Version classiqueVersion mobile

Banques, industrie et Europe du Nord

 | 
Jean-François Berdah

Deuxième partie. Hommage à Bertrand de Lafargue

Aux origines de la prospérité scandinave : le règne de Jean-Baptiste Bernadotte devenu Charles XIV Jean de Suède-Norvège (1810-1844)1

Jean-Marc Olivier

Texte intégral

  • 1 Ce travail est le fruit d’une dizaine d’années de recherche dans les archives suédoises et (...)
  • 2 L’un des rares ouvrages en français retraçant de manière relativement détaillée l’histoire (...)

1Difficile d’imaginer une grande nation plus affaiblie que la Suède en 1809. La patrie de Gustave-Adolphe et de Charles XII – les grands souverains conquérants des XVIIe et XVIIIe siècles – n’est plus que l’ombre d’elle-même à cette date2. Elle a perdu toutes ses conquêtes continentales à l’exception de la Poméranie occidentale, mais, pis encore, l’humiliant traité de Fredrikshamn signé avec la Russie la prive de la Finlande, qu’elle occupait depuis près de trois siècles, et de l’archipel d’Åland, véritable pistolet braqué sur Stockholm.

2La situation politique intérieure est également catastrophique, le roi Gustave IV Adolphe, jugé responsable de ces échecs, doit céder son trône à son oncle, le vieux duc de Sudermanie, très affaibli, qui lui succède sous le nom de Charles XIII et ne possède pas de descendance. Une constitution limite alors ses pouvoirs, au profit de la noblesse, et un prince héritier danois lui est imposé : Christian-Auguste d’Augustenborg. Mais ce dernier décède dès 1810 d’une chute de cheval ; le pays est alors au bord de la guerre civile, car les “gustaviens” n’abandonnent pas l’idée d’une restauration de la dynastie légitime.

3Le bilan financier de ces deux siècles de guerre apparaît encore plus désastreux : l’État est aux abois et la monnaie a perdu toute valeur réelle, son cours se fixe désormais au jour le jour sur des places étrangères. Surtout, le pays semble incapable de sortir de cette impasse, car ses exportations s’écroulent en 1810 avec l’obligation de participer au blocus continental organisé par Napoléon et Alexandre Ier depuis Tilsit. Enfin, la noblesse ne rêve que de revanche, de reconquête coûteuse de la Finlande, tout en refusant de mettre fin à ses privilèges, en particulier fiscaux.

  • 3 Dans la perspective du bicentenaire de l’arrivée de Jean-Baptiste Bernadotte en Scandinavi (...)
  • 4 Françoise Kermina, Bernadotte et Désirée Clary, Paris, Perrin, 1991.

4Face à ces multiples menaces, la diète suédoise pare au plus pressé et cherche un successeur à Charles XIII. Napoléon, l’homme fort du continent européen doit être consulté. Dans ce contexte, deux candidatures émergent, celle du frère de Christian-Auguste, Frédéric-Christian, et celle, plus surprenante, mais finalement opportune, de Jean-Baptiste Bernadotte3. Ce maréchal d’Empire présente l’avantage d’être disponible, car sans commandement. De plus, nombre de Suédois pensent qu’il appartient au cercle des proches de la famille Bonaparte à laquelle il est lié par sa femme Désirée, sœur de l’épouse du roi d’Espagne, Joseph4. La réalité s’avère plus complexe, Napoléon se méfie beaucoup de ce beau-frère par alliance très ambitieux qui ne l’a pas soutenu lors du 18 Brumaire.

  • 5 Cette volonté de tout contrôler en demandant une traduction systématique des documents (di (...)

5Ainsi, le succès de la candidature de Bernadotte doit beaucoup à son habileté personnelle et à sa réputation. Comme chef de guerre, il avait traité avec générosité les soldats et les officiers suédois capturés à Lübeck en 1806, faisant preuve d’une faconde méridionale qui ne l’abandonne jamais. En 1810, il promet immédiatement de devenir totalement suédois, en jurant de défendre son royaume – y compris contre son ancienne patrie –, en se convertissant au luthéranisme et en amenant avec lui son fils Oscar, âgé d’une dizaine d’années, afin qu’il reçoive une éducation scandinave. Ce dernier lui sert rapidement d’interprète, car, malgré sa bonne volonté, Bernadotte, devenu prince régent, n’arrive pas à maîtriser la langue suédoise, faisant traduire tous les documents importants en français5. Enfin, Jean-Baptiste Bernadotte est un vrai meneur d’hommes, habitué aux grandes batailles, alors que son rival le prince danois Frédéric-Christian apparaît bien tendre et maladroit, au point de ne pas obtenir le soutien du roi de Danemark Frédéric VI, allié de Napoléon.

  • 6 Bernadotteska Familjearkivet (abrégées désormais BFA), Karl XIV Johans arkiv, n° 23, ce ca (...)

6Le 21 août 1810, la diète (Riksdag) d’Örebro, habilement manipulée par le baron Mörner, un partisan de Bernadotte, élit ce dernier à l’unanimité prince héritier sous le nom, mûrement réfléchi, de Charles Jean (Karl Johan)6. Plus que l’avènement d’une nouvelle dynastie, c’est une nouvelle ère qui commence en Scandinavie, car le sabre élu pour conduire les troupes suédoises à la victoire face à la Russie possède sa propre vision du monde nordique, beaucoup plus réaliste. En fait, cet homme de plus de quarante ans, aux multiples campagnes militaires, connaît bien les méfaits et les risques de la guerre ; il n’aspire qu’à une chose : fonder une dynastie durable en s’appuyant sur le soutien de son peuple qui ne peut venir, selon lui, que de la prospérité d’un royaume stabilisé. Il s’attache donc à fixer des limites rationnelles à ses territoires, en organise le développement économique et muselle les oppositions internes et externes afin de préparer la transmission de la couronne à son fils dans les meilleures conditions possibles.

Naissance du double royaume de Suède-Norvège

7Imprégné du principe révolutionnaire des frontières naturelles et conscient de la puissance démographique et militaire de la Russie, Bernadotte estime utopique d’entreprendre une guerre de reconquête vers l’est. Il souhaite davantage s’intégrer dans l’échiquier politique européen en ménageant ses puissants voisins, tous ennemis jurés de la France de Napoléon : l’Angleterre, la Prusse et l’Empire russe. Quant au Danemark, maître de la Norvège, il apparaît nettement plus fragile malgré son alliance avec la France.

Le renoncement suédois à la Finlande : un tournant décisif dans l’histoire nordique

  • 7 Ibid.
  • 8 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 51, copies de lettres du 7 septembre 1810 au 29 octobre 181 (...)

8Dès 1810, le prince héritier français estime trop incertaine une guerre contre la Russie et surtout indéfendables les vastes plaines entre Saint-Pétersbourg et le golfe de Botnie7. De plus, l’armée suédoise lui apparaît bien modeste et archaïque avec ses milices recrutées par les propriétaires terriens (indelningsverk), c’est-à-dire sans véritable conscription. La seule possibilité d’évolution du rapport de force repose donc sur une rupture de l’alliance franco-russe. L’idée devient de plus en crédible quand les tensions se multiplient à partir de 1811 entre les alliés de Tilsit au sujet du Blocus continental. Toutefois, la Suède, qui ferme les yeux sur la contrebande, subit également les foudres napoléoniennes et le vieux roi Charles XIII doit déclarer la guerre à l’Angleterre le 17 novembre 1811. Humiliation suprême, la Poméranie suédoise est occupée par Davout en janvier 1812, sans avertissement, afin de renforcer le dispositif anti-anglais. Bernadotte tente alors de négocier avec Napoléon pour obtenir la Norvège en compensation de la Finlande, mais l’Empereur ne veut pas froisser son fidèle allié danois8.

  • 9 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 81, discours du 22 décembre 1823, folio 36.

9Le prince Charles Jean, devenu régent, se sent donc libre de négocier avec l’Angleterre et avec la Russie, car il sait que l’opinion publique suédoise est désormais favorable à une rupture avec Napoléon. Il demeure également convaincu qu’un repli sur la seule péninsule scandinave renforcerait ses chances de régner sur un territoire plus facile à défendre, reprenant la thématique des frontières naturelles chère à Danton9.

Le renversement des alliances

  • 10 Marie-Pierre Rey, Alexandre Ier, Paris, Flammarion “Grandes Biographies”, 2009, pp. 54-64.
  • 11 Il existe aux Riksarkivet (les archives nationales suédoises) un fonds intitulé « Karl Joh (...)

10Dès février 1812, la Suède lance deux missions diplomatiques, l’une vers Londres, l’autre en Russie. Le prince Charles Jean concentre ses efforts sur la seconde. En effet, il peut correspondre directement en français avec le jeune tsar Alexandre Ier qui a eu un Suisse comme principal précepteur : Laharpe10. Le gouvernement russe, conscient de la montée de la menace napoléonienne, accueille avec une grande satisfaction le renoncement suédois à la Finlande en échange de la Norvège11. Le traité secret de Saint-Pétersbourg du 5 avril 1812 entérine cette proposition et prévoit une intervention de l’armée suédoise en Allemagne si Napoléon attaque la Russie. Avec l’Angleterre, les négociations s’avèrent plus ardues, la Suède n’obtient qu’un traité de paix et de maigres subsides.

  • 12 Sir Dunbar Plunket Barton, Bernadotte, Paris, Payot, 1983 (1ère édition française en 1931, (...)
  • 13 Ibid., p. 275, l’auteur s’appuie sur les archives du Foreign Office.

11L’empereur des Français, quant à lui, s’entête à proposer la Finlande et des territoires en Allemagne à Bernadotte, estimant impossible et contre nature une alliance suédo-russe. Pourtant, dès le début de l’invasion française de juin 1812, le tsar manifeste son désir de s’entretenir directement avec Charles Jean. La rencontre a lieu en Finlande, à Åbo, du 27 au 30 août. Les deux hommes, pénétrés de grandes idées libérales tout en restant autoritaires dans leurs pratiques, se plaisent immédiatement. Charles Jean se montre très habile ; sans engager de troupes il obtient beaucoup, en particulier la promesse d’une acquisition de la Norvège avec l’aide d’un contingent russe avant d’attaquer Napoléon sur ses arrières12. Bernadotte, en maréchal expérimenté, comprend que la prise de Moscou à la veille de l’hiver s’apparente à une fausse victoire et n’hésite pas à l’écrire au tsar pour l’encourager à poursuivre la lutte13.

  • 14 Ibid., p. 280.
  • 15 Jean-Marc Olivier, « Bernadotte revisited, or the Complexity of a Long Reign (1810-1844) » (...)

12Les diplomates anglais, Edward Thornton et Alexander Hope, se laissent également séduire par l’amabilité du prince héritier Charles Jean et par la fermeté qu’il manifeste face aux agressions napoléoniennes14. Sur leurs conseils, Castlereagh se déclare très favorable à une alliance avec la Suède. Le traité de Stockholm entre les deux pays est signé le 3 mars 1813. L’Angleterre offre d’importants subsides et admet le bien-fondé d’un rattachement de la Norvège au royaume suédois. Parallèlement, la rupture avec la France se confirme, les ambassadeurs sont renvoyés. Napoléon accuse Bernadotte de le haïr personnellement ; ce dernier lui répond en le rendant responsable de la ruine de l’Europe et de la France15. Enfin, la fidélité obstinée du Danemark à Napoléon facilite l’entrée de la Suède et de son prince d’origine française dans l’alliance.

La campagne victorieuse de 1813 contre Napoléon

  • 16 Sir D. Plunket Barton, Bernadotte…, op. cit., p. 287, « Lord Cathcart, écrit de Trachenber (...)

13Le 9 juillet 1813, Charles Jean, le tsar Alexandre Ier et Frédéric-Guillaume III de Prusse se rencontrent en Silésie, à Trachtenberg, pour élaborer leur plan de bataille. Bernadotte met au service de ses nouveaux alliés toute sa connaissance de l’art de la guerre napoléonien. Son plan prévoit l’action de deux armées, dont celle du Nord, constituée de 120 000 Prussiens, Russes et Suédois, qui est placée sous son commandement et doit assurer la défense de Berlin16. Si Napoléon attaque l’une des deux armées, l’autre doit tomber sur ses arrières et couper ses communications. Leipzig est désigné comme lieu de la bataille finale. Mais la situation de cette armée apparaît périlleuse, car elle fait face à de puissantes forteresses tenues par les Français et elle peut être coupée de la mer, et donc de la Suède, par une offensive danoise. Charles Jean joue donc là son avenir, mais il choisit de ne pas abandonner Berlin afin de montrer sa fidélité à son allié prussien encore hésitant à son égard.

  • 17 Ibid., p. 296.
  • 18 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 57, « Campagne de 1813 ».

14L’ancien maréchal Bernadotte n’a probablement pas le génie stratégique de Napoléon, mais il écrase sans difficulté Oudinot à Grossbeeren, puis Ney à Dennewitz, sauvant ainsi Berlin. Il sait surtout tirer parti de l’orgueil de ses troupes prussiennes, humiliées lors des campagnes précédentes, et leur laisse supporter tout le poids des premiers assauts français, intervenant ensuite avec ses contingents russes et suédois. Il demeure aussi un meneur d’hommes, et les prisonniers saxons, qui se souviennent l’avoir eu pour chef en 1809, lui proposent de s’enrôler à nouveau sous son commandement, mais dans l’autre camp cette fois-ci17. Charles Jean franchit ensuite l’Elbe avec prudence et applique progressivement son plan échafaudé à Trachtenberg, malgré les appels à une offensive plus hardie lancés par les Prussiens, les Russes et les Anglais. Quand Napoléon abandonne l’Elbe pour regrouper ses troupes à Leipzig, Bernadotte avance à marche forcée sur la ville pour empêcher l’Empereur d’affronter successivement les armées alliées comme il a coutume de le faire. Cette manœuvre réussit remarquablement et Napoléon doit livrer bataille à un contre deux18 ; c’est la « bataille des nations » pendant laquelle Bernadotte apporte ses troupes fraîches et contribue, au moins indirectement, à la trahison décisive des contingents saxons de la Grande Armée. Le désastre s’avère irréversible pour Napoléon qui ne peut désormais que retarder l’échéance de son abdication.

  • 19 Friedrich Wencker-Wildberg, Bernadotte. A Biography, London, Jarrolds Publishers, 1936 (tr (...)

15Bernadotte apparaît alors comme « le sauveur de l’Europe » en Allemagne et chez les alliés, mais aussi comme « le traître à sa patrie » en France. La propagande napoléonienne jette alors ses derniers feux et l’accuse d’avoir transmis les secrets de la stratégie militaire impériale ; la même presse censurée avait d’ailleurs totalement caché à l’opinion publique française l’invasion de la Poméranie suédoise. Charles Jean et ses amis utilisent également la propagande : Madame de Staël le présente comme « le libérateur de l’Allemagne » et en fait un candidat à la succession de Napoléon19. Lui-même s’imagine volontiers en monarque constitutionnel, avec son fils Oscar sur le trône de Suède. Cependant, seul le tsar soutient cette initiative, les autres souverains s’y opposent fermement, en particulier ceux de Prusse et d’Autriche. Dans ces conditions, Bernadotte refuse de pénétrer en Hollande et en France avec son armée et préfère marcher sur le Danemark pour lui arracher la Norvège comme convenu lors du traité de Saint-Pétersbourg.

1814 : l’année décisive en Norvège

  • 20 Bertrand de Lafargue, « À propos d’une statue équestre du maréchal Bernadotte, roi de Suèd (...)
  • 21 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 58 et n° 59, « Campagne de Norvège ».

16Les Suédois occupent rapidement Lübeck, place forte bien connue de Bernadotte, puis défont l’armée danoise à Bornhöft, le 7 décembre 1813. Dès janvier 1814, par le traité de Kiel, le roi Frédéric VI de Danemark cède la Norvège au souverain de Suède, mais conserve les îles Féroé, l’Islande et le Groenland. En compensation, la Poméranie suédoise passe sous tutelle danoise. Toutefois, la Norvège ne devient pas une province suédoise, mais un royaume uni à celui de Suède par la personne du roi. Malgré cette précaution, la résistance norvégienne s’organise à l’instigation du gouverneur danois, le prince Christian-Frédéric, cousin de Frédéric VI20. L’insurrection aboutit à la réunion d’une assemblée à Eidsvoll, au nord de Christiania, l’ancienne Oslo. Là, le 17 mai 1814, les délégués proclament l’indépendance du royaume de Norvège, élisent Christian-Frédéric comme leur souverain et adoptent une constitution. Aussitôt, la Suède bloque les frontières norvégiennes, puis Charles Jean, alias Bernadotte, passe à l’offensive à la tête de son armée suédoise réorganisée et défait facilement les modestes forces du très jeune royaume norvégien dès l’automne 181421.

  • 22 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 59, « Lettre aux commissaires du roi près le Storthing de C (...)
  • 23 John Peter Collett, « Charles XIV Jean et la démocratie en Norvège (1810-1844) », dans Rev (...)

17Le prince héritier de Suède se garde pourtant d’écraser les opposants à l’union et d’occuper violemment son nouveau territoire ; il préfère négocier après avoir interrompu volontairement la marche de ses troupes sur Christiania22. Les apparences sont sauves, le parlement norvégien (Storting) offre la couronne à Charles XIII et à son successeur Charles Jean qui accepte la constitution d’Eidsvoll. Bernadotte exerce alors la réalité du pouvoir et se présente donc comme un roi constitutionnel dans son deuxième royaume. Cette stratégie se justifie officiellement par la volonté de respecter les libertés du peuple norvégien, mais elle peut s’expliquer aussi par la crainte d’un revirement de l’Angleterre où les débats sur une aide éventuelle aux indépendantistes animent le parlement. Finalement, le gouvernement tory tient sa promesse faite en 1813 de ne pas intervenir. La correspondance de Bernadotte avec sa femme Désirée restée en France et avec ses amis, comme Mme de Staël, laisse également supposer que l’ancien maréchal d’Empire n’a pas totalement abandonné toute ambition politique à Paris ; or, sa figure de républicain de la première heure aurait beaucoup souffert d’un écrasement dans le sang de l’insurrection norvégienne. Au-delà de la volonté de préserver son avenir politique lors d’une période de grande incertitude, Charles Jean s’inspire de ses nombreuses lectures d’ouvrages historiques et recourt volontiers à la psychologie des peuples, comme le confirment ses lettres à son fils sur la nature des Norvégiens. Ainsi, il souhaite s’attacher personnellement les habitants de la Norvège en refusant que cette dernière devienne une partie intégrante de la Suède. Bernadotte est très probablement à l’origine de la formulation surprenante du traité de Kiel mentionnant que les terres norvégiennes sont cédées « à S. M. le Roi de Suède, et formeront un Royaume, réuni à celui de Suède »23. Les accords préalables prévoyaient la simple cession des provinces norvégiennes au royaume de Suède afin qu’elles lui soient incorporées. Cette méthode douce d’union des deux royaumes se double d’une propagande active et d’une surveillance très attentive. Charles Jean se fait traduire de nombreux journaux et pamphlets, comme en attestent ses archives personnelles.

18Dans la pratique, le roi dispose d’un veto suspensif face au Storting. Il désigne les membres du conseil des ministres, dont la moitié siège à Christiania, tandis que l’autre se déplace à Stockholm pour participer aux séances du gouvernement commun aux deux royaumes. La politique extérieure demeure de la compétence de la Suède, à l’exception de l’envoi de troupes norvégiennes à l’étranger, qui requiert l’accord du parlement norvégien. Cette stipulation n’engendre pas de difficulté, car Bernadotte privilégie désormais la recherche de solutions pacifiques, faisant entrer son double royaume dans une ère nouvelle.

L’ère de la neutralité et de la paix prolongée

  • 24 Jean-François Berdah, « The Triumph of Neutrality : Bernadotte and European Geopolitics (1 (...)
  • 25 Torvald T. Höjer, Bernadotte. Maréchal de France. Roi de Suède, Paris, Plon, 1971 (1ère éd (...)
  • 26 Jean-Marc Olivier, « Bernadotte, Napoléon et la Louisiane ou le dernier rêve d’un empire f (...)
  • 27 Archives du ministère des Affaires étrangères français, Paris, correspondance politique an (...)
  • 28 Torvald T. Höjer, Bernadotte…, op. cit., p. 393-432.

19Bernadotte, devenu roi sous le nom de Charles XIV Jean à la mort de Charles XIII, en 1818, pratique une politique d’équilibre, entre la Russie et l’Angleterre24. D’abord très proche du tsar Alexandre Ier après les épreuves de 1812-1813, il ne néglige pas pour autant la puissance anglaise, obtenant en 1819 une réduction de moitié de la dette norvégienne contractée lors de l’engagement de ce pays dans les conflits napoléoniens comme province danoise25. Officiellement rallié à la Sainte-Alliance afin de ne pas mécontenter Alexandre Ier, le nouveau roi de Suède-Norvège ne manifeste pas un grand enthousiasme en faveur de la politique de restauration monarchique en Europe, préférant soutenir l’indépendance des nouveaux États d’Amérique du Sud selon la ligne anglaise. Bernadotte va même jusqu’à reprendre ses vieux rêves américains – il voulait devenir gouverneur de la Louisiane en 180326 – en candidatant, sans succès, au trône argentin en 181927. Il vend également des navires de guerre aux jeunes États sud-américains, provoquant un incident diplomatique qui l’oblige à faire machine arrière28. Quand la menace d’un conflit se profile, en particulier lors des tensions anglo-russes au lendemain des insurrections grecque puis polonaise de 1821-30 et 1830-32, Karl Johan réaffirme aussitôt la neutralité de la Suède-Norvège.

  • 29 Conférence de John Peter Collett, professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Osl (...)
  • 30 Ibid.
  • 31 Ibid.

20Charles Jean gère avec la même prudence les nouvelles revendications indépendantistes norvégiennes. Tempérant la fougue de ses conseillers suédois, il se contente de brandir la menace d’une intervention armée quand, en 1828, le parlement norvégien prétend célébrer officiellement le 17 mai la proclamation de l’indépendance29. Dès l’année suivante, Charles XIV Jean décide de ne plus pourvoir le poste de représentant du roi de Suède en Norvège afin de ménager la susceptibilité de ses sujets de l’Ouest. Infatigable voyageur, il les visite régulièrement, par terre ou par mer, et leur délègue également son fils Oscar accompagné de sa séduisante épouse Joséphine, petite-fille de la première impératrice, Joséphine de Beauharnais. Le souverain n’en oublie pas pour autant ses prérogatives royales et tente à plusieurs reprises de transformer son veto suspensif en droit de veto absolu. Cette volonté de modifier la constitution tourne d’ailleurs à l’obsession vers la fin de son règne30. Le conservatisme du vieux roi — il a quatre-vingts ans au début de l’année 1843 — finit pas agacer ses sujets, mais son fils Oscar a la réputation d’être libéral ; de plus, il parle couramment suédois et norvégien, et se pique de scandinavisme, rassurant de la sorte les opposants libéraux qui acceptent de patienter en espérant une alternance prochaine31.

  • 32 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 88, liste des audiences entre 1837 et 1844. Pour le seul mo (...)
  • 33 Lars O. Lagerqvist, Karl XIV Johan. En fransman i Norden, Stockholm, Prisma, 2005. Cette b (...)

21Enfin, les manières simples, voire populistes de Bernadotte, contrastant avec la sophistication de certains nobles suédois, conviennent bien à l’esprit réservé des Norvégiens qui cultivent les valeurs d’égalité et de franchise, valeurs qui s’enracinent dans leur statut d’hommes libres depuis la nuit des temps. Comme le démontre Kai Østberg dans ses travaux, ce n’est pas la quasi-absence de noblesse qui caractérise la Norvège, mais le sentiment que chacun possède du sang noble dans ses veines. À Stockholm, le roi conserve également le soutien d’une bonne partie du petit peuple en faisant preuve de beaucoup de bonhomie, paradant à cheval et tenant audience jusqu’aux derniers jours, malgré son affaiblissement32, visitant en pleine nuit les victimes de l’incendie de la capitale en 183533. Charles Jean parachève sa quête de popularité en offrant la prospérité à ses deux peuples, tout d’abord par la paix, mais aussi en facilitant les échanges, abaissant considérablement les droits de douane entre les deux royaumes à partir de 1825, mettant ainsi fin à certaines pénuries récurrentes en Norvège. Ce souci du bien-être matériel des populations de son royaume domine la plus grande partie du règne entre 1818 et 1844, mettant la Suède sur les rails d’une révolution industrielle discrète, mais bien réelle.

La recherche d’un développement économique et social durable

  • 34 Arthur Montgomery, « L’évolution économique de la Suède au XIXe siècle », dans Annales d’h (...)
  • 35 Jean-Marc Olivier, Petites industries, grands développements. France, Suisse, Suède (1780- (...)

22L’historiographie traditionnelle situe le décollage économique de la Suède dans la deuxième moitié du XIXe siècle, voire après 1870, car c’est seulement à ce moment qu’apparaissent les grandes usines caractéristiques du factory system anglais34. Mais en Suède, comme en Suisse et dans une bonne partie de la France, l’essentiel est ailleurs35. En effet, dès les années 1820, la production à grande échelle d’objets manufacturés s’y effectue dans de petites unités — ateliers et travailleurs à domicile — qui pratiquent une division très poussée du travail et exportent leurs fabrications. Cette « industrialisation douce », qui préserve les équilibres de la société rurale traditionnelle grâce à la pluriactivité, laisse peu de traces dans les sources ou le paysage. Ces « mains invisibles » existent pourtant, ce sont celles des paysans-forgerons ou des paysans-ébénistes qui s’activent pendant les longs hivers scandinaves. Bernadotte s’intéresse à ces multiples activités qui ne sont pas sans lui rappeler les petites industries de ses Pyrénées natales. De plus, en tant que prince héritier, il possède lui même de nombreuses forges et scieries hydrauliques dont il suit de près les performances. Ce pragmatisme de terrain, déjà mis en pratique lors de sa gestion du Hanovre, le conduit à stimuler toutes les formes de production dispersée sur les vastes espaces de ses deux royaumes.

  • 36 Gabriel Girod de l’Ain, Bernadotte, chef de guerre et chef d’État, Paris, Perrin, 1968, p. (...)

23Devenu le roi Charles XIV Jean en 1818, Bernadotte se présente parfois comme un mercantiliste, et on sait qu’il a suivi quelques cours d’économie politique à Giessen dans sa jeunesse36. Mais a-t-il développé une véritable politique économique, au sens noble du terme, c’est-à-dire fondée sur une théorie, ou une école, et cherché à favoriser de grands équilibres à long terme ? Cette problématique se heurte au caractère d’un homme qui agit en situation, s’emporte souvent et se contredit parfois. Cependant, l’analyse de ses archives personnelles révèle de grandes lignes de force, quatre plus précisément, qui reviennent constamment dans les bilans qu’il dresse régulièrement. La première correspond à une volonté constante de régler la dette nationale due à la guerre et à l’acquisition de la Norvège, et ceci passe par une stabilisation monétaire dont Karl Johan a parfaitement conscience de la nécessité. Le second objectif s’inscrit dans la tradition monarchique d’Ancien Régime : il est indispensable d’assurer le progrès agricole et le ravitaillement du pays, principe fondamental dont découle un souci constant de développer le commerce et les transports. Enfin, en bon militaire, Jean-Baptiste Bernadotte s’attache à stimuler ou à protéger l’activité métallurgique, en particulier les forges, afin de préserver la puissance de ses deux royaumes. Au quotidien, ces quatre grands objectifs économiques se heurtent à de nombreuses difficultés que Karl Johan entend surmonter avec pragmatisme et persévérance, l’essentiel étant d’aboutir à une prospérité sur le long terme afin d’implanter solidement sa dynastie naissante. Les premières difficultés sont de nature financière.

Dette et stabilisation monétaire

  • 37 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 80, document 49.

24Charles Jean hérite d’une situation monétaire suédoise et norvégienne catastrophique qui l’inquiète profondément. Certains de ses biographes ont insisté sur ses origines modestes – fils d’un procureur à la cour de justice de la sénéchaussée, emprisonné pour dettes – et sur son parcours militaire – nécessité d’assurer le paiement de la solde de ses soldats – pour expliquer sa hantise du déficit budgétaire et de la dette. Cette dernière résulte des guerres et de l’obligation faite à la Suède, par le traité de Kiel, de prendre en charge l’endettement de la Norvège en 1814. Le montant de cette dette est indiqué par Charles Jean lui-même, dans son discours du 19 mars 1830, lors de la clôture de la Diète suédoise, où il déclare : « Il y a 20 ans […], votre comité d’État vous a fait connaître qu’elle [la Suède] était chargée de plus de 53 millions de dette »37. Il s’agit ici de « riksdalers », et l’analyse de cette somme impose d’entrer dans l’histoire monétaire complexe du royaume de Suède. Le principe de base en est le monométallisme argent, mais en 1789 une seconde monnaie appelée « riksdaler riksgäld » est mise en circulation. Cette dernière est inconvertible, à la différence de l’ancienne que l’on appelle désormais « riksdaler banko ». Dès 1803, le riksdaler riksgäld se dévalue, entraînant dans sa chute le banko, qui cesse d’être convertible à partir de 1809. La Riksbank, ou banque de Suède, ne contrôle donc plus le taux de change de la monnaie suédoise, qui est dorénavant fixé sur le marché de Hambourg au jour le jour. Les deux monnaies continuent à se déprécier jusqu’en 1820. Ceci gêne le commerce et la politique budgétaire de la Suède. Karl Johan évoque ses inquiétudes et ses efforts dans chacun de ses discours. Il insiste sur les économies réalisées, en particulier sur son train de vie. Ainsi, lors de l’ouverture des États généraux, le 23 janvier 1823, il proclame :

  • 38 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 81, deuxième discours du volume relié.

[…] La constitution ne me donnant pas une intervention directe dans le système financier du royaume, je dois me borner à faire des vœux pour que vos mesures soient de nature à éloigner de ce pays les effets funestes que tant d’États ont eu à déplorer. Le premier besoin de mon cœur, toujours lié avec l’intérêt du pays, me portera constamment à diminuer les charges publiques [… ]38

  • 39 Ibid., troisième discours, réponse du roi aux États généraux qui viennent présenter leur a (...)

25S’estimant proche de la mort à partir de 182339, il transmet cette nécessité de réduire le train de vie de l’État à son fils Oscar dans une lettre qui ressemble à un programme politique. Ce document est rédigé le 3 avril 1824 à l’occasion du départ d’Oscar pour la Norvège. On peut y lire, en guise de conclusion :

  • 40 Ibid., 15e document.

[…] Les finances sont le nerf de l’État ; il est important de bien connaître la recette et la dépense, de créer des ressources suffisantes pour couvrir les besoins, sans être onéreuses pour la nation, et de les employer avec discernement. Il faut qu’un État soit économe tous les jours et magnifique par circonstance.40

  • 41 Lars Magnusson, The Tradition of Free Trade, Londres/New York, Routledge, 2004, p. 124. Ce (...)

26Cette position de principe du roi rassure ses conseillers, imprégnés de « caméralistique », véritable science des finances publiques largement diffusée en Suède à partir de la tradition germanique41.

  • 42 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 90, 4e partie, Lettres du roi Jérôme Napoléon, 3e lettre.
  • 43 Ibid., 4e lettre.
  • 44 Ibid., 8e lettre.
  • 45 Ibid., 9e lettre.
  • 46 Il existe un fonds particulier dans les archives de la famille Bernadotte : les Konungens (...)
  • 47 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 81.

27La prudence officielle se double d’une certaine roublardise, révélée par la correspondance avec Jérôme Bonaparte, frère de Napoléon. La copie d’une lettre du 9 juillet 1811, copie réalisée par Charles Jean lui-même pour plus de discrétion, nous apprend que ce dernier sollicite un prêt de 150 000 francs auprès de Jérôme Bonaparte, son beau-frère par alliance, car sa situation financière est délicate42. Le frère de Napoléon accepte aussitôt, sans exiger de garanties, dans une réponse très chaleureuse datée du 4 août 181143. Vingt-huit ans plus tard, Jérôme Bonaparte demande à Charles Jean de lui rendre le même service44, mais le roi de Suède se dérobe, prétextant que ses revenus ont beaucoup diminué45. L’argument semble, en effet, peu crédible si l’on en croit les archives du bureau privé du roi qui soulignent plutôt l’opulence des domaines possédés en main propre par le souverain, sources de profits importants46. Mais Charles Jean, en bon gestionnaire, se méfie alors de la faible solvabilité des Bonaparte à cette date. Cette politique avisée porte ses fruits, car dès 1830 la dette est ramenée à neuf millions de riksdalers47. S’il s’agit de riksdalers banko, unité de compte la plus utilisée, on peut estimer que cette dette est passée d’environ 300 à 50 millions de francs-or entre 1810 et 1830, car un riksdaler banko équivaut, du moins à l’origine, à 25,7 g d’argent, alors qu’un franc germinal correspond à 5 g de ce métal. Cette réduction de la dette permet d’engager une réflexion prudente, le roi hésitant pendant quatre ans avant de se déclarer favorable, en 1834, au retour à l’étalon-argent pour les deux monnaies nationales : le riksdaler banko et le riksdaler riksgäld. Ceci marque la fin d’un demi-siècle de désordres monétaires. Karl Johan est particulièrement fier de cette stabilisation. Il le rappelle encore en 1842, lors de son dernier discours lu par son représentant devant le Storting de Norvège :

  • 48 Ibid., n° 84, discours du 11 février 1842.

L’état de nos finances ne laisse rien à désirer, mais nous devons nous occuper sérieusement de la question (de savoir) si l’intérêt de l’agriculture, du commerce et des autres industries nationales ne réclame pas une augmentation des fonds de la Banque. Deux avantages résultent de l’amélioration d’un papier aujourd’hui plus recherché que les espèces métalliques : celui de pouvoir sans gêne et sans sacrifice liquider la totalité de notre dette publique et encore faire face aux dépenses de l’État sans avoir besoin, pour les trois années qui vont s’écouler, de recourir au rétablissement de l’impôt foncier qui ne pèse plus sur les contribuables depuis 1836 [… ]48

28Mais avant cette date, pendant la phase de fluctuation des cours, Karl Johan ne peut pas laisser se creuser le déficit de la balance commerciale qui nuirait au rétablissement financier. L’importation massive de blé n’est donc pas envisageable, ce qui justifie le deuxième axe de sa politique économique.

Ravitailler le pays grâce aux progrès agricoles

29Charles Jean encourage les initiatives intérieures. Homme du XVIIIe siècle finissant, il a bien connu les crises de subsistances et pense que rien ne peut être durablement bâti sans un minimum de prospérité populaire. Selon lui, cette prospérité passe par une paix solidement établie et par les actions incitatives du pouvoir central. Dans son « Discours aux États généraux, à la clôture de la Diète en 1823 », il indique avec satisfaction que « les récoltes ont été abondantes » et qu’elles suffisent largement. Mais il ajoute :

  • 49 Ibid., folio 38.

Néanmoins, le cultivateur est gêné. Il continuera de l’être jusqu’à ce qu’un nouveau système hypothécaire le place dans une situation plus assurée que celle où il se trouve maintenant.49

  • 50 Ibid., discours prononcé lors de la séance de l’Académie d’agriculture du 28 janvier 1825.
  • 51 Nordisk familjebok, deuxième édition, volume 1, 1904, p. 717. Cette encyclopédie suédoise (...)
  • 52 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 162, « Mémorandum relatif aux rapports de commerce de la Su (...)
  • 53 Ernest Söderlund, Annagreta Hallberg et Jan Sandin, Swedish Timber Exports, 1850-1950, Upp (...)
  • 54 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 81.

30Pour cela il faut attendre 1834 et la fin des incertitudes monétaires, mais dès le début de son règne il explore d’autres voies vers le progrès, encourageant les agents de l’État et les académies, en particulier celle d’agriculture créée en 181350, à améliorer l’outillage agricole et la diffusion de la pomme de terre sur le modèle d’Alströmer dans la région d’Alingsås51. Parallèlement, les importations de bois et de vivres de Finlande deviennent moins vitales, comme le souligne un rapport de 1825, qui insiste sur la multiplication des formalités de douane52. Ce constat va dans le sens d’une amélioration de l’autosuffisance suédoise. Sur ses propres domaines privés, très vastes, le roi encourage les défrichements et les expériences. Il ordonne le bornage des forêts royales dès le début des années 182053. Dans son discours du 28 janvier 1825, devant l’Académie d’agriculture, il s’inquiète même d’une éventuelle surproduction et de ses effets néfastes54. Grâce à cette prospérité retrouvée, la population s’accroît rapidement, passant de 2 400 000 habitants en 1810 à près de trois millions en 1830, pour le seul royaume de Suède. Ce dernier réussit cependant à exporter des céréales certaines années, confortant une troisième préoccupation majeure du souverain : la stimulation des échanges.

Primauté du commerce et des transports selon Charles Jean

31Le souci d’équilibrer la balance commerciale apparaît dès la première Diète qui se tient sous son règne personnel entre 1820 et 1823. Le 22 décembre 1823, dans ses réponses aux députations des quatre ordres lors de la clôture de la Diète, il déclare aux représentants de la bourgeoisie :

  • 55 Ibid., 11e document.

Le commerce et l’industrie sont les principaux moyens de richesse, de force et de sûreté des empires. C’est par le commerce et la navigation que nous avons acquis la connaissance de notre globe ; c’est le commerce qui a civilisé le monde ; et c’est encore le commerce qui a porté plusieurs États tels que l’Angleterre et le nord de l’Amérique au degré de prospérité où ils se trouvent maintenant.55

  • 56 Ibid., 57e document, réponse du roi au discours du gouverneur baron de Stackelberg à la tê (...)

32À partir de là, Karl Johan s’attache au développement des ports suédois et norvégiens, domaine dans lequel il ne manque pas d’expérience après avoir gouverné Anvers, le Hanovre et les villes hanséatiques plusieurs années durant. Ainsi, il se déplace à Helsingborg, le 10 septembre 1832, pour assister à l’inauguration d’un nouveau môle dans le port56. Parallèlement, chacun de ses discours évoque avec constance l’avancement du canal de Gothie, ou Göta Kanal, réalisé de 1810 à 1832, qui permet de naviguer à travers la Suède de la Baltique à la mer du Nord en contournant le détroit du Sund.

33Enfin, l’établissement d’une route terrestre carrossable entre la Suède et la Norvège à travers la montagne le passionne également, comme le montrent les gravures de propagande conservées au musée Bernadotte de Pau.

34Ces progrès renforcent simultanément l’efficacité de son armée, qui dans l’hypothèse d’un conflit peut se déplacer avec aisance sur terre comme sur mer, et qu’il conçoit désormais comme une force de dissuasion, garante de la paix. À cette armée, rien ne doit être refusé en matière d’armement ou d’équipement, et si le souverain ne contrôle pas lui-même le budget militaire, il sait pouvoir s’appuyer sur les savoir-faire traditionnels suédois.

Encourager l’art du fer et l’exploitation des forêts

  • 57 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 81, réponse à une députation des propriétaires de mines et (...)

35Conscient du rôle essentiel d’une artillerie et de fusils performants, Charles Jean se passionne pour la métallurgie qui nourrit déjà les principales exportations suédoises du début du XIXe siècle. Il comprend intuitivement que la Suède a intérêt à transformer le plus possible son minerai de fer en encourageant tout particulièrement le laminage. En 1826, dans sa réponse à une députation des propriétaires de mines et de forges, il insiste sur l’indépendance nécessaire de cette activité nationale en déclarant : « Évitons prudemment d’aller chercher au dehors des capitaux que l’État est dans la possibilité de nous procurer. »57

  • 58 Ibid., réponse à une députation des possesseurs de forges en « Wermlande », le 28 mai 1826
  • 59 Lars Magnusson et Maths Isacson, « Proto-Industrialisation in Sweden : Smithcraft in Eskil (...)
  • 60 Maths Isacson et Lars Magnusson, Proto-Industrialization in Scandinavia, Craft Skills in t (...)
  • 61 Eva Jacobsson, Urmakare I Mora socken, Grycksbo, Tryckt hos Strålin Tryckeri AB, 1987.
  • 62 L. Magnusson et M. Isacson, « Proto-Industrialisation in Sweden… », art. cité, p. 90.
  • 63 Josef Rydén, Från järnbruk till fabriker. Järnframotällningen och det industriella genombr (...)
  • 64 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 81, lettre du 3 avril 1824.

36Dès 1818, il avait aidé les maîtres de forges victimes d’une baisse du prix du fer58. Il visite également de nombreux établissements, prodiguant encouragements et subsides, favorisant ainsi la prospérité de multiples ateliers à forte valeur ajoutée sous son règne. Ainsi en va-t-il pour la production d’outils à Eskilstuna59, de faux à Hedemora60 et d’horloges à Mora61. Dans le bourg dalécarlien d’Hedemora qui compte 3 000 habitants, la fabrication des faux pratiquée depuis les années 1760 atteint son apogée entre 1810 et 1830 avec une production annuelle de 86 000 unités62. Puis, au début des années 1840, la petite métallurgie de l’ouest du Småland émerge, notamment dans les paroisses de Gnosjö, d’Anderstrop et de Kullstrop63. Karl Johan transmet dès 1824 cet intérêt pour les forges à son fils Oscar dans la fameuse lettre programme précédant le voyage de ce dernier en Norvège64. Il insiste aussi sur la nécessité de réarmer la Norvège en améliorant son équipement. Pour cela il cherche à susciter un engouement populaire pour la chose militaire en multipliant les parades et les défilés.

  • 65 Gunnar Molden et Jiri Havran, Seilskutebyen Arendal [Arendal, la ville des navires à voile (...)
  • 66 G. Girod de l’Ain, op. cit., pp. 595-596.
  • 67 Ibid.

37Charles Jean rêve pareillement d’un renouveau de la puissance maritime de ses deux royaumes. Le potentiel des différents chantiers navals ne cesse de s’améliorer, aussi bien dans les grands ports comme Stockholm et Göteborg que dans des sites plus modestes comme Arendal dans le sud de la Norvège65. La difficulté réside davantage dans le financement de la construction de nouveaux vaisseaux. Charles Jean négocie alors très habilement la vente de vieux navires de ligne, comme le Tapperheten [Bravoure] datant de 179966. Il obtient d’excellents prix auprès des nouveaux États indépendants d’Amérique latine désireux de se doter d’une flotte de guerre67. Au total, en 1825, deux vaisseaux et trois frégates sont très bien vendus, ce qui doit permettre la construction d’autant de nouvelles unités flambant neuves. Toutefois l’Espagne proteste contre ce soutien accordé par la Suède au Mexique et à la Colombie, et fait appel à la Sainte-Alliance, plus particulièrement à la Russie, qui oblige Charles Jean à interrompre ces ventes. En définitive, seuls les deux premiers navires sont cédés, ce qui demeure une très bonne opération et contribue à la stabilisation financière générale.

Un bilan économique magnifié

  • 68 L. Magnusson, The Tradition of Free Trade…, op. cit., p. 125.
  • 69 Riksarkivet [archives nationales], bureau des BFA, catalogue des papiers du roi Charles Je (...)
  • 70 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 167, 2e document, « Note de ce qui a été fait dans le Royau (...)

38Karl Johan n’a donc pas de véritable politique économique au sens noble du terme, mais il poursuit avec ténacité ses objectifs, obtenant des résultats non négligeables. Son intérêt pour le progrès technique et l’essor industriel peut cependant être mis en relation avec les écrits des premiers économistes suédois familiers d’Adam Smith et d’Anders Chydenius. En effet, ces derniers présentent davantage Smith comme un défenseur du système industriel que comme un partisan du libre-échange68. De plus, l’action en faveur d’un développement de l’économie des deux royaumes apparaît comme une priorité dès le début du règne de Charles Jean. Ainsi, l’ancien classement des archives Bernadotte, qui était encore en vigueur pour un grand nombre de cotes en 2003, permet de quantifier cet intérêt pour les affaires. Ce classement chronologique des dossiers traités par le roi révèle que, dès l’année 1817, 36 cotes identifiées sur 75 portent sur les finances et l’économie, soit pratiquement la moitié69. Mieux encore, quand en 1828 Karl Johan dresse un autre bilan de ce qui a été fait dans le royaume depuis 1810, il recense 88 mesures majeures qui se répartissent selon les domaines suivants70 :

393 sont inclassables

403 traitent de la religion (dont un nouveau bréviaire)

415 sont relatives à l’hygiène (vaccine, institut vétérinaire…)

428 portent sur le droit et la justice

439 évoquent l’éducation (deux nouveaux lycées…)

4420 concernent les affaires militaires

4540 traitent d’économie, de commerce et de finance (création d’une académie d’agriculture, plantation d’arbres, avantages accordés pour la fabrication des fers laminés, amélioration des routes, des fleuves et des canaux…).

  • 71 Pierre Musso, Saint-Simon et le saint-simonisme, Paris, PUF, 1999.

46Ceci semble confirmer une vision presque saint-simonienne de la prospérité d’un État. En effet, selon cette théorie, une économie nationale ressemble à un corps humain, sa santé dépend d’une bonne circulation du sang, c’est-à-dire d’une bonne circulation des marchandises et des capitaux71. Mais rien n’indique à l’heure présente que Karl Johan ait lu Saint-Simon ou ses disciples. L’enquête dans ses archives privées, toujours en cours, permettra peut-être de le déterminer avec plus de certitude.

47Finalement, à l’issue du long règne de Jean-Baptiste Bernadotte (1810-1844), le monde scandinave présente un nouveau visage, géopolitiquement et économiquement : la Finlande appartient désormais à la sphère d’influence russe ; le Danemark, amputé de la Norvège, se retrouve très affaibli face à la Prusse ; quant à la Suède, elle entre dans une ère de paix durable grâce à des “frontières naturelles” reconnues par toutes les grandes puissances.

48En abandonnant ses ambitions finlandaise, balte et poméranienne, le royaume suédois, associé à celui de Norvège, a pu privilégier son développement économique. La mobilisation des très riches archives Bernadotte permet aujourd’hui de revisiter cette période et d’en mesurer le caractère décisif longtemps sous-estimé. Charles Jean, le fondateur de la nouvelle dynastie s’impose par l’efficacité de sa gestion et par son habileté à séduire ses sujets, malgré une incapacité insurmontable à parler les langues nordiques. Son fils Oscar, plus libéral, poursuit son œuvre, relançant le rêve du scandinavisme et traversant sans trop de difficultés la grande crise de 1848. Les deux fils d’Oscar, les futurs Charles XV et Oscar II, règnent successivement sans réelle opposition, le second acceptant l’évolution vers un régime parlementaire et l’indépendance de la Norvège en 1905.

  • 72 Au-delà d’une multitude de PME, la Suède possède actuellement plusieurs multinationales da (...)
  • 73 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 191, « Tableau synoptique et en chiffres des progrès qu’a f (...)

49La première moitié du XIXe siècle suédois correspond surtout à l’amorce d’un développement économique qui n’aura de cesse de s’amplifier au fil des décennies. Du vivier de petits capitaines d’industrie ruraux choyés par Karl Johan émergent de nombreux groupes industriels très entreprenants et compétitifs à l’échelle mondiale dans les secteurs de l’acier, de la mécanique, des transports, du bois et de la chimie72. Pendant ces deux derniers siècles de paix et d’évolution politique relativement douce, les terres réputées pauvres de la péninsule scandinave se transforment en un espace économiquement performant capable d’exporter partout dans le monde des biens manufacturés intégrant de plus en plus de valeur ajoutée. Là encore, les archives Bernadotte offrent des statistiques précises et précoces permettant de dater l’origine de l’essor. Ainsi, les exportations de planches terminées bondissent de 178 000 à 408 000 douzaines entre 1818 et 183873, se substituant à celles des troncs à peine écorcés ; un peu plus tard s’épanouit l’industrie du meuble, puis la papeterie.

  • 74 L’expression, traduite de l’anglais « created harmony », est empruntée à l’économiste Gunn (...)

50Ces richesses, accumulées sans se départir d’une certaine frugalité luthérienne et nordique, faciliteront l’essor de la social-démocratie et la réussite de son projet de nouvelle société fondée sur une « harmonie construite »74, une première fois dès 1920 avec l’arrivée au pouvoir du parti social-démocrate suédois (Sveriges Social-demokratiska Arbetarepartiet), puis à nouveau à partir de 1932, avec le retour triomphal et durable du SAP pendant les 44 années ultérieures. S’appuyant sur un électorat encore très rural et obligé de nouer des alliances afin de disposer d’une majorité solide au parlement, le SAP affirme continuellement son respect de l’entreprise et de la propriété privée. Il souhaite redistribuer les richesses par l’impôt et intériorise l’idée qu’il ne doit pas briser le dynamisme entrepreneurial. Le SAP enracine d’ailleurs son action dans la tradition séculaire de solidarité scandinave, parfois idéalisée sous l’appellation « folkhemmet » que l’on peut traduire par « foyer du peuple » ou « maison commune ». Il existe ainsi quelques continuités manifestes et acceptées entre l’action du très conservateur Charles XIV Jean et celle de ses lointains successeurs sociaux-démocrates, l’encouragement de la petite entreprise étant l’une de ces constantes.

Notes

1 Ce travail est le fruit d’une dizaine d’années de recherche dans les archives suédoises et norvégiennes en collaboration avec les historiens des universités de Stockholm, Uppsala et Oslo. L’initiative de ce projet revient à Bertrand de Lafargue, malheureusement aujourd’hui décédé. Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Toulouse II-Le Mirail, après avoir été conseiller culturel en Norvège, il m’a transmis sa passion pour le monde nordique et m’a fait découvrir la richesse des archives Bernadotte. Je tiens également à remercier Ingemar Carlsson, archiviste royal, pour son soutien, John Peter Collett, professeur d’histoire à l’université d’Oslo, pour sa vision norvégienne du règne, et Maurice Carrez, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Strasbourg, pour sa connaissance des archives finlandaises et de la langue finnoise.

2 L’un des rares ouvrages en français retraçant de manière relativement détaillée l’histoire politique de la Suède demeure celui de Jean-Pierre Mousson-Lestang, Histoire de la Suède, Paris, Hatier, 1995. Pour une présentation générale des sociétés nordiques, il existe également une solide synthèse en français : Jean-François Battail, Régis Boyer et Vincent Fournier, Les sociétés scandinaves de la Réforme à nos jours, Paris, PUF, 1992. Quant à l’histoire économique, le livre de référence le plus accessible est en anglais : Lars Magnusson, An Economic History of Sweden, Londres/New York, Routledge, 2000.

3 Dans la perspective du bicentenaire de l’arrivée de Jean-Baptiste Bernadotte en Scandinavie (1810- 2010), les universités de Pau et de Toulouse ont organisé un colloque international en avril 2007 : « Bernadotte et son temps (1763-1844) ». Les actes de ce colloque ont été publiés dans la Revue d’Histoire Nordique/Nordic Historical Review, n° 5, deuxième semestre 2007, et n° 6-7, 2008. Le premier volume fait le point sur la carrière française du maréchal d’Empire, tandis que le second revisite le règne suédois et norvégien sous tous ses aspects. La Revue d’Histoire Nordique est accessible à l’adresse suivante : http://w3.framespa.univ-tlse2.fr/boutique/spip/spip.php?rubrique28&lang=fr.

4 Françoise Kermina, Bernadotte et Désirée Clary, Paris, Perrin, 1991.

5 Cette volonté de tout contrôler en demandant une traduction systématique des documents (discours, lois, correspondances, articles de journaux, enquêtes statistiques etc.) a donné naissance aux archives de la famille Bernadotte dont le premier fonds, celui de Karl XIV Johan, est essentiellement en français. Il comporte 265 cartons conservés au palais royal de Kungliga Slottet à Stockholm qui peuvent être transférés, après autorisation royale, aux Riksarkivet (archives nationales) pour consultation. Les cotes exactes sont : « Bernadotteska Familjearkivet (BFA) - Karl XIV Johans arkiv - Nr 1-265 », signifiant « Archives de la famille Bernadotte, archives de Karl XIV Johan, cotes 1 à 265 ». Il existe un guide en suédois de l’ensemble du fonds : Ingemar Carlsson, Kungens Familjearkiv, Stockholm, Carlsson Bokförlag, 1994. Voir aussi Jean-Marc Olivier, « Les archives de Bernadotte devenu Charles XIV Jean de Suède-Norvège (1792-1844) », in Revue d’Histoire Nordique/Nordic Historical Review, n° 2, octobre 2006, pp. 203-213.

6 Bernadotteska Familjearkivet (abrégées désormais BFA), Karl XIV Johans arkiv, n° 23, ce carton rassemble pour l’essentiel des documents sur l’élection de Bernadotte comme prince héritier de Suède en 1810.

7 Ibid.

8 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 51, copies de lettres du 7 septembre 1810 au 29 octobre 1812.

9 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 81, discours du 22 décembre 1823, folio 36.

10 Marie-Pierre Rey, Alexandre Ier, Paris, Flammarion “Grandes Biographies”, 2009, pp. 54-64.

11 Il existe aux Riksarkivet (les archives nationales suédoises) un fonds intitulé « Karl Johans papper » (les papiers de Charles Jean). Ce fonds constitué de 49 volumes numérotés de K 1019 à K 1067 contient les dossiers du ministère des Affaires étrangères. Ainsi, sous la cote K 1021 sont rassemblées 92 lettres du tsar Alexandre Ier et 20 lettres de son successeur Nicolas Ier, les cartons K 1046 et K 1047 contiennent les rapports du « Comité secret » sur la Russie et le K 1056 les dépêches des ministres et des consuls en Russie. Cet ensemble, complété par les copies de correspondances conservées dans les archives Bernadotte (BFA, Karl XIV Johans arkiv), permet de suivre l’évolution de la situation diplomatique entre les deux pays.

12 Sir Dunbar Plunket Barton, Bernadotte, Paris, Payot, 1983 (1ère édition française en 1931, traduction abrégée de l’édition originale anglaise en trois volumes parue entre 1914 et 1925), p. 272.

13 Ibid., p. 275, l’auteur s’appuie sur les archives du Foreign Office.

14 Ibid., p. 280.

15 Jean-Marc Olivier, « Bernadotte revisited, or the Complexity of a Long Reign (1810-1844) », in Revue d’Histoire Nordique/Nordic Historical Review, n° 2, octobre 2006, p. 127-137.

16 Sir D. Plunket Barton, Bernadotte…, op. cit., p. 287, « Lord Cathcart, écrit de Trachenberg le 12 juillet 1813 : “Le plan de campagne proposé par Bernadotte a été adopté” (Foreign Office, 66/86) ».

17 Ibid., p. 296.

18 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 57, « Campagne de 1813 ».

19 Friedrich Wencker-Wildberg, Bernadotte. A Biography, London, Jarrolds Publishers, 1936 (traduit de l’allemand), pp. 287-290.

20 Bertrand de Lafargue, « À propos d’une statue équestre du maréchal Bernadotte, roi de Suède-Norvège : une intrusion ambiguë dans l’histoire norvégienne », in Michel Bertrand, Patrick Cabanel et Bertrand de Lafargue (éds.), La fabrique des nations. Figures de l’État-nation dans l’Europe du XIXesiècle, Paris, Les Éditions de Paris, 2003, pp. 75-96. Cet article a été reproduit dans le n° 11 de la Revue d’Histoire Nordique/Nordic Historical Review consacré à Bertrand de Lafargue.

21 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 58 et n° 59, « Campagne de Norvège ».

22 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 59, « Lettre aux commissaires du roi près le Storthing de Christiania », 31 octobre 1814. Dans ce courrier, l’attitude d’abord agressive de Charles-Jean face à tous les révoltés norvégiens a beaucoup évolué et le prince admet qu’il faut distinguer « l’inquiétude et les soupçons provenant d’un zèle outré mais patriotique d’avec cette hypocrisie qui donne le change sur des projets ambitieux et personnels ».

23 John Peter Collett, « Charles XIV Jean et la démocratie en Norvège (1810-1844) », dans Revue d’Histoire Nordique/Nordic Historical Review, n° 6-7, 2008, p. 99.

24 Jean-François Berdah, « The Triumph of Neutrality : Bernadotte and European Geopolitics (1810- 1844) », dans Revue d’Histoire Nordique/Nordic Historical Review, n° 6-7, 2008, p. 31-94.

25 Torvald T. Höjer, Bernadotte. Maréchal de France. Roi de Suède, Paris, Plon, 1971 (1ère édition suédoise en 1939), tome II, pp. 329-355.

26 Jean-Marc Olivier, « Bernadotte, Napoléon et la Louisiane ou le dernier rêve d’un empire français en Amérique du Nord », in Christophe Belaubre et Jordana Dym (éds.), Napoléon et les Amériques, Toulouse/Leiden, Méridiennes/Brill, 2009, pp. 138-147.

27 Archives du ministère des Affaires étrangères français, Paris, correspondance politique ancienne, Buenos Aires (Argentine), tome 1 (1587 à 1819), fol. 192r, lettre du colonel Le Moyne à son supérieur le marquis d’Osmond (février 1819).

28 Torvald T. Höjer, Bernadotte…, op. cit., p. 393-432.

29 Conférence de John Peter Collett, professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Oslo, « Bernadotte et la Norvège », 18 novembre 2004, université de Toulouse 2-Le Mirail, séminaire de recherche sur la Scandinavie, laboratoire Framespa (UMR 5136).

30 Ibid.

31 Ibid.

32 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 88, liste des audiences entre 1837 et 1844. Pour le seul mois de mars 1837, le roi reçoit 44 personnes et ces audiences se poursuivent jusqu’en février 1844 alors que le roi a plus de quatre-vingts ans et qu’il est gravement malade depuis l’automne 1843 (il meurt le 8 mars 1844).

33 Lars O. Lagerqvist, Karl XIV Johan. En fransman i Norden, Stockholm, Prisma, 2005. Cette biographie récente de Jean-Baptiste Bernadotte, rédigée par un historien suédois, insiste sur la vie privée du souverain et sur sa popularité en Suède.

34 Arthur Montgomery, « L’évolution économique de la Suède au XIXe siècle », dans Annales d’histoire économique et sociale, année 1931, volume 3, n° 11, p. 349-360. Arthur Montgomery affirme dès son introduction, p. 349 : « Jusqu’au milieu du siècle cependant, les transformations furent relativement lentes ; dans la seconde moitié du siècle seulement, les progrès prirent une ampleur telle que l’on peut vraiment parler d’une révolution ». Cette analyse est reprise par Eli F. Heckscher, Economic History of Sweden, London, Harvard University Press, 1954, 350 p.

35 Jean-Marc Olivier, Petites industries, grands développements. France, Suisse, Suède (1780-1930), habilitation à diriger des recherches soutenue devant l’université de Toulouse 2-Le Mirail, le 6 décembre 2008, inédite.

36 Gabriel Girod de l’Ain, Bernadotte, chef de guerre et chef d’État, Paris, Perrin, 1968, p. 127.

37 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 80, document 49.

38 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 81, deuxième discours du volume relié.

39 Ibid., troisième discours, réponse du roi aux États généraux qui viennent présenter leur adresse de félicitation, 18 février 1823.

40 Ibid., 15e document.

41 Lars Magnusson, The Tradition of Free Trade, Londres/New York, Routledge, 2004, p. 124. Certains auteurs parlent de « caméralisme ».

42 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 90, 4e partie, Lettres du roi Jérôme Napoléon, 3e lettre.

43 Ibid., 4e lettre.

44 Ibid., 8e lettre.

45 Ibid., 9e lettre.

46 Il existe un fonds particulier dans les archives de la famille Bernadotte : les Konungens enskilda byrås arkiv [archives du bureau privé du roi]. Ces documents présentent la gestion des biens propres des souverains, en particulier les moulins, les scieries et les forges décrits dans les brukarkiv [archives des exploitations].

47 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 81.

48 Ibid., n° 84, discours du 11 février 1842.

49 Ibid., folio 38.

50 Ibid., discours prononcé lors de la séance de l’Académie d’agriculture du 28 janvier 1825.

51 Nordisk familjebok, deuxième édition, volume 1, 1904, p. 717. Cette encyclopédie suédoise en 38 volumes est consultable sur internet à l’adresse suivante : http://runeberg.org/nf/

52 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 162, « Mémorandum relatif aux rapports de commerce de la Suède et de la Norvège avec la Russie et la Finlande », année 1825.

53 Ernest Söderlund, Annagreta Hallberg et Jan Sandin, Swedish Timber Exports, 1850-1950, Uppsala, Almgvist & Wiksell, 1952, p. 6. « Au début du XIXe siècle, les droits de propriété sur les forêts en Suède étaient loin d’être clairs. En principe, la couronne s’octroyait toutes les forêts qui n’étaient pas, pour de bonnes raisons, déclarées comme appartenant à une province, un village ou une paroisse. Néanmoins, dans les zones de grandes forêts de pins, il n’y avait qu’un très petit nombre de bornes entre les forêts de la couronne et les autres » (extrait traduit du suédois). Ce constat est confirmé par les recherches de Jérôme Justeau qui mène actuellement des recherches en doctorat sur L’industrialisation de la filière bois en Suède du début du XIXe siècle aux années 1950 (universités de Stockholm et de Toulouse 2-Le Mirail).

54 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 81.

55 Ibid., 11e document.

56 Ibid., 57e document, réponse du roi au discours du gouverneur baron de Stackelberg à la tête de la bourgeoisie de Helsingborg à l’occasion de l’achèvement du nouveau môle, 10 septembre 1832.

57 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 81, réponse à une députation des propriétaires de mines et forges, le 25 mai 1826.

58 Ibid., réponse à une députation des possesseurs de forges en « Wermlande », le 28 mai 1826.

59 Lars Magnusson et Maths Isacson, « Proto-Industrialisation in Sweden : Smithcraft in Eskilstuna and Southern Dalarna », in Scandinavian Economic History Review, 1982, Vol. 30, n° 1, pp. 73-99 ; Lars Magnusson, The Contest for Control. Metal Industries in Sheffield, Solingen, Remscheid and Eskilstuna during the Industrialization, Oxford/Providence, Berg, 1994.

60 Maths Isacson et Lars Magnusson, Proto-Industrialization in Scandinavia, Craft Skills in the Industrial Revolution, Leamington Spa/Hambourg/New York, Berg Publishers, 1987, pp. 51-67.

61 Eva Jacobsson, Urmakare I Mora socken, Grycksbo, Tryckt hos Strålin Tryckeri AB, 1987.

62 L. Magnusson et M. Isacson, « Proto-Industrialisation in Sweden… », art. cité, p. 90.

63 Josef Rydén, Från järnbruk till fabriker. Järnframotällningen och det industriella genombrottet i Småland, Stokholm, Jernkontoret (Jernkontorets berghistoriska skriftserie, n° 36), 2000 ; Caroline Wigren, The Spirit of Gnosjö. The Grand Narrative and Beyond, Jönköping, Jönköping International Business School, 2003.

64 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 81, lettre du 3 avril 1824.

65 Gunnar Molden et Jiri Havran, Seilskutebyen Arendal [Arendal, la ville des navires à voile], Oslo, ARFO, 1998.

66 G. Girod de l’Ain, op. cit., pp. 595-596.

67 Ibid.

68 L. Magnusson, The Tradition of Free Trade…, op. cit., p. 125.

69 Riksarkivet [archives nationales], bureau des BFA, catalogue des papiers du roi Charles Jean, année 1817, liasse n° 12.

70 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 167, 2e document, « Note de ce qui a été fait dans le Royaume depuis 1810 », 1828.

71 Pierre Musso, Saint-Simon et le saint-simonisme, Paris, PUF, 1999.

72 Au-delà d’une multitude de PME, la Suède possède actuellement plusieurs multinationales dans ces secteurs, dont certaines datent du XIXe siècle comme Stora, SKF, ABB, Skanska ou Ericsson ; d’autres sont relativement plus récentes mais possèdent de solides racines rurales comme IKEA.

73 BFA, Karl XIV Johans arkiv, n° 191, « Tableau synoptique et en chiffres des progrès qu’a fait la Suède depuis 1810 en population, agriculture et industries de tout genre, commerce et amélioration de ses finances d’après des renseignements authentiques ».

74 L’expression, traduite de l’anglais « created harmony », est empruntée à l’économiste Gunnar Myrdal, grand théoricien du parti social démocrate à partir des années 1930.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search