Version classiqueVersion mobile

Banques, industrie et Europe du Nord

 | 
Jean-François Berdah

Deuxième partie. Hommage à Bertrand de Lafargue

L’année 1917 en Finlande : une inconnue ?

Maurice Carrez

Texte intégral

En guise d’introduction

  • 1 Parmi les études universitaires les plus significatives, retenons : en finnois : Juhani Pa (...)

11917 constitua une année cruciale pour la Finlande qui passa alors du statut de Grand-Duché, rattaché à l’empire russe, à celui d’État indépendant. Ces douze mois furent marqués aussi par d’importantes difficultés socio-économiques comme la disette, le chômage de masse, le recul du pouvoir d’achat et une vague de grèves sans précédent dans l’histoire nationale. En outre survint une grave crise politique qui mena le pays vers la guerre civile en janvier 1918. Ce n’est donc pas du pointillisme érudit que d’étudier cette période pour elle-même. Nous disposons d’ailleurs pour ce faire d’une impressionnante bibliographie1.

2Mais gare à l’euphorie que pourrait engendrer la profusion des études existantes. Ces quelques dizaines, voire centaines de titres, ne signifient pas que tout a été dit ou presque sur le sujet, ni que les historiens auraient labouré ce champ au point de le rendre improductif. En fait, à y regarder de plus près, on s’aperçoit qu’une grande majorité des ouvrages portent prioritairement sur la guerre civile et ses origines, ou bien sur l’accession à l’indépendance. L’année 1917 n’y est vue que comme le prologue de ces épisodes majeurs de l’imaginaire national, une sorte d’arrière-plan dont la fonction serait de servir de décor à la « Grande Histoire ». Du coup, elle est prise dans les mailles d’une interprétation à vocation téléologique qui en limite la signification et la portée. Réduite à la portion congrue, elle perd implicitement une grande partie de son intérêt.

  • 2 Parmi les ouvrages récents de quelque importance consacrés à ces thèmes : Heikki Rantatupa (...)
  • 3 A. Upton, op. cit., n’est pas exempt par moments de ce défaut, bien que son ouvrage ait re (...)

3Notons par ailleurs qu’il existe une grande disparité de traitement entre les aspects politiques de l’année 1917, plutôt bien abordés par l’historiographie, et les aspects socio-économiques, négligés dans l’ensemble par les chercheurs2. Ce fait entraîne des déséquilibres dans l’interprétation générale de la période ; il amène aussi certains auteurs à porter des jugements d’autant plus péremptoires sur les questions d’approvisionnement ou sur les grèves qu’ils reposent sur une documentation insuffisante3.

4Cette contribution n’a donc pas seulement pour but de relater brièvement ce que fut 1917 en Finlande. Elle vise aussi à souligner les points d’achoppement de la recherche actuelle et à tracer des pistes possibles pour dépasser les difficultés relevées.

La trame événementielle

  • 4 T. Polvinen, op. cit, p. 10 ; J. Paasivirta, op. cit., tome 1, p. 51.
  • 5 J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 93 et 130 ; E. Ketola, op. cit., p. 50 ; Erkki Tuomio (...)
  • 6 C’est ainsi que l’historiographie désigne en Finlande, et plus largement en Scandinavie, l (...)
  • 7 J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 64-65 et pp. 80-81 ; Tuomo Polvinen, op. cit., pp. 22 (...)
  • 8 J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 82-85 et pp. 142-144. Ce point de vue est cependant n (...)

5Les trois semaines qui suivirent en Finlande l’annonce de la chute du tsar Nicolas II, le 12 mars 19174, peuvent être caractérisées comme une phase d’observation. Les formations politiques finlandaises, conscientes de l’importance de l’événement, cherchèrent surtout, durant cette période, à s’enquérir de la position du Gouvernement provisoire russe vis-à-vis de la question nationale et à consolider leurs positions respectives. Les sociaux-démocrates profitèrent de la venue du ministre Kerenski à Helsinki, le 29 mars, pour lui présenter un projet de très large autonomie, élaboré par trois dirigeants, à titre soi-disant privé5. La direction du parti cherchait en réalité à sonder les intentions de Saint-Pétersbourg via un membre réputé socialiste du nouveau gouvernement. Du côté des « partis bourgeois »6, la prudence semblait l’emporter. Les principaux chefs des partis conservateurs souhaitaient profiter de l’annulation des lois scélérates destinées à aligner la Finlande sur la législation d’empire pour améliorer un peu le statut d’autonomie, quitte à revendiquer davantage plus tard7. Toutefois, le courant activiste (minoritaire, mais qui avait gagné des adeptes dans tous les partis conservateurs au cours du conflit) continuait plus que jamais à exiger l’indépendance. Il ne jeta pourtant pas d’huile sur le feu durant les premières semaines, restant lui aussi sur des positions relativement attentistes8.

  • 9 Sorte de pouvoir exécutif intérieur, présidé toutefois par le Général-Gouverneur qui était (...)
  • 10 J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 71-79 ; E. Ketola, op. cit., pp. 39-42 ; A. Upton, Va (...)
  • 11 A. Upton, Vallankumous…, op. cit., pp. 58-59.

6Ces trois premières semaines virent également la formation, non sans mal, d’un Sénat9 de coalition à majorité sociale-démocrate, dirigé par le président de la centrale syndicale SAJ et député socialiste, Oskari Tokoi10. D’après les accords conclus entre les sociaux-démocrates et les bourgeois, il avait pour fonction essentielle de faire adopter en urgence certaines lois sociales (protection ouvrière, prohibition de l’alcool, journée de huit heures) et d’améliorer les conditions d’exercice de la démocratie (lois sur les municipalités). Il s’attela aussi à une tâche très ingrate, le règlement de la crise des subsistances. Le problème était que ce gouvernement n’avait pas une assise populaire suffisante et ne jouissait pas véritablement de l’appui du SSDP (Parti social-démocrate de Finlande)11.

  • 12 E. Ketola, op. cit., pp. 66-143. ; J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 135-139 ; M. Carre (...)
  • 13 J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 147-151 ; A. Upton, Vallankumous… op. cit., tome 1, p (...)
  • 14 J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 157-158.
  • 15 E. Ketola, op. cit., pp. 55-57 ; A. Upton, Vallankumous… op. cit., tome 1, pp. 78-81.
  • 16 J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 167-168.
  • 17 Ibid., pp. 183-231 ; T. Polvinen, op. cit, pp. 67-83 ; A. Upton, Vallankumous… op. cit., t (...)

7À partir de la mi-avril s’ouvrit une période beaucoup plus agitée qui dura jusqu’à la fin juillet. Le refus du Gouvernement provisoire russe d’accepter une diminution de ses prérogatives et sa volonté de se poser en héritier naturel des pouvoirs constitutionnels jadis dévolus au tsar dans les affaires finlandaises entraînèrent une rupture rapide avec les sociaux-démocrates finlandais12 ainsi qu’avec les milieux bourgeois les plus perméables aux thèses indépendantistes13. Le Sénat, quant à lui, se fit de moins en moins docile après le rejet, début avril, de son premier projet de répartition des compétences entre les autorités russes et finlandaises14. Son président, Oskari Tokoi, fit sensation le 20 avril en prononçant un discours devant le Parlement où il se fit le chantre d’une indépendance négociée15. Dans les deux mois qui suivirent, les négociations avec les Russes se tendirent, ce qui provoqua l’échec de deux autres compromis fin mai – début juin16. La voie était ouverte à des propositions plus radicales. La majorité parlementaire sociale-démocrate, rejointe par un nombre non négligeable de députés des autres formations, finit par adopter le 18 juillet la Valtalaki ou loi sur l’exercice du pouvoir suprême (autrefois exercé par le tsar – grand-duc)17. Celle-ci, due à la plume experte du dirigeant socialiste Otto Kuusinen, prévoyait le transfert au Parlement des prérogatives de l’ancien monarque ; par le fait, la Finlande était déclarée pleinement souveraine pour toutes les questions économiques, sociales et politiques la concernant ; seules la diplomatie et la défense devaient rester, après négociations bipartites, sous la responsabilité de Saint-Pétersbourg.

  • 18 A. Upton, Vallankumous… op. cit., tome 1, chap. IV. Mais il faut se méfier de certaines de (...)
  • 19 P. Haapala, Kun yhteiskunta…, op. cit., pp. 203-217.
  • 20 Pirjo Ala-Kaape et Marjana Valkonen, Yhdessä elämä turvalliseksi [Ensemble pour une vie pl (...)
  • 21 M.-L. Salkola, op. cit., tome 1.

8Mais pendant que l’élite politique se concentrait sur les problèmes de souveraineté, le pays vivait l’une des crises intérieures les plus graves qu’il n’eût jamais connues18. L’approvisionnement en produits de première nécessité était gravement compromis19, du fait des carences de l’agriculture finlandaise, mais surtout de l’effondrement de la production russe et de la quasi-rupture des liaisons commerciales avec les États-Unis et l’Europe occidentale depuis l’été 1914. Les prix s’envolaient en raison de ces pénuries et d’une politique monétaire très défavorable au markka. Le mécontentement enflait. Dès le mois d’avril, de nombreux conflits du travail éclatèrent dans les villes industrielles, accompagnés de manifestations quelquefois spectaculaires, mais elles furent bientôt relayées, ce qui était plus surprenant aux yeux des contemporains, par des dizaines de grèves d’ouvriers agricoles et de métayers20. Ceci provoqua, phénomène classique, la peur des possédants. La presse conservatrice se déchaîna contre les grévistes, accusés de mettre en danger l’économie nationale, contre les soldats russes qui avaient eu le front de les soutenir, et contre le gouvernement qui était incapable de maintenir l’ordre. Plus grave cependant fut la constitution, à la fin du printemps et au début de l’été, sous des formes plus ou moins camouflées, des premières milices blanches, censées suppléer l’incurie des polices municipales. Ce dangereux processus eut pour effet d’accélérer la formation de gardes ouvrières qui devinrent rapidement des gardes rouges21.

  • 22 E. Ketola, op. cit., pp. 260-289 ; J. Paasivirta, op. cit., tome 2, chap. I et II.
  • 23 E. Ketola, op. cit., pp. 267-271 ; Hannu Soikkanen, Kohti kansanvaltaa (Vers la démocratie (...)
  • 24 À ce titre, la lecture des éditoriaux des grands journaux bourgeois d’Helsinki (Hufvudstad (...)

9Début août 1917, la dissolution du Parlement par le Gouvernement provisoire russe fit entrer le pays dans une zone de turbulence22. Jusqu’en octobre, date à laquelle la nouvelle assemblée commença ses travaux, la situation générale ne fit donc qu’empirer. Les sociaux-démocrates, qui n’avaient pas su organiser la résistance à ce coup de force23, en conçurent une grande amertume contre leur propre bourgeoisie qu’ils accusaient d’être complice d’une vilaine action. La droite, quant à elle, tout heureuse d’être débarrassée d’un Parlement et d’un gouvernement trop à gauche à son goût, préparait sa revanche en rejetant tous les maux du pays sur le SSPD qu’elle fustigeait pour sa démagogie et son double jeu dans la question nationale. Les conservateurs faisaient feu de tout bois pour faire croire au chaos généralisé et à la nécessité de barrer la route aux révolutionnaires24. La campagne électorale fut donc d’une rare violence verbale, chaque camp essayant par tous les moyens de gagner des sièges supplémentaires. La courte défaite des sociaux-démocrates lors des élections des 1er et 2 octobre aviva la colère de l’électorat de gauche, qui avait le sentiment d’avoir été floué par des intrigues réactionnaires.

  • 25 J. Paasivirta, op. cit., tome 2, pp. 62-70.
  • 26 Ibid., pp. 70-79.
  • 27 T. Polvinen, op. cit, pp. 84-100.

10Malgré le délitement de l’autorité du Gouvernement provisoire, qui vivait ses dernières semaines après le coup d’État de Kornilov, le reliquat conservateur du Sénat avait cru bon par ailleurs de proposer le 12 septembre un nième compromis constitutionnel qui enterrait la Valtalaki et prenait assez largement en compte le point de vue russe25. Un comité constitutionnel, chargé depuis le printemps de réfléchir à ces questions, prit le relais début octobre26. En vain, car il ne pouvait guère apaiser le climat de suspicion qui régnait dans le pays, ni venir à bout de la résistance de Kerenski27.

  • 28 A. Upton, Vallankumous… op. cit., tome 1, pp. 204-214.

11Un fait dominait pourtant tous les autres : les milices armées attiraient de plus en plus de citoyens et s’organisaient presque au grand jour28. Ceci pesait sur la réflexion des états-majors politiques et contribuait à radicaliser les positions antagonistes. C’était aussi le signe que les Finlandais perdaient confiance dans la capacité du système représentatif à résoudre les problèmes de l’heure.

  • 29 Toiset Valtiopäivät 1917. Pöytäkirjat (Deuxième session parlementaire 1917. Minutes), séa (...)
  • 30 Ibid. ; H. Soikkanen, op. cit., pp. 239-243 ; M. Carrez, op. cit., pp. 610-663.
  • 31 Hannu Soikkanen, op. cit., pp. 246-247 ; Pirjo Ala-Kaape et Marjana Valkonen, op. cit., pp (...)
  • 32 Ibid.
  • 33 Toiset Valtiopäivät…, op. cit., séances des 6, 7, 11, 18, 21 et 22 décembre 1917.
  • 34 Viktor Holodkovski, Suomen työväen vallankumous 1918 [La révolution prolétarienne finlanda (...)

12Le mois de novembre en fut la parfaite illustration. Le gouvernement Svinhufvud, élu par la nouvelle majorité, présenta aux députés un texte qui proposait de confier les anciens pouvoirs impériaux à un Comité de régence (Valtionhoitajakunta) de trois membres29. Cette proposition d’esprit réactionnaire visait à affaiblir les prérogatives du Parlement. La direction sociale-démocrate fit pour sa part la promotion d’un texte très offensif, intitulé « Nous exigeons » (Me vaadimme). Il avait pour but de mobiliser les couches populaires et de faire pression sur la majorité bourgeoise afin qu’elle entérinât, outre la Valtalaki, un certain nombre de réformes, dont certaines ne demandaient d’ailleurs plus qu’une promulgation30. L’action extra-parlementaire était ainsi mise en avant pour essayer de canaliser la colère de la base et de contenir les éléments les plus radicaux des Gardes rouges. Une partie des dirigeants sociaux-démocrates était au demeurant tentée par la préparation d’un coup d’État révolutionnaire, sans pour autant exclure la possibilité d’une conciliation. Le 14 novembre éclata une grève générale31, émaillée ici ou là de violences. Elle devait, espérait-on, ébranler le front bourgeois, mais elle ne réussit qu’à imposer la promulgation des lois municipales et de la loi des 8 heures. Les dissensions à l’intérieur même du parti et des syndicats en hâtèrent la fin32. Le retour au travail fut décidé le 18 dans une grande confusion. Les conservateurs, qui avaient senti passer le vent du boulet, en profitèrent pour reprendre l’initiative. Le 6 décembre, estimant le gouvernement bolchevik trop fragile pour réagir, ils décrétèrent unilatéralement l’indépendance. Ils préparèrent dans la foulée un projet d’armée nationale qui revenait à faire des Gardes blanches et des anciens Jääkärit (les jeunes gens qui avaient fui en Allemagne en 1915 pour combattre la Russie) le bras armé de l’État33. Il n’en fallait pas plus pour faire songer à une sorte de « Deux décembre » à la finlandaise. Les dirigeants ouvriers y virent un casus belli face auquel il convenait de réagir sans délai. Mais comment ? Là, les opinions divergeaient, ce qui n’était pas très rassurant pour l’avenir. Svinhufvud, la figure de proue du nouveau gouvernement, entretenait quant à lui des tractations secrètes avec l’Allemagne qui le confortaient dans sa recherche d’une solution autoritaire34. Tout était en place pour le basculement dans la guerre civile.

13Ces rappels, pour nécessaires qu’ils soient, ne suffisent cependant pas à éclairer l’ensemble du problème. Il nous faut donc le décomposer en quelques questions simples pour mieux en saisir la complexité.

La question des rapports avec la Russie

14Pour un public français, habitué à raisonner d’abord en termes de décomposition de l’empire russe, c’est sans doute le premier problème qui vient à l’esprit. L’habitude prise de considérer la Première Guerre mondiale comme un facteur de « libération » d’un certain nombre de nationalités en Europe tend aussi à privilégier ce genre d’approche. Il y aurait beaucoup à en dire… Il n’empêche qu’en 1917, les contemporains étaient persuadés de bonne foi que la meilleure façon de régler les problèmes les plus aigus de l’heure passait par une prise de distance avec la Russie, dont la déliquescence apparaissait comme une meule suspendue au cou de la Finlande, pour parodier la formule célèbre de Disraeli. En outre, les puissances belligérantes s’intéressaient de près au sort des périphéries de l’empire russe, car il pouvait être décisif pour la victoire finale.

  • 35 Jouko Heikkilä, Kansallista luokkapolitiikkaa. Sosiaalidemokraatit ja autonomian puolustus (...)
  • 36 A. Upton, Vallankumous… op. cit., tome 1, pp. 34-35.
  • 37 Valtiopäivät 1917 et Toiset Valtiopäivät…, op. cit. (minutes des séances plénières du Parl (...)

15Une erreur majeure serait toutefois de penser que la solution de l’indépendance se serait imposée comme d’elle-même. En effet, et contrairement à la légende de l’historiographie conservatrice finlandaise, pour qui « la Guerre de libération » doit être tenue pour la seule issue conforme aux destinées du pays (dans le sens hégélien de l’accomplissement de l’Idée), la réalité des choses fut beaucoup plus contradictoire. Certes, la période Stolypine comme l’état de guerre avaient apporté beaucoup d’eau au moulin des activistes et conforté dans le pays l’option indépendantiste. Le Parti social-démocrate, le plus important du pays, avait lui aussi durci ses positions durant les dernières années35. Au sein de la population, l’hostilité aux autorités de Saint-Pétersbourg et aux Russes en général avait progressé, atteignant chez certains le degré d’un véritable racisme36. Mais cela étant, beaucoup d’hommes politiques, tant à gauche qu’à droite, n’étaient pas persuadés qu’une rupture avec la Russie serait possible, voire souhaitable à court terme. L’indépendance était un but à atteindre, mais elle nécessitait des étapes pour être réalisée dans de bonnes conditions. Les débats parlementaires, comme ceux du Comité constitutionnel37, étaient marqués en général par un grand réalisme. Par tradition, on cherchait à trouver des justifications légales à une séparation. D’autre part, la crainte des réactions russes était encore suffisamment forte pour empêcher les revendications excessives. Enfin, les positions des uns et des autres obéissaient parfois à des considérations tactiques, d’où des revirements apparents, des reculs calculés, des offensives inopinées, le tout sur fond d’affrontements complexes, non seulement entre partis, mais à l’intérieur même des formations politiques. De la sorte, rien n’était joué d’avance : l’aventure pouvait aussi bien mener à une autonomie interne plus ou moins élargie qu’à l’indépendance. Ce n’est qu’en novembre, après la révolution bolchevique en Russie, que les choses furent tranchées, et encore non sans mal. Entre temps, les partis bourgeois étaient passés, en un mois à peine, d’une position majoritairement conciliatrice (à l’exception des agrariens) à une défense intransigeante de l’indépendance nationale ! Cette palinodie avait plus à voir avec la lutte contre le danger révolutionnaire qu’avec un amour désintéressé de la patrie, même si le nationalisme de la droite n’était pas à mettre en doute.

  • 38 À propos des idées constitutionnelles de la droite et de leurs nuances, J. Paasivirta, op. (...)
  • 39 Archives nationales (Kansallisarkisto), fonds du Comité constitutionnel de 1917 (Perustusl (...)
  • 40 J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 122-126.

16Il y avait cependant des constantes dans l’attitude des différentes formations politiques qui permettent de se repérer dans le maquis de leurs décisions tactiques. Globalement, les partis conservateurs conservèrent jusqu’à l’automne une orientation marquée par la volonté de ne pas se couper du gouvernement russe38. Leurs principaux dirigeants, Danielson-Kalmari pour les Vieux-Finnois, Ståhlberg pour les Jeunes-Finnois, Wrede et Estlander pour le Parti suédois, considéraient que ce dernier était un rempart contre la révolution sociale. Présents dans les principales instances de discussion (en particulier la Commission constitutionnelle du Parlement et le Comité constitutionnel), ils y défendirent une ligne fondée sur l’idée que le Gouvernement provisoire avait hérité des pouvoirs constitutionnels jadis dévolus au souverain (théorie du juriste vieux-finnois Nevanlinna). Ils craignaient la prépondérance parlementaire et luttaient pour un exécutif finlandais doté de prérogatives suffisantes pour tenir en laisse les députés. Pour eux, l’indépendance restait un but assez lointain, du moins au cours du printemps et de l’été39. Mais avec la disparition du Gouvernement provisoire et l’arrivée des Bolcheviks au pouvoir, ils la virent comme une alternative au chaos. Toujours est-il qu’ils prirent le train en marche. Face à eux, mais au sein des mêmes partis bourgeois, il y avait des gens qui défendaient l’option de l’indépendance rapide. Ainsi, le juriste Raphaël Erich, réfugié à Stockholm, mais également les députés Frey, Gadolin, Lille, Åkesson étaient d’avis que le Gouvernement provisoire n’avait pas autorité pour se mêler des affaires finlandaises40. Il était donc logique que les Finlandais eussent le droit de rechercher la meilleure voie vers l’autodétermination, de préférence non violente, mais pas exclusivement. Les activistes purs et durs, basés en Allemagne et en Suède, avaient eux des positions beaucoup plus radicales. Ils voulaient renverser l’hégémonie russe par tous les moyens, en particulier une victoire militaire allemande. Ces patriotes intransigeants, d’abord assez bien disposés vis-à-vis des sociaux-démocrates qu’ils jugeaient parfois assez proches de leurs thèses, finirent par aider le gouvernement Svinhufvud dans sa lutte contre les rouges, devenus, selon eux, les suppôts de l’ennemi. La Ligue agrarienne, le dernier né des partis non socialistes, avait un discours plutôt musclé sur l’indépendance nationale, car sa base était perméable au discours antirusse. Ses députés votèrent la Valtalaki et défendirent avec détermination la déclaration d’indépendance. Ils s’opposèrent aussi au Comité de régence. Néanmoins, son chef spirituel, Santeri Alkio, eut une démarche souvent ambiguë en raison de son obsession du maintien de l’ordre qui le rapprochait peu à peu de la droite.

  • 41 À la fin de 1916, Kuusinen, flanqué de Wiik et Gylling, avait commencé à rédiger un import (...)
  • 42 Archives ouvrières, fonds du groupe parlementaire social-démocrate, réunion du 28/04/1917. (...)
  • 43 Ibid., pp. 174-177 ; J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 209-222.
  • 44 E. Ketola, op. cit., pp. 391-406 ; M. Carrez, op. cit., pp. 675-687.

17Du côté des sociaux-démocrates, le consensus n’était pas absolu, bien que l’idée d’une souveraineté intérieure pleine et entière eût les faveurs de la direction41. Au début du printemps, lors des débats internes au groupe parlementaire, Yrjö Mäkelin et Evert Eloranta plaidèrent pour un engagement plus ferme en faveur de l’indépendance, alors que Kuusinen et la majorité estimaient qu’il valait mieux s’en tenir à une ligne prudente42. Mais devant le blocage du Gouvernement provisoire, les dirigeants socialistes finlandais, encouragés par les Bolcheviks, optèrent rapidement pour une attitude offensive qui se matérialisa par la proposition de la Valtalaki43. Une fois prise, cette option fut défendue jusqu’au bout par les élus et les militants. Au début décembre, le SSDP refusa de voter telle quelle la déclaration gouvernementale d’indépendance, car il critiquait la façon dont le gouvernement finlandais cherchait à éviter toute négociation avec le Commissariat du Peuple. Il ne combattit pas cependant l’idée d’une souveraineté totale44 et accepta le fait accompli, n’en déplaise aux historiographes conservateurs qui plus tard essayèrent de faire croire le contraire.

  • 45 Pertti Lunttinen, The Imperial Russian Army and Navy in Finland 1808-1918, Helsinki, SHS, (...)
  • 46 Voir note n° 5.
  • 47 J. Paasivirta, op. cit., tome 2, p. 188.

18Les enjeux de la séparation entre les deux pays étaient en vérité très complexes. Le commandement militaire russe avait depuis longtemps mis l’accent sur le danger d’un débarquement allemand en Finlande et sur l’importance stratégique du Grand-Duché45. En pleine guerre mondiale, il était impensable que la Russie pût laisser ce problème sans solution. Une négociation bipartite s’imposait, fût-ce avec les Bolcheviks, ce que Svinhufvud comprit un peu tard. Le retrait des troupes russes supposait d’autre part un calendrier de retrait et des modalités précises. La droite, en faisant brusquement mine de l’obtenir par la force, prenait un risque considérable et donnait de surcroît aux Russes un prétexte de vengeance… Il y avait en outre le problème de la reconnaissance internationale de la Finlande. Les sociaux-démocrates avaient proposé fin mars 1917 à Kerenski de faire garantir son autonomie par les grandes puissances lors des négociations de paix qui ne manqueraient pas un jour de s’ouvrir46. Le Gouvernement provisoire avait refusé, et la question restait encore en suspens fin octobre. Svinhufvud pour sa part sonda les consulats occidentaux fin novembre47, mais n’obtint pas de résultats probants ; les représentants de l’Entente, en particulier, soulignaient qu’il ne fallait pas mettre la charrue avant les bœufs, mais obtenir au préalable la reconnaissance de l’ancienne métropole. Cette position de bon sens commença à être prise en compte seulement vers la fin décembre par le Sénat de Svinhufvud, l’appel prévu à l’Assemblée constituante russe n’ayant été jusque-là qu’un leurre pour éviter de négocier avec le gouvernement bolchevik. Les aspects économiques de l’indépendance constituaient un autre casse-tête, voire une bombe à retardement. Depuis un bon siècle, on avait pris l’habitude de beaucoup vendre et acheter à la Russie. Qu’en serait-il à l’avenir ? En attendant, la tentation serait grande de chercher en Suède, mais surtout en Allemagne, des compensations. Cela risquait d’indisposer les puissances de l’Entente pour qui le blocus des empires centraux était un impératif.

19Quand Svinhufvud et ses amis avaient pris en main les rênes du pouvoir, ils avaient bien sûr réfléchi à toutes ces questions, mais sans trouver les réponses adéquates. Obnubilés par le danger rouge, ils avaient abandonné la prudence qui était encore la leur au printemps. La déclaration d’indépendance du 6 décembre était donc un coup de poker. Faite sans précautions suffisantes, elle aurait pu tourner au fiasco sans un concours de circonstances plutôt chanceux. Elle sema en tout cas le doute et la méfiance chez les adversaires du gouvernement, fort nombreux en cette époque troublée. Facteur sous-estimé de guerre civile, elle menait également tôt ou tard à se jeter dans les bras de l’Allemagne, imprudence qui faillit coûter très cher au pays un an plus tard.

20Mais les hommes ne vivent pas que d’idéal, il leur faut aussi manger. Or, la crise économique que traversait le pays semblait quasi insurmontable avant le retour à la paix. Y avait-il une alternative réelle à ces souffrances ? Celles-ci étaient-elles à dessein exagérées par les uns et les autres pour justifier leurs prises de position radicales ? C’est ce qu’il nous faut maintenant examiner.

La question de la crise économique et sociale

  • 48 Par exemple, Martti Kovero, Elintarvikepolitiikka [La politique alimentaire], manuscrit, 1 (...)
  • 49 Leo Harmaja, Maailmansodan vaikutus Suomen taloudelliseen kehitykseen [L’impact de la guer (...)
  • 50 H. Rantatupa, op. cit., présentation des sources.
  • 51 P. Haapala, op. cit., chap. 4.

21Comme nous le suggérions en introduction, nous souffrons d’un manque d’études sur le sujet, même en prenant en compte les enquêtes réalisées au début des années 2048. Dans son livre sur les effets économiques de la Première guerre mondiale en Finlande, Leo Harmaja apporte des informations utiles, mais il s’inspire pour l’essentiel des statistiques officielles du pays. Ces dernières ne sont pas mauvaises en tant que telles ; elles ne sont toutefois pas entièrement fiables et n’offrent que des possibilités limitées d’analyse49. L’étude d’Heikki Rantatupa, beaucoup plus récente, souffre du même défaut50. Quant à la synthèse de Pertti Haapala, pour intéressante qu’elle soit, elle n’est pas fondée sur une étude systématique des sources primaires, du moins en ce qui concerne les problèmes économiques51. Nous en sommes donc encore réduits à des conjectures, à des calculs par défaut ou à la sempiternelle utilisation de témoignages personnels aussi péremptoires que subjectifs, en espérant qu’enfin des monographies régionales ou locales viennent éclairer notre lanterne.

  • 52 Ibid., pp. 203 et 213.

22En attendant, les historiens semblent au moins d’accord pour dessiner les grands traits de la crise. Celle-ci était d’abord liée, nous l’avons vu, à une pénurie de biens alimentaires, surtout de grains. Aucun observateur ne le nie, même si les chiffres avancés restent souvent trop théoriques. Il faut constater en effet que si le pays importait environ 40 % des céréales qu’il consommait en 1913, celles-ci n’étaient pas toutes utilisées à fabriquer du pain. On en donnait parfois au bétail, profitant en cela d’un coût relativement bas sur le marché mondial52. Il serait donc erroné de considérer que l’arrêt des importations aurait eu comme conséquence automatique de diviser la consommation humaine par deux. De même, il faut tenir compte des différences de consommation selon les classes sociales pour éviter de calculer des moyennes qui pourraient être trompeuses. D’autre part, le fait que l’agriculture finlandaise ait été autosuffisante en principe pour les produits laitiers et la viande ne constitue en rien la preuve qu’il n’y avait pas de dysfonctionnements pour l’approvisionnement et les prix. Ce serait ignorer les mécanismes pervers de la spéculation.

  • 53 Ibid., pp. 206-207.
  • 54 Ibid., p. 209.
  • 55 Un bel exemple dans Valtiopäivät 1917, op. cit., débat parlementaire du 09/05/1917.

23Autre élément de consensus entre chercheurs : les autorités eurent les pires difficultés à mettre en place une politique cohérente de contrôle des prix. Celle-ci n’était pas en soi une aberration, dans la mesure où il fallait faire face à des pénuries locales parfois graves, surtout en ville et dans les campagnes reculées ; il n’est pas certain au demeurant que la réglementation ait été la principale cause de désordre, comme le suggère avec insuffisamment de nuances Pertti Haapala53. Néanmoins dans un premier temps, les bureaucrates russes ne surent pas prendre assez vite la mesure du danger et hésitèrent dans la mise en œuvre, n’osant guère s’en prendre aux spéculateurs. La loi du 16 mai 1917 sur le rationnement était mieux conçue, mais le gouvernement, doté de larges pouvoirs, ne voulut pas trancher dans le vif la contradiction consistant « à se procurer des denrées aux conditions des producteurs et à les distribuer à celles des consommateurs »54, ni se donner les moyens d’interdire les exportations vers Saint-Pétersbourg. Il est clair aussi que les conservateurs firent tout leur possible pour freiner, au niveau national et local, une réglementation à laquelle ils répugnaient plus ou moins. La presse de droite et les journaux agrariens passaient d’ailleurs leur temps à désigner la social-démocratie comme la principale responsable des contrôles arbitraires. Les amis de Santeri Alkio se firent aussi une spécialité de défendre à la tribune du Parlement les braves producteurs que l’État cherchait à spolier55. Du coup, le rationnement, qui exigeait pour fonctionner un consensus minimal de la population, n’eut pas d’effets suffisants sur les prix et l’approvisionnement ; la situation s’aggrava encore durant l’été et l’automne.

  • 56 L. Harmaja, op. cit., 1er chap.
  • 57 Markku Kuisma, Metsäteollisuuden maa. Suomi, metsät ja kansainvälinen järjestelmä 1620-192 (...)
  • 58 Juhani Karhu, Sota-ajan taloudellinen elämä Suomessa [La vie économique en Finlande durant (...)
  • 59 Ibid. ; P. Haapala, op. cit., p. 164.

24La pénurie alimentaire, particulièrement dure pour les moins fortunés, n’était que la dimension la plus spectaculaire d’une crise économique plus générale56. L’industrie finlandaise connut en 1917 des difficultés croissantes. Le secteur du sciage avait souffert depuis l’entrée en guerre de l’arrêt des exportations hors Russie57. De même, une partie des industries de consommation avait subi très vite le contrecoup de la baisse du pouvoir d’achat. Heureusement, les papeteries, les travaux publics et les productions de guerre (surtout dans la métallurgie et le textile) avaient connu à l’inverse un véritable boom58. Mais après l’effondrement du tsarisme, le recul des commandes militaires ainsi que le chaos en Russie mirent à leur tour les secteurs gagnants en situation délicate59. Le chômage progressa rapidement durant l’automne, aggravant le mécontentement et l’angoisse des milieux populaires.

  • 60 Paavo Korpisaari, Suomen markka 1914-1925 [Le mark finlandais 1914-1925], Porvoo, WSOY, 19 (...)
  • 61 M. Carrez, thèse citée, chap. 5.4, pp. 653-670.

25La crise monétaire, quant à elle, prit une tournure inquiétante60. La Finlande était victime depuis 1914 de la dépréciation rapide du rouble. La Banque centrale était régulièrement contrainte d’opérer des achats de billets russes à des prix très supérieurs à ceux du marché réel. Avec la spéculation, le marché noir et les pénuries, tous les ingrédients d’une inflation massive étaient donc en place au début de l’année 1917. En quelques mois, cependant, le problème changea d’échelle. Soumise à des emprunts gouvernementaux de plus en plus conséquents, la Banque de Finlande eut recours à la planche à billets pour les assumer, mais sans garanties suffisantes. Les autorités eurent assez vite conscience qu’il fallait réagir, mais la dissolution du Parlement et les troubles de l’automne retardèrent les décisions nécessaires. Comme il y avait d’autres tâches urgentes et que le public continuait à avoir confiance dans le mark, on laissa l’eau couler sous les ponts. L’inflation était en outre plutôt favorable aux entreprises endettées, aux spéculateurs et aux vendeurs en général. Certains n’étaient donc pas pressés de couper le mal à la racine. Les revenus les plus modestes étaient au contraire attaqués de plein fouet par la hausse des prix qui dépassa alors largement celle des salaires61. Du coup, les ouvriers furent confortés dans leur idée d’être une fois de plus les dindons de la farce, au moment même où les rapports entre les classes s’étaient tendus au maximum.

  • 62 Otto Kuusinen (alias Wille), « Kultaa, kultaa » [De l’or, de l’or], Työmies [Le Travailleu (...)
  • 63 P. Haapala, op. cit., p. 220.

26La crise économique se doublait en effet d’une véritable crise sociale. Bien sûr, la conjoncture de guerre était malheureuse pour tout un chacun. Mais très différemment selon la place occupée dans la société. Une analyse même rapide des registres d’imposition locale de la ville d’Helsinki, telle qu’elle avait paru dans la presse sociale-démocrate62, montrait que de nombreux industriels ou rentiers s’étaient beaucoup enrichis en 1915 et 1916, grâce aux commandes de guerre et à la demande croissante de logements. Le prolétariat de la capitale avait au contraire pâti de la hausse des denrées, du bois de chauffage et des loyers, très supérieure à celle des salaires. À la campagne, les grands propriétaires, voire les paysans disposant de surplus vendables, avaient largement profité de la hausse des prix, au moins durant deux ans. Les ouvriers agricoles et les micro-exploitants avaient peut-être pu bénéficier de la hausse des salaires et du surcroît d’emplois liés à l’ouverture de chantiers pour l’armée, mais à une échelle apparemment plus modeste. Il ne faut pas non plus oublier qu’ils avaient été aussi victimes de la diminution des coupes hivernales de bois et de la rétraction de l’embauche dans les petites fermes. Ces inégalités avaient contribué à faire monter la tension durant l’année 1916. En 1917, les ouvriers d’usine et les travailleurs agricoles n’hésitèrent pas à exiger des compensations et à se mettre en grève. Le patronat et les propriétaires se sentirent agressés et se raidirent d’autant plus que leurs profits n’étaient plus alors comparables à ceux des années antérieures. Les mesures de contrôle prises par le gouvernement leur semblèrent également une atteinte à leurs prérogatives63. La Ligue agrarienne, bien aidée en cela par la propagande de droite, prit la tête de ce mouvement de producteurs offensés hurlant à l’inquisition et à la terreur rouge. À l’opposé, le mouvement ouvrier organisé accepta de cautionner non seulement les grèves, mais aussi les revendications visant à durcir les contrôles et le rationnement. « Consommateurs » et « producteurs » se trouvèrent ainsi dressés les uns contre les autres autant par les faits que par une propagande active.

27Ces analyses reposent toutefois sur des connaissances lacunaires. Il y a en effet un certain nombre de chaînons manquants dans l’explication générale.

28Nous savons très peu de choses par exemple sur l’enrichissement de certains milieux durant la guerre. C’est un sujet qui fut longtemps tabou et reste assez délicat à étudier. Il y a des sources, en particulier fiscales et notariales, mais elles exigent un travail de bénédictin pour être analysées, même à l’échelle locale. Il s’agit pourtant d’une question décisive, car y répondre nous permettrait de mesurer s’il existait des marges de manœuvre face à la crise et de déterminer si la paysannerie avait la possibilité de consentir des sacrifices supplémentaires, comme le croyaient les ouvriers.

29Quelles souffrances réelles ont été d’autre part infligées aux populations ? Nous n’avons souvent que des banalités à dire sur ce point ou alors des vérités trop générales. Les études chiffrées et les monographies font cruellement défaut. L’histoire locale se contente le plus souvent d’éluder le problème en citant des coupures de presse et des témoignages d’époque. Il y a pourtant de la documentation, ne serait-ce que les rapports des commissions municipales d’approvisionnement, les comptes laissés par les bureaux d’aide aux pauvres, les papiers des comités de lutte contre le chômage ou des bureaux d’embauche, voire les archives de comités caritatifs…

  • 64 C’est le cas d’une commune comme Huittinen, théâtre d’un affrontement sanglant entre grévi (...)

30Les différences régionales restent par ailleurs insuffisamment éclairées. Le regard des historiens a surtout été attiré par les grandes villes comme Helsinki, Tampere ou Turku et certaines zones rurales où ont eu lieu des affrontements spectaculaires au moment des grèves du printemps et de l’été64. Nous ignorons par contre une bonne part de ce qu’il en était pour les petites et moyennes agglomérations ou la majorité des campagnes. Ce n’est pas un mince handicap.

31De même, on ne s’est guère intéressé, jusqu’à présent, qu’à la politique nationale de contrôle des prix et de rationnement. Or, celle-ci passait par le filtre des municipalités de qui dépendait alors une grande partie de l’intervention publique. Il est donc primordial d’étudier de près les différences entre les politiques locales et leur effet sur l’état d’esprit des populations. Si d’un endroit à l’autre les problèmes n’ont pas eu la même acuité, il semble logique que l’attitude des gens en ait été affectée. Cela reste en tout cas à vérifier.

  • 65 Väinö Tanner, Kuinka se oikein tapahtui. Vuosi 1918 esivaiheineen ja jälkiselvittelyineen (...)
  • 66 Archives ouvrières, cote 323.2 (471), fonds de l’année 1917, carton HDU 2 « Sanomalehtilei (...)
  • 67 Työmies, 15/08/1917.

32Au-delà de ces interrogations légitimes, il existe des mythes à enterrer. Or ils ont la vie dure parmi le grand public. Le premier est qu’il n’y avait absolument pas de marge de manœuvre dans le domaine alimentaire. Il fut en premier lieu entretenu par les hommes politiques responsables, à des degrés divers, de la définition et de l’application des mesures d’approvisionnement65, afin de couper court aux critiques. Cette vieille ficelle politicienne fonctionna assez bien à long terme parce qu’elle arrangeait tous ceux qui n’avaient aucun intérêt à ce qu’on mît trop le nez dans leurs affaires, fût-ce rétrospectivement. L’image des greniers vides et des routes d’approvisionnement coupées devaient dans l’esprit de ces « experts » amener les masses à se résigner. Sur ce point ils commirent à court terme une fatale erreur d’appréciation, car ventre vide n’a pas d’oreilles. En vérité, il y avait des surplus, bien qu’ils fussent insuffisants à résoudre la crise : les réserves pour les semailles suivantes, les quantités (inconnues) détournées à des fins personnelles (stockage de précaution, spéculation), les grains destinés à la fabrication d’alcool, ceux enfin qui partirent se vendre à Saint-Pétersbourg ou ailleurs. Les utiliser était certes très aléatoire, mais c’était la volonté politique, l’inventivité et les moyens de coercition qui faisaient principalement défaut. En outre, la question du grain n’était pas la seule en cause. Il y avait d’autres denrées pour lesquelles la Finlande ne manquait pas d’atouts, en dépit de la sécheresse excessive de l’été 17 : le lait, le beurre et la viande. Personne ne sut dire pourquoi elles devenaient rares. De ces carences dans l’information naquirent les rumeurs les plus folles, mais aussi une méfiance croissante vis-à-vis des autorités. Celle-ci n’était pas toujours dénuée de fondement, semble-t-il. Un certain nombre de faits troublants furent relevés par la presse sociale-démocrate de l’époque qui mériteraient sans doute un moins grand dédain de la part des chercheurs66 : on trouva ainsi en plein mois d’août, suite à une descente inopinée dans les caves du géant de l’agroalimentaire Valio, des quantités considérables de beurre et de fromage qui furent ensuite vendues aux consommateurs d’Helsinki, alors qu’une soi-disant rupture d’approvisionnement sévissait dans la capitale67.

  • 68 Archives ouvrières, fonds des organisations locales du SSDP à Helsinki, carton C 1.
  • 69 Työmies n° 216-219, 13-16/08/1917.

33Le second mythe, afférant au précédent, consiste à suggérer que les masses auraient manqué de patience et sombré dans la paranoïa. Cette thèse ressemble à celles de Taine et de Lebon sur les réactions de la foule révolutionnaire, par définition inquiétante et morbide. Ce sont souvent les mêmes « témoins » – ce n’est pas un hasard – qui ont manié cet argument. L’examen attentif des procès-verbaux des assemblées générales convoquées par la section sociale-démocrate d’Helsinki68, ainsi que le dépouillement systématique du Travailleur pour l’année 1917, démentent absolument cette hypothèse. Les éléments les plus radicaux restèrent très isolés et les rares émeutes de rue qui éclatèrent en dehors du contrôle du parti furent dispersées sans difficulté par la milice urbaine dont le chef n’était autre que le socialiste Kustaa Rovio69. Il y eut bien des tentatives de déstabilisation, mais elles n’avaient aucune chance de réussite. De ce point de vue, la situation ne s’aggrava vraiment qu’à partir de la grève générale de novembre, quand la vie matérielle de nombreux ouvriers urbains était devenue à proprement parler insupportable. On ne peut donc parler d’irresponsabilité du plus grand nombre, bien au contraire.

  • 70 Ibid., 18/06/1917.
  • 71 Ibid., 19/08/1917.
  • 72 Ibid., 08/08/1917, article sur les problèmes du fourrage et de l’abattage de bétail.

34Une autre légende, heureusement bien écornée, concerne la presse sociale-démocrate, dont on prétend qu’elle aurait à dessein soufflé sur les braises du mécontentement. En vérité, Le Travailleur, le mieux diffusé des journaux socialistes, n’eut de cesse, jusqu’à l’automne, de mettre en garde ses lecteurs contre les provocations, avec des gros titres aussi explicites que : « Prenez garde aux forces noires ! » (c’est-à-dire anarchistes)70 ou « Il faut condamner les émeutes »71. En outre, il donna souvent la parole aux sénateurs Tokoi et Wuolijoki, ce dernier ayant directement en charge la question des denrées72. Enfin, il informa régulièrement la population des difficultés liées à la production agricole et aux achats à l’étranger. Un amalgame avec le Père Duchêne de 1793 est donc hors de propos.

35Le dernier mythe, forgé par la presse agrarienne et jamais vraiment démonté, est celui des braves paysans victimes à la fois de la météo, du gouvernement dirigiste et des vilains socialistes jetant l’opprobre sur leurs activités. Il a pour corollaire l’idée que les spéculateurs ne pouvaient être que d’affreux urbains sans scrupules. Cette vision idyllique de Jacques Bonhomme est manifestement inopérante. Elle cherche à faire oublier les années fastes qui entraînèrent l’enrichissement réel d’une partie des producteurs ruraux ainsi que l’implication précoce de nombreux exploitants propriétaires dans les milices armées antisocialistes. Il est plus que temps de s’atteler à étude sérieuse de la vie paysanne durant cette période.

36Nous voyons donc que les zones d’ombre demeurent assez nombreuses dans ce que nous savons actuellement de la crise économique et sociale de 1917. Si nous en discernons assez bien les manifestations essentielles, nous ne parvenons pas encore à fournir toutes les explications nécessaires. Ceci peut constituer un handicap dans l’interprétation d’un autre problème essentiel : le dérapage vers la guerre civile.

La question des responsabilités dans la future guerre civile

37Il n’est pas simple de démêler un écheveau aussi complexe de faits, bien qu’un certain nombre de travaux, préalablement cités, aient su dépasser les idées simplistes développées jadis par des vainqueurs bouffis d’arrogance et des vaincus emplis d’amertume. L’historiographie contemporaine est plus attentive à déceler les autojustifications des différents acteurs et à croiser des sources parfois contradictoires. C’est un grand pas en avant qui permet aujourd’hui d’argumenter à un niveau plus élevé que 50 ans en arrière. Mais subsiste toujours cette tendance, évoquée en introduction, à faire de 1917 la répétition générale de 1918.

38Or, il n’y avait pas de fatalité à l’éclatement d’une révolution, bien que son éventualité ne fît que croître au fur et à mesure qu’on avançait vers l’hiver. Un certain nombre d’indices confortent ce point de vue.

  • 73 E. Ketola, op. cit., pp.32-33 ; J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 66-70 ; A. Upton, Val (...)
  • 74 Ibid. ; Archives ouvrières, compte rendu du Conseil national du SSDP des 19, 20 , 21, 22 e (...)
  • 75 E. Ketola, op. cit., pp. 39-40 ; J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 71-77 ; A. Upton, Va (...)
  • 76 Valtiopäivät 1917, op. cit., séance du 17 juillet 1917, pp. 1005-1037.
  • 77 Ibid., séance du 18 juillet ; commentaire de J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 213-222.
  • 78 Toiset valtiopäivät 1917, op. cit., séances des 8, 9 et 10 novembre 1917.
  • 79 Ibid., séance du 15 novembre 1917, p. 120.

39À plusieurs reprises tout d’abord, et jusqu’en novembre inclus, des compromis furent recherchés entre le Parti social-démocrate et une fraction plus ou moins large, selon les circonstances, des états-majors bourgeois. Le fait qu’ils aient échoué ne signifie pas qu’ils étaient caducs avant d’avoir été proposés. Dans les jours qui suivirent la chute de Nicolas II, les protagonistes cherchèrent à s’entendre par exemple sur la composition d’un gouvernement commun73. L’option était si peu évidente qu’elle entraîna tout de suite des doutes parmi les dirigeants sociaux-démocrates. Mais elle avait été formulée par des personnalités très différentes du parti, ce qui prouve qu’elle correspondait à certaines nécessités pratiques74. Finalement, après diverses péripéties, les principales formations politiques parvinrent à un accord le 24 mars : le nouveau Sénat comprenait 6 sociaux-démocrates et 6 personnalités bourgeoises, plus ou moins indépendantes de leurs formations respectives75. L’attelage était quelque peu bancal, mais il indiquait une volonté partagée d’œuvrer en faveur de « l’intérêt national », de présenter ainsi un semblant de front commun face au Gouvernement provisoire russe. La tentative échoua en raison de désaccords sur les réformes et sur l’appréciation de la situation politique. Nous devons cependant en reconnaître l’importance historique. La discussion sur la Valtalaki fut aussi l’occasion d’alliances provisoires entre différentes forces politiques. Lors de la séance parlementaire du 17 juillet, des députés plutôt classés à droite, comme Hultin, mais aussi le principal dirigeant des agrariens, Santeri Alkio, se prononcèrent en faveur des propositions sociales-démocrates concernant l’exercice du pouvoir suprême en Finlande, malgré l’opposition farouche des conservateurs76. Le lendemain, la loi fut adoptée à une très large majorité de 136 voix contre 55, vote qui transcendait largement les clivages partisans77. Dans un moment décisif pour l’avenir du pays et en dépit de l’aggravation des tensions sociales, une majorité de députés avait trouvé les ressources pour s’entendre. Le fait n’est pas négligeable. On vit encore en novembre 1917, dans une atmosphère d’extrême tension entre la droite et la gauche, les dirigeants sociaux-démocrates et agrariens se faire des propositions mutuelles d’ouverture lors du débat sur le Comité de régence78. Dans la semaine qui suivit, Alkio révéla l’existence de tractations à propos d’un gouvernement commun79. Le résultat en fut l’enterrement de première classe du projet sénatorial et la confirmation, le 16 novembre, de la loi sur les 8 heures et des lois sur les conseils municipaux. Une telle orientation allait dans le sens d’un apaisement. Elle avait sans doute quelques chances d’être poursuivie, mais les hésitations des agrariens finirent par l’enterrer.

  • 80 P. Ala-Kaape et M. Valkonen, Yhdessä…, op. cit., pp. 396-397.

40Il faut ensuite bien souligner que les fameuses grèves du printemps et de l’été 1917 n’avaient aucun caractère insurrectionnel. Elles étaient destinées à obtenir des compensations par rapport à la vie chère et à faire adopter des lois, comme celle des 8 heures, qui ne bouleversaient pas les rapports sociaux. Elles étaient donc gérables par le patronat comme par les organisations syndicales, qui eurent au départ des positions assez modérées du fait que deux de leurs dirigeants historiques, Tokoi et Paasivuori, siégeaient au Sénat. Les conflits du travail sur les exploitations agricoles constituaient certes un cas de figure plus compliqué, puisque ces travailleurs n’étaient pas encadrés et posaient quelquefois des revendications un peu irréalistes ; mais on ne peut pas les considérer comme insurmontables, même selon les normes de l’époque. Il manqua, du côté des employeurs, la volonté d’aboutir et, plus fondamentalement, une véritable culture de dialogue. Ils ne cédèrent souvent que sous la contrainte et manifestèrent une amertume de mauvais aloi, comme dans l’affaire des métallos d’Helsinki, soutenus par certains éléments trop zélés de la garnison russe80. Les propriétaires ruraux surtout firent preuve d’une intransigeance excessive. En vérité, l’exemple voisin de la Russie leur faisait craindre le pire, sans doute en vain. Cela les mena sur la voie la plus dangereuse, celle des milices et des gardes civiques. Mais ce processus resta maîtrisable jusqu’en septembre. Plus tard encore, il ne me semble pas avoir été irréversible. Il manqua surtout un signe d’ouverture de la part du gouvernement Svinhufvud. Des choix politiques malheureux précipitèrent la crise.

  • 81 P. Luntinen, The Imperial Russian Army and Navy…, op. cit.
  • 82 Voir entre autres, Lenin ja Suomi [Lénine et la Finlande], tomes 1 et 2, Helsinki ; Opetus (...)
  • 83 Hannu Soikkanen, Kohti kansanvaltaa [Vers la démocratie], tome 1 « 1899-1937 », pp. 231-23 (...)
  • 84 H. Soikkanen, op. cit., p. 220-221.
  • 85 Archives ouvrières, Minutes du congrès du SSDP, pp. 82-89 ; H. Soikkanen, op. cit., p. 209 (...)

41La présence massive de soldats et de marins russes sur le sol finlandais81 n’était pas non plus une très grave menace pour la stabilité du pays, contrairement à ce que croyaient beaucoup de Finlandais. Leur valeur militaire était très diminuée depuis la fin 1916, en raison de la baisse de la discipline, des rumeurs de retour au pays et de la démoralisation croissante des officiers et des hommes de troupe. Leur volonté révolutionnaire était aussi sujette à caution. La presse conservatrice de l’époque ainsi que l’historiographie blanche de l’entre-deux-guerres ont souligné à l’envi la présence de nombreux militaires russes dans les manifestations de rue, surtout durant le printemps et l’été. Nous savons aussi, par le biais de nombreux témoignages et travaux82 que les Bolcheviks avaient mis en œuvre d’importants moyens pour essayer de gagner des adeptes dans les garnisons de Vyborg et d’Helsinki. En outre, l’activité des Soviets n’était pas négligeable dans la capitale finlandaise où agissaient de surcroît des militants bolcheviks de premier plan comme Adolf Taimi et les frères Rahja83. Mais tout cela avait des limites. Il s’agissait de minorités agissantes qui n’avaient qu’une autorité limitée sur une masse plutôt amorphe et pressée de rentrer au pays. En outre, la direction du SSDP tenait à son indépendance comme à la prunelle de ses yeux. Elle avait des contacts réguliers et assez cordiaux avec les dirigeants bolcheviks, mais ne se laissait pas manipuler par eux, bien au contraire. La Commission exécutive du parti désapprouva en avril l’action des soldats russes venus aider manu militari les métallos d’Helsinki84. En juin, au congrès du parti, Kuusinen répliqua avec fermeté aux tentatives d’Alexandra Kollontaï pour infléchir les délégués85. Après la répression des émeutes de juillet à Petrograd, le SSDP adopta un profil bas face à la dissolution du Parlement et à l’interdiction de l’activité bolchevique. Les intérêts nationaux et ceux du parti l’emportaient sur toute autre considération, ce qui laissait un espace important à d’éventuelles négociations avec les bourgeois.

  • 86 A. Upton, op. cit., tome 1, p. 28.
  • 87 Jari Ehrnrooth, Sanan vallassa, vihan voimalla. Sosialistiset vallankumousopit ja niiden v (...)
  • 88 R. Alapuro, Suomen synty…, op. cit.

42Certains auteurs enfin ont beaucoup insisté sur l’intransigeance des positions défendues par les différents protagonistes. Anthony Upton a souligné l’incapacité des politiciens finlandais à trouver des compromis86. Jari Ehrnrooth a quant à lui mis en exergue le caractère violent, voire haineux de la propagande sociale-démocrate87. Cette thèse d’une « culture de l’affrontement » doit être nuancée. Le mouvement ouvrier finlandais, malgré sa radicalité affirmée, avait une très forte tradition intégratrice88. Une partie des députés bourgeois, pour sa part, n’était pas hostile aux évolutions sociales. Elle manifesta durant l’année 1917 une certaine mauvaise conscience qui l’incita à ne pas faire systématiquement obstacle aux réformes proposées par les sociaux-démocrates. Ce fut le cas des agrariens à plusieurs reprises, y compris au début novembre 1917. Les bases d’un compromis politique n’étaient donc pas totalement irréalistes.

43Constater cela ne signifie cependant pas que tout était possible. Des facteurs lourds poussaient à l’affrontement et ils finirent par s’imposer.

  • 89 Pour donner un exemple, la loi sur la protection du travail ouvrier de 1909 n’était toujou (...)
  • 90 Il suffit de consulter les motions et télégrammes envoyés au groupe parlementaire social-d (...)
  • 91 Ibid. ; H. Soikkanen, op. cit., pp. 238-239.
  • 92 Archives nationales, fonds K.H. Wiik, carnets de l’année 1917, rédigés en suédois. Ce diri (...)

44La poussée spectaculaire du mécontentement populaire, surtout en ville, mais pas seulement, était le principal d’entre eux. Certains griefs étaient anciens. Les ouvriers n’avaient pas apprécié le report sine die d’un certain nombre de lois ou de projets de lois destinés à améliorer leur vie quotidienne89. Ils attribuaient à la droite et au patronat la responsabilité essentielle de leur échec. De même, les métayers et les paysans sans terre étaient déçus de voir les réformes promises sans cesse différées. Une majorité d’électeurs populaires était aussi amère d’être écartée des votes municipaux, toujours censitaires90. L’enjeu en était non seulement la démocratie communale, mais encore la possibilité de mieux peser sur l’aide sociale, dépendant pour beaucoup des municipalités. À cela s’ajoutaient des soucis quotidiens croissants : la vie de plus en plus chère, le ravitaillement insuffisant qui amenuisait les forces et diminuait le rendement au travail, donc les possibilités d’améliorer l’ordinaire, la crainte du chômage, etc. À l’automne, ce sentiment d’insécurité né de la conjoncture se doubla d’une terrible déception liée à la défaite électorale d’octobre91. Beaucoup estimaient que les injustices ne feraient qu’empirer, que les riches profiteraient de la situation pour rogner les maigres acquis du printemps. Ils voyaient dans leurs villages ou leurs quartiers les milices bourgeoises prêtes à en découdre. Pourquoi se modérer alors qu’en face on fourbissait les armes ? Toutes ces frustrations transparaissaient dans les motions envoyées au Parlement par les assemblées populaires réunies un peu partout dans le pays à l’initiative des militants sociaux-démocrates. Une pression très forte s’exerça alors sur les députés, les représentants syndicaux, les cadres du mouvement ouvrier. Elle venait principalement des jeunes que le grand chambardement faisait rêver, mais aussi des femmes énervées par les marchés vides. Il devint de plus en plus difficile pour les dirigeants d’y rester insensibles, de garder leur sang-froid92. « N’était-ce pas là les prémices de la révolution ? », s’interrogeaient-ils. Les possédants sentaient de leur côté cette haine sourde, cette agitation des réunions publiques, cet engouement pour les milices populaires, matrice de futures gardes rouges. N’ayant plus confiance dans la capacité du Gouvernement provisoire à maintenir l’ordre, ils furent alors tentés de l’assurer eux-mêmes, de s’armer pour résister à ce qui leur paraissait une dangereuse imitation du chaos russe.

  • 93 M.-L. Salkola, op. cit., tome 1, pp. 284-319.
  • 94 Ibid., pp. 298-299.
  • 95 P. Ala-Kaape et M. Valkonen, Yhdessä…, op. cit., p. 418.

45On mit alors la main dans l’engrenage de l’intimidation93. Il n’était plus seulement question, comme au printemps, d’assurer le maintien de l’ordre après le démantèlement de l’ancienne police tsariste, quitte à trouver des compromis entre militants de différents bords. Il s’agissait d’appliquer à la lettre l’antique exhortation du Deutéronome, « œil pour œil, dent pour dent ». Après une phase un peu confuse où sociaux-démocrates et activistes bourgeois collaboraient encore dans les mêmes gardes civiques, l’été 1917 vit une séparation de plus en plus nette entre d’un côté les gardes ouvrières, de l’autre les gardes bourgeoises. De nombreuses sections socialistes exigèrent de leurs militants la non-affiliation aux gardes civiques ou autres sociétés gymniques à but politique. La cause en était l’implication d’un certain nombre de ces dernières dans des opérations antigrèves. Mais il y avait aussi une inquiétude liée au fait qu’à partir de juin 1917, le nombre de communes où il y avait des milices bourgeoises dépassa très largement celui des communes où l’on trouvait des milices ouvrières. Fin juillet, il était deux fois plus élevé, fin septembre cinq fois plus94. La plupart des militants socialistes acquirent la conviction qu’il s’agissait d’une tentative de reprise en main du pays par la force. Le fossé se creusa avec la défaite électorale sociale-démocrate. Le 20 octobre, la direction du syndicat SAJ appela les ouvriers à former leurs propres organismes de défense95. Le conseil du parti, réuni à la fin du mois entérina cette proposition. Le nombre de milices ouvrières commença alors à rattraper celui des milices bourgeoises. La grève générale de la mi-novembre entraîna quelques affrontements spectaculaires. Le pays vivait dans un état de paix armée que le gouvernement Svinhufvud, en proposant début décembre la transformation des gardes civiques en armée nationale, prit le risque de transformer en conflit ouvert.

  • 96 J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 113-129.
  • 97 E. Ketola, op. cit., pp. 114 sq.

46L’évolution rapide de la situation en Russie n’aidait pas non plus à maintenir la paix civile en Finlande, car chaque camp cherchait tour à tour à utiliser à son profit les changements intervenus à Petrograd. Entre avril et juillet 1917, les dirigeants conservateurs surestimèrent généralement la force du gouvernement provisoire qu’ils considéraient comme la digue principale opposée au flot révolutionnaire. Ils eurent alors tendance à le ménager, au grand dam des activistes96. Les sociaux-démocrates pour leur part, renseignés et encouragés en sous-main par les Bolcheviks, virent davantage les faiblesses du gouvernement de Petrograd. Ils cherchèrent à en profiter pour obtenir l’autonomie interne pleine et entière97. L’échec du soulèvement bolchevique de juillet et la répression qui s’ensuivit représentèrent un tournant. Conforté dans son autorité, le gouvernement provisoire prit la décision de dissoudre le parlement finlandais, sans que les partis bourgeois autochtones fissent mine de résister. Le fait apparut alors aux sociaux-démocrates comme un aveu de complicité. Les divergences s’approfondirent et la possibilité de trouver un compromis politique s’éloigna d’autant. La prise du pouvoir par les Bolcheviks au début novembre fut mise à profit par les rouges finlandais pour durcir leurs revendications par rapport au Sénat de Svinhufvud. Ce dernier, à l’inverse, ne croyait pas que le Commissariat du Peuple pourrait durer au-delà de quelques mois. Il décréta donc l’indépendance de manière unilatérale afin de mieux montrer qu’il détenait désormais les clés de la situation. On y vit à gauche une sorte de provocation dangereuse. Ce jeu perpétuel d’influence ne pouvait que dégénérer et gâcher toutes les chances qui s’offraient de trouver une issue pacifique à la crise intérieure.

  • 98 Toiset valtiopäivät 1917, op. cit., séance du 24/11/1917, p. 184.
  • 99 Hannu Rautkallio, Kaupantekoa Suomen itsenäisyydellä. Saksan sodanpäämäärät Suomessa 1917- (...)
  • 100 Toiset valtiopäivät 1917, op. cit., séances des 18 et 20 décembre 1917.
  • 101 H. Soikkanen, op. cit., pp. 248-251.
  • 102 Ibid., p. 258.
  • 103 Ibid.
  • 104 M. Carrez, op. cit., pp. 693-736.

47Le mois de décembre fut décisif dans la marche vers la guerre civile. Svinhufvud ne croyait plus aux accommodements, bien qu’il eût fait savoir, par la bouche du député Anttila, le 24 novembre, qu’il n’écartait pas l’hypothèse d’un cabinet de coalition avec quelques sociaux-démocrates triés sur le volet98. Il négociait en sous-main avec les Allemands, au cas où…99. Il avait aussi pris langue avec les chefs des gardes civiques et quelques militaires de haut rang pour discuter du maintien de l’ordre. Au Parlement, sa majorité se déchaînait à propos des évènements de Turku, la deuxième ville du pays, où il y avait eu quelques pillages en règle et où les gardes rouges exigeaient d’être chargés du maintien de l’ordre100. Ce débat houleux avait surtout pour vertu de mettre sur orbite le projet de création d’une « armée nationale » dont l’une des prérogatives serait bien entendu de réprimer les émeutes. Les dirigeants conservateurs maniaient aussi la provocation pour tester les sociaux-démocrates et tenter de les diviser davantage. Le manteau du patriotisme leur servait couverture pour imposer leurs orientations de politique intérieure qu’on aurait pu résumer en un slogan : « l’ordre d’abord, les réformes ensuite, si nécessaire ! ». Cette forme de chantage ne pouvait passer auprès d’une classe ouvrière aux abois qui voyait avec indignation la droite préconiser des aides aux producteurs plutôt qu’aux consommateurs. Face à ce qu’il faut bien appeler « une offensive de classe », les dirigeants sociaux-démocrates oscillaient entre la défense acharnée et la contre-attaque foudroyante, le congrès extraordinaire de la fin novembre n’ayant pu trancher entre les deux options101. La ligne dure avait le vent en poupe, en raison de la pression croissante des gardes rouges. Lors de leur congrès du 16-18 décembre à Tampere, une partie des délégués avait carrément menacé de ne plus obéir à la direction du SSDP, jugée trop molle102. Le 18, une délégation conjointe de l’Assemblée des organisations ouvrières et des gardes prolétariennes d’Helsinki avait exigé du groupe parlementaire socialiste une démission en bloc, revendication jamais présentée jusque-là103. De tels signes ne pouvaient rester sans écho. Mais si les dirigeants les plus modérés du SSDP avaient clairement choisi de rester sur la voie de la légalité, les autres, mis à part quelques individualités comme Sirola, se tâtaient encore, pesant le pour et le contre104. Ces atermoiements étaient mis à profit par l’autre camp, ce qui accentuait le potentiel explosif de la situation.

Conclusion

48L’analyse qui précède s’est efforcée de mettre en évidence l’extrême complexité de l’année 1917 en Finlande. Période charnière entre l’ancien et le nouveau, elle s’est révélée pleine d’ambiguïtés, de contradictions, de zones d’ombre que les interprétations à dominante téléologique ont bien des difficultés à gommer. La recherche actuelle, malgré les progrès réalisés, est loin d’avoir fait toute la clarté. Il demeure donc, lecture faite des ouvrages existants, une impression d’inachevé. Plus grave, des incohérences se glissent ici ou là dans les scénarios proposés.

49Cette remarque en forme de bilan ne doit cependant pas nous rendre trop moroses. Nous pouvons au contraire indiquer les grands traits de ce qui pourrait, à l’avenir, dessiner une démarche heuristique plus complète et surtout plus ouverte, susceptible d’offrir une vision moins brouillée de cet annus ambivalens. Il conviendrait d’abord de déplacer la focale de 1918 sur 1917 qui deviendrait de la sorte un objet d’étude en soi. Cela permettrait d’éviter les « lissages » a posteriori et de ne pas tenir pour négligeables les éventualités différentes de ce qui eut finalement lieu. Nous romprions de la sorte avec cette manie de rendre fatal tout ce qui advient. Comme nous l’avons suggéré au préalable, il faudrait aussi développer les études socioéconomiques sur cette période pour sortir de l’état d’approximation dans lequel baigne actuellement la recherche. Il deviendrait alors possible de mieux mettre en relief la pertinence ou non des orientations politiques prises par les différents protagonistes. Une réinterprétation des processus globaux par le biais de monographies locales et régionales imposerait aussi une vision plus subtile des choses, tout en permettant d’éviter les simplifications abusives à partir de quelques cas de figure mis systématiquement en avant. Nous serions ainsi en mesure d’apprécier avec plus de justesse le rapport des forces et les enjeux d’un endroit à l’autre. Enfin, il faudrait avoir l’audace de remettre en cause une fois pour toutes la primauté absolue du principe national dans l’explication générale. L’accession d’un pays à l’indépendance n’est pas le seul centre d’intérêt de son histoire ; elle ne doit pas en tout cas nous forcer à n’apprécier le comportement des acteurs qu’à l’aune de ce seul critère. La Finlande de 1917 n’était d’ailleurs pas close sur elle-même et les questions posées par les événements qui l’affectaient dépassent largement le cadre de ses frontières.

50Il reste à l’évidence du pain sur la planche pour réaliser ce « programme » minimal qui est parfaitement à la portée des moyens scientifiques de notre époque. Sa mise en œuvre est, me semble-t-il, une urgence pour tous les spécialistes.

Notes

1 Parmi les études universitaires les plus significatives, retenons : en finnois : Juhani Paasivirta, Suomen itsenäisyyskysymys 1917 [La question de l’indépendance finlandaise en 1917], 2 tomes, Helsinki-Porvoo, WSOY, 1947, 244 p. et 211 p. ; Tuomo Polvinen, Venäjän vallankumous ja Suomi [La révolution russe et la Finlande], tome 1 : Helmikuu 1917 – toukokuu 1918 [février 1917-mai 1918], Helsinki-Porvoo, 1967, 323 p. ; Eino Ketola, Kansalliseen kansanvaltaan. Suomen itsenäisyys, sosialidemokraatit ja Venäjän vallankumous 1917 [Vers la démocratie nationale. L’indépendance finlandaise, les sociaux-démocrates et la révolution russe en 1917], Helsinki, Tammi, 1987, 520 p. ; Marja-Leena Salkola, Työväenkaartien synty ja kehitys punakaartiksi [La naissance des gardes ouvrières et leur transformation en gardes rouges], tomes 1 et 2, in Punaisen Suomen historia 1918 (Histoire de la Finlande rouge de 1918), Helsinki, Valtion painatuskeskus, 1985, 533 p. et 571 p. ; Itsenäistymisen vuodet [Les années menant à l‘indépendance], Helsinki, VAPK-Kustannus & Valtionarkisto, 1992-1993, tome 1 : Pertti Luntinen et Turo Manninen, Irti Venäjästä [La séparation d’avec la Russie], tome 2 : Ohto Manninen, Sampo Ahto, Juhani Piilonen et Rainer Knapas, Taistelu vallasta [La lutte pour le pouvoir] ; Pertti Haapala, « Vuoden 1917 kriisi » (La crise de l’année 1917), in Pertti Haapala et Tuomas Hoppu, Sisällissodan pikkujättiläinen [Le Petit géant de la guerre civile], Helsinki, WSOY, 2010, pp. 58-89 ; en anglais, Anthony Upton, The Finnish Revolution, Minneapolis, Minnesota University Press, 1980, 608 p. ; en français, Jean-Jacques Fol, L’accession de la Finlande à l’indépendance (1917-1920), thèse soutenue en 1975 à Paris I sous la direction de Jean-Baptiste Duroselle, publiée aux Presses universitaires de Lille, 1977, 1044 p. ; Maurice Carrez, La fabrique d’un révolutionnaire. Otto Wilhelm Kuusinen (1881-1918). Réflexions sur l’engagement politique d’un dirigeant social-démocrate finlandais, Toulouse, Éditions de FRAMESPA, collection Méridiennes, 2008, tome 2, 388 p.

2 Parmi les ouvrages récents de quelque importance consacrés à ces thèmes : Heikki Rantatupa, Elintarvikehuolto ja säännöstely Suomessa vuosina 1914-1921 [La logistique et le rationnement des denrées en Finlande dans les années 1914-1921], Studia Historica Jyväskylänsia, Jyväskylä, 1979 ; Pertti Haapala, Kun yhteiskunta hajosi. Suomi 1914-1920 [Quand la société se désagrégea. La Finlande de 1914 à 1920], Helsinki, Kleio ja Nykypäivä, 1995, 313 p. ; du même auteur, Suomalainen yhteiskunta [La société finlandaise], in Itsenäisyysvuodet [Les années d’indépendance], 2e partie, Helsinki, 1992, 242 p. Notons cependant qu’ils ne portent pas à proprement parler sur l’année 1917, mais sur une période plus large.

3 A. Upton, op. cit., n’est pas exempt par moments de ce défaut, bien que son ouvrage ait reçu en son temps l’hommage d’une large partie de la profession.

4 T. Polvinen, op. cit, p. 10 ; J. Paasivirta, op. cit., tome 1, p. 51.

5 J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 93 et 130 ; E. Ketola, op. cit., p. 50 ; Erkki Tuomioja, Karl Harald Wiik, itsenäisyysmies ja internationalisti [K.H. Wiik, indépendantiste et internationaliste], Helsinki, Tammi, pp. 136-137 ; M. Carrez, La fabrique d’un révolutionnaire…, op. cit., pp. 486-489.

6 C’est ainsi que l’historiographie désigne en Finlande, et plus largement en Scandinavie, les partis non issus du mouvement ouvrier.

7 J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 64-65 et pp. 80-81 ; Tuomo Polvinen, op. cit., pp. 22-25.

8 J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 82-85 et pp. 142-144. Ce point de vue est cependant nuancé par Anthony Upton, Vallankumous Suomessa 1917-1918 [La révolution finlandaise 1917-1918], Helsinki, Kirjayhtymä, 1980 (traduction de l’ouvrage précité en finnois), tome 1, pp. 137-138 où il insiste sur le refus de négocier avec les Russes.

9 Sorte de pouvoir exécutif intérieur, présidé toutefois par le Général-Gouverneur qui était le représentant du gouvernement russe en Finlande.

10 J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 71-79 ; E. Ketola, op. cit., pp. 39-42 ; A. Upton, Vallankumous… op. cit., tome 1, pp. 56-59 ; M. Carrez, op. cit., pp. 480-484..

11 A. Upton, Vallankumous…, op. cit., pp. 58-59.

12 E. Ketola, op. cit., pp. 66-143. ; J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 135-139 ; M. Carrez, op. cit., pp. 489- 503.

13 J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 147-151 ; A. Upton, Vallankumous… op. cit., tome 1, pp. 74-78.

14 J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 157-158.

15 E. Ketola, op. cit., pp. 55-57 ; A. Upton, Vallankumous… op. cit., tome 1, pp. 78-81.

16 J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 167-168.

17 Ibid., pp. 183-231 ; T. Polvinen, op. cit, pp. 67-83 ; A. Upton, Vallankumous… op. cit., tome 1, chap. V ; E. Ketola, op. cit., pp. 192-208 ; M. Carrez, op. cit., pp. 503-549..

18 A. Upton, Vallankumous… op. cit., tome 1, chap. IV. Mais il faut se méfier de certaines de ses interprétations.

19 P. Haapala, Kun yhteiskunta…, op. cit., pp. 203-217.

20 Pirjo Ala-Kaape et Marjana Valkonen, Yhdessä elämä turvalliseksi [Ensemble pour une vie plus sûre], tome 1 : SAK : laisen ammattiyhdistysliikkeen kehitys vuoteen 1930 [L’évolution du mouvement syndical SAK jusqu’en 1930], Helsinki, SAK : ry, pp. 389-413.

21 M.-L. Salkola, op. cit., tome 1.

22 E. Ketola, op. cit., pp. 260-289 ; J. Paasivirta, op. cit., tome 2, chap. I et II.

23 E. Ketola, op. cit., pp. 267-271 ; Hannu Soikkanen, Kohti kansanvaltaa (Vers la démocratie), tome 1 1899-1937, pp. 232-236.

24 À ce titre, la lecture des éditoriaux des grands journaux bourgeois d’Helsinki (Hufvudstadsbladet, Helsingin Sanomat et Uusi Suometar) pour le mois de septembre 1917 est très éclairante.

25 J. Paasivirta, op. cit., tome 2, pp. 62-70.

26 Ibid., pp. 70-79.

27 T. Polvinen, op. cit, pp. 84-100.

28 A. Upton, Vallankumous… op. cit., tome 1, pp. 204-214.

29 Toiset Valtiopäivät 1917. Pöytäkirjat (Deuxième session parlementaire 1917. Minutes), séances des 8 et 9 novembre 1917, pp. 11-50.

30 Ibid. ; H. Soikkanen, op. cit., pp. 239-243 ; M. Carrez, op. cit., pp. 610-663.

31 Hannu Soikkanen, op. cit., pp. 246-247 ; Pirjo Ala-Kaape et Marjana Valkonen, op. cit., pp. 421-427 ; J. Paasivirta, op. cit., tome 2, pp. 148-151.

32 Ibid.

33 Toiset Valtiopäivät…, op. cit., séances des 6, 7, 11, 18, 21 et 22 décembre 1917.

34 Viktor Holodkovski, Suomen työväen vallankumous 1918 [La révolution prolétarienne finlandaise de 1918], traduction du russe, Éditions du Progrès, 1978, pp. 93-96.

35 Jouko Heikkilä, Kansallista luokkapolitiikkaa. Sosiaalidemokraatit ja autonomian puolustus 1905-1917 ]Une politique nationale de classe. Les sociaux-démocrates et la défense de l’autonomie 1905-1917], Helsinki, SHS, 1993, 395 p.

36 A. Upton, Vallankumous… op. cit., tome 1, pp. 34-35.

37 Valtiopäivät 1917 et Toiset Valtiopäivät…, op. cit. (minutes des séances plénières du Parlement) ; Bibliothèque du Parlement (Eduskunnan kirjasto), archives des commissions parlementaires, fonds de la Commission constitutionnelle (Perustuslakivaliokunta) ; Archives nationales (Kansallisarkisto), fonds du Comité constitutionnel de 1917 (Perustuslakikomitea).

38 À propos des idées constitutionnelles de la droite et de leurs nuances, J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 113-120.

39 Archives nationales (Kansallisarkisto), fonds du Comité constitutionnel de 1917 (Perustuslakikomitea), séance du 3 mai 1917 où les participants donnent très franchement leur opinion sur les possibilités de l’indépendance ; M. Carrez, op. cit., pp. 499-500.

40 J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 122-126.

41 À la fin de 1916, Kuusinen, flanqué de Wiik et Gylling, avait commencé à rédiger un important opuscule où cette idée était défendue à l’aide d’arguments historiques et politiques. Ce manuscrit inachevé, dont les morceaux épars sont conservés aux Archives nationales (fonds du Procureur pour les crimes contre l’État, papiers Kuusinen, Fl 4a) et aux Archives ouvrières (327.47.471), doit être publié en 2012 sous forme d’édition critique par Maurice Carrez et Tauno Saarela, avec le soutien financier de la fondation Kuusinen. Voir aussi Jouko Hentilä, op. cit., pp. 348-351 ; Erkki Tuomioja, op. cit., pp. 136-138.

42 Archives ouvrières, fonds du groupe parlementaire social-démocrate, réunion du 28/04/1917. E. Ketola, op. cit., p. 99.

43 Ibid., pp. 174-177 ; J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 209-222.

44 E. Ketola, op. cit., pp. 391-406 ; M. Carrez, op. cit., pp. 675-687.

45 Pertti Lunttinen, The Imperial Russian Army and Navy in Finland 1808-1918, Helsinki, SHS, 1997, 486 p.

46 Voir note n° 5.

47 J. Paasivirta, op. cit., tome 2, p. 188.

48 Par exemple, Martti Kovero, Elintarvikepolitiikka [La politique alimentaire], manuscrit, 1921.

49 Leo Harmaja, Maailmansodan vaikutus Suomen taloudelliseen kehitykseen [L’impact de la guerre mondiale sur le développement économique finlandais], Helsinki-Porvoo, WSOY, 1940 (il existe une version antérieure en anglais du livre). Voir aussi, pour la critique des statistiques, Maurice Carrez, La classe ouvrière finlandaise entre 1880 et 1920. Approche matérielle d’un concept historique, thèse inédite sous la direction du professeur Jean-Jacques Fol, Paris VII, 1987, 3 volumes, 879 f., chap. 5.

50 H. Rantatupa, op. cit., présentation des sources.

51 P. Haapala, op. cit., chap. 4.

52 Ibid., pp. 203 et 213.

53 Ibid., pp. 206-207.

54 Ibid., p. 209.

55 Un bel exemple dans Valtiopäivät 1917, op. cit., débat parlementaire du 09/05/1917.

56 L. Harmaja, op. cit., 1er chap.

57 Markku Kuisma, Metsäteollisuuden maa. Suomi, metsät ja kansainvälinen järjestelmä 1620-1920 [Le pays de l’industrie forestière. La Finlande, les forêts et l’organisation internationale des échanges], Helsinki, SHS, 1993, dernier chapitre.

58 Juhani Karhu, Sota-ajan taloudellinen elämä Suomessa [La vie économique en Finlande durant la guerre], Helsinki, Edistysseurojen kustannusosakeyhtiö, 1917 ; L. Harmaja, op. cit.

59 Ibid. ; P. Haapala, op. cit., p. 164.

60 Paavo Korpisaari, Suomen markka 1914-1925 [Le mark finlandais 1914-1925], Porvoo, WSOY, 1926 ; P. Haapala, op. cit., pp. 170-181.

61 M. Carrez, thèse citée, chap. 5.4, pp. 653-670.

62 Otto Kuusinen (alias Wille), « Kultaa, kultaa » [De l’or, de l’or], Työmies [Le Travailleur] n° 73, 15/03/1916.

63 P. Haapala, op. cit., p. 220.

64 C’est le cas d’une commune comme Huittinen, théâtre d’un affrontement sanglant entre grévistes et garde civique. Risto Alapuro, Suomen synty paikallisena ilmiönä 1890-1933 [La naissance de la Finlande comme phénomène local], Helsinki, Hanki ja Jää, 1994 ; Pauli Manninen, « Huittisten meijerikahakka kesällä 1917 » in Matti Peltonen (dir.), Arki ja murros [Vie quotidienne et rupture], Jyväskylä, SHS, 1990.

65 Väinö Tanner, Kuinka se oikein tapahtui. Vuosi 1918 esivaiheineen ja jälkiselvittelyineen [Comment cela s’est vraiment passé. L’année 1918 avec ses prémices et ses explications postérieures], Helsinki, Tammi, 1949, en est un exemple représentatif.

66 Archives ouvrières, cote 323.2 (471), fonds de l’année 1917, carton HDU 2 « Sanomalehtileikkeitä elintarvike-kysymyksestä » [Coupures de journaux sur la question des denrées].

67 Työmies, 15/08/1917.

68 Archives ouvrières, fonds des organisations locales du SSDP à Helsinki, carton C 1.

69 Työmies n° 216-219, 13-16/08/1917.

70 Ibid., 18/06/1917.

71 Ibid., 19/08/1917.

72 Ibid., 08/08/1917, article sur les problèmes du fourrage et de l’abattage de bétail.

73 E. Ketola, op. cit., pp.32-33 ; J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 66-70 ; A. Upton, Vallankumous… op. cit., tome 1, pp. 56-57 ; M. Carrez, op. cit., pp. 480-485.

74 Ibid. ; Archives ouvrières, compte rendu du Conseil national du SSDP des 19, 20 , 21, 22 et 23 mars 1917.

75 E. Ketola, op. cit., pp. 39-40 ; J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 71-77 ; A. Upton, Vallankumous…, op. cit., tome 1, pp. 57-59.

76 Valtiopäivät 1917, op. cit., séance du 17 juillet 1917, pp. 1005-1037.

77 Ibid., séance du 18 juillet ; commentaire de J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 213-222.

78 Toiset valtiopäivät 1917, op. cit., séances des 8, 9 et 10 novembre 1917.

79 Ibid., séance du 15 novembre 1917, p. 120.

80 P. Ala-Kaape et M. Valkonen, Yhdessä…, op. cit., pp. 396-397.

81 P. Luntinen, The Imperial Russian Army and Navy…, op. cit.

82 Voir entre autres, Lenin ja Suomi [Lénine et la Finlande], tomes 1 et 2, Helsinki ; Opetusministeriö – Valtion painatuskeskus, 1987.

83 Hannu Soikkanen, Kohti kansanvaltaa [Vers la démocratie], tome 1 « 1899-1937 », pp. 231-232 ; A. Upton, op. cit., tome 1, pp. 85-90.

84 H. Soikkanen, op. cit., p. 220-221.

85 Archives ouvrières, Minutes du congrès du SSDP, pp. 82-89 ; H. Soikkanen, op. cit., p. 209 ; M. Carrez, op. cit., pp. 524-525.

86 A. Upton, op. cit., tome 1, p. 28.

87 Jari Ehrnrooth, Sanan vallassa, vihan voimalla. Sosialistiset vallankumousopit ja niiden vaikutus Suomen työväenliikkeessä 1905-1914 [Sous l’empire du verbe, avec la force de la haine. Les enseignements révolutionnaires socialistes et leur influence sur le mouvement ouvrier finlandais 1905- 1914], Helsinki, SHS, 1992.

88 R. Alapuro, Suomen synty…, op. cit.

89 Pour donner un exemple, la loi sur la protection du travail ouvrier de 1909 n’était toujours pas ratifiée en 1917 !

90 Il suffit de consulter les motions et télégrammes envoyés au groupe parlementaire social-démocrate à ce sujet : Archives ouvrières, fonds du groupe parlementaire social-démocrate pour les années 1907-1917, annexes et documents des réunions.

91 Ibid. ; H. Soikkanen, op. cit., pp. 238-239.

92 Archives nationales, fonds K.H. Wiik, carnets de l’année 1917, rédigés en suédois. Ce dirigeant important du SSDP est frappé par ce phénomène qu’il juge en progression dès septembre. Il y voit une des causes du soulèvement de 1918.

93 M.-L. Salkola, op. cit., tome 1, pp. 284-319.

94 Ibid., pp. 298-299.

95 P. Ala-Kaape et M. Valkonen, Yhdessä…, op. cit., p. 418.

96 J. Paasivirta, op. cit., tome 1, pp. 113-129.

97 E. Ketola, op. cit., pp. 114 sq.

98 Toiset valtiopäivät 1917, op. cit., séance du 24/11/1917, p. 184.

99 Hannu Rautkallio, Kaupantekoa Suomen itsenäisyydellä. Saksan sodanpäämäärät Suomessa 1917-1918 [Marchandages autour de l’indépendance finlandaise. Les buts de guerre allemands en Finlande 1917- 1918], Helsinki, WSOY, 1977.

100 Toiset valtiopäivät 1917, op. cit., séances des 18 et 20 décembre 1917.

101 H. Soikkanen, op. cit., pp. 248-251.

102 Ibid., p. 258.

103 Ibid.

104 M. Carrez, op. cit., pp. 693-736.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search