Version classiqueVersion mobile

Banques, industrie et Europe du Nord

 | 
Jean-François Berdah

Deuxième partie. Hommage à Bertrand de Lafargue

La France révolutionnaire. Modèle et image d’horreur en Scandinavie de 1789 à 1871

Kai Østberg

Texte intégral

1« Les esprits bornés, les soi-disant bons bourgeois, donnent à la France l’épithète de “pays malheureux des guerres civiles”. Les vrais démocrates la nomment “le pays heureux des guerres pour les principes” […]. Toute liberté, et le bonheur qui en dépend, qui ont été acquis par les nations de ce siècle, c’est aux Français – ou plus précisément aux Parisiens – qu’elles le doivent. » C’est l’inspirateur et le chef de file du premier grand mouvement ouvrier en Norvège, Marcus Thrane, qui s’exprima ainsi dans son journal La Lumière du jour, publié en langue norvégienne aux États-Unis. C’était au mois de mai 1871, au moment même où la Commune était noyée dans le sang par les Versaillais. Selon Thrane, le monde entier avait profité des retombées des guerres civiles françaises. Thrane affirma que la Norvège aussi bien que le Danemark leur étaient redevables de leurs constitutions. À titre personnel, c’est la révolution de février 1848 qui lui donna une place dans l’histoire de la Norvège et l’histoire du mouvement ouvrier européen. Thrane organisa un mouvement populaire qui, relativement à la population, fut le plus important des mouvements européens inspirés par la révolution de février. Cette révolution le poussa au-devant de la scène historique, mais elle contribua aussi à son malheur : le mouvement fut écrasé et Thrane fut condamné à une longue peine de prison. Après sa libération, il émigra aux États-Unis.

2Un peu plus de 90 ans avant la publication de l’article de Thrane, le roi suédois Gustave III se trouvait avec son armée en Finlande, qui faisait alors partie du royaume suédois. La Suède fit, pour la énième fois, la guerre à son « archi-ennemi » – la Russie. Le 19 août 1789, tandis qu’il était au cœur des forêts finlandaises, le roi reçut des nouvelles effrayantes de Paris par l’intermédiaire de son contact personnel, le comte Axel von Fersen, ami intime de Marie-Antoinette. Celui-ci y évoquait la chute de la Bastille, l’arrestation de Foullon, le successeur de Necker à la tête des Finances, et de son gendre, Berthier de Savigny, et enfin leur exécution rapide en Place de Grève par la foule parisienne, le 22 juillet. La nouvelle priva le roi du sommeil : « J’ai cru voir la tête de M. Foullon que ces fous ont tendu à M. Berthier, son gendre, pour qu’il l’embrasse. Eh bien ! Voici le Paris charmant, où les nations de l’Europe tout entière se rassemblent pour se divertir et se consoler de leurs chagrins ! C’est là où nous nous retirerions, si on nous chassait d’ici ! […] Que ces hommes sont répugnants ! Ils sont les orangs-outans de l’Europe. Comment peut-on réunir une méchanceté si raffinée avec tant de grâce et d’amabilité ? »

3Il faudra attendre le XIXe siècle pour que Paris reconquière sa position de bastion de la culture en Europe et de lieu de rencontre privilégié de la bonne société internationale, telle que le roi suédois l’avait connue auparavant. Mais Paris devait aussi continuer de servir de modèle à ceux qui comme Marcus Thrane voulaient arracher les élites sociales à leurs salons élégants afin de les traîner devant le tribunal de la rue, le tribunal des opprimés, le tribunal des affamés de pain et des assoiffés de justice. L’exemple de Paris et de la France révolutionnaire allait aussi inspirer ceux des classes plus aisées qui voulaient surtout renverser l’absolutisme. Gustave III allait d’ailleurs bientôt s’en rendre compte personnellement : au lieu de lui offrir l’asile dont il avait rêvé, le Paris révolutionnaire allait au contraire inspirer nombre de ceux qui en voulaient à sa vie, chez lui à Stockholm. Ce fut le cas, notamment, de tous ceux qui jouèrent un rôle actif dans la conspiration de Johan Jacob Anckarström, dont le coup de feu fut fatal au roi, frappé en plein bal masqué à l’opéra de Stockholm, le 16 mars 1792.

4En vérité, la révolution de 1789 n’a pas été le seul événement révolutionnaire à avoir influencé le cours de l’histoire dans les trois États souverains de la Scandinavie que sont aujourd’hui le Danemark, la Suède et la Norvège. Après 1789, les mouvements populaires parisiens et français des années 1830, 1848 et 1871 ont eu aussi d’importantes répercussions positives et négatives en Europe du Nord. Cet article se propose précisément d’analyser ces répercussions à travers l’élan d’enthousiasme ou le sentiment profond d’aversion qui les ont accompagnées – dans une triple dimension – lors du combat pour :

  1. Les droits politiques et civils (juridiques), qui étaient des revendications libérales et démocratiques : établissement d’une assemblée nationale, égalité devant la loi, liberté de presse, liberté de culte, sûreté de la propriété.
  2. La lutte pour une plus grande égalité sociale et économique, à travers le démantèlement des privilèges seigneuriaux et nobiliaires, et sur la base de principes nouveaux : principe des carrières ouvertes aux talents, réévaluation culturelle du travail, frugalité, authenticité et autres vertus considérées comme roturières, ou bourgeoises.
  3. L’indépendance nationale. Parfois la lutte pour ou contre l’obtention de ces droits n’adopta qu’une seule des trois dimensions mentionnées et fut menée indépendamment de la lutte engagée en faveur des deux autres dimensions. Parfois deux de ces trois dimensions ou les trois furent combinées. Parfois, enfin, les motifs de lutte des différentes dimensions furent en contradiction les uns vis-à-vis des autres. En Scandinavie, pour le moins, la Révolution ne fut donc pas un bloc – pour citer la phrase célèbre de Georges Clemenceau – et encore moins une grande révolution calquée sur celle de 1789 ou celles du XIXe siècle.

La Suède de Gustave III : La Révolution comme prérogative royale

5Au moment où les nouvelles de la Révolution française parvinrent en Suède, Gustave venait lui-même de mettre un terme à sa propre révolution par des mesures qui correspondaient en fait à son second acte révolutionnaire. Le premier acte avait eu lieu juste après son accession au trône, en 1772. Grâce à son coup d’État, il avait mis fin à la soi-disant « Ère de la liberté » (Frihetstiden), une époque qui depuis la mort du grand roi guerrier Charles XII en 1718 avait été marquée par la suprématie de la Diète suédoise, le Riksdagen, et surtout celle de la noblesse. En 1772, Gustave III restaura donc le pouvoir personnel du roi, sans pour autant réintroduire immédiatement l’absolutisme en Suède. Il dut attendre pour cela le printemps 1789 et la réalisation de son second coup d’État ; mais il s’agissait là encore d’un absolutisme moins complet que celui en vigueur au Danemark-Norvège, la Diète, pour l’occasion, n’ayant pas été abolie. En réalité, Gustave III avait cherché par son premier coup d’État à renforcer le pouvoir monarchique et le pouvoir de la noblesse, menacés par des attaques, semble-t-il, égalitaristes et démocratiques provenant des trois autres ordres. Mais l’alliance entre Gustave et la noblesse fut de courte durée, car le coup d’État de 1789 affaiblit la noblesse socialement et économiquement au profit de la bourgeoisie, mais aussi de la paysannerie, qui était aussi représentée dans la Diète, un phénomène tout à fait exceptionnel dans l’Europe de l’époque. Le monopole nobiliaire des offices fut aboli, la haute cour devrait désormais contenir une moitié de non-nobles ; la paysannerie, pour sa part, obtint le droit d’acheter des terres royales, tandis que ses droits de propriété furent de façon générale renforcés. En ce qui concerne les droits politiques, Gustave III allait donc dans le sens inverse du chemin emprunté par la Révolution ; en revanche, il allait dans le même sens qu’elle dans le domaine social, ce qui le rendit aussi populaire parmi les paysans et les bourgeois que détesté dans la noblesse, y compris dans sa propre famille.

6Parmi ceux qui participèrent à la conspiration contre le roi en 1792, un grand nombre d’individus – mais pas tous – étaient fortement inspirés par les idées de la Révolution française, depuis surtout le coup d’État de 1789. Ils aspiraient tous à la restauration de la liberté de la presse qui avait prévalu pendant plus de cinquante ans durant l’Ère de liberté, mais certains souhaitaient aussi ardemment que la Diète fût transformée en assemblée nationale sur le modèle français. Une minorité, enfin, franchement républicaine allait plus loin encore et envisageait résolument un changement de régime.

7La conspiration échoua pour différentes raisons, la première étant que le roi ne fut pas tué sur le coup. Il devint donc très difficile de faire asseoir un nouveau candidat sur le trône plus favorable aux idées nouvelles. En fait, Gustave mit une quinzaine de jours à mourir, publiquement, avec toute la dignité et toute la théâtralité qu’il savait mobiliser en temps de crise. Son combat contre la mort lui attira ainsi beaucoup de sympathie de la part de l’opinion publique. Anckarström fut arrêté, et la conspiration fut dévoilée. Les conspirateurs ne bénéficièrent nullement de l’appui populaire, pas plus qu’Anckarström qui fut fouetté avec une violence extrême avant son exécution, tant la haine accumulée contre lui était grande. Du reste, une partie de cette population avait collecté une somme d’argent rondelette dans le but précis d’encourager le bourreau à faire son travail le plus consciencieusement possible. Anckarström ne pouvait échapper à la mort, mais pour les autres conspirateurs les sentences de mort furent muées en bannissement, accompagné de la perte de leurs titres nobiliaires. Adolf Ribbing s’exila en France, où il assista à l’exécution de Louis XVI, acquérant au passage – pour un certain temps du moins – une certaine notoriété parmi les représentants de la haute société parisienne. Il était connu sous le nom de « Beau régicide », et prit place aussi dans la longue liste des amants de Mme de Staël, ce qui devait s’avérer d’autant plus délicat d’un point de vue moral et surtout politique que celle-ci était la femme de l’ambassadeur de Suède à Paris.

8Le roi Gustave lui-même avait été profondément choqué par les événements tragiques qui s’étaient déroulés en France, car il était sans doute alors parmi tous les monarques d’Europe le défenseur le plus ardent de Louis XVI et de Marie-Antoinette. Il invita des émigrés nobles à s’installer en Suède, notamment la famille la plus proche de Louis XVI, qui déclinèrent respectueusement cette offre généreuse. Gustave exhorta aussi ses « collègues » à une croisade internationale contre la révolution. Il caressa même l’idée de libérer le couple royal grâce à sa flotte qui aurait remonté la Seine jusqu’à Paris à la manière des Vikings 950 ans plus tôt. En accord avec Gustave, le comte Axel von Fersen réussit presque, comme on le sait, à sauver sa bien-aimée Marie Antoinette et sa famille de l’emprise des révolutionnaires durant l’été 1791. L’exécution de la personne qui lui était le plus cher au monde en octobre 1793 devait faire naître en lui et pour le reste de sa vie une aversion profonde envers toute tendance à la révolte populaire. Aux yeux des libéraux et de la population de Stockholm, il devait ainsi incarner l’Ancien régime d’Europe et susciter un flot de mépris antiaristocratique qui devait lui être fatal.

9Au cours des années 1792-1809, la réalité du pouvoir fut exercée d’abord par Reuterholm, puis, après sa majorité, par Gustave Adolf IV, fils de Gustave III, dont le règne fut autoritaire et soutenu par une puissante police. C’est pourquoi cette époque est restée associée dans l’historiographie suédoise aux « années de fer ». Pour autant, les idées libérales et prorévolutionnaires ne cessèrent de progresser dans les esprits durant cette période, notamment dans la bourgeoisie et la noblesse. L’influence de la Révolution française sur les jeunes nobles fut d’ailleurs démontrée de manière très nette par le fait que beaucoup d’entre eux protestèrent contre la monarchie autoritaire en renonçant solennellement à leurs titres de noblesse lors d’une sorte de « nuit du 4 août » suédoise, un acte impensable pour les nobles plus âgés qui avaient protesté contre l’établissement de l’absolutisme en 1789 sous la conduite de l’aristocrate septuagénaire Axel von Fersen, le père de l’ami de Marie-Antoinette. À cette époque la résistance des nobles était ancrée dans les idées et les pratiques de l’Ère de liberté, et la prépondérance de la noblesse, en flagrante contradiction avec la lutte contre la société d’ordres, qui dès le début caractérisa la Révolution française.

10Après une nouvelle guerre contre la Russie en 1808 – 1809, la Suède perdit la Finlande. Cette perte favorisa la mise en œuvre d’une nouvelle conspiration contre le pouvoir royal, en fait la troisième en vingt ans, toujours dominée par de grands nobles, à la différence que cette fois-ci les conspirateurs réussirent. Par le coup d’État de 1809 – qui ne mérite guère le nom de révolution –, le régime constitutionnel fut rétabli. Le roi fut désormais contraint de convoquer la Diète régulièrement, et le gouvernement devint responsable devant celle-ci, sans qu’il soit néanmoins encore possible de parler d’un régime parlementaire. La liberté de la presse fut restaurée (voir la dimension 1 plus haut, droits politiques et civils). Gustave IV Adolphe fut déposé, et son oncle, âgé et sans descendants, fut placé sur le trône sous le nom Charles XIII. Les « hommes de 1809 » – c’est ainsi qu’on nomme d’habitude les vainqueurs du coup d’État – durent à la hâte trouver un héritier au trône. Ils choisirent le prince germano-danois Christian Auguste, qui était à l’époque commandant suprême en Norvège et qui du fait de son caractère débonnaire, avait acquis une grande popularité parmi les Norvégiens. Ce choix n’était pas dû au hasard, car les « hommes de 1809 » étaient persuadés que le fait de placer Christian Auguste sur le trône de Suède favoriserait une mainmise facile des Suédois sur le royaume de Norvège. Le fait est qu’obsédé par la perte de la Finlande, la Norvège apparaissait pour beaucoup comme une belle compensation.

11Contre toute attente, le nouveau prince héritier chuta de cheval au cours d’une manœuvre militaire au mois de mai 1810, après cinq mois de séjour en Suède, une chute qui devait lui être finalement fatale. Si le prince était de santé fragile, il circulait aussi depuis longtemps des rumeurs évoquant un éventuel empoissonnement par les partisans du vieux régime, les soi-disant Gustaviens. Après la mort du prince, les soupçons se dirigèrent aussitôt sur l’ancien ami de Marie-Antoinette, Axel von Fersen, qui était alors maréchal du royaume et le premier dignitaire après le roi. En tant que tel, il était responsable des funérailles du prince. La grande crainte du roi Charles et des « hommes de 1809 » était que la nouvelle instabilité aboutît à une restauration du vieux régime, avec Fersen personnage clé, et c’est pourquoi ils permirent à la foule enragée de Stockholm d’attaquer Fersen pendant les obsèques. Il fut tiré de son carrosse, ses vêtements furent déchirés, et devant la maison de la Chambre de la Noblesse il fut mis à mort, frappé et foulé aux pieds par la foule furieuse. Un bataillon de soldats était présent sur les lieux, mais aucune action ne fut entreprise pour disperser la foule et sauver Fersen, car ordre avait été donné à leur commandant, le général Silfversparre, de ne pas bouger, en conformité avec les intentions du roi Charles XIII lui-même.

12Les « hommes du 1809 » permirent ainsi au « tribunal de la rue » de laisser exploser sa colère à seule fin de contrer la menace des Gustaviens. Parmi les étudiants et dans la bourgeoisie, nombreux étaient ceux cependant qui voulaient exploiter les troubles afin de provoquer une sorte de prise de la Bastille suédoise, le début d’une révolution à la française. Les événements prirent ainsi un tournant bien plus grave que les « hommes de 1809 » ne l’avaient prévu. Néanmoins, ces événements apportaient la preuve qu’une fois encore certains membres des élites de la société suédoise étaient plus que jamais disposés à s’allier avec des forces démocratiques sur le modèle français. Le fait que le nouveau prince héritier allait bientôt être choisi parmi ceux que Gustave III avait qualifiés de l’expression « orangs-outans de l’Europe » devait en confirmer la tendance.

13À cela près que les « orangs-outans » avaient beaucoup changé au cours des années. Bernadotte, devenu prince héritier sous le nom de Charles-Jean, allait mener une politique autoritaire et socialement conservatrice, aussi bien en Suède qu’en Norvège, en vidant la constitution libérale de 1809 d’une grande partie de son contenu et en combattant pied à pied durant de longues années la constitution plus libérale encore des Norvégiens. Mais avant de revenir à ce sujet d’une manière plus approfondie, il convient tout d’abord de voir quels furent les effets de la révolution dans les royaumes unis de Danemark et de Norvège.

Le Danemark-Norvège : une monarchie absolue, mais libérale, se laisse enfin effrayer par la Révolution française

14Au Danemark, les nouvelles de la révolution en France furent reçues avec enthousiasme, principalement dans la sphère publique bouillante des périodiques, des journaux et des clubs qui prospéraient à Copenhague. On considérait alors que la Révolution française allait dans le même sens que celui du gouvernement danois quand celui-ci s’était engagé quelques années plus tôt dans la voie des réformes, conformément à « l’esprit des lumières », en ce qui concerne notamment les deux premières des dimensions mentionnées au début (réformes politiques et sociales). Grâce à la révolution de palais de 1784, soutenue par le jeune prince héritier Frédéric, le gouvernement autoritaire et incompétent de Guldberg avait été renvoyé. Frédéric était désormais régent, au nom de son père dément Christian VII. Sous sa régence, le gouvernement danois mit en œuvre tout une série de réformes, entre autres la libéralisation du commerce et l’humanisation du droit pénal. À partir de 1784, l’attitude du régime par rapport à la liberté de la presse devint aussi peu à peu plus libérale, pour la première fois depuis l’extrême liberté qui avait régné sous le bref gouvernement de Struensee en 1770-1772. Mais la réforme la plus importante fut sans nul doute la réforme agraire, qui fut menée à partir de 1788 contre les vives protestations des seigneurs avec des objectifs ambitieux – dissolution des collectivités agraires, transition d’un régime tenancier à la propriété paysanne, abolition de l’attachement à la glèbe et des pouvoirs judiciaires des seigneurs – ; en tout, une réforme qui ressemblait fortement aux mesures agraires de la Révolution française, à la nuance notable que la propriété paysanne était déjà en France une réalité tangible depuis longtemps pour une grande partie de la paysannerie, et que les mainmortables n’y constituaient qu’une très petite minorité. En un sens, la réforme agraire conduite par la monarchie absolue danoise allait donc plus loin qu’en France sous la révolution, essentiellement parce que le statut légal et social des paysans danois était au départ bien plus pénible et contraignant. Il convient de remarquer à cet égard que les réformes ne concernaient pas la Norvège, où le régime et la structure agraire étaient tout à fait différents, avec une grande proportion de propriété paysanne et une absence presque totale de noblesse, autrement dit sans seigneurs, ni aucun attachement à la glèbe.

15Jusqu’en 1792-1793, la Révolution française ne fut donc pas considérée comme une menace, malgré le fait que sur le plan formel le Danemark était la monarchie absolue la plus achevée d’Europe, ancrée dans la Loi royale de 1665. Celle-ci concentrait entre les mains du souverain la totalité des pouvoirs, et forçait les sujets danois à reconnaître leurs rois comme étant « les seuls chefs suprêmes qu’ils aient sur Terre ». La monarchie était bien ancrée dans les mœurs et les esprits, bien que ce « chef suprême » fût au milieu du siècle celle d’un ivrogne et d’un débauché (Frédéric V), et que son fils et successeur (Christian VII) fût complètement fou. La haine de l’aristocratie constituait, étant donné la résistance des seigneurs contre les réformes agraires, un dénominateur commun pour le gouvernement et les porte-parole du gouvernement. Le ministre Christian Colbjørnsen, originaire de la Norvège et l’un des artisans discrets de la réforme agraire, loua la monarchie absolue comme une institution fondée sur le consentement populaire, et faite pour servir les gens ordinaires. On se félicitait de vivre dans un des États les plus libres d’Europe.

16À y regarder de plus près, les arguments célébrant la liberté danoise nous semblent souvent forcés : Conrad Mathias Petedersen, éditeur radical d’un journal à Trondheim, en Norvège, assura qu’on n’avait pas besoin d’assemblée nationale dans le royaume, parce que la liberté de la presse remplissait la même fonction de manière très satisfaisante. En Norvège également, Bernt Børretzen, éditeur du journal Den snaksomme Bergenser (Le bavard de Bergen), fit l’éloge de la France révolutionnaire à partir de 1794, en assurant que les despotes tremblaient devant les progrès accomplis par les Français, tandis que de son côté le roi danois exultait. Même des écrivains radicaux et intrépides, comme P.A. Heiberg et Conrad Malthe Bruun, ne se prononcèrent d’une manière ouvertement critique contre la forme du gouvernement ou contre le gouvernement qu’à la fin de la période libérale.

17Comme l’a écrit Kåre Tønnesson, il s’agissait d’agir avec prudence, de s’exprimer au second degré et de se livrer aux pirouettes rhétoriques nécessaires, dans un pays où la loi ordonnait la peine de mort pour tout acte de lèse-majesté, y compris dans la critique du gouvernement. En même temps, il y avait très probablement une réelle loyauté envers la monarchie et les personnes royales dans une grande partie de la population aussi bien au Danemark qu’en Norvège, et ceux qui sympathisaient avec la Révolution française étaient incontestablement heureux des réformes que le gouvernement avait réalisées. Tant que la liberté de la presse subsistait, on tâchait de se persuader et de persuader les autres que l’obtention de droits politiques et civils constitutionnellement garantis était superflue.

18Un certain changement se fit sentir cependant dans l’opinion en 1792 qui s’amplifia l’année suivante avec la nouvelle de l’exécution de Louis XVI. Nombre de Danois manifestèrent ouvertement leur dégoût du jacobinisme parisien, mais pas tous, parmi lesquels Bruun et Heiberg qui défendirent Robespierre et la République. De plus, le gouvernement ne rompit jamais officiellement les relations diplomatiques avec la France révolutionnaire. Le ministre des Affaires étrangères, Bernstorff, sut résister à la pression des grandes puissances qui insistaient pour que le Danemark-Norvège rejoigne la coalition contre la France. En vain, l’exportation des grains vers la France fut maintenue, et en 1794 les vieux ennemis, le Danemark et la Suède, conclurent un pacte de neutralité dans le but de défendre le commerce, si besoin était par les armes. Les commissaires de la République qui se rendirent à Copenhague en 1793 pour assurer l’approvisionnement en grain avaient à leur tête le jacobin Grouvelle, connu pour avoir annoncé à Louis XVI la sentence de mort. Le directeur de la société des grossistes, le grand négociant J.L. Zinn, invita Grouvelle et les autres commissaires à dîner. Sa fille Sofie envisageait avec inquiétude la rencontre avec les républicains, qu’elle s’était figurés dans son esprit comme des régicides assoiffés de sang. Les commissaires furent en réalité des plus charmants ; ils firent la conquête de la famille et devinrent bientôt des habitués de la maison. Dans la maison de Zinn, on chantait la Marseillaise et lors d’un bal Sofie porta même une écharpe « à la tricolore », offerte par les Français.

19Après la chute de Robespierre, l’opinion générale redevint assez favorable à la France, et les relations commerciales et diplomatiques avec celle-ci furent renforcées. La compréhension mutuelle était telle que le régent prince Frédéric rencontrant le général Jourdan dans son quartier général à Francfort en 1796, lui donna du : « Votre Altesse citoyen ». Bel et curieux exemple de conciliation entre les anciennes et les nouvelles formes de sociabilité !

20En Norvège, la réaction aux nouvelles venues de France fut de très faible importance dans une presse qui était elle-même assez insignifiante. Børretzen à Bergen et Peterson à Trondheim, que nous avons déjà mentionnés, furent de ceux qui s’exprimèrent le plus à ce sujet. L’historien Knut Mykland affirme que s’il avait fallu que les Norvégiens se contentassent des informations des journaux de leur pays, ils seraient restés pratiquement ignorants de la chute de la monarchie en France jusqu’en 1795. Mais la source d’information la plus importante pour les Norvégiens était constituée par les journaux et les périodiques publiés à Copenhague ou à l’étranger. Dans les ports, les nouvelles de Danemark ou de l’étranger étaient aussi transmises oralement. La plupart des Norvégiens n’étaient guère sympathisants de la Révolution en France, ils n’étaient en tout cas pas des républicains. Le radicalisme qui existait dans la bourgeoise commerçante et parmi les artisans comptait peu en regard de la loyauté due à la royauté, de l’indifférence politique au sein de la paysannerie (qui constituait 90 % de la population) et du conservatisme social parmi les fonctionnaires. La loyauté politique fut d’ailleurs renforcée par les réformes du gouvernement menées les années précédentes.

21En revanche, il en alla tout différemment du patriotisme des Norvégiens (dimension 3) qui fut stimulé par la Révolution française : les vieillies revendications nationales resurgirent, on voulait que les intérêts de la Norvège soient pris plus en compte par le gouvernement à Copenhague. Le monopole d’exportation de grain dont les producteurs danois jouissaient était détesté par les Norvégiens. Il fut finalement aboli en 1788. Mais à cette époque on renouvela également les vieillies exigences pour une banque et une université en Norvège. En 1790 l’intendant de la généralité de Christiania (ancien nom d’Oslo), l’un des premiers fonctionnaires du roi en Norvège, s’inquiéta en effet que le pays ne soit au bord d’une révolution. Le consul du roi Gustave III à Christiania, Johan Martineau, rapporta la même chose avec enthousiasme, non pas parce que son maître aimait les révolutions en général, mais parce que celle des Norvégiens contre la domination danoise serait propice au vieux rêve des Suédois : faire la conquête de la Norvège. Ce rêve devait attendre encore quelques années avant de se réaliser.

22Knut Mykland a écrit que le but de cette possible révolution norvégienne aurait été beaucoup plus national que politique et social. Le gouvernement de Copenhague fit une fois de plus la sourde oreille aux exigences norvégiennes, craignant que les institutions souhaitées ne contribuent à l’accentuation des tendances séparatistes en Norvège. Finalement, la situation se calma, malgré l’inflexibilité du gouvernement, grâce à la bonne conjoncture économique que lui assura la politique de neutralité jusqu’en 1807. Avec le retournement radical de la conjoncture, après que le royaume fut entré en guerre, on vit de nouveau un durcissement du séparatisme norvégien, ainsi qu’une radicalisation dans les questions constitutionnelles, une attitude nettement plus démocratique.

23Il convient de préciser que la glasnost de la monarchie absolue avait pris fin en 1799 avec l’abolition de la liberté de presse. Il y avait eu plusieurs raisons à ce retour de l’autoritarisme. Il y avait eu tout d’abord la mort du ministre Bernstorff, un libéral avec beaucoup d’autorité à l’intérieur du gouvernement. Il y eut aussi le fait que les écrivains radicaux, en particulier P.A. Heiberg, avaient renoncé à toute prudence pour se mettre à critiquer ouvertement le gouvernement et la religion, invoquant toujours la France républicaine comme modèle. La situation internationale était aussi devenue plus difficile pour le gouvernement, car une nouvelle coalition contre la France avait été établie. Le tsar voyait d’un mauvais œil le débat public au Danemark, au ton assez libre et francophile. Il considérait Copenhague en particulier comme un véritable nœud de vipères jacobin. Le régent lui-même devint partisan d’un bâillonnement des voix radicales, avec pour résultat, le 29 septembre 1799, le rétablissement de la censure par le gouvernement et l’étranglement de la sphère publique dans les deux royaumes jumeaux. À peu près en même temps, Heiberg et Bruun furent jugés pour délit d’opinion et bannis du pays. Ils allèrent tous les deux à Paris pour ne plus jamais en repartir. Bruun se convertit aux valeurs de la France des notables et devint dans son nouveau pays un géographe réputé connu sous le nom de Conrad Malte-Brun. Heiberg, par contre, demeura fidèle à ses principes et obscur aux Français, mais il devint aussi une sorte de personnage culte pour de nombreux jeunes Scandinaves engagés dans l’opposition. Quand on était de passage à Paris, il était de bon ton, et même quasi obligatoire, de rendre visite à Heiberg, comme le fit en 1831 le jeune poète norvégien Henrik Wergeland, dont nous allons reparler plus loin.

1814-1848 : Les progrès du libéralisme, ses variantes radicales et conservatrices

24En 1799, un couvercle fut donc déposé au-dessus du volcan des exigences de liberté. Les points de vue radicaux et libéraux furent forcés de gagner la clandestinité au Danemark et en Norvège, mais ils resurgirent avec force en Norvège à la fin de l’ère napoléonienne. Une grande partie des fonctionnaires qui s’engagèrent dans le mouvement patriotique avaient fait leurs études à Copenhague dans les années 1790 et avaient été durablement marqués par le radicalisme qui y régnait. C’est en 1814 que ce radicalisme juvénile trouva l’occasion de s’épanouir, une année qui en Norvège représente à la fois le 1776 des Américains (l’indépendance nationale) et le 1789 des Français (la liberté et l’égalité). Cette révolution norvégienne – à laquelle on ne donne pas ce nom d’habitude – aurait été impensable sans la Révolution française. Ce sont les guerres révolutionnaires et napoléoniennes qui créèrent la situation internationale qui permit à la Norvège de déclarer son indépendance, et ce sont les idées révolutionnaires qui inspirèrent l’élite norvégienne à faire cette révolution au nom de la souveraineté nationale du peuple, et non pas au nom de la souveraineté dynastique du prince danois qui se mit à la tête de la révolte.

25Parmi les modèles qui inspirèrent les représentants de la Constituante à Eidsvoll, la constitution française fut certainement l’un des plus importants. La constitution d’Eidsvoll fut la plus libérale et la plus démocratique de son temps, et c’est aussi la seule constitution européenne de l’époque révolutionnaire qui soit toujours en vigueur aujourd’hui, malgré des modifications importantes. Les projets de constitution élaborés au cours des vingt-cinq ans de troubles révolutionnaires permirent à la Constituante norvégienne de mener à bien son travail en six semaines et d’adopter un texte définitif le 17 mai, par contraste avec la Constituante en France, qui nécessita près de deux ans et demi pour la même tâche. Il convient d’ajouter toutefois que les Norvégiens travaillaient sous la menace d’une guerre contre la Suède, qui attaqua le 26 juillet, avec Bernadotte à la tête de l’armée, pour s’assurer de sa récompense dans la lutte contre Napoléon. La guerre fut courte, rapidement gagnée par les Suédois, et l’union des deux pays fut imposée aux Norvégiens. Mais la constitution fut sauvegardée, et la Norvège entra dans la nouvelle union avec une autonomie élargie et des institutions politiques bien plus libérales et démocratiques que celles qui avaient été les siennes au cours de la longue période de domination danoise.

  • 1 Stein Kuhnle, Stemmeretten i 1814, Historisk Tidsskrift (Norvège), 1972, p. 373-390. Pour (...)

26Dans la constitution d’Eidsvoll, la séparation des pouvoirs fut assurée, l’égalité civile et les libertés civiles furent garanties. Le parlement, le Storting, était divisé en deux assemblées pour légiférer. Comme la Constituante française en 1789, on rejeta néanmoins l’idée de créer un véritable système à deux chambres, avec une sorte de chambre des pairs comme frein politique. On attribua au parlement, le droit de taxation et le droit de voter le budget, ainsi que le pouvoir législatif, auquel le roi ne pouvait opposer qu’un veto suspensif. Le suffrage censitaire fut défini de manière très large pour l’époque, principalement à partir de la propriété foncière. Près de 40 % des hommes adultes obtinrent le droit de vote, à comparer avec les 1-2 % qui constituaient le pays légal sous la France de la Restauration, ou les 12 % au Royaume-Uni avant la réforme de 18321. Le libéralisme économique fut établi comme un principe, ainsi que l’abolition de la noblesse, qui n’occupait par ailleurs qu’une assez insignifiante dans la société norvégienne. On mettra toutefois un certain temps à appliquer véritablement ces deux principes, surtout le libéralisme économique.

27En 1814, les fonctionnaires s’allièrent avec la bourgeoise marchande et même avec le peuple des villes et des campagnes pour accomplir la révolte norvégienne. Selon l’historien Jens Arup Seip, cette situation contribua fortement à donner à l’idéologie libérale de l’élite norvégienne son teint radical, qui n’est pas sans rappeler le radicalisme populaire inspiré de la Révolution française. Ce radicalisme du peuple devait se manifester au grand jour lors du mouvement de Thrane en 1848. Entre-temps, les hauts fonctionnaires s’étaient séparés des paysans et étaient désormais alliés à la grande bourgeoisie, au côté de laquelle ils se battaient contre le radicalisme sous toutes ses formes, faisant du gouvernement une forteresse contre les menées démocratiques de l’Assemblée nationale. Menacés dans leurs positions, ils allaient même bientôt chercher le soutien du roi, leur ancien adversaire, à Stockholm.

28La révolution de Juillet en 1830 marque le début d’une nouvelle étape dans cette évolution vers le regroupement des forces conservatrices, car celle-ci fut reçue avec enthousiasme par l’opinion publique des pays scandinaves. Les deux monarques régnants ne partagèrent pas ces sentiments : Charles XIV Jean (Bernadotte) de Suède-Norvège venait de féliciter Charles X de France au sujet de la conquête d’Alger. Quand il reçut la nouvelle de la révolution de Juillet, il se dit choqué par le manque de fermeté du gouvernement français, et regretta qu’on n’ait pas utilisé les canons contre le peuple dans les rues de Paris. Quant au vieux Fréderic VI à Copenhague, qui régnait à la tête du pays depuis 1784, était devenu encore plus conservateur avec l’âge. Vers la fin de l’année 1834, il voulut en finir avec les derniers vestiges de la liberté de presse, qui avait déjà été si cruellement mutilée en 1799. Il chercha alors à introduire la censure comme règle générale. Quand les meilleurs hommes du royaume lui présentèrent les remontrances les plus respectueuses, le cabinet royal fit savoir qu’il n’y avait rien à discuter dans une déclaration qui, dans sa forme abrégée, est restée aux yeux de la postérité comme le vrai slogan de Frédéric VI : « C’est à nous seuls de savoir » (… ce qu’il faut faire).

29À Stockholm, le jeune libéral Lars Johan Hierta, secrétaire à la Chambre de la Noblesse, déclara que la révolution de Juillet avait « répandu une nouvelle vie dans l’esprit de tous ceux qui avaient quelque sympathie pour le progrès de l’humanité. » Décidé à contribuer personnellement à ce progrès, il voulait créer un journal libéral, ce qu’il fit le 6 décembre 1830 en publiant le premier numéro de l’Aftonbladet. Considéré comme le premier journal moderne de Suède, il est aujourd’hui le quotidien le plus lu de tous les pays scandinaves. À l’époque, l’Aftonbladet jouait un rôle important en tant que porte-parole de l’opposition ; ce qui lui valut d’être interdit à vingt-six reprises par le gouvernement. Chaque fois, il reparut sous un autre nom, toujours avec un nouvel homme de paille comme rédacteur. Après la 26e reparution, le roi finit par accepter son existence.

30Si, comme nous l’avons dit, Charles XIV Jean avait considérablement étendu son pouvoir personnel en Suède par rapport aux intentions des « hommes de 1809 », ses prérogatives étaient bien plus limitées en tant que roi de Norvège. De ce fait, la Norvège était devenue depuis longtemps un modèle pour les libéraux suédois, et on comprend aisément pourquoi Charles-Jean redoubla d’efforts pour combattre l’opposition contre le gouvernement en Norvège.

31Une des conséquences de la révolution de Juillet fut que Charles XIV Jean se trouva dans l’impossibilité de recourir au prétexte facile de la pression de pouvoirs réactionnaires européens dans sa lutte contre le parlement norvégien, comme il l’avait fait en 1821 et 1824, prétendant alors, à l’adresse des parlementaires norvégiens, que l’Europe de la Sainte-Alliance ne saurait accepter ni l’abolition de la noblesse, ni la liberté de presse en Norvège, ni l’absence de veto absolu entre les mains du roi.

32Bien des choses avaient changé en quelques années, notamment le fait que les bases de la position dominante des hauts fonctionnaires s’étaient visiblement effritées. Ces derniers ne voulaient plus se mettre à la tête de la nation contre l’adversaire commun d’antan, Charles-Jean, oppresseur de la constitution, et c’est très logiquement que surgirent des conflits d’intérêts entre cette classe d’un côté et les paysans et les classes moyennes urbaines de l’autre. Les hauts fonctionnaires prirent aussi peur du fait que les paysans avaient commencé à faire preuve d’une plus grande confiance en soi en matière de politique depuis la révolution de Juillet qui les avait visiblement inspirés. Ce mûrissement et ce réveil politique se traduisirent dans les élections du parlement des années 1833 et 1836. Un grand nombre de paysans furent élus comme députés, représentant de facto la majorité au Storting. Cette majorité réussit à abolir l’impôt direct de l’État et à voter une importante réforme de décentralisation, concédant à cette occasion une forte autonomie aux municipalités.

33Depuis 1814 et même jusqu’en 1836, où Charles-Jean congédia avec fracas le parlement avant qu’il n’eût terminé ses affaires, l’élite des fonctionnaires n’avait en réalité jamais cessé d’être en première ligne pour défendre une constitution qui comptait parmi les plus libres d’Europe. Après 1848 et 1871 cependant, un tournant devait s’opérer dans leur attitude, car si la défense de la constitution était toujours au cœur de leur combat, sous la conduite de leur chef de file le plus célèbre, Anton Martin Schweigaard (1808-1870), leur désir de conserver la constitution intacte ne se dirigeait plus contre des intentions réactionnaires, mais contre le désir croissant de démocratisation et de parlementarisme au sein de la nation.

34Les années 1830 virent non seulement une génération de paysans pleine de confiance en soi, mais aussi une nouvelle génération de jeunes étudiants et bientôt une nouvelle génération de fonctionnaires, également prête à réformer le pays. L’aile droite de cette génération fut connue sous le nom d’Intelligentsia ou de Troupe. Ces jeunes gens cultivaient des liens culturels avec le Danemark et l’Europe. En tant que fonctionnaires et hommes politiques, ils allaient bientôt révolutionner le pays de façon pragmatique et socialement conservatrice. Schweigaard était leur idole en politique et Johan Sebastian Welhaven leur premier poète. Politiquement, Schweigaard peut être comparé à Guizot en France : libéral du point de vue économique, partisan d’un gouvernement fort et indépendant, et socialement conservateur. Mais à la différence de Guizot, Schweigaard n’a jamais eu de poste dans le gouvernement et c’est au parlement qu’il domina l’opinion pendant près de trente ans.

35Schweigaard avait une formation juridique et devint professeur à la faculté de droit. C’était un anti-idéaliste. Il n’avait que du mépris pour la pensée juridique de la génération de 1814, fortement imprégnée de la notion de droit naturel. Il était partisan du libéralisme économique et non pas du libéralisme dit patriotique de l’ancienne génération. Le libéralisme de Schweigaard était ancré dans la pensée que le bien commun résulte de ce que chacun travaille pour améliorer sa propre situation. L’idéologie de l’ancienne génération était beaucoup plus marquée par le souci du bien commun et par la lutte héroïque contre le despotisme en politique. Dans son portrait irrévérencieux de Schweigaard, le poète et journaliste Aasmund Olavsson Vinje remarque que le réalisme et le pragmatisme de Schweigaard l’amenèrent à s’engager dans toutes sortes de travaux de nature pratique et économique, laissant de côté aussi bien la science que l’appréciation de l’évolution générale de la société – en bref, la libre pensée. On disait du brillant Schweigaard qu’il était comme un cheval arabe attelé à une charrette de fumier. Mais Vinje ne considérait pas Schweigaard comme un « cheval arabe » dans le domaine de l’esprit, parce que son chemin de vie correspondait tout à fait à son attitude pratique et à celle de son entourage.

36Le travail de Schweigaard et de ses partisans en faveur de la libéralisation de l’économie fut accompagné d’un conservatisme de plus en plus marqué dans les questions sociales et constitutionnelles. Effrayés par le radicalisme des paysans et des artisans, les défenseurs du régime des fonctionnaires vécurent le même glissement vers l’immobilisme et l’autoritarisme que Louis-Philippe et la monarchie de Juillet en France. L’historien Jens Arup Seip note que Schweigaard, à partir des années 1850, devint obsédé par la nécessité d’un rigide équilibre entre les pouvoirs constitutionnels afin de se garantir contre une révolution politique et sociale. Pour Schweigaard la démocratie en politique était synonyme de désordre dans la société et la vie économique. Ainsi écrit-il en 1851 à propos de la France : « Il est révélateur que trois mois après que Louis Philippe fut chassé de la France, les marins d’un vaisseau français dans le port d’Arendal (Norvège du Sud) se révoltèrent contre leur capitaine. » Schweigaard considérait alors que c’était un défaut majeur du système norvégien que de ne pas avoir accordé au roi un véto absolu. Les défenseurs du régime des fonctionnaires devinrent après le milieu du siècle des conservateurs dans les trois dimensions que nous avons évoquées en introduction, en faisant le choix notamment après 1870 de s’allier au roi en Suède et en s’éloignant toujours plus de cet esprit d’indépendance nationale qui leur avait assuré tant de force et de légitimité dans les premières décennies après 1814.

37Par contraste, les hommes de l’opposition continuaient à combiner des motifs nationaux avec des motifs libéraux ou franchement démocratiques. Ils partageaient la déception des libéraux en France au sujet de la trahison des idéaux de la révolution de Juillet. Dans les années 1830 et 1840, Henrik Wergeland (1808 – 1845) devint une des figures de proue de la cause nationaliste et démocratique, notamment en matière de politique culturelle en devenant le principal adversaire de la Troupe. Wergeland fut le plus grand poète de Scandinavie de la première moitié du XIXe siècle et joua durant sa courte vie et dans la « poétocratie » norvégienne un rôle comparable à celui de Victor Hugo en France.

38Wergeland glorifia la révolution de Juillet dans son poème « l’Europe libérée » en 1831 et partit la même année pour Paris en pèlerin politique. Le plus grand événement de son voyage fut incontestablement la fête de 14 juillet 1831, place de la Bastille. Il s’installa dans un café avec un compatriote pour se délecter de tous les tribuns enragés qui célébraient l’anniversaire de la grande révolution. Tout d’un coup, la foule s’en prit à une personne qu’on suspectait d’être un espion russe. On le saisit, on l’amena dans le café où les deux Norvégiens étaient installés. Des fenêtres furent cassées et des tables renversées. Les hôtes prirent la fuite, et l’ami de Wergeland voulut suivre leur exemple, contrairement à Wergeland : « Je ne pouvais pas renoncer au plaisir d’assister à des tumultes parisiens aussi importants, je voulais pour une fois nager quelques moments dans l’écume au-dessus de ces vagues d’abîme. » Avant de rentrer, il fut invité à dîner chez l’ambassadeur suéco-norvégien, qui proposa de porter un toast à la Norvège. Wergeland se leva pour prononcer un discours fervent en faveur de la révolte des Polonais récemment vaincus par les Russes à Ostrolenka. Il exhorta chaudement Charles-Jean à ne pas tenir compte des parlements suédois et norvégien, et d’entamer une croisade contre son vieil allié la Russie pour venger la défaite des Polonais. L’ambassadeur interrompit hâtivement la soirée, semble-t-il parce que l’un des convives était russe.

39Une année plus tard, Welhaven, premier poète de la Troupe et adversaire principal de Wergeland, devait s’en prendre à ceux qui avaient une vision romantique des révolutions. Le célèbre poème épique « Les Républicains » (1832) est considéré comme une attaque directe contre Wergeland. L’action du poème se déroule dans un café à Paris au lendemain de la défaite d’Ostrolenka. Un homme qui s’y est battu pour la cause de la Pologne fustige les bruyants « radicaux de salons » qui plastronnent dans la capitale.

1848 : Nationalisme, socialisme et réaction

40Au Danemark, la relation entre les nationalismes danois et allemand joua un rôle important au XIXe siècle, y compris pour ce qui est de l’évolution constitutionnelle. Le roi du Danemark était aussi duc souverain des duchés de Schleswig et de Holstein, au sud du Jutland. Le Holstein était entièrement germanophone, ainsi que le sud du Schleswig. À la suite de la révolution de 1830, les deux nationalismes se heurtèrent à l’intérieur de l’empire du roi danois, ce qui entraîna la création de quatre États provinciaux, un pour chacun des duchés, un pour le Jutland et un pour les îles, y compris Copenhague. Ces États n’avaient aucun pouvoir formel, et n’avaient qu’une fonction purement consultative, mais leur existence favorisa un épanouissement des nationalismes et des exigences libérales et démocratiques. La révolution de 1848 constitua une inspiration forte pour les deux forces. Elle entraîna l’abolition de l’absolutisme au Danemark, et l’établissement d’une constitution libérale fondée sur le suffrage universel. Elle déclencha également une guerre civile entre les camps germanophone et danophone. Après trois ans de guerre, les grandes puissances prirent les choses en main, et sous leurs auspices imposèrent la paix entre belligérants, ainsi que le retour au statu quo national et constitutionnel en ce qui concerne les duchés. Paradoxalement, le roi danois continua de régner en souverain absolu sur les duchés, alors qu’il adopta une position de roi constitutionnel au Danemark proprement dit. Cette situation curieuse perdurera jusqu’en 1864, date à laquelle le Danemark devait perdre les duchés au bénéfice de la Prusse dans la première d’une série de guerres qui aboutit à la proclamation du Reich allemand dans la Galerie de Glaces du château de Versailles, le 18 janvier 1871.

41La dimension nationale de la révolution de 1848 joua aussi un rôle important pour les Norvégiens. Pour les sympathisants de la révolution, les motifs nationaux et radicaux d’un point de vue politique allaient souvent de pair. Le violoniste Ole Bull, ami personnel de Wergeland, était l’un d’entre eux, alors qu’il était en train de devenir le violoniste le plus réputé du monde en succédant à Paganini. Il avait commencé sa carrière à Paris, où il s’était marié à une Française, et c’est encore là qu’il se trouvait au moment où la révolution de février éclata. Au milieu du mois de mars, il se mit en tête d’un petit cortège de Norvégiens, principalement des artisans, en direction de l’Hôtel de Ville, désireux de marquer leur soutien à la République. Les Danois et les Suédois du club scandinave de Paris s’irritèrent de l’initiative « séparatiste » des Norvégiens, tout particulièrement les Suédois qui constatèrent ulcérés en observant le cortège que ces derniers brandissaient un drapeau norvégien dit « pur », sans l’emblème obligatoire au coin marquant l’union avec la Suède. De surcroît, le drapeau portait l’inscription La Norvège.

42Les artisans qui se déplaçaient en Europe pour se qualifier dans leur métier, ou simplement pour trouver du travail, étaient une source intermédiaire importante dans la transmission des impulsions politiques à travers les États. En tant que capitale mondiale de la mode, Paris était particulièrement importante pour les tailleurs, et ce n’est pas un hasard si des artisans étrangers, ainsi bien sûr que des artisans norvégiens rentrés de l’étranger jouèrent un certain rôle dans les troubles et les mouvements d’opposition qui virent le jour en Norvège à la suite de la révolution de février, même si c’est une série d’articles enthousiastes publiés dans le journal Morgenbladet qui donnèrent le véritable signal du départ. Depuis 1831, le rédacteur Adolf Bredo Stabell avait fait de son journal une arène au profit des idées de la révolution de Juillet, et ses articles sur la révolution de février avaient provoqué un concert de sifflets de la part des étudiants conservateurs, pour la plupart des fils de fonctionnaires, sous ses propres fenêtres à Oslo. En réponse, les partisans de Stabell organisèrent une contre-protestation. Les autorités s’inquiétèrent des tumultes sur lesquels le gouverneur du roi en Norvège, Severin Løvenskiold, remit un rapport minutieux au roi Oscar I à Stockholm. Løvenskiold traita d’ailleurs la révolution de février d’« horrible choléra moral » en pensant à ces événements, notamment au mouvement de Thrane, auquel nous allons revenir dans un instant.

43Or, à Stockholm Oscar était confronté à des problèmes bien plus graves que quelques concerts de sifflets. La Diète de 1847 siégeait encore au moment où les nouvelles de la révolution de Paris arrivèrent. Le sujet principal des discussions avait été une réforme longtemps souhaitée par les libéraux : l’abolition de la Diète des ordres (quatre ordres : noblesse, clergé, bourgeoisie, paysannerie) et son remplacement par un parlement moderne, sans distinction d’ordres. Les conservateurs avaient eu le dessus dans les discussions. La nouvelle de la révolution à Paris encouragea cependant les libéraux. Le roi Oscar prit peur. Pour garder le contrôle des événements, il ordonna immédiatement au comité de constitution de la Diète de préparer une proposition de réforme plus moderne. Le comité s’était tout juste mis à la tâche quand son travail fut interrompu par la nouvelle des troubles en ville. Le samedi 18 mars au matin, on annonça qu’un banquet réunissant des réformateurs sur le modèle parisien serait organisé le soir même. Parallèlement, on colla des affiches réclamant la réforme de la Diète et le suffrage universel. Mais à côté de ces opinions relativement modérées, formulées dans une langue tout de même assez correcte, il y eut des affiches qui s’exprimaient plus vertement : « La situation est malheureuse, la racaille française, celle qui a conquis le trône des Carls et des Gustaves, doit disparaître ». Par ces mots, c’est la dynastie de souche française qui était directement visée, c’est-à-dire la famille Bernadotte. D’autres affiches, de sensibilité républicaine, applaudissaient plus volontiers les Français pour avoir fait table rase chez eux : « Que vos cœurs battent vivement pour les braves Français qui ont secoué le joug de l’oppression, renversé le trône et conquis la République. » Au cours des troubles qui suivirent, la troupe tira sur la foule, et les émeutes se soldèrent par des pertes en vies humaines plutôt lourdes, une trentaine des personnes étaient mortes ou grièvement blessées.

44Dans un premier temps, Oscar céda à l’ambiance révolutionnaire. Il nomma des libéraux comme membres du gouvernement, et fit proposer une réforme relativement radicale du parlement. Mais la situation révolutionnaire était alors dépassée. Les députés de la Diète s’adonnèrent à une dispute futile autour de la proposition de réforme, ne voyant plus que leurs intérêts étroits d’ordre et de classe. En fin de compte, la proposition ne fut jamais votée, et le roi en fut bien soulagé, pour un temps du moins et pour lui-même, car son successeur, le roi Charles XV, finira en 1865 par signer la réforme qui abolit la Diète à quatre ordres pour la remplacer par un parlement à deux chambres, comme au Danemark.

45Le nombre de morts à Stockholm en mars 1848 fut relativement élevé à l’échelle nordique. En Norvège, la révolution de 1848 ne coûta probablement la vie à personne. Malgré cela, c’est en Norvège que les effets sociaux de cette révolution furent les plus grands à court terme grâce au mouvement de Marcus Thrane, qui était instituteur et journaliste de métier. Ce dernier naquit dans une famille aisée, pleine de talent artistique, en particulier dans le domaine de la musique : un de ses oncles était un compositeur célèbre, un autre un violoniste de renom. Son père était pour sa part l’un des cinq directeurs de la Banque Nationale de la nouvelle Norvège indépendante. Cependant, incapable de rembourser les fonds immenses empruntés à la banque de façon illicite, il devait plonger lui et sa famille de l’aisance dans la pauvreté, ainsi que dans la honte lorsque le scandale éclata au grand jour. Par sa famille, Thrane appartenait donc à la classe dominante, mais il connut aussi la misère des classes populaires et la honte du déclassement. En 1840, il fit un voyage à Paris, qui le conduisit en prison pour vagabondage. C’est à l’occasion de ce séjour qu’il se familiarisa avec les ouvrages des auteurs socialistes français, anglais et allemand. Il fut très inspiré par la révolution de février, mais il ne se considérait pas encore comme un socialiste au début de l’année 1848. Sa sympathie allait en réalité au président Cavaignac, même après que celui-ci eut écrasé la révolte du peuple parisien en juin. Ce n’est que vers la fin de l’année qu’il se déclara socialiste, et c’est à cette époque qu’il prit l’initiative du mouvement qui porte son nom.

  • 2 Knut Mykland (éd.), Norges Historie.T. 15 , Oslo, Cappelen, 1980, 1991, p. 257.

46Son mouvement était organisé comme une multitude de sociétés locales de travailleurs, coordonnées d’une manière assez lâche par une direction nationale et un journal dont il prit la tête. La première société locale fut fondée par Thrane lui-même en décembre 1848 à Drammen, une importante ville industrielle et maritime près d’Oslo, mais ses leaders furent arrêtés moins de trois ans plus tard, à l’été 1851 et le mouvement décapité agonisa encore quelques années. On estime aujourd’hui que près de 30 000 hommes participèrent à ce mouvement à un moment ou un autre entre décembre 1848 et l’été 1851 au sein d’une des 300 sociétés locales. Par rapport à la population du pays – 1,4 million d’habitants2 –, ce fut probablement, selon Thrane lui-même, le plus important mouvement populaire organisé que le monde n’eut jamais connu jusque là. Le mouvement toucha près de dix pour cent de tous les hommes adultes du pays, principalement dans l’Est et dans le Centre du pays, mais il était très hétérogène artisans, petits commerçants, marins et soldats dans les villes ; petits paysans et travailleurs agricoles à la campagne –, ce qui fut sa force et sa faiblesse. Le programme du mouvement était fondé sur les revendications suivantes : suffrage universel, jury, égalité réelle devant la loi, lutte contre les usuriers et les privilèges de commerce, correspondant aux dimensions 1 et 2, mais Thrane et son mouvement ne s’intéressaient pas à la question nationale. Significatif de son état d’esprit, le mouvement adressa une pétition au roi à Stockholm, auquel il faisait plus confiance qu’aux fonctionnaires et aux grands propriétaires terriens qui dominaient le Parlement.

47Parallèlement au mouvement de Thrane, beaucoup de ceux qui avaient participé aux troubles de mars 1848 à Oslo – les concerts de sifflets, etc. – prirent part à l’établissement de La société démocratique dans la capitale, le 2 février 1849. Ole Bull, revenu de Paris, y fut également mêlé. Cette société était une ébauche de parti politique visant à mobiliser l’opposition pour les élections de 1850 dans le but ensuite de conquérir le pouvoir exécutif. Il y eut des contacts entre cette opposition intellectuelle et parlementaire et le mouvement populaire de Thrane. Johan Sverdrup, qui fut élu député pour la première fois en 1850 et le leader des paysans Søren Jaabæk (élu depuis 1845) rencontrèrent un des proches collaborateurs de Thrane. Cependant, l’arrestation des chefs du mouvement populaire atteignit aussi l’opposition intellectuelle et parlementaire, et les membres de la société démocratique se virent contraints de renier Thrane et la révolution de Février. Dans le même temps, le journal Morgenbladet fut conquis par les conservateurs, de sorte que l’opposition sortit brisée des tumultes consécutifs à 1848.

48La défaite du mouvement de Thrane marque donc aussi la défaite d’un effort d’alliance entre deux niveaux sociaux d’opposition politique : d’un côté, les radicaux des classes moyennes, qui travaillaient dans le cadre parlementaire ; de l’autre, le mouvement populaire de Thrane. Les deux mouvements furent annihilés pour longtemps, le dernier pour près de vingt ans. Quand le mouvement ouvrier fut rebâti avec difficulté à partir des années 1870, ce n’est pas l’héritage de Thrane qu’il reprit à son compte, mais une méthode d’action plus graduelle, plus cohérente et moins idéaliste. Jusqu’à la révolution russe, c’est le mouvement ouvrier allemand, réformateur et conciliateur, qui lui servit de modèle le plus important et non la tradition française, utopique et révolutionnaire.

La Commune de Paris : L’image de l’horreur prend le dessus

49Avec la commune de 1871, le rôle de Paris comme modèle révolutionnaire touche à sa fin. Il n’en reste pratiquement plus rien en Scandinavie et de façon générale en Europe, hormis l’image d’horreur, sans parler de la France elle-même. Mais la commune avait quand même ses sympathisants. Je me bornerai ici à quelques remarques sur la Norvège.

50Dans le milieu des étudiants, l’atmosphère fut profrançaise et antiallemande pendant la guerre franco-prussienne de 1870. L’origine du sentiment antiallemand tenait pour une large part à la sympathie ressentie pour le Danemark durant la Guerre des Duchés de 1864. Mais face à la Commune, il se trouva peu de gens dans le milieu étudiant d’Oslo, assez conservateur, décidés à exprimer de la sympathie publiquement, à quelques exceptions près, dont Olaus Fjørtoft, un radical et marginal, éditeur du périodique Fram (En avant), de langue néo-norvégienne. Son point de vue eut pour effet important d’influer sur Søren Jaabæk, un des leaders des députés paysans au Parlement. Jaabæk avait déjà commencé à s’éloigner de la politique paysanne traditionnelle depuis la fin des années 60, dont il avait auparavant été l’un des premiers porte-parole. L’essence de cette politique était la frugalité publique, la défense de l’autonomie locale et la méfiance envers la haute politique nationale. Après 1871, Jaabæk se réorienta plus nettement encore vers une vision offensive de la politique, dont le but visait à changer les relations de pouvoir au sein de l’État. Il se disait prêt à coopérer avec Johan Sverdrup pour réaliser ce but, alors que celui-ci était devenu le grand leader de l’opposition des classes moyennes, ainsi que le chef de file de la lutte pour la suprématie du Parlement et l’élargissement de l’électorat. La conversion de Jaabæk à la grande (ou à la haute) politique lui fit perdre de nombreux partisans parmi les paysans. Ils avaient déjà été assez choqués par le fait que Jaabæk avait loué la Commune de Paris. Dix ans plus tard c’est Sverdrup qui parvint à réunir tous les éléments de l’opposition en réussissant à ravir une grande partie du petit peuple paysan aliéné par Jaabæk.

51Le fait que Sverdrup réussit là où Jaabæk échoua est en partie dû aux incontestables qualités de chef de Sverdrup. Mais sa réussite est aussi due au fait qu’il marqua bien plus nettement sa distance envers le radicalisme, dont des phénomènes comme la révolution de Février, le mouvement de Thrane et la Commune de Paris étaient porteurs. Johan Sverdrup ne voulait pas renverser l’ordre établi de la société, il voulait le conquérir pour son parti, par des voies légales. Il ne voulait pas non plus se mettre à dos les paysans aisés du mouvement d’opposition en défendant l’extension du droit de vote aux travailleurs agricoles. En France, la Commune sauva la République dans le sens où elle donna aux républicains non socialistes l’occasion de gagner en respectabilité auprès des paysans en écrasant le Paris révolutionnaire. La Commune joua dans une proportion beaucoup plus modeste un rôle comparable dans la vie politique norvégienne pour l’opposition à la classe moyenne de ce pays. Cette opposition combattait, avec l’aide des paysans, le régime des fonctionnaires, et triompha contre le gouvernement et le roi en 1884, année pivot dans l’histoire du parlementarisme et de la démocratie en Norvège. Mais bien plus que la Commune, qui était trop lointaine pour faire réellement peur, c’est le mouvement de Thrane qui avait eu cette fonction utile d’épouvantail. Si, comme nous l’avons vu, Sverdrup éprouvait de la sympathie pour les revendications du mouvement dans sa jeunesse, y compris pour l’exigence de suffrage universel, tel ne fut plus le cas à partir des années 1870, car il n’estimait plus une telle réforme souhaitable et se contentait désormais d’un élargissement minime. À noter cependant que le suffrage universel avait à cette époque une connotation plus radicale en Norvège qu’en France, où il s’identifia rapidement à une sorte de garantie de conservatisme social.

Les effets des « guerres de principes » français – en résumé et en perspective

52Les révolutions françaises eurent une influence décisive sur le destin des trois pays scandinaves. L’exemple révolutionnaire de la France représenta incontestablement un facteur favorable pour les trois dimensions de l’action politique que nous avons mentionnées au départ, ainsi que pour les réactions correspondantes provenant des forces conservatrices. En Suède, le signal venu de la France en 1789 suscita du dégoût et de la défiance de la part de la royauté, mais il fut en revanche une source importante d’inspiration pour les adversaires de l’absolutisme gustavien, qui finirent par l’emporter lors du coup d’État de 1809. Dans le royaume de Danemark-Norvège, l’évolution alla néanmoins en sens inverse. Il y eut d’abord une période marquée par une grande compréhension et sympathie envers la révolution, jusque dans les couches dirigeantes, qui fut suivie d’une réaction au cours de laquelle le régime monarchique mit fin à la période de réformes et à un débat public marqué par une liberté d’expression relativement grande. Le tournant majeur fut l’abolition de la liberté de presse en 1799. En Norvège, la révolution en France encouragea pour un temps les revendications nationales (dimension 3). Elles ne furent pas prises en compte par Copenhague à l’époque, mais elles revinrent avec force après 1807, et constituèrent un arrière-fond capital dans la révolte de 1814. Entre-temps, la dimension politique et constitutionnelle (dimension 1) s’y ajouta, qui se lia à la dimension nationale dans l’idée de restaurer la vieille constitution de la Norvège médiévale dans une version modernisée, inspirée par la constitution française de 1791. La dimension sociale (2) de la révolte norvégienne fut plus faible, mais ne fut aucunement absente. On l’a vu dans la décision de principe d’abolir la noblesse et les privilèges commerciaux. Au niveau événementiel, ce sont les guerres de la Révolution et de l’époque napoléonienne qui sont la cause de la dissolution de l’union entre le Danemark et la Norvège, ce qui a rendu possible la lutte pour l’indépendance en 1814.

53En 1848, au Danemark, les événements de France hâtèrent la réalisation des changements constitutionnels qui étaient déjà en gestation, mais au prix d’un nationalisme agressif qui aboutit à la guerre civile germano-danoise, un nationalisme stimulé aussi bien par la révolution de 1830 que par celle de 1848. En Suède et en Norvège, ce furent cette fois-ci les forces conservatrices qui eurent le dessus à la suite des troubles populaires. Les forces de l’opposition furent divisées et écrasées. Dans les milieux conservateurs de Norvège, on s’allia plus volontiers et plus étroitement au pouvoir royal, considérant que l’union avec la Suède était comme une garantie contre le radicalisme. Par voie de conséquence, les réformes qui avaient été envisagées depuis longtemps en Suède et en Norvège furent considérablement retardées.

54Les révolutions françaises réveillèrent l’agression latente des « petits » contre les « grands », comme dans l’assassinat barbare d’Axel von Fersen. Elles encouragèrent les rêves de respect et d’égalité auxquels Marcus Thrane se référait. Parce qu’elles apparaissaient comme des guerres pour les principes et pour des idéaux élevés, les révolutions françaises parlaient aux esprits, ainsi qu’aux tempéraments artistiques et visionnaires, comme ceux de Wergeland, Ole Bull et Marcus Thrane. Ceux qui étaient de tempérament réaliste et pragmatique, comme Schweigaard et son entourage, demeurèrent dans le fond étrangers aux exhortations utopiques venues de France. Ajoutons qu’il était dans leur intérêt d’être réalistes, dans la mesure où les réalités existantes étaient à leur avantage.

55En Norvège, une grande partie des paysans, notamment la partie la plus aisée, prit peur devant l’esprit de révolution incarné par le mouvement de Thrane. Mais en même temps, il y a un trait fondamental de l’évolution politique de la plus grande partie de la paysannerie norvégienne au XIXe siècle qui va dans un sens opposé. De fait, celle-ci quitta petit à petit sa position défensive et marquée par l’esprit de clocher, pour se rassembler sous la direction de Johan Sverdrup et œuvrer en faveur de l’établissement de principes plus démocratiques au niveau de la politique nationale. Dans cette évolution, les révolutions françaises avaient un rôle à jouer pour donner les impulsions nécessaires de l’extérieur, pour habituer les paysans à lutter pour la liberté face à un horizon plus large. Les révolutions françaises évitèrent finalement aux paysans norvégiens de jouer le rôle des chevaux arabes attelés devant la charrette de fumier, pour reprendre l’expression de Vinje au sujet de Schweigaard. À bien y regarder, les paysans norvégiens ressemblaient davantage à des chevaux de trait qui, de leur manière prudente et pondérée, se dégagèrent de la charrette de fumier pour assumer le rôle des chevaux de bataille en faveur de la liberté politique.

Bibliographie

Bibliographie

Alm, Mikael. Kungsord i elfte timmen, Stockholm, Atlantis 2002

Bergsgård, Arne. Ole Gabriel Ueland og bondepolitikken, tome 1, Oslo, Aschehoug 1932

Bjørklund, Oddvar. Marcus Thrane. En stridsmann for menneskerett og fri tanke, Oslo, Tiden 1951

Bull, Edvard & al. (red.), Norsk biografisk leksikon (eldre utgave), tome IV, Oslo, Aschehoug 1929

Bull, Edvard. Arbeiderbevegelsens historie i Norge, tome 1, Arbeiderklassen blir til (1850-1870), Oslo, Tiden 1985

Frandsen, Steen Bo. “Denmark 1848. The Victory of Democracy and the Shattering of the Conglomerate State”, i Dieter Dowe & al. (red.), Europe in 1848. Revolution and Reform, New York, Berghahn Books 2001, 289-311

Fumex, David. ”P.A.Heiberg, le Danemark et la Révolution française : la liberté et l’exil”, in Revue d’historie nordique 2/2006

Geheimeråd Johan von Bülows papirer, édition de Ludvig Daae, Christiania 1864

Henrikson, Alf. Svensk Historia, (1963) Stockholm, Bonniers 1993

Kjærgaard, Thorkild. Danmark og den franske revolusjon, København, Det kongelige bibliotek 1989

Koht, Halvdan. Johan Sverdrup, tome 1, Kristiania, Aschehoug 1918

Kruse, Lars. Die Französische Revolution im Spiegel der Kopenhager Zeitschriftenpresse 1789-1799. Eigen- und Fremdbild i der Pressefreiheit, Rostock, Ingo Kock Verlag 2004

Lindqvist, Herman. Historien om Sverige. Gustavs dagar, Stockholm, Nordstedts 1997

Lindqvist, Herman. Historien om Sverige. När riket sprengdes och Bernadotte blev kung, Stockholm, Nordstedts 1998

Martens, Johannes Skancke. Nordmenn i romantikkens Paris. 1830-1848, Høvik, Høvik bokhandel 1944

Mykland, Knut. Cappelens Norgeshistorie b.9, Kampen om Norge 1784-1814, Oslo 1978

Nilsson, Göran B. ”Sweden 1848 – on the road to the ’middle way’”, i Dieter Dowe & al. (red.), Europe in 1848. Revolution and Reform, New York, Berghahn Books 2001

Palmer, Robert R. The Age of the Democratic Revolution : a Political History of Europe and America, 1760-1800, b1 : The Challenge (1959), Princeton N.J., Princeton University Press 1974

Pryser, Tore. Gesellar, rebellar og svermarar. Om”farlege folk” rundt 1850, Oslo, Samlaget 1982

Seip, Jens Arup, Utsikt over Norges historie, Oslo, Gyldendal 1981

Sejersted, Francis. Norges historie, tome 1, Den vanskelige frihet. 1814-1851 (1978) Oslo, Cappelen 1991

Skovmand, Roar. Danmarks historie, tome 11, Folkestyrets fødsel 1830 – 1870, København, Politiken 1978

Steen, Sverre. Det frie Norge, tome 3, Krise og avspenning, Oslo, Cappelen 1954

Try, Hans. Norges historie, tome 11, To kulturer – en stat. 1851-1884, (1979) Oslo, Cappelen 1991

Tønnesson, Kåre. ”Popular Protest and Organization : The Thrane Mouvement in Pre-Industrial Norway, 1849 – 55,” in Scandinavian Journal of History, no.13 (1988),

Tønnesson, Kåre. ”Jacobin en France, royaliste en Norvège”, in Revue d’historie nordique 2/2006

Ulvros, Eva Helen. Oscar I. En biografi, Lund, Historiske Media 2007

Vibæk, Jens. Danmarks historie, b.10, Reform og Fallit, København, Politiken 1964

Vinje, Aasmund Olavson.”Schweigaard” (1870), in Skrifter i samling, b. III, Samlaget, Oslo 1993

Wallem, Fredrik B. Det norske studentersamfund gjennem hundrede aar, b.1, Oslo, Aschehoug 1916

Winton, Patrik.”La hiérarchie contestée. La reconfiguration de l’équilibre au sein et et entre les ordres du Riksdag suédois, 1750-1772”, in Revue d’Histoire Nordique 10/ 2010

Sources sur Internet :
Marxists Internet Archive, mots clés : Thrane, Frankrike, 1871
http://dikt.org/Det_befriede_Europa
www.dokpro.uio.no/wergeland
www.kalliope.org/digt

Notes

1 Stein Kuhnle, Stemmeretten i 1814, Historisk Tidsskrift (Norvège), 1972, p. 373-390. Pour l’Angleterre et le pays de Galles le chiffre est de 12,2 % avant la réforme de 1832 et de 18,4 % après. (Frank O’Gorman, Voters, Patrons and Parties. The Unreformed Electoral System of Hanoverian England 1734 – 1832, Oxford, Clarendon press 1989, p. 179.) Pour la France le chiffre ne dépasse jamais 2 % entre la Restauration et la révolution de Février (Pierre Rosanvallon, Le sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France, Paris, Gallimard 1992, p. 56, voir aussi p. 70). Le droit de vote des paysans était très large aussi en Suède, mais jusqu’à la réforme de 1866, le poids de chaque vote paysan était nettement plus limité qu’en Norvège. Car le Riksdag suédois n’était pas à cette époque un parlement moderne, mais une diète à quatre chambres (paysans, bourgeoisie, clergé et noblesse) où on votait par ordre.

2 Knut Mykland (éd.), Norges Historie.T. 15 , Oslo, Cappelen, 1980, 1991, p. 257.

Auteur

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search