Version classiqueVersion mobile

Une longue histoire

 | 
Jean-Loup Abbé

Partie I. Carrières et industries : aménagements et impacts sur le paysage

Les paysages de l’industrie au fil de l’eau en Europe occidentale. Étude comparée des aménagements successifs dans les espaces méridionaux et septentrionaux (du Moyen Âge au XXIe siècle)

Jean-Marc Olivier

Texte intégral

Documents DVD

  • 1 J. Gimpel, La révolution industrielle au Moyen Âge, Paris, Seuil, 1975, 253 p.

1Les vallées de l’Europe occidentale connaissent une véritable révolution paysagère à partir de l’an mille. En effet, la fin progressive de l’esclavage entre le Ve et le Xe siècle engendre une relative pénurie de main-d’œuvre. Parallèlement, pendant le Moyen Âge central, du XIe au XIIIe siècle, l’expansion économique et démographique reprend, favorisée par la paix. Il faut désormais produire davantage de farine, de bois, de clous, de cuirs… Les moulins se multiplient alors dans les vallées, car une simple roue à eau avec trois paires de meules peut remplacer le travail de 50 à 100 esclaves selon Jean Gimpel1.

2L’énergie hydraulique devient donc un enjeu essentiel et, après une accalmie pendant les grandes crises des XIVe et XVe siècles, l’emprise des moulins sur les vallées reprend de plus belle à partir du XVIe siècle pour ne plus se démentir jusqu’au milieu du XIXe siècle, voire au-delà. Assez vite, toutes les vallées sont touchées par ce phénomène, y compris celles du Sud où coulent parfois de modestes ruisseaux qui se tarissent en été. Les sites naturels les plus faciles à exploiter ne suffisent plus, il faut améliorer les moteurs hydrauliques (les roues) et aménager les vallées. C’est ce que nous constaterons dans nos deux premières parties. Puis vient le temps d’une déprise progressive avec des changements de paysage et une conservation plus ou moins réussie de ce patrimoine industriel.

Les différents moteurs hydrauliques, leurs performances et les contraintes qu’ils engendrent

3La meunerie demeurant l’activité principale pendant longtemps, avec des meules superposées horizontalement, la roue horizontale à pales inaugure la première lignée technologique dès l’Antiquité. Toutefois, on trouve également très tôt des roues verticales à pales, actionnées par en-dessous (Fig. 1). Ces deux types de roues ne nécessitent pas des barrages importants, parfois un simple obstacle artificiel dans le cours de la rivière suffit à détourner suffisamment de liquide vers la roue qui est installée au fil de l’eau, cette dernière pouvant être abaissée ou relevée en fonction des fluctuations du débit. Ainsi, pour un moulin imposant comme le moulin fortifié de Cougnaguet dans le Lot, il existe une multitude de petits établissements très modestes en bois.

Fig. 1. Roue verticale à pales « en-dessous », illustration tirée de Maurice Daumas, Histoire générale des techniques, Paris, PUF, 1968, t. III, p. 12.

4Mais ces roues ont des rendements faibles, elles n’utilisent que 20 à 50 % de l’énergie hydraulique disponible. Alors, dès que c’est possible, la roue à augets en-dessus est adoptée (Fig. 2). Cette dernière nécessite une hauteur de chute suffisante, car il faut que l’eau arrive par le sommet. Ce type de roue n’a pas besoin d’une rivière à fort débit, car elle fonctionne avec le modeste volume de liquide qui remplit les augets, grâce à elle on peut multiplier les moteurs hydrauliques, comme à l’usine Méjanel sur l’Arn en 1856. De plus, leur rendement est bien meilleur, entre 50 et 60 %. En conséquence, une seule roue de deux à trois mètres de diamètre peut développer une puissance de 20 chevaux-vapeur, soit 15 kilowatts.

Fig. 2. Roue à augets « en-dessus », illustration tirée de E.-O. Lamy, Dictionnaire encyclopédique et biographique de l’industrie et des arts industriels, Paris, 1885.

  • 2 C. Rivals, « Divisions géographiques de la France indiquées par une analyse de l’état des moulins e (...)

5La roue verticale serait donc le symbole d’une plus grande modernité technique. Ceci plaiderait en faveur d’une avance du Nord, comme l’indique la carte de la situation en 1809 établie par Claude Rivals où les roues horizontales sont surtout présentes dans le Sud (Fig. 3)2.

Fig. 3. Répartition des roues horizontales et verticales utilisées par les moulins à blé en 1809.

6La réalité est sensiblement plus complexe, et l’un des paysages les plus connus du Midi toulousain repose sur un aménagement hydraulique remarquable, bien que totalement dévolu à des roues horizontales : celui des moulins du Bazacle. Ce site, qui a connu des roues verticales avant le XVIIIe siècle, opte pour des roues horizontales très élaborées à partir des Lumières. En effet, la roue horizontale primitive est vite remplacée par des roues à pales obliques, puis des cuillères, avant d’aboutir à un système canalisé où les rouets placés en cuve subissent toute la pression de la colonne d’eau. Il faut donc de l’eau en abondance, d’où l’aménagement de la « chaussée du Bazacle », l’un des plus grands sites hydrauliques français à la fin du XVIIIe siècle, donné en exemple dans L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (Fig. 4). Les roues horizontales à pales incurvées, enfermées dans des tambours comme celles des moulins du Bazacle, préfigurent donc la turbine. Cette dernière est mise au point en 1827, par Fourneyron, en Franche-Comté, à Pont-sur-l’Ognon (Fig. 5).

Fig. 4. Roue horizontale du moulin du Bazacle à la fin du XVIIIe siècle, illustration tirée de L’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert, article « Agriculture et économie rustique », planche VIII, figures 9 à 11.

Fig. 4. Roue horizontale du moulin du Bazacle à la fin du XVIIIe siècle, illustration tirée de L’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert, article « Agriculture et économie rustique », planche VIII, figures 9 à 11.

Fig. 5. Illustrations tirées de E.-O. Lamy, Dictionnaire encyclopédique et biographique de l’industrie et des arts industriels, Paris, 1885 (à gauche : vue d’ensemble, à droite : vue en coupe des aubages du distributeur, au centre, et du rotor formant la couronne extérieure).

7Avec la turbine, adoptée très progressivement dans le Sud, le moteur hydraulique devient invisible, mais les barrages et les bâtiments de production subsistent. Ainsi, ce sont ces moteurs hydrauliques et leurs différentes formes qui construisent le paysage des vallées entre le XIe siècle et le début du XXe siècle, soit mille ans de combat pour l’eau que nous évoquons dans une seconde partie.

Fig. 6. Les moulins sur le canal de la Nogarède, à Mazamet, en 1820 (R. Cazals, op. cit., p. 88).

Fig. 6. Les moulins sur le canal de la Nogarède, à Mazamet, en 1820 (R. Cazals, op. cit., p. 88).

La très forte densité des établissements

8En France, dès la fin du XVIIe siècle, tous les sites rentables semblent exploités, car le moteur hydraulique, simple et souple, peut activer toutes sortes de mécaniques. Vauban dans son « Projet de dixme royal », rédigé en 1698, estime qu’il y a 96 000 moulins en France, 80 000 étant destinés à la meunerie et 16 000 participant à une activité manufacturière dont 1 000 dans la métallurgie.

  • 3 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, Paris/Toulouse, La Découverte-Maspér (...)

9Dans le sud de la France, les cadastres anciens, les fameux compoix, puis la carte de Cassini et le cadastre napoléonien confirment cette densité des établissements industriels dans les vallées. Ainsi, la vallée de l’Arnette, près de Mazamet, illustre ce paysage de rue d’usines, comme le montrent les cartes postales de la Belle Époque. Dans la ville de Mazamet proprement dite, Rémy Cazals dénombre treize moulins sur le canal de la Nogarède en 1820 (Fig. 6)3.

10Parfois, la densification peut être mesurée, comme à Espéraza dans l’Aude, où la carte de Cassini ne mentionne que deux moulins à la fin du XVIIIe siècle, alors que 120 ans plus tard, en 1919-39, ce sont plus de vingt usines qui fonctionnent sur ce site en bordure de la rivière au moment de l’âge d’or de la chapellerie.

  • 4 F. Caron, Histoire économique de la France, XIXe-XXe siècles, Paris, Armand Colin, 1981, 320 p., cf (...)

11Les paysages des vallées du sud de la France ne sont donc pas naturels ou bucoliques, en cette fin de XIXe siècle, ce sont avant tout des lieux d’intense production, fortement aménagés, avec des barrages, des canaux d’amenée ou dérivations, des canaux de fuite, des canalisations aériennes, voire des huches dans la rivière elle-même. Comme dans le reste de la France, le moteur hydraulique l’emporte largement sur la machine à vapeur en assurant 60 % de la puissance installée dans les usines sous le Second Empire4. À cette date, il y a rarement plus de 500 mètres entre deux établissements et les conflits sont nombreux, comme l’attestent les documents conservés dans la série M des archives départementales où il est fréquemment question de barrages rehaussés dans la nuit, asséchant les roues en aval et noyant celles en amont.

  • 5 J. Cantelaube, La forge à la catalane dans les Pyrénées ariégeoises, une industrie à la montagne (X (...)

12L’emprise sur l’eau se double d’une emprise sur la forêt proche, car si l’on produit de la farine dans la majorité des moulins, beaucoup d’autres consomment du bois transformé en planches par les scieries, en tan pour les tanneries et surtout en charbon de bois pour les forges. En effet, le fonctionnement d’une forge, même modeste, comme celles dites « à la catalane », implique la mobilisation d’importantes surfaces boisées. De la sorte, les forges de l’Ariège nécessitent, chacune, la coupe de 10 à 100 ha de taillis par an ; sachant que ces taillis repoussent en 20 ans, ce sont 200 à 2 000 ha qui doivent être mis en coupes réglées par le maître de forges5. Autant dire que les forêts naturelles sont rares sur les versants des vallées ariégeoises (Fig. 7).

Fig. 7. « Fabrication du charbon de bois », illustration anonyme du milieu du XIXe siècle (collection de l’auteur).

13Du XVIIe au XIXe siècle, avant la diffusion du charbon de terre et des moteurs électriques, le paysage des vallées est donc presque totalement construit par les hommes pour les nécessités de l’industrie, car, outre les forges et la meunerie, il y a aussi le textile, le délainage, la chapellerie, les moulins à jais, les fabriques de peignes en bois, puis en corne du Plantaurel, les fabriques de chaussures, d’espadrilles et de fafiots pour enfants, les briqueteries, les tuileries, les faïenceries, etc.

14Cette omniprésence de l’industrie est aussi source de conflits avec les autres utilisateurs des rivières et des vallées. Les paysans se plaignent de l’inondation de leurs champs par des barrages surélevés, ils dénoncent aussi la mauvaise qualité des eaux, en aval des tanneries, des délainages ou même des forges où l’on lave le minerai. La raréfaction du poisson entraîne une mobilisation de plus en plus forte des pêcheurs à la ligne regroupés dans de puissantes sociétés de pêche à partir du milieu du XIXe siècle, comme le montre Jean-François Malange dans la deuxième partie de cet ouvrage. Dans la seconde moitié du XXe siècle, ces conflits cèdent la place à une désindustrialisation rapide qui pose le problème du devenir des équipements hydrauliques.

Reflux des industries, abandons de sites et reconversions

15À partir de la fin du XXe siècle, on assiste au déclin d’un paysage millénaire, voire à son effacement le plus total. Différentes solutions ont été expérimentées pour conserver une trace de ce patrimoine industriel.

  • 6 J.-M. Olivier, « La Norvège deuxième actionnaire du CAC 40 ! Le succès économique de ce petit pays (...)

16La réutilisation des bâtiments par de nouvelles activités industrielles a été retenue par les Norvégiens dans la vallée d’Akerselva, à l’est d’Oslo. Le souvenir des activités anciennes a été préservé par une signalétique qui en retrace l’historique avec des illustrations. Parmi les réemplois des usines de l’industrie textile du XIXe siècle, on peut citer une entreprise pharmaceutique et une fabrique de composants électroniques. Mais cette politique a un coût très élevé pour la collectivité, car il faut totalement rénover les bâtiments et les équiper aux normes actuelles (sécurité, internet haut débit, etc.), tout ceci aux frais des contribuables. C’était possible en Norvège, pays probablement le plus riche du monde aujourd’hui en terme de PNB/h6.

  • 7 M.-C. Mary (dir.), Forges de Syam (Jura), Besançon/Paris, Inventaire général/Erti, 1996, 64 p.
  • 8 C.-I. Brelot et J.-L. Mayaud, L’industrie en sabots. La taillanderie de Nans-sous-Saint-Anne (Doubs (...)

17En France, la préservation du patrimoine industriel demeure très inégale. Il existe quelques sites transformés en musée, en particulier en Franche-Comté, pays de forges, de forêts et de rivières. Par exemple, le site des forges de Syam, dans la haute vallée de l’Ain, avec son laminoir du XIXe siècle, vient seulement de cesser son activité et dispose d’un musée installé dans ses bâtiments7. Autre exemple, la taillanderie de Nans-sous-Sainte-Anne, dans la haute vallée de la Loue, est l’une des rares fermes-ateliers totalement préservées avec ses machines en état de marche8. Ainsi, au pays des Peugeot, des Japy et de Lip, il y a eu un consensus fort pour mettre en valeur le patrimoine industriel à travers une chaîne de onze écomusées intitulée les MTCC (Musées des techniques et cultures comtoises) et à ces sites s’ajoutent de nombreuses publications.

18Dans le sud de la France, il existe également de belles initiatives, malheureusement un peu isolées parfois. La haute vallée de l’Aude a su se doter d’un musée de la chapellerie, à Espéraza. À Lavelanet, en Ariège, sur le Touyre (en Pays d’Olmes), une ancienne usine abrite désormais un musée du textile et du peigne en corne, voire du jais.

19Mais dans le cas de la Montagne Noire, s’il existe un écomusée de la vallée du Thoré à Labastide-Rouairoux, il n’y a toujours pas de musée du délainage à Mazamet, activité pourtant bien spécifique dont la ville a été la capitale mondiale pendant un siècle.

20Pire encore, les usines de la vallée de l’Arnette disparaissent les unes après les autres comme le montrent les clichés successifs réalisés par Rémy Cazals (cf. illustrations couleur sur le DVD joint). Ainsi en va-t-il pour l’usine de l’Éclauze entre 1983 et 2000. De certains bâtiments, il ne subsiste souvent que quelques gravats sous des murs éventrés par les crues ou léchés par les flammes. Ces dernières ont eu raison en 1997 de l’usine Cormouls-Houles appelée « Sluomroc » (Fig. 8). Dans la ville de Mazamet, au lieu dit « Parking Cormouls », il ne reste que des traces d’usine : les empreintes d’un toit en shed. Enfin, il existe un bâtiment préservé grâce à une reconversion, mais la fabrication de jouets traditionnels qu’il abrite n’a jamais été une spécialité de Mazamet ou de la Montagne Noire.

Fig. 8. Établissements mazamétains d’après le « Plan monumental de Mazamet et des usines » de 1896 cité par Rémy Cazals (op. cit., p. 63).

Conclusion

21Le paysage millénaire des vallées industrielles, après avoir été un palimpseste permanent, est donc en train de disparaître rapidement dans certaines régions de France. Cet article est un appel à une préservation minimale, par la conservation d’au moins un bâtiment, transformé en musée avec des machines en état de marche, car la simple préservation d’une coquille architecturale vide se révèle très décevante. La revue L’archéologie industrielle en France mène d’une manière plus systématique le même combat en s’appuyant sur le CILAC (Comité d’information et de liaison pour l’archéologie, l’étude et la mise en valeur du patrimoine industriel). De plus, cette notion de patrimoine industriel ne cesse de s’élargir et elle intègre aujourd’hui des phénomènes immatériels comme les savoir-faire, les sociabilités, les traditions et les rites dans différentes professions, car la tertiarisation de nos sociétés menace le souvenir de ces lieux de vie.

Notes

1 J. Gimpel, La révolution industrielle au Moyen Âge, Paris, Seuil, 1975, 253 p.

2 C. Rivals, « Divisions géographiques de la France indiquées par une analyse de l’état des moulins en 1809 », Revue Géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 1984-3, p. 372.

3 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, Paris/Toulouse, La Découverte-Maspéro/Privat, 1983, 298 p., cf. p. 88.

4 F. Caron, Histoire économique de la France, XIXe-XXe siècles, Paris, Armand Colin, 1981, 320 p., cf. p. 121 : « La répartition des chevaux-vapeur utilisés par les 100 163 établissements industriels recensés en 1861-1865 en dehors de Paris et de Lyon était la suivante en fonction des sources d’énergie » :

Moulins à eau

60 %

Machines à vapeur

31 %

Moulins à vent

8,1 %

Moulins à manège

0,9 %

5 J. Cantelaube, La forge à la catalane dans les Pyrénées ariégeoises, une industrie à la montagne (XVIIe-XIXe siècle), Toulouse, Méridiennes, 2005, 814 p.

6 J.-M. Olivier, « La Norvège deuxième actionnaire du CAC 40 ! Le succès économique de ce petit pays ne s’explique pas seulement par ses hydrocarbures », Le Monde, mercredi 31 décembre 2008, p. 15.

7 M.-C. Mary (dir.), Forges de Syam (Jura), Besançon/Paris, Inventaire général/Erti, 1996, 64 p.

8 C.-I. Brelot et J.-L. Mayaud, L’industrie en sabots. La taillanderie de Nans-sous-Saint-Anne (Doubs). Les conquêtes d’une ferme-atelier aux XIXe et XXe siècles, Paris, Éditions Garnier Frères, 1982, 278 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Roue verticale à pales « en-dessous », illustration tirée de Maurice Daumas, Histoire générale des techniques, Paris, PUF, 1968, t. III, p. 12.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/32186/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 2. Roue à augets « en-dessus », illustration tirée de E.-O. Lamy, Dictionnaire encyclopédique et biographique de l’industrie et des arts industriels, Paris, 1885.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/32186/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 3. Répartition des roues horizontales et verticales utilisées par les moulins à blé en 1809.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/32186/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Fig. 4. Roue horizontale du moulin du Bazacle à la fin du XVIIIe siècle, illustration tirée de L’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert, article « Agriculture et économie rustique », planche VIII, figures 9 à 11.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/32186/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 5. Illustrations tirées de E.-O. Lamy, Dictionnaire encyclopédique et biographique de l’industrie et des arts industriels, Paris, 1885 (à gauche : vue d’ensemble, à droite : vue en coupe des aubages du distributeur, au centre, et du rotor formant la couronne extérieure).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/32186/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Fig. 6. Les moulins sur le canal de la Nogarède, à Mazamet, en 1820 (R. Cazals, op. cit., p. 88).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/32186/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 7. « Fabrication du charbon de bois », illustration anonyme du milieu du XIXe siècle (collection de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/32186/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig. 8. Établissements mazamétains d’après le « Plan monumental de Mazamet et des usines » de 1896 cité par Rémy Cazals (op. cit., p. 63).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/32186/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© Presses universitaires du Midi, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search