Version classiqueVersion mobile

Banques, industrie et Europe du Nord

 | 
Jean-François Berdah

Première partie. Un aperçu de l’œuvre de Bertrand de Lafargue

Henri Germain (1824-1905) : un banquier en politique1

Texte intégral

  • 1 Cet article a initialement paru dans l’ouvrage collectif dirigé par Bernard Desjardins, Mi (...)
  • 2 Cette contribution avait pour objet de tracer sommairement des perspectives générales et d (...)
  • 3 Il est agent de change à la Bourse de Lyon et fait son entrée dans plusieurs conseils d’ad (...)

1Issu de la « bonne bourgeoisie » lyonnaise du négoce des soies, Henri Germain suit un itinéraire en quatre étapes2. La première, jusqu’en 1863, correspond à la formation, longue, mais assez banale, d’un notable local, et à son insertion dans la finance régionale et dans plusieurs affaires industrielles3. Elle est marquée, toutefois, par la rencontre avec le saint-simonisme. Disposant d’une rente annuelle confortable, Germain épouse en 1850 la fille d’un soyeux aisé qui apporte au ménage une dot importante. Ce n’est qu’à l’approche de la quarantaine qu’une véritable dynamique de carrière se met en marche pour lui avec la création du Crédit Lyonnais dont il devient le premier actionnaire et le président. Rapidement, il y affirme une forte autorité, parfois aux dépens de ses anciens partenaires. Sa première épouse meurt en 1867, non sans avoir fait de lui son légataire universel.

2En 1869, une année-clé pour lui, Henri Germain se trouve à la tête d’une fortune de 3,6 millions de francs. Troisième étape de sa carrière, il épouse en secondes noces la fille d’un personnage très en vue de l’État et des affaires, Adolphe Vuitry, ancien ministre de Napoléon III et gouverneur de la Banque de France. La nouvelle Madame Germain est elle-même proche de l’Impératrice. La même année, son mari est élu au Corps législatif. Henri, « le provincial » entre ainsi de plain-pied dans la haute société parisienne… Le siège du Lyonnais ne tarde d’ailleurs pas à être transféré dans la haute société parisienne. Le Lyonnais a d’ailleurs ouvert une succursale dans la capitale et la résidence du député de Trévoux, à Rillieux-La-Pape, sera bientôt délaissée pour un appartement parisien et une luxueuse villégiature sur les hauteurs de Nice, la Villa Orangini. Mais 1893 marque le début d’une quatrième phase de sa vie avec son retrait de la vie parlementaire. Déçu par la politique intérieure et les attaques dont il fait l’objet, il reporte tout son intérêt sur les affaires et la politique étrangère.

3Henri Germain est à un double titre, économique et politique, un « témoin » de son temps. Fondateur du Crédit Lyonnais en 1863, il préside à ses destinées pendant quatre décennies. En 1900, cinq ans avant la disparition de « l’Initiateur », le Lyonnais est devenu la première banque mondiale. Un tel succès, évidemment, a fait de lui l’une des personnalités les plus influentes de la finance française et internationale, un « haut responsable » que la polémique prend d’ailleurs pour cible.

4Député de l’Ain de 1869 à 1893 (avec une interruption de 1885 à 1889), il laisse le souvenir d’une des grandes figures du Centre gauche. Cherchant sa voie – comme d’autres centristes libéraux – entre orléanisme et République, il participe activement au cours de ses mandats et même ensuite, parfois avec véhémence, à plusieurs des grands débats d’un régime à la recherche de sa stabilité : institutions, lois scolaires, chemins de fer, conquête coloniale, Panama, laïcité, budget et fiscalité… « Ministrable » à trois reprises (aux Finances), longtemps proche du pouvoir, il joue pendant de nombreuses années à la « tribune » ou dans les « coulisses », un rôle politique de premier plan. Son élection, en 1886, à l’Académie des Sciences morales et politiques contre Clément Juglar est le couronnement de sa notoriété.

5Plus atypique et frustrant est en revanche le personnage, qui ne semble exister qu’à travers ses fonctions et que plusieurs témoignages montrent en privé terne, étriqué, comme « engoncé » dans un environnement qui lui sied mal. Henri Germain ne serait-il pas, au fond, un simple bon bourgeois propulsé un peu vite par sa réussite et plus encore par sa seconde épouse dans la haute société parisienne, un « surclassé » mal à son aise, qui aurait cherché à dissimuler des étroitesses de personnalité derrière la vitrine flamboyante du boulevard des Italiens ? Cela expliquerait pourquoi ce personnage de « comptable » efficace, mais un peu mécanique, tout le contraire d’un être chaleureux, est finalement tombé dans l’oubli, comme caché par son œuvre.

  • 4 Voir notamment Jean Bouvier, Le Crédit Lyonnais de 1863 à 1882. Les années de formation d’ (...)
  • 5 La presse, les revues, ont consacré de nombreux articles à Henri Germain, dont il est impo (...)
  • 6 André Germain, Henri Germain, le fondateur du Crédit Lyonnais, Paris, Emile-Paul frères, 1 (...)
  • 7 Archives historiques du Crédit Lyonnais (AHCL), Paris, Correspondance des secrétariats de (...)
  • 8 Henri Germain, Discours parlementaires sur les finances, Paris, Lahure, 1885, et La situat (...)

6L’historiographie a peu traité le « cas » Germain4. On doit l’apport essentiel à Jean Bouvier et à ses travaux sur les premières années du Crédit Lyonnais, avec son célèbre et magistral « Portrait d’Henri Germain » pour lequel l’historien a poussé le scrupule, comme l’on sait, jusqu’à faire analyser l’écriture du banquier. Les témoignages de contemporains sont heureusement beaucoup plus abondants5. L’une des premières sources est le recueil de souvenirs qu’André Germain consacre, en partie, à son père et à sa famille6. L’objectivité d’un fils pose évidemment question au biographe, mais les recoupements effectués avec d’autres témoignages permettent de lui accorder un certain crédit. Il restait à exploiter ce qui nous vient de ses relations, de la correspondance de ses secrétariats7 et une centaine d’articles de presse. Henri Germain lui-même a laissé une œuvre publiée (interventions à la Chambre, discours électoraux dans la circonscription de Trévoux, articles de presse) encore peu utilisée, ainsi qu’une correspondance inédite et, dans sa plus grande partie, précédemment inconnue8.

1. Le personnage

  • 9 A. Germain, La bourgeoisie qui brûle, op. cit., p. 16.
  • 10 A. Germain, Henri Germain…, op. cit., p. 11.

7Une éducation familiale austère a laissé, semble-t-il, peu de place à l’autonomie et à l’imagination du jeune Henri. Ses parents devaient le suivre à Paris pendant ses années de Droit, signe de leur méfiance envers les « tentations » de la capitale. Selon André Germain, son père fera preuve à son tour, envers ses propres enfants, du même esprit « quelque peu tyrannique »9. La famille de Germain était « lyonnaise » avant tout, comme on pouvait l’être au début du XIXe siècle dans la bourgeoisie manufacturière de cette ville, marquée d’une touche appuyée de rigorisme « puritain ». Est-ce une clé pour comprendre certaines rigidités de caractère, une défiance envers la « sophistique » (« les philosophes ne savent rien », disait-il), l’attachement au matérialisme et à certaines valeurs morales (s’enrichir légalement, c’est s’enrichir moralement) ?10

  • 11 Ibid., p. 10.
  • 12 Papiers Pauline Dreyfus-Hennessy (PPDH), Lettre de Blanche Vuitry à Henri Germain, non dat (...)

8Esprit pragmatique, il attendait de son professeur de philosophie, à Lyon, « des réponses nettes et convaincantes ». Du reste, il préférait suivre les cours facultatifs « d’économie politique et sociale » et regrettait, dans cet enseignement de « Jésuites », de ne pas étudier de langues étrangères11. C’est donc, malgré tout, un peu injustement que Blanche Vuitry, sa seconde femme, reproche à son entourage lyonnais (sa première épouse et ses relations d’affaires) de l’avoir éloigné de la philosophie : « Il est bien fâcheux qu’un entourage médiocre et vulgaire t’ait complètement détourné des questions philosophiques et psychologiques… Mais les Pignatel et autres qui formaient la petite colonie de La Pape aimaient mieux causer actions, chevaux, chiffons, et tu étais dominé par cette petite camarilla qui t’entourait de soins intéressés…»12 Passage, on le voit, assez révélateur du « caractère » de la deuxième Madame Germain…

  • 13 A. Germain, Henri Germain…, op. cit., p. 23.
  • 14 G. Palmade, Capitalisme et capitalistes français…, op. cit., p. 261.
  • 15 AHCL, 64 AH.
  • 16 Courrier de l’Ain, 29 septembre 1885.

9Henri Germain est, avant tout, un entrepreneur. Selon son fils, « l’action financière lui fut une occasion, et non une nécessité. La création d’une usine ou l’organisation d’un journal eussent répondu aussi bien à ses aspirations. Il les envisagea toutes deux »13. Mais un « entrepreneur » au demeurant prudent et calculateur : « Prudence d’Henri Germain, écrit Guy Palmade, plus terne, évidemment, que l’ardeur des Péreire. Sagesse un peu courte, un peu grise, de la Troisième République après les hardiesses impériales. L’homme répond à merveille aux exigences du moment »14. C’est aussi un caractère inquiet jusqu’à la névrose, tyrannique, voire emporté. L’organisation de voyages familiaux en chemins de fer peut mobiliser plusieurs chefs de gare, et jusqu’au président du PLM. L’entretien de la Villa Orangini, sous haute surveillance, est placé sous la responsabilité pleine et entière du directeur de l’agence de Nice du Crédit Lyonnais15. Chef redouté, on le dit capable de violentes colères : « M. Germain est véritablement effrayant dans ses accès de rage…»16 Eugène d’Eichthal, en termes plus mesurés, rapporte qu’il avait « la certitude âpre ».

  • 17 M. Serao, Il Giorno, 4 février 1905.
  • 18 A. Germain, Henri Germain…, op. cit., p. 13.
  • 19 André Germain, Les fous de 1900…, op. cit. « Le salon de mes parents » compte, parmi ses h (...)

10Mais cet intransigeant paraît effacé, mal à l’aise dans les salons. Mathilde Serao s’est dite surprise face à l’apparence de l’homme qu’elle considérait comme « une des intelligences les plus hautes et les plus saines de France » et qu’elle comparait au puissant et taciturne maréchal von Moltke. André Germain souligne la justesse de ce jugement de Mathilde Serao : « Après un instant d’hésitation, je finissais par le découvrir dans un angle un peu retiré de son grand salon, sur un canapé où il paraissait oublié, vêtu d’une simple redingote noire, sa tête fine un peu penchée vers la terre, les yeux à demi fermés, toujours en silence…»17. Fatigue, misanthropie, timidité ou malaise de classe ? C’est Blanche Vuitry, autoritaire maîtresse de la maison, qui assume le « social » et tient salon dans un appartement parisien ou une résidence niçoise aux fastes un peu clinquants. Quant à Germain, « le monde, les distractions, l’art même n’existaient pas pour lui. Il n’avait pas trouvé l’amitié… Il ne pouvait supporter les frivolités ou les coquetteries, les compliments fades débités aux femmes »18. Mais s’il reçoit à sa table quelques artistes ou gens de lettres, des journalistes, c’est lui qui distribue, avec parcimonie, la parole. Ses préférences, raconte son fils, vont aux hommes politiques « du centre ou de la droite »… « On ne peut tout de même pas recevoir Clemenceau !… » Gambetta, un moment courtisé, se discrédite par sa désinvolture : « Il crachait sur les tapis… »19

  • 20 Gabriel Maurel, Revue Bleue, 11 février 1905.

11Parmi tous les témoignages qui nous sont parvenus, il semble que celui de Gabriel Maurel, écrit peu de jours après la mort d’Henri Germain, soit particulièrement recevable : « Il se cacha à ses contemporains derrière un double paravent. Cet homme, aux allures souvent rudes et hautaines, était au fond un timide. S’il avait la netteté de la pensée, il avait la timidité de l’allure et des façons extérieures. Il avait en horreur l’ostentation, l’apparat des médiocres. Il dédaignait la mise en scène et avait le geste intérieur. Sa parole n’était pas abondante. Elle était nerveuse et parfois saupoudrée d’une pointe d’humour. Il avait l’ironie brève. Mais comme tous les timides, il dépassait parfois la mesure, en particulier dans l’appréciation péjorative des hommes et des choses. C’est au reste ce qui explique que son passage dans la politique ait été stérile. On s’étonne même qu’il ait pu trouver un collège électoral qui l’ait compris aussi longtemps. »20

2. Le banquier

  • 21 Blanche Vuitry s’emploie d’ailleurs de toute son énergie à accélérer l’installation du siè (...)

12Au lendemain de sa création en 1863, le Crédit Lyonnais se déploie sur le grand axe « PLM » des communications et des affaires, révélant déjà des ambitions largement extrarégionales avec la création d’une agence à Paris en 1864 et d’une succursale à Marseille en 1865. L’orientation méridionale et encore provinciale est revue dès 1867 à la suite de difficultés d’affaires à Marseille, avec la promotion de Paris comme succursale et le repli de Marseille, transformée en agence. Bientôt, le point de mire sera la capitale, Paris devenant siège central en 188221.

  • 22 Le Correspondant, 10 février 1905.

13On ne peut lire sans sourire ces lignes si ferventes du Correspondant dans lesquelles Franz Heymann s’aventure à comparer la stratégie d’Henri Germain à l’épopée gauloise de Jules César : « Il colonisa d’abord la zone lyonnaise, tout comme les empereurs romains apportèrent la civilisation de Rome jusque dans les Lugdunaises… Chose curieuse, le Crédit Lyonnais s’est développé en France comme l’Empire romain a grandi en Gaule. Lyon fut son berceau et les vallées du Rhône et de la Saône virent ses premiers pas. Ce ne fut que dans son âge mûr qu’il pénétra jusque dans l’Armorique : l’agence de Brest fut fondée en 1904…»22. Mais pour les adversaires d’Henri Germain, ces implantations, effectuées au coup par coup, obéissaient à une tactique déloyale de « dumping » sur l’escompte. Les petites banques locales ou régionales, incapables de suivre le Crédit Lyonnais sur des escomptes trop faibles pour elles, finissaient par être absorbées. Le Lyonnais pouvait alors aisément compenser ses premiers sacrifices par la rémunération sur les titres, placés auprès d’une clientèle devenue « captive ». Certes, cette concentration du crédit pouvait être dommageable à l’économie régionale : le petit banquier local, qui souvent s’était montré solidaire d’affaires à court de trésorerie, laissait désormais la place à un chef d’agence libre de s’abriter derrière une consigne anonyme. Mais à l’inverse, des taux modérés n’ont pas manqué sans doute de profiter à de nombreuses entreprises… Et la banque d’Henri Germain ne peut être tenue pour responsable de toutes les faillites bancaires, car, comme le rappelle F. Heymann, beaucoup d’établissements étaient déjà en cessation de paiements à son arrivée, à l’exemple des banques calaisiennes en 1885.

  • 23 Lettre de Letourneur à Charles Sauter, 18 mars 1864, 62 AH

14La conception « germanienne » de la banque de dépôt pourrait être matérialisée par l’immeuble des Italiens : structure « pyramidale », vaste édifice aménagé au niveau boulevard en « vitrine » largement ouverte et accessible à tous – 50 francs suffisaient à l’ouverture d’un compte –, les étages supérieurs se fermant de plus en plus à l’information. Au premier, les « Philistins » (les actionnaires) de l’avidité desquels, comme leur nom le suggère, il fallait se protéger… C’était le rôle, au second étage, des « Gentils de la Porte » (le Conseil d’Administration), autrement dit : les gardiens. Au troisième trônaient les « Enfants d’Israël, les Purs élus » : le conseil de direction23. On sait que le président lui-même était désigné par le nom ésotérique « d’Initiateur ». Et l’on voit en effet les « Philistins », réunis en assemblée générale, se plaindre de l’opacité de la gestion et de l’excessive globalisation des bilans… De même, dans les premières années, est-il reproché à Germain par certains « Gentils de la Porte » régionalistes et prudents (Arlès-Dufour) de lancer le Crédit Lyonnais dans des opérations aventureuses (La Fuschine, le Gaz de Saragosse) ou qui n’intéressent que la grande industrie (Le Creusot), ce qui n’était pas dans « l’esprit » des fondateurs de la banque, tournés vers le développement des activités locales. Certains déboires d’ailleurs, et la conjoncture économique, amèneront le président à reconsidérer ressources et emplois et formuler progressivement sa « doctrine » restée fameuse durant des décennies : le dogme de la liquidité.

  • 24 Jean-Gustave Courcelle-Seneuil, Traité théorique et pratique des opérations de banque, Par (...)

15La récession de 1866-67 est l’occasion de premières consignes de prudence : préférer les « placements liquides », principalement les effets d’escompte, au gonflement du portefeuille-titres. Mais les gros bénéfices réalisés sur les emprunts de libération 1872-73 ouvrent alors une période « boulimique » (1875-81) : installation somptueuse boulevard des Italiens, multiplication des agences sur le territoire et à l’étranger, augmentations du capital jusqu’à 200 millions de francs, redéploiement du portefeuille… La crise de fin 1881-début 1882 (krach de l’Union Générale en janvier 1882) suscite une célèbre injonction aux chefs d’agences : avoir toujours sous forme d’encaisse ou d’emplois rapidement mobilisables (essentiellement effets de commerce) une somme égale à celle des dépôts à vue et des comptes créanciers… C’est un coup d’arrêt porté à l’immobilisation de capitaux à moyen ou long terme dans l’industrie. Mais Henri Germain n’est pas à proprement parler l’inventeur d’une « doctrine » peu ou prou pratiquée déjà par les joint-stock banks anglaises et formulée dès 1876 par Courcelle-Seneuil : « On ne peut être créancier à terme et débiteur à vue »24.

16Il demeure que la nouvelle stratégie d’investissements à court terme du Crédit Lyonnais entrait radicalement en contradiction avec l’esprit de l’établissement, rappelé sur le fronton des Italiens où l’on peut voir la banque distribuer des crédits au Commerce et à l’Industrie. Dans un article du Temps en date du 16 janvier 1905, faisant allusion à une récente intervention d’Henri Germain qui déplorait le manque d’esprit d’entreprise en France, on peut lire cette phrase lourdement accusatrice : « Celui qui écrira l’histoire économique de la France de ces dernières années, ne manquera pas de constater qu’on a fait de ce pays un thésauriseur, alors qu’il a toutes les qualités et tous les moyens pour prendre des initiatives hardies et pour marcher à la tête des autres nations dans le mouvement industriel ». Le 18 février 1905, juste après la mort de Germain, l’Evening Post de New York relance la polémique en faisant clairement porter la responsabilité du manque de dynamisme de l’industrie française sur le président du Crédit Lyonnais. Le rôle de sa banque aurait été, en quelque sorte, inversé : « L’idée primitive du Crédit était de procurer de l’argent aux gens désirant en emprunter. Le Crédit Lyonnais est devenu une machine géante pour placer l’argent de ceux qui désirent en prêter ». En d’autres termes, l’esprit spéculatif aurait remplacé trop systématiquement l’investissement productif dans la stratégie de la banque.

17Mais face aux accusations qui se multiplient, Germain explique : plus les dépôts ont de sécurité, moins ils demandent une rémunération élevée, et plus le commerce et l’industrie profitent de taux réduits… Et l’on enregistre en effet une baisse de l’escompte sur toute la seconde moitié du XIXe siècle : voisin de 5 % au cours de la période 1847-1866, le taux de l’escompte passe à 2,34 % entre 1893 et 1912. Selon les services statistiques du Crédit Lyonnais, les « économies » ainsi réalisées par le commerce et l’industrie en France peuvent être évaluées à 125 millions de francs par an au cours des années 1890-1900. Mais faut-il en féliciter le Crédit Lyonnais ou la conjoncture internationale, notamment la mise en exploitation des nouvelles mines d’or ?

  • 25 L’Eclaireur Financier, « La Vérité sur le Crédit Lyonnais », plusieurs articles à partir d (...)

18Autre grief fait à Germain en matière de stratégie d’investissements : avoir privilégié l’étranger, avoir expatrié les capitaux français dans des opérations « exotiques » (Russie) ou chez l’ennemi (Allemagne) à la recherche des meilleurs rendements possibles, surtout dans les années 1890 et premières années 1900, lorsque le crédit manquait aux entreprises françaises25. Pour le président, c’est précisément l’absence de la demande industrielle française qui est responsable de la faiblesse des taux, et par là même de la fuite des capitaux. Dans sa conférence de presse de la mi-janvier 1905, dont rendent compte L’Économiste et Le Temps du 16 janvier, il déclare : « Le capital français doit s’adresser à l’étranger, à la Bourse, aux rentes et à l’emploi en escomptes. La France ne crée plus de grandes industries, elle développe à peine les industries existantes… La France, grâce à ses grandes économies et à ses grandes disponibilités, résultant de ce que nous n’avons pas compris le développement de notre industrie comme l’Allemagne, est la plus grande puissance de capitaux en Europe. Ce bas taux de l’argent nous oblige à employer nos capitaux à l’étranger, ce que nous faisons en ce moment. Nous avons de gros placements en Amérique, en Angleterre et en Allemagne ».

  • 26 Raymond Poidevin, « Placements et investissements français en Allemagne, 1898-1914 », in M (...)
  • 27 Lysis (E. Letailleur) défendait dans La Revue la thèse d’un complot capitaliste antipatrio (...)

19D’ailleurs, ce sont, entre 1898 et 1905, exclusivement des capitaux à court terme qui sont placés en Allemagne (escomptes de traites, prêts à court terme). Des investissements plus durables, y compris dans l’industrie, ne seront effectués qu’en 1906 et 1911 – phases de détente franco-allemande – et encore à un niveau faible26. Mais ces capitaux, même investis à court terme, auraient bel et bien joué selon L’Éclaireur financier « un rôle important dans l’économie allemande ». Le fait est que la pénurie d’argent liquide qui frappe l’Allemagne en pleine seconde révolution industrielle y provoque une hausse des taux bien tentante alors qu’au même moment les banques parisiennes détiennent une énorme masse de dépôts inemployés qui font chuter l’escompte… D’ailleurs, il n’est un secret pour personne que l’on peut placer « à court terme » – comme le font systématiquement les Britanniques – et renouveler le prêt indéfiniment, à chaque échéance… La querelle rebondira, un peu plus tard, avec l’épisode bien connu de la polémique entre Lysis et Testis…27

  • 28 Voir l’exposé de cette problématique dans René Girault, Emprunts russes et investissements (...)
  • 29 Bertrand de Lafargue, « French Investments in Norway, 1886 to 1914 », Banque Paribas-Norvè (...)

20Il est impossible de reprendre ici les complexes problématiques des emprunts russes. Sans aucun doute constituèrent-ils des opérations hautement rentables pour le Crédit Lyonnais. Mais nous ne pensons pas qu’il soit possible de dissocier cet engagement – indubitablement lucratif – de son contexte politique28. Les mêmes questions se posent ailleurs, en Norvège par exemple, où l’on voit le Crédit Lyonnais, sur l’insistance d’Henri Germain, participer à toute une série d’emprunts, notamment d’armement, entre 1895 et 1905, dans des conditions de rendement pourtant très aléatoires. Nous reviendrons plus loin sur ce point. Germain l’homme politique était proche du Quai d’Orsay et, même si ses relations personnelles avec Delcassé étaient tendues – ce qui ne l’empêchait pas d’adhérer en partie à sa stratégie –, il fréquentait assidûment Gabriel Hanotaux et les frères Cambon29.

  • 30 Jean Bouvier, Les deux scandales de Panama, Paris, Archives Julliard, 1964, pp. 167 sq., e (...)
  • 31 PPDH, Conversation avec M. Germain (Note manuscrite anonyme qui n’est pas de la main d’Hen (...)

21De même ne peut-on ici qu’évoquer au passage l’affaire de Panama. Le Crédit Lyonnais, on le sait, devait largement participer au côté d’autres banques au placement dans le public des actions et obligations de la Compagnie Universelle de 1879 à 1888. Si Henri Germain semble totalement hors de cause dans l’affaire des chèques – il n’est pas député au moment des faits –, il n’en fut pas moins attaqué vivement à la Chambre en novembre 1892, comme le rapporte Jean Bouvier, par son collègue Le Provost de Launay qui lui reprochait l’énormité des gains réalisés par sa banque dans les différentes opérations de placement de titres ou de prêts à la Compagnie30. Mais pour Henri Germain, ce sont les entrepreneurs, beaucoup plus que les intermédiaires financiers, qui furent les vrais responsables des pertes de la société : « La Compagnie (M. de Lesseps) traitait avec des entrepreneurs qui n’étaient pas gens du métier, ceux-ci traitaient à leur tour avec des sous-entrepreneurs après avoir palpé de gros bénéfices. Bref, une faible partie seulement de l’argent se trouvait effectivement employée en travaux. C’est bien dans les conditions et l’exécution de ces marchés qu’il aurait fallu chercher les causes de la faillite et les vraies responsabilités. Mais les partis politiques ont su les détourner sur leurs adversaires du Parlement et sur les établissements de crédit et les syndicats »31.

22L’une des grandes réussites d’Henri Germain, plus discrète, mais où il semble avoir investi une partie assez importante de sa fortune personnelle, est l’immobilier. La Société Foncière Lyonnaise, créée en 1879 à son initiative (il en était le président), était installée dans les locaux même de la banque, boulevard des Italiens. La Foncière avait pour mission d’acquérir des immeubles de rapport, des terrains qu’elle louait avec promesse de vente à des entrepreneurs, et des terrains nus. Elle réalisait des ensembles d’urbanisme complets, comprenant non seulement la construction résidentielle, mais aussi – notamment avec l’aide de la Lyonnaise des Eaux, autre établissement créé par le Crédit Lyonnais en 1880 à son initiative – tous les équipements collectifs nécessaires à la mise en valeur des immeubles : routes, rues, réseaux de distribution d’eau, de gaz, d’électricité, assainissement, gares de chemins de fer, hôtels… L’essentiel des opérations de la Foncière s’effectua dans les quartiers ouest de Paris (XVe, XVIe, XVIIe arrondissements) et sur la Côte d’Azur alors en plein essor : Cannes, Nice, Saint-Raphaël, Monte-Carlo…

3. L’itinéraire politique

23L’itinéraire politique d’Henri Germain, tel que nous pouvons le reconstituer de 1869 à 1893, reflète bien la difficile stabilisation d’une Troisième République comme prise au dépourvu par la chute brutale d’un Empire en pleine mutation. Le régime parlementaire peina quelque peu dans son apprentissage et l’exécutif resta longtemps l’objet de débats. Ceci explique sans doute, autant que la simple intrigue politique souvent montrée du doigt, les hésitations, les parcours sinueux ou « l’opportunisme » d’une bourgeoisie d’affaires peu doctrinaire, pragmatique et soucieuse avant tout d’ordre public.

  • 32 AHCL, 64 AH, Circulaire électorale, 13 mai 1869. Le programme du 19 janvier 1867 annonçait (...)
  • 33 A. Germain, La bourgeoisie qui brûle, op.cit., p. 26.
  • 34 AHCL, 64 AH

24La carrière politique d’Henri Germain débute en 1869 avec son élection au Corps législatif dans l’Ain. S’il s’est présenté à Trévoux contre le candidat officiel, il n’en adhère pas moins, avec certaines réserves, à l’Empire parlementaire : « L’Empereur, acclamé par le peuple, a besoin de connaître la pensée du pays. À vous de choisir un député qui ne soit ni hostile, ni docile, ni muet ». Néanmoins, le message est clair : « Mon concours empressé sera acquis à toutes les mesures libérales contenues dans le programme du 19 janvier »32. Et un an plus tard, lors du plébiscite du 8 mai 1870, il demande à ses électeurs de répondre par l’affirmative aux réformes constitutionnelles. Mais plus que « candidat de l’Impératrice », comme on le disait alors, et à défaut d’être tout à fait celui de l’Empereur, le candidat « indépendant » Henri Germain était en fait celui du Tiers-Parti d’Émile Ollivier : c’est sur une base « bonapartiste-libérale » qu’il est élu. Cette première législature est marquée pour lui par la révélation de son « modèle » politique, celui qui, comme lui, ne vote pas en juillet 1870 les crédits militaires, qui, comme lui, passe d’un orléanisme idéal à un républicanisme de circonstance, celui, surtout, qui met fin à la Commune : Adolphe Thiers. Selon André Germain, l’estime était partagée entre les deux hommes au point que Thiers aurait proposé le portefeuille des Finances à son père. Mais Alphonse de Rothschild aurait, au dernier moment, imposé à Thiers son propre candidat : Léon Say33. Les législatives de 1871 le renvoient devant ses électeurs, cette fois sous l’étiquette de « républicain modéré ». Il est réélu sur une profession de foi libérale : « La France ne doit accepter aucune dictature, qu’elle s’appelle Royauté, Empire ou République »34. Son parcours sera pendant toute la décennie tout à fait caractéristique du Centre gauche – dont il est l’élu puis le président en 1876 – et ses prises de position parfaitement conformes à un républicanisme libéral. Le fait marquant de la période est la crise du 16 mai 1877 : Germain fait partie des 363 députés qui le 19 juin votent un ordre du jour de défiance contre le ministère de Broglie. Il se présente comme l’ennemi de tous les excès.

  • 35 A. Germain, Henri Germain…, op. cit., pp. 26-29.

25Après ce que Daniel Halévy appelle « la Révolution de 1879 » – Mac-Mahon, démissionnaire, est remplacé par Jules Grévy –, il adopte une position très critique, voire hostile, à l’égard de la politique de Jules Ferry. S’il éprouve une certaine sympathie pour l’action de Gambetta qui savait, selon lui, manifester son indépendance par rapport aux partis, il ne cesse de dénoncer celle de Ferry à qui il reproche l’instauration du régime des partis, l’alourdissement de la dette publique, la politique coloniale et la politique antireligieuse. À l’occasion du débat budgétaire de 1885, Sadi Carnot, alors rapporteur du Budget devait lui lancer : « Il y a longtemps, Monsieur, que nous vous soupçonnions de n’être pas républicain »… Selon son fils, les excès du parlementarisme et l’affaiblissement de l’exécutif le conduisent à se rapprocher des monarchistes : « Lui qui, en fait, avait généralement suivi le parti républicain, il s’affirma toujours davantage comme un partisan de la doctrine monarchique… L’expérience l’avait convaincu que le parlementarisme, en France du moins, ne conduisait qu’au désordre… Il considérait que les affaires d’un pays ont besoin d’être dirigées comme toute autre entreprise et qu’elles ne peuvent l’être que par une volonté unique, libre de s’exercer ». Comment choisir ce chef ? « Avec l’hérédité, disait-il, vous avez peut-être une chance sur dix de recevoir un chef intelligent, avec l’élection, vous n’en avez pas une seule »35.

  • 36 AHCL, 64 AH. Sa profession de foi aux électeurs de l’Ain, imprimée par les soins de l’impr (...)

26Pour les élections de 1885, Germain n’obtient pas l’investiture républicaine à la suite de ses attaques répétées contre le gouvernement. Dans une lettre au Courrier de Lyon datée du 7 janvier 1885, il avait écrit à propos de Gambetta et de ses successeurs : « Le premier essaya de s’affranchir dans une certaine mesure des exigences de son parti, les seconds ont consenti à livrer à leur parti l’administration de la France ». Dans sa profession de foi aux électeurs de l’Ain, en septembre, où il se présente comme un « antiopportuniste », il déclare encore vouloir « critiquer le pouvoir sous la République comme il l’a critiqué sous l’Empire ». Il s’y livre à une violente diatribe contre le parti républicain : « Ne leur demandez pas ce qu’ils pensent des grandes questions qui intéressent la nation : ils seront tour à tour, et indifféremment, modérés, opportunistes ou radicaux, suivant les temps et suivant les lieux. Ils ne tiennent qu’à une chose : avoir la majorité. Disposer du budget de la France en faveur de leur clientèle, c’est là tout le programme de ces nouveaux doctrinaires ». Il est temps, avertit Germain, que les citoyens réagissent par la voix des urnes avant que le mécontentement populaire n’entraîne une révolte : « Si d’ici un an on a établi l’impôt sur le revenu, supprimé le budget des cultes, continué les opérations lointaines, il y aura un soulèvement populaire et une dictature suivra fatalement »36. Dans un article en date du 2 octobre intitulé « Les variations de M. Germain », le Courrier de l’Ain (républicain) le décrit ainsi : « Il évolue entre les divers partis, républicains et conservateurs, avec l’agilité et le cynisme d’un homme dont le seul idéal politique est le succès personnel ». Ajoutons que le même journal n’est guère plus tendre à l’égard de la majorité des personnalités du Centre gauche : « Il faut rendre à la vie privée ces renégats à double détente, ces renégats de la Monarchie et de la République ».

  • 37 PPDH, Lettres de Blanche Vuitry à Henri Germain, non datées (mais écrites à l’occasion des (...)

27À l’évidence d’ailleurs, Henri Germain n’est pas resté insensible aux sollicitations qu’il a reçues des monarchistes à l’occasion de ces élections de 1885. Blanche Vuitry le pousse, elle aussi, vers les conservateurs : « J’ai trouvé le manifeste de la droite excellent de fond et de forme. Il me semble que c’est tout à fait ton programme et je déplore que tu n’aies pas toujours marché avec ce parti qui nous aurait procuré de bien meilleures relations que le Centre gauche ». Un peu plus tard, elle déplore le refus de son mari de se prononcer clairement : « Je reçois ta réponse au comité conservateur. Pourquoi ne pas adhérer à son programme qui est exactement le tien ? Je viens de lire, en même temps que cette réponse aux conservateurs qui ne me satisfait pas du tout, le discours de Léon Say à Lyon, et je le trouve pitoyable ! Quelles basses adulations à la démocratie contemporaine ! Et c’est là ce qu’il y a de mieux dans le Centre gauche !… Jugez du reste ! »37

28Après sa défaite aux législatives de 1885, Henri Germain se consacre davantage à la banque et à l’Académie des Sciences morales et politiques à laquelle il est élu en 1886 (dans la section d’Économie politique) et fait d’assez régulières interventions. En mai 1887, il publie une éloquente « Notice sur la vie et les travaux de Victor Bonnet », ancien administrateur du Crédit Foncier et son prédécesseur à l’Institut. Le récit de cette carrière politique « manquée » est en effet pour lui l’occasion très évidente d’exprimer ses propres amertumes et son adhésion intime à l’orléanisme : « On aurait dû lui demander son concours. On l’a refusé quand il l’a offert. Ces échecs successifs montrent qu’il ne faut pas trop compter sur son mérite pour plaire au suffrage universel ou, plus exactement, aux partis qui l’exploitent. Ils montrent également que les chefs d’État ne savent pas toujours faire appel aux hommes les plus capables ». Germain laisse ici poindre sa déception de s’être vu préférer Léon Say dans plusieurs cabinets. Il poursuit, toujours à propos de Victor Bonnet : « Si j’avais à formuler son programme politique, je dirais qu’il rêvait une monarchie libérale. Il aurait souhaité que les descendants des rois de France préservassent la société moderne de l’anarchie et de la dictature. Il aurait souhaité que le Gouvernement de Juillet s’inspirât du testament du duc d’Orléans. Esprit désintéressé et impartial, il aurait voulu pour le bien de son pays réconcilier la démocratie avec la dynastie séculaire qui avait fait la grandeur de la France ».

  • 38 J. Bouvier, Les deux scandales de Panama, op. cit., p. 163 et J.-Y. Mollier, op. cit., pp. (...)
  • 39 PPDH, Lettre d’Henri Germain à Blanche Vuitry, 19 juillet 1888.

29Malgré tout, Henri Germain se rapproche des républicains, sans doute en prévision des élections de 1889. Charles Floquet fréquente chez lui. On sait que le même Floquet – qui constitue un ministère, le 3 avril 1888 – reçoit 300 000 francs de la Compagnie de Panama à titre de « publicité ». Deux journaux doivent se partager 200 000 francs, et 100 000 francs seront consacrés à des « frais d’élection » afin de contrer Boulanger dans le Nord38. C’est Henri Germain qui est sollicité, en avril et en août, pour présenter dans ce département une candidature antiboulangiste. Il écrit à Blanche le 19 juillet : « Il paraît que les candidats à la députation se font rares. Je viens de subir un nouvel assaut pour le département du Nord où ils m’offrent de verser 100 000 francs pour frais de ma candidature. Je n’ai pas hésité à refuser. Je ne sais pas ce que donnerait l’élection du Nord, mais ce que je sais très bien, c’est qu’il n’y a rien à faire en ce moment à la Chambre. »39 Cette dernière phrase est-elle une allusion à la dégradation de la situation financière de la Compagnie ou à la fiévreuse préparation du premier emprunt russe sur la place de Paris ? Difficile à dire.

  • 40 AHCL, 64 AH, Circulaire électorale, 15 septembre 1889
  • 41 Progrès de Lyon, 16 septembre 1889 ; Le Temps, 26 octobre 1889.

30Pour les législatives de 1889, Henri Germain tire la leçon de son dernier échec : il fera une campagne résolument républicaine, antiboulangiste et antimonarchiste. Dans sa profession de foi aux électeurs, il se contente de souligner la nécessité d’un exécutif renforcé, mais en rappelant – sur un ton beaucoup moins acerbe – certaines de ses mises en garde de la veille. L’épisode Boulanger venait de lui donner raison : « L’histoire d’hier nous a montré le danger d’une assemblée omnipotente. Elle nous a appris que quand une nation n’a pas de chef, elle ne tarde pas à chercher un maître. Il est temps que le Président de la République use des prérogatives que son prédécesseur a trop longtemps laissées sommeiller ». S’il se présente sous l’étiquette « indépendant », il affirme d’emblée la légalité du régime républicain : « La République a été plébiscitée un certain nombre de fois depuis 1870 »40. Aussi est-il soutenu par les républicains de l’arrondissement de Trévoux contre le candidat « boulangiste-monarchiste » Chalandon. Le Progrès de Lyon (républicain) rend largement compte des réunions électorales de Trévoux où Germain s’en prend cette fois aux conservateurs : « Ces hommes qui, édifiant toutes leurs forces sur des attributs dont la possession ne leur a coûté aucune lutte ni demandé aucun effort, ne comprennent pas que des hommes nouveaux aspirent à prendre une part active à la direction du pays. » Et d’ajouter : « La monarchie n’est plus possible en France depuis qu’elle a séparé sa cause de celle du peuple en 1792. » Les électeurs sont instamment priés de choisir entre Chalandon « protégé du trône et de l’autel, de la Commune et du boulangisme… et un citoyen qui depuis vingt ans n’a d’autre action que de travailler à l’affermissement de la République et à l’avènement des couches sociales nouvelles »41. La réélection de 1889 est la dernière. Henri Germain choisit en 1893 de ne pas se représenter.

  • 42 AHCL, 64 AH, Pièces diverses.
  • 43 Voir sur cette affaire Le Courrier de l’Ain (évidemment hostile à Henri Germain) et Le Jou (...)

31Si l’itinéraire politique d’Henri Germain est loin d’être aussi atypique qu’il peut paraître, certaines de ses méthodes conduisent en revanche à s’interroger sur les pratiques électorales de la IIIe République. Son élection de 1869 devait faire l’objet d’un contentieux à la suite de la plainte du maire d’une des communes de l’arrondissement de Trévoux pour « corruption » d’électeurs. L’enquête de la commission parlementaire avait évalué, en effet, à un montant de 12 000 francs les sommes distribuées par Germain. Mais l’audition devait conclure à des « dons philanthropiques », de sorte que l’élection fut finalement validée. Pour les campagnes suivantes, les secrétariats de Lyon et Paris n’oublieront pas de tenir une comptabilité scrupuleuse des versements, d’ailleurs effectués le plus souvent auprès d’associations. Les frais de campagne s’élèvent à un maximum de 23 000 francs en 1889. Les élections de 1885, qui s’annonçaient difficiles, donnent lieu à une mobilisation générale. Tous les employés du Crédit Lyonnais connus dans l’arrondissement de Trévoux sont invités à effectuer des « visites » chez les électeurs les dimanches et jours de fête. À l’agence de Bourg-en-Bresse, le personnel est gratifié d’une journée de congé payé par semaine pour participer à la campagne. Un conseiller général de Meximieux émarge à l’agence de cette même ville pour un emploi factice. À l’approche des élections, les sièges de Paris et Lyon se mettent à leur tour sur le pied de guerre42. Plus grave est le procès qui devait opposer Henri Germain au Courrier de l’Ain à la suite de ces mêmes élections. Après le refus du comité, en septembre, de l’inscrire sur la liste républicaine, Germain est mis en cause par le journal qui l’accuse d’avoir fait fabriquer et distribuer de faux bulletins de vote de cette liste, sur lesquels son nom se substitue à un autre. Qualifié de « malfaiteur, malhonnête homme… », accusé par le Courrier de « tentative d’escroquerie électorale », il perd son procès en diffamation43.

4. L’économiste

  • 44 La principale source est ici la publication par Henri Germain de ses discours parlementair (...)

32Henri Germain s’est exprimé à de nombreuses reprises sur les questions de politique économique et sociale à la Chambre et dans la presse, ainsi qu’à l’Académie des Sciences morales et politiques44. Il occupe une position marginale par rapport à l’École libérale française et il n’appartient pas au « cénacle » de la Société d’économie politique, avec son « satellite » le Journal des Économistes) qui reconnaît pour maître à penser Jean-Baptiste Say et pour chefs de file Paul Leroy-Beaulieu et Léon Say. S’il partage leur antisocialisme, il s’éloigne par son pragmatisme de leur approche volontiers doctrinaire ; il ne se veut « ni protectionniste, ni libre-échangiste ».

  • 45 Voir la préface d’Henri Germain dans ses Discours parlementaires sur les Finances, op. cit

33Les influences que reçoit Henri Germain sont diverses. D’abord, nous pourrions dire presque « naturellement », celles du positivisme et de l’École méthodique : « Avec la lecture des livres, l’étude patiente des faits : voilà ce que, dans le domaine économique, comme dans toutes les autres sciences positives, on ne saurait trop recommander. » Il convient « d’avoir sous les yeux des documents… Parcourir les bilans, ne pas se borner aux théories »45. C’est bien dans cet esprit qu’il crée, dès 1871, le service des Études financières du Crédit Lyonnais, bureau chargé de recueillir des statistiques et d’établir des rapports de tous ordres, notamment sur la situation économique et politique des pays où l’on envisage d’investir. En cela, Henri Germain fait figure de pionnier.

34Dans quelle mesure fut-il saint-simonien ? Les saint-simoniens, on le sait, s’étaient implantés à Lyon, « le Manchester continental », à partir de 1833. C’est probablement pour la fréquentation d’Arlès-Dufour et du Père Enfantin, « apolitiques » qui entretenaient des relations avec le pouvoir, mais aussi avec les milieux républicains, plus que pour ses convictions intimes, qu’il est un moment inquiété lors du coup d’État du 2 décembre. Il est permis de penser que ce conservateur voit surtout dans le saint-simonisme un mode d’organisation de la « société industrielle » contre « l’anarchie permanente » et le « désordre établi ». Par sa conception de l’économie comme « école d’observation directe », sa volonté de promouvoir un certain réformisme social, mais aussi son affirmation du respect dû à la famille, à la tradition, à la hiérarchie, à l’autorité, qui le définissent dans une certaine mesure comme un « paternaliste », il est proche de Frédéric Le Play. Enfin, trait plus original peut-être, Henri Germain semble s’être inspiré de l’école économique des Ingénieurs français (Henri Navier, Jules Dupuit, Augustin Cournot, et surtout Émile Cheysson) lesquels, refusant les grands débats idéologiques, préfèrent résoudre des problèmes pratiques bien définis : rationalisation des choix administratifs, utilité du monopole public, etc. Émile Cheysson, que Germain a connu comme directeur d’usine au Creusot au début des années 1870, est un statisticien spécialiste de l’économie des transports et des coûts administratifs – par exemple pour la perception des taxes –, deux questions qui reviennent souvent dans les discours du banquier-député. Henri Germain se trouverait ainsi dans la « mouvance » des origines de la « technocratie » étatique moderne…

35Les deux thèmes principaux des interventions d’Henri Germain sont le budget de l’État et la monnaie ; mais en fin de siècle, la question sociale retient aussi son attention.

  • 46 H. Germain, La situation financière de la France en 1886, op. cit., et lettre d’Henri Germ (...)
  • 47 Le Temps, 30 novembre 1886.

36Sur le budget de l’État, son idée maîtresse est qu’un gouvernement – à l’instar d’un chef d’entreprise – doit s’interdire tout déficit. Or, ce que l’on trouve dans les années 1880, et qu’il dénonce, est l’existence de deux budgets : un budget « ordinaire » en équilibre, un budget « extraordinaire » en déficit. Le premier budget, ce sont les recettes et dépenses permanentes. Le second, les mouvements de fonds exceptionnels : travaux publics Freycinet, expéditions coloniales, constructions scolaires… D’une part, ce second budget est financé par l’emprunt, ce qui alourdit la dette publique – ce contre quoi Germain s’insurge –, d’autre part il couvre des dépenses non rentables, voire « inutiles ». En 1886, il évalue le déficit annuel réel de la France à 700 millions de francs. En 1903, le déficit cumulé des vingt-huit exercices écoulés depuis 1875 s’élève, selon lui, à 5,5 milliards46. Si, pour le journal Le Temps, « les avertissements de M. Germain ne sont pas à négliger », on doit regretter qu’il utilise « des mots amers ou dédaigneux ». Et Le Temps d’ajouter, avec une pointe d’ironie : « M. H. Germain dénonce le parti d’imprévoyants qui gouverne le pays, multipliant les dépenses et tenant mal ses comptes »47.

  • 48 Déclaration à la Chambre, rapportée par Le Temps, 21 novembre 1890.

37Ce que propose Henri Germain est donc le transfert du budget extraordinaire sur le budget ordinaire et le financement par l’impôt, et non plus par l’emprunt, d’un déficit qu’il faut impérativement réduire en supprimant toutes les dépenses « inutiles ». Les travaux publics d’un intérêt contestable (« les ports pour électeurs ») inscrits au Plan Freycinet, la construction de lignes de chemin de fer non rentables sur les deuxième et troisième réseaux, doivent être stoppés : « Vous pouvez croire qu’il faut ouvrir des ateliers nationaux pour nourrir les ouvriers. Moi, je dis qu’il suffit de faire des travaux utiles »48. La presse lui reproche son « revirement » depuis ses campagnes de 1869 et 1871 lorsqu’il déclarait qu’il ne fallait réaliser d’économies ni sur l’instruction, ni sur les travaux publics : « Toute voie de communication nouvelle ou meilleure apporte un accroissement de richesse », estimait-il alors.

  • 49 Express de Lyon, 21 septembre 1885.

38Les expéditions coloniales ne sauraient non plus être poursuivies : dévoreuses de budgets, elles n’ouvrent en contrepartie aucun marché à la France, les populations colonisées n’ayant aucun pouvoir d’achat. Pire, elles conduisent le gouvernement français à « faire la police » loin de nos frontières au bénéfice de nos concurrents : « C’est une entreprise philanthropique ! » D’une manière générale, le budget militaire français, trop élevé, doit être réduit pour le placer au niveau de celui d’autres nations, telles que l’Allemagne ou la Russie, où il est proportionnellement plus faible. Sur ce point, Henri Germain, non-interventionniste, reste fidèle à lui-même. Enfin, tout en se justifiant, il considère que les dépenses scolaires sont, elles aussi, devenues excessives en 1885 : « Je suis un partisan passionné de l’instruction, mais je dois constater que le résultat obtenu n’est pas en proportion de la dépense. »49

  • 50 Journal des Débats, 10 juillet 1903.

39Un peu plus tard, en 1903, il s’en prendra à l’ensemble des dépenses « sociales », jugées parfaitement démagogiques : « Loi militaire inspirée par un tout autre souci que celui de renforcer l’armée, grossissement insensé des dépenses d’exploitation des chemins de fer pour complaire au personnel, assistance obligatoire, retraites ouvrières, tels sont les périls qui menacent maintenant nos budgets »50. Mais, pourfendeur des budgets sociaux, il se fait aussi le défenseur de celui des cultes, car il y voit une dépense utile pour le « moral » de la nation, qu’il faut considérer comme un « investissement ». C’est bien là l’orléaniste qui parle…

40Au chapitre des recettes, il juge le système fiscal français – qui doit assurer les rentrées de l’État de préférence à l’emprunt – trop complexe et trop coûteux. Il doit être simplifié et permettre une meilleure « utilisation » – nous dirions aujourd’hui « productivité » – des agents. Il propose d’ailleurs une révision de l’ensemble de la fiscalité dans le but d’en augmenter les recettes.

  • 51 Express de Lyon, 21 septembre 1885.

41Il s’est déclaré dès 1871 favorable à un impôt sur le revenu, seule pomme de discorde avec Thiers qui n’y voyait qu’un impôt de « désordre ». Depuis, certains biographes comme son fils André ont voulu voir en lui, à tort, « le père de l’impôt sur le revenu ». En 1885, il précise, pourtant, clairement sa position : s’il est ouvert au principe d’un impôt sur le revenu des sociétés, personnes morales, il est désormais résolument hostile à un impôt sur les personnes physiques qui s’apparenterait à l’income-tax, qui serait, selon lui, « le mode d’impôt le plus arbitraire, le plus odieux » et qui de surcroît ouvrirait la voie à l’inquisition et à l’injustice avec des vérifications pointilleuses des déclarations, la mise au grand jour des livres de comptes des sociétés et même un certain favoritisme51. Il justifie son évolution en expliquant que si, en période de crise – c’était le cas en 1871 –, l’État peut être contraint d’avoir recours à l’impôt global sur le revenu ; en période normale, il importe au contraire de le restreindre aux personnes morales.

  • 52 Le Siècle, 9 septembre 1903.

42Mais s’il propose, de même, une augmentation « raisonnable » de l’impôt sur les successions, il estime que l’essentiel des recettes doit provenir de la fiscalité indirecte dont il faut toutefois réviser l’assiette dans un sens plus « moral ». Il importe notamment de détaxer les produits de première nécessité comme le sel, et de taxer au contraire plus lourdement – comme le font les Britanniques – les produits moins socialement « utiles » tels que vins, alcools, tabacs. C’est ainsi qu’il proteste, en 1903, contre la politique des dégrèvements, surtout lorsqu’ils touchent les alcools, politique démagogique de réduction de taxes en grande partie responsable, selon lui, du déficit français. Déclarations qui lui valent d’ailleurs, dans Le Siècle, une réponse assez « piquante » d’Yves Guyot, ministre des Finances : « Les dégrèvements sur les vins, cidres et bières sont excellents : l’augmentation de la consommation de vin à Paris a été de près de 50 %. Est-ce donc là un résultat insignifiant ? Alors que le pain, que la viande, sont si lourdement frappés, il est bon que les gens peu aisés puissent trouver dans le vin une certaine compensation à l’insuffisance de leur alimentation…»52

43Concernant les droits de douane, enfin, Henri Germain n’est « ni protectionniste, ni libre-échangiste ». Sur la question des blés étrangers, alors si largement débattue, il se montre favorable à une détaxation dont l’avantage serait d’abaisser le prix du pain pour l’ouvrier. La chute des rentrées fiscales aux frontières pourrait être compensée par des surtaxes sur les vins et alcools. Quant à la diminution de la rente foncière, qui affecte depuis des décennies le monde rural – il est député d’une circonscription agricole –, elle serait compensée par la suppression de l’impôt foncier sur le terrain non bâti, c’est-à-dire les exploitations.

  • 53 Le Temps, 7 juillet 1892.

44Au regard des questions monétaires, il se prononce en 1892 pour une création monétaire soutenue. Dans ses analyses sur la fonction d’émission de la Banque de France, il arrive à la conclusion qu’il faut avant tout prendre pour critère les besoins du public. Augmenter la circulation des petites et moyennes coupures c’est, explique-t-il, « favoriser la baisse de l’escompte » et donc celle de l’intérêt des capitaux : « C’est la plus grande part faite aux travailleurs ». Il précise : « Ce n’est qu’en cours forcé que la circulation a besoin d’être limitée. Dans les autres cas, le public est seul juge de ses besoins. »53 Il s’agit là d’un raisonnement bien paradoxal de sa part, car si l’on comprend l’intérêt du banquier à voir se multiplier les petites coupures et s’accélérer la circulation fiduciaire, même au prix d’une baisse de l’intérêt, on voit mal en revanche pourquoi cette inflation serait fatalement génératrice d’une baisse du taux de l’escompte.

45Mais la principale controverse monétaire que suscite le président du Crédit Lyonnais survient à la suite d’une lettre sur le change espagnol qu’il publie dans Le Temps du 4 avril 1902. Depuis 1888, la peseta s’était dépréciée sur le marché des changes en raison d’une augmentation de volume de la monnaie espagnole. Les porteurs étrangers de créances en pesetas s’en étaient émus, car dividendes et valeurs nominales des titres avaient baissé. La position de la presse économique française était que la Banque d’Espagne devait refuser de nouvelles avances au Trésor en papier-monnaie afin de provoquer une déflation dont le résultat serait une réappréciation de la peseta. Assez curieusement, la presse en attendait aussi un rééquilibrage de la balance commerciale alors en déficit – déficit jugé par ailleurs (et cette fois plus logiquement) comme étant l’une des causes de l’inflation.

  • 54 Le Temps, 10 avril 1904, réponse de Jules Siegfried sur le change espagnol. Pour le débat (...)

46Quelle est l’analyse d’Henri Germain sur cette situation ? C’est qu’il n’existe pas de relation entre la valeur d’une monnaie et l’état de sa balance commerciale. Le change espagnol se trouvait au pair, explique-t-il, lorsque la balance commerciale était déficitaire, et la balance brésilienne est excédentaire alors que la monnaie est dépréciée… Le déficit budgétaire n’a pas non plus d’action sur une dépréciation comme le prouvent « plusieurs statistiques étrangères » qu’il a pris soin de faire établir par son service des Études. Enfin, ce n’est pas le niveau de l’encaisse métallique par rapport à la circulation monétaire qui est à considérer, déclare-t-il… car le taux de couverture n’a aucune importance en régime de cours forcé… Comme en 1892, ce qu’il préconise est de s’en rapporter « aux besoins du public ». Ce n’est que l’excès des grosses coupures par rapport aux besoins des utilisateurs qui provoque la dépréciation de la monnaie espagnole. Il faut donc réduire leur nombre, en les détruisant, et les remplacer par des petites coupures qui sont au contraire en nombre insuffisant (10 % de la circulation en Espagne pour 30 % ailleurs). Ces positions lui valent une controverse avec les économistes Paul Leroy-Beaulieu et Jules Siegfried, qui critiquent sa mise en avant d’un point de vue qui n’est pas neuf ; de son côté, l’Italien Luigi Luzzatti lui reproche plus courtoisement de sous-estimer le rôle des mouvements internationaux de titres54.

47Sur le plan social, Henri Germain présente moins d’originalité par rapport à la pensée ambiante. En 1864, entraîné par Arlès-Dufour, il crée avec lui à Lyon la Société d’enseignement professionnel du Rhône, école d’apprentissage d’inspiration saint-simonienne, particulièrement structurée et réglementée, dont il préside le conseil d’administration. À Paris, la même année, il entre au conseil de la Caisse d’Escompte des Associations Populaires. Mais ce sont bien les idées de Frédéric Le Play (La Réforme sociale, 1864) que l’on retrouve dans son discours à l’Académie des Sciences morales et politiques de décembre 1900. Premier principe, l’autorité du chef et le respect de la hiérarchie : « Ce qui décide du sort d’une entreprise, c’est la capacité de son chef ». Second principe, le paternalisme : « Les chefs d’une industrie doivent se préoccuper des misères qui peuvent atteindre leurs subordonnés et chercher à y remédier en organisant des maisons d’éducation pour l’enfance, des soins gratuits pour les malades, des sociétés de secours mutuel, des caisses de retraite pour la vieillesse. Ils doivent, enfin, patronner leurs ouvriers dans le vrai sens du mot, c’est-à-dire les protéger, leur témoigner de l’intérêt, s’occuper avec sollicitude de leur sort ». Troisième principe enfin, l’interventionnisme d’État qu’il recommande et qui est une nouvelle occasion pour lui de prendre ses distances par rapport à un libéralisme économique et social excessif. Il appartient à l’État « de tracer aux classes ouvrières la limite de leurs droits et aux classes dirigeantes l’étendue de leurs devoirs… Les sociétés humaines sont sans cesse en voie de transformation et aux changements dans les idées doivent correspondre des réformes dans les lois. Il est souhaitable que les gouvernements prennent l’initiative des réformes nécessitées par les transformations de la vie sociale. Eux seuls peuvent accomplir les réformes avec discernement et sans secousses. Mais quand les gouvernements méconnaissent leur mission, quand ils s’opposent aux exigences de leur temps, les réformes se font par le peuple, c’est-à-dire par la révolution, par la violence et souvent avec une brutalité qui amène des réactions ».

5. La politique étrangère

  • 55 A. Germain, La bourgeoisie qui brûle, op. cit., p. 43.

48À partir de 1894, Henri Germain reporte l’essentiel de son intérêt sur les placements extérieurs et la politique étrangère de la France. Il fait, cette année-là, le voyage de Saint-Pétersbourg où il rencontre Witte. Son fils André note justement à ce propos : « Les questions de politique extérieure, à mesure que mon père avançait en âge, le préoccupaient et le passionnaient toujours davantage ». Il est d’ailleurs en contact suivi avec Hanotaux, puis avec Delcassé dont « les relations […] avec eux prirent une assez profonde signification. Car, à cause de la question des grands emprunts étrangers, les ministres des Affaires étrangères étaient obligés d’avoir recours à lui autant que leurs collègues des Finances »55.

49Au cours des années 1880, il stigmatise la dispendieuse et inutile politique coloniale voulue par Ferry et menée, de son point de vue, au détriment d’une politique vraiment efficace en Europe : « Au lieu d’engager nos forces sur tous les points du globe, il serait sage de les concentrer et de suivre avec attention les événements qui se préparent en Europe ». Dans les années 1890, il insiste de plus en plus fermement sur la nécessité d’une force dissuasive française solide et crédible, bien regroupée, et se prononce même pour l’augmentation de dépenses militaires destinées à moderniser l’armée, mais dans le cadre strict de cette stratégie.

  • 56 A. Germain, Henri Germain…, op. cit., p. 25.

50Toutefois, et nous retrouvons là la position traditionnelle des milieux financiers, il s’agit bien d’une politique défensive et, à de multiples occasions, il prend soin de souligner son hostilité à toute provocation, qu’elle soit dirigée contre l’Angleterre ou contre l’Allemagne. En 1870 déjà, il avait été l’un des dix parlementaires à voter contre la déclaration de guerre. En 1898, il condamne fermement la politique d’Hanotaux qui conduit à Fachoda, malgré sa vive admiration pour lui. Il se montre d’ailleurs plus intransigeant avec Delcassé dans son opposition à tout risque de conflit avec l’Allemagne : « Mon père jugeait très sévèrement d’une façon générale la politique de ce ministre brouillon et fanfaron », se souvient son fils André. Il refuse, en 1904, de participer à une avance au Sultan du Maroc demandée par Delcassé, jugeant l’affaire financièrement « aventureuse » pour sa banque et susceptible d’entraîner la France vers une nouvelle humiliation politique : « Le ministre lui tournait le dos désormais lorsqu’il le rencontrait, mais M. Germain, qu’amusaient de telles mesquineries, devançait déjà de sa prescience un châtiment auquel il ne devait plus assister : presque une année à l’avance, il dénonçait en termes d’une netteté saisissante l’orientation de notre politique vers un nouveau Fachoda », allusion claire au Discours de Tanger56.

  • 57 A. Germain, La bourgeoisie qui brûle, op. cit., p. 47.

51Durant ces années, il se prononce constamment pour une stratégie « d’encerclement » de l’Allemagne et pour des « alliances de revers ». « La question de nos rapports avec l’Allemagne le préoccupait perpétuellement », écrit André. « L’alliance russe, à partir de 1892, n’eut pas de partisan plus sincère ni plus chaleureux. Il en fut, je dois le reconnaître, l’un des plus actifs instruments… Il avait vu là son devoir patriotique : d’une part, parce qu’il redoutait l’Allemagne et, d’autre part, parce qu’il était mal informé sur la Russie. »57 Cela renvoie à la traditionnelle question – difficile à résoudre – du rapport entre les motivations financières et les motivations politiques des placements à l’étranger, qui apparaît également dans son attitude vis-à-vis du cas norvégien.

  • 58 Voir Bertrand de Lafargue, « Le Crédit lyonnais en Norvège au tournant du XXe siècle » in (...)

52Malgré les rapports relativement apaisants du service des Études financières du Crédit Lyonnais, ceux d’Edmond Moret ou ceux encore des frères Wallenberg, le placement de capitaux en Norvège à partir de 1895, alors que la tension était vive avec la Suède, constituait une opération à risques, qui s’annonçait en tout état de cause peu fructueuse. Et pourtant le président du Crédit Lyonnais insiste auprès de Moret pour « y planter le drapeau français » : la banque ainsi prend la tête des syndicats qui placent, presque exclusivement en France, la quasi-totalité des dix-sept emprunts publics norvégiens cotés à Paris et dont une grosse part est dirigée vers l’armement. L’enjeu était le suivant : la Norvège réclamait depuis 1895 la rupture de l’Union avec la Suède qui lui avait été imposée en 1814. Alors que la diplomatie allemande soutenait la Suède, en qui elle voyait une future alliée, et la pérennité de l’Union sous domination suédoise, Londres et Paris étaient favorables à une séparation qui signifierait la neutralisation de la Scandinavie en cas de guerre. Une fois achevé le réarmement norvégien, la rupture fut prononcée unilatéralement par la Norvège en juin 1905 sans entraîner de riposte suédoise58.

  • 59 A. Germain, La bourgeoisie qui brûle, op. cit., p. 47.
  • 60 Le Temps, 16 septembre 1891.

53En fait, s’il est un ferme partisan, en même temps qu’un artisan, de l’alliance franco-russe, Germain se méfie autant de l’Angleterre que de l’Allemagne : « J’ai souhaité de tout mon cœur deux choses à mon pays : que l’Empereur Frédéric III vive longtemps et que Gladstone ait un aussi long ministère que possible. Ils se seraient chargés, l’un de démolir l’Allemagne, l’autre de démolir l’Angleterre. »59 Comment, même en style indirect et cité par son fils, ne pas goûter l’humour d’Henri Germain que nous avons rarement l’occasion de rencontrer dans les archives. Il n’en restait pas moins un financier prudent et, sur la route de Saint-Pétersbourg, il prendra bien soin de rendre visite aux principaux banquiers allemands afin de les rassurer sur ses intentions : il ne s’agissait dans sa mission que de prendre le relais financier de l’Allemagne auprès des autorités russes. Mais devant les maires du canton de Trévoux, en septembre 1891, il avait applaudi au rapprochement franco-russe et livré ses arrière-pensées. « Lâchée » au Congrès de Berlin par l’Allemagne dont elle était l’alliée traditionnelle, la Russie trouvait en France un nouvel allié et un nouveau banquier, et ce rapprochement rétablissait l’équilibre européen : « C’est en France que la Russie a trouvé son trésor de paix et que, si jamais elle était entraînée dans une guerre, elle trouverait son trésor de guerre. »60

6. La fortune d’Henri Germain

54L’évolution du patrimoine d’Henri Germain peut être analysée à partir de ses contrats de mariage de 1850 et 1869, puis de la déclaration de sa succession de 1905. Ce point a déjà été étudié, notamment par Jean Bouvier, mais il a semblé nécessaire d’y apporter certains compléments.

  • 61 Acte de mariage d’Henri Germain chez Maître Laforest, notaire à Lyon, 25 mai 1850 ; Acte d (...)

55Lors de son premier mariage, en 1850, Henri Germain « apportait » un capital de 100 000 francs, auquel s’ajoutait une rente annuelle de 16 000 francs. Sa part personnelle totale équivalait donc à environ 500 000 francs. Son épouse, Laure-Clotilde Dumoy, fournissait une dot de 765 000 francs. La fortune initiale du couple s’élevait alors à 1 265 000 francs. Laure-Clotilde meurt en 1867. Henri est son légataire universel depuis 1853. Lors du second mariage, l’apport d’Henri est de 3,6 millions de francs. Il a ainsi triplé le capital de départ en dix-neuf ans. En 1869, avec la dot de 250 000 francs de Blanche Vuitry, le second ménage Germain se trouve à la tête de près de 4 millions de francs. Au décès d’Henri, en février 1905, sa succession s’élève à 21,6 millions de francs. Cela représente une plus-value personnelle de 18 millions en trente ans61. Ce patrimoine est-il typique ou atypique au double plan « quantitatif » et « qualitatif » ?

  • 62 Adeline Daumard, Les fortunes françaises au XIXe siècle, Paris, Mouton, 1973, p. 118, et P (...)

56On sait par Adeline Daumard, qui s’appuie sur les statistiques du ministère des Finances, qu’entre 1902 et 1913, 406 successions sont comprises entre 2 et 50 millions de francs, 13 dépassant les 50 millions. En 1903, Paul Leroy-Beaulieu estime qu’en France 1000 personnes possèdent une fortune supérieure à 5 millions. Le « record » des successions est détenu par Alphonse de Rothschild, qui laisse en 1905 une fortune de 250 millions. Ces différents chiffres permettent de situer Henri Germain parmi les grandes fortunes françaises, probablement dans les cent premières62. Mais pour un patrimoine constitué en 55 ans, par un homme qui n’était certes pas parti de « rien » et qui était resté pendant plus de quarante ans le président d’une des premières banques françaises, cette progression paraît assez logique. Le taux d’accroissement moyen de cette fortune, 6,5 % par an de 1850 à 1869, 5 % de 1869 à 1905, ne constitue pas une performance « hors norme » dans le monde des affaires.

  • 63 Alfred Pose, La monnaie et ses institutions, Paris, P.U.F., 1942, Tome 2, p. 208.

57Plus atypique est en revanche la structure du patrimoine. Les valeurs mobilières (actions du Crédit Lyonnais, actions industrielles, participations dans diverses banques ou compagnies d’assurances) représentent près des trois quarts du patrimoine en 1869, et plus de 40 % en 190563. Mais cela est-il surprenant de la part d’un homme d’affaires qui siège dans plus d’une vingtaine de conseils d’administration ? Au contraire, la faiblesse des investissements immobiliers et fonciers globaux est évidente : 15 % du patrimoine en 1869, moins de 8 % en 1905, contre 27 % à Paris à la même époque, selon Adeline Daumard, pour les fortunes supérieures à 1 million. Il est cependant intéressant de relever l’importance des investissements immobiliers et fonciers à caractère spéculatif. En 1869, Henri Germain n’est propriétaire que du Château de La Pape (valeur : 240 000 francs) et, en 1905, seulement de la Villa Orangini (dont la valeur est de 300 000 francs). Il est locataire de sa résidence parisienne, rue du Faubourg Saint-Honoré, puis, selon toute vraisemblance, de sa résidence secondaire de Normandie. En revanche, il détient en 1869 pour 300 000 francs de parts dans cinq immeubles du Ier arrondissement de Paris (spéculations « Haussmann ») et 1,37 million en 1905 dans des placements fonciers à Cannes (spéculations « Foncière Lyonnaise », société dans laquelle il entre d’ailleurs pour 650 000 francs). Mais si Henri Germain a spéculé sur l’immobilier comme il a spéculé sur les valeurs mobilières, à sa manière, il l’a fait apparemment comme tout bourgeois nanti de la fin du XIXe siècle qui accroît sa fortune en toute légalité.

58Certes, une importante interrogation « morale » subsiste, à laquelle il n’est pas possible, encore, d’apporter une réponse définitive : elle est liée à la présence, dans la succession de 1905, de près de 12 millions de francs, soit 53 % du total, en liquidités sur compte courant Crédit Lyonnais (la moyenne parisienne, selon Adeline Daumard, est alors de 4,5 %). S’agit-il, comme certains l’ont avancé, d’une récente revente massive de titres russes en raison de la guerre contre le Japon, alors qu’Henri Germain lui-même exhortait ses clients à ne pas vendre ? Hypothèse polémique à écarter, selon nous : l’imagine-t-on sérieusement mobilisant 12 millions de francs, soit plus de la moitié de sa fortune, en titres russes, même si son attachement à l’entente franco-russe ne fait aucun doute ? Et dans le cas d’une vente précipitée de « Russes », trouverait-on encore pour 3 millions de francs de ces titres dans la succession de Blanche Vuitry, décédée en 1913 ? L’hypothèse la plus plausible est certes une revente massive, mais de titres indifférenciés, effectuée sans doute immédiatement avant le décès d’Henri et destinée à couvrir en liquidités les parts d’héritage des trois enfants du couple Germain.

Conclusion

59La personnalité d’Henri Germain ne pouvait pas laisser indifférents ceux qui l’ont connu, ni ceux qui l’ont étudié. De son vivant et au lendemain de sa mort, il a été l’objet d’éloges sans nuances relevant de l’hagiographie, aussi bien que la cible de critiques hautaines et de polémiques haineuses. Ces jugements opposés de ses contemporains s’expliquent par sa réussite hors du commun, mais aussi par les multiples facettes de cet homme à la personnalité fort complexe, qui a exercé son activité dans des domaines divers.

60Il s’est enrichi de manière spectaculaire, profitant sans doute largement des occasions de faire des spéculations heureuses que lui apportait sa position à la tête du Crédit Lyonnais, mais il s’est gardé de tout comportement délictueux : s’il s’est fait consentir des avances personnelles par le Crédit Lyonnais, il en a toujours tenu une comptabilité rigoureuse avec ses secrétaires et il a toujours remboursé scrupuleusement les sommes qu’il avait empruntées à sa banque.

61Il se sentait obligé de tenir le style de vie d’un grand bourgeois de son temps, mais en société il apparaissait timide, cassant et peu causant, comme mal à l’aise et peu disposé à briller dans les salons du Paris de la Belle Époque.

62En politique, il s’est laissé entraîner parfois à des pratiques discutables pour se faire élire député. Redouté à la Chambre pour ses leçons de finances publiques, il y était parfois raillé pour ses faibles talents d’orateur et pour une certaine étroitesse de vue. Comme spécialiste des questions financières, il voulait, disaient ses adversaires, que l’État gère ses finances comme on gère une « affaire ». Au total, il a été un de ces républicains conservateurs composant le Centre gauche, libéraux et proches de l’orléanisme, qui ont mal perçu l’évolution de la société du temps et la montée des nouvelles couches sociales. Somme toute, c’est sur les questions de politique extérieure qu’il a eu les vues les plus larges : il a participé à la mise en place d’une alliance de revers destinée à contrer l’Allemagne, ce qui ne l’a pas empêché de faire des opérations avec les milieux d’affaires allemands. Au total, même s’il a présidé un temps le Centre gauche, il n’a pas joué le grand rôle politique qu’il ambitionnait. À l’Institut, il ne s’est pas spécialement illustré par ses idées économiques et il ne paraît pas avoir saisi l’ampleur des bouleversements qui affectaient alors l’économie des pays occidentaux.

63En revanche, il a donné toute sa mesure à la tête de l’entreprise qu’il a fondée. Elle était sa passion, et il y a travaillé avec acharnement, se rendant chaque jour jusque dans les dernières années de sa vie dans son bureau du boulevard des Italiens. Sa destinée est liée intimement à l’histoire du Crédit Lyonnais qu’il a marquée profondément de son empreinte bien après sa mort, jusqu’au milieu du XXe siècle. En effet, non seulement il l’a fondé, mais il l’a dirigé pendant quarante-deux ans, et il a formé ses collaborateurs et son gendre, Georges Brincard, qui ont été ses successeurs.

64Sa réussite comme banquier est donc exceptionnelle : l’économiste Alfred Pose, directeur de la BNCI, écrit en 1942 qu’il a été « la figure dominante de la banque française dans la seconde moitié du XIXe siècle », et va même jusqu’à le placer avant les frères Pereire et Alphonse de Rothschild.

65Qu’est-ce qui a permis de triompher dans ce domaine à un homme qui, dans la haute société ou dans le monde politique et les cercles intellectuels, n’avait rien montré d’extraordinaire ? Il possédait un certain nombre de qualités requises de tout entrepreneur : l’investissement personnel dans son entreprise, l’aptitude à saisir les occasions et à décider rapidement, le soin mis à s’entourer de collaborateurs de valeur et partageant ses vues. Mais surtout, il y avait dans son tempérament deux penchants poussés chez lui à l’extrême, qui ensemble ont constitué deux atouts maîtres pour réussir dans la banque en cette fin du XIXe siècle.

66D’un côté, sa prudence, sa sagesse. Ce n’est pas un innovateur qui part à l’aventure dans un monde des affaires inconnu de lui. Il ne s’y engage qu’à l’approche de la quarantaine, fort d’une expérience des affaires qui l’a familiarisé avec les besoins de financement des entreprises. Pour répondre à ces besoins ou à ces opportunités, il crée un établissement qui exploite au mieux des procédés de drainage de l’épargne, le dépôt et les services bancaires, pratiqués en Angleterre depuis un certain temps et introduits en France depuis quelques années par un établissement comme le CIC. Dès le départ, il s’entoure d’hommes d’expérience, comme Arlès-Dufour, il mobilise toutes ses relations, pour connaître les hommes, les entreprises, la situation des États avec lesquels il veut travailler. Il a l’obsession de s’informer méticuleusement. Avant toute ouverture d’une agence, en France ou à l’étranger, il fait procéder à des enquêtes approfondies sur le milieu où va s’installer sa banque. Quand il noue des relations avec de nouveaux clients, il les borne à des opérations courantes de banque qui sont pour lui un moyen de mieux mesurer la confiance qu’on peut leur accorder. Il est le premier à avoir créé dans sa banque un service d’études de grande ampleur, à l’affût de toutes les informations concernant la situation des entreprises, des secteurs industriels, des marchés et des États. Ainsi il espère limiter au maximum les risques, pour sa banque et pour l’argent de ses déposants, et se prémunir contre les risques inhérents au métier de banquier.

67Dès qu’il se rend compte de l’imminence d’une guerre, d’une crise ou du danger que représente une affaire, il réagit rapidement ; il « cargue les voiles », ne s’entête pas, et sait généralement se dégager à temps pour « limiter la casse ». C’est ce qui l’a conduit à liquider l’agence de New York dès l’apparition des prodromes d’une crise en 1881, sans céder aux attraits dangereux du rêve américain. L’expérience des difficultés rencontrées lors de la crise de 1882 est pour lui l’occasion d’ériger en doctrine – « la doctrine Germain » – un ensemble de règles prudentielles (liquidité des emplois, division des risques…) dues tout à la fois à sa méfiance naturelle et aux leçons qu’il savait tirer de ses échecs.

68Mais ce sage est aussi constamment animé par une ardente volonté de puissance. Cet homme qui ne s’est pas imposé dans la société ou la politique concentre toute la force de son ambition sur sa banque qu’il veut porter aux premiers rangs. C’est ce qui a conduit ce provincial à « monter à Paris », pour installer son palais d’argent sur le grand boulevard le plus prisé des Parisiens, à couvrir le territoire national de ses agences. Soucieux de lui assurer une notoriété internationale, il a voulu qu’elle soit très tôt présente, même si c’est avec des objectifs au début limités (prudence oblige !), dans la City de Londres, au cœur du négoce international, et qu’elle développe largement ses opérations à l’étranger, en particulier en Russie, un pays allié de la France et promis à un grand développement économique.

69Il a réussi rapidement, on le sait, à faire du Crédit Lyonnais la première banque française, et, au moment où il disparaît, cet établissement prétend au tout premier rang parmi les banques du monde entier. Bien sûr, la création et l’essor de cette banque proviennent largement de « la force des choses », du milieu lyonnais, « d’objectives nécessités de crédit et de financement » (J. Bouvier) qui apparaissent dans la région au cours des années 1860. Une banque nouvelle devait apparaître à Lyon à ce moment. Mais si cette banque a réussi à durer alors que tant d’autres ont sombré et si elle a connu une grande destinée, elle le doit pour une bonne part à cet homme qui n’était pas à proprement parler un génie, mais qui a su concilier en lui avec beaucoup de pragmatisme deux penchants le plus souvent contradictoires, une prudence toujours en éveil qui l’a gardé de trop s’engager dans des spéculations risquées, et une grande ambition qui l’a poussé à développer sans cesse sa banque.

Notes

1 Cet article a initialement paru dans l’ouvrage collectif dirigé par Bernard Desjardins, Michel Lescure, Roger Nougaret, Alain Plessis et André Straus (eds.), Le Crédit lyonnais, 1863-1986, Genève, Droz “Études historiques”, 2003, pp. 33-60. Nous remercions les éditions Droz de Genève de nous avoir autorisé à le rééditer dans sa version définitive hormis certaines modifications de détail. NdÉ.

2 Cette contribution avait pour objet de tracer sommairement des perspectives générales et d’énoncer quelques-unes des problématiques qui devaient être explorées dans une biographie d’Henri Germain projetée par l’auteur [NdÉ].

3 Il est agent de change à la Bourse de Lyon et fait son entrée dans plusieurs conseils d’administration.

4 Voir notamment Jean Bouvier, Le Crédit Lyonnais de 1863 à 1882. Les années de formation d’une banque de dépôts, 2 vol., Paris, SEVPEN, 1961 ; Hubert Bonin, L’argent en France depuis 1880. Banquiers, financiers, épargnants, Paris, Masson, 1989 ; Jean-Yves Mollier, Le scandale de Panama, Paris, Fayard, 1991 ; Guy P. Palmade, Capitalisme et capitalistes français au XIXe siècle, Paris, Armand Colin, 1961 ; Jean Rivoire, « Henri Germain, le banquier pensif », Revue des Deux Mondes, octobre 1989, et Jean-Baptiste Sénat, Henri Germain : contribution à la connaissance d’un banquier du XIXe siècle, mémoire de maîtrise sous la direction d’Alain Plessis, Université Paris X Nanterre, 1994. Il est regrettable que le dernier cité choisisse une approche plus polémique que proprement historienne. On peut également consulter : Albert Broder, Le rôle des intérêts économiques étrangers en Espagne au XIXe siècle, Thèse d’État, Université de Paris I, 1980 ; Alain Plessis, La Banque de France et ses deux cents actionnaires sous le Second Empire, Thèse d’État, Université de Paris I, 1970 ; Alain Plessis, De la fête impériale au Mur des Fédérés, Paris, Le Seuil, 1979 ; Alain Jemain, « Les hommes qui ont fait l’industrie française : Henri Germain, un cartésien de la banque », Entreprise, 22 septembre 1966… Le décès de Jean Rivoire a, semble-t-il, interrompu une recherche biographique approfondie et nous avons pu profiter, aux Archives historiques du Crédit Lyonnais, de son travail préparatoire de collecte documentaire (les « Papiers Jean Rivoire »).

5 La presse, les revues, ont consacré de nombreux articles à Henri Germain, dont il est impossible de fournir ici la liste. Parmi les ouvrages ou articles de contemporains, on retiendra en particulier : Eugène d’Eichthal, Notice sur la vie et les travaux d’Henri Germain, Académie des sciences morales et politiques, 2 décembre 1905, Ferdinand Bac, Intimités de la IIIe République. La fin des temps délicieux, Paris, Hachette, 1935 ; Louis Bertrand, La Riviera que j’ai connue, « Madame Henri Germain et la Villa Orangini », Paris, 1933, Franz Heymann, « Un grand financier et son œuvre : Monsieur Henri Germain », Le Correspondant, 10 décembre 1905 ; Mathilde Serao, « Henri Germain », Il Giorno, 4 février 1905.

6 André Germain, Henri Germain, le fondateur du Crédit Lyonnais, Paris, Emile-Paul frères, 1921, et du même auteur La bourgeoisie qui brûle. Propos d’un témoin, 1890-1940, Paris, Editions Sun, 1951 ; Les fous de 1900, Paris, La Palatine, 1954.

7 Archives historiques du Crédit Lyonnais (AHCL), Paris, Correspondance des secrétariats de Paris et de Lyon, Papiers Henri Germain, 32 cartons numérotés 64H1 à 64H32 (1875-1905). Excellence de la conservation des archives et de la qualité de l’accueil.

8 Henri Germain, Discours parlementaires sur les finances, Paris, Lahure, 1885, et La situation financière de la France en 1886, Paris, Librairie illustrée, 1886. La correspondance de travail du président du Crédit Lyonnais a été en partie exploitée par Jean Bouvier et Jean Rivoire. Mme Pauline Dreyfus-Hennessy a bien voulu nous confier une quarantaine de lettres récemment retrouvées de la correspondance privée d’Henri Germain avec Blanche Vuitry. Ces documents ont été ensuite déposés par leur propriétaire aux archives du Crédit Lyonnais.

9 A. Germain, La bourgeoisie qui brûle, op. cit., p. 16.

10 A. Germain, Henri Germain…, op. cit., p. 11.

11 Ibid., p. 10.

12 Papiers Pauline Dreyfus-Hennessy (PPDH), Lettre de Blanche Vuitry à Henri Germain, non datée (probablement juillet 1885).

13 A. Germain, Henri Germain…, op. cit., p. 23.

14 G. Palmade, Capitalisme et capitalistes français…, op. cit., p. 261.

15 AHCL, 64 AH.

16 Courrier de l’Ain, 29 septembre 1885.

17 M. Serao, Il Giorno, 4 février 1905.

18 A. Germain, Henri Germain…, op. cit., p. 13.

19 André Germain, Les fous de 1900…, op. cit. « Le salon de mes parents » compte, parmi ses habitués : Hanotaux, Ribot, Floquet, Casimir-Périer, Emile Ollivier, les frères Cambon, ou encore Victorien Sardou, Bourget, Renan.

20 Gabriel Maurel, Revue Bleue, 11 février 1905.

21 Blanche Vuitry s’emploie d’ailleurs de toute son énergie à accélérer l’installation du siège social à Paris. Dans une lettre non datée à Henri Germain (sans doute 1882), elle écrit : « Lyon n’a plus aucune raison d’être comme siège social puisque l’importance de cette ville est détruite par ses folies. En outre il est très dangereux de laisser des situations primordiales à des imbéciles comme Letourneur ou à des gens peu délicats comme le père Bellon et Pignatel ». Papiers Pauline Dreyfus. Précisons que Letourneur est directeur du siège social (Lyon), Bellon et Pignatel sont des administrateurs. Ils font partie du « noyau lyonnais ».

22 Le Correspondant, 10 février 1905.

23 Lettre de Letourneur à Charles Sauter, 18 mars 1864, 62 AH

24 Jean-Gustave Courcelle-Seneuil, Traité théorique et pratique des opérations de banque, Paris, 1876.

25 L’Eclaireur Financier, « La Vérité sur le Crédit Lyonnais », plusieurs articles à partir de 1901.

26 Raymond Poidevin, « Placements et investissements français en Allemagne, 1898-1914 », in Maurice Lévy-Leboyer (dir.), La Position internationale de la France, Paris, Éditions de l’EHESS, 1977, pp. 217 sq, et du même auteur, Les relations économiques et financières entre la France et l’Allemagne de 1898 à 1914, Paris, Armand Colin, 1969.

27 Lysis (E. Letailleur) défendait dans La Revue la thèse d’un complot capitaliste antipatriotique. Pour Testis (R.G. Lévy), les grandes banques étaient contraintes d’investir à l’étranger en raison de la surabondance de capitaux en France. La « querelle » devait durer de 1906 à 1912.

28 Voir l’exposé de cette problématique dans René Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie, 1887-1914, Paris, Presses de la Sorbonne, 1973, et du même auteur, « Investissements et placements français en Russie, 1880-1914 », in M. Lévy-Leboyer (dir.), La Position internationale…, op. cit., pp. 251 sq.

29 Bertrand de Lafargue, « French Investments in Norway, 1886 to 1914 », Banque Paribas-Norvège, Oslo, 1990, et du même auteur, Investissements extérieurs et concurrence franco-allemande. La Norvégienne de l’Azote. 1886-1920, thèse de doctorat, Université de Lille III, 1986.

30 Jean Bouvier, Les deux scandales de Panama, Paris, Archives Julliard, 1964, pp. 167 sq., et J.-Y. Mollier, op. cit., p. 458

31 PPDH, Conversation avec M. Germain (Note manuscrite anonyme qui n’est pas de la main d’Henri Germain, NdA), 27 avril 1898.

32 AHCL, 64 AH, Circulaire électorale, 13 mai 1869. Le programme du 19 janvier 1867 annonçait les réformes libérales de Napoléon III. Henri Germain précise : « Je serai heureux de m’associer aux efforts du gouvernement pour perfectionner nos voies de communication, pour rendre l’instruction accessible à tous, pour développer la liberté du commerce, de l’industrie, du travail, pour accroître la prospérité féconde de l’agriculture, enfin pour assurer le bien-être des classes laborieuses… ». Les adversaires de Germain devaient lui rappeler ces déclarations quelques années plus tard…

33 A. Germain, La bourgeoisie qui brûle, op.cit., p. 26.

34 AHCL, 64 AH

35 A. Germain, Henri Germain…, op. cit., pp. 26-29.

36 AHCL, 64 AH. Sa profession de foi aux électeurs de l’Ain, imprimée par les soins de l’imprimerie du Crédit Lyonnais, 19 boulevard des Italiens, est reprise par L’Express de Lyon du 21 septembre 1885.

37 PPDH, Lettres de Blanche Vuitry à Henri Germain, non datées (mais écrites à l’occasion des législatives de 1885, NdA).

38 J. Bouvier, Les deux scandales de Panama, op. cit., p. 163 et J.-Y. Mollier, op. cit., pp. 380-382

39 PPDH, Lettre d’Henri Germain à Blanche Vuitry, 19 juillet 1888.

40 AHCL, 64 AH, Circulaire électorale, 15 septembre 1889

41 Progrès de Lyon, 16 septembre 1889 ; Le Temps, 26 octobre 1889.

42 AHCL, 64 AH, Pièces diverses.

43 Voir sur cette affaire Le Courrier de l’Ain (évidemment hostile à Henri Germain) et Le Journal de l’Ain (conservateur, qui lui est favorable) pendant les mois d’octobre et novembre 1885.

44 La principale source est ici la publication par Henri Germain de ses discours parlementaires à caractère financier (budget, fiscalité), prononcés entre 1870 et 1875, puis entre 1882 et 1885. Il faut y ajouter une publication sur la situation financière de la France en 1886, un important discours sur le budget général de l’exercice 1891, une série d’articles dans la presse, particulièrement ceux qui concernent le change espagnol (04-04-1902), la comptabilité de l’État français en 1903, et enfin les volumes 131, 138, 139 et 143 de l’Académie des Sciences morales et politiques.

45 Voir la préface d’Henri Germain dans ses Discours parlementaires sur les Finances, op. cit.

46 H. Germain, La situation financière de la France en 1886, op. cit., et lettre d’Henri Germain publiée dans Le Temps du 7 juillet 1903.

47 Le Temps, 30 novembre 1886.

48 Déclaration à la Chambre, rapportée par Le Temps, 21 novembre 1890.

49 Express de Lyon, 21 septembre 1885.

50 Journal des Débats, 10 juillet 1903.

51 Express de Lyon, 21 septembre 1885.

52 Le Siècle, 9 septembre 1903.

53 Le Temps, 7 juillet 1892.

54 Le Temps, 10 avril 1904, réponse de Jules Siegfried sur le change espagnol. Pour le débat avec Luzzatti voir Il Sole d’avril 1904 et Marc Flandreau, « Le service des Études financières sous Henru Germain (1871-1905) : une macro-économie d’acteurs », in Bernard Desjardins, Michel Lescure, Roger Nougaret, Alain Plessis et André Straus (eds.), Le Crédit lyonnais, 1863-1986, Genève, Droz “Études historiques”, 2003, pp. 271-302.

55 A. Germain, La bourgeoisie qui brûle, op. cit., p. 43.

56 A. Germain, Henri Germain…, op. cit., p. 25.

57 A. Germain, La bourgeoisie qui brûle, op. cit., p. 47.

58 Voir Bertrand de Lafargue, « Le Crédit lyonnais en Norvège au tournant du XXe siècle » in B. Desjardins, M. Lescure, R. Nougaret, A. Plessis et A. Straus (eds.), op. cit., pp. 631-638 et réédité in Revue d’Histoire Nordique, n° 11, 2e semestre 2010. Sur Edmond Moret : jusqu’en 1900 à la Direction du Crédit Lyonnais, il passe, à partir de cette date, à celle de la Banque de Paris et des Pays-Bas. Progressivement, cette dernière allait prendre le relais du Crédit Lyonnais pour les investissements en Norvège qui à partir de 1905, devaient s’orienter de plus en plus vers le secteur privé. Edmond Moret a, depuis les années 1890, établi de nombreux contacts en Scandinavie, notamment à la Stockholms Enskilda Bank. Il échange une correspondance suivie avec Marcus Wallenberg. Il devient membre du conseil d’administration de la Norvégienne de l’Azote à sa fondation en 1905.

59 A. Germain, La bourgeoisie qui brûle, op. cit., p. 47.

60 Le Temps, 16 septembre 1891.

61 Acte de mariage d’Henri Germain chez Maître Laforest, notaire à Lyon, 25 mai 1850 ; Acte de mariage d’Henri Germain chez Maître Delapalme, notaire à Paris, 01 mars 1869 ; Déclaration de succession chez Maître Moyne, notaire à Paris, 30 mars 1905. Ces actes ont également fait l’objet d’une étude récente par Jean-Baptiste Sénat, Henri Germain : contribution à la connaissance d’un banquier du XIXe siècle, mémoire de maîtrise, Université Paris X Nanterre, 1994.

62 Adeline Daumard, Les fortunes françaises au XIXe siècle, Paris, Mouton, 1973, p. 118, et Paul Leroy-Beaulieu, article dans l’Economiste français du 1er août 1903.

63 Alfred Pose, La monnaie et ses institutions, Paris, P.U.F., 1942, Tome 2, p. 208.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search