Version classiqueVersion mobile

Banques, industrie et Europe du Nord

 | 
Jean-François Berdah

Deuxième partie. Hommage à Bertrand de Lafargue

La protestation ouvrière en URSS (1918-1929)

Jean-Paul Depretto

Texte intégral

1Au moment d’achever la relecture de ces lignes, il me revient un souvenir à propos de Bertrand : son exposé devant la commission de spécialistes. C’était la première fois que je le rencontrais : je me rappelle avoir pensé que son sujet de thèse sur la Norvège était homologue à celui de René Girault sur la Russie. Ces lignes sont un hommage à deux chercheurs qui, chacun à leur manière, ont contribué à mettre les « marges » de l’Europe au centre de l’agenda des historiens.

  • 1 En fait, la période étudiée commence avec la révolution d’Octobre ; le choix de l’année 19 (...)

2Cet article se propose de présenter au public francophone un livre russe remarquable, qui n’a fait l’objet d’aucun compte rendu dans nos grandes revues historiques : il s’agit de Trudovye konflikty 1918-1929 gg. (Les conflits du travail en Russie soviétique 1918-1929), ouvrage collectif publié à Moscou en 1998 sous la direction de Iu.I. Kir’ianov, W. Rosenberg et A.N. Sakharov1.

  • 2 V.S. Iarov « De l’utilité d’une nouvelle lecture de vieux documents » Nestor, Saint-Péters (...)

3Il y a vingt-cinq ans, les grèves étaient un sujet tabou dans la presse soviétique, au point que l’on pouvait se demander si un tel phénomène avait jamais existé en URSS ; il a fallu la perestroïka pour que les journaux commencent à aborder ce sujet, en particulier à la suite du grand mouvement de protestation des mineurs (1989). Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que les historiens soviétiques aient manifesté peu d’intérêt pour ce thème ; quand il leur arrivait d’évoquer les grèves des années 1918- 1929, ils recouraient à un schéma d’explication tenant en trois points2 : la responsabilité des arrêts de travail revenait aux adversaires du bolchevisme, mencheviks et SR (socialistes révolutionnaires) ; les grévistes étaient des ouvriers « arriérés » (non conscients) en raison de leur origine sociale « petite-bourgeoise » ; la signification politique des revendications avancées était systématiquement minimisée.

4Le livre examiné ici est la première monographie consacrée aux conflits du travail en Russie soviétique et constitue à ce titre un événement historiographique. Les auteurs indiquent dans l’avant-propos que dans leur esprit, le terme de « conflits du travail » n’inclut pas seulement les grèves, mais aussi les « grèves italiennes » (les ouvriers viennent à l’usine, mais travaillent peu ou pas du tout), les réunions et meetings de masse, les manifestations, les plaintes collectives auprès des instances supérieures, les recours aux tribunaux et les lock-out, pratiqués principalement par les entreprises privées.

  • 3 N°2 de 2002, p. 117-118.

5En fait, cette définition n’est pas toujours respectée : la notion de « conflits du travail » prend un sens plus ou moins large selon les auteurs. Il en résulte une certaine imprécision, critiquée par l’historien moscovite D.O. Churakov lors d’une table ronde sur « le militantisme ouvrier dans la Russie postrévolutionnaire » organisée par la revue Otechestvennaia Istoriia3. Dans les documents syndicaux, on distingue deux phénomènes :

  • la grève (stachka, zabastovka en russe) : les ouvriers présentent des revendications et cessent le travail,
  • les divers conflits du personnel avec la direction, non accompagnés de grèves (recours aux instances supérieures, au tribunal, etc.).
  • 4 Cf. A.J. Andreev, L.I.Borodkine et Iu.I. Kir’ianov « Les conflits du travail pendant le «  (...)

6Tout au long de cet article, je m’en tiendrai à cette distinction, essentielle, entre débrayages et conflits sans grèves. Le nombre de ces derniers dépassait de plusieurs centaines de fois celui des arrêts de travail : à Moscou, ils ont impliqué 40 % des salariés en 1923 et 45,9 % en 1924 ; la majorité d’entre eux était examinée par les chambres de conciliation et les tribunaux d’arbitrage, apparus au second semestre de l’année 19224.

  • 5 D.P. Koenker et W.G. Rosenberg sont des spécialistes réputés de l’histoire sociale de la R (...)

7Le recueil Trudovye konflikty… est le fruit d’un projet américano-russe associant l’Institut d’histoire de la Russie (Moscou) et l’Université du Michigan (Ann Arbor). Du côté américain, trois historiens (D.P. Koenker, W.G. Rosenberg5 et O. Virakhovskaia) ont participé à ce travail en commun ; l’équipe russe est nettement plus nombreuse et comprend à la fois des historiens et des archivistes, venant principalement de Moscou et de Saint-Pétersbourg. Le livre comprend cinq sections :

  1. « Questions d’histoire et d’historiographie » (W.G. Rosenberg, Iu.I. Kir’ ianov) ;
  2. dix articles présentant les fonds de sept centres d’archives de Moscou et de Saint-Pétersbourg : Centre russe de conservation et d’étude des documents d’histoire contemporaine, Archives d’État de la Fédération de Russie (GARF), Archives moscovites centrales des mouvements sociaux, Archives centrales d’État de Saint-Pétersbourg, Archives centrales d’État des documents d’histoire politique de Saint-Pétersbourg, Archives historiques d’État de Russie, Archives russes d’État de la flotte de guerre ; ces articles ne se contentent pas de passer en revue les richesses des archives, ils en commencent l’analyse ;
  3. cinq articles consacrés à l’apport de la presse soviétique et émigrée à l’étude des conflits du travail ;
  4. une « chronique des grèves » de l’année 1928 ;
  5. une anthologie de « documents narratifs et statistiques ».
  • 6 A.J. Andreev, L.I. Borodkine et Iu.I. Kir’ianov, art. cité, pp. 47-49, 61-62.
  • 7 En 1927, le bâtiment était passé au premier rang.

8Il est impossible, faute de place, de rendre compte ici de toutes les questions abordées dans Trudovye konflikty… ; je mettrai donc l’accent sur ce qui constitue l’intérêt essentiel de ce volume : la mise au jour d’une documentation impressionnante par son ampleur. Mais avant d’en venir à l’apport des archives, qui constitue le cœur de Trudovye konflikty…, il faut noter qu’avant leur ouverture, les chercheurs n’étaient pas totalement dépourvus de sources : jusqu’à la fin des années vingt, les syndicats et le commissariat du peuple au Travail ont publié des données chiffrées, certes partielles, sur les grèves, qui mettent en évidence quelques grandes tendances6. De 1922 à 1928, le nombre de grèves et de grévistes a été « étonnamment élevé », puisqu’il était comparable aux moyennes annuelles des « années relativement calmes » de l’époque tsariste (1895-1904, 1908-1911 et 1915) ; il connaît toutefois une nette baisse en 1928. Grèves et grévistes étaient plus nombreux dans le secteur public que dans les entreprises coopératives, collectives et privées. En 1924, le commissariat au Travail a cité dans sa revue Voprosy truda des statistiques d’origine syndicale sur la répartition des arrêts de travail par branche (1923) : la première place revenait aux mineurs et aux métallurgistes7. La même année, presque 80 % des grèves avaient pour motif le mécontentement en matière de salaire, principalement dû à des retards dans le versement de la paie ; en 1926, les revendications salariales étaient toujours nettement majoritaires, mais elles portaient le plus souvent sur les normes de rendement et le prix des pièces.

  • 8 Cet éminent historien du monde ouvrier russe, décédé le 26 décembre 2002, a été rappelé à (...)
  • 9 La Russie soviétique ne comptait alors que 1 199 000 ouvriers d’industrie (3 124 000 en 19 (...)
  • 10 Ibid., pp. 45-46.

9Les historiens ont sans doute sous-estimé l’apport de la presse soviétique à l’étude de la protestation ouvrière. Ces journaux sont certes inégalement intéressants. Iu.I. Kir’ ianov8 montre que les Izvestiia, organe du Comité exécutif central des soviets, ne consacrent que seize articles aux grèves en 1922, alors que cette année-là le nombre de débrayages s’est élevé à 431, avec 197 000 participants9. L’information s’appauvrit après 1926 ; une partie des conflits couverts en 1918-1921 concernait des territoires gouvernés par les Blancs et des républiques indépendantes de la Russie soviétique (telle la Géorgie). Les Izvestiia ont passé sous silence les grèves de 1921 à Petrograd et à Moscou, ainsi que les débrayages massifs de mineurs du Donbass en 1923, aujourd’hui connus grâce à des documents naguère secrets10. Au total, les Izvestiia ne donnent pas un tableau réel et complet des arrêts de travail : l’accent est mis avant tout sur les luttes sociales dans les entreprises privées, affermées à des particuliers ou concédées à des étrangers. Ce quotidien est cependant précieux par ses descriptions concrètes.

10A.F. Voronchikhin a dépouillé plusieurs journaux de Petrograd-Leningrad sur la période 1918-1929 : il ne porte pas de jugement sur leur intérêt documentaire, mais la liste des articles consacrés aux conflits du travail survenus dans tout le pays montre que sur le plan quantitatif au moins, la récolte est assez mince :

Années Nombre d’articles
Krasnaia Gazeta (édition du soir) 1918-1929 49
Makhovik 1921 2
Petrogradskaia Pravda (éd. du soir) 1918 16
Petrogradskaia (Leningradskaia) Pravda 1918-1929 49

11Le périodique syndical Golos kozhevnika (« La voix du travailleur du cuir ») a paru deux fois par mois de 1922 à 1929. Sa lecture nous fait pénétrer dans un univers mal connu, caractérisé par une proportion élevée de petites entreprises et par le grand nombre d’artisans « en chambre » travaillant pour des ateliers et des magasins de chaussures. Cette revue fournissait régulièrement d’amples informations sur les conflits du travail, accompagnés ou non de débrayages, en indiquant assez souvent la nature des revendications, la position et le rôle du syndicat, les résultats obtenus. Signalons au passage une forme d’action originale : le boycott des magasins de chaussures par les ouvriers à domicile, avec le soutien du syndicat ; il n’était pas rare non plus que soient créés des comités de grève. Dans l’industrie du cuir, à la différence du textile ou de la métallurgie, l’écrasante majorité des conflits avait lieu dans le secteur privé. Ils avaient pour enjeu principal le niveau des salaires ; on rencontre aussi, fréquemment, l’exigence d’une convention collective au profit des « travailleurs dispersés ». Les données statistiques publiées par Golos kozhevnika semblent fiables : le chiffre, cité pour 1925, de 1062 conflits sans arrêts de travail est le même que dans les archives du Comité central du syndicat des ouvriers du cuir et de la chaussure.

  • 11 Dans le privé, les revendications portaient souvent sur les conditions de travail et le dr (...)

12C’est l’historienne américaine D.P. Koenker qui a mené l’analyse la plus approfondie de la presse soviétique : avec une équipe de l’Université de l’Illinois, elle a étudié systématiquement les informations sur les protestations ouvrières parues dans Trud, organe central des syndicats soviétiques. Ces informations étaient publiées dans diverses rubriques : « Conflits », « Grèves et conflits », « Grèves et boycotts », « Vie ouvrière », « Lettres d’ouvriers ». À la lecture de ce quotidien, il est parfois difficile de déterminer si un conflit a débouché ou non sur une grève : aussi D.P. Koenker est-elle prudente dans ses conclusions. Un fait paraît pourtant établi : ce sont les conflits non accompagnés de débrayages qui prédominaient. Au début des années vingt, qu’il y ait eu ou non arrêt du travail, l’écrasante majorité des conflits était provoquée par des retards dans le paiement des salaires et par des plaintes au sujet des conventions collectives : ces dernières sont devenues beaucoup plus fréquentes à partir de 192311. En revanche, les questions de dignité et de respect des ouvriers, si souvent soulevées avant 1917, n’apparaissaient que rarement. La description détaillée des conflits dans Trud visait à montrer aux ouvriers que l’État leur offrait la possibilité d’un juste règlement de ces conflits par des voies institutionnalisées, sans recours à la grève. Ces mécanismes étaient très complexes. Dans le cadre de l’entreprise, la majorité des conflits était arbitrée par des chambres de conciliation, des tribunaux d’arbitrage ou des commissions des conflits. Les syndicats envoyaient aussi des instructeurs, qui jouaient le rôle de médiateurs au niveau local ; les départements régionaux et les comités centraux des syndicats de branche remplissaient la même fonction, mais aux niveaux régional et national. Il arrivait, plus rarement, qu’interviennent les instances supérieures (interbranches) des syndicats : conseils provinciaux et central. De nombreux conflits impliquaient diverses autres institutions : le commissariat au Travail et ses départements locaux, l’Inspection ouvrière et paysanne, les tribunaux du travail et même la Cour suprême.

13Il est clair que ces modes de règlement des conflits ont contribué à réduire le nombre d’arrêts de travail, mais ils n’ont pas empêché des « grèves sauvages » ni le recours à un moyen traditionnel en Russie pour exprimer sa colère contre un dirigeant injuste : l’expulsion de l’usine sur une brouette. Un autre procédé, visant à montrer la force de la solidarité et de l’organisation, et à obtenir des concessions, consistait à couper l’eau et l’électricité dans l’entreprise.

14L’utilisation de Trud (et d’autres journaux) pour l’étude quantitative des conflits du travail pose le problème de l’objectivité et de la représentativité de cette source. Il est nécessaire d’examiner les archives de la rédaction, afin d’en savoir plus sur le fonctionnement du quotidien : Qui décidait de publier, ou non, telle information ? Qui étaient les auteurs des articles ? En attendant que ce travail soit effectué, il est déjà clair que le contenu de Trud reflétait souvent les thèmes de propagande du moment : le journal s’intéresse particulièrement aux conflits sur les conventions collectives dans les périodes où les autorités mènent campagne pour l’adoption et la popularisation de ces contrats. La comparaison avec d’autres organes de presse pourrait aider à apprécier la valeur des informations fournies : ainsi la Pravda de 1924 mentionnait le rôle des cellules bolcheviques dans les conflits plus souvent que Trud. Ce n’est guère étonnant ; ce qui surprend davantage, c’est que la Pravda ait été plus vivante : elle donnait plus volontiers la parole aux ouvriers et mettait l’accent sur l’expérience locale.

  • 12 Cf. leur livre classique : Strikes in France (1830-1968), Cambridge, Cambridge University (...)

15Le travail de D.P. Koenker n’était pas achevé quand est paru le recueil Trudovye konflikty… ; à la fin de son article, elle ébauche le programme de ses recherches à venir. La première étape consiste en un traitement informatique des données collectées dans Trud, mais l’auteur souligne qu’il ne sera pas possible de suivre entièrement la démarche proposée par Edward Shorter et Charles Tilly12 : en effet, le journal syndical ne fournit pas assez de renseignements sur la durée et la fréquence des grèves. Dans un second temps, ces données de Trud seront confrontées à celles tirées des archives. Cette comparaison présente un double intérêt :

  • elle aidera à comprendre les critères qui présidaient au contrôle des informations publiées sur les protestations ouvrières,
  • elle permettra de mettre au jour la face cachée du mécontentement et de mesurer l’écart entre le contenu de la presse et la réalité de la vie ouvrière dans l’entreprise, très bien décrite par les documents d’archives.

16L’historienne américaine O. Virakhovskaia a dépouillé trois journaux de l’émigration : Poslednie Novosti (Paris, 1920-1929), dont le rédacteur en chef était l’historien libéral P.N. Milioukov ; Rul’ (Berlin, 1928-1929), également d’orientation libérale ; Sotsialisticheskii Vestnik (Berlin, 1921-1929), organe de la direction du parti menchevique exilée en Allemagne.

  • 13 D. Filtzer a été le premier à attirer l’attention des historiens sur l’intérêt de cette so (...)
  • 14 F. Dan (1871-1947), principal dirigeant menchevique après la mort de Martov (avril 1923).

17Malgré leurs différences, ces publications avaient un point commun : elles cherchaient à souligner le caractère politique, antibolchevique, des protestations ouvrières sous toutes leurs formes. Deux d’entre elles (Rul’ et Sotsialisticheskii Vestnik) disposaient de correspondants secrets en Russie, tandis que les Poslednie Novosti empruntaient pour l’essentiel leurs informations à la presse soviétique et européenne (polonaise, allemande, etc.). Les questions ouvrières tenaient une place centrale dans le Sotsialisticheskii Vestnik13 : marxistes, les mencheviks voulaient reconstruire un mouvement ouvrier indépendant de l’État bolchevique et contribuer ainsi à la démocratisation du régime soviétique. Ils publiaient des lettres de prolétaires russes, en effaçant toute indication (nom, adresse, etc.) susceptible de faciliter l’identification de ces correspondants par la police politique. En 1922-1923, par exemple, le Sotsialisticheskii Vestnik décrit une situation tendue dans les usines, touchées par une vague de grèves et d’actions de masse : il raconte en détail le déroulement de la majorité de ces débrayages et met en valeur le rôle des mencheviks, qui rassemblent le prolétariat autour d’eux. En 1925, l’organe menchevique souligne le développement des grèves, en réponse à la politique anti-ouvrière du pouvoir, et l’anticommunisme d’une partie des travailleurs ; Fedor Dan14 consacre une série d’articles à la place des sociaux-démocrates dans ces luttes. En outre, le Sotsialisticheskii Vestnik accordait une grande attention à la dénonciation de l’arbitraire et de la répression (arrestations massives, tortures, exécutions) ; il rassemblait des fonds en faveur des détenus, des exilés et de leurs familles ; mentionnons aussi des reportages sur des révoltes dans les camps. En revanche, les protestations ouvrières contre les persécutions frappant l’Église orthodoxe ne sont pas évoquées : il en va ainsi, par exemple, des arrêts de travail qui ont touché des usines (nationalisées et privées) de Petrograd et de Kronstadt : les grévistes exigeaient l’annulation des onze condamnations à mort prononcées par le Tribunal révolutionnaire dans l’affaire du métropolite Benjamin (cf. Poslednie Novosti, 16 juillet 1922). Le même journal cite au moins un autre cas de débrayage motivé par la volonté de défendre les libertés religieuses.

18Fidèle à la tradition européenne du mouvement ouvrier, définie au temps de la Deuxième Internationale, le Sotsialisticheskii Vestnik souhaitait donner une image « décente » des travailleurs manuels. C’est sans doute pourquoi il publiait assez peu d’informations sur une série d’actes et de comportements déplaisants des ouvriers russes : alcoolisme, pillages, incendies, agressions, viols, assassinats de contremaîtres et de communistes, antisémitisme. Ce sont surtout les Poslednie Novosti et le Rul’ qui écrivaient sur ces sujets. Les exemples ne manquent pas ; limitons-nous à deux d’entre eux :

  • en 1926, un millier de personnes saccagent une manufacture à Moscou,
  • en 1928, un groupe de travailleurs de la fonderie Kupavinskii (région de Moscou) vole du cuivre à l’entreprise ; licenciés, pour se venger ils tuent le gardien et mettent le feu à l’usine.

19L’article d’Olga Virakhovskaia évoque ainsi des formes très diverses de protestation ouvrière, qui ne se limitent pas aux conflits du travail, même entendus en un sens large.

  • 15 Cf. W.J. Chase Workers, Society, and the Soviet State. Labor and Life in Moscow, 1918-1929(...)

20J’espère avoir convaincu le lecteur de l’intérêt que présente un dépouillement systématique de la presse pour toute étude des luttes sociales en URSS. Pourtant, l’ouverture des archives marque bien l’entrée dans une ère nouvelle, comme en témoigne a contrario la bonne monographie de William Chase sur les ouvriers de Moscou, publiée en 1987 : l’historien américain n’avait alors à sa disposition que des sources imprimées et de ce fait son information sur les grèves était mince ; il le savait d’ailleurs fort bien15.

  • 16 C. Ward, qui n’a pas eu accès aux archives soviétiques, avait déjà attiré l’attention sur (...)

21L’article de B.N. Kazantsev porte sur les archives du parti communiste et de l’État soviétique. Selon lui, c’est seulement en 1922 que les syndicats mirent en place un dénombrement correct et complet des conflits du travail, qu’ils aient ou non débouché sur une grève : les archives conservent des formulaires d’enregistrement de ces conflits, qui servaient de base à l’élaboration des statistiques au niveau national. Le département d’information du Comité central, créé en avril 1919, a préparé pour les dirigeants soviétiques plus de 190 documents de synthèse, qui constituent une source précieuse (1924-1929). B.N. Kazantsev décrit la crise sociopolitique de 1921, qui a conduit à l’adoption de la NEP par le Xe Congrès du parti bolchevique (mars 1921) : il montre qu’elle s’est prolongée au-delà de mars et n’a pas touché que Moscou et Petrograd. En particulier, des actions ouvrières ont eu lieu au second semestre de 1921 dans des provinces de la Volga touchées par la famine (dont celle de Saratov) : les travailleurs réclamaient du pain et protestaient contre des retards dans le versement des salaires. En novembre, les métallurgistes de deux ateliers de l’usine « Nouvel Etna » (Saratov) refusèrent de travailler le jour de la fête de la Vierge de Kazan, très populaire en Russie. En juin, la province d’Astrakhan’ avait connu des « grèves italiennes » massives que les autorités attribuèrent à « l’influence des socialistes révolutionnaires et des mencheviks déguisés en sans-parti, influence fondée sur les difficultés alimentaires ». B.N. Kazantsev montre aussi l’envers des « belles années » de la NEP : en 1924-1925, l’industrie textile connaît une série de débrayages, affectant surtout les régions de Moscou et d’Ivanovo16 : il s’agit de protester contre le nouveau contrat collectif et la modification des grilles de qualification, qui déterminaient le niveau du salaire. En général, au milieu des années vingt, les revendications des grévistes étaient satisfaites, au moins en partie, dans la majorité des cas, ce qui, à en croire le département d’information du Comité central, renforçait les « traditions grévistes » parmi les ouvriers ; toutefois, le recours répandu à la « grève italienne » montre qu’une certaine prudence était de mise en raison de la répression. Pour conclure sur l’article de B.N. Kazantsev, j’émettrai une réserve : il est dommage qu’à deux reprises au moins, l’auteur reprenne à son compte la vision péjorative des opposants donnée par les documents officiels.

22La contribution de l’historienne I.M. Nekrasova est consacrée aux archives du parti bolchevique pour la région de Moscou : elle a étudié le fonds n° 3 (Comité moscovite du parti communiste), qui contient des synthèses de la police politique sur les « humeurs » des diverses catégories sociales dans les années vingt. Selon cette source, la province de Moscou a connu une « vague de grèves » à l’automne 1920 : les revendications portaient sur les salaires en retard et l’approvisionnement. En 1921, le nombre de grèves aurait diminué par rapport à 1920 : les centres industriels de la province (ville de Moscou exclue) sont restés calmes dans l’ensemble. À partir de la fin de 1922, les causes des grèves changent : elles sont désormais liées à des modifications des normes de rendement et des salaires. Les ouvriers communistes exprimaient leur mécontentement en participant aux luttes internes de leur parti : ainsi, en 1923, 178 cellules de Moscou ont voté pour l’opposition de gauche (dite « trotskyste »), alors que 630 se sont prononcées en faveur de la ligne officielle. Ces bolcheviks de la base s’inquiétaient notamment du rôle croissant de la bureaucratie. I.M. Nekrasova insiste cependant sur la « confiance croissante des ouvriers » envers le parti bolchevique et sa politique. Cette confiance ne les empêchait pas de formuler à haute voix des critiques sur les questions qui les préoccupaient : hausse des prix, bas salaires, fonctionnement des syndicats dont les décisions restaient sur le papier. La méfiance à l’égard des « spécialistes » s’exprimait ouvertement et dans plusieurs entreprises le directeur fut rossé pour protester contre des licenciements. En 1926, se tinrent des conférences ouvrières élargies, qui réunirent plus de 100 000 participants : on y entendit des accusations contre les bolcheviks : « Avant, il y avait les nobles, et maintenant les communistes », « Chez nous, il y a deux castes de gens — ceux qui ont du sang bleu et les autres. Ont du sang bleu les nepmen, les membres du parti et la direction, qui touchent des traitements élevés. »

23À partir de 1927, on observe une forte baisse du nombre de grèves, bien que des mouvements aient encore eu lieu chez les saisonniers travaillant pour les exploitations de tourbe, les chemins de fer, etc. : ils réclamaient des augmentations de salaire, qu’ils ont en général obtenues.

  • 17 Le gouvernement a été transféré de Petrograd à Moscou en mars 1918.

24M.V. Shkarovskii a exploré en détail 29 fonds des Archives centrales d’État de Saint-Pétersbourg, émanant d’organisations syndicales et de diverses institutions (notamment milice, soviets, police politique) de Petrograd-Leningrad et de sa région. Ces sources lui ont permis de dresser une liste, classée par ordre chronologique, des grèves dans les entreprises d’État (1923-1928) comportant les données suivantes : date, nom de l’entreprise, durée, nombre de participants et de jours-hommes perdus, causes et résultats. Mais, malgré tout l’intérêt de cette liste, l’apport le plus neuf de M.V. Shkarovskii ne se situe sans doute pas là, mais dans ce qu’il nous apprend sur une réalité peu connue : le développement d’un mouvement ouvrier massif (grèves, meetings, etc.) à Petrograd au premier semestre de 1918. La source archivistique principale est ici le fonds de « l’Assemblée extraordinaire des délégués des fabriques et des usines de Petrograd », accessible aux chercheurs depuis peu : cette influente organisation ouvrière, indépendante du pouvoir bolchevique, s’est de plus en plus opposée aux autorités au cours de sa brève existence (mars-juillet). Dès le 27 mars, 170 délégués de 56 entreprises protestèrent contre le déchaînement de la guerre civile et de la Terreur. En avril-mai, selon ses dirigeants, le mouvement représentait déjà 60 000 ouvriers. En avril se tinrent des assemblées dans des dizaines d’entreprises, pour préparer une manifestation antigouvernementale à l’occasion du 1er mai. Une délégation de « l’Assemblée extraordinaire » s’est rendue à Moscou, pour étendre la protestation à la nouvelle capitale17 : le compte rendu de ce voyage signale des meetings dans les usines, parfois très fréquentés (5000 personnes dans les ateliers de la ligne Petrograd-Moscou). Le mouvement devait culminer le 2 juillet dans une grève politique générale des ouvriers de Petrograd, mais les résultats furent décevants pour ses organisateurs : seules 20 000 personnes cessèrent le travail. Il faut dire que le pouvoir n’hésitait pas à recourir à la répression la plus dure : les 8 et 9 mai, dans deux agglomérations de la région de Petrograd, on tira sur des prolétaires affamés, faisant plusieurs tués et blessés. Fin juillet, les autorités fermèrent le Congrès des délégués des régions Centre et Nord, réuni à Moscou : plus de quarante participants furent arrêtés. Début août, le mouvement avait cessé d’exister.

25Pendant l’été de 1918, les débrayages furent encore un événement assez courant, mais leur fréquence diminua à partir de l’automne, dans un contexte de « Terreur rouge » ; elle resta relativement faible en 1919-1920. La crise de 1921 a déjà été évoquée : à partir du milieu de février se produit une rapide politisation des grèves (y compris des « grèves italiennes »), dont le nombre va croissant. Mais le pouvoir réussit à surmonter ses difficultés. L’année 1922 est la dernière qui ait vu à Petrograd des actions ouvrières massives, en partie de caractère politique, car liées au procès des socialistes révolutionnaires : dans certaines usines, les travailleurs refusèrent de voter des résolutions hostiles à ces derniers, proposées par les bolcheviks. Les entreprises furent épurées des partisans des mencheviks et des socialistes révolutionnaires.

26Les archives pétersbourgeoises du parti communiste, analysées par N.B. Lebedeva, complètent celles de l’État : elles conservent en particulier des documents du plus haut intérêt, qualifiés d’« antisoviétiques » et « contre-révolutionnaires » : il s’agit de textes émanant des partis socialistes et des communistes-anarchistes. On y trouve aussi, entre autres, une adresse du groupe Rabochaia Pravda (Vérité ouvrière), fondé à l’automne 1921, sur la nécessité de créer un parti ouvrier de Russie pour organiser la résistance au capital ; un tract de l’usine « Arsenal » appelant les prolétaires de Petrograd à faire grève pour soutenir les marins de Kronstadt et les travailleurs de Vyborg. Tous ces documents étaient largement diffusés dans les entreprises de l’ancienne capitale en 1919-1921.

  • 18 Archives historiques d’État de Russie.

27L’article suivant, dû à S.V. Kazakova et B.B. Pak, porte sur un autre centre d’archives de Saint-Pétersbourg, le RGIA18 : il y est question du mouvement ouvrier au tout début du pouvoir soviétique (fin 1917-1919). Les collections du RGIA concernent surtout la période antérieure à octobre 1917 : aussi les fonds d’institutions et d’organisations prérévolutionnaires, qui ont cessé leur activité entre 1918 et le début des années vingt, constituent-ils une partie importante du corpus analysé. Les documents mis au jour éclairent un moment très complexe, véritable tournant dans l’histoire de la Russie. Le fonds du ministère du Travail fournit des informations sur plusieurs dizaines de grèves ouvrières survenues en novembre-décembre 1917 ; celui du Conseil des congrès de représentants de l’industrie et du commerce concerne surtout des débrayages d’employés (décembre 1917 — janvier 1918). Mais ce sont les archives d’entreprises qui se révèlent les plus riches : on peut y suivre, par exemple, l’introduction du contrôle ouvrier et la nationalisation aux usines métallurgiques d’Alapaevsk (Oural) ou les efforts de la direction du syndicat des cheminots pour éviter les grèves et autres troubles (1919). Il faut signaler, enfin, la richesse du RGIA en fonds personnels (correspondances, journaux, souvenirs, etc.), mais leur contenu n’est pas toujours connu et les recherches doivent se poursuivre dans ce domaine.

  • 19 Cette commission était rattachée au commissariat du peuple au Travail (Moscou).

28T.S. Fedorova présente les archives de la Marine de guerre ; elles émanent à la fois des usines et des ports de guerre gérés par l’administration maritime. C’est dans les ports de Petrograd, Kronstadt, Sébastopol et Nikolaïev qu’était concentrée la masse des ouvriers. Dans les premières années du pouvoir soviétique, ces derniers ont encore recouru à l’arme de la grève pour protester contre le manque de pain, la hausse du coût de la vie, les bas salaires. Toutefois, dans l’ensemble, ceux de Kronstadt et de Petrograd sont restés passifs au moment de la révolte des marins de Kronstadt (28 février-18 mars 1921). À partir de 1923-1924, les entreprises dépendant de l’administration maritime ne connaissent plus d’arrêts de travail. Le règlement des conflits était confié aux RKK (commissions des tarifs et des conflits), qui examinaient les réclamations individuelles et collectives portant sur les salaires, les sanctions et les licenciements. Quand la RKK ne parvenait pas à une solution, l’affaire était transmise à la chambre de conciliation, à la commission centrale des conflits19, au tribunal arbitral, etc. Les départements locaux de deux syndicats (métaux et transports par voie d’eau) participaient aussi à ces efforts pour résoudre les conflits.

29Les Archives d’État de la Fédération de Russie conservent les fonds de plusieurs syndicats de branche : Iu.I. Kir’ ianov a choisi de s’intéresser à trois secteurs : l’industrie textile, en collaboration avec M.Iu.Rusakova, le travail du bois et les transports par voie d’eau.

  • 20 Il est question ici de conflits sans débrayages.

30La direction du syndicat du textile considérait la grève comme un phénomène extraordinaire et indésirable : elle demandait à ses organisations locales de prendre des mesures pour y mettre fin au plus vite ; toute la correspondance sur cette question était secrète. Seuls les arrêts de travail affectant des entreprises privées étaient estimés « normaux » : souvent dirigés par les syndicats, ils portaient sur des revendications économiques, en général toutes satisfaites, sauf quand elles pouvaient mettre les ouvriers du privé en meilleure position que ceux du secteur public. Le nombre annuel de grèves et de grévistes était relativement faible : c’est en 1925-1928 qu’il a atteint son niveau le plus élevé. Les entreprises textiles d’État connaissaient en revanche un grand nombre de conflits20 (de caractère purement économique), en raison de l’attitude « formaliste-bureaucratique » des directions à l’égard des besoins des ouvriers. De 1918 à la première moitié des années vingt, grèves et autres conflits étaient provoqués par la faim ; au cours des années suivantes, les motifs de mécontentement se modifient : il s’agit de protester contre l’intensification du travail, l’introduction du travail en trois équipes, la mauvaise qualité des matières premières et la violation par la direction des normes de protection du personnel. Dans le secteur public, presque toutes les grèves démarraient spontanément, à l’initiative des ouvriers : souvent, les syndicats n’étaient pas informés et n’approuvaient pas le mouvement : dans ce cas, il était voué à la défaite.

  • 21 Même remarque.

31Sur le travail du bois, les statistiques syndicales ne fournissent de données détaillées que pour 1924-1926. Dans cette branche d’activité, un débrayage mobilisait habituellement quelques dizaines de personnes — rarement plusieurs centaines. Souvent, seule une fraction des ouvriers participait aux arrêts de travail et autres conflits. Les grèves ne touchaient jamais plus d’une entreprise à la fois. Les documents syndicaux n’ont enregistré aucun cas d’action à caractère politique. Les revendications portaient avant tout sur les salaires : leur bas niveau, la paie versée en retard (d’un à trois mois) ou sous forme de produits alimentaires de mauvaise qualité. La protestation contre des normes de rendement trop élevées a été à l’origine de plusieurs conflits (sans arrêts de travail) en 1925-1926. L’écrasante majorité des actions engagées par les ouvriers21 s’est terminée par une victoire. Iu.I. Kir’ ianov conclut sur la « diminution de la tension sociale » dans cette branche, mais les statistiques citées sont insuffisantes pour étayer véritablement cette affirmation.

32L’histoire des transports par voie d’eau dans les années vingt est peu connue. Dans ce secteur, les documents syndicaux ne distinguent pas entre les grèves et les autres formes de conflit. Mais on penser que les débrayages étaient peu nombreux : ils n’avaient pas lieu, en général, dans les périodes de navigation, mais « à terre », dans les ateliers et le nombre de participants était faible. La majorité des conflits était liée à des questions salariales ; le plus souvent, ils étaient résolus en faveur des ouvriers. En 1927, le nombre de conflits diminua de 4 à 5 fois, celui des travailleurs concernés de 10 fois : en 1928-1929, ces deux indicateurs se maintinrent à un bas niveau. Iu.I. Kir’ ianov explique cette baisse par l’introduction, prescrite d’en haut, d’un nouveau système de dénombrement des conflits du travail : malheureusement, il n’explique pas en quoi a consisté cette modification.

33Les pages qui précèdent ne donnent qu’une pâle idée de l’extrême richesse de cet ouvrage, qui ne comporte pas moins de 42 tableaux ; en outre, une cinquantaine de textes tirés des archives y sont publiés pour la première fois. On ne peut manquer d’être impressionné par l’ampleur du travail qu’ont accompli les auteurs et pourtant il reste beaucoup à faire, comme en témoigne la « chronique des grèves en 1928 », qui figure aux pages 236-254 du volume : elle recense 55 conflits, principalement des arrêts de travail motivés par des revendications économiques ; l’industrie textile venait en tête pour le nombre de grèves (25). Cette chronique a été composée pour l’essentiel à partir des archives des deux capitales, Moscou et Saint-Pétersbourg : elle est donc incomplète, comme le reconnaissent honnêtement les auteurs. Il reste à explorer les archives provinciales : dans celles de Nijni-Novgorod, par exemple, j’ai trouvé trace de treize débrayages en 1928 (dont neuf à l’usine métallurgique « Krasnoe Sormovo ») : aucun ne figure dans la « chronique » dont nous parlons.

34C’est poser le problème de la statistique des grèves, et de son exhaustivité. Au moins trois services différents collectaient des données à ce sujet :

  • le Bureau central de statistique du travail, rattaché à la fois au Conseil central des syndicats, à la Direction centrale de la statistique et au commissariat du peuple au Travail,
  • le Département Information du Comité central du parti bolchevique (à partir de 1924) : ses synthèses résumaient des rapports provenant de l’OGPU, d’organisations communistes provinciales et locales, des syndicats, etc.
  • la police politique : en 2001, a commencé la publication en Russie des rapports envoyés à Staline par l’OGPU22 : à partir d’avril-mai 1923, figurent dans ces gros volumes des statistiques sur les arrêts de travail. Prenons par exemple le cinquième tome, correspondant à l’année 1927 : nous y trouvons des tableaux de chiffres concernant le « mouvement des grèves » de décembre 1926 à août 1927, puis du 6 septembre au 1er octobre 192723.

35Les données fournies par deux de ces services divergeaient parfois fortement :

  • 24 Chiffres syndicaux d’après Trudovye Konflikty…, p. 23 ; estimations de l’OGPU in A. Pospie (...)

36Nombre de grèves24 :

selon les syndicats selon l’OGPU
1925 196 420
1926 337 841
1927 396 981
  • 25 Cf. S.V. Zhuravlev et A.K. Sokolov in Otechestvennaia Istoriia, 2003, n° 2 , p. 146.
  • 26 Celles de la police politique ne sont que partiellement accessibles aux chercheurs.
  • 27 En 2000, est paru à Saint-Pétersbourg un recueil de documents, qui est le fruit du même pr (...)

37Les chiffres les plus élevés sont ceux de l’OGPU ; cela n’étonne guère : rien n’était censé échapper aux yeux et aux oreilles de la redoutable police politique. Pourtant, il n’est pas certain que ses statistiques soient exhaustives : nous savons que certaines protestations ouvrières n’étaient pas enregistrées par l’OGPU, notamment parce que les directeurs d’entreprise préféraient les dissimuler25. Le seul moyen de résoudre ces difficultés serait de construire une base de données informatisée en rassemblant des informations sur chaque grève ; une telle entreprise, nécessairement collective, exigerait beaucoup de temps et d’argent. Outre l’ouverture de toutes les archives26, elle supposerait la constitution d’une vaste équipe de chercheurs, incluant des Occidentaux et des Russes, y compris des historiens et archivistes de province. Le recueil Trudovye konflikty… a entamé le travail dans cette direction ; espérons qu’il sera poursuivi…27

  • 28 J’admets ici que cette baisse n’est pas un simple artefact statistique : cf., en sens cont (...)

38Par delà les statistiques se posent plusieurs questions scientifiques non résolues. Les auteurs mentionnent à plusieurs reprises les voies légales et institutionnalisées de règlement des conflits, qui devaient prévenir des grèves coûteuses. Mais il manque une bonne description systématique des institutions chargées de ce règlement, de leurs rapports réciproques, de la procédure suivie ainsi que du type de réclamations examinées (individuelles ou collectives). Il aurait aussi été souhaitable d’approfondir l’analyse des causes de la baisse du nombre des grèves, constatée à la fin des années vingt28 ; sur ce point, les avis sont divers :

  • I.M. Nekrasova, déjà citée, souligne « l’augmentation de la confiance des ouvriers envers le parti au pouvoir et sa politique »,
  • M.V. Sharovskii met l’accent sur l’écrasement des grèves par des méthodes répressives29,
  • M.Iu. Rusakova et Iu.I. Kir’ ianov attirent l’attention sur la diminution de l’efficacité des protestations ouvrières : grèves et autres conflits se terminaient de plus en plus souvent sans que les revendications soient satisfaites.
  • 30 Kevin Murphy « Opposition at the local Level : a Case Study of the Hammer and Sickle Facto (...)

39Discuter sur ce thème, c’est en fait réfléchir à ce qu’ont signifié pour le monde ouvrier la NEP et sa remise en cause. Les auteurs de Trudovye konflikty… insistent beaucoup sur les causes économiques des grèves et autres conflits, mais il est dommage que le rôle des facteurs politiques ne soit pas davantage étudié. Certes, W.G. Rosenberg souligne l’activité politique « informelle » des travailleurs de l’industrie ; le rôle des mencheviks et des socialistes révolutionnaires est mentionné à plusieurs reprises, l’impact de l’opposition de gauche en 1923 discrètement signalé. Mais on s’étonne que pour les années 1926-1927, il ne soit nulle part question de l’opposition unifiée : pourtant, nous savons que les thèmes développés par les « trotskystes » rencontraient de l’écho dans les usines, au moins à Moscou et à Kharkov30. On peut supposer qu’il existe un lien entre l’écrasement de l’opposition unifiée fin 1927 et le recul de la protestation ouvrière : les auteurs auraient dû au moins examiner cette hypothèse.

  • 31 Sur la « révolution des archives » (1991-1996), cf. l’article de V. Kozlov et O. Lokteva d (...)

40Ces quelques remarques critiques n’ôtent rien à la valeur d’un ouvrage qui mérite les plus grands éloges. Il confirme à quel point les conditions de travail des historiens ont été modifiées par l’ouverture des archives soviétiques : il n’est pas exagéré à cet égard d’employer le terme de révolution31. Il montre aussi combien est féconde la collaboration entre chercheurs russes et occidentaux autour de projets scientifiques bien pensés. Espérons que ce livre stimulant contribuera à la renaissance en Russie d’une histoire ouvrière que la disparition de l’URSS a plongée dans un profond discrédit.

Notes

1 En fait, la période étudiée commence avec la révolution d’Octobre ; le choix de l’année 1929 s’explique par le fait qu’à partir de 1930 cesse le dénombrement systématique des grèves par l’État ; en outre, il est désormais interdit d’en parler dans la presse.

2 V.S. Iarov « De l’utilité d’une nouvelle lecture de vieux documents » Nestor, Saint-Pétersbourg-Kichinev, 2001, n° 1 (5), pp. 393-394.

3 N°2 de 2002, p. 117-118.

4 Cf. A.J. Andreev, L.I.Borodkine et Iu.I. Kir’ianov « Les conflits du travail pendant le « communisme de guerre » et la N.E.P. » Le Mouvement Social n° 196, juillet-septembre 2001, p. 52. Cet article reprend des données figurant aux pages 18-37 de Trudovye konflikty… .

5 D.P. Koenker et W.G. Rosenberg sont des spécialistes réputés de l’histoire sociale de la Russie ; ils ont en particulier écrit un livre sur les grèves en 1917, cf. D.P. Koenker, W.G. Rosenberg Strikes and Revolution in Russia, 1917, Princeton University Press, 1989.

6 A.J. Andreev, L.I. Borodkine et Iu.I. Kir’ianov, art. cité, pp. 47-49, 61-62.

7 En 1927, le bâtiment était passé au premier rang.

8 Cet éminent historien du monde ouvrier russe, décédé le 26 décembre 2002, a été rappelé à l’ordre dans les années 1970 pour s’être écarté de l’orthodoxie marxiste-léniniste.

9 La Russie soviétique ne comptait alors que 1 199 000 ouvriers d’industrie (3 124 000 en 1928).

10 Ibid., pp. 45-46.

11 Dans le privé, les revendications portaient souvent sur les conditions de travail et le droit de créer des organisations ouvrières.

12 Cf. leur livre classique : Strikes in France (1830-1968), Cambridge, Cambridge University Press, 1974.

13 D. Filtzer a été le premier à attirer l’attention des historiens sur l’intérêt de cette source pour l’étude des grèves ; cf. son ouvrage Soviet Workers and Stalinist Industrialization, Londres, Pluto Press, 1986, pp. 81sq.

14 F. Dan (1871-1947), principal dirigeant menchevique après la mort de Martov (avril 1923).

15 Cf. W.J. Chase Workers, Society, and the Soviet State. Labor and Life in Moscow, 1918-1929, University of Illinois Press, 1987, p. 48-51, 228-232, 236, 239 et 251 (note 54).

16 C. Ward, qui n’a pas eu accès aux archives soviétiques, avait déjà attiré l’attention sur le mouvement de 1925, cf. Russia’s Cotton Workers and the New Economic Policy : Shop-floor Culture and State Policy 1921-1929, Cambridge, 1990, Ch.10, p. 176-181.

17 Le gouvernement a été transféré de Petrograd à Moscou en mars 1918.

18 Archives historiques d’État de Russie.

19 Cette commission était rattachée au commissariat du peuple au Travail (Moscou).

20 Il est question ici de conflits sans débrayages.

21 Même remarque.

22 « Sovershenno sekretno » : Lubianka Stalinu o polozhenii v strane (1922-1934gg.), Moscou, 8 tomes (1922-1930), 2001-2004. La publication est inachevée et doit se poursuivre jusqu’en 1934.

23 Ibid., tome 5 (1927).

24 Chiffres syndicaux d’après Trudovye Konflikty…, p. 23 ; estimations de l’OGPU in A. Pospielovsky « Strikes during the NEP » Revolutionary Russia vol. 10 n° 1 juin 1997, p. 9. A.Pospielovsky n’a pas eu accès aux archives de la police politique ; il a pu lire des rapports de l’OGPU, envoyés aux dirigeants soviétiques, dans les archives du parti communiste. Ses informations sont donc incomplètes : en particulier, il n’a trouvé aucune indication sur le nombre total de grèves en 1928-1929.

25 Cf. S.V. Zhuravlev et A.K. Sokolov in Otechestvennaia Istoriia, 2003, n° 2 , p. 146.

26 Celles de la police politique ne sont que partiellement accessibles aux chercheurs.

27 En 2000, est paru à Saint-Pétersbourg un recueil de documents, qui est le fruit du même projet américano-russe : V.Y. Cherniaev, E.I. Makarov, S.I. Potolov et W.G. Rosenberg (dir.) Piterskie rabochie i « diktatura proletariata » Oktiabr’ 1917-1929. Ekonomicheskie konflikty i politicheskii protest.

28 J’admets ici que cette baisse n’est pas un simple artefact statistique : cf., en sens contraire, la remarque (citée supra) de Iu.I. Kir’ianov sur le nouveau système de dénombrement des conflits.

29 Andrew Pospielovsky dans l’article déjà cité (p. 27) insiste sur le rôle de la répression, qui selon lui explique en partie le déclin de la protestation ouvrière.

30 Kevin Murphy « Opposition at the local Level : a Case Study of the Hammer and Sickle Factory » Europe-Asia Studies vol. 53 n° 2 mars 2001, p. 329-350 ; Pierre Broué « Les « trotskystes » et la classe ouvrière soviétique » Cahiers Léon Trotsky n° 58 septembre 1996, p. 117-125.

31 Sur la « révolution des archives » (1991-1996), cf. l’article de V. Kozlov et O. Lokteva dans la revue Svobodnaia Mysl’, janvier, février et avril 1997.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search