Version classiqueVersion mobile

Banques, industrie et Europe du Nord

 | 
Jean-François Berdah

Bertrand de Lafargue : un « historien atypique »1

Jean-François Berdah

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier chaleureusement Véronique Rozes (de Lafargue) et sa famille pour l’en (...)
  • 2 François d’Almeida, Jean-Claude Attias, Nicole Bacharan, Élie Barnavi et alii (dir.), Pour (...)

1Voici maintenant trois ans sortait aux nouvelles éditions André Versaille un ouvrage intitulé Pourquoi et comment je suis devenu historien ? rassemblant une vingtaine d’ego-histoires d’historiens contemporanéistes invités à expliquer les raisons qui les avaient poussés à embrasser le métier d’historien. Curieusement, ils étaient assez nombreux, comme André Kaspi ou Pierre Milza, à répondre que cela résultait du hasard ou encore qu’ils étaient devenus historiens « par défaut », à l’image de Jean-Jacques Becker2.

2À bien des égards, on pourrait en dire de même de Bertrand de Lafargue dont la passion première n’allait pas à l’histoire, mais aux sciences politiques et à la philosophie, et qui sut finalement allier ces différentes disciplines, en dépit d’un itinéraire compliqué, pour construire un parcours scientifique en fait très cohérent et structuré. L’expression “itinéraire compliqué” n’est pas usurpée dans le cas de Bertrand de Lafargue, lui qui devait naître à Niort, ainsi que son frère, et qui voit le jour finalement à Libourne, le 6 octobre 1947, par la volonté d’une mère très attachée à ses parents et sans doute désireuse d’ancrer ses enfants dans le terroir familial du grand sud-ouest. Pourtant, ce n’est pas le sud-ouest qui le voit grandir. Très vite, c’est le retour à Niort, où son père travaillait lorsque ses parents se séparent en 1952. Âgé de six-sept ans à peine, c’est en fait une double séparation, puisque son frère, cadet de quatre ans, part vivre avec sa mère. Plusieurs années passent et c’est Lyon qui l’accueille en 1955 avec son père, mais des problèmes respiratoires l’amènent à quitter la capitale des Gaules provisoirement pour retrouver sa mère à Castelnau-Magnoac, petite commune rurale des Hautes-Pyrénées, où la famille avait coutume de se retrouver pendant les vacances. C’est dans ce cadre montagnard qu’il soigne ses poumons pendant plus d’un an avant de revenir à Lyon auprès de son père. Bertrand souffre visiblement d’être séparé de sa mère et de son frère, d’être loin du sud-ouest vert et ensoleillé qui lui manque tant, notamment lorsque les vacances finies il doit abandonner des êtres chers et les collines vallonnées de Gascogne pour rentrer à Lyon.

  • 3 Notes Personnelles (NP), Annexe B. Emploi de maître de conférences, 12 mars 1994.
  • 4 NP, Plan pour le projet d’habilitation, s/d.
  • 5 NP, Ébauche autobiographique, s/d.

3C’est là, dans la ville de Lyon, que Bertrand de Lafargue va mener ses études de collège puis de lycée, avant de changer à nouveau de résidence et de s’installer à Gonesse, dans la banlieue parisienne, où son père a été muté. En 1962, c’est Toulouse qui accueille le jeune homme de dix-sept ans où il passe son baccalauréat au lycée Bellevue. Ce premier diplôme est vécu comme une chance d’émancipation à saisir, puisqu’il lui permet de poursuivre des études supérieures et d’accéder à l’indépendance financière en devenant instituteur dès 1968 à l’âge de vingt-et-un ans (il est titularisé en 1971), puis professeur de collège en 1974 comme PEGC, et enfin Auxiliaire d’Enseignement en 1978. Ses deux passions premières, les sciences politiques et la philosophie, cèdent très vite le pas devant l’histoire, « par défaut » selon ses proches, même si sa passion pour cette discipline se manifeste très tôt. C’est donc en banlieue qu’il débute sa carrière d’enseignant et d’historien-géographe, tout en fréquentant l’université Paris X Nanterre où il obtient sa licence. Il se passionne alors pour l’Amérique latine, à laquelle il consacre son mémoire de maîtrise, sous la direction de Frédéric Mauro, qu’il soutient en 1974. Son sujet : La présence française en Uruguay au XIXe siècle3. Cet intérêt pour les grands espaces du Rio de Plata traduit très clairement sa « soif d’évasion » d’un quotidien gris et déprimant, celui de la banlieue parisienne, d’une ville – Sarcelles - qu’il perçoit comme une « ville-cube sans âme », une « cité-dortoir, peuplée de déracinés », de « gens venus d’ailleurs » qui incarnent consciemment ou non une « invitation au voyage »4. Il se passionne également pour la “première” Troisième république, fasciné par « une France qui évolue vers la démocratie et la puissance économique », par « une France présente partout » et les problématiques que cela sous-tend, notamment au niveau européen. Il découvre avec René Girault la problématique de l’impérialisme financier, devient familier du personnage Delcassé, et réalise que sa vocation de chercheur s’oriente « vers les questions de stratégie englobant les capitaux »5.

  • 6 Bertrand de Lafargue écrit sous forme d’ébauche à propos de cette période : « “Nanterre-La (...)
  • 7 NP, Curriculum Vitæ, s/d ; “Accord entre le gouvernement de la République française et le (...)

4Après une dizaine d’années consacrées à l’enseignement, à Sarcelles, Nanterre, puis Gennevilliers, la chance d’échapper à la banlieue parisienne6 s’offre enfin en 1979 sous la forme d’une bourse du gouvernement norvégien qui lui permet de s’installer à Oslo et de faire connaissance avec les archives publiques et privées, celles notamment de la société industrielle Norsk Hydro à laquelle il consacrera sa thèse de doctorat. La raison de ce changement tient à la rencontre fortuite à Paris avec Claude Nordmann, professeur d’histoire scandinave à l’université Lille III, qui parvient à le convaincre d’entreprendre une recherche en DEA consacrée aux Aspects de l’économie norvégienne aux XIXe et XXe siècles, recherche qui se conclut avec succès en 1978 et qui lui ouvre les portes de la Scandinavie. Au terme de cette année de bourse, il décide de rester en Norvège par passion de 1980-1981 où il a la chance de pouvoir enseigner la langue et la civilisation françaises, au Centre culturel français, tout en occupant le poste d’adjoint du conseiller culturel à l’ambassade de France d’Oslo. Bien sûr il faut apprivoiser une langue inconnue, s’adapter à un pays au climat rugueux, même sur la côte où le manque de lumière, une fois passé un été trop bref, se conjugue aux précipitations pluvieuses et neigeuses, mais il comprend très vite que le sentiment d’attachement qu’il ressent pour la Norvège et les Norvégiens est bien plus qu’une fascination ordinaire, celle qui étreint tout voyageur qui parcoure ce vaste pays sauvage et beau. Il en est définitivement convaincu au contact bienveillant des professeurs de l’université de Blindern, ceux du Romansk Institutt et du Historisk Institutt, en particulier Kåre Tønneson et John Peter Collett. C’est d’ailleurs l’un d’entre eux, Knut Kjelstadli qui met Bertrand sur la piste de la société Norsk Hydro et des investissements français au début du XXe siècle, période qui justement le fascine. Afin de mener à bien son nouveau projet, il s’installe durablement à Oslo, consolidant sa position professionnelle en devenant de 1981 à 1987 secrétaire général du Centre culturel français d’Oslo, tout en conservant parallèlement son poste de conseiller à l’ambassade de France. On imagine aisément la difficulté qui est alors la sienne à conjuguer activité professionnelle et recherche historique : ces fonctions éducatives et administratives très prenantes ne permettent pas d’écrire au rythme souhaité le mémoire de doctorat qui lui tient à cœur, ce d’autant moins qu’il doit préparer la visite officielle de François Mitterrand en Norvège et négocier le volet culturel de l’accord de Troll en 1986 qui prévoit « le transport par gazoduc de gaz du plateau continental norvégien et d’autres secteurs vers la France » et la mise en œuvre d’une coopération scientifique et culturelle7. Cela lui permet cependant de faire la connaissance d’importantes personnalités de la société norvégienne, tel que Francis Sejersted, historien, éditeur, futur membre de l’Académie des Lettres norvégienne (à partir de 1985) et futur président du comité Nobel (de 1991 à 1999).

  • 8 Bertrand de Lafargue, “Norvège” ; “Islande” (époque contemporaine), Encyclopœdia Universal (...)

5Peu à peu, Bertrand de Lafargue construit son objet de recherche. Il s’interroge sur la singularité du cas norvégien, il découvre véritablement l’historiographie norvégienne grâce à sa maîtrise croissante de la langue, il réfléchit aussi aux modèles d’analyse : Rostow a-t-il été « enterré trop vite » au bénéfice de Schumpeter ? La problématique s’affine, une première grille d’analyse est présentée à Claude Nordmann concernant la société Norsk Hydro, le rôle du Quai d’Orsay dans l’impérialisme économique français, les liens entrée milieux d’affaires et diplomates. Malheureusement, le décès prématuré de son directeur et la multiplication d’articles, dans l’Encyclopœdia Universalis entre autres, de 1984 à 1986, retardent l’achèvement de sa thèse de doctorat8. Par chance, Albert Broder, professeur à l’université Lille III et fin spécialiste d’histoire économique, notamment des investissements français à l’étranger, reprend la direction de thèse, à laquelle il était d’ailleurs déjà associé, et encourage Bertrand de Lafargue à poursuivre d’autres pistes, celles en particulier des archives économiques et financières de la banque Paribas à Paris.

  • 9 NP, Annexe B, op. cit., p. 4.

6La soutenance de sa thèse de doctorat, le 9 juin 1986, à l’université de Lille III, malgré les obligations professionnelles et les difficultés liées à l’apprentissage du norvégien - sans parler de l’anglais qu’il lui faut « réapprendre » - apparaît comme une belle récompense, même tardive ; ce d’autant plus que ses recherches sont saluées par tous les membres du jury, son directeur bien sûr, mais aussi les professeurs éminents que sont Maurice Lévy-Leboyer, François Caron, Philippe Levillain et Kåre Tønneson. Intitulée Investissements extérieurs et concurrence franco-allemande. La Norvégienne de l’Azote, 1886-1920, la thèse de Bertrand de Lafargue vient conclure une recherche entamée presque dix plus tôt, en 1977, et éclairer d’un œil nouveau « l’histoire d’une entreprise internationale à caractère stratégique dès avant 1914 (Norsk Hydro ou Société Norvégienne de l’Azote » à partir des « influences politiques internationales dans lesquelles cette entreprise stratégique est directement impliquée », révélant du même coup « les effets et l’influence de ces événements sur la politique intérieure des États, en Norvège […], mais aussi en France, compte tenu des implications financières, industrielles et diplomatiques de l’affaire »9.

  • 10 NP, Recrutement sur un emploi de maître de conférences, 16 février 1991.
  • 11 Bertrand de Lafargue avait publié, par exemple, dès 1974 un article consacré à la pédagogi (...)

7Fort de son expérience professionnelle, comme enseignant et administrateur de centre culturel à Oslo, et de son parcours scientifique, salué par une mention très honorable à l’unanimité, Bertrand de Lafargue pense alors sérieusement à intégrer le corps des enseignants-chercheurs et rentre en France en 1987. Sa candidature, l’année suivante, s’avère cependant décevante, à l’exception de l’université de Provence qui l’auditionne au mois de mars 1988 et le classe second10. Il fait alors l’expérience de tous les brillants chercheurs qui, privés d’agrégation, voire de CAPES, se voient refuser l’accès au poste de maître de conférences, en dépit d’un savoir-faire pédagogique indéniable et de plusieurs publications à son actif11. Rappelons pour mémoire qu’il donna au Centre culturel français d’Oslo entre 1980 et 1987 un nombre considérable de conférences d’histoire et de civilisation françaises au ministère norvégien des Affaires étrangères et à l’Institut norvégien du Journalisme (en collaboration avec l’IEP et la CCI de Paris).

  • 12 NP, Recrutement sur un emploi de maître de conférences, op. cit.

8Le désenchantement associé à des bouleversements dans sa vie privée entraîne un changement de cap brutal de sa trajectoire personnelle. L’invitation au voyage, l’appel du large déjà ressenti en 1979 et aussi la pression des attaches familiales l’amènent à traverser l’Atlantique pour s’établir en Virginie, aux États-Unis, dont son épouse est originaire. Mais les universités américaines ne se montrent guère plus accueillantes que les universités françaises : la non-reconnaissance des diplômes étrangers ne lui permet pas de tenter sa chance à armes égales. Il se fait engager néanmoins aux départements des langues romanes et des sciences économiques de l’université George Washington en 1988, puis au département d’histoire de l’université de Richmond quelques mois plus tard, où il enseigne notamment l’histoire diplomatique de l’Europe de 1815 aux années 1980. Cette existence mouvementée et plutôt précaire finit par décider Bertrand de Lafargue à jouer de ses contacts dans les milieux diplomatiques et à accepter la direction de l’Alliance Française de San Francisco, au prix d’une nouvelle séparation, cette fois-ci volontaire. Durant deux ans, de 1988 à 1990, il prend en charge cette lourde institution culturelle, organisant cours de langue et cours de civilisation, gérant restaurant et orchestre, programmant des conférences, dont celle d’Henri Mitterrand, professeur des universités Paris IV et Columbia, en novembre 1989, consacrée au thème “Histoire, politique et littérature”12.

  • 13 Bertrand de Lafargue, “Islande : Portrait de Mme Vigdis Finnbogadottir”, Encyclopœdia Univ (...)
  • 14 Ibid.

9De son propre aveu, Bertrand de Lafargue se consacre alors « essentiellement à l’enseignement et à [ses] fonctions administratives de direction », et ne publie que très peu : un bilan de sa thèse pour l’université d’Oslo et la banque Paribas — French Investments in Norway, 1886-1914 — et une communication à la Society for French Historical Studies des États-Unis — French Investments as a Diplomatic Weapon, 1890’s to WWI. Il oublie alors de mentionner qu’il publie de nouveaux articles dans l’Encyclopœdia Universalis consacrés à la présidente de la république islandaise en exercice, Mme Vigdis Finnbogadottir, à la social-démocratie scandinave et à l’ancien leader travailliste norvégien Einar Gerhardsen13. Malgré tout, il comprend alors qu’il doit rentrer en France, que son avenir et son équilibre sont liés à la poursuite de son travail d’historien. Il écrit en février 1991 : « J’ai pris la décision au mois de juin 1990 de mettre fin à mon détachement à l’étranger pour pouvoir continuer mes recherches que la lourdeur de mes tâches administratives à San Francisco et l’éloignement rendaient pratiquement impossibles. »14

  • 15 NP, Annexe B, op. cit., p. 5.

10Une fois encore, c’est vers Albert Broder que Bertrand de Lafargue se tourne pour trouver conseil, encouragement et émulation intellectuelle. La logique le conduit d’abord à « prolonger l’étude de l’engagement français dans la Société de l’Azote jusqu’en 1950 », autrement dit à développer le travail de thèse d’un point de vue chronologique pour intégrer la période capitale de l’entre-deux-guerres en mettant à profit la très considérable documentation collectée en Norvège, et même à envisager « les conditions de la nationalisation de la société par le gouvernement norvégien après la Libération. » Cependant, le rôle de la banque française et de ses grands responsables apparaît primordial pour comprendre les mécanismes complexes — financiers, mais aussi politiques — des investissements français à l’étranger. Très vite une personnalité s’impose, celle d’Henri Germain, grand banquier de la Troisième république et personnage très influent dont la vie se confond presque avec la banque qu’il dirigea, le Crédit Lyonnais, et que notre historien a découvert au cours de sa thèse et dans l’œuvre de Jean Bouvier. Bertrand de Lafargue se lance alors dans de passionnantes et dévorantes recherches dans le cadre de l’habilitation, cherchant à répondre à plusieurs questions essentielles : « Henri Germain est-il un personnage de banquier typique ou atypique ? […] Quels parallèles établir entre les banquiers français de cette génération et les banquiers étrangers également rencontrés dans ma thèse : britanniques et allemands, mais aussi danois et suédois ? »15

11Comme il faut bien vivre, Bertrand de Lafargue reprend l’enseignement, cette fois au lycée Condorcet de Montreuil où il exerce jusqu’en 1994, avant d’intégrer simultanément le collège Sainte-Barbe de Paris où il est en charge des classes préparatoires HEC. Parallèlement, il a la “chance” de faire ses premiers pas à l’université comme chargé de cours à l’université Paris XII de 1991 à 1994, où il retrouve son directeur, Albert Broder, et à l’université Paris XIII en 1993-1994 où il prépare les étudiants à la méthodologie historique et au concours du CAPES. Mais cela ne suffit visiblement pas à satisfaire son appétit de travail puisqu’il accepte d’être conseiller pour jeunes professeurs stagiaires dans le cadre de l’IUFM de Créteil. On retrouvera plus tard ce trait de sa personnalité, son engagement pédagogique, une de ses grandes qualités, mais aussi une de ses faiblesses dans l’avancement de ses recherches. Assagi, rassuré par la présence de la nouvelle compagne qu’il rencontre à Paris, Bertrand de Lafargue referme définitivement la parenthèse américaine pour entame une nouvelle étape de sa vie pleine de promesses.

12En 1994, le sort se montre enfin clément : la commission de spécialistes de l’université Toulouse II-Le Mirail reconnaît ses mérites et un parcours atypique, très éloigné du profil classique de l’enseignant-chercheur. Pour Bertrand de Lafargue, l’installation à Toulouse est un double bonheur car outre l’adoption par ses pairs dans la carrière universitaire, il renoue avec le sud-ouest de son enfance, ce sud-ouest qui lui a tant manqué en banlieue parisienne et aussi en Norvège quand la neige et la pluie glacée faisaient regretter la douceur des hivers gascons. L’ambiance cordiale du département d’histoire et l’amitié de ses nouveaux collègues, parmi lesquels Rémy Pech et Rémy Cazals, ainsi que l’enseignement des matières pour lesquelles il a été élu, l’histoire des relations internationales et l’histoire économique, lui permettent enfin d’accéder à une certaine douceur de vivre. Néanmoins, il ne compte pas se limiter aux grandes questions d’ordre général et, au contraire, mettre à profit son expérience norvégienne de huit années et son statut d’unique historien français spécialiste de la Norvège contemporaine. Mais avant cela, il faut convaincre des collègues réticents, pour ne pas dire ironiques, qui s’interrogent sur la pertinence de développer l’histoire des pays nordiques à Toulouse, ville méridionale par excellence. L’Espagne, bien sûr ! L’Italie, sans doute ! Mais la Norvège ! Pourtant Bertrand de Lafargue ne se décourage pas et finit même par convaincre plusieurs de ses collègues de la pertinence d’une telle idée. Il est vrai que l’élargissement de l’Union européenne, avec le Danemark en 1973, la Suède et la Finlande en 1995, amène précisément à s’interroger sur cette « autre Europe » si mal connue qu’est l’Europe nordique. Rémy Pech, titulaire d’une Chaire Jean Monnet depuis 1991, est le premier à le soutenir dans son projet de développer les échanges Erasmus/Socrates et d’intégrer la Scandinavie dans l’enseignement de licence, puis de maîtrise.

13Pour autant, Bertrand de Lafargue n’en oublie pas les obligations « régionales » qui sont les siennes. La plupart des étudiants envisagent alors — et encore aujourd’hui — la maîtrise, puis le master dans une perspective locale et il faut bien offrir des sujets de réflexion, puis de recherche correspondants. Ce sera l’origine d’un intérêt croissant pour le développement des banques et du chemin de fer dans le Sud-Ouest, pour les Chambres de Commerce et d’Industrie, dans la foulée des travaux de Robert Marconis, avec lequel il collabore, mais aussi l’hydro-électricité, l’industrie aérienne et spatiale (l’Aérospatiale, le CNES), avec l’appui de Jean-Pierre Amalric.

  • 16 Hormis les cours de civilisation scandinave dispensés dans différentes universités (Nancy, (...)

14Après deux ans d’activité soutenue à l’université de Toulouse, le combat de Bertrand de Lafargue en faveur de la coopération nordique passe un nouveau cap avec la création du G.E.R.S. ou Groupe d’Études et de Recherches Scandinaves, équipe de recherche informelle abritée par le laboratoire DIASPORAS (UMR 5057) qui regroupe une grand part des contemporanéistes toulousains. On ne peut s’empêcher ici de souligner la référence sous-jacente du G.E.R.S., le clin d’œil fait au département gascon que Bertrand et surtout sa compagne connaissent si bien. Autour de lui une petite équipe se constitue, des “non-spécialistes” pour la plupart, mais qui ne demandent qu’à s’ouvrir aux grands espaces du Nord. Ils sont rejoints bientôt par les premiers étudiants de son séminaire de maîtrise intitulé Économie et société en Europe aux XIXe et XXe siècles qui bénéficie très vite d’une subvention européenne (Cours permanent Jean Monnet) et permet les premières mobilités en direction de la Norvège, où ses amis et collègues, Kåre Tønneson, puis John Peter Collett, animent le Toulouse Gruppen, fruit de la coopération bilatérale. Sans moyens réels, mais avec une énergie communicative, Bertrand de Lafargue organise des conférences et des séminaires en histoire, parfois aussi pluridisciplinaires, sur la Scandinavie, et multiplie les échanges avec Stockholm et Helsinki. Le succès rencontré auprès des étudiants — une quinzaine de maîtrises seront soutenues en quatre ayant pour thème la Scandinavie — et l’estime acquise auprès de ses collègues, gagnés par son enthousiasme, permettent ainsi en l’espace de quelques années de donner corps à Toulouse à une ambition légitime, celle d’offrir un cadre stable aux études historiques sur la Scandinavie et l’Europe nordique qui ne relève pas des langues ou de la civilisation. Force est de constater qu’il s’agit alors et encore aujourd’hui d’un domaine très marginal de la connaissance historique et que les centres de recherche consacrés au monde nordique sont bien peu nombreux16.

  • 17 Ce colloque a été publié après la disparition de Bertrand de Lafargue : M. Bertrand, P. Ca (...)

15Le G.E.R.S. n’est certes pas encore une équipe reconnue du point de vue institutionnel, mais il permet en association avec l’équipe du M.I.R.E.H.C. (Mémoires, Identités, Représentations. Histoire comparative de l’Europe), créée par Pierre Laborie au sein de FRAMESPA, puis le laboratoire DIAPORAS, auquel il se rattache en 2000, de faire connaître le monde scandinave et les problématiques qu’il sous-tend dans le cadre de séminaires communs de maîtrise et de DEA, par exemple les raisons du refus norvégien d’intégrer l’Union européenne ou le rejet de la greffe totalitaire dans la Norvège de Quisling. Et puisque Bertrand de Lafargue est gascon, tout comme Lagardère, il lui emprunte sa célèbre devise en l’inversant pour faire venir à Toulouse les meilleurs spécialistes de l’histoire nordique, et prend même le pari d’organiser conjointement à l’université d’Oslo des colloques franco-norvégiens biannuels, dont le premier en 1999 connaît un vrai succès. Consacré à La construction de l’État-nation. France, Espagne, Pays nordiques (XIXe-première moitié du XXe siècle), il a l’immense mérite de réunir dans une perspective comparative des historiens scandinaves aussi estimés que John Peter Collett, Matti Klinge, Uffe Østergård, Oyvind Osterud, Gudmund Sandvik, Anne-Lise Seip, Sven Tägil, ainsi que des spécialistes espagnols et français, dont Patrick Cabanel, Jordi Casassas, Fernando Miquelarena, Rémy Pech et Borja de Riquer17.

16Si le G.E.R.S. n’obtient pas de “label” officiel, qu’à cela ne tienne, le Pôle Européen Jean Monnet qui voit le jour à l’initiative de Bertrand de Lafargue en 2000, avec le soutien de Rémy Pech, Alain Ducellier, Jean-François Berdah, Chantal Bordes-Benayoun et du président en exercice de l’université du Mirail, Romain Gaignard, sera un cadre efficace pour le développement des études nordiques. Il faut certes composer avec les deux autres axes géographiques retenus — la péninsule Ibérique et l’Europe centre-européenne et balkanique —, mais les problématiques communes, celles des relations centre-périphérie et des « Frontières et contacts », et la perspective d’élargir les partenariats scientifiques aux Pays baltes et à la Russie permettent d’envisager l’avenir avec optimisme. Naturellement appelé à diriger le Pôle Européen, Bertrand de Lafargue fait le choix au contraire de s’effacer au bénéfice d’Alain Ducellier, figure incontestée de l’histoire byzantine, pour ne conserver qu’un “poste technique”, celui de secrétaire-général, auquel il apporte cependant tout le savoir-faire et la compétence acquis à Oslo et San Francisco. S’il justifie cette décision par un souci d’efficacité et de lisibilité extérieure pour le Pôle, il convient de dire aussi que c’était là le signe manifeste d’un excès de modestie et qu’il aurait fait à l’évidence un excellent directeur s’il avait accepté d’être le principal artisan de son projet.

17L’organisation l’année suivante, à Oslo, d’un second colloque franco-norvégien, consacré au thème Industrialisation et sociétés (XIXe-XXe siècle), permet de démontrer de façon très tangible l’importance croissante de la relation nordique, avec la participation de quatre historiens toulousains. Malheureusement, Bertrand de Lafargue, l’inspirateur de cette coopération, n’est pas du voyage, en raison d’une maladie qui le handicape depuis plusieurs mois et le contraint de mettre un terme provisoire à son activité scientifique. Durant cette dernière période, qui se conclut par son départ prématuré, en 2002, Bertrand de Lafargue continue d’être très actif. Il maintient ses enseignements avec vaillance, prodigue conseils et encouragements, comme il l’a toujours fait, à des étudiants qui savent pouvoir le trouver à tout moment à son bureau du département d’histoire dont la porte est toujours ouverte. À cet égard, parler à son sujet de militantisme enseignant n’est pas exagéré, car il s’est investi depuis toujours avec acharnement dans la préparation de ses cours afin d’offrir le meilleur de lui-même. Il en va de même des dizaines d’étudiants de maîtrise et de DEA qu’il a suivis avec constance et dévouement, en particulier la vingtaine de “pionniers” envoyés en Europe du Nord et notamment en Norvège, au point de susciter des vocations durables à l’exemple d’Aladin Larguèche, qui achève aujourd’hui une thèse de doctorat sur les élites norvégiennes au XIXe siècle.

  • 18 Bertrand de Lafargue, “La Norvège et la France au tournant du XXe siècle”, in Éric Eydoux (...)

18Bertrand de Lafargue avait des projets plein la tête qui n’ont pas pu aboutir. En premier lieu, sa thèse d’habilitation consacrée à Henri Germain et au Crédit Lyonnais dont quelques bribes seulement ont été publiées sous forme d’articles. Et puis aussi une Histoire de la Norvège contemporaine (1814-1988) qui aurait dû voir le jour en 2005 pour le centenaire de l’indépendance norvégienne. Son amour de la Norvège se manifeste encore une dernière fois dans le très beau volume Passions boréales. Regards français sur la Norvège, dans lequel il signe un bel article consacré à La Norvège et la France au tournant du XXe siècle18. Il préparait aussi d’autres colloques qui n’aboutirent pas ou sous une forme différente, comme le beau projet sur les mers (Nord, Baltique, Méditerranée) qui devait marquer le retour à Toulouse en 2003 du rendez-vous biannuel franco-norvégien. Il espérait aussi et surtout participer aux commémorations prévues à Oslo deux ans plus tard, commémorations qui auraient couronné à coup sûr toute une carrière scientifique dédiée à la Norvège et à l’Europe nordique en général.

19Après une rémission de quelques mois, qui lui permet de travailler avec ses amis et collègues à la préparation d’un colloque international sous l’égide du Pôle Européen Jean Monnet, Bertrand de Lafargue décède brusquement en 2002 sans avoir pu accomplir les buts qu’ils s’étaient fixés. Toutefois, et c’est là la force de cet historien passionné, Bertrand de Lafargue a su transmettre le virus des grands espaces nordiques à plusieurs de ses collègues et impulsé à titre posthume des projets qui lui doivent tout. Si Jean-Marc Olivier a franchi l’espace qui le séparait de la Scandinavie pour plonger dans les archives Bernadotte de Stockholm, lui qui est originaire du Jura ; si Jean-François Berdah a élargi son horizon à l’Europe des marges, qui pour une large part traverse le continent de l’Islande à l’Estonie, lui dont le tropisme naturel portait à étudier l’histoire d’Espagne ; si tout deux, rejoints par Maurice Carrez, le seul spécialiste de la Finlande contemporaine, ont fondé in memoriam la Revue d’Histoire Nordique, avec le soutien d’innombrables spécialistes des pays nordiques et baltes, c’est uniquement grâce à l’empreinte indélébile que Bertrand de Lafargue a su imprimer en eux.

20Historien « atypique » à coup sûr, Bertrand de Lafargue ne nous a pas livré une œuvre considérable, hormis sa thèse inédite, l’édition posthume du colloque de 1999 et une vingtaine d’articles, en raison d’une vie professionnelle aux étapes changeantes et d’un engagement opiniâtre au service de l’enseignement avec lequel il ne transigeait pas. Entier de caractère, il lui arrivait d’ailleurs de se fâcher, mais l’amitié finissait toujours par reprendre le dessus pour peu l’on acceptât son irritation parfois impétueuse comme la manifestation d’un esprit exigeant et sans concession. Ce n’est pas le moindre des paradoxes pour cet historien que d’avoir laissé une marque aussi tenace à Toulouse comme à Oslo, et d’avoir insufflé à la coopération nordique une énergie que l’on ressent toujours aujourd’hui si l’on en juge par les échanges nombreux avec les grandes villes scandinaves, la multiplication des recherches historiques dédiées à l’Europe nordique et la tenue régulière de manifestations scientifiques, à l’image du récent colloque Bernadotte organisé en 2007 intégralement publié en deux volumes par la Revue d’Histoire Nordique. Ainsi, en définitive, Bertrand de Lafargue est-il toujours bien vivant au travers des entreprises qu’il a inspirées et qui en quelque sorte le perpétuent.

Notes

1 Je tiens à remercier chaleureusement Véronique Rozes (de Lafargue) et sa famille pour l’entretien qu’ils m’ont accordé et pour avoir mis à ma disposition les archives personnelles de Bertrand de Lafargue, sans lesquelles il m’aurait été très difficile, pour ne pas dire impossible, de retracer l’itinéraire singulier de l’historien.

2 François d’Almeida, Jean-Claude Attias, Nicole Bacharan, Élie Barnavi et alii (dir.), Pourquoi et comment je suis devenu historien, Paris, André Versaille Éditeur, 2008, http://www.andreversailleediteur.com/?livreid=725.

3 Notes Personnelles (NP), Annexe B. Emploi de maître de conférences, 12 mars 1994.

4 NP, Plan pour le projet d’habilitation, s/d.

5 NP, Ébauche autobiographique, s/d.

6 Bertrand de Lafargue écrit sous forme d’ébauche à propos de cette période : « “Nanterre-La Folie”, station la bien nommée. Entre les bidonvilles, raz de boue et la plus hideuse barre de HLM jamais conçue, notre fac. Les TD de géo dans les tranchées du RER. Le mouvement du 22 mars [1968] ». NP, Ébauche autobiographique, ibid.

7 NP, Curriculum Vitæ, s/d ; “Accord entre le gouvernement de la République française et le gouvernement du royaume de Norvège de coopération économique, industrielle, technologique, scientifique et culturelle”, Journal Officiel, 22 avril 1988, pp. 5340ff.

8 Bertrand de Lafargue, “Norvège” ; “Islande” (époque contemporaine), Encyclopœdia Universalis, rééditions 1984, 1990 ; “L’action des sociétés pétrolières françaises en mer du Nord”, Encyclopœdia Universalis, 1985 ; “Norvège : l’ouverture vers l’Europe”, Encyclopœdia Universalis, 1986.

9 NP, Annexe B, op. cit., p. 4.

10 NP, Recrutement sur un emploi de maître de conférences, 16 février 1991.

11 Bertrand de Lafargue avait publié, par exemple, dès 1974 un article consacré à la pédagogie dans la revue Les Cahiers de l’enfance (INRP) intitulé : “Une nouvelle manière d’enseigner : l’histoire dans l’enseignement secondaire”. Bertrand de Lafargue était alors en voie de titularisation dans le corps des certifiés et avait commencé de préparer l’agrégation interne.

12 NP, Recrutement sur un emploi de maître de conférences, op. cit.

13 Bertrand de Lafargue, “Islande : Portrait de Mme Vigdis Finnbogadottir”, Encyclopœdia Universalis, 1987 ; “La social-démocratie scandinave, 1887-1987” ; “Einar Gerhardsen, 1897-1987”, Encyclopædia Universalis, 1988.

14 Ibid.

15 NP, Annexe B, op. cit., p. 5.

16 Hormis les cours de civilisation scandinave dispensés dans différentes universités (Nancy, Paris, Caen…) ou l’inclusion d’une dimension scandinave dans des cursus historiques spécialisés, comme à l’I.R.I.C.E. (Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe) de l’université Paris IV, le seul centre historique véritable était le C.I.R.E.N. (Centre Interdisciplinaire de Recherches sur l’Europe du Nord), fondé par Jean-Jacques Fol dans les années 1970 à l’université Paris VII.

17 Ce colloque a été publié après la disparition de Bertrand de Lafargue : M. Bertrand, P. Cabanel et B. de Lafargue (eds.), La fabrique des nations. Figures de l’État-nation dans l’Europe du XIXe siècle, Paris, Les Éditions de Paris-Max Chaleil, 2003, 399 p.

18 Bertrand de Lafargue, “La Norvège et la France au tournant du XXe siècle”, in Éric Eydoux (dir.), Passions boréales. Regards français sur la Norvège, Presses Universitaires de Caen, 2000, pp. 194-203.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search