Version classiqueVersion mobile

Banques, industrie et Europe du Nord

 | 
Jean-François Berdah

Deuxième partie. Hommage à Bertrand de Lafargue

Caractéristiques du système norvégien de caisses d’épargne à la fin du XIXe siècle

Åsmund Egge

Texte intégral

1Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, le système norvégien de caisses d’épargne fut intégré au système norvégien de distribution du crédit, et occupa progressivement une place si importante qu’il est nécessaire d’analyser son évolution à la lumière des changements structurels de la vie économique dans son ensemble. Une étude complète et fondée de ce problème ne s’inscrit pas vraiment en tant que telle dans le cadre du présent article. Nous nous limiterons ici à certaines problématiques et hypothèses.

  • 1 Les diagrammes et tableaux se fondent en premier lieu sur les statistiques annuelles sur l (...)

2À la fin de l’année 1880, 311 caisses d’épargne en Norvège avaient accumulé un actif d’un total de près de 157 millions de couronnes norvégiennes.1 Si l’on compare ce chiffre à ceux de 1850 – 90 caisses d’épargne totalisant un actif de 19 millions de couronnes –, on note l’importance du développement du système norvégien de caisses d’épargne au cours de cette période. Dans cette même période, le nombre de déposants – ou plus exactement le nombre de comptes de dépôt – fut multiplié par plus de cinq, passant de 53 000 en 1850 à 274 000 en 1880. D’où une augmentation d’environ un déposant pour 26 habitants en 1850 contre un déposant pour 7 habitants en 1880.

3Le diagramme 1 illustre ce développement entre les années 1840 et 1880 et montre la façon dont la croissance se répartit entre les caisses d’épargne des villes et celles des campagnes.

Diagramme 1. Croissance nette des caisses d’épargne entre 1840 et 1890. Les caisses d’épargne des villes sont marquées en noir.

Diagramme 1. Croissance nette des caisses d’épargne entre 1840 et 1890. Les caisses d’épargne des villes sont marquées en noir.

4Nous observons que la création de caisses d’épargne connut une reprise nette et forte – notamment dans les districts ruraux – lors de la décennie 1855-1865. La période propice de la première moitié des années 1870 avait en revanche conduit à une baisse de la création de nouvelles caisses d’épargne ; par contre, ce fut précisément au cours de ces années de prospérité que l’actif total s’accrut le plus. Le diagramme 2 montre la croissance de l’actif total de 1870 à 1900.

5Entre 1870 et 1875, l’actif total accumulé par les caisses d’épargne du pays augmenta de 55 %. Lors des cinq années suivantes de mauvaise conjoncture, on observa une stagnation de la croissance de l’actif total, tandis que la constitution de nouvelles caisses d’épargne connut au contraire une nouvelle reprise. La conjoncture des années 1880 se manifesta de façon similaire, mais moins marquée.

6L’impact de la conjoncture sur la création de caisses d’épargne ne fait que confirmer ce qui est déjà connu de tous, à savoir que ce n’était plus un objectif philanthropique ou social qui était à l’origine de la formation des caisses d’épargne, comme cela avait été le cas au début. La création et l’activité des caisses d’épargne furent désormais étroitement liées au développement de la vie économique du pays.

Diagramme 2. Actif total des caisses d’épargne de 1870 à 1900 (millions de couronnes norvégiennes)

Diagramme 2. Actif total des caisses d’épargne de 1870 à 1900 (millions de couronnes norvégiennes)

7On peut trouver des traces de cette transformation du contenu du mouvement des caisses d’épargne dès avant la moitié du siècle, mais cela ne se fit qu’au cours des années 1850-60. L’économie monétaire avait désormais fait son entrée dans les campagnes. Grâce aux progrès de l’agriculture dans les années 1840 et surtout dans les années 1850, les paysans eurent plus qu’auparavant les moyens de contracter des dettes. L’apparition de changements dans les méthodes d’exploitation, l’accélération du remembrement et la pratique toujours plus étendue des paiements en espèces lors des partages de succession sont des facteurs qui engendrèrent en même temps un besoin croissant d’emprunter dans les campagnes. Il en résulta aussi une multiplication des caisses d’épargne rurales.

8Très souvent, ces dernières furent instituées à la suite de la fermeture du magasin à blé local, et les moyens qui étaient libérés par la liquidation du magasin à blé étaient d’habitude utilisés comme capital de base ou apport financier au capital de base de la nouvelle caisse d’épargne. Le lien entre la fermeture des magasins à blé et la création de caisses d’épargne indique en soi quelle place le prêt avait pu occuper dans le contexte de la création des caisses d’épargne. Même si la plupart des caisses d’épargne avaient, il est vrai, gardé le traditionnel paragraphe sur l’objectif philanthropique de l’époque des premières caisses d’épargne, il ne faut pas que cela nous conduise à croire que la philanthropie était restée l’objectif premier de l’activité des caisses d’épargne, ou bien qu’il sous-entendait toujours leur création. Les caisses d’épargne urbaines furent elles aussi influencées par cette évolution, même si d’autres facteurs que les changements du secteur de l’agriculture jouèrent. Nous y reviendrons plus tard.

9La raison de l’énorme augmentation du nombre de caisses d’épargne pendant la seconde moitié des années 1850 et la première moitié des années 60 réside dans les changements structurels sous-jacents de la vie économique. Mais déjà à cette époque, la conjoncture à court terme peut également avoir eu au moins une influence marginale sur la création de nouvelles caisses d’épargne. La crise économique de 1857 contribua notamment à renforcer le besoin d’emprunter de l’argent. Durant la première moitié des années 1860, l’agriculture norvégienne connut du reste une période de crise, surtout dans la Norvège de l’Est.

10Quel fut le développement des caisses d’épargne en Norvège par rapport aux autres pays à la même époque ? Le tableau 1 donne un aperçu sur quelques pays pour l’année 1884, au sujet : 1) du nombre d’habitants par caisse d’épargne (filiales comprises), 2) du pourcentage de déposants par rapport au nombre d’habitants, 3) du montant moyen par habitant (en couronnes norvégiennes) des créances des déposants et 4) du montant moyen des dépôts (ou plus exactement : la somme moyenne déposée sur chaque livret de caisse d’épargne), également en couronnes norvégiennes.

Tableau 1. Caisses d’épargne dans quelques pays en 1884 (indication du contenu du tableau dans le texte)

1 2 3 4
Norvège
Suède
Danemark
Prusse
France
5.951
4.800
3.800
11.460
17.470
18,8
19,8
32,3
13,4
11,4
82,23
42,28
183,05
64,24
26,91
437
218
567
479
242
  • 2 Proposition n° 27 de l’Odelsting, 1886.

11Nous remarquons que le nombre de localités ayant une caisse d’épargne était proportionnellement plus élevé dans les pays scandinaves qu’en Prusse ou en France. En ce qui concerne le nombre de déposants, le Danemark constitue un cas à part dans la mesure où près d’un habitant sur trois détenait un livret de caisse d’épargne, en supposant que très peu de gens avaient plus d’un livret. La Norvège et la Suède se situaient à peu près sur le même plan, avec un livret de caisse d’épargne pour un peu moins de cinq habitants. Pour ce qui est de la somme moyenne déposée sur chaque livret, nous notons une différence intéressante entre les pays scandinaves : les sommes moyennes déposées étaient beaucoup moins élevées dans les caisses d’épargne suédoises que dans les caisses d’épargne danoises et norvégiennes. Ceci indique que les caisses d’épargne suédoises recrutaient en fait en grande partie leurs déposants parmi les véritables petits épargnants. La partie de la population qui disposait de plus de moyens se servait d’autres possibilités de placement, qu’il s’agisse de dépôts dans des banques privées, d’achats de valeurs mobilières ou d’autre chose. Quant à la France, où l’on observe le même phénomène, on sait qu’une grande partie de la bourgeoisie plaçait son argent en bons du Trésor étrangers. Au demeurant, en France, les sommes déposées supérieures à 2000 francs étaient au bout d’un certain temps automatiquement utilisées pour l’achat de bons du Trésor. Pour de plus petites créances, les conseils d’administration des caisses d’épargne permettaient aussi sans frais l’achat de telles valeurs mobilières.2

12En Norvège et au Danemark, les caisses d’épargne ont probablement obtenu une plus grande partie des moyens des épargnants les plus aisés. Ceci a aussi eu un impact sur le rôle des caisses d’épargne en tant que collecteurs de capital et de distributeurs de crédit, et par conséquent sur leur importance dans la vie économique. Il ressort de la rubrique 3 du tableau 1 que des cinq pays, seules les caisses d’épargne du Danemark avaient accumulé un plus grand capital que celles de la Norvège, par rapport au nombre d’habitants. Mais ceci n’implique évidemment pas qu’il y ait nécessairement eu plus d’épargne privée en Norvège que par exemple en Suède ou en France. Cela peut plutôt signifier un manque d’alternatives dans les placements ; le chiffre d’affaires des valeurs mobilières était donc faible en Norvège. Et comme nous le verrons plus bas, le système de banques privées en Norvège était très peu développé à cette époque.

13Le système norvégien de caisses d’épargne de l’époque se caractérisait notamment par ses différences marquées entre les caisses d’épargne des villes et celles des campagnes. Il ressort du diagramme 1 que les caisses d’épargne régionales en 1880 étaient plus nombreuses, mais que leur taille et leur importance économique étaient cependant loin d’égaler celles des caisses d’épargne des villes, comme le montre le tableau 2.

Tableau 2. Caisses d’épargne des villes et caisses d’épargne des campagnes en 1880

Tableau 2. Caisses d’épargne des villes et caisses d’épargne des campagnes en 1880

14Nous voyons que les caisses d’épargne des villes, qui, en 1880, ne représentaient que 20 % des caisses d’épargne du pays entier, comptaient plus de 60 % des déposants et presque 65 % de la totalité des sommes déposées, tandis que les caisses d’épargne rurales, qui représentaient 80 % de l’ensemble des caisses d’épargne, avaient moins de 40 % des déposants et seulement 35 % des sommes déposées. La différence entre la taille moyenne des caisses d’épargne des villes et celles des campagnes était énorme. Les caisses d’épargne urbaines avaient en moyenne près d’un million et demi de couronnes norvégiennes en dépôt, alors que les caisses d’épargne rurales n’en détenaient que 196 000. En revanche, la somme moyenne déposée par chaque personne n’était pas très différente entre les villes et les campagnes.

  • 3 Johan Schreiner, La caisse d’épargne d’Aker au fil des ans : entre 1844 et 1944 (Akers spa (...)

15La contribution des régions rurales aux dépôts des caisses d’épargne n’était pas si limitée que le laissent croire les chiffres. Les paysans et les habitants de régions périurbaines utilisaient souvent les caisses d’épargne urbaines, tandis que le contraire – le fait que les gens des villes aillent confier leur argent à des banques rurales – n’était guère fréquent. Mais cela arriva. La caisse d’épargne d’Aker figurait ainsi en tant que caisse d’épargne rurale dans les statistiques. Nous savons pourtant qu’à cette époque, il s’agissait principalement d’une banque destinée aux habitants de Kristiania (Oslo).3 La caisse d’épargne d’Aker constituait quand même une exception.

  • 4 Les « billets à courte échéance » (vekselobligasjon) constituent des titres de créances qu (...)

16Dans un autre domaine, la politique de prêt, on trouve aussi une profonde différence entre les caisses d’épargne des villes et celles des campagnes. La principale forme de prêt dans les caisses d’épargne norvégiennes vers 1880 était les prêts sous forme de « billets à courte échéance ».4 Les prêts sur obligations hypothécaires étaient de loin les moins courants et, assez paradoxalement, les moins répandus dans les campagnes.

Tableau 3. Prêts des caisses d’épargne sur lettres de change/billets à courte échéance et obligations hypothécaires, en pourcentage de l’actif total en 1884

Tableau 3. Prêts des caisses d’épargne sur lettres de change/billets à courte échéance et obligations hypothécaires, en pourcentage de l’actif total en 1884
  • 5 Proposition n° 27 de l’Odelsting, 1886, p. 4.

17Ces chiffres ne reflètent cependant pas d’une façon adéquate la politique réelle en matière de prêt bancaire. En effet, il n’était pas inhabituel de voir des prêts sous forme de billets à courte échéance être garantis par le dépôt d’obligations hypothécaires ou autres titres de garantie sur des biens immobiliers. Les gens de l’époque en étaient pleinement conscients et en avaient tiré les conséquences dès 1885, lors de l’élaboration des statistiques sur les caisses d’épargne. Désormais, ils ne regardaient plus la forme du prêt, mais le contenu réel de la dette.5

Tableau 4. Prêts des caisses d’épargne sur garantie immobilière et sur garantie personnelle, en pourcentage de l’actif total en 1885

Tableau 4. Prêts des caisses d’épargne sur garantie immobilière et sur garantie personnelle, en pourcentage de l’actif total en 1885

18En 1885, 68 % de l’actif total faisaient l’objet d’un prêt sur garantie personnelle, tandis que 13,7 % étaient garantis par des hypothèques. Si l’on suppose qu’il ne s’est pas produit de changements particuliers dans les formes de prêt entre 1884 et 1885, nous observons qu’environ 5,5 % de l’actif total étaient constitués de billets à courte échéance, garantis au moyen de titres sur les hypothèques. Cette forme de prêt devint de plus en plus courante vers la fin du siècle, représentant en 1900 9,1 % de l’actif total cumulé. Les chiffres de 1885 montrent cependant qu’une très grande partie des prêts – près de 70 % – étaient accordés exclusivement sur garantie personnelle. Pour les caisses d’épargne rurales, cette part n’atteignait pas moins de 84,2 %.

  • 6 Proposition n° 27 de l’Odelsting, 1886. Ingemar Nygren, Prêts des caisses d’épargne suédoi (...)

19Lorsque l’on examine la politique de prêt des caisses d’épargne d’autres pays à cette époque, c’est une tout autre image qui apparaît.6 En 1883, il n’y avait, respectivement au Danemark et en Prusse, que 10,5 % et 9 % des fonds des caisses d’épargne qui étaient prêtés sur garantie personnelle. Dans les caisses d’épargne suédoises, ce crédit personnel concernait une partie beaucoup plus grande des prêts, mais toutefois moins élevée qu’en Norvège. En 1885, les créances sur caution représentaient à peine 34 % de l’actif total cumulé dans les caisses d’épargne suédoises, tandis que les prêts sur gages immobiliers ou sur effets mobiliers se montaient à 43,5 %. En ce qui concerne aussi la Suède, il existait les mêmes grandes différences entre les plus grandes caisses d’épargne urbaines et les petites banques de campagne ; l’écart était en effet même encore plus important qu’en Norvège. Même si les catégories des statistiques sur les caisses d’épargne sont assez différentes dans les pays et que nous devons donc rester prudents pour entreprendre la comparaison en nous fondant sur les statistiques officielles, ces chiffres donnent cependant l’impression d’un grand écart entre les systèmes de caisses d’épargne des différents pays au niveau du rôle du crédit personnel.

20Les prêts hypothécaires constituaient une forme de placement plus sûre que les prêts sur garantie personnelle. Pourtant, la garantie pouvait aussi être renforcée par l’assurance d’un solide portefeuille de titres ; ce fut le cas dans une certaine mesure des grandes banques. Nous avons vu dans le tableau 3 les portefeuilles de lettres de change/de billets à courte échéance et les obligations hypothécaires des caisses d’épargne. Si nous regardons le pourcentage des autres postes de l’actif total, nous avons pour 1884 les chiffres suivants :

Tableau 5. Le placement en titres, dans d’autres banques et l’encaisse des caisses d’épargne, en pourcentage de l’actif total en 1884

Tableau 5. Le placement en titres, dans d’autres banques et l’encaisse des caisses d’épargne, en pourcentage de l’actif total en 1884

21Les 2 à 3 % restants (approximativement) se répartissent sur d’autres prêts, le capital immobilisé ainsi que les intérêts moratoires et les frais des avances consenties. Le crédit par caisse restait encore inhabituel dans les caisses d’épargne de l’époque.

22Les titres regroupaient essentiellement des obligations de l’État et des communes, des obligations de la Banque Hypothécaire (Hypothekbanken) ou des actions à la Banque de Norvège (Norges Bank (la banque centrale)). Les autres actions ou titres ne correspondaient qu’à de petits postes. Les valeurs mobilières représentaient donc avec les obligations hypothécaires un moyen de placement relativement sûr. En même temps, étant donné qu’ils étaient aussi faciles à réaliser, ils représentaient avec les encaisses et les dépôts en compte des autres banques, la réserve de liquidités des caisses d’épargne. Mais il est à noter que ces postes étaient petits ; pour les petites banques régionales, ils étaient insignifiants. Les portefeuilles de titres ne se trouvaient pratiquement pas dans ces caisses d’épargne.

23Le placement en titres n’était pas seulement faible par rapport à ce qu’il allait devenir ultérieurement dans les caisses d’épargne en Norvège ; il ne représentait qu’une fraction de ce qui était pratiqué par les caisses d’épargne des autres pays à cette époque. À la fin de l’année 1883, la part des titres par rapport à l’actif total était donc répartie comme suit, dans un certain nombre de pays :

Tableau 6. Placements en titres dans les caisses d’épargne, en pourcentage de l’actif total, dans un certain nombre de pays à la fin de l’année 1883

Norvège 7,6
Suède 13,0
Danemark 25,1
Prusse 26,2

24En Norvège, la situation était à vrai dire nettement plus favorable pour les caisses d’épargne des villes (voir tableau 5).

  • 7 Respectivement les caisses d’épargne de Leksviken et de Hvaløerne, cf. Statistiques sur le (...)

25Le portefeuille de titres des autres banques n’était pas lui non plus grand et les encaisses étaient extrêmement faibles. En comptant les titres, les dépôts en comptes dans les autres banques et les encaisses comme réserves de liquidités, cela s’élevait en 1884 en moyenne à 15,2 %, contre seulement 6 % de l’actif total cumulé des caisses d’épargne des campagnes. Les statistiques des caisses d’épargne de l’époque présentent les exemples les plus curieux concernant la politique relative aux prêts ou aux liquidités. Ainsi, une banque avait, en 1885, 344 couronnes norvégiennes en caisse et 327 en dépôts de comptes dans d’autres banques. Le reste de l’actif total, s’élevant à 214 350 couronnes norvégiennes, était utilisé en prêts sur billets à courte échéance. Une autre banque était même dans une situation encore pire, si l’on peut dire. Cette même année, l’ensemble de son actif, à savoir 142 190 couronnes norvégiennes, avait servi à des prêts sur billets à courte échéance, à part une encaisse de 16 couronnes norvégiennes !7 Il est vrai que la plupart des banques avaient parmi leurs créances à recouvrer un certain nombre d’emprunts sur obligations hypothécaires et avaient d’habitude des encaisses plus grandes. Mais ces exemples ne sont pourtant pas aussi exceptionnels. Nous trouvons aussi des situations similaires dans les petites caisses d’épargne urbaines.

  • 8 Circulaire du Ministère norvégien des Finances en date du 27 déc. 1856 dans Lois et ordonn (...)

26À côté de la politique de prêt, d’autres facteurs jouaient un rôle dans l’estimation de la solvabilité des caisses d’épargne, comme par exemple le montant du capital de base et des règles relatives à l’emploi d’un éventuel excédent. Le capital de base était à l’origine apporté soit grâce à des contributions privées, soit par des prêts ou des contributions de la commune – souvent, lorsque les ressources de la liquidation du magasin à blé du village étaient mises à disposition – ou par une combinaison de ces formes de contributions. Le capital était ensuite augmenté par l’apport des excédents des caisses d’épargne, année après année. Il était assez courant de voir dans les règlements internes des caisses d’épargne contenir des dispositions portant sur le montant du capital de base et sur l’emploi d’un éventuel excédent en plus du montant minimal fixe du capital. En 1856, les autorités exigèrent de leur côté que chaque règlement interne des caisses d’épargne contienne de telles clauses. Il était ainsi suggéré que le montant minimal fixe du capital de base dût être égal au moins à 1/15 des sommes déposées. Quelques années plus tard, le Ministère des Finances proposa que cette fraction passe à 1/l0, sans que cela devienne une exigence absolue.8

27Que ce fût en raison d’une injonction émanant des autorités ou bien de facteurs indépendants des ordonnances du ministère, il fut en tout cas établi que les caisses d’épargne norvégiennes avaient un capital propre plus important que celui des pays voisins :

Tableau 7. Capital propre des caisses d’épargne en pourcentage du montant total des dépôts en 1884

Norvège 12,9
Suède 7,6
Danemark 6,3
Prusse 6,5
France 2,3

28Il y avait en Norvège peu de différences entre villes et campagnes à ce sujet ; au début des années 1880, les caisses d’épargne de campagne étaient dans une situation plus favorable que celles des villes (14,0 % contre 12,2 % en 1884).

29On peut ainsi affirmer que les caisses d’épargne norvégiennes avaient regagné une partie de ce qu’elles avaient perdu en garanties par l’activité du prêt, en maintenant un capital propre relativement élevé. D’un autre côté, cela ne faisait pas de différence quant aux liquidités des banques, la plus grande partie du capital propre étant prêtée.

  • 9 Nygren, op.cit. p. 13 et suiv.

30L’inégalité que nous avons constatée en matière de politique de placements des caisses d’épargne en Norvège et dans d’autres pays est si frappante qu’un commentaire plus détaillé s’impose. Nous ne disposons pas d’une étude systématique et poussée de la politique de prêt des caisses d’épargne norvégiennes. En Suède, en revanche, de telles recherches ont été entreprises. La Suède est du reste le pays où la politique de prêt des caisses d’épargne ressemble le plus à celle que nous trouvons en Norvège. L’auteur de ce travail sur la Suède, Ingemar Nygren, indique que le crédit personnel était prédominant dans les caisses d’épargne suédoises de la première moitié du XIXe siècle. Ceci se comprend à la lumière de l’existence de l’activité primitive, peu développée et à but philanthropique des mouvements des caisses d’épargne, souligne-t-il.9 Les petits crédits sur garantie personnelle convenaient bien à un marché financier dont le taux d’intérêt était rigide et immuable. Cela répondait à certaines exigences relatives aux liquidités et aux garanties à travers son mode de répartition en deux petits postes sur une zone d’activité limitée et connue. Les souscriptions pouvaient être faites selon un modèle issu des établissements de crédit d’État, ce qui satisfaisait une large clientèle d’emprunteurs. Enfin, on avait une autre vision de ce que représentaient des placements sûrs à l’époque ; on prenait en considération dans une large mesure la solidité financière personnelle et la solvabilité de l’emprunteur ainsi que de sa caution, alors que l’on faisait moins attention à la garantie réelle. Par ailleurs, les prêts sur obligations hypothécaires constituaient une charge pour les emprunteurs, à la fois en raison de leurs formalités plus compliquées et de leurs formes de prêt désavantageuses étant donné que l’écart entre la valeur de l’estimation des biens immobiliers et leur valeur réelle augmentait constamment.

  • 10 Bjørn R. Rønning, Le système norvégien de caisses d’épargne jusqu’en 1850 (Det norske spar (...)
  • 11 Åsmund Egge, Les commissions d’escompte de l’État. Le Ministère des Finances en tant que b (...)

31Cette situation correspondait assez à celle de la Norvège au début de cette époque. Il semble que le prêt sur billets à courte échéance fût la forme la plus courante de prêt dans la plupart des caisses d’épargne norvégiennes.10 Dans certaines des plus grandes caisses d’épargne des villes, les prêts sur obligations hypothécaires étaient néanmoins également répandus.11

32En Suède, la politique de prêt a connu des transformations au cours des années 1850 et 1860. Le prêt sur garantie personnelle diminua et le nombre de prêts hypothécaires de l’actif total s’accrut. Cela concernait en premier lieu les grandes caisses d’épargne des villes. Les petites caisses d’épargne des campagnes maintinrent en grande partie les anciens modèles de placements. Nygren cherche à expliquer l’évolution de la Suède sur ce plan par le fait que l’accroissement des caisses d’épargne avait créé avec le temps une demande de prêt d’une région plus étendue. Il fallait donc pallier la connaissance sans cesse plus faible de la situation des personnes par une évaluation plus homogène et impersonnelle du crédit, ce qui fut réalisé à travers l’exigence d’une utilisation des garanties réelles. Comme les montants des prêts avec garanties réelles étaient souvent plus élevés que les montants des prêts de la caution, les frais d’administration pouvaient être freinés. Nygren relève aussi que les prêts hypothécaires occupèrent d’abord une place de premier ordre au sein des caisses d’épargne dont les membres du conseil d’administration étaient recrutés dans la couche sociale ayant l’expérience pratique des activités commerciales ou une solide formation juridique et administrative. Dans les petites caisses d’épargne dont les membres du conseil d’administration se réunissaient dans leur temps de loisirs, il était naturel de continuer à utiliser la forme de crédit la plus simple et la plus facile à manier.

  • 12 Egge, op.cit. Appendice. La proportion d’obligations hypothécaires parmi les prêts dans le (...)
  • 13 Par ex. les caisses d’épargne de Drammen et de Tønsberg. Ibid.

33En Norvège, l’évolution fut tout autre. La garantie personnelle maintint une forte position. En 1885, elle représentait, comme nous l’avons vu, plus des 2/3 de l’actif total cumulé, contre environ 1/3 en Suède. Il convient ici de distinguer les caisses d’épargne des villes de celles des campagnes. Les petites caisses d’épargne de campagne en Norvège affichaient le même modèle que leurs équivalents en Suède – à savoir la domination totale du crédit personnel. Ce fut en premier lieu la politique de placements des caisses d’épargne urbaines qui s’éloigna du modèle suédois. Alors que les caisses d’épargne urbaines suédoises augmentaient donc leurs portefeuilles d’obligations hypothécaires aux dépens du crédit sur garantie personnelle, les prêts sur billets à courte échéance avaient conservé – et renforcé – leur forte position dans les caisses d’épargne urbaines norvégiennes.12 Il est vrai que quelques banques qui auparavant n’avaient pas du tout eu de portefeuilles d’obligations hypothécaires commencèrent au cours des années 1850 et 1860 à accorder ce type de prêts, mais à une échelle très modeste.13 Il apparaît que ce fut surtout la crise économique de 1857 qui conduisit fortement à une baisse des portefeuilles d’obligations hypothécaires dans les caisses d’épargne urbaines.

34Lorsque l’on compare la politique de prêt des caisses d’épargne norvégiennes et suédoises, il s’avère nécessaire de distinguer entre les caisses d’épargne des campagnes et celles des villes. Aussi bien en Norvège qu’en Suède, les petites caisses d’épargne rurales étaient gérées dans le cadre de l’économie locale de campagne. L’activité était claire, et généralement, les membres du conseil d’administration connaissaient personnellement la situation économique des emprunteurs et de leurs garants. C’était notamment la raison pour laquelle il était moins risqué de prêter une grande partie de l’actif total sur garanties personnelles. Les prêts sur garantie personnelle constituaient en outre, à la fois en Norvège et en Suède, la forme de prêt la plus simple et la plus maniable, et ceci n’en était pas moins essentiel dans les petites banques dont les dirigeants travaillaient dans leur temps de loisirs et manquaient, la plupart du temps, à la fois de solides connaissances techniques en matière bancaire et d’expérience pratique de l’activité bancaire. En quelque sorte, on peut dire que les aspects “primitifs” qui avaient caractérisé le mouvement des caisses d’épargne au début de la période continuaient de marquer de leur empreinte les petites caisses d’épargne des campagnes.

35Il n’y a toutefois pas lieu de percevoir ce “caractère primitif” comme le résultat d’une activité de caisse d’épargne non développée et à but philanthropique. La création de banques rurales doit, comme nous l’avons déjà mentionné, être considérée comme une réponse à un fort besoin d’emprunt de la part de la population paysanne. Ces caisses d’épargne avaient principalement été instituées dans l’optique de la réponse à un besoin local de crédit au sein d’une économie agraire basée sur les activités de petits propriétaires, et c’est à la lumière de cette fonction spéciale de distribution de crédit que nous devons voir la position dominante du crédit personnel. Tandis que les besoins personnels de personnes privées en matière de crédit personnel dans d’autres pays étaient presque exclusivement couverts par des banquiers privés ou des banques d’actions – en Allemagne et dans quelques autres endroits, ces besoins étaient en partie aussi couverts par différentes sortes de sociétés de crédit foncier ou de “banques populaires” –, il y eut dans les provinces en Norvège et en Suède des caisses d’épargne qui se chargeaient de ce type de distribution de crédit.

36En ce qui concerne les caisses d’épargne norvégiennes des villes, la politique de prêt se distingua clairement, comme nous l’avons vu précédemment, de la politique de placement menée par les caisses d’épargne suédoises des villes. Donc l’explication de Nygren sur ces changements dans la politique de prêt des caisses d’épargne suédoises ne peut pas s’appliquer au contexte norvégien. Soit les facteurs que Nygren mentionne concernant les changements dans la politique de prêt des caisses d’épargne n’eurent que peu d’importance à cette époque, soit d’autres facteurs eurent un effet décisif en Norvège et donnèrent un résultat différent pour lesdites caisses d’épargne urbaines.

  • 14 En Suède, l’impact de la conjoncture sur la politique de prêt fut à l’opposé, probablement (...)

37Les prêts sur garanties personnelles avaient tendance à augmenter aux dépens des prêts sur obligations hypothécaires lors des périodes de pénurie. Ceci reflétait à la fois la préférence des caisses d’épargne pour les prêts sur billets à courte échéance et le besoin des emprunteurs d’un crédit à court terme sur garanties personnelles dans une situation de crise. Dans les périodes de prospérité, les caisses d’épargne éprouvaient en revanche des difficultés à faire placer leurs fonds exclusivement en prêts sur billets à courte échéance, et devaient par conséquent recourir à des prêts sur obligations hypothécaires ou placer les bénéfices dans d’autres banques.14 Quelques caisses d’épargne urbaines commencèrent également à acheter des valeurs mobilières. Le résultat fut que le portefeuille d’obligations hypothécaires et de titres devenait relativement plus important lorsque le marché monétaire était large. Ceci fut surtout net dans les années 1870. Au cours de la première moitié de cette décennie, on disposait de beaucoup de fonds, mais lors de la seconde moitié des années 1870, le marché monétaire se rétrécit. Ce revirement conjoncturel se produisit en 1875. Les placements des caisses d’épargne des moyens respectivement en lettres de change/billets à courte échéance et obligations hypothécaires/titres dans les années 1870 sont illustrés dans le tableau 8.

38Mais ces changements étaient en soi de caractère éphémère et pouvaient à peine entraîner autre chose que des effets purement marginaux sur la répartition des fonds destinés aux prêts. Les conjonctures n’ont donc pu avoir de signification décisive quant à la tendance à long terme.

Tableau 8. Prêts des caisses d’épargne en lettres de change/billets à courte échéance et obligations hypothécaires/titres dans les années 1870. Montant absolu (en milliers de couronnes norvégiennes) et en pourcentage de l’actif total

Tableau 8. Prêts des caisses d’épargne en lettres de change/billets à courte échéance et obligations hypothécaires/titres dans les années 1870. Montant absolu (en milliers de couronnes norvégiennes) et en pourcentage de l’actif total
  • 15 Voir par ex. Nikolai Rygg, Histoire de la Banque de Norvège (Norges banks historie[en norv (...)
  • 16 Sur les changements intervenus en Suède en matière de réglementations sur les intérêts, vo (...)

39L’un des facteurs qui furent avancés à la fois à cette époque et après, comme une explication de la forte position des billets à courte échéance en Norvège, est la législation norvégienne sur le taux d’intérêt.15 Et c’est sans aucun doute une explication plausible. De 1842 à 1851 et encore après 1857, le taux d’intérêt sur les billets à courte échéance étaient libres, mais ceux sur les obligations hypothécaires étaient limités par la loi, à 5 % pour les caisses d’épargne. Entre 1851 et 1857, le taux d’intérêt sur les billets à courte échéance étaient aussi fixes, mais s’élevaient à un pour cent de plus que ceux des obligations hypothécaires. Les provisions sur le taux d’intérêt après 1842 favorisaient par conséquent nettement les prêts sur garanties personnelles. La pratique courante de l’escompte d’obligations hypothécaires fournit en outre un taux d’intérêt effectif souvent encore plus élevé que ce que les lois sur le taux d’intérêt ne laissaient prévoir ; l’escompte sur les lettres de change n’avait en effet pas force de loi. Lorsque plusieurs dettes hypothécaires revêtaient en fait la forme de prêts sur billets à courte échéance, il se peut que ce soit ici qu’il faille chercher l’explication. Mais il s’avère que le problème n’est pourtant pas si simple. D’une part, les réglementations suédoises de 1863 sur le taux d’intérêt maximum furent abrogées pour les titres de créances de 6 mois ou moins sans hypothèques immobilières.16 Après cette période, il existait ainsi en Suède aussi une différence entre le taux d’intérêt sur les prêts hypothécaires et ceux relatifs au crédit personnel, sans qu’il semble y avoir eu une influence sur l’évolution de la situation entre les deux formes de distribution de crédit. Il est vrai que le taux d’intérêt sur les prêts hypothécaires étaient plus élevés d’un pour cent en Suède par rapport à la Norvège et qu’en plus, le crédit personnel en Suède n’avait pas la forme d’escompte des billets à courte échéance. Sans examen plus approfondi, il est difficile d’évaluer la portée pratique que les changements en matière de réglementations sur le taux d’intérêt peuvent avoir engendrés.

40L’évolution de la politique des prêts après 1888, l’année de la libération des taux d’intérêt en Norvège, nous permet d’élever une objection plus pertinente quant à l’impact de la loi sur les taux d’intérêt des prêts hypothécaires sur les types des prêts. Contrairement à la Suède où le crédit personnel était justement à cette époque à nouveau dans une phase de régression rapide, les billets à courte échéance restaient la forme dominante de prêts dans les caisses d’épargne norvégiennes, même si les prêts hypothécaires venaient effectivement augmenter leur part jusqu’à la fin du siècle. Nous avons vu que la part des billets à courte échéance avec garantie en titres avec hypothèques était passée d’environ 5,5 % à 9,1 % de l’actif total entre 1885 et 1900. Ceci n’a bien entendu plus rien à voir avec les réglementations sur le taux d’intérêt. À vrai dire, le taux d’intérêt de fait était d’habitude plus élevé pour les prêts sur garantie personnelle que les prêts hypothécaires. Mais il est difficile de voir qu’il devrait y avoir une différence entre les situations norvégienne et suédoise à cet égard.

41Nous ne pouvons pas faire abstraction du fait que la législation en matière de taux d’intérêt en Norvège peut avoir contribué à conserver et renforcer un modèle de prêt qui, sinon, aurait peut-être évolué dans le sens de ce qui s’est produit en Suède. Dans ce cas-là, l’explication du fait que ce modèle de prêt se soit maintenu aussi longtemps après l’abrogation de la loi sur le taux d’intérêt peut résider dans une certaine inertie de la situation. Lorsque certaines formes de prêt furent d’abord introduites et qu’une pratique déterminée dans ce domaine avait été courante pendant longtemps, on ne pouvait pas s’attendre à ce qu’une telle évolution se fasse d’un seul coup du tout au tout. Les prêts sur billets à courte échéance constituaient une forme simple de prêt. Ils étaient aussi connus des emprunteurs et largement répandus. Pour les petites caisses d’épargne de campagne, les avantages concernant le maintien d’une forme de prêt simple et connue de tous devaient paraître indéniables. Avec l’activité localement délimitée et facile à suivre que menaient ces banques, les protestations habituelles contre le crédit personnel ne furent pas non plus considérées comme étant d’importance si capitale. Lorsqu’une part croissante de la dette hypothécaire réelle à la fin du XIXe siècle prit la forme d’un prêt sur billets à courte échéance, cela dut être au moins une explication partielle. Il est en revanche plus difficile de se représenter le fait que de telles situations peuvent avoir été décisives pour les grandes caisses d’épargne des villes.

42Il est difficile d’évaluer l’impact que ce qui s’est passé au niveau du taux d’intérêt a pu avoir par rapport aux autres facteurs. Il y a en tout cas des raisons de douter que ce facteur ait été aussi important comme certains étaient enclins à penser. D’autres facteurs doivent au moins être débattus.

43Nous avons vu que la domination du crédit personnel dans les caisses d’épargne de campagne était une conséquence naturelle de la fonction spéciale de ces banques en tant qu’institutions de distribution du crédit au niveau local dans le cadre même d’une structure économique spéciale avec des régimes particuliers de propriété et de classe. Il est naturel de se poser la question de savoir si la politique de placement des caisses d’épargne urbaines en Norvège peut avoir eu un rapport avec leur fonction au sein du système de distribution du crédit — en d’autres termes, si la clé de la différence d’évolution entre la Norvège et la Suède est à trouver dans la différence entre les structures des banques des deux pays. Afin de pouvoir discuter ce point, nous devons voir plus en détail l’évolution du système norvégien de banques privées au cours de la seconde moitié du XIXe siècle.

  • 17 Statistiques Historiques 1968.

44Sous chaque angle, il convient de caractériser les banques privées norvégiennes de cette époque comme peu développées. Au début des années 1870, il n’y avait en Norvège pas plus de 8 banques d’actions privées. En 1880, ce chiffre était passé à 18, mais plusieurs banques d’affaires étaient très petites et ne furent pas incluses dans les statistiques. Le nombre de banques privées connut une certaine croissance les années qui suivirent, mais c’était avant tout en rapport avec la conjoncture de spéculation après 1895 que nous eûmes un développement significatif de l’activité des banques d’affaires privées.17

45Comme la plupart des banques privées étaient localisées dans les villes, il était naturel de les comparer aux caisses d’épargne urbaines. Le diagramme 3 montre le montant des dépôts de toutes les caisses d’épargne, les caisses d’épargne urbaines et les banques privées.

46Ce n’est qu’en 1915 que les dépôts cumulés des banques privées dépassèrent ceux des caisses d’épargne. Les dépôts des caisses d’épargne urbaines parvinrent même à suivre pendant longtemps ceux des banques privées, et elles étaient presque tout le temps bien supérieures en nombre par rapport aux banques privées.

47Le système de banques privées en Norvège était si faiblement développé durant les décennies après 1850 qu’il est naturel de considérer ce fait comme l’expression d’une structure économique préindustrielle, où aucune précondition favorable à une croissance importante du nombre et de l’activité des banques d’affaires n’était encore créée. Malgré une industrialisation naissante à l’époque, le secteur capitaliste était relativement peu développé et traditionnel de par sa structure, l’accent étant mis sur les vieux secteurs économiques tournés vers l’étranger qu’étaient le commerce du bois de construction, le commerce du poisson et les transports maritimes. Le début des exportations de capitaux de la Norvège semble indiquer que le besoin en capitaux était insignifiant et ne dépassait pas vraiment ce que ces secteurs d’activité étaient capables de mobiliser. Le crédit à court terme était un problème majeur, mais il fut pendant longtemps largement couvert par les sources traditionnelles intérieures ou extérieures.

  • 18 Sur le contexte de la création de la Creditbank, voir Jens Arup Seip, Association et concu (...)

48Quelques banques d’actions privées, très peu nombreuses, furent également créées à cette époque, mais les opportunités de gérer l’activité d’investissement à plus grande échelle ne se présentèrent pas. Lorsque la banque Den norske Creditbank s’y essaya au début des années 1860, cela se termina par un fiasco. Cette banque fut fondée en 1857 à l’instar des grandes banques d’investissement du continent ; le Crédit Mobilier de France lui avait servi de modèle. L’objectif était de rassembler de gros capitaux venant de tout le pays pour mettre en place une activité d’investissement systématique dans la vie économique norvégienne. Mais la tentative de la Creditbank fut trop en avance sur son temps. Il n’existait pas encore d’objets d’investissements pour une telle activité. À la place, la banque fut contrainte de prêter le gros de son capital aux paysans les plus aisés et aux spéculateurs des forêts de la Norvège de l’Est. En 1865 survint une débâcle financière. La banque subit des pertes conséquentes et ses vastes ambitions durent être abandonnées.18

Diagramme 3. Les montants des dépôts de toutes les caisses d’épargne, caisses d’épargne urbaines et banques privées

Diagramme 3. Les montants des dépôts de toutes les caisses d’épargne, caisses d’épargne urbaines et banques privées

49L’essor du capitalisme en Norvège était à cette époque encore trop faible pour servir de fondement à un système de banques bien développé. Les fonctions de distribution du crédit, qui étaient nécessaires à cette étape du développement, pouvaient dans une grande mesure être assurées par les institutions déjà existantes, et notamment les caisses d’épargne. Celles-ci ont fini par ailleurs par adapter leur activité à l’émergence de nouveaux besoins. Cela doit avoir été le contexte pour que les caisses d’épargne en Norvège en viennent à se charger de tâches qui, dans d’autres pays, relevaient pour la plupart des zones d’activité du système de banques privées. Les caisses d’épargne norvégiennes commencèrent ainsi tôt la pratique répandue de l’escompte des lettres de change, qui était peu courante ou tout à fait inconnue des caisses d’épargne d’autres pays. Il n’était pas non plus inhabituel de voir les caisses d’épargne norvégiennes des villes se mettre à la conversion de devises. Les caisses d’épargne en Norvège commencèrent alors en grande partie à se substituer aux banques d’affaires privées, et c’est à la lumière de ce fait que nous devons considérer la forte position du crédit personnel dans les caisses d’épargne norvégiennes des villes. Il est en quelque sorte caractéristique d’observer que la forme de prêt typique des banques norvégiennes privées était justement le prêt sur lettre de change ou billet à courte échéance.

50Une comparaison avec la Suède rend cette explication vraisemblable. Le développement du système de banques privées y était de loin plus fort. Le tableau 9 propose une image des actifs totaux des caisses d’épargne et des banques privées dans les deux pays.

  • 19 Les chiffres pour la Norvège sont de 1888, pour la Suède de 1886 (caisses d’épargne) et (...)

Tableau 9. Actif total dans les banques norvégiennes et suédoises (en millions de couronnes norvégiennes). Les banques centrales en sont exclues19

Tableau 9. Actif total dans les banques norvégiennes et suédoises (en millions de couronnes norvégiennes). Les banques centrales en sont exclues19

51Lorsque la politique de prêt des caisses d’épargne suédoises des villes s’orienta vers une augmentation de la croissance des obligations hypothécaires et une réduction des prêts sur garantie personnelle, il était tout à fait naturel de supposer que c’était dû en tout cas pour une grande part au fait que le système bien développé de banques privées en Suède était tôt en mesure de couvrir les besoins en crédit des hommes d’affaires et autres personnes privées des villes.

52La structure particulière de la distribution du crédit en Norvège a très certainement eu des conséquences sur le développement économique. La croissance économique de la fin du XIXe siècle était plus faible en Norvège qu’en Suède et au Danemark. Ceci est mis en rapport avec le faible développement du système de banques privées en Norvège. Les caisses d’épargne ne pouvaient pas assumer pleinement et remplir la fonction de banques d’affaires privées. Elles n’étaient pas dirigées dans une optique de profit commercial, elles étaient rarement dirigées par des banquiers professionnels ; en effet, leur essence même n’était pas la distribution du crédit, mais la gestion de l’épargne. On ne pouvait pas s’attendre à ce que les caisses d’épargne mènent l’activité audacieuse et aléatoire de l’investissement qui devait sous-tendre une phase d’expansion de l’industrialisation capitaliste.

  • 20 Egge, op.cit.
  • 21 Birger Dannevig, La Caisse d’Épargne d’Arendal 1825-1889-1964 (Arendal sparebank 1825-1889 (...)

53Il n’est pas difficile de voir comment cette évolution a pu s’autoamplifier. La structure économique traditionnelle ne réunissait pas les conditions d’une évolution vers un système bancaire capitaliste ; le manque de banques d’affaires freinait à son tour la croissance économique et la situation de sous-développement économique semblait entraver à nouveau la croissance du système de banques privées. Puisque ce cercle vicieux fut si tardivement brisé en Norvège, il est tentant d’analyser cela en partie comme une conséquence du fait que les caisses d’épargne se substituent aux banques d’affaires. Cet angle illustre la naissance progressive d’un rapport de concurrence entre les caisses d’épargne et les banques privées ; cela doit visiblement avoir ralenti la création de banques d’actions privées. Les banques privées étaient en outre exposées à la concurrence de la Banque de Norvège qui, à cette époque, gérait aussi l’activité d’escompte ordinaire. Les « commissions d’escompte », telles qu’on les appelait, faisaient la même chose : il s’agissait en réalité d’institutions de crédit publiques qui prêtaient l’argent de l’État.20 En même temps, la concurrence entre les banques privées et les caisses d’épargne semblait renforcer la tendance des caisses d’épargne à mener une activité « bancaire ». En 1875, par exemple, la Caisse d’Épargne d’Arendal se mit à convertir des devises et prêter contre acceptations, de crainte de perdre des clients au profit de la banque privée locale.21 Nous devons tenir compte du fait que ce rapport concurrentiel a renforcé la tendance du prêt sur garantie personnelle.

  • 22 Le tenancier (husmann) était une personne qui tenait une habitation et une terre moyennant (...)
  • 23 Simen Skappel, La Caisse d’Épargne de Ringsaker 1847-1927 (Ringsaker sparebank 1847-1927 [ (...)

54Nous avons tenté d’étudier la forte position du crédit personnel dans les caisses d’épargne norvégiennes en rapport avec la fonction particulière de ces banques, à savoir la distribution du crédit. Cette question n’en serait que mieux illustrée par des précisions sur les personnes ayant souscrit des prêts auprès de caisses d’épargne. Nous ne disposons que de peu d’informations, car les publications jubilaires des caisses d’épargne en donnaient rarement. Toutefois, nous pouvons affirmer que les prêts des caisses d’épargne de campagne étaient souscrits en majeure partie par des paysans. À la Caisse d’Épargne de Ringsaker, en 1888 et 1889, 171 prêts furent accordés à des fermiers, soit près des 3/4 du montant total des prêts. Les petits cultivateurs et « tenanciers »22 obtinrent 261 prêts, mais il s’agissait de sommes beaucoup plus faibles. Au cours de ces deux années, seuls 8 prêts furent consentis à des artisans ou industriels, et cela ne représentait qu’un peu plus de 5 % des sommes prêtées.23 La catégorie des petits cultivateurs et tenanciers regroupait cependant beaucoup d’artisans. Les prêts des banques régionales au secteur industriel s’adressaient vraisemblablement la plupart du temps aux entreprises qui transformaient des produits agricoles, telles que des distilleries ou laiteries.

  • 24 Schreiner, op.cit.

55En ce qui concerne les caisses d’épargne des villes, il y a lieu de croire que la grande majorité des prêts étaient destinés aux industriels et commerçants des villes et qu’ils contribuaient notamment à financer l’industrialisation naissante en Norvège. L’activité de prêt de la Caisse d’Épargne d’Aker, que nous pouvons considérer sous cet angle comme une caisse d’épargne urbaine, semble indiquer que c’était le cas. En 1870, environ 62 % des prêts revinrent à des gens de Kristiania (Oslo), et sur ce nombre, près de 83 % étaient destinés à l’industrie, d’autres activités économiques ainsi qu’à des gens sans activité économique. Dans cette dernière catégorie se trouvaient ainsi des non-industriels ou non-commerçants, mais ils n’étaient pas vraiment nombreux. La Caisse d’Épargne d’Aker octroyait aussi des sommes considérables aux industries et autres commerçants en dehors de Kristiania – à Aker et dans d’autres villes ou dans les campagnes.24

56Cette évolution semble s’être produite au détriment de l’aspect certainement philanthropique de l’ancienne activité de prêts. De nombreux règlements internes de caisses d’épargne stipulaient que les épargnants réguliers avaient un accès prioritaire aux prêts s’ils offraient par ailleurs une garantie satisfaisante. Beaucoup de caisses d’épargne considérèrent à l’origine comme un objectif important d’accorder à des artisans et ouvriers de petits prêts qu’il leur aurait été difficile de se procurer autrement. Au fur et à mesure que les caisses d’épargne se développaient en tant qu’institutions de crédit, cet aspect de l’activité des banques passa au second plan. La Caisse d’Épargne d’Aker avait par exemple connu simultanément une forte baisse du nombre de débiteurs entre 1850 et 1870 et la multiplication presque par quatre de la somme moyenne des prêts. Le nombre de petits prêts avait été relativement très réduit, tandis que les gros prêts étaient proposés à un taux d’intérêt plus bas. Dans l’absolu, ces chiffres illustraient une baisse guère aussi forte pour les petits prêts, et il est possible que le faible taux d’intérêt des gros prêts ait été plus conditionné par le besoin de placer ces fonds fortement accrus que d’une réelle volonté de favoriser les plus grands industriels ou commerçants. Un autre objectif peut avoir été la réduction des dépenses administratives. Mais, peu importent les motifs, « les principes démocratiques d’origine » de la politique de prêt étaient à présent abandonnés.

57La Caisse d’Épargne d’Aker était sous de nombreux aspects peu représentative des caisses d’épargne norvégiennes. On ne peut donc automatiquement considérer qu’il en était de même ailleurs. De tels changements dans l’activité de prêt n’étaient certainement pas le fait de la seule Caisse d’Épargne d’Aker. Selon un projet de statuts standard des caisses d’épargne élaboré à l’occasion du débat sur la nouvelle loi de 1887 portant sur les caisses d’épargne, les caisses d’épargne furent sévèrement critiquées pour ne pas avoir accordé de prêts à de simples ouvriers :

58Les caisses d’épargne, créées à l’origine pour l’homme ordinaire, perdent aisément de vue ce fondement lorsqu’elles sont confrontées de par leur développement à une activité plus importante. Elles considèrent la sauvegarde des intérêts des classes inférieures concernant les prêts comme un stade dépassé et ne sont plus attachées qu’à faire gonfler plus rapidement leur chiffre d’affaires tout en diminuant leur travail.

  • 25 Document du Parlement norvégien n° 60 1887.

59Les ouvriers éprouvaient par conséquent des difficultés à obtenir des prêts auprès des caisses d’épargne et devaient souvent avoir recours aux « prêts hypothécaires qui détruisaient les familles », selon l’auteur.25

  • 26 Rapport sur l’activité de La Caisse d’Épargne des artisans de Kristiania lors des 50 premi (...)

60La politique de prêt des caisses d’épargne ne semble pas non plus avoir toujours été un soutien particulier pour les petits industriels, comme en témoigne la création d’une série de caisses d’épargne et de caisses de prêts réservées aux artisans dans les années 1860 et 1870. Sur le nombre de prêts accordés par la Caisse d’Épargne d’Aker à des habitants de Kristiania, seuls un peu plus de 10 % revinrent à des artisans, soit moins de 5 % du nombre total des prêts à Kristiania. Cela constituait à la fois en nombre de prêts et en sommes prêtées une baisse significative par comparaison avec la situation 20 ans plus tôt. La somme moyenne des prêts consentis à des artisans avait fortement augmenté. Selon Johan Schreiner, auteur de l’histoire de la Caisse d’Épargne d’Aker, il ne faut pas attribuer ce fait au désir de priver les petits commerçants de soutien, mais cela doit s’expliquer par le fait que les artisans de cette époque avaient agrandi leurs entreprises, ce qui nécessitait plus de capitaux. Il est cependant douteux que Schreiner ait touché l’essentiel du sujet. Il semble au contraire que les caisses d’épargne, en tout cas dans la capitale, aient fait la distinction entre les petits industriels ou commerçants et les grands. Une source fait état des grandes difficultés éprouvées, également auprès des caisses d’épargne, par les petits artisans, pour obtenir un crédit de fonctionnement ou un prêt sur leurs créances au début des années 1860. Il ne semble pas cependant que les artisans plus importants aient connu les mêmes difficultés, ce qui tend à confirmer que ces derniers n’étaient pas enclins à soutenir le projet bancaire des associations d’artisans.26

  • 27 Proposition n° 27 de l’Odelsting, 1886.

61La création de caisses d’épargne réservées aux professions artisanales qui s’en est suivie dans plusieurs villes norvégiennes de l’époque montre que la petite bourgeoisie des villes n’était pas satisfaite des caisses d’épargne de la bourgeoisie. Les associations ouvrières se mirent aussi à chercher des alternatives aux caisses d’épargne. La fonction économique des caisses d’épargne et le caractère de classe qu’elles revêtirent à cette époque les mirent dans l’incapacité de totalement satisfaire les besoins en épargne ou en petits prêts de la petite bourgeoisie des villes et de la classe ouvrière de plus en plus nombreuse. On ne parvenait pas à mettre fin à l’activité considérable des usuriers qui constituait un véritable fléau pour ces catégories sociales de la majeure partie du XIXe siècle. Il faut pourtant souligner que l’élargissement du système de caisses d’épargne contribua à réduire la pratique de l’usure ; et pour la classe paysanne, les caisses d’épargne furent sans aucun doute très efficaces quant à l’élimination de la pratique de l’usure. Ce thème fut abordé lors du débat sur la loi sur les caisses d’épargne, à la fois devant le Parlement norvégien (Stortinget) et dans les rapports des ministères. Le Ministère des Finances reconnut le mérite des caisses d’épargne, en soulignant que « les usuriers de ce pays étaient, dans une moindre mesure que dans beaucoup des pays capitalistes, un réel fléau social. »27

62L’évolution des caisses d’épargne vers un rôle d’institutions de distribution du crédit avec une activité purement bancaire se reflète aussi dans les changements intervenus au niveau de l’activité d’emprunt des caisses d’épargne, tantôt par l’intermédiaire d’une nouvelle pratique, tantôt en raison du changement des dispositions des règlements dans ce domaine. Au début de l’ère des caisses d’épargne, les règlements contenaient assez souvent des dispositions fixant une limite maximum aux apports et des délais de préavis fermes pour les retraits. Ces provisions furent incorporées à l’origine tantôt comme garanties pour les caisses d’épargne, tantôt pour encourager la petite épargne. Les règlements contenaient en outre souvent des dispositions rendant possible le système de primes pour les épargnants réguliers, ou pénalisant ceux qui n’épargnaient pas régulièrement. Un déposant qui n’avait pas fait d’apport à la banque au cours d’une certaine période pouvait dans de nombreux endroits être privé de ses droits de toucher des intérêts sur la somme en dépôt. Mais ce genre de dispositions fit ensuite l’objet de révisions, devenant ainsi plus flexibles, étant parfois carrément supprimées ou bien plutôt mises hors d’usage, comme paragraphes caducs des règlements des caisses d’épargne.

63Les caisses d’épargne dans d’autres pays, notamment en Suède, s’en tenaient aux délais de résiliation et aux règles fixant le maximum des dépôts, ce qui explique, dans ce dernier cas, la différence frappante que nous avons vue entre les sommes moyennes déposées par personne en Suède et en Norvège. En revanche, on ne s’explique pas la raison pour laquelle les Suédois avaient maintenu cette « ligne de conduite au niveau de l’épargne », alors que les caisses d’épargne norvégiennes développaient progressivement une politique d’emprunt plus « bancaire ». Mais il est naturel de l’expliquer par les différences de structure bancaire déjà établies entre les deux pays. Avec un système de banques privées précoce et bien développé, il n’était pas nécessaire non plus dans ce domaine de laisser les caisses d’épargne suédoises mener une activité ayant un caractère bancaire marqué. Il était donc logique qu’elles maintiennent, dans une plus large mesure, leur objectif d’origine, à savoir rester des caisses d’épargne pour les « moins aisés ».

  • 28 Ibid.

64Même si l’on a été conscient tôt que les déposants des caisses d’épargne norvégiennes provenaient d’autres groupes que ceux que l’on avait pu chercher à cibler à l’origine, il est cependant clair que la grande majorité des déposants autour de 1880 était ceux que l’on peut qualifier de petits épargnants. À la fin de l’année 1884, par exemple, les 4/5 des déposants des caisses d’épargne norvégiennes avaient tous un solde créditeur inférieur à 500 couronnes norvégiennes, et la moyenne des sommes déposées par ces personnes n’était que de 98 couronnes.28

  • 29 Pourparlers de l’Odelsting 1887, p. 1661.
  • 30 Document n° 60 du Storting 1887.

65Mais qui étaient donc les déposants des caisses d’épargne à cette époque ? Il est impossible de répondre de manière sûre à cette question sans un examen poussé et systématique de l’appartenance sociale des déposants. À l’époque les opinions divergeaient à ce sujet. Ainsi, lors du débat sur la loi portant sur les caisses d’épargne, certains soutenaient que le milieu des déposants était en particulier constitué de gens de « revenue modeste », alors que d’autres sources prétendaient que ce n’était « pas exactement la majorité des gens qui plaçait son argent dans les caisses d’épargne ; mais qu’il s’agissait de gens qui avaient l’occasion de se tenir au courant ».29 Il semble que les plus gros clients des caisses d’épargne soient issus du milieu des « classes moyennes », mais que des couches sociales inférieures étaient aussi représentées. La plupart des déposants des caisses d’épargne des villes étaient « des exploitants agricoles, des ouvriers, des marins, des apprentis et des compagnons, des employés de bureau et de commerce, des enfants, des femmes, des fondations, des sociétés privées et publiques et des institutions philanthropiques, des artisans, etc. » En revanche, les commerçants et les hauts fonctionnaires ne figuraient pratiquement pas parmi les déposants des caisses d’épargne des villes, à part peut-être à Kristiania.30

  • 31 Les « conseils supérieurs » (forstanderskapet) étaient des représentants de la population (...)
  • 32 Document n° 60 du Storting 1887.

66Ces groupes se faisaient cependant d’autant plus remarquer au sein de la direction des caisses d’épargne. La plupart des membres dirigeants des caisses d’épargne des villes étaient des commerçants, de temps à autre un avocat et quelques hauts fonctionnaires – mais aucun artisan. Même dans les « conseils supérieurs »31, les artisans étaient représentés en très petit nombre.32 Dans les caisses d’épargne des campagnes, au contraire, les paysans constituaient une partie considérable de la direction. C’est ce qu’il ressort des listes des membres des directions et « conseils supérieurs » de la plupart des publications jubilaires des caisses d’épargne. Le recrutement social de la direction des caisses d’épargne semble aussi avoir eu la même base que la clientèle des emprunteurs des caisses d’épargne. L’un explique l’autre. Le caractère de classe de la politique de prêt est clairement mis en évidence par la composition sociale de la direction des caisses d’épargne ; en même temps, ce rapport dépend de la fonction économique particulière des caisses d’épargne et de l’activité de prêt qui y était attachée.

67Le passage des caisses d’épargne d’une position d’institutions à but philanthropique à une fonction de distributeur du crédit implique alors que non seulement la fonction économique des caisses d’épargne avait été modifiée – à savoir que l’aspect de fournisseur de crédit était devenu leur principal objet et leur fondement – , mais aussi que le mouvement des caisses d’épargne avait revêtu un nouveau caractère de classe. Ayant été depuis le début un résultat de la conscience sociale des hauts fonctionnaires, une expression de leur relation patriarcale vis-à-vis des « classes populaires des campagnes », les caisses d’épargne étaient désormais devenues des instruments aux mains de la bourgeoisie commerçante des villes et d’une classe paysanne qui, dans une mesure toujours plus grande, se voyait intégrée dans une économie du marché capitaliste.

Notes

1 Les diagrammes et tableaux se fondent en premier lieu sur les statistiques annuelles sur les caisses d’épargne en Norvège (Norges sparebankstatistikk) publiées dès 1870. Pour la période 1850-1865, les sources sont les rapports des préfets (Amtmennenes beretninger), rapports quinquennaux sur la situation économique du royaume, remis au Ministère des Finances. Sinon, voir les Statistiques historiques (Historisk statistikk 1968), proposition n° 27 de l’Odelsting (chambre du Parlement norvégien comprenant les trois quarts des députés), 1886 et (pour le tableau 9) T.H. Aschehoug, Sur les caisses d’épargne et les banques privées, et en particulier sur leur activité de prêt (Om sparebanker og privatbanker, navnlig om deres udlaansvirksomhed) dans Revue d’économie publique (Statsøkonomisk tidsskrift) 1890.

2 Proposition n° 27 de l’Odelsting, 1886.

3 Johan Schreiner, La caisse d’épargne d’Aker au fil des ans : entre 1844 et 1944 (Akers sparebank gjennem hundre år : 1844-1944 [en norvégien]). (Oslo 1943)

4 Les « billets à courte échéance » (vekselobligasjon) constituent des titres de créances qui sont utilisés comme reconnaissances de dette dans les banques, seulement en Norvège et au Danemark. Ces billets à courte échéance sont en général accompagnés de l’endossement de plusieurs personnes qui, en réalité, se portent garantes pour le bénéficiaire du prêt. Ils étaient renouvelés, en principe contre remboursement par versements échelonnés, maintes et maintes fois, au cours de nombreuses années.

5 Proposition n° 27 de l’Odelsting, 1886, p. 4.

6 Proposition n° 27 de l’Odelsting, 1886. Ingemar Nygren, Prêts des caisses d’épargne suédoises 1820- 1913 : Une analyse de la distribution de crédits dans les grandes caisses d’épargne suédoises (Svensk sparbanksutlåning 1820-1913 : en analys av de större sparbankernas kreditgivning [en suédois]) (Gothembourg, 1967), p. 404.

7 Respectivement les caisses d’épargne de Leksviken et de Hvaløerne, cf. Statistiques sur les caisses d’épargne en Norvège, 1885.

8 Circulaire du Ministère norvégien des Finances en date du 27 déc. 1856 dans Lois et ordonnances (Love og Anordninger), Vol. 5, p. 77 et suiv., Projet du 16 fév. 1860 sur le règlement interne des caisses d’épargne, ibid. p. 651 et suiv.

9 Nygren, op.cit. p. 13 et suiv.

10 Bjørn R. Rønning, Le système norvégien de caisses d’épargne jusqu’en 1850 (Det norske sparebankvesen inntil 1950 [en norvégien]) dans Études sur l’épargne et le système de caisses d’épargne en Norvège de 1822 à 1972 (Studier i sparing og sparebankvesen i Norge 1822-1972) (Oslo 1972).

11 Åsmund Egge, Les commissions d’escompte de l’État. Le Ministère des Finances en tant que banque publique au XIXe siècle (Statens diskonteringskommisjoner. Finansdepartementet som statsbank i det 19. århundret [en norvégien]). (Oslo 1988, thèse de doctorat). Appendice.

12 Egge, op.cit. Appendice. La proportion d’obligations hypothécaires parmi les prêts dans les caisses d’épargne urbaines diminua de 58 % en 1850 à 38,5 % en 1855 et 23,5 % en 1860.

13 Par ex. les caisses d’épargne de Drammen et de Tønsberg. Ibid.

14 En Suède, l’impact de la conjoncture sur la politique de prêt fut à l’opposé, probablement lié à la différence établie entre les systèmes de distribution de crédit. Voir Nygren op.cit., notamment p. 31 et suiv., 53 et suiv. et 404 et suiv.

15 Voir par ex. Nikolai Rygg, Histoire de la Banque de Norvège (Norges banks historie[en norvégien]), Vol. II, (Oslo 1954), p. 168 et Einar Hoffstad, Histoire du système norvégien de banques privées. (Det norske privatbankvœsens historie [en norvégien]) (Oslo 1928), p. 40.

16 Sur les changements intervenus en Suède en matière de réglementations sur les intérêts, voir Emil Sommarin, Notre système de caisses d’épargne de 1834 à 1892 (Vårt sparbankväsen 1834-1892 [en suédois]) (Lund 1942), p. 164.

17 Statistiques Historiques 1968.

18 Sur le contexte de la création de la Creditbank, voir Jens Arup Seip, Association et concurrence (Assosiasjon og konkurranse) dans Jens Arup Seip, Pensée et action dans l’histoire norvégienne (Tanke og handling i norsk historie [en norvégien]) (Oslo 1968) et du même auteur, Ole Jacob Broch et son temps (Ole Jacob Broch og hans samtid [en norvégien]) (Oslo 1971), pp. 179 et suiv. Sur l’évolution ultérieure de la banque, voir Ebbe Hertzberg et Nikolai Rygg, La Creditbank norvégienne, 1857-1907 (Den norske Creditbank), 1857-1907[en norvégien]) (Christiania 1907).

19 Les chiffres pour la Norvège sont de 1888, pour la Suède de 1886 (caisses d’épargne) et de 1889 (banques privées).

20 Egge, op.cit.

21 Birger Dannevig, La Caisse d’Épargne d’Arendal 1825-1889-1964 (Arendal sparebank 1825-1889- 1964 [en norvégien]) (Arendal 1963).

22 Le tenancier (husmann) était une personne qui tenait une habitation et une terre moyennant un travail obligatoire en faveur du propriétaire.

23 Simen Skappel, La Caisse d’Épargne de Ringsaker 1847-1927 (Ringsaker sparebank 1847-1927 [en norvégien]) (Oslo 1928).

24 Schreiner, op.cit.

25 Document du Parlement norvégien n° 60 1887.

26 Rapport sur l’activité de La Caisse d’Épargne des artisans de Kristiania lors des 50 premières années (Beretning om Kristiania haandvœrkeres sparekasses virksomhed i de første 50 aar [en norvégien]) (Kristiania 1913).

27 Proposition n° 27 de l’Odelsting, 1886.

28 Ibid.

29 Pourparlers de l’Odelsting 1887, p. 1661.

30 Document n° 60 du Storting 1887.

31 Les « conseils supérieurs » (forstanderskapet) étaient des représentants de la population locale et/ou de la commune qui choisissaient la direction et déterminaient e.a. les statuts des caisses d’épargne.

32 Document n° 60 du Storting 1887.

Table des illustrations

Titre Diagramme 1. Croissance nette des caisses d’épargne entre 1840 et 1890. Les caisses d’épargne des villes sont marquées en noir.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/31848/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Diagramme 2. Actif total des caisses d’épargne de 1870 à 1900 (millions de couronnes norvégiennes)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/31848/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tableau 2. Caisses d’épargne des villes et caisses d’épargne des campagnes en 1880
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/31848/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau 3. Prêts des caisses d’épargne sur lettres de change/billets à courte échéance et obligations hypothécaires, en pourcentage de l’actif total en 1884
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/31848/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Tableau 4. Prêts des caisses d’épargne sur garantie immobilière et sur garantie personnelle, en pourcentage de l’actif total en 1885
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/31848/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau 5. Le placement en titres, dans d’autres banques et l’encaisse des caisses d’épargne, en pourcentage de l’actif total en 1884
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/31848/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tableau 8. Prêts des caisses d’épargne en lettres de change/billets à courte échéance et obligations hypothécaires/titres dans les années 1870. Montant absolu (en milliers de couronnes norvégiennes) et en pourcentage de l’actif total
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/31848/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Diagramme 3. Les montants des dépôts de toutes les caisses d’épargne, caisses d’épargne urbaines et banques privées
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/31848/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Tableau 9. Actif total dans les banques norvégiennes et suédoises (en millions de couronnes norvégiennes). Les banques centrales en sont exclues19
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/31848/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 13k

Auteur

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search