Version classiqueVersion mobile

Chartes et cartulaires comme instruments de pouvoir

 | 
Julio Escalona
, 
Hélène Sirantoine

Section 1 : La conservation et la gestion des actes

Comment inspirer confiance ? Quelques remarques sur l’autorité des cartulaires1

Laurent Morelle

Texte intégral

  • 1 Le présent texte se tient au plus près de celui de la communication orale. Seules quelques (...)
  • 2 Dans une bibliographie abondante, je me borne à évoquer deux ouvrages collectifs qui ont j (...)
  • 3 M. M. Cárcel Ortí, Vocabulaire international de la diplomatique, Col·lecció oberta, 28, Va (...)
  • 4 P. Bertrand, « À propos de la révolution de l’écrit (Xe-XIIIe siècle) : considérations ina (...)
  • 5 Pour l’Italie méridionale, synthèse récente de J.-M. Martin, « Occasions et modalités du r (...)

1Les cartulaires sont certainement ceux d’entre les « livres d’archives » qui ont bénéficié depuis une vingtaine d’années de la plus grande attention de la part des médiévistes2. La définition « canonique » qu’en donne la Commission internationale de diplomatique3 est assez large pour couvrir une diversité de recueils de chartes, depuis le « livre-blanc » (cartulaire-dossier de pièces justificatives) jusqu’au « livre d’or » (codex de référence d’un établissement ou d’une institution). L’hybridation sied à la famille cartulaire, au point que maints d’entre ses membres constituent de véritables « caisses à outils » (l’expression parlante est de Paul Bertrand4), renfermant des textes de différentes natures (récits, annales, textes hagiographiques, collections canoniques, censiers et autres listes). La diplomatique a de longue date identifié un hybride de choix avec les chroniques-cartulaires ou « cartulaires historiques », qui se caractérisent par l’association codicologique, l’intrication textuelle ou même la juxtaposition synoptique de parties narratives et de copies de chartes5.

  • 6 P. Chastang, « Cartulaires, cartularisation et scripturalité médiévale : la structuration (...)

2De récents bilans6 ont montré comment certains traits caractérisant l’objet « cartulaire » avaient été particulièrement travaillés par les chercheurs. J’en retiendrai ici trois :

  1. Le premier est sa nature d’« écrit-collection », qui inscrit typologiquement le cartulaire dans la grande famille des compilations médiévales, un domaine d’étude diversifié qui suscite un intérêt renouvelé7. Il est tentant et justifié de rapprocher les cartulaires d’autres collections telles que les florilèges, collections juridiques ou historiographiques, recueils épistolaires. Mais les cartulaires ne leur sont pas entièrement assimilables, pour deux raisons au moins : d’une part, l’absence de diffusion (car les cartulaires n’ont pas vocation à circuler en dehors de leur établissement d’origine, du moins pour être recopiés8) ; d’autre part, le fait que les actes transcrits entretiennent un rapport plus immédiat avec les originaux dont ils procèdent.
  2. On touche ici un deuxième attribut du cartulaire, aussi obvie que le premier : le cartulaire est un recueil de copies. On peut certes discuter de la notion de copie (j’y reviendrai), ou bien faire observer que des actes inscrits sont parfois des rédactions originales9 ou des pseudo-copies10, pour ne rien dire de ce qu’on appelle aussi des cartulaires-registres, qui se développent au XIIIe siècle. Il n’en reste pas moins vrai que la plupart des cartulaires sont remplis d’actes en copie et que la « cartularisation » a opéré à ce titre ce qu’on pourrait appeler une reductio ad textum. Les modalités et les conséquences de cette « mise en texte » ou « textualisation » peuvent déboucher sur de plus vastes questions – l’« auctoralité » médiévale par exemple – sur lesquelles Pierre Chastang a insisté11.
  3. D’autres travaux ont enfin souligné la nature du cartulaire comme « document-monument », notion qui ne s’applique, on le devine, qu’à une partie seulement du monde bigarré des cartulaires. Au-delà de ses fonctionnalités, plus ou moins bien assumées et constatées (le cartulaire comme outil mémoriel et de gestion interne, arme de défense), le cartulaire est en quelque sorte l’incorporation livresque d’une institution (on pourrait parler d’« incodication » si les cartulaires étaient tous sous forme de codex12). Le cartulaire livre une lecture du monde et une représentation de soi, un « moi » qui est ici l’institution collective mais aussi le ou les hommes qui ont fait et commandité le cartulaire13. Cette question est naturellement articulée à celle de la conception du cartulaire comme « œuvre » et du cartulariste comme « auteur », une thématique qui mériterait d’être reprise14. C’est un lieu d’expression du pouvoir, à la fois manifestation d’une puissance et affichage de revendications15.
  • 16 B. Resl, « Illustration and Persuasion in Southern Italian Cartularies (c. 1100) », P. Sch (...)

3La question de l’autorité du cartulaire est à la croisée de ces thèmes. Par un jeu de références tant internes (la vertu de la collection) qu’externes au recueil (le chartrier, l’institution), les textes inscrits dans un cartulaire sont en mesure d’absorber une « autorité » qui leur confère la capacité de s’imposer à autrui et d’inspirer confiance. Le thème de la « confiance » envers les actes écrits a fait l’objet d’un volume d’études récemment publié, mais la question spécifique que pose le « cartulaire » n’y est abordée de front qu’au sein d’une seule contribution16. C’est à prolonger une réflexion à son propos que je voudrais m’essayer.

Copies et originaux

  • 17 Il n’est pas sûr que le mot « remploi » soit nécessaire à l’éclairage en profondeur des ma (...)
  • 18 P. Chastang, « Transcription ou remploi ? Composition et écriture des cartulaires en Bas-L (...)
  • 19 Chastang, « Transcription ou remploi ? », p. 118, parle du travail d’écriture des cartular (...)
  • 20 Les notions d’« original » et de « copie » ont été étudiées dans mon séminaire de l’EPHE e (...)

4Il y a lieu sans doute de discuter la pertinence de la notion de « copie », tout au moins de la travailler. Les diplomatistes s’y sont employés de longue date, mais d’autres historiens ont fait de nouvelles suggestions. Un récent colloque madrilène a mis à l’honneur le terme de « remploi », qui insiste sur le nouvel environnement (relation horizontale) de la brique textuelle prélevée et travaillée, tandis que le mot « copie » souligne la relation génétique avec le modèle (relation verticale)17. Pierre Chastang, s’inspirant des travaux de Brigitte Bedos-Rezak, a appelé à « rompre avec la notion traditionnelle de copie qui sacralise l’original, pour privilégier, dans l’étude de la (re)production documentaire, le processus de mise en texte (textualization) »18. Malgré sa formulation abrupte, l’appel vise moins à remplacer une approche (verticale) par une autre (horizontale) qu’à conjuguer les deux. Ce qui est heureux car la relation verticale original/copie n’est pas un artifice né au XVIIe siècle19. La notion de « copie » existe bien au Moyen Âge, qui use ordinairement du terme d’exemplar pour le qualifier jusqu’au XIIe siècle, et il faut garder à l’esprit que la notion diplomatique d’« original », conjuguant l’archétypal et l’authentique, est largement héritière de l’authenticum médiéval, terme qui le désigne de façon privilégiée, et cela dès le très haut Moyen Âge20. Le couple original/copie doit être exploré en considérant d’une part ce que nous autres historiens de l’écrit mettons sous ces termes et, d’autre part, les expressions que les hommes du Moyen Âge employaient dans ce champ sémantique. À cet égard, il faut bien sûr éviter de penser que nous avons affaire à des invariants, mais aussi de partir de l’idée que ces notions sont des créations de la diplomatique d’Ancien Régime ou nées du renouveau juridique du Moyen Âge central.

  • 21 P. Geary, « Auctor et auctoritas dans les cartulaires du haut Moyen Âge », M. Zimmermann ( (...)
  • 22 De telles absorptions ne semblent pas rares, mais il faut rester prudent car elles sont pl (...)
  • 23 Acte clunisien de 974 : O. Guyotjeannin, J. Pycke, B.-M. Tock, Diplomatique médiévale, Tur (...)

5Patrick Geary a eu cette excellente formule à propos des cartulaires du IXe siècle : ces manuscrits « signalent toujours quelque chose en dehors d’eux-mêmes : les chartes originales qu’ils affirment contenir »21. Bien sûr, il arrive que le modèle effectivement transcrit ne soit pas l’original : le cartulariste a pu utiliser une copie antérieure, copie isolée ou copie trouvée dans un dossier, quand il ne s’agit pas pour lui de retranscrire un cartulaire antérieur ; il faudrait pister les cas où le compilateur avoue l’existence de ce précédent22. Il n’est pas rare que cet original soit toiletté en sa rédaction, altéré dans sa teneur au moment d’être inséré dans le cartulaire ; la littérature récente a rendu célèbres de tels cas de l’époque grégorienne – à Cluny ou à Saint-Chaffre du Monastier près du Puy-en-Velay23 –, auxquels il ne faut pas nécessairement donner une force d’exemple. À l’extrême, il arrive que des textes inscrits dans les pages d’un cartulaire, implicitement traités à l’instar de « copies », n’aient en réalité aucun original qui leur corresponde. Mais tout cela importe finalement peu : la copie d’un acte renvoie, implicitement ou explicitement, à autre chose qu’elle-même et c’est cet « autre chose », à l’existence virtuelle ou réelle, qui justifie et légitime la copie censée en découler. Le cartulaire est étayé par le chartrier, sous-jacent et souvent matériellement proche du cartulaire (un point sur lequel les historiens aimeraient d’ailleurs avoir plus de renseignements).

Stratégies de mise en confiance

6Comment le cartulariste s’y prend-il pour attirer la confiance de son lecteur, pour la déplacer depuis le chartrier vers ses copies ? Je discernerais volontiers trois stratégies possibles.

  • 24 Préface du premier cartulaire de l’abbaye de Saint-Amand (1117) : « ... et si quid inde du (...)
  • 25 Voir ci-dessus (note 23) le cas du cartulaire de Saint-Chaffre.
  • 26 Resl, « Illustration and Persuasion », p. 99-104, à propos des cartulaires-chroniques de S (...)

7La première consiste à afficher ce lien référentiel. C’est précisément le rôle que jouent les prologues de cartulaire quand le cartulariste y proclame sa bonne foi de copiste et appelle le lecteur à vérifier l’exactitude de ses copies24, ou bien quand il avoue et justifie les écarts à l’original, ce qui est une autre façon de mettre les copies en connexion avec leurs modèles et de mettre le lecteur devant ses responsabilités de vérificateur25. Un problème se pose quand le référent fait défaut, que la chartedocument ait disparu ou qu’elle n’ait jamais existé. Brigitte Resl a examiné de tels cas dans les chroniques-cartulaires d’Italie méridionale. Pour pallier cette carence, les cartularistes dotent le document d’un accompagnement textuel ou visuel compensatoire. L’illustration peut ainsi aider à rendre crédibles des textes douteux, en rappelant la mémoire de personnages où ils sont impliqués. Les représentations de remise de charte soutiennent l’idée que ce moment a bien eu lieu et que la charte représentée a bien existé en tant qu’objet dont le cartulaire livre les termes26.

  • 27 Exemple du Codex Eberhardi du milieu du XIIe siècle, H. Meyer zu Ermgassen, « Nominis nost (...)

8Une deuxième modalité consiste à transférer sur la copie, par reproduction symbolique ou mimétique, les éléments propres à l’originalité du modèle (les caractères externes de l’acte), qui fondent l’authenticité, partant l’autorité, de l’acte source et manifestent sa réalité : signes de validation, monogrammes, rotae, mais encore devises de chirographes, litterae elongatae, parfois les sceaux, mais plus rarement27.

  • 28 Quelques exemples (espace français) dans P. Bourgain, M.-C. Hubert, « Latin et rhétorique (...)

9Une troisième stratégie, assez subtile, vise à convaincre le lecteur que la copie du cartulaire vaut mieux que l’original, qu’elle est plus efficace. Cette stratégie de substitution prend appui sur l’idée que le cartulariste restaure l’original. Dès le Xe siècle, il arrive que les cartularistes justifient leur tâche par la nécessité de restaurer des actes abîmés, de les rendre lisibles28. C’est un topos, mais un topos qui mérite attention. Car cette restauration valide la copie qui ainsi prolonge l’original, revêt sa force et se substitue à lui dans une nouvelle hypostase. Et il arrive même que cette restauration, selon une démarche de l’esprit assez classique au Moyen Âge, se fasse in melius (reformare in melius est un autre topos idéologique et politique). Répondant mieux à l’attente du temps présent, mais toujours parée de l’autorité de l’acte originel, la copie « actualisée » devient l’instrument d’une nouvelle efficacité de l’acte. Cette stratégie de substitution pourrait expliquer pourquoi les prologues insistent sur le travail de « mise en sécurité » des actes par le biais de la transcription.

10Il ne me semble pas anormal, dans ces conditions, que les prologues présentent ordinairement les cartulaires comme des livres d’actes et non comme des livres de copies. Non pas, je crois, parce que les catégories original/copie seraient non-pertinentes au profit d’une indifférenciation autour de la notion de « texte », mais plutôt parce que le projet cartulariste se doit d’insister, pour réaliser sa vocation référentielle et acquérir autorité, sur d’autres éléments que sa nature de copie.

  • 29 Bedos-Rezak, « Towards an Archaeology », p. 56 : « The function of such copying was to pro (...)
  • 30 R. A. Maxwell, « Sealing Signs and the Art of Transcribing in the Vierzon Cartulary », The (...)

11Faut-il pour autant aller jusqu’à assimiler la transcription d’un acte dans un cartulaire à la création d’un nouvel original ? Brigitte Bedos-Rezak le suggère, mais peut-être avant tout parce qu’elle prend le terme original comme le strict équivalent d’authoritative text, ce qui est pour le moins discutable29. L’authentique n’est pas toujours original et on pourrait se demander si ce n’est pas la crue d’écrits authentiques non-originaux qui a poussé une certaine déconnexion (fin du XIIe siècle) entre l’originalis et l’authenticus, le premier insistant sur l’originel et la qualité de la transmission, le second sur la valeur juridique. L’historien de l’art Robert Maxwell va dans le même sens que Brigitte Bedos, mais à partir d’autres données. Explorant la fonction des images de personnages (abbés, papes) contenues dans le cartulaire de Vierzon (Berry, après 1155), il estime que ces effigies jouent le rôle de sceaux vis-à-vis des textes transcrits et que, dans cet environnement (le codex monastique), elles invitent le lecteur à prendre part, le temps de la lecture, à une nouvelle cérémonie diplomatique dont scribe et enlumineur seraient les maîtres d’œuvre et les témoins ; bref, nous aurions une « re-présentation » des promulgations initiales, replacées dans leur historicité30. On a vu tout à l’heure le sens que Brigitte Resl donnait à l’illustration des cartulaires d’Italie centrale du début du XIIe siècle : l’image permettait de convaincre le lecteur de la réalité d’une promulgation passée. Pour R. Maxwell, l’image inviterait plutôt à faire du cartulaire le lieu même d’une nouvelle promulgation. Cette dernière interprétation me gêne. On pourrait admettre que la transcription agisse, pour le scribe, comme une recitatio silencieuse et performative, mais les conditions de la « promulgation » d’un acte, au sens juridico-diplomatique, sont tout autres et je ne suis pas sûr que la transcription ait été vécue et perçue comme telle ou comme une « rénovation » d’acte.

12Les stratégies de mise en confiance qu’on a passées en revue concernent la transcription de l’acte, et le rapport que l’acte copié entretient avec son modèle. Mais l’environnement de l’acte joue considérablement, comme on a vu, et les transcriptions interagissent. La copie d’un acte au sein d’un cartulaire bénéficie d’atouts qui manquent à la copie isolée, ceux que donne le cartulaire en tant que recueil. J’en dirai quelques mots à présent.

L’autorité du recueil

  • 31 Chastang, « L’archéologie du texte médiéval », p. 251.

13Sait-on seulement comment on percevait un cartulaire, et comment on l’utilisait ? Le problème commence d’ailleurs avec ce « on », qui peut être lecteur studieux, consultant épisodique, ou spectateur lointain. Peut-être les chercheurs d’aujourd’hui sont-ils amenés à surestimer l’effet d’ensemble du cartulaire, notamment sous sa forme ordinaire de codex. Les outils développés, avec une technicité accrue au cours du XIIe puis XIIIe siècle (indices, rubriques, tables, titres courants, marques marginales), tendent en effet autant à ménager une lecture ciblée (retrouver tel ou tel texte) qu’à balayer un ensemble ou produire un effet de masse. L’autorité du cartulaire doit être envisagée en jouant sur deux « focales », la pièce ou le petit dossier qu’on lit, et le livre qu’on regarde et qu’on feuillette. Il n’est donc pas illégitime de vouloir « privilégier l’unité du fragment inséré par rapport à celle du codex qui l’a accueilli », précisément parce qu’il n’est « fragment » que selon un certain mode de lecture et de consultation du cartulaire, et qu’il est d’abord « unité »31.

  • 32 L. Morelle, « Diplomatic Culture and History Writing : The Chronicle-Cartulary of St-Berti (...)

14Malgré tout, si un cartulariste comme le moine Folcuin de Saint-Bertin (Flandre) développe l’image de la mosaïque à propos du cartulaire-chronique qu’il compose en 961/962, c’est que l’unité de l’ensemble, l’image globale composée par les chartes, vaut à ses yeux au moins autant que les chartes-tessères qui composent le cartulaire-mosaïque32. On peut dire que si la compilation absorbe l’autorité de ses composantes, réciproquement, la réunion des pièces confère à chacune d’elles une parcelle de l’autorité commune. Comment y parvient-elle ?

  • 33 La « textualisation » qui affecte les originaux du XIIe siècle doit être appréciée de pair (...)

15La cartularisation des actes se traduit par leur reductio ad textum, une opération plus ou moins totale (et possible) en fonction de la nature de la source (importance des éléments graphiques) et du regard porté par le cartulariste. Cette opération accentue les effets de similitude entre les pièces réunies (ce qui n’exclut pas l’éclairage plus vif de certaines pièces) ; le cartulaire accroît l’impression de conformité, source de confiance. Or, selon Brigitte Bedos, on assisterait au cours du XIIe siècle à une progressive « textualisation » des actes originaux, un mouvement qu’elle constate notamment en France septentrionale : moins de signes graphiques foisonnants, texte qui annonce et incorpore les signes de validation, allographie réduite ou inexistante. Davantage « textes » que leurs prédécesseurs, délestés de ce qui n’était pas reproductible, les actes originaux auraient été préparés, dès leur confection, aux entreprises de duplication par reductio ad textum. Si je comprends bien ma collègue, l’autorité attachée à l’acte ne dépendait plus de son inscription sur un support particulier. Je ne la suivrai pas jusqu’à ce point ultime, un peu paradoxal à mes yeux car la diffusion de l’original scellé comme norme est une tendance fondamentale au XIIe siècle dans la France du Nord (Brigitte Bedos, éminente sigillographe, le sait parfaitement et mieux que moi) ; et j’inclinerais plutôt à penser que la textualisation des originaux aboutissait à concentrer sur le sceau (non reproductible sur cartulaire) le caractère même de l’« originalité » d’un parchemin. En revanche, je retiendrai que la duplication plus aisée des originaux, sans perte majeure de substance, était favorable à un usage plus intensif et plus confiant des cartulaires, tandis qu’elle permettait la mise en résonance des actes entre eux, et donc l’émergence d’un effet de conformité, générateur lui aussi de confiance33.

  • 34 P. Geary, Phantoms of Remembrance : Memory and Oblivion at the End of the First Millenium,(...)

16Cette confiance, le cartulaire la gagne aussi auprès des utilisateurs par les services qu’il leur rend. Le rassemblement raisonné de chartes (l’adverbe rationabiliter n’est pas rare dans les préfaces) procure un accès aux actes jugé plus aisé que la fréquentation des coffres et armoires d’archives. Le travail du cartulariste – s’il est adapté aux besoins – facilite l’accès aux chartes sur deux plans : matériellement, parce que la concentration des pièces permet un accès (réputé) facile à l’information, atout qui est loué dès les premières réalisations (tel le cartulaire-chronique de Folcuin au Xe siècle) ; intellectuellement, parce que le travail mené – classement et ordonnancement des actes, travail de déchiffrement, péritexte et paratexte (analyses, rubriques, numérotations, tables, préfaces) – aide à l’appréhension générale du chartrier et à la compréhension des actes qui le peuplent. Le savoir-faire des cartularistes est divers, tant sur le plan ecdotique que philologique, et on peut présumer que la qualité du travail effectué pesait sur les services que ce dernier rendait à la communauté. En rendant lisible le chartrier, le cartulaire s’impose comme médiateur auprès des usagers des chartes. Le cartulaire qui a réussi peut être appelé à remplacer le chartrier dans son autorité référentielle. En se faisant « écran », l’« écrin » peut fragiliser le chartrier qui fonde pourtant son autorité. Ce thème a naguère fécondé l’historiographie des cartulaires34.

Conclusion

17Les observations qui précèdent, trop brèves et succinctes, ont mis l’accent sur les stratégies de mise en confiance du lecteur potentiel et sur les moyens « internes » par lesquels le cartulaire, en tant qu’objet, se trouve en mesure d’attirer la confiance de ses lecteurs et utilisateurs, une confiance porteuse d’autorité.

  • 35 Geary, « Auctor et auctoritas ».
  • 36 Ce point est souligné par Resl, « Vom Nutzen des Abschreibens ».
  • 37 C’est le cas par exemple du cartulaire-chronique de Folcuin déjà évoqué, qui semble « redé (...)

18D’autres éléments, bien sûr, contribuent à façonner l’autorité des cartulaires durant la période en cause. Je me bornerai ici à en évoquer quelques-uns. Il conviendrait assurément de traiter de la place des auteurs et commanditaires, dont l’autorité des fonctions rejaillit sur l’entreprise qu’ils cautionnent – un point souligné à juste titre par Patrick Geary35. Il me semble aussi que l’autorité référentielle d’un cartulaire se construit dans le temps, à l’usage et dans ses usages (qui ne sont pas forcément ceux attendus36), jalonnés d’ajouts (parfois prévus, mais l’attente est souvent déçue), d’améliorations (tables, indications marginales), d’infléchissements. La réputation du cartulaire peut connaître des temps de latence avant de connaître le succès et de revêtir une autorité opportunément conférée37 ; sa reconnaissance peut s’accomplir dans la phagocytose, qu’il en sorte momifié (matériellement ou virtuellement) au sein d’une nouvelle réalisation, actualisé dans une seconde édition, ou bien encore dépecé. N’oublions pas non plus que le prestige du cartulaire, ou du moins son « adoption » par la communauté de ses usagers, s’exprime aussi dans le nom qu’on lui donne, un processus de « naming » qui mériterait une enquête.

  • 38 Sur la questio vexata de la production des cartulaires en plaid : L. Morelle, « Par delà l (...)

19Il faut enfin garder à l’esprit que l’autorité du cartulaire est affaire de reconnaissance sociale et institutionnelle. Elle s’éprouve sur la scène judiciaire, et dans sa capacité à faire foi, mais cette question est fort délicate à apprécier avant le XIIIe siècle, au sud comme dans les régions septentrionales du royaume de France38.

Notes

1 Le présent texte se tient au plus près de celui de la communication orale. Seules quelques nécessaires notes de référence ont été ajoutées. Je tiens à remercier chaleureusement Hélène Sirantoine de sa patience aussi souriante qu’efficace.

2 Dans une bibliographie abondante, je me borne à évoquer deux ouvrages collectifs qui ont jalonné la recherche en France : O. Guyotjeannin, L. Morelle, M. Parisse (éds.), Les cartulaires. Actes de la table ronde organisée par l’École nationale des Chartes et le GDR 121 du CNRS, Mémoires et Documents de l’École des Chartes, 39, Paris, École nationale des Chartes, 1993 ; D. Le Blévec (éd.), Les cartulaires méridionaux. Actes du colloque, Béziers, 20-21 septembre 2002, Études et Rencontres de L’École de Chartes, 19, Paris, École de Chartes, 2006.

3 M. M. Cárcel Ortí, Vocabulaire international de la diplomatique, Col·lecció oberta, 28, Valence, Universitat de València, 1997, n° 74, p. 35 : « Un cartulaire… est un recueil de copies de ses propres documents, établi par une personne physique ou morale, qui, dans un volume ou plus rarement dans un rouleau, transcrit ou fait transcrire intégralement ou parfois en extraits, des titres relatifs à ses biens et à ses droits et des documents concernant son histoire ou son administration, pour en assurer la conservation et en faciliter la consultation. » Dans le cadre chronologique imparti, j’aurai en vue les cartulaires ecclésiastiques (même si la période connaît des registres précoces) de l’espace géographique français.

4 P. Bertrand, « À propos de la révolution de l’écrit (Xe-XIIIe siècle) : considérations inactuelles », Médiévales (dossier monographique : É. Anheim, P. Chastang (éds.), « Pratiques de l’écrit »), 56, 2009, p. 75-92, p. 82.

5 Pour l’Italie méridionale, synthèse récente de J.-M. Martin, « Occasions et modalités du remploi dans les cartulaires-chroniques de l’Italie méridionale », P. Toubert, P. Moret (éds.), Remploi, citation, plagiat. Conduites et pratiques médiévales (Xe-XIIe siècle), Collection de la Casa de Velázquez, 112, Madrid, Casa de Velázquez, 2009, p. 141-160.

6 P. Chastang, « Cartulaires, cartularisation et scripturalité médiévale : la structuration d’un nouveau champ de recherche », Cahiers de civilisation médiévale, 193, 2006, p. 31-42 ; P. Bertrand, « Cartulaires et recueils d’actes : aux avant-postes d’une “nouvelle diplomatique” (espace français, XIe-XIIIe s.) », Revue Mabillon, nouv. sér., 17, 2006, p. 261-267 ; O. Guyotjeannin, L. Morelle, « Tradition et réception de l’acte médiéval : jalons pour un bilan des recherches », Archiv für Diplomatik, 53, 2007, p. 367-403, aux p. 381-384. Voir aussi la riche et stimulante « Conclusion » de Monique Bourin : D. Le Blévec (éd.), Les cartulaires méridionaux, Paris, École des Chartes, 2006, p. 253-268.

7 C’est le point de départ des réflexions de B. Resl, « Vom Nutzen des Abschreibens : Überlegungen zu mittelalterlichen Chartularen », W. Pohl, P. Herold (éds.), Vom Nutzen des Schreibens. Soziales Gedächtnis, Herrschaft und Besitz im Mittelalter, Forschungen zur Geschichte des Mittelalters, Wien, 2002 p. 205-222. Sur la notion de collection, lire les remarques introductives des éditeurs dans S. Gioanni et B. Grévin (éds.), L’Antiquité tardive dans les collections médiévales : textes et représentations, VIe-XIVe siècle, Collection de l’École française de Rome, 405, Rome, École française de Rome, 2008, p. 1-10.

8 Je mets bien sûr de côté le déplacement des cartulaires-dossiers pour les besoins propres des établissements qui les élaborent et les détiennent, comme pièces justificatives présentées en justice ou devant des autorités appelées à confirmer des actes copiés.

9 Sur ces « primo-rédactions », cas récemment exposé par E. Huertas, « Les actes originaux dans les cartulaires : l’exemple du Liber Croce de Pistoia, 1114-1145 », C. Picard (éd.), « Recours à l’écrit et validation du document entre Orient et occident », dans L’autorité de l’écrit au Moyen Âge (Orient-Occident). XXXIXe congrès de la SHMESP (30 avril-5 mai 2008), Le Caire, SHMESP, 2008, p. 191- 196.

10 Les diplomatistes appellent pseudo-copies des actes faux ou falsifiés se présentant comme des copies, mais sans qu’il y ait nécessairement un pseudo-original correspondant.

11 P. Chastang, « L’archéologie du texte médiéval, autour de travaux récents sur l’écrit au Moyen Âge », Annales HSS, 63-2 2008, p. 245-269.

12 Il est bon de rappeler que les cartulaires peuvent se présenter sous d’autres formes que le codex : libelli, rouleaux et même feuilles de parchemin, car je crois qu’on peut envisager maintes « pancartes » – documents compilant ou récapitulant d’autres actes sur feuilles de parchemin – comme des sortes de « cartulaires en placard ». Sur les pancartes : M. Parisse, P. Pégeot, B.-M. Tock (éds.), Pancartes monastiques des XIe et XIIe siècles. Table ronde organisée par l’ARTEM, 6 et 7 juillet 1994, Nancy-Turnhout, Brepols, 1998 ; C. Senséby, « De l’usage des pancartes dans les conflits en Anjou au début du XIIe siècle », Archives d’Anjou. Mélanges d’histoire et d’archéologie angevines, 13, 2009, p. 8-25 (étude approfondie des rapports entre originaux, pancarte et cartulaire à partir d’exemples de l’abbaye Saint-Aubin d’Angers).

13 Sur l’incorporation de la conscience de soi dans le cartulaire, remarques précoces de T. Kölzer, « Codex libertatis. Überlegungen zur Funktion des « Regestum Farfense » und anderer Klosterchartulare », Il ducato di Spoleto. Atti del 9° Congresso internazionale di studi sull’alto medioevo, 2, Spoleto, Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, 1983, p. 609-653, p. 644-650.

14 Voir Chastang, « L’archéologie du texte médiéval ». J’éprouve quelques difficultés à suivre l’auteur quand il entend montrer que « les cartulaires combinent… les quatre formes de production médiévale du livre » suivant la classification de saint Bonaventure (p. 257), lequel distingue « le scriptor – qui écrit les mots des autres –, le compilator – qui sélectionne des passages de textes qui ne sont pas de lui –, le commentator – qui écrit à la fois avec les mots des autres et les siens propres, ces derniers servant à clarifier leur sens –, et enfin l’auctor qui réserve à ses propres mots la première place et ne se sert de ceux des autres que pour les confirmer » (ibid., p. 251). La démonstration est aisée pour scriptor et compilator, un peu moins limpide pour commentator, mais parvenu à auctor, P. Chastang doit renoncer (p. 258) à la définition du Séraphique pour adopter une tout autre conception d’auctor, celle qui veut que l’« auctorité » soit appliquée au commanditaire de l’œuvre. J’ai donc un peu de mal à comprendre comment saint Bonaventure peut cautionner la qualité d’auctor appliquée au cartulariste.

15 A. Kosto, « The Liber feudorum maior of the Counts of Barcelona : The Cartulary as an Expression of Power », Journal of Medieval History, 27, 2001, p. 1-22.

16 B. Resl, « Illustration and Persuasion in Southern Italian Cartularies (c. 1100) », P. Schulte, M. Mostert, I. van Renswoude (éds.), Strategies of Writing : Studies on Text and Trust in the Middle Ages. Papers from « Trust in Writing in the Middle Ages » (Utrecht, 28-29 november 2002), Utrecht Studies in Medieval Literacy, 13, Turnhout, Brepols, 2008, p. 95-109.

17 Il n’est pas sûr que le mot « remploi » soit nécessaire à l’éclairage en profondeur des manuscrits étudiés. Le bel article de synthèse de Martin, « Occasions et modalités », aussi neuf que limpide, y a fait rarement appel, qui plus est avec une valeur synonymique ; voir par exemple, p. 150 : « Le but principal d’un cartulaire est de classer les matériaux de remploi – les documents – dans un ordre logique qui en permette la consultation. »

18 P. Chastang, « Transcription ou remploi ? Composition et écriture des cartulaires en Bas-Languedoc (XIIe-XIVe siècle) », P. Toubert et P. Moret (éds.), Remploi, citation, plagiat. Conduites et pratiques médiévales (Xe-XIIe siècle), Collection de la Casa de Velázquez, 112, Madrid, Casa de Velázquez, 2009, p. 115-140, p. 118 : « Le changement de perspective implique, comme l’a récemment exposé Brigitte Bedos-Rezak, de rompre avec la notion traditionnelle de copie, qui sacralise l’original, pour privilégier, dans l’étude de la (re)production documentaire, le processus de mise en texte (textualization), délaissant de la sorte la question du rapport mimétique avec un archétype, au profit d’une prise en compte de l’intertextualité, contemporaine du travail de transcription, assimilée à une nouvelle promulgation (re-enactement) du texte. » Notre collègue fait référence à l’article de B. Bedos-Rezak, « Towards an Archaeology of the Medieval Charter : Textual Production and Reproduction in Northern French Chartriers », A. Kosto, A. Winroth (éds.), Charters, Cartularies and Archives. The Preservation and Transmission of Documents in the Medieval West (Proceedings of a Colloquium of the Commission Internationale de Diplomatique, Princeton and New York, 16-18 September 1999), Papers in mediaeval Studies, 17, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 2002, p. 43-60.

19 Chastang, « Transcription ou remploi ? », p. 118, parle du travail d’écriture des cartularistes « dont le fréquent déni apparaît comme un lointain héritage de la manière dont la diplomatique s’est constituée comme discipline au cours du XVIIe siècle ».

20 Les notions d’« original » et de « copie » ont été étudiées dans mon séminaire de l’EPHE en 2007- 2008 : voir un résumé dans L. Morelle, « Pratiques médiévales de l’écrit documentaire », Annuaire de l’École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques, 140, 2009, p. 164- 169 (version électronique : http://ashp.revues.org/index704.html). J’ai donné un article en japonais intitulé en français : L. Morelle, « Qu’est-ce qu’un acte original ? Quelques remarques sur l’écrit documentaire des VIIe-XIIe siècles », Shigaku (The Historical Science) [revue de l’université Keio de Tokyo], 76-2-3, 2007, p. 89-120 (texte français traduit en japonais par Atsushi Okazaki).

21 P. Geary, « Auctor et auctoritas dans les cartulaires du haut Moyen Âge », M. Zimmermann (éd.), Auctor et auctoritas : invention et conformisme dans l’écriture médiévale, actes du colloque de Saint-Quentin-en-Yvelines (14-16 juin 1999), Mémoires et documents de l’École des Chartes, 59, Paris, École des Chartes, 2001, p. 61-71, à la p. 70.

22 De telles absorptions ne semblent pas rares, mais il faut rester prudent car elles sont plus souvent présumées que prouvées par les spécialistes.

23 Acte clunisien de 974 : O. Guyotjeannin, J. Pycke, B.-M. Tock, Diplomatique médiévale, Turnhout, Brepols, 1993, p. 283-285 (copie et commentaire) et 180-183 (texte de l’original) ; à la fin du XIe siècle, le cartulariste de Saint-Chaffre du Monastier juge sévèrement la prose des rédacteurs d’actes ses prédécesseurs ; il avoue avoir abrégé leurs chartes (notamment dans les formules comminatoires) : le prologue de ce cartulaire a été édité, traduit et commenté par O. Guyotjeannin dans A. Vauchez, C. Caby (éds.), L’histoire des moines, chanoines et religieux au Moyen Âge. Guide de recherche et documents, Turnhout, Brepols, 2003, p. 127-131. Sur ces cas, voir L. Morelle, « Instrumentation et travail de l’acte : quelques réflexions sur l’écrit diplomatique en milieu monastique au XIe siècle », Médiévales (dossier monographique : É. Anheim, P. Chastang (éds.), « Pratiques de l’écrit »), 56, 2009, p. 41-74, aux p. 71-72.

24 Préface du premier cartulaire de l’abbaye de Saint-Amand (1117) : « ... et si quid inde dubitaverit, de veteris cartis, ubi sigilla regum, vel principum ac romanorum pontificum et quorumdam episcoporum adhuc sunt impressa, testimonium veritatis assumat », éd. H. Platelle, « Le premier cartulaire de l’abbaye de Saint-Amand », Le Moyen Age, 62, 1956, p. 301-329, à la p. 319 ; cf. L. Morelle, « The Metamorphosis of Three Monastic Charter Collections in the Eleventh Century (Saint-Amand, Saint-Riquier, Montier-en-Der) », K. Heidecker (éd.), Charters and the Use of the Written Word in Medieval Society, Utrecht Studies in Medieval Literacy, 5, Turnhout, Brepols, 2000, p. 171-204, aux p. 181-182.

25 Voir ci-dessus (note 23) le cas du cartulaire de Saint-Chaffre.

26 Resl, « Illustration and Persuasion », p. 99-104, à propos des cartulaires-chroniques de San Vincenzo al Volturno et de Santa Sophia in Benevento. Quelques citations : « Visualisations were used to persuade readers of the authenticity of the text through the portrayal of the missing objects to which the text referred : the original single-sheet documents » (p. 103) ; « When the images portray the handing over of charters, they remind the readers and users of cartularies that behind the copied words lay the reality of an object, of an authentic single-sheet document which no longer existed » (p. 104).

27 Exemple du Codex Eberhardi du milieu du XIIe siècle, H. Meyer zu Ermgassen, « Nominis nostri conscripto caractere : die Monogrammzeichnungen im Codex Eberhardi aus Kloster Fulda », Archiv für Diplomatik, 39, 1993, p. 201-267 (ajouts de dessins de simili-sceaux, actualisation et uniformisation des monogrammes). Pour Cluny, voir H. Atsma, J. Vezin, « Originaux et copies : La reproduction des élements graphiques des actes des Xe et XIe siècles dans le cartulaire de Cluny », A. Kosto, A. Winroth (éds.), Charters, Cartularies and Archives. The Preservation and Transmission of Documents in the Medieval West, Papers in Mediaeval Studies, 17, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 2002, p. 113-126. Pour les sceaux : J.-L. Chassel, « Dessins et mentions de sceaux dans les cartulaires médiévaux », O. Guyotjeannin, L. Morelle, M. Parisse (éds.), Les cartulaires, Mémoires et Documents de l’École des Chartes, 39, Paris, École nationale des Chartes, 1993, p. 91-104.

28 Quelques exemples (espace français) dans P. Bourgain, M.-C. Hubert, « Latin et rhétorique dans les préfaces de cartulaire », ibid., p. 115-136.

29 Bedos-Rezak, « Towards an Archaeology », p. 56 : « The function of such copying was to produce an original, that is in medieval terms, an authoritative text ». Chastang, « Transcription ou remploi ? », p. 119, s’est élevé lui aussi contre cette assimilation.

30 R. A. Maxwell, « Sealing Signs and the Art of Transcribing in the Vierzon Cartulary », The Art Bulletin, 81, 1999, p. 576-597, à la p. 592.

31 Chastang, « L’archéologie du texte médiéval », p. 251.

32 L. Morelle, « Diplomatic Culture and History Writing : The Chronicle-Cartulary of St-Bertin by Folcuin (961/962) », R. A. Maxwell (éd.), Representing History : Art, Music, History, 1000-1300 (actes du colloque de Philadephie, 2006), Pennsylvania, Penn State University Press, 2010, p. 53-65 / 221-224.

33 La « textualisation » qui affecte les originaux du XIIe siècle doit être appréciée de pair avec d’autres évolutions diplomatiques (primat de la forma sur la narratio, rôle accru de la conformité au détriment de l’effet de réel).

34 P. Geary, Phantoms of Remembrance : Memory and Oblivion at the End of the First Millenium, Princeton, Princeton University Press, 1994 ; trad. français par J.-P. Ricard, Mémoire et oubli à la fin du premier millénaire, Paris, Aubier, 1996 ; sur les thèses de l’auteur concernant les archives, cf. L. Morelle, « Histoire et archives vers l’an mil : une nouvelle “mutation” ? », Histoire et archives, 3, 1998, p. 119-141. Voir aussi G. Declercq, « Originals and Cartularies : The Organization of Archival Memory (Ninth-Eleventh Centuries) », K. Heidecker (éd.), Charters and the Use of the Written Word in Medieval Society, Utrecht Studies in Medieval Literacy, 5, Turnhout, Brepols, 2000, p. 147-170 ; Morelle, « The Metamorphosis ».

35 Geary, « Auctor et auctoritas ».

36 Ce point est souligné par Resl, « Vom Nutzen des Abschreibens ».

37 C’est le cas par exemple du cartulaire-chronique de Folcuin déjà évoqué, qui semble « redécouvert » peu avant 1100, soit près d’un siècle et demi après sa confection (961/962), et cautionne alors l’œuvre d’un continuateur, Simon de Gand.

38 Sur la questio vexata de la production des cartulaires en plaid : L. Morelle, « Par delà le vrai et le faux : trois études critiques sur les premiers privilèges pontificaux reçus par l’abbaye de Saint-Bertin (1057- 1107) », R. Grosse (éd.), L’acte pontifical et sa critique, Studien und Dokumente zur Gallia Pontificia / Études et documents pour servir à une Gallia Pontificia, 5, Bonn, Bouvier, 2007, p. 51-86, aux p. 84-85. Voir les remarques de Patrick Geary dans Guyotjeannin, Morelle, Parisse (éds.), Les cartulaires, p. 25- 26. Sur la force probatoire (analogue à celle d’un registre notarié) reconnue à un cartulaire languedocien (celui des Trencavel, vers 1175) au seuil du XIIIe siècle, voir H. Débax, « Un cartulaire, une titulature et un sceau : le programme politique du vicomte Roger II (Trencavel) dans les années 1180 », D. Le Blévec (éd.), Les cartulaires méridionaux, p. 125-143, à la p. 141 (à compléter des remarques de Monique Bourin, p. 267).

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search