Version classiqueVersion mobile

Banques, industrie et Europe du Nord

 | 
Jean-François Berdah

Première partie. Un aperçu de l’œuvre de Bertrand de Lafargue

Banques et industrie en France (années 1860-1970)1

Texte intégral

  • 1 Cet article a initialement paru comme chapitre de l’ouvrage collectif dirigé par Hélène Fr (...)

1Pour l’entrepreneur britannique ou français de la première industrialisation, la « règle » était d’abord l’autofinancement. Dans le cas (peu fréquent) où un recours extérieur s’avérait nécessaire, l’industriel pouvait s’adresser à son banquier local qui connaissait la personne et l’affaire. Les banques plus importantes, notamment les maisons anglaises, se consacraient plus volontiers au commerce, à des emprunts publics ou des opérations d’arbitrage.

2Un premier bouleversement s’opère dans les années 1850 (en Angleterre) et 1860 (en France) avec la libéralisation du régime des sociétés anonymes (instauration de la responsabilité limitée) qui permet, en associant la limitation des risques au système de la multipropriété, de mobiliser les capitaux beaucoup plus considérables requis par l’évolution technique. L’industrie peut émettre plus facilement des actions pour se procurer de l’argent frais, comme le peut aussi la nouvelle banque désormais érigée elle-même en société anonyme : aux « joint-stock banks » anglaises répondent les banques de dépôts et d’affaires françaises et les premières grandes banques allemandes. À l’exception des banques anglaises qui choisissent de rester fidèles aux anciennes pratiques, la coopération semble aller de soi en France et en Allemagne entre les deux entités, finance et industrie.

3Un second bouleversement, plus ample, survient avec la Grande Dépression (1873- 1896) sur fond de restructurations industrielles, d’innovations, de compétition internationale et de seconde industrialisation. La stratégie de prudence progressivement adoptée par les principales banques françaises qui semblent se rapprocher ainsi du modèle britannique – à la différence des banques allemandes – n’a cessé depuis lors de faire l’objet de débats : nos banques n’auraient-elles pas « tourné le dos » à notre industrie alors qu’une partie importante de nos capitaux s’expatriaient ? Cette attitude ne serait-elle pas une des explications du « retard » industriel français prolongé pendant la première moitié du XXe siècle ?…

4Il va de soi que cette problématique doit être replacée dans le contexte social, culturel, économique et politique et il semble qu’elle puisse à son tour éclairer certaines spécificités françaises. L’interrogation doit ainsi porter, par exemple, sur l’évolution des mentalités et des pratiques patronales et, plus généralement sur l’évolution de la société française dans son ensemble face au fait industriel.

5L’étude de l’évolution des rapports banques-industrie que nous proposons d’étendre ici sur la période 1860-1970 ne peut, à l’évidence, qu’être sommaire. La mise au premier plan de la situation française nous invitera, toutefois, à de courtes analyses comparatives, principalement avec l’Allemagne.

Les prémices de l’investissement industriel

  • 2 Voir sur ce point Jean Bouvier, Le Crédit Lyonnais de 1863 à 1882, op. cit., p. 97 sq., et (...)

6Malgré un autofinancement largement dominant, l’entreprise industrielle du début du XIXe siècle peut être épaulée, à l’occasion, par certaines banques. Ce sont, en Angleterre, les Country Banks locales ou, en France, des maisons comme Perier ou Seillière, dont les activités d’ailleurs ont « glissé », au cours de la proto-industrialisation et de la première industrialisation, du négoce à l’industrie, puis à la banque2. Il s’agit le plus souvent de crédit à court terme (escompte, facilités de trésorerie…), parfois de commandites industrielles avec prises de participation. On voit ainsi la maison Perier s’intéresser à la Compagnie des Mines d’Anzin, Seillière investir chez Schneider et chez De Wendel.

  • 3 Depuis le début du XVIIIe siècle, une législation non applicable à l’Écosse interdisait en (...)

7À l’imitation du modèle écossais, les premières grandes banques d’investissements par actions apparaissent en Angleterre en 1828-1833 avec la Manchester and Liverpool Bank ou la National and Provincial et, un peu plus tôt sur le continent avec la Société Générale de Belgique (1822) – dont s’inspireront les frères Péreire pour fonder le Crédit Mobilier3. Elle précède l’éphémère Caisse Laffitte (1837-1848). Mais on est bien loin encore, à ce stade, d’une « synergie » banque-industrie…

8Au cours des années 1850 et 1860, trois facteurs principaux militent en faveur d’un investissement industriel « organisé ».

  • 4 Un exemple régional est fourni dans : Robert Marconis, Midi-Pyrénées, XIXe-XXe siècles. Tr (...)

9La construction du chemin de fer, qui devient très active, nécessite une forte augmentation de la production dans toutes les activités qui lui sont liées. Le réseau après sa mise en place désenclave des régions entières, élargit les marchés et ouvre les entreprises à la concurrence nationale4.

10Pour l’école de pensée saint-simonienne, largement représentée dans les milieux politiques et économiques français, mais influente aussi dans le reste de l’Europe – notamment en Allemagne et dans les pays du Nord - l’armature bancaire existante ne suffit pas à couvrir les besoins en capitaux de l’équipement ferroviaire et de l’industrialisation au sens large. Pour les Péreire, la révolution industrielle est directement liée à une « révolution financière ».

11Le libéralisme économique ambiant (concrétisé par le traité de commerce franco-britannique de 1860) oblige les industriels à affronter également la concurrence internationale en investissant dans la productivité. La transition d’une industrie essentiellement de main-d’oeuvre vers une industrie plus « capitalistique », par définition plus mobilisatrice de capitaux, est engagée.

  • 5 Jean Bouvier, Le Crédit lyonnais de 1863 à 1882. Les années de formation d’une banque de d (...)

12En Angleterre, par les lois de 1858 et 1862, en France par celles de 1863 et 1867, le législateur s’adapte à cette évolution en permettant la création de sociétés anonymes à responsabilité limitée (SARL) avec, puis sans autorisation préalable. Sur les traces du Crédit Mobilier, précurseur (1852), sont fondées en France une série de grandes banques par actions dont le « métier » sera le commerce et l’investissement industriel : Crédit Lyonnais (1863), Société Générale (1864)… Le Crédit Lyonnais, si magistralement étudié par Jean Bouvier, est dans ses débuts une banque nettement saint-simonienne qui n’hésite pas à investir en « capital-risque » industriel comme à La Fuchsine ou dans le Gaz de Saragosse. À l’instar de la Société Générale, qui est d’ailleurs dans ses premières années une « banque d’affaires », le Crédit Lyonnais consent à l’industrie des découverts à court terme qu’il renouvelle, des crédits directs à moyen terme, patronne des émissions de titres et prend même en portefeuille, comme le fait aussi son haut personnel, des participations directes pouvant aller jusqu’au contrôle5. Dans les années 1860, la « synergie » évoquée plus haut paraît bel et bien s’engager.

La typologie bancaire classique

  • 6 J. Bouvier, « Les monnaies et les banques », op. cit., p. 255 sq. et Youssef Cassis, « Ban (...)

13Alors que s’élabore à partir des années 1850-1860 en Europe occidentale, puis centrale, un puissant réseau de banques par actions, deux « philosophies » de la banque semblent s’opposer sur la question de l’investissement industriel. Cette typologie, longtemps admise, a été nuancée, même si elle n’est pas fondamentalement remise en cause, par des historiens comme Jean Bouvier et, plus récemment, Youssef Cassis6.

  • 7 J. Bouvier, « Les monnaies et les banques », ibid, p. 270.

14Le système britannique jouerait avant tout la sécurité du déposant. Il correspondrait à un pays nanti, « champion » de la première révolution industrielle, en quelque sorte « assis sur sa fortune ». Le rôle des banques, très « conservateur », est le service du créditeur, la disponibilité de son dépôt, ce qui suppose la liquidité des actifs qu’il faut s’interdire d’immobiliser dans des investissements industriels à long terme, et parfois aléatoires. L’opération type est donc l’escompte d’effets de commerce ou le placement dans la clientèle de titres publics, y compris d’États étrangers, offrant toute garantie. Jean Bouvier y voit le résultat d’un « processus spontané » de développement économique effectué sans intervention de l’État au bénéfice de l’investissement industriel7. Lorsque le gouvernement d’ailleurs doit effectuer des choix, il tranche en faveur des milieux bancaires et financiers de la City. Tel est par exemple l’esprit de la politique déflationniste menée par Winston Churchill au début des années 1920, et dénoncée par Keynes.

  • 8 Ibid., pp. 270-271 et François Caron, « Facteurs et mécanismes de l’industrialisation » in (...)

15Le système allemand est celui d’un pays qui cherche, par un développement accéléré, à combler son retard économique. Les forces politiques et financières se mobilisent pour la construction d’une industrie d’emblée puissante, mais incapable de s’autofinancer ou de trouver un financement suffisant par la vente de titres sur un marché encore très exigu, voire « archaïque » (Jean Bouvier). Ce sont donc les banques elles-mêmes qui doivent s’impliquer directement dans l’industrie par de massives prises de participation avec sièges d’administrateurs, s’ajoutant aux opérations courantes de prêts à moyen et long termes et d’émission de titres8. Ainsi, c’est le constat de la relative rareté des capitaux en Allemagne et du retard économique qui explique la mise en place de ces structures très ambitieuses et techniquement assez peu « orthodoxes » qui sont les banques mixtes. En raison même de ses fortes participations industrielles, et à la différence du britannique, le système bancaire allemand prend d’abord en considération « l’aval » du financement.

  • 9 La problématique du dynamisme allemand et du retard britannique face à la seconde industri (...)

16On peut s’expliquer ainsi les succès de l’industrie allemande à la fin du XIXe siècle et le relatif déclin de l’économie britannique : le système bancaire britannique, trop spécialisé dans les affaires commerciales et les opérations financières à court terme, n’aurait pas été adapté aux exigences de la seconde industrialisation. Plus grave, les exportations de capitaux auraient lourdement pénalisé en Grande-Bretagne le développement de la construction électrique, de la chimie et de l’automobile9.

17Les banques françaises, que l’on place dans une position intermédiaire, sont jusque vers 1870 proches du système de banques mixtes ou « à tout faire » à l’allemande, avant de se laisser ensuite progressivement séduire par le modèle britannique.

Les grandes réorientations françaises (1870-1914)

18Le repli des grandes banques françaises par rapport à l’immobilisation industrielle s’opère en plusieurs temps, marqués par des retours, et ne concerne pas au même degré tous les établissements. C’est au cours de cette période que se met véritablement en place le système français des banques « de dépôt » et des banques « d’affaires », aux vocations spécifiques.

  • 10 J. Bouvier, Le Crédit Lyonnais de 1863 à 1882, op. cit., pp. 186-188 et 191 sq.

19La récession de 1866-1867, qui entraîne de sérieuses difficultés pour les sociétés La Fuchsine et Gaz de Saragosse, est l’occasion pour le président-fondateur du Crédit Lyonnais, Henri Germain, de premières consignes à ses directeurs d’avoir à préférer les placements liquides, principalement les effets d’escompte, aux immobilisations industrielles. Les retraits aux guichets effectués par le public l’été 1870 devant l’imminence d’une guerre le conduisent à les rappeler10. Enfin, les grands emprunts de libération du territoire de 1871-1873, et qui sont l’occasion de substantiels profits pour les banques sous forme de commissions, détournent pour un temps de l’industrie une masse supplémentaire de capitaux. Une courte reprise des investissements industriels par les grandes banques aura néanmoins lieu dans la seconde moitié des années 1870.

  • 11 Ibid., p. 849 sq.

20Fin 1881, devant des rumeurs qui tendent à discréditer le « Lyonnais » et annoncent en tout cas la crise bancaire de 1882 (krach de l’Union Générale), Henri Germain fait adresser à ses agences une circulaire dont le contenu, resté célèbre sous le nom de « doctrine Germain », peut être formulé ainsi : il faut toujours disposer sous forme d’encaisse ou d’emplois rapidement mobilisables une somme égale à celle des dépôts à vue et des comptes créanciers11. Les liquidités du Crédit Lyonnais passent du tiers de l’actif en 1881 à plus de 90 % en 1893… La Société Générale suit l’exemple, mais plus lentement : en 1890, près du quart de ses actifs sont encore constitués de participations industrielles.

  • 12 Jean Bouvier, « L’extension des réseaux de circulation de la monnaie et de l’épargne. Syst (...)

21Ce repli des grosses banques françaises sur le court terme s’accompagne d’une nouvelle politique de dépôts. Ici encore, la banque d’Henri Germain ouvre la voie en substituant dans son passif les dépôts à vue non rémunérés aux dépôts à terme qui le sont et qui nécessitent par conséquent, pour être rentabilisés, l’immobilisation d’une part équivalente des actifs de la banque. Si, à la fin des années 1870, les dépôts à échéance représentent près de la moitié du passif du Crédit Lyonnais, ils n’en valent plus que 2 % en 191312. Les grands établissements qui emboîtent le pas au Crédit Lyonnais (ressources et emplois privilégiant le court terme) constituent le groupe des « banques de dépôts ». D’autres banques par actions, telles que Paribas, continuent à admettre des dépôts à échéance et se trouvent ainsi en mesure de placer à terme une partie de leurs ressources : ce sont les « banques d’affaires » qui, sur ce point, se rapprochent davantage du modèle allemand.

  • 13 J. Bouvier, « Les monnaies et les banques », op. cit., p. 282.

22En adoptant cette stratégie, les principales banques françaises ont-elles commis le crime de « lèse-croissance industrielle nationale » (Jean Bouvier) ? Le choix de s’aligner sur le modèle britannique (opérations commerciales, titres publics nationaux ou étrangers…) peut paraître dommageable alors que s’amorce une seconde industrialisation beaucoup plus « capitalistique » que la première, et paradoxal alors que les ressources s’accumulent. Entre 1891 et 1913, les dépôts dans les banques françaises ont été multipliés par 4,4. Ceux du Crédit Lyonnais passent de 383 millions de francs en 1880 à 2,2 milliards en 1913, date à laquelle la banque est première mondiale…13

  • 14 Sur l’évolution de la stratégie de Paribas, voir Éric Bussière, « Entre la banque mixte et (...)

23Du côté des banques d’affaires, qui vont plus volontiers que les banques de dépôt investir dans l’industrie, un certain retard néanmoins est pris, dans la période 1880- 1900, sur les banques allemandes. Après sa fondation en 1872, Paribas ne s’occupe pas immédiatement d’affaires industrielles françaises et accorde ses priorités aux grands emprunts publics internationaux, le plus souvent en association au sein d’un même consortium avec le Crédit Lyonnais ainsi que des banques allemandes ou scandinaves. Ce n’est qu’autour de 1900 que Paribas adopte une véritable stratégie industrielle, d’abord à l’étranger, puis en France. L’une des premières grandes affaires de la banque, avec pour partenaire principal la Stockholms Enskilda Bank (SEB) des frères Wallenberg, est la fondation en 1905 de la Société Norvégienne de l’Azote (Norsk Hydro), entreprise à laquelle viendra s’associer en 1907 la Badische Anilin und Soda Fabrik (BASF) de Ludwigshafen. On notera que le Crédit Lyonnais, qui ne s’implique plus guère dans l’industrie française, ne prend pas non plus de participations industrielles de portefeuille à l’étranger – et n’entre pas dans cette affaire malgré ses liens étroits et anciens tant avec Paribas qu’avec la SEB. Quant à la France, Paribas semble y privilégier l’électricité en participant en 1906 à la fondation de la Compagnie Parisienne de Distribution d’Électricité et en 1911 de l’Union d’Électricité14.

  • 15 Alain Plessis, « Le financement des entreprises » in Maurice Lévy-Leboyer (dir.), Histoire (...)

24En ces dernières années du XIXe siècle et les premières années du XXe, le contexte international est celui d’une grande poussée d’investissements en relation avec la reprise économique et la remontée des taux d’escompte à partir de 1898. Les taux d’escompte de la Banque de France, qui ont enregistré une longue baisse de 1882 (4 %) à 1897 (2 %), entraînant une chute des profits des banques – chute non étrangère aux exportations de capitaux – remontent lentement à partir de 1898 jusqu’au niveau de 4 % en 1913. La conséquence est un retournement des investissements nets industriels français avec des moyennes annuelles qui passent de 120-130 millions de francs entre 1853 et 1895 à 190 millions autour de 1900, et plus de 300 millions après 190515. Si la production industrielle tend à stagner de 1883 à 1896, elle augmente fortement ensuite jusqu’à la Première Guerre mondiale. En cette période d’argent cher, nombreuses sont les entreprises françaises qui trouvent un financement en adoptant le statut de société anonyme, émettent des actions et se rapprochent ainsi des banques qui placent activement dans leur clientèle d’importants volumes de titres. Les banques « moyennes », régionales, se montrent particulièrement actives dans les grandes régions industrielles : Nord, Lorraine, régions lyonnaise et marseillaise avec, au premier rang, le Crédit du Nord, la Société nancéienne, ou la banque Charpenay de Grenoble.

  • 16 J. Bouvier, « L’extension des réseaux de circulation de la monnaie et de l’épargne », ibid(...)

25Le Crédit Lyonnais lui-même n’est pas totalement absent des affaires industrielles (il patronne la Société Lyonnaise des Eaux et de l’Éclairage lancée dans les années 1870), la Société Générale, présente dans l’industrie russe, l’est aussi dans l’industrie sucrière française (maison Say) et le Comptoir d’Escompte investit chez Thomson-Houston. Faisons toutefois la part des choses : en 1913, en raison des incertitudes politiques et financières qui pèsent, toutes les banques françaises (y compris, bien qu’à un degré moindre, les banques d’affaires) appliquent peu ou prou la « doctrine Germain » en veillant soigneusement sur le niveau de leurs liquidités. Jean Bouvier a calculé qu’à la veille de la guerre les titres et participations des quatre « grandes » banques françaises ne dépassaient pas 2,1 % de leurs emplois (le chiffre tombe même à 0,31 % pour le Crédit Lyonnais). Paribas elle-même n’immobilise que 20 % de ses actifs. Et Jean Bouvier de rappeler la « méfiance réciproque » qui continue de régner entre banques et entreprises industrielles, la part d’autofinancement de ces dernières dépassant encore 70 % entre 1900 et 1913 malgré les fortes émissions de titres16. À cette « frilosité » persistante du patronat et des banques répond aussi celle de l’épargne : toujours en 1913, la Caisse des Dépôts et Consignations, qui centralise les fonds des Caisses d’épargne et place en fonds d’État l’essentiel de ses emplois, « pèse » en dépôts le même « poids » que toutes les autres banques…

Le procès des banquiers

  • 17 Sur ce débat voir Bertrand de Lafargue, « Henri Germain (1824-1905) : Un banquier en polit (...)

26Au cours des premières années du siècle s’engage une vive polémique sur la question des expatriations de capitaux français qui, non seulement font défaut aux entreprises du pays, mais vont, de surcroît, en quête de taux plus rémunérateurs, renforcer les économies de puissances étrangères concurrentes et parfois hostiles. C’est la teneur d’une série d’articles publiés par l’Éclaireur Financier à partir de 1901 sous le titre : « La Vérité sur le Crédit Lyonnais »… Les grandes banques, qui placent sur le marché français titres russes, espagnols ou scandinaves, et accordent des crédits à l’industrie allemande, sont les premières visées, mais l’accusé principal est le Crédit Lyonnais, première banque française depuis 1900 et gros placeur d’emprunts russes, et son président17.

27Reprenant – après son décès – une récente déclaration d’Henri Germain sur le « manque de vrais entrepreneurs en France », un journaliste américain manifeste son indignation : « La France ne crée plus de grandes industries !… Il n’y a pas d’exagération à dire que M.Germain, par son Crédit Lyonnais, est plus responsable que tout autre homme ou toute autre institution de cet état de choses… Personne n’eut peut-être une pareille chance de déployer son habileté financière pendant une période d’années aussi longue et aussi critique ». Et le même journaliste de poursuivre : « L’idée primitive du Crédit était de procurer de l’argent aux gens désirant en emprunter. Le Crédit Lyonnais est devenu une machine géante pour placer l’argent de ceux qui désirent en prêter… » En France, ces attaques avaient repris dans le journal Le Temps en janvier 1905, quelques jours avant la mort de Germain (ce qui explique qu’il n’y soit pas nommément désigné) : « Celui qui écrira l’histoire économique de la France de ces dernières années ne manquera pas de constater qu’on a fait de ce pays un thésauriseur, alors qu’il a toutes les qualités et tous les moyens pour prendre des initiatives hardies et pour marcher à la tête des autres nations dans le mouvement industriel » (allusion au dynamisme et à la créativité manifestés dans certaines branches de la deuxième industrialisation telles que la chimie, l’automobile, l’aviation…)

28Henri Germain avait justifié sa stratégie d’emplois par la faiblesse des taux d’intérêt sur le marché français, tout en expliquant que cette faiblesse même constituait un avantage pour l’industriel qui souhaitait emprunter : les taux, voisins de 5 % dans les années 1850-1860, avaient chuté à une moyenne de 2,34 % entre 1893 et 1904. De plus, poursuivait-il, c’était « l’absence » elle-même de demande industrielle qui était responsable de la chute des taux autant que l’abondance de capitaux sur le marché. Aussi… « le capital français doit s’adresser à l’étranger, à la Bourse, aux rentes et à l’emploi en escomptes. La France ne crée plus de grandes industries, elle développe à peine les industries existantes… La France, grâce à ses grandes économies et à ses grandes disponibilités, résultant de ce que nous n’avons pas compris le développement de notre industrie comme l’Allemagne, est la plus grande puissance de capitaux en Europe. Ce bas taux de l’argent nous oblige à employer nos capitaux à l’étranger, ce que nous faisons en ce moment. Nous avons de gros placements en Amérique, en Angleterre et en Allemagne ». C’est dans ce contexte que se situent en 1905 la publication d’un opuscule au titre évocateur (« Les Tripotages du Crédit Lyonnais »…) et la célèbre controverse de 1906-1907 entre « Lysis » (E. Letailleur), qui défend la thèse d’un « complot capitaliste antipatriotique » et « Testis » (R. G. Lévy) qui reprend l’argumentation d’Henri Germain.

  • 18 André Armengaud, « Du malthusianisme démographique au malthusianisme économique » in F. Br (...)
  • 19 Voir l’analyse de cette question pour le cas des investissements français en Norvège dans (...)

29Selon certaines sources, les investissements extérieurs français entre 1871 et 1913 auraient mobilisé 50 % de l’épargne nationale, contre 25 % en Grande-Bretagne et seulement 10 % en Allemagne18. Certes, ces placements produisent des revenus qui, à terme, compensent les nouvelles sorties, mais ils ne sont généralement pas réinvestis en France et une grande partie (on songe naturellement aux emprunts russes) sera perdue à la suite de la Première Guerre mondiale. On peut également se demander si ces massives exportations de capitaux se sont traduites, comme le soulignent certains, par des contreparties sous la forme de commandes auprès de nos industriels. Il y en eut sans doute, par exemple dans les industries liées aux chemins de fer. Mais on peut considérer, globalement, compte tenu de la faible compétitivité de la plupart des produits français, que les « retombées » industrielles n’ont pas été à la mesure des investissements et que ceux-ci ont le plus souvent servi les intérêts du capital, de quelques ingénieurs de renom, de la stratégie diplomatique du Quai d’Orsay, quand ce n’était pas de l’industrie allemande, suédoise, ou suisse…19

L’intervention de l’État (1914-1940)

30Au cours d’un « premier » XXe siècle prolongé jusqu’à la fin des années cinquante, et à l’exception brève des années « rugissantes », on relève deux constantes par rapport à ce qui précède : les grandes banques restent presque toujours fidèles à leur politique de liquidités et la plupart des entreprises, contrairement à leurs consoeurs allemandes ou même britanniques, continuent à faire une large part à l’autofinancement. L’élément nouveau, conséquence de la Première Guerre mondiale, est l’interventionnisme d’État.

  • 20 Un intéressant parallèle est fait par André Siegfried entre la situation en Grande-Bretagn (...)

31Pendant la dernière partie de la guerre et le début des années vingt, se met en place une sorte de « partenariat » entre les banques et l’État. L’inflation des années 1915- 1926 affaiblit les banques et les rentiers en provoquant l’érosion de leurs ressources20. En francs constants, les dépôts perdent 50 % de leur pouvoir d’achat, ce qui incite les unes et les autres à rechercher la sécurité dans des opérations publiques : bons de la Défense Nationale, puis bons du Trésor. Du côté des entreprises, celles qui étaient stratégiquement bien placées pendant la guerre n’éprouvent aucune difficulté à s’autofinancer. Pour les autres, l’État met en place en 1919 un système de crédit à moyen terme, le Crédit national. Il donne également son impulsion à certaines activités « stratégiques », notamment dans le secteur énergétique, par la création de sociétés d’économie mixte, ou bien étatisées : Compagnie Française des Pétroles (CFP), Office National Industriel de l’Azote (ONIA)…

  • 21 A. Plessis, « Le financement des entreprises », op. cit., p. 151. Précisons qu’en francs c (...)

32À l’issue de la première reconstruction, l’effort d’industrialisation de deuxième génération, bouleversé par la guerre, reprend à la faveur de l’amélioration de la conjoncture internationale et des quatre ou cinq « années rugissantes » de la précrise. L’automobile, l’aviation, le pétrole, la chimie, l’électricité sont autant de secteurs avides de capitaux. Les entreprises « lèvent » entre 5 et 10 milliards de francs par an, contre 300 à 400 millions en 191321. Cette industrialisation fortement capitalistique s’accompagne en effet, notamment sous l’influence des États-Unis, d’une modernisation (mécanisation) et d’une restructuration (taylorisation) des méthodes de production. Elle s’accompagne aussi d’une évolution des mentalités. Les lourds investissements nécessaires rendent l’autofinancement insuffisant et incitent les industriels à recourir au marché financier. Le public, las pour sa part du manque de rentabilité des titres d’État, se porte au même moment sur des émissions privées rendues doublement attractives par la hausse des cours boursiers et la part importante des bénéfices distribués en dividendes.

  • 22 Sur le banquier Horace Finaly, voir Éric Bussière, Horace Finaly, banquier, 1871-1945, Par (...)
  • 23 É. Bussière, Paribas, l’Europe et le monde, 1872-1992, Amsterdam, Fonds Mercator, 1992, et (...)

33Les banques, non seulement prêtent leurs guichets à ces opérations, reconstituent un portefeuille industriel, mais participent aussi à la consolidation du système de crédit à moyen terme initié par le Crédit national. Le Crédit Lyonnais et le Comptoir d’Escompte créent l’UCINA (Union pour le Crédit à l’Industrie Nationale) et la Société Générale participe à la CALIF (Crédit à l’Industrie Française). Des industriels entrent aux conseils d’administration de certaines banques françaises (BUP, Paribas) et des banquiers dans des conseils de sociétés. Des « banques de groupes » se constituent, holdings associant banquiers et industriels : Schneider et la BUP fondent l’Union européenne industrielle et financière, la Compagnie Générale d’Électricité s’adjoint Electro-Crédit. Paribas se montre particulièrement active sous la direction d’Horace Finaly dans le secteur pétrolier (CFP), celui de l’électricité (fabrication de tramways et motrices avec les Constructions Electriques de France, futur Alsthom) ou encore les chantiers navals et la chimie22. La banque poursuit sa politique d’investissements à l’étranger, souvent sur des produits « sensibles » et en concertation, semble-t-il, avec le gouvernement français : les pétroles roumains ou l’association en 1927 avec IG Farben pour l’exploitation des brevets Haber (méthode ammoniacale de fabrication des nitrates) au sein de la société norvégienne Norsk Hydro où la part française qu’elle représente reste majoritaire23.

34D’énormes besoins de financement caractérisent aussi l’industrie allemande après la stabilisation monétaire de 1924. Mais la grande inflation de 1923 ayant fortement affaibli banques et rentiers, une partie importante des capitaux nécessaires à la reprise doit être importée – mais pour moitié à court terme – de Grande-Bretagne et surtout des États-Unis. Ces capitaux, immobilisés par les banques à long terme dans l’industrie, selon la tradition allemande, vont être réclamés au début de la grande crise…

  • 24 É. Bussière, Paribas, l’Europe et le monde, op. cit.

35Celle-ci, qui frappe la France à partir de 1931, incite les épargnants à se détourner des actions et à rechercher des valeurs-refuge : bons d’État, livrets de caisse d’épargne, thésaurisation sur l’or. Les banques privées amorcent le même repli sur crédits et participations. On enregistre un net et durable recul (jusque vers 1960) des investissements industriels de Paribas laquelle, après l’euphorie des « rugissantes », se recentre sur des activités purement financières ou un rôle de simple intermédiaire auprès des entreprises24. La crise ouvre une période de « désinvestissement » général par crainte de surproduction et, de fait, près du tiers de la capacité de production française restera inemployée dans les années trente. Mais la polémique sur le refus des banques à investir dans l’industrie du pays ne tarde pas à rebondir. L’idée prend corps de la nécessité d’une nouvelle et plus forte implication de l’État non seulement en matière industrielle, mais aussi en matière bancaire…

  • 25 J. Bouvier, « Monnaie et banque d’un après-guerre à l’autre : 1919-1945 », in F. Braudel e (...)

36De plus en plus d’ailleurs, le système bancaire public se renforce et concurrence victorieusement le privé en termes de dépôts. D’un poids équivalent au secteur privé en 1919, il le dépasse largement à la fin des années trente avec, en premier lieu, la Caisse des Dépôts et Consignations qui draine les dépôts des Caisses d’épargne et des Assurances sociales et représente en 1936 pas moins de 83 % des fonds du secteur public25. À la Caisse des Dépôts il faut ajouter les banques populaires et les Chèques postaux. La Caisse des Dépôts, dont les interventions sont en principe réservées à l’État (rentes, emprunts publics), s’oriente progressivement au cours des années trente vers les actions et obligations d’entreprises. Les banques populaires sont elles aussi sollicitées après la création en 1929 de la Caisse centrale des banques populaires, aboutissement tardif des travaux d’une commission d’enquête constituée en 1911 par Caillaux sur la question du crédit aux petites et moyennes entreprises. Enfin, la Caisse des Marchés de l’État est créée en 1936 par le gouvernement Blum pour participer au financement du réarmement, avec comme première bénéficiaire l’industrie aéronautique. Mais la principale décision bancaire du gouvernement du Front Populaire, qui préfigure une nationalisation du crédit, est la réforme de la Banque de France qui échappe au contrôle des « deux cents familles », les actionnaires n’élisant plus que deux conseillers sur dix-huit, et qui perd ainsi son autonomie vis-à-vis de la puissance publique. Malgré cela, on est encore loin, en France, d’une nationalisation du crédit.

  • 26 D. Landes, L’Europe technicienne…, op. cit. et Henri Morsel, « La grande crise du monde ca (...)

37C’est le chemin que l’on prend en Allemagne où l’intervention de l’État se fait beaucoup plus directe et massive dans le secteur bancaire commercial dès 1931 avec le chancelier Brüning. La gravité de la crise bancaire conduit le gouvernement à multiplier les réglementations et à prendre d’importantes participations dans les grands établissements : en 1931 l’État contrôle ainsi les 3/5èmes du capital bancaire et, en raison des liens traditionnels entre les deux activités, une partie importante de l’industrie. Si le gouvernement nazi, par calcul, rend un semblant de liberté à ces sociétés, ce n’est pas sans avoir établi un encadrement économique des plus stricts26.

L’État dirigiste (1940-années 1960)

38Tout un système de réglementations est mis en place avec les réformes de Vichy en juin 1941, puis avec les nationalisations. Vichy renforce le contrôle de l’État sur les banques en tentant, un peu « à l’allemande », de leur imposer une organisation corporative. On peut voir dans ces réformes – qui s’inscrivent évidemment dans un tout autre contexte – une sorte de « relais » entre celles de 1936 et celles de 1945 en ce qu’elles visent à mettre le crédit « au service de l’économie nationale ».

39La charte du CNR avait proposé d’éloigner « les grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie » (article 5). Dans son discours du 14 mars 1945, le Général De Gaulle, chef du Gouvernement Provisoire, reprend le même programme : « C’est le rôle de l’État de disposer du crédit afin de diriger l’épargne nationale vers les vastes investissements qu’exigent de pareils développements et d’empêcher que des groupements d’intérêts particuliers ne viennent contrarier l’intérêt général ». D’où les différentes nationalisations, bien connues, entre décembre 1944 et avril 1946, dans les secteurs de l’énergie, des transports, mais aussi des banques : le Crédit Lyonnais, la Société Générale, le Comptoir National d’Escompte, la Banque Nationale du Commerce et de l’Industrie (BNCI), principales banques françaises de dépôts, sont nationalisés ainsi que les compagnies d’assurance. Fait important, la législation de 1945 consacre la pratique issue de la « doctrine Germain » en établissant officiellement la distinction entre banques d’affaires et de dépôts, chaque type d’établissement se voyant imposer des contraintes spécifiques et par conséquent des « métiers » différents : aux banques d’affaires, les dépôts à échéance (et les immobilisations), aux banques de dépôt les dépôts à vue ou à moins de deux ans (et le court terme).

  • 27 H. Bonin, La banque et les banquiers français, op. cit., p. 39.

40Dans le contexte de la Reconstruction, en raison de la faiblesse des marchés financiers, l’État qui contrôle désormais l’essentiel du crédit devient logiquement le principal investisseur. La Bourse ne manifeste guère de dynamisme et les compagnies d’assurance sont affaiblies par la mise en place de la Sécurité sociale. Quant aux banques, les bons publics (bons du Trésor, bons de la SNCF…) et autres avances à l’État mobilisent les 2/3 de leurs emplois : elles tendent à devenir « de simples correspondants du Trésor, au même titre que les Chèques postaux » (Hubert Bonin)27.

41L’industrie nationalisée est évidemment la grande bénéficiaire de la nouvelle situation. Dans les autres cas, l’entreprise peut se tourner vers des sociétés d’investissement, publiques ou privées, qui se constituent autour de 1950. Certaines branches, chimie et sidérurgie par exemple, créent des groupements industriels dans lesquels siègent des banquiers (Lazard est souvent représenté) et qui sont destinés à émettre des emprunts. Il faut classer dans une catégorie voisine les sociétés financières pour la recherche pétrolière, fortement encouragées par l’État (Finarep, Cofirep), et qui regroupent banques et sociétés de raffinage. La principale ressource pour l’entreprise courante est le système de « moyen terme équipement » qui lui permet d’obtenir auprès des banques des crédits à moyen terme que celles-ci peuvent consentir sur leurs dépôts à vue et en cas de besoin « démobiliser » par escompte auprès du Crédit national, approvisionné lui-même par la Caisse des Dépôts, sous garantie de la Banque de France.

42La mainmise de l’État sur le crédit industriel est donc particulièrement forte en France. On trouve une situation à certains égards comparable en Italie avec le maintien de l’IRI (Istituto per la Ricostruzione Industriale) créé en 1933 par le régime fasciste, holding à capitaux publics contrôlant les quatre principales banques et les grands secteurs industriels. Si, en Allemagne, l’apparence de libéralisme économique tend à faire oublier le souvenir de l’époque nazie, l’État est néanmoins présent dans des relations banque-industrie qui restent très étroites. En Grande-Bretagne, le secteur bancaire n’est pas touché par les nationalisations à l’exception – mais elle reste surtout symbolique – de la Banque d’Angleterre.

Restructurations dans un cadre libéral (années 1960 et 1970)

43À partir des années cinquante commencent à s’opérer de profondes mutations dans l’économie française qui rappellent, à plus grande échelle, le phénomène des années 1860. La modernisation industrielle est directement liée à l’ouverture à la concurrence européenne promise par le traité de Rome de 1957 et à l’évolution générale vers le libre-échange dans le cadre des accords du GATT. Les besoins d’investissements sont énormes pour rendre compétitifs des secteurs entiers de l’industrie française, vieillis dans le confort des marchés captifs métropolitain et colonial. Cette évolution, ainsi que les tendances inflationnistes dont sont en partie responsables les déficits budgétaires, incite l’État à progressivement se désengager et à faciliter la transition d’une économie dirigée vers une économie mixte du type de celle qui avait prévalu dans les années « rugissantes ».

  • 28 François Caron et Jean Bouvier, « L’État et le capitalisme. Nouvelles structures, nouveaux (...)

44Pour permettre aux entreprises, dans ce contexte, de faire face à des taux d’investissements inconnus auparavant, l’État tente d’abord d’encourager l’autofinancement par des mesures fiscales, très vite insuffisantes. Le recours à la Bourse n’est guère aisé : les épargnants des années 1950-1960 se portent surtout sur des emplois de refuge (or, biens fonciers et immobiliers) et la Bourse ne couvre plus que 10 % des besoins d’investissements de l’industrie française28. Il faut inventer de nouveaux titres financiers, d’un bon niveau de sécurité, capables de réconcilier une épargne frileuse avec la Bourse : ce sera, à partir de 1964, donc assez tardivement, le rôle des SICAV (Sociétés d’Investissement à Capital Variable).

45Pour certains, le danger guette de voir des pans entiers de l’industrie française la plus performante, et parfois la plus « sensible », passer à des mains étrangères. Déjà, les multinationales et les banques américaines (Bank of America, First National, Chase Manhattan…) se livrent à une véritable offensive en Europe occidentale et la France n’est pas épargnée malgré certains raidissements protectionnistes sous la présidence du Général De Gaulle. Certaines banques européennes, pour se renforcer, opèrent alors des rapprochements, comme le Crédit Lyonnais et la Dresdner, Paribas et la Deutsche Bank. Le Défi Américain, de Jean-Jacques Servan-Schreiber, est un « best-seller ». Mais le danger peut être aussi européen (allemand et italien surtout) avec des prises de participation et des investissements directs qui se multiplient.

  • 29 Ibid.

46Le salut doit venir des banques, et c’est l’esprit des réformes Debré-Haberer de 1966-1967 qui signent l’abandon de la législation de 1945 et de la « doctrine Germain ». Le statut des banques françaises est unifié : elles redeviennent « mixtes » comme elles le furent brièvement un siècle auparavant. Toutes peuvent désormais recevoir des dépôts à plus de deux ans (comptes sur livret, épargne-logement…) rétribués à des taux « déplafonnés », et sont ainsi en mesure d’immobiliser une partie importante de leurs ressources. La nouvelle législation va d’ailleurs dans le sens de l’évolution de l’épargne puisque l’on avait enregistré depuis la fin des années cinquante une tendance à l’augmentation des dépôts à échéance. Les réformes sont une incitation supplémentaire à l’immobilisation de l’épargne : les dépôts à terme, qui représentaient en 1956 8 % seulement du total, en couvrent 50 % en 1972. Chez les particuliers les comptes à terme deviennent même, en valeur, majoritaires. Le phénomène est révélateur à la fois de l’élévation du niveau de vie des Français et de l’entrée du service bancaire dans les moeurs. Comme l’écrit Jean Bouvier, « la banque pénètre à l’intérieur du tissu social »29.

  • 30 Ibid.

47La part des banques dans l’investissement industriel passe de 1954 à 1974 de 9 à 54 % et le Crédit Lyonnais lui-même se lance dans la création de sociétés de participations industrielles30. C’est la « troisième révolution bancaire », qui succède à celles des années 1860 et 1880. « Révolution », aussi, dans les pratiques de financement des entreprises, dont le recours, parfois jugé trop systématique au crédit bancaire fait parler d’une « économie de l’endettement ». À partir des années soixante se met en place une large osmose directe banque-industrie par le jeu des participations croisées, des filiales et de la sous-traitance avec, au coeur du système, le holding, structure dans laquelle Suez ou Paribas manifestent une particulière activité. Dans les années soixante-dix, certains se posent la question : l’industrie va-t-elle désormais tomber sous le contrôle de la banque ?… Les nationalisations, par le premier gouvernement Pierre Mauroy, des compagnies financières de Paribas et de Suez en 1982, traduiront ces préoccupations.

Le banquier, l’industriel, l’État et l’épargnant

  • 31 Sur les investissements extérieurs voir note 17 (R. Girault), ainsi que Maurice Lévy-Leboy (...)

48Sur cette longue durée d’un peu plus d’un siècle, à l’exclusion de trois courtes périodes favorables, le banquier français a peu investi dans son industrie comparativement surtout à son confrère allemand. Comme en témoignent de nombreuses études, il s’est d’ailleurs volontiers porté sur l’étranger, essentiellement l’Europe, à la recherche de meilleurs rendements pour ses placements, mais aussi – dans une mesure plus difficilement appréciable – sollicité par la stratégie diplomatique du Quai d’Orsay, surtout à l’époque de Delcassé31. C’est ainsi qu’Henri Germain associe pleinement le Crédit Lyonnais à l’affaire des emprunts russes et à d’autres placements où la part de la politique extérieure ne semble pas discutable.

  • 32 Voir note 17 (B. de Lafargue).

49En revanche, Henri Germain ne manifeste pas, sur le plan économique interne, la même vision large et la question du développement de l’industrie française, alors que s’amorce la deuxième révolution industrielle, semble lui échapper. Certes, il faut dire à sa décharge que les expériences Laffitte, Péreire et Bontoux incitent à la prudence comme y invite aussi l’élargissement de la base sociale des déposants. Mais l’homme, issu d’une « honnête » bourgeoisie lyonnaise un peu étriquée (milieu des soyeux), gère sa banque sans génie, comme une boutique prospère. Ce modèle de banquier, un « surclassé » muni de pouvoirs démesurés, est certes bien éloigné d’un Horace Finaly qui n’a peut-être pas disposé, à son époque, de conditions à sa mesure32.

50Mais le banquier français n’a cessé d’aider son industrie, indirectement, de plusieurs manières. Les grands réseaux bancaires qui se constituent sous le Second Empire assurent un large drainage de l’épargne qui est à l’origine de la baisse des taux dans la dernière partie du siècle : l’argent devient moins cher pour l’entreprise obligée d’emprunter. La banque d’autre part assure le placement parmi sa clientèle des titres de sociétés : entre 1890 et 1945, le Crédit Lyonnais place ainsi pas moins de 30 % des obligations de l’industrie électrique française. La banque, enfin, accorde couramment à l’industriel des facilités de caisse (découverts), crédits à court terme le plus souvent renouvelés et qui peuvent prendre un caractère quasi-permanent, et escompte son papier commercial. Dès lors, le banquier peut-il apparaître comme seul responsable des lenteurs de l’industrialisation française ?

51Les banquiers, tel Henri Germain, n’ont pas été au demeurant les seuls accusés dans ce débat. Le procès est aussi celui du patronat comme le suggère le même Henri Germain dans son regret qu’il n’y ait pas en France « de vrais industriels ».

  • 33 François Caron, « Facteurs et mécanismes de l’industrialisation », in P. Léon (dir.), op. (...)
  • 34 François Caron, « Dynamismes et freinages de la croissance industrielle », in F. Braudel e (...)
  • 35 A. Plessis, « Le financement des entreprises », in M. Lévy-Leboyer (dir.), Histoire de la (...)

52La France est en effet un pays où domine largement, pendant encore une partie du XXe siècle, le capitalisme personnel. François Caron a par exemple calculé qu’au cours de la période 1900-1911, 83 % des sociétés créées le sont en nom collectif ou en commandite simple33. Soit 17 % seulement de sociétés anonymes ou de commandites par actions. Pourquoi une préférence aussi marquée du patronat pour la structure « familiale » et l’autofinancement ? François Caron y voit l’expression d’une méfiance à l’égard du marché des capitaux dont l’intrusion risque d’entraîner une perte de contrôle de l’affaire34. N’y a-t-il pas d’ailleurs une sorte d’incompatibilité entre le désir de l’entrepreneur de voir d’abord son affaire prospérer et l’intérêt de l’actionnaire qui est avant tout l’augmentation constante des bénéfices distribués ? Pour sa part, Alain Plessis insiste sur l’idée d’un « devoir » professionnel et patrimonial : « À vrai dire, pour beaucoup d’entrepreneurs, l’autofinancement résultait alors d’une obligation morale, d’un devoir professionnel, avant de devenir une règle de bonne gestion, une exigence comptable. Ce devoir, profondément ancré dans la psychologie des industriels, est une tradition familiale dans beaucoup de dynasties patronales. Il va de pair avec un culte de l’épargne, qui impose un style de vie économe »35.

53L’industriel s’autofinance donc, en proportionnant sagement ses investissements aux bénéfices réalisés, sans anticipation : au reste, le marché dont il dispose en général n’évolue guère et changer d’échelle représente une forte prise de risques. Il semble ainsi, en tout état de cause, que l’évolution des taux d’intérêt, à laquelle Henri Germain faisait allusion, n’ait pas été une priorité décisionnelle pour le patronat.

54Celui-ci, qui apparaît figé dans ses traditions, manifeste cependant à partir des années 1960-1970, avec le renouvellement des générations (patrons nés dans les années vingt), une étonnante capacité d’adaptation. La concurrence et l’élargissement rapide des marchés obligent soudain à anticiper l’avenir : les investissements ne sont plus calculés sur les bénéfices déjà réalisés, mais sur les perspectives de développement. Si le patronat peut être considéré au cours d’une longue période comme un élément de blocage, une autre part de responsabilité doit être recherchée au niveau de l’État.

55Le rôle économique de l’État s’est trouvé souvent remis en question ces dernières années alors que s’accélère le retour au libéralisme. La spécificité « colbertiste » française a donné lieu à de multiples débats dont André Gueslin rend compte dans un ouvrage assez récent.

56C’est du début des années trente aux années soixante que l’intervention de l’État dans les relations banques-industrie s’exerce le plus fortement, que ce soit par exemple dans le cadre d’une politique destinée à soutenir la petite et moyenne industrie (années trente) ou dans celui de la planification au cours des « trente glorieuses ». Dans le premier cas il aurait « faussé » le jeu de la concentration en favorisant la survie de petites unités industrielles dispersées et de faible productivité. Dans le second, il aurait mobilisé l’épargne sur un petit nombre de secteurs empêchant ainsi une diversification salutaire de l’industrie française. Sur la politique industrielle de l’État au sens large, la discussion ne cesse d’être alimentée.

57En revanche, sa politique ferroviaire des années 1850 à la Première Guerre mondiale pourrait bien avoir constitué un handicap majeur pour l’industrie française. La suraccumulation de capitaux sur les chemins de fer n’a pas manqué de détourner l’investissement d’autres activités durant plusieurs décennies. La France aurait ainsi dépensé le double de l’Allemagne pour la construction d’un réseau que la faible densité de sa population rendait déjà beaucoup moins rentable au kilomètre. Mais à l’origine des conventions de 1858, 1863 et 1884, qui apportent la garantie de l’État aux compagnies et qui entraîneront la construction d’un « deuxième » puis d’un « troisième » réseaux, se trouve le lobby ferroviaire de la Chambre qui veille aux intérêts des grands sidérurgistes. Rappelons, de plus, que l’épargne française finance les réseaux d’autres pays européens sans même, cette fois, de véritables retombées industrielles. La moitié des titres de sociétés cotés à la Bourse de Paris en 1900 sont des titres ferroviaires français ou étrangers…

58Ceci pose la question de la mentalité de l’épargnant français, qui a longtemps privilégié, par esprit de sécurité, la garantie de l’État. Il y aurait en France comme un mariage de raison économique entre l’État et l’épargnant.

59L’investissement traditionnellement privilégié par l’épargnant français était le placement foncier ou immobilier : la terre et la pierre matérialisaient le souci de la bourgeoisie à tous ses niveaux d’être « propriétaire ». Si la baisse de la rente foncière au XIXe siècle se traduit par des reventes de terres, elle renforce l’immobilier urbain. À Toulouse, où aristocratie et bourgeoisie sont fortement frappées par cette baisse, on préfère investir dans le maintien artificiel du train de vie et dans l’immobilier, que dans l’industrie.

  • 36 Maurice Lévy-Leboyer, « La continuité française », in M. Lévy-Leboyer (dir.), Histoire de (...)

60Le phénomène est sans doute à mettre en relation avec le caractère fondamentalement conservateur et rural de la population française jusque dans les années 1960. Comme le rappelle Maurice Lévy-Leboyer, les trois-quarts de la population en 1921 et plus de 70 % en 1936, vivent dans des villages ou des villes de moins de 20 000 habitants36. Ceci explique l’étroitesse du marché boursier. La Bourse reste longtemps l’affaire d’une petite minorité de citadins, pour ne pas dire de Parisiens, et les titres sont chers. Certes, la mentalité épargnante évolue dans les années vingt de l’esprit rentier vers l’esprit spéculateur et les classes moyennes commencent à « boursicoter » jusqu’à ce que la crise vienne renverser la tendance. Il faut attendre les années soixante pour que se rejoignent en Bourse, par l’entremise des banques, épargnants et industriels. Mais la ruralité française, c’est aussi la dispersion des marchés, leur caractère peu consommateur et la faiblesse du revenu par tête en raison de la basse productivité du primaire. Trois éléments bien peu favorables à l’augmentation du taux d’investissement industriel.

  • 37 Alfred Sauvy, La montée des jeunes, Paris, Calmann-Lévy, 1959, p. 29.

61Une autre caractéristique de cette population est son vieillissement. Or, une population qui vieillit a moins de propension à investir. Elle se contente plus volontiers, sous garantie de l’État, de préserver son patrimoine en effectuant des placements de sécurité. Le jugement d’Alfred Sauvy sur le comportement de l’épargnant français de la seconde industrialisation, malgré sa sévérité, n’en est pas moins évocateur : « Les Français ne pouvaient pas investir en richesses. Ayant perdu l’esprit de pionnier, ne croyant pas à l’avenir, épris de sécurité, ils n’étaient pas aptes à se conduire autrement qu’ils l’ont fait. Leur comportement était logique, cohérent. Ne voulant pas d’enfants ils avaient perdu l’esprit de création. Il leur fallait du 3 % national gaspillé en déficits budgétaires ou du 4 % en fonds étrangers »37.

Conclusion

62Les lenteurs de l’industrialisation française, on le voit, ne semblent pas imputables aux seuls banquiers ou aux seuls industriels, mais à l’ensemble d’une société (y compris ses représentants) dans son contexte démographique, économique, historique et culturel. La complexe question d’une synergie laborieuse entre banques et industrie permet de mettre en lumière trois grandes spécificités françaises qui sont peut-être, en dernière analyse, les éléments fondamentaux de notre problématique.

  • 38 J. Bouvier, « Les monnaies et les banques », op. cit., p. 282.

63C’est la lenteur de la croissance industrielle de la France, qui s’effectue avant les Trente Glorieuses sans « décollage », qui détermine la stratégie des banques, et non l’inverse. Telle est en tout cas l’opinion de Jean Bouvier : « L’évolution à long terme du système bancaire français des années 1850 à nos jours pourrait confirmer que l’intensité de l’engagement bancaire vis-à-vis de l’industrie est fonction de l’intensité de la croissance industrielle. Aux époques de très forts besoins d’investissements, de développement ou de renouvellement-rénovation de l’outillage national (le troisième quart du XIXe siècle, les années 1920 et l’époque présente), la poussée vers la banque mixte est, en France, évidente »38.

  • 39 Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français, Histoire d’un divorce, Paris, (...)

64L’existence de l’empire a parallèlement, sans aucun doute, joué un rôle déterminant en détournant une partie du potentiel métropolitain pour ne profiter qu’à une faible minorité. Durant des décennies « … pour le commerce comme pour le placement de capitaux, l’empire se place au tout premier rang des champs d’expansion du capitalisme français » (Jacques Marseille)39. Nous pensons devoir insister sur ce point : si l’industrie française trouve parfois son compte dans l’empire, ce n’est pas en termes de dynamisme, mais de sclérose, comme le monde des affaires en prendra conscience dans les années 1950.

65Enfin, la société française, longtemps « malthusienne », n’a pas été un environnement favorable au développement précoce d’une synergie banques-industrie. Méfiante à l’égard du banquier « cosmopolite », voire antipatriote, et de la banque en général, elle le fut aussi, jusqu’aux années 1950-1960, à l’égard des « grands monopoles » industriels qui règnent en maîtres sur les marchés et dont la puissance menace jusqu’à celle de l’État. Le banquier « juif », l’ouvrier « rouge », le « gros » industriel sont restés longtemps dans l’imaginaire collectif français les incarnations de deux mondes suspects face à l’image vivace du « bon » paysan…

Bibliographie

Bibliographie sélective

BONIN (Hubert), L’argent en France depuis 1880. Banquiers, financiers, épargnants dans la vie économique et politique, Paris, Masson, 1989.

BONIN (Hubert), La banque et les banquiers en France du Moyen Âge à nos jours, Paris, Larousse, 1992.

BOUVIER (Jean), Le Crédit Lyonnais de 1863 à 1882. Les années de formation d’une banque de dépôt, Paris, SEVPEN, 1961.

BOUVIER (Jean), Un siècle de banque française. Les contraintes de l’État et les incertitudes des marchés, Paris, Hachette, 1973.

BOUVIER (Jean), GIRAULT (René), THOBIE (Jacques), L’impérialisme à la française, 1914-1960, Paris, La Découverte, 1986.

BRAUDEL (Fernand), LABROUSSE (Ernest), Histoire économique et sociale de la France, tomes III et IV (vol. 1-2-3), (1789-1980), Paris, PUF, 1976 à 1982.

BUSSIÈRE (Éric), Paribas, l’Europe et le monde, Anvers, Fonds Mercator, 1992.

CAMERON (Rondo), La France et le développement économique de l’Europe, 1800- 1914, Paris, Le Seuil, 1971 (trad. de l’anglais).

DAUMARD (Adeline), Les bourgeois et la bourgeoisie en France depuis 1815, Paris, Flammarion, 1991.

FRIDENSON (Patrick), STRAUS (André) (dir.), Le capitalisme français XIXe-XXe siècles. Blocages et dynamismes d’une croissance, Paris, Fayard, 1987.

GUESLIN (André), L’État, l’économie et la société française, XIXe-XXe siècles, Paris, Hachette, 1992.

de LAFARGUE (Bertrand), « Un exemple de partenariat industriel franco-allemand au sein d’une entreprise internationale : Norsk Hydro, 1905-1945 », Entreprises et Histoire n° 8, Paris, ESKA, 1995.

LANDES (David), L’Europe technicienne ou le Prométhée libéré. Révolution technique et libre essor industriel en Europe occidentale de 1750 à nos jours, Paris, Gallimard, 1975 (trad. de l’anglais).

LÉON (Pierre) (dir.), Histoire économique et sociale du monde, Volumes 4-5-6 (1840 à nos jours), Paris, Colin, 1977 et 1978.

LÉVY-LEBOYER (Maurice) (dir.), Histoire de la France industrielle, Paris, Larousse, 1996.

LÉVY-LEBOYER (Maurice) (dir.), La position internationale de la France. Aspects économiques et financiers, XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 1977.

MARSEILLE (Jacques), Empire colonial et capitalisme français, Histoire d’un divorce, Paris, Albin Michel, 1984.

MARSEILLE (Jacques) (dir.), Les performances des entreprises françaises au XXe siècle, Paris, Le Monde-Éditions, 1995.

MICHALET (Charles-Albert), Les placements des épargnants français de 1815 à nos jours, Paris, 1968.

WORONOFF (Denis), Histoire de l’industrie en France, du XVIe siècle à nos jours, Paris, Le Seuil, 1994.

Notes

1 Cet article a initialement paru comme chapitre de l’ouvrage collectif dirigé par Hélène Fréchet et Frédéric Attal (dir.), Industrialisation et sociétés en Europe occidentale de 1880 à 1970, Paris, Éditions du Temps, 1997, pp. 82-104.

2 Voir sur ce point Jean Bouvier, Le Crédit Lyonnais de 1863 à 1882, op. cit., p. 97 sq., et Hubert Bonin, La banque et les banquiers en France du Moyen Âge à nos jours, Paris, Larousse, 1992, p. 47 sq., ainsi que du même auteur L’argent en France depuis 1880. Banquiers, financiers, épargnants dans la vie économique et politique, Paris, Masson, 1989.

3 Depuis le début du XVIIIe siècle, une législation non applicable à l’Écosse interdisait en Angleterre toute activité bancaire à des associations de plus de six personnes. La loi de 1826 y autorise la création de joint-stock banks sauf dans la capitale (jusqu’en 1833).

4 Un exemple régional est fourni dans : Robert Marconis, Midi-Pyrénées, XIXe-XXe siècles. Transports, Espace, Société, 2 vols., Toulouse, Milan, 1984.

5 Jean Bouvier, Le Crédit lyonnais de 1863 à 1882. Les années de formation d’une banque de dépôt, Paris, Éditions de l’E.H.E.S.S., 1999, et du même auteur « Les monnaies et les banques », in Pierre Léon (dir.), Histoire économique et sociale du monde. La Domination du capitalisme : 1840-1914, vol. 4, Paris, Armand Colin, 1978, p. 255 sq.

6 J. Bouvier, « Les monnaies et les banques », op. cit., p. 255 sq. et Youssef Cassis, « Banque et industrie en Grande-Bretagne et en Allemagne, 1870-1939 », in Entreprises et Histoire n° 2, 1992, pp. 7-18.

7 J. Bouvier, « Les monnaies et les banques », ibid, p. 270.

8 Ibid., pp. 270-271 et François Caron, « Facteurs et mécanismes de l’industrialisation » in P. Léon (dir.), op. cit., pp. 138-139. François Caron cite une étude allemande (W. Hoffmann) selon laquelle les diverses banques et assurances ont fourni en Allemagne 42 % de l’investissement industriel entre 1874 et 1893 et 61,5 % entre 1894 et 1913. Cela rejoint la thèse selon laquelle le rôle des intermédiaires financiers est d’autant plus important que le démarrage est plus tardif. Voir à ce sujet Alexander Gerschenkron, Economic Backwardness in Historical Perspective, Cambridge, Harvard University Press, 1962.

9 La problématique du dynamisme allemand et du retard britannique face à la seconde industrialisation donne lieu à une intéressante analyse dans : David Landes, L’Europe technicienne ou le Prométhée libéré. Révolution technique et libre essor industriel en Europe occidentale de 1750 à nos jours, Paris, Gallimard, 1975, p. 318 sq.

10 J. Bouvier, Le Crédit Lyonnais de 1863 à 1882, op. cit., pp. 186-188 et 191 sq.

11 Ibid., p. 849 sq.

12 Jean Bouvier, « L’extension des réseaux de circulation de la monnaie et de l’épargne. Système bancaire et marché de l’argent », in Fernand Braudel et Ernest Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, 1880-1950. Tome IV.1. La croissance industrielle, Paris, P.U.F., 1979, p. 177.

13 J. Bouvier, « Les monnaies et les banques », op. cit., p. 282.

14 Sur l’évolution de la stratégie de Paribas, voir Éric Bussière, « Entre la banque mixte et la banque d’affaires : La Banque de Paris et des Pays-Bas et sa stratégie industrielle, 1900-1930 », in Entreprises et Histoire n° 2, 1992, pp. 49-64. Sur la société Norsk Hydro, voir Bertrand de Lafargue, « Un exemple de partenariat industriel franco-allemand au sein d’une entreprise internationale : Norsk Hydro, 1905- 1945 », Entreprises et Histoire n° 8, 1995, pp. 51-61 et du même auteur sa thèse de doctorat inédite : Investissements extérieurs et concurrence franco-allemande. La Norvégienne de l’Azote, 1886-1920, Université de Lille III, 1986, 2 Vol.

15 Alain Plessis, « Le financement des entreprises » in Maurice Lévy-Leboyer (dir.), Histoire de la France industrielle, Paris, Larousse, 1996, p. 149 et J. Bouvier, « L’extension des réseaux de circulation de la monnaie et de l’épargne », op. cit., p. 161 sq.

16 J. Bouvier, « L’extension des réseaux de circulation de la monnaie et de l’épargne », ibid, p. 187.

17 Sur ce débat voir Bertrand de Lafargue, « Henri Germain (1824-1905) : Un banquier en politique », in Bernard Desjardins, Michel Lescure, Roger Nougaret, Alain Plessis et André Straus (eds.), Le Crédit Lyonnais, 1863-1986, Paris, Droz, 2003, pp. 33-60. Sur l’exportation des capitaux français en général, voir par exemple René Girault, « Place et rôle des échanges extérieurs » in F. Braudel et E. Labrousse (dir.), op. cit., T. IV.1, pp. 199-239 et du même auteur « Marchandises et capitaux : les marchés et les placements extérieurs (1919-1945) », in Fernand Braudel et Ernest Labrousse, Histoire économique et sociale de la France. Tome IV.2. Années 1880-1950. Le temps des Guerres mondiales et de la Grande Crise, Paris, P.U.F., 1980, pp. 729-767.

18 André Armengaud, « Du malthusianisme démographique au malthusianisme économique » in F. Braudel et E. Labrousse (dir.), op. cit., vol. IV.1, p. 26.

19 Voir l’analyse de cette question pour le cas des investissements français en Norvège dans B. de Lafargue, Investissements extérieurs et concurrence franco-allemande…, op. cit., p. 361 sq. Mais la vision de Jean Bouvier et d’Alain Plessis portant sur l’ensemble des investissements est plus nuancée.

20 Un intéressant parallèle est fait par André Siegfried entre la situation en Grande-Bretagne et en France : « La première a tondu le producteur pour payer le rentier et entretenir l’ouvrier : le rentier n’en a pas profité parce qu’on lui a repris en impôt le plus clair de son coupon ; mais on a distribué l’argent à l’ouvrier, sous forme de services sociaux, et cet argent s’en va en fumée. Cependant la France tondait le rentier pour commanditer la production, qui en a profité pour refaire son outillage. Ainsi, d’un côté on dissipe en consommation courante une épargne potentielle, qui fût allée éventuellement à la production ; de l’autre on subtilise, pour la transformer en capital productif, une épargne accumulée par les générations. C’est exactement le contraire ». André Siegfried, La crise britannique au XXe siècle, Paris, Armand Colin, 1931, 1975, p. 86.

21 A. Plessis, « Le financement des entreprises », op. cit., p. 151. Précisons qu’en francs constants de 1913, cette levée de capitaux des années 1926-1930 serait de 1 à 2 milliards par an.

22 Sur le banquier Horace Finaly, voir Éric Bussière, Horace Finaly, banquier, 1871-1945, Paris, Fayard, 1996.

23 É. Bussière, Paribas, l’Europe et le monde, 1872-1992, Amsterdam, Fonds Mercator, 1992, et B. de Lafargue, « Un exemple de partenariat industriel franco-allemand… », op. cit.

24 É. Bussière, Paribas, l’Europe et le monde, op. cit.

25 J. Bouvier, « Monnaie et banque d’un après-guerre à l’autre : 1919-1945 », in F. Braudel et E. Labrousse (dir.), Vol. IV.2, op. cit., p. 697.

26 D. Landes, L’Europe technicienne…, op. cit. et Henri Morsel, « La grande crise du monde capitaliste », in P. Léon (dir.), Histoire économique et sociale du monde. Vol. 5. Guerres et crises, 1914-1947, Paris, Armand Colin, 1978, p. 305 sq.

27 H. Bonin, La banque et les banquiers français, op. cit., p. 39.

28 François Caron et Jean Bouvier, « L’État et le capitalisme. Nouvelles structures, nouveaux problèmes, 1949-années 1970 », in Fernand Braudel et Ernest Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France. Tome IV.3. Années 1950-1980. Le second XXe siècle, Paris, P.U.F., pp. 1177 sq.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 Sur les investissements extérieurs voir note 17 (R. Girault), ainsi que Maurice Lévy-Leboyer (dir.), La position internationale de la France. Aspects économiques et financiers, XIXe-XXe siècles, Paris, Editions de l’EHESS, 1977 et Rondo Cameron, La France et le développement économique de l’Europe, 1800-1914, Paris, Le Seuil, 1971.

32 Voir note 17 (B. de Lafargue).

33 François Caron, « Facteurs et mécanismes de l’industrialisation », in P. Léon (dir.), op. cit., vol. 4, p. 139.

34 François Caron, « Dynamismes et freinages de la croissance industrielle », in F. Braudel et E. Labrousse (dir.), op. cit., T. IV-1, p. 270.

35 A. Plessis, « Le financement des entreprises », in M. Lévy-Leboyer (dir.), Histoire de la France industrielle, op. cit., p. 129.

36 Maurice Lévy-Leboyer, « La continuité française », in M. Lévy-Leboyer (dir.), Histoire de la France industrielle, ibid., p. 19.

37 Alfred Sauvy, La montée des jeunes, Paris, Calmann-Lévy, 1959, p. 29.

38 J. Bouvier, « Les monnaies et les banques », op. cit., p. 282.

39 Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français, Histoire d’un divorce, Paris, Albin Michel, 1984, p. 368.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search