Version classiqueVersion mobile

Une longue histoire

 | 
Jean-Loup Abbé

Partie I. Carrières et industries : aménagements et impacts sur le paysage

Le paysage industriel et sa perception dans le Midi de la France, XVIIIe-XXe siècle

Jean-Michel Minovez

Texte intégral

  • 1 Pour les définitions des termes « districts », « SPL » et « territoires », voir : J.-F. Ec (...)

1Le paysage industriel n’est pas un paysage à part. Il est plutôt une des variantes de la représentation paysagère au sein de laquelle les activités humaines se développent sur la base d’une activité de production manufacturée destinée au marché. L’étude des paysages industriels n’est pas sans poser problème, car elle renvoie à la définition théorique du paysage qui est loin de faire consensus en sciences sociales — chez les géographes en particulier —, sur les usages, sur le concept même de paysage par l’intégration ou non de la notion de paysage perçu et de système. Les réponses que l’on apporte à ces questions ne sont pas neutres, car, selon les modèles choisis, on aboutit à négliger la complexité que revêt le concept de paysage ou au contraire à prendre en compte toute sa diversité. Une réflexion dans ce domaine paraît d’un grand intérêt euristique, car elle peut offrir une des entrées possibles à l’explication de la non prise en compte de la variété des formes territoriales de l’industrie et de leur apport en terme de développement de l’économie et de la société. Ces formes relèvent pour l’essentiel du modèle des « districts industriels », des « systèmes productifs localisés » ou des « territoires de l’industrie »1. C’est sur leurs paysages que l’analyse se focalisera.

2Pour cela, on étudiera dans une première partie les apports et les limites de l’approche descriptive et de la systémique dans l’analyse des paysages. Dans un deuxième temps, on se proposera de mesurer l’élargissement du concept de paysage en introduisant la notion de perception et en recourant à tous les sens pour ce faire. On terminera par l’établissement du constat de la faible application de ces avancées à l’ensemble des sciences sociales et aux conséquences que cela induit dans l’absence de perception de certains paysages de l’industrie.

De l’approche descriptive à la systémique

Approche empirique des facteurs « naturels » et « humains » des paysages

  • 2 M. A. Álvarez Areces, L. Bergeron, I. Aguilar Civera et al., Estructuras y paisajes indust (...)

3Dans un premier temps, l’étude des paysages industriels a consisté dans une description plus ou moins ordonnée et coordonnée des éléments « naturels » et « humains » les concernant. La géographie a profondément influencé les historiens dans l’interprétation qu’ils ont donnée à la notion de paysage. Deux perspectives l’ont emporté l’une, fonctionnelle, étudiant les sociétés dans leur manière de produire l’espace qu’elles occupent, l’autre, archéologique, analysant les traits du passé qui subsistent. L’archéologie industrielle s’est bâtie en partie sur ces approches2.

4Aussi, nombre de recherches se sont focalisées sur la description, la représentation, l’analyse des ateliers et usines situés au fil de l’eau, disposés là pour profiter de la force énergétique. Peu se sont préoccupées d’étudier le décor qui les environne, pourtant révélateur d’une forme spécifique d’organisation de la production et de la société.

5Si l’on prend l’exemple des paysages industriels du Midi de la France, quelques grands traits communs émergent. Les parties élevées de la montagne apparaissent en arrière-plan (telle la zone axiale des Pyrénées). Les espaces de fortes collines ou de petites chaînes de montagnes sont les plus présents (Plantaurel, Petites Pyrénées, Montagne Noire, contrefort du Massif Central, piémont de la zone axiale des Pyrénées). Les reliefs saillants tranchent avec ceux des grandes vallées alluviales et des bassins sédimentaires où les paysages industriels sont peu présents. Dans les zones de fortes pentes, les bois dominent. Le plus souvent, les formes d’activité humaine liées à l’agriculture et au pastoralisme sont très présentes. Un contraste apparaît entre les zones de plateaux et les vallées alluviales propices à la culture céréalière, les espaces pentus et plus pauvres où domine l’élevage, les parties aux reliefs saillants et calcaires à l’activité pastorale disséminée.

6Ces paysages tranchent avec ceux de la plaine subpyrénéenne, de la vallée de la Garonne, de la Gascogne, du Bas-Languedoc et des grandes vallées vouées à la céréaliculture, à la vigne et autres cultures spéculatives. Passé le constat, l’exploitation des relations des différentes composantes paysagères reste à réaliser afin de dépasser une approche purement descriptive des facteurs « naturels » et « humains » en pensant les paysages d’une manière globale à travers l’étude de la combinaison complexe de leurs facteurs. L’approche par la théorie des systèmes et l’invention du concept de « géosystème », en particulier, modifient sensiblement l’appréhension que l’on a de la notion de paysage.

Approche globale et combinaison des facteurs : paysage et systémique

  • 3 E. Tarlé, L’industrie dans les campagnes en France à la fin de l’Ancien Régime, Paris, E. (...)
  • 4 A. Aftalion, Le développement de la fabrique et le travail à domicile dans les industries (...)
  • 5 H. Sée, Histoire économique de la France. Les temps modernes, Paris, A. Colin, 1942.
  • 6 K. Polanyi, The Great Transformation, New-York/Toronto, Farrar & Rinehart, 1944, trad. fr. (...)
  • 7 M. Granovetter, « Economic action and social structure : the problem of embeddedness », Am (...)

7Avant l’apparition de la systémique, les sciences humaines et sociales s’étaient déjà préoccupées, sur la base d’observations empiriques, de la combinaison des facteurs sociaux et environnementaux. Ce fut le cas des historiens tels Evgueni Tarlé3, Albert Aftalion4 ou Henri Sée5. Karl Polanyi a, par la suite, développé le concept d’encastrement de l’économie dans la société jusqu’à ce que, selon lui, la révolution industrielle ne le remette en cause6. Il développe l’idée que l’homme entretient une relation étroite avec son environnement et que les choix économiques qu’il opère tiennent compte du milieu dans lequel il évolue, de ses représentations, de sa culture. À sa suite, mais à travers une lecture hétérodoxe, Mark Granovetter reprend cette approche tout en considérant le maintien d’un encastrement durant les XIXe et XXe siècles7.

  • 8 R. Brunet, « Les nouveaux aspects de la recherche géographique : rupture ou raffinement de (...)
  • 9 G. Rougerie et N. Beroutchachvili, Géosystèmes et paysages. Bilan et méthode, Paris, A. Co (...)

8La perception du paysage comme un « ensemble » géographique doté d’une structure et d’un fonctionnement propres est cependant le fait de la systémique. Avec l’application de la théorie des systèmes aux sciences sociales à partir des années 1960 et surtout dans les années 1970, on rompt avec une approche souvent descriptive et limitée à des raisonnements fondés sur un enchaînement de causalités linéaires pour penser en termes de systèmes et de causalités circulaires. La théorie oblige à prendre en compte la complexité et s’oppose en cela au déterminisme. Elle pousse à dépasser les évidences qui consistent à considérer que c’est la nature qui commande8. En d’autres termes, ce n’est pas l’homme qui subit les conditions liées au biotope (atmosphère, lithosphère, hydrosphère), mais il les adapte à ses activités en modifiant la biocénose (phytocénose, zoocénose, pédocénose). C’est l’interaction de tous les éléments constitutifs du milieu naturel, qu’ils appartiennent à la biocénose ou au biotope, sous l’action de l’homme, qui aboutit à la constitution du paysage9. Le paysage est donc une production éminemment sociale.

9Pour que le système fonctionne, il faut que ses liaisons internes permettent son équilibre. Dans ce cadre, l’activité humaine prend des formes extrêmement variées qui associent dans les activités de production l’agriculture, le pastoralisme, l’artisanat et les petites industries. L’activité manufacturière est une des composantes participant à l’équilibre du système. Elle n’est pas seulement complémentaire de l’agriculture ou du pastoralisme supposés dominants. Inscrite historiquement, parfois depuis le Moyen Âge, les deux éléments se situent au même niveau. Lorsque l’industrie disparaît, elle entraîne l’effondrement du système. Le paysage mute alors sensiblement : désertification, modification du couvert végétal, apparition des friches agricoles et industrielles, régression des flux, changement des odeurs, etc.

Paysages perçus

Les apports de la psychologie cognitive et de la philosophie

  • 10 A. Bailly et R. Ferras, Éléments d’épistémologie de la géographie, Paris, Armand Colin, 20 (...)
  • 11 J.-J. Bavoux (dir.), Introduction à l’analyse spatiale, Paris, Armand Colin, 1998, p. 74.
  • 12 Ibid.
  • 13 On consultera à ce sujet avec profit les travaux de Bernard Debarbieux, en particulier : B (...)
  • 14 Convention européenne du Paysage, [Traité de Florence, 20 octobre 2000], Strasbourg, Conse (...)
  • 15 Présentée par Dominique de Villepin, alors ministre des Affaires étrangères, la loi autori (...)
  • 16 A. Roger, Court traité du paysage, Paris, Gallimard, 1997, p. 10, cité par P. Claval, Épis (...)

10Le paysage est donc un ensemble que l’on peut saisir à travers ses structures, ses fonctionnalités, resitué éventuellement dans sa dimension historique. Il dépend également de la perception qu’en ont les hommes, différent selon que l’on appartienne ou non au territoire. Depuis les années 1980, de nouveaux regards ont été portés sur le paysage. Un axe « humaniste » s’est développé qui fait de l’homme l’interprète de la nature, comme observateur et comme aménageur. Sous l’influence de la psychologie cognitive, les géographes prennent davantage en compte le caractère subjectif de l’approche du paysage, intégrant l’importance de la perception du sujet, de ses interprétations, de son idéologie et de ses objectifs10. « Le paysage devient ainsi un référent d’identification collectif, un critère de régionalisation, la partie visible de l’organisation des espaces »11. « La signification du paysage est désormais inscrite dans le champ culturel et fonctionne comme une dialectique »12 entre la nature et l’homme13. La Convention européenne du paysage vient consacrer cette approche14 avec l’intégration même de ses principes dans la loi15. Enfin, notons que pour Alain Roger, un paysage n’est jamais réductible à sa réalité physique — les géosystèmes des géographes, les écosystèmes des écologues, etc. — : « la transformation d’un pays en paysage suppose toujours une métamorphose, une métaphysique, entendue au sens dynamique » et non « la croyance en quelque instance transcendante »16.

  • 17 L. Lelli, Le paysage ordinaire. L’exemple du Nord-Comminges (Haute-Garonne – France). Essa (...)
  • 18 Perception que l’on a pu relever dans les quelques enquêtes orales menées dans le Pays d’O (...)

11La perception du paysage n’est donc pas seulement fondée sur des éléments de nature objective, aussi nombreux soient-ils. Ils relèvent aussi de l’irrationalité, sans lien, ni avec les intérêts économiques, ni avec les réalités concrètes du territoire lui-même et qui touchent au symbolique ou à l’identité (pas toujours consciente). Aussi, est-il frappant de voir à quel point la chaîne axiale des Pyrénées représente un trait majeur de la représentation paysagère de populations qui n’habitent pas dans la montagne et qui ne vivent pas de ses ressources. Les Pyrénées sont donc porteuses d’identification pour une population sans lien avec la montagne17. À l’inverse, il est tout aussi frappant de constater en quoi les populations de territoires industriels du Midi intègrent l’image de leurs paysages comme des espaces secondaires, voire marginaux, de production18.

L’apport de l’école de Besançon

  • 19 THEMA, « paysage visible », dans Théoriser et modéliser pour aménager, UMR 6049 – CNRS/Uni (...)

12Le développement de l’axe « humaniste » prolonge l’observation sur les formes visibles, point de départ de « l’entreprise géographique ». En effet, la saisie des paysages privilégie toujours un des cinq sens, la vue. Lorsqu’on parle de paysage visible, on entend se situer avant toute perception. Le travail consiste alors à établir des collections relevées sur des clichés ou sur le terrain que l’on relie par des flux d’information. L’analyse qui en découle ne peut se fonder sur la vue unique d’un site, mais sur des collections spatialement représentatives. Car, s’il s’agit de tester la sensibilité visuelle qui est le propre du paysage, il convient aussi de la comparer à la sensibilité fonctionnelle du système producteur19.

  • 20 P. Claval, Épistémologie de la géographie, Paris, Nathan, 2001, p. 43.
  • 21 « Les bruits du Quartier Latin et de Neuilly, des villes françaises et suisses romandes de (...)

13Or, celui qui pratique « l’entreprise géographique […] aime marcher, regarder autour de lui, flairer les odeurs et sentir l’atmosphère »20. Si Paul Claval situe bien la perception des paysages au-delà de la mobilisation d’un seul sens, c’est à l’école de Besançon du laboratoire THEMA qu’il revient de bouleverser les lignes avec, en particulier, les travaux de Thierry Brossard, Serge Ormaux et Jean-Claude Wieber. En effet, si pour eux la vue reste privilégiée dans la saisie des paysages, car « c’est notre œil qui nous met du paysage plein la tête […], les autres sens peuvent participer aussi à son appréhension » : l’ouïe et l’odorat d’abord, le toucher et le goût ensuite21.

14Si un paysage se voit à travers ses éléments structuraux (usines à l’architecture normée, fumées, déchets de production, couleur de l’eau à la sortie des usines, barrages, débits réservés des cours d’eau, etc.), il s’analyse aussi par les liens fonctionnels (flux matériels divers, variation de ces derniers en quantité et en qualité dans les temps courts — journée — de moyenne durée — saison — de longue durée — annuelle, décennale, séculaire), il s’entend (bruit des machines, des moteurs, des chutes d’eau, etc.), il se sent (odeurs de teintures, des coulées de fonte, du suint, de la cellulose, de la graisse des machines, des gaz, etc.), il se goûte et se touche aussi (en liaison avec le genre de vie, la nutrition, les modifications micro-climatiques, avec toutes les perceptions d’origine mécanique).

15Ces aspects fondamentaux ont été pourtant fortement négligés. Or, qu’est-ce qui peut permettre de dire que la bonneterie des Hautes-Pyrénées existe jusqu’en 1870 sans percevoir les flux des ouvrières à domicile qui se rendent chez les marchands pour y amener leur ouvrage ? Comment percevoir les milliers d’artisans du Pays d’Olmes et de Castres qui tissent à domicile sans penser au bruit assourdissant des navettes volantes et des battants ? Comment ne pas penser que la présence des teintureries se mesure d’abord par les variations de couleur des rivières au rythme du déversement des effluents à l’odeur âcre ?

Industrie invisible et paysages ordinaires

Recours insuffisant à tous les sens et invisibilité des paysages de l’industrie

16Si les préconisations de l’école de Besançon ont peu pénétré les pratiques des géographes, les historiens ne s’en inspirent pas plus et les représentations du paysage industriel reposent essentiellement sur ce qui est vu. Les autres sens sont faiblement mobilisés. Cela conduit à négliger ce qui peut relever d’un paysage industriel. L’analyse fine des structures et des aspects fonctionnels des paysages industriels est également négligée, ce qui conduit à aggraver la sous-estimation de ce qui relève de paysages industriels.

  • 22 R. Leboutte, Les bassins industriels en Europe. Production et mutation d’un espace, 1750-1 (...)

17La conséquence de ces représentations et sous-évaluations est la constitution d’une image stéréotypée des paysages de l’industrie qui n’est que celle d’une catégorie. Elle est fondée sur l’observation de concentrations d’usines dans un espace réduit, d’un habitat ouvrier important en périphérie lié à cette concentration, de nuisances importantes et visibles (fumées, crasse, réseaux de transports, etc.). Cela concourt à définir un idéal-type à l’image symbolique forte qu’est le paysage de bassin industriel d’une industrie mobilisant beaucoup de moyens de techniques dans un espace réduit, produisant beaucoup et efficacement dans peu d’espace22.

Des paysages nombreux qui restent à révéler

  • 23 C. Courlet, « Les systèmes productifs localisés en France : une histoire récente », dans M (...)

18La représentation canonique du paysage industriel a pour effet, non seulement de négliger les autres formes de paysages industriels, mais aussi d’induire qu’ils ne représentent que peu de chose dans l’économie nationale. Pourtant, à la fin du XXe siècle, les « districts industriels » formant la masse des paysages industriels faiblement visibles représentaient jusqu’à 1 500 000 salariés, soit 41,5 % de l’emploi industriel total de la France23.

  • 24 J.-M. Minovez, « Le papier et les hommes au pied des Pyrénées centrales. Innovation et ada (...)
  • 25 J.-M. Minovez, « Midi-Pyrénées, première région lainière France dans le cardé et le textil (...)

19Or, il est des territoires aux paysages industriels peu marqués dont la production n’a rien de marginal et qui participent significativement au développement du pays. Dans les Pyrénées centrales, les papeteries autour de Saint-Girons et de Mazères produisaient 25 % des papiers minces français jusqu’à la crise des années 1970, mais ils n’étaient visibles qu’à travers quelques usines situées au fil de l’eau24. Le Pays d’Olmes en Ariège ainsi que le département du Tarn sont devenus dans la deuxième moitié du XXe siècle la première région de production dans le cardé et le textile d’habillement de la laine en France, alors que l’on ne distingue le plus souvent que peu de bâtiments identifiables en tant que lieux de production25.

20Une analyse paysagère poussée permettrait de participer à une réévaluation de leur rôle tout en permettant d’en étudier l’originalité structurelle et fonctionnelle. Il y a d’abord les évidences : quelques usines apparaissent avec leurs toits en sheds caractéristiques, biefs, canaux d’amenées qui déterminent des zones de concentration d’ateliers. Mais les milliers de sous-traitants sont invisibles, l’analyse ignorant les formes spécifiques des activités dispersées représentées par de toutes petites structures installées dans les domiciles ou le plus souvent dans des hangars, à l’arrière des maisons. L’étude des structures se limite à embrasser les établissements industriels, alors que le système est longtemps resté en relation étroite avec son environnement ; l’étude des fermes abandonnées, parfois en ruine, la forêt qui gagne sur les espaces pastoraux, puis agricoles, révèlent la dérégulation du système par un désencastrement en accélération. L’étude des flux est un autre moyen de la saisir ; ainsi, les déplacements de la main-d’œuvre montrent une réduction du bassin d’emploi, comme les entrées et sorties quotidiennes des lieux de travail. Les bruits évoluent et se déplacent ; c’en est fini du bruit des métiers répandus dans tout Laroque et Lavelanet, ce qui permet de mesurer la disparition des artisans et des sous-traitants. À Mazères, dans l’industrie papetière, on ne sent plus l’odeur de cellulose et la rivière du Salat ne se teint plus aux couleurs des papiers.

Conclusion

21Les apports de la systémique, de la géographie physique de sensibilité biogéographique, de la psychologie cognitive et des géographes prônant la mobilisation de tous les sens bouleversent les méthodes d’approche de l’étude des paysages. Ces approches permettent de révéler des structures et des flux restés jusqu’alors invisibles. Elles mettent en lumière des paysages industriels jusqu’alors négligés, en particulier des « districts industriels », des « systèmes productifs localisés » et des « territoires de l’industrie ». Leur étude fine, au-delà de leur connaissance précise et originale, fournit les outils d’une réévaluation de leur importance et de la connaissance des structures et des organisations fonctionnelles des territoires dans leur dimension historique.

Notes

1 Pour les définitions des termes « districts », « SPL » et « territoires », voir : J.-F. Eck et M. Lescure (éd.), Villes et districts industriels en Europe occidentale, XVIIe-XXe siècles, Tours, Publications de l’université François Rabelais, 2002 ; R. Guillaume (dir.), Globalisation, systèmes productifs et dynamiques territoriales. Regards croisés au Québec et dans le Sud-Ouest, Paris, L’Harmattan, 2005 ; M. Lescure (dir.), La mobilisation du territoire. Les districts industriels en Europe occidentale du XVIIe au XXe siècle, Colloque du Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 5 et 6 février 2004, Paris, CHEFF, 2006 ; J.-C. Daumas, P. Lamard et L. Tissot (éd.), Les territoires de l’industrie en Europe (1750-2000). Entreprises, régulations et trajectoires (Actes de la pré-session du XIVe Congrès international d’histoire économique d’Helsinki), Colloque organisé dans le cadre de la MSH de Franche-Comté Claude-Nicolas Ledoux, Besançon, 27-29 octobre 2004, « Les Cahiers de la MSHE Ledoux », Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2007.

2 M. A. Álvarez Areces, L. Bergeron, I. Aguilar Civera et al., Estructuras y paisajes industriales. Proyectos socioculturales y turismo industrial, Gijón, Asociación de arqueoloría industrial, Industria, Cultura y Naturaleza / Incuna, 2003 ; L. Bergeron et G. Dorel-Ferré, Le patrimoine industriel : un nouveau territoire, Paris, éd. Liris, 1996.

3 E. Tarlé, L’industrie dans les campagnes en France à la fin de l’Ancien Régime, Paris, E. Cornély, 1910 ; E. Tarlé, La classe ouvrière en France dans la première période de la fabrication mécanique (1815-1831), Moscou-Léningrad, Éditions en langues étrangères, 1928.

4 A. Aftalion, Le développement de la fabrique et le travail à domicile dans les industries de l’habillement, Paris, L. Larose et L. Tenin, 1906 ; A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, Paris/New-Haven, PUF/Yale University Press, 1924.

5 H. Sée, Histoire économique de la France. Les temps modernes, Paris, A. Colin, 1942.

6 K. Polanyi, The Great Transformation, New-York/Toronto, Farrar & Rinehart, 1944, trad. fr., La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983.

7 M. Granovetter, « Economic action and social structure : the problem of embeddedness », American Journal of Sociology, 91, 1985, p. 481-510 ; M. Granovetter, Le marché autrement, Paris, Desclée de Brouwer, 2000.

8 R. Brunet, « Les nouveaux aspects de la recherche géographique : rupture ou raffinement de la tradition ? », l’Espace géographique, 2, 1972, p. 406-407.

9 G. Rougerie et N. Beroutchachvili, Géosystèmes et paysages. Bilan et méthode, Paris, A. Colin, 1991, p. 196. Ces auteurs font parti des géographes physiciens de sensibilité biogéographique qui ont développé l’approche systémique des géosystèmes avec Georges Bertrand : G. Bertrand, « Paysage et géographie physique globale », Revue de Géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, 1968, p. 249-272 et N. Beroutchachvili et G. Bertrand, « Le géosystème ou “système territorial naturel” », Revue de Géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, 49, 2, 1978, p. 165-179.

10 A. Bailly et R. Ferras, Éléments d’épistémologie de la géographie, Paris, Armand Colin, 2004, p. 118.

11 J.-J. Bavoux (dir.), Introduction à l’analyse spatiale, Paris, Armand Colin, 1998, p. 74.

12 Ibid.

13 On consultera à ce sujet avec profit les travaux de Bernard Debarbieux, en particulier : B. Debarbieux et S. Lardon (dir.), Les figures du projet territorial, La Tour d’Aigues/Paris, Éd. de l’Aube/DATAR, 2003. Voir aussi les actes, en cours de préparation, du colloque d’Arthous organisé par Georges Bertrand et Serge Briffaud.

14 Convention européenne du Paysage, [Traité de Florence, 20 octobre 2000], Strasbourg, Conseil de l’Europe, 2000.

15 Présentée par Dominique de Villepin, alors ministre des Affaires étrangères, la loi autorisant l’approbation de la Convention européenne du paysage a été ratifiée le 13 octobre 2005.

16 A. Roger, Court traité du paysage, Paris, Gallimard, 1997, p. 10, cité par P. Claval, Épistémologie de la géographie, Paris, Nathan, 2001, p. 198.

17 L. Lelli, Le paysage ordinaire. L’exemple du Nord-Comminges (Haute-Garonne – France). Essai méthodologique et pratique, Thèse de doctorat en environnement et paysage, Université de Toulouse II-Le Mirail, 2000.

18 Perception que l’on a pu relever dans les quelques enquêtes orales menées dans le Pays d’Olmes auprès d’acteurs de l’industrie textile qu’ils soient ouvriers, contremaîtres ou petits patrons.

19 THEMA, « paysage visible », dans Théoriser et modéliser pour aménager, UMR 6049 – CNRS/Université de Besançon, 2008.

20 P. Claval, Épistémologie de la géographie, Paris, Nathan, 2001, p. 43.

21 « Les bruits du Quartier Latin et de Neuilly, des villes françaises et suisses romandes de part et d’autre de la frontière jurassienne, saisis bien sûr dans des conditions comparables, dressent plusieurs paysages auditifs. Les yeux et les oreilles fermés, on sent quand on quitte les plateaux du Jura, boisés en feuillus, pour atteindre les premiers chaînons, où les résineux dominent. Le toucher et le goût peuvent même avoir un rôle, mineur certes : le froid sur la peau du temps anticyclonique d’hiver en Alsace ou le goût des embruns au Nez de Jobourg contribuent à renforcer les impressions paysagères », cf. THEMA, « Paysage selon le laboratoire THEMA », dans Théoriser et modéliser pour aménager, UMR 6049 – CNRS/Université de Besançon, 2008. On est là bien loin de l’approche cartographique du paysage qui tend à le figer. Sébastien Nageleisen a montré en quoi la lecture du paysage devait prendre en compte la pratique ordinaire des usagers à travers l’analyse des itinéraires et des modes de déplacement, cf. S. Nageleisen, Paysages et déplacements. Éléments pour une géographie paysagère, thèse de doctorat de géographie, Université de Franche-Comté, 2007.

22 R. Leboutte, Les bassins industriels en Europe. Production et mutation d’un espace, 1750-1992, Florence, European University Institute, 1993, p. 77-78.

23 C. Courlet, « Les systèmes productifs localisés en France : une histoire récente », dans M. Lescure (dir.), La mobilisation du territoire. Les districts industriels en Europe occidentale du XVIIe au XXe siècles, op. cit., p. 16-17.

24 J.-M. Minovez, « Le papier et les hommes au pied des Pyrénées centrales. Innovation et adaptation dans la papeterie, XVIIe-milieu du XXe siècle », dans Le papier, le livre et le commerce culturel dans l’Europe méditerranéenne et ses périphéries, XVIe-XXe siècles, Montpellier, Centre d’Histoire Moderne et Contemporaine de l’Europe méditerranéenne et de ses périphéries, 2003, p. 21-35.

25 J.-M. Minovez, « Midi-Pyrénées, première région lainière France dans le cardé et le textile d’habillement (1945-2000) », dans L’industrie en Midi-Pyrénées de la Préhistoire à nos jours, 57e Congrès de la Fédération historique de Midi-Pyrénées, Sorèze, 23, 24 et 25 juin 2006, Toulouse/Albi, Fédération historique de Midi-Pyrénées/Fédération des sociétés intellectuelles du Tarn, 2007, p. 57-71 ; J.-M. Minovez, « Les interrelations des entreprises dans la structuration et la déstructuration des territoires de l’industrie », dans L’histoire industrielle et l’industrialisation des deux Navarres et des pays pyrénéens, Colloque international organisé par l’université publique de Navarre, l’université de Pau et des Pays de l’Adour et l’université du Pays basque, Irrissary, 3-5 mai 2007, à paraître.

© Presses universitaires du Midi, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search