Version classiqueVersion mobile

Banques, industrie et Europe du Nord

 | 
Jean-François Berdah

Première partie. Un aperçu de l’œuvre de Bertrand de Lafargue

La Norvège et la France au tournant du XXe siècle1

Texte intégral

  • 1 Cet article a initialement paru dans le bel ouvrage dirigé par Éric Eydoux (dir.), Passion (...)

1Les relations franco-norvégiennes, anciennes sur le plan commercial (essentiellement échanges de bois et poissons contre vins et alcools) ont connu au cours des deux derniers siècles une fortune cyclique. Alors que le commerce est en déclin entre les deux pays, les relations se renforcent au cours des années 1880 dans les domaines culturel et financier, avant de connaître une relative intensité dans les premières années du XXe siècle et de nouveau s’affaiblir en 1920. Une sorte d’engouement culturel réciproque – les publications françaises traitant alors de la Norvège sont assez nombreuses – et l’importance très notable des investissements français dans le pays en sont les témoignages.

  • 2 Bertrand de Lafargue, « Norvège : La place des sociétés pétrolières françaises », in Encyc (...)

2Après un effacement de la France consécutif à la Seconde Guerre mondiale, ces relations ont retrouvé une vigueur nouvelle depuis les années 1970 dans une intensification des échanges scientifiques, techniques et commerciaux entre les deux pays2.

  • 3 Ces problématiques ont été étudiées dans Bertrand de Lafargue, Investissements extérieurs (...)

3La France participait, à la fin du siècle dernier, à l’épanouissement culturel et, autour de 1905, à l’émancipation économique et politique de la Norvège aux côtés de l’Angleterre et face à l’Allemagne. Le contexte diplomatique des relations franco-norvégiennes, dans une perspective nord-européenne des années 1890 à 1920, mérite sans doute de retenir l’attention. Cet aspect a précédemment été négligé, la Scandinavie étant considérée comme une aire de rivalités germano-britanniques excluant pratiquement la France. Or, celle-ci pourrait bien ne pas avoir été la grande absente…3

Des échanges commerciaux peu dynamiques

  • 4 Sur les échanges commerciaux, voir ibid., pp. 117 sq., qui s’appuie en particulier sur les (...)

4Si des échanges commerciaux existent au XIXe siècle entre la Norvège et la France, ils demeurent relativement limités. La France exporte sur un marché norvégien très étroit du vin et des alcools, des vêtements et des produits de luxe. À partir de 1830, elle commence à importer du bois norvégien en quantités relativement importantes : elle est devenue le troisième client de la Norvège, achetant 1/5e de ses exportations de bois en 1859. Au cours des années 1860, la France accroît aussi ses importations de poissons salés de Norvège. Ces échanges, ainsi que les échanges franco-suédois, justifient la signature d’un accord commercial entre la France et le double royaume de Suède-Norvège en 1865. Le traité, renfermant la clause de la nation la plus favorisée, faisait entrer la Norvège dans le camp libre-échangiste4.

5Sur un plan surtout anecdotique, signalons qu’à partir de 1881 – date de la signature d’une convention de navigation entre la France et le double royaume – est mise en service une ligne maritime régulière par la société norvégienne Fearnley & Eger entre Christiania et Bordeaux, la « Ligne de la Garonne ». Il existe également une ligne reliant Le Havre à Christiania. De même des navires norvégiens se rendent-ils nombreux en France, souvent affrétés par d’autres pays, multipliant ainsi les occasions de contacts avec les ports français. C’est le cas, par exemple, pour les échanges de vins et de bois entre la France et la Suède qui se sont accrus depuis la signature du traité de 1865.

  • 5 MAE, Lettre du 11 septembre 1906.
  • 6 MAE, Lettre du 24 février 1908.
  • 7 Dépêche de Toulouse, 5 août 1908.

6Il n’en demeure pas moins que ces relations commerciales restent, au regard des pays concurrents (Allemagne, Grande-Bretagne) assez modestes, surtout dans le sens de la France vers la Norvège. Les représentants de la France à Christiania voient plusieurs raisons à l’insuccès des produits français en Norvège5. D’abord leur inadéquation et leur prix élevé pour un marché caractérisé alors par sa frugalité et son faible pouvoir d’achat. Ensuite, la lenteur de l’acheminement et de la commercialisation en raison de l’utilisation d’Anvers, de Hambourg ou de Lübeck au lieu de la ligne Le Havre-Christiania. Dans une dépêche du début de l’année 1908, le légat français Louis Delavaud accuse aussi les méthodes bien peu professionnelles des commerçants français « mal préparés à lutter contre leurs concurrents. Nos commerçants négligent l’aide des consuls, de l’Office du Commerce extérieur, des Chambres de Commerce et les nombreuses publications officielles et autres concernant le pays où ils veulent introduire les produits. Ils ignorent de même les travaux des attachés commerciaux »6. À l’occasion de la visite d’État du président Fallières en Norvège, en août 1908, le même Delavaud se plaint des efforts inutiles qu’il a déployés pour intéresser les industriels français au marché norvégien, notamment pour les automobiles : aucun ne s’est déplacé et aucun n’a envoyé de « commis-voyageurs ». Ajoutons qu’il est fréquent que les maisons françaises utilisent en Norvège les services de voyageurs allemands « multicartes » qui ne sont certes pas les mieux placés pour représenter leurs intérêts…7

7Devant cette situation, il n’est pas rare que les pouvoirs publics français – à l’instar d’ailleurs des Britanniques ou des Allemands – aient recours au système du « prêt-lié » pour forcer le marché norvégien : tel titre public norvégien, placé sur le marché français, ne sera admis à la cotation de Paris que sous réserve d’une contrepartie commerciale. Il peut ainsi s’agir de matériel ferroviaire dans le cas d’emprunts pour le chemin de fer, ou de matériel militaire si le prêt concerne la Défense nationale. Cette politique, disons-le, n’est pas toujours couronnée de succès… Mais c’est à partir de 1907, sous le ministère Clemenceau, que se durcit avec la Norvège la pratique des prêts-liés à l’occasion du fameux épisode de la « guerre du Vin », riche en intensité dramatique, qui menace de provoquer la rupture des relations commerciales entre les deux pays au cours de l’année 1908.

  • 8 Sur cette révolte, voir l’excellent ouvrage de Monique Pech, Rémy Pech et Jean Sagnes, 190 (...)
  • 9 Voir diverses correspondances MAE, 1908-1909, et surtout une Note interne du Quai d’Orsay (...)

8Du côté français, le gouvernement Clemenceau se trouvait confronté à la grave crise viticole bien connue, la révolte des « gueux de la vigne » languedociens sous la houlette de Marcelin Albert et du bon docteur Ferroul8. En Norvège, les cabinets de Jörgen Lövland et surtout de Gunnar Knudsen appartenant à la Gauche nationale subissaient une forte pression du lob by tempérant représenté par les ministres Aarrestad et Abrahamsen. C’est alors qu’à une brusque augmentation des taxes sur les vins et spiritueux décidée à Christiania répond le refus du gouvernement français d’admettre à la cotation de la Bourse de Paris le gros emprunt 1907 de la Banque Hypothécaire de Norvège (prêts fonciers ruraux) d’un montant de 22 millions de francs, soit quelque 800 millions actuels. Ironie du sort, les mêmes électeurs de la « périphérie » norvégienne, qui avaient porté au pouvoir la Gauche nationale et soutenaient largement les ligues de tempérance, étaient aussi les premiers intéressés par les prêts de la Banque Hypothécaire… Début 1909 un gentleman agreement sur une taxation préférentielle des vins français entre le ministre français Stéphen Pichon et le chargé d’affaires norvégien à Paris, le Comte Wedel, met fin au douloureux cas de conscience de populations abstinentes – ou occasionnellement consommatrices de bière – et de leurs représentants : Lars Abrahamsen et Sven Aarrestad, accusés d’une reculade humiliante sont traités de « renégats » et Ola Nordmann découvre les bienfaits du vin de Narbonne…9

  • 10 MAE, Lettre du 5 avril 1909.

9Dans ce contexte et à la suite d’entretiens avec le ministre français du Commerce, Louis Delavaud estime souhaitable et réalisable au mois d’avril 1909 un développement des relations commerciales franco-norvégiennes pour concurrencer la présence allemande10. Il propose dans ce but la création d’une association binationale, sorte de forum où pourraient dialoguer intellectuels et hommes d’affaires des deux pays. Le projet aboutira à la fin de la guerre à la double création d’une Chambre de Commerce et d’une association franco-norvégiennes. Cette dernière aura une vocation essentiellement culturelle, mais se montrera active dans l’envoi en France d’élèves de lycées norvégiens : l’un des objectifs exprimés par le diplomate français était de lutter contre l’influence allemande en Norvège par l’accueil et la formation en France d’élèves et d’étudiants, futurs techniciens, ingénieurs ou hommes d’affaires.

10On devine, à travers ces péripéties, que ce ne sont pas malgré tout les échanges commerciaux qui constituent la pierre angulaire des relations franco-norvégiennes au tournant du XXe siècle. Il faut aller chercher celle-ci dans le secteur des banques et des investissements internationaux.

L’afflux de capitaux français

  • 11 Sur les relations entre banques scandinaves et françaises, notamment la Stockholms Enskild (...)

11L’accord commercial de 1865 avait eu pour conséquence la multiplication des effets de commerce sur le négoce des vins et du bois principalement, et l’établissement de relations bancaires plus régulières entre la France et le royaume uni de Suède-Norvège. Les premières maisons partenaires avaient été Chaigneau & Cie, à Bordeaux, Mallet Frères à Paris, et la Stockholms Enskilda Bank (SEB) de Stockholm. Ainsi à la fin de la guerre franco-prussienne, la SEB, se trouvant détentrice de nombreuses traites françaises, avait-elle décidé d’acquérir pour 3 millions de couronnes (5 millions de francs or) d’emprunts français de libération. En 1877, Knut Wallenberg, fils du fondateur de la SEB, avait été envoyé par son père à Paris sur la recommandation de Mallet, pour effectuer un stage au Crédit Lyonnais. L’élève d’Henri Germain, qui avait multiplié dès lors les contacts sur la place de Paris – et épousé une Française – sera, avec son frère Marcus, le « mentor » des banques françaises dans toute la Scandinavie, en particulier en Norvège. Aux banques anglaises et allemandes, qui pratiquent des taux plus élevés, sont désormais préférés le Crédit Lyonnais, Paribas et leurs associés dans les grandes opérations publiques et privées des deux ou trois décennies qui précèdent la Première Guerre mondiale11.

12C’est ainsi qu’entre 1886 et 1909 pas moins de dix-huit emprunts publics norvégiens sont placés à hauteur de 80 % en France pour un nominal total de 660 millions de francs or. Si la Banque Hypothécaire de Norvège fait partie des principaux destinataires de ces capitaux, les deux autres gros secteurs emprunteurs sont les chemins de fer (200 millions) et la Défense nationale (120 millions). Ce sont les capitaux français qui permettent la construction de la ligne Christiania-Bergen, tandis que le matériel est anglais ou allemand. Mais, fait notable, les trois emprunts militaires destinés à l’armement et à la construction de fortifications s’effectuent au moment de la plus vive tension dans les relations suédo-norvégiennes. Jusqu’en 1895, le Crédit Lyonnais avait refusé de s’associer à des prises d’emprunts jugés trop difficiles à placer : la Norvège était un pays peu connu du porteur moyen de la fin du XIXe siècle et les taux offerts à 3 ou 3,5 % restaient inférieurs à leur équivalent russe à 4 % ou ottoman qui rapportait 4,5 ou 5,5 %. Le début de la tension avec la Suède en 1895 entraînait le handicap supplémentaire de l’insécurité, autre facteur dissuasif.

13Précisément cette année-là, la Norvège lance un emprunt de la Défense nationale à 3,5 % dans les pires conditions d’achat pour les banques contraintes à « prendre ferme » à 99,40 %, et donc à émettre au-dessus du pair. C’est néanmoins le moment choisi par le Crédit Lyonnais pour entrer sur ce marché, malgré l’étroitesse de la commission, sur décision personnelle d’Henri Germain, financier pourtant renommé pour sa prudence. Le Crédit Lyonnais doit se charger lui-même de la vente de la quasi-totalité des titres et les circulaires aux directeurs d’agences témoignent de la double nécessité de mobiliser la province et de « forcer le marché »… Ajoutons qu’une part notable de ces opérations (140 millions de francs) a lieu au cours des deux années, décisives pour l’Union, de 1904 et 1905. Dans des conditions aussi critiques et désavantageuses peut-on songer, de la part d’Henri Germain, à des objectifs plus politiques que financiers ?

14Il ne faut au demeurant pas perdre de vue que la période 1904-1906 correspond à un ralentissement sensible des flux de capitaux français vers la Russie. On ne peut donc pas négliger l’hypothèse d’une simple solution de repli liée aux difficultés passagères sur les titres russes. Toutefois il n’est pas possible d’ignorer celle, aussi, d’un partiel redéploiement stratégique français, alors que la Suède, encouragée par l’Allemagne et soulagée provisoirement de la contrainte russe, pourrait être tentée par une opération en Norvège. Reconnaissons en tout cas que, s’il s’agit pour la France d’une alternative purement financière, le choix de la Norvège n’est pas des plus heureux, car il n’apporte ni bénéfices substantiels, ni contrepartie industrielle ou commerciale notable.

  • 12 B. de Lafargue, Investissements et concurrence…, ibid., pp. 170 sq. et du même auteur « Un (...)

15Mais la grande affaire, bien connue, reste dans le domaine de l’industrie privée la Société Norvégienne de l’Azote (Norsk Hydro) fondée à Christiania en décembre 190512. Il s’agit, en utilisant comme source d’énergie l’hydroélectricité dont la Norvège est abondamment pourvue, d’exploiter les brevets Birkeland-Eyde pour fixer l’azote de l’air par le procédé de l’arc électrique et ainsi produire des nitrates artificiels à double usage sous forme d’engrais agricoles ou de puissants explosifs. On devine l’intérêt stratégique de ces deux produits en période de guerre… À un premier partenariat tripartite conduit par la SEB des frères Wallenberg, un groupe d’ingénieurs et hommes d’affaires norvégiens (dont Sam Eyde) et la banque Paribas vient se joindre la Badische Anilin- und Sodafabrik (BASF) entre 1906 et 1911. Le capital français s’élève en 1913, y compris deux emprunts obligataires lancés en 1910 et 1911, à environ 130 millions de francs or qui représentent 80 % du capital total nécessaire à l’entreprise. Le capital-actions est alors de 79 millions de francs dont le marché français conserve en gros les trois quarts. Le placement, sur le même marché français, en juillet 1914, de nouvelles obligations pour 15 millions, portera la participation française totale (capital et emprunts) à près de 90 %.

16D’autres investissements français, moins considérables, ont lieu dans le secteur de l’aluminium avec la Norvégienne des Nitrures (Det Norske Nitridaktieselskap) fondée en 1912, ou encore dans les mines de pyrites de la société Grong Gruber la même année.

17Un rapide tour d’horizon permet de mettre en évidence l’orientation des investissements étrangers vers les secteurs industriels norvégiens les plus importants, de même qu’une certaine spécialisation par nationalité. Alors que les capitaux britanniques, suédois et allemands se partagent le secteur minier, et que Suédois et Allemands dominent l’électrotechnique, les capitaux britanniques règnent dans le domaine de la pâte à papier et les capitaux français dans l’électrochimie et l’électrométallurgie.

18On peut ainsi estimer les différentes participations françaises dans l’industrie norvégienne en 1913 à 110 millions de couronnes, c’est-à-dire le tiers du capital étranger qui y est engagé et plus de 20 % du capital total. Mais on relève surtout que les investissements français fournissent la quasi-totalité du capital mobilisé par l’industrie chimique et une grosse partie du capital de l’industrie électrométallurgique, c’est-à-dire les deux branches « vedettes » de l’industrie norvégienne.

  • 13 Estimations à partir des travaux de Arthur I. Stonehill, Foreign Owneship in Norwegian Ent (...)

19On observe que si les capitaux étrangers non français se sont investis plus volontiers dans le secteur privé que dans le secteur public, les capitaux français ont très largement préféré ce dernier secteur : 660 millions de francs contre 150 millions environ en 1914. Encore ce dernier chiffre comprend-il 90 millions de francs d’emprunts obligataires de la Société de l’Azote. Les capitaux français sont donc majoritaires, en 1913, parmi les capitaux étrangers investis dans l’industrie norvégienne. Ils seraient suivis, d’après nos estimations, par les capitaux suédois et danois (environ 70 millions de couronnes), britanniques (60 millions de couronnes) et allemands (50 millions)13.

20On relève également que si le Crédit Lyonnais jouait le rôle de leader pour les emprunts publics, c’est la Banque de Paris et des Pays-Bas qui se trouve, pour les investissements industriels, à la tête du groupe français.

  • 14 Contrairement à ce qu’affirme la thèse d’Olav Riste, The Neutral Ally. Norway’s Relations (...)

21Ainsi peut-on conclure que, contrairement à l’idée communément admise, la France ne s’est pas désintéressée de la Norvège avant la Première Guerre mondiale et que les titres de ce pays figuraient en bonne place dans les portefeuilles des Français. Et sans doute, l’importance de la participation française dans les investissements publics de la Norvège d’avant-guerre et les intérêts français dans l’industrie norvégienne, majeurs dans les deux cas, ne sont-ils pas étrangers à l’attitude de neutralité très bienveillante observée en Norvège à l’égard de la France pendant la Première Guerre mondiale14. Ces remarques nous conduisent à nous tourner vers les questions politiques.

Les politiques et la problématique d’une stratégie française

  • 15 Sur l’hypothèse d’une stratégie française en Norvège, voir Bertrand de Lafargue, « Une str (...)
  • 16 Le Temps, 1 août 1908, et les articles de Maurice Sarraut dans la Dépêche de Toulouse, 2, (...)

22Après l’accession de la Norvège à l’indépendance, l’été 1905, Paris décide d’ouvrir à Christiania une légation, plaçant ainsi la capitale norvégienne, qui jusque-là ne disposait que d’un consulat général, sur un pied d’égalité avec Stockholm15. La correspondance ordinaire des ministres-conseillers français est attentive à rendre compte au Département des premiers pas des gouvernements de la Norvège souveraine. Les appréciations, parfois un peu condescendantes de légats qui tentent des clins d’œil complices vers leur ministre, décrivent généralement une relation diplomatique sans histoires, dans une atmosphère simple et cordiale. Un an après le séjour officiel en France du roi Haakon VII et de la reine Maud, la visite d’État d’Armand Fallières à Trondheim et Christiania du 31 juillet au 2 août 1908 apparaît comme un événement particulièrement marquant. C’est l’occasion pour les diplomates et la presse des deux pays de regretter que la présence française en Norvège, à bien des égards importante, soit en recul sur le plan commercial à un moment où l’Allemagne ne cesse de s’emparer de nouveaux marchés. De même déplore-t-on que la marine de guerre française ne se montre plus dans les eaux norvégiennes, tandis que la flotte de Guillaume II multiplie les démonstrations navales. On le voit, le thème d’une rivalité franco-allemande (et britannique) en Norvège est bien présent dans les esprits16.

  • 17 MAE, Lettres des 25 février et 14 mars 1908 ; télégramme du 19 mars 1908, et lettre du 20  (...)

23Certes, il y a des phases de crispation comme c’est le cas au printemps1908 – juste avant la visite de Fallières et au moment le plus critique de la « guerre du Vin » – après la nomination au poste de Premier ministre de Gunnar Knudsen, de la Gauche nationale : « Monsieur Gunnar Knudsen – écrit Louis Delavaud – a, dans les débats de ces derniers jours, révélé des dispositions hostiles aux entreprises étrangères pour plaire aux nationalistes intransigeants… ». Allusion, évidemment, aux rebondissements des débats sur les lois de concessions. La constitution du gouvernement, quelques jours plus tard, confirme les inquiétudes de notre ministre-conseiller : Gunnar Knudsen, « radical de nuance avancée », a formé un gouvernement qui comprend « un des chefs du parti extrême, monsieur Castberg, allié habituel des socialistes. On craint que les membres les plus avancés du Cabinet ne dominent facilement les ministres plus modérés. » Est également présent dans ce gouvernement, le « fanatique » Sven Aarrestad, chef de file des tempérants. Marri sans doute de ne pas recueillir assez tôt par voie télégraphique une réaction de Stephen Pichon, Louis Delavaud renchérit avec un argument qu’il veut décisif : « Ce gouvernement est d’ailleurs appelé ministère des Femmes, plusieurs des femmes des principaux membres du Cabinet ayant, depuis des années, joué le rôle d’égéries près de leurs époux moins actifs… ». Entendons par là que ces dames militent chez les abstinents… De fait, le retour au pouvoir des conservateurs et des modérés, avec le cabinet Konow – Gauche libérale aux positions plus nuancées – en 1910, est salué avec soulagement par la légation française17.

24Mais la première préoccupation reste bien la présence allemande. Plusieurs dépêches expédiées soit de la légation française à Stockholm, soit du consulat général à Christiania dans les mois qui précèdent la séparation des deux royaumes, s’étendent longuement sur le danger que semble représenter la présence allemande en Norvège. La teneur générale en est qu’il y a bien dans l’ouest du pays une stratégie allemande et qu’il faut y répondre. On y apprend, par exemple, que le yacht de Guillaume II, accompagné de navires de guerre toujours plus nombreux, effectue chaque année un séjour dans les fjords depuis 1896, que des sondages des fonds y sont effectués, ainsi que des relevés topographiques, alors que l’empereur fait distribuer par milliers à la population des cartes postales à son effigie… Les conclusions s’imposent, selon nos diplomates : la Grande-Bretagne, mais aussi la France, se doivent de montrer rapidement et massivement leurs navires de guerre, sinon l’Union Suède-Norvège risque de basculer dans l’alliance allemande et Bergen sera alors la base de la flotte allemande contre l’Angleterre.

  • 18 MAE, Télégramme du 26 juillet 1905 ; Lettres des 25 novembre 1905, 24 janvier, 11 juillet  (...)

25Des correspondances plus tardives, postérieures à 1905 et émanant cette fois-ci des ministres plénipotentiaires en poste à Christiania, reviennent sur le thème de la séparation. Pour Abel Chevalley, qui écrit en 1914, la séparation a permis la neutralisation de la Suède-Norvège. Louis Delavaud, en 1906, évoquait les pressions diplomatiques franco-britanniques effectuées sur la Suède en juin 1905 pour empêcher toute intervention, alors que Guillaume II, furieux, agissait dans le sens contraire et choisissait cette année-là une villégiature suédoise… Les archives diplomatiques démentent, à tout le moins, la thèse de l’indifférence française18. Si elles n’apportent pas la preuve formelle de l’existence d’une stratégie, elles révèlent en revanche une inquiétude bien réelle face à la présence allemande et le souci manifeste d’y répondre. Une préoccupation française que l’on retrouve jusque sur le terrain des relations culturelles en ce tournant de siècle.

Les arts et la culture

  • 19 Yassine Fletcher, La représentation de la Norvège à travers les publications françaises, 1 (...)

26Le XVIIIe siècle et la plus grande partie du XIXe n’avaient livré au lecteur français qu’un petit nombre de récits de voyages ou publications savantes relatifs à la Norvège. De moins de cinq publications par an (à l’exclusion de la presse) jusqu’aux années 1850, on dépasse la dizaine vers 1880, puis la trentaine entre 1890 et 1910. Dans Un billet de loterie Jules Verne fait atterrir quelque part en Norvège un dirigeable français égaré. Même si la presse parisienne place encore Bergen au Danemark et qualifie Björnstjerne Björnson de « célèbre poète danois », la Revue des Deux Mondes s’intéresse à la Norvège : la moitié d’une douzaine d’articles, entre 1894 et 1908, est consacrée à Ibsen – que Le Temps, malgré tout, persiste à placer dans la rubrique « Danemark »19.

  • 20 La critique française n’a pas toujours été tendre à l’égard de l’œuvre – ambiguë il est vr (...)

27L’influence culturelle française a d’abord été celle des philosophes des Lumières. Au début du XIXe siècle, alors que la société norvégienne des affaires était tournée vers l’Angleterre, les fonctionnaires, les intellectuels et les artistes recevaient leur formation à Copenhague où ils se familiarisaient avec la langue et la culture françaises : la Révolution française, la Déclaration des Droits de l’Homme marquent fortement la Constitution du 17 Mai. C’est Jean-Jacques Rousseau qui semble avoir eu en Norvège l’influence la plus profonde par sa condamnation de l’artifice, sa communion avec la nature, son idéal d’égalité naturelle et sa philosophie de l’éducation. Il aurait inspiré, en particulier, Henrik Wergeland et, par l’intermédiaire de celui-ci, Johan Sverdrup20.

28Se développe également, au cours du XIXe siècle, une forte influence française dans les domaines de la musique, de la peinture et de la littérature, qui incite progressivement un nombre de plus en plus important de Norvégiens, surtout à la fin du siècle, à se tourner vers Paris et la France, au lieu de l’Allemagne, du Danemark ou de l’Angleterre, pour rechercher une nouvelle inspiration ou la consécration. Ce sont ces artistes qui, faisant connaître mieux leur pays à l’élite cultivée parisienne, contribuent à éveiller sa curiosité à l’égard de la Norvège. Le « monument » reste évidemment Ibsen, bien qu’à cette époque Björnson rivalise de notoriété avec lui à Paris. Antoine crée le Théâtre Libre en 1887 et Lugné-Poë le Théâtre de l’Œuvre. Ils montent Strindberg, Björnson, Ibsen. On raconte que c’est Zola qui conseille à Antoine de présenter Les Revenants d’Ibsen, dont la première a lieu le 20 mai 1890 et qui reçoit des critiques enthousiastes de Jules Lemaître et Édouard Rod. C’est Edvard Munch qui dessine certaines des lithographies pour les programmes. Le succès est tel qu’en 1897 un duel resté fameux oppose à Paris Lugné-Poë au critique Catulle Mendès qui reprochait au premier de donner une préférence trop marquée aux pièces d’Ibsen.

29La presse française, et notamment Le Temps, ouvre plus volontiers ses colonnes à la Norvège à partir de 1889-1890. Les affaires politiques y ont leur place, mais aussi la société, la littérature, le théâtre et la musique ou les expéditions. Si, un peu avant la fin des années 1880, il n’est question de la Norvège dans Le Temps qu’une dizaine de fois annuellement, la place qui lui est consacrée est dix fois plus importante au début des années 1890.

  • 21 Alliance Française, 80 ans d’amitié franco-norvégienne, Paris, 1976.
  • 22 Sarah Bernhardt a joué à Christiania L’Aiglon, Phèdre et La Dame aux Camélias ; Suzanne De (...)

30La connaissance réciproque entre les deux nations et les deux cultures se concrétise par la création en Norvège des Alliances Françaises de Christiania en 1896, Bergen et Trondheim en 1898, plus tard Drammen, en 1911, ainsi que par la création, en 1906, d’une Chaire de Langues et Littératures Scandinaves à la Sorbonne21. On a pu ainsi parler d’une véritable « vague culturelle française » en Norvège autour de 1900. Le Théâtre National de Norvège, qui ouvre ses portes en 1899, donne entre cette date et 1909 pas moins de 25 pièces de 17 auteurs français, avec une moyenne de 27 représentations françaises par an. Des acteurs aussi célèbres que Sarah Bernhardt, Suzanne Desprès, Coquelin Aîné jouent en français devant le public de Christiania où vient en 1894 Lugné-Poë pour présenter Ibsen en français avec sa troupe, devant l’auteur22.

  • 23 MAE, Lettre du 5 avril 1909. Chaque année, depuis 1918, huit élèves norvégiens bénéficient (...)
  • 24 Archives de l’Ambassade de France à Oslo (AFN), Correspondance politique et commerciale de (...)

31Quelques années plus tard, l’un des aboutissements les plus prometteurs du renforcement des liens culturels entre les deux pays sera la création, en 1918, d’une section d’élèves norvégiens au Lycée Corneille de Rouen. Cette initiative, ainsi que des échanges de boursiers remonte à l’idée émise en décembre 1908 par Louis Delavaud23. La fondation d’une association franco-norvégienne, alors envisagée, devait permettre de lutter contre l’influence allemande en Norvège, d’une part en ouvrant à de jeunes Norvégiens l’enseignement scolaire et universitaire français, d’autre part en créant un forum où se rencontreraient intellectuels et hommes d’affaires. S’il n’était pas rare, en effet, de trouver des juristes francophones, la plupart des ingénieurs et de nombreux hommes d’affaires norvégiens recevaient leur formation en Allemagne, comme ce fut le cas du capitaine d’industrie Sam Eyde. La correspondance de la Légation de France, sur laquelle on s’appuie ici, dit clairement le but de cette démarche : lutter en Norvège sur le terrain culturel et linguistique, autant que dans le domaine commercial et scientifique, contre l’Allemagne. L’association Norvège-France sera créée au printemps 1917 et aura pour premier président Harald Bjerke, en passe de devenir directeur général de la Société de l’Azote. Selon Abel Chevalley, cette association, qui compte un grand nombre d’adhérents et fait incontestablement beaucoup pour la propagation des idées françaises, est néanmoins inféodée à la Société de l’Azote, dont elle est l’émanation. L’envoi de lycéens norvégiens à Rouen, comme celui d’étudiants à l’École de commerce du Havre (une quinzaine en 1918) bénéficie aussi du soutien financier d’autres sociétés liées à la France, telles que la Norvégienne des Nitrures ou la Compagnie Sigval Bergesen24.

32Les « brumes du Nord » semblent donc se dissiper quelque peu, au moins pour une élite cultivée parisienne, autour de 1900. Mais il ne faudrait point exagérer l’importance de cette sensibilisation culturelle qui, du côté français, se porte davantage sur l’ensemble scandinave dans sa globalité. Il est évident que la France apporte à la Norvège plus que l’inverse, et à la « vague culturelle française » répond une « mode norvégienne-scandinave » plus courte, centrée autour de quelques artistes à la tête desquels se trouve Ibsen.

33Même à leur plus forte intensité, des années 1890 à la Première Guerre mondiale, les relations de la Norvège avec la France ne sont pas globalement prioritaires au regard de ce qu’elles sont avec l’Angleterre, les voisins scandinaves, l’Allemagne et, de plus en plus, les États-Unis. Certes, la présence française en Norvège est très appuyée dans le domaine financier durant deux ou trois décennies, ainsi que dans le domaine culturel – avec des résultats très tangibles dans l’évolution économique, politique et sociale du pays. Mais ce rapprochement est de courte durée somme toute et ne constitue pas vraiment une spécificité norvégienne par rapport au reste de l’Europe septentrionale et orientale, où la France se montre également très active d’un point de vue financier et stratégique, comme en témoigne l’exemple russe.

34Cela nous conduit à ne pas écarter l’hypothèse de motivations politiques dans la présence française en Norvège, auxquelles auraient accepté de s’associer certains de nos banquiers dans des conditions qui restent à éclaircir. En « plantant le pavillon français » en Norvège – pour reprendre une expression d’Henri Germain – ne s’agissait-il pas d’occuper le terrain avec nos moyens, face à une Allemagne de plus en plus présente à l’image du Kaiser Guillaume II ? En dernière analyse, n’a-t-on pas cherché à donner à la Norvège le soutien nécessaire à la séparation de 1905 – qui revenait finalement à neutraliser la région – dès lors qu’il ne faisait pas de doute que le double royaume demeuré sous la domination suédoise ne manquerait pas de basculer dans l’alliance allemande ?

Notes

1 Cet article a initialement paru dans le bel ouvrage dirigé par Éric Eydoux (dir.), Passions boréales. Regards français sur la Norvège, Caen, Office Franco-Norvégien et de Coopération/Presses Universitaires de Caen, 2000, pp. 194-203. [NdÉ]

2 Bertrand de Lafargue, « Norvège : La place des sociétés pétrolières françaises », in Encyclopoedia Universalis, Universalia 1985, pp. 315 sq. et « Norvège : L’ouverture vers l’Europe », in Encyclopoedia Universalis, Universalia 1986, pp. 308 sq.

3 Ces problématiques ont été étudiées dans Bertrand de Lafargue, Investissements extérieurs et concurrence franco-allemande en Norvège, 1886-1920, thèse de doctorat, Lille III, 1986.

4 Sur les échanges commerciaux, voir ibid., pp. 117 sq., qui s’appuie en particulier sur les archives du ministère des Affaires étrangères (MAE), Correspondance politique et commerciale, 1871-1918 (Norvège, Suède), Correspondance consulaire et commerciale, 1793-1901 (Christiania) et Historisk Statistikk, Oslo, Bureau Central des Statistiques, 1968 à propos des statistiques historiques de la Norvège.

5 MAE, Lettre du 11 septembre 1906.

6 MAE, Lettre du 24 février 1908.

7 Dépêche de Toulouse, 5 août 1908.

8 Sur cette révolte, voir l’excellent ouvrage de Monique Pech, Rémy Pech et Jean Sagnes, 1907 en Languedoc et en Roussillon, Montpellier, Espace Sud, 1997. [Et plus récemment Rémy Pech et Jules Maurin, 1907. Les mutins de la République, Toulouse, Privat, 2007. NdÉ].

9 Voir diverses correspondances MAE, 1908-1909, et surtout une Note interne du Quai d’Orsay en date du 11 mars 1908 (Négociations commerciales avec la Norvège) très circonstanciée.

10 MAE, Lettre du 5 avril 1909.

11 Sur les relations entre banques scandinaves et françaises, notamment la Stockholms Enskilda Bank, le Crédit Lyonnais, Paribas… et les investissements français en Norvège, voir B. de Lafargue, Investissements et concurrence…, op. cit., pp. 154 sq., et du même auteur « French Investments in Norway 1886 to 1914 », Banque Paribas Norge, Oslo, 1990, qui indiquent les sources Crédit Lyonnais ou Paribas. Voir aussi, pour la SEB, Olle Gasslander, History of Stockholms Enskilda Bank to 1914, Stockholm, Esselte AB, 1962.

12 B. de Lafargue, Investissements et concurrence…, ibid., pp. 170 sq. et du même auteur « Un exemple de partenariat industriel franco-allemand au sein d’une entreprise internationale : Norsk Hydro, 1905- 1945 », in Entreprises et Histoire n° 8, juin 1995, ESKA, 1995. [Cet article a été réédité dans la première partie de ce même volume, NdÉ].

13 Estimations à partir des travaux de Arthur I. Stonehill, Foreign Owneship in Norwegian Enterprises, SÖS n° 14, Oslo, Bureau Central des Statistiques, 1965.

14 Contrairement à ce qu’affirme la thèse d’Olav Riste, The Neutral Ally. Norway’s Relations with Belligerent Powers in the First World War, Oslo, Universitetsforlaget, 1965.

15 Sur l’hypothèse d’une stratégie française en Norvège, voir Bertrand de Lafargue, « Une stratégie française en Scandinavie ? », in Louis Claeys, Claudine Pailhès et Rémy Pech (eds.), Delcassé et l’Europe à la veille de la Grande Guerre. Actes du colloque tenu à Foix du 22 au 25 octobre 1998, Foix, Archives départementales de l’Ariège, 2001, pp. 97-106. [Cet article a été réédité dans le numéro 11 de la Revue d’Histoire Nordique qui a été consacré à Bertrand de Lafargue, NdÉ].

16 Le Temps, 1 août 1908, et les articles de Maurice Sarraut dans la Dépêche de Toulouse, 2, 4 et 7 août 1908.

17 MAE, Lettres des 25 février et 14 mars 1908 ; télégramme du 19 mars 1908, et lettre du 20 mars 1908.

18 MAE, Télégramme du 26 juillet 1905 ; Lettres des 25 novembre 1905, 24 janvier, 11 juillet 1906, 31 mars, 30- juillet, 28 septembre 1907, 12 avril, 5 juin, 5 décembre 1908, 19 février 1910, 17 juillet et 21 août 1911.

19 Yassine Fletcher, La représentation de la Norvège à travers les publications françaises, 1830-1914, mémoire de maîtrise sous la direction de Bertrand de Lafargue, Université de Toulouse Le Mirail, juin 1998. Au chapitre des relations culturelles, voir B. de Lafargue, Investissements et concurrence…, op. cit., pp.147 sq., qui cite sources et bibliographie.

20 La critique française n’a pas toujours été tendre à l’égard de l’œuvre – ambiguë il est vrai – de Gustav Vigeland : « Rodin du Néanderthal »…, « modèle huileux sentant l’esquimau et le phoque »… [Sur ce thème voir la contribution de Kåre Tønnesson intitulée La Norvège libre et sa constitution de 1814, fruits de la Révolution et de l’ambition de Bernadotte, publiée en seconde partie, NdÉ].

21 Alliance Française, 80 ans d’amitié franco-norvégienne, Paris, 1976.

22 Sarah Bernhardt a joué à Christiania L’Aiglon, Phèdre et La Dame aux Camélias ; Suzanne Desprès a interprété Poil de Carotte et Coquelin Cyrano de Bergerac. Ce sont les œuvres de Victorien Sardou qui semblaient les plus appréciées avec notamment 49 représentations de Madame Sans-Gêne. Voir la Revue Scandinave, décembre 1910, et Torleiv Kronen, De store aarene. Fransk innflytelse paa norsk aandsliv, 1880-1900 [Le grand art. L’influence française sur la vie intellectuelle norvégienne, 1880- 1900], Oslo, 1982.

23 MAE, Lettre du 5 avril 1909. Chaque année, depuis 1918, huit élèves norvégiens bénéficient d’une bourse pour suivre une scolarité française de la classe de seconde à la classe terminale. Voir André Vincent, La saga norvégienne du Lycée Corneille de Rouen, Thèse de IIIe cycle, Rouen, CRDP, 1980.

24 Archives de l’Ambassade de France à Oslo (AFN), Correspondance politique et commerciale de la Légation, 1918, Lettre au MAE, 25 novembre 1918, et Lettre au président de l’Association franco-norvégienne, 16 décembre 1918. Ces dernières correspondances, qui n’avaient pas été conservées dans les archives du MAE lors de mes recherches en 1978-1979, n’étaient consultables qu’à l’Ambassade de France. Il est dommage que les archives de ce poste aient été rapatriées à la fin des années 1980 vers Paris ou Nantes, car ce transfert se sera immanquablement traduit par des destructions.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search