Version classiqueVersion mobile

Une longue histoire

 | 
Jean-Loup Abbé

Avant-propos. Le paysage, empreinte des sociétés sur leur environnement

Jean-Loup Abbé

Texte intégral

1Les colloques organisés tous les deux ans depuis 1994 par l’association « Les Audois » permettent d’interroger le passé avec plusieurs objectifs. Il s’agit d’abord de mieux le comprendre : c’est là faire œuvre d’historien, au sens plein et large du terme. Il s’agit ensuite de décrypter le monde dans lequel nous vivons, afin de ne pas rester à la surface des choses. Il s’agit enfin de permettre à chacun de mieux agir, là où il est et quel qu’en soit l’enjeu.

2Ces rencontres et ces échanges prennent la forme d’un dialogue entre des chercheurs et des professionnels d’horizons différents (sociétés savantes, universités, collectivités, CNRS). Pour autant, la qualité du discours exigée s’accompagne de la volonté de rendre ce dialogue compréhensible pour un large public. Aussi, le jargon spécialisé est laissé de côté afin de rendre chaque communication tout à fait intelligible. L’exposé lui-même est nourri par des débats et trouve un prolongement dans une publication accessible.

3Le colloque organisé à Carcassonne, aux Archives départementales de l’Aude, les 23 et 24 mai 2008 a traité d’Une longue histoire : la construction des paysages méridionaux. L’objet du questionnement et du débat, c’est le paysage tel qu’il est, tel qu’il se construit, mais aussi tel qu’il est perçu ; la construction mentale, autant que l’édification physique. Dans cette perspective, l’espace englobe la ville, comme les campagnes. L’intérêt porté au paysage est d’abord une préoccupation des sociétés actuelles. En effet, le paysage est un enjeu. Tout à la fois protégé, menacé, transformé rapidement, il est devenu une composante des politiques territoriales, quelle qu’en soit l’échelle. Il est aussi, et pour cela, dans une bonne mesure, un sujet d’études dont se sont emparées les sciences qui travaillent sur les dynamiques spatiales et temporelles. Car, c’est maintenant une évidence, le paysage n’est pas une donnée invariable (même le paysage naturel), un simple décor : il est le produit des sociétés, une longue construction.

  • 1 Un chantier archéologique vient, par ailleurs, de mettre au jour un site préhistorique sur le versa (...)

4Emblématique est le panorama qui s’offre à la vue du haut de l’o p p i d u m protohistorique d’Ensérune (Hérault), entre Béziers et Narbonne. Au pied du versant méridional, un chemin suit le tracé linéaire de la voie domitienne, vestige de la romanisation. Au nord, la vaste cuvette de l’ancien étang de Montady-Colombiers garde le parcellaire rayonnant engendré par le drainage médiéval. De nouveau au sud, le canal du Midi et la voie ferrée Sète-Bordeaux, ainsi que les tunnels qui leur sont associés, signent des aménagements effectués aux XVIIe et XIXe siècles. Un simple coup d’œil embrasse sur de faibles distances un paysage spectaculairement construit, tant pour l’habitat, les activités agraires que les communications1. Une ligne TGV devrait ajouter sa propre strate dans les années à venir.

5Le paysage est bien le produit des sociétés. C’est la raison pour laquelle le laboratoire Framespa (UMR 5136 CNRS-Université de Toulouse 2-Le Mirail) s’est associé à ce colloque. Ses programmes de recherche prennent en compte à plus d’un titre les transformations de l’espace dans le temps. Il s’agit d’apporter des éclairages sur cette construction multiséculaire et de verser quelques pièces au dossier des relations entre les sociétés et l’environnement contemporain pour mieux comprendre, mieux mettre en valeur, mieux transformer le milieu en connaissance de cause.

  • 2 Deux autres communications n’ont pas fait l’objet de versions écrites : François Bon : « Régismont- (...)

6Les actes du colloque réunissent ici douze des communications présentées2. Trois thèmes avaient été retenus et ordonnent le volume, précédés par la communication introductive de R. Cazals :

  • les carrières et les industries : aménagements et impacts sur le paysage

  • le paysage rural en construction sur la longue durée

  • le paysage villageois et urbain médiéval : genèses et mutations.

7Même si la période contemporaine est fortement représentée, le temps long, depuis l’Antiquité, permet de dégager quelques évolutions marquées par une dynamique remarquable. L’espace de la France méridionale a été privilégié. Pas trop large, pas trop réduit, même si le Languedoc, en particulier l’Aude, est bien présent, sans oublier le comparatisme pour mieux comprendre, il représente une échelle pertinente pour servir de laboratoire à cette rencontre.

Notes

1 Un chantier archéologique vient, par ailleurs, de mettre au jour un site préhistorique sur le versant sud (cf. note suivante). Tout le spectre chronologique est ainsi balayé.

2 Deux autres communications n’ont pas fait l’objet de versions écrites : François Bon : « Régismont-le-Haut et l’occupation préhistorique des abords d’Ensérune » ; Maurice Berthe : « La carte des communes actuelles de Midi-Pyrénées : origine médiévale ? ».

© Presses universitaires du Midi, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search