Desktop versionMobile version

Banques, industrie et Europe du Nord

 | 
Jean-François Berdah

Première partie. Un aperçu de l’œuvre de Bertrand de Lafargue

Libéralisme économique et démocratie1

Full text

  • 1 Cet article a paru initialement in Patrick Cabanel et Jean-Marc Février (eds.), Questions (...)
  • 2 Jean-Claude Guillebaud, La refondation du monde, Paris, Le Seuil, 1999.
  • 3 Michel Beaud, Le basculement du monde, Paris, La Découverte, 1997, p. 9-10.

1Le double échec de l’URSS, au plan économique et plus encore sur celui de la démocratie, semble signifier que la solution démocrate serait à trouver dans le camp libéral. Une « pensée unique » tente de s’imposer depuis les années 1980 par rejet prétendu des idéologies. Elle est aussi refus de voies moyennes jugées inopérantes face à la dépression, qu’elles soient du type keynésien (libéralisme corrigé) ou social-démocrate (socialisme corrigé). La mise en place d’une Europe résolument libérale – où la dimension du social paraît encore accessoire –, sa confrontation à un « modèle » américain, dans un contexte de mondialisation, ne laisse pas d’inquiéter. Le succès public de J.C. Guillebaud, qui appelle à une « Refondation du monde » en est un témoignage2. Le constat de M. Beaud d’un « Basculement du monde » n’est guère plus optimiste : « Nous vivons la fin de l’âge d’or des politiques économiques et de l’exceptionnelle période de prospérité de l’après-guerre, avec l’ébranlement de l’Etat-providence… C’est aussi la fin des grandes croyances laïques : le sens de l’Histoire, l’avènement inéluctable d’une société supérieure, le Progrès, la Raison. Fin aussi d’une certaine conception de l’État, de la Nation et donc de la démocratie et de la souveraineté nationale »3.

  • 4 Francis Fukuyama, professeur de Sciences politiques à l’université George Mason, a publié (...)

2La Première Guerre mondiale avait porté un coup au libéralisme. L’élitisme semblait définitivement discrédité, sous toutes ses formes, après la Deuxième. Leur retour en force depuis deux décennies et leur triomphe désormais facile faute, apparemment, d’idéologie de rechange, seraient le signe d’une « fin de l’Histoire ». Ce « happy end » économique se doublerait d’une victoire de la démocratie4. Laissant la responsabilité à Francis Fukuyama de cette assertion sur « l’aval » de l’histoire – et avant d’en venir aux débats contemporains – explorons l’histoire en « amont » quand c’est encore permis : peut-on mesurer les avancées ou les reculs de la démocratie, au cours des derniers siècles, à l’aune du libéralisme économique ou à celle au contraire des « politiques » économiques ? Mais la relativité de ces concepts idéologiques nous invite d’abord à les questionner ainsi qu’à tenir compte du comportement du « fait » ou du système capitaliste, technique celui-là, et qui évolue sur un autre registre.

Les concepts

  • 5 Pierre Rosanvallon, Le capitalisme utopique, Histoire de l’idée de marché, Paris, Le Seuil (...)
  • 6 Karl Marx, Discours sur le libre-échange (1848) in Oeuvres, T. I, Paris, Gallimard “La Plé (...)
  • 7 Georg Wilhelm Friedrich Hegel, La Phénoménologie de l’Esprit, Paris, Aubier et Principes d (...)

3Les deux concepts d’économie de marché et de politique économique redistributive sont-ils contradictoires ? Pour Pierre Rosanvallon, il y a bien apparemment concurrence entre le marché, « organisation décentralisée et anonyme de la société civile » et « le projet démocratique de constituer artificiellement la cité »5. Marx était allé beaucoup plus loin en 1848 en posant le libre commerce comme l’antithèse de l’égalité sociale, capable donc de hâter la révolution. Cela donne un discours dont on appréciera le réalisme : « En général, de nos jours, le système protecteur est conservateur, tandis que le système du libre-échange est destructeur. Il dissout les anciennes nationalités et pousse à l’extrême l’antagonisme entre la bourgeoisie et le prolétariat. En un mot, le système de la liberté commerciale hâte la révolution sociale. C’est seulement dans ce sens révolutionnaire, Messieurs, que je vote en faveur du libre-échange »6. Hegel, pour sa part, avait tenté de poser la dynamique d’une dialectique entre la société civile (ou société de marché, ou « Nation » de Smith) et d’un retour au politique d’où devait sortir un « libéralisme interventionniste »7.

Quelle exigence démocratique ?

4À ces questionnements et à ces visions dynamiques d’une démocratie « sociale » en devenir, s’oppose la conception « classique » de la démocratie, bourgeoise, administrative, statique – ou démocratie « libérale » – que certains qualifient de « démocratie du droit ». Nous ne sommes guère éloignés, ici, de l’idée de « fin de l’Histoire ». Or le droit, un des piliers de la démocratie, ne fonde pas à lui seul la démocratie : l’égalité citoyenne devant la loi ne constitue qu’un « minimum » démocratique.

  • 8 Georges Burdeau, « Démocratie », in Encyclopoedia Universalis, édition 1984, Vol. 5, pp. 1 (...)
  • 9 Ibid.
  • 10 « Il ne peut revenir à aucune portion du peuple de s’attribuer l’exercice de la souveraine (...)

5Ainsi, pour G. Burdeau, juriste pourtant, la démocratie n’est-elle pas seulement une « manière d’être des institutions », « une formule d’organisation politique ou une modalité d’aménagement des rapports sociaux »… elle est plus encore « une valeur… une exigence morale »8. La démocratie réalisée n’est donc jamais « qu’un moment » de l’évolution démocratique : les trois phases de cette évolution, la cité libre, la cité juste et la cité gestionnaire (gestion de la croissance économique par la collectivité) s’ajoutent sans s’éliminer. Certes, cette pluralité de significations comporte des éléments contradictoires : la liberté ne répond pas toujours à l’attente de la justice. La justice ne va pas sans que soient sacrifiées des libertés. Le contrôle démocratique de la croissance contredit parfois les lois économiques du développement. Mais la démocratie ainsi pensée est incompatible avec l’exclusion : la démocratie sociale « vise l’affranchissement de l’individu à l’égard de toutes les contraintes qui l’oppriment, et sa participation à l’établissement des règles que, dans tous les domaines, il est tenu d’observer »9. C’est le principe de la souveraineté nationale avec le pouvoir de l’exercer, contradictoire aussi bien avec les formes de monopolisation du pouvoir par de nouvelles aristocraties ou « ploutocraties », et toutes les opacités qui en résultent, qu’avec la marginalisation économique, donc sociale, donc politique10. La démocratie sociale c’est, au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, l’idéal de défense de « l’homme ordinaire » contre le « surhomme » fasciste, tel qu’il s’exprime dans la Charte de l’Atlantique ou par la voix de Lord Beveridge inspirateur de la Sécurité sociale.

  • 11 Alexis de Tocqueville, La Démocratie en Amérique, IV, chap. 6 : « Quelle espèce de despoti (...)
  • 12 Ludwig von Mises, Human Action. A Treatise On Economics, Yale, Yale University Press, 1949
  • 13 Friedrich August von Hayek, Droit, législation et liberté, Paris, P.U.F., 1979.

6Nos libéraux contemporains, soucieux de redéfinir maintenant la démocratie dans un sens minimaliste, convoquent à nouveau Tocqueville lorsqu’il dénonce le pouvoir protecteur qui étouffe l’individu, l’appareil politique « absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux ». Celui-ci, sous le couvert de la volonté populaire, bannirait toute liberté : un État quasi totalitaire selon eux où il n’est même plus nécessaire d’opprimer la liberté puisque les hommes ont perdu jusqu’au désir d’être libres. Ce despotisme qui « dégrade les hommes sans les tourmenter » n’est autre, pour les ultra-libéraux, que l’État-providence où la démocratie risque de se pervertir par excès d’égalitarisme11. Pour von Mises, fondateur de « l’individualisme méthodologique », ennemi déclaré du collectivisme et de l’holisme, un consensus « démocratique » doit s’opérer autour du gouvernement des plus aptes12. Von Hayek, autre adversaire de la démocratie sociale – « démocratie des marchandages » –, assimile la société à un groupe de joueurs, avec ses gagnants et ses perdants, où l’on s’en tient au « fair-play » : « Seule la conduite des joueurs, mais non le résultat, peut être juste »13. On le voit, « l’élasticité » du concept de démocratie n’a rien à envier à celle des marchés…

Libéralisme économique et capitalisme

7La même relativité, et une forte ambiguïté, caractérisent la notion de libéralisme économique. On sait par exemple que les prélèvements publics ont atteint jusqu’à la moitié du revenu national sous des gouvernements se réclamant du libéralisme. C’est le cas, notamment, de la Norvège depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale qu’elle ait eu à sa tête, indifféremment, des gouvernements sociaux-démocrates ou conservateurs.

  • 14 Adam Smith, La Théorie des sentiments moraux, Paris, Baudrillart, 1860, 4è partie, p. 212.

8Deux références traditionnelles et bien connues sont à la base de la pensée libérale : Bernard Mandeville et Adam Smith. Le message de La Fable des abeilles (sous-titre : « Vices privés, bénéfice public ») de Mandeville (1705) est que l’addition des égoïsmes – le travail individuel de chaque abeille – produit un résultat bénéfique pour toute la ruche : le miel. On trouve chez Smith (Enquête sur la nature et les Causes de la Richesse des nations, 1776) le même éloge du libre jeu de l’individualisme, dont l’aboutissement automatique est « la démocratie de marché ». Pour Smith, la société se soutient « à l’aide de l’échange intéressé de services mutuels ». C’est la providentielle « main invisible » qui assure équilibre et harmonie : « Tous les rangs de la société sont au même niveau, quant au bien-être du corps et à la sérénité de l’âme, et le mendiant qui se chauffe au soleil le long d’une haie, possède ordinairement cette paix et cette tranquillité pour laquelle les rois combattent »14 ( !…)

  • 15 P. Rosanvallon, op. cit., p. 165 et G. W. F. Hegel, Principes, op. cit., §247.

9La fluidité du marché libéral conduit naturellement à une homogénéité de la nation. Alors que la planification (la politique, le « contrat ») canalise plus ou moins équitablement, le marché finit par irriguer uniformément. Hegel, attentif lecteur de Smith, utilise la métaphore de l’eau : la société de marché ou « société civile » (qui n’est qu’un stade dans sa dialectique) est aussi fluide et transparente que la mer qui porte son commerce. L’élément liquide évoque le risque, le mouvement, la transparence. C’est la modernité, la perméabilité, la démocratie, par opposition à l’élément solide – la terre – qui est tradition, opacité, imperméabilité15.

  • 16 M. Beaud, op. cit., p. 128.
  • 17 Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, Paris, Flam (...)

10Michel Beaud distingue deux grandes familles libérales, constituées à la suite de Smith. D’une part le libéralisme « classique », de Ricardo à Hayek, qui dans sa forme « dégénérée » devient un libéralisme « doctrinaire ». D’autre part, le libéralisme « éclairé », réformiste et démocrate, représenté par les keynésiens, qui a atteint son objectif de sauver à la fois l’économie de marché et la démocratie contre le nazisme et le bolchevisme16. Il y aurait peut-être à l’origine de ce divorce l’ambiguïté (et la lucidité) de la pensée d’Adam Smith qui d’un côté voit dans le marché « l’accord admirable de l’intérêt et de la justice » et de l’autre en dénonce les possibles vices : l’action des monopoles ou des corporations qui s’identifie à celle du despotisme et des privilégiés, et les inégalités qui résultent de la division du travail (le travail des pauvres est reconnu dur et aliénant). Ainsi pour Smith l’Etat a-t-il malgré tout des obligations : celle de protéger le faible et celle de se substituer à l’intérêt privé là où, les profits étant insuffisants, il serait défaillant17.

  • 18 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe - XVIIIe siècle, Pa (...)
  • 19 Karl Polanyi, La grande transformation, Paris, Gallimard, 1983, p. 71.

11La question du profit conduit tout droit à envisager le développement du système capitaliste qui, cela va de soi, évolue avec une aisance particulière dans un cadre libéral. Cela explique d’ailleurs la fréquente confusion entre les deux concepts. Mais le capitalisme, nous le savons, peut parfaitement prospérer dans un contexte interventionniste/protectionniste : c’est bien l’État, en France, qui fait le lit du capitalisme aux XVIIe et XVIIIe siècles. Fernand Braudel distingue deux formes du capitalisme : l’économie de marché capitaliste, et le capitalisme proprement dit. La première, dynamique structurante, s’accompagne de « destructions créatrices ». Son processus n’est pas antidémocratique. Mais elle conduit avec une sorte de fatalité au capitalisme oligo – ou monopolistique qui n’est plus ni le « marché », ni la démocratie18. C’est en fait cette dérive que dénonçait Karl Polanyi dans son ouvrage de 1944, La grande transformation : les origines des catastrophes majeures de la première moitié du XXe siècle (crise de 1929, nazisme, fascisme et Deuxième Guerre mondiale) « résident dans l’entreprise utopique par laquelle le libéralisme économique a voulu créer un système de marché autorégulateur »19. P. Rosanvallon (l’idée du « capitalisme utopique ») préfère opposer capitalisme « libéral » et capitalisme « sauvage ». Peut-être une différenciation nette entre « recherche » et « logique » du profit serait-elle finalement pertinente pour éclairer deux stades d’un capitalisme « vertueux » et d’une « spirale vicieuse » du capitalisme. Cette ambiguïté du capitalisme est sans doute à l’origine de l’occultation contemporaine du mot « capitalisme » auquel on préfère, comme le signale M. Beaud, d’autres appellations (économie de marché, économie libérale, libre concurrence, libre entreprise, libéralisme…) qui alimentent la confusion.

  • 20 Jean-Michel Servet (dir.), La modernité de Karl Polanyi, Paris, L’Harmattan, 1998.

12Après le côté de « l’offre » (le profit), un mot sur la « demande », autrement dit la société (le besoin). En toute logique théorique, la production doit servir le besoin, et l’économie de marché capitaliste est sans doute le moins mauvais des systèmes pour y parvenir. Mais, Marx le constatait déjà (« Nos besoins ont leur source dans la société »), le besoin naît aussi de l’environnement, c’est-à-dire du produit. D’où une autre dérive capitaliste de plus en plus observée : la sollicitation d’un éventail infini de besoins solvables, même inutiles, voire contestables, alors que des besoins non solvables ne sont pas satisfaits quelle que soit leur nécessité. Cet état de « dépendance » du besoin à l’égard du profit (ou de manipulation de la demande par l’offre) est décrit par Polanyi comme « l’encastrement » – enchâssement – du politique, du culturel et du social dans l’économique. « La modernité de Karl Polanyi » est liée à sa protestation contre le fait que les « marchés » (le grand capitalisme) déterminent le fonctionnement de la société – et non l’inverse20.

L’histoire

13Pour utiliser une terminologie chère aux économistes, les « tendances longues » des XIXe et XXe siècles sont claires. La démocratie progresse dans le monde occidental avancé, mais au prix de bien des turbulences et surtout de reflux totalitaires d’une violence inégalée. L’économie politique connaît également des « cycles », mais on peut certainement opposer un long XIXe siècle de tonalité quasi libérale (les « politiques économiques » ne sont que ponctuelles et n’offrent pas de cohérence d’ensemble) à un XXe siècle d’essence surtout interventionniste. Les deux conflits mondiaux et la crise d’entre deux guerres provoquent en effet un changement fondamental de culture économique : l’économique est désormais subordonné au social, l’intervention devient la norme. L’histoire permet-elle d’éclairer le débat sur un rapport privilégié de la démocratie au libéralisme ou à l’encadrement ?

Gironde et Montagne

14Le libéralisme économique est à l’origine en France, une réaction contre le colbertisme. Celui-ci, après avoir favorisé l’essor économique, était devenu un obstacle au progrès économique. Les physiocrates, relayés par Adam Smith, sont les véritables fondateurs de la doctrine du libéralisme économique. L’élan libéral du XVIIIe siècle, sur lequel s’édifie l’idéologie anglo-écossaise représentée par Smith et prolongée en France par Montesquieu, trouve aussi une partie de ses origines dans le mouvement des « enclosures ». Mouvement spontané dès les XVIe et XVIIe siècles, mieux organisé au XVIIIe par le Parlement de Londres, il se traduit par une renaissance de l’esprit d’entreprise et une « révolution » agricole, mais aussi par l’accaparement des meilleures terres par les grands propriétaires. Cette première vague libérale conduit aux « dérégulations » de la Révolution française avec l’abolition des privilèges, corporations et associations de toutes sortes puis, au cours des décennies suivantes, à la législation sur les sociétés de capitaux et la responsabilité limitée. Ce sont les fondements d’une modernisation économique française bien réelle au XIXe siècle.

15Un premier grand débat politique oppose les tenants du libéralisme à ceux qui, s’inspirant de l’idée de « contrat social » de Rousseau, défendent une démocratie plus égalitaire : c’est l’affrontement entre Girondins et Montagnards. Disciples d’Adam Smith, les Girondins tentent de rapprocher démocratie (bourgeoise) et libéralisme économique. La base de leur pensée est l’individualisme, c’est pourquoi la collectivité doit être aussi peu contraignante que possible. Mais leur principal inspirateur, Condorcet, dans la « Dixième époque » de son Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, écrit en prison pendant la Terreur, envisage le progrès de l’égalité entre les individus tant sur les plans de l’instruction, de la fortune et même de la sécurité grâce à un système d’assurances sociales. Avec Robespierre et la Montagne, l’égalité, qui prend le pas sur la liberté dans la Déclaration des droits de 1793, est aussi prioritaire sur le progrès qui n’est qu’une course pour satisfaire ses désirs : la référence est ici Rousseau qui prône vertu et frugalité. Pour les Montagnards, l’égalité (réelle, et pas seulement juridique) est une condition nécessaire de la liberté, car l’inégalité c’est l’aliénation du pauvre envers le riche. La dimension morale est bien inscrite dans le projet montagnard qui requiert l’intervention d’un « législateur » façon spartiate (Lycurgue) ou d’un « dictateur » manière romaine, redresseur de torts et réorganisateur de la cité. La relative modération des Montagnards sur le plan économique (loi du maximum, mais pas d’étatisation) laisse un espace aux surenchères hébertiste (la liberté économique ne peut que remplacer l’aristocratie par la ploutocratie) et babouviste (abolition totale de la propriété privée, étatisation générale).

  • 21 Edmund Burke, Réflexions sur la Révolution de France, Paris, Hachette “Pluriel”, 1989.

16Une contre-offensive libérale ne tarde pas à venir d’Angleterre d’où elle se propage rapidement sur le continent. Edmund Burke (dont F. Hayek se réclame en partie l’héritier) condamne le volontarisme mécaniste de la Révolution française, « constitution-machine » qui prétend plier la vie de la cité à une métaphysique de l’homme21. La protestation contre-révolutionnaire prend avec Louis de Bonald et Joseph de Maistre des accents providentialistes : l’homme, « outil de Dieu », ne peut que s’en remettre au « laisser-faire » des libéraux. En revanche, l’idée d’un encadrement institutionnel du libéralisme économique est au cœur de l’œuvre de Sismondi : « L’économie politique doit nous enseigner la théorie du bien-être de tous »… Elle est, en grande partie, « une science morale ». Mais le bien-être de tous ne signifie pas « égalité » : « Il n’importe pas que chacun ait une part égale aux fruits de la terre », car le travail « ne peut trouver de stimulant que dans ces inégalités mêmes ». Ainsi, pour Sismondi, le but de la société libérale, « ce n’est donc point l’égalité des conditions, mais le bonheur dans toutes les conditions », ce qui suggère une intervention limitée du législateur (Nouveaux principes d’économie politique, 1819). Stuart Mill (Principes d’économie politique, 1848) insiste sur une nécessaire distinction entre « Lois de production » et « lois de répartition », ouvrant ainsi la voie d’une conciliation entre liberté économique et progrès social.

Les Manchestériens

17Lorsqu’en 1839 Richard Cobden crée l’Anti-Corn Law League à Manchester, il l’installe dans le bâtiment du Free Trade Hall, à l’emplacement du champ de Saint-Peters où en 1819 les charges de la cavalerie avaient massacré des ouvriers rassemblés contre les Corn Laws de 1815. Le libéralisme économique semble se réclamer de la démocratie : ce sont les événements politiques (le chartisme) provoqués par la dégradation de la situation économique et sociale, la loi des Pauvres de 1834, qui sont à l’origine de la ligue et l’abaissement du prix du pain est réclamé par la rue. La ligue voit, de plus, dans l’ouverture des marchés internationaux une possibilité de réduire le chômage. Un vaste mouvement libéral, qui se veut démocratique, se constitue autour des whigs qui exigent un renforcement du poids du Parlement (plus exactement de la Chambre basse) face à la Couronne, et le libéralisme économique. Les utilitaristes (Jeremy Bentham, James Mill) se rapprochent ainsi des Manchestériens et réclament le remplacement des anciennes aristocraties par de nouvelles élites capables de promouvoir des avancées économiques.

18Mais les Manchestériens ne trouvent finalement pas l’appui du mouvement ouvrier. D’une part, les amis de Cobden ne cachent pas qu’ils demeurent attachés au système électoral censitaire, d’autre part les chartistes redoutent une baisse des salaires ouvriers consécutive à la baisse du prix des céréales (et c’est bien là l’espoir du patronat). Les réformes douanières ne serviraient ainsi qu’à désamorcer les colères populaires : l’abaissement du prix du pain, empêchant la révolution et l’installation possible de la démocratie, est soutenu par l’oligarchie au pouvoir.

  • 22 Citation non référencée dans Christian Ambrosi et Max Tacel, Histoire économique des grand (...)

19C’est une majorité libérale constituée de whigs et de tories qui abolit les Corn Laws en 1846. Aussi bien depuis 1842, le Premier ministre tory Sir Robert Peel a-t-il entrepris une politique antiprotectionniste. Ambiguïté encore puisque cette politique n’est pas antinomique d’une avancée démocratique : la perte de recettes consécutive à l’abaissement des taxes douanières est remplacée par l’income-tax, l’impôt sur le revenu. Le jugement porté par Peel sur son œuvre prétend d’ailleurs éclairer ses intentions sociales : « Je laisserai un nom détesté par les monopoleurs qui réclament la protection pour des buts de bénéfice particulier, mais peut-être laisserai-je un nom dont se souviendront ceux qui gagnent leur pain en travaillant quand ils referont leurs forces par une nourriture abondante et non taxée »22. L’idée du rôle incitateur de l’État finit par intégrer la pensée des tenants du libéralisme eux-mêmes, y compris Cobden. C’est la fin du vieil économisme manchestérien et le Parti libéral se voit contraint d’entrer dans la voie de la législation sociale, de l’accord avec les Trade-Unions et de la démocratisation politique.

20En France, l’idéologie libre-échangiste est professée par les saint-simoniens. Mais Michel Chevalier est conscient du danger que représente l’industrie anglaise et du fait que le libre-échange sert d’abord l’économie dominante. Le libre-échange intégral est plutôt représenté par Frédéric Bastiat, soutenu par des milieux d’affaires dont la solidité les assure de tirer profit de l’ouverture des douanes : négociants en vins de Bordeaux, soyeux lyonnais. Et en toute bonne logique, c’est avec le maire de Bordeaux que Bastiat fonde en 1846 l’Association pour la liberté des échanges.

Débats « fin de siècle »

21Au cours, surtout, des deux dernières décennies du siècle, on assiste aux États-Unis à une dérive du capitalisme lequel, appuyé sur un libéralisme particulièrement laxiste, tend à une concentration d’oligopoles et de monopoles. En conflit avec le sacro-saint idéal de libre-entreprise, le processus met à jour la contradiction fondamentalement antidémocratique du système. La législation Sherman de 1890 n’aura qu’une efficacité douteuse. À un moindre degré, le phénomène gagne l’Europe à la faveur de la Grande dépression (1873-1896) qui invite à la recherche de solutions – en termes d’économies d’échelle – afin d’accroître des marges bénéficiaires réduites par la concurrence et la chute des prix.

22Face à une situation sociale potentiellement tendue, ou pour des raisons idéologiques, le volontarisme politique se fait beaucoup moins timide en Europe. D’abord avec le renforcement des législations. On songe par exemple à Bismarck créant les pensions de retraite et l’assurance-maladie dans les années 1880, mais aussi à toute l’œuvre sociale de la IIIe République. Ces velléités interventionnistes conduisent aussi à un retour au protectionnisme. D’abord institué en Allemagne et en Italie vers la fin des années 1870, le protectionnisme devient un élément permanent de la scène économique internationale : tarif Méline en France (1892), McKinley aux États-Unis (1890). Seule la Grande-Bretagne reste libre-échangiste : les intérêts de la City sont souverains.

  • 23 Eric Hobsbawm, L’Ère des Empires, 1875-1914, Paris, Fayard, 1970 ; Hachette “Pluriel”, 198 (...)
  • 24 Cité par P. Rosanvallon, op. cit., p. 213.
  • 25 Paul Bairoch, Commerce extérieur et développement économique de l’Europe au XIXe, Paris-La (...)

23Contrairement à l’idée libérale communément reçue, il serait réducteur de minimiser les vertus du protectionnisme. Il faut un éminent historien britannique, Éric Hobsbawm, pour rappeler les bénéfices économiques et les retombées sociales globalement favorables de cette offensive protectionniste « fin de siècle »23. Dans l’agriculture, elle donne des résultats positifs en France. Dans l’industrie, elle contribue à renforcer l’assise industrielle mondiale en poussant chaque industrie nationale à s’adresser à son marché intérieur. Jules Ferry lui-même, alors président de la commission des douanes au Sénat constate : « Le mouvement protectionniste actuel a ses racines dans la démocratie qui cultive la vigne, le blé. C’est pour cela qu’il a réussi. »24 Pour sa part, Paul Bairoch a établi qu’entre 1880 et 1914 la croissance globale de la production et du commerce est nettement plus forte qu’au cours des décennies précédentes de libre-échange : il y a incontestablement un phénomène de dispersion de l’industrialisation25. Le dogme de l’inefficacité du protectionnisme, qui lui fait préférer le libéralisme même au prix de sacrifices sociaux, serait-il un leurre ?

24L’un des grands débats français de la fin du XIXe siècle touche au service public, espace démocratique sans rentabilité ou à rentabilité différée, peu considéré par l’école libérale et laissé vacant par le capitalisme. L’école publique est dans ce cas. Mais le service public le plus largement discuté à la Chambre ou dans la presse reste, dans le cadre ou dans le prolongement du plan Freycinet, le chemin de fer. En signant des conventions avec les grandes compagnies, c’est-à-dire en prenant à sa charge les risques, l’État assure non seulement le désenclavement interrégional ou national, mais aussi le décloisonnement intrarégional ou local. Mais le principe du « chemin de fer pour tous » donne lieu à toutes sortes de manipulations et débordements électoralistes qui vont bien au-delà de la justice distributive…

  • 26 A. Smith, Richesse des nations…, op. cit., p. 243.
  • 27 C’est aussi la thèse défendue par Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme frança (...)

25L’interventionnisme peut aussi s’associer objectivement au capitalisme contre la démocratie. Une autre question débattue est en effet la colonisation, qui coûte à Jules Ferry son poste en 1885 à la suite de l’affaire de Lang Son. Une pensée prémonitoire d’Adam Smith décrit parfaitement la situation : « Aller fonder un vaste empire dans la vue seulement de créer un peuple d’acheteurs ou de chalands semble au premier coup d’œil un projet qui ne pourrait convenir qu’à une nation de boutiquiers. C’est cependant un projet qui accommoderait extrêmement mal une nation toute composée de gens de boutique, mais qui convient parfaitement bien à une nation dont le gouvernement est sous l’influence des boutiquiers. Il faut des hommes d’État de cette espèce, et de cette espèce seulement, pour être capables de s’imaginer qu’ils trouveront de l’avantage à employer le sang et les trésors de leurs concitoyens à fonder et à soutenir un pareil empire. »26 Le prix économique (et souvent humain) de la colonisation, très élevé pour une métropole, ne profite guère qu’à une petite minorité d’hommes d’affaires, militaires, colons, fonctionnaires ou ingénieurs27.

Small is beautiful

  • 28 Pierre-Joseph Proudhon, Confessions d’un révolutionnaire, cité par J. Bancal, « Proudhon e (...)

26Certains se sont demandé si la voie d’une conciliation entre libéralisme économique et démocratie n’était pas à rechercher, à l’encontre des grandes tendances, dans de petites ou moyennes structures autonomes. Cette réflexion, menée surtout en France du milieu du XIXe siècle à l’Entre-deux-guerres, renaît aujourd’hui. Proudhon, dont Jaurès disait « ce grand socialiste et ce grand libéral », écrivait dès 1849 : « Le socialisme et le libéralisme sont les deux moitiés de l’opposition intégrale que la liberté fait dès l’origine du monde à l’Autorité »28. Un principe d’autorité qui pour lui s’incarne dans les grands monopoles capitalistes aussi bien que dans l’étatisme communiste. La solution proposée est « l’autonomie de gestion » ou « anarchie positive », démocratie économique « mutuelliste » fondée sur l’autogestion des producteurs-consommateurs et s’associant nationalement et internationalement sur le principe confédératif. Une « pensée du XXIe siècle » à laquelle certains courants néo-libéraux actuels (notamment les libertariens américains) souscrivent un peu abusivement.

  • 29 Programme de la constitution du Parti radical, 21 juin 1901.

27Démocratie et libéralisme économique sont aussi associés, dans une large mesure, dans la sensibilité radicale française. Le principe de l’initiative individuelle et de la libre-entreprise, la conception libérale des rapports sociaux dans le cadre de petites ou moyennes unités agricoles, commerciales, industrielles, s’ouvrent sur la démocratie du service public et de l’idée de coopération par l’impôt sur le revenu et les assurances sociales29. Ce projet tout à la fois ambitieux et modeste d’équilibrer une certaine logique des droits libéraux et une certaine logique des devoirs sociaux, et qui a beaucoup marqué la France du XXe siècle, n’a pas toujours échappé à l’ironie de ceux qui entendaient « voir grand » ou répétaient l’adage du « cœur à gauche, portefeuille à droite »…

28Les petites et moyennes unités – de nouveau à l’honneur en cette fin de XXe siècle – outre leur meilleure capacité à s’ouvrir tant au libéralisme qu’à la démocratie ont aussi à plusieurs reprises fait preuve de souplesse et d’efficacité en temps de crise : ce sont elles qui, plus innovantes, permettaient à la France (aussi bien qu’à la Norvège par exemple) de surmonter les difficultés des années trente.

« L’État-providence »

  • 30 Emmanuel Ollivier, Commentaires de la loi du 25 mai 1864 sur les coalitions, Paris, Maresq (...)

29C’est Émile Ollivier qui, le premier, aurait employé péjorativement l’expression « d’État-providence » pour dénoncer la loi Le Chapelier comme reflet d’une philosophie sociale ne reconnaissant que l’intérêt particulier de chaque individu et l’intérêt général30. Par une ironie de l’histoire c’est, un siècle et quelques années plus tard, les corporatismes issus de l’Etat-providence qui seront vitupérés après une évolution que n’avait certes pas prévue Émile Ollivier.

30Après quelques velléités à la fin du XIXe siècle, auxquelles il a précédemment été fait allusion, l’interventionnisme se renforce à la faveur de la crise au cours des années trente sans toutefois donner lieu à de véritables politiques économiques et sociales « cohérentes » avant 1945. La Deuxième Guerre mondiale ajoute en effet une dimension supplémentaire à la promotion du social : elle en fait le fondement d’un nouveau contrat démocratique. C’est le rapport Beveridge de 1942 qui donne son contenu à la nouvelle notion de Welfare State qui achève d’ériger le social en un impératif s’imposant aux politiques économiques. Encore dans l’esprit de Beveridge, sans doute est-il important de le rappeler, reste-t-on dans le champ du libéral puisqu’il ne s’agit pas d’une socialisation : « l’État, en organisant la sécurité, ne devrait pas étouffer l’incitation, l’aptitude à saisir l’occasion, la responsabilité ».

  • 31 La social-démocratie allemande s’était engagée depuis les années 1920 (derrière les analys (...)

31De même, a-t-on, bien à tort, trop rapproché keynésianisme et socialisme. Est keynésien celui qui juge la politique monétaire impropre à promouvoir l’expansion et place au contraire une confiance totale dans la politique budgétaire. Le projet keynésien est d’accroître la solvabilité de la population à faible revenu (où l’on trouve la meilleure « propension à consommer ») afin de rééquilibrer les marchés et faire fonctionner l’économie. Il s’agit en somme de corriger le libéralisme pour mieux le sauver. Il est vrai que de leur côté plusieurs socialismes européens, dont le SPD allemand, évoluent à partir de la fin des années 1950 vers la démocratie libérale : le concept « d’économie sociale de marché » est ainsi retenu à Bad Godesberg en 195931.

32Il faut aussi évoquer les spécificités des socialismes suédois et norvégien, significatifs par le fait qu’ils sont au pouvoir pratiquement sans discontinuer depuis le milieu des années trente, et qui tentent de concilier une culture marxiste et une tradition libre-échangiste. Avec pour théoriciens principaux les « libéraux-sociaux » de l’École de Stockholm Bertil Ohlin et Gunnar Myrdal – dont le partenaire norvégien est Ragnar Frisch –, les gouvernements suédois et norvégien adoptent un système dualiste d’essence keynésienne combinant un interventionnisme très volontariste au-dedans et un libéralisme de pure tradition au-dehors. La politique intérieure, dans son entreprise de gommer radicalement les inégalités – voire les « différences » –, a engendré selon certains une démocratie trop uniforme dans laquelle l’individualité créatrice n’a plus vraiment sa place. Ajoutons à ces critiques d’une démocratie à double face le côté inquisiteur et moralisateur de « l’État panoptique » que beaucoup dénoncent.

  • 32 Interview de Pierre Laroque, Le Monde, 29-30 septembre 1985.

33Nous touchons là aux possibles dérives de l’État-providence qui, dans un autre sens, n’a pas empêché la renaissance de corporatismes ou d’égoïsmes collectifs d’essence aussi bien antilibérale qu’antidémocratique. Ainsi Pierre Laroque, « père » de la Sécurité sociale française, fait-il part de sa déception de voir le jeu de tous les particularismes socioprofessionnels aboutir à un système dans lequel « les solidarités particulières se sont substituées à la solidarité nationale »32. Certaines surenchères du syndicalisme politique ou du corporatisme sont partiellement à l’origine du retour d’un libéralisme dur. Aux yeux d’une partie de l’opinion, il y a « dictature syndicale » dans la Grande-Bretagne des années 1970, largement responsable de l’arrivée de Margaret Thatcher au pouvoir en 1979. Le patronat et le gouvernement abdiquent leurs responsabilités devant l’explosion du « closed shop ». Les tout-puissants Trade-Unions menacent le pays de paralysie par les interminables grèves de corporations comme les mineurs, les dockers ou les camionneurs, qui revendiquent des augmentations de salaire à hauteur de 30 à 40 %.

34Il ne paraît pas possible de superposer des cycles « libéralisme et démocratie » ou « interventionnisme et démocratie ». C’est un libéralisme non exclusif d’interventionnisme, puis un interventionnisme non exempt de libéralisme qui ont assuré depuis deux siècles la promotion de la démocratie. Au contraire, les échecs respectifs du libéralisme ou de l’interventionnisme sont dus à des dérives et se sont traduits par des « désenchantements », chacune des idéologies étant porteuse d’ambiguïtés et de potentialités antidémocratiques. Ces déconvenues invitent, en cette fin de XXe siècle, à l’exploration de nouvelles pistes alors que depuis deux ou trois décennies, à la suite de l’affaiblissement puis de la faillite du bloc socialiste, le débat est dominé par la thèse ultralibérale.

Le débat

  • 33 Pascal Ory, « La décolonisation », in P. Ory (dir.), op. cit., p. 616.

35On n’assiste pas seulement, depuis une vingtaine d’années, à un simple retour en force des valeurs libérales. Comme le note très justement P. Ory, nous sommes aussi témoins d’une offensive de l’idéologie individualiste avec une ampleur jamais atteinte33. Après la crise des systèmes totalisants, des « grandes machineries sociales », et contre tous les systèmes de hiérarchies et de solidarités transcendantales, l’individualisme redevient une valeur positive et c’est désormais l’idée de cohérence spontanée qui l’emporte. Mais ne peut-on déceler, dans cette évolution, de nouvelles et inquiétantes tendances totalisantes ?

La grande offensive libérale

36Certes, la remise à l’honneur de la célèbre Pétition des marchands de Chandelles contre la concurrence de l’astre solaire de Frédéric Bastiat (1840), classique pamphlet libéral antiprotectionniste, est une démarche bien anodine. Mais les libéraux contemporains font valoir aussi des références beaucoup moins humoristiques et beaucoup plus radicales en mobilisant les individualistes de (la seconde) École de Vienne, et notamment von Hayek. Produits de leur époque, ces exilés qui ont connu tous les régimes autoritaires d’Europe Centrale (pangermanisme, nazisme, et proximité du bolchevisme) ont développé une phobie de l’État telle qu’elle les entraîne à condamner toute entrave à l’épanouissement des plus aptes… Refusant toute troisième voie entre plan et marché, tout capitalisme mixte, installés comme faire-valoir dans des retraites et sur des chaires dorées aux États-Unis pendant le triomphe en Europe des thèses keynésiennes, ils resurgissent à la faveur de l’embarras des politiques économiques face à la dépression pour défendre les vertus ambiguës d’un marché totalement « débridé », jeu de concurrence et de compétition libre… ni plus juste ni plus injuste que l’évolution des espèces.

37Leurs épigones ont pour nom Laffer, Gilder, Fukuyama… Cette grande offensive débute concrètement avec la mise en place des « Reaganomics », sorte de mixage un peu acrobatique entre la politique de l’offre souhaitée par la nouvelle Administration (relance par des avantages fiscaux aux entreprises) et le monétarisme installé à la Réserve Fédérale depuis 1979 avec Paul Volcker, disciple de Milton Friedman. Laissant de côté le monétarisme qui n’est pas en lui-même une composante du libéralisme dur, il faut examiner la question de la défiscalisation et des déréglementations prônées par les « supply-siders », économistes de l’offre.

38On ne l’ignore pas, la problématique fiscale est fondamentale dans le débat démocratique et le statut de l’impôt progressif sur le revenu, mis en place dans les principaux pays au début du XXe siècle, est à la base des discussions. C’est au milieu des années 1970 qu’Arthur Laffer met en évidence un « effet Laffer » que l’on résume par la formule « trop d’impôt tue l’impôt ». En diminuant les taux d’imposition – à commencer par les plus élevés – l’État augmenterait ses recettes fiscales par réencouragement des activités, la production au premier chef. Pour ces libéraux, la progressivité de l’impôt sur le revenu ne rapporte rien à l’État : détruisant la base fiscale sur laquelle elle est assise, elle fait jouer l’effet Laffer. Ainsi, plusieurs pays ont-ils abaissé au cours des années 1980 leurs taux supérieurs au-dessous de 50 % (maximum de 40 % en Grande-Bretagne, de 33 % aux États-Unis). Le résultat aurait fait merveille à ce point qu’au printemps 1990 Margaret Thatcher songeait à remplacer l’impôt progressif par une sorte de capitation avec son projet de poll tax (impôt égal par tête). Dans le camp libéral, certains réclamaient la suppression pure et simple de l’impôt sur le revenu. Or, ni aux États-Unis, ni ailleurs, la thèse de Laffer ne s’est vérifiée dans les faits et la question alimente toujours le débat.

  • 34 George Gilder, Richesse et Pauvreté, Paris, Albin Michel, 1981.

39Autre économiste de l’offre, George Gilder, qui fut l’inspirateur de Ronald Reagan, part en croisade contre les politiques sociales et dénonce les effets pervers de la « prolifération dirigiste » qui se retourne contre ceux qu’elle veut aider : salaire minimum, réglementations et charges dissuadent les entreprises d’embaucher les travailleurs dont la productivité est la plus faible. Souvent les représentants de minorités ethniques et culturelles, ceux-ci voient leur marginalisation aggravée par le chômage. Il faut accorder, conseille Gilder, toute sa place à « la créativité héroïque des entrepreneurs » et supprimer l’assistance sociale qui nuit au pauvre lui-même : « L’aiguillon de la pauvreté est la chose la plus nécessaire au pauvre »34.

  • 35 Voir note n° 4 et Le Monde des Débats, juillet-août 1999.

40L’apothéose du système est annoncée par Francis Fukuyama dans son célèbre article de 1989 sur « la fin de l’Histoire ». La nouvelle démocratie capitaliste, la société ouverte et le marché ont triomphé de leurs ennemis : l’État libéral moderne serait le couronnement de l’Histoire. C’est un avis que ne partagent ni Immanuel Wallerstein qui voit dans ces déclarations « un plaidoyer pour la hiérarchie et l’inégalité », ni Alain Touraine qui accuse Fukuyama de se laisser entraîner « du culot au délire », aveuglé par « son orgueil américain », et « d’extrapoler à l’avenir les succès actuels des États-Unis, qu’il érige en modèle universel »35. Et René Rémond de rappeler que l’idée d’une fin prochaine des idéologies est « un lieu commun qui reparaît d’âge en âge ». Pouvons-nous dresser, sommairement, un état des lieux ?

La démocratie minimaliste, ou démocratie censitaire

  • 36 Certes la précarisation, le nomadisme de l’emploi, pourraient nous conduire à gloser sur l (...)
  • 37 John Rawls, Théorie de la justice, Paris, Le Seuil, 1987.

41La flexibilité des salaires, la précarisation et le nomadisme de l’emploi seraient le prix à payer pour une diminution du chômage et un taux de croissance élevé sans inflation36. Il est impossible, dit-on, d’obtenir une amélioration simultanée sur tous les tableaux. Les États-Unis, par tradition, ont opté pour ce choix, suivis par la Grande-Bretagne, lorsque l’Europe continentale par souci prétendument démocratique persistait à entretenir un chômage massif au prix d’une croissance plus modérée. La faiblesse de leur taux de chômage et le niveau élevé de leur taux de croissance semblent donner raison aux libéraux américains. Devant le creusement des inégalités toutefois, pour démontrer que l’entreprise tend à un mieux-être des pauvres, on remet à l’honneur la Théorie de la justice de John Rawls, parue il y a bientôt trente ans, et dont l’axiome peut se résumer ainsi : une inégalité n’est juste que dans la mesure où, à terme, elle permet aux plus démunis de voir dans l’absolu leur sort s’améliorer par un accroissement général des richesses. Le concept d’équité remplace celui d’égalité37.

  • 38 Banque Mondiale, 1996, pp. 228-229.
  • 39 Robert B. Reich, « Une économie ouverte peut-elle préserver la cohésion sociale ? », in Bi (...)
  • 40 Lester Thurow, Les fractures du capitalisme, Paris, Le Seuil, 1997.
  • 41 Edmund S. Phelps, « L’aide à l’emploi des employés non qualifiés doit être massive et perm (...)

42Selon les statistiques de la Banque Mondiale, en 1996, la structure des inégalités aux États-Unis, mesurée en pourcentage du revenu national par quintile de population est pratiquement identique à celle de l’Inde38. Robert Reich, qui fut secrétaire au Travail pendant le premier mandat de Bill Clinton le reconnaît : les inégalités se sont beaucoup accrues depuis les années 1970 aux États-Unis et cet écart est maintenant le plus important de tous les pays développés39. En réponse à la thèse de Rawls, Lester Thurow précise qu’aux États-Unis toujours, le PIB par habitant, corrigé de l’inflation, a augmenté de 36 % entre 1973 et 1995. Dans le même temps, le salaire horaire réel du travailleur non-cadre a baissé de 14 %. Les statistiques de l’OCDE conduisent au même résultat en Grande-Bretagne où, entre 1979 et 1993, le revenu moyen s’est accru de plus d’un tiers alors que celui des 10 % les plus défavorisés a baissé de 17 %40. Enfin, Edmund Phelps constate, sur le thème de la pénalisation et de la marginalisation de la société américaine, que plus de 1,5 million d’hommes en âge de travailler (soit 1 % de la population active) sont dans les prisons et que nombre de jeunes des minorités ethniques, découragés, sont sortis totalement du marché du travail : ni les uns ni les autres ne sont décomptés dans les statistiques du chômage41. Au-delà de la « fracture » sociale, les États-Unis sont entrés dans la société de sélection « darwinienne » chère à Herbert Spencer, référence des ultralibéraux, et qui voyait dans « l’esclavage bureaucratique et socialiste » le destin immédiat du libéralisme économique des Manchestériens.

  • 42 M. Beaud, op. cit., pp. 195 sq.
  • 43 George Soros, « L’ennemi, c’est le capitalisme », Le Nouvel Observateur, 30 janvier - 5 fé (...)
  • 44 M. Beaud, op. cit., p. 236.

43M. Beaud dénonce la « marchandisation généralisée » qui accompagne un capitalisme de troisième génération qu’il baptise « néotechnologique » : la sécurité, l’eau, l’air, la recherche scientifique… ont désormais valeur marchande dans un monde où les nouveaux monopoles créent sans cesse de nouvelles raretés42. Gary Becker, prix Nobel de sciences économiques, n’a-t-il pas suggéré la commercialisation des organes humains afin d’en accroître l’offre ? George Soros lui-même, pourtant orfèvre en la matière, livre ses craintes que « l’intensification effrénée du capitalisme libéral et l’extension des valeurs marchandes ne mettent en péril l’avenir de notre société ouverte et démocratique »43. Après s’être substitué en effet aux valeurs précédentes (la nation, la République…), pourquoi l’argent nouvelle valeur universelle ne contraindrait-il pas maintenant la plus récente de ces valeurs – la démocratie – à un remodelage, voire à une régression vers une démocratie néo-censitaire par marginalisation politique des plus déshérites ? Mais devant cette « démocratie mal en point » faut-il également suivre M. Beaud lorsqu’il parle « d’impuissance du pouvoir face aux très grandes firmes », « d’État déglingué » et finalement « d’acratie »44 ?

Mondialisation et dérégulation des marchés financiers

  • 45 Jean Baudrillard, « Le mondial et l’universel », Libération, 18 mars 1996.

44C’est un euphémisme que de dire que beaucoup d’intellectuels ne sont guère optimistes sur la dynamique de la mondialisation. « Mondialisation et universalité ne vont pas de pair », constate par exemple Jean Baudrillard, « elles seraient plutôt exclusives l’une de l’autre. La mondialisation est celle des techniques, du marché, du tourisme, de l’information. L’universalité est celle des valeurs, des droits de l’homme, des libertés, de la culture, de la démocratie. La mondialisation semble irréversible, l’universel serait plutôt en voie de disparition »45.

45Depuis Ricardo, la pensée économique dominante affirme que le libre-échange fonctionne au bénéfice de tous. Certes, la redistribution d’activités et, dans une certaine mesure de richesses aux NPI, ou à ceux qui peuvent le devenir, va globalement dans un sens démocratique. Mais, dira le pessimiste, si l’on met « un peu de Nord dans le Sud » (les NPI), on met aussi « un peu de Sud dans le Nord » (le Quart-Monde). De plus, les flux d’activités vers le Sud ne se traduisent-ils pas par le travail des enfants, la prolifération des « maquiladoras » et d’une façon générale par une déstructuration brutale des sociétés, génératrice de dualismes économiques et sociaux lourds de conflits futurs ? Du fait des positions inégales des participants à l’échange international, le système, sans régulation, accroît les écarts entre forts et faibles – qu’il s’agisse d’individus ou de nations – comme l’avait compris Frédéric List qui prônait au siècle dernier « un protectionnisme éducateur ». Maurice Allais, prix Nobel d’économie, soutient que la mise en concurrence mondiale de systèmes sociaux très différents, avec des niveaux de salaires et de protection sociale très inégaux, ne produit pas les égalisations escomptées.

  • 46 Ignacy Sachs, « Quel État pour quel développement ? », Alternatives Economiques n° 35, 199 (...)

46Dans le cas spécifique des pays en développement, les grandes institutions productrices de règles sont désormais le trio Banque Mondiale – FMI – OMC où il ne s’agit pas de dire ce qui est juste, mais de faire en sorte que le système fonctionne. Le libéralisme économique des années 1990 s’est traduit par une baisse très sensible de l’aide publique au développement : les investissements privés dans ces pays représentent en 1998 85 % des flux, contre 45 % il y a dix ans, et sont déterminés évidemment selon des critères de stricte rentabilité. Pour Ignacy Sachs, chercheur à l’EHESS, il faut repenser le système international dans le sens onusien : « La démocratie est au cœur de la notion même de développement, que l’on doit exprimer en termes d’appropriation effective de tous les droits de l’homme par l’ensemble de l’humanité »46.

  • 47 Alain Touraine, Comment sortir du libéralisme, Paris, Fayard, 1999.
  • 48 Robert Cooper (Harvard), et Susan Strange (Warwick), « Mondialisation : les marchés contre (...)
  • 49 Attac : Association pour une Taxe Tobin d’Aide aux Citoyens.

47Mais les problèmes soulevés par la mondialisation sont aussi aggravés par la spéculation internationale liée à la dérégulation des marchés financiers. D’une part, les performances des indices CAC 40 et autres Dow Jones ne sont guère un signe de prospérité réelle que pour une minorité de gros porteurs privés ou institutionnels. Beaucoup redoutent d’autre part qu’elles ne soient porteuses, comme il y a soixante-dix ans, d’aucune bonne nouvelle pour la démocratie. Faut-il d’ailleurs rappeler qu’il s’échange actuellement sur les marchés financiers, au quotidien, plus de 1500 milliards de dollars soit l’équivalent du PIB annuel de la France ? La volatilité de ces énormes masses de capitaux entraîne un risque permanent de déstabilisation dont les conséquences politiques sont imprévisibles. Sans parler de Viviane Forrester, des observateurs aussi idéologiquement divers qu’Alain Touraine47, Susan Strange ou Richard Cooper48 s’émeuvent, dans ce contexte, de la fragilité de la démocratie. Ils sont même rejoints dans cette inquiétude par le Financial Times et des économistes notoirement libéraux tels que Joseph Stiglitz, de la Banque Mondiale, ou Paul Krugman, du M.I.T. Ceci explique le succès international de la proposition de James Tobin (Nobel d’économie) de taxer les mouvements de capitaux et la constitution en France du collectif « Attac » qui s’est donné pour mission de promouvoir cette initiative49.

Un nouveau totalitarisme ?

  • 50 Viviane Forrester, L’horreur économique, Paris, Fayard, 1996 et Livre de Poche, 1999, p. 5 (...)

48La question peut surprendre, tant les mots de « libéralisme » et « totalitarisme » semblent antagoniques. Décrivant le libéralisme actuel dans un ouvrage populaire récent qui a frappé l’opinion, Viviane Forrester met en cause une sorte de crypto-totalitarisme : « L’ère du libéralisme est en place, qui a su imposer sa philosophie sans avoir dû vraiment la formuler ni même élaborer de doctrine, tant elle était incarnée, active avant même d’avoir été repérée. Son emprise anime un système impérieux, totalitaire en somme, mais, pour l’heure, lové dans la démocratie, tempéré donc, limité, chuchoté, calfeutré, sans rien d’ostentatoire, de clamé. Nous sommes vraiment dans la violence du calme »50.

  • 51 M. Beaud, op. cit., p. 252.
  • 52 George Soros, Libération, 7 octobre 1998.

49Dans une approche moins populiste, M. Beaud s’interroge devant le creusement des inégalités : ne sommes-nous pas en train de basculer vers un « nouveau totalitarisme » et un « nouvel apartheid » ?… Il s’inquiète de la montée des « intégrismes » et « nationalismes », autant de ferments antidémocratiques générés par la marchandisation mondialisée51. Pour sa part, George Soros évoque aussi « l’intégrisme », mais celui des marchés eux-mêmes « qui menace aujourd’hui davantage la démocratie que n’importe quel totalitarisme »52. Déjà en 1944, Karl Polanyi, précédemment cité, avait dénoncé « l’encastrement » des relations sociales dans le système économique.

  • 53 Hannah Arendt, Le Système totalitaire, Paris, Le Seuil, 1972.
  • 54 Max Horkheimer et Theodor W Adorno, La dialectique de la raison, Paris, Gallimard, 1974.
  • 55 Herbert Marcuse, L’homme unidimensionnel, Paris, Editions de Minuit, 1968.
  • 56 Jürgen Habermas, Droit et démocratie, Paris, Gallimard, 1997.
  • 57 Claude Lefort, Essais sur le politique XIXe-XXe siècles, Paris, Le Seuil, 1986.

50Si l’on s’en tient au concept du totalitarisme tel que défini par Hannah Arendt, un système réducteur et totalisant qui structurellement englobe toutes les fonctions de la société, nous serions bien devant un processus au moins proto-totalitaire53. C’est d’ailleurs en ce sens que H. Horkheimer et T. Adorno, à la fin de la Deuxième Guerre mondiale déjà, suggéraient en observant la société américaine une analogie entre totalitarisme fasciste et totalitarisme marchand54. Un peu plus tard, dans les années soixante, l’analyse de la « société unidimensionnelle » d’H. Marcuse allait dans le même sens de la mise en évidence d’un totalitarisme par « uniformisation économico-technique non terroriste »55. La tradition de cette « école de Francfort » se poursuit actuellement dans la réflexion de Jürgen Habermas qui appelle à une vigilance démocratique critique à l’égard des possibles dérives « transcendantes » du droit et des institutions : une « démocratie radicale » autonome et auto-organisationnelle permettrait au droit de rester au contact du principe de la souveraineté populaire56. Ce devoir de vigilance démocratique est encore au cœur de la pensée de Claude Lefort, « négatif » de la pensée unique, qui rappelle l’absolue nécessité du conflit fondateur de la démocratie, elle-même institution du conflit57.

Retour à l’exigence démocratique

  • 58 Des trois « communautariens » les plus connus en France (Michael Sandel, Michael Walzer, C (...)

51On assiste, il est vrai, depuis quelques années, à la formation d’un vaste mouvement de résistance à la dérive libérale totalisante. Aux États-Unis par exemple, les « communautariens » – dont certains membres « réactionnaires » ont à juste titre essuyé d’âpres critiques – ont tenté de démontrer en quoi l’universalisme, aveugle aux différences, n’était pas un gage de démocratie. Leur première cible a été le libéralisme rawlsien qui avait pris aux États-Unis la dimension d’un « phénomène Rawls » depuis les années 197058. Sur le terrain politique européen, cette contestation est apparemment aussi « plurielle » que la gauche française, et cela nuit sans aucun doute à son efficacité dans une mobilisation qu’il faudrait plus résolue.

  • 59 Dominique Strauss-Kahn, « Le parti du mouvement », Alternatives Économiques n° 162, 1998, (...)
  • 60 Voir par exemple Les chances des Français, Albin Michel, 1998, avec les participations de (...)
  • 61 Anthony Giddens, directeur de la London School of Economics, auteur de The Third Way, 1998 (...)

52À l’automne 1998, Dominique Strauss-Kahn fait le constat que « le grand mouvement libéral commencé à la fin des années 1970 en Californie touche à sa fin ». Il fait écho à Oskar Lafontaine qui a, six mois plus tôt, appelé à une « combinaison équilibrée de l’offre et de la demande »59. Au même moment – et alors que l’on réédite la Théorie de la Justice de Rawls – une floraison d’ouvrages mobilisant certains proches du gouvernement français vise à démontrer qu’il est possible de concilier l’économique et le social et de rendre compatibles la mondialisation ou la monnaie unique avec une société solidaire60. C’est un pas vers la « Troisième voie », nouvelle idéologie Blair-Giddens à laquelle adhère Gerhard Schröder et qui renvoie dos à dos ultralibéralisme et social-démocratie, capitalisme et socialisme61. L’organisation d’un sommet sur l’emploi avait certes été imposée par le gouvernement de Lionel Jospin à ses partenaires réunis à Amsterdam en juin 1997. Mais elle n’avait apporté en novembre de la même année à Luxembourg qu’une bien maigre contrepartie à l’acceptation par la France du pacte de stabilité budgétaire.

  • 62 A. Touraine, op. cit., p. 113.

53Alain Touraine propose bien une « solution 2 1/2 » entre la solution sociale-démocrate traditionnelle (solution 2) et la troisième voie de Tony Blair (solution 3). Mais le principal ennemi reste, pour Touraine, sur le flanc gauche. Et cet ennemi est bicéphale. C’est d’abord (allusion au Manifeste contre la pensée unique) « l’appel – apparemment révolutionnaire et en réalité conservateur – à une intervention plus grande de l’État lancé par des intellectuels transformés en chiens de garde de la petite bourgeoisie d’État »… C’est ensuite le danger Rouge à l’égard duquel Touraine préfère suggérer des solutions radicales, car « le maintien d’un parti d’extrême gauche renforce la solution archaïque »…62 On l’aura compris : à l’évacuation, à droite, du mot « capitalisme » pourrait répondre à gauche celle du mot « socialisme », situation ne laissant en lice que « Libéraux » et « Démocrates ».

  • 63 Michel Rocard, « Apprendre à combattre la précarité aussi bien que le chômage », in Bilan (...)
  • 64 Liêm Hoang-Ngoc, La facture sociale, Arléa, 1998.

54Parmi les composantes d’une social-démocratie désormais jugée passéiste, des voix s’expriment encore. Michel Rocard (que le grand socialiste Michel Charasse qualifie de « vieux gris fripé ») insiste sur la nécessité de combattre la précarité avec autant de détermination que le chômage. Il appelle ainsi à se garder de la tentation américaine qui consiste à multiplier les emplois précaires pour privilégier les performances statistiques du chômage. États-Unis et Japon, constate-t-il, produisent quatre précaires pour un chômeur, l’Europe un pour un. « Cela est le produit de traditions culturelles très enracinées, que l’on ne saurait prétendre bousculer sans risquer de graves violences sociales »63. Liêm Hoang-Ngoc, signataire de « l’Appel des économistes pour sortir de la pensée unique », vilipendée par Alain Touraine, plaide pour un « socialisme de l’an 2000 » résolument keynésien et nettement démarqué de la « démocratie de marché » libérale et politiquement correcte qui prévaut actuellement dans trois des principaux pays d’Europe occidentale64.

55Libéralisme économique et démocratie, tels que ce texte a souhaité les appréhender, ne constituent en rien deux concepts antinomiques. Mieux, l’histoire montre que seule leur symbiose est capable de créer une dynamique à la fois de progrès et d’harmonie sociale participative. En revanche, leur situation le plus souvent asynchrone est responsable de la « déviance » constatée du principe privilégié, tantôt l’impératif économique, tantôt le primat politique.

56À la longue expérience totalitaire des pays de l’Est (déviance lénino-stalinienne d’une révolution voulue démocratique) s’est substituée une pathologie libérale (l’ultralibéralisme à la fois individualiste et globalisateur) dont il n’est pas certain qu’elle soit, à terme, moins pernicieuse.

57Le large fossé culturel qui sépare le modèle américain actuel – déjà imprégné par son histoire du capitalisme le plus individualiste – de ses nouveaux disciples européens devrait inviter ceux-ci à une réflexion sur leur passé qui est celui de la construction et de la pratique d’une démocratie d’une autre nature, maximaliste et citoyenne. On veut espérer que l’attitude plus critique qui s’est exprimée au forum de Davos début 1999 contribuera à réorienter les politiques européennes vers « l’Europe sociale »…

Notes

1 Cet article a paru initialement in Patrick Cabanel et Jean-Marc Février (eds.), Questions de démocratie, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2000, pp. 247-273.

2 Jean-Claude Guillebaud, La refondation du monde, Paris, Le Seuil, 1999.

3 Michel Beaud, Le basculement du monde, Paris, La Découverte, 1997, p. 9-10.

4 Francis Fukuyama, professeur de Sciences politiques à l’université George Mason, a publié dans Le Monde du 17-06-99 « La fin de l’Histoire, dix ans après » reprenant son article « La fin de l’Histoire » paru en 1989 dans le journal The National Interest.

5 Pierre Rosanvallon, Le capitalisme utopique, Histoire de l’idée de marché, Paris, Le Seuil “Points Essais”, 1999, P. II.

6 Karl Marx, Discours sur le libre-échange (1848) in Oeuvres, T. I, Paris, Gallimard “La Pléiade”, p. 156.

7 Georg Wilhelm Friedrich Hegel, La Phénoménologie de l’Esprit, Paris, Aubier et Principes de la philosophie du droit, Paris, Gallimard.

8 Georges Burdeau, « Démocratie », in Encyclopoedia Universalis, édition 1984, Vol. 5, pp. 1081 sq.

9 Ibid.

10 « Il ne peut revenir à aucune portion du peuple de s’attribuer l’exercice de la souveraineté au nom de ses mérites particuliers, surtout s’ils sont grands : la loi démocratique est ruinée, dès que l’autorité conférée au mérite semble aller de soi », Elisabeth Sledziewski, « Démocratie », in Pascal Ory (dir.), Nouvelle histoire des idées politiques, Paris, Pluriel “Hachette”, 1987, p. 570.

11 Alexis de Tocqueville, La Démocratie en Amérique, IV, chap. 6 : « Quelle espèce de despotisme les nations démocratiques ont à craindre », Œuvres complètes, Paris, Gallimard. Au demeurant, ces mots font aussi songer, à certains égards, au système américain actuel…

12 Ludwig von Mises, Human Action. A Treatise On Economics, Yale, Yale University Press, 1949.

13 Friedrich August von Hayek, Droit, législation et liberté, Paris, P.U.F., 1979.

14 Adam Smith, La Théorie des sentiments moraux, Paris, Baudrillart, 1860, 4è partie, p. 212.

15 P. Rosanvallon, op. cit., p. 165 et G. W. F. Hegel, Principes, op. cit., §247.

16 M. Beaud, op. cit., p. 128.

17 Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, Paris, Flammarion, 1991, Livres I et IV.

18 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe - XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 1979, Vol. 3, pp. 545-547.

19 Karl Polanyi, La grande transformation, Paris, Gallimard, 1983, p. 71.

20 Jean-Michel Servet (dir.), La modernité de Karl Polanyi, Paris, L’Harmattan, 1998.

21 Edmund Burke, Réflexions sur la Révolution de France, Paris, Hachette “Pluriel”, 1989.

22 Citation non référencée dans Christian Ambrosi et Max Tacel, Histoire économique des grandes puissances à l’époque contemporaine, 1850-1964, Paris, Delagrave, 1963, p. 91.

23 Eric Hobsbawm, L’Ère des Empires, 1875-1914, Paris, Fayard, 1970 ; Hachette “Pluriel”, 1989.

24 Cité par P. Rosanvallon, op. cit., p. 213.

25 Paul Bairoch, Commerce extérieur et développement économique de l’Europe au XIXe, Paris-La Haye, Mouton, 1976, pp. 309-311.

26 A. Smith, Richesse des nations…, op. cit., p. 243.

27 C’est aussi la thèse défendue par Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français, Paris, Le Seuil “Points Histoire”, 1984 ; Albin Michel, 2005.

28 Pierre-Joseph Proudhon, Confessions d’un révolutionnaire, cité par J. Bancal, « Proudhon et son héritage » in P. Ory (dir.), op. cit., pp. 264 sq.

29 Programme de la constitution du Parti radical, 21 juin 1901.

30 Emmanuel Ollivier, Commentaires de la loi du 25 mai 1864 sur les coalitions, Paris, Maresq Ainé, 1864.

31 La social-démocratie allemande s’était engagée depuis les années 1920 (derrière les analyses de Rudolf Hilferding) dans la recherche d’une conciliation entre démocratie politique et liberté économique avec le concept de capitalisme « organisé ».

32 Interview de Pierre Laroque, Le Monde, 29-30 septembre 1985.

33 Pascal Ory, « La décolonisation », in P. Ory (dir.), op. cit., p. 616.

34 George Gilder, Richesse et Pauvreté, Paris, Albin Michel, 1981.

35 Voir note n° 4 et Le Monde des Débats, juillet-août 1999.

36 Certes la précarisation, le nomadisme de l’emploi, pourraient nous conduire à gloser sur la différence du rapport à la terre entre Européens continentaux de tradition sédentaire, et Américains habitués à d’incessants déplacements « coast to coast ». Le petit coin de Dakota, tout plat et sans âme, n’a pas la même résonance que le petit coin du Médoc ou des Alpilles où l’on s’est enraciné et où l’on exerce, depuis des générations, la pratique citoyenne. On ne peut ignorer qu’il y a, dans un pays comme la France, une dimension « terrienne » de la démocratie.

37 John Rawls, Théorie de la justice, Paris, Le Seuil, 1987.

38 Banque Mondiale, 1996, pp. 228-229.

39 Robert B. Reich, « Une économie ouverte peut-elle préserver la cohésion sociale ? », in Bilan du Monde 1998, Paris, Le Monde, pp. 6-7.

40 Lester Thurow, Les fractures du capitalisme, Paris, Le Seuil, 1997.

41 Edmund S. Phelps, « L’aide à l’emploi des employés non qualifiés doit être massive et permanente », Le Monde, 12 mars 1996.

42 M. Beaud, op. cit., pp. 195 sq.

43 George Soros, « L’ennemi, c’est le capitalisme », Le Nouvel Observateur, 30 janvier - 5 février 1997, p. 78.

44 M. Beaud, op. cit., p. 236.

45 Jean Baudrillard, « Le mondial et l’universel », Libération, 18 mars 1996.

46 Ignacy Sachs, « Quel État pour quel développement ? », Alternatives Economiques n° 35, 1998.

47 Alain Touraine, Comment sortir du libéralisme, Paris, Fayard, 1999.

48 Robert Cooper (Harvard), et Susan Strange (Warwick), « Mondialisation : les marchés contre les États », entretiens croisés, Alternatives Économiques n° 152, 1997.

49 Attac : Association pour une Taxe Tobin d’Aide aux Citoyens.

50 Viviane Forrester, L’horreur économique, Paris, Fayard, 1996 et Livre de Poche, 1999, p. 56.

51 M. Beaud, op. cit., p. 252.

52 George Soros, Libération, 7 octobre 1998.

53 Hannah Arendt, Le Système totalitaire, Paris, Le Seuil, 1972.

54 Max Horkheimer et Theodor W Adorno, La dialectique de la raison, Paris, Gallimard, 1974.

55 Herbert Marcuse, L’homme unidimensionnel, Paris, Editions de Minuit, 1968.

56 Jürgen Habermas, Droit et démocratie, Paris, Gallimard, 1997.

57 Claude Lefort, Essais sur le politique XIXe-XXe siècles, Paris, Le Seuil, 1986.

58 Des trois « communautariens » les plus connus en France (Michael Sandel, Michael Walzer, Charles Taylor) on retiendra Charles Taylor, Multiculturalisme, Paris, Aubier, 1994.

59 Dominique Strauss-Kahn, « Le parti du mouvement », Alternatives Économiques n° 162, 1998, pp. 50- 53, et Oskar Lafontaine, « Le temps du néolibéralisme est révolu », Alternatives Économiques n° 158, 1998, pp. 60-61.

60 Voir par exemple Les chances des Français, Albin Michel, 1998, avec les participations de Claude Allègre, Daniel Cohen, Jean-Paul Fitoussi, Jacques Julliard, etc.

61 Anthony Giddens, directeur de la London School of Economics, auteur de The Third Way, 1998, fut le conseiller et l’inspirateur de Tony Blair. [Cet ouvrage a été traduit en français et publié en collaboration avec Tony Blair en 2002 sous le titre : La troisième voie : le renouveau de la social-démocratie. NdÉ].

62 A. Touraine, op. cit., p. 113.

63 Michel Rocard, « Apprendre à combattre la précarité aussi bien que le chômage », in Bilan du Monde, Le Monde, 1997, pp. 8-9.

64 Liêm Hoang-Ngoc, La facture sociale, Arléa, 1998.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search