Version classiqueVersion mobile

Banques, industrie et Europe du Nord

 | 
Jean-François Berdah

Avant-propos

Rémy Pech

Texte intégral

11994 : J’étais à la fois heureux et un peu inquiet après le recrutement de Bertrand de Lafargue par notre commission de spécialistes d’Histoire. Heureux, car je venais de bénéficier quelques années auparavant de l’une des trois Chaires Jean Monnet d’histoire européenne créées en France par la Commission de Bruxelles afin de favoriser les enseignements et les recherches en la matière, et j’avais besoin de renforts. Notre université, tournée de longue date vers les études ibériques était certes pleinement engagée dans des problématiques comparatives englobant l’Europe méditerranéenne. Elle disposait aussi, dans ses secteurs linguistiques et littéraires, de très bons spécialistes des mondes anglo-saxons et germaniques, mais elle était fort démunie pour les terres nordiques et orientales qui participent pourtant si évidemment du destin de l’Europe. Mais tout de même inquiet, car le profil de Bertrand, collègue déjà chevronné par ses brillantes recherches d’histoire économique et son long séjour dans les services culturels de l’ambassade de France à Oslo, ne me paraissait pas garantir a priori l’engagement enseignant dont nous avions un besoin urgent, à cette époque d’effectifs étudiants pléthoriques.

2Je puis attester aujourd’hui que mon bonheur fut amplifié, et mes inquiétudes dissipées. Tout ceci immédiatement. En même temps qu’il activait ses réseaux pour diversifier vers les pays nordiques nos accords de coopération et nos échanges d’enseignants et d’étudiants, Bertrand s’insérait dans les équipes enseignantes du Mirail, avec un enthousiasme pédagogique communicatif, dont je pus juger directement au cours de tâches communes, partagées des années durant auprès des étudiants de licence et de préparation aux concours.

3Bertrand de Lafargue se réalisa pleinement dans l’animation de la recherche, dépassant largement ses domaines de prédilection pour lancer sans relâche de nouveaux projets, en dépit de la maladie qui devait si prématurément nous le ravir, il y a dix ans.

4D’une grande efficacité dans la constitution des dossiers, il obtenait en 2000 la création d’un Pôle Jean Monnet orienté vers les pays nordiques et l’Est européen, ce qui n’avait rien d’évident. Comme de nombreux collègues qu’il introduisit généreusement à Oslo, j’ai pu, au cours de plusieurs missions, mesurer la force de son action et de son rayonnement en Norvège. Il fut à l’origine de plusieurs colloques, tous publiés, marqués au sceau de la pluridisciplinarité et de l’ouverture méthodologique, ouvrant de nouveaux chantiers avec nos collègues spécialistes des religions, des guerres, des nationalismes. Militant d’une recherche sans frontières, il a ainsi fixé les jalons qui ont permis la naissance dans notre université de la Revue d’Histoire Nordique, qui y prospère depuis. Il aurait été comblé de voir que les jeunes chercheurs qu’il avait adoubés font aujourd’hui germer le grain alors semé.

5Son perpétuel sourire et son humour caustique nous manqueront toujours, mais à travers les structures qu’il a forgées, à travers les travaux qui les nourrissent année après année, il reste étrangement présent parmi nous.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/31748/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search