Version classiqueVersion mobile

Banques, industrie et Europe du Nord

 | 
Jean-François Berdah

Première partie. Un aperçu de l’œuvre de Bertrand de Lafargue

Identité, souveraineté et nationalisme en Norvège, 1850-19201

Texte intégral

  • 1 Ce texte a été initialement publié dans les cahiers du MIREHC (Mémoire, Identités, Représe (...)

1Le refus répété de la Norvège d’adhérer à la Communauté européenne (1972 et 1994) rappelle que derrière une population de commerçants et de marins – traditionnellement tournée vers le large – subsiste un tréfonds rural et côtier, au nationalisme militant, replié sur sa nature, sa culture, et l’État-providence. Cette ruralité « nationale », en dépit des évolutions récentes, est demeurée la composante dominante et spécifique de la Norvège, sinon dans les statistiques, du moins dans les mentalités. Elle l’est aussi, encore en cette fin de XXe siècle, par le mode d’élection de la représentation nationale favorable aux districts ruraux.

2Petite nation, la Norvège est, de plus, une nation jeune. De 1380 à 1905, le pays est constamment sous tutelle danoise ou suédoise. De 1905 à 1945, bien qu’indépendant, il est soumis à de fortes influences économiques et politiques anglaise, allemande et française. Depuis 1945, les sollicitations sont venues des États-Unis, de l’URSS, puis de la Communauté européenne. Le petit partenaire du Nord occupe une position remarquablement stratégique et sa plate-forme continentale recèle d’importantes richesses en hydrocarbures.

  • 2 Nous prendrons dans cette étude le mot « nationalisme » au sens anglo-saxon : « nationalis (...)

3La période 1850-1920 est en Norvège comme ailleurs en Europe – mais plus qu’ailleurs en Europe nordique – celle d’un Risorgimento : la reconstruction d’une identité nationale, les luttes pour la souveraineté et les expressions du nationalisme2 y sont particulièrement remarquables par leurs spécificités.

Un pays dominé

  • 3 Une analyse sommaire mais utile du cadre géographique et de l’évolution historique de la N (...)

4Très compartimentée par le relief (à la différence de la Suède, du Danemark ou de la Finlande), la Norvège ancienne est un semis de petites communautés individualistes et indépendantes, dirigées par des rois-paysans. Ces groupes sont établis dans l’arrière-pays ou sur le pourtour d’anses (vika). Aucune structure étatique n’apparaît, dans ce contexte, avant la fin du IXe siècle. La Norvège (“Route du Nord”), sans cohésion géographique réelle, n’est pas en effet perçue comme un « territoire »3.

5La première tentative d’unification date de 872 lorsque Harald Haarfagre (Harald « aux beaux cheveux ») bat au Havsfjord une coalition de roitelets. Tentative éphémère : l’âge viking qui s’ouvre se caractérise comme l’on sait par des dissensions internes et les grandes expéditions. Un nouvel essai de regroupement, qui prend un caractère plus national, appuyé par l’Église, intervient au XIIIe siècle : le roi Haakon Haakonson fait construire en 1247 la cathédrale gothique de Nidaros (Trondheim), appelée à devenir le premier « repère » ou « symbole » national. Mais c’est aussi l’époque où la Hanse établit à Bergen une véritable exploitation coloniale : la capitale est transférée à Oslo.

6Par le jeu des successions, les trois royaumes scandinaves de Danemark, Suède et Norvège s’unissent en 1397 (Union de Kalmar). De cet ensemble régenté par le Danemark, la Suède sort en 1523. La Norvège reste, jusqu’en 1814, une « périphérie » danoise : les décisions sont prises à Copenhague où les étudiants norvégiens, futurs fonctionnaires de l’État, sont formés. La langue danoise (le riksmål, la langue d’État) s’impose dans les cités et les différents dialectes norvégiens (les landsmål ou langues des « pays ») sont progressivement marginalisés. Dans ce contexte de domination, où l’encadrement vient essentiellement de l’extérieur (Danemark, mais aussi Suède et Allemagne), aucune aristocratie norvégienne ne s’est constituée.

7Il faut attendre le XVIIIe siècle et la prospérité économique apportée par l’exploitation des forêts, les pêcheries et la flotte commerciale pour que commencent à ressurgir une culture et une conscience nationales. Encore s’agit-il dans la nouvelle bourgeoisie de la quête d’une identité plus que d’une souveraineté. L’obtention d’une université à Christiania (nom danois d’Oslo) en 1811 semble satisfaire l’intelligentsia. En effet, les souffrances du blocus britannique au cours des guerres napoléoniennes – le royaume de Danemark s’est associé à la France – ne se sont pas traduites par un sentiment antidanois. Mais le traité de Kiel de 1814, en « disposant » de la Norvège pour la remettre à la Suède de Bernadotte, est le signal d’une vive protestation nationale. Les Norvégiens se donnent une Constitution (à Eidsvoll, le 17 mai 1814), réclament leur indépendance et choisissent pour roi le prince héritier danois Christian-Frederik. La campagne suédoise de l’été 1814 oblige néanmoins Christiania à signer la Convention de Moss, le 14 août 1814 qui instaure par la force une Union suédo-norvégienne.

8Les deux royaumes, en principe indépendants, sont unis par la personne du roi de Suède et la Constitution d’Eidsvoll est entérinée. Dans la réalité, le parlement de Christiania (Storting) ne se réunira que tous les trois ans. Un gouverneur suédois nommé par le roi dirigera l’exécutif, assisté d’un gouvernement norvégien constitué de fonctionnaires – qu’il vaut mieux appeler « Conseil du gouverneur » – et non responsable devant le Storting. Ajoutons que les Affaires étrangères, y compris l’ensemble de leur administration – donc les représentations consulaires – seront du ressort de Stockholm, et que les navires norvégiens – même marchands – devront battre pavillon suédois.

Reconstruction d’une identité nationale, aspirations nationales et lutte pour la souveraineté : la question suédo-norvégienne, 1814-1905

  • 4 En 1814, la population de la Norvège est de 800 000 habitants, celle de la suède de 2,3 mi (...)

9En 1814, la grande majorité des Norvégiens sont hostiles à l’Union. Au premier chef, le jeune nationalisme, devenu « militant » autour de la Constitution d’Eidsvoll, est choqué par l’attitude des grandes puissances qui ont remis le pays à la Suède, comme un simple « butin ». À l’égard des puissances subsistera désormais en Norvège un sentiment récurrent de méfiance. S’exprime aussi la crainte de perdre une identité nationale renaissante devant une culture dominante –, et dominatrice – une nation plus structurée et une population trois fois plus nombreuse4. On évoque enfin les travers d’une administration suédoise centralisée – voire « militarisée » – fortement aristocratique, et qui n’est pas dans les traditions norvégiennes. Le « danger aristocrate » est particulièrement redouté des paysans qui craignent une main-mise suédoise sur la terre et une forme de féodalisation des campagnes.

10La reconstruction d’une identité nationale et les aspirations qui caractérisent en Norvège le siècle de l’Union, jusqu’à la Séparation en 1905, prendront deux formes :

  • La recherche d’une identité culturelle et linguistique.
  • La construction d’une démocratie parlementaire autonome.

11Mais, en parallèle, le mouvement du scandinavisme qui exprime un idéal de « nation scandinave » semble contredire les aspirations purement nationales.

12La Norvège peut se prévaloir d’un passé culturel riche, avec la poésie scaldique (les sagas) et les Eddas, en symbiose avec l’Islande. La domination danoise, à partir de 1380, avait presque totalement mis en sommeil la production littéraire. La langue norvégienne – dont l’islandais porte encore aujourd’hui quelques témoignages – avait rapidement évolué vers le danois. Toutefois, subsistait dans les campagnes la tradition orale des folkeeventyr (contes et légendes populaires) et les récits mythologiques.

  • 5 L’une des caractéristiques de la peinture et de la littérature romantiques norvégiennes es (...)

13Le « romantisme national » du début du XIXe siècle puisera tout naturellement dans ce passé pour glorifier la Norvège et les Norvégiens : la relation entre littérature, arts, identité nationale et nationalisme est ici particulièrement nette. On peut parler d’une véritable « explosion » littéraire et artistique à partir des années 1830, d’inspiration exclusivement nationale. La peinture paysagiste (Johan Christian Dahl, Hans Gude) est un hommage à la nature quelque peu écrasante par rapport à l’humain où les impressionnants fjords occupent une grande place. La peinture « historique », avec Adolph Tidemand et Oscar Wergeland, qui peint l’Assemblée d’Eidsvoll, est empreinte de recueillement plus que de solennité5. Le violoniste virtuose Ole Bull, « figure » connue jusqu’aux États-Unis, s’emploie aussi à faire revivre la musique folklorique. Le grand compositeur Edvard Grieg atteint au sommet de la célébration nationale avec sa mise en musique de Peer Gynt, d’Ibsen.

14Le même Ibsen, mais aussi Bjørnstjerne Bjørnson – par ailleurs grand tribun politique du nationalisme –, créent le théâtre norvégien, qui remplace les pièces et les acteurs danois sur une thématique historique, puis sociale. Par son succès populaire, le théâtre joue un très grand rôle dans la structuration de l’identité nationale. Sur le plan littéraire, notons, à partir de la fin du siècle, l’œuvre de Knut Hamsun, d’un militantisme plus acerbe, qui joint au culte de la nature et de la « pureté » paysanne sa haine du capitalisme citadin, implicitement étranger.

15Cette quête identitaire se traduit aussi par la multiplication des fouilles archéologiques (trésors de Vikings) et des musées. L’historien P. A. Munch publie, de 1851 à 1863, une Histoire du Peuple norvégien, grande fresque patriotique, mais l’oeuvre de Keyser dérive vers des thèses raciales (les Norvégiens seraient plus « purs » que les Suédois et les Danois, eux-mêmes plus « purs » que les Allemands…)

16Deux spécificités norvégiennes, particulièrement riches de significations identitaires sont les contes populaires et la reconstruction linguistique. À partir des années 1840 sont publiés les contes d’Asbjërnsen et Moe, transcription des folkeeventyr, qui décrivent et glorifient – mais souvent avec humour – l’esprit d’égalité, de frugalité et d’indépendance des paysans, en usant d’expressions et d’un vocabulaire locaux. La nature et la mythologie y tiennent une large place.

  • 6 Le mot « nynorsk » (« néo-norvégien ») pour désigner le landsmaal, n’apparaît en fait qu’e (...)

17Plus significative encore, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, est l’œuvre linguistique d’Ivar Aasen qui construit à partir des dialectes locaux le néo-norvégien (landsmål ou nynorsk) qui devient l’expression du nationalisme et de la Gauche, contre le riksmål danois qu’utilisent les conservateurs6. Si l’Université apparaît comme une citadelle du riksmål, au même titre que l’administration et les milieux d’affaires, les campagnes – surtout dans l’ouest du pays – deviennent le domaine du néo-norvégien. À partir des années 1880, les Sociétés de Jeunesse rurales militent en faveur des landsmål et de la culture nationale en étroite association. Elles sont fédérées en 1896 et entrent dans la mouvance de la Gauche. Ce nationalisme se développe fortement au niveau de l’enseignement élémentaire qui échappe au contrôle de l’Église en 1889 (Loi sur l’école publique) et, comme en France, nous amène au débat politique.

La construction d’une démocratie parlementaire

18Du début de l’Union jusque dans les années 1880, à l’exception des Affaires étrangères, le pouvoir politique – exécutif et législatif – est progressivement transféré, sans tensions majeures, de Stockholm à Christiania. L’année 1884 marque le début de la démocratie parlementaire en Norvège.

19Jusqu’en 1856, un gouverneur nommé par le roi, assisté d’un Conseil des ministres indépendant du parlement, dirige le pays. En même temps que se développent l’idée nationale et la formation populaire, une élite « périphérique » essentiellement rurale se constitue et occupe des sièges au parlement. Les députés paysans, peu à peu, remplacent les fonctionnaires, donnant au Storting une assise plus nationale. Deux tendances politiques se dessinent. Le courant conservateur – Höyre ou Droite – rassemble la bourgeoisie urbaine des fonctionnaires et hommes d’affaires, tournés vers l’étranger et plus favorables à l’Union. Le courant libéral réformiste – la Venstre ou Gauche – recrute plutôt en milieu rural et présente un visage « national ». L’évolution électorale se fait dans un sens favorable aux « Libéraux » derrière leur chef de file Johan Sverdrup, parlementaire depuis 1851, qui reçoit bientôt l’appui actif de Bjørnstjerne Bjørnson. Stockholm choisit les concessions.

20En 1856, le poste de gouverneur est supprimé et en 1861 le roi nomme pour la première fois un Premier ministre norvégien (le conservateur Stang). En 1869, le parlement est autorisé à siéger chaque année, et le roi consent à une révision du Traité de l’Union, proposition soutenue par la Droite. Mais en ce tournant des années 1870 s’étend – notamment sous l’impulsion de Bjørnstjerne Bjørnson – un regain de nationalisme dans les districts ruraux : le parlement est désormais composé pour moitié de députés paysans « nationaux ». Les discours antiunionistes de Sverdrup font échouer au Storting les projets de révision du Traité.

21Aux législatives de 1882, les appels de Bjørnson connaissent une particulière résonance dans les campagnes : « En Norvège, le peuple norvégien doit être le maître, maintenant et pour toujours ». La Gauche nationale étant majoritaire, le gouvernement fait en 1884 son entrée au parlement : il sera désormais responsable devant le Storting et les cabinets seront l’émanation de la majorité. Le roi est contraint d’appeler Sverdrup au poste de Premier ministre. 1884 est la date d’établissement d’un parlementarisme démocratique en Norvège. Les courants politiques, Droite et Gauche, se donnent des statuts de partis et le Storting devient principalement la tribune de la lutte pour l’indépendance.

Le scandinavisme

  • 7 Sur le scandinavisme, on peut consulter : Jean-Jacques Fol, Les Pays Nordiques aux XIXe et (...)

22Si le XIXe siècle fut celui des nationalismes, il fut aussi celui du scandinavisme, mythe de la grande patrie scandinave, au demeurant attaché à la recherche d’une identité commune plus qu’à l’expression d’un nationalisme fédérateur. Ce courant est-il en contradiction avec un nationalisme norvégien naissant7 ?

23Le scandinavisme est d’abord un fait universitaire qui se manifeste par de grands rassemblements d’étudiants des trois pays à Lund, Copenhague, Christiania, à partir des années 1840. Il touche l’intelligentsia et certains milieux politiques et se traduit entre Suède et Danemark par des promesses de soutien défensif contre la Russie et la Prusse sur l’affaire finlandaise et sur celle des duchés. En Norvège, il connaît une certaine faveur depuis qu’en 1839 l’accession au trône danois du populaire Christian - Frederik, éphémère roi de Norvège qui a accordé au pays sa Constitution en 1814, a contribué à un rapprochement dano-norvégien. En même temps, un sentiment de reconnaissance à l’égard de l’université danoise s’est développé dans la classe dirigeante norvégienne où les « Danomanes » fondent le « parti de l’Intelligence ». Mais le scandinavisme ne touche qu’une minorité de Norvégiens. Il est d’abord un phénomène danois et suédois. En Suède, il est porteur du sentiment antirusse depuis que la Russie a enlevé la Finlande à ce pays en 1809. Au Danemark, il est antiallemand à partir des années 1830 en raison des menaces qui pèsent sur les duchés de Schleswig (Slesvig) et de Holstein, et plus encore en 1864 après leur perte. Cette défaite génère un renouveau du sentiment scandinave dans les trois capitales avec la fondation d’une « Société scandinave » (1864).

24Mais dans l’affaire des duchés, les alliances n’ont pas joué et la rupture de l’Union suédo-norvégienne en 1905 marquera plus encore les difficultés du scandinavisme qui s’orientera, à l’approche de la Première Guerre mondiale, vers une solidarité dans la neutralité.

L’accès à la souveraineté (juin 1905)

  • 8 Le courant de la Gauche le plus favorable à la recherche d’une entente avec la Droite sur (...)

25Les relations avec la Suède constituent l’essentiel du débat politique en Norvège de 1884 à 1905. Le vote d’une législation sociale avancée, dont l’un des buts est de renforcer la cohésion nationale, ne provoque pas de clivage notable entre la Droite et la Gauche, y compris après l’instauration du suffrage universel masculin en 1898. Au pouvoir, Sverdrup et la Gauche évoluent vers des positions plus modérées sur la question de l’Union, finissant par accepter le principe d’une association avec la Suède sur une base égalitaire. Ils sont même rejoints par la Droite des affaires sur des revendications limitées à des consulats norvégiens séparés. Une Gauche « radicale » (Rene Venstre ou Gauche « pure ») reprend alors le flambeau de l’indépendantisme8. Les partisans du statu quo sont désormais très minoritaires, même au sein de la Droite.

26Dans un pays qui possède la troisième flotte marchande du monde autour de 1900 avec des marins qui sillonnent les mers, la question des consulats séparés et d’un pavillon national mobilise l’opinion publique. L’affaire est d’autant plus importante que la diplomatie et l’économie suédoises sont traditionnellement tournées vers l’Allemagne, alors que par ses échanges la Norvège est orientée vers la Grande-Bretagne.

27Des négociations entre Stockholm et Christiania en 1891-1895 n’aboutissent pas. En 1895, la tension est si vive que la guerre menace. Alors que Guillaume Il exhorte la Suède à la fermeté, la Grande-Bretagne et la France apportent leur soutien à la Norvège. Le Crédit Lyonnais place en France, pratiquement à perte, le premier grand emprunt public d’armement émis par Christiania. L’enjeu doit être apprécié – en tout cas pour ce qui est de la France et de l’Allemagne – dans le contexte de la recherche d’alliances qui caractérise les années 1890 et le début du XXe siècle en Europe : un royaume uni de Suède-Norvège risque fort de basculer du côté de l’Allemagne en cas de conflit, alors que les deux pays séparés se neutraliseront. Il est d’ailleurs connu que l’empereur Guillaume II porte un grand intérêt à la côte Ouest de la Norvège et qu’il y effectue chaque été des séjours prolongés à bord de son yacht, escorté par des navires de guerre qui cartographient minutieusement fonds côtiers et fjords.

28La querelle rebondit en 1904 à la suite du durcissement des positions suédoises qu’explique l’entrée en guerre de la Russie contre le Japon. Le 18 mai 1905, le Premier ministre norvégien Christian Michelsen – un armateur de Bergen appartenant à la Gauche – fait voter au parlement la loi des consulats séparés, à laquelle le roi Oscar II oppose son veto. Dans l’incapacité de nommer un nouveau Premier ministre – et donc d’exercer ses pouvoirs – après la démission du gouvernement Michelsen, Oscar II n’est plus reconnu roi de Norvège. Le 7 juin 1905, l’Union est dissoute par décision unilatérale du Storting. Le « coup » juridico-diplomatique de Michelsen réussit : l’état-major suédois décourage Oscar II de lancer une offensive en Norvège, et les protestations, y compris celles de l’Allemagne, sont de pure forme.

29Les bons offices britanniques, français et russes conduisent d’ailleurs à la reconnaissance de la séparation des royaumes à Carlstad, à l’automne 1905. La Norvège, qui entérine cette décision par referendum à 99 % des voix, se donne pour roi le prince danois Karl qui régnera sous le nom de Haakon VII. Il est le fils du prince héritier danois et par sa femme, la reine Maud, le gendre d’Édouard VII d’Angleterre. Ce rapprochement avec le Danemark signifie aussi, d’une certaine façon, que la Norvège se place sous la protection britannique.

Défense de la souveraineté et expressions du nationalisme, 1905-1920

30Après avoir accédé à l’indépendance, la Norvège se trouve désormais dans une situation tantôt « défensive » (sauvegarde de la souveraineté), tantôt plus « offensive » (expression d’une identité et d’un nationalisme). La défense de la souveraineté pose la question des investissements étrangers, avant de poser celle d’une neutralité difficilement préservée. « L’offensive » identitaire et nationale amène, enfin, à considérer « l’image » que veut projeter le pays, son messianisme et le mode d’implantation de ses ressortissants aux États-Unis.

  • 9 Sur la question des capitaux étrangers consulter : Bertrand de Lafargue, Investissements e (...)

31Des années 1880 à la Première Guerre mondiale, pour se doter d’infrastructures, développer son économie et assurer sa défense, la Norvège est très « demandeuse » de capitaux étrangers9. Ceux-ci lui parviennent sous la forme d’emprunts publics (État, municipalités, banque hypothécaire) et servent en particulier à financer la construction du réseau de chemins de fer et la défense nationale. En 1913, 90 % de la dette publique sont détenus à l’étranger, dont les 2/3 en France. Les capitaux arrivent aussi sous la forme d’investissements privés dans les entreprises industrielles. L’étranger représente en 1913 les 3/5e des capitaux investis dans l’industrie (la part française étant de 20 %). La présence des capitaux étrangers (britanniques, français, suédois, allemands) est particulièrement dominante dans les industries de pointe dont le fleuron est l’électrochimie : en 1913, la Norsk Hydro, première entreprise du pays, est contrôlée à 80 % par la banque Paribas et ses alliés. Il y a donc une indiscutable dépendance économique – et par conséquent politique – qui donne lieu d’une part à des pressions de la part des prêteurs, et à des réactions de type nationaliste dans le pays.

32Au chapitre des emprunts publics, une « guerre du vin » oppose, par exemple, la France à la Norvège en 1907-1908 lorsque le gouvernement français n’accepte d’admettre la cotation en bourse d’un emprunt public norvégien à Paris qu’en échange d’une augmentation des importations de vins : c’est le système bien connu des « prêts-liés ». On peut imaginer néanmoins l’émotion nationaliste au sein d’un pays traditionnellement buveur de bière, notamment dans l’Ouest national-paysan où les ligues de tempérance, influencées par les Églises, sont particulièrement actives. Après un conflit de plusieurs mois, le gouvernement de Christiania devra d’ailleurs faire marche arrière.

33Mais la plus vive réaction nationale concerne les investissements privés. Après l’annonce de la fondation, en décembre 1905, l’année de l’indépendance, de ce qui deviendra la première entreprise industrielle de Norvège – la Norsk Hydro ou Société Norvégienne de l’Azote – par du capital essentiellement français et suédois, mais aussi allemand, de virulentes campagnes dans la presse de la Gauche nationale émeuvent l’opinion publique. Le parlement est contraint de légiférer en toute hâte au printemps 1906 pour imposer aux entreprises exploitant les richesses naturelles un système de concessions assorti de conditions restrictives à l’égard de la présence étrangère. Particulièrement choquants pour la Gauche étaient l’intense spéculation sur les chutes d’eau, entourant la naissance de l’industrie de l’azote, et le constat qu’au début de 1906 les trois quarts des sites étaient entre des mains étrangères. Sans doute de vieilles résurgences païennes liées à la mythologie des cours d’eau mobilisaient-elles une partie du monde rural, mais celui-ci fut davantage affecté par un sentiment déjà écologique teinté de xénophobie : il fallait protéger le patrimoine national contre les appétits de la ville cosmopolite. Les nouveaux propriétaires n’étaient-ils pas suédois, allemands, français, juifs ? De plus, des spéculateurs norvégiens s’étaient enrichis en pratiquant des achats-reventes, et ces manoeuvres étaient jugées scandaleuses de la part de compatriotes dans une· société profondément égalitariste. Sam Eyde, le président-fondateur de Norsk-Hydro, était qualifié dans la presse de « laquais du capitalisme de monopole étranger ». Christian Michelsen, au cours de débats parlementaires en 1907, exprimait la crainte de voir la grande industrie donner naissance à un prolétariat d’origine en partie étrangère, dangereux pour une cohésion nationale reposant sur le substrat des paysans et des « gens de la mer ».

Le problème de la neutralité et la Première Guerre mondiale

  • 10 Le problème de la neutralité dans les années qui précèdent la Première Guerre mondiale, et (...)

34Dès 1905 se pose pour la Norvège la question de l’élaboration d’une politique étrangère. Si les consulats nécessaires sont pourvus, le pays manque de personnel diplomatique et réduit au strict minimum ses représentations extérieures. Bjørnstjerne Bjørnson estime que « la seule politique étrangère de la Norvège doit être de ne pas avoir de politique étrangère » ; d’autres avancent que les relations extérieures de Christiania se décident au Foreign Office10.

35Le pays s’engage donc dans une politique de non-alignement et de neutralité. En novembre 1907, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Russie et la France garantissent par traité son intégrité territoriale. Au demeurant, la Grande-Bretagne refuse de reconnaître la neutralité norvégienne sans les neutralités déclarées de Copenhague et de Stockholm. Dès lors, la Grande-Bretagne et l’Allemagne multiplient les visites d’escadre et les démonstrations navales au large des côtes norvégiennes. La flotte allemande s’y montre même chaque année. En vain, le légat français de Christiania réclame-t-il du Quai d’Orsay l’envoi de quelques navires de guerre. Guillaume II poursuit ses séjours dans les fjords et se fait applaudir dans les villages, distribuant des cartes postales à son effigie. Dans certaines campagnes de l’Ouest, où des dons lui font une réputation de bienfaiteur, son portrait s’y rencontre plus souvent que celui d’Haakon VII. Son infanterie de marine arpente l’arrière-pays et y effectue des relevés topographiques. Selon le légat français, l’Allemagne a choisi sa base navale avancée contre l’Angleterre : ce sera Bergen. La réponse britannique, massive, vient en 1908 : 53 navires de guerre visitent ensemble le fjord de Christiania.

36En 1912, lors du premier conflit balkanique, la tension internationale incite les trois rois scandinaves à se déclarer neutres et à réaffirmer solennellement leur neutralité commune à Malmö en décembre 1914. La neutralité norvégienne pendant la Première Guerre mondiale, à peu près unanimement reconnue par les historiens, mérite néanmoins quelques observations. Après le déclenchement des hostilités, de fortes pressions – mal acceptées dans le pays – sont exercées par Londres, Paris et Berlin sur le gouvernement norvégien pour s’assurer des livraisons de produits stratégiques fabriqués en Norvège, et les interdire à l’autre camp. Parmi ces produits « sensibles » figurent les nitrates (explosifs et engrais) de la Société de l’Azote. Ces démarches, qui aboutissent le plus souvent à des succès franco-britanniques, mettent la diplomatie norvégienne en délicatesse avec l’Allemagne, et exposent les navires de transport. Ainsi, en janvier 1915, la Norvégienne de l’Azote – société de droit norvégien sise en Norvège – est-elle contrainte en grand secret par son gouvernement de dénoncer au profit de la France les contrats de livraison d’explosifs qui la liaient à l’Allemagne depuis 1913. La présence fortement majoritaire de capitaux français dans la société n’est évidemment pas étrangère à cette décision forcée, qui remet directement en cause la souveraineté nationale.

37Il est clair que de 1914 à 1917 la Norvège est attirée plutôt contre son gré dans le camp allié. Ce sont en définitive les torpillages systématiques de navires marchands par les sous-marins allemands, qui font de nombreuses victimes civiles et condamnent ainsi Berlin, et peut-être surtout l’entrée en guerre des États-Unis qui « légitiment » aux yeux des Norvégiens, en 1917, un positionnement plus favorable aux alliés.

38Parallèlement à la recherche et à la difficile sauvegarde de la souveraineté, la Norvège de la fin du XIXe siècle et des premières années du XXe exprime avec une force particulière son identité et son nationalisme à l’extérieur de ses frontières.

Identité et nationalisme : L’image, le messianisme, la « conquête »

39L’image qu’une jeune nation veut d’abord projeter d’elle-même est celle d’un héros. Mais il doit être suffisamment représentatif. Ce ne pouvaient être Bjørnson ou Ibsen, trop spécifiquement « intellectuels », ni le roi Haakon VII, qui devra attendre la Seconde Guerre mondiale pour acquérir à Londres la stature d’un héros national. Roald Amundsen, scientifique, sportif, explorateur, qui bat d’un mois l’Anglais Scott dans la conquête du pôle Sud en décembre 1911, est précédé dans l’imaginaire collectif par Fridtjof Nansen.

40Nansen, vraie figure du héros national, devient l’incarnation de la Norvège moderne, saine, virile et libre, mais aussi pacifique. Biologiste, océanographe, sportif, artiste et homme politique, il semble réunir tous les atouts. Après sa traversée du Groenland en 1889, il monte l’expédition du Fram de 1893 à 1895, qui le conduit près du pôle Nord, où il survit à l’hiver. Explorateur adulé, il devient le porte-parole de l’indépendantisme norvégien et l’ambassadeur de la Gauche nationale autour du monde. Symbole, ensuite, de l’indépendance, il joue un rôle de premier plan à la SDN où il crée dans les années 1920 le passeport Nansen pour les populations déplacées et apatrides.

41Nansen est bien représentatif de l’image dynamique, pacifique et philanthropique que la Norvège entend donner d’elle-même dans un style quelque peu pédagogique, jouant ainsi le rôle de « modèle ». C’est ainsi que le messianisme norvégien s’exprime par une très importante présence missionnaire dans le monde, et notamment dans l’Afrique de l’Est britannique. Il s’exprime aussi, chaque année depuis 1901, à la tribune du Prix Nobel de la Paix, décerné par la volonté de Nobel à Christiania par un jury norvégien dont les choix manifestent dès les premières années la volonté de jouer un rôle politique international.

42La question, enfin, de l’émigration mérite d’être évoquée. Au milieu du XIXe siècle, les candidats au départ étaient ouvertement accusés d’antipatriotisme. Néanmoins, le modèle norvégien d’établissement aux États-Unis semble prendre des aspects plus nationalistes que dans les cas de la plupart des autres groupes nationaux. L’émigration, d’ailleurs, est massive : entre 1840 et 1920, on totalise 800 000 départs – dont très peu de retours –, alors qu’aux mêmes dates, la population « métropolitaine » passe de 1,2 à 2,5 millions d’habitants. Par son taux d’émigration – le quart de l’accroissement naturel –, la Norvège vient ainsi immédiatement après l’Irlande.

43Ce flux, loin de se diluer dans le « creuset » américain, se concentre en un mouvement de « colonisation » sur les terres du Minnesota, du Wisconsin, de l’Illinois, des Dakotas et de l’État de Washington. Regroupées et soudées, peu mobiles, ces communautés rurales, fortement encadrées par l’Église et les écoles, défendent leurs spécificités. Il faut sans doute parler dans ces États du Nord, de véritables « territoires » où se reconstitue, loin de sa « métropole », une nation norvégienne.

Conclusion

44Le processus de construction nationale de la Norvège, au XIXe siècle et au début du XXe, présente des similitudes avec d’autres mouvements nationaux, en Europe de l’Est notamment, mais revêt aussi et surtout des caractères atypiques. Au XVIIIe siècle, la recherche d’une identité nationale norvégienne est liée au renouveau économique du pays et à la formation d’une nouvelle bourgeoisie. Néanmoins, cette prise de conscience ne prend pas la forme d’un séparatisme, car la « symbiose » dano-norvégienne, qui dure depuis plus de trois siècles, est une réalité forte.

  • 11 Sur l’histoire économique et sociale de la Norvège, le meilleur ouvrage est celui de Fritz (...)

45L’évolution socio-économique du siècle précédent rend impossible la tentative de « greffe » sur la Suède au XIXe et provoque même un rejet : c’est la Suède qui, pourrait-on dire, « crée » la nation norvégienne. La protestation monte d’abord des campagnes qui ne seront ensuite rejointes par la bourgeoisie d’affaires qu’à la fin du siècle, au moment où une nouvelle avancée économique rend nécessaire une émancipation politique11.

46Après la Séparation, la position stratégique et les richesses de la Norvège en font un pays courtisé dont la neutralité, autrement dit la souveraineté, est à plusieurs reprises attaquée, sinon violée. C’est peut-être là que se trouve l’une des clés susceptibles d’éclairer un sentiment national particulièrement vif et durable, ainsi qu’une « virginité » si farouchement défendue. Le mariage avec l’Europe de cette demoiselle un peu sauvage – mais séduisante et fortunée – sera, un jour sans doute, un mariage de raison.

Notes

1 Ce texte a été initialement publié dans les cahiers du MIREHC (Mémoire, Identités, Représentations. Histoire Vomparative de l’Europe) en 1996.

2 Nous prendrons dans cette étude le mot « nationalisme » au sens anglo-saxon : « nationalism », traduit en français par « sentiment national ».

3 Une analyse sommaire mais utile du cadre géographique et de l’évolution historique de la Norvège est présentée dans l’Encyclopœdia Universalis, article « Norvège ».

4 En 1814, la population de la Norvège est de 800 000 habitants, celle de la suède de 2,3 millions.

5 L’une des caractéristiques de la peinture et de la littérature romantiques norvégiennes est d’opposer le caractère grandiose de l’oeuvre divine (la nature) et - par un certain dépouillement - l’humilité de l’oeuvre humaine.

6 Le mot « nynorsk » (« néo-norvégien ») pour désigner le landsmaal, n’apparaît en fait qu’en 1929.

7 Sur le scandinavisme, on peut consulter : Jean-Jacques Fol, Les Pays Nordiques aux XIXe et XXe siècles, PUF “Nouvelle Clio”, 1978 ; T. K. Derry, A History of Modern Norway, 1814-1972, Oxford, Clarendon Press, 1973 et Jean-François Battail, Régis Boyer et Vincent Fournier, Les sociétés scandinaves de la Réforme à nos jours, PUF, 1992.

8 Le courant de la Gauche le plus favorable à la recherche d’une entente avec la Droite sur la revendication de consulats séparés se dénomme la Gauche « libérale » (Frisinnede Venstre).

9 Sur la question des capitaux étrangers consulter : Bertrand de Lafargue, Investissements extérieurs et concurrence franco-allemande - La Norvégienne de l’Azote, 1886-1920, Thèse de doctorat, Lille III, 1986, 2 Vol.

10 Le problème de la neutralité dans les années qui précèdent la Première Guerre mondiale, et au cours de celle-ci, est traité dans B. de Lafargue, Investissements extérieurs et concurrence franco-allemande…, op. cit. et O. Riste, The Neutral Ally, op. cit.

11 Sur l’histoire économique et sociale de la Norvège, le meilleur ouvrage est celui de Fritz Hodne, An Economic History of Norway, 1815-1970, Trondheim, Tapir, 1975.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search