Version classiqueVersion mobile

Chartes et cartulaires comme instruments de pouvoir

 | 
Julio Escalona
, 
Hélène Sirantoine

Section 2 : La réutilisation des actes

Les cinq vies de la notice de fondation de Chemillé vers 1040-1245

Claire Lamy

Texte intégral

  • 1 Chemillé, cne., cant., arr. Cholet, dép. Maine-et-Loire.
  • 2 La notice est un acte rédigé en style objectif (à la troisième personne du singulier).
  • 3 Sur cette question de la production écrite à Marmoutier, il faut voir les pages de D. Bart (...)

1Il n’est pas courant d’écrire la monographie d’un acte surtout quand on lui connaît cinq versions ou, pour reprendre le titre du thème dans lequel s’inscrit cet article, « cinq vies ». Ainsi en est-il de la notice de fondation de la dépendance de l’abbaye de Marmoutier : Chemillé en Anjou1. Ce genre de la notice est très répandu dans l’ouest de la France2 et il se prête bien à la pratique de rédactions successives ou de versions multiples pour une même affaire, en y consignant parfois des détails différents d’un écrit à l’autre3.

  • 4 Les originaux sur parchemin sont conservés aux Archives départementales de Maine-et-Loire, (...)

2L’abbaye de Marmoutier en Touraine a été réformée par l’abbé de Cluny, Mayeul, vers 982/984, à la demande du comte de Blois, Eudes Ier l’ancien : ce fut le point de départ d’un important développement de ses possessions et de son rayonnement au cours des XIe et XIIe siècles. Celui-ci s’est traduit par la fondation de très nombreuses dépendances monastiques, établissements de petite taille rassemblant deux ou trois moines, parfois davantage, dans l’ouest de la France. Parmi la centaine de dépendances de Marmoutier, certaines se sont singularisées par leur taille et leur rayonnement au sein de l’ensemble monastique martinien, comme c’est le cas de Chemillé. Fondée avant 1047/1056, à l’initiative du titulaire de la forteresse de Chemillé, Pierre Ier (v. 1016-1047/1056), en présence de l’abbé de Marmoutier, Albert (1032/1037-1064), la dépendance Saint-Pierre connaît un succès rapide qu’attestent autant le nombre de moines résidant sur place que la très abondante documentation conservée pour elle : près de 250 originaux (mais davantage de pièces de parchemin, étant donné l’existence de versions multiples) et un cartulaire élaboré au milieu du XIIIe siècle4. La notice rapportant cette donation est conservée à l’heure actuelle sous la forme de quatre parchemins distincts et d’une transcription dans le cartulaire du prieuré auxquels s’ajoute une copie en forme de vidimus du XVe siècle. La production des différentes versions connues s’étend ainsi des années 1040 au milieu du XIIIe siècle. S’il est vrai que les documents produits à Marmoutier relatifs aux fondations de dépendances font l’objet de traitements particuliers (versions doubles, complémentaires ou réécritures), produire, accumuler et conserver quatre pièces de parchemin constitue un cas peu ordinaire. Ainsi, s’agit-il autant d’essayer de définir le contexte de production de chaque transformation de ce document fondateur, sur le fond comme sur la forme, que de s’interroger sur la politique de l’écrit mise en œuvre autour de ce document : était-ce une politique abbatiale menée depuis l’abbaye ou bien une politique propre à l’établissement dépendant qu’était le prieuré de Chemillé ? Derrière cette interrogation se trouve posée celle du contrôle exercé sur la production de l’écrit par l’abbaye de Marmoutier et ses dépendances. Nous allons présenter et étudier chacune des versions connues, afin de définir le contexte qui a présidé à leur élaboration, avant de formuler des conclusions sur les enjeux des vies multiples d’un écrit diplomatique.

L’écrit-témoin de la fondation ou « première vie » de la notice de fondation de Chemillé, vers 1040

  • 5 Olivier Guillot donne une description de ces croix (O. Guillot, « À propos de quelques act (...)
  • 6 Les autres précisions (mention du pagus « andeg » pour « andegavensis », mention du prieur (...)

3Parmi les quatre parchemins connus, l’un d’entre eux peut être qualifié de « rédaction originale ». Il se présente sous la forme d’une grande feuille de parchemin de 315 mm de large et 520 de haut. La rédaction a été faite en deux temps, comme l’atteste la reprise d’encre, de couleur plus claire, correspondant à l’étape de corroboration de Radegonde, épouse du donateur, et de leurs fils, Sigebrand et Pierre, suivie des noms des témoins présents, disposés en quatre colonnes. L’écriture est régulière et d’une grande sobriété : le seul élément qui attire l’œil est l’initiale agrandie, au tout début de l’acte, qui déborde dans la marge. L’interligne, régulier de 11 mm, a été tracé sur presque toute la hauteur de la feuille. Sur la vaste moitié inférieure du parchemin laissée vierge, deux croix autographes non attribuées ont été tracées : l’une, à gauche, trois lignes en dessous de la première colonne de témoins, a une forme de croix latine légèrement pattée tracée avec soin, l’autre à droite, vers le bas de la feuille de parchemin au tracé un peu hésitant, a les quatre bras de longueur équivalente5. Une note dorsale a été inscrite « preceptum Camiliacensis cellę. F »6.

  • 7 Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, : terra carrucæ unius cum bubus et parco ovium, et burcum (...)
  • 8 Ibid. : Cæpit autem cum predicto abate et fratribus Majoris Monasterii hujusmodi conventio (...)
  • 9 L’étude de la communauté de ce prieuré a été menée dans le cadre d’une thèse sur les prieu (...)
  • 10 Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n°B10, [... 1053-1058...] : « quod cellae nostrae de Cami (...)

4La donation faite par Pierre est substantielle. Il promet aux moines un lieu de culte, l’église Saint-Pierre-de-Chemillé, un bourg déjà existant et une série de droits destinés à permettre l’installation d’une communauté, explicitement voulue par le donateur7. L’abbé de Marmoutier est chargé d’organiser le peuplement de la jeune fondation, en fonction de ses facultés8. Les moines de Marmoutier s’acquittent fort bien de la charge qui leur a été confiée : dans un délai assez court, l’établissement s’organise, des frères sont envoyés sur place et un premier embryon de communauté apparaît : les listes de témoins permettent d’observer qu’au moins neuf moines sont installés à Chemillé dès la fin du XIe siècle, sous la direction d’un religieux qualifié de prior9. Ce succès rapide a entraîné des tensions avec le seigneur laïque de Chemillé, ou plutôt son fils, Sigebrand, devenu seigneur du lieu aux alentours de 1047/105610. Ce dernier s’oppose en effet aux moines de Marmoutier et réclame l’installation d’un abbé à la tête de la jeune communauté en vertu du nombre de douze frères que compte désormais la fondation. L’affaire est difficile, nécessitant le recours à l’autorité de l’évêque d’Angers et l’organisation d’une ordalie au fer chaud. Les champions sont désignés et préparés mais au jour de l’épreuve, Sigebrand ne se présente pas, donnant ainsi raison aux moines, d’après la notice.

Rédaction originale de la notice de fondation de Chemillé

  • 11 Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n° 2, vers 1040.

(Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n° 2)11

  • 12 Pour Olivier Guillot, toujours à propos de ce dossier, la première notice établirait clair (...)

5À l’issue de cette affaire, le contrôle des moines de Marmoutier est affirmé sur ce qu’il convient proprement de qualifier de dépendance12. Ils ont empêché une émancipation et une transformation de Chemillé en abbaye autonome. Toutefois, l’affaire connaît des rebondissements, ce qui permet d’expliquer la « deuxième vie » de la notice de Chemillé.

La « deuxième vie » de la notice, vers 1090

  • 13 Les abréviations sont très rares dans cette version solennelle. La plupart de celles de la (...)
  • 14 C’est en somme une copie figurée mais pour laquelle les aspects graphiques ont été amplifi (...)

6Une magnifique et monumentale feuille de parchemin, pliée aujourd’hui encore autour d’une note dorsale aussi imposante qu’originale – un grand « F » majuscule placé au centre d’un double cercle, à l’intérieur duquel est inscrit une devise « + Preceptum Camiliacensis celle » – renferme exactement le même texte que celui transmis par le parchemin précédent, à quelques variantes de graphie près13. La qualité du parchemin utilisé est supérieure : la peau est plus épaisse et très blanche ; les dimensions de la feuille sont aussi légèrement supérieures à la première version (larg. 435 mm x haut. 530 mm). Enfin, l’interligne est élargi à 23/25 mm soit le double de la « rédaction originale ». La variante entre les deux documents est donc strictement formelle et ce sont des considérations relatives à la forme du parchemin qui ont présidé à cette copie14. En effet, les différences ne s’arrêtent pas là : la première ligne est écrite en litterae elongatae ; une initiale ornée avec soin ouvre la notice, tandis que les différentes parties du discours sont marquées par des initiales également ornées, de taille un peu plus petite, ce qui facilitait probablement la lecture de l’acte en assemblée. Contrairement à la première version, le texte est disposé sur la totalité de la feuille de parchemin, ce qui traduit l’effort conscient du scribe pour disposer son texte sur toute la feuille ; le petit espace laissé vide après la liste des témoins est occupé par deux magnifiques croix, tracées avec un exceptionnel raffinement, rare pour des croix de souscription. Le scribe a dessiné une croix grecque dont il a allongé le bras inférieur en ajoutant avec solution de continuité, une barre terminée par une perle. Elles reprennent les deux croix autographes de la première notice, à droite et à gauche de la feuille. La même forme de croix, au bras inférieur allongé d’un trait plus fin, se retrouve sur celle tracée sur la note dorsale. En somme, lors de cette mise en forme de la notice, aucun espace n’a été ménagé, propre à recevoir un rajout postérieur ou un complément, comme cela s’observe parfois dans les espaces vides laissés au bas des feuilles de parchemin (parfois plus de la moitié) : cela montre bien que l’acte a été conçu comme achevé.

Copie solennelle de la notice de fondation de Chemillé

  • 15 Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n° 1, vers 1090.

(Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n° 1, fin du XIe siècle)15

Note dorsale de la copie de la notice de fondation de Chemillé

(Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n° 1)

  • 16 À Marmoutier, c’est en 1089 que l’abbé Bernard obtient du pape Urbain II le premier privil (...)
  • 17 Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n°B1 et 39H2, n°B2, 1093. B1 est une notice qui a fait l’ (...)

7Cette remise en forme a été faite de façon solennelle, en ayant recours à toute une série de choix graphiques et visuels empruntés aux actes produits par les chancelleries épiscopales et plus encore pontificale, actes d’autorité par excellence aux yeux des moines. Ces choix traduisent donc une volonté de rehausser le prestige et l’autorité du document, un document susceptible d’être montré et lu en assemblée. La forme remaniée sert donc clairement à renforcer le contenu de l’écrit transmis dans la première version. Ce deuxième document porte la même note dorsale, signe qu’aux yeux des moines il s’agissait d’une version identique sur le fond. Produit à la fin du XIe siècle, il répondait probablement mieux, au plan formel, aux attentes de cette époque en matière de mise en forme d’un document d’autorité16. On ne dispose toutefois d’aucun témoignage attestant que ce parchemin ait été utilisé en assemblée, pour y être lu et montré. Néanmoins, l’extraordinaire effort porté sur la mise en page du document atteste qu’il s’agit là d’une possibilité à laquelle ont pu songer les moines. Il se pourrait ainsi qu’il ait été mis en forme dans le cadre d’un conflit qui a opposé Pierre II de Chemillé, petit-fils du fondateur, aux moines de Chemillé, à propos de la construction d’une église pour chanoines dans la chapelle castrale de Chemillé. À cette occasion, Pierre II a relancé la contestation autour du statut de l’église priorale17. Les moines ont pu vouloir, en procédant à la confection de cette deuxième version, la brandir aux yeux de Pierre et des autorités ecclésiastiques angevines. Toutefois, aucun récit ne vient le confirmer.

Un troisième parchemin et un enrichissement : la « troisième vie » de la notice

8Les versions se poursuivent et... se ressemblent : le troisième des exemplaires de la notice de fondation de Chemillé mesure cette fois 270 mm de largeur sur 325 de hauteur mais la partie basse de la feuille de parchemin est tronquée et il manque d’ailleurs les deux croix autographes. Formellement, cette version ne présente aucune recherche particulière : l’initiale agrandie est ornée de trois petites perles tandis que dans le dispositif, seules deux majuscules sont agrandies, le « C » de « caepit » qui introduit les conditions de fondation de la cella et un peu plus loin le « P » de « praeterea » qui introduit une clause nouvelle par rapport à la rédaction présumée originale (la première vie). Cette clause porte sur l’autorisation que le seigneur de Chemillé accorde par avance aux dons et ventes faits par les hommes de sa seigneurie au profit des moines de Chemillé.

Autre rédaction de la notice de fondation de Chemillé, peut-être postérieure de peu à la rédaction originale

  • 18 Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n° 6, entre 1040 et le début du XIIe siècle.

(Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n° 6, 2e moitié du XIe siècle)18

  • 19 Ibid. : Preterea quæcumque monachi ipsius loci ab hominibus ipsius Petri de illius fevo au (...)

9Ce n’est pas une clause étonnante ou aberrante pour la deuxième moitié du XIe siècle19. Au dos, une note a pu avoir été apposée mais elle est si effacée que l’on ne parvient, au mieux, qu’à deviner quelques lettres. On peut supposer qu’elle reprend un texte proche des deux précédentes. Ces traces de notes dorsales attestent au moins que le document a été archivé et conservé par les moines.

10La date de confection de cette version « enrichie » n’est pas aisée à établir. L’écriture ne fournit pas d’élément déterminant et la clause ajoutée n’est pas assez significative pour supposer un contexte de mise en forme. Il est en fait possible que cette version ait été contemporaine de la rédaction originale, fournissant un autre exemple de versions multiples d’une même affaire, chaque version contemporaine de l’autre portant néanmoins des détails différents sur l’affaire rapportée. Si ce n’est pas une « troisième vie » (une hypothèse qu’il ne faut pas rejeter), il faut aussi considérer qu’il puisse s’agir d’une « vie parallèle ». Ce n’est pas un brouillon, pas une « première rédaction » originale non plus, mais peut-être un double destiné à être conservé à l’abbaye ou au prieuré, ou bien une « seconde rédaction » originale. Peut-on déterminer à partir de quel parchemin il a été produit ? La « première » ou la « deuxième » version ? La comparaison du système abréviatif plaide pour une parenté avec la première version : de nombreuses abréviations sont communes avec cette dernière (alors que dans la deuxième version, la plupart d’entre elles ont été développées), les esperluettes sont utilisées systématiquement aux mêmes endroits, enfin, la graphie de Sigebrand est identique alors que la version solennelle préfère Sigebrannus à Sigebrandus. Cette « troisième vie » présente une étroite parenté avec la rédaction originale, ce qui n’exclut pas que l’on puisse avoir là une deuxième rédaction originale contemporaine ou légèrement postérieure à la première. Pour trancher cette question, l’absence des croix de souscription (forme choisie et disposition) est préjudiciable.

La « quatrième vie » de la notice

11Avec le quatrième parchemin de la notice de fondation s’opère un saut dans le temps qui pousse aux premières années du XIIIe siècle. Formellement, ce document présente des dimensions comparables à ses aînés : plus étroit (270 mm de largeur) mais de hauteur similaire (510/515 mm), il reprend le texte de la rédaction initiale, avec l’ajout de la « troisième vie » auxquels s’adjoignent de nouveaux enrichissements relatifs à des droits des moines. Une formule de datation est inscrite au bas de la feuille : elle est aberrante car elle donne l’année 1002 et cite le gouvernement de l’évêque Eusèbe (1047-1081) alors que la donation a été faite sous le prédécesseur d’Eusèbe, l’évêque Hubert (1006-1047). Enfin, on retrouve les deux croix autographes jumelles, dépourvues d’attribution nominale, dont le tracé, en deux temps, reprend celui de la version solennelle de la fin du XIe siècle (la deuxième vie) bien que réalisé avec moins de délicatesse.

Copie interpolée de la notice de fondation, datant des premières années du XIIIe siècle

  • 20 Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n° 3, avant 1204.

(Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n° 3, avant 1204)20

  • 21 Ibid., « Dedit etiam decimam septimanam omnium redditium castelli sui, molendinorum, furni (...)
  • 22 C. Lamy, « Genèse et enjeux d’un accord seigneurial à Chemillé en Anjou au temps de la rec (...)
  • 23 Les évêques avaient des droits féodaux à Chemillé, d’ailleurs une des notices mentionne ce (...)

12Les enrichissements portent en particulier sur des droits d’usage en bois de chauffage et en bois de construction dans la proche forêt d’Aubance au nord de Chemillé21 : ils nous permettent de comprendre le contexte d’élaboration de cette version. Celui-ci peut être rattaché à un conflit des toutes premières années du XIIIe siècle, portant sur plusieurs droits de la seigneurie monastique organisée autour du prieuré. À l’occasion de ce conflit, bien éclairé par deux longs textes énumérant les droits finalement reconnus par le seigneur de Chemillé aux religieux du prieuré, les moines avaient présenté leurs écrits attestant l’ancienneté de leurs droits22. C’est certainement dans le but de renforcer la légitimité des revendications qu’ils ont produit la quatrième version de la notice de fondation. Le passage relatif au droit d’usage des moines dans la forêt d’Aubance près de Chemillé est justement repris dans l’accord final conclu en 1204, à l’issue du conflit. La modification relative à la datation s’expliquerait de plusieurs façons : d’une part elle associe, de façon erronée, la figure marquante pour l’Anjou de l’évêque Eusèbe à la fondation de la dépendance23, d’autre part, sa présence est plus conforme aux usages diplomatiques en vigueur au tournant des XIIe-XIIIe siècles, alors que son usage était exceptionnel au milieu du XIe siècle.

13La production de l’écrit est ici directement liée à un conflit pour lequel il a été nécessaire de fournir une preuve matérielle de la détention d’un droit, qu’un document « ancien » est venu opportunément attester et garantir. L’essentiel de la notice de fondation a été repris, sans modification, et seules les clauses nécessaires ont été insérées, de façon très ciblée. Ce n’est pas une forgerie complète : elle est limitée aux enjeux du début du XIIIe siècle et du conflit en cours.

L’entrée en cartulaire ou « cinquième vie » de la notice24

  • 24 Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H11, fol. 1.

14Quarante ans plus tard, le prieuré de Chemillé remet en forme ses archives et se dote d’un cartulaire-censier. Le manuscrit, conservé aux Archives départementales de Maine-et-Loire, comprend la transcription d’un ensemble de 182 titres relatifs au prieuré et à ses possessions, puis un censier, pour l’année 1245, assorti de quelques actualisations (pour 1300 et 1301). La notice de fondation a été copiée en ouverture de cartulaire et, parmi tous les exemplaires disponibles de la notice, c’est le plus tardif, avec les clauses ajoutées et la formule de datation aberrante, qui a été transcrit. En effet, il renfermait la clause disputée entre les moines et le seigneur de Chemillé, relative au droit d’usage dans la forêt voisine d’Aubance, pour laquelle les moines avaient obtenu gain de cause en 1204. Ainsi la réception de cette notice à l’occasion du conflit du début du XIIIe siècle en a fait un « original utile » à défaut d’être l’original « diplomatique ». La métamorphose de la notice initiale est consacrée et sa dernière version devient la référence.

  • 25 Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, 1434.

15D’ailleurs, en ce sens, on peut relever l’existence d’une « sixième vie », trop tardive pour qu’on la retienne directement dans cette étude : une confirmation faite en 1434, par vidimus, de cette même notice de fondation dans son ultime version de 1204, avec la datation erronée (1002) et la reprise des deux croix autographes, cette fois sans ornementation25. La quatrième version de la donation fait, là encore, foi : il lui revient d’avoir la plus grande postérité.

En guise de conclusion : une donation, quatre parchemins, cinq vies

16Comment comprendre ces productions successives de la notice rapportant la fondation de la dépendance de Chemillé ? S’il n’est pas rare à Marmoutier de trouver des actes en versions multiples, cette multiplicité dépasse rarement les deux exemplaires. Encore trouve-t-on des variations substantielles de contenu et de point de vue dans le récit mis à l’écrit : ce n’est pas le cas à Chemillé. Il semble d’abord que, dans le processus de genèse des quatre parchemins, on puisse distinguer deux ensembles.

  • 26 Éventuellement, on peut associer la troisième version examinée, qui pourrait avoir été con (...)

17Les première et deuxième vies forment un premier groupe, soit la rédaction présumée originale et sa copie solennelle, toutes deux identiques par le contenu. La deuxième version a été écrite à partir de la première. Ces documents ont probablement été conservés à Marmoutier26. La troisième version dépend, on l’a vu, de la première, mais sa postérité la rattache à ce qui pourrait constituer un second groupe documentaire.

18Le second groupe pourrait être qualifié de « prioral ». La troisième vie a pu avoir été produite pour le prieuré et conservée sur place où des archives sont attestées dès le début du XIIe siècle. De celle-ci dépend la quatrième vie puisqu’on y retrouve la clause d’octroi par avance des biens donnés ou vendus aux moines. De cet ensemble découlent ensuite les cinquième et sixième vies, soit la transcription dans le cartulaire et le vidimus, tous deux étant des productions liées au prieuré bien plus qu’à l’abbaye.

19Nous sommes face à deux ensembles documentaires, l’un étant proprement tourangeau et spécifique à l’abbaye, tandis que l’autre serait angevin. Ainsi aurions-nous affaire à deux postérités de la notice de fondation.

20Voici dès lors le tableau de tradition qui peut être formulé :

  • 27 Pour Saint-Magloire (Paris) : Arch. dép. Indre-et-Loire, H304, n° 4 ; pour Sablé (Sarthe)  (...)

21L’ensemble produit et conservé à Marmoutier date du XIe siècle. Il associe la notice de fondation de rédaction originale, conservée de façon peu étonnante dans les archives de l’abbaye. La mise en forme solennelle, si elle est certes liée au conflit relatif au statut de la dépendance de Chemillé, soulevé par Sigebrand, fils du fondateur Pierre, puis par Pierre, le fils de Sigebrand, se comprend aussi dans le cadre d’une politique de l’écrit mise en œuvre à l’abbaye dans la décennie 1090. Un autre dossier de double version à mise en forme solennelle est connu pour Saint-Malo de Sablé (Maine), tandis que l’on connaît pour le fonds de Saint-Magloire de Paris une mise en forme solennelle mais non assortie, cette fois, d’une version primitive de laquelle elle dépendrait27. Ainsi, probablement à la fin du XIe siècle, pour des actes jugés essentiels, l’abbaye de Marmoutier a produit des copies à la mise en forme particulièrement soignée, gage d’une plus grande autorité, s’appuyant sur des choix graphiques empruntés notamment à la chancellerie pontificale. Mais, la postérité de ce dossier ne dépasse pas le XIe siècle. Il ne semble pas y avoir eu de production postérieure, au contraire de l’autre branche documentaire.

22L’autre ensemble est prioral. Il traduit une pratique et une production de l’écrit cette fois prises en main par le prieuré, au cours du XIIe siècle : la troisième rédaction, dont il reste difficile d’établir la date de mise en forme (mais le XIe siècle est acceptable, jusqu’au début du XIIe siècle) a été conservée au prieuré. Elle sert à la confection de la version généreusement enrichie lors du conflit de 1204, conflit à l’occasion duquel elle a été présentée et reçue par l’assemblée alors composée du seigneur de Chemillé, de son entourage et des moines du prieuré et peut-être aussi, dans un second temps, par les évêques d’Angers et de Nantes. Rien d’étonnant à ce que ce document possède une postérité importante, d’une part avec sa transcription dans le cartulaire, d’autre part avec sa transcription dans le vidimus de 1434, qui a pu avoir été fait à partir du parchemin de cette « quatrième vie » ou du cartulaire.

23Cette tradition documentaire manifeste bien combien, depuis le XIIe siècle, la politique de l’écrit et la maîtrise des archives sont, pour Chemillé, des pratiques propres à la dépendance, loin de l’intervention ou de la sollicitation attestée de l’abbaye-mère. Cet écrit fondateur qui est à l’origine de la mise en place de l’établissement dépendant de Chemillé est ainsi régulièrement convoqué, transformé et validé au fil des besoins du prieuré.

24Évidemment cet itinéraire s’est construit au fur et à mesure, tandis que la dépendance s’est développée, atteignant la taille d’une petite communauté monastique, avec son prieur, ses officiers et son chapitre. Chemillé est un cas exceptionnel où l’établissement dépendant est parvenu à maîtriser la production de l’écrit, médiatisant en partie l’intervention de l’abbaye de Marmoutier. Ainsi a-t-elle pu agir et réagir aux enjeux seigneuriaux qui se sont posés à elle, en s’appuyant sur cette tradition écrite remontant à l’acte « de fondation ». Cet acte a été choisi en 1204 pour servir à la revendication d’un droit d’usage, face à un seigneur nouveau et extérieur à l’Anjou (alors Gui de Thouars). L’acte enrichi, approuvé à cette occasion, est devenu la nouvelle référence écrite : l’acte utile. L’écrit a été adapté et ajusté aux besoins des moines au fur et à mesure des transformations de la réalité et des problèmes à résoudre.

25Au terme de ce parcours des vies multiples d’un document écrit, de ses vies parallèles autant que successives, il importe de souligner que dans le cadre d’un ensemble monastique (maison-mère et dépendances), ce dossier permet de suivre certaines voies de la production et de la conservation de l’écrit et le passage d’une production faite à l’abbaye à celui d’une production faite dans le prieuré (ce qui n’exclut pas le maintien d’un regard et d’une surveillance de l’abbaye sur la production écrite et sur les décisions prises dans le prieuré). La politique priorale de Chemillé s’affirme progressivement à partir du XIIe siècle. C’est dans le cadre du prieuré que l’écrit de fondation a connu une postérité longue.

26Il convient ensuite de souligner la singularité de la pratique de conservation de l’écrit à Marmoutier et dans son prieuré, avec cette accumulation étonnante d’exemplaires de la notice de fondation. Aucun des exemplaires ne paraissait s’imposer sur un autre pour que toutes les versions aient été ainsi conservées. Une version, celle que l’on peut qualifier d’utile par l’étendue des droits qu’elle renferme, s’impose en étant reprise, mais sans invalider pour autant les autres. Le cas est exemplaire et rare. Il n’a pas manqué de retenir l’attention de ceux qui ont manipulé ces actes plus tard comme l’atteste une remarque portée sur la note dorsale de la première rédaction, l’original : « multa extant exemplaria ».

Edition de la notice de fondation du prieuré de Chemillé

  • 28 L’abbé Albert (1032-1064) reçoit la donation de l’église de Pierre [Ier] de Chemillé, fils (...)

27S. d. [1032/1037 – 1047/105628]. ― S. l.

28Notice. Donation de l’église Saint-Pierre de Chemillé sise près du château de Chemillé à l’abbé de Marmoutier, Albert, et aux moines de Marmoutier par Pierre [Ier], fils de Sigebrand, afin qu’y soient installés des moines à demeure, selon les possibilités du lieu. Il ajoute une terre d’une charrue, avec un bœuf, le pacage des ovins, le bourg et les coutumes c’est-à-dire le cens, la corvée, la vicaria sur les habitants, un four, le droit de sépulture et les oblations. L’accord est confirmé par Radegonde, femme de Pierre, et par ses fils Sigebrand et Pierre.

  • 29 Réglure à la pointe sèche. Interligne 11 mm.

29A. Première rédaction présumée, parchemin, larg. 315 x haut. 520 mm29. Arch. dép. Maine-et-Loire 39H2, n° 2. Au dos : « Preceptum Camiliacensis cellę. F. », rédigée par la même main. « Andeg » a été rajouté postérieurement (XIIe siècle) puis la mention « de Chamilliaco ». (Artem 4681).

  • 30 Réglure à la pointe sèche. Interligne 23 mm.

30B. Copie figurée de la fin du XIe siècle d’après A, parchemin, larg. 430/435 x haut. 530 mm30. Arch. dép. Maine-et-Loire 39H2, n° 1. Au dos : « Preceptum Camiliacensis celle. F ». (Artem 4680).

31C. Copie interpolée du XIIe siècle, d’après A ou B, parchemin amputé sur la partie basse, larg. 270 x haut. 325 mm31. Arch. dép. Maine-et-Loire 39H2, n° 6. Au dos : aucune écriture. (Artem 4682).

32D. Copie interpolée de la fin du XIIe siècle, d’après A ou B, parchemin, larg. 270 x haut. 510/515 mm32. Arch. dép. Maine-et-Loire 39H2, n° 3. Au dos : « Preceptum Camiliacensis celle. F. Andcav. ».

33E. Cartulaire de Chemillé, 1245, d’après D. Arch. dép. Maine-et-Loire 39 H 11, fol. 1 r, n° 1, sous la rubrique « Noticia Petri Camilliaci filii Segebrandi super fundatione prioratus Beati Petri Camilliaci ».

34a. Henri Hemmer, Le rôle économique et social des prieurés angevins de Marmoutier, étude suivie de l’édition du cartulaire de Saint-Pierre de Chemillé, Thèse de l’École Nationale des Chartes, 1944, p. 2-4.

35(d’après A)

  • 31 Réglure à la pointe sèche. Interligne 18 mm.

36Notuma) esse volumus omnibus sanctęb) Dei ecclesięc) filiis tam presentibusd) quam futuris quia cum Petruse) Camiliacensis Sigebrandif) militis filius salutari animęg) suęh) sollicitudine motus apud idem Camiliacensei) castrum in ęcclesiaj) Beati Petri cellam ad monachilem conversationem instituere disposuisset, ipsam ęcclesiamk) et de rebus suis quantum visum est Deo et sancto Martinol) concessit, domnoque abatim) Alberto cenobio quod Majus Monasterium dicitur prelato in manus contulit, ut orationum et beneficii eorum particeps factus ęternęn) remunerationis sibi premium adquireret. Cępito) autem cum predicto abatep) et fratribus Majoris Monasterii hujusmodi conventionem ut abasq) ipse vel successores ejus, illam cellam pro voluntate sua ad Dei serviciumr) disponant, monachos illuc de suis juxta arbitrium suum et loci facultatem mittant, qui locum ipsum de rebus inde exeuntibus edificent et quantum valuerint augeant, atque inibi regulariters) vivendo Deo deserviant. Suntt) autem quęt) in loco eodem Deo famulantibus contulit hęcu) : terrav) carrucęw) unius cum bubus et parco ovium, et burcum cum omnibus consuetudinibus quas ibi habebat, scilicet censum et corvatax) et vicariay) de his tantum qui ibi habitant, et furnile unum in eadem villa, sepulturam quoque quęz) ad ipsam pertinet ęcclesiamaa), et oblationem.ab) Hancac) autem convenientiam auctorizavit uxor ipsius Petri Radegundis nomine, et filii eorum Sigebrandusad) et Petrus. Etae) testes hujus convenientięaf) hic subscripti sunt, quorum hęc sunt nomina :31

(colonne 1)ag) (colonne 2) (colonne 3) (colonne 4)
Gilelmusah) Franciscus, Gausfredusaj) Crassus, Hugo Grangevalt Guarnaldusal),
Bernardus presbiter, Archembaldus vicariusak), Petrus senescaldus Gauteriusam)
Gausfredus de Peruliai), (crux) Viventius presbiter, Morinus.
(crux)
  • 32 Réglure à la pointe sèche. Interligne 15 mm.

37a) Notum [...] Petrus, en litterae elongatae, B. ―b) sanctae B ; sancte D. ―c) ecclesiae B ; ecclesie D. ― d) pręsentibus C. ―e) Notum [...] Petrus, en litterae elongatae, B. ―f) Sigebranni B. ―g) anime D. ―h) sue D. ―i) Camiliacence B. ―j) ecclesia C, D. ―k) ecclesiam B, C, D. ―l) Martino B. ―m) abbati B, C, D. ― n) aeternae B ; eternę D. ―o) C agrandi B, C, D ; Cepit, D. ―p) abbate B, C, D. ―q) abbas B, C, D. ―r) servitium D. ―s)correction sur grattage de -ter, A. ―t) Haec autem C, D. ―u)omis C, D. ―v) T agrandi32 ; terram C, D. ―w) carruce D. ―x) corvatam C, D. ―y) vicariam C, D. ―z) hec D. ―aa) ecclesiam D. ― ab) Dedit etiam decimam septimanam omnium redditium castelli sui, molendinorum, furni, mercatus, vende, paagii, minagii, et omnium proprietatum suarum decimas, tam de terris quam de vineis, et boscis. De bosco autem suo Aulbencie quantum opus esset ad preparanda edifitia monachorum, et ad calefaciendum domum suam unaquaque die VI. somarios oneratos. Addidit huic dono decimam cusdume salis tocius anni qui venderetur in castello suo, D ; Preterea quęcumque monachi ipsius loci ab hominibus ipsius Petri de illius fevo aut emptione possent obtinere aut dono firma illis esse suo concessit auctoramento, C, D. ―ac) Hanc autem [...] Gauterius Morinus reprise d’encre par le même scripteur, A ; H agrandi, B. ―ad) Sigebrannus B. ―ae) E agrandi, B. ―af) conveniencię D. ―ag)témoins présentés en longue ligne, B : Gilelmus Franciscus, Gausfredus Crassus, Hugo Grangevalt, Guarnaldus, Bernardus presbiter, Archembaldus vicarius, Petrus senescaldus, Guauterius Morinus, Gausfredus Peruli, Viventius presbiter ; trois noms hors colonne puis présentation des derniers noms en quatre colonnes, D : Gullelmus Franciscus, Gauffredus Crassus, Hugo Grange- (colonne 1)-valt, Petrus senescaldus, (colonne 2) Garnaldus, Gauterius Morinus, (colonne 3) Bernardus presbiter, Gausfredus de Peruli, (colonne 4) Archembaldus vicarius, Viventius presbiter. ―ah) Guillelmus C ; Gullelmus D. ―ai) Gausfredus Peruli B. ―aj) Gauffredus C, D. ―ak) [...]us D. ―al) Garnaldus C, D. ―am) Guauterius B.

Notes

1 Chemillé, cne., cant., arr. Cholet, dép. Maine-et-Loire.

2 La notice est un acte rédigé en style objectif (à la troisième personne du singulier).

3 Sur cette question de la production écrite à Marmoutier, il faut voir les pages de D. Barthelemy, La société dans le Comté de Vendôme de l’an mil au XIVe siècle, Paris, Fayard, 1993, p. 19-101. Chantal Senséby, travaillant sur le fonds de Saint-Aubin d’Angers, a également analysé des affaires présentant des parchemins en versions multiples (C. Senséby, « Pratiques judiciaires et rhétorique monastique à la lumière des notices ligériennes (fin du XIe siècle) », Revue Historique, 306-1, 2004, p. 3-47). Nous avons par ailleurs développé la question des écrits multiples dans notre thèse : C. Lamy, L’abbaye de Marmoutier et ses prieurés dans l’Anjou médiéval (milieu du XIe siècle-milieu du XIIIe siècle), Paris, Université de Sorbonne Paris-IV, 2009.

4 Les originaux sur parchemin sont conservés aux Archives départementales de Maine-et-Loire, sous-série 39H ; le cartulaire du milieu du XIIIe siècle également (39H11).

5 Olivier Guillot donne une description de ces croix (O. Guillot, « À propos de quelques actes de Marmoutier pour Chemillé de la moitié du XIe siècle », J. Quagheheur, S. Soleil (éds.), Le pouvoir et la foi au Moyen Âge en Bretagne et dans l’Europe de l’Ouest. Mélanges en mémoire du professeur Hubert Guillotel, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 45-61). Celle de gauche lui paraît stylisée mais avec de menues maladresses, ce qui exclut qu’elle ait pu avoir été tracée par le scribe, tandis que l’autre aurait été tracée en deux temps : les trois points d’impact qu’il distingue sur le parchemin auraient été tracés par le souscripteur tandis que la croix elle-même aurait ensuite été tracée par le scribe (p. 47). Ainsi, la croix de gauche serait de la main de l’abbé et celle de droite, attribuable à Pierre de Chemillé. On ne voit pas bien pourquoi les maladresses de la croix de gauche ne pourraient être de la main du scribe tandis que le tracé tout de même un peu hésitant de celle de droite lui reviendrait. L’attribution des deux croix est en tout cas probable.

6 Les autres précisions (mention du pagus « andeg » pour « andegavensis », mention du prieuré « de Chimilliaco ») sont postérieures, ainsi qu’une note, d’écriture tardive (XVe siècle ?) qui précise « Littera nostre fundationis ». Le terme de « preceptum » est rarement utilisé sur les notes dorsales des actes de Marmoutier et le terme désigne à dessein une donation importante, permettant de distinguer peut-être un acte de fondation par rapport aux autres donations. Sur le vocabulaire médiéval de désignation des actes, voir l’article d’Olivier Guyotjeannin, notamment lorsqu’il évoque les « noms de l’acte » : O. Guyotjeannin, « Le vocabulaire de la diplomatique en latin médiéval (noms de l’acte, mise par écrit, tradition, critique, conservation », O. Weijers (éd.), Vocabulaire du livre et de l’écriture au Moyen Âge, actes de la table-ronde (Paris, 24-26 septembre 1987), Études sur le vocabulaire intellectuel du Moyen Âge, 2, Turnhout, CIVICIMA, 1989 p. 120-135.

7 Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, : terra carrucæ unius cum bubus et parco ovium, et burcum cum omnibus consuetudinibus quas ibi habebat, scilicet censum et corvata et vicaria de his tantum qui ibi habitant, et furnile unum in eadem villa, sepulturam quoque quæ ad ipsam pertinet æcclesiam, et oblationem.

8 Ibid. : Cæpit autem cum predicto abate et fratribus Majoris Monasterii hujusmodi conventionem ut abas ipse vel successores ejus, illam cellam pro voluntate sua ad dei servicium disponant, monachos illuc de suis juxta arbitrium suum et loci facultatem mittant, qui locum ipsum de rebus inde exeuntibus edificent et quantum valuerint augeant, atque inibi regulariter vivendo Deo deserviant.

9 L’étude de la communauté de ce prieuré a été menée dans le cadre d’une thèse sur les prieurés angevins de Marmoutier : Lamy, L’abbaye de Marmoutier, p. 165-170.

10 Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n°B10, [... 1053-1058...] : « quod cellae nostrae de Camiliaco abbatem a nobis institui petiit Sigebrannus ipsius castri possessor, asserens patrem suum nomine Petrum conventionem hanc fecisse nobiscum quando cellam illam loco huic scilicet Majori Monasterio construendam donavit, ut ex quo XII inibi monachi vivere possent abbas ibidem institueretur ».

11 Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n° 2, vers 1040.

12 Pour Olivier Guillot, toujours à propos de ce dossier, la première notice établirait clairement une convention qui aurait eu pour effet d’écarter toute prérogative du fondateur sur la celle, dans la mesure où c’est à l’abbé seul que revient d’évaluer le nombre de moines qui peut être entretenu sur place, puis de les envoyer (Guillot, « À propos de quelques actes de Marmoutier », p. 48-49).

13 Les abréviations sont très rares dans cette version solennelle. La plupart de celles de la première rédaction ont été développées. Quelques corrections orthographiques ont été faites (par exemple, abbas remplace abas ; Sigebrannus est préféré à Sigebrandus).

14 C’est en somme une copie figurée mais pour laquelle les aspects graphiques ont été amplifiés.

15 Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n° 1, vers 1090.

16 À Marmoutier, c’est en 1089 que l’abbé Bernard obtient du pape Urbain II le premier privilège général de protection apostolique (bulle du 19 décembre 1089, Terracine, J. Ramackers (éd.), Papsturkunden in Frankreich. Neue Folge. 5 Band, Touraine, Anjou, Maine und Bretagne, Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften in Göttingen. Philologisch-historische Klasse. Dritte Folge, 35, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1956, n° 21, p. 83-84.

17 Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n°B1 et 39H2, n°B2, 1093. B1 est une notice qui a fait l’objet d’une continuation postérieure. Elle a été refondue dans un second temps sous la forme d’une notice unique, B2, qui est elle datée de 1093. Ces deux actes, B1 et B2, rapportent le conflit soulevé par Pierre II de Chemillé, ce qui permet de dater la confection de la copie solennelle de l’acte de fondation de Chemillé d’avant 1093.

18 Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n° 6, entre 1040 et le début du XIIe siècle.

19 Ibid. : Preterea quæcumque monachi ipsius loci ab hominibus ipsius Petri de illius fevo aut emptione possent obtinere a[u]t dono, firma illis esse suo concessit auctoramento. On trouve en effet ce type de clause dans la pancarte rédigée à la fin du XIe siècle, à Champtoceaux (Arch. dép. Maine-et-Loire, 38H1, n° 1), ou bien dans la donation de Geoffroy Papeboeuf à Rillé entre 1064 et 1081 (Arch. dép. Indre-et-Loire), H302, n° 1).

20 Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n° 3, avant 1204.

21 Ibid., « Dedit etiam decimam septimanam omnium redditium castelli sui, molendinorum, furni, mercatus, vende, paagii, minagii, et omnium proprietatum suarum decimas, tam de terris quam de vineis, et boscis. De bosco autem suo Aulbencie quantum opus esset ad preparanda edifitia monachorum, et ad calefaciendum domum suam unaquaque die VI. somarios oneratos. Addidit huic dono decimam cusdume salis tocius anni qui venderetur in castello suo ».

22 C. Lamy, « Genèse et enjeux d’un accord seigneurial à Chemillé en Anjou au temps de la reconquête capétienne (juillet 1204) », M. Aurell, F. Boutoulle (éds.), Les seigneuries dans l’espace Plantagenêt (vers 1150-vers 1250). Actes du colloque international organisé par l’UMR Ausonius (Université de Bordeaux) et le Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (Université de Poitiers), les 3, 4 et 5 mai 2007 à Bordeaux et Saint Émilion, Études 24, Bordeaux, Ausonius, 2009, p. 163-183.

23 Les évêques avaient des droits féodaux à Chemillé, d’ailleurs une des notices mentionne ces droits, en lien avec Eusèbe (Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n° B11, vers 1053-1058 : Donata sunt haec omnia a Sigebranno videlicet atque Gausfredo die dedicationis ipsius Sancti Petri oratorii, Eusebio Andecavensi pontifice ad cuncta favente, de cujus erant omnia fevo) ; la connaissance de cet acte, liant droits féodaux des évêques avec la figure d’Eusèbe a pu pousser à le mentionner sur l’acte de fondation.

24 Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H11, fol. 1.

25 Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, 1434.

26 Éventuellement, on peut associer la troisième version examinée, qui pourrait avoir été contemporaine de la première. L’absence de la bande de parchemin portant les croix autographes empêche de l’affirmer. L’examen paléographique de l’acte n’interdit pas l’hypothèse d’une confection de l’acte dans la deuxième moitié du XIe siècle.

27 Pour Saint-Magloire (Paris) : Arch. dép. Indre-et-Loire, H304, n° 4 ; pour Sablé (Sarthe) : Arch. dép. Indre-et-Loire, H1034 ; il y a également une mention dorsale de ce type « circulaire » connue pour Champtoceaux (Maine-et-Loire) : Arch. dép. Maine-et-Loire, 38H1, n° 1, fin du XIe siècle).

28 L’abbé Albert (1032-1064) reçoit la donation de l’église de Pierre [Ier] de Chemillé, fils de Sigebrand [Ier] (mort en 1016). Pierre meurt entre 1047 et 1056, moment où Sigebrand [II] apparaît dans les actes (Chemillé, Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n°B10).

29 Réglure à la pointe sèche. Interligne 11 mm.

30 Réglure à la pointe sèche. Interligne 23 mm.

31 Réglure à la pointe sèche. Interligne 18 mm.

32 Réglure à la pointe sèche. Interligne 15 mm.

Table des illustrations

Légende Rédaction originale de la notice de fondation de Chemillé
Crédits (Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n° 2)11
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/30923/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Copie solennelle de la notice de fondation de Chemillé
Crédits (Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n° 1, fin du XIe siècle)15
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/30923/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Note dorsale de la copie de la notice de fondation de Chemillé
Crédits (Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n° 1)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/30923/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Autre rédaction de la notice de fondation de Chemillé, peut-être postérieure de peu à la rédaction originale
Crédits (Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n° 6, 2e moitié du XIe siècle)18
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/30923/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Copie interpolée de la notice de fondation, datant des premières années du XIIIe siècle
Crédits (Arch. dép. Maine-et-Loire, 39H2, n° 3, avant 1204)20
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/30923/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Presses universitaires du Midi, 2013

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search