Version classiqueVersion mobile

Banques, industrie et Europe du Nord

 | 
Jean-François Berdah

Deuxième partie. Hommage à Bertrand de Lafargue

La Baltique au regard des voyageurs européens au XIXe siècle. Une contribution à l’histoire régionale

Jean-François Berdah

Texte intégral

J’ai passé quelque temps dans l’archipel danois,
Un temps court ; mais tel est notre sort sur la terre
Que plaisir ou bonheur hélas ! n’y dure guère,
Le mal seul se prolonge et revient bien des fois.

J’aimais les profondeurs druidiques de ses bois,
Ses grands prés émaillés de fleurs comme un parterre,
Ses champs aux blonds épis qu’aucune herbe n’altère,
Et qui changent de forme et d’aspect tous les mois.

J’aimais surtout la mer la Baltique aux flots glauques,
Que sillonnait au loin une flotte de phoques,
Si terrible en hiver, si clémente en été,

Et ce ciel gris profond, brillant et pur comme elle,
Palais mystérieux dont la voûte étincelle,
Et qui fut si longtemps par Odin habité.

  • 1 Armand de Flaux, Sonnets. Voyages-Fantaisie-Sentiment, Paris, 1864, p. 29.

“Dans les îles de la Baltique”, Sonnets, Armand de Flaux, 18641

  • 2 Richard Lassels, The Voyage of Italy, or a compleat journey through Italy, Paris, 1670 (tr (...)
  • 3 James Buzard, The Grand Tour and after (1660-1840), in Peter Hulme, Tim Youngs (dir.), The (...)

1Voyager à travers l’Europe a depuis longtemps été une nécessité économique et aussi un passe-temps instructif tant pour les marchands et autres négociants que pour l’aristocratie et les individus en mal d’aventure. Déjà au XVIIe siècle, les correspondances privées, certains publiées à titre posthume, attestent de la multiplication des excursions, des périples les plus divers, et de l’affirmation d’un modèle auquel la “jeunesse dorée”, à commencer par celle d’Angleterre, ne va cesser de se conformer au siècle suivant et encore au XIXe siècle. Ce modèle apparaît pour la première fois dans l’ouvrage de Richard Lassels, An Italian Voyage2, publié à Paris en anglais et en français en 1670 et 1671, dans lequel l’auteur évoque l’expression de « Grand Tour » à laquelle il donne un sens bien précis. Ce « Grand Tour » concerne avant tout les classes supérieures de la société anglaise qui ont les ressources et le loisir de voyager à leur guise. Son but consistait à faire le tour de France selon un itinéraire idéal qui, après la traversée de la Manche, traversait les principales régions de France – la Bretagne, la vallée de la Loire, la Gascogne, la Provence, etc. – avant de rejoindre Paris où se parachevait l’éducation des jeunes gens dans le faste et les plaisirs des salons. Très vite, le « Grand Tour » s’accompagne d’un Giro de Italia qui de Milan à Turin, Florence, Venise, Rome et même Naples consacre le parcours initiatique indispensable à tout gentilhomme digne de ce nom. Bientôt, Italiens, Allemands, Suédois, Danois, Polonais, Moraves se mêlent aux Anglais sur les routes de France et d’Italie, puis sur celles d’Allemagne, par laquelle la grande boucle se ferme ou s’inaugure, après avoir acquis les manières raffinées, le sens de la beauté et les rudiments de la culture classique sans lesquels l’homme civilisé n’est rien.3

  • 4 Brian Dolan, Exploring European Frontiers. British Travellers in the Age of Enlightenment, (...)
  • 5 Voyage en Suède, contenant un état détaillé de la population, de son agriculture, de son c (...)

2La pratique des voyages initiatiques, qui pouvaient durer d’un à cinq ans, connaît au XVIIIe siècle un succès croissant, y compris en dehors des cercles aristocratiques. Bien que les parcours soient rarement identiques, en raison des aléas divers qui entourent cette expérience – variation des lieux de départ, contraintes financières, préférences personnelles, état de santé ou surprises survenus en cours de route, etc. – on observe certaines constantes, en particulier le passage obligé en France et en Italie évoqué plus haut qui pouvait conduire le cas échéant par Dresde, Berlin et Vienne. Dans ces itinéraires l’Europe du Nord n’est que rarement et tardivement évoquée, de même que l’Europe centrale et orientale, en raison certes des guerres qui affectent la plupart des puissances européennes tout au long du siècle, mais aussi parce que l’on considère ces régions dépourvues de culture et d’intérêt4. Tout au plus visite-t-on le Danemark ou la Suède, et encore le fait-on à partir des années 1770-1780 en marge du « Grand Tour » qui continue de fasciner la jeunesse, à l’exemple de cet officier hollandais qui publie sous forme de livre en 1789 les vingt-quatre lettres écrites à l’intention d’un ami5.

  • 6 Walter Horace Bruford, Germany in the Eighteenth century : the Social Background of the Li (...)
  • 7 William Coxe, Voyage en Pologne, Russie, Suède, Dannemarc, & c, Livre Premier, Genève, 178 (...)

3Pour être tout à fait juste, il faudrait ajouter les très difficiles conditions de transport qui caractérisent la Baltique jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Les routes terrestres, quand elles existent, sont d’une grande médiocrité, à l’exception peut-être de la France, frappées par de nombreux péages, notamment en Allemagne en raison de la multiplication des fleuves à franchir. Que dire ensuite des routes transversales, celles de Pologne ou même d’Allemagne, sauf dans le sud où de réels efforts d’amélioration ont été accomplis6. Seule une poignée de voyageurs s’aventure sur les voies terrestres qui mènent en Russie via la Courlande ou Narva. Ainsi, parlant des routes de Lituanie, William Coxe (1748-1828), qui accompagna plusieurs jeunes gens de grande famille comme précepteur à travers le continent, note-t-il que « les chemins sont ici absolument négligés ; ce ne sont presque que des sentiers tortueux, tracés par le hasard au travers des forêts. Ils sont souvent si étroits qu’à peine une voiture peut y passer, & tellement embarrassées de troncs d’arbres & de racines, & sablonneux en quelques endroits, que huit petits chevaux avaient de la peine à nous en tirer. »7

  • 8 Matti Klinge, Le monde baltique, Helsinki, 1994, 1997, pp. 77-79 ; Fernand Braudel, Civili (...)
  • 9 On peut citer Samuel Johnson, A Journey to the Western Isles of Scotland, Londres, 1775 ; (...)
  • 10 Voir Patricia Rehm, Herder et les Lumières. Essai de biographie intellectuelle, Hildesheim (...)
  • 11 « Le raffinement et la civilisation des manières modernes ont rendu plus aisé l’inspection (...)
  • 12 Anthony Cross, “Les Britanniques et le voyage au Nord (Northen Tour)”, in Jean-Pierre Pous (...)
  • 13 William Wallace, Kant, Londres, 1882, reprint 2008, Charleston, pp. 75-82.

4Fort heureusement, la voie maritime et la navigation fluviale (ainsi que celle des canaux) compensent largement les déficiences du transport terrestre. Grâce au développement du commerce maritime avec la Hanse au Moyen-Âge, puis surtout avec l’essor de la puissance maritime hollandaise et anglaise à l’époque moderne, la Baltique devient une région privilégiée des échanges grâce à « Bergslagen et Uppland en Suède [qui] produisaient l’essentiel du fer et duc cuivre européens, tandis qu’en Finlande, l’Ostrobothnie, le Savo et la Carélie fournissaient la quasi-totalité du goudron et de la poix », sans parler des céréales et du lin en provenance des pays baltes, de la Russie, de la Pologne, de la Poméranie et du Danemark, qui venaient compléter fort utilement les productions occidentales8. Par voie de conséquence, les capitales et les grandes villes littorales, telles que Copenhague, Stockholm, Riga, Tallinn, Dantzig et Saint-Pétersbourg voient leurs populations fortement augmenter, devenant non seulement des pôles essentiels du commerce européen, mais aussi des foyers de culture et de civilisation sous l’égide des « despotes éclairés », à l’exemple de Catherine II de Russie, Gustave III de Suède ou Frédéric II de Prusse. Dans le même temps, la fascination nouvelle des Anglais pour les grandes solitudes sauvages de l’Écosse, qui prépare l’avènement du romantisme9, et la découverte des horizons baltes par les érudits allemands, à l’instar de Johan Gottfried Herder, malgré la frustration qui marquera son séjour à Riga comme pasteur et enseignant de 1764 à 176910, ouvrent la voie à de nouvelles curiosités, ce qu’exprime Sir Nathaniel William Wraxall, non sans une certaine condescendance, dans son ouvrage A Tour round the Baltic thro’the Nordic countries of Europe publié en 177511. Ainsi, le « Grand Tour » s’accompagne-t-il à partir des années 1780 d’une extension en direction de la Baltique et de la Russie, le meilleur exemple étant donné par William Coxe au cours des deux voyages qu’il fit en 1778-1779 et 1784 en compagnie de Lord Herbert, fils du comte de Pembroke, puis avec Samuel Whitbread II, fils du richissime brasseur anglais12. Pour les plus lettrés des voyageurs, un nouveau pèlerinage remplace même l’indispensable détour en Suisse auprès de Voltaire jusqu’en 1778 ; celui-ci n’emprunte plus la route de Genève, mais celle de Königsberg, au bord de la Baltique, où réside Emmanuel Kant, « réprimandé et réduit au silence à l’époque par un gouvernement réactionnaire », que des disciples zélés venus de toute l’Europe viennent saluer comme un « Second Messie »13.

  • 14 Sur ce sujet voir Françoise Knopper, Alain Ruiz (dir.), Les voyageurs européens sur les ch (...)
  • 15 Ralf Pröve, “Le tourisme de guerre au XVIIIe siècle. Typologie des modes de perception de (...)
  • 16 Buzard, op. cit., p. 38 ; Roy Bridges, “Exploration and Travel outside Europe (1720-1914), (...)
  • 17 John Carr, A Stranger in France, or A Tour from Devonshire to Paris, Londres, 1803.
  • 18 John Carr, A Northern Summer, or Travels round the Baltic, through Denmark, Sweden, Russia (...)

5Ce nouvel élan voyageur est cependant vite affecté par les guerres révolutionnaires qui embrasent l’Europe à partir de 1792 et que prolonge l’épopée napoléonienne jusqu’en 1815. Même si la guerre n’est pas toujours un obstacle, parfois même au contraire un motif supplémentaire de curiosité14, le « tourisme de guerre », pour reprendre l’expression de Ralf Pröve15, n’en reste pas moins marginal comparé aux années précédentes qui ont été marquées par une relative démocratisation du « Grand Tour » et l’essor d’un tourisme familial parmi des catégories de population moins élevées socialement et moins éduquées. De fait, et cela vaut surtout pour les Britanniques, la pratique des périples prolongés à travers l’Europe cesse pour une large part jusqu’à l’effondrement du Premier Empire, au profit d’aventures plus limitées, par exemple dans les Highlands, ou beaucoup plus exotiques, comme en Amérique du Sud, en Inde ou en Chine16. Parmi les rares voyageurs assez hardis pour risquer de parcourir un continent en guerre se trouve John Carr (1732-1807), un riche avocat retiré des affaires, originaire du Devon, qui, profitant de la paix d’Amiens signée en 1802 entre l’Angleterre et la France, s’empresse de traverser la Manche, animé par l’envie de se confronter à un peuple sur lequel courent toutes sortes de rumeurs depuis le début des hostilités contre l’Autriche dix ans plus tôt17. Fort de ce succès, il récidive en 1804, cette fois-ci en direction de l’Europe du Nord, en raison de la déclaration de guerre de William Pitt le jeune à Napoléon en mai 1803 : « Les décrets furieux de la guerre renouvelée avaient fermé les portes du sud ; le nord seul s’étendait face à moi. »18

  • 19 Buzard, op. cit., p. 49.

6Comme au lendemain de la guerre de Sept Ans, qui durant plusieurs années avait privé la jeunesse dorée du plaisir de sillonner l’Europe, le retour à une paix durable en 1815 fut le point de départ d’une reprise spectaculaire des voyages à travers l’Europe, si l’on en juge par la multiplication considérable des récits et mémoires au cours des décennies ultérieures. Cet engouement pour les voyages prend d’ailleurs de telles proportions que le véritable voyageur, qui se distingue du vulgaire touriste, doit désormais faire un réel effort d’imagination pour échapper à l’imitation et à la répétition du désormais classique « Grand Tour ». À ce titre, l’espace de la Baltique offre non seulement la chance d’évoquer des territoires peu et mal connus, mais aussi d’échapper à la « vague de touristes avec l’un desquels on pourrait même confondus »19. Comme le disait déjà John Carr un brin circonspect :

  • 20 Carr A Northern Summer, op. cit., p. 4.

Bien que celui-ci [le Nord], pensais-je alors, fût moins enchanteur, il est peut-être le moins connu, et où que ce trouve l’homme, (les femmes incluses, bien évidemment) il doit exister de la variété : il a été jusqu’ici contemplé, vêtu de fourrure et glissant avec la vitesse d’un nuage clair face au vent, sur ses routes de neige brillante. Je jetterai un coup d’œil furtif sur son costume d’été et m’efforcerai de former un petit bouquet de fleurs polaires.20

  • 21 Le premier vapeur suédois, Oscar, entre ainsi dans le port de Riga le 8 juin 1830.
  • 22 Tourasse et F.N. Mellet, Essai sur les bateaux à vapeur appliqués à la navigation intérieu (...)
  • 23 Xavier Marmier, Un été au bord de la Baltique et de la mer du Nord, Paris, 1856, p. 301.

7À la différence toutefois de la fin du XVIIIe siècle, les transports ont fait des progrès considérables en l’espace de quelques années, à commencer par la navigation à vapeur qui supplante progressivement la marine à voile en Angleterre, puis sur le continent. Dès les années 1820-30, des liaisons régulières se développent en direction de Hambourg, Saint-Pétersbourg et les autres ports de la Baltique21 ; le tonnage et le nombre des navires faisant la traversée ne cessent de s’accroître au bénéfice de l’Angleterre et des Pays-Bas, et plus encore au profit de la Prusse et de la Russie à partir des années 1830, loin devant la France qui accueille bien plus de bâtiments en provenance de la Baltique qu’elle n’en y expédie22. Parallèlement, la navigation de loisir et le tourisme touchent désormais la mer Baltique que l’on cherche à découvrir autant pour la splendeur des palais de Copenhague, Stockholm ou Saint-Pétersbourg que pour les lieux pleins de magie qui parsèment cette mer intérieure, à l’exemple d’Helgoland que Peter Sachs considérait déjà au XVIIe siècle comme « l’île décrite par Virgile dans le premier livre de l’Enéide, l’île où les Troyens se réfugièrent après la tempête soulevée contre eux par l’implacable Junon. »23

  • 24 Les voyages de Linné en Suède seront d’abord traduits en allemand en 1856 sous le titre Re (...)
  • 25 Jean-Pierre Catteau-Calleville, Tableau de la mer Baltique : considérée sous les rapports (...)
  • 26 Ibidem, Vol. 1, p. VIII.
  • 27 Voir les tables des matières traitées in ibidem, Vol. 1, pp. 353-355 et Vol. 2, pp. 355-35 (...)

8Pour autant, les récits de voyage relatifs à la Baltique ne sont pas tous identiques, car on distingue assez schématiquement trois types de publication : les ouvrages scientifiques, les récits de voyage “alternatifs” au « Grand Tour » et les narrations décrivant la Baltique en marge du voyage en Russie. Le premier type d’ouvrages s’inscrit toujours dans la grande tradition du XVIIIe siècle, celle, par exemple, des Voyages en Westrogothie, aux îles du Gothland et d’Œland, et en Scanie publiés par Linné en 1746-1748 ou du Voyage en Pologne, Russie, Suède, Dannemarc, & c. évoqué plus haut, publié par William Coxe en 178624. Parmi les ouvrages importants du début de siècle figure sans aucun doute Tableau de la mer Baltique de Jean-Pierre Catteau-Calleville (1759-1819), publié en deux volumes en 181225. Né dans le Brandebourg, non loin de Dantzig, d’une famille huguenote, il se destine très tôt au ministère évangélique qu’il sert à Stockholm en 1783 avant d’entreprendre plusieurs voyages qui vont le conduire en France, en Suisse, en Allemagne, puis en Scandinavie où il apprend les langues, l’histoire et surtout la géographie. Il publie un premier Tableau général de la Suède à Lausanne en 1789, puis trois ans plus tard à Paris un Tableau des états danois considérés sous les rapports du mécanisme social, qui lui valent la reconnaissance des académies suédoises. C’est donc en tant que géographe qu’il entreprend l’étude de cette vaste mer intérieure qu’est la Baltique, l’une « des plus considérables du globe » avec le souci de corriger son manque de « célébrité »26. Catteau-Calleville réalise pour cela plusieurs voyages dans la Baltique où il séjourne de manière prolongée pour dresser un tableau le plus complet possible de cet espace complexe en mêlant les approches physique, géographique, historique et commerciale. Il en résulte un traité de plus de 700 pages extrêmement fouillé qui n’élude aucun aspect du sujet, depuis la « position du bassin, son étendue, ses contours », les « phénomènes de la Baltique », c’est-à-dire les courants, la salure, les températures, jusqu’à la navigation et le commerce port par port, en passant par les productions liées à la pêche et des « notions géographiques et historiques sur les îles les plus considérables »27.

  • 28 H. Arnold Barton, Scandinavia in the Revolutionary Era, 1760-1815, Minneapolis, 1986, pp.  (...)
  • 29 Déçu par Napoléon, accusé d’avoir laissé la Norvège entre les mains de Bernadotte au détri (...)

9Tout aussi marquante est l’œuvre de Conrad Malte-Brun (1775-1826), qui s’efforce de restaurer la grandeur de la géographie française face à la domination grandissante des savants allemands. De son véritable nom Malte-Conrad Bruun, il est lui aussi originaire d’Europe du Nord, issu d’une famille de propriétaires du Jutland, et comme Catteau-Callevile destiné par son père à l’état ecclésiastique. Ses études universitaires à Copenhague et surtout son engagement en faveur des idées libérales le conduisent très vite sur une autre voie, celle de la critique de l’absolutisme et du soutien au scandinavisme, avant de connaître l’exil en France en 1799, puis le bannissement par le gouvernement danois un an plus tard28. Dès lors, tous ses efforts vont servir à doter son pays d’adoption d’un traité de géographie qui n’existe pas encore à l’exemple de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne. Il en résulte seize volumes in 8° publiés entre 1804 et 1807 sous le titre générique Géographie mathématique, physique et politique de toutes les parties du monde. Il édite également en 1807 un Tableau de la Pologne, à la demande de Napoléon, après que les armées de l’Empire ont franchi la Vistule, avant de se consacrer à son Précis de la géographie universelle en 6 volumes, discipline nouvelle dont il est le pionnier en France, et surtout aux Annales des voyages, de la géographie et de l’histoire, recueil périodique, dont il a paru 24 volumes de 1808 à 1826. Malte-Brun ne cessa pas pour autant de s’intéresser au Nord et à la cause du scandinavisme, comme en témoignent ses nombreux articles publiés en 1828, à titre posthume, dans les Mélanges scientifiques et littéraires de Malte-Brun consacrés aux îles de la Baltique (Bornholm, Ertholm, Helgoland) et son activisme politique comme « patriote hyperboréen » en faveur du Danemark et de la Norvège29.

  • 30 Allgemeine Deutsche Biographie, Volume 16, Leipzig, 1882, pp. 425-428.
  • 31 Johan Georg Kohl, Die deutsch-russischen Ostseeprovinzen oder Natur- und Völkerleben in Ku (...)
  • 32 Le titre complet du second livre est Johan Georg Kohl, Russia. St. Petersburg, Moscow, Kka (...)

10Bien que la tradition des voyages scientifiques dans la Baltique s’amenuise au cours des décennies suivantes au profit d’aventures plus lointaines et plus exotiques, d’autres noms vont contribuer, à la suite de ces éminents géographes, à décrire la Baltique, et aussi l’Europe du Nord dans son ensemble, avec ferveur et rigueur. Parmi ceux-ci plusieurs grands noms s’imposent, tels que Johan Georg Kohl, Alexandre Daumont et Xavier Marmier. Johan Georg Kohl (1808-1878), né dans une famille de négociants en vin de Brême, étudie d’abord le droit à Göttingen, Heidelberg et Munich, jusqu’à la mort de son père en 1830, qui le contraint à devenir précepteur auprès de riches familles aristocratiques pendant plusieurs années, d’abord celle du comte von Manteuffel en Courlande, puis celle des Stroganov à Saint-Pétersbourg30. Grâce à ses économies, il voyage à de nombreuses reprises à travers les pays baltes et la Russie dont il tire diverses publications, notamment Die deutsch-russischen Ostseeprovinzen31 en 1841. Dans la foulée, il publie en anglais un an plus tard un volume de synthèse, intitulé Russia, qui lui vaut un grand succès éditorial32.

  • 33 Kohl, Russia, op. cit, volume 2, p. 366.

11Contrairement à Malte-Brun, et dans une certaine mesure Catteau-Calleville, l’approche choisie par Kohl se veut plus didactique que scientifique, plus personnelle aussi, avec l’emploi de la première personne, sans appareil critique, ni bibliographie. Il s’attache toutefois à décrire les principales villes allemandes avec minutie – Libau (Liep_ja), Mittau (Jelgava), Riga, Dorpat (Tartu), Reval (Tallinn), etc. – ainsi que les différentes populations qui peuplent ces provinces – Lettons, Estoniens, Allemands, Russes et Juifs – dont il étudie l’origine, l’implantation géographique et les mœurs. Pour autant, les jugements subjectifs ne sont pas exempts de son propos. S’il reconnaît, par exemple, que les Allemands « n’ont pas simplement dirigé leurs efforts en vue de la suprématie politique », mais cherché également à s’assurer « la possession du pays », en imposant « leur langue, leurs arts et leur religion sur les nations conquises, au même temps qu’ils spoliaient de leurs droits »33, Kohl n’hésite pas, en revanche, à décrire les Lettons et les Estoniens en des termes peu scientifiques. Ainsi, dit-il des premiers :

  • 34 Ibidem, p. 375.

Depuis les temps les plus anciens pour lesquels nous disposons de traces, chaque Letton a toujours brassé sa propre bière et construit sa propre maison, et chaque famille a toujours fabriqué ses propres vêtements. De ce fait, il n’y a jamais eu d’occasion, ni d’opportunité pour les tailleurs, les maçons, les brasseurs et d’autres commerçants d’apparaître. Chaque foyer a toujours été tourné sur lui-même, sans beaucoup s’associer aux autres ; et cela a contrarié l’émergence de grandes et puissantes familles. La société est restée anarchique, parce que chaque homme désirait rester indépendant et isolé sur sa propre parcelle de terre. C’est probablement en raison de cet esprit rebutant et peu sociable qu’une race, douée de nombreux talents et de tant d’intelligence naturelle, est sans doute demeurée si parfaitement insignifiante et inutile pendant des centaines d’années.34

12Quant aux Estoniens, si différents – semble-t-il – des Lettons, du point de vue du « caractère national » :

  • 35 Ibidem, pp. 383-384.

Ils ne se saluent jamais entre eux de façon amicale lorsqu’ils se rencontrent, comme les plus pauvres des Russes le font ; et même un Allemand, s’il ne se trouve pas être leur maître, ne reçoit aucun signe de reconnaissance. Malhonnêteté, traîtrise, paresse et une indifférence déprimante pour toute amélioration de leur condition, voilà ce que l’Estonien partage avec la plupart des autres serfs. Il possède ces traits de caractère à un degré bien supérieur au Russe, qui est aussi fidèle et industrieux qu’un serf puisse peut-être l’être.35

  • 36 Ibidem, pp. 319-323, 366-367.
  • 37 Juhan Kahk, Bauer und Baron im Baltikum. Versuch einer historisch-phänomenologischen Studi (...)
  • 38 « Presque tous les privilèges des provinces baltes de Russie, ainsi que celles des villes (...)

13Si les mœurs apparaissent plus policées à Mittau, Dorpat ou Riga, c’est en définitive parce que ces villes sont entièrement dominées par la classe la plus distinguée, celle des nobles, des riches marchands, des grands propriétaires, dans leur grande majorité allemands. Souvent même, les nobles allemands ont permis à leurs paysans, voire aux serfs, de s’émanciper socialement, de devenir artisans et d’acquérir « très bientôt la culture et les manières allemandes », de sorte qu’il devint difficile de les distinguer des vrais Allemands et qu’on les considérait comme des « demi-Allemands » (Halbdeutsche)36. Or, s’il est vrai que de grands noms de Livonie étaient francs-maçons et adeptes des Lumières, et effectivement disposés à libérer les paysans du servage par idéal, beaucoup d’autres ont agi en ce sens sous la contrainte des lois sur l’émancipation des serfs introduites par le pouvoir russe à partir de 1816-1817, et pour éviter le pire37. On touche là, à cet égard, un point essentiel et important de l’ouvrage : les progrès de l’Empire russe dans la fortification de son pouvoir, tant économique que politique, ont été considérables depuis 1815, en dépit des tentatives de résistance de la part des élites allemandes, notamment à Riga où l’opposition germano-russe se traduit dans l’espace – le “Vieux Riga” allemand face aux nouveaux faubourgs russes – et dans la lutte d’influence pour le contrôle de la ville38.

  • 39 Voir Hélène Blais, Les voyages français dans le Pacifique. Pratique de l’espace, savoirs g (...)
  • 40 M. le chevalier de Courcelles, Dictionnaire historique et biographique des généraux frança (...)
  • 41 Alexandre Daumont, Voyage en Suède contenant des notions étendues sur le commerce, l’indus (...)
  • 42 Ibidem, Tome premier, pp. 119-127 ; Tome deuxième, pp. 337-340.
  • 43 Ibidem, Tome premier, pp. XXXVI-XXXVIII.
  • 44 Ibidem, Tome premier, pp. 39-45.
  • 45 L’auteur a l’honnêteté cependant de reconnaître que l’essentiel des informations touchant (...)
  • 46 Xavier Marmier, Lettres sur le Nord (Danemark, Suède, Norvège, Laponie et Spitzberg) et su (...)

14Les Français ne sont pas les derniers à s’intéresser à la Baltique, même si dans les années 1820-1840 l’engouement des scientifiques et du public averti se fixe plutôt sur les grandes missions d’exploration autour de la Terre, ainsi qu’au Pôle Sud par Hyacinthe de Bougainville (1824-1826), Dumont d’Urville (1826-1829, 1837-1840) et Laplace (1829-1832, 1837-1840)39. En 1834 paraît le Voyage en Suède d’Alexandre Daumont, fils possible de Louis-Marie-Céleste, comte d’Aumont40, officier royal au service de Louis XVI qui connut l’exil auprès de son souverain à Mittau en 1798 avant d’être mis au service de l’armée suédoise de 1805 à 1814 en qualité de général41. Ceci explique l’intimité dans laquelle le tient Charles XIV Jean qui le reçoit en audience privée à deux reprises, lors de son arrivée et lors de son départ de Stockholm, et aussi son intérêt pour un pays étroitement attaché au nom de sa famille42. Certes, Alexandre Daumont ne parle pas suédois, de son propre aveu, mais il doit à cette relation et à d’autres amitiés d’avoir eu accès à de nombreux documents officiels, qui font de son ouvrage plus qu’une simple relation de voyage un tableau extrêmement détaillé de l’état du royaume43. Il lui faut près d’une semaine pour relier Le Havre à Elseneur (Helsingør) sur le Jeanne d’Arc, un trois-mâts battant pavillon français. Daumont est immédiatement « frappé de surprise et d’admiration » par le Sund, assurément le plus beau panorama maritime d’Europe après Constantinople et Naples44. Les conditions de navigation ont très peu changé, semble-t-il, toujours très dépendantes dans ces années 1830 du régime des vents et des courants, même s’il existe déjà en Suède comme au Danemark un service régulier de bateaux à vapeur entre Stockholm et plusieurs grandes villes de la Baltique (Åbo, Saint-Pétersbourg, Lübeck, Uppsala, Norrköping), de même qu’entre Göteborg et Copenhague. Son voyage l’entraîne ensuite d’Helsingborg à Jönköping à travers la Scanie, avant d’arriver à Stockholm, puis d’Uppsala en Dalécarlie, avant enfin de revenir dans la capitale suédoise. Cet itinéraire rapide et partiel s’accompagne cependant de descriptions détaillées des villes, des paysages, des mœurs et des traditions suédoises qui traduisent l’intérêt des contemporains pour l’ethnographie et le folklore populaires45. Ce Voyage en Suède s’apparente pourtant davantage aux volumes scientifiques dans le style de Malte-Brun qu’à une véritable expérience de voyage en raison des très nombreux chapitres consacrés aux différentes facettes de la société et de l’État suédois (armée, Église, noblesse, instruction publique, etc.) ; ce que les critiques n’hésitent pas à souligner, à l’exemple de Xavier Marmier qui en parle comme d’un « recueil de documents assez curieux […] noyés dans un style indigeste »46.

  • 47 Sur Xavier Marmier voir sa biographie de référence : Wendy S. Mercer, The Life and Travels (...)
  • 48 André Monchoux, L’Allemagne devant les lettres françaises de 1814 à 1835, Paris, 1953, p.  (...)
  • 49 Xavier Marmier, Études sur Goethe, Paris, Strasbourg, 1835 ; “Souvenirs de voyage” ; “Feui (...)

15Si Xavier Marmier juge sévèrement son compatriote, c’est qu’il connaît parfaitement son sujet, non seulement pour avoir étudié et appris les langues scandinaves en sus de l’allemand, mais surtout parce que les voyages qu’il entreprend en Europe du Nord, de l’Islande à la Finlande et aux provinces baltes de l’Empire russe pendant plusieurs années révèlent une connaissance en profondeur et une fascination palpable des espaces nordiques. Marmier (1808-1892) n’est pas né sur les rives de la Baltique, mais en Franche-Comté, à Pontarlier, au sein d’une famille que rien n’attache au monde maritime. La “fièvre voyageuse” s’empare pourtant de lui très tôt puisqu’il quitte sa région natale à vingt ans, d’abord pour Paris, où il obtient un poste de secrétaire, puis pour l’Allemagne dès 1831 où il part apprendre la langue et y mener des études en autodidacte. Là, il acquiert une connaissance intime de l’allemand et de la littérature allemande, qui lui permet d’écrire de nombreux articles pour la Revue des Deux Mondes et la Nouvelle Revue Germanique, dont il devient secrétaire grâce à l’appui d’Alfred de Vigny47. En l’espace de quelques années, Xavier Marmier, « véritable apôtre du Germanisme »48, s’affirme comme un grand traducteur, un poète et un prosateur « à la plume facile », et acquiert une grande notoriété avec ses premiers ouvrages, notamment ses Études sur Goethe49.

  • 50 “Chronique de la quinzaine”, Revue des Deux Mondes, 14 mai 1836, Tome 6, pp. 509-510.
  • 51 Les instructions données à Xavier Marmier ont été publiées dans Paul Gaimard (dir.), Voyag (...)
  • 52 Xavier Marmier, “Lettres sur l’Islande”, Revue des Deux Mondes, Août 1836-Février 1837, To (...)
  • 53 Marmier, Lettres sur l’Islande, ibidem.
  • 54 Xavier Marmier, “Poètes et romanciers du Nord - Oehlenschlaeger”, Revue des Deux Mondes, T (...)
  • 55 Marmier, Lettres sur le Nord. Tome I, op. cit., p. 6.
  • 56 Ibidem ; Xavier Marmier, Lettres sur le Nord (Danemark, Suède, Norvège, Laponie et Spitzbe (...)

16En 1836, grâce à François Guizot, l’une des grandes figures de la vie politique française, il embarque à bord de La Recherche, dont la mission consiste à retrouver l’équipage disparu de La Lilloise au large du Groenland, mais aussi à explorer l’Islande et la “Terre Verte”50. Aux côtés de spécialistes éminents appartenant à toutes les disciplines, Xavier Marmier est plus particulièrement chargé par l’Académie française de faire le point sur les grandes traditions poétiques et littéraires islandaises, notamment les sagas, mais aussi de décrire les mœurs des populations et faire un état moral et politique de l’Islande51. Les premières conclusions sont publiées sans attendre dans la Revue des Deux Mondes sous le titre de Lettres sur l’Islande dès 1836, avant d’être rassemblées et éditées en 1837 dans un même volume52. Dans un style remarquable de simplicité et de clarté, Marmier alterne les descriptions de l’Islande et de ses habitants, passant de Reykjavik aux conditions de vie des pêcheurs, des geysers à l’instruction publique, des sagas à la mythologie nordique.53 Le plus étonnant est qu’il s’approprie la langue islandaise, ainsi que le danois, et s’imprègne d’une considérable documentation en neuf langues différentes, qui lui valent de publier d’autres ouvrages et articles54, et surtout de préparer de nouvelles expéditions, toujours à bord de La Recherche, au Danemark (îles Féroé), en Suède et en Norvège, en 1837- 1838, puis en Laponie et au Spitzberg en 1839, après avoir été nommé professeur de littérature étrangère à la faculté des lettres de Rennes55. Il publie le résultat de ses voyages et de ses recherches deux ans plus tard dans deux volumes intitulés Lettres sur le Nord qui font la part belle à la Baltique, de Schwerin à Copenhague, de Lund à Stockholm, de Hammerfest à Umeå, avant d’évoquer le voyage en Norvège et au Spitzberg56.

  • 57 Marmier, Lettres sur le Nord. Tome I, op. cit., pp. 17-22, 29-37, 80-82.
  • 58 Marmier, Lettres sur le Nord. Tome II, op. cit., pp. 43-47.
  • 59 Ibidem, p. 57.

17Comme en Islande, l’auteur ne dissimule guère sa fascination pour les peuples rencontrés, qu’il s’agisse des paysans du Mecklembourg, fiers descendants des Wendes, ou des Danois, heureux promoteurs de l’instruction populaire, possesseurs de « ces douces vertus des populations du Nord qui rendent à tout jamais les pauvres contrées boréales chères à celui qui a eu le bonheur de les connaître. »57 Le tableau n’a cependant rien de complaisant, car les réalités économiques et politiques ne sont ni oubliées, ni adoucies quand il évoque le sort du paysan finlandais de Nordbothnie, dont le « champ est pour lui comme une loterie à laquelle il porte chaque année avec un nouvel espoir et une nouvelle résignation le fruit de ses sueurs et de ses épargnes », accablé souvent par les disettes, mais aussi plein de joie et d’audace lorsque l’année est féconde58. Fort heureusement, comme à Œfver Torneå (Övertorneå), si l’orge ne mûrit guère sous cette latitude, les « habitans de cette côte trouvent une grande ressource dans la pêche du saumon, qui est presque toujours fort abondante » et « fabriquent aussi du goudron, et ils commencent à faire de la potasse avec des feuilles de bouleaux. »59 En quittant Umeå à bord du Nordland, Xavier Marmier ne peut s’empêcher de trahir son attachement à cette région qu’il a parcourue durant des mois :

  • 60 Ibidem, p. 71.

Quand le bateau vira de bord, quand le canon donna le signal du départ, je me retournai vers cette terre du Nord que j’avais été si heureux de parcourir. Je lui dis adieu avec des larmes dans le cœur, et quand elle disparut à mes yeux, quand je me trouvai seul sur la pleine mer, il me sembla que je venais d’ensevelir encore un des rêves dorés de ma jeunesse.60

  • 61 Nicole Piétri, Évolution économique de l’Allemagne du milieu du XIXe siècle à 1914, Paris, (...)
  • 62 Xavier Marmier, Un été au nord de la Baltique et de la mer du Nord, op. cit., pp. 2-4.
  • 63 Les premiers guides de voyage paraissent en réalité beaucoup plus tôt, dès la fin du XVIII(...)
  • 64 Les premiers voyages, en 1841, ne concernent que l’Angleterre. Les voyages vers le contine (...)

18La liste des voyageurs qui ont été captivés par le Nord et la Baltique serait encore bien longue si l’on devait ajouter à ces scientifiques tous celles et ceux qui ont parcouru ces espaces par souci d’élargir le traditionnel « Grand Tour » ou simplement par obligation avant de rejoindre la Russie. Si la découverte de la Baltique était encore l’apanage d’esprits aventureux ou privilégiés dans les années 1780-1820, tel est de moins en moins le cas au cours des décennies suivantes en raison notamment des nouvelles facilités qu’offrent les transports modernes, en premier lieu la navigation à vapeur qui se généralise dès les années 1840-1850, mais aussi le chemin de fer qui relie Douvres et Ostende à plusieurs grands ports de la Baltique (Hambourg, Brême, Kiel, Stettin), via Cologne et Dortmund, jusqu’au Danemark, dès 1848-185061. En 1855, lors d’un nouveau voyage dans la Baltique, Xavier Marmier est témoin de cette « révolution des transports », qui hélas bouleverse l’art de voyager et à laquelle « les Allemands, qui gardaient si pieusement le culte du passé, ont tout abandonné »62. La démocratisation des voyages est d’ailleurs très perceptible dès les années 1830 avec la publication des premiers guides de voyage en Angleterre, puis en Allemagne, parmi lesquels les Redbooks de John Murray et les Reisehandbücher de Karl Baedeker63. Bientôt l’apparition des voyages organisés, à l’initiative du Britannique James Cook, finira de populariser ce loisir et d’en faire une activité particulièrement lucrative64.

  • 65 Un très bon exemple en est donné par S.S. Hill qui réalise un « Grand Tour » dans la Balti (...)
  • 66 Itinéraire général des postes et relais : à l’usage des personnes qui voyagent sur le cont (...)
  • 67 Samuel Laing, un célèbre écrivain-voyageur écossais note en 1838 : « J’ai quitté Fahlun [F (...)
  • 68 Giuseppe Acerbi, Voyage au Cap-Nord par la Suède, la Finlande et la Laponie, Tome premier, (...)
  • 69 À ceci près en Norvège que dans « tous les relais, on trouve à coucher, quoique souvent as (...)
  • 70 Thomas Brown, The reminiscences of an old traveller throughout different parts of Europe, (...)
  • 71 Hanno Beck (ed.), Alexander von Humboldts Reise durchs Baltikum nach Russland und Sibirien (...)
  • 72 August Haxthausen, Etudes sur la situation intérieure, la vie nationale et les institution (...)

19Pour l’heure, la Baltique reste encore assez largement à l’écart de ces mutations techniques. Certes, la navigation à vapeur se développe progressivement au Danemark, en Suède-Norvège, en Finlande et dans les provinces baltes, permettant ainsi de relier de longues distances entre Kiel et Göteborg ou Lübeck et Saint-Pétersbourg, mais la marine à voile continue de dominer le trafic de marchandises et de passagers jusqu’au milieu des années 184065. De même, le transport routier continue d’être le mode de déplacement le plus simple et le plus commode, soit au départ d’Helsingborg en direction de Jönköping et Stockholm, soit au départ de Dantzig, Königsberg, Libau ou Memel en direction de Vilnius ou Riga et Saint-Pétersbourg66. À l’évidence, les routes scandinaves – du moins les voies principales67 – se sont considérablement améliorées depuis le début du siècle. Contrairement aux descriptions que fait l’explorateur italien Giuseppe Acerbi en 180468, des relais de poste nombreux permettent désormais de se procurer « dans chaque ville importante des voitures à deux places ou des chars à bancs » ou un hébergement, car, en Suède comme en Norvège, « les maisons de poste tiennent lieu d’auberges dans toute l’étendue du royaume et offrent toujours les objets les plus indispensables aux voyageurs »69. Il en va de même des routes de Livonie et d’Estonie qu’empruntent nombre de voyageurs en direction de la Russie bien que celles-ci soient souvent faites d’une épaisse couche de sable. Pour Thomas Brown, qui a déjà traversé cette région entre Polangen (Palanga) et Mittau au début du siècle, « les routes elles-mêmes sont dans l’ensemble très bonnes », grâce au confort que procurent les relais de poste tenus par les receveurs des postes, qui « sont généralement livoniens, courlandais ou allemands »70. L’impression est, en revanche, tout autre pour ceux qui traversent ces régions à la mauvaise saison, comme Alexandre von Humboldt (1769-1859), le célèbre naturaliste, géographe et explorateur allemand, qui éprouve les plus grandes difficultés à entre Königsberg et Memel, en raison des chaussées couvertes de glace et de la montée des eaux printanière. Pourtant, le trajet entre Memel et Dorpat, long de plus de 450 kilomètres, n’aura duré que six jours et démontré « à quelle vitesse on voyageait en Russie, y compris pendant la saison la plus défavorable au transport »71. Hormis peut-être les régions où les conditions climatiques et le faible nombre d’habitants ne justifient pas la construction de véritables routes, comme en Laponie, le réseau routier de l’Empire russe a été grandement rénové et étendu sur ordre d’Alexandre Ier, puis Nicolas Ier, non seulement sur les grands axes entre Saint-Pétersbourg et Moscou ou Varsovie et Saint-Pétersbourg, comme le souligne l’agronome et économiste allemand August Haxthausen en 1847, mais aussi dans les provinces baltes avec, par exemple, l’ouverture d’une nouvelle route postale entre Tilsit (Sovetsk), Mittau et Saint-Pétersbourg en 183372.

  • 73 Moritz J. Fränzl, Statistische Übersicht der Eisenbahnen, Canäle und Dampfschifffahrten Eu (...)
  • 74 [Elizabeth Rigby Eastlake], A Residence on the Shores of the Baltic, described in a series (...)
  • 75 Cette expression est empruntée à Marek Bratun, “L’art de voyager utilement selon Lichel-Ge (...)

20Avec la multiplication des liaisons maritimes depuis Londres, Ostende et maintenant Le Havre, la traversée de la mer du Nord devient accessible à une plus large frange de la population européenne. Copenhague, Stockholm, Saint-Pétersbourg sont désormais les nouvelles destinations à la mode des classes moyennes française, britannique et allemande, qui peuvent à loisir visiter les capitales du Nord et les palais royaux des Bernadotte et des Romanov. Les compagnies de navigation à vapeur allemandes, suédoises et russes de la Baltique, de plus en plus nombreuses dans les années 1830-1840, se livrent une sévère concurrence qui profite aux voyageurs : la fréquence des départs augmente, réduisant les frais de séjour aux escales, les temps de passage sont raccourcis grâce au progrès technique et le coût de transport diminue avec l’accroissement du trafic maritime73. Elizabeth Eastlake (1809-1893), auteur et critique d’art britannique, fait partie des nouveaux passagers qui ont le privilège de franchir le Sund à Elseneur (Helsingør) et de découvrir le Danemark. Après une navigation houleuse, l’arrivée dans la capitale danoise est l’occasion de commentaires mitigés : Elizabeth Eastlake apprécie certes le côté « pittoresque et agréable » des rues de Copenhague ; le style bigarré des maisons ; les canaux où s’alignent les navires ; mais elle ne peut dissimuler une certaine déception après la visite palais royal de Christiansborg qu’elle juge sans grand intérêt à l’exception de quelques trop rares œuvres d’art.74 Par ses jugements personnels, Elizabeth Eastlake témoigne de l’essor du tourisme moderne, du désir de traduire des impressions subjectives et non plus de la nécessité de « voyager utilement »75, c’est-à-dire de transmettre un savoir, des connaissances savantes sur des lieux, des pays, des peuples. Seules quelques lignes sont ainsi consacrées au voyage à travers la Baltique jusqu’à Saint-Pétersbourg, tandis que l’arrivée dans la capitale russe et la description des rues, des bâtiments motivent de longs développements.

  • 76 Eastlake, op. cit., p. 65, 130-131..
  • 77 Ibidem., pp. 109-127.

21Pourtant, est-il encore possible d’être original quand tant de voyageurs et de spécialistes ont déjà décrit avec talent les palais des bords de la Neva, les splendeurs de l’Hermitage ? Assurément non. Comme le reconnaît l’auteur avec honnêteté : « Pour tenter de décrire dans une seule lettre un bâtiment gémissant des collections accumulées par une dynastie impériale absolue, prodigue, ambitieuse, et dans certains cas distinguée, cela exigerait des semaines de visites suivies et de se plonger dans un volume de descriptions, ce qui serait aussi vain que de prétendre résumer le British Museum en quelques pages. »76 Le seul moment aventureux du voyage a lieu au sortir de Saint-Pétersbourg en plein mois de novembre quand la mauvaise saison contraint la jeune femme à emprunter la route enneigée qui doit la mener à Reval où réside l’une de ses sœurs. Elle fait alors l’expérience éprouvante pendant plusieurs jours du froid, des étendues sauvages et enneigées, des relais de poste et des conditions de vie précaires des habitants d’Ingrie et d’Estonie, à Jamburg (Kingisepp) comme à Narva77.

  • 78 Léonie d’Aunet, Voyage d’une femme au Spitzberg, Paris, 1854, pp. 1-5. Elle publie son ave (...)
  • 79 Ibidem, pp. 291-307.

22Si l’aventure existe encore, il faut aller la chercher dans les confins de la Baltique ou en dehors de ses limites, à l’exemple de Léonie d’Aunet, qui embarque avec l’équipage de La Recherche en direction du Spitzberg. Cette jeune femme, qui n’a pourtant aucun bagage scientifique, ni aucune des qualités requises pour participer à une telle aventure, et dont la présence est en principe formellement interdite sur les bâtiments de la Marine royale, a semble-t-il pour elle un atout essentiel, celui d’être l’épouse du peintre Auguste Biard que le chef d’expédition souhaitait absolument emmener avec lui. Grâce à cet aimable chantage, elle traverse non seulement les immensités de la mer Arctique, mais aussi les forêts enneigées de Finlande à bord de traîneaux pour boucler le « Grand Tour » en sens inverse via Fahlun, Stockholm, Ystad, Greifswald et Berlin78. Plus qu’un simple récit de voyage, Léonie d’Aunet s’essaie à l’anthropologie et à la philologie de « ces curieuses provinces finlandaises » en évoquant le paganisme, les runes, la poésie et les chants populaires. Les Finlandais y sont décrits comme « une race forte et vigoureuse », « de haute taille », « généralement les cheveux blonds, les yeux bleu pâle ou gris, la peau très blanche », mais aussi épris « d’ordre et de travail », « persévérants et industrieux », chaque famille se suffisant à elle-même, « cultivant ses champs, construisant sa maison, fabriquant ses meubles, ses ustensiles et ses chaussures, tissant sa toile et son drap, et de plus instruisant ses enfants, car chez eux, comme en Suède et en Norvège, tous les paysans savent lire et écrire. »79

  • 80 Sur les origines du projet et sa réalisation voir Gustaf Adolf Lagerheim, “Notices sur les (...)

23Une autre façon de se distinguer consiste à décrire avec force détails les réalisations nouvelles des pays nordiques, en particulier l’impressionnant canal de Gothie qui unifie la mer du Nord et la Baltique inauguré par Charles XIV Jean avec faste en 1832. Bientôt, le Göta Kanal devient en quelques années une attraction touristique majeure tout autant qu’une artère essentielle au commerce international, en dépit de l’étroitesse de nombreuses écluses qui ne permet pas le passage des navires de haute mer80. Les voyageurs qui empruntent le “ruban bleu de la Suède” sont frappés par la beauté des paysages et surtout par l’exploit technique déployé par la nation suédoise qui aura coûté la bagatelle de 10,5 millions de rixdales, soit 23 millions de francs, et mobilisé des milliers de soldats. Ainsi Thomas Brown écrit-il à l’entrée du canal de Trollhätta :

  • 81 Brown, op. cit., p. 278.

À Trohletta nous voyons la célèbre cataracte et le canal, le plus prodigieux de son genre dans le nord de l’Europe. L’eau provient du lac Wenner et tombe de trois différentes déclivités dans le fleuve Gotha, à 126 pieds au-dessous de la surface du Wenner. Le canal est coupé par de la roche de granit sur une largeur de 4000 pieds ; il fait 11 pieds de profondeur et 21 pieds de diamètre. Il a 9 bassins, dont 5 sont coupés par une roche haute de 110 pieds, et plusieurs scieries qui se trouvent à proximité des chutes.81

  • 82 Manuel des passagers, voyageant sur le canal de Gothie, avec les bateaux à vapeur allant e (...)
  • 83 Victor de Nouvion, “Fragment d’un voyage en Suède, de Gothembourg à Stockholm, par le Cana (...)
  • 84 La seconde partie sera publiée la même année dans la même revue, Victor de Nouvion, “Fragm (...)
  • 85 Ibidem, Tome Deuxième, p. 295.
  • 86 Ibidem, Tome Deuxième, pp. 304-306. Voir également Frank Hall Standish, Notices on the Nor (...)

24Le succès est tel que la liaison maritime entre Göteborg et Stockholm par le canal de Gothie entraîne la mise en service de quatre bateaux à vapeur et la publication en français d’un guide touristique en 1838 destiné à fasciner le public par anticipation et bien évidemment à préparer « le voyage le plus agréable que l’on puisse entreprendre en Suède pendant l’été »82. Il est à cet égard surprenant que Xavier Marmier ne fasse aucune mention du Göta Kanal dans ses Lettres sur le Nord publiées en 1840, ce que Victor de Nouvion, journaliste et historien, constate avec malice, pour mieux souligner l’importance de son entreprise, à savoir décrire en détail la traversée du canal de Gothie, ce que personne avant lui n’a encore fait83. L’auteur est frappé, comme tous ses contemporains, par cette « œuvre extraordinaire » qu’il considère « non moins étonnante que toutes celles de l’antique civilisation », au point qu’il lui consacre deux articles de plus de cinquante pages chacun dans les Nouvelles annales des voyages en 184184. La majesté du paysage à l’entrée de Trollhätan, la démesure de l’entreprise, mais aussi l’hospitalité des Suédois y sont dépeints avec lyrisme, et même si tout n’est pas beauté et harmonie, comme à Vänersborg, entrepôt général des fers du Värmland85, les excursions nombreuses que permettent les passages d’écluses sont autant d’occasions « de crayonner un croquis, de cueillir, pour l’examiner, la pâle fleur du Nord, d’aller visiter une villa, ou sonner à la grille d’un noble domaine », et finalement de « les trouver trop rares et trop courtes »86.

  • 87 Voir Gerd Stolz, Die schleswig-holsteinische Erhebung. Die nationale Auseinandersetzung in (...)
  • 88 Lawrence Sondhaus, Naval warfare, 1815-1914, Londres, 2001, pp. 55-63.
  • 89 Robert Edgar Hughes, Two summer cruises with the Baltic fleet, in 1854-5, being the log of (...)
  • 90 « Souvent, en voyageant en Allemagne, j’ai cherché en vain parmi les natifs de basse extra (...)
  • 91 Le mot « propre » ou « propreté » revient comme un leitmotiv dans la description, des pers (...)
  • 92 Ibidem, pp. 91-134.

25La Guerre de Trois ans (ou Première Guerre des Duchés) qui oppose le Danemark à la Prusse et aux combattants du Schleswig et du Holstein de 1848 à 1851 a sans aucun doute pour effet de réduire le flux des voyageurs vers la Baltique, de même que la guerre de Crimée, entre la Russie impériale et une coalition comprenant l’Empire ottoman, le Royaume-Uni, la France et le royaume de Sardaigne, qui s’étend aux îles Åland et au golfe de Finlande de 1854 à 185587. Il semble pourtant, comme aux siècles précédents, que les risques encourus ne suffisent pas à dissuader la pratique d’un tourisme de guerre, y compris dans cette période de modernisation accélérée des armements88. C’est le cas du pasteur Robert Edgar Hughes, ancien professeur au Magdalen College de Cambridge, qui ne paraît pas mesurer le danger de son entreprise en se rendant dans la Baltique à deux reprises, en 1854 et 1855, à bord du Pet, un joli petit voilier de plaisance89. Plein de la tranquille assurance de l’aristocratie anglaise et des préjugés si communs outre-Manche, notre gentleman ne peut d’abord manquer de donner son sentiment sur les Danois et les Allemands. Si les Danois « sont très anglais dans leurs manières et leur apparence », et donc dignes d’être respectés, les Allemands sont en revanche dépeints dans des termes peu flatteurs90. Tout est d’ailleurs mesuré à l’aune de l’Angleterre, et la propreté semble être le critère absolu grâce auquel il convienne de mesurer le degré de civilisation91. Après avoir traversé la Baltique sans encombre, Hughes rejoint la flotte anglaise au large de l’île de Gotland en août 1854, impatient d’assister à l’écrasement de la flotte russe par la Royal Navy, mais invité à dîner à bord du HMS Otter, il apprend que les opérations dans le golfe de Finlande seront limitées à une action de blocus. Heureusement, une action militaire franco-britannique doit être menée dans îles Åland, ce qui le décide à rejoindre en hâte le gros de la flotte coalisée déjà sur place pour assister avec un enthousiasme infantile au débarquement des troupes françaises et à la destruction des fortifications russes de Bormasund92.

  • 93 Ibidem, p. 172.
  • 94 Ibidem, pp. 186-190, 206-214.
  • 95 Ibidem, pp. 213-266. Hugues se plait à fanfaronner en racontant son “épopée” à bord du Pet(...)

26Non content de cette première expérience, Hugues récidive l’été suivant avec la reprise des opérations navales que l’hiver a interrompues : « Tout promettait une campagne active et pleine d’animation ; un amiral avait été nommé commandant, qui possédait la confiance du service [la Royal Navy] ; tous les manques dans l’équipement avaient été corrigés ; une flottille de canonnières flottantes d’une puissance prodigieuse pouvoir merveilleux, et plus merveilleux encore des bateaux-mortier équipés de façon nouvelle et particulière ont été conçus et décrits en détail dans les colonnes des journaux du matin. »93 L’équipage du Pet repart donc dans la Baltique, repassant sans grand plaisir par Copenhague, avant de rejoindre la flotte coalisée qui exerce un blocus sur le golfe de Finlande depuis le mois d’avril et occupe de facto l’île de Nargen (Nargön en suédois, Naissaar en estonien)94. Hugues assiste alors avec excitation aux opérations navales menées par la flotte anglaise à Kotka, sur la côte finlandaise, puis contre la forteresse de Sveaborg, au large de Helsinki en juillet et août 1855, que l’artillerie débarquée, soutenue par les deux escadres, réduit à néant après deux jours et deux nuits d’intenses bombardements95.

  • 96 Antonio Carlo Napoleone Gallenga, The Invasion of Denmark in 1864, 2 Vol., Londres, 1864.
  • 97 Ibidem, Vol. I, pp. 6-7.
  • 98 Ibidem, Vol. I, pp. 61-66, 88-91, 112-113.

27D’autres voyageurs participent également de ce tourisme de guerre, mais pour des raisons moins narcissiques, à l’exemple d’Antonio Gallenga, auteur italien et journaliste, qui a déjà couvert plusieurs conflits en Europe pour le Times de Londres et suit également la seconde guerre des Duchés en 186496. L’enjeu n’est pas mince, car « la question qui se pose est de savoir où les droits d’une nation commencent et finissent, et où ses prétentions devraient être stoppées si celles-ci entrent en collision avec celles d’autres nations ». Or, si personne ne conteste le droit des Allemands à “faire l’Allemagne”, peut-être est-il juste aussi de penser que « les Allemands ont une curieuse façon de confondre l’Allemagne avec l’Empire allemand et sont merveilleusement aptes à étendre les limites de leur nationalité actuelle à l’extrême mesure de leur vieille ambition impériale »97. Si Gallenga est un journaliste sympathisant de la cause danoise, il est également un voyageur et un observateur curieux de la réalité sociale, économique, culturelle du Schleswig et du Holstein qu’il explore « dans toutes les directions, en marchant à pas vifs sur les dures routes gelées ». Il serait certes trop long de restituer en quelques lignes la densité de son récit, mais il importe de souligner l’effort d’impartialité de l’auteur dans ses analyses, en reconnaissant, par exemple, le caractère imprudent de la danification du Schleswig après 1851, comme de la Constitution de 186398. Pour autant, le droit se trouve bien du côté danois, plus encore après l’invasion des forces austro-prussiennes le 1er février 1864 ; une opinion générale qui pourrait se résumer ainsi :

  • 99 Ibidem, Vol. I, p. 69.

Quoi que les Allemands puissent dire et quoi que l’on puisse penser des susdits griefs énumérés, il est difficile de ne pas avoir la conviction que les Danois n’ont ni le goût, ni les façons d’une petite tyrannie inquisitrice et que, s’appuyant sur la force de leurs armes, ils n’ont jamais imposé à leurs sujets du Schleswig un joug plus lourd qu’ils n’étaient disposés à supporter. Ils peuvent s’être trompés dans leur désir de faire des habitants du Schleswig une part d’eux-mêmes et il est difficile de dire dans quelles nouvelles erreurs une nouvelle gaffe malchanceuse pourrait les mener ; mais si les Allemands avaient accepté le seul point sur lequel il était malheureusement impossible pour eux de céder, il y aurait eu peu de chance pour qu’un autre sujet de différence ou de plainte survienne entre les deux races. Il s’agit ici d’une affaire de nationalité et rien de plus.99

  • 100 Theodor Fontane, Wanderungen durch die Mark Brandenburg, 5 Vol., Berlin, 1862-1889.
  • 101 Theodor Fontane, Aus meinem bunten Leben : ein biographisches Lesebuch (Aus Briefen zusamm (...)
  • 102 Voir sa lettre écrite de Londres en date du 27 janvier 1864 in Theodor Fontane, Unechte Ko (...)
  • 103 « Les régiments autrichiens furent accueillis lors de leur traversée de la ville [Schleswi (...)

28On ne sera guère surpris d’apprendre que les touristes de guerre allemands manifestèrent une tout autre opinion à l’égard des causes et des responsabilités de ce conflit. Le plus célèbre d’entre eux, s’il en est, fut Theodor Fontane, le grand romancier, poète et aussi auteur de récits de voyage avec ses Wanderungen durch die Mark Brandenburg, qui lui valurent une immense popularité100. À vrai dire, l’idée de se rendre dans le Schleswig et le Holstein n’est pas de Fontane, mais de son éditeur qui lui propose d’aller s’informer sur l’histoire et le présent des duchés après la victoire austro-prussienne afin d’en faire un livre ; ce qu’il accepte sans trop hésiter par besoin d’argent et aussi parce qu’il ressent une sympathie naturelle à l’égard des “Schleswig-Holsteiniens” depuis au moins 1848101. Fontane ne cesse alors de vitupérer contre la presse anglaise, qui a pris fait et cause pour le Danemark, et contre toute solution qui violerait les droits de l’Allemagne sur la totalité des duchés102. L’ouvrage que publie Fontane en 1866 n’est pas cependant un récit de voyage, mais un livre d’histoire politique et surtout militaire (Kriegsbuch) dont le but consiste à justifier et glorifier l’intervention austro-prussienne, évoquant la “libération” du Schleswig en termes très patriotiques103.

  • 104 John Murray, A hand-book for travellers in Denmark, Norway, Sweden and Russia, Londres, 18 (...)
  • 105 Il est curieux, à cet égard, qu’Alan Sillitoe n’évoque ni l’Europe du Nord, ni la Baltique (...)
  • 106 Klinge, op. cit., pp. 124-129 ; Markku Kuisma, “Les facteurs de l’industrialisation en Fin (...)
  • 107 De nombreux récits de voyage sont publiés en France dans les dernières décennies du XIXe s (...)
  • 108 Klinge, op. cit., pp. 130-132.

29Après le règlement définitif de la question des Duchés par la Prusse en 1866, la Baltique retrouve sa quiétude jusqu’au siècle suivant, ainsi que ses voyageurs, accompagnés désormais de guides détaillés, le Handbook de Murray et le Baedeker, publiés respectivement en 1839 et 1879, le second en version anglaise et allemande104. Moins prisée que l’Europe occidentale ou même que l’Orient méditerranéen, l’Europe du Nord et la Baltique demeurent pourtant des destinations attrayantes pour les touristes modernes attirés par les grandes villes du Nord, nouveaux centres de la vie économique, intellectuelle et culturelle105. Que l’on soit friand de modernité, fasciné par les peintres et les compositeurs scandinaves ou russes, ou attiré par les grandes fêtes folkloriques qui se multiplient dans les provinces baltes à partir des années 1870, les motifs ne manquent pas pour partir à la découverte de la Baltique, tandis que les transports maritimes et terrestres se sont développés à un rythme accéléré à partir des années 1850-1860 et permettent des liaisons rapides dans toutes les directions106. Pour autant, on assiste à une banalisation du voyage et à la fin des “aventures nordiques”, hormis peut-être en Norvège et en Laponie, pays qui exercent un pouvoir de fascination toujours très fort107. Peut-être faut-il en trouver la cause dans l’essor du tourisme moderne, à l’image des stations balnéaires et des maisons de cure qui prospèrent de Travemünde à Rügen, de Öregrund à Parnü, de Hanko à Jurmala108 ? Ce qui est certain, en tout cas, c’est que l’âge d’or du voyage n’est plus, ce que Theodor Fontane évoque avec une cruelle ironie en 1873 :

  • 109 Theodor Fontane, Sämtliche Romane, Erzählungen, Gedichte, Nachgelassenes Werke, Schriften (...)

Le voyage de masse appartient aux particularités de notre temps. Autrefois seuls des individus privilégiés voyageaient, aujourd’hui chacun et chacune voyage. Des épouses d’employés fréquentent une ville d’eau climatique au pied du Kyffhaüser, de tranquilles boutiquiers reposent leurs têtes sur des fauteuils et les membres d’une société de protection d’une petite ville lisent avec émerveillement dans le château de Reinhardsbrunn que le duc Ernst a tué 50 157 têtes de gibier en vingt-cinq ans. Ils notent pour eux-mêmes le chiffre imposant dans un livret de poche et se réjouissent du jour où ils pourront compter à plaisir combien de têtes par jour cela fait-il. Tout le monde voyage.109

30La Baltique et l’Europe du Nord dans son ensemble ont attiré un nombre croissant de voyageurs au cours de ce long XIXe siècle qui s’étire jusqu’à la Première Guerre mondiale. D’abord scientifique, le voyage a cherché à explorer, à étudier cette périphérie de l’Europe inhospitalière pour beaucoup, à commencer par cette “Méditerranée nordique” qui dissimule bien des pièges pour les navigateurs chevronnés, au printemps comme en hiver, ce dont témoignent, par exemple, les difficultés rencontrées par les flottes française et britannique lors de la guerre de Crimée. Pourtant, bien des surprises agréables attendent les voyageurs qui s’aventurent sur les côtes de la Baltique, depuis la beauté et le caractère grandiose de la nature jusqu’aux qualités d’hospitalité et de générosité qui font la quasi-unanimité des témoignages. Bientôt géographes, historiens et philologues sont rejoints par de nouveaux voyageurs fatigués de la routine imposée par le « Grand Tour » en France et en Italie, le but étant bien sûr de se distinguer de ses semblables et d’apporter des connaissances nouvelles, des anecdotes originales sur ces peuples si sympathiques, mais aussi si rustiques en dehors bien sûr des classes privilégiées. Souvent aussi la traversée de la Baltique se présente comme un exercice obligé sur la route de la Russie qui est la destination principale. Par route, lorsque cela est possible, et surtout par mer, le voyage est quoi qu’il en soit long et pénible, nécessitant des haltes fréquentes aux relais de poste ou dans les stations littorales.

  • 110 Parmi les très nombreux romans français, on retiendra parmi autres : Victor Hugo, Han d’Is (...)
  • 111 Deux exemples parmi d’autres : Alfred Kœchlin-Schwartz, Un touriste en Laponie, Paris, 188 (...)
  • 112 Armand de Flaux, Du Danemark : impressions de voyage, aperçus historiques et considération (...)

31Avec le temps toutefois la modernité se fraye un passage à travers la mer du Nord et le Sund, pour gagner la mer Baltique et diffuser le savoir technique qui permet très vite l’accélération des échanges avec le monde extérieur et l’essor des pérégrinations nordiques. Les articles et les ouvrages de voyage consacrés à l’Europe scandinave et baltique ne cessent alors de se multiplier, de même que les romans, avec le soutien des revues spécialisées et des éditeurs qui comprennent l’engouement nouveau des lecteurs pour les solitudes du Grand Nord et les mœurs paisibles des peuples baltes et scandinaves110. Si les voyageurs entretiennent parfois encore le noble dessein d’être utiles et d’enrichir le savoir ethnographique ou historique, une part croissante des récits n’a pour seul but que de livrer des impressions personnelles plus ou moins originales sur des pays ou des régions déjà fort bien décrits111. Si l’on trouve parfois de l’insolite, de la nouveauté, ce n’est que par l’effet du hasard, comme ces heureux témoins de grands événements, ou sciemment, à l’image des touristes de guerre qui, sans prendre trop de risques, s’affichent comme des acteurs, même infimes, de la grande histoire. Les sentiments personnels des auteurs ne sont pas non plus absents de ces ouvrages qui manifestent soit une profonde empathie avec les nations côtoyées, comme Armand de Flaux pour le Danemark, soit indifférence ou arrogance, au moment de comparer la réalité nordique à celle de la terre patrie, comme Robert Edgar Hughes112.

  • 113 Eastlake, op. cit.
  • 114 Murray, op. cit. ; Élisée Reclus, Nouvelle Géographie Universelle. La Terre et les hommes. (...)

32On aura sans doute remarqué que les voyageurs du XIXe siècle ont une vision fragmentaire de l’Europe du Nord et que leur intérêt se fixe pour la plupart sur une partie de ce vaste ensemble, avec une prédilection pour le Danemark, la péninsule scandinave et la Laponie. Peu d’auteurs, à l’exception bien compréhensible des Allemands, accordent une place spécifique aux provinces baltes de l’Empire russe dans leurs écrits, à l’instar d’Elizabeth Rigby Eastlake qui consacre quinze de ses vingt-cinq lettres à l’Estonie et à ses habitants113. Faut-il en déduire que l’idée d’une appartenance à un espace commun, voire à une culture commune, n’existe pas dans l’esprit des contemporains ? Il semble, en fait, que plusieurs auteurs, des géographes notamment, mais pas seulement, ont l’intuition ou déduisent de leur expérience, de leurs connaissances, que la mer Baltique est un facteur d’unité essentiel entre des nations que bien des traits séparent. Car au-delà des héritages ethnolinguistiques très distincts (germanique, slave, balte et finno-ougrien), la Baltique constitue bien un espace de vie commun qui incite à les réunir dans un même ensemble, fût-ce de façon artificielle, dans une même vision. Ainsi John Murray inclut-il dans un même guide, le Handbook for Nothern Europe, le Danemark, la Suède, la Norvège et la Russie en 1839 ; de même, Élisée Reclus, le grand géographe français, consacre-t-il un volume entier à l’Europe scandinave et russe dans sa Nouvelle Géographie Universelle en 1880, qui intègre le Danemark, la Norvège, la Suède, la Finlande, les provinces baltes de Russie, mais aussi la Pologne et la Lituanie114.

  • 115 Thomas Milner, The Baltic, Its Gates, Shores, and Cities : With a Notice of the White Sea, (...)
  • 116 Il publie en 1846 la première édition de The Gallery of Nature, a Pictorial & Descriptive (...)

33Cette perception de la Baltique est aussi celle de quelques voyageurs. C’est le cas notamment du pasteur Thomas Milner, en Angleterre et de Louis Léouzon Le Duc, en France. La publication presque concomitante de leurs deux ouvrages en 1854 et 1855 n’est pas fortuite, elle répond au moins dans le cas du premier auteur à la volonté affirmée d’éclairer le public anglais sur cette région peu connue où se déroulent d’importantes opérations militaires115. Thomas Milner est un exemple de ce clergé éduqué qui avait tout le loisir de s’adonner à l’écriture d’ouvrages géographiques. Il est déjà extrêmement populaire à cette époque pour ses travaux de cartographe et la publication d’ouvrages à vocation scientifique et religieuse116. L’auteur se livre d’abord dans The Baltic, Its Gates, Shores, and Cities à un survol historique des relations entre la Grande-Bretagne et la Baltique avant de se lancer dans une étude détaillée du milieu physique et du littoral, depuis les rivages du Danemark jusqu’à ceux de la Russie, avant de terminer, sans explication, par l’évocation de la mer Blanche. Il y a fort à parier, à vrai dire, que le pasteur Milner n’a jamais posé le pied dans les contrées qu’il dépeint avec autant de sagacité et qu’il s’agit là d’un ouvrage de compilation qui doit surtout aux récits de voyage et aux monographies que l’auteur a utilisés sans même les citer.

  • 117 Jules Brisson et Félix Ribeyre, Les grands journaux de France, Paris, 1862, pp. 133-135.
  • 118 Louis Léouzon Le Duc, La Finlande, son histoire primitive, sa mythologie, sa poésie épique (...)

34Tel n’est pas le cas heureusement du second ouvrage, fruit de nombreux voyages réalisés dans la Baltique. Si Louis Léouzon Le Duc est presque ignoré de nos jours, il fut en son temps l’un des spécialistes les plus reconnus de l’Europe du Nord et un rédacteur régulier de la Revue des Deux Mondes aux côtés de Xavier Marmier, Auguste Geffroy et Jean-Jacques Ampère. Né en 1815 en Ardèche, il suit des études de lettres en Belgique qui le conduisent fortuitement à devenir précepteur auprès d’un prince russe de 1842 à 1844 et à résider en Russie comme en Finlande. De retour en France, il est alors chargé de différentes missions par le gouvernement français en Russie et en Europe du Nord, notamment en 1848 lorsqu’on lui confie la tâche de ramener de Russie le porphyre rouge qui servira au sarcophage de Napoléon Ier117. Il se fait connaître également en tant qu’historien et traducteur du finnois ; c’est à lui que l’on doit, entre autres, la première traduction en français du Kalevala en 1845, qu’il rééditera en 1867 dans une version plus complète et plus exacte118.

  • 119 Louis Léouzon Le Duc, La Baltique, Paris, 1855, pp. II-III.
  • 120 Sur ce dernier point voir Marc Auchet et Annie Bourguignon (eds.), Aspects d’une dynamisat (...)

35Le but de Léouzon Le Duc est clairement exposé dans la préface, il s’agit de « faire connaître les pays de la Baltique dans leur ensemble : la Suède et la Norvège, la Finlande, l’Esthonie, la Livonie, la Courlande, le Danemark. » Il puise pour ce faire dans les nombreux ouvrages déjà publiés, « mais sans les copier, ni les refaire », et surtout dans ses souvenirs de voyage et les scènes de vie qu’il a glanés en vivant parmi les peuples du Nord119. Il entraîne le lecteur dans ses pas de ville en ville, de pays en pays, depuis Gothembourg (Göteborg) jusqu’à Reval en passant par Upsal (Uppsala), enchaînant panoramas historiques, descriptions urbaines et évocations des mœurs dans un style facile. Rien ne lui échappe, ni la démographie finlandaise, ni le mouvement intellectuel dans les provinces baltiques ; cependant, rien ne vient trahir une réflexion d’ensemble visant à englober les pays riverains de la Baltique dans une dynamique commune, et moins encore dans un avenir partagé. Cela s’explique peut-être par l’absence concrète d’identité régionale : à l’heure où les nationalismes triomphent en Europe et où les tentatives de solidarité, à l’exemple du scandinavisme, marquent le pas devant la force militaire, la tentation du repli sur soi reste le réflexe le plus puissant. Construire la région Baltique ne s’avérera pas davantage possible au XXe siècle en raison des rivalités entre grandes puissances et de la guerre froide ; mais cela reste un enjeu capital en ce XXIe siècle120.

Notes

1 Armand de Flaux, Sonnets. Voyages-Fantaisie-Sentiment, Paris, 1864, p. 29.

2 Richard Lassels, The Voyage of Italy, or a compleat journey through Italy, Paris, 1670 (tr. fr. Voyage d’Italie contenant les mœurs des peuples, la description des villes, des capitales, des églises, etc…), Paris, 1671.

3 James Buzard, The Grand Tour and after (1660-1840), in Peter Hulme, Tim Youngs (dir.), The Cambridge Companion to Travel Writing, Londres, 2002, pp. 37-41 ; Jean Boutier, “Le grand tour : une pratique d’éducation des noblesses européennes (XVIe-XVIIIe siècles)”, in Jean Boutier, François Moureau, Gilles Bertrand, et Pierre-Yves Beaurepaire (eds.), Le voyage à l’époque moderne, Paris, 2004, pp. 7-21 ; Sverre Bagge, “Nordic Students at Foreign Universities until 1660”, Scandinavian Journal of History, IX, 1984, pp. 13-29.

4 Brian Dolan, Exploring European Frontiers. British Travellers in the Age of Enlightenment, Londres, 1999.

5 Voyage en Suède, contenant un état détaillé de la population, de son agriculture, de son commerce et de ses finances [I. F. Henry Drevon, Pierre Frederik Gosse], La Haye, 1789.

6 Walter Horace Bruford, Germany in the Eighteenth century : the Social Background of the Literary Revival, Londres, 1935, 1971, pp. 161-162.

7 William Coxe, Voyage en Pologne, Russie, Suède, Dannemarc, & c, Livre Premier, Genève, 1786, p. 102.

8 Matti Klinge, Le monde baltique, Helsinki, 1994, 1997, pp. 77-79 ; Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle. 3. Le temps du monde, Paris, 1979, pp. 294-303. Voir également David Omrod, The Rise of Commercial Empires. England and the Netherlands in the Age of Mercantilism, 1650-1770, Londres, 2003.

9 On peut citer Samuel Johnson, A Journey to the Western Isles of Scotland, Londres, 1775 ; James Boswell, Journal of a tour to the Hebrides with Samuel Johnson, Londres, 1785. Voir aussi Paul Langford, A Polite and Commercial People : England, 1727-1783, Londres, 1989, pp. 471-476.

10 Voir Patricia Rehm, Herder et les Lumières. Essai de biographie intellectuelle, Hildesheim, 2007, pp. 37-38.

11 « Le raffinement et la civilisation des manières modernes ont rendu plus aisé l’inspection des royaumes et des provinces, auxquelles l’accès a été autrefois barré par la bigoterie, la barbarie et l’absence de la police. Même l’Espagne n’est pas imperméable maintenant à la curiosité, et la superstition décline dans ses dominions préférés. Mais en dépit de cette diminution des pouvoirs de divertissement du voyageur, par l’exclusion de tout appel à l’imagination, il y a encore des objets suffisamment dignes d’intéresser l’esprit attentif et curieux. Certaines parties du globe sont, cependant, infiniment plus exubérantes que d’autres dans leur capacité à produire un plaisir élégant. Dans certaines, ils sont si considérablement diffus que la stupidité ou l’insensibilité elle-même doivent s’emparer d’une partie de leur pouvoir d’attraction. Dans d’autres, ils gisent plus profondément sous la surface et, comme les pierres précieuses non polies, scintillent seulement dans l’œil de l’observateur attentif et perspicace. A cette dernière description appartiennent les royaumes que je suis sur le point de visiter ; couverts de neige durant de nombreux mois et enveloppé de toutes les horreurs de l’hiver polaire : non polis dans leurs manières et conservant encore les vestiges d’ignorance gothique ou de barbarie, ils ne présentent guère de charmes pour tenter le voyageur. » Nathaniel William Wraxall, A Tour round the Baltic thro’ the Nordic countries of Europe, Londres, 1775, 4e édition 1807, p. 4.

12 Anthony Cross, “Les Britanniques et le voyage au Nord (Northen Tour)”, in Jean-Pierre Poussou, Anne Mézin, Yves Perret-Gentil (eds.), L’influence française en Russie au XVIIIe siècle, Paris, 2004, pp. 383- 391.

13 William Wallace, Kant, Londres, 1882, reprint 2008, Charleston, pp. 75-82.

14 Sur ce sujet voir Françoise Knopper, Alain Ruiz (dir.), Les voyageurs européens sur les chemins de la guerre et de la paix au temps des Lumières au début du XIXe siècle, Bordeaux, 2006, 423 p.

15 Ralf Pröve, “Le tourisme de guerre au XVIIIe siècle. Typologie des modes de perception de l’armée et de la guerre dans les témoignages des contemporains”, in Ibidem, pp. 157-165.

16 Buzard, op. cit., p. 38 ; Roy Bridges, “Exploration and Travel outside Europe (1720-1914), in Hulme, Youngs (dir.), op. cit., pp. 53-57.

17 John Carr, A Stranger in France, or A Tour from Devonshire to Paris, Londres, 1803.

18 John Carr, A Northern Summer, or Travels round the Baltic, through Denmark, Sweden, Russia, Prussia and part of Germany in the year 1804, Londres, 1805, Hartford 1806, p. 14.

19 Buzard, op. cit., p. 49.

20 Carr A Northern Summer, op. cit., p. 4.

21 Le premier vapeur suédois, Oscar, entre ainsi dans le port de Riga le 8 juin 1830.

22 Tourasse et F.N. Mellet, Essai sur les bateaux à vapeur appliqués à la navigation intérieure et maritime de l’Europe, Paris, 1828-1829, p. 23. Le déclin du commerce anglais dans la Baltique fait l’objet d’une enquête parlementaire en juillet 1844. A la question : « Comment expliquez-vous la grande prépondérance que la navigation étrangère a obtenue dans le commerce de la Baltique au cours des 14 ou 15 dernières années et la diminution proportionnelle dans l’emploi de tonnage britannique ? », un armateur expert répond : « Parce que d’autres commerces étaient plus profitables ; le commerce de la Baltique repose sur le travail plus que sur le capital. Je ne pense jamais à la concurrence du capital contre le travail. Il n’y a aucune incitation pour nos navires à y aller, mais il y a eu une incitation de Liverpool pour les Prussiens, parce qu’ils ont l’avantage de rapporter du fret. Ils peuvent gagner 150 livres peut-être avec un petit vaisseau, ce qui pour un pauvre fera toute la différence dans le résultat du voyage. » Reports from Committees. British Shipping ; Merchant Seamen’s Fund. 1 February-5 September 1844, Volume VIII, Londres, 1844, p. 74.

23 Xavier Marmier, Un été au bord de la Baltique et de la mer du Nord, Paris, 1856, p. 301.

24 Les voyages de Linné en Suède seront d’abord traduits en allemand en 1856 sous le titre Reisen durch das Königreich Schweden, welche auf Befehl der hohen Obrigkeit, zur Verbesserung der Naturkunde, Haushaltungs- und Arzneykunst.

25 Jean-Pierre Catteau-Calleville, Tableau de la mer Baltique : considérée sous les rapports physiques, géographiques, historiques et commerciaux, avec une carte, et des notices détaillées sur le mouvement général du commerce, sur les ports les plus importans, sur les monnaies, poids et mesures, 2 Vol., Paris, 1812.

26 Ibidem, Vol. 1, p. VIII.

27 Voir les tables des matières traitées in ibidem, Vol. 1, pp. 353-355 et Vol. 2, pp. 355-358.

28 H. Arnold Barton, Scandinavia in the Revolutionary Era, 1760-1815, Minneapolis, 1986, pp. 224-225, 241-243. Il publie en 1796 le Catéchisme des aristocrates, pamphlet social, qui lui vaut une première condamnation par la justice danoise. Malthe Conrad-Bruun, Aristokraternes Catechismus, eller kort og tydelig Anviisning til den aleene saliggjørende politiske Troe, Copenhague, 1796.

29 Déçu par Napoléon, accusé d’avoir laissé la Norvège entre les mains de Bernadotte au détriment de Gustav V, il se ralliera à Louis XVIII dont il écrira une apologie en 1815. Jean-Jacques Nicolas Huot, “Notice sur la vie et les écrits de Malte-Brun”, in Malte-Brun, Géographie universelle ou description de toutes les parties du monde. Tome I, Paris, 1853, pp. 1-9 ; Mélanges scientifiques et littéraires de Malte-Brun, 3 vol., édités par M. J. Nachet, Paris, 1828 ; A. V. Arnault, A. Jay, E. Jouy, J. Norvins et alii, Biographie nouvelle des contemporains ou dictionnaire historique et raisonné de tous les hommes qui, depuis la Révolution française, ont acquis la célébrité. Tome XII, Paris, 1823, pp. 335-338.

30 Allgemeine Deutsche Biographie, Volume 16, Leipzig, 1882, pp. 425-428.

31 Johan Georg Kohl, Die deutsch-russischen Ostseeprovinzen oder Natur- und Völkerleben in Kur-, Liv-und Estland, 2 volumes, Dresde, Leipzig, 1841.

32 Le titre complet du second livre est Johan Georg Kohl, Russia. St. Petersburg, Moscow, Kkarkoff, Riga, Odessa, the German provinces on the Baltic, the steppes, the Crimea and Interior of the Empire, 2 volumes, Londres, 1842. Johan Georg Kohl publiera également en 1846, à Dresde et Leipzig, deux volumes consacrés au Danemark sous le titre Reisen in Dänemark und den Herzogthümern Schleswig und Holstein, et deux autres volumes consacrés au littoral et aux îles des duchés danois Die Marschen und Inseln der Herzogthümer Schleswig und Holstein.

33 Kohl, Russia, op. cit, volume 2, p. 366.

34 Ibidem, p. 375.

35 Ibidem, pp. 383-384.

36 Ibidem, pp. 319-323, 366-367.

37 Juhan Kahk, Bauer und Baron im Baltikum. Versuch einer historisch-phänomenologischen Studie zum Thema “Gutherrschaft in den Ostseeprovinzen”, Tallinn, 1999, pp. 127-132.

38 « Presque tous les privilèges des provinces baltes de Russie, ainsi que celles des villes de Riga, Reval, de l’université de Dorpat, etc., et celles des propriétaires terriens et de la noblesse, ont été un temps mis en danger, et ont été fréquemment altérés et limités par le gouvernement russe. Nulle part cependant les Russes ne protestent-ils en faveur de l’égalité avec les Allemands de façon aussi véhémente qu’à Riga, où ils ont été obtenus en bien plus grand nombre que dans toute autre ville balte et où l’hostilité interne et les frictions entre les deux nationalités semblent avoir atteint un plus grand degré d’animosité qu’en tout autre lieu. » Kohl, Russia, op. cit., volume 2, p. 327.

39 Voir Hélène Blais, Les voyages français dans le Pacifique. Pratique de l’espace, savoirs géographiques et expansion coloniale (1815-1845), Thèse de doctorat, E.H.E.S.S., Paris, 2000 ; Jules Dumont d’Urville, Voyage autour du monde : exécuté par ordre du Roi sur la corvette de Sa Majesté “la Coquille” pendant les années 1822, 1823, 1824 et 1825, 12 volumes, Paris, 1826-1828 ; Voyage au Pôle sud et dans l’Océanie sur les corvettes “l’Astrolabe” et “la Zélée”, exécuté par ordre du Roi pendant les années 1837-1838-1839-1840 sous le commandement de M. J. Dumont-d’Urville, capitaine de vaisseau, 10 volumes, Paris, 1842-1846 ; Hyacinthe de Bougainville, Journal de la Navigation Autour Du Globe de la Frégate Thétis et de la Corvette L’Espérance, Paris, 1837.

40 M. le chevalier de Courcelles, Dictionnaire historique et biographique des généraux français, Tome I, Paris, 1820, pp. 247-250. Son véritable nom serait donc Adolphe Henri Aimery d’Aumont (1785-1849).

41 Alexandre Daumont, Voyage en Suède contenant des notions étendues sur le commerce, l’industrie, l’agriculture, les mœurs, les usages, les coutumes de ses habitans, etc., 2 volumes, Paris, 1834. On sait peu de choses sur Alexandre Daumont qu’on identifie souvent à tort avec Antoine Marie Philippe Louis d’Orléans Montpensier, né pourtant en 1824 et qui de ce fait ne peut être l’auteur de ce Voyage.

42 Ibidem, Tome premier, pp. 119-127 ; Tome deuxième, pp. 337-340.

43 Ibidem, Tome premier, pp. XXXVI-XXXVIII.

44 Ibidem, Tome premier, pp. 39-45.

45 L’auteur a l’honnêteté cependant de reconnaître que l’essentiel des informations touchant à la Dalécarlie a été tiré de l’ouvrage suédois publié en 1827 par Christian Didrik Forssell sous le titre Ett år i Sverige. Taflor af svenska almogens klädedrägt, lefnadssätt och hemseder, samt de för landets historia märkvärdigaste orter, qui sera traduit en français et publié à Stockholm en 1836.

46 Xavier Marmier, Lettres sur le Nord (Danemark, Suède, Norvège, Laponie et Spitzberg) et sur l’Islande. Tome I, Bruxelles, 1841, p. 5.

47 Sur Xavier Marmier voir sa biographie de référence : Wendy S. Mercer, The Life and Travels of Xavier Marmier (1808-1892). Bringing World Literature to France, Oxford, 2007.

48 André Monchoux, L’Allemagne devant les lettres françaises de 1814 à 1835, Paris, 1953, p. 158.

49 Xavier Marmier, Études sur Goethe, Paris, Strasbourg, 1835 ; “Souvenirs de voyage” ; “Feuilles volantes. Souvenirs d’Allemagne”, Nouvelle Revue Germanique, Tome XIII, n° 52, 1833, pp. 340-356, 356-363.

50 “Chronique de la quinzaine”, Revue des Deux Mondes, 14 mai 1836, Tome 6, pp. 509-510.

51 Les instructions données à Xavier Marmier ont été publiées dans Paul Gaimard (dir.), Voyage en Islande et au Groënland exécuté pendant les années 1835 et 1836 sur la corvette “La Recherche”, Vol. 1, Paris, 1838, pp. 54-56.

52 Xavier Marmier, “Lettres sur l’Islande”, Revue des Deux Mondes, Août 1836-Février 1837, Tomes VII-VIII ; Lettres sur l’Islande, Paris, 1837.

53 Marmier, Lettres sur l’Islande, ibidem.

54 Xavier Marmier, “Poètes et romanciers du Nord - Oehlenschlaeger”, Revue des Deux Mondes, Tome X, 1837, pp. 792-811 ; “De l’état de la littérature et de l’instruction en Danemark avant le XVIe siècle”, Revue des Deux Mondes, Tome XIII, 1838, pp. 507-522 ; Histoire de la littérature en Danemark et en Suède, Paris, 1839 ; Paul Gaimard (dir.), Voyage en Islande et au Groënland exécuté pendant les années 1835 et 1836 sur la corvette “La Recherche”. Littérature islandaise par Xavier Marmier, Paris, 1843.

55 Marmier, Lettres sur le Nord. Tome I, op. cit., p. 6.

56 Ibidem ; Xavier Marmier, Lettres sur le Nord (Danemark, Suède, Norvège, Laponie et Spitzberg) et sur l’Islande. Tome II, Bruxelles, 1841.

57 Marmier, Lettres sur le Nord. Tome I, op. cit., pp. 17-22, 29-37, 80-82.

58 Marmier, Lettres sur le Nord. Tome II, op. cit., pp. 43-47.

59 Ibidem, p. 57.

60 Ibidem, p. 71.

61 Nicole Piétri, Évolution économique de l’Allemagne du milieu du XIXe siècle à 1914, Paris, 1982, pp. 55-63.

62 Xavier Marmier, Un été au nord de la Baltique et de la mer du Nord, op. cit., pp. 2-4.

63 Les premiers guides de voyage paraissent en réalité beaucoup plus tôt, dès la fin du XVIIIe siècle, mais il faut attendre la révolution des transports modernes, l’essor des classes moyennes et les nouvelles techniques d’imprimerie au XIXe siècle pour que l’édition touristique devienne une activité florissante et populaire. Voir, Alan Sillitoe, Leading the Blind. A Century of Guidebook Travel 1815-1914, Londres, 1995 ; Kevin J. Hayes, “Baedeker Guides” ; Massimiliano Demata, “Murray’s Handbooks”, in Jennifer Speake (ed.), Literature of Travel and Exploration : An Encyclopedia, Londres, 2003, Vol. 1, pp. 58-60 ; Vol. 2, pp. 830-831.

64 Les premiers voyages, en 1841, ne concernent que l’Angleterre. Les voyages vers le continent ne sont organisés qu’à partir de 1855. A noter que pour James Cook, « le voyage n’était pas qu’une simple activité économique visant à générer des profits » et « avait aussi une dimension sociale et morale » puisqu’il s’agissait autant de démocratiser « le droit des classes moyennes et professionnelles montantes et des femmes à voyager » que de permettre à la classe ouvrière anglaise de « s’échapper de la misère des villes industrielles […] et des problèmes de santé et d’alcool ». James Elliott, Tourism : Politics and Public Sector Management, Londres, 1997, pp. 23-24.

65 Un très bon exemple en est donné par S.S. Hill qui réalise un « Grand Tour » dans la Baltique de Londres à Hambourg, puis de Kiel à Copenhague, avant de rallier Christiania (Oslo), Göteborg, Stockholm, Åbo, Helsingfors et Saint-Pétersbourg. S.S. Hill, Travels on the Shores of the Baltic. Extended to Moscow, Londres, 1854.

66 Itinéraire général des postes et relais : à l’usage des personnes qui voyagent sur le continent européen, Paris, 1822 ; Mariana Starke, Information and Directions for Travellers on the Continent, Londres, 1829.

67 Samuel Laing, un célèbre écrivain-voyageur écossais note en 1838 : « J’ai quitté Fahlun [Falun] tôt et n’ai pu parvenir à cet endroit [Sala], distant d’environ 70 miles, qu’après le minuit. J’ai été surpris par la route exécrable, les routes suédoises étant en général proverbialement bonnes. Les routes principales le sont en effet, mais les petites routes de campagne où la population est réduite ne peuvent pas être entretenues par le système suédois des corvées. En Norvège, le système fonctionne mieux, parce que les routes sont moins nombreuses et que le service apparemment meilleur qu’aujourd’hui en Suède. » Samuel Laing, A Tour in Sweden in 1838 : Comprising Observations on the Moral, Political, and Economical State of the Swedish Nation, Londres, 1839, p. 231.

68 Giuseppe Acerbi, Voyage au Cap-Nord par la Suède, la Finlande et la Laponie, Tome premier, Paris, 1804, pp. 4-5.

69 À ceci près en Norvège que dans « tous les relais, on trouve à coucher, quoique souvent assez mal, et de plus on est mal sustenté, si l’on ne s’est pas muni de comestibles », Albert Montémont, Voyages nouveaux par mer et par terre : effectués ou publiés de 1837 à 1847 dans les diverses parties du monde, Vol. 5. Europe, Paris, 1847, pp. 293-294, 298.

70 Thomas Brown, The reminiscences of an old traveller throughout different parts of Europe, Londres, 1843, pp. 170-172.

71 Hanno Beck (ed.), Alexander von Humboldts Reise durchs Baltikum nach Russland und Sibirien 1829, Stuttgart, 1983, pp. 35-39.

72 August Haxthausen, Etudes sur la situation intérieure, la vie nationale et les institutions rurales de la Russie. Vol. 1, Hannovre, 1847, pp. 78-79 ; Walter McKenzie Pintner, Russian Economic Policy Under Nicholas I, Ithaca, New-York, 1967, pp. 134-135.

73 Moritz J. Fränzl, Statistische Übersicht der Eisenbahnen, Canäle und Dampfschifffahrten Europas und Amerikas : nach allen einzelnen Staaten zusammengestellt und verglichen, Vienne, 1838.

74 [Elizabeth Rigby Eastlake], A Residence on the Shores of the Baltic, described in a series of letters. Volume 1, Londres, 1841, pp. 22-28.

75 Cette expression est empruntée à Marek Bratun, “L’art de voyager utilement selon Lichel-Georges Mniszech d’après un manuscrit inconnu”, La Revue Française, numéro spécial “La culture des voyageurs à l’âge classique : regards, savoirs et discours”. http://revuefrancaise.free.fr/Bratun.htm.

76 Eastlake, op. cit., p. 65, 130-131..

77 Ibidem., pp. 109-127.

78 Léonie d’Aunet, Voyage d’une femme au Spitzberg, Paris, 1854, pp. 1-5. Elle publie son aventure sous son nom de jeune fille. Elle connaitra la gloire des salons parisiens et les célébrités de l’époque dont Victor Hugo avec qui elle partagera une liaison mouvementée entre 1843 et 1851, date à laquelle l’écrivain est exilé à Bruxelles et définitivement séparé de sa maîtresse.

79 Ibidem, pp. 291-307.

80 Sur les origines du projet et sa réalisation voir Gustaf Adolf Lagerheim, “Notices sur les canaux de Trollhätta et de Gothie”, in Annales des ponts et chaussées, 1er semestre 1834, Paris, pp. 315-336 ; Alexandre Daumont est le premier européen à en faire une description détaillée dans Daumont, Voyage en Suède. Tome deuxième, op. cit., pp. 50-53.

81 Brown, op. cit., p. 278.

82 Manuel des passagers, voyageant sur le canal de Gothie, avec les bateaux à vapeur allant entre Stockholm et Gothembourg : et notice sur les endroits remarquables, les églises et les châteaux situés sur la route, Stockholm, 1838, 36 p.

83 Victor de Nouvion, “Fragment d’un voyage en Suède, de Gothembourg à Stockholm, par le Canal de Gothie”, Nouvelles annales des voyages et des sciences géographiques, Tome Deuxième, Paris, 1841, p. 265.

84 La seconde partie sera publiée la même année dans la même revue, Victor de Nouvion, “Fragment d’un voyage en Suède, de Gothembourg à Stockholm, par le Canal de Gothie (suite)”, Nouvelles annales des voyages et des sciences géographiques, Tome Troisième, Paris, 1841, pp. 129-186.

85 Ibidem, Tome Deuxième, p. 295.

86 Ibidem, Tome Deuxième, pp. 304-306. Voir également Frank Hall Standish, Notices on the Northern Capitals of Europe, Londres, 1838, qui consacre quelques pages au canal de Gothie, dans un style moins imagé (chapitre XXVIII, pp. 202-209.

87 Voir Gerd Stolz, Die schleswig-holsteinische Erhebung. Die nationale Auseinandersetzung in und um Schleswig-Holstein von 1848/51, Husum, 1996 ; Nick Svendsen, The First Schleswig-Holstein War, 1848 – 50, Solihull, 2008 ; Trevor Royle, Crimea : The Great Crimean War, 1854-1856, Londres, 2000 ; Alain Gouttman, La guerre de Crimée (1853-1856). La première guerre moderne, Paris, 2006 ; César Lecat de Bazancourt, L’Expédition de Crimée. La Marine française dans la mer Noire et la Baltique, Vol. II, Paris, 1858, pp. 202-423. Cet ouvrage contient un très grand nombre de documents extraits des archives de la marine.

88 Lawrence Sondhaus, Naval warfare, 1815-1914, Londres, 2001, pp. 55-63.

89 Robert Edgar Hughes, Two summer cruises with the Baltic fleet, in 1854-5, being the log of the ‘Pet’ yacht, Londres, 1855.

90 « Souvent, en voyageant en Allemagne, j’ai cherché en vain parmi les natifs de basse extraction aux visages plats, aux grands pieds, aux larges visages, une quelconque trace de race et d’origine avec nous », Ibidem, p. 33.

91 Le mot « propre » ou « propreté » revient comme un leitmotiv dans la description, des personnes, des villes ou des navires. Voir par exemple Ibidem, pp. 4, 13, 57 et surtout 122-123, où les Russes sont décrits dans les termes les plus crus pour leur saleté et leur puanteur. L’auteur persiste et signe dans la seconde édition publiée en 1856 en dépit des critiques souvent virulentes. La plus vive est sans doute celle publiée en février 1856 dans The Eclectic Review. Voir The Eclectic Review. M.DCCC. LVI, January-June, Londres, 1856, p. 199.

92 Ibidem, pp. 91-134.

93 Ibidem, p. 172.

94 Ibidem, pp. 186-190, 206-214.

95 Ibidem, pp. 213-266. Hugues se plait à fanfaronner en racontant son “épopée” à bord du Pet devant Sveaborg après sa destruction. Voulant « constater l’étendue des dommages que nous avions réellement causée et quel progrès l’ennemi avait réalisé dans la construction et l’équipement de nouveaux ouvrages de défense », il s’expose à l’artillerie russe, mais constatant que les canonniers russes tentent en vain d’atteindre le voilier, il s’exclame : « Nous ne pouvions nous empêcher de rire avec délice en observant leurs projectiles peu charitables manquer leur coup et s’abîmer stupidement l’un après l’autre dans les vagues en sifflant. » (pp. 262-263).

96 Antonio Carlo Napoleone Gallenga, The Invasion of Denmark in 1864, 2 Vol., Londres, 1864.

97 Ibidem, Vol. I, pp. 6-7.

98 Ibidem, Vol. I, pp. 61-66, 88-91, 112-113.

99 Ibidem, Vol. I, p. 69.

100 Theodor Fontane, Wanderungen durch die Mark Brandenburg, 5 Vol., Berlin, 1862-1889.

101 Theodor Fontane, Aus meinem bunten Leben : ein biographisches Lesebuch (Aus Briefen zusammengestellt von Gabriele Radecke und Walter Hettche), Munich, 1998, pp. 101-102 ; Gilbert Krebs, “Fontane et la révolution de 1848”, in Marc Thuret (ed.), Theodor Fontane. Un promeneur dans le siècle, Paris, 1999, pp. 57-58.

102 Voir sa lettre écrite de Londres en date du 27 janvier 1864 in Theodor Fontane, Unechte Korrespondenzen, Vol. 2 (édité par Heide von Streiter-Buscher), Berlin, 1996, p. 1097.

103 « Les régiments autrichiens furent accueillis lors de leur traversée de la ville [Schleswig] dans une bruyante allégresse. […] Des fenêtres et des portes volaient de jolies fleurs vers chacun des soldats, en dépit du temps hivernal. […] Nous étions libres ; nulle part la libération du joug danois n’a été plus vivement ressentie qu’ici ; aucune ville n’a autant souffert que Schleswig. » Theodor Fontane, Der Schleswig-Holsteinsche Krieg im Jahre 1864, Berlin, 1866, p. 87.

104 John Murray, A hand-book for travellers in Denmark, Norway, Sweden and Russia, Londres, 1839 ; Karl Baedeker, Schweden und Norwegen nebst den wichtigsten Reiserouten durch Dänemark, Leipzig, 1879 ; Sweden and Norway. Handbook for Travellers, Londres, 1879. Une édition française sera également publiée en 1885.

105 Il est curieux, à cet égard, qu’Alan Sillitoe n’évoque ni l’Europe du Nord, ni la Baltique dans l’un des dix-sept chapitres régionaux de son ouvrage consacré aux guides de voyage en Europe de 1815 à 1914. Sillitoe, op. cit.

106 Klinge, op. cit., pp. 124-129 ; Markku Kuisma, “Les facteurs de l’industrialisation en Finlande et dans les pays nordiques au XIXe siècle”, Revue d’Histoire Nordique, n° 1, 2e semestre 2005, pp. 54-71 ; T.K. Derry, A History of Scandinavia. Norway, Sweden, Denmark, Finland and Iceland, Londres, 1979, pp. 250-257.

107 De nombreux récits de voyage sont publiés en France dans les dernières décennies du XIXe siècle, parmi lesquels Albert Vandal, En karriole à travers la Suède et la Norwège, Paris, 1877 ; Jules de Guerne, Un voyage en Laponie. Souvenirs d’une mission scientifique, Paris, 1882 ; Paul du Chaillu, Un hiver en Laponie, Paris, 1884. Pour la Norvège, on peut citer Ludwig Passarge, Drei Sommer in Norwegen : Reiseerinnerungen und Kulturstudien, Leipzig, 1881. Passarge devint le traducteur principal de Henrik Ibsen et Bjørnstjerne Bjørnson pour la langue allemande.

108 Klinge, op. cit., pp. 130-132.

109 Theodor Fontane, Sämtliche Romane, Erzählungen, Gedichte, Nachgelassenes Werke, Schriften und Briefe, Vol. 7 (édité par Walter Keitel, Helmuth Nürnberger et Hans-Joachim Simm), Munich, 1984, 1990, pp. 9-16.

110 Parmi les très nombreux romans français, on retiendra parmi autres : Victor Hugo, Han d’Islande (1823) ; Honoré de Balzac, Séraphita (1846) ; Louis Énault, Un amour en Laponie (1861) ; Jules Verne, Un billet de loterie (1861) ; Voyage au centre de la Terre (1864) ; Michel Strogoff (1876) ; Pierre Loti, Pêcheurs d’Islande (1886) ; Jules Verne, Un drame en Livonie (1904). Il faudrait également ajouter les traductions françaises des auteurs scandinaves et russes les plus célèbres, comme Hans Christian Andersen, Bjørnstjerne Bjørnson, Selma Lagerlöf et Léon Tolstoï.

111 Deux exemples parmi d’autres : Alfred Kœchlin-Schwartz, Un touriste en Laponie, Paris, 1889 ; Paul Ginisty, De Paris au Cap Nord. Notes pittoresques sur la Scandinavie, Paris, 1897.

112 Armand de Flaux, Du Danemark : impressions de voyage, aperçus historiques et considérations sur le passé, le présent et l’avenir de ce pays, Paris, 1862 ; Hugues, op. cit.

113 Eastlake, op. cit.

114 Murray, op. cit. ; Élisée Reclus, Nouvelle Géographie Universelle. La Terre et les hommes. Vol. V. L’Europe scandinave et russe, Paris, 1880.

115 Thomas Milner, The Baltic, Its Gates, Shores, and Cities : With a Notice of the White Sea, Londres, 1854, p. V.

116 Il publie en 1846 la première édition de The Gallery of Nature, a Pictorial & Descriptive Tour Through Creation, ouvrage destiné à faire la synthèse de toutes les connaissances scientifiques de l’époque dans la foi chrétienne, considéré comme « l’ouvrage scientifique qui s’est le plus vendu durant la décennie ». Il publie quatre ans plus tard A Descriptive Atlas of Astronomy and of Physical and Political Geography, ouvrage qui inclut des planches astronomiques, géographiques et politiques en couleurs de tous les continents et de tous les pays, dont bien sûr l’Europe du Nord et la Russie. James A. Secord, Victorian sensation : the extraordinary publication, reception, and secret authorship of Vestiges of the natural history of creation, Chicago, 2000, pp. 463-464.

117 Jules Brisson et Félix Ribeyre, Les grands journaux de France, Paris, 1862, pp. 133-135.

118 Louis Léouzon Le Duc, La Finlande, son histoire primitive, sa mythologie, sa poésie épique, avec la traduction complète de sa grande épopée : le Kalewala, son génie nationel, sa condition politique et sociale depuis la conquête russe, 2 Vol., Paris, 1845 ; Le Kalevala, Vol.1. L’épopée.

119 Louis Léouzon Le Duc, La Baltique, Paris, 1855, pp. II-III.

120 Sur ce dernier point voir Marc Auchet et Annie Bourguignon (eds.), Aspects d’une dynamisation régionale : les pays nordiques dans le contexte de la Baltique, Nancy, 2001.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search