Version classiqueVersion mobile

Une longue histoire

 | 
Jean-Loup Abbé

Introduction. Itinéraires et paysages : un retour vers la Montagne Noire à la fin du xviiie siècle

Rémy Cazals

Texte intégral

Documents DVD.

  • 1 Venance Dougados et son temps – André Chénier – Fabre d’Églantine, Actes du colloque de Carcassonne (...)

1Ce huitième colloque organisé à Carcassonne par l’association « Les Audois » en 2008 me permet un retour vers le premier de la série, en 1994, qui donna de bons éclairages sur la fin de l’Ancien Régime et la Révolution1. Il sera à nouveau question, ici, de ce personnage si original et en même temps si caractéristique de la période, le capucin poète Jean-François Dougados, dit Venance. Nous retrouverons dans la troisième partie de cette communication l’itinéraire de sa Quête du Blé de 1786 aux confins des actuels départements du Tarn, de l’Aveyron et de l’Hérault. Cette région occupait une position à l’écart des grandes voies de circulation ; l’axe principal reliant Toulouse à Montpellier passait par Carcassonne, au sud de la montagne, voie suivie par les marchandises, les voyageurs et les « touristes » qui n’avaient pas les mêmes centres d’intérêt que de nos jours (deuxième partie). Des cartes relativement précises étaient cependant en cours de réalisation. Établir la carte, lorsque l’on appartenait à l’équipe de Cassini, pouvait comporter des risques sérieux, comme le montre le récit de l’agression de Pierre de Lalande en 1774, thème à évoquer en premier lieu.

Établir la carte

  • 2 M. Pelletier, Les cartes des Cassini. La science au service de l’État et des régions, Paris, Éditio (...)
  • 3 Ibid., p. 123-124.
  • 4 Témoignage d’André Depérié, 2 juillet 1774, liasse B 314, Archives départementales du Tarn.

2Travaillant pour Cassini, Pierre de Lalande était déjà venu dans la région depuis 1770. Il s’occupa de la feuille « Castres » à partir de 17722. Dans les instructions données par Cassini de Thury à ses ingénieurs, on peut lire ceci : « Placés dans la partie la plus élevée des clochers, et accompagnés soit du curé, soit du syndic, ou autre personne capable de leur donner connaissance du pays, et de leur indiquer le nom des objets qu’ils aperçoivent, ils devaient passer une partie de la journée à prendre connaissance de pays suffisante pour le représenter sur la carte […] Au travail de la journée devait succéder celui de cabinet : il fallait, sur l’idée qu’ils avaient prise de la situation du pays, dessiner à peu près les hauteurs, les vallons, le contour des bois, la direction des chemins, le cours des rivières, la nature du terrain ; enfin faire la carte du pays tandis qu’ils étaient sur les lieux à portée de reconnaître si elle était exacte, et de la corriger si elle était défectueuse3. » Les habitants des campagnes castraises ne comprenaient pas le sens de ses visées et de ses relevés, mais les premiers séjours de Pierre de Lalande s’étaient déroulés sans incident. Le malheur voulut qu’une épidémie se déclarât en 1773, qui fit de nombreuses victimes. À son retour, en mai 1774, le bruit courut que ses mystérieuses opérations ne pouvaient être que des actes de sorcellerie, responsables de la maladie. Monté sur le toit de l’église de Saint-Martin de Carnac, il fut forcé d’en descendre, agressé à coups de cailloux et de bâtons et laissé pour mort au bord d’un chemin, recouvert d’une quantité de pierres : lors de l’enquête qui suivit, un témoin rapporta que plusieurs femmes lui avaient dit « qu’on avait bien touché le monsieur, qu’il y avait apparence qu’il en mourrait parce qu’un âne ne pourrait se sauver des coups qu’il avait reçus »4.

  • 5 J. Armingaud, « La tragique mésaventure d’un géographe en mission dans le Castrais », Bulletin de l (...)
  • 6 Première édition, Carcassonne, CLEF 89, 1989. Deuxième édition revue et augmentée, Toulouse, Privat (...)
  • 7 Témoignages recueillis lors de l’enquête, Archives départementales du Tarn, B 314.

3Cette agression, qui eut lieu précisément le 14 mai 1774 sur le territoire de la communauté de Cuq-d’Albigeois, est un fait divers évoqué dans des ouvrages d’histoire locale du XIXe siècle et raconté par un archiviste d’après le dossier conservé aux Archives du Tarn5. J’ai repris le récit dans le premier chapitre du livre Autour de la Montagne Noire au temps de la Révolution6 afin de souligner une question de fond, le double support de la rumeur. D’une part, on prenait le cartographe pour le sorcier responsable de l’épidémie (un témoin le vit même jeter du « venin ») ; d’autre part, on le disait envoyé par le roi pour augmenter les impôts (pourquoi le consul lui nommait-il telle et telle métairie, sinon pour des raisons fiscales ?). La contradiction entre sorcier et agent du fisc n’était pas prise en compte. Certains témoins déposèrent qu’on prenait l’homme « pour un sorcier qui venait dans le pays pour jeter des maladies sur le peuple ou mettre des impôts ». Ici, le « ou », que j’ai souligné, laisse planer le doute entre les deux hypothèses. Mais, dans la phrase suivante, le « et » charge le malheureux cartographe des deux accusations : « il fallait l’assommer, leur rappelant un sorcier qui était venu pour jeter du malheur et qu’il était un auteur d’impôts, qu’il venait leur augmenter la taille, les ruiner et les faire mourir de faim »7. L’hostilité des habitants fut en effet un des obstacles rencontrés par les ingénieurs de Cassini. La coopération des curés devait leur permettre d’y échapper, puisqu’ils étaient censés participer à l’œuvre en accompagnant les cartographes et en certifiant l’orthographe des noms de lieux. Le curé de Saint-Martin, Jean-Pierre Palanques, se fit remarquer par son absence. Interrogé lors de l’enquête, il répondit qu’il n’avait rien vu et rien su, ce qui paraît difficile à admettre, mais on l’admit.

4Si l’on passe du fond à la forme, l’épisode est également intéressant parce que le dossier d’archives nous donne à lire la parole des témoins que le double filtre du français et de l’écrit n’arrive pas à priver de sa spontanéité. La déclaration faite par Joseph Albarède, deuxième consul de Cuq-d’Albigeois, illettré, à un greffier de Lautrec pour essayer de se disculper, de se dégager de toute responsabilité, est un modèle du genre. Par une surcharge de détails, le madré Joseph arriverait presque à nous convaincre qu’il avait tout fait pour protéger Pierre de Lalande, et qu’il avait été lui-même menacé par la fureur paysanne. En même temps, l’excès de précision faisait apparaître trop d’incohérences, et l’enquête allait révéler que ce consul lui-même et sa femme figuraient parmi les principaux organisateurs de l’émotion populaire.

Fig. 1. De Cuq à Vielmur. Extrait de la carte de Cassini n° 18 Castres.

5La carte de Cassini (Fig. 1), finalement réalisée, permet de retrouver les lieux évoqués dans le récit de l’épisode : le village de Cuq ; le Masnau où Albarède avait son domicile ; Fréjeville d’où venait Pierre de Lalande ; la métairie de Rouairet et Vielmur où il trouva finalement réconfort après l’agression. Celle-ci se produisit précisément à l’église de Saint-Martin de Carnac, qui figure aussi sur la carte. Actuellement ruinée, on peut cependant en retrouver l’emplacement, sur une hauteur, que Pierre de Lalande avait judicieusement choisi pour embrasser un vaste panorama.

  • 8 Voir Autour de la Montagne Noire…, op. cit., chapitre 5.
  • 9 Cité par M. Pelletier, Les cartes des Cassini…, op. cit., p. 134.
  • 10 Voir Autour de la Montagne Noire..., op. cit., chapitre 7.

6Les diverses feuilles de la carte de Cassini, préparées par les ingénieurs de l’équipe, illustrent ce que d’autres documents disent autrement. Par exemple, une des grandes doléances des marchands-fabricants de Mazamet, sur toute la deuxième moitié du XVIIIe siècle, c’est l’absence de route directe vers Carcassonne à travers la montagne8. En effet, la carte de Cassini montre que la route qui part de Carcassonne vers le nord ne dépasse pas Cuxac-Cabardès. Sur les cours d’eau, les moulins sont mentionnés et représentés par une petite roue dentée ; on n’oublie pas les manufactures royales se livrant à l’industrie textile, mais celle de La Trivalle à Carcassonne paraît mal positionnée par rapport à la ville. Au village d’Aragon, les deux moulins sont bien indiqués, moulin à eau sur le ruisseau, moulin à vent sur la hauteur. La « traverse » qui relie Aragon à la route, à Villegailhenc, n’est pas assez importante pour être dessinée. Il en est de même de la plupart des chemins des zones montagneuses. Cassini de Thury admettait « que la carte ne pouvait jamais servir à guider les voyageurs dans les routes détournées, qu’il fallait prendre des guides sur les lieux pour éviter les cavées, les précipices ; que bientôt la superficie de nos cartes serait couverte de faux chemins, tandis que le véritable n’y serait pas marqué : en effet, une nouvelle route est à peine tracée que les seigneurs s’empressent à faire faire des chemins qui conduisent de leur paroisse à la grande route »9. Par exemple, le château de Ferrières, qui servait de prison à des jeunes gens de bonne famille, mais de mauvaise vie, envoyés là par lettres de cachet demandées aux autorités par leurs parents, est bâti « au fond d’une montagne aride »10. Il est presque inaccessible en hiver, de même que beaucoup de hameaux où les tisserands peuvent ainsi prendre quelques libertés avec les règlements, loin du regard des inspecteurs des manufactures qui s’en plaignent fréquemment. Car toute la montagne travaille pour l’industrie textile liée aux importations et aux exportations, même si le grand axe de communication la contourne par le sud.

L’axe principal de circulation

  • 11 Délibérations du Conseil politique élargi à « la plus saine partie des habitants ». Archives munici (...)
  • 12 Voir Autour de la Montagne Noire…, op. cit., chapitres 2 et 13.

7Voie romaine, route royale, canal de Languedoc, chemin de fer, autoroute, selon les époques, empruntent le même itinéraire pour joindre Narbonne à Toulouse, avec de légères variantes. On sait que Carcassonne refusa de payer pour être desservie par le canal de Riquet en 1673. Un siècle plus tard, les négociants regrettaient amèrement la vieille erreur qui obligeait à une rupture de charge au port de Foucaud, à plus de deux kilomètres de la ville. L’intérêt du canal royal de Languedoc pour le transport des marchandises avait été reconnu. De leur côté, si les fabricants mazamétains réclamaient la construction d’une route à travers la montagne, c’était pour obtenir un accès plus facile au canal. « Tout le monde sait les avantages qui résultent du Canal du Languedoc pour toutes les villes et diocèses qui ont des chemins propres et praticables pour y aboutir », constate le premier consul maire de Mazamet, le 14 décembre 177411. Il dresse alors la liste des produits acheminés par le canal : « bois à brûler, bois de charpente, bois de construction, bois de futaille, charbon, cerceaux, grains, vins, fer, laines, étoffes, peilles, papier, poissons, morues, drogues de teinture, savons, marchandises et autres denrées ». Certains avaient un rapport direct avec l’industrie textile. Le mot « grains » semble un peu perdu dans l’énumération, mais il recouvre une réalité économique très importante, ayant parfois provoqué des troubles sociaux graves en période de cherté12.

  • 13 Mehmed efendi, Le paradis des infidèles. Un ambassadeur ottoman en France sous la Régence, traduit (...)

8Les voyageurs aussi empruntaient le canal. Un récit des plus intéressants est celui de l’ambassadeur de la Sublime Porte en 1721. Yirmisekiz Çelebi Mehmed efendi est admiratif : « Ce que les Français appellent canal est une rivière formée des eaux des environs qu’ils ont assemblées. Les marchands et les voyageurs étaient obligés auparavant de prendre la voie de mer qui était fort longue, ou bien celle de terre qui était fort incommode et de grande dépense ». Il signale les difficultés techniques qui n’ont pas manqué lors du creusement, mais qui ont été surmontées : « Véritablement, on n’en a pu venir à bout que par des ouvrages immenses ; car, comme du niveau de la rivière d’Agde jusqu’à un endroit qu’on appelle le mont Naurouze, il y avait cent vingt pieds de hauteur et qu’il était impossible d’y faire monter les barques, il a fallu bâtir des écluses de pierre qui en peuvent contenir trois ou quatre à la fois. […] Il s’est encore trouvé des rivières plus basses que celle du canal. On y a jeté de grands ponts pour donner cours à leurs eaux, de sorte que l’on passe sur les ponts avec les barques sans que cela empêche une grande rivière de couler en même temps par-dessous ». Au total : « Il mérite d’être mis au nombre des merveilles du monde, et il faut l’avoir vu pour en écrire et en parler pertinemment ». Les populations locales se pressèrent sur le passage du dignitaire ottoman pour admirer cette autre merveille, une turquerie authentique traversant la province : « Les Français étaient si curieux de me voir que, lorsque j’étais sur le canal, il en venait de quatre ou cinq lieues à la ronde pour me regarder passer du rivage. Ils se pressaient quelquefois si fort par l’envie d’être les uns devant les autres qu’il en tombait dans l’eau »13.

  • 14 Dossier sur l’organisation du voyage de Monsieur, Archives départementales de l’Hérault, C 40. Voir (...)
  • 15 Pourquoi la visite n’eut pas lieu, c’est une autre histoire, racontée dans le chapitre mentionné à (...)
  • 16 Délibérations de l’administration départementale, 24 décembre 1790, Archives départementales de l’A (...)

9Un demi-siècle plus tard, en juin 1777, c’est Monsieur, le comte de Provence, frère de Louis XVI, qui entreprend un voyage de prestige sur le canal. Les archives décrivent avec abondance de détails le grand et somptueux équipage : la décoration des barques, la suite nombreuse, le confort offert au prince14. Embarqué à Toulouse, Monsieur poursuivit son parcours jusqu’à Sète. Il avait cependant effectué deux visites « touristiques » par la route. La première excursion le mena à Revel, à Saint-Ferréol, le plus grand barrage du monde, puis à l’école de Sorèze dont la réputation dépassait même le cadre national puisque l’empereur d’Allemagne, voyageant incognito, avait l’intention de lui rendre visite15. Monsieur, qui avait regagné sa barque, en descendit à nouveau au port de Foucaud pour aller voir Carcassonne. En ce temps-là, la principale attraction touristique de la ville n’était pas la Cité, forteresse déclassée, habitée par un menu peuple de tisserands mal rémunérés qui s’agitaient lorsque les prix du pain s’envolaient. Ils étaient souvent signalés dans les pillages de grains. En 1790, une délibération du Directoire du département de l’Aude récemment constitué nous dit que, après de tels actes, « les plus séditieux se mettent à l’abri des poursuites judiciaires et des décrets au corps lancés contre eux en se réfugiant dans la Cité dont ils ferment les portes pour empêcher la main-forte quelque nombreuse qu’elle soit d’aller les saisir ». Comme, en outre, l’entretien des murailles coûtait cher, le Directoire fut unanime à « s’adresser au roi et à l’assemblée nationale pour demander la démolition des murailles et tours de la Cité de Carcassonne, et que le département soit autorisé à adjuger à parcelles les matériaux qui en proviendront aux plus offrants et derniers enchérisseurs »16.

  • 17 Dans le recueil Manufacture de Carcassonne. Arrêts, édits, règlements et ordonnances pour la jurand (...)

10Cette demande ne fut pas suivie d’effet, et la Cité allait pouvoir devenir au XXe siècle un des plus fameux lieux touristiques de France. Elle n’en était pas un lors du passage du frère du roi en 1777. Ce qui attirait les princes, c’était, à la manufacture royale de La Trivalle, le spectacle du travail, la qualité des tissus et la gamme particulièrement étendue des couleurs de teinture17. De fait, le 25 juin 1777, Monsieur fut tellement pris par cette visite de « tourisme industriel » qu’il se mit en retard pour la suite de son voyage par le canal sur l’axe principal de circulation qui nous occupe ici.

  • 18 A. Young, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, traduit par H. Sée, Paris, Armand Colin, 1931, n (...)
  • 19 Extraits de « Croisière sur le Canal de Languedoc avec Thomas Jefferson », texte mis en forme par P (...)
  • 20 Récit dans Autour de la Montagne Noire…, op. cit., chapitre 12.
  • 21 Texte intégral dans L.-A. Marfan, Venance Dougados (1762-1794), un jeune poète victime de la Révolu (...)

11Grand axe suivi par d’autres voyageurs bien connus. Arthur Young, qui fait, lui aussi, du tourisme industriel en 1787, peut dire de Carcassonne, malgré la crise, qu’elle « est une des places manufacturières les plus considérables de France » ; en Languedoc, il est surpris par le « nombre incroyable de ponts magnifiques et de superbes chaussées » pour relier des villes qui ont de si médiocres auberges18. La même année, au mois de mai, Thomas Jefferson, futur président des États-Unis, effectue le trajet entre Sète et Toulouse, ayant « le désir d’examiner de près les ouvrages du Canal de Languedoc, afin de voir si semblable liaison pourrait être aménagée en Amérique entre le Potomac, l’Ohio et le lac Érié ». Sa conception du tourisme est originale : « Sur la barque louée à la journée, je fais placer ma voiture, dont les roues ont été enlevées. La caisse du véhicule me sert à la fois de bureau ou d’observatoire, d’autant plus qu’elle est vitrée des quatre côtés. […] L’embarcation avance au rythme du halage. Le plus souvent, je marche au bord du Canal, stimulé par le chant des rossignols, à l’ombre d’une double rangée d’arbres. […] Tantôt, la berge a mes faveurs : je l’arpente d’un bon pas. Tantôt, c’est la voiture : je lis, j’observe, je note ce que je vois… » Et, plus loin : « Ma barque et moi, nous cheminons côte à côte. » Il passe à Carcassonne et dort à l’hostellerie Saint-Jean-Baptiste, puis à Castelnaudary (hostellerie Notre-Dame). Comme le comte de Provence, il va à cheval voir le barrage de Saint-Ferréol (une « merveille »), mais ne mentionne pas Sorèze. Il retourne alors vers le canal et reprend son périple vers Toulouse19. C’est également à l’hôtel Notre-Dame de Castelnaudary que se déroule l’arrestation de Mirabeau-Tonneau en juin 1790. Le jeune frère de Mirabeau-Tonnerre, colonel contrerévolutionnaire du régiment de Touraine en garnison à Perpignan, était entré en conflit avec ses soldats marqués par les idées nouvelles. Poursuivi par eux, Mirabeau et sa suite prirent la route de Narbonne, et de là le grand axe vers Toulouse. Mais ils eurent la mauvaise idée de vouloir se reposer à Castelnaudary, ce qui permit aux poursuivants de les rejoindre20. C’est aussi par la grand-route que Venance Dougados fut conduit, escorté par les gendarmes, lors de son dernier voyage vers Paris et le Tribunal révolutionnaire en 1793. Carcassonne, Pezens, Alzonne, Villepinte, Castelnaudary, Villefranche-de-Lauragais en marquent les étapes dans le récit qu’il nous a laissé21. Sept ans plus tôt, son premier « Voyage », plus gai, guide le lecteur à travers les monts de Lacaune, sur un itinéraire hors des sentiers battus, mais que l’on peut assez bien retrouver aujourd’hui.

Un itinéraire dans la montagne : La Quête du Blé (1786)

  • 22 Voir C. Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle. Étude d’un groupe social : le (...)
  • 23 De nombreuses biographies mal documentées ont circulé. J’ai essayé de corriger les erreurs et de fa (...)
  • 24 B. Dompnier, « “Quêter du grain et des affronts”. Les remises en cause de la mendicité des capucins (...)

12Jean-François Dougados est né à Carcassonne le 10 août 1762, au faubourg de La Trivalle, au pied de la Cité. Sa famille est venue s’installer en ville basse entre 1764 et 1767 dans un logement fort modeste du caron des Pénitents Bleus (aujourd’hui à l’angle des rues Victor Hugo et Jules Sauzède, côté sud-ouest). Le père Dougados exerçait le métier de cordonnier ; sa mère était charcutière. Ils eurent treize enfants entre 1760 et 1784 ; à cette date, huit survivaient ; Jean-François était le second, l’aîné des garçons. La faible superficie occupée par cette famille nombreuse peut être comparée aux espaces considérables tenus par l’Église, les nobles et les marchands-fabricants enrichis22. À l’école primaire, les qualités intellectuelles du jeune Jean-François furent remarquées et lui valurent l’aide et la protection du comte Joseph de Voisins d’Alzau et de l’évêque de Carcassonne. Les détails biographiques n’ont pas leur place ici23 ; il suffit de signaler sa passion pour la poésie, son indiscipline au collège et une forte attirance vers les jeunes femmes. C’est peut-être un chagrin d’amour qui le détermina à prononcer ses vœux de capucin à Béziers en 1784, prenant le nom de Venance. Il suivit ensuite des cours de théologie à Toulouse, mais se montra si insupportable qu’on l’envoya en punition au couvent de Notre-Dame d’Orient, dans les montagnes du diocèse de Vabres, loin de la grande ville. Là, il fut chargé d’une tournée de quête dans les environs, une démarche qui rebutait de plus en plus les jeunes membres de l’ordre mendiant, ainsi que l’a montré Bernard Dompnier24.

  • 25 Voir le Recueil amusant de voyages en vers et en prose, compilé par Couret de Villeneuve, 9 volumes (...)

13Venance était déjà un nom plus « poétique » que Jean-François Dougados. Il sut alors transformer une corvée rébarbative en œuvre littéraire originale. Il en fit un « voyage », en vers et en prose, à la manière de Chapelle et Bachaumont25. Un « voyage » appartient à un genre littéraire qui a ses topoï, compliments adressés aux belles dames, scènes bucoliques, beaux esprits et ridicules, personnages récurrents comme le gros curé amateur de bonne chère. Ils sont présents dans La Quête du Blé, et ce n’est pas ce qui nous intéresse ici. Le texte de Venance, même s’il s’en défend en affirmant : « Je ne suivrai ni l’ordre géographique des hameaux, ni le tarif de ma recette », nous fournit suffisamment de noms de châteaux, villages, lieux-dits pour l’accompagner, carte de Cassini et cartes actuelles de l’IGN à la main.

  • 26 Nous sommes ici dans un colloque d’histoire du paysage. Si l’on souhaite mieux connaître les relati (...)

14Son guide Bertrand, qui menait l’âne, le conduisit vers le sud jusqu’à Lacaune, en passant par Roquecezière. À partir de Lacaune, ils firent une boucle, par La Salvetat, Fraisse, Condomines et Moulin Mage. Depuis La Salvetat, l’équipage fit une incursion droit vers l’ouest, le long de l’Agout, jusqu’au château de Monségou où Venance savait que sa quête serait fructueuse et qu’il rencontrerait agréable compagnie, en particulier la jeune vicomtesse de Pins, Marie-Thérèse, fille de son protecteur M. d’Alzau. Il allait lui dédier l’ouvrage, ajoutant la formule « Honni soit qui mal y pense »26. De retour à Lacaune, il fallait reprendre à peu près le même chemin qu’à l’aller, avec quelques variantes, pour revenir au couvent. Il est impossible de mettre avec exactitude ses pas dans ceux de Venance, mais on peut accéder à la plupart des lieux qu’il mentionne, en empruntant routes et chemins actuels.

15Le premier secteur que Venance décrit avec quelque détail, c’est le cadre géographique du point de départ : « Il est peu de sites aussi gracieux que celui du couvent des Capucins d’Orient en Rouergue. Une allée des plus belles, bordée de tilleuls et de noyers, offre la plus agréable promenade. Elle domine sur plusieurs prairies traversées par le Rance dont les eaux viennent, pour ainsi dire, caresser les murs du couvent. On trouve dans le voisinage La Prade, Ségésy, Saint-Maurice, La Verdolle. Les habitants de ces hameaux sont pleins d’honnêteté et de franchise. Au côté opposé, on trouve Pousthomy. L’humeur hautaine de ses habitants leur a fait donner le nom d’anglais par les gens du pays. Un peu plus loin, on voit Carmassol et Saint-Sernin, lieu le moins favorisé de la nature qu’on connaisse. » Le couvent au bord du Rance est aujourd’hui accessible par une bonne route ; il est devenu un monastère de religieuses ; on peut voir l’église qui existait à l’époque du séjour de Venance. Tous les lieux-dits cités sont identifiables ; les remarques sur le caractère des habitants (en 1786) sont peut-être à mettre en relation avec leur plus ou moins grande générosité pour le quêteur.

16À très faible distance du couvent, Venance, Bertrand et l’âne firent halte au château du Py, qui appartient toujours aux descendants de M. et Mme de Farenc. La description du châtelain comme janséniste, les agréables jeux de société, les conversations sur des sujets d’astronomie ou de métaphysique paraissent vraisemblables. L’obligation de quitter des hôtes aussi charmants fit « verser des pleurs » et nous vaut cette parodie du récit de Théramène dans le Phèdre de Racine :

« Trois fois je saluai cette maison chérie…
À peine nous sortions du fond de l’écurie
J’étais sur ma monture. Un silence obstiné
Peignait le désespoir sur mon front consterné
Je suivais tout pensif les traces de mon guide,
Mes mains sur mon ânon laissaient flotter la bride.
Et ce superbe ânon que j’avais vu jadis
À l’aspect de Bertrand frapper l’air de ses cris,
L’œil morne maintenant et l’oreille baissée,
Semblait se conformer à ma triste pensée. »

17Après Le Cellier, Le Pujol et Saint-Crépin, Venance arrive à Roquecezière où il évoque la mythologie : « Le roc de Roquecezière est un de ces géants qui voulurent escalader le ciel, et que Jupiter foudroya. » Il n’oublie pas l’allusion au passage de César, si bien revendiqué par la tradition locale que le café-restaurant actuellement implanté sur la hauteur se nomme « Le César » :

« Jadis le vainqueur de Pharsale,
Si l’on en croit les Rouergats,
Sur la cime pyramidale
Essaya de faire un repas.
Il mangea des fruits, du laitage,
Quelques grives du Camarès,
Et galamment but à longs traits
À la santé du voisinage. »

18C’est là que Venance livre une nouvelle description du paysage. Elle fait écho à Rousseau et annonce Chateaubriand :

« Du haut de la montagne, je promenai longtemps mes regards sur l’ensemble le plus délicieux pour un poète. Dans l’enfoncement, je voyais la charmante solitude que je venais de quitter, plus près de moi les collines replier leur chaîne, former un vallon ténébreux, et réaliser les rêves du doux Gessner. Mais que la poésie est faible auprès de la nature ! La diversité admirable, le désordre pittoresque des prairies, des ruisseaux et des bois, l’aspect imposant des montagnes, un vaste silence… tout jetait dans mon âme je ne sais quel sentiment religieux que les mots ne sauraient rendre. J’étais plongé dans la plus douce des rêveries. J’en fus tiré par les cris impatients de Bertrand et je suivis ma route. »

Fig. 2. Monségou et l’Agout. Extrait de la carte de Cassini n° 18 Castres.

19Plus tard, le séjour enchanteur à Monségou (Fig. 2) lui inspire un poème à l’Agout :

« Les bords silencieux de l’Agout nous prêtèrent leur frais ombrage. L’air était pur et découvrait à nos regards le lointain le plus pittoresque, mais l’œil égaré aimait à revenir sur ce lieu agreste où l’yeuse et la viorne croissent parmi la lavande et le serpolet. La chute d’une cascade, le chant des oiseaux troublaient seuls le silence du plaisir. Nous jetâmes quelques fleurs dans le sein du fleuve bienfaisant dont le doux bruissement nourrissait notre rêverie.

 

    En naissant timide ruisseau,
Mollement entraîné par une pente douce
    Sur un tapis de mousse,
Paisiblement il promène son eau,
Et plus loin son onde chérie
Parmi l’émail des prés semble rouler des pleurs,
Serpente, disparaît, murmure, se replie,
Va, revient, s’élargit et fuit parmi les fleurs.
Aux sons plaintifs qu’exhale son eau pure,
Le tendre rossignol soupire son amour.
Il attendrit les échos d’alentour
Et ses chants enflammés raniment la nature.
Mais bientôt, à travers des sites plus riants,
    Traînant son onde paresseuse,
Je le vois arroser des bosquets odorants,
    Et leur horreur majestueuse
Se peint dans ses flots transparents
Réfléchissant un ciel pur sans nuage.
Je vois les belles des hameaux,
D’un pas furtif s’échapper du village,
D’un air coquet se mirer dans ses eaux.
Portant au sein du Tarn le tribut de son onde,
Grossi du cours de mille autres ruisseaux,
Je le vois terminer sa course vagabonde. »

20Si l’épisode du curé inhospitalier (placé à Fraisse-sur-Agout) et celui de l’agression de Bertrand par les femmes de Condomines sont peut-être imaginés ou exagérés, il semble bien que la soirée dans la bonne société protestante de Lacaune soit authentique :

« Madame de Cambon m’offrit avec bonté de partager les amusements de la soirée. Sa proposition était trop honnête pour ne pas m’y rendre. J’ouvre. Un innombrable essaim éblouit ma faible paupière.

 

Déjà, déployant les deux doigts,
J’allais m’armer d’un grand signe de croix.
Cette précaution n’était point déplacée,
Tout bon chrétien l’a fait en pareil cas.
Mais je crois que Calvin devina ma pensée
    Car il m’arrêta le bras.

 

Je ne vis jamais de société plus brillante. Mesdames de Calmels, de Sénilhes, de la Roque, en un mot tout ce que le pays avait de mieux se trouvait chez Mme de Cambon. Que ne puis-je dépeindre tout ce que Lacaune offre d’agréments à un voyageur qui sait penser ! On rit, on joue, on dispute. Tout le monde est gai parce qu’il est permis de l’être. L’élite des nymphes de Lacaune s’y trouve rassemblée ».

Conclusion

  • 27 Dans Venance Dougados et son temps…, op. cit., voir les contributions de M. Cadé, « La vie politiqu (...)

21Essayant, en 1995, de reconstituer l’itinéraire de Venance, je photographiai à La Verdolle l’arbre de la Liberté planté le 14 juillet 1789 à l’occasion du bicentenaire de la Révolution. On sait que Venance fut enthousiasmé par les idées nouvelles. Il abandonna l’état ecclésiastique et devint professeur au collège de Perpignan. En 1793, il prit le parti des Girondins avec une ingénuité qui tranchait sur l’habileté de beaucoup de notables sachant reconnaître le sens du vent. Il fut arrêté, emprisonné, envoyé à Paris devant le Tribunal révolutionnaire qui le condamna à la peine de mort27.

  • 28 Voir Autour de la Montagne Noire…, op. cit., chapitre 15.
  • 29 Cité par M. Pelletier, Les cartes des Cassini…, op. cit., p. 167.

22Localement, et pour rester au cœur du sujet, la Révolution hérita des structures d’Ancien Régime les problèmes de circulation hors des grands axes, de telle façon que les conscrits réfractaires pouvaient se cacher impunément dans les montagnes28. La carte de Cassini, « privatisée » dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, fut « nationalisée » par la Convention. « Par cet acte, écrivait le général Calon, la Convention arracha à l’avidité d’une compagnie de spéculateurs un ouvrage national, fruit de quarante années de travaux exécutés par les ingénieurs »29. Nous avons vu en outre que cela n’avait pas été sans risque.

Notes

1 Venance Dougados et son temps – André Chénier – Fabre d’Églantine, Actes du colloque de Carcassonne édités par Sylvie Caucanas et Rémy Cazals, Carcassonne, Les Audois, 1995.

2 M. Pelletier, Les cartes des Cassini. La science au service de l’État et des régions, Paris, Éditions du CTHS, 2002, p. 286-290.

3 Ibid., p. 123-124.

4 Témoignage d’André Depérié, 2 juillet 1774, liasse B 314, Archives départementales du Tarn.

5 J. Armingaud, « La tragique mésaventure d’un géographe en mission dans le Castrais », Bulletin de la Société des Sciences, Arts et Belles Lettres du Tarn, 1946-1947, p. 84-91.

6 Première édition, Carcassonne, CLEF 89, 1989. Deuxième édition revue et augmentée, Toulouse, Privat, 2008.

7 Témoignages recueillis lors de l’enquête, Archives départementales du Tarn, B 314.

8 Voir Autour de la Montagne Noire…, op. cit., chapitre 5.

9 Cité par M. Pelletier, Les cartes des Cassini…, op. cit., p. 134.

10 Voir Autour de la Montagne Noire..., op. cit., chapitre 7.

11 Délibérations du Conseil politique élargi à « la plus saine partie des habitants ». Archives municipales de Mazamet.

12 Voir Autour de la Montagne Noire…, op. cit., chapitres 2 et 13.

13 Mehmed efendi, Le paradis des infidèles. Un ambassadeur ottoman en France sous la Régence, traduit par J.-C. Galland, introduction et notes de G. Veinstein, Paris, Maspero, coll. « La Découverte », 1981, p. 74-76.

14 Dossier sur l’organisation du voyage de Monsieur, Archives départementales de l’Hérault, C 40. Voir aussi Autour de la Montagne Noire…, op. cit., chapitre 4.

15 Pourquoi la visite n’eut pas lieu, c’est une autre histoire, racontée dans le chapitre mentionné à la note précédente.

16 Délibérations de l’administration départementale, 24 décembre 1790, Archives départementales de l’Aude, L 97.

17 Dans le recueil Manufacture de Carcassonne. Arrêts, édits, règlements et ordonnances pour la jurande, Carcassonne, imprimerie de Jean-Baptiste Coignet, 1746, voir le règlement du 15 janvier 1737 pour la teinture, en 93 articles. On peut également conseiller le livre de D. Cardon et G. du Chatenet, Guide des teintures naturelles. Plantes, lichens, champignons, mollusques et insectes, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, 1990.

18 A. Young, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, traduit par H. Sée, Paris, Armand Colin, 1931, notes du 4 août 1787.

19 Extraits de « Croisière sur le Canal de Languedoc avec Thomas Jefferson », texte mis en forme par P. Gérard à partir des Papers of Thomas Jefferson, dans Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement de la Haute-Garonne, Canal Royal de Languedoc. Le partage des eaux, Toulouse, Loubatières, 1992, p. 180-184. Ce bel ouvrage fournit de nombreuses cartes et d’autres documents remarquables sur le Canal.

20 Récit dans Autour de la Montagne Noire…, op. cit., chapitre 12.

21 Texte intégral dans L.-A. Marfan, Venance Dougados (1762-1794), un jeune poète victime de la Révolution, Toulouse, Privat, 1938, p. 292-359. Les commentaires de Marfan sont cependant parfois inexacts.

22 Voir C. Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle. Étude d’un groupe social : les marchands-fabricants, Carcassonne, Société d’Études Scientifiques de l’Aude, 1993.

23 De nombreuses biographies mal documentées ont circulé. J’ai essayé de corriger les erreurs et de faire le point sur les certitudes dans la présentation de Venance Dougados, La Quête du Blé ou Voyage d’un Capucin dans différentes parties des diocèses de Vabres, Castres et Saint-Pons, en prose et en vers, texte établi et présenté par R. Cazals, Exeter, University of Exeter Press, et Carcassonne, Les Audois, 1997. Mais des zones d’ombre subsistent.

24 B. Dompnier, « “Quêter du grain et des affronts”. Les remises en cause de la mendicité des capucins à la fin du XVIIIe siècle », dans Venance Dougados et son temps…, op. cit., p. 37-51.

25 Voir le Recueil amusant de voyages en vers et en prose, compilé par Couret de Villeneuve, 9 volumes entre 1783 et 1787 ; et M. Bastiaensen, « Le journal de voyage (1760-1820) », Neohelicon, 1991, p. 73- 108.

26 Nous sommes ici dans un colloque d’histoire du paysage. Si l’on souhaite mieux connaître les relations entre le poète et Marie-Thérèse, il faut se référer à La Quête du Blé…, op. cit., p. 11-13 et 37-41.

27 Dans Venance Dougados et son temps…, op. cit., voir les contributions de M. Cadé, « La vie politique dans les Pyrénées-Orientales en 1793 : les limites d’une dérive fédéraliste ou l’erreur de Venance Dougados », de G. Fournier, « Venance Dougados et le “fédéralisme” languedocien », et de R. Cazals, « Papiers saisis lors de l’arrestation de Dougados », p. 187-216.

28 Voir Autour de la Montagne Noire…, op. cit., chapitre 15.

29 Cité par M. Pelletier, Les cartes des Cassini…, op. cit., p. 167.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. De Cuq à Vielmur. Extrait de la carte de Cassini n° 18 Castres.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/32176/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Fig. 2. Monségou et l’Agout. Extrait de la carte de Cassini n° 18 Castres.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/32176/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

© Presses universitaires du Midi, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search