Versione classicaVersione mobile

Banques, industrie et Europe du Nord

 | 
Jean-François Berdah

Première partie. Un aperçu de l’œuvre de Bertrand de Lafargue

Un exemple de partenariat industriel franco-allemand au sein d’une entreprise internationale : Norsk Hydro, 1905-19451

Testo integrale

  • 1 Cet article a été initialement publié dans Entreprises et histoire, n° 8, juin 1995, pp. 5 (...)

1Cette contribution retrace les péripéties d’un engagement financier français mené par Paribas, de 1905 à 1945, dans une industrie de pointe « sensible » (l’électrochimie), un pays « stratégique » (la Norvège), une société « internationale » (Norsk Hydro), aux côtés d’un partenaire allemand, la Badische Anilin.

2Le contexte politico-militaire pèse sur les choix, mais la stratégie de la banque française n’est pas en contradiction fondamentale avec celle de son gouvernement. Elles s’épaulent même, à l’occasion.

3La discrétion des sources, reflet de celle des acteurs, laisse surtout des interrogations. Quel rôle joue la banque Rothschild par l’intermédiaire d’un homme comme Gaston Griolet ? Pourquoi Paribas n’apporte-t-elle pas de commandes à l’industrie française ? Quelle est, plus précisément, dans cet investissement, la part du facteur politique ?

4Ses fabrications nitratières (fertilisants et explosifs) puis d’eau lourde ont conféré à Norsk Hydro une importance stratégique au reste assez méconnue – au cours des deux conflits mondiaux. Nous nous sommes dès lors fixé comme premier objectif d’éclairer la politique des financiers français et des industriels allemands qui se trouvèrent associés dans cette entreprise pendant la plus grande partie de la première moitié du siècle.

5Ceci nous a conduit à établir d’une part que Paribas n’a pas mené une politique contraire aux intérêts de la France et d’autre part que la diplomatie française – contrairement à l’historiographie traditionnelle – a joué pendant le premier XXe siècle un rôle de premier plan en Norvège. Nous aurions souhaité toutefois mieux identifier les véritables preneurs de décisions. Sur cette problématique, l’historien se trouve parfois malheureusement assez démuni.

  • 2 Sur les aspects techniques de l’industrie de l’azote et notamment les différents procédés (...)
  • 3 Les sources d’archives sont décrites dans Bertrand de Lafargue, Investissements extérieurs (...)

6La Société Norvégienne de l’Azote (Norsk Hydro), fondée à Christiania (Oslo) en décembre 1905, avait pour objet la production de nitrates artificiels. Le procédé consistait à fixer l’azote de l’air en le combinant avec l’oxygène en présence d’un arc électrique puissant, d’où le nom de « procédé à l’arc » (brevet Birkeland, 1903)2. Le système reposait avant tout sur une énergie abondante et bon marché. Selon les estimations des experts, le potentiel hydro-électrique norvégien offrait des conditions optimales à cette nouvelle industrie électrochimique en raison du faible coût de l’énergie locale3.

Tergiversations (1903-1906)

  • 4 Depuis le milieu des années 1890, la SEB et le Crédit Lyonnais, puis Paribas, se trouvaien (...)
  • 5 Alimänna Svenska Elektriska Aktiebolaget : importante société suédoise de matériel électri (...)

7À l’origine de l’entreprise se trouvait l’ingénieur norvégien Sam Eyde. Celui-ci, à la recherche d’appuis financiers et d’expertise technique, avait, dès 1903, tenté d’intéresser au projet la Badische Anilin- und Soda Fabrik (BASF). L’entreprise allemande poursuivait alors près de Ludwigshafen ses propres expérimentations sur une méthode analogue (four Schönherr), mais pouvait se laisser séduire par une électricité norvégienne peu coûteuse. Dans le même temps, le financier suédois Tillberg, associé au projet Eyde, avait approché les frères Knut et Marcus Wallenberg, dirigeants de la Stockholms Enskilda Bank (SEB). En novembre 1903, les Wallenberg décidaient de se tourner vers leurs anciens partenaires de Paribas4 et tentaient de dissuader Eyde de s’engager avec la Badische. Les conditions des Allemands étaient jugées défavorables, mais Marcus Wallenberg souhaitait aussi réserver ce futur marché de fournitures électriques à la société ASEA dont il venait de prendre le contrôle5 aux dépens des partenaires que ne manquerait pas d’imposer la Badische. De son côté, en décembre, Sam Eyde éconduisait un groupe d’experts commandités par Paribas aux fins d’observer les expérimentations du professeur Birkeland.

  • 6 Depuis 1895, la tension était vive entre les deux pays, la Norvège réclamant la rupture de (...)

8Dès lors, deux années s’écoulèrent avant la constitution de la société. Long délai au cours duquel les Wallenberg multiplièrent les démarches sans pouvoir lever les hésitations du conseil d’administration de Paribas, et ce – semble-t-il – malgré l’appui d’Edmond Moret au sein même de la banque et en dépit des rapports sur les expérimentations prometteurs qui désormais parvenaient sur la table des administrateurs. Pour justifier son attentisme, Paribas alléguait les incertitudes politiques devant le risque de conflit entre la Suède et la Norvège, juste avant la rupture de l’Union6, mais aussi ses interrogations sur la rentabilité de la méthode Birkeland face aux procédés rivaux, d’abord celui de la Badische. Il apparaissait aussi, plus implicitement, qu’une autre inconnue était l’association quasi inéluctable dans la future société entre industriels allemands et financiers français, compte tenu de la puissance industrielle “incontournable” de BASF en Europe. Les relations diplomatiques entre la France et l’Allemagne étaient d’autant plus à considérer que la Scandinavie était devenue depuis une décennie un enjeu stratégique important entre la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France.

  • 7 Capital initial : 7 millions de couronnes, soit environ 9,5 millions de francs. Le matérie (...)

9De fait, l’accord préliminaire entre la SEB et Paribas ne fut signé qu’au début de juin 1905, juste après le renvoi de Delcassé dont on attendait une détente franco-allemande. Toutefois, les dernières hésitations de Paribas ne furent levées qu’à la suite du rapport positif d’une seconde commission d’experts mandatés par elle au cours de l’été 1905 et de l’annonce en septembre de la Conférence d’Algésiras sur le Maroc. Mais alors que le groupe suédois escomptait une participation majoritaire des Français, Paribas et ses alliés se limitaient en décembre à une position d’attente avec 40 % seulement du capital initial. La présidence de Norsk Hydro échut donc à Marcus Wallenberg et la direction générale à Sam Eyde, les Français occupant trois sièges d’administrateurs sur neuf7.

Le premier partenariat franco-allemand (1907-1911)

  • 8 L’objectif des lois de concessions était de « norvégianiser » la propriété des sites natur (...)

10La question de l’entrée de la Badische dans l’affaire de l’azote fut reposée par Eyde dès janvier 1906. Le partenariat industriel de la firme allemande lui semblait de plus en plus nécessaire et Marcus Wallenberg, qui avait obtenu certains apaisements, partageait désormais cette conviction. Toutes les informations recueillies considéraient bel et bien le four Schönherr comme un concurrent sérieux en termes de rendement, et soulignaient la menace représentée par la BASF qui avait déjà entrepris en Norvège l’acquisition de chutes d’eau. La Norvégienne risquait ainsi de se trouver à court terme dans une situation inconfortable. Malgré ce danger, Paribas décida de maintenir une opposition résolue. Officiellement, la banque voulait croire à un « bluff » allemand. Plus sérieusement, qu’en était-il ? Inquiétude devant les lois de concessions votées par le Storting norvégien au printemps 19068 ? Péripéties de la Conférence d’Algésiras (jusqu’en avril) ? Puis regain de tension dans les relations franco-allemandes à l’automne ? En septembre, malgré l’insistance de Marcus Wallenberg, Horace Finaly et Edmond Moret refusèrent de participer à Berlin à une réunion préparatoire avec les gens de la Badische. Fin octobre, alors que le rachat des parts françaises était envisagé, Eyde et Wallenberg tentèrent d’ultimes négociations à Paris.

  • 9 Le capital-actions se montait à 29,6 millions de couronnes en mars 1907. Les Français, com (...)

11On était ainsi au bord de la rupture lorsque Wallenberg parvint à débloque la situation, le 5 novembre, grâce à la banque Rothschild. Celle-ci s’engageait à prendre une participation de 5 millions de francs dans l’augmentation de capital qui devait suivre l’association avec les Allemands. Le 6 novembre, Paribas donnait enfin son accord pour négocier avec la BASF. À ce moment, d’ailleurs, les relations franco-allemandes étaient entrées dans une phase de détente, concrétisée par une déclaration conciliante de von Bülow en décembre au Reichstag. À la suite de l’accord final, en mars 1907, et de l’augmentation prévue du capital. Le groupe conduit par Paribas se trouvait à la tête de 65 % des actions. Il s’agissait donc pour la banque de bien tenir le terrain. Les Allemands, titulaires d’une participation minoritaire, étaient autorisés à poursuivre, au sein de l’entreprise leurs essais sur le four Schönherr9.

  • 10 « Une usine fondée et installée en Norvège par une société allemande et par la Banque de P (...)

12On ne trouve trace d’aucun différend franco-allemand notable à Norsk Hydro de 1907 à l’été 1910, même si la diplomatie britannique, par le biais de la Légation française de Stockholm, tenta de faire parvenir à Stephen Pichon des rumeurs inquiétantes sur les activités de la société10. On estimait toutefois à Paribas à la fin de juin 1910 que le départ d’un associé « aussi déplaisant que peu utile à l’affaire » était vivement souhaitable. Il est vrai que quelques jours plus tôt, après avoir usé de faux-fuyants durant de longs mois – et ainsi retardé la mise en exploitation de l’usine de Rjukan – les Allemands avaient définitivement renoncé au four Schönherr.

  • 11 Le capital-actions fut porté à 42 millions de couronnes. La part des intérêts français s’é (...)

13Les tractations sur le rachat des parts de la BASF ne posèrent pas de problèmes majeurs. Il fut convenu que le groupe allemand, pour éviter une réaction boursière, conserverait une participation de 11,5 % et recevrait en échange d’importantes commandes de matériel et deux sièges au comité de surveillance. De plus, des contrats commerciaux furent signés avec certains partenaires de la Badische, qui leur assuraient de 1913 à 1916 jusqu’à 90 % des exportations de nitrate et de nitrate d’ammoniaque de la Norvégienne de l’Azote. En novembre 1911, à l’issue de ce qui fut présenté aux actionnaires comme une simple réorganisation interne, et après une nouvelle augmentation du capital, les Français représentaient encore 66 % des actions11. Mais ils détenaient désormais la moitié des sièges au conseil d’administration, dont celui de vice-président.

  • 12 Alors que la méthode Birkeland fixait l’azote sur l’oxygène, Haber le fixait sur l’hydrogè (...)

14Parmi les questions qui se posent à ce moment de l’histoire de Norsk Hydro, figurent d’une part les motivations françaises quant au départ des Allemands et d’autre part la bonne volonté de la Badische à accepter son éviction. Sur le premier point, l’échec industriel du four Schönherr, mis en avant, réduisait pratiquement à néant l’intérêt d’une coopération, mais il faut aussi avoir en vue la nouvelle dégradation des relations franco-allemandes à propos du Maroc. La situation était suivie de près par Paribas, ainsi que par le Quai d’Orsay qui manifesta par la voix de ses représentants de sérieuses inquiétudes dès avant 1910 vis-à-vis d’une entreprise industrielle conjointe, dont la production nitratière avait un caractère hautement « sensible ». Du côté de la Badische, les premiers essais industriels du procédé Haber (méthode ammoniacale), breveté en 1905, semblaient prometteurs dès 1910 et enlevaient beaucoup de son intérêt à l’hydro-électricité norvégienne au profit du charbon de la Ruhr12 ; et ce d’autant plus que les contrats de livraison signés accordaient aux Allemands un délai confortable.

  • 13 Après son introduction à la Bourse de Paris en septembre 1910, le titre Azote connut un lé (...)

15Il est intéressant de noter qu’à l’assemblée générale de l’été 1913 et à la suite d’importantes ventes de la partie française, celle-ci ne contrôlait plus que 45 % des actions13. Néanmoins, le poids des Français restait important en termes de majorité relative, si l’on tient compte des emprunts obligataires émis par le canal de la Société pour l’Acquisition d’Annuités de la Société Norvégienne de l’Azote, et placés essentiellement par leurs soins. Cumulativement, la banque Paribas et ses associés avaient d’ailleurs placé 87 % de la valeur en capital et emprunts de l’Azote.

La « bataille des nitrates »

16La nature de sa production nitratière, en partie convertible en explosifs, conférait à la Norvégienne de l’Azote une importance stratégique de premier plan à l’automne 19l4. Alors que la méthode ammoniacale (7 000 tonnes de nitrates seulement en 1913) ne pouvait encore satisfaire ses besoins militaires, l’Allemagne disposait, pour ses manufactures d’explosifs, de la plus grande partie des exportations de Norsk Hydro. Aussi en octobre, le Quai d’Orsay, le ministère de la Guerre et Paribas, de concert, se mobilisèrent-ils pour contraindre la société à dénoncer les contrats allemands. La mise sous séquestre de 25 000 actions allemandes déposées à Paris redonnait une majorité au groupe français. Sam Eyde opposa aux premières démarches françaises une fin de non-recevoir justifiée par la neutralité déclarée de son pays, autant que par les engagements de Norsk Hydro, qui, de plus, attendait de l’Allemagne des équipements indispensables (turbines Voith et génératrices AEG). Il fallut en janvier 1915 les pressions conjuguées des administrateurs sur le directeur général, et celles des gouvernements britannique et français sur la Norvège pour que l’obstacle fût levé. Le « Grand Contrat » (mission de Ludovic de La Vallée Poussin, secrétaire général de Paribas) signé le 19 janvier assurait aux Alliés 77 % de la production de Norsk Hydro. Il était complété en septembre par un second accord avec le ministère français de la Guerre pour la construction par la Société de l’Azote à Soulom (Hautes-Pyrénées) d’une usine de nitrate d’ammoniaque. Sam Eyde, depuis longtemps suspecté de germanophilie, était progressivement mis à l’écart au profit de son adjoint, Harald Bjerke. Quant aux Allemands, on sait qu’ils réagirent par des torpillages de navires affrétés par Norsk Hydro et par l’accélération de leur programme ammoniacal.

17Quel rôle a joué, en définitive, la « bataille des nitrates » ? Important, sans doute, pendant les premiers mois de la guerre en privant l’Allemagne d’une partie de son approvisionnement ; tel était d’ailleurs l’objectif premier des états-majors alliés qui pour leur part disposaient aussi des nitrates chiliens. Un rôle moins déterminant à partir de 1915 dès lors que l’Allemagne fut en mesure de subvenir à ses besoins. D’ailleurs, si elles diminuèrent à la suite du « Grand Contrat », les livraisons à destination de l’Allemagne, contingentées par les Alliés, ne cessèrent pas complètement et la Société de l’Azote put continuer à recevoir en retour machines et pièces de rechange.

18Il n’en demeure pas moins que dès l’été 1915, le gouvernement français apporta une preuve supplémentaire de sa vigilance en mettant progressivement en œuvre un véritable contrôle des transactions à la suite d’une augmentation soudaine du volume des échanges sur le titre de l’Azote à la Bourse de Paris. Il fut d’ailleurs suivi dans le même sens aussi bien par le syndic des agents de change que par Paribas et la banque Rothschild.

  • 14 Sur un nominal de 250 francs, la cote haute moyenne fut de 300 francs en 1914 et de 354 fr (...)

19Le danger d’un nouvel affaiblissement, voire à terme d’une perte de contrôle, de la part française était, en effet, bien réel. Du côté des porteurs, la tentation pouvait être grande de réagir à une plus-value intéressante sur l’un des titres sains du marché14. Du côté de la demande, pressante jusqu’à la fin de la guerre, se trouvaient surtout des Norvégiens et d’autres Scandinaves. Sam Eyde était omniprésent, ce qui n’était pas fait pour apaiser les craintes françaises. Derrière lui se profilaient, pensait-on, les intérêts allemands ; les tentatives de rachat les plus opiniâtres de Eyde ne portaient-elles pas d’ailleurs sur les actions allemandes séquestrées ? Il s’agissait d’obtenir la levée de l’interdit et le transfert des titres en Norvège en paiement des livraisons de nitrates. Si quelques hautes personnalités norvégiennes apportèrent leur soutien à ces initiatives, ce fut avant tout pour des raisons patriotiques. Pour autant, les listes de présence lors de l’assemblée générale de 1917 montrent que la banque Paribas et ses associés possédaient toujours les deux tiers des actions. Au final, la même assemblée entérina le remplacement de Sam Heyde par Harald Bjerke dans les fonctions de directeur général de la Norvégienne de l’Azote.

20Ainsi, les reventes massives de titres de l’Azote à des étrangers, tant redoutées par les autorités françaises, n’eurent-elles pas lieu pendant la guerre, mais en 1913 et 1914. Les listes de présence révèlent qu’au cours de ces deux exercices, les étrangers, Allemands compris, étaient devenus majoritaires. Encore en 1914, la séquestration des titres allemands redonnait-elle – comme indiqué plus haut – la majorité au groupe français. Dès 1915, des rachats par les banques et les porteurs français portèrent leur part commune à 65-70 % environ de la totalité des actions, titres allemands compris. La position de la France ne s’est donc pas dégradée si l’on en juge d’après les listes de présence établies pendant la Grande Guerre ; mais il est certain que le paquet d’actions allemand tant convoité, et qui totalisait 15 à 20 % des titres généralement représentés, pouvait faire aisément basculer la majorité. Et il fallait, au-delà, penser à l’après-guerre. Le rachat de ces titres au lendemain du conflit permit ainsi au groupe français d’améliorer derechef sa position de 65 % des titres libres à environ 80 % des titres représentés.

21Si le groupe français réussit à accroître son portefeuille-actions dans la Société de l’Azote, l’ensemble des obligations, au contraire, fut remboursé après la guerre. En 1914, la dette obligataire de la société essentiellement placée en France, s’élevait à près de 95 millions de francs. Le remboursement effectué le 30 juin 1919 permit à la France de se libérer d’une partie de ses dettes en Norvège.

Le retour des Allemands (1927)

22Après les larges excédents des années de guerre, le début des années vingt n’incitait pas à l’optimisme : le contexte international de crise pesait fortement sur les exportations, tandis qu’à l’inverse une vive agitation sociale influait négativement sur les salaires. Il fut question de nationalisation ou de « socialisation » de l’entreprise. Sur le plan des résultats financiers, les deux exercices de 1920 à 1922 accusèrent des déficits inquiétants. Dès la fin des hostilités se précisèrent en outre les dangers d’une sévère concurrence internationale. L’augmentation de la capacité de production du Chili et l’ouverture au trafic maritime du canal de Panama (1914) permettaient au premier d’offrir son nitrate à un meilleur prix. L’Allemagne, de son côté, avait été amenée, avec succès, à perfectionner rapidement la méthode ammoniacale. En Norvège même, des risques apparaissaient : en 1923, on prêtait à Ford l’intention d’y installer une usine d’azote à grande capacité. Les mêmes bruits circulaient à propos de BASF. En conséquence, Paribas avait fait le choix en ce début de décennie de maintenir une politique attentiste de prêts à court terme, à l’exemple du nouvel emprunt obligataire de 70 millions de francs lancé en 1921 pour lequel la banque refusa de souscrire au-delà de 5 millions.

23Pour tenter d’enrayer le chômage, le gouvernement norvégien proposa à Norsk Hydro en 1923 de reprendre la centrale hydro-électrique de Glomfjord, située au sud de la ville de Bodö, dans le but d’y installer une usine nitratière ; mais ce projet, soutenu par Harald Bjerke, exigeait un apport en capitaux important que Paribas n’était pas résolue à envisager, ni seule, ni même en partenariat avec l’État norvégien. De son côté, Sam Eyde, qui siégeait toujours au conseil d’administration, avait éveillé l’intérêt de la Badische pour Glomfjord. À l’été 1924, Horace Finaly et Louis Wibratte de Paribas levèrent enfin toute opposition à l’ouverture de pourparlers avec la Badische, à la condition cependant que des essais comparatifs mettant en œuvre les deux procédés Haber et Birkeland fussent menés au préalable. Le rapport des experts trancha sans équivoque possible en faveur de la méthode ammoniacale s’agissant d’installations à bâtir, mais recommanda la prise en charge de tous les investissements par l’État, l’entreprise privée devant se limiter à un rôle de gérant : un appel de prudence motivé par les incertitudes qui pesaient désormais sur cette industrie. On retiendra surtout de ce qui précède que la supériorité de la méthode Haber fut dès cet instant reconnue, même pour une installation en Norvège, hors nécessité d’amortir.

24En janvier 1925, sentant ainsi sa position renforcée, la Badische prit à son tour l’initiative d’une offre auprès de Norsk Hydro pour l’exploitation de la centrale de Glomfjord en collaboration avec le Belge Solvay et la production de nitrate à partir du procédé Haber. Ces propositions furent finalement rejetées par le conseil d’administration après trois mois de tractations avec les Allemands. La raison majeure en fut que le capital devait être réparti également entre les trois groupes, mais les Français exigèrent que le brevet ammoniacal fût mis à la disposition de la Société de l’Azote pour l’ensemble de ses installations en Norvège, privilège que les Allemands n’entendaient concéder qu’en échange de leur réadmission au sein de la société. Le groupe français ne pouvant s’y résoudre choisit d’abord d’attendre, car les brevets de la Badische devaient arriver à expiration à la fin de l’année 1926 et les autres procédés ammoniacaux, qui avaient sensiblement la même valeur, pouvaient ouvrir les voies d’autres associations.

25Hostile à un arrangement avec l’État norvégien pour des raisons financières, le groupe français semblait aussi très réticent pour des raisons de stratégie à une association plus étroite avec les Allemands. Il était clair toutefois que le choix de l’option ammoniacale n’était plus qu’une question de temps. C’est ainsi qu’Harald Bjerke lui-même, pourtant partisan résolu de la méthode à l’arc, prit dès 1925, avant son départ de l’entreprise, des contacts avec la société italienne Casade et la firme américaine Engineering Corporation pour étudier les conditions d’une installation ammoniacale commune. La voie ainsi tracée fut suivie en 1926 par son successeur, Axel Aubert, qui se déclara d’emblée favorable à l’adoption sans retard de la méthode ammoniacale pour partie ou totalité des installations – en association avec la Nitrogen Engineering – même si les investissements nécessaires étaient élevés. Mais alors que se mettait en place le regroupement de l’I.G. Farben qui donnait à la Badische un poids encore plus important dans la chimie européenne et mondiale, la position de Paribas commença à se rapprocher davantage d’un partenariat avec les Allemands. À la fin de l’année 1926, Aubert était convaincu de la double nécessité d’une reconversion totale vers la méthode Haber et d’une collaboration avec l’I.G. Farben. Il réussit sans mal à faire partager son point de vue au conseil d’administration, mais au mois de mai 1927, lors d’une réunion tenue au siège de Paribas, si Gaston Griolet, Horace Finaly, Edmond Moret et Louis Wibratte acceptèrent le principe d’une participation allemande dans l’augmentation du capital à prévoir à Norsk Hydro, ils envisageaient avec davantage d’inquiétudes l’entrée d’un représentant de l’I.G. Farben au sein du conseil.

26Avant qu’Axel Aubert ne mît au point un projet de contrat avec la partie allemande, Paribas soumit l’affaire au Quai d’Orsay, car cette nouvelle association avec des intérêts allemands devait nécessairement entraîner un réajustement de la majorité française à hauteur de 60 % environ. Au mois de juin, après concertation avec le ministère de la Guerre, la réponse du Quai d’Orsay fut positive : l’augmentation de la capacité productive de la Société de l’Azote ne pouvait que servir les intérêts de la Défense nationale à condition que l’attitude de Norsk Hydro, en cas de conflit, reste la même qu’en 1914-1918 ; ce supposait en premier lieu une majorité stable de la part française.

  • 15 La holding I.G. Chemie enregistrée en Suisse représentait 50 % de la part allemande.
  • 16 Génératrices Siemens, AEG et ASEA ; électrolyseurs Hydroxygène-Pechkranz (Suisse) ; fours (...)

27Outre des clauses techniques relatives au passage progressif de la Société de l’Azote à la méthode ammoniacale allemande, l’accord du 12 novembre 1927 prévoyait l’attribution d’un siège d’administrateur à un représentant de l’I.G. Farben et une augmentation du capital à 76,8 millions de couronnes. La part française était ramenée à environ 60 % et les Allemands – y compris une filiale suisse – détenaient désormais le quart du capital15. Le siège attribué au délégué de l’I.G. Farben, Hermann Schmitz, était celui de Sam Eyde, démissionnaire de son poste d’administrateur. Sam Eyde quittait définitivement la Société de l’Azote et rejoignait, en tant que conseiller, la BASF. Les réaménagements techniques impliqués par l’association avec l’I.G. Farben rendaient nécessaire le recours à un nouvel emprunt obligataire d’un montant de 20 millions de couronnes, placé par la National City Bank de New York. La participation de Paribas et du public européen fut modeste. On notera que malgré sa position restée majoritaire, le groupe français ne chercha pas, une fois encore, à obtenir des marchés pour ses industries. Les nouvelles installations furent équipées de matériel allemand, suédois, suisse et norvégien16. À la fin de 1929, une nouvelle augmentation de capital porta celui-ci à 104 millions de couronnes. Les banques françaises couvrirent l’équivalent de la part de leur groupe, 60 %, le groupe I.G. Farben pour sa propre part de 25 %.

  • 17 Si la production d’azote de la société fit un bond en avant considérable entre 1928-1929 e (...)

28Il ne fait aucun doute que c’est l’association avec I.G. Farben qui permit à la Société de l’Azote de surmonter la crise de 1929, la mévente agricole affectant directement la production nitratière. Il fallut réagir par des accords sur les prix et des contingentements. Déjà en 1929, peu de temps avant le déclenchement de la crise, s’était constitué le cartel DEN (Deutschland-England- Norwegen) qui regroupait I.G. Farben, I.C.I., entreprise britannique, et Norsk Hydro dans un accord commercial européen. Pour lutter contre la conjoncture, le cartel signa un accord en 1930 avec d’autres producteurs européens, dont la France, mais la situation continua de se détériorer et les prix de chuter. Ce n’est qu’en 1935, avec la Convention internationale de l’Azote – et l’amélioration de la conjoncture –, que l’on parvint enfin à stabiliser les cours17.

  • 18 Mendelsohn & C ° d’Amsterdam, Société de Banque Suisse de Bâle et Stockholms Enskilda Bank

29À la Norvégienne, l’assemblée générale de 1937 vota la levée d’un emprunt obligataire destiné à rembourser la totalité des emprunts en circulation, notamment celui de 1927. L’emprunt d’août 1937, de 77 millions de couronnes, fut émis aux Pays-Bas, en Suisse et en Suède18. La participation française fut une fois encore symbolique.

Eau lourde et aluminium

30Lorsque la guerre éclata, le problème des livraisons se posa une nouvelle fois, à la différence que la position des Allemands était plus solide qu’en 1914 : ils contrôlaient maintenant 25 % des actions, et H. Schmitz, promu directeur général de l’I.G. Farben, siégeait au conseil d’administration de Norsk Hydro. Voilà pourquoi le représentant de la France à Oslo sonda les intentions de la direction en cas de nouveau conflit en 1935. Il lui fut répondu officiellement par le canal du ministère royal des Affaires étrangères, que Norsk Hydro entendait maintenir en faveur de la France, les mêmes dispositions que précédemment, promesse qui fut confirmée à Paris à l’été 1939 par Axel Aubert et actée dès les premières semaines de 1940 lorsque Norsk Hydro dénonça les accords commerciaux la liant à l’Allemagne.

31Rappelons ici que dès 1933 la Société de l’Azote avait démarré la production d’eau lourde (oxyde de deutérium) en petites quantités à l’usage de laboratoires de recherche sur le cancer. En 1939, alors que les recherches s’étaient intensifiées tant en Allemagne qu’en France, Frédéric Joliot-Curie mit en évidence l’intérêt de l’eau lourde, utilisée comme modérateur, dans le processus de libération de l’énergie atomique. Au cours des mois suivants, plusieurs démarches allemandes furent entreprises par l’I.G. Farben et Berlin en vue d’obtenir de Norsk Hydro des livraisons d’eau lourde, qui devaient toutes échouer. Quelques mois plus tard, en mars 1940, le gouvernement français chargea à son tour Jacques Allier, fondé de pouvoir de Paribas, de se rendre en Norvège dans le but d’obtenir la cession du stock complet d’eau lourde, mission qui fut couronnée de succès et qui n’est pas sans rappeler celle qui fut menée à bien, en 1915, par La Valke Poussin. On sait quelles furent les péripéties de ce stock de 185 kg d’eau lourde, qui, après avoir transité par la France, finit par être acheminé vers l’Angleterre avant l’invasion allemande pour servir ensuite aux tests et travaux pratiques des physiciens de l’université de Cambridge.

  • 19 20 400 actions « juives » qui étaient entre les mains de l’Administration des Domaines.
  • 20 Un certain nombre d’actions détenues par des Français furent transférées à l’étranger en 1 (...)
  • 21 Les Allemands s’employèrent à mettre en œuvre la production d’eau lourde à grande échelle (...)

32Entre-temps, au printemps 1940, la Norvège et la France subissaient l’occupation nazie, entraînant du même coup une rupture des communications entre la Société de l’Azote et Paribas. Les Allemands mirent très vite la main sur Norsk Hydro que continuaient à diriger – autant qu’ils en avaient le pouvoir – Axel Aubert puis son ancien adjoint Bjarne Eriksen. Au conseil d’administration, dont l’existence n’était plus que théorique, Horace Finaly, réfugié aux États-Unis, était remplacé par Heinrich Oster, directeur à l’I.G. Farben. Émile Moreau, qui avait succédé à Gaston Griolet en 1931, et Louis Wibratte, qui avait pris le siège d’Edmond Moret en 1935, étaient désormais les seuls représentants français, à égalité de sièges avec les Allemands. Toutefois, ils ne disposaient plus à distance que d’informations tronquées. En avril 1941, par exemple, une nouvelle augmentation de capital fut décidée à l’initiative des Allemands. Il s’agissait de financer la participation de la Société de l’Azote dans une entreprise d’aluminium (Lettmetall) dont la production était destinée à l’industrie militaire allemande. Par des soustractions de documents, les Allemands réussirent à cacher aux Français à la fois la nature réelle de l’entreprise et le montant de l’émission. Après ces manœuvres, auxquelles s’ajoutèrent des confiscations pures et simples de titres19 et des achats sur le marché français, le groupe allemand se trouva à la tête de 52,3 % du capital de Norsk Hydro. La part française, qui n’était plus que de 53,5 % en 1939, tomba ainsi après transactions et transferts20, à 26,5 %. Après la démission de Marcus Wallenberg et l’entrée de W. von der Bey, les Allemands disposaient ainsi de trois sièges au conseil d’administration de 194221.

33Après la capitulation de l’Allemagne, les titres allemands furent mis sous séquestre. Paribas (Louis Wibratte et Jacques Allier) entreprit des démarches avec le soutien du Quai d’Orsay dans le but d’obtenir par la rétrocession de ces titres le dédommagement des porteurs spoliés et le rétablissement des actionnaires français dans leur participation d’avant-guerre (53,5 %). La position de la Société de l’Azote, appuyée par le gouvernement norvégien, fut au contraire que les actions allemandes devaient servir à compenser ses pertes sur l’opération Lettmetall. En 1947, à la suite d’une longue négociation, les deux gouvernements parvinrent finalement à un compromis : le groupe français fut partiellement dédommagé en se voyant attribuer 75 000 actions ; l’État norvégien, qui conservait 400 000 titres, devint le principal actionnaire avec 46,2 % du capital. Cette part, additionnée aux 8 % d’actions détenues en Norvège, signifiait le rapatriement dans le pays de la majorité des titres, action qui était attendue par beaucoup depuis la Première Guerre mondiale. Le groupe français se voyait réduit ainsi à une participation de 38,7 %. Si une clause du compromis conservait aux Français trois sièges sur sept au conseil d’administration, il s’agissait bien concrètement d’une passation de pouvoirs au bénéfice des Norvégiens.

Conclusion

34Les grandes étapes de l’engagement de la banque Paribas et de ses associés dans l’affaire de l’Azote, de 1905 à la Libération, appellent les remarques suivantes :

  1. La concertation avec les autorités françaises fut, pour ainsi dire, permanente, qu’elle ait été imposée ou sollicitée ;
  2. À partir de 1907, au-delà de l’intérêt purement financier de l’entreprise, Paribas entendait « occuper le terrain » avec une forte majorité de contrôle. Il s’agissait autant d’empêcher les Allemands de mettre la main sur cette industrie que de spéculer. Cela devint plus évident pendant la Première Guerre mondiale où l’on vit même la banque française racheter les titres mis sur le marché par les porteurs français ;
  3. De 80 % en 1921, le portefeuille-actions de l’Azote détenu en France tomba à 60 % en 1927, 53,5 % en 1939, puis 36,5 % en 1947. Le glissement des titres s’est opéré, avant la Deuxième Guerre mondiale, au profit du groupe I.G. Farben puis, après la guerre au bénéfice de l’État norvégien, désormais détenteur de la majorité relative et en position d’obtenir rapidement un contrôle total ;
  4. Si les banques françaises ont cherché entre les deux guerres à défendre leur part majoritaire, ce ne fut plus, apparemment, avec la même conviction, position qui s’explique sans doute par la conjonction de différents facteurs, parmi lesquels : l’affaiblissement des dividendes, des inquiétudes sur la rentabilité de l’entreprise, qui les faisaient hésiter devant les investissements nécessaires au changement de méthode, la perspective d’une nationalisation, qui se précisait, le fait que la France commençait à se doter d’une industrie des nitrates, et des pressions moins fermes de la part des autorités françaises ;
  5. Si pour les banques françaises l’affaire de l’azote justifiait encore en 1947 la sauvegarde d’un portefeuille et d’une position, celle-ci avait perdu, en revanche, l’essentiel de son caractère politique.

Bibliografia

Bibliographie

Éric Bussière, « Entre la banque mixte et la banque d’affaires : la Banque de Paris et des Pays-Bas et sa stratégie industrielle, 1900-1930 », Entreprises et Histoire, n° 2, décembre 1992.

Maurice Daumas (dir.), Histoire Générale des Techniques, Tome IV, Paris, P.U.F., 1978.

Sam Eyde, Mitt li og mitt livsverk, Oslo, 1939.

Olle Gasslander, History of Stockholms Enskilda Bank to 1914 (trad. du suédois), Stockholm, 1962.

Bertrand de Lafargue, Investissements extérieurs et concurrence franco-allemande. La Norvégienne de l’Azote, 1886-1920, thèse de doctorat inédite, Université de Lille III, 1986.

Kr. Anker Olsen, Norsk Hydro gjennom 50 års [Norsk Hydro pendant 50 ans], Oslo, 1955.

Olav Riste, The Neutral Ally. Norway’s Relations wilh Belligerent Powers in the First World War, Oslo. 1965.

Arthur I. Stonehill, Foreign Ownership in Norwegian Entreprises, Samfunssøkonomiske Studier n° 14, Statistisk sentralbyra [Bureau Central des Statistiques], Oslo, 1965.

Note

1 Cet article a été initialement publié dans Entreprises et histoire, n° 8, juin 1995, pp. 51-61. Nos remerciements vont à Patrick Fridenson, le directeur de cette revue, qui nous a obligeamment autorisé à le rééditer dans ce volume.

2 Sur les aspects techniques de l’industrie de l’azote et notamment les différents procédés en concurrence voir Maurice Daumas (dir.), Histoire générale des techniques. Tome IV, « La nouvelle industrie de l’azote », Paris, PUF, 1978, pp. 629 sq.

3 Les sources d’archives sont décrites dans Bertrand de Lafargue, Investissements extérieurs et concurrence franco-allemande. La Norvégienne de l’Azote, 1886-1920, Université de Lille III, 1986. Y figurent notamment les références aux archives économiques et financières, aux archives diplomatiques, à celles de la banque Paribas (Paris), ainsi que celles de la société Norsk Hydro, celles de Sam Eyde et celles de l’ambassade de France en Norvège (Oslo). Pour cette contribution, elles ont été complétées par les archives économiques et financières (Paris), B 33772 et F 303215 (actions Azote, 1942-1954), B 33595 et F 302997 (participation allemande dans la Société Norvégienne de l’Azote), B 32892 et F 301997 (opérations bancaires, 1925-1946) et B 10710 (accord franco-norvégien au sujet de la Société Norvégienne de l’Azote de juillet 1947).

4 Depuis le milieu des années 1890, la SEB et le Crédit Lyonnais, puis Paribas, se trouvaient associés pour la plupart des emprunts scandinaves, en grande partie placés en France. À partir de 1900 et du passage d’Edmond Moret au Crédit Lyonnais à Paribas, celle-ci devint le principal partenaire de la SEB pour les investissements privés en Scandinavie.

5 Alimänna Svenska Elektriska Aktiebolaget : importante société suédoise de matériel électrique dans laquelle la SEB détenait depuis 1902 une participation majoritaire. Ce fut une des principales raisons de Marcus Wallenberg de s’intéresser à l’hydro-électricité norvégienne et à l’affaire de l’azote.

6 Depuis 1895, la tension était vive entre les deux pays, la Norvège réclamant la rupture de l’Union et multipliant les emprunts militaires, auxquels participaient largement les banques françaises. Alors que la diplomatie allemande soutenait la Suède, en qui elle voyait une alliée, ainsi que la pérennité de l’Union sous domination suédoise, Londres et Paris étaient favorables à une séparation qui signifierait une neutralisation de la Scandinavie en cas de guerre. En cette affaire, le Crédit Lyonnais servit objectivement les intérêts du Quai d’Orsay. La rupture, comme l’on sait, fut prononcée unilatéralement par la Norvège en juin 1905 sans entraîner de riposte suédoise.

7 Capital initial : 7 millions de couronnes, soit environ 9,5 millions de francs. Le matériel utilisé dans les premières installations (Notodden) fut fourni par ASEA (génératrices) et Voith (turbines), entreprise allemande.

8 L’objectif des lois de concessions était de « norvégianiser » la propriété des sites naturels tels que les chutes d’eau. Sans effet rétroactif, elles n’eurent pas de conséquences immédiates pour la Société de l’Azote. Elles devaient cependant introduire par la suite certaines contraintes (fourniture de matériel par des firmes norvégiennes, embauche de personnel, etc.). Leur effet principal à long terme fut de dissuader l’investissement suédois - visé au premier chef - et de favoriser en retour les intérêts français ou allemands.

9 Le capital-actions se montait à 29,6 millions de couronnes en mars 1907. Les Français, comme lors de la fondation de la société, détenaient le tiers des sièges d’administrateurs, les Allemands aucun.

10 « Une usine fondée et installée en Norvège par une société allemande et par la Banque de Paris et des Pays-Bas, pour la fabrication et le traitement des nitrates et des salpêtres, aurait été rachetée en totalité par le gouvernement allemand et par la maison Krupp. Cette usine, la Badische Anilin, serait en voie de transformation et les nouveaux propriétaires proposeraient d’y fabriquer des engrais chimiques, mais aussi des explosifs pour l’usage de l’armée et de la flotte allemandes… » Dépêche de la Légation de France à Stockholm ( !) au Quai d’Orsay, 13 novembre 1909.

11 Le capital-actions fut porté à 42 millions de couronnes. La part des intérêts français s’élevait à 27 millions.

12 Alors que la méthode Birkeland fixait l’azote sur l’oxygène, Haber le fixait sur l’hydrogène sous forme d’ammoniac. Ce procédé utilisait quatre fois moins d’électricité que la méthode à l’arc. En revanche, il nécessitait du charbon ou du gaz pour la production d’hydrogène.

13 Après son introduction à la Bourse de Paris en septembre 1910, le titre Azote connut un léger fléchissement en 1911 et 1912, en raison sans doute de la réorganisation de 1911, puis une reprise rapide au printemps 1913 ; ce qui incita de nombreux porteurs français à vendre. Les acheteurs de leur côté, principalement scandinaves et allemands, pouvaient escompter des dividendes de 6 à 8 %, comme cela fut effectivement le cas au cours des trois exercices antérieurs à la guerre.

14 Sur un nominal de 250 francs, la cote haute moyenne fut de 300 francs en 1914 et de 354 francs en 1917 (calculés en francs constants).

15 La holding I.G. Chemie enregistrée en Suisse représentait 50 % de la part allemande.

16 Génératrices Siemens, AEG et ASEA ; électrolyseurs Hydroxygène-Pechkranz (Suisse) ; fours I.G. Farben. Il était convenu que les entreprises norvégiennes fournissent l’essentiel du matériel d’appoint.

17 Si la production d’azote de la société fit un bond en avant considérable entre 1928-1929 et 1930-1931 avec les débuts de la production ammoniacale, elle devait ensuite stagner jusqu’en 1948 et certaines années enregistrer des reculs. Tous les exercices furent néanmoins excédentaires.

18 Mendelsohn & C ° d’Amsterdam, Société de Banque Suisse de Bâle et Stockholms Enskilda Bank.

19 20 400 actions « juives » qui étaient entre les mains de l’Administration des Domaines.

20 Un certain nombre d’actions détenues par des Français furent transférées à l’étranger en 1939 (environ 20 000).

21 Les Allemands s’employèrent à mettre en œuvre la production d’eau lourde à grande échelle (à partir de 1941) et d’aluminium (à partir de 1942) sur plusieurs sites de la Norvégienne de l’Azote, mais durent y renoncer en 1943 à la suite du sabotage de la compagnie Linge et du bombardement des usines d’eau lourde par les Alliés. Des bombardements furent également opérés sur les installations de l’entreprise Lettmetall qui empêchèrent pratiquement tout fonctionnement.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search