Versione classicaVersione mobile

Banques, industrie et Europe du Nord

 | 
Jean-François Berdah

Deuxième partie. Hommage à Bertrand de Lafargue

Toulouse, place bancaire (dans l’entre-deux-guerres) ?

Hubert Bonin

Testo integrale

  • 1 H. Bonin, « La France », in Europäische Bankengeschichte, Francfort, Fritz Knapp Verlag, 1993 ; tro (...)
  • 2 H. Bonin, « Les banques rhône-alpines aux xixe et xxe siècles », in Yves Lequin (dir), Région Rhône (...)

1Consacrer un texte à l’histoire bancaire dans un ouvrage d’hommages à Bertrand de Lafargue n’est pas saugrenu : son « maître » ès histoire fut en effet Jean Bouvier, l’un des cinq grands pionniers de l’histoire bancaire contemporaine1 dans les années 1960-1970 ; lui-même a scruté la carrière d’Henri Germain, le fondateur et président du Crédit lyonnais ; enfin, c’est Paribas qui accompagna des intérêts français pour lancer la Société norvégienne de l’azote au début du xxe siècle – et nous avons souvent discuté de ces histoires de banque au cours de notre (trop bref) compagnonnage intellectuel. Loin de ces préoccupations de haut niveau, notre propos entend identifier les spécificités de la place bancaire toulousaine et ainsi soupeser son poids dans l’histoire de l’économie bancaire nationale. Certes, Toulouse n’a pas la réputation d’une grande place bancaire, à la dimension de Marseille, Lyon2 ou Bordeaux ; elle n’a pas été une grande cité du négoce, des trafics internationaux (du moins à l’époque contemporaine, loin des fastes anciens du pastel…), des maisons de banquiers-négociants de haute volée jouant un rôle dans les circuits de la Haute Banque au xviiie siècle et dans la première moitié du xixe siècle.

2Pourtant, la cité entretient encore le souvenir de maisons de banque qui ont marqué son histoire : un Théodore Ozenne reste encore présent à travers diverses entités culturelles ; le nom des Courtois résonne encore dans le présent puisqu’une toute petite banque a su se tailler tout récemment une « niche » dans un interstice de la grande banque « globalisée ». Enfin, des institutions jusqu’alors cantonnées dans des spécialités bien définies ont pris dernièrement une envergure nouvelle qui les insère dans le jeu de la « banque universelle » nationale. L’on pourrait suggérer que Toulouse avait failli devenir une grande place bancaire, qu’elle y avait échoué, mais qu’elle prétend s’affirmer comme une place bancaire régionale d’envergure, à l’échelle même du grand Sud-Ouest.

1. Une économie bigarrée

  • 3 Rapport d’inspection sur la succursale de la Banque de France à Toulouse, 3 janvier 1935.
  • 4 Ibidem, 21 avril 1933.

3Pendant l’entre-deux-guerres, on le sait, Toulouse frémit d’un élan d’industrialisation, mais il procure peu d’affaires à la place bancaire locale, si ce n’est par le biais des sociétés de BTP. En effet, l’essentiel des firmes industrielles appartient à la grande industrie nationale, qui trouve son financement directement sur Paris. La Banque de France signale « le rôle tout à fait secondaire que joue l’industrie dans l’économie de la place. Les fabriques créées pendent la guerre avaient pu, momentanément, conférer à Toulouse l’aspect d’une cité industrielle ; artificiellement soufflées, elles ont aujourd’hui disparu pour la plupart »3 (sauf l’ONIA). « L’utopie de Toulouse industrielle définitivement abandonnée, la ville reste ce qu’elle peut être : le centre d’approvisionnement et d’attraction d’une dizaine de départements, et la Haute-Garonne une région essentiellement agricole. Aussi bien les effets de la crise y sont, quant à présent, moins marqués et surtout moins brutaux qu’aux pays de grande concentration industrielle ou de cultures peu diversifiées […]. La place reste saine, le chômage est peu étendu, les paiements y sont toujours assez faciles. »4

  • 5 Ibidem, 8 mai 1920.
  • 6 Ibidem, 3 janvier 1935.

4« Toulouse est plus que jamais le centre régional d’approvisionnement et de consommation : les transactions commerciales y sont des plus actives ; les maisons de commerce qui les assurent, celles d’alimentation, de nouveautés et de tissus, notamment, y sont prospères »5 : ainsi définies, les limites de l’activité de négoce sont claires ; Toulouse n’est qu’une place marchande « locale » au sein de la division nationale de l’économie du négoce, et le marché de l’escompte y est donc cantonné dans le financement de ces flux « d’importation » en provenance d’autres régions. Pourtant, cette fonction à elle seule procure des occasions d’activité non négligeables, puisqu’elle se déploie à l’échelle de l’agglomération, d’une part, et du réseau de bourgades au sein duquel celle-ci est insérée d’autre part, dans la haute vallée de la Garonne ou sur les contreforts du Massif central. « D’une manière générale, le commerce toulousain, né des besoins locaux, resté à l’écart du grand trafic, et ainsi limité au demi-gros et au détail, ne s’adresse qu’à la clientèle locale. »6

  • 7 La Banque de France à Toulouse porte aisément des jugements péremptoires sur ce sujet : « Dans le d (...)
  • 8 La Banque de France à Toulouse signale des effectifs d’environ 65 000 travailleurs industriels ou a (...)

5Une telle vision serait tronquée si l’on ne prenait pas en compte par ailleurs une réelle activité industrielle ; certes sans grande capacité d’influence au sein de la division nationale de la production industrielle, un capitalisme local a pris corps soit localement soit dans les bourgades de la « région toulousaine » ou du « Midi garonnais », quels que soient ses handicaps (enclavement géographique, lacunes de la formation professionnelle, incertitudes quant à l’esprit d’entreprise au sein du capitalisme local7. Quatre branches industrielles dominent, qui constituent autant de débouchés pour le financement bancaire : la chaussure (2500 salariés en 1936 dans 60 usines, d’après la Banque de France), la confection-bonneterie (4500 salariés dans 60 usines), les travaux publics (4500 salariés) et l’imprimerie-papeterie (2500 salariés)8.

6Quelques filatures, des bonneteries, des fabriques de chaussures, des minoteries, des papeteries, constituent des poches industrielles « en peau de léopard », sans « rues » ou « cités » industrielles – puisque de telles réalités concernent des entités autonomes (Castres, Mazamet, Decazeville, au nord ; l’Aude au sud, notamment). Une activité de financement diffuse a donc pris corps depuis le xixe siècle, sans que de « grands noms » surgissent, sans « patriciat » comme dans les cités du Nord, de Normandie ou d’Alsace, par exemple, sans « marque », « image de marque » ou « avantages comparatifs » décisifs, mais avec une vitalité indéniable, certainement au profit d’une consommation de masse adaptée à l’échelle des modes de consommations de l’époque.

7Ainsi, parmi les principales « signatures » escomptées par la Banque de France en 1931 figurent des maisons de tissus ou de bonneterie, des négociants faisant travailler des PME peu ou prou à façon dans tout le Midi pyrénéen et disposant par surcroît souvent de leurs propres usines (de taille modeste par rapport aux grandes régions textiles). En fait, il semble que la place de Mazamet travaille peu par le biais de la place bancaire de Toulouse – car il doit s’agir d’opérations d’importation liées à du change, traité par les banques girondines ou même parisiennes –, et celle-ci récupère surtout du papier de maisons actives à Labastide-Rouairoux, rarement en provenance de l’Aude.

  • 9 Cf. H. Bonin, « L’industrie agroalimentaire du grand Sud-Ouest (xixe-xxe siècles). Un renversement (...)
  • 10 Rapport d’inspection sur la succursale de la Banque de France à Toulouse, 3 janvier 1935.
  • 11 « Marché de répartition dans une région où l’agriculture constitue l’élément essentiel de l’actIvit (...)

8Les activités liées à la terre9 sont relativement importantes dans le portefeuille des banquiers. Ils financent ainsi des fabriques de machines agricoles ; la minoterie (Raymond, au Mas-d’Azil, en Ariège, Minoterie du Bosquet, dans l’Aude, etc.) et le commerce des grains y tient un bon rang, et un gros compte est souvent cité, celui de Philippe de Boussac, qui mêle grains et fourrages, minoterie et conserverie, en fait une PME dynamique (67 millions de francs de chiffre d’affaires en 1930). Une filière des cuirs et peaux est, comme partout en France, plutôt active : commerce des cuirs et peaux en amont (Halle aux cuirs, etc.), boyauderie (La Boyauderie méridionale, par exemple, qui « est devenue maîtresse du marché du Midi avec l’achat en 1933 du fonds de la Coopérative de boyauderie de Toulouse »10), fabriques de chaussures en aval. Ces sociétés proches du monde agricole prospèrent dans les années 1920, puis, de façon banale, subissent les soubresauts de la crise dans la première moitié des années 1930, quand une déflation lamine les prix agricoles11 ; heureusement, la mise sur pied de la filière publique de stabilisation des cours du blé et de financement des stocks relance le marché du crédit à partir de la campagne 1936.

  • 12 La Ruche méridionale a été créée en 1905 (et transformée en société anonyme en 1907) dans la vague (...)
  • 13 « La diffusion de l’automobile et le développement des établissements commerciaux à succursales mul (...)

9La distribution constitue logiquement une branche en essor en parallèle avec l’urbanisation et l’élévation du niveau de vie : l’Union pharmaceutique du Midi, coopérative de distribution de produits pharmaceutiques dans les officines, ou La Ruche méridionale, société succursaliste localisée sur Agen12, en sont deux piliers, représentatifs d’initiatives entrepreneuriales originales, malgré la différence de leur statut social. Mais la distribution de boissons est, là aussi comme partout en France, une branche disposant d’un marché sans aléas. Une branche d’épicerie en gros, au cœur de circuits d’approvisionnement des boutiques de quartier ou de bourgade, exprime la vitalité du commerce « traditionnel ». Mais elle subit la montée en puissance du succursalisme dit « moderne » et des circuits de réapprovisionnement par automobile13. Toutes ces branches alimentent du « papier de campagne », des effets saisonniers, qui nourrissent des opérations d’escompte dans les banques et à la Banque de France.

2. Le temps des maisons de banque

  • 14 Michel Lescure & Alain Plessis (dir.), Banques locales et banques régionales en France au 19e siècl (...)
  • 15 Lescure Michel, « Banques régionales et croissance économique au xixe siècle. L’exemple de la Socié (...)

10Devant la platitude d’une telle réalité, l’on peut s’interroger sur l’intérêt de soupeser la vigueur de la place bancaire toulousaine… Or, paradoxalement, cet éclatement de l’économie locale en une myriade de PME diffuses dans les bourgades du Midi garonnais ou les faubourgs industrieux de Toulouse suscite un marché de l’argent dynamique. Si la « banque moderne », celle de la grande entreprise, du découvert, des financements import-export de haut niveau, de la « banque industrielle », semble manquer de racines en Midi-Pyrénées – sauf en ce qui concerne les liens directs des entités industrielles des firmes parisiennes –, la structure de l’économie haut-garonnaise et de ses marches favorise le maintien en activité de la « banque ancienne », autour de maisons de banque classiques. Un réseau de l’escompte garde sa vitalité et contribue à l’histoire française de la « banque locale ». La question clé est alors : est-ce que, comme dans les régions industrielles et marchandes en pointe pendant la première étape de la deuxième révolution industrielle, des bases se sont établies en faveur de la « banque régionale »14 ? Est-ce que la problématique reliant la structuration d’un tel régionalisme bancaire et l’amélioration des conditions de financement de l’industrie15 est opératoire pour la région toulousaine ?

A. Un paysage bancaire traditionnel

  • 16 Élisabeth Albert, Les Banques populaires en France (1917-1973), Paris, Economica, 1997.
  • 17 Pierre Poutensan, Le crédit à Toulouse et dans la région toulousaine dans la deuxième moitié du xix(...)

11Au lendemain de la Première Guerre mondiale, l’histoire bancaire paraît s’être quelque peu immobilisée à Toulouse ; certes, les agences des « grands établissements de crédit » parisiens – comme on dit alors – sont présentes depuis le dernier tiers du 19e siècle (la Société générale depuis 1865) ; elles ont été rejointes par la Banque nationale de crédit et par la Société marseillaise de crédit, celle-ci ayant glissé tout le long de la côte languedocienne et remonté jusqu’à Toulouse ; une Banque populaire16 y a été créée, de même qu’une Caisse régionale du Crédit Agricole mutuel en 1901. Mais on y trouve encore quelques toute petites sociétés, des maisons d’escompte, symboles de la survivance de la « banque locale » – même si la majorité des 42 maisons qui existaient en 1892 et qui ont été évoquées par Pierre Poutensan17 ont été balayées par les aléas conjoncturels et gestionnaires ; la Banque de France signale en 1920 l’existence des maisons Fauroux, Faret, Dauret, et l’on peut supposer que chacune entretient son petit fonds de commerce dans le monde de l’artisanat, du commerce, de la petite entreprise, à des taux suffisamment élevés pour éponger des risques incertains, sur la base d’un « crédit personnel » reposant sur les relations entre le banquier et ses emprunteurs et déposants ; la petite Faret est encore en activité en 1939. La place toulousaine travaille aussi avec un réseau de maisons situées dans les bourgades du Midi garonnais, comme à Saint-Gaudens (Dastre), à Martres-Tolosane (Delort), à Montréjeau (Barou), etc. Ces banquiers font escompter du papier sur Toulouse ou, du moins, ils effectuent des « remises » d’effets chez leurs confrères ou se chargent d’en encaisser pour leur compte en cas de besoin, dans le cadre des flux intrarégionaux d’approvisionnement commercial.

  • 18 Rapport d’inspection sur la succursale de la Banque de France à Toulouse, 8 mai 1920. La date de 18 (...)

12Une grosse banque locale s’est développée depuis quelques années, animée par Richard Klehe, la banque Klehe, créée en 1849, « qui s’est étendue considérablement pendant la guerre »18, peut-être en tirant parti de l’inflation de crédit qui a accompagné l’économie de guerre pour financer les firmes ayant contracté avec la puissance publique ou, comme cela a dû être le cas à son propos, avec leurs sous-traitants et fournisseurs des sociétés délégataires de marchés.

  • 19 Cf. Jean-Pierre Allinne, « A propos des livres comptables de la banque Courtois à Toulouse à la vei (...)
  • 20 Rapport de l’Inspection générale de la Banque de France à la succursale de Toulouse, 1887, archives (...)
  • 21 Ibidem, 1888.

13Parallèlement, une autre maison familiale s’affirme elle aussi : plongeant dans la première révolution bancaire, celle des années 1750-1850 – comme l’a montré Jean-Pierre Allinne19, Courtois marque la résistance de certaines sociétés traditionnelles aux aléas de la conjoncture et de la concurrence, grâce aux qualités gestionnaires et relationnelles de la famille propriétaire et dirigeante. Cette dynastie bancaire avait émergé à Toulouse depuis les années 1760 autour de la famille Courtois, qui avait fait de sa maison la plus grande de la douzaine de banques de Toulouse dès les années 1870-1880. Franck Courtois II de Viçose (1840-1905) était devenu (pour plus d’un quart de siècle) l’animateur de la société tandis que son cousin Henri Courtois se contentait d’une activité de ‘capitaliste’, gérant une énorme fortune (4 à 5 millions de francs) et effectuant des placements en Bourse ou en opérations immobilières parisiennes. Courtois était un notable toulousain d’autant plus que la cité manque de capitaines d’industrie et d’un patriciat de négociants ; c’était une figure discrète de la ‘bonne bourgeoisie’ du cru, président de la Chambre de commerce, administrateur de la Caisse d’épargne de Toulouse, mais sans prendre part aux tumultes politiciens ou aux débats qui marquent ce qui devient la capitale du radicalisme du Sud-Ouest. Peu à peu, son propre fils, Armand Courtois II (1870-1947), était venu l’épauler à la banque ; et, au 1er janvier 1903, les deux hommes se sont associés au sein d’une nouvelle société, au capital de 900 000 francs, dont 600 000 francs apportés par Franck Courtois. Au décès de son père en 1905, Armand Courtois II était devenu le seul dirigeant de la banque, mais il s’était vite associé à son frère Louis Courtois II (1879-1945), dans « une société de fait dont la surface représente 3 millions de francs » (1908). Cependant, leur maison avait souffert de graves difficultés pendant la Grande Dépression des années 1880-1890 et avait perdu quelques millions de francs, mais elle en avait émergé avec élasticité. Franck Courtois avait relancé le combat : « Malgré les pertes subies pendant les dernières années, il a conservé une excellente situation. On estime qu’il possède encore plus de 3 millions de francs. Il a épuré la clientèle et refuse les dépôts. Il ne présente que du papier court »20. C’était un freinage sensible de l’expansion antérieure, un repli par rapport à l’élan de la seconde révolution bancaire, un retour à une conception stricte de maison d’escompte locale, qui « n’a de dépôts que des membres de sa famille [et] ne présente que du papier en général très divisé et très court »21. La maison continuait à écarter durablement toute stratégie de ‘banque de dépôt’ : « Pas de dépôts », signalait encore la Banque de France en 1903, ce qui la forçait à travailler avec les 4 à 5 millions de ressources procurées par la famille : « Dépôts importants effectués exclusivement par divers parents des associés » (1908). Des proches, certainement des ‘capitalistes’ locaux, apportaient à la Banque de France des titres en garantie des opérations de réescompte de Courtois auprès de la banque centrale.

14La relative faiblesse du développement de la région dans l’industrie ou le négoce imposait à la banque de se satisfaire d’une clientèle somme toute fragile, à l’envergure souvent moyenne, et surtout implantée dans des branches sans grand lustre. La relance des activités bancaires et la concurrence auraient imposé d’accepter des clients de surface aléatoire. Le métier d’escompteur évoluerait vers celui de quasi-maison de Haute Banque, qui accepterait d’octroyer des crédits durables, avec « l’obligation où elle se trouve de commanditer ses clients pour se les attacher » (1899) : c’est que sa « belle et fidèle clientèle […] a souvent besoin de découverts » (1902). Autant qu’on puisse reconstituer cette clientèle à travers le détail du réescompte de la Banque de France, elle était évidemment d’abord commerciale : des firmes d’épicerie et de distribution (Deltel, Dupuy), la société succursaliste Société de L’Épargne, des marchands de gros ou demi-gros (Graille, Razal, dans les grains ; Pagès, dans les produits quincailliers et les fers, la plus importante société de la place ; Roudil, dans les vins). Peu d’industriels émergeaient : dans l’huilerie (Clastre), dans la fonderie (Demaux ; Société métallurgique de l’Ariège, à Pamiers), la chaussure (Gril, Pons, Sénac), la filature de coton (Manuel frères), les Verreries de Carmaux, le charbon même, avec les modestes Mines de Champagnac (une société du Cantal qui possède une mine à Cransac, dans l’Aveyron) ; enfin était apparue parmi la clientèle la Société toulousaine d’électricité qui, créée en 1888, dispose d’une chute d’eau à Bazacle. Courtois s’appuyait sur des banques locales (une douzaine en 1907) qui relayaient son activité ou lui fournissaient du papier à escompter, telles Cadenat à Castelnaudary, Lasvignes à Salies-de-Salat, Pouyanne à Orthez, ou Rouget à Pamiers, dans le Piémont pyrénéen. Elle jouait le rôle de maison de réescompte de plusieurs banques de la région ou de Toulouse même, y compris la Banque populaire coopérative de Toulouse. À la Belle Époque, Courtois entretenait un fonds de commerce solide : « Bonne clientèle comprenant les principaux établissements industriels et commerciaux de la région » (1907), avec un « compte très élastique » à la Banque de France, ce qui dénotait la qualité des effets escomptés.

15Les deux frères Armand et Louis Courtois, « richement mariés tous les deux » (1912), « passent pour posséder plus de 2 millions de fortune » (1912). Famille riche et honorable, banque solide et honorée : les Courtois achevaient leur parcours d’avant-guerre avec discernement et talent, même si le niveau de leur fortune paraissait bien inférieur à la situation des années 1870-1880 ; au niveau des quatrième (Franck II) et cinquième générations (Armand II et Louis II) bancaires, la famille n’a pas accumulé depuis les années 1890 les gains qui lui auraient permis d’égaler l’accumulation de capital obtenue pendant les trois premiers quarts du xixe siècle. Si elle plaçait sa banque au premier rang sur Toulouse (loin devant Klehe), son capital propre (900 000 francs) et son envergure limitaient son accession parmi les banques provinciales symbolisant la deuxième révolution bancaire ; ses choix stratégiques (pas d’agences, pas de collecte de dépôts, pas d’activité de placement de titres) en faisaient une grosse banque locale, plutôt traditionnelle et rattachée à la première révolution bancaire.

B. Crise et adaptation

  • 22 Après avoir dirigé en 1874-1876 l’agence locale du Crédit agricole, une entreprise éphémère mise su (...)
  • 23 H. Bonin, « Une grande entreprise bancaire : le Comptoir national d’escompte de Paris dans l’entre- (...)

16Ce paysage bancaire évolue sensiblement dans l’entre-deux-guerres, tout comme à Bordeaux d’ailleurs. La concurrence s’exacerbe ; déjà, vers 1895, le Comptoir national d’escompte de Paris (Cnep) avait pris le contrôle de la maison de banque locale Ozenne22 – tout comme il avait acquis sur Bordeaux la maison Lafargue au début des années 1890 –, dans le cadre d’une stratégie de pénétration du monde des PME sur les plus grandes places marchandes et industrieuses23. La banque Adam, de Boulogne-sur-Mer, descend jusqu’à Toulouse ; en fait, pendant la guerre, elle avait replié sa direction à Poitiers et son punch l’avait amenée à découvrir le potentiel de plusieurs places du grand Sud-Ouest et à y établir des agences ; elle les conserve à la paix et déroule ainsi un maillage léger sur tout l’ouest atlantique, qu’elle étend jusqu’à Toulouse au tournant des années 1930 : elle reprend en effet à Toulouse la maison Dehocqd Siccard – dont nous ne savons rien, en fait.

Klehe au sein de la Banque privée

  • 24 H. Bonin, Les banques françaises de l’entre-deux-guerres, Paris, Plage, 2000 (trois volumes). Jean- (...)
  • 25 H. Bonin, « Le Crédit lyonnais, la Société générale et les autres : essai d’appréciation des rappor (...)

17L’événement clé est le passage de Klehe sous l’emprise de la Banque privée Paris-Lyon-Marseille : cette société se rattachait au groupe des banques « parvenues » (CCF, BNC, Adam, groupe Bauer-Marchal autour de la Banque d’Alsace-Lorraine)24 qui venaient titiller les grandes banques de dépôt parisiennes (Société générale, Crédit lyonnais, Cic, Cnep) par une croissance externe et interne rapide et par une combativité extrême. Issue de la place lyonnaise, la Banque privée s’était affirmée comme une banque d’envergure nationale déployée sur plusieurs régions clés ; hormis le sillon rhodanien, son fief, et la région parisienne, son objectif essentiel, elle s’était érigée en banque du grand Sud en menant une stratégie de déploiement de la Provence au sillon garonnais, où la clientèle des PME constituait, pour elle aussi, un segment de marché essentiel pour la consolidation de son activité. La Banque privée se voulait entreprenante, désireuse de brûler les étapes face au match mené alors par les deux rivaux Société générale et Crédit lyonnais pour l’hégémonie bancaire en France25 – la Société générale ayant pris temporairement la tête entre 1921 et 1928. Les Klehe cèdent à coup sûr à l’attrait d’une proposition d’achat alléchante, d’autant plus qu’ils conservent la direction de ce qui devient la succursale de la Banque privée sur Toulouse.

  • 26 H. Bonin, « La splendeur des Samazeuilh, banquiers à Bordeaux (1810-1913) », Revue historique, 1993 (...)

18Ainsi, comme beaucoup de grosses banques locales, Klehe a préféré s’insérer dans un ensemble vaste qui lui procure un adossement (alors supposé) solide, des capacités de refinancement plus amples et souples. Mais ce rattachement s’effectue dans de bonnes conditions, sans qu’une crise ne l’y ait contrainte, contrairement à la grande banque locale bordelaise Samazeuilh26 en 1913.

Courtois vers un modèle de banque « moderne » ?

  • 27 Rapport de l’Inspection générale de la Banque de France à la succursale de Toulouse, 1921.

19Par contre, les membres de la cinquième génération familiale, les deux fils de Franck Courtois II, Armand Courtois II et Louis Courtois II, s’avèrent partisans du maintien de leur société et, pour cela, se révèlent comme des stratèges clairvoyants. Ils discernent tôt les défis qui se posent à toute banque locale importante : soit elle est balayée par les grands établissements de crédit, voire se fait racheter par eux, soit elle se replie sur des niches modestes, comme la gestion de fortune et le placement de titres ; soit enfin elle prouve sa volonté de s’insérer elle aussi dans la compétition. Dès le 18 août 1919, Armand et Louis Courtois transforment la maison en société anonyme, dotée d’un capital de 7 millions de francs, très vite porté à 10 millions en avril 1921. Tandis que les Courtois obtiennent 2 millions pour l’apport de leur actif, ils élargissent les bases de leur banque en levant des fonds parmi le monde de leurs relations bourgeoises locales : « une centaine de souscripteurs, tous parents ou amis de la famille » procurent 5 millions de francs. Leur clientèle leur fournit un vivier d’actionnaires moins intimes, mais prompts à épauler la métamorphose de leur banquier : « Les trois derniers millions sont répartis entre trois cents actionnaires d’origine diverse. »27

  • 28 H. Bonin, La Banque de l’union parisienne. Histoire de la deuxième banque d’affaires française (187 (...)
  • 29 Rapport de l’Inspection générale de la Banque de France à la succursale de Toulouse, 1920.
  • 30 Ibidem, 1921.

20Un second changement décisif consiste dans l’appel à un parrain parisien. Tout comme Tarneaud à Limoges quelques années plus tard, les Courtois choisissent de se lier avec la Banque de l’union parisienne28 : la banque d’affaires entre pour 10 % dans le capital en souscrivant pour un million de francs en 1920. La nécessité de disposer d’un recours permanent de refinancement s’avère nécessaire dans une période de vive croissance, mais aussi de volatilité de la monnaie, voire des dépôts ; de façon classique, la banque d’affaires devient un relais utile pour tous les contacts bancaires courants avec la place parisienne, ce qui facilite les opérations d’une banque toulousaine dont de plus en plus de clients entretiennent des carnets de commande sur la capitale. Armand Courtois de Viçoze en devient le président, Louis Courtois l’administrateur délégué ; ils s’appuient en 1919-1925 sur un directeur, Laromiguière, un professionnel puisqu’il a été sous-directeur de l’agence de Toulouse de la Société générale… « Maison bien dirigée, qui jouit toujours d’un très bon crédit »29 : l’héritage d’honorabilité est soigneusement entretenu, mais la firme franchit le pas de la modernité. Armand et Louis Courtois s’avèrent des stratèges impatients de se confronter avec l’expansion. D’ailleurs, « cette première augmentation de capital est pour partie au moins destinée à faire face aux frais d’acquisition et d’aménagement du nouvel immeuble inauguré au début de novembre 1920. Les communiqués insérés dans la presse locale à cette occasion insistent avec complaisance sur la modernisation non seulement de l’installation, mais aussi du programme et de l’esprit de la banque »30. Certes, des observateurs, comme la Banque de France, écarquillent les yeux devant de tels changements qui leur semblent une rupture avec la banque locale entretenue jusqu’en 1905 par Franck Courtois, et on s’interroge sur les capacités de ses fils à assumer de telles responsabilités.

  • 31 L’ancien directeur de la banque Maraval, Assemat, est gardé par Courtois comme directeur de l’agenc (...)

21Courtois se pose en banque régionale, et non plus en grosse banque locale : au lieu de se reposer seulement sur un réseau informel de correspondants sur chaque petite place du Sud-Ouest toulousain, pyrénéen et languedocien, elle décide de se doter d’un réseau de guichets, qui lui permet de capter des courants d’affaires avec plus de force. Elle absorbe peu à peu une ribambelle de maisons d’escompte : Noël Rodier à Revel (arrondissement de Toulouse) (vers 1920) ; Maraval à Lavaur31 (arrondissement de Castres, dans le Tarn) (au milieu des années 1920) ; Ribayrol à Montauban (capitale du Tarn-et-Garonne) (au milieu des années 1920) ; Guizard au Mas-d’Azil (arrondissement de Pamiers, en Ariège) ; Clarac à Pamiers et à Saint-Girons (Ariège) (en 1928). La maison J. Gheusi à Castres, forte de sept guichets dans le Tarn, est acquise en 1933, en aboutissement du mouvement enclenché dans les années 1920. Par ailleurs, Courtois ouvre des agences à Auch et Mirande, dans le Gers, et multiplie les bureaux périodiques ici et là. Désormais, l’enseigne Courtois est présente dans plusieurs départements et sur une quinzaine de guichets : outre la Haute-Garonne, elle est hissée dans le Tarn, le Tarn-et-Garonne et l’Ariège, avec des bureaux aussi dans les Hautes-Pyrénées, en une réussite qui récompense le volontarisme d’Armand et Louis Courtois. Cela dit, la banque Courtois reste indéniablement une maison toulousaine ; le Siège gère en effet en direct une énorme majorité des crédits, notamment en faveur des nombreuses entreprises moyennes-grandes qui constituent l’ossature de sa clientèle.

  • 32 Ibidem, 1923.
  • 33 Ibidem, 1920.
  • 34 Bayle, tissus à Toulouse ; Daydé, bonneterie, « maison ancienne, de gros et demi-gros » (1920) ; Es (...)

22Courtois maintient sa fidélité envers nombre de maisons d’escompte et continue à réescompter leur papier, tandis que les partenaires s’assurent le recouvrement réciproque de leurs effets : G. Castéra à Lectoure (Gers), « client assidu de la banque Courtois, dont il a souscrit 167 actions et à laquelle il réescompte son papier » ; F. Delort, à Martres-Tolosane, « remet à Courtois du papier concernant une clientèle locale », etc. Elle manie donc d’épaisses brassées de papier de commerce et de chèques, sur plusieurs grosses places, ce qui la met en contact avec les succursales de la Banque de France pour en obtenir un refinancement rapide, notamment à Montauban, mais surtout à Auch et bien sûr à Toulouse. Fondamentalement, les activités de Courtois restent tournées vers ces innombrables PME de l’industrie légère et du négoce, qui constituent le cœur de l’économie du Midi toulousain. Mais ces firmes voient leurs flux de papier commercial s’épaissir, soit qu’elles travaillent pour des donneurs d’ordres extrarégionaux, voire parisiens, soit qu’elles se consacrent à l’approvisionnement des besoins locaux ou à la collecte des ressources du cru. « La banque a conservé une bonne et fidèle clientèle commerciale, qui n’oublie pas les services rendus »32 : c’est le socle de son fonds de commerce, car « Toulouse est plus que jamais le centre régional d’approvisionnement et de consommation ; les transactions commerciales y sont des plus actives ; les maisons de commerce qui les assurent, celles d’alimentation, de nouveautés et de tissus notamment, sont très prospères ; par ailleurs, les agriculteurs ont largement profité de la hausse des prix »33. Les négociants en tissus et habillement constituent un pan essentiel de la clientèle de Courtois, avec une douzaine de maisons particulièrement importantes34. Le secteur agroalimentaire est aussi, de façon classique, un débouché vaste, notamment grâce aux marchands de vins en gros et surtout aux firmes d’épicerie en gros, qu’elles soient traditionnelles, comme Barousse, avec son « papier commercial divisé tiré sur une bonne clientèle de détaillants, qu’il approvisionne » (1926), ou qu’elle reflète une forme moderne de distribution succursaliste, telle L’Épargne, une grosse société dotée de 200 magasins et même cotée à la Bourse de Toulouse.

  • 35 Razat, grains et fourrages à Toulouse ; Murat & Rouquet, droguerie pharmaceutique à Toulouse ; Maur (...)
  • 36 Fabricants de chaussures apparaissant parmi les clients : Labouille (20 salariés), Laffitte, Lapeyr (...)
  • 37 Des fabricants de chemises : Laporte, Ratier & Verdié, la Société des ferronneries du Midi, à Toulo (...)

23Nombre de grossistes accompagnent ces leaders pour animer les opérations de la banque en crédits saisonniers ou découverts pour financement de stocks35. L’industrie diffuse consomme de bonnes quantités de crédit, des crédits saisonniers et de campagne : le monde du cuir est une source d’activité abondante, surtout grâce aux fabricants de chaussures36. Des dizaines de sociétés s’occupent de niches spécifiques, sans dimension nationale ni même méridionale, mais chacune sait exploiter ses ressources locales ou son marché captif, dans l’industrie du papier, de l’habillement, du fer, de l’agroalimentaire, etc.37 On mesure mal le rôle joué par Courtois sur Mazamet, forte place textile, mais il semble qu’elle y finance quelques flux de papier de commerce, sans apparemment y être toutefois la banque leader.

24Comme toute banque provinciale, Courtois manie une énorme quantité de papier de commerce dont elle assure le recouvrement et l’escompte ; elle reste une banque d’escompte, attachée à des règles de qualité strictes et à la présentation de beaucoup d’effets à courte échéance, aisément mobilisables à la Banque de France. Cependant, forte de ses dépôts relativement stables, car ils comportent une part importante de dépôts de familles proches (quelques millions de francs) et de dépôts à terme, elle reste fidèle à sa politique traditionnelle de patronage des initiatives des milieux d’affaires régionaux ; elle aussi, à une bien moindre échelle que les banques du Nord et avec plus de discrétion que les banques dauphinoises ou alsaciennes, elle pratique la ‘banque régionale’, si ce n’est la ‘banque à l’allemande’, c’est-à-dire une distribution active de découverts, souvent durables.

25Dans le Midi toulousain, trop de firmes locales ont été dopées par la guerre, qui leur a ouvert des débouchés amples, mais éphémères grâce aux commandes militaires (chaussures, habillement, surtout). D’autre part, des hommes d’affaires se sentent grisés par cette accumulation (à leur échelle locale, toutefois) de bénéfices et par le boum d’après-guerre ; des sociétés se créent ou se développent fortement, parfois sur la base de regroupements d’intérêts. Le Midi garonnais éprouve une certaine fièvre de croissance au début des années 1920, ce qui suscite des investissements, mais ce qui nécessite aussi des apports de fonds temporaires, donc des crédits bancaires. En sus des grands établissements de crédit et de Klehe, Courtois ne peut que participer à ce mouvement. Courtois est confrontée aux aléas d’une croissance rapide, peut-être trop forte. Les déchets d’une distribution de crédit trop active s’avèrent en effet nombreux au milieu des années 1920 : nombre de firmes emportées par l’élan de l’après-guerre et l’inflation ne peuvent plus supporter le poids de leurs erreurs de gestion, de la concurrence et des soubresauts monétaires.

  • 38 Parmi ces clients en difficulté figurent : les Aciéries de Toulouse (qui fabrique des pièces pour m (...)
  • 39 Rapport de l’Inspection générale de la Banque de France à la succursale de Toulouse, 1926.

26La maison se retrouve confrontée à des comptes de découverts délicats, à quelques clients plutôt « lourds ». Elle « a eu à supporter des mécomptes résultant de pertes importantes éprouvées par certains clients38 trop facilités dans leurs entreprises, et qui a dû affecter le montant des bénéfices du dernier exercice à des amortissements de créances et à la constitution de provisions rendues nécessaires par les circonstances (clients en liquidation, moins-value du portefeuille, etc.) »39, pour un montant de presque 2 millions de francs en 1925-1926… Par chance, Courtois trouve tous les refinancements nécessaires pour mobiliser ses découverts, soit auprès de sa marraine, la BUP, soit auprès d’autres banques parisiennes (Cic, Paribas, en particulier) ; elle n’a pas donc pas besoin, comme d’autres banques régionales en difficulté à cette époque, de faire appel au refinancement de la Banque de France. Les bénéfices d’exploitation permettent d’absorber les provisions, voire les pertes, sans trop d’inquiétude : il reste encore 802 000 francs de profit net en 1926, après 1 million d’amortissements sur pertes, et le dividende, de 50 francs en 1925, est encore porté à 60 francs en 1926, tandis que le cours de l’action augmente de 600 à 800 francs à la Bourse de Toulouse.

  • 40 Ibidem, 1927.
  • 41 Ibidem, 1927.
  • 42 Ibidem, 1928.

27Toutefois, des mesures s’imposent pour redresser la barre en 1925-1926 ; les Courtois réussissent à maîtriser la situation, sans que soit remises en cause l’indépendance de la maison, leur légitimité familiale, leur compétence managériale. Armand et Louis Courtois doivent révoquer leur directeur, Laromiguière, et assumer seuls la conduite de leur maison. Il semble qu’Armand Courtois II n’exerce plus de pouvoir exécutif direct ; Louis Courtois, désormais administrateur-directeur général, mène le combat d’assainissement ; mais il recrute comme directeur en 1927 Louis d’Esparbès, « ancien chef de service du Crédit lyonnais, jeune, intelligent et actif, mais dont l’expérience doit encore s’affirmer »40. Assiste-t-on dès lors à quelque transfert progressif et implicite du pouvoir managérial au sein de la banque familiale ? Aucune conclusion ne peut être formulée puisque la seule source disponible, l’opinion du directeur de la succursale de la Banque de France, peut paraître trop critique… : selon lui, il semble que Louis Courtois laisse D’Esparbès prendre en main la gestion des risques bancaires ; il « se charge surtout des relations extérieures »41 de la banque, en « homme du monde, sans doute assidu, mais confiant et superficiel »42

  • 43 Ibidem, 1928.

28À la fin des années 1920, le redressement de Courtois est indéniable, mais elle manque d’assise financière et humaine ; son capital est devenu insuffisant par rapport à l’extension de ses affaires ; son équipe dirigeante reste trop maigre – même si l’on n’est pas tenu d’adhérer à l’opinion cinglante de la Banque de France : « Les deux directeurs, Louis Courtois, et D’Esparbès, ancien démarcheur, actif, loquace et glorieux, s’attribuant volontiers l’amélioration de la situation de la banque qui ne tient qu’aux événements, peuvent se compléter au point de vue social, mais ne constituent pas à eux deux l’homme d’affaires qui serait nécessaire à la tête de cette importante maison »43. Or la BUP se contente d’un rôle fort effacé de refinanceur parisien, sans aucune interférence dans la conduite de la société ; et nulle augmentation de capital n’est décidée avant 1932-1933 (pour la reprise de la banque Gheusi), sans doute parce que les Courtois craignent de voir leur part dans le capital se diluer.

  • 44 Ibidem, 1931.

29Il est vrai que leur capital de relations, leurs racines régionales, leur réseau, peut-être la moindre combativité des agences des grands établissements de crédit, procurent à Courtois une force incomparable sur les places du Midi toulousain ; d’autre part, cette clientèle reste divisée, tournée surtout vers le négoce de gros et demi-gros, sans beaucoup de comptes importants ; c’est une myriade d’affaires moyennes qui alimentent des flux de taille modeste, mais sans anicroche et apparemment fort rentables, car il semble que les tarifs entretenus pour les crédits par découvert aient été relativement élevés, dès lors que nombre de firmes locales, manquant de fonds propres et assoiffées de fonds de roulement, devaient se résigner à accepter de telles charges d’intérêt : « Les profits substantiels et faciles des dernières années, intéressants par eux-mêmes et par les larges amortissements qu’ils permirent, ont trop souvent incité la banque Courtois à assumer des risques hors de proportion avec les mérites des engagés et avec ses propres moyens. »44

  • 45 H. Bonin, « Les mutations des banques du Sud-Est dans l’entre-deux-guerres (1919-1935) », Cahiers d (...)
  • 46 H. Bonin, « Les banquiers grenoblois des années 1890-1940 : un modèle spécifique ? », in Hervé Joly (...)

30Si le fonctionnement des opérations courantes peut se déployer dans de telles conditions, en raison même de la spécificité de cette clientèle éclatée, disparate, d’où émergent quelques grands clients de qualité – une demi-douzaine de comptes débiteurs seulement bénéficient de découverts supérieurs à un million –, on ne voit pas pourquoi les Courtois ne persévéreraient pas dans leur politique. On comprend mal pourquoi les Courtois ne parviennent pas à élargir peu à peu la base de leur capital, en s’appuyant sur des notables locaux. Ils ne disposent pas d’un vivier d’industriels, aptes à placer quelques dizaines ou centaines de milliers de francs dans le capital de leur banque ; aucune communauté des affaires industrielles et bancaires ne peut ainsi se constituer comme dans les grandes régions industrialisées (Est, Lyon45, Isère46, et, bien sûr, Nord, par exemple), faute de capitalistes… Les rares industriels du cru ne paraissent pas disposer eux-mêmes d’une envergure suffisante, ni les négociants en gros brasser assez de fonds pour en détourner une fraction en un investissement dans le capital de leur banque.

31Ces limites apparaissent au grand jour quand surgit la crise bancaire du début des années 1930 : Courtois est alors victime d’une ruée sur ses dépôts ; la couverture de ses risques durables, les découverts par compte débiteur, est de moins en moins assurée par le simple jeu de la compensation entre les comptes de dépôt, le bilan devient malsain ; un encours de 9 millions de francs de comptes débiteurs litigieux doit être supporté tout au long des années 1934-1936, soit l’équivalent des deux tiers des fonds propres. Pour maintenir Courtois à flot, il faut un refinancement important de la BUP et de la Banque de France ; celle-ci lui procure par exemple, à la date d’octobre 1931, un réescompte généreux d’un montant de 25,844 millions de francs, dont 20 millions sur Toulouse même et 5,8 sur ses quatre succursales d’Auch, Castres, Montauban et Pamiers ; et encore en avril 1933 un soutien de 14,668 millions de francs.

32En fait, son papier de crédit est plutôt sain, mais il faut du temps – plusieurs trimestres – pour recouvrer les créances, recréer des liquidités, assainir le bilan ; heureusement, le capital immatériel dont dispose la maison est intact grâce à la réputation de la famille, puisqu’elle n’est pas impliquée dans des scandales, des spéculations, de mauvaises affaires, contrairement à nombre de banques familiales à l’époque (comme en Isère).

3. Une révolution : une grande banque moderne à Toulouse ?

  • 47 H. Bonin (et alii), Histoire de banques. Crédit du Nord, 1848-1998, Paris, Hervas, 1998 et 2003.

33Face à cette maison familiale classique, mais dorénavant adaptée à la banque « moderne » et aux succursales des banques d’autres places (parisienne, lyonnaise ou marseillaise) – sans parler de l’agence de la Banca Commerciale Italiana, tournée vers la clientèle des immigrés transalpins ni des banques mutualistes –, le modèle de la banque moderne, celui de la banque de dépôt à statut de société anonyme et à capital dégagé de l’emprise de familles d’investisseurs et gestionnaires, n’a pas percé à Toulouse, contrairement à l’Alsace, le Nord47 ou Marseille. Or la crise bancaire elle-même fournit à Toulouse l’occasion de devenir un pôle bancaire substantiel en accueillant une « banque nouvelle ».

A. La création de la Société toulousaine de Cic

34En effet, quand le krach bancaire éclate en automne 1930 et s’aggrave en 1931- 1932, la chute de diverses banques mi-nationales mi-plurirégionales constitue soudain un danger politique et social pour les pouvoirs publics : les épargnants et déposants risquent d’être mécontents de perdre leurs avoirs ; les entreprises peuvent subir une déflation de crédit qui accentuerait encore la crise économique ; les PME régionales en particulier seraient désormais soumises à l’emprise des géants parisiens (notamment les deux grandes banques d’affaires et les trois grandes banques de dépôt). Enfin, la proximité des élections législatives du printemps 1932 incite à des mesures de sauvegarde. La Banque de France intervient en tant que prêteur en dernier ressort et assure un réescompte massif ; le Trésor public la relaye pour assurer la transition au sein de quelques établissements (BNC, Bal) ; l’État prend en main la réorganisation du secteur bancaire en surmontant la grogne des gros banquiers désireux d’éliminer des concurrents trop combatifs et même malsains dans leurs pratiques de « banque mixte » et en passant outre aux propres théories libérales qui animent la majorité de centre-droit, au nom e l’intérêt général.

35Aussi délègue-t-il au Crédit industriel & commercial (Cic) la mission de sauver les meubles ; le Cic était déjà devenu un groupe confédéral en devenant le parrain d’une douzaine de banques régionales dont il était actionnaire minoritaire, à qui il fournissait des cadres expérimentés, un refinancement régulier et dont il renforçait le « crédit » par le simple fait de son parrainage tant était bonne sa réputation de banque sage, cantonnée strictement dans l’escompte, la banque de dépôt liquide et une bonne gestion – jugée même un peu conservatrice sur la place parisienne. Le Cic prend donc en charge les banques de l’Est en déconfiture et les insère dans deux maisons assainies (Société nancéienne et Crédit industriel d’Alsace-Lorraine) ; mais on lui confie aussi la Banque générale de Bourgogne et la Banque privée, en juin 1931. Il brise l’unité de cette dernière et réunit tous les tronçons situés dans le grand Sud-Est et la Banque générale de Bourgogne au sein d’une Société lyonnaise de dépôt et de crédit industriel métamorphosée de grosse banque locale en grande banque plurirégionale. Divers blocs de la Banque privée rejoignent les autres maisons régionales patronnées par le Cic.

  • 48 Le Cic procure d’abord 9,590 millions de francs d’argent frais lors de l’assemblée générale constit (...)
  • 49 Procès-verbal du conseil d’administration de la Société toulousaine de Cic, 4 juin 1931.
  • 50 Roque est l’ex-banque Léopold Roudier.

36L’idée surgit alors de fédérer les agences de l’ex-Banque privée situées dans le Midi garonnais pour tirer parti de l’héritage d’influence et du fonds de commerce légués par l’ex-Klehe, pour tenir compte aussi certainement du « patriotisme de clocher » quelque peu « occitan » qui reste vivace dans ces contrées. Enfin, le maintien d’une entité autonome permettrait un accès aisé au réescompte de la succursale de la Banque de France, car le Cic ne pourrait faire face à lui seul à tous les besoins de refinancement de toutes ses filiales provinciales. Des accords sont conclus entre le Cic et la Liquidation de la Banque privée les 13 et 15 juin 1931, approuvés par l’assemblée générale du CIC le 25 juin48. C’est ainsi que naît la Société toulousaine de Cic, dès le 4 juin 1931, lors d’une assemblée constitutive, suivie de plusieurs assemblées générales extraordinaires pour ratifier les diverses étapes de l’opération d’apport de ses actifs par la Banque privée : elle regroupe 32 guichets permanents et 40 bureaux périodiques. « Elle a été constituée en vue d’exploiter les fonds de commerce exploités dans les agences de Béziers, Montpellier et Toulouse de la Banque privée et dans les sous-agences et bureaux en dépendant. »49 Elle reprend dès décembre 1932 la petite banque Roque, sur Béziers, qui lui apporte trois guichets supplémentaires (Béziers, Pézenas et Saint-Chinian)50. Elle mobilise alors 410 salariés.

  • 51 Rapport d’inspection sur la succursale de la Banque de France à Toulouse, 13 octobre 1931.

37Une ambiguïté fondamentale entoure toutefois la jeune Société toulousaine ; l’on ressent en effet la méfiance du cic devant la fragilité économique de la région et donc devant les risques auxquels est promise sa filiale, d’autant plus que, pendant les premiers mois, il lui procure un découvert permanent qui refinance ses opérations, puisqu’elle manque de dépôts pour assurer le contrepartie de ses crédits. Il reste quelque peu écartelé entre une volonté de contrôle strict et méticuleux et son désir de laisser émerger un pôle de gestion déconcentré : est-ce que cette filiale peut s’émanciper quelque peu ? acquérir une marge de manœuvre ? ou n’est-elle de facto qu’un prête-nom pour recouvrir une simple succursale du Cic ? La Banque de France elle-même décèle cette alternative : « L’ancienne clientèle de Klehe & C° maintiendra vraisemblablement à la Société toulousaine la confiance qu’elle avait témoignée à la Banque privée. On peut cependant percevoir, notamment de la part de firmes importantes, une certaine hésitation qui se traduit par la diminution sensible des dépôts. À cet égard, la nouvelle société, qui n’a encore de toulousaine que le nom, gagnerait à ne pas se confirmer dans cette formule [mi-autonomie mi-centralisation de la gestion] sans doute inspirée à l’origine par des considérations d’un ordre particulier [politique, en fait]. L’affirmation du caractère régional de l’organisme par le choix judicieux de quelques points d’appui [des administrateurs issus des milieux économiques locaux] aurait certainement un effet salutaire. »51

  • 52 Rapport d’inspection sur la succursale de la Banque de France à Toulouse, 21 avril 1933. Charles Ro (...)

38C’est que, loin de disposer d’autonomie, la Société toulousaine n’est alors qu’une excroissance parisienne : son siège lui-même est installé d’emblée au siège du Cic, qui gère en direct ce qui semble n’être qu’une simple entité administrative… « N’a de Toulousaine que le nom. Capital entièrement aux mains du CIC, siège social et direction générale à Paris. »52 Le patron opérationnel est un homme du Cic, Fernand Arnaud, qui exerce la direction générale depuis Paris ; puis, quand il devient directeur général adjoint à la Société nancéienne le 12 juin 1934, lui succède Jean Magnin, l’inspecteur général au sein de la direction des relations régionales du Cic, direction qui exerce le pouvoir de facto. Cependant, nous l’avons dit, il est essentiel de maintenir les apparences pour conserver la clientèle et pour obtenir le relais du refinancement de la succursale locale de la Banque de France, qui atteint en avril 1933 un montant de 13,855 millions de francs, soit presque autant que ce qui est alors accordé à Courtois (14,668 millions) et encore 14,097 millions en décembre 1934.

  • 53 Rapport d’inspection sur la succursale de la Banque de France à Toulouse, 13 octobre 1931.
  • 54 Ibidem, 21 avril 1933.
  • 55 Ibidem, 3 janvier 1935.

39Cela dit, un cadre local, le dirigeant de la succursale de Toulouse, « Amilhau, directeur de valeur et homme de relations agréables »53, bataille pour renouer les liens avec la clientèle : « La réussite tient pour une large part à la personnalité des directeurs, très Toulousains, qui, aux yeux de beaucoup, représentent encore la banque Klehe. »54 « Ses deux directeurs, [Jules] Amilhau et [André] Péridier, connaissent particulièrement bien la place et se montrent toujours prudents et actifs. »55

  • 56 Ibidem, 13 octobre 1931.
  • 57 Ibidem, 29 janvier 1937.

40L’antenne toulousaine enclenche un processus de développement de l’activité bancaire, qui bénéficie de bases réduites, mais solides et saines : « Les bordereaux remis [au réescompte de la Banque de France] sont composés en majorité d’excellents effets créés à Toulouse ou dans le voisinage immédiat »56, en particulier dans la branche des tissus et de la bonneterie, dans la distribution ou le secteur de la papeterie et de l’imprimerie. « Divisés et provenant d’une clientèle sérieusement choisie dans l’ensemble, les escomptes commerciaux sont en général de bonne tenue. »57 La principale vocation de cette jeune maison semble en fait devenir le placement de titres : c’est une banque de courtage qui vient solliciter les fortunes bourgeoises des cités du Midi toulousain et languedocien ; elle place ainsi 78,6 millions de francs de titres en 1932 et 65,4 millions en 1933.

B. Des doutes sur le sort de la Société toulousaine

41La réussite de la jeune Société toulousaine est satisfaisante, puisque son fonds de commerce a été préservé et son activité s’avère correcte.

42Plusieurs questions se posent au Cic. L’une d’elles est d’abord stratégique : Est-ce qu’une banque régionale ancrée à Toulouse a vraiment un sens ? Est-ce que la place de Toulouse a naturellement vocation à superviser les places de Montpellier et de Béziers, à l’est ? y a-t-il des liens historiques et économiques entre ces places ? Est-ce que Toulouse a vocation à animer ces deux places plutôt tournées vers le monde de la vigne ? Par ailleurs, y a-t-il vraiment des liens entre Toulouse et Perpignan ? La seule place avec laquelle Toulouse pourrait correspondre, vers l’amont garonnais et le Piémont pyrénéen, serait Tarbes, mais l’essentiel de ses affaires bancaires dépendant de maisons parisiennes, car cette ville a accueilli surtout des firmes ou arsenaux reliés directement à Paris. C’est donc la dimension « naturelle », « économique » de la place de Toulouse qui suscite des doutes : une chose est la supervision administrative courante ; une autre est de se constituer en pôle d’affaires : ce que Courtois a entrepris dans les années 1920 est-il reproductible ? Et Courtois elle-même n’effectue pas l’essentiel de son chiffre d’affaires sur Toulouse même ?

43Des questions tactiques surgissent ensuite : est-ce que la matière bancable est suffisante à l’échelle du très grand Sud-Ouest pour justifier de l’existence de plusieurs banques régionales ? Or la place toulousaine est cantonnée à l’ouest par la Société bordelaise de Cic et (sur Agen) par Guilhot ; au nord-ouest par Tarneaud, la banque de Limoges ; dans l’Est par la Société marseillaise de crédit et, désormais, par la Société lyonnaise de dépôts ; sur place même, Courtois affirme une prépondérance que n’a pas remise en cause les aléas subis en 1931-1932, et la famille ne souhaite pas se dégager de son alliance avec la Bup.

  • 58 Le profit des dix-huit premiers mois d’exploitation atteint 320 000 francs ; mais des comptes litig (...)
  • 59 Rapport d’inspection sur la succursale de la Banque de France à Toulouse, 3 janvier 1935. Au niveau (...)

44Ces interrogations deviennent d’autant plus vives que le Cic doit « passer la paille de fer » dans tout son groupe pour surmonter les difficultés gestionnaires causées par la dépression économique : c’est, comme dans toutes les banques, une chasse aux frais généraux. Or, à la Société toulousaine, « des cinq groupes d’agences, seul celui de Toulouse a été bénéficiaire » pendant le premier exercice de dix-huit mois en 1931- 1932 et les profits courants sont consumés par des amortissements de créances irrécouvrables58. « Le groupe régional de Toulouse fournit des résultats satisfaisants [en 1934]. Supportant plus de 2,5 millions de francs de frais généraux, il assurera 500 000 francs de bénéfices nets qui compenseront vraisemblablement les déficits d’exploitation accusés par les succursales de la région viticole. »59 La profitabilité courante de la jeune banque reste modeste, voire insignifiante, faute d’un beau portefeuille de clients, par exemple dans le négoce et dans l’industrie ; et, même si elle n’est évoquée dans aucun document, la concurrence avec Courtois a dû être farouche, puisque les Courtois ont dû s’arc-bouter sur leur fonds de commerce, sans lâcher prise. Est-ce que le transfert sur Toulouse de la direction, la mise sur pied d’une réelle institution régionale, avec son conseil d’administration, ne seraient pas la cause de frais généraux excessifs face à la faible profitabilité de ce réseau ?

  • 60 Certes, la population de Lézignan atteint 12 000 habitants, grâce qui développement commercial de l (...)
  • 61 Le directeur de la succursale de Montpellier, Charles Martel, est mis à la retraite anticipée et re (...)
  • 62 Emile Dage, directeur de la succursale du cic sur le marché aux vins de Bercy, à l’est de Paris, es (...)
  • 63 Procès-verbal du conseil d’administration de la Société toulousaine, 14 mai 1935.
  • 64 Les Salins du Midi arrachent près de 400 000 pieds de vignes en 1935, pour économiser des frais de (...)
  • 65 « La suspension de paiements de la maison Cazalis & Delord entraîne une répercussion assez vive sur (...)

45Pourtant, une politique de gestion rigoureuse est menée : des bureaux trop faibles sont fermés (Lézignan60, Cahors, Mazamet ; en 1936 : Narbonne, Perpignan, Sète), des cadres remplacés61. Soit la concurrence y est trop forte ou les risques trop lourds ; soit la crise de la viticulture y rend aléatoire la maîtrise des risques, malgré l’aide du département du CIC spécialisé dans l’économie vinicole62. La Société toulousaine subit des difficultés courantes que la crise rend plus aiguës encore : le fonds de commerce est amoindri par l’effondrement de l’économie viticole de l’Hérault, des Pyrénées-Orientales et de l’aude, au point que le Cic envisage en 1936 de fermer d’un coup toutes les agences situées en région viticole ; ainsi, « à propos des crédits de la région de Frontignan, les comptes sont débiteurs à l’état permanent. Le mouvement est assez important, mais il s’agit véritablement de commandite »63. Même de bons clients vacillent, comme les Salins du Midi64 ou des négociants, qui s’effondrent ici et là, ce qui ébranle les places bancaires méridionales.65 La collecte de dépôts pâtit de la crise de confiance envers le système bancaire et de la concurrence des Caisses d’épargne qui en est la conséquence ; des agences sont mal situées par rapport aux flux de chalandise ; les effectifs paraissent surabondants par rapport au mouvement d’affaires, surtout après que les mesures sociales du Front populaire ont alourdi les frais de gestion. Enfin, la direction parisienne parvient mal encore à maîtriser un réseau qui est constitué autour de petits fiefs où les dirigeants disposent de trop d’autonomie à cause de l’ancienneté de leur présence à leur poste.

C. La Société toulousaine intégrée à la Société bordelaise : une défaite de la place de Toulouse ?

  • 66 H. Bonin, Banque et bourgeoisies. La Société bordelaise de CIC (1880-2005), Bruxelles, Peter Lang, (...)
  • 67 Procès-verbal du conseil d’administration de la Société bordelaise, 23 décembre 1936.

46Finalement, le Cic tranche dans le vif : la Société toulousaine n’aura jamais d’existence propre sur Toulouse, d’ancrage régional réel ; elle est absorbée par la Société bordelaise, quelles que soient les réticences de cette dernière, surmontées lors de négociations menées tambour battant en novembre-décembre 1936. Son réseau rejoint celui de la Société bordelaise de Cic, qui devient une véritable banque plurirégionale, étalée de Bordeaux à Montpellier et à Tarbes66. Officiellement, c’est une opération de fusion qui est effectuée le 29 décembre 1936, après approbation par l’assemblée générale de la Société bordelaise le 23 décembre. L’intégration devient effective au 1er janvier 1937, mais la fusion est rétroactive au niveau comptable au 1er janvier 1936. Le cic envoie à Bordeaux un cadre expérimenté, Marcel Lorent, comme un inspecteur général et « directeur général des succursales apportées par la Toulousaine »67, qui complète la direction girondine (Philippe Chalès et Armand Guérin). Le siège social de Bordeaux devient une succursale, alignée sur les succursales de Toulouse, Béziers-Montpellier (en fait à Béziers) et Tarbes, chacune de ces succursales supervisant un « groupe » d’agences et de sous-agences.

  • 68 Rapport d’inspection sur la succursale de la Banque de France à Toulouse, 29 janvier 1939.

47La succursale de Toulouse est érigée en pôle de gestion d’un « groupe de Toulouse » et conserve une équipe trapue et expérimentée, autour d’une huitaine de cadres et d’un « central comptable » (quatre cadres) gérant le groupe de six agences : « Toujours dirigée avec compétence et sagesse par MM. Amilhau et Péridier, l’agence de Toulouse développe ses affaires et ses profits. »68 Notons simplement que ses deux directeurs – Amilhau, directeur du groupe de Toulouse, et Péridier, directeur de la succursale de Toulouse jusqu’à sa retraite en 1948 – auront connu quatre enseignes sur leur devanture, successivement Klehe, Banque privée, Société toulousaine et Société bordelaise. Cette succursale garde un rang important sur la place, aux côtés des banques parisiennes – Société générale, Crédit lyonnais, Cnep et BNCI, qui a succédé à la BNC en 1932 – et de Courtois. Elle assure une part importante du mouvement de remise à l’escompte à la succursale de la Banque de France et recourt aisément à son refinancement. Enfin, l’un des acquis importants est en fait la bonne capacité de placement de titres de certaines agences de l’ex-Société toulousaine, notamment sur Béziers et Toulouse, grâce aux liens entretenus avec la clientèle aisée.

  • 69 La succursale de Tarbes est ainsi reléguée au rang d’agence (le 24 septembre 1937) et la gestion de (...)

48Cela dit, l’héritage de la Société toulousaine est passé au peigne fin, et des décisions amènent à une profonde réorganisation du mode de gestion du réseau et des comportements des cadres69, dont l’autonomie est fortement rognée. Il faut plusieurs trimestres à la Société bordelaise pour rationaliser et harmoniser le mode de fonctionnement de ce réseau du Midi toulousain et languedocien – et l’effort est destiné à être poursuivi après la guerre.

D. Un embryon de banque « moderne », le Crédit Agricole mutuel

  • 70 Nous n’avons fait que résumer ici le chapitre « Une institution forte, au service de l’agriculture (...)

49Ce n’est donc pas la Société toulousaine de Cic qui marque de son empreinte l’histoire de la place bancaire : son existence est beaucoup plus éphémère que celle de sa lointaine prédécesseur, Klehe… Les seules institutions nouvelles léguées par l’entre-deux-guerres se rattachent par conséquent à la mouvance coopérative, avec la Banque populaire et la Caisse régionale de Crédit Agricole mutuel. Chez celui-ci, les années 1920 marquent le temps d’une percée décisive puisque ses prêts triplent entre 1921 et 1928 et sa collecte de dépôts décuple. Mais la Caisse est incapable d’enrayer le glissement des campagnes dans la dépression des années 1930, malgré l’aide des prêts de campagne, avant que l’escompte des effets créés par le stockage du blé grâce à l’Onib n’ouvre un nouveau marché à partir de l’été 1936. Mais, comme ses consœurs, cette Caisse régionale, présidée entre 1901 et 1935 par Émile Dubois, une notabilité toulousaine dynamique, est encore bien dépendante des avances effectuées par l’État (par le biais de la jeune Caisse nationale) ; elle n’en est au fond qu’une simple redistributrice ; sa marge de manœuvre est donc étroite, même si sa fonction d’incitation à l’emprunt, à l’investissement modernisateur et à l’épargne est durablement utile. La loi de 1920 a officialisé la fonction de caisse d’épargne rurale, ce qui accentue la pénétration du Crédit Agricole mutuel dans les foyers du Midi garonnais. En cela, d’ailleurs, cette « banque nouvelle » ne fait qu’entretenir l’une des vocations classiques de la place toulousaine, celle de pôle d’animation de l’arrière-pays rural. Le soutien des achats de terres par les métayers ou les petits exploitants, l’aide à l’essor des coopératives, en particulier à celles qui se dotent de silos de stockage de blé, constituent autant de leviers modestes et discrets, mais décisifs, du lent renouveau campagnard70.

Conclusion

  • 71 Sur l’échec de certaines maisons girondines, cf. H. Bonin, « Vieille banque et nouvelle banque : le (...)

50Comme dans beaucoup de régions, l’entre-deux-guerres est une époque décisive pour l’histoire de la place bancaire toulousaine : des banques de type ancien, hérité de la première révolution bancaire contemporaine, doivent admettre l’inéluctable mouvement vers la concentration et l’intégration à des ensembles plus vastes ; c’est le destin de Klehe, absorbé par la Banque privée, une banque plurirégionale. Mais ce « modèle » s’effondre lui aussi dans les années 1930 – mis à part le cas du Crédit du Nord. La « banque régionale »« moderne », dote d’un statut de société anonyme et d’une politique de banque de dépôts à réseau et de banque commerciale, perce sur Toulouse, autour de la Société toulousaine de Cic, mais seulement entre 1932 et 1936, et surtout autour de Courtois, qui parvient à se rénover profondément et à acquérir une stature de « grande banque locale et régionale » ; Courtois a réussi à franchir l’étape historique du passage de la « vieille banque » à la « nouvelle banque »71 en s’appuyant sur un statut de société anonyme (depuis 1919), sur un capital élargi et stabilisé, sur un partenaire stratégique et bancaire, la Banque de l’union parisienne, sur un réseau d’agences régional, sur des méthodes de gestion bancaire et d’analyse des risques apparemment au point. La modeste Caisse régionale de Crédit Agricole se hausse quant à elle, avec son réseau de caisses locales, au rang de « banque départementale », type qui culmine pour les maisons d’escompte pendant les années 1920 ; toutefois, si la majorité de ces dernières sont balayées un peu partout (les dernières étant achetées par la Bnci entre 1937 et 1955), les Caisses régionales de Crédit Agricole tiennent bon, grâce à leur intégration dans un groupe en émergence, autour de la Caisse nationale de Crédit Agricole.

  • 72 Christophe Lastécouères, Les feux de la banque : oligarchie et pouvoir financier dans le Sud-Ouest, (...)

51Sans grande originalité et sans vie passionnante, à vrai dire, la place toulousaine est une bonne représentante des événements banals qui se produisent dans tout le pays. Cependant, la résistance de Courtois attire la réflexion : paradoxalement, c’est parce que cette banque n’a pas bénéficié d’un terroir industriel puissant qu’elle n’a pas mené de politique de « banque industrielle » ou de « banque mixte » comme cela a été le cas dans beaucoup de régions industrielles ; si ses risques ont été divisés, c’est par prudence, peut-être, mais aussi parce que son champ d’expansion ne comptait finalement que des PME et des « petits », dans un monde de bourgades constituées en marchés ruraux ou de petites cités industrieuses ; elle a ainsi pu tenir le coup – comme Tarneaud à Limoges – et résister au « krach rampant » de 1930-1935. Il resterait à scruter, mini-place par mini-place, comment le crédit bancaire et la collecte d’épargne se sont déployés, comment telle ou telle banque a pu contribuer à la vie des mini-pôles industriels du Midi garonnais (par exemple sur Castres, Mazamet, Labastide-rouairoux, etc.), en une micro-histoire bancaire semblable aux analyses déjà effectuées par Christophe Lastécouères à propos de Bayonne et de Dax72.

Note

1 H. Bonin, « La France », in Europäische Bankengeschichte, Francfort, Fritz Knapp Verlag, 1993 ; trois chapitres : pp. 250-262, 373-393 et 498-516. L’argent en France depuis 1880. Banquiers, financiers et épargnants dans la vie économique et politique, Paris, Masson, 1989. La banque et les banquiers en France du Moyen Age à nos jours, Paris, Larousse, 1992. H. Bonin, Le monde des banquiers français au xxe siècle, Bruxelles, Complexe, 2000.

2 H. Bonin, « Les banques rhône-alpines aux xixe et xxe siècles », in Yves Lequin (dir), Région Rhône-Alpes, 500 années-lumière. Mémoire industrielle, Paris, Plon, 1991.

3 Rapport d’inspection sur la succursale de la Banque de France à Toulouse, 3 janvier 1935.

4 Ibidem, 21 avril 1933.

5 Ibidem, 8 mai 1920.

6 Ibidem, 3 janvier 1935.

7 La Banque de France à Toulouse porte aisément des jugements péremptoires sur ce sujet : « Dans le domaine industriel, les entreprises privées ont, de tout temps, été entravées dans leur création ou leur essor par le manque de ‘chefs’ et le faible rendement de la main-d’œuvre locale », Rapport d’inspection sur la succursale de la Banque de France à Toulouse, 2 février 1939.

8 La Banque de France à Toulouse signale des effectifs d’environ 65 000 travailleurs industriels ou artisanaux à la fin de 1936, dont 2 700 à l’ONIA, 2 400 à la Société nationale aéronautique, 1 300 à Air France et Bréguet, 600 à la Manufacture des tabacs.

9 Cf. H. Bonin, « L’industrie agroalimentaire du grand Sud-Ouest (xixe-xxe siècles). Un renversement historique du positionnement dans les flux économiques », dans : Jacques Marseille (dir.), Les industries agroalimentaires en France. Histoire & performances, Paris, Le Monde Éditions, 1997, pp. 121-160.

10 Rapport d’inspection sur la succursale de la Banque de France à Toulouse, 3 janvier 1935.

11 « Marché de répartition dans une région où l’agriculture constitue l’élément essentiel de l’actIvité économique, sa prospérité devait être directement éprouvée par la baisse relative des produits du sol. L’extrême variété des ressources a longtemps retardé l’apparition puis l’évolution de la crise ; les pertes occasionnées par la culture des céréales ont pu, un temps, être compensées par les bénéfices que laissait l’exploitation des terres à vignes (Fronton, Villandric). Maintenant que la chute des cours et la surproduction atteignent à la fois le blé, le vin, le bétail, le mal s’aggrave et se généralise. Peu endettés dans l’ensemble, les cultivateurs ont supporté, sans doute plus longtemps et plus aisément qu’ailleurs, la mévente de leurs récoltes. Cependant, les disponibilités commenceraient à s’épuiser », Rapport d’inspection sur la succursale de la Banque de France à Toulouse, 3 janvier 1935.

12 La Ruche méridionale a été créée en 1905 (et transformée en société anonyme en 1907) dans la vague de développement des sociétés de distribution succursalistes. La place toulousaine ne draine guère de papier du Lot-et-Garonne car la place agenaise est dotée d’une grosse banque locale, Guilhot, « qui absorbe à elle seule la moitié de l’activité bancaire locale et régionale », indique le Rapport d’inspection sur la succursale de la Banque de France à Toulouse en juillet 1951.

13 « La diffusion de l’automobile et le développement des établissements commerciaux à succursales multiples ont porté une sérieuse atteinte au commerce de gros et de demi-gros autrefois prospère. L’acheteur vient maintenant sur place ou est servi à domicile par le détaillant, qui s’approvisionne souvent directement à la production », Rapport d’inspection sur la succursale de la Banque de France à Toulouse, 2 février 1939.

14 Michel Lescure & Alain Plessis (dir.), Banques locales et banques régionales en France au 19e siècle, Paris, Albin Michel, Mission historique de la Banque de France, 1999. Maurice Lévy-Leboyer (dir.), Les banques en Europe de l’Ouest de 1920 à nos jours, Paris, Comité pour l’histoire économique & financière de la France, 1995. H. Bonin, « The demand for banking deconcentration in France, 1900- 1997 : a recurrent endeavour Toulouse alleviate big banks’ hegemony », in Manfred Pohl, Teresa Tortella & Herman Van der Wee (dir.), A Century of Banking Consolidation in Europe. The History and Archives of Mergers & Acquisitions, Aldershot UK, Ashgate, 2001, pp. 213-235.

15 Lescure Michel, « Banques régionales et croissance économique au xixe siècle. L’exemple de la Société marseillaise de crédit », in Banque et investissements en Méditerranée à l’époque contemporaine, Marseille, Chambre de commerce & d’industrie de Marseille-Provence, 1985.

16 Élisabeth Albert, Les Banques populaires en France (1917-1973), Paris, Economica, 1997.

17 Pierre Poutensan, Le crédit à Toulouse et dans la région toulousaine dans la deuxième moitié du xixe siècle (vers 1850-vers 1900), thèse soutenue à l’Université de Toulouse-Le Mirail, 1985, notamment le chapitre trois : « Le réseau bancaire à Toulouse et dans sa région », un empilement touffu de données qui restent parfois incertaines dans leur chronologie, faute de sources variées.

18 Rapport d’inspection sur la succursale de la Banque de France à Toulouse, 8 mai 1920. La date de 1849 est indiquée par un document cité par la thèse de Poutensan ; elle semble plausible par rapport à la date de 01854 qui apparaît parfois ; la banque a subi une intense réorganisation en 1858 suite à de graves difficultés.

19 Cf. Jean-Pierre Allinne, « A propos des livres comptables de la banque Courtois à Toulouse à la veille de la Révolution : l’affirmation d’un régionalisme bancaire ? », Annales du Midi, n° 162, avril-juin 1983, pp. 209-216. Cf. aussi : J.-P. allinne, « L’enracinement, un outil de stratégie bancaire. Courtois à Toulouse, fin xviie-xixe siècles », in Michel Lescure et alain Plessis (dir.), Banques locales et banques régionales en France au xixe siècle, Paris, albin Michel, 1999, pp. 55-80. Jean Sentou, « Famille Courtois », dans Philippe Wolff (dir.), Les Toulousains dans l’Histoire, Toulouse, Privat, 1984, pp. 274-275. H. Bonin, « Courtois et Tarneaud. De la banque locale familiale indépendante à la banque régionale ? Une brève rétrospective historique (de 1760 et 1809 aux années 1930) (pp. 165-194). « Essai de compréhension de l’évolution d’un système d’analyse des risques propre aux régions de pme. Courtois et Tarneaud : le destin de deux banques plurirégionales familiales dans le grand Sud-Ouest (des années 1940 aux années 1980) (pp. 299-364), in H. Bonin & Christophe Lastécouères (dir.), Les banques du grand Sud-Ouest. Système bancaire et gestion des risques (des années 1900 à nos jours), Paris, Plage, 2006.

20 Rapport de l’Inspection générale de la Banque de France à la succursale de Toulouse, 1887, archives de la Banque de France.

21 Ibidem, 1888.

22 Après avoir dirigé en 1874-1876 l’agence locale du Crédit agricole, une entreprise éphémère mise sur pied par le Crédit foncier, Ozenne avait mis sur pied sa propre banque, et accédé à un bon rang de fortune (deux millions de francs en 1881), avant de céder sa société au Cnep au début des années 1890.

23 H. Bonin, « Une grande entreprise bancaire : le Comptoir national d’escompte de Paris dans l’entre-deux-guerres », Etudes & documents, n° IV, Comité pour l’histoire économique & financière de la France, décembre 1992, pp. 225-382.

24 H. Bonin, Les banques françaises de l’entre-deux-guerres, Paris, Plage, 2000 (trois volumes). Jean-Pierre Daviet et Michel Germain, CCF, 1894-1994. Crédit commercial de France, une banque dans le siècle, Paris, Textuel, 1994. H. Bonin, La Banque nationale de crédit. Histoire de la quatrième banque de dépôts française en 1913-1932, Paris, Plage, 2002.

25 H. Bonin, « Le Crédit lyonnais, la Société générale et les autres : essai d’appréciation des rapports de force (1864-1966) », in Bernard Desjardins (et alii, dir.), Le Crédit lyonnais, 1863-1986, Genève, Droz, 2003, pp. 725-749. La participation de B. de Lafargue à ce volume collectif, avec une biographie de Germain, aura été l’un de ses derniers terrains d’expression éditoriale.

26 H. Bonin, « La splendeur des Samazeuilh, banquiers à Bordeaux (1810-1913) », Revue historique, 1993, n° 288, pp. 349-389.

27 Rapport de l’Inspection générale de la Banque de France à la succursale de Toulouse, 1921.

28 H. Bonin, La Banque de l’union parisienne. Histoire de la deuxième banque d’affaires française (1874/1904-1974), Paris, Plage, 2001.

29 Rapport de l’Inspection générale de la Banque de France à la succursale de Toulouse, 1920.

30 Ibidem, 1921.

31 L’ancien directeur de la banque Maraval, Assemat, est gardé par Courtois comme directeur de l’agence qui prend sa suite ; il ne prend sa retraite qu’en décembre 1951 et devient alors administrateur de la banque Courtois, où il peut continuer à user de son influence sur cette place de Lavaur pour développer le fonds de commerce de la maison.

32 Ibidem, 1923.

33 Ibidem, 1920.

34 Bayle, tissus à Toulouse ; Daydé, bonneterie, « maison ancienne, de gros et demi-gros » (1920) ; Escat, rouennerie, tissus et confections en gros à Toulouse ; Fourcade & Mathet, draperies ; Pount, draperies à Toulouse ; Regagnon, tissus en gros et confections à Toulouse ; Serres Robert, tissus à Toulouse ; Comptoir des matières textiles, à Toulouse ; Escat, tissus et confections à Toulouse ; Roux, tissus en gros à Toulouse, etc.

35 Razat, grains et fourrages à Toulouse ; Murat & Rouquet, droguerie pharmaceutique à Toulouse ; Maury, vins en gros ; Charauleau & De Noyer, vins à Toulouse ; commerce alimentaire Dulon & Ferret, etc.

36 Fabricants de chaussures apparaissant parmi les clients : Labouille (20 salariés), Laffitte, Lapeyrade (une centaine d’ouvriers), Pons, Sentenac, Taya, Teissèdre, Toulayrou, etc., suivis par des marchands de cuirs (charentais, bretons, etc.) qui fournissent des cuirs aux firmes toulousaines.

37 Des fabricants de chemises : Laporte, Ratier & Verdié, la Société des ferronneries du Midi, à Toulouse ; Brusson, fabrique de pâtes alimentaires à Villemur (Haute-Garonne ; 400 salariés) ; Gauthier, manufacture de parapluies ; Sirven, cartonnerie, fabrique de papiers, imprimerie à Toulouse ; la Société minière & électrométallurgique du Sud-Ouest (à Arreau) ; les Filatures tarnaises, à Mazamet (firme réunissant plusieurs gros industriels, Guiraud, Prades, Cormouls).

38 Parmi ces clients en difficulté figurent : les Aciéries de Toulouse (qui fabrique des pièces pour matériel agricole), les Ateliers de Saint-Eloi (constructions métalliques), Méric frères, négoce en gros de papiers à Toulouse et fabricant de papier à Castres, Société des chantiers des ponts jumeaux (réparation de matériels industriels, construction), L’Ouralithe (revêtements en fibrociment), etc.

39 Rapport de l’Inspection générale de la Banque de France à la succursale de Toulouse, 1926.

40 Ibidem, 1927.

41 Ibidem, 1927.

42 Ibidem, 1928.

43 Ibidem, 1928.

44 Ibidem, 1931.

45 H. Bonin, « Les mutations des banques du Sud-Est dans l’entre-deux-guerres (1919-1935) », Cahiers d’Histoire, Lyon, tome XLI, n° 3, 1996, pp. 343-380.

46 H. Bonin, « Les banquiers grenoblois des années 1890-1940 : un modèle spécifique ? », in Hervé Joly (et alii, dir.), Des barrages, des usines et des hommes. L’industrialisation des Alpes du Nord entre ressources locales et apports extérieurs. Études offertes au professeur Henri Morsel, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2002, pp. 185-209.

47 H. Bonin (et alii), Histoire de banques. Crédit du Nord, 1848-1998, Paris, Hervas, 1998 et 2003.

48 Le Cic procure d’abord 9,590 millions de francs d’argent frais lors de l’assemblée générale constitutive de juin 1931 ; puis encore 6,375 millions de francs lors d’une augmentation de capital effectuée le 6 juillet 1931, qui porte le capital à 20 millions ; il contrôle alors 15 815 actions sur les 20 000 constituant le capital, le solde revenant à des administrateurs et surtout à la Liquidation de la Banque privée.

49 Procès-verbal du conseil d’administration de la Société toulousaine de Cic, 4 juin 1931.

50 Roque est l’ex-banque Léopold Roudier.

51 Rapport d’inspection sur la succursale de la Banque de France à Toulouse, 13 octobre 1931.

52 Rapport d’inspection sur la succursale de la Banque de France à Toulouse, 21 avril 1933. Charles Roth Le Gentil, directeur du Cic chargé des relations régionales, donc de la supervision des filiales provinciales, est le principal animateur du comité de la direction de la Société toulousaine, avec Joseph Deschamp, l’un des hommes clés du groupe du Cic, promu président de la nouvelle société. Ce comité se réunit une fois par semaine, le mercredi, à Paris, dans une annexe du Siège du Cic. L’administration centrale de la banque comporte surtout deux fondés de pouvoirs, eux aussi installés à Paris. L’objectif est bien entendu de comprimer au maximum les frais généraux de la toute jeune banque. Le fait qu’Auguste Rondel, un banquier de Marseille qui avait été l’un des fondateurs de la Banque privée, soit appelé au conseil d’administration de la Société toulousaine, reste à l’état de symbole d’une continuité encore mal assurée, d’autant plus qu’il décède dès juin 1934. Dans une seconde étape, quand Deschamp et Roth Le Gentil sont appelés à d’autres fonctions, Lebée lui-même devient président de la Société toulousaine, le 17 décembre 1935.

53 Rapport d’inspection sur la succursale de la Banque de France à Toulouse, 13 octobre 1931.

54 Ibidem, 21 avril 1933.

55 Ibidem, 3 janvier 1935.

56 Ibidem, 13 octobre 1931.

57 Ibidem, 29 janvier 1937.

58 Le profit des dix-huit premiers mois d’exploitation atteint 320 000 francs ; mais des comptes litigieux, pour 165 000 francs, et des immobilisations, pour 155 000 francs, les absorbent. Le solde d’exploitation de l’année 1934 n’atteint que 88 000 francs, lui aussi absorbé par des comptes faibles.

59 Rapport d’inspection sur la succursale de la Banque de France à Toulouse, 3 janvier 1935. Au niveau national, « le léger solde bénéficiaire de 87 000 francs obtenu en 1933 a été affecté à l’amortissement des immobilisations avant publication du bilan ».

60 Certes, la population de Lézignan atteint 12 000 habitants, grâce qui développement commercial de l’économie vinicole. Mais la cité « a vu son essor arrêté par la crise. Huit banques y sont installées. Or, à l’heure actuelle, une trentaine de maisons seulement bénéficient sur place d’un crédit [au sens de : valeur] permettant de travailler avec elles sans crainte, ce qui est incontestablement insuffisant pour alimente et faire vivre les huit banques », procès-verbal du conseil d’administration de la Société toulousaine, 11 juillet 1932. Les postes de six salariés sont purement et simplement supprimés. L’agence de Cahors est elle aussi fermée, le 17 octobre 1934, puis celle de Mazamet le 31 décembre 1934 : « La place de Mazamet était particulièrement touchée par la crise » ; cette fermeture permettrait une économie de frais généraux de 60 à 80 000 francs.

61 Le directeur de la succursale de Montpellier, Charles Martel, est mis à la retraite anticipée et remplacé par Joseph Darzens, le 30 janvier 1935.

62 Emile Dage, directeur de la succursale du cic sur le marché aux vins de Bercy, à l’est de Paris, est nommé administrateur de la Société toulousaine en janvier 1935 et troisième membre de son comité de direction ; il effectue plusieurs voyages dans le Midi, notamment pour aider cette banque tout en approfondissant sa connaissance du monde du vin languedocien, alors en pleine crise. Dage était entré au cic dès 1891 lorsque le cic avait repris une maison de banque de Bercy dont il était le directeur. Mais Dage meurt dès juin 1935.

63 Procès-verbal du conseil d’administration de la Société toulousaine, 14 mai 1935.

64 Les Salins du Midi arrachent près de 400 000 pieds de vignes en 1935, pour économiser des frais de main-d’œuvre et de stockage… Elle bénéficie d’un découvert de quelque 410 000 francs auprès de la Société toulousaine et d’un encours de dépôts de 293 000 francs.

65 « La suspension de paiements de la maison Cazalis & Delord entraîne une répercussion assez vive sur toutes les maisons de la place de Montpellier. Il s’agissait d’une maison cotée comme tout premier crédit », procès-verbal du conseil d’administration de la Société toulousaine, 14 mai 1935. Ce marchand de vins en gros laisse une dette de 1,9 million de francs envers la Société toulousaine.

66 H. Bonin, Banque et bourgeoisies. La Société bordelaise de CIC (1880-2005), Bruxelles, Peter Lang, 2010.

67 Procès-verbal du conseil d’administration de la Société bordelaise, 23 décembre 1936.

68 Rapport d’inspection sur la succursale de la Banque de France à Toulouse, 29 janvier 1939.

69 La succursale de Tarbes est ainsi reléguée au rang d’agence (le 24 septembre 1937) et la gestion de cet ex-groupe est rattachée directement à celle de Toulouse, comme celle de l’agence de Bagnères. Les guichets de Perpignan et de Narbonne sont même fermés dès le 22 janvier 1937.

70 Nous n’avons fait que résumer ici le chapitre « Une institution forte, au service de l’agriculture (1919- 1944), pp. 55-75, du livre : Emmanuel Delandre et Caisse régionale de Crédit agricole de Toulouse et du Midi toulousain, Desseins partagés. Cent ans de Crédit agricole pour la Haute-Garonne, Toulouse, Privat, 2000. Précisons que les deux conseillers historiques de cet ouvrage, en appui de la direction de la communication, ont été les deux universitaires Jean-François Berdah et Bertrand de Lafargue, à qui ce passage est donc dédié.

71 Sur l’échec de certaines maisons girondines, cf. H. Bonin, « Vieille banque et nouvelle banque : les banques bordelaises au tournant du xxe siècle », dans : Michel Lescure & Alain Plessis (dir.), Banques locales et banques régionales en France au xixe siècle, Paris, Albin Michel, Mission historique de la Banque de France, 1999, pp. 237-273.

72 Christophe Lastécouères, Les feux de la banque : oligarchie et pouvoir financier dans le Sud-Ouest, 1848-1941, Paris, Cths, 2006. Christophe Lastécouères, “L’émergence des banques à l’allemande en Aquitaine dans les années 1930 : un anachronisme ?”, in Michel Lescure & Alain Plessis (dir.), Les banques locales et régionales en Europe au xxe siècle, Paris, Albin Michel, 2004, p. 333-366. Christophe Lastécouères, « L’économie bancaire à la recherche de ses ‘territoires’. Le cas de l’extrême sud-ouest de la France (1850-1950) », in Olivier Feiertag et Isabelle Lespinet-Moret (dir.), L’économie faite homme. Hommage à Alain Plessis, Genève, Droz, 2010, pp. 239-263. Christophe Lastécouères, « Le financement bancaire d’une économie régionale : le cas du Sud-Ouest (1880-1914) », in Olivier Feiertag & Michel Margairaz (dir.), Politiques et pratiques des banques d’émission en Europe (xviie-xxe siècles). Le bicentenaire de la Banque de France dans la perspective de l’identité monétaire européenne, Paris, Albin Michel, 2003, pp. 223-245.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search