Version classiqueVersion mobile

Vivre et mourir en temps de guerre de la préhistoire à nos jours

 | 
Patrice Foissac

Enjeux et rivalités stratégiques au Moyen Âge

Vivre avec lʼennemi. Les communautés quercinoises face aux compagnies anglo-gasconnes (1355-1390)

Nicolas Savy

Texte intégral

  • 1 Dans ce texte, nous employons indifféremment « Anglo-Gascon » et « Anglais » pour désigner (...)
  • 2 Nicolas Savy, La défense des villes et des bourgs du Haut-Quercy pendant la guerre de Cent (...)

1En Quercy, la guerre de Cent Ans mit durant plusieurs décennies les communautés locales aux prises avec des compagnies anglo-gasconnes1 qui sʼinstallèrent ici et là dans le pays. Ces bandes de mercenaires, bien organisées, étaient sous les ordres de capitaines éprouvés parmi lesquels on trouvait des cadets ou des bâtards de familles nobles tout comme des hommes sortis du rang. Elles étaient autonomes mais, en ce qui concerne le Quercy, se réclamaient généralement du roi dʼAngleterre, ce qui arrangeait les deux parties : les compagnies pouvaient ravager, piller et rançonner avec une liberté quasi-totale mais sous couvert de lʼautorité légale du souverain anglais, tandis que ce dernier comptait sur leurs agissements sur le territoire français pour affaiblir son adversaire, le roi de France. Pour ces bandes, cela nʼimposait quʼune seule restriction : ne pas agir contre les intérêts du Plantagenêt2.

2La guerre, qui débuta en 1337, nʼarriva dans la province que huit ans plus tard, suite à lʼexpédition que le comte de Derby mena de Bordeaux à Bergerac, mais il fallut encore attendre plusieurs années avant que les compagnies anglo-gasconnes ne sʼy implantent vraiment solidement. À partir de là, et exceptée la période de Brétigny, elles furent omniprésentes : jusquʼen 1390, il ne se passa pas une seule année sans quʼelles nʼattaquent plusieurs châteaux ou bourgs.

3Les élites consulaires sʼaperçurent rapidement que leurs moyens militaires et ceux que le roi laissait dans la province étaient largement insuffisants pour contrer les bandes ennemies en rase campagne, qui de ce fait restaient maîtresses des arrière-pays. Les consuls gourdonnais furent parmi les premiers à négocier avec ces envahisseurs, en acceptant en août 1353 de signer une suspension dʼarmes avec la compagnie qui occupait Nadaillac ; les négociations avec les détachements ennemis se succédèrent ensuite, essentiellement après 1355 : Martel commença par exemple à traiter au printemps 1356, tandis que Cajarc le fit durant lʼété suivant. Les accords passés permettaient aux citadins de reprendre leurs activités sur un territoire défini, mais lʼétat de guerre subsistait malgré tout, bien que singulièrement atténué : dʼune part seule la zone concernée par le traité était temporairement préservée alors que des combats pouvaient se produire dans le voisinage, tandis que les routiers essayaient régulièrement de pousser leur avantage en pillant un faubourg mal défendu ou en prenant en otages des individus théoriquement protégés, tout ceci malgré les accords signés. Conscientes du danger, les communautés urbaines gardaient fermement leurs fortifications et prenaient toutes les mesures nécessaires pour empêcher leurs villes dʼêtre prises.

4Les traités, nommés patis ou suffertas suivant leur nature et les obligations quʼils comprenaient, étaient de durées limitées et, sitôt arrivés à leurs termes, les combats reprenaient jusquʼà ce que de nouveaux accords soient négociés. Par ailleurs, ils nʼempêchaient pas les parties contractantes de combattre les personnes non-concernées par leurs conventions. Cette possibilité était très réduite pour les villes, car toutes les compagnies dʼun même secteur sʼentendaient et chacune dʼentre elles était impliquée dans les traités négociés par les autres, ce qui de fait les rendaient parties prenantes de tous les accords signés ; dʼautre part, lʼarrière-pays dʼune même ville était généralement divisé en plusieurs zones dʼinfluences correspondant à autant de garnisons anglaises, ce qui obligeait ces dernières à collaborer entre elles. Celles-ci pouvaient en revanche attaquer sans vergogne les autres villes ou bourgs non contractants car, jusquʼassez tard dans le conflit, il fut assez peu fréquent de voir les communautés sʼentendre pour négocier en commun face aux ennemis. Dʼautre part, les consulats nʼavaient pas vraiment les moyens de prendre des mesures de rétorsion face aux entorses aux traités commises par les Anglo-Gascons.

  • 3 Ibid., t. 1, p. 149-150.

5Cette situation exista jusque durant les années 1390, lorsque les rois Charles VI de France et Richard II dʼAngleterre, unis par un même désir de paix, réussirent à ralentir considérablement lʼactivité des compagnies. Une telle durée permet dʼautant mieux lʼétude des relations qui se nouèrent entre les communautés locales et les envahisseurs que ces derniers se fixèrent parfois longtemps et de façon ininterrompue sur certains points : seize ans au moins à Belcastel, onze ans au moins à Montvalent, neuf ans à Cazals, quatre ans à Autoire, trois ans à Salviac, deux ans à Figeac et à Fons, etc3 ; dʼautre part, entre prises, reprises et rachats, nombreuses furent les localités à subir plusieurs phases dʼoccupation ennemie : Fons fut occupé en 1356-57, puis en 1369-70 et enfin en 1377-79, tandis que Cazals le fut en 1355, 1370-73 et 1381-90, pour ne citer que ces deux exemples.

6Sur un temps aussi long, lʼétablissement des traités et les besoins divers des Anglo-Gascons amenèrent naturellement lʼétablissement de relations institutionnelles et privées très particulières car, dʼun côté comme de lʼautre, on nʼoublia jamais que lʼon était en état de guerre.

Les relations institutionnelles

7À partir du milieu des années 1350, lʼétablissement des traités fut en quelque sorte normalisé et se déroula dʼune façon à peu près identique dans lʼensemble de la province et ce jusquʼà la fin de la période considérée : après avoir opéré quelques ravages dans les environs dʼune ville ou dʼun bourg, et éventuellement sʼêtre emparé dʼun point fort, le capitaine anglo-gascon envoyait un émissaire à la communauté concernée pour lui faire part de son intention de traiter ; celle-ci lui députait alors des négociateurs chargés de discuter dʼun premier traité, la sufferta, qui nʼétait quʼun simple armistice de quelques jours – une semaine souvent – destiné à permettre les négociations du véritable traité, le pati, dont la durée pouvait sʼétaler de quatre mois à un an. En règle générale, les Anglo-Gascons consentaient, suivant des modalités diverses, à laisser la ville ou le bourg et son territoire en paix contre un paiement en nature – généralement sous la forme de vivres – et en argent.

  • 4 Ibid., CC 15, registre I, f° 43 r° et Arch. mun. Gourdon, BB 5, f° 30 r°, par exemple. (No (...)
  • 5 Arch. mun. Cajarc, CC 15, registre I, f° 45 r°.
  • 6 Ibid., CC 12, registre III, ff° 102 r° et 105 r°.

8Les séances de négociations des traités étaient des moments de rencontre privilégiés entre les élites consulaires et leurs ennemis, car si elles ne se déroulaient généralement que par tranches dʼune journée, il arrivait fréquemment quʼelles sʼétalent sur deux4 à six jours5 en continu et que les députés consulaires soient alors hébergés par la garnison anglaise. Rien ne nous renseigne sur lʼambiance dans laquelle se passaient les pourparlers, mais il semble que malgré les entorses assez fréquentes faites aux traités, les combats et les embuscades qui reprenaient entre chacun dʼeux, les relations restaient nuancées et nʼétaient pas empreintes de haine, au moins en ce qui concerne les dirigeants, quʼil sʼagisse des élites consulaires ou des chefs anglais : lorsque les routiers de Balaguier firent prisonniers deux bourgeois de Cajarc en 1376, ceux-ci furent certainement suffisamment nourris par leur geôliers car non seulement ils les remercièrent de cette courtoisie une fois leur détention terminée, mais de plus, quelques temps après, trois émissaires de la compagnie furent invités à déjeuner à Cajarc pour la même raison6.

  • 7 Ibid., CC 8, f° 164 v°.
  • 8 Arch. mun. Capdenac, EE 2.
  • 9 Arch. mun. Gourdon, BB 5.
  • 10 Arch. mun. Martel, BB 5.
  • 11 Arch. mun Cajarc, CC 12.
  • 12 Nicolas Savy, « Le débat politique dans les assemblées consulaires (1345-1400). Lʼexemple (...)

9Certains chefs anglo-gascons surent dʼailleurs gagner le respect des élites consulaires, comme le célèbre Bertucat dʼAlbret : les consuls de Cajarc le nommaient simplement « Bertucat de Lebre » en 13567 mais, vingt ans plus tard et de la même façon que leurs homologues capdenacois8, gourdonnais9 et martelais10, ils nʼoubliaient jamais de le qualifier de « monseigneur » lorsquʼils parlaient de lui ou lorsquʼils le mentionnaient dans un de leurs registres, alors que ce capitaine ne risquait ni dʼentendre leurs conversations ni de lire leurs documents11. Bien entendu, ces relations dʼestime réciproque nʼétaient probablement pas généralisées, car certains chefs anglo-gascons surent sʼattirer la profonde inimitié de certains membres des conseils consulaires12, mais le fait quʼelles aient pu exister montre bien que la situation nʼétait pas tranchée.

  • 13 Arch. mun. Cajarc, CC 13 et 14.

10Si la semaine de sufferta, durant laquelle se déroulaient les négociations du pati, était une période durant laquelle pouvaient se nouer des liens divers entre chefs anglo-gascons et décideurs consulaires, le temps du traité, ensuite, lʼétait aussi : le capitaine pouvait demander une avance sur les sommes dues, la communauté effectuait ses paiements, cherchait parfois à les étaler ; en bref, ils entretenaient des rapports de créancier à débiteur somme toute habituels. Suivant cela, les rencontres entre les élites consulaires, ou leurs envoyés, et les Anglais étaient régulières, mais il est difficile dʼen déterminer la fréquence car les archives sont peu précises à ce sujet : en 1377 par exemple, on sait seulement que Cajarc envoya au moins neuf transports de vivres, un transport de fonds et quatorze députations de négociations à la garnison de Balaguier, tandis que les capitaines anglais de ce lieu ou leurs envoyés vinrent à au moins trois reprises à Cajarc13.

  • 14 Arch. mun. Cajarc, CC 15, registre II, f° 53 v°.
  • 15 Ibid., CC 16, registre I, f° 50 r°.

11Le fait que certains dirigeants quercinois aient pu entretenir des rapports dʼestime avec quelques-uns de leurs ennemis nʼempêchait pas les conflits de naître entre communautés et compagnies dans le cadre des traités. Les désaccords puissants qui les opposaient avaient souvent pour origine la mauvaise volonté des Quercinois à payer les sommes dues au titre des conventions, ce qui entraînait les compagnies concernées dans des opérations de représailles particulièrement violentes et surtout préjudiciables aux autres garnisons qui traitaient avec la même ville. Il appartenait alors au capitaine anglais le plus important de la région dʼintervenir pour calmer la situation et faire en sorte que la dispute née entre la communauté et la garnison concernée ne dégénère pas en conflit ouvert entre plusieurs compagnies, car il en allait de la cohérence et de la solidité de toute lʼimplantation anglo-gasconne de la région. Cʼest ce que fit Bertucat dʼAlbret en 1379 pour calmer un connétable dépendant du chef anglais de Corn qui, installé dans la tour de Gaillac, sʼattaquait avec ses hommes aux biens des Cajarcois à cause dʼune quantité de vin que ceux-ci ne lui avaient pas livrés14 ; lʼannée suivante, il participa aussi à des négociations pour faire aboutir la signature dʼun traité entre Cajarc et le capitaine de Corn15. Bien que ces interventions aient été surtout dictées par le souci de maintenir une certaine cohésion entre les différentes bandes, les élites consulaires sʼen crurent souvent les bénéficiaires et ne manquèrent pas de remercier chaleureusement ceux quʼils prenaient pour leurs bienfaiteurs.

Carte 1. La région Cajarc-Figeac-Capdenac

  • 16 M. Aussel, « Entre lys et léopards, un adepte du jeu personnel, Aymar dʼUssel », dans BSEL(...)

12Les conflits entre communautés et bandes anglaises qui naissaient suite à une infraction à un traité ou à lʼirrespect dʼune convention par lʼune ou lʼautre des parties nʼétaient pas tous réglés par la violence car il pouvait arriver que lʼon fasse appel aux juridictions traditionnelles. Aymar dʼUssel était un ancien citoyen de Gourdon qui avait pris la tête dʼune troupe et lʼavait placée au service du Plantagenêt ; il sʼétait retranché à Costeraste, près de Gourdon, et ravageait les environs. En 1357, les Gourdonnais portèrent devant la justice anglaise une plainte contre lui pour entorses aux trêves, ce qui eut pour conséquence de le faire convoquer par le sénéchal anglais de Guyenne qui le menaça de bannissement ; on note que, quatre ans plus tard, il reçut une nouvelle admonestation pour des faits similaires16.

  • 17 Arch. dép. Lot, F 127.
  • 18 Ibid.

13Bertucat dʼAlbret et Bernard de la Salle prirent Figeac en octobre 1371 ; moins de deux ans plus tard, ils acceptèrent de négocier le rachat de la ville par ses habitants pour un montant de 3 000 francs dʼor17, mais les Figeacois, une fois libres, furent moins enclins à payer, ce qui amena les deux capitaines non à opérer des représailles militaires, mais à entamer une procédure devant la cour de Rome18. On observe ainsi que durant une période de guerre marquée par lʼaffaiblissement du pouvoir royal dʼun côté, la liberté dʼagir laissée aux bandes anglo-gasconnes par le roi dʼAngleterre de lʼautre et le caractère très local des affrontements et des relations liées aux traités, les différents protagonistes ne recouraient pas systématiquement à la violence. En effet, bien quʼelle ait été facile à mettre en œuvre, ils préféraient parfois faire appel à des juridictions qui nʼavaient pourtant que peu de moyens pour faire respecter leurs décisions.

  • 19 Nicolas Savy, La défense des villes… op. cit., t. 2, p. 521-525.
  • 20 Arch. mun. Cajarc, CC 15, registre I, f° 35 v°.
  • 21 Ibid., f° 43 r°.
  • 22 Nicolas Savy, La défense des villes… op. cit., t. 2, p. 521-525.
  • 23 Arch. mun. Cajarc, CC 15, registre I, f° 43 r°, 48 v°, 49 r°, 56 r° ; registre II, f° 57 r (...)
  • 24 Nicolas Savy, La défense des villes… op. cit., t. 2, p. 522-524.

14Les membres des mondes consulaires étaient souvent des marchands, des artisans et des juristes disposant de patrimoines agricoles. Cʼest naturellement à eux que les municipalités auxquelles ils appartenaient firent majoritairement appel pour la fourniture des produits réclamés par les Anglo-Gascons dans le cadre des traités19. Comme ces mêmes hommes étaient souvent chargés de négocier suffertas et patis au nom de leurs consulats, on peut se demander dans quelle mesure leurs intérêts privés en tant que fournisseurs influaient sur leur façon de négocier en tant que représentants de leurs communautés. Arnal Peirier, par exemple, était un membre influent du consulat cajarcois ; consul de lʼannée 1379, il fut non seulement chargé de négocier des patis avec les garnisons de Calvignac20 et de Corn21, mais fut aussi lʼun fournisseurs du vin nécessaire au paiement de ces traités22 ; son collègue consul Bernat Bru, qui fut le principal négociateur envoyé aux Anglais de Corn23, était quant à lui le deuxième fournisseur de vin et le septième dʼavoine24.

15Au-delà, il est tout aussi légitime de se poser la question de savoir dans quelle mesure les intérêts corporatistes des négociateurs jouaient durant les pourparlers : sur les dix-neuf fournisseurs de vin des traités cajarcois de lʼannée 1379, douze avaient tenu des fonctions consulaires durant les cinq années précédentes, tout comme neuf des onze fournisseurs dʼavoine. Quoi quʼil en soit, il serait surprenant que les intérêts économiques directs ou catégoriels des négociateurs consulaires nʼaient pas influé dʼune façon ou dʼune autre sur les pourparlers et, de là, des rapports entretenus avec les capitaines ennemis.

16Suivant lʼensemble des éléments ci-dessus, il apparaît quʼà partir des années 1370 les chefs des garnisons anglo-gasconnes devinrent des partenaires institutionnels habituels pour les consulats, et ce malgré la situation de guerre qui persistait. La chose est logique car elle correspondait à la décentralisation extrême de la défense du côté français, et lʼon retrouvait au niveau des consulats tous les éléments rentrant en compte dans les négociations opérées aux plus hauts niveaux : connaissance et parfois estime des adversaires, institutionalisation des rapports, mélange des intérêts économiques et autres de la collectivité et des négociateurs. Ces relations avaient cependant un caractère particulier du fait de la proximité géographique des protagonistes et de la taille somme toute réduite des communautés concernées.

Les relations individuelles

  • 25 Nicolas Savy, La défense des villes… op. cit., t. 1, p. 145.
  • 26 Arch. mun. Martel, BB 5, f° 90 r°.

17La durée de la présence des garnisons ennemies dans certains villages entraîna naturellement lʼétablissement de relations personnelles entre les routiers et les habitants, quʼil sʼagisse de rapports de commerce ou de contacts plus personnels. En effet, les besoins logistiques des bandes étaient importants, notamment en ce qui concernait la nourriture, et elles ne pouvaient pas toujours les satisfaire par le pillage et le vol25 ; dʼautre part, les villages quʼelles occupaient ne pouvaient pas combler lʼensemble de ces besoins, ce qui explique pourquoi certains citadins des villes alentours, nonobstant la menace que les Anglo-Gascons représentaient pour leur communauté, en vinrent naturellement à sʼintéresser à la nouvelle clientèle quʼils représentaient. À Martel, par exemple, certaines boulangères profitèrent de lʼaubaine et leur vendirent du pain en abondance26.

  • 27 Arch. mun. Martel, BB 5, f° 84 r°.
  • 28 Ibid., f° 108 v°.

18Razziant régulièrement les campagnes, les routiers disposaient de certains produits en quantité supérieure à ce qui leur était nécessaire, ce qui leur permettait de les mettre en vente. Ne leur ayant rien coûté, il est probable que les prix des biens quʼils vendaient étaient intéressants ; inévitablement, certains Quercinois sʼen portèrent acquéreurs pour à leur tour les revendre avec un bénéfice substantiel. Cʼest ce que fit le Martelais B. Boyer, alias Dalaboria, alias Guacho, dans le courant de lʼannée 1354 : il acheta trois bœufs et une vache à des Anglais et les revendit ensuite, ce qui a priori ne lui posa pas de problème particulier avec ses autorités municipales27. Toutefois, devant lʼampleur prise par le phénomène, celles-ci finirent trois ans plus tard par prendre des mesures interdisant tout contact privé avec les ennemis28. De telles dispositions étaient inévitables, car les consulats ne pouvaient cautionner le fait que des biens volés à certains de leurs habitants soient réinjectés dans lʼéconomie locale par dʼautres de leurs concitoyens agissant comme receleurs. Toutefois, les vols et les pillages se poursuivant en permanence, il est probable que, malgré les interdictions, certains commerçants peu scrupuleux continuèrent à sʼadonner à ce trafic, alimentant ainsi des circuits parallèles.

  • 29 Ibid., f° 72 r°.

19En proscrivant tout commerce avec les bandes anglo-gasconnes, les consulats souhaitaient aussi limiter autant que possible les contacts de la population avec elles : il en allait de la sécurité de chaque ville. En effet, les routiers savaient probablement, avec des espèces sonnantes et trébuchantes, susciter les vocations de traîtres chez des citadins déjà prêts à braver les interdits pour commercer avec eux : en 1352 déjà, le chirurgien martelais Bertrand de Pibié fit partie dʼune conjuration visant à livrer sa ville aux Anglais ; découvert, il fut décapité en place publique29.

  • 30 Ibid., FF 1.
  • 31 Aujourdʼhui Lamothe-Fénelon.
  • 32 Nicolas Savy, La défense des villes…, op. cit., t. 1, p. 256-257.
  • 33 Plus précisément : 160 hommes, 4 femmes et 2 enfants.
  • 34 C. Durand, « Le livre de vie de Bergerac », dans Bulletin de la Société Historique et Arch (...)

20Toujours sur le plan individuel, les rapts et mises à rançons dont étaient victimes les citadins furent à lʼorigine de relations qui, bien que provoquées par lʼétat dʼinsécurité, ne les liaient pas moins à leurs ravisseurs sur des termes courts à moyens. La proportion des populations urbaines touchées par ce phénomène était assez élevée : entre 1370 et 1371, la compagnie de Johan Vassal, en garnison à Belcastel, fit prisonniers 29 hommes et 2 femmes de Martel30 ; la ville était alors aussi aux prises avec les compagnies de Nadaillac et de Lamothe-Massaut31, et si lʼon considère que ces dernières réussirent à prendre autant dʼotages martelais que leur homologue de Belcastel, on peut estimer quʼenviron cinquante Martelais passèrent entre les mains des Anglo-Gascons durant chacune de ces deux années, soit, si lʼon sait que la communauté comptait entre 1 000 et 1 500 habitants, entre 5 et 7,5 % de la population32. Ces chiffres nʼavaient rien dʼexceptionnel : à Bergerac, entre 1379 et 1382, ce furent 166 hommes, femmes et enfants33 qui furent pris et rançonnés par les différentes compagnies opérant autour de la ville34.

  • 35 Arch. mun. Martel, BB 5, f° 108 v°.
  • 36 Arch. mun. Gourdon, CC19, f° 19 v°.

21Les personnes prises devaient sʼacquitter dʼune rançon pour être libérées. Il pouvait cependant arriver quʼelles le soient avant le versement effectif des sommes demandées, car celles-ci étaient parfois élevées et demandaient du temps, et surtout du travail, pour être réunies. En effet, une rançon était avant tout une dette et rien nʼempêchait de libérer le prisonnier avant son paiement, mais cette façon de procéder contribuait à contractualiser les rapports citadins rançonnés-routiers et à allonger la durée de leurs relations personnelles. En cas de non-paiement, les Anglo-Gascons disposaient dʼun moyen de rétorsion pour obtenir leur dû, les « marques » : il sʼagissait de se saisir de biens appartenant à des membres de la même communauté que le débiteur et de poser comme condition à leur restitution le paiement de la rançon, afin que la pression collective le force à payer. Cʼest ainsi que, le 15 mai 1357, les Anglais de Nadaillac prirent du bétail à certains Martelais pour forcer leurs concitoyens G. Laygua et Vinagre à verser les sommes quʼils leur devaient35. Quelques mois plus tard, à la mi-septembre, les routiers de Costeraste capturèrent les Gourdonnais Guilhem la Bana et Guiral Descros parce quʼun de leurs concitoyens, nommé Péri lo Coc, nʼavait pas payé trois florins dont il était censé sʼacquitter36.

  • 37 Arch. mun. Cajarc, CC 12, reg. III, f° 20 r°.
  • 38 Ibid., CC 13, f° 34 v°.
  • 39 Ibid., CC 15, reg. I, f° 36 r°.
  • 40 Ibid., reg. II, f° 49 v°.
  • 41 Arch. mun. Gourdon, BB 5. Le paiement de la rançon de G. de Golema, notable de Gourdon, à (...)

22Après 1370, les prises de marques devinrent de plus en plus courantes, mais on observe cependant quʼelles ne furent jamais démesurées : quelques mules et un âne en 137637, un homme lʼannée suivante38, deux setiers dʼavoine39 et un âne deux ans plus tard40 ; bien évidemment, plus le débiteur était riche, et donc la rançon plus élevée, plus les Anglo-Gascons faisaient pression sur sa communauté pour obtenir paiement41. Les marques étaient cependant beaucoup plus souvent brandies comme menaces que réellement mises en pratique. Cet ensemble de faits semble indiquer quʼentre 1370 et 1390, cʼest-à-dire durant la période où lʼimplantation des compagnies et lʼétablissement des traités furent à leur maximum, lʼhabitude avait quelque peu normalisé les formalités de la rançon.

  • 42 M. Aussel, « Entre lys et léopards, un adepte du jeu personnel : Aymard dʼUchel », dans Bu (...)
  • 43 M. Aussel, « Un « compagnon » de Costeraste passe aux aveux (1349) », dans Bulletin de la (...)
  • 44 Arch. mun. Martel, EE 1, pièce n° 22.

23Enfin, il convient de ne pas oublier quʼaucune barrière linguistique ou culturelle ne sʼélevait entre les Quercinois et leurs adversaires. En effet, la plupart de ces derniers étaient des Gascons parlant occitan et certains étaient même originaires du Quercy, provenant de tous les milieux sociaux : le capitaine Aymar dʼUssel avait été citoyen de Gourdon42, tandis que Pons de Averro, un simple homme de troupe qui se fit remarquer par ses agissements cruels et immoraux durant les premières années de guerre, était originaire de Vers43. La situation de crise générale amena certainement beaucoup de Quercinois à rejoindre des bandes anglo-gasconnes de la région : les citadins ayant des relations familiales ou personnelles au sein des compagnies ne devaient pas être rares, à lʼexemple dʼAymar Ros, juge-mage de Turenne exerçant régulièrement ses fonctions dans la partie quercinoise de la vicomté ; il avait des connaissances qui fréquentaient les Anglo-Gascons avec qui, disait-il, elles étaient parentes et amies44.

24Que ce soit sur le plan institutionnel ou personnel, il apparaît quʼentre établissements de traités et affaires de rançons, les membres des compagnies anglo-gasconnes nouèrent des relations de tous ordres avec les populations locales, relations qui se normalisèrent en bien des points en raison, principalement, de la durée exceptionnelle du conflit : la garnison anglo-gasconne sʼintégra dans le paysage quercinois et en devint un élément normal. Certes, elle resta ennemie, entraînant par ses actions une insécurité quasi constante dans le pays alentour, mais elle devint aussi un centre de prélèvement et de commerce qui modifia les circuits économiques de façon artificielle.

Carte 2. La région Gourdon-Souillac-Martel

umland45 inverse

  • 45 Ce terme allemand, utilisé en géographie, désigne le secteur servi par une ville, vu comme (...)
  • 46 Rapport sur la thèse doctorale de Monsieur Nicolas Savy : « La défense des villes et des b (...)
  • 47 Nicolas Savy, La défense des villes… op. cit., t. 1, p. 149-151.

25Le professeur Jean-Luc Fray, de lʼuniversité de Clermont-Ferrand II Blaise Pascal, président de mon jury de thèse, évoqua, en examinant la façon dont la garnison de Balaguier répartissait ses patis dans sa zone dʼaction, la création dʼun umland inverse, « urbain et fournisseur contraint dʼune forteresse castrale rurale, perchée sur son piton au-dessus du Lot »46. La même chose pourrait être dite des zones de ravitaillement des bandes de Belcastel et de Monvalent, sur la Dordogne, et de bien dʼautres sites encore, les compagnies anglo-gasconnes ayant toujours privilégié comme points dʼinstallation des lieux facilement défendables avec des effectifs restreints47.

  • 48 Les intérêts des emprunts réalisés pour payer cette somme nʼont pu être déduits en totalit (...)
  • 49 Arch. mun. Capdenac, EE 2.
  • 50 Arch. mun. Martel, BB 6, f° 1 r°.
  • 51 Arch. mun. Gourdon, BB 5, f° 15 r°.
  • 52 Deniers constants 1377.

26Lʼimpact économique des traités était particulièrement important. Durant la seule année 1377, les Cajarcois payèrent à la garnison de Balaguier 36 320 deniers en espèce ainsi que pour 7 800 deniers de denrées diverses au titre de tous leurs patis ; au total, les paiements nets48 se montèrent à 44 140 deniers, soit lʼéquivalent de 1 471 journées de salaire dʼun ouvrier maçon. De leur côté, deux ans plus tôt, les Capdenacois avaient payé à cette même garnison environ 26 000 deniers en espèces et plus de 10 000 en nature49. En 1376, les Martelais prirent un pati de quatre mois avec le capitaine de Montvalent, pati qui leur coûta, outre plus de 24 000 deniers versés en espèces, dʼimportantes fournitures en nature50. Quant au traité dʼun an que négocièrent les Gourdonnais avec Peyran lo Malhie en 1381, il leur revint aussi cher que celui quʼils avaient passé lʼannée précédente avec Bertucat dʼAlbret, soit 38 500 deniers environ, paiements en nature compris51. Globalement, pour des petites villes comme Cajarc, Gourdon ou Martel, conclure un ou plusieurs patis successifs avec une compagnie coûtait, hors frais secondaires, de 36 000 à 108 000 deniers52 à lʼannée entre 1375 et 1381, soit lʼéquivalent de trois à neuf ans du salaire moyen dʼun ouvrier maçon ; les plus chers étaient ceux dont la durée était la plus courte.

  • 53 Comme lʼa fait avant nous le grand chercheur Jean Lartigaut, nous avons utilisé lʼouvrage (...)
  • 54 Arch. mun. Cajarc, CC 13 et CC 14.
  • 55 Arch. mun. Capdenac, EE 2.
  • 56 Arch. mun. Martel, BB 6, f° 1 r°.
  • 57 Arch. mun. Cajarc, CC 15, reg. I, f° 35 v°.
  • 58 G. Lacoste, Histoire générale de la province de Quercy, 4 tomes, Marseille, Laffitte Repri (...)

27Les fournitures en nature accompagnaient systématiquement les paiements en espèces. En 1377, les Cajarcois fournirent à la compagnie du capitaine Algay, installée à Balaguier, plus de 2 200 litres de vin53, quelques quartes de froment et quatre poules54, tandis que les Capdenacois lui livrèrent entre 1 600 et 2 500 litres de vin, plus de 120 quintaux de foin, quelques setiers de froment et, enfin, deux chèvres55. Lʼannée suivante, les Martelais payèrent au capitaine de Montvalent environ 3 500 litres de céréales, 88 litres de sel, un demi-quintal de chandelles et une pesée de toile dʼune valeur de dix francs56 ; il est à noter quʼils ne lui fournirent pas de vin, chose assez peu fréquente car ce produit faisait habituellement partie des denrées livrées. Nous voyons ainsi que les vivres constituaient lʼélément principal des livraisons en nature, ce qui permettait aux compagnies de subsister sans avoir à se soucier de leur ravitaillement, mais des objets de vie courante, voire parfois de luxe, pouvaient aussi faire partie des livraisons de temps à autre : il pouvait sʼagir de tasses dʼargent57 et dʼautres argenteries, de draps fins et dʼétoffes, etc.58.

28Suivant lʼensemble des données ci-dessus, on peut considérer que durant les années 1375-80, lorsque la garnison de Balaguier estorquait des patis à Cajarc, Capdenac, Figeac, Villeneuve-dʼAveyron et Villefranche-de-Rouergue, elle drainait annuellement vers elle des sommes et des produits divers pour une valeur se situant entre 750 et 2 250 francs, soit lʼéquivalent de 15 à 45 ans du salaire moyen dʼun ouvrier-maçon ; cette somme, déjà importante, est pourtant un minimum qui ne tient pas compte de ce que la compagnie pouvait tirer des petites communautés villageoises situées dans sa zone dʼaction.

  • 59 Arch. mun. Cajarc, CC 12, reg. III, chiffres issus de lʼensemble du document.
  • 60 Arch. mun. Capdenac, EE 2, chiffres issus de lʼensemble du document.
  • 61 Arch. mun. Cajarc, CC 15, chiffres issus de lʼensemble du document.
  • 62 Ibid., CC 16, chiffres issus de lʼensemble du document.
  • 63 Arch. mun. Gourdon, BB 6, valeurs issus de lʼensemble du document.
  • 64 Nicolas Savy, La défense des villes… op. cit., t. 2, p. 520.

29Bien plus que les sommes dʼargent prélevées en ville et renvoyées vers les garnisons anglaises, lʼétendue des terres agricoles dont les cultures aboutissaient dans les centres urbains avant dʼêtre redirigées vers les forteresses ennemies illustre particulièrement bien « lʼumland inverse » évoqué par le professeur Jean-Luc Fray. La première des productions concernées était le vin. En effet, selon des termes communs à presque tous les traités, le consulat qui sʼaccordait avec une compagnie devait lui en livrer dʼimportantes quantités : en 1376, les consuls cajarcois en achetèrent plus de 3 000 litres dont la plus grande partie fut donnée au capitaine anglais de Balaguier en vertu des patis passés avec lui59 ; lʼannée suivante, leurs homologues capdenacois lui en livrèrent environ 2 500 litres pour la même raison60. Ces volumes nʼétaient cependant que des minima : en 1379, on peut estimer à plus de 10 900 litres la quantité de vin acquise par la municipalité cajarcoise pour les besoins de ses traités61 ; lʼannée suivante, ses comptes, pourtant incomplets, nous donnent un volume acheté se situant aux alentours de 3 400 litres62. Sept ans plus tard à Gourdon, le consulat sʼen procura au moins 4 000 litres, la réalité étant certainement bien supérieure mais non chiffrable à cause des lacunes documentaires63. Lʼimpact de la demande ainsi créée sur les activités agricoles était particulièrement important : on peut estimer quʼau moins treize hectares de vignes furent nécessaire pour produire en une seule vendange la quantité de vin achetée par les consuls cajarcois en 137964.

  • 65 Arch. mun. Cajarc, CC 12, reg. III, valeurs issus de lʼensemble du document.
  • 66 Ibid., CC 15, valeurs issus de lʼensemble du document.
  • 67 Arch. mun. Gourdon, BB 6, valeurs issus de lʼensemble du document.

30Les céréales venaient en second lieu : en 1376, le consulat de Cajarc fit livrer environ 1 000 litres de froment, 1 500 litres dʼavoine et 120 litres de seigle à la garnison de Balaguier65 ; trois ans plus tard, la quantité dʼavoine quʼils lui donnèrent se monta à plus de 6 500 litres66. Quant au consulat gourdonnais, il fit en 1386 lʼacquisition dʼau moins 700 litres de froment et de 1 800 dʼavoine pour les besoins de ses patis67. Les volumes de foin étaient parfois très substantiels : en 1377, Capdenac en livra environ cinq tonnes à Balaguier.

  • 68 Ibid., FF 1, f° 1 r°.
  • 69 C. Durand, « Le livre de vie de Bergerac », dans Bulletin de la Société Historique et Arch (...)

31Le produit des vols et du pillage venait sʼajouter à celui des patis dans les greniers, caves et écuries des forts aux mains des Anglo-Gascons : durant les deux années 1370 et 1371, la compagnie de Johan Vassal, installée à Belcastel, vola aux seuls Martelais 35 bovidés, 11 ânes, 5 mules, plus de 45 setiers de blé, du sel et de la farine68. Belcastel est situé à onze kilomètres de Martel et dans un même rayon, on trouve des bourgs qui étaient alors de taille comparable à Martel comme Souillac, Rocamadour ou Gramat, sans compter les villages, ce qui autorise à penser que les quantités de bétail et de denrées diverses volés dans cette zone étaient relativement importantes. Les calculs totalisant ce qui fut dérobé aux Bergeracois par plusieurs compagnies de routiers durant trois ans, entre 1379 et 1382, complètent les données martelaises et montrent à quel point les biens pris dans une seule ville pouvaient alimenter les circuits économiques parallèles, car il leur fut pris une trentaine de chevaux, 70 bovidés, 192 chèvres et moutons, ainsi que 74 ânes et 16 mules69.

  • 70 Arch. mun. Martel FF 1, f° 2 r°.
  • 71 Ibid., f° 1 r°.
  • 72 Ibid., f° 2 r°.
  • 73 C. Durand, « Le livre de vie de Bergerac », dans Bulletin de la Société Historique et Arch (...)

32À côté de lʼargent et des denrées versées au titre des patis et des richesses volées, il convient de garder une place, parmi les valeurs aboutissant dans les repaires anglo-gascons, aux biens ou aux espèces versées par les particuliers au titre de leurs rançons, car ils étaient loin dʼêtre négligeables, et ce dʼautant plus que les prisonniers se comptaient par dizaines : le fils du Martelais Guilhem de Vimoret donna pour la sienne deux paires de bottines aux Anglais de Belcastel70, tandis que son concitoyen Johan dʼObazine dut leur payer lʼéquivalent de 41 journées de salaire de manœuvre71 ; G. Daneble, quant à lui, leur abandonna une selle garnie, un jupon et une paire de bottines, le tout valant lʼéquivalent du salaire de 125 journées de manœuvre72. À Bergerac entre 1379 et 1382, la valeur des rançons sʼéchelonnait du tiers du prix dʼun âne à plus de deux fois celui dʼun bœuf de labour73, soit de 75 à 330 jours environ du salaire dʼun manœuvre.

33Lʼancien flux des productions agricoles et pastorales allait principalement, montant des campagnes vers les villages puis vers les villes où sʼopérait la redisdribution des excédents vers les autres branches de lʼéconomie, et où se levaient les taxes dont le produit était ainsi issu de lʼactivité économique de leurs zones dʼinfluence. En attirant à elle toute une partie des productions et des produits fiscaux dʼun secteur donné, chaque compagnie déforma les circuits économiques existants en créant un nouveau point de consommation et de redistribution dʼautant plus particulier quʼil ne correspondait à aucune capacité économique réelle. En ce sens, on ne peut quʼêtre frappé de voir que les productions issues de bourgs de plusieurs centaines dʼhabitants et de villes en comptant plusieurs milliers convergeaient vers un petit point fort dont la garnison nʼexcédait quʼassez peu fréquemment la centaine de combattants.

34La compagnie était ainsi une entité à la fois militaire et économique, tandis que ses membres étaient autant des soldats que des consommateurs dépensant leurs soldes ou des commerçants vendant le produit de leurs pillages.

Conclusion

  • 74 Nicolas Savy, La défense des villes… op. cit., p. 238-247.

35Les us et coutumes de la guerre médiévale, avec les trêves et les rançons, alliés à lʼincapacité des villes à défendre leurs arrière-pays74, amenèrent lʼémergence en Quercy dʼune guerre dʼun type particulier, menée pour une partie en confrontation armée directe et pour lʼautre de façon négociée sur une base économique. Cette dernière provoqua lʼémergence de la garnison anglo-gasconne en tant quʼentité institutionnelle, humaine et économique intégrée à lʼespace quercinois. Certes, elle nʼy fut toujours quʼune verrue ou un cancer, mais lʼimportance du phénomène et les circuits de tous ordres quʼelle créa montrent que lʼon ne peut la réduire à un simple élément militaire dont les activités de pillage nʼauraient eu que des conséquences à sens unique sur la société locale. Cet article ne vise quʼà mettre en valeur lʼaspect économique et social sans lequel lʼétude des compagnies de routiers de la guerre de Cent Ans reste incomplète : une grande partie des provinces méridionales y ayant été confrontées de la même façon que le Quercy, cette étude demande à y être étendue.

Notes

1 Dans ce texte, nous employons indifféremment « Anglo-Gascon » et « Anglais » pour désigner les membres des compagnies qui opérèrent dans la province. En effet, si les témoignages locaux de lʼépoque ne les désignent quʼen tant quʼ « Anglais », il est en fait établi quʼil sʼagissait généralement de Gascons ne dépendant donc du roi dʼAngleterre quʼen tant que duc dʼAquitaine.

2 Nicolas Savy, La défense des villes et des bourgs du Haut-Quercy pendant la guerre de Cent Ans. Aspects militaires, politiques et socio-économiques, 2 tomes, thèse dʼhistoire de lʼuniversité de Franche-Comté, 2007, t. 1, p. 115-126.

3 Ibid., t. 1, p. 149-150.

4 Ibid., CC 15, registre I, f° 43 r° et Arch. mun. Gourdon, BB 5, f° 30 r°, par exemple. (Nous avons utilisé les transcriptions des Archives municipales de Gourdon réalisées par Max Aussel.)

5 Arch. mun. Cajarc, CC 15, registre I, f° 45 r°.

6 Ibid., CC 12, registre III, ff° 102 r° et 105 r°.

7 Ibid., CC 8, f° 164 v°.

8 Arch. mun. Capdenac, EE 2.

9 Arch. mun. Gourdon, BB 5.

10 Arch. mun. Martel, BB 5.

11 Arch. mun Cajarc, CC 12.

12 Nicolas Savy, « Le débat politique dans les assemblées consulaires (1345-1400). Lʼexemple du Quercy », dans Bulletin de la Société des Etudes du Lot, t. 130, 2e fasc. 2009, p. 73-105.

13 Arch. mun. Cajarc, CC 13 et 14.

14 Arch. mun. Cajarc, CC 15, registre II, f° 53 v°.

15 Ibid., CC 16, registre I, f° 50 r°.

16 M. Aussel, « Entre lys et léopards, un adepte du jeu personnel, Aymar dʼUssel », dans BSEL, t. 114 (1er fasc. 1993), p. 31-51.

17 Arch. dép. Lot, F 127.

18 Ibid.

19 Nicolas Savy, La défense des villes… op. cit., t. 2, p. 521-525.

20 Arch. mun. Cajarc, CC 15, registre I, f° 35 v°.

21 Ibid., f° 43 r°.

22 Nicolas Savy, La défense des villes… op. cit., t. 2, p. 521-525.

23 Arch. mun. Cajarc, CC 15, registre I, f° 43 r°, 48 v°, 49 r°, 56 r° ; registre II, f° 57 r°, 68 r°.

24 Nicolas Savy, La défense des villes… op. cit., t. 2, p. 522-524.

25 Nicolas Savy, La défense des villes… op. cit., t. 1, p. 145.

26 Arch. mun. Martel, BB 5, f° 90 r°.

27 Arch. mun. Martel, BB 5, f° 84 r°.

28 Ibid., f° 108 v°.

29 Ibid., f° 72 r°.

30 Ibid., FF 1.

31 Aujourdʼhui Lamothe-Fénelon.

32 Nicolas Savy, La défense des villes…, op. cit., t. 1, p. 256-257.

33 Plus précisément : 160 hommes, 4 femmes et 2 enfants.

34 C. Durand, « Le livre de vie de Bergerac », dans Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, t. 14 (1887), p. 104-109, 194-225 et 288-317.

35 Arch. mun. Martel, BB 5, f° 108 v°.

36 Arch. mun. Gourdon, CC19, f° 19 v°.

37 Arch. mun. Cajarc, CC 12, reg. III, f° 20 r°.

38 Ibid., CC 13, f° 34 v°.

39 Ibid., CC 15, reg. I, f° 36 r°.

40 Ibid., reg. II, f° 49 v°.

41 Arch. mun. Gourdon, BB 5. Le paiement de la rançon de G. de Golema, notable de Gourdon, à lʼAnglais Isambert de Marabuo, de la garnison de Cazals, est le sujet de nombreuses délibérations de ce registre de lʼannée consulaire 1381-1382.

42 M. Aussel, « Entre lys et léopards, un adepte du jeu personnel : Aymard dʼUchel », dans Bulletin de la Société des Études du Lot, t. 114 (1er fasc. 1993), p. 31-32.

43 M. Aussel, « Un « compagnon » de Costeraste passe aux aveux (1349) », dans Bulletin de la Société des Études du Lot, t. 114 (2e fasc. 1993), p. 97-101.

44 Arch. mun. Martel, EE 1, pièce n° 22.

45 Ce terme allemand, utilisé en géographie, désigne le secteur servi par une ville, vu comme sa zone dʼinfluence et son bassin économique et tributaire.

46 Rapport sur la thèse doctorale de Monsieur Nicolas Savy : « La défense des villes et des bourgs du Haut-Quercy : aspects militaires, politiques et socio-économiques », par M. le professeur Jean-Luc Fray, p. 18.

47 Nicolas Savy, La défense des villes… op. cit., t. 1, p. 149-151.

48 Les intérêts des emprunts réalisés pour payer cette somme nʼont pu être déduits en totalité par manque de documents.

49 Arch. mun. Capdenac, EE 2.

50 Arch. mun. Martel, BB 6, f° 1 r°.

51 Arch. mun. Gourdon, BB 5, f° 15 r°.

52 Deniers constants 1377.

53 Comme lʼa fait avant nous le grand chercheur Jean Lartigaut, nous avons utilisé lʼouvrage de Duc-Lachapelle, Métrologie française ou Traité du système métrique décimal à lʼusage du département du Lot, Montauban, 1807, afin dʼestimer certaines mesures médiévales à partir de recoupements opérés avec des mesures du XVIIIe siècle.

54 Arch. mun. Cajarc, CC 13 et CC 14.

55 Arch. mun. Capdenac, EE 2.

56 Arch. mun. Martel, BB 6, f° 1 r°.

57 Arch. mun. Cajarc, CC 15, reg. I, f° 35 v°.

58 G. Lacoste, Histoire générale de la province de Quercy, 4 tomes, Marseille, Laffitte Reprints (réédition), t. 3, p. 279.

59 Arch. mun. Cajarc, CC 12, reg. III, chiffres issus de lʼensemble du document.

60 Arch. mun. Capdenac, EE 2, chiffres issus de lʼensemble du document.

61 Arch. mun. Cajarc, CC 15, chiffres issus de lʼensemble du document.

62 Ibid., CC 16, chiffres issus de lʼensemble du document.

63 Arch. mun. Gourdon, BB 6, valeurs issus de lʼensemble du document.

64 Nicolas Savy, La défense des villes… op. cit., t. 2, p. 520.

65 Arch. mun. Cajarc, CC 12, reg. III, valeurs issus de lʼensemble du document.

66 Ibid., CC 15, valeurs issus de lʼensemble du document.

67 Arch. mun. Gourdon, BB 6, valeurs issus de lʼensemble du document.

68 Ibid., FF 1, f° 1 r°.

69 C. Durand, « Le livre de vie de Bergerac », dans Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, t. 14 (1887), p. 104-109, 194-225 et 288-317.

70 Arch. mun. Martel FF 1, f° 2 r°.

71 Ibid., f° 1 r°.

72 Ibid., f° 2 r°.

73 C. Durand, « Le livre de vie de Bergerac », dans Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, t. 14, 1887, p. 104-109, 194-225 et 288-317. Le prix dʼun âne se situait aux alentours de 900 à 1000 deniers, celui dʼun bœuf de labour de 1600 à 2000 deniers.

74 Nicolas Savy, La défense des villes… op. cit., p. 238-247.

Table des illustrations

Légende Carte 1. La région Cajarc-Figeac-Capdenac
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/31041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Carte 2. La région Gourdon-Souillac-Martel
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/31041/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

Auteur

© Presses universitaires du Midi, 2013

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search