Version classiqueVersion mobile

Banques, industrie et Europe du Nord

 | 
Jean-François Berdah

Deuxième partie. Hommage à Bertrand de Lafargue

Mai 1940 : la radio française évoque les femmes norvégiennes

Rémy Cazals

Texte intégral

  • 1 Voir Rémy Cazals, Lettres de réfugiées, Le réseau de Borieblanque, Des étrangères dans la France de (...)

1Des recherches en archives privées m’ont fait découvrir la riche personnalité d’une Française, Marie-Louise Puech-Milhau, engagée dans les mouvements pacifistes et féministes de la première moitié du XXe siècle. Militante en faveur de la Société des Nations et des droits des femmes, Mme Puech joua un rôle fondamental dans l’accueil et la sauvegarde d’intellectuelles étrangères réfugiées en France entre 1939 et 1945, exilées de leur pays, privées de ressources, quelques-unes persécutées du fait de leurs origines juives. M. et Mme Puech se replièrent en juin 1940, après la défaite française, en zone Sud, sur leur domaine de Borieblanque, près de Castres (Tarn), qui devint le centre d’impulsion d’un réseau à l’efficacité remarquable1. Auparavant, au moment de l’invasion de la Norvège par les troupes allemandes, Marie-Louise avait proposé à Radio Paris une communication sur les femmes norvégiennes, qui fut prononcée le 25 mai 1940. Avant d’en donner le texte intégral, je fournirai quelques indications destinées à l’éclairer du côté français.

Mme Puech et son activité militante

  • 2 On ne peut citer ici tous ses ouvrages. Le plus important est une biographie de Flora Tristan qui f (...)

2Marie-Louise Milhau est née à Castres le 6 juillet 1876 dans une famille de la bourgeoisie protestante. Une gouvernante allemande et un séjour en Angleterre lui permirent de manier trois langues avec aisance. De 1900 à 1908, elle fit en quelque sorte du féminisme pratique en partant, seule, loin de chez elle, enseigner la langue et la civilisation françaises à l’université anglophone McGill à Montréal, au Canada. Elle revint en France en 1908 pour épouser Jules Puech, un intellectuel issu du même milieu et de la même région. Ce docteur en droit, futur docteur ès-lettres, s’intéressait particulièrement à l’œuvre des socialistes prémarxistes, les saint-simoniens, Flora Tristan, Proudhon2. Il animait la revue La Paix par le Droit, et sa femme contribua à cette tâche, assurant un travail très lourd pendant la Grande Guerre. Après 1918, un des objectifs de la revue, la création de la Société des Nations, semblait atteint. Jules et Marie-Louise occupèrent diverses fonctions et remplirent des missions dans le cadre de la SDN, infusant du pacifisme dans les organisations féministes et du féminisme dans le mouvement pour consolider la Paix. Marie-Louise Puech était membre de l’Union pour le suffrage des femmes et de l’Union féminine pour la SDN (organisations françaises), du Conseil international des femmes (CIF) et de la Commission internationale de coopération intellectuelle créée par la SDN pour coordonner les activités nationales visant au rapprochement des universités et des savants du monde entier. Parmi les personnalités appelées par le Conseil de la SDN à la direction de cette Commission figuraient Einstein et Marie Curie (celle-ci prix Nobel de physique en 1903 et de chimie en 1911), ainsi que Christine Bonnevie, professeur de zoologie à l’université de Christiania.

3Les femmes diplômées des universités avaient également, au lendemain de la Première Guerre mondiale, constitué des associations nationales et une fédération internationale, International Federation of University Women (IFUW), ou Fédération Internationale des Femmes Diplômées des Universités (FIFDU), dans le but de construire, après l’affrontement, un monde nouveau reposant sur la compréhension mutuelle. Un bon exemple de coopération fut la publication, en 1939, du Lexique international des termes universitaires, ouvrage bilingue franco-anglais de 755 pages, concernant 31 pays, dont 23 d’Europe. Dans ce volume, la Norvège occupe 21 pages ; on y insiste sur la place des femmes (admises à l’université depuis 1882), et tous les détails sont donnés sur les institutions, les personnels, les cursus, les examens et les titres, la vie étudiante, jusqu’à Studentersangforeningen (« chœur d’étudiants »), Duskelue (« képi noir des étudiants avec une grande houppe de soie »), et Relegasjon (« expulsion de l’université »).

  • 3 On n’a malheureusement pas la liste de ces étudiants. Le hasard a fait apparaître quelques noms don (...)

4Les intellectuelles des divers pays se réunissaient en congrès, se rendaient des visites, distribuaient à des étrangères des bourses d’études, entretenaient une correspondance suivie. À Paris, les Puech consacraient la soirée du vendredi de chaque semaine à recevoir des étudiants étrangers de façon à les aider dans leurs recherches et à faciliter les échanges entre eux. Le propre frère d’Ellen Gleditsch fut ainsi reçu en 1924 ou 1925 ; un autre étudiant norvégien, Hans Christiansen, en octobre 19393.

  • 4 D’après les archives de Marie-Louise Puech découvertes à Borieblanque et exploitées par moi-même et (...)

5Marie-Louise Puech a pu rencontrer des intellectuelles norvégiennes à Paris, à Genève (dans le cadre des activités de la SDN) et au cours de divers congrès internationaux. Dans son intervention à la radio, son allusion aux petits bateaux à voile dans le fjord d’Oslo laisse penser qu’elle les avait vus elle-même. En effet, plusieurs documents évoquent la présence de Mme Puech au congrès de Christiania de l’IFUW en juillet-août 1924. D’après le journal La Française du 6 septembre 1924, Marie-Louise, qui y participait en tant que membre de l’Association des Françaises Diplômées des Universités (AFDU), aurait en outre été chargée par le ministre français de l’Instruction publique de le représenter officiellement. C’est en 1924 que les relations entre Marie-Louise Puech et Ellen Gleditsch, professeur à l’université d’Oslo, ont débuté. Elles se sont maintenues au moins jusqu’en 19494. Ellen Gleditsch a séjourné à Paris, travaillant avec Marie Curie qui fut elle-même membre de l’AFDU jusqu’à sa mort en 1934. Marie-Louise appuya la candidature d’Ellen à la présidence de l’IFUW lors du congrès d’Amsterdam (elle resta présidente de 1926 à 1929). Plusieurs documents évoquent des invitations chez les Puech et les recommandations en faveur d’étudiants norvégiens.

6Il est probable que Mme Puech ait également rencontré les autres Norvégiennes qu’elle cite dans son allocution, puisqu’elles appartenaient au même monde des militantes intellectuelles pour les droits des femmes, fréquentant les institutions internationales. Christine Bonnevie fut une des premières à siéger à la Commission internationale de coopération intellectuelle de la SDN ; Betty Kjelsberg représentait la Norvège au Conseil international des femmes, dont faisait également partie Marie-Louise Puech.

  • 5 Lettre de Marie-Louise Puech à Mme Grauss, directrice du Foyer des étudiantes de Grenoble, 31 mars (...)

7Les allusions à deux écrivains norvégiens ne peuvent surprendre : les murs de Borieblanque étaient couverts d’étagères elles-mêmes remplies de livres ! Marie-Louise Puech mentionne Sigrid Undset (1882-1949), prix Nobel de littérature en 1928, une femme. Quant à Ibsen (1828-1906), un homme, mais dont la stature d’écrivain imposait la présence, il est évoqué avec quelque réserve. Les héroïnes de son théâtre auraient reflété son imagination plus que la réalité psychologique des femmes de Norvège. Il est intéressant de remarquer que l’expression « héros ibséniens » revient pour exprimer une critique à propos d’une jeune Polonaise que le réseau de Borieblanque aidait sous l’Occupation. Cette femme, qui montrait peu de goût pour les études à l’université de Grenoble et qui ne menait pas une vie assez rangée, était mariée à un Norvégien qui se trouvait peut-être à Boston, à moins qu’il ne fût resté en Norvège… Mari et femme semblaient vivre, chacun de son côté, une nouvelle existence : « ils me font l’effet de héros ibséniens », écrivait Marie-Louise Puech à la correspondante de son réseau à Grenoble5.

  • 6 Pour les précisions, voir Lettres de réfugiées…, op. cit.

8Après l’entrée en guerre de la France en 1939, et tandis que la Norvège ne se trouvait pas encore directement concernée, l’AFDU se préoccupa du sort des intellectuelles réfugiées en France, principalement des Polonaises et des Tchécoslovaques6. Toutes sortes de formules d’aide matérielle et morale furent imaginées et mises en pratique grâce à des sommes envoyées de diverses régions de France et de l’étranger, en particulier de Norvège par l’intermédiaire d’Ellen Gleditsch. Celle-ci écrivait, le 22 septembre 1939, à Marie-Louise Puech, en français : « Mes pensées sont constamment chez vous aujourd’hui comme tous les jours. Je suppose que vous êtes à Paris et, vous connaissant, je sais que vous trouvez la possibilité de faire œuvre utile. J’aurais voulu vous dire la même chose de moi, mais ces jours-ci il est difficile de croire qu’un cours à l’université soit très utile. Toutefois le travail avec les étudiants donne toujours satisfaction. Écrivez-moi quelques mots pour me dire où vous êtes. Dites-moi aussi si, de ce pays, je puis vous être utile à quelque chose. Que mes souhaits vous suivent, vous et votre pays, vous le savez. Bien affectueusement. Ellen Gleditsch. »

  • 7 Lettre de Mme Puech à Mmes Cazamian, Monod et Martin, 26 mai 1940. Archives Puech.

9L’invasion de la Norvège en avril 1940 décida Marie-Louise à donner à la radio la causerie sur les femmes norvégiennes dont le texte suit. Elle fut prononcée le 25 mai dans l’après-midi. Mais, reconnaissait l’auteur, l’attaque allemande victorieuse qui se déployait en France même avait fait passer la Norvège « au deuxième plan de l’actualité7 ».

Annexes

Allocution de Mme Puech

Les Françaises qui ont rencontré des Norvégiennes dans les congrès internationaux et celles qui ont eu la bonne fortune d’être reçues dans des foyers norvégiens, se sont senties très proches de leurs collègues nordiques que le théâtre et le roman nous avaient parfois montrées sous un jour fort différent de la réalité. Il ne semble pas, en effet, que l’actuelle Norvégienne cultivée s’apparente aux types que le théâtre d’Ibsen, par exemple, nous révéla il y a quelque quarante ans, et, même alors, ces héroïnes n’ont-elles pas surtout reflété l’imagination de leur animateur ?

Si certaines Scandinaves ont entre elles des traits communs, les Norvégiennes parmi elles nous ont toujours frappées par leur intelligente simplicité alliée à une solide culture, au désir de comprendre des points de vue divers et de mettre de la joie dans l’effort. Il n’y avait pas de place pour le snobisme dans ce pays vraiment démocratique où le fils du roi a fréquenté l’école unique de son quartier, où l’on pouvait rencontrer en tramway la reine Maud, fille d’Édouard VII et tante de l’actuel roi d’Angleterre, où, en été, les magasins et les administrations fermaient à 3 heures pour permettre aux vendeuses, employées et clientes de rallier les innombrables petits bateaux à voile évoluant comme autant de mouettes géantes sur le fjord d’Oslo.

Les Scandinaves sont généralement de bons linguistes : Danois, Suédois et Norvégiens ont sur leurs voisins l’avantage de se comprendre entre eux, chacun parlant sa propre langue. Les relations commerciales et maritimes avec l’Angleterre ont obligé les Norvégiens à connaître l’anglais, mais le français est resté chez eux la langue intellectuelle et il est toujours enseigné dans les écoles féminines. On connaît cet avertissement des guides aux voyageurs en Norvège : « Si vous avez un renseignement à demander à un passant, adressez-vous en anglais à un homme ; une dame vous comprendra en français. »

Comme dans la plupart des pays, l’Allemagne hitlérienne exceptée, les jeunes filles se pressaient de plus en plus nombreuses dans les facultés norvégiennes ; depuis des années fonctionne à leur usage un service d’orientation des études ; presque toutes ont pris l’habitude de les terminer par un voyage en Europe, souvent en Amérique. Des groupes d’étudiantes se succédaient chaque année en France, comme boursières de nos facultés, à Poitiers, notamment, d’autres restaient à Paris. De ce nombre fut Mme Skard, fille de M. Koht, ministre des Affaires étrangères de Norvège, qui passa par la Sorbonne avant de recevoir une bourse d’études aux États-Unis. Cette jeune femme préside effectivement une association de femmes universitaires et elle continue son enseignement tout en restant la mère attentive de deux jumeaux et de deux jumelles. Hélas ! le fjord de Trondheim sur lequel elle les emmenait dans sa barque voit aujourd’hui d’autres rameurs !…

Ces côtes de Norvège vers lesquelles vont toujours nos pensées et où l’on voyait depuis quelque temps des femmes pilotes et capitaines de bateaux, furent, chaque été, le pacifique théâtre de travaux scientifiques accomplis sous la direction du professeur de zoologie Christine Bonnevie, membre de plusieurs sociétés savantes. Dès le mois de juin, Mlle Bonnevie emmenait ses étudiants aux laboratoires marins et en croisière gratuite le long des fjords. Mais son activité ne se bornait pas à la recherche scientifique : elle a fait partie pendant cinq ans de la délégation norvégienne à l’assemblée de la Société des Nations et plus longtemps encore de la Commission de coopération intellectuelle internationale où elle siégeait avec Mme Curie, à côté des sommités littéraires et scientifiques du monde entier.

Une autre Norvégienne, également professeur à l’Université d’Oslo, a succédé au professeur Bonnevie à la Commission internationale de coopération intellectuelle, c’est le Dr Ellen Gleditsch, qui présida la Fédération des femmes universitaires de 35 pays. Elle a travaillé en France comme collaboratrice de Mme Curie et n’a jamais rompu le contact avec son ancien laboratoire. Notre gouvernement lui a décerné la croix de la Légion d’Honneur en reconnaissance de sa collaboration et de ses travaux scientifiques. Elle a gardé un souvenir ému de son travail d’après-guerre à l’Université de Strasbourg et nous faisait parvenir, il y a quelques mois, un don pour les populations évacuées. Ce ne fut pas, de loin, le seul don norvégien : le jour même où nous apprenions la scandaleuse violation de la neutralité norvégienne, nous recevions un chèque d’Oslo, destiné aux secours de guerre.

Dans cette rapide nomenclature de quelques personnalités distinguées, nous devons faire place à une juriste renommée, Mme Bugge Wicksell, récemment décédée. Elle racontait avec humour qu’elle n’avait jamais eu le temps de faire des études universitaires tant qu’elle avait une famille à élever, mais elle s’était dit souvent, en vaquant aux humbles travaux ménagers, qu’elle ne passerait certes pas la fin de sa vie à tricoter des lainages derrière les pots de fleurs de sa fenêtre, selon le sort commun aux vieilles dames. Aussi, quand son fils aîné s’inscrivit à la faculté de droit, elle en fit autant ; ils travaillèrent et passèrent leurs examens ensemble. La mère n’exerça pas, mais, comme elle s’était spécialisée dans l’étude du Droit international et qu’elle s’intéressait aux questions sociales, les juristes lui demandèrent de siéger dans plusieurs commissions interscandinaves dont l’une élabora un projet de Société des Nations. Mme Wicksell, qui faisait partie de la délégation norvégienne à Genève, y joua un rôle de premier plan dans la Commission des œuvres sociales et humanitaires.

Le nom de Mme Sigrid Undset est bien connu chez nous depuis que la plupart de ses œuvres ont été traduites en français ; le vibrant appel qu’elle adressa à ses compatriotes dès l’entrée des envahisseurs est encore présent à toutes les mémoires et il a pris une tragique signification depuis que nous savons que son fils est tombé au champ d’honneur. Cet appel était attendu d’un écrivain qui n’est pas seulement une romancière de talent, mais aussi l’historienne délicate de sa terre natale. Mme Undset ne fait pas de l’histoire en amateur ; elle s’est penchée sur les documents d’archives avant de publier ses trois volumes historiques où se déroule la vie à la campagne d’une Norvégienne du XIVe siècle et de sa famille. Cette étude intensive des sources a conduit Sigrid Undset à faire elle-même retour au catholicisme ancestral dont son œuvre est baignée et qu’elle traite en réaliste, non en partisane.

On a pu se demander si l’étude psychologique si minutieusement menée de ses personnages correspondait bien à la vie sentimentale et morale des grands fermiers guerriers du Moyen Âge, l’œuvre n’en reste pas moins belle d’inspiration et de réalisation.

Beaucoup d’autres « notables » Norvégiennes mériteraient de vous être présentées. Il a fallu limiter notre choix et le limiter arbitrairement, mais nous voudrions encore rendre hommage à deux travailleuses infatigables dans des domaines différents. Mme Jahn, bibliothécaire de ces bibliothèques enfantines dont on commence à comprendre l’utilité chez nous. Elle a organisé, non seulement dans les grands centres, mais dans les petites agglomérations, le prêt par roulement. Mlle Kjelsberg, Inspectrice du travail dès le début de son fonctionnement. Les Scandinaves sont très justement fiers de leur organisation du travail, de leurs lois sociales. Mlle Kjelsberg a fait preuve d’intelligente initiative et a créé des services nouveaux répondant à des difficultés spéciales dans un pays où, pendant des mois, il ne fait jour qu’entre dix heures du matin et deux heures de l’après-midi. Cette féministe, qui se dit avant tout « ménagère » et n’a jamais voulu adhérer à un parti politique, a été présidente du Conseil supérieur de l’enfance et de l’Association féminine d’hygiène, laquelle groupe en Norvège 80 000 membres.

La qualité de ces activités, leur diversité, nous donnent bon espoir pour la lutte qui vient d’être imposée à la Norvège. Là comme ailleurs, nous sommes convaincues que les femmes « maintiendront ».

Marie-Louise Puech
Ancien professeur à l’Université anglaise de Montréal (Canada)

Notes

1 Voir Rémy Cazals, Lettres de réfugiées, Le réseau de Borieblanque, Des étrangères dans la France de Vichy, Paris, Tallandier, 2004, 471 p. Après la défaite française, les conditions d’armistice imposées par l’Allemagne divisaient la France en plusieurs zones. Au sud d’une « ligne de démarcation », s’étendait la « zone non occupée » jusqu’à l’entrée des Allemands en novembre 1942.

2 On ne peut citer ici tous ses ouvrages. Le plus important est une biographie de Flora Tristan qui fait encore autorité : La vie et l’œuvre de Flora Tristan 1803-1844, Paris, Marcel Rivière, 1925, 515 p.

3 On n’a malheureusement pas la liste de ces étudiants. Le hasard a fait apparaître quelques noms dont ceux de ces deux Norvégiens. Un étudiant français, reçu dans les mêmes conditions, allait se révéler fort utile lorsque, devenu fonctionnaire au ministère de la Justice, il put relayer les efforts de Mme Puech en faveur d’Elsa Liefmann, Allemande juive internée au camp de Gurs, pour la faire libérer et ainsi la sauver d’un transfert à Auschwitz.

4 D’après les archives de Marie-Louise Puech découvertes à Borieblanque et exploitées par moi-même et par Nicole Dabernat-Poitevin, que je remercie pour sa participation à la documentation de cet article.

5 Lettre de Marie-Louise Puech à Mme Grauss, directrice du Foyer des étudiantes de Grenoble, 31 mars 1941, Archives Puech.

6 Pour les précisions, voir Lettres de réfugiées…, op. cit.

7 Lettre de Mme Puech à Mmes Cazamian, Monod et Martin, 26 mai 1940. Archives Puech.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search