Version classiqueVersion mobile

Banques, industrie et Europe du Nord

 | 
Jean-François Berdah

Deuxième partie. Hommage à Bertrand de Lafargue

Banque allemande et banque française, 1860-1930. Une réponse différentielle aux réalités de l’économie nationale ?

Albert Broder

Texte intégral

  • 1 Pour les marchés financiers, dans une offre surabondante et en restant dans les travaux historiques (...)

1Cette étude a pour but de poser sous une configuration particulière et une forme directe un problème bien connu. Il ne s’agit pas ici de s’interroger sur la structure de la banque en France et en Allemagne au cours d’un dix-neuvième siècle prolongé jusqu’à la Grande Dépression, ni de reposer la question du rôle de cette institution dans le modèle industriel national. Remarquons en passant que le volet allemand de la matière fait l’objet de nombreuses études en langue anglaise1, alors que les historiens anglo-saxons actuels ne s’intéressent pratiquement pas à la structure française.

2L’analyse se présente sous une forme volontairement déséquilibrée. Le lecteur français intéressé est bien informé de la nature et de l’évolution du système bancaire national par nombre de travaux récents ; il n’est donc pas utile de les résumer, sinon de s’y référer. Par contre, une révision de la nature de la banque en Allemagne, de ses liens extérieurs industriels et financiers, en particulier avec Amsterdam et New York, nous est apparue nécessaire, dans une optique de lecture française, afin d’aborder la question essentielle de l’échec français à profiter des difficultés germaniques au cours des premières années 1920 pour retrouver une forte position internationale industrielle et commerciale. Ce sont, au demeurant, des aspects que nous avons analysés dans d’autres publications auxquelles nous renvoyons.

  • 2 Il n’y a pas avant les années 1880-90 de prééminence berlinoise affirmée sur les affaires financièr (...)

3L’étude se présente sous trois aspects. Dans une introduction brève, nous situons Paris et les places allemandes2 dans leur relation historique avec Londres. La première partie, étendue, a pour but de matérialiser la liaison banque-industrie dans le monde économique allemand en mettant en valeur le lien industriel avec l’extérieur et des recherches récentes en langue allemande. Ce qui nous permet, dans une seconde partie, d’organiser la comparaison France-Allemagne au cours des années 1920 et de comprendre certaines limites de l’effort de redressement national, faute de moyens à la fois industriels et humains, mais aussi du fait d’une réalité des rapports internationaux au sujet de laquelle les élites françaises se sont souvent illusionnées.

4Dans plusieurs publications, nous avons mis l’accent sur le caractère inique du traité de Francfort et mis en comparaison son coût territorial, industriel et financier avec la partie réellement versée par l’Allemagne des « réparations » du traité de Versailles. Mais cette comparaison n’a pas lieu d’être dans cette étude.

Environnement des systèmes avant 1914

  • 3 Maria Barbara Levy, História da Bolsa de Valores do Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, IBMEC, 1977. Il (...)
  • 4 Andrès Regalsky, Banca y Capitalismo en la Argentina 1850-1930, Buenos Aires, Ciclos, n° 18, 2e sem (...)

5À la veille du premier conflit mondial, le monde et la technique bancaires de l’Europe dominent les marchés mondiaux. Pour mieux dire, hormis la côte est des États-Unis, il n’existe pas de place financière digne de cette fonction même si fonctionnent quelques bourses locales ou d’étroits marchés qui se greffent sur la présence de banques européennes comme Rio de Janeiro3 et Buenos Aires4. Le cas des États-Unis est particulier avec ses marchés accessoires ou dépendants : Boston, Chicago et dans le voisinage Toronto… Depuis les années 1820, les marchés financiers nord-américains sont étroitement liés à Londres et dans une moindre mesure Paris, avant de construire des liens étroits avec Berlin directement et via Amsterdam, entre le milieu des années 1880 et 1923. Leur expansion internationale est limitée par des facteurs à la fois réglementaires et monétaires connus, auxquels s’ajoute, aux États-Unis, l’interdiction d’établissement de filiales locales de banques étrangères que compensent les ententes financières et les alliances matrimoniales avec les familles de Londres et surtout d’Allemagne, contexte dans lequel les banquiers français font pâle figure. Il en découle un système très particulier d’investissement extérieur par l’intermédiaire d’entreprises juridiquement étrangères où le partenaire yankee dispose d’une majorité de contrôle (parfois simplement d’une minorité de blocage renforcée par des droits immatériels), le plus souvent par des actions d’apport : contrepartie de brevets, droits, savoir-faire, biens d’équipements spécifiques importés des États-Unis. Les prémices du changement et de l’internationalisation des opérations apparaissent au tournant du XXe siècle. La guerre accélère un glissement de la puissance financière vers l’ouest de l’Atlantique, qui restera très partiel au cours des années 1920, faute surtout de capacités techniques et professionnelles ; ce qui maintient la croyance en une prééminence durable de la City au cours des années 1920.

  • 5 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle. T.2. Les jeux (...)

6En résumant, pour ne pas nos écarter du sujet, on décèle sans peine et sans originalité une étroite corrélation de l’évolution d’un système bancaire européen, dont Fernand Braudel5 a fort bien montré dans le passé la conjonction avec le dynamisme des économies nationales dès le XIIIe siècle. Schématiquement, cinq interprétations de la fonction peuvent être retenues :

71°) Le modèle hollandais d’Amsterdam dominant au XVIIe siècle, mais qui décline à la fin de ce siècle sous les coups d’un cannibalisme économique et militaire anglais, accentué par l’installation sur le trône d’Angleterre de Guillaume d’Orange. Cette décadence sera rendue durable par la politique de l’Empire napoléonien. En 1814 Londres est pour une longue durée la place bancaire du monde moderne.

82°) Si on excepte les précurseurs génois, vénitiens et surtout néerlandais dont la nature était différente, le modèle britannique développe des aspects originaux qui lui ont permis d’écarter tous ses rivaux dans son essor industriel et commercial, au moins au cours de la première moitié du XIXe siècle, ainsi que les modèles concurrents capables d’ériger des barrières ou de susciter des freins à son expansion. Ce qui explique, peut-être, sa très lente adaptation aux changements du monde industriel apparus au cours du second tiers du XIXe siècle, conformément aux principes de l’analyse darwinienne de son temps.

  • 6 Voir sur ce point les travaux suscités par l’analyse en termes de « Free Standing Company » définie (...)

9Entre les années 1870 et 1914, l’image extérieure du système britannique associe une banque centrale très sensible aux variations des flux monétaires internationaux, une banque privée, souvent à gestion personnalisée, ouverte sur le crédit commercial international, disposant du meilleur réseau technique et d’informations qui soit au monde – et dont la capacité d’intervention est sans commune mesure avec la réalité matérielle de l’assise financière – et un système national très élaboré, au maillage serré, lié à l’entreprise locale et régionale, très actif dans les opérations à court terme, au sein duquel se dégage la formation de grandes banques de dépôt : les Joint Stock Banks. En mutation avec le renforcement prudent des structures sociétaires, la banque privée associe la fonction de gestion de fortunes (comme à Paris et plus encore à Genève), les affaires internationales et la maîtrise des syndicats de placement des émissions coloniales et internationales. L’analyse même ponctuelle des comptes rendus d’émissions au début du XXe siècle fait ressortir la plus grande dispersion des acquéreurs dès lors que l’émetteur est une banque ou un syndicat à dominante britannique par rapport à des émetteurs français ou germaniques (y compris les banques belges contrôlées par ces derniers). L’ensemble réunit les Foreign & Colonial Banks6 comme les Merchant Bankers, ces derniers plus actifs dans l’acceptation internationale aux dépens du négoce qu’elles abandonnent. Jusqu’au lendemain de la Grande Guerre, elle exerce un primat incontestable sur la formation des syndicats de placement international et ne connaît pas de concurrent sérieux dans le négoce des acceptations. Sans y exercer de contrôle, même indirect, elle est le cœur du seul réseau multinational digne de ce nom, avec pour relais Paris, New York, et de plus en plus les places allemandes.

  • 7 Voir supra, note 2.
  • 8 La concentration de la recherche bancaire et boursière française sur les structures nationales (en (...)
  • 9 Dans une bibliographie très fournie, mais inégale : Nicolas Stoskopf, Banquiers et financiers paris (...)

10À la fin du XIXe siècle, le lien avec Paris s’est distendu. La place française, deuxième centre de réalisation d’opérations capitalistiques internationales est passée au quatrième rang si on inclut les émissions autochtones derrière New York et la galaxie allemande7. Sans entrer dans le détail, deux faits retiennent l’attention8. Les deux systèmes financiers se sont fortement différenciés et la montée en puissance de la Banque d’Affaires parisienne, visiblement au détriment de la banque privée, éloigne plus qu’elle ne rapproche, car ce qui marque c’est l’affaiblissement rapide de la Haute Banque parisienne9 qu’un apport nouveau, en provenance souvent de la Méditerranée orientale ne compense pas. Même entre les deux branches occidentales des Rothschild la divergence dans les choix est croissante, ce que l’on peut suivre en particulier au Brésil et en Afrique anglophone. Alors que s’affaiblissent les rares attaches parentales entre banquiers privés des deux côtés de la Manche, elles se sont renforcées au cours des ans avec les familles de Berlin, Hambourg, Brême et New York, dont les liens matrimoniaux et de cousinage se sont renouvelés durant ces décennies. Au début de l’été 1914, la délégation des banquiers allemands auprès de leurs homologues de Londres pour dissuader les Anglais d’entrer dans la guerre qui s’annonce, mérite d’être analysé dans ce sens. La disparition en 1901 du dernier Rothschild allemand a entraîné la fermeture d’un établissement dont le rôle était effacé depuis plusieurs décennies et ne crée aucune perturbation dans les relations entre les deux places financières. Cette incidente mise à part et sans entrer dans l’analyse de la structure complexe de la banque britannique, ses transformations sont à l’image du Royaume-Uni du temps : assurée, efficace, mais mal adaptée aux entreprises nouvelles, et en particulier à l’investissement industriel international. L’économie intérieure est accompagnée par un système de banques de crédit et dépôts en lente mutation où cohabitent des banques de dépôt par actions nationales (Big Five), régionales (anglaises, écossaises, irlandaises), locales et privées et des maisons d’escompte longtemps critiquées comme co-responsables de la relative stagnation et de la faible adaptation aux industries technologiques, la banque nationale et régionale anglaise est aujourd’hui l’objet d’un courant de réévaluation, de réhabilitation par l’historiographie actuelle.

  • 10 Avec les études pionnières de Jean Bouvier, Maurice Lévy-Leboyer et plus tard Hubert Bonin, Michel (...)
  • 11 Voir à ce sujet les études partielles, mais utiles éditées par Michel Lescure, en particulier Banqu (...)
  • 12 Bernard Desjardins et alii, Le Crédit Lyonnais 1863-1986, Genève, Droz, 2003.
  • 13 Broder, “Les investissements étrangers en Espagne… », art. cit. De la Régence jusqu’à la fin du Sec (...)
  • 14 Albert Broder, Le rôle des intérêts étrangers dans la croissance économique de l’Espagne, 1768-1920(...)

113°) Le modèle français a été très fréquemment étudié, analysé, disséqué10. Comme dans le cas britannique, mais avec plus de continuité dans l’accusation ou la défense, il a subi les outrages des difficultés d’une économie entrée en léthargie dès 1866, aggravée par la perte de l’Alsace Moselle, les erreurs du rachat et de la nationalisation anticipée des emprunts de l’indemnité de guerre de 1870 (dont la gestion fut très favorable à la banque sinon à l’économie nationale) et la remise en question des forces traditionnelles de son économie au lendemain de la crise de 1882. Le désengagement des banques envers l’industrie est à nuancer tardivement à partir de la banque d’affaires industrielles (BPPB, BUP) et surtout de la banque provinciale11. Henri Germain constitue un contre-modèle et surtout un prophète discutable dont les connaissances techniques au sujet de la monnaie et des balances extérieures sont médiocres et les conseils dangereux pour qui les suivrait. Ce qui explique bien des insuffisances dans l’action d’une banque de l’importance du Crédit Lyonnais, considéré comme l’une des trois plus importantes d’Europe12. À bien des égards, il est le modèle de la formation professionnelle limitée du milieu des banquiers français que compense de moins en moins l’apport d’une immigration extérieure13. Doit-on aller parfois jusqu’à parler d’incompétence dans des cas précis comme celui de Henri Germain ? Ses analyses concernant la crise monétaire espagnole des années 189014 y poussent.

12Surtout la séparation de fait, car, jusqu’à la loi du 24 novembre 1940, il n’existe aucune législation à ce propos. Par ailleurs, la distinction entre banque commerciale et banque d’affaires a très rarement été copiée à l’étranger, et l’implantation française, très insuffisante, n’est pas en rapport avec une économie qui, jusqu’en 1940, a oscillé entre le deuxième et le quatrième rang mondial. Cette absence de dynamisme illustre la faiblesse des échanges extérieurs, reflet d’une nation qui s’est industrialisée, mais qui ne s’est pas imposée comme une des très grandes puissances technologiques et industrielles du monde. Conséquence de la perte de poids économique de l’économie française à l’échelle internationale, cette image d’une banque peu conquérante en aggrave les effets.

Évolution du rôle de la banque dans la structuration de l’économie allemande (avec quelques échappées sur la France)

Avant 1914

  • 15 Les ouvrages en langue allemande sont innombrables et souvent de bonne qualité, même si on continue (...)

13Depuis le milieu des années 1860, l’Allemagne constitue l’économie la plus dynamique du continent et, bien que n’étant qu’une parmi des structures financières variées, la Banque Universelle en formation à partir de 1870 surtout se trouve sans conteste la plus valorisée à l’intérieur comme par les étrangers15. Sous des formes adaptées, on la retrouve dans la plupart des pays en voie d’industrialisation en Europe, comme au Japon. Il ne s’agit pas à proprement parler d’un modèle, car en Europe continentale l’évolution est parallèle en Autriche-Hongrie avec, entre autres, le Creditanstalt du Vienne des Rothschild, et plus encore en Suisse alémanique, où la banque privée suit les mêmes voies vers la banque universelle et d’investissement à Bâle, Zurich, Winterthur, Zoug… Dans ce dernier pays, on retrouve une combinaison des mêmes ingrédients composés de l’ancienne banque privée remontant parfois au Moyen Âge dans ses traditions, ses contacts européens, une ouverture internationale et une dynamique industrielle accélérée après 1890.

14Dans le Reich wilhelminien, elle coexiste avec la vieille banque privée qui ne disparaît pas, mais dont elle est presque toujours issue et dont les familles se retrouvent dans les conseils. Ce qui permet une répartition des fonctions et des affaires au contraire de la banque de dépôt française.

  • 16 Encore que pendant longtemps l’exportation des soieries vers les États-Unis soit aux mains d’interm (...)
  • 17 Desjardins et alii [cf. note 12]. Il est caractéristique que cet ouvrage de référence ne comporte s (...)
  • 18 Hubert Bonin, Histoire de la Société Générale. Tome 1. 1864-1890, Paris, 2006.

15Lorsque l’on réalise un tableau comparatif des conseils originels des grandes banques en société anonyme allemandes et françaises, l’opposition des origines sociales, culturelles et professionnelles constitue un élément majeur de réflexion. Sauf en partie pour la Société Générale et pour un temps limité le Comptoir d’Escompte de Paris, la banque de dépôt française, installée à Paris, et dans un cadre financier plus restreint, à Lille, Lyon et Marseille (entre autres) est provinciale, catholique, active dans le négoce régional et pour l’international en appui limité aux activités traditionnelles exportatrices : soieries lyonnaises16, savonnerie et armement marseillais. L’étude sociale des fondateurs des grandes banques de dépôt fait ressortir la faible participation des banquiers privés à l’activité internationale. Pour le Crédit Lyonnais, les plus connus17 sont de modeste envergure et surtout ne se fondent pas dans le nouvel établissement dont la politique leur échappe. La situation est plus favorable en apparence avec la Société Générale, telle que la décrit Hubert Bonin18, mais là aussi la Haute Banque n’y est guère active et surtout la part des actionnaires fondateurs ayant leur activité bancaire propre à l’étranger est à la fois importante et de courte durée, en particulier les Anglais qui contrôlent au début 1/5 du capital-actions.

  • 19 Fohlin [cf. note 15]. Harold James, The Role of Banks in the Interwar Economy Cambridge, CUP, 1991  (...)
  • 20 La « location » de mercenaires allemands et les transferts de fonds y afférant en faveur des souver (...)

16Or ce n’est absolument pas le cas en Allemagne où la densité des banques actives dans tous les domaines est historiquement importante. Bien que le modèle évolutif Société Générale de Belgique – Crédit Mobilier n’ait pas été ignoré, le Crédit Mobilier des frères Pereire n’a pas pu ou eu le temps de participer effectivement au sein de la Darmstädter. Restée étroitement locale au sens de la Confédération germanique, au moins jusqu’à la formation de l’Allemagne du Nord bismarckienne, la banque privée germanique a, dès les années 1820, tressé des liens économiques et familiaux, souvent matrimoniaux, presque toujours durables jusqu’à l’avènement du nazisme – pour les retrouver après19 avec les maisons de banque de Londres et New York20. Situation d’autant plus naturelle que, tant à Londres qu’à New York et Philadelphie, les créations bancaires sont souvent le fait d’immigrés formés dans la banque et le négoce allemand ou sa projection précoce dans le Royaume-Uni, tels que Kuhn, Loeb & C°, Fisk, Goldman Sachs, Speyer, Woerischoffer. Si les Rothschild ont, pour une fois, raté le coche, rebutés par le fait que la législation américaine ne leur permette pas de contrôler juridiquement leur agent, ils ne se détournent pas, mais s’intègrent dans des ensembles complexes tel le Groupe minier et industriel Hochschild-Merton. Faute de projection sur l’Atlantique Nord-Est, c’est une relation pratiquement fermée à l’initiative parisienne. Certes, l’historien pourra citer les Lazard, mais au sein de cet ensemble familial tricéphale la relation est plus au négoce qu’à la banque internationale dont le siège parisien, créé tardivement, reste jusqu’au-delà de la Grande Guerre, une maison de négoce et de mouvements de fonds en liaison avec les sièges de New York et surtout San Francisco.

  • 21 Broder, Le rôle des intérêts étrangers… [cf. note 14], pp. 1471-1488, 1517-1535. Dans les territoir (...)

17De son côté, la Banque universelle, qui apparaît au cours des Gründerjahren, bénéficie de l’essor des industries germaniques à la mise en place desquelles elle participe précocement, d’autant plus qu’elle a rapidement tiré la leçon de l’échec de la Deutsche Bank de Brême dans sa tentative d’intégrer le marché des acceptations internationales sur lequel les Français ne se sont aventurés qu’avec une sage discrétion. Dès 1874-75, les crises successives dues à la surchauffe de l’industrie lui facilitent la prise de contrôle dans des conditions politiques et financières favorables de banques du second échelon, régionales, essentielles dans le contexte d’États aux finances nationales autonomes, et pour ces mêmes raisons en leur laissant presque toujours une autonomie tempérée. Cette structure ménage la force du sentiment particulariste, et aussi la fidélité d’un personnel très étroitement engagé dans la vie économique locale. Dans ce monde industriel en expansion, la participation des grandes banques si elle ne se limite pas aux grandes affaires de l’industrie lourde, de la mécanique et de l’électricité est moins présente dans la chimie organique. De même, comme en France elle laisse aux maisons de banque traditionnellement intellectuellement mieux équipées les secteurs fortement spéculatifs comme le grand négoce, les minerais non ferreux que domine le groupe de Francfort Metallgesellschaft de la famille Hochschild, dont les débuts et l’origine à Francfort sont contemporains des Rothschild21.

  • 22 Entreprise commune de AEG et Siemens
  • 23 Les articles de presse relatifs à ce dernier sujet insistent sur la filière industrielle (appareils (...)

18Au début du XXe siècle, son rôle est important dans la structuration et la cartellisation non seulement de la sidérurgie, les houillères, la mécanique, mais plus encore dans l’électricité (électrotechnique et service public), le téléphone autour de Siemens, la TSF avec Telefunken22 le cinéma dont il favorise la concentration dans les domaines industriels (photo et films, matériel de prise de vue et projection comme des studios de Berlin (UFA)23.

  • 24 Jacob Riesser, Die deutschen Grossbanken und ihre Konzentration im Zusammenhange mit der Entwicklun (...)
  • 25 Jusqu’aux années 1880, la France est le premier importateur mondial de maïs argentin. Ce trafic s’e (...)
  • 26 Ibid.

19Un aspect important qui explique le maintien du réseau de banques régionales et locales contrôlées et souvent financées concerne les classes moyennes ou Mittelstand directement, comme dans les relations entre ce dernier et la grande industrie. Il ne s’agit pas à priori d’une originalité allemande. En France, la banque régionale, comme Renaud de Nancy, Adam à Boulogne, Charpenay à Grenoble, participe d’une manière directe à la dynamique régionale. La différence essentielle réside dans le fait qu’en Allemagne, outre le réseau des banques coopératives, populaires (Raiffeisen, Landesbanken), les banques du second et troisième échelon peuvent compter sur l’appui et le financement des grands établissements24, ce qui est rarement le cas en France où la prise de contrôle par les établissements parisiens se traduit souvent par une transformation en succursales ou au mieux une perte quasi totale d’autonomie de décision et de siphonnage des dépôts en faveur du siège. De toutes les façons, la banque régionale française ne dispose ni des moyens financiers, ni du capital humain exigés par une projection extérieure. Elle ne participe qu’occasionnellement (Le Havre, Roubaix) aux échanges internationaux de matières premières et de denrées (céréales25, coton, laine, café, cacao), et subira la politique de rationalisation associant les grandes banques de dépôt, la Banque de France et l’Inspection des finances (qui alimente en dirigeants bureaucratiques les deux premières) dont l’effet premier sera une dévitalisation progressive de ses capacités à se projeter au loin. Dans un autre registre, la Banque universelle allemande accompagne l’essor des échanges et de l’investissement germanique à l’extérieur en créant, soit un établissement central en Allemagne contrôlant des filiales étrangères, soit des banques spécialisées (par zones géographiques ou par pays cibles). À partir des années 1890, elle met au point des techniques de collecte de capitaux internationaux et crée des institutions spécialisées situées hors du Reich destinées à financer et à gérer les filiales industrielles, tout en organisant et garantissant le flux des commandes au bénéfice de l’industrie allemande26.

20La réussite des grands consortiums industriels qu’elle a contribué à faire naître – en imposant les fusions et participant à la cartellisation qu’autorise la législation commerciale – a cependant ouvert la voie à un début d’inversion des rapports de force. En 1914, de grands groupes industriels disposent d’assez de moyens matériels et leur personnel dirigeant de connaissances des techniques financières, pour ne plus dépendre étroitement des banques. Au contraire, ces dernières tirent une part croissante de leur rémunération de la fonction banque commerciale des premiers. D’autant plus que, si les banques interviennent dans plusieurs entreprises du même secteur et participent conjointement aux conseils, les industriels tendent à ne pas dépendre d’un seul groupe financier, aussi proche soit-il.

Répartition du risque bancaire dans l’électrotechnique allemande en 1900

1. Groupes industriels électrotechniques et les banques présentes à leurs conseils

1. Groupes industriels électrotechniques et les banques présentes à leurs conseils

 

Siemens

11

AEG

8

Schuckert

8

UEG

6

Helios

9

Lahmeyer

8

2. Grandes Banques, Maisons de banque (*) et groupes électrotechniques où elles sont représentées

 

Deutsche Bank : 2 (Siemens-AEG)

Dresdner Bank : 2 (Siemens-UEG)

Delbruck : 2 (Siemens-AEG)*

Disconto : 2 (Siemens-UEG)

Berliner Handels : 2 (Siemens-AEG)

Bleichröder : 2 (Siemens-UEG) *

Darmstädter : 2 (Siemens-Lahmeyer)

 

Source : Riesser, Die Deutsche Grossbanken, Iena, 3e édit. 1912. p. 544.

  • 27 Jacques Marseille, Albert Broder, Félix Torres (éd.), Alcatel Alsthom. Histoire de la Compagnie Gén (...)
  • 28 Albert Broder, “La multinationalisation de l’industrie électrique française 1881-1931”, Annales ESC(...)

21Un agrégat comparable se retrouve en Suisse (en particulier dans le cas de Brown Boveri et des Holdings : Motor, Elektrobank) et aux États-Unis pour les groupes General Electric (Edison-Thomson Houston), Westinghouse et Allis-Chalmers. Tant au Royaume-Uni qu’en France, les banques autochtones sont peu impliquées. En France, la CFTH, filiale de la General Electric américaine, a pour actionnaire français une banque de second rang Seiligman et, moins visiblement, Rothschild. La Banque Suisse et Française (rebaptisée Crédit Commercial de France en 1917) participe au conseil de la CGE par l’intermédiaire de Brown Boveri depuis sa création, car le groupe industriel helvétique s’intéresse à l’entreprise parisienne en lui apportant des brevets27 et une aide financière indispensable jusqu’à la guerre. Notons également la présence de la banque allemande dans les sociétés liées à la CFTH au travers de l’écran des banques belges qu’elle contrôle28.

De la guerre à la crise, 1914-1929

La question allemande et le canal américain

22Le réseau international de collecte de capitaux et de gestion d’entreprises mis en place par la finance allemande au cours des vingt années précédant la guerre subit de plein fouet le contrecoup de la défaite.

23À l’intérieur des frontières de Weimar, les effets sont limités malgré les deux vagues inflationnistes de 1919-20 et 1922-23. La seconde touche plus brutalement les banques régionales encore indépendantes. Très liées aux entreprises moyennes du Mittelstand, elles subissent les contrecoups de leurs difficultés. Nombre de ces dernières éprouvent de graves difficultés à exporter en raison de la désorganisation des marchés et de l’incertitude monétaire, surtout en Europe centrale, leur premier et plus proche marché. Leur dépendance accrue envers le marché intérieur a des conséquences contradictoires sur le plan financier : dépréciation des actifs, valeur incertaine des créances et, pour les banques, anéantissement des gages, des garanties, des hypothèques. D’autre part, il faut prendre en compte la quasi-disparition de la dette publique (État, Länder, villes) largement décrite par les historiens et les publicistes jusqu’à nos jours, et celle des entreprises, dont l’analyse, est étrangement discrète. Il en résulte une accélération de la concentration au profit des grands groupes nationaux, seuls capables de refinancement extérieur ou parfois de la prise de contrôle par des capitaux nord-américains. Le poids des banques berlinoises s’accroît à mesure que les nouveaux Länder constitutionnels ont perdu une grande partie de l’autonomie financière et fiscale des États historiques. Cette concentration verticale renforce les grands établissements et leurs mandants de la banque privée, qui continuent une activité ciblée à la veille d’une stabilisation ouvrant la voie à six années de prospérité industrielle. Cette situation atténue la prudence des banquiers, en particulier de la Reichsbank et de son gouverneur Hjalmar Schacht, comme celle des grandes entreprises, et semble être pour partie responsable de l’inflation de leurs dettes extérieures et de son aboutissement : la crise bancaire de 1931 et la loi du 5 décembre 1934.

24C’est dans ce contexte que se situe le renforcement de l’autonomie des grandes entreprises industrielles par rapport aux banques. C’est un mouvement que certains historiens allemands font remonter à la dernière décennie du siècle antérieur. Au cours des années 1920, la prospérité et la puissance de production accrues par les regroupements consécutifs à la crise de 1900-1901 ont donné d’autant plus d’aisance aux sociétés des secteurs métallurgiques, mécaniques, électriques et chimiques que la cartellisation a été renforcée et que l’autofinancement demeure élevé. De leur côté, les profits que les banques tirent des opérations de gestion des trésoreries, du financement à court terme (souvent en devises) et surtout de l’accompagnement commercial à l’extérieur n’entraînent pas une réduction des participations pas plus que des crédits renouvelables. Au cours des années 1924-29, ce dernier aspect prendra tant d’importance que certains historiens allemands le considèrent comme la cause première des faiblesses menant à l’effondrement de 1931-33 et accusent le gouverneur de la Reichsbank de l’avoir sciemment facilité, accusation qui apparaît dès cette époque et oblige Schacht à s’en défendre.

  • 29 C’est ainsi que la General Electric interdit toute intervention en Pologne à la CFTH en 1920, car e (...)
  • 30 Albert Broder, “L’expansion internationale de l’Industrie allemande dans le dernier tiers du XIXe s (...)
  • 31 Albert Broder, “Le commerce des matériels électrotechniques. Comparaison France-Allemagne, 1880- 19 (...)

25Cette interdépendance et plus encore la question brûlante des crédits en devises renvoient à la négociation directe de crédits avec les banques étrangères, principalement celles de New York, en général bien disposée envers les Allemands du fait des affinités historiques financières et techniques29 remontant à plus de quarante années. L’engagement des entreprises américaines au sein de l’économie industrielle de l’Allemagne des années 1920 ne fait qu’accentuer une collaboration qui résistera au temps et à la politique. Comme nous l’avons indiqué dans une publication déjà ancienne30, le mouvement est amorcé dès les années 1880 tant dans l’industrie de la machine-outil que dans l’électrotechnique31, ce que quelques experts français ont reconnu, mais que les élites politiques et culturelles n’ont jamais intégré bien qu’il s’agisse d’un mouvement de longue durée très tôt visible. L’influence directe des universités allemandes (et la présence d’universitaires et de professeurs allemands) dans la structuration de l’enseignement supérieur américain date aussi du dernier quart du XIXe siècle, et le chaleureux accueil n’a pas attendu le totalitarisme nazi. Souvent les structures immobilières des universités américaines s’inspirent de l’Angleterre, mais le contenu des enseignements est quant à lui plus proche des Technische Hochschule que de Cambridge ou de la Sorbonne.

26Le mouvement s’accélère au cours des années 1920. Illustrant cette conjoncture, dès le printemps 1919, la compagnie transatlantique HAPAG, premier armateur mondial par le tonnage en 1913 s’associe à plusieurs compagnies maritimes américaines dans le but de protéger ses lignes des appétits franco-britanniques. Entre 1925 et 1929, la General Motors acquiert 80 % d’Opel et en 1929-1930 ITT prend le contrôle de la Standard Electric et de Lorenz

  • 32 La Standard Oil cède aux Allemands ses brevets sur le kérosène en exclusivité ; ce qui explique en (...)
  • 33 Encore qu’il s’agisse de dollars « Roosevelt ». Cependant les indices américains n’indiquent pas un (...)

27La participation de la Standard Oil dans l’I.G.Farben est plus complexe et surtout plus porteuse d’inquiétudes internationales32. Dans un secteur moins controversé, l’intérêt des Américains pour le premier marché de consommation européen se confirme avec les investissements de Coca Cola et Woolworth. En 1929, ce sont 217 millions de dollars qui sont investis directement en Allemagne, montant qui ne subira pas de réduction avec la crise puisque la dernière estimation fiable réalisée en 1936 s’élève à 228 millions de dollars33.

Principaux investissements industriels des États-Unis en Allemagne décidés avant 1914

Montant total………… 190 Millions de dollars (cours de 1913)

 

Principales opérations

Début de l’investissement

Mise en marche de l’entreprise

Worthington (mécanique)

1892

1907

International Harvester (mat. agricole)

1900

1909

Quakers Oats (industrie alimentaire)

1908

1909

Otis (ascenseurs)

191

1913

Corn Products (Deutsche Maïzena)

?

1914

Singer (machines à coudre)

1895

1916

NCR (caisses enregistreuses)

1896

1922

Source : Heinz Hartmann, Amerikanische Firmen in Deutschland, Köln, 1963. Robert W Dunn, American Foreign Investments, N.Y. 1926 cité par Hartmann

  • 34 Voir supra. notes 25 à 29.

28Une caractéristique nouvelle apparue au cours des années 1920 concerne l’emprunt direct des entreprises sur le marché américain et, dans une moindre mesure, européen. Jusque-là, la démarche, pour l’industrie allemande s’effectuait d’une manière quasi exclusive au moyen d’émissions obligataires placées par des réseaux bancaires filiales des banques allemandes, soit via des holdings à l’étranger (Belgique, Suisse en particulier comme pour l’électricité34), très rarement par des syndicats bancaires annonçant la couleur. Il s’agit pour l’après-première guerre, de démarches de très grandes entreprises auprès de partenaires américains avec lesquels les relations sont à la fois solides et anciennes comme dans la machine – outil, les hydrocarbures et surtout l’électrotechnique avec Siemens et Westinghouse ou General Electric et AEG (Broder, loc. cit). Partage de marchés, échanges de brevets sont de règle entre ces quatre entreprises. Plus encore la G.E., dont les brevets par la Deutsche Edison sont à l’origine d’AEG, est un actionnaire régulière du groupe berlinois et participe en associé à de nombreuses entreprises dans des pays tiers.

  • 35 La SSIE ou Société Suisse pour l’Industrie Électrique, est une banque-holding de Zurich connue sous (...)
  • 36 Voir notre étude sur le cartel Phoebus, Relations Internationales, 41, automne 1985 ; Voir aussi Al (...)
  • 37 Si les autres membres du cartel (en particulier Osram-Siemens-AEG), Sylvania (G.E.) et Philips se v (...)

29Signe à la fois de l’indépendance financière des groupes et de l’effacement relatif du rôle des grandes banques, les emprunts se situent dans le climat d’euphorie politique et financière qui entoure l’emprunt Dawes. On remarquera que, sauf dans le cas de Morgan et de Dillon Read, la plupart des placeurs concernés sont soit les correspondants traditionnels de la banque privée allemande d’avant-guerre, soit de véritables filiales dans le cas des banques allemandes installées aux Pays-Bas. L’importance des emprunts, toujours assortis d’une garantie or, et leur courte durée, constituent, nous l’avons indiqué, une nouveauté. Autant que le glissement du marché sur New York, l’innovation par rapport au passé en souligne la fragilité spéculative. Le comportement satisfaisant des bourses allemandes après la stabilisation du mark incite à ne pas voir dans cette expatriation des émissions le reflet de difficultés sur le marché germanique, mais une nouvelle forme de collecte extérieure remplaçant celle qui, auparavant, associa les grandes entreprises et les banques nationales. Ceci est particulièrement net dans l’électrotechnique où Siemens a fait son deuil de la SSIE bâloise et AEG de la Banque pour l’Entreprise Électrique de Zurich35. Pour AEG, la General Electric sert d’intermédiaire et de garant aux emprunts tout en accroissant sa participation au capital du constructeur berlinois. Ce qui facilite la mise en place du cartel de l’éclairage (la société Phoebus de Genève36), dont le marché a été déstabilisé au lendemain de la guerre par le renforcement de Philips et le partage de l’empire des Habsbourg, mettant en porte à faux l’importante industrie hongroise (Tungsram). Participant au consortium allemand Osram (AEG-Siemens), La General Electric après avoir imposé à la CGE un échange de participations lui permettant de fusionner sous son contrôle la branche éclairage du groupe français avec sa filiale sous la raison sociale de Compagnie des Lampes l’intègre dans Phoebus dans des conditions désastreuses à l’origine de graves conséquences pour tout l’avenir de la filière en France, sans que les autorités politiques et une partie de l’état-major des armées ne s’en inquiètent37.

30S’ils sont moins durables en raison de la rupture politique entre les démocraties et l’Allemagne dès 1933, les effets les plus subtils portent sur la modification des relations financières internationales et de l’incertitude planant sur les actifs allemands à l’étranger jusqu’au plan Young. À la veille du conflit, les grandes banques ont, seules (Deutsche Bank) ou en syndicat, mis au point un double système d’accompagnement de l’expansion industrielle à l’étranger : des banques commerciales spécialisées par zone ou par pays (Deutsche Überseeische Bank, Deutsche Asiatische, Brazilian Bank für Deutschland) et des sociétés de financement-contrôle installées sur des places financières “neutres” d’envergure cosmopolite : les deux places principales de la Suisse alémanique, Zurich et Bâle, et plus encore Bruxelles, car la Suisse freine autant que possible l’entrisme de la banque et de l’industrie allemande dans ses propres entreprises, alors que la Belgique est très accueillante. Cette politique marquée par la continuité associe les émissions internationales, les créations d’entreprises et prises de participations, gestion des actifs et contrôle des investissements. Si ce système, répond aux nécessités de différents secteurs comme le matériel ferroviaire, la chimie et la mécanique, il est particulièrement bien adapté à l’électrotechnique et se révèle en phase avec la stabilité monétaire internationale d’avant 1914.

  • 38 Établie à Zurich, elle finance les exportations allemandes de matériel ferroviaire, en particulier (...)
  • 39 Voir sur la question suisse l’importante thèse de Gérard Pâquier, Histoire de l’électricité en Suis (...)

31En 1919, les fluctuations du change, totalement imprévisibles cinq années auparavant, ont été fatales à plusieurs de ces structures, d’autant plus que les actionnaires majoritaires allemands ne sont pas en état de compenser les pertes résultant d’absence de rentrées ou a des recettes en monnaies avariées face à des obligations-or libellées en sterling et francs. Certaines seront dissoutes avec un simple amortissement comptable, comme la SSIE de Bâle filiale de Siemens ou la Banque Suisse pour les Chemins de fer38, d’autres comme l’Elektro Bank ou les intérêts helvétiques sont plus importants, sont réorganisées par le partenaire helvétique39, la Société de Banque Suisse qui élimine les associés allemands au moyen d’une réduction – augmentation du capital, le traditionnel « coup d’accordéon » si redouté des actionnaires-épargnants.

  • 40 Nous entendons par là le Royaume-Uni et surtout les États-Unis. Les deux plus actifs sont la Belgiq (...)
  • 41 La volonté de masquer la réalité apparaît dans un fait significatif. Dans la première édition de L’ (...)
  • 42 Transférée juridiquement à Madrid, la Chade s’installe à Buenos Aires quand éclate la guerre d’Espa (...)
  • 43 Konrad Adenauer, Mémoires [4 tomes : 1945-1953 ; 1953-1956 ; 1956-1963], Paris, Hachette, 1965- 196 (...)
  • 44 La synthèse indépassée de celui qui fut un des avocats du gouvernement espagnol au second procès : (...)
  • 45 Au cours des années 1950, l’homme politique français René Mayer est vice-président de la Sofina. No (...)

32Lorsque les contraintes financières peuvent être contournées ou n’ont pas la même urgence, la mise en place de cribles juridiques permet le maintien des structures de contrôle financier par les groupes germaniques tout en empêchant les vainqueurs, dont certains ne sont pas désireux d’appliquer avec rigueur les conventions du Traité de Versailles40. Action d’autant plus aisée à réaliser que ni Washington ni Londres ne soutiennent la France dans ses velléités d’intervention. C’est le cas de la SOFINA de Bruxelles, qui gère les actifs conjoints de l’AEG, de la Deutsche Bank et de la General Electric (associée à sa filiale française) ; actifs situés en Europe et en Amérique latine. Dans ce cas concret, la dette a été émise par les entreprises industrielles et les services publics contrôlés. Libellée en sterling et en francs (français et suisses), la clause or ne peut être abandonnée. La défaillance du service concerne les sociétés exploitantes au nom desquelles les emprunts ont été émis et qui se trouvent confrontées à la procédure classique du concordat. La société de contrôle est ainsi protégée, car elle n’a aucune responsabilité financière directe et n’a accordé aucune garantie ; et par conséquent ses actionnaires sont hors d’atteinte des poursuites. La menace vient du traité de Versailles qui permet aux alliés de « détenir, liquider toute propriété, droit, intérêts à l’intérieur de leurs territoires… appartenant à des sujets allemands ou des compagnies dirigées par eux » ; ce qui est le cas de la Sofina et de la D.U.E.G.dont le siège est à Bruxelles. C’est un des aspects du risque de « mainmise » étrangère dénoncé par Keynes dans se diatribe contre « les gros sabots de la France ». La solution trouvée est complexe. Ne sauvant que partiellement les intérêts allemands, elle renforce par contre le rôle de la G.E. en la personne d’Owen Young dont on ne saurait sous-estimer le rôle lors de la Conférence de Versailles. On retrouve aussi la Société de Banque Suisse qui en écartant ses associés allemands AEG et Deutsche Bank, du contrôle de l’Elektro Bank a installé un filtre efficace. Dès 1920 la D.U.E.G.se transforme en CHADE, structure installée à Bruxelles, mais dépendant en apparence d’un syndicat bancaire espagnol41 mis en place par échange des titres DUEG contre ceux de la nouvelle entité (actions A). Le siège juridique est à Madrid, les banquiers espagnols recevant pour leur entregent des actions nouvelles a droit restreint dites B. Dans cette nouvelle société de droit espagnol, les banques allemandes n’apparaissent plus. Dès la clôture de l’échange contre les titres A, la majorité absolue des actions CHADE sont remises à la Sofina de Bruxelles42. Laquelle, dès sa création en 1912, est dirigée par l’homme de confiance de l’AEG et de la General Electric, Dannie Heinemann détenteur de la double nationalité allemande et américaine et dont le frère est administrateur de la Deutsche Bank. Très lié à Konrad Adenauer dès avant 1914 et au-delà de la Seconde Guerre mondiale43, Heinemann, installé à Bruxelles dès 1912 et de retour en 1945 demeure le garant sourcilleux et surtout redoutablement efficace des intérêts germano-américains au sein de la Sofina et donc à la limitation des tentatives (modestes) de la France au cours des années 1920. Après 1945 si la Belgique entame à la Cour de La Haye un procès concernant une des principales filiales de la Sofina : la « Barcelona Traction »44 la France officielle reste étrangère à l’affaire45.

Les modifications dans le comportement des banques allemandes.

33Le cas de la Sofina illustre la novation juridique que constitue dans les rapports internationaux l’abandon de l’inviolabilité de la propriété ennemie Plus encore que la modification des rapports de force entre la grande industrie et la banque, l’inquiétude que ressentent les dirigeants de cette dernière quant au risque de mainmise des vainqueurs sur les actifs extérieurs renforce deux orientations apparues avec les tensions internationales du début du siècle : la multiplication des filiales autonomes dans les pays neutres et la dilution juridique du contrôle industriel par la multiplication des sociétés-écran à statut local, mais dont la majorité du capital reste germanique via une cascade des dites sociétés. Ce qu’illustre (sans constituer un cas rare) la structure de la Sofina telle qu’elle ressort en 1928 à la suite des multiples remaniements du capital destinés à masquer tant le contrôle allemand que l’influence de la General Electric ; dans ce dernier cas pour protéger le groupe américain les déboires juridiques de la loi Sherman antitrust que lui ont valu ses interventions dans l’électricité en Amérique latine.

  • 46 Dans l’opération espagnole, l’homme clé est le politique catalan Francisco Cambó à la tête du Banco (...)

34Dans ce schéma, que ses concepteurs espèrent définitif, en raison de l’atténuation des risques grâce au plan Young, dont c’était une finalité importante, les banques allemandes se partagent 25 500 actions, auxquelles s’ajoutent les 4500 du holding Gesfuerel, soit au total une détention officielle de 15 % du capital. Cependant si nous y joignons les actions détenues par des banques dépendantes situées dans d’autres pays d’Europe soit 43 300 titres, les actions officiellement au portefeuille des banques espagnoles et des holdings comme la Chade, au total 13 000, dont l’essentiel constitue une vente avec promesse de revente, on atteint 43.15 % du capital46.

35Compte tenu des liens déjà indiqués, on ne peut considérer comme indépendants et moins encore hostiles les 18 % détenus par la G.E. et les banques de New York. Dès lors la part des actionnaires de 1913, France exclue, s’élève à 61.15 %. On se trouve donc dans une situation où les intérêts financiers et industriels allemands sont préservés, et passeront sans risque et sans encombre la Seconde Guerre mondiale. À terme, cependant, la situation est moins sûre pour les fondateurs et associés allemands. Alors qu’en 1914 les intérêts électriques allemands étaient le plus souvent liés financièrement à deux établissements majeurs, la Sofina en compte 9 dont on pouvait penser que l’unité d’action n’est rien moins qu’assurée.

Les filiales autonomes à l’extérieur

36Il s’agit en quelque sorte sinon d’une innovation, a tout le moins d’un changement d’échelle qu’il ne faut pas assimiler aux banques allemandes spécialisées dans les marchés extérieurs et juridiquement de droit allemand. Sans les confondre avec les établissements de Crédit sous contrôle allemand (Banque Internationale de Bruxelles.), on les rencontre à Anvers (Albert de Bary) et Amsterdam (la vieille maison d’origine judéo-portugaise Teixeira de Mattos). Cependant l’essentiel des avoirs bancaires allemands à l’étranger se trouvent en 1914 concentrés à Londres avec loin derrière Anvers, Bruxelles et Paris. Sur la première place, les filiales des grandes banques sont mises sous séquestres puis liquidées en vertu du Trading with the Enemy Act. La perte s’élève à 3 milliards de marks or. À quoi s’ajoute l’interdiction de réaliser des opérations pendant les 5 ans qui suivent le conflit tant sur les places britanniques que françaises et belges. D’où, dès lors que la guerre s’installe dans la durée, l’intérêt se porte sur une place secondaire et en apparence endormie : Amsterdam, qui bénéficie de la neutralité comme les centres suisses, avec l’avantage tout en ayant une frontière commune avec l’Allemagne d’être ouverte sur des mers théoriquement libres. Enfin, même si le marché des changes y est languissant, le florin demeure une monnaie or.

37Dès 1915, et plus encore 1916, les banques allemandes ont largement fait usage de ces caractéristiques, avec la participation de correspondants américains soit avant 1917, soit dès qu’en 1919 la question du financement du commerce extérieur allemand devient sensible. En 1923, un tableau fort intéressant peut être dressé.

Importance des bilans des grands groupes dans la structure financière allemande, en % Bundesbank et banques hypothécaires exclues

Groupe Bancaire

Part du total des bilans en % :

1913

1929

Grossbanken

15,5

26,2

Banques Régionales

20,4

9,0

Banques Privées

7,8

7,2

Total de la banque privée

43,7 %

42,4 %

Banque spécialisée (des entreprises, des Konzerns)

1,8

6,2

Banque publique (Staat u.Landesbanken, Girozentrales, etc.)

6,2

16,8

Caisses d’Épargne

38,6

24,

Source : 120 Jahren Dresdner Bank, Francfort, 1972, p. 98

Intérêts bancaires allemands à Amsterdam (situation de 1923)

Intérêts bancaires allemands à Amsterdam (situation de 1923)

Source : Theodor Metz, Die Niederlande und ihre Kredite an das Ausland, Frankfurt a.M., 1928 p. 99 Avec compléments Broder

  • 47 Notes envoyées à l’Auswärtigte Amt (AA), 18 janvier 1921 et 26 mai 1922, pp. 11 et 29, Z. Sta I/Ha. (...)

38Ces établissements financiers sont complétés par des sociétés fiduciaires (Treuhand) créées soit directement par les industriels allemands, soit par les filiales bancaires et actives avant même l’armistice, aux fins de faciliter les exportations tout en échappant au contrôle des alliés. Selon une note du consul allemand à Amsterdam leur nombre dépasse la centaine. En 1924 les crédits ouverts par la filiale bancaire de Thyssen s’élèvent à 85 millions de Mark-or (105 millions de Fr or)47. Il n’y a pas lieu ici de suivre les opérations de ces institutions. On remarquera cependant leur rôle dans la reprise des exportations allemandes via les Pays-Bas et l’omniprésence du groupe Thyssen avec la mise en place de holdings établis sur le modèle de la Sofina, telle la Tredefina. La réorientation temporaire des exportations allemandes vers l’Amérique latine via les Pays-Bas s’effectue ici au service des métallurgistes (Thyssen, Gutehoffnungshütte), avec l’appui d’intermédiaires locaux importants, la Banque Westerman d’Amsterdam et A.G. Kroller, qualifié alors de Stinnes hollandais. Suivant un catalogage souvent présenté dans la littérature allemande et nord-américaine, on indiquera à titre de comparaison avec la France qu’à la veille de la défaite de 1945 la Grossbank et en particulier la Darmstädter-National, la Deutsche Bank détiennent selon la Dresdner Bank, entre autres sources, soit la majorité soit une minorité de contrôle, du capital de konzern dont elles ont accéléré la concentration au cours de la première moitié des années 1920 : AEG, Siemens, Daimler-Benz, Vereinigte Stahlwerke, Zeiss, Süddeutsche Zucker, Man, Deutsche Schiff- und Maschinenbau (chantiers navals), UFA (cinéma), I.G Farben (chimie, organisée en 1925).

39Cette évolution explique la montée en force de la place d’Amsterdam et sa prospérité. Centre de règlement financier des exportations industrielles allemandes, on y constate la mise en place d’un marché des acceptations avec la création de trois banques spécialisées sous la direction de Mannheimer, Jacob Goldschmidt (directeur de la Danat) et C.J. Van Aalst. Au lendemain de la crise qui touche les opérations orientales, qui relèvent des problèmes financiers du temps, tant en Allemagne que dans les nouveaux états particulièrement instables (1924-26), la prospérité est évidente entre 1926 et 1929, et permet de comprendre la place de la Hollande dans le financement extérieur de l’économie de Weimar. Entre mars 1928 et mars 1931, les crédits bancaires à court terme à l’économie allemande et juridiquement néerlandais passent d’une moyenne annuelle de 130 millions de florins (1926) à plus de 700 millions par an grâce à l’essor de l’escompte des acceptations.

Détention de la Dette extérieure de l’Allemagne en 1931 en % du total

 

CT

LT

 

CT

LT

 

CT

États-Unis

37.1

55.2

Suisse

13.7 %

 

Divers

10.8 %

Royaume-Uni

20.4…

11.5

Pays-Bas

18.0 %

12.3

 

 

Source : BRI, Rapport des Experts sur la crise économique allemande (édition en allemand) Frankfurt a. M. 1931 annexes V et VI

État des sommes empruntées par l’Allemagne par pays 1924-27 (millions de R.M.)

  • 48 Hors emprunt Dawes.

Pays

192448

1925

1926

1927

USA

42

923.0

1107.9

885

Pays-Bas

126.4

186.3

240.8

Royaume-Uni

122.2

140.8

152.8

Suisse

67.9

66.2

51.5

Suède

10.3

43.4

51.5

Autres

31.3

2.3

Source : Metz, op.cit., p. 88

40Le transfert de fonction des banques allemandes se traduit tout autant par la forte activité des filiales et associés néerlandais. De loin la plus importante et liée tant à la Reichsbank qu’à la Deutsche Bank, l’établissement Mendelssohn d’Amsterdam participe, entre 1925 et 1930, à 37 émissions d’emprunts allemands dont 34 en tant que tête de syndicat. La taille modeste de l’entreprise face aux établissements locaux comme la Niederländische Bank étant compensée par la réputation internationale et les associés américains de la maison Mendelssohn.

41Cette relation explique la tentative allemande de proposer Amsterdam comme siège de la future B.R.I. Solution inacceptable pour la France et qui fait long feu. D’autant plus que les ruptures qui se sont produites dans le rythme de la croissance allemande en février 1930 sont inquiétantes. Informés des tensions et premières faillites industrielles enregistrées à New York, les banquiers néerlandais deviennent réticents et limitent les actions communes avec les établissements dépendants de leur réseau international ; lequel composé de 22 banques n’arrive pas à placer 40 % de la première tranche de 73 millions de dollars et sur ces 30, Amsterdam n’en absorbe que 10. Au cours du printemps 1931 la situation des banques allemandes et l’interdiction de sortie de devises entraînent le protêt de 40 % des acceptations escomptées à Amsterdam par les Allemands

42L’emprunt Young, qui cote encore à la Bourse d’Amsterdam 90 %, le 14 juin 1931, se retrouve à 65 3/4 fin novembre. En 18 mois, le bilan des banques locales sous contrôle allemand se réduit des 2/3 et, fin 1932, le montant des escomptes revient au nominal au niveau de 1914.

Emprunts industriels allemands aux Pays-Bas (hors banque) en millions d’unités indiquées

 

1925

1926

1927

Krupp

1$

3.6 $

rm 15.0

Siemens

$ 1.5

 

 

Lahmeyer Electric. A.G.

Fs. 6.0

 

 

Osram

$ 2.0

 

 

Robert Bosch

 

1.5 $

 

Carl Zeiss

 

fl. 3.5

 

Continental Gummi

 

rm 5.0

 

Deutsche Kali

 

0.5 £

 

Ilselder Hütte

 

1.0 $

5.75 $

Vereignigte Stahlwerke

 

rm 12.5

 

Mitteldeutsche Stahl

 

 

rm 5.0

Gewertchaft Karl Alexander

 

 

fl. 6.875

  ""    ""  Karolusmagnus

 

 

fl 7.0

$ : dollars des USA, Fs Franc Suisse, £ livre britannique, Fl florin néerlandais

  • 49 La plus grande partie de la documentation utilisée dans cet article concernant Amsterdam après 1914 (...)

Source : Houvink Ten Cate (1989) et Christoph Kreutzmüller (2005)49

Transformation et adaptation des méthodes dans les relations extérieures de la banque allemande

43L’évolution des banques allemandes au cours des années 1919-1931 révèle des caractères intéressants :

44– La confirmation explicite du déclin de la place des banques universelles dans la stratégie des grandes affaires industrielles. L’évolution du financement des affaires électriques, l’autonomie de la politique de financement extérieur de la part de grandes entreprises aussi variées que la manufacture de pneumatiques Continental ou la chaîne de grands magasins Karstadt s’inscrit nettement dans les accords privés aux États-Unis comme aux Pays-Bas souvent négligés par les historiens français. Le premier point, la révision à la baisse du rôle de la banque universelle dans le financement des grands groupes, est sans conteste un facteur, combiné à une réaction idéologique face au poids aujourd’hui démesuré de la finance, qui explique la tendance des historiens actuels à en restreindre le rôle de deus ex machina. Il n’en demeure pas moins que la nature des relations avec les États-Unis, dans le domaine de la chimie et de l’électrotechnique, ne semble pas avoir été affectée par la crise ni même par l’avènement du nazisme. Ce que confirme la rapidité du rétablissement des relations traditionnelles entre intérêts américains et allemands dès 1947.

  • 50 La situation est telle au début des années 1920 que l’ambassadeur de France à Rio de Janeiro, devan (...)

45Il est certain que l’action des banques allemandes à l’étranger au cours des années 1920 n’apporte guère de novation, mais constitue une adaptation réussie au nouvel environnement politique et surtout économique international. Dans la mesure où leur rôle direct auprès des grandes entreprises tend à s’atténuer, elles renforcent leur action de banque générale en mettant en place des sociétés d’investissement destinées à opérer les placements des titres d’entreprises allemandes industrielles, tout comme elles essaient, avec l’aide d’organismes financiers locaux, de participer au renouvellement du marché des acceptations. Sur ce dernier sujet trois aspects importent pour l’analyste : il s’agit de toute évidence de consolider l’effort de reconquête des marchés extérieurs, d’établir des liens avec les banques américaines par la mise en place tant à New York qu’à Amsterdam d’institutions spécialisées mixtes, enfin de tenter de privilégier le renforcement de liens très brièvement distendus avec les merchant bankers britanniques. Sur ce marché, les banques françaises participent pour des volumes limités, car, outre l’insuffisante densité de leurs connexions internationales, la nature et la faible dynamique du commerce international français, un personnel à la fois peu nombreux et mal formé50 contingentent le nombre d’opérations importantes et la nature du papier négociable, provoquant des déséquilibres entre les coûts d’intermédiation des agences et filiales extérieures et les profits attendus.

Principaux emprunts extérieurs industriels directs allemands 1- Aux États-Unis 1923-29

Emprunts des entreprises industrielles stricto sensu (services publics exclus y compris électricité)

Emprunteur allemand

Montant nominal cumulé ($ US millions)

Durée

 

Mansfeld (mines métalliques)

3

15 ans

F.Krupp

10

5

A.Thyssen

17 (dont 5 convertibles)

5

Vereinigte Stahlwerke

30

25

Gutehoffnungshütte

10

20

 

Ilseder Hütte

7.5

20

AEG(par la GE)

20 (2*10)

20 et 15

Siemens

34 (5,5, 24)

30

Vereinigte Industrie

6

15

 

HAPAG(Hamburg America Line)

6.5

15

Banque Centrale. Agricole

25

25

R.Karstadt (Magasins)

3

5

L.Tietz (Négoce)

3

20

Source : Robert A. Kuczynski, American Loans to Germany, New York, MacMillan, 1927.

Principaux emprunts extérieurs industriels directs allemands autres pays 1923-29

Emprunteur

montant en millions $ US

durée

Banque et pays

F Krupp

1

5

Pierson Pays-Bas

AEG via GE US

1

20

Mendelssohn Pays Bas

""

0.31

20

divers Suisse, Suède, GB

Siemens

5.5

10

Mendelssohn, Pays-Bas

""

1.575

25

Suisse divers

""

1

25

Canada divers

Banque Centrale Agricole

3.5

25

AmsterdamscheBank PB

""

1.46

25

Royaume-Uni

Gutehoffnungshütte

1

20

Mendelssohn Pays Bas

Osram (lampes Siemens-AEG)

3

25

AmsterdamscheBank PB

""

2

25

Enskilda Bank, Suède et Suisse.

Kali Syndicat

8.5

15

Schroder, Royaume-Uni

""

1.7

15

Crédit Suisse CH

""

1.5

15

Hope Pays-Bas

""

0.3

15

Enskilda Bank, Suède.

Ilseder Hütte

1.5

20

Enskilda et Amsterdamsche

K.Zeiss

F1*. 3.5

20

Nederlandsche Handels PB Bas

R.Bosch

2

15

Amsterdamsche

""

1.5

15

Suisse (?)

Verreries de Gerresheim

0.5+f1*. 0.75

5

English Hollandsche Bank PB
Fl florins néerlandais (or)

Liste incomplète et totaux cumulés. Sources diverses citées dans les précédents tableaux et en particulier note 49 pour la banque hollandaise.

Création d’institutions financières à participation germanique hors d’Allemagne 1920- 1931

  • 51 Il ne s’agit que de l’associé juridique et non des banquiers ou établissements actionnaires dudit a (...)

Associé nominal local51

Principal (aux) associé(s) allemand(s)

1 – États-Unis

American & Continental International Acceptance C°

Warburg, Levy, Sal. Oppenheim

German Credit & Investment

Disconto, Mendelssohn

International Mortgage & Equitable Trust

Hardy

European Shares

Warburg, Danat, Mendelssohn.

Commercial Investment Trust

Berliner Handels, Dreyfus

N.Y. & Foreign Investing C°, Bank of the Manhattan C°.

Speyr Ellisen,

First Federal Foreign Investment TrustLisman & C° NY

Geb. Lisman

Sun Investing C°, Dreyfus

Dreyfus + cap. Français

 

2 – Royaume-Uni (incomplet)

Industrial Finance & investment

Warburg, Deutsche Bk, ..

Mid European C°

Behrens & söhne

 

3-Pays-Bas

NV Nederland’sche Credit

 

Nederland’sche Handels Bank

Mendelssohn, Warburg

Société de Financement Entreprise Électrique

Teixeira de Mattos (Speyer), Dresdner, Danat

Compagnie Centrale des Prêts Fonciers

Capitaux hollandais, suisses, anglais

 

Warburg, Danat, Dresdner

 

4-Suisse

Internationale Boden Kredit (Bâle) 1931

associé à la Centrale Prêts Fonciers

 

P.B Warburg

Internationale Kredit u. Effekten (Zurich)

non vérifié Lisman (Francfort)

Internationale de placements (Bâle 1930)

" " Hugo Oppenheim

Gesell. F. Hypotheken-Bankwerte (Zürich 1931)

Dresdner Bank, Deutsche Union Bk.

 

5-Luxembourg

Union Internationale de Placements

75 % du cap. Français (Paribas,

Warburg, Oesterr.Creditanstalt,

Rothschild)

International Manhattan C°

 

  • 52 Harold James, The Deutsche Bank and the Nazi Economic War Against the Jews, Cambridge, CUP, 2001 ; (...)

46À partir de 1933, la dégradation de la situation internationale des banques allemandes ne peut être uniquement attribuée à la crise étant donné l’évolution de la situation intérieure du pays. Des tableaux concernant les filiales et sociétés associées, tant aux Pays-Bas qu’aux États-Unis, il ressort qu’un nombre élevé des établissements allemands impliqués dans les créations des trois pays extérieurs font partie de la Haute Banque juive, laquelle a participé à la fondation des grandes banques universelles allemandes comme la Dresdner, la Berliner Handelsgesellschaft, la Disconto und National Bank et la plus ancienne : la A. Schaaffhausen’scher. Toutes ont des dirigeants décideurs et des cadres supérieurs membres de cette confession52. La mise sous tutelle par l’État et la reprivatisation de certaines banques se sont réalisées dans les conditions qui facilitèrent l’élimination des Israélites. Mais même dans le cas des établissements restés indépendants comme la Deutsche Bank, il était impossible de résister à la volonté du pouvoir. Les ouvrages publiés depuis 1945 par les banques allemandes retracent cet événement de manière très allusive. Mais dans ce contexte, comme l’indique la dissolution de Mendelssohn N.V. et le suicide de Mannheimer, les établissements d’Amsterdam et de New York ne pouvaient poursuivre leurs relations aussi ouvertement et avec autant d’ampleur, bien que, pas plus à New York qu’à Londres et Paris les autorités n’aient eu aucune intention d’intervenir.

47Plus que la crise, c’est la politique intérieure des Nationaux-Socialistes après leur conquête du pouvoir qui crée la rupture. La disparition d’une des composantes majeures et des plus créatives de la finance allemande, soit par l’émigration, comme pour les Warburg, soit par l’incarcération, voire l’assassinat organisé, ont paralysé, mais non détruit un réseau qui a permis la mise en place, au cours des années 1920, de structures cohérentes avec le nouveau rapport de forces économique entre les États-Unis et l’Europe de l’Ouest. Celles-ci au long des vicissitudes économiques et politiques – mais celles-ci pèsent-elles vraiment ? – ont fait la preuve de leur efficacité dans le maintien des relations d’intérêts entre les besoins renouvelés de l’économie et du commerce allemands, d’une part, et la capacité capitaliste des grandes places de l’univers financier à l’Ouest du continent, d’autre part. Après 1945, les liens industriels anciens se sont incontestablement et rapidement reconstitués. Il n’en fut pas de même pour la banque en raison de la disparition de la majeure partie de l’interface constituée par la Haute Banque privée de Berlin, Cologne, Francfort et Hambourg, de la relativement lente réorganisation des structures bancaires en RFA jusqu’en 1948 et la création du Deutsche Mark. En outre, les nouvelles relations et les rapports de force au sein du FMI, la force acquise et la révolution technique opérés par les banques américaines désormais assurées de leurs moyens et de leur puissance, ne sont guère comparables à l’adaptation, au cours des années 1920 d’un système financier allemand peu touché dans ses structures par la guerre, la défaite et la politique.

La France entre stabilité et changement

La question du rôle de la banque dans l’industrie

48La faiblesse internationale de la banque française avant 1914 comporte plusieurs problèmes abondamment débattus dès les années 1860 :

  • 53 Denise Monteiro Takeya, Europa, França e Ceara, Sao Paulo, 1995. La thèse a été soutenue en 1992 so (...)
  • 54 Les tableaux annuels du commerce de la France illustrent cette évolution. Voir aussi les thèses de (...)

49Le plus commun, et sans conteste le plus sujet à controverse, découle de la nature et de l’évolution de son commerce extérieur, lequel, comme au début du XXIe siècle, reste pour une trop grande part contracté sur l’espace européen et colonial. Cela étant, il se révèle trop rigide, peu innovateur dans les techniques de vente et souvent malhabile à réagir rapidement et à s’adapter à la concurrence dès que celle-ci apparaît, même pour des produits de la mode française comme l’indique la thèse de Denise Monteiro sur Boris Frères au Brésil53. La situation favorable au XVIIIe siècle et surtout entre 1820 et 1866 se dégrade avec la crise, le protectionnisme américain et surtout la faiblesse des industries techniques et scientifiques modernes, qui écarte progressivement la France des marchés d’équipement tant en Europe que dans les pays émergents54.

50En partie faute d’emplois disponibles et bien rémunérés, le personnel qualifié préparé et disposé à s’installer à l’étranger s’avère durablement insuffisant, tant du point de vue quantitatif que qualitatif. Les exemples britanniques, italiens et allemands n’ont pas leur équivalent en France. D’autant plus que s’y greffent les effets durables de l’absence d’un vivier provenant de l’émigration comme c’est le cas pour les concurrents nord-américains dans le Sud.

  • 55 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II. Tome II, Pari (...)
  • 56 Marcel Vigne, La banque à Lyon du XVe au XVIIIe siècle, Paris, 1903 ; Richard Gascon, Grand commerc (...)

51Quelles qu’en soient les causes originelles, dont on peut saisir des aspects dans les études de Fernand Braudel portant sur les XVIe-XVIIIe siècles, pas plus que l’Espagne moderne la France n’a de tradition bancaire propre. Il ne faut certes pas se lancer dans une explication culturelle, car les inventeurs de la banque moderne : les Italiens de Florence, Gênes, Pise, Venise et autres lieux ont les mêmes bases culturelles et les mêmes interdits. Tout interdit est fait pour être contourné par des innovations originales, mais dans le cas de la France les exigences qui agirent sur le contournement des interdits furent historiquement insuffisantes. Avec Braudel et Carande55, on saisit l’importance des Génois aussi bien dans l’Espagne de Philippe II que dans la France de François Ier. Lyon doit sa dynamique financière aux Génois qui s’y sont installés56 et décline pour de nombreuses raisons, dont la politique royale et l’émigration vers Genève.

  • 57 Herbert Lüthy, La banque protestante en France de la Révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution(...)
  • 58 Yves Breton, Albert Broder et Michel Lutfalla (éd.), La longue stagnation en France, 1880-1900, Par (...)

52La reprise du XVIIIe siècle est pour une part importante le fait de Genevois n’ayant jamais rompu les contacts avec Paris et Lyon, de Suisses de Neuchâtel installés à Paris57. Après les années difficiles de la Convention arrive un renfort suisse plus varié et s’installent des banquiers germaniques juifs et protestants disposant de relations transfrontières. On disait au XVIe siècle que grâce à ses liaisons il suffisait à tout changeur génois installé à Lyon de disposer d’une table et de papier pour réussir. La même image peut être projetée pour les nouveaux Parisiens de la Restauration. Les vicissitudes politiques de l’économie française expliquent une trajectoire moins dynamique du point de vue commercial et industriel hors des frontières, la faible densité des flux financiers internationaux hors des opérations sur les dettes publiques, ainsi que l’attrait d’une intégration dans un monde social et culturel aimant l’argent, mais pas sa production. Tout cela cantonne l’activité à certains types de liens avec Londres et New York que le temps ne consolide pas en raison du retournement de la conjoncture française en 1866-67, approfondi et aggravé par les conséquences dramatiques de 1871 et la longue stagnation des années 1880-1890. Même si Paris reste la seconde place financière internationale, elle ne dispose pas des avantages qu’apporte le mouvement commercial et financier croissant au sein du triangle Londres-Berlin/Hambourg-New York58 ; ce d’autant plus que, sauf dans le cas de la Banque de Paris et des Pays-Bas, son influence sur les places belges et suisses est disputée par les concurrents allemands.

  • 59 Jean Bouvier (avec François Furet et Marcel Gillet), Le mouvement du profit en France au XIXe siècl (...)
  • 60 Gabriel Caullet, Liquidité des capitaux. Aide des banques à l’industrie : Angleterre, Allemagne, Be (...)
  • 61 Hubert Bonin, La Société Générale, op.cit. [cf. note 18] ; La Banque de l’Union Parisienne, Bordeau (...)

53La guerre, la dégradation du franc, puis son rétablissement, n’ont pas eu d’effet fondamental sur la structure bancaire, sinon sur le bilan des établissements59. Les trois types majeurs de banque – banque de dépôt, banque d’affaires, banque régionale et locale – ne voient pas la nature de leurs relations avec les entreprises se modifier. Par contre, elles réduisent la voilure craignant un vent mauvais pour le risque entrepreneurial, de sorte que les parts du portefeuille titres et des immobilisations industrielles dans les ratios des bilans, en particulier, présentent d’importants changements.60 Le fait le plus notable consiste dans un désengagement industriel visible dans le bilan des établissements nationaux. Même ceux qui, avant 1914, demeurent aux côtés de l’industrie – la Société Générale et la BNC – se rapprochent du modèle Henri Germain. Comme ses contemporains qualifiaient le roi d’Espagne Philippe II de roi frileux, Henri Germain et ses successeurs peuvent être qualifiés de financiers frileux. La période est certes trop brève pour qu’il soit possible d’affirmer qu’il s’agit de comportements durables, et les travaux publiés n’apportent pas de réponse nette sur ce point. L’institution, dont la politique, est sans doute la plus intéressante à approfondir, la Société Générale, a entrepris dès 1910 de se conformer à l’archétype dominant tout en maintenant un secteur industriel d’une certaine importance61. La création de la Société Générale des Valeurs en Banque permet de présenter un bilan exemplaire par séparation des activités. Au lendemain de la guerre, la mise en place de la Société Centrale pour l’Industrie Électrique procède du même choix : allègement du bilan et financement autonome par intervention directe de la filiale sur le marché. La Banque Générale pour l’Industrie Électrique (CCF, CGE et intérêts suisses liés) relève aussi de ces préoccupations.

  • 62 Pour une vue rapide en français : Caullet [cf. note 44], pp. 376-380. Caullet relève une expression (...)

54Le fait est d’autant plus remarquable qu’à la même époque, utilisant les capitaux disponibles (et le très actif courant de spéculation) tant aux États-Unis que dans les Pays-Bas, banques et industriels allemands rationalisent leurs investissements62.

  • 63 Bonin [cf. note 60] ; Éric Bussière, Paribas, l’Europe et le Monde, Anvers, Fonds Mercator, 1992.

55La banque d’affaires ne connaît pas non plus de mutation profonde63. Les modifications qui l’affectent sont dans la ligne de l’avant-guerre, mis à part la création de banques autonomes spécialisées, le plus souvent, dans les branches fortement consommatrices de capitaux (pétrole, chimie, électricité, transports). Le développement des activités en Europe danubienne, en Pologne dans le cas de la BUP et de la BUE, au Maroc pour Paribas, correspond à une politique mise en œuvre avant 1914. La tendance majeure réside dans l’intérêt accru porté à la recherche de profits plus réguliers dans les activités bancaires courantes, même si la préférence est donnée aux entreprises liées. On a sans doute ici un mode de fonctionnement qui se rapproche de celui des banques universelles allemandes exception faite de l’international lointain. Si la crise fait disparaître un certain nombre des banques spécialisées de naissance récente – là aussi la coïncidence avec le cas allemand est patente –, elle ne modifie pas les fondements structurels de la catégorie.

Comparaison de ratios bancaires Allemagne France : Allemagne (1926)

Comparaison de ratios bancaires Allemagne France : Allemagne (1926)

Source : Source Gabriel Caullet, Aide des banques à l’industrie. pp.389-395.

Comparaison de ratios bancaires Allemagne France : France

Comparaison de ratios bancaires Allemagne France : France

Source Gabriel Caullet, Aide des banques à l’industrie, pp.113-276

56Comme en Allemagne, c’est au sein de la banque régionale et locale que les transformations majeures sont les plus nettes. Cette dernière, malgré l’existence d’établissements importants, pâtit de l’activité croissance des agences des établissements parisiens dans le domaine de l’escompte commercial. Malgré les tentatives de regroupement, l’absence de lien organique avec les grands établissements parisiens la fragilise dans la mesure où ce type d’établissement est obligé d’accorder plus de crédits à moyen et long terme, en s’appuyant sur des garanties parfois incertaines d’entreprises moyennes. Que celles-ci prennent la forme de dépôts de titres ou de participations, elles correspondent à un papier de qualité moindre. Il faut cependant assumer ce risque accru afin de conserver une part des opérations à court terme des entreprises. Enfin, le relatif isolement de ces banques et le faible intérêt porté par la Banque de France à tout ce qui est économie locale les rend plus susceptibles d’être entraînées dans des combinaisons risquées, comme la Banque Adam dans la combinaison Oustric et ses conséquences en chaîne.

  • 64 Les pertes de la Danat dépassèrent 50 millions de marks.
  • 65 Sur ce dernier aspect, il convient de lire avec intérêt les très clairs chapitres des auteurs trait (...)

57On atteint donc au cours des années 1920-31 le paradoxe apparent de banques dont le rôle est essentiel dans l’essor des activités économiques régionales, mais que ce même rôle fragilise (bien que le terme de Mittelstand français employé par certains historiens soit au mieux une aspiration non réalisée). Les cas de la banque Charpenay de Grenoble immobilisée dans l’hydro-électricité, de la banque Renauld de Nancy, dont l’action fut essentielle dans le développement de la sidérurgie, puis de l’électricité en Lorraine, obligée de déposer son bilan à la suite de la défaillance de plusieurs de ses clients dont les Tanneries de France, sont significatives. Mais, à une autre échelle, cela fut le cas également en Allemagne lors de la faillite du conglomérat textile Nordwolle qui entraîna la faillite de la Danatbank (-Darmstädter-National) et son absorption par la Dresdner en 193164. Si les auteurs contemporains ou actuels analysent de façon indiscutable le processus des paniques et les solutions trouvées, il ressort de la lecture de leurs travaux un questionnement incomplet au sujet de l’action des banques sur la capacité de croissance et de modernisation de l’industrie française au cours des années 1920, en particulier sur le plan régional65, alors que l’affaiblissement extérieur de l’Allemagne ouvre des perspectives à la conquête de marchés. Parfois, dans les cas où elle tente de se produire comme dans l’électrotechnique, l’éclairage électrique, la TSF, l’entreprise se heurte à un blocage immédiat et déterminé de la part des États-Unis et de ses alliés allemands et hollandais (Philips) détenteurs de la majeure partie des brevets efficaces et commerciaux. Lorsqu’elle s’implante sur les marchés extérieurs, sa productivité insuffisante limite le choix des biens offerts et souvent la rend peu compétitive sur les prix. Elle n’est pas en situation de résister au retour en force des industriels allemands faute de capacité technique et concurrentielle, et ce d’autant plus que l’avantage de coûts du côté allemand n’est pas simplement lié aux fluctuations de change.

  • 66 Henry Laufenburger, Enquête sur les changements des structure du crédit et de la banque, Paris, Sir (...)

58La grande différence avec le système allemand, mis en place dès les années 1880 et poursuivi au cours des années 1920, réside donc dans l’absence de liens organiques entre les puissants établissements parisiens – de dépôt ou d’affaires – et cette banque de second niveau. Le soutien des grands établissements nationaux (y compris la Banque de France dans un contexte différent) n’est ni assuré ou proposé dans des conditions qui offrent des perspectives de durée. Au cours de ces années, tout se passe comme si les grands établissements prévoient une meilleure activité de leur réseau par suite de la disparition de concurrents ou de la prise de contrôle à des conditions financières favorables. Là encore, les Grossbanken agissent de même ; mais les destructions au sein du complexe industriel paraissent proportionnellement moindres du fait du soutien aux grands groupes et de la disponibilité en capitaux extérieurs. En France, la combinaison des difficultés des entreprises, et de la contraction des activités de crédit ont des conséquences désastreuses pour le tissu industriel des PME, en particulier hors de la zone parisienne. Plus qu’en Allemagne et au Royaume-Uni, l’affaiblissement des pôles provinciaux ne disposant pas d’unités industrielles liées aux groupes nationaux est visible. Sans doute les monographies sont-elles insuffisamment nombreuses, et la disparition de nombreuses archives de PME posent un problème que les jugements de faillite accessibles ne résolvent pas. Ainsi, le démaillage de la grille industrielle, après avoir souffert de la stagnation des années 1880-1896, avait cessé avec la reprise du début du XXe siècle, elle-même accélérée au cours de la guerre et des années vingt, et reprend à nouveau dès 1931. Avec les difficultés des années d’occupation et les choix préférentiels de la IVe République renforcés par une planification technocratique et les nationalisations, le mouvement s’accélère et la dévitalisation, voire la disparition des banques du second niveau, n’en sera que plus évidente. Tant il est vrai que, comme l’indique l’importance du réseau de banques autonomes en Allemagne et dans un plus lointain passé en Angleterre, il ne peut y avoir d’activités prospères sans la présence d’institutions financières prêtes à prendre les risques du soutien. Ce que les banques régionales et locales firent historiquement en France, mais sans la base solide d’un appui au niveau supérieur. Cette réticence est en conformité avec une opinion répandue chez les économistes à propos du rôle industriel de la banque. Concluant sur les défaillances des banques régionales, Henry Laufenburger écrit : « Comme il a été dit lors des dépositions faites devant la commission Brunet, la distribution de crédit aux entreprises nouvelles […] est particulièrement délicate, même pour les banques d’affaires ; elle devrait donc rester fermée aux banques, qui sont plutôt des établissements de dépôt. »66

59À l’inverse de cette opinion, certains analystes français, influencés par le climat des années 1930, se fourvoient en notant que les banques allemandes ont accordé aux activités industrielles la suprématie sur la banque dans sa conception de base, considérant que si « elles ont assuré le développement industriel, elles ont aussi créé la ruine des capitalistes qui leur avaient confié leurs fonds ». Ainsi, cette politique « aurait mené à un résultat désastreux et nécessité l’intervention de l’État pour éviter la ruine complète de l’économie ». De là à présenter la politique économique nazie comme une réponse aux excès antérieurs… Par ces propos, les analystes français affirmaient de manière on ne peut plus claire que la protection de l’épargne constitue en France une finalité prioritaire par rapport au développement de l’économie.

Les activités extérieures de la banque française

60Une différence majeure entre les deux « modèles » bancaires concerne l’internationalisation des activités bancaires. Sans revenir sur les situations antérieures, cette étude se limite à deux aspects particuliers de l’entre-deux-guerres, qui ne retiennent les considérations politiques et les contraintes des réalités du change qu’en arrière-plan.

L’emprunt à long terme dans les pays tiers.

61La France se retrouve en retrait de l’Allemagne, au second rang des emprunteurs aux Pays-Bas dans les années 1920. Mais la demande française, qui trouve son pendant aux États-Unis, concerne pour l’essentiel des émissions publiques et quelques accords bilatéraux entre banques américaines et industriels français, lesquels sont en dehors de cette étude. Dans le domaine des émissions industrielles privées, le recours aux marchés extérieurs associe l’intervention des industriels eux-mêmes (Siemens) en étroite liaison avec une organisation bancaire bien implantée directement (Pays-Bas) ou aux relations étroites (États-Unis, Suisse), comme pour l’Allemagne.

62L’objection selon laquelle les émissions sont facilement absorbées par le marché national français et à des taux fort satisfaisants, si on les compare à ceux que doivent accepter les Allemands tant à New York qu’à Amsterdam, est contrariée par les montants eux-mêmes révélateurs de la différence de taille des besoins et de la capacité d’absorption. De ce fait, il est tout aussi nécessaire de se demander si l’abondance relative du marché français n’est pas, comme au cours du tiers de siècle antérieur à la guerre, le reflet d’une demande limitée qui fait paraître élevé le volume de l’épargne disponible.

Le problème de l’acceptation dans le contexte des échanges extérieurs.

  • 67 La Banque Française et Italienne pour l’Amérique du Sud, dont Paribas détenait le contrôle dispose (...)

63Le tableau concernant les créations bancaires allemandes aux Pays-Bas dès avant 1916 et aux États Unis à partir de 1920 fait ressortir l’importance des maisons d’acceptation en rapport direct soit avec le maintien des liens soit, au lendemain du conflit, avec la reprise des exportations allemandes. Or malgré le net développement des exportations, le secteur demeure très limité du côté français au point que nous n’avons pu trouver aucun établissement comparable au modèle mixte binational de la maison d’acceptations germano-amsterdamois ou new-yorkais. Lequel au demeurant ne constitue pas encore au cours des années 1920 une remise en cause de la suprématie britannique. L’échec des tentatives d’une Banque du Commerce Extérieur avant 1914 n’est pas corrigé sur ce plan par le renouvellement de la tentative. Comme il s’agit d’un établissement semi-public, le poids de la réglementation et la pesanteur plus sociologique qu’économique de la Banque de France s’ajoutent pour lui ôter l’essentiel de la souplesse et de la vitesse de décision nécessaires. Le déploiement géographique limité des ventes françaises peut aider à expliquer ce manque de dynamisme créateur. Comme hors les années d’hyperinflation, dans le cas de l’Allemagne, nos grands clients traditionnels n’ont pas changé et les modes de règlement ne nécessitent, en apparence, aucune innovation majeure. À la lecture de la presse de l’époque, nous avons le sentiment d’une volonté de retour au business as usual : le marché des États-Unis reste aussi limité et spécifique qu’avant 1913, et la percée espérée dans les nouveaux pays de l’Est européen a fait long feu, tout comme elle ne s’est pas véritablement concrétisée en Amérique latine, malgré la mise en sommeil temporaire des exportations allemandes. L’Europe centrale et balkanique est la zone où la banque d’affaires française a le mieux étendu son réseau avant, comme après 1920, et accordé des crédits. Mis à part le groupe Banque de Paris et des Pays-Bas-Banque Française et Italienne pour l’Amérique du Sud elle, n’a pas de véritable relais sur les autres continents et le voudrait-elle qu’elle manque de personnel formé et implanté sur place67, d’autant que les banques de dépôt n’ont, sauf en extrême Orient, le CNEP, jamais fait de grands efforts en la matière.

64L’abondance des devises qui suit la stabilisation de 1926 relance le projet de faire de Paris un centre mondial d’acceptation du papier commercial international. C’est sur cette base qu’est constituée en 1929 la Banque Française d’Acceptations, avec la participation des principaux établissements de la place ; mais l’excessive et paralysante prudence de la Banque de France, et surtout les tergiversations entre les promoteurs, expliquent que sa mise en place est décidée alors que commence la descente aux enfers du commerce mondial, accompagnée par la chute des prix des matières premières et des denrées. La suspension des transferts par de nombreux pays oblige les banques françaises membres, qui ont conservé l’essentiel des acceptations antérieures, à effectuer les règlements, alors que les créances sont irrécouvrables. Après une année charnière en 1930, où la BFA réussit à se hisser à la première place dans son secteur, dépassant le Crédit Lyonnais, la situation se dégrade et l’échec est inéluctable. La défaillance de l’Allemagne et l’abandon de la convertibilité or de la livre en 1932 accélèrent la contraction générale d’un volume déjà faible, et la disparition de la BFA en tant que telle, sans être programmée, s’inscrit dans le contexte financier. Devant la contraction des affaires et le risque incommensurablement accru que représentent les acceptations, les établissements porteurs préfèrent à la fois se réserver le papier encore rentable et en contrôler directement la qualité ; ce qui est illustré par la diminution du poste « acceptations » des bilans, même si on ajoute aux montants indiqués dans le tableau les acceptations de la Haute Banque et celle des banques étrangères en France pour un chiffre estimé à 1.3 milliard de francs Auriol en 1936.

Acceptations des Banques françaises (millions de francs courants)

Six grandes banques de dépôt

1930

1935

1938

1094.4

451.18

 

Paribas + BUP

192.75

203.69

 

Total

 

 

1287.21

654.87

 

Banque française. D’Acceptations

565.36

87.61

42.00

Source : H.Laufenburger, op. cit ; t. 1 p. 317 et P. Dieterlen in Revue d’Économie Politique : numéros sur l’économie française en 1930, 1933, 1935 et 1938

Acceptations des 6 banques de dépôt en 1930 (meilleure année) et 1933, en millions de francs courants

  • 68 Par l’élargissement de ses banques associées, l’activité du CIC se modifie.

 

1930

1933

CL :

386.27

83.71

CNEP :

216.23

47.41

SG :

298.78

86.36

CIC :

19.80

55.4168

CCF :

113.30

33.71

BNC :

86.36

43.57 (BNCI)

Remarques en guise de conclusion ouverte

65Ce bref survol comparatif a pour but d’apporter des éléments de débat plus que des réponses à la question complexe et rarement abordée directement de l’effet ciseaux qui illustre l’évolution divergente du rôle économique des banques allemandes et françaises dans le contexte de l’économie des grandes puissances occidentales au cours d’un siècle qui s’étend de l’affirmation universelle de la livre sterling et de la City de Londres jusqu’à leur remise en question avec la guerre européenne et la Grande Dépression.

  • 69 Bertrand Gille, Histoire de la Maison Rothschild. Tome I. Des origines à 1848 ; Tome II. De 1848 à  (...)

66Le système financier du Royaume-Uni est à la fois acteur principal, témoin-spectateur et parfois perturbateur de l’activité économique sur et hors du « continent » en participant, en s’insérant, mais sans directement s’engager, ni s’intercaler comme partenaire durable aux mutations continentales bancaires, industrielles et commerciales. La correspondance entre les Rothschild de Londres, d’une part, ceux de Vienne et surtout de Paris, d’autre part, telle que la rapportent Bertrand Gille pour le premier demi-siècle et Ferguson pour l’ensemble69, est significative d’une attitude et surtout d’une vision des choses largement partagée. Si nombre d’émissions d’origine continentale sont en partie réalisées à Londres, les banquiers anglais – même les emblématiques Baring, Rothschild et plus encore les Joint-Stock Banks – ne se retrouvent jamais directement dans les combinaisons bruxelloises, suisses ou néerlandaises où s’entrecroisent Allemands, Français et Nord-Américains. D’où notre intérêt porté à la rivalité qui s’affirme dès le Zollverein – discernable avec le recul – entre une Allemagne progressivement « prussianisée » et la France.

  • 70 Raymond Poidevin, Les relations économiques et financières entre l’Allemagne et la France 1898- 191 (...)

67À la recherche de (et non des) facteurs qui ont mené la Grande Nation au désastre de 1940, nous avons dans d’autres travaux dispersés étudié le rôle de l’effort de formation technique et scientifique, celui de l’industrie innovante et de son associé, le commerce extérieur. C’est dans le contexte géométrique de ce triangle formation/science et technologie – industrie innovante – commerce extérieur que nous avons pensé le rôle du banquier. Sans que l’importance fondamentale de l’apport de leurs publications à l’histoire financière nationale soit en cause, nous ne retrouvons pas nos préoccupations dans les travaux de Jean Bouvier, Maurice Lévy-Leboyer, Pierre Renouvin et leurs élèves, sinon dans la grande thèse de Raymond Poidevin70. Ce qui a ouvert notre questionnement, ce sont les analyses globalisantes et à ce jour indépassées de Fernand Braudel. De ses études sur la Méditerranée et surtout le monde européen des XVe-XVIIIe siècles, à travers le temps, l’espace et les hommes, ressort une longue durée dans laquelle s’insère, se transfère ou renaît selon les lieux et les époques celui que nous considérons comme le deus ex machina du progrès universel : le marchand dont le manieur d’argent, le banquier, constitue la figure de proue.

68Lorsque Fernand Braudel explique les effets de la disparition économique et marchande de l’isthme français et en suggère les conséquences économiques néfastes et durables (y compris sa mise en question du rôle de Paris capitale) ou lorsque encore il analyse les effets du transfert de la place financière de Lyon à Genève, il parle d’or. Il ouvre des chemins de réflexion sans apporter – heureusement – de solutions à ceux qui cherchent à comprendre la nature du marché financier parisien au cours du long XIXe siècle, tout comme le manque constant d’affirmation française du binôme industrie-exportation. Que Fernand Braudel ait combiné son attrait pour le monde méditerranéen avec sa souche familiale dans une Lotharingie historiquement avortée, mais économiquement toujours réelle, nous a paru être à l’origine d’une analyse que confirme parfaitement tout ce que nous avons appris.

69Pour en revenir à notre analyse contemporaine – outre l’importance des divergences de la politique et des structures financières entre les deux pays, que l’évolution d’après les deux guerres du XXe siècle et la forme inquiétante que prend le déséquilibre croissant de l’Union Européenne nous semble avoir accrues –, quelques remarques procèdent de ce rapprochement rédactionnel.

70Pour demeurer dans l’avant 1929, tant la banque que les grandes activités allemandes ont généré avec rapidité des réponses certes critiquables, mais les conditions nouvelles leur ont facilité une efficacité évidemment précaire. L’analyse, pour rapide qu’elle soit, fait ressortir l’importance et la solidité des liens préexistant à la guerre et la solidarité autant avec les établissements néerlandais comme new-yorkais, même si nous avons volontairement passé sous silence l’important relais londonien dont nul n’ignore l’importance, l’intervention et l’entregent. Plus encore que les opérations de crédit et que la création des banques sur la place « neutre » batave, le rétablissement immédiat des liens avec New York, confirme la confiance des marchés extérieurs vis-à-vis de l’économie allemande. Confiance que n’entame pas la défaite, ni ses conséquences, et que partagent les milieux économiques américains, attentifs à préserver leurs intérêts en Allemagne, représentés dans la délégation des États-Unis aux pourparlers de Versailles par Owen D. Young, y compris dans le contexte des difficultés monétaires d’avant 1924.

  • 71 John Maynard Keynes, Las consecuencia económicas de la paz, Madrid, Calpe, 1920, pp. 70-71, trad. e (...)
  • 72 Il faudrait relever presque hebdomadairement les articles de The Economist.

71Face au recours extérieur des milieux financiers allemands, la banque française, qui y voit souvent une preuve de faiblesse et d’instabilité, voire de remise en question de la souveraineté économique nationale, se caractérise par la constance de ses structures et son ambiguïté face à l’innovation. Certes, les conditions ne sont pas les mêmes, mais on attend sans doute trop de l’ami américain sans suffisamment s’interroger sur ce qu’il attend d’une France qui, tout au long du plus difficile conflit de son histoire – à cette date ! –, a fait preuve de capacités et de réalisations industrielles inattendues outre-Atlantique. Et sans doute aussi, malgré les attaques de Keynes71 et de ceux qui amplifient ses diatribes72, les banquiers français n’ont pas assez pris en compte l’exigence britannique d’un retour rapide de l’Allemagne à la puissance économique.

  • 73 Richard Keller, The Merchant Banking Era, New York, 1967.

72Or, même la rupture des années 1930 ne modifie pas fondamentalement le cours de l’évolution interne par les absorptions et consolidations. Même la banque privée allemande retrouvera en partie les facilités organiques d’avant 1934. Comme pour la Merchant Bank de Londres, ce sont les mutations de la globalisation qui entraîneront son naufrage73, alors que la Haute Banque française n’existe plus en tant que puissance depuis le dernier tiers du siècle antérieur.

73Dans la stabilité apparente du paysage français, dont nombre d’auteurs ont noté le caractère illusoire, les problèmes posés à l’économie industrielle et commerciale exigent aujourd’hui une réorientation de la recherche hors des sentiers battus de l’histoire des structures bancaires et des hommes. Nous n’en évoquons que deux pour l’entre-deux-guerres.

74Le premier concerne une analyse élargie et approfondie des conditions ayant mené la Banque Française d’Acceptations à l’échec et qui illustrent, par ailleurs, les difficultés de maintenir Paris comme place dominante de la finance internationale. Comme pour la B.F.C.E., il faudrait s’interroger sur la lourdeur que représentent, d’une part, la participation d’organismes institutionnels en leur sein, d’autre part, la légitimité d’un organisme puissant de cette nature qui ne s’appuie pas sur un commerce extérieur ouvert sur le « grand large », dynamique et conquérant.

75Une autre question concerne la réduction et la disparition des banques régionales ou – lorsqu’elles subsistent juridiquement, mais passent sous le contrôle parisien – leur prompte perte d’autonomie (avec les groupes CIC et CCF en particulier). Il n’est pas discutable qu’il s’agit d’une évolution profondément régressive et calamiteuse pour le dynamisme des économies régionales. Contrairement au mouvement qui tout au long du siècle couvert par cet article se réalise outre-Rhin, les banques absorbées, transformées en agences et filiales perdent l’essentiel de leur capacité d’intervention économique. Les politiques suivies par l’administration vichyssoise, puis par celle de la IVe République dans le contexte de la planification et des nationalisations, ne feront qu’accélérer la tendance. La nationalisation des quatre grandes banques de dépôt, le rôle majeur du financement public jusqu’au-delà des années 1960 ne pouvaient qu’aggraver le défaut d’une banque française à la structure déjà trop concentrée au cours des années 1920, et surtout approfondir la différence avec l’évolution bancaire outre-Rhin. La dénationalisation ne fera qu’aggraver la fragilité de ces banques dont beaucoup, laissées à elles-mêmes sans véritables professionnels à leur tête, chercheront la durée, soit dans une absorption par les nouvelles grandes parisiennes, soit en étant cédées à des entités étrangères telle la vénérable Veuve Morin Pons de Lyon à la Deutsche Bank ou le symbole historique de la finance régionale berrichonne Hervet au britannique HSBC, héritier lointain des marchands d’opium de Hong Kong.

  • 74 Herman Van der Wee et Monique Verbreyt, La générale de banque, 1822-1997. Un défi permanent, Bruxel (...)

76Avec la réforme Debré, l’observateur a cru observer une évolution rapprochant la banque française de la banque universelle et du modèle, lui-même désormais méconnaissable, de la Société Générale de Belgique74 comme du Crédit Mobilier des Pereire. Dans les faits, on a constaté un renforcement de la puissance et de la concentration parisienne, et un renforcement de dirigeants issus de l’inspection des finances, donc à carrière administrative. Cela correspond-il au double mouvement d’unification monétaire de l’Europe, avec la perte d’autorité de la Banque de France, et à l’universalisation du système financier international responsable des mutations récentes, dont la crise universelle depuis 2008 ? Ce questionnement impose à l’historien une retenue devant l’inconnu.

Bibliographie

Bibliographie

(Ne sont en principe pas indiqués la plupart des ouvrages et articles cités en note de bas de page. De même sont omises les grandes monographies sur des banques allemandes ou françaises.)

Une bibliographie plus détaillée (surtout pour les publications en Anglais et en espagnol) se trouve dans l’article cité ci-dessous de Transportes Servicios y Telecomunicaciones n° 18, Junio de 2010, pp. 107-118.

Sur l’Allemagne

Gustav Cassell, T.E. Gregory, Robert Kuczynski, et alii, Foreign Investments. Lectures on the Harris Foundation, Chicago, University of Chicago Press, 1928.

Martin Gehr, Das Verhaltnis zwischen Banken und Industrie in Deutschland seit der Mitte des 19. Jahrhunderts bis zur Bankenkrise von 1931 unter besonderer Berücksichtigung des industriellen Grosskredits, Tübingen, Fotodruck E. Huth, 1959 (Bibliographie bienvenue).

Gerd Hardach, “Banking and Industry in Germany in the Interwar Period, 1919-1930”, Journal of European Economic History, 13-1984, pp. 203-234.

Heinz Hartmann, Amerikanische Firmen in Deutschland. Beobachtungen über Kontakte und Kontraste zwischen Industriegesellschaften, Cologne, Opladen, 1963.

Karl Heni, Der deutsche Privatbankierstand in der Nachkriegszeit, Francfort/Main, Universität zu Frankfurt a.M., thèse de doctorat, 1934.

Ten Cate, Johannes Houvink, “Amsterdam als Finanzplatz Deutschland 1919-1932”, in Gerald D. Feldman et Carl Friedrich Holtfrerich, Konsequenzen der Inflation/Consequences of Inflation, Berlin, 1989, pp. 149-180.

Carl Ludwig Holtfrerich, “US Capital Exports to Germany 1919-23 Compared to 1924-29”, Explorations in Economic History, 23-1986, pp. 1-32.

Harold James, The German Slump. Politics and Economics, 1924-1936, Oxford, Clarendon Press, 1986 (Deux autres ouvrages importants cet auteur sont cités en note).

Christoph Kreutzmuller, Händler und Handlungsgehilfen. Der Finanzplatz Amsterdam und die deutschen Grossbanken, 1918-1945, Stuttgart, 2005.

Robert Kuczynski, American Loans to Germany, New-York, MacMillan, 1927.

William C. McNeil, American Money and the Weimar Republic. Economics and Politics on the Eve of the Great Depression, New York, Columbia University Press, 1986.

Theodor M. Metz, Die Niederlande und ihre Kredite an das Ausland, in Schriften des Vereins für Sozialpolitik, 174, Munich, 1928.

Hermann Pohl, “Form and Phases of Industry Finance up to the Second World War”, German Yearbook on Business History, 1984, pp. 1ff.

Manfred Pohl, Konzentration im deutschen Bankwesen, 1848-1980, Francfort/Main, Knapp, 1982.

Friedrich Speth, Die deutschen Auslandverschuldung seit 1924 unter besonderer Berücksichtigung ihrer Auswirkung auf die deutsche Wirtschaft, Francfort/Main, F.W. Kalbfleisch, 1930.

Karl Strasser, Die deutschen Auslandsbanken, Munich, s.n., 1925.

Sur la France (seuls les ouvrages contemporains traitant d’aspects particuliers sont indiqués)

Yves Breton, Albert Broder et Michel Lutfalla (éd.), La longue stagnation en France, 1880-1900, Paris, Economica, 1998.

Gabriel Caullet, Liquidité des capitaux. Aide des banques à l’industrie : Angleterre, Allemagne, Belgique, France, thèse de Doctorat, Lille, 1928.

René Girault, “Économie et politique internationale. Diplomatie en banque pendant l’entre-deux-guerres”, Relations Internationales, n° 21, 1980, pp. 7-22.

Paul Klein, L’évolution contemporaine des banques alsaciennes. Histoire d’un essai de régionalisme bancaire, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1931.

Jacques Laloux, Le rôle des banques locales et régionales du Nord de la France dans le développement industriel et commercial, Lille, M. Giard, 1924.

Henry Laufenburger, Enquête sur les changements de structure du crédit et de la banque. Tome 1. Les banques françaises, Paris, Sirey, 1940.

Ont aussi été utilisés : Revue d’Économie Politique, livraisons annuelles sur l’économie française

SDN, Mémorandum sur les banques commerciales, 1913-1929 et 1925-1933

Albert Broder, “Les mouvements de capitaux de l’entre-deux-guerres : France, Allemagne États-Unis et Pays-Bas”, Économies et Sociétés, Histoire Quantitative de l’Économie Française, 1991/2, pp. 7-38.

Sur les exportations de capitaux suisses

Werner Stauffacher, Der Schweizerische Kapitalexport unter besonderer Berücksichtigung der Kriegs- und Nachkriegsperiode, Glarus, R. Tschudy, 1929.

Notes

1 Pour les marchés financiers, dans une offre surabondante et en restant dans les travaux historiques classiques : R.C. Michie, The London and New York Stock Exchanges, 1850-1930, Londres, 1987, en particulier pp. 167-195, 249-284 ; Charles P. Kindleberger, The Formation of Financial Centers. A Study in Comparative Economic History, Princeton, International Finance Section, 1974 ; Robert Sobel, The Big Board. A History of the New York Stock Market, New York, Free Press, 1965 ; Washington, Beard Books, 2000.

2 Il n’y a pas avant les années 1880-90 de prééminence berlinoise affirmée sur les affaires financières relatives à l’industrie et au commerce à l’échelle internationale. Il faut surtout prendre en compte Francfort (en déclin) et Hambourg. Récemment, une brève, mais claire, synthèse en anglais disponible sur Internet : Julia Bersch et Graciela L. Kaminsky, Financial Globalization in the 19th Century : Germany as a Financial Center, 2009. Il s’agit d’un « Working Paper », 2009, très bien informé sur la période 1860-1914 [http://home.gwu.edu/˜graciela/HOME-PAGE/RESEARCH-WORK/WORKING-PAPERS/Germany-center.pdf] [25.11.12].

3 Maria Barbara Levy, História da Bolsa de Valores do Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, IBMEC, 1977. Il s’agit de sa thèse de doctorat soutenue sous la direction de Frédéric Mauro à Paris X Nanterre. Du même auteur : História financeira do Rio de Janeiro. Rio de Janeiro, IBMEC, 1979 et Historia dos bancos comerciais do Brasil 1900-1945, Rio de Janeiro, 1978.

4 Andrès Regalsky, Banca y Capitalismo en la Argentina 1850-1930, Buenos Aires, Ciclos, n° 18, 2e semestre 1999.

5 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle. T.2. Les jeux de l’échange, Paris, Armand Colin, 1979, en particulier les chapitres 1 et 2.

6 Voir sur ce point les travaux suscités par l’analyse en termes de « Free Standing Company » définie par Myra Wilkins.

7 Voir supra, note 2.

8 La concentration de la recherche bancaire et boursière française sur les structures nationales (en particulier à la suite de Jean Bouvier, Maurice Lévy Leboyer et leurs élèves) a fait négliger la comparaison internationale. Ce qui est aussi le cas des historiens économistes de langue anglaise ou allemande sauf, pour les premiers à restreindre presque systématiquement le rôle de Paris. On peut en voir un exemple presque caricatural dans l’étude parallèle de I. Ferguson dans son étude sur The House of Rothschild.

9 Dans une bibliographie très fournie, mais inégale : Nicolas Stoskopf, Banquiers et financiers parisiens. Les patrons du Second Empire, Paris, 2002. Également Albert Broder, “Les investissements étrangers en Espagne au XIXe siècle : un essai d’histoire économique à partir d’une comparaison des systèmes bancaires”, Transportes, Servicios y Telecomunicaciones, n° 18, juin 2010, pp. 36-118.

10 Avec les études pionnières de Jean Bouvier, Maurice Lévy-Leboyer et plus tard Hubert Bonin, Michel Lescure (entre autres), mais pour l’essentiel elles se limitent au territoire national. Pour avoir une meilleure vue internationale, il faut se référer aux thèses de relations internationales de René Girault, Raymond Poidevin et Jacques Thobie (surtout la seconde), mais elles se limitent surtout au quart de siècle précédant la Grande Guerre.

11 Voir à ce sujet les études partielles, mais utiles éditées par Michel Lescure, en particulier Banques locales et banques régionales en France au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1999. Sur ce thème, voir la très intéressante thèse de Christophe Lastecouère, Apogée et déclin d’un territoire bancaire. Les banques locales et la Banque de France face aux mutations du système de crédit dans la région bayonnaise (1848-1930), 2001.

12 Bernard Desjardins et alii, Le Crédit Lyonnais 1863-1986, Genève, Droz, 2003.

13 Broder, “Les investissements étrangers en Espagne… », art. cit. De la Régence jusqu’à la fin du Second Empire, la banque internationale parisienne s’est enrichie de l’installation de banquiers helvétiques (calvinistes surtout), allemands et hollandais (luthériens et surtout juifs). De la crise des années 1880 à 1913, le flux d’Europe continentale s’atténue et les nouveaux venus de l’Est du bassin méditerranéen (tels Cernuschi, Camondo) ne disposent ni des moyens financiers, ni des réseaux des primo-arrivants dans la première moitié du XIXe siècle. Voir aussi Stoskopf pour la période antérieure (Galliéra, en particulier).

14 Albert Broder, Le rôle des intérêts étrangers dans la croissance économique de l’Espagne, 1768-1920, Lille 1981 pp. 228-316. Voir aussi Broder supra note 11.

15 Les ouvrages en langue allemande sont innombrables et souvent de bonne qualité, même si on continue, avec raison, de considérer comme incontournable la somme de Jacob Riesser, Die deutsche Grossbanken, publiée à Iéna en 1912. Professeur, mais aussi directeur de banque, Riesser était en 1925 le président de l’Association des banquiers allemands. Il n’existe qu’une traduction en une autre langue, l’anglais, publiée en 1913 par la Commission bancaire américaine. Elle est à la fois fautive et surtout très incomplète (annexes supprimées). L’ouvrage en anglais le plus récent concernant les relations banque-industrie est celui de Catherine Fohlin, Finance Capitalism and Germany’s Rise to Industrial Power, Cambridge, Cambridge University Press (CUP), 2007. Catherine Fohlin suit la tendance actuelle à restreindre le rôle de la « Grossbank » dans la dynamique de la grande industrie allemande. Le lecteur n’est pas obligé de suivre une des modes historiques américaines aussi variées qu’éphémères. Voir aussi pour les aspects purement financiers la publication in Bersch et Kaminsky [cf. note 2].

16 Encore que pendant longtemps l’exportation des soieries vers les États-Unis soit aux mains d’intermédiaires britanniques ; ce qui causera de graves difficultés lorsque, avec l’élévation du tarif douanier des États-Unis au lendemain de la guerre de Sécession, les agents britanniques, désireux de maintenir le niveau du marché et donc d’éviter la hausse des prix sur le marché américain, se tourneront vers les soieries ordinaires de Milan et surtout de Krefeld, de moindre qualité, mais bien moins chères. André [Albert] Broder, “Le commerce extérieur” dans Fernand Braudel et Ernest Labrousse (éd.), Histoire économique et sociale de la France. Tome III/1, Paris, PUF, 1976, chapitre 3, pp. 35-346.

17 Desjardins et alii [cf. note 12]. Il est caractéristique que cet ouvrage de référence ne comporte sur les personnalités historiques qu’un chapitre portant sur le rôle politique de Henri Germain. Pour combler cette lacune, il faut se référer à la thèse de Jean Bouvier, Le Crédit Lyonnais de 1863 à 1882. Les années de formation d’une banque de dépôt, Paris, 1961. Ouvrage fondamental, mais qui évidemment n’intègre pas les avancées d’un demi-siècle de recherches en histoire sociale des élites économiques.

18 Hubert Bonin, Histoire de la Société Générale. Tome 1. 1864-1890, Paris, 2006.

19 Fohlin [cf. note 15]. Harold James, The Role of Banks in the Interwar Economy Cambridge, CUP, 1991 ; Nazi Dictatorship and the Deutsche Bank, Cambridge, CUP, 2004. Ce dernier ouvrage comporte des éléments importants sur les années antérieures.

20 La « location » de mercenaires allemands et les transferts de fonds y afférant en faveur des souverains germaniques pendant la guerre d’indépendance des treize colonies britanniques a été, au moins sur un point, une école d’apprentissage de relations. Il en va de même pour l’importante émigration germanique vers les États-Unis au cours des années 1825-1880. En outre, nombre d’ingénieurs prussiens au chômage émigrés aux États-Unis seront formés sur place, surtout dans la mécanique, et retourneront au pays pendant les Gründerjahren en maintenant des liens industriels étroits, tels que Schuckert et Berliner.

21 Broder, Le rôle des intérêts étrangers… [cf. note 14], pp. 1471-1488, 1517-1535. Dans les territoires de l’Empire britannique, comme aux États-Unis, le groupe prend le nom de Merton, beaucoup plus discret.

22 Entreprise commune de AEG et Siemens

23 Les articles de presse relatifs à ce dernier sujet insistent sur la filière industrielle (appareils de prise de vue et de projection, base chimique) et sur la concurrence avec les industriels américains, principalement Kodak qui produit en France sous la marque Kodak-Pathé.

24 Jacob Riesser, Die deutschen Grossbanken und ihre Konzentration im Zusammenhange mit der Entwicklung der Gesamtwirtschaft in Deutschland, Iéna, G. Fischer, 1910 (nous avons utilisé l’édition de 1912).

25 Jusqu’aux années 1880, la France est le premier importateur mondial de maïs argentin. Ce trafic s’effondre lors de la première vague du protectionnisme français, avec des conséquences graves sur le commerce bilatéral et l’armement naval havrais. Voir Albert Broder, “Banque et Commerce Français en Amérique latine, 1875-1914. Originalité et limites d’une économie extérieure et comparaison avec l’Allemagne”, Économies et Sociétés, Vol. XLI, n° 36 , avril 2007, pp. 649-691.

26 Ibid.

27 Jacques Marseille, Albert Broder, Félix Torres (éd.), Alcatel Alsthom. Histoire de la Compagnie Générale d’Électricité, Paris, Larousse, 1992, pp. 36-69.

28 Albert Broder, “La multinationalisation de l’industrie électrique française 1881-1931”, Annales ESC, 39e année n° 5 septembre 1984.

29 C’est ainsi que la General Electric interdit toute intervention en Pologne à la CFTH en 1920, car elle considère que la paix revenue la zone doit rester sous influence de l’AEG (Broder). À ce moment, la General Electric américaine est le premier actionnaire de la CFTH, et détient surtout les brevets. C’est aussi le moment où le groupe américain accroît sa participation dans AEG. Albert Broder, “Électricité et relations internationales dans l’entre-deux-guerres”, Relations Internationales, n° 41 automne 1985.

30 Albert Broder, “L’expansion internationale de l’Industrie allemande dans le dernier tiers du XIXe siècle. Le cas de l’industrie électrique, 1880-1913”, Relations Internationales, 29, printemps 1982, pp. 65-87.

31 Albert Broder, “Le commerce des matériels électrotechniques. Comparaison France-Allemagne, 1880- 1938”, Revue du Nord, Vol. LXVII, n° 265, avril 1985, pp. 357-388. Dans ce domaine, il faut également prendre en compte les nombreux articles de Peter Hertner professeur à l’Université de Halle (Allemagne). Leur imposante liste est disponible sur son site universitaire de l’Université Martin Luther (Halle).

32 La Standard Oil cède aux Allemands ses brevets sur le kérosène en exclusivité ; ce qui explique en grande partie l’avance germanique dans la mise au point du moteur à réaction. Les Français et les Anglais, en revanche, en sont privés, et les Anglais ne pourront utiliser ces brevets qu’à partir de 1941. En échange I.G. Farben cède des droits concernant la chimie pour l’Amérique du Nord.

33 Encore qu’il s’agisse de dollars « Roosevelt ». Cependant les indices américains n’indiquent pas un effet mesurable de l’inflation sur la valeur du portefeuille.

34 Voir supra. notes 25 à 29.

35 La SSIE ou Société Suisse pour l’Industrie Électrique, est une banque-holding de Zurich connue sous la contraction sociale d’Elektrobank.

36 Voir notre étude sur le cartel Phoebus, Relations Internationales, 41, automne 1985 ; Voir aussi Albert Broder, L’industrie électrotechnique et le marché brésilien dans la seconde moitié du XXe siècle, Mélanges Frédéric Mauro, Arquivos do Centro Cultural Calouste Gulbenkian, Vol. XXXIV, Lisbonne/Paris, 1995, pp. 519-530.

37 Si les autres membres du cartel (en particulier Osram-Siemens-AEG), Sylvania (G.E.) et Philips se voient garantir des parts du marché français, l’inverse ne se produit pratiquement jamais. Le retard sera de ce fait extrêmement important dans le secteur des lampes radio (diodes, triodes), élément essentiel pour comprendre le sous-équipement dramatique du système de communications de l’armée française et singulièrement de son arme blindée en 1939-40, et cela alors qu’en 1918, grâce aux efforts des équipes techniques placées sous la direction du général Ferré, l’armée française était la plus efficace dans le secteur des transmissions par TSF. La production française est unifiée (sauf quelques indépendants non-exportateurs) sous la marque américaine Mazda.

38 Établie à Zurich, elle finance les exportations allemandes de matériel ferroviaire, en particulier celles du cartel des constructeurs de locomotives. Elle ne résiste pas à l’effacement complet de ses créances irrécouvrables sur ses principaux marchés (Autriche Hongrie, Russie, États balkaniques).

39 Voir sur la question suisse l’importante thèse de Gérard Pâquier, Histoire de l’électricité en Suisse. La dynamique d’un petit pays européen, 1875-1939, Genève, Éditions Passé Présent, 1998 (2 volumes).

40 Nous entendons par là le Royaume-Uni et surtout les États-Unis. Les deux plus actifs sont la Belgique, qui doit néanmoins prendre en compte les holdings établis sur son sol, et surtout la France qui manque de moyens techniques d’investigation.

41 La volonté de masquer la réalité apparaît dans un fait significatif. Dans la première édition de L’Apogée du capitalisme, Werner Sombart présente l’ElektroBank comme une filiale d’AEG. Dès le second tirage, il intègre à la demande des administrateurs de la holding une note indiquant qu’à « la suite de la réorganisation, la quasi totalité est désormais entre des mains suisses. »

42 Transférée juridiquement à Madrid, la Chade s’installe à Buenos Aires quand éclate la guerre d’Espagne pour reprendre le statut espagnol dès la victoire de Franco. La prise de contrôle par le pouvoir national-socialiste en l’Allemagne n’a pas eu d’effet sur la conduite de la Sofina, tout au moins à notre connaissance. Les archives de la Sofina disponibles à Bruxelles doivent permettre de confirmer ou d’infirmer cette remarque faite à partir de sources espagnoles.

43 Konrad Adenauer, Mémoires [4 tomes : 1945-1953 ; 1953-1956 ; 1956-1963], Paris, Hachette, 1965- 1969.

44 La synthèse indépassée de celui qui fut un des avocats du gouvernement espagnol au second procès : Jose Luis Sureda, El caso de la Barcelona Traction, Barcelone, 1959 (Hors commerce). Les éléments du procès : 1er procès 1958-6 : 10 volumes. Second procès 1962-1970 : 10 volumes. Les documents ont dans les deux cas été imprimés séparément.

45 Au cours des années 1950, l’homme politique français René Mayer est vice-président de la Sofina. Nous ne connaissons pas les raisons de sa participation, car les documents éventuels sont interdits d’accès jusqu’en 2022. Très actif dans le monde des affaires dès avant 1939 en tant que participant majeur à la confection du statut de la SNCF où il représente la maison Rothschild (chemins de fer du Nord et du PLM dont il fut administrateur, et aussi parent de banquiers par sa mère, il a été président du Conseil, ministre des Finances et président de la Haute Autorité de la CECA 1955-57 sous la IVe République. Nous n’avons pas rencontré d’intérêts directs Rothschild dans la Sofina. En 1945, la General Electric a en portefeuille 16 % du capital d’AEG.

46 Dans l’opération espagnole, l’homme clé est le politique catalan Francisco Cambó à la tête du Banco Urquijo (Voir Albert Broder, “Existe-t-il une Haute Banque en Espagne”, in Raymond Dartevelle (éd.), La place de la Haute banque dans l’économie européenne au XIXe siècle, 1780-1914, à paraître en 2013). La CHADE, constituée en Espagne, est juridiquement transférée en Argentine au moment de la guerre civile, mais elle est rapatriée à Madrid dès la victoire de Franco.

47 Notes envoyées à l’Auswärtigte Amt (AA), 18 janvier 1921 et 26 mai 1922, pp. 11 et 29, Z. Sta I/Ha.Pol Niederlande 43137. Cité in Houvink Ten Cate, “Amsterdam als Finanzplatz Deutschland, 1919-1932”, in Gerard D. Feldman et Carl-Ludwig Holtfrerich et alii (éd.), Konsequenzen der Inflation/Consequences of Inflation, Berlin, Colloquium Verlag, 1989, pp. 149-179 .

48 Hors emprunt Dawes.

49 La plus grande partie de la documentation utilisée dans cet article concernant Amsterdam après 1914 est issue de trois publications : Theodor Metz, Die Niederlande und ihre Kredite an das Ausland, Francfort/Main, 1928 ; Houvink [cf. note 47] ; Christoph Kreutzmüller, Händler und Handlungsgehilfen der Finanzplatz Amsterdam und die deutschen Grossbanken, 1918-1945, Stuttgart, Franz Steiner, 2005.

50 La situation est telle au début des années 1920 que l’ambassadeur de France à Rio de Janeiro, devant le refus des jeunes cadres bancaires de s’expatrier, suggère aux responsables de la Banque Française et Italienne pour l’Amérique du Sud de chercher à recruter de jeunes diplômés blessés et mutilés de guerre confrontés à des difficultés d’emploi en métropole.

51 Il ne s’agit que de l’associé juridique et non des banquiers ou établissements actionnaires dudit associé. Sources diverses

52 Harold James, The Deutsche Bank and the Nazi Economic War Against the Jews, Cambridge, CUP, 2001 ; The Nazi Dictatorship and the Deutsche Bank, Cambridge, CUP, 2004.

53 Denise Monteiro Takeya, Europa, França e Ceara, Sao Paulo, 1995. La thèse a été soutenue en 1992 sous la direction d’Edgar Carone, mais préparée à Paris en relation avec Frédéric Mauro à l’Université de Paris X.

54 Les tableaux annuels du commerce de la France illustrent cette évolution. Voir aussi les thèses de doctorat de Broder (Espagne), Girault (Russie), Thobie (Empire ottoman) et Poidevin. Les publications nationales sont aussi très intéressantes à ce sujet. La comparaison internationale peut se faire à partir des publications statistiques britanniques et allemandes pour les pays à données nationales imprécises comme l’Amérique latine. Deux exemples caractéristiques : Broder, “Banque et Commerce Français en Amérique latine… [cf. note 25] ; Albert Broder,”Biens d’équipement et commerce extérieur : 1874- 1913 (1920-1930). Quelques réflexions sur une faiblesse structurelle de l’économie française”, in Maurice Lévy-Leboyer (éd.), L’Économie française dans la compétition internationale au XXe siècle, Paris, CHEFF, 2006, pp. 37-88.

55 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II. Tome II, Paris, Armand Colin, 1949, 9e édit. 1998 ; Ramon Carande, Carlos V y sus banqueros, Barcelone, Crítica, 1977, 2000.

56 Marcel Vigne, La banque à Lyon du XVe au XVIIIe siècle, Paris, 1903 ; Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine à Lyon au XVIIe siècle, Paris, 1971 ; Françoise Bayard, Le monde des Financiers au XVIIe siècle, Paris, 1992.

57 Herbert Lüthy, La banque protestante en France de la Révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution, Paris, S.E.V.P.E.N., 1959-1961 (2 volumes).

58 Yves Breton, Albert Broder et Michel Lutfalla (éd.), La longue stagnation en France, 1880-1900, Paris, Economica, 1998.

59 Jean Bouvier (avec François Furet et Marcel Gillet), Le mouvement du profit en France au XIXe siècle. Matériaux et études, Paris, Mouton, 1965 ; L’Historien sur son métier. Études économiques XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 1989.

60 Gabriel Caullet, Liquidité des capitaux. Aide des banques à l’industrie : Angleterre, Allemagne, Belgique, France, thèse de Doctorat, Lille, 1928. Les trois membres du jury étaient : Lavergne, Duez et Germain Martin, futur ministre des Finances.

61 Hubert Bonin, La Société Générale, op.cit. [cf. note 18] ; La Banque de l’Union Parisienne, Bordeaux, 2001.

62 Pour une vue rapide en français : Caullet [cf. note 44], pp. 376-380. Caullet relève une expression du ministre allemand des Finances du début de l’année 1927 : « Pour l’Allemagne « sèche », l’introduction du capital étranger eut le même effet que les inondations fécondantes du Nil ».

63 Bonin [cf. note 60] ; Éric Bussière, Paribas, l’Europe et le Monde, Anvers, Fonds Mercator, 1992.

64 Les pertes de la Danat dépassèrent 50 millions de marks.

65 Sur ce dernier aspect, il convient de lire avec intérêt les très clairs chapitres des auteurs traitant de la banque régionale française dans Michel Lescure et Alain Plessis (éd.), Banques locales et banques régionales en Europe au XXe siècle, Paris, Albin Michel, 2004, 2e et 3e parties, pp. 129-410. La première partie, qui porte sur la banque en Europe, est toutefois insuffisamment développée.

66 Henry Laufenburger, Enquête sur les changements des structure du crédit et de la banque, Paris, Sirey, 1940, Tome I p. 245. Laufenburger attribue une partie de l’échec à la rigidité qu’impose la participation de la Banque de France à la BFA (p. 31).

67 La Banque Française et Italienne pour l’Amérique du Sud, dont Paribas détenait le contrôle dispose de positions importantes, et est, dès avant 1914, presque totalement dirigée par les Italiens, y compris le siège de Paris. Or dans la première moitié des années 1920, elle se situe au premier rang des banques étrangères au Brésil par le montant des dépôts. Son personnel opérationnel supérieur est quelquefois autochtone, mais aussi le plus souvent de souche italienne voire britannique Broder, “Banque et Commerce Français”, art. cit. [cf. note 25].

68 Par l’élargissement de ses banques associées, l’activité du CIC se modifie.

69 Bertrand Gille, Histoire de la Maison Rothschild. Tome I. Des origines à 1848 ; Tome II. De 1848 à 1870, Genève, Droz, 1965-1967 ; Niall Ferguson, The House of Rothschild, 2 tomes 1798-1999. Dans le premier cas, il s’agit de la Maison de Paris, dans le second, des Rothschild de Londres.

70 Raymond Poidevin, Les relations économiques et financières entre l’Allemagne et la France 1898- 1914, Paris, Armand Colin, 1969.

71 John Maynard Keynes, Las consecuencia económicas de la paz, Madrid, Calpe, 1920, pp. 70-71, trad. espagnole de The Economic Consequences of the Peace.

72 Il faudrait relever presque hebdomadairement les articles de The Economist.

73 Richard Keller, The Merchant Banking Era, New York, 1967.

74 Herman Van der Wee et Monique Verbreyt, La générale de banque, 1822-1997. Un défi permanent, Bruxelles, Racine, 1997. G. Kurgan van Hentenryk, “La Société Générale 1850-1934”, in ibid., pp. 63- 285.

Table des illustrations

Titre Intérêts bancaires allemands à Amsterdam (situation de 1923)
Crédits Source : Theodor Metz, Die Niederlande und ihre Kredite an das Ausland, Frankfurt a.M., 1928 p. 99 Avec compléments Broder
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/31888/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Comparaison de ratios bancaires Allemagne France : Allemagne (1926)
Crédits Source : Source Gabriel Caullet, Aide des banques à l’industrie. pp.389-395.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/31888/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Comparaison de ratios bancaires Allemagne France : France
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/31888/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Crédits Source Gabriel Caullet, Aide des banques à l’industrie, pp.113-276
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/31888/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search