges et des Pyrénées centrales, avril-juin 2004, p. 197-234.

11 F. Marsan, « Ordonnances pour la traite des bois de mâture et des marbres des Pyrénées (1670-1685) », Revue des Hautes-Pyrénées, 1914, p. 149-154.

12 P. Julien, « Fraudes et profits autour des marbres méridionaux, de Colbert au duc d’Antin », Grands Chantiers et matériaux, Livraisons d’Histoire et d’Architecture, 16, 2008, p. 33-46.

13 J.-L. Bonnet, « Des carrières aux marbriers de Caunes-Minervois (XVIIe siècle) », Bulletin de la Société d’Études Scientifiques de l’Aude, XCVIII, 1998, p. 89-200 ; « De la politique royale du marbre aux carrières de Caunes et Félines en Minervois (XVIIIe siècle) », Bulletin de la Société d’Études Scientifiques de l’Aude, CC, 2000, p. 53-62.

14 D. Bertin et J. Gardet, L’Épitome ou Extrait abrégé des dix livres d’architecture de Marc Vitruve Pollion, enrichi des figures et pourtraicts pour l’intelligence du livre par Jean Gardet, bourbonnais, et Dominique Bertin, parisien, avec les annotations sur les plus difficiles passages de l’auteur, dédiées à très illustre seigneur René de Daillon evesque de Lusson et abbé de Charroux, Toulouse, 1556.

15 Les éléments de cette lettre, non datée, sont cités par F. Marsan, « Une Commission pour la recherche de marbres, jaspes, pierres et terres propres au service du Roi dans les Pyrénées, 15 novembre 1629 », Revue des Hautes-Pyrénées, 1928, p. 209-212. Ils ont été plusieurs fois repris et modifiés, notamment par A. Sarramon, Les Quatre-Vallées, Aure-Barousse-Neste-Magnoac, Tarbes, 1966, p. 402.

16 A. Félibien, Description sommaire du chasteau de Versailles en 1674, publié dans Recueil de descriptions de peintures et d’autres ouvrages faits pour le Roy, Paris, 1689, p. 287.

17 Archives nationales, O1 2068, lettre du 23 août 1737 de Tarlé à Orry.

18 P. Julien, « Une description inédite des Pyrénées au XVIIIe siècle, le Mémoire sur les marbres de Marc-François de Lassus », Revue de Comminges et des Pyrénées centrales, avril-juin 2004, p. 197-234.

19 Article R. 512-8 du Code de l’environnement.

© Presses universitaires du Midi, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search