Version classiqueVersion mobile

À tout seigneur tout honneur

 | 
Mónica Güell
, 
Marie-Françoise Déodat-Kessedjian

Si le sel perd sa saveur

Milagros Ezquerro

Texte intégral

1Peut-être, un jour prochain, un jeune chercheur s’intéressera-t-il à l’histoire de l’hispanisme français, et, bien sûr, il tombera sur Claude Chauchadis, spécialiste reconnu des questions d’honneur dans le domaine du Siècle d’Or espagnol. Cependant, notre jeune chercheur rencontrera aussi Claude Chauchadis dans un autre chapitre de l’histoire de l’hispanisme français qu’il n’omettra pas d’aborder : celui des activités d’une équipe de recherche très particulière, créée à Toulouse vers 1975. Je veux parler du Séminaire d’Études Littéraires, plus connu par son sigle, hautement symbolique, le SEL.

2Tout commence à une époque où la recherche, dans le domaine des Lettres et des Langues, était très peu structurée, et où les équipes de recherche étaient fort rares, les colloques et les publications tout autant. À partir de la rentrée de 1968, avec l’arrivée de nombreux collègues frais émoulus de l’Agrégation, commence dans les universités une effervescence intellectuelle remarquable, qui va modifier profondément les pratiques pédagogiques et les méthodes d’approche des textes, pour ne parler que de ces aspects. Le Département d’Espagnol de Toulouse-Le Mirail ne fut pas en reste. L’utopie universitaire soixante-huitarde était d’abord tournée vers les étudiants, dont nous, les jeunes Assistants, étions très proches sur bien des plans ; aussi les innovations commencèrent-elles dans les salles de classe et dans les amphis. Il fallait tout changer, le contenu et la forme des cours, la relation entre les enseignants et les enseignés, l’évaluation, le contrôle des connaissances. Il était évident que nous n’étions pas là pour enseigner ce que Ton nous avait (si récemment) appris : il était impératif de trouver de nouveaux textes, de nouveaux documents, de nouveaux sujets, de nouveaux instruments de travail, de nouvelles procédures de transmission, un ton nouveau, des formes d’expression différentes.

3Tout cela était très ambitieux et ne pouvait, en aucun cas, se faire individuellement, c’est pourquoi un petit groupe d’enseignants se forma autour de la volonté de changer la façon d’analyser les textes, d’introduire des éléments de théorie des signes, et d’enseigner autrement la littérature. Dans un premier temps, les réunions se faisaient autour de problèmes pédagogiques : on se concertait pour préparer ensemble les textes expliqués aux étudiants, pour avancer en théorie et en méthodologie, pour explorer des œuvres espagnoles et hispano-américaines nouvelles, on se partageait le travail et on le mettait en commun, enrichissant ainsi le point de vue de chacun à travers des lectures et des échanges. On se réunissait aussi avec des collègues des Sciences du Langage et d’autres disciplines qui avaient les mêmes préoccupations théoriques et pédagogiques.

4Naturellement, pour que toutes ces activités aient pu prendre corps et persévérer, il fallait qu’il y eût du lien affectif, que travailler ensemble fût un plaisir, que les réunions autour d’un texte se prolongeassent autour d’un repas, avec les bons petits plats cuisinés par Michelle et les jeux de mots de Claude qui fusaient à chaque occasion. Le quintette SEL trouva sa forme définitive avec l’arrivée à Toulouse-Le Mirail, en 1974, de Claude, qui se joignit au quatuor primitif : Michelle Débax, qui avait vécu les « événements de 68 » à Toulouse, Milagros Ezquerro puis Michèle Ramond qui les avaient vécus à Paris, Jean Alsina qui avait fait un détour par l’Algérie. Par bonheur, chacun et chacune mettait dans le pot commun un domaine de recherche différent : le Moyen-Âge, le Romancero espagnol et la linguistique, les littératures hispano-américaines contemporaines et la théorie du texte, la poésie espagnole du xxe siècle et la psychanalyse, le roman espagnol du xxe siècle et la littérature pour la jeunesse, et le Siècle d’Or, son histoire et sa société. Le pot commun était bien plus riche et savoureux que chaque apport particulier, et, bien entendu, chacun s’intéressait au domaine des quatre autres.

5C’est ainsi que ce qui était un groupe de travail pédagogique devint, tout naturellement, une équipe de recherche qui n’avait aucun statut officiel, aucune reconnaissance ministérielle (ce n’était pas encore la mode), tout au plus des aides ponctuelles de l’université quand le SEL commença à organiser des colloques. Aujourd’hui la chose paraît banale, organiser des colloques est une des activités obligées des laboratoires reconnus par le Ministère, mais en 1977, quand le SEL lance les premières invitations pour le colloque « Sujet et sujet parlant dans le texte », la concurrence n’est pas féroce, et le SEL fait figure de pionnier en réunissant autour d’une thématique conceptuelle des hispanistes d’horizons très différents, chercheurs confirmés et débutants. Organisé collectivement, avec des moyens très réduits, ce colloque se tient dans le cadre monacal et accueillant du Couvent des Dominicaines de Toulouse, où les participants sont logés et nourris (sans oublier le chocolat à l’espagnole du goûter) dans une ambiance de travail très fraternelle, en harmonie avec les us et coutumes du SEL. Il est l’occasion de nouer des contacts durables et fructueux avec des hispanistes prestigieux comme Maurice Molho ou Edmond Cros qui, de son côté, fonde le CERS (Centre d’Études et de Recherches Sociocritiques) à Montpellier, et avec des collègues de notre génération qui vont devenir des hispanistes importants, comme Nadine Ly.

6Claude Chauchadis présente une communication qui a plus de rapports avec le travail pédagogique collectif de SEL qu’avec ses propres recherches doctorales, puisqu’il analyse l’un des derniers discours du général Franco. L’alternance entre sujets de recherches personnelles et sujets élaborés en commun avec l’ensemble des membres sera l’une des caractéristiques des travaux du SEL, qui restera fidèle à cette conception d’un groupe de recherche. C’est pourquoi les titres des colloques seront des concepts, des notions ou des problématiques susceptibles d’intégrer tous les domaines thématiques, chronologiques, géographiques et méthodologiques, loin des spécialisations traditionnelles de bon nombre des groupes de recherche qui commencent à se créer progressivement dans les années 80. Les échanges avec les hispanistes français vont s’enrichir avec les apports des autres disciplines : les Sciences du Langage, la Philosophie, l’Histoire, la Psychanalyse, le Théâtre et le Cinéma, les Arts Plastiques. Dans tous les colloques du SEL, il y aura un ou plusieurs spécialistes d’autres disciplines.

7C’est aussi l’époque où le ministère de tutelle encourage les échanges internationaux à travers divers dispositifs institutionnels comme les « Actions intégrées ». Il s’agissait d’un accord passé entre universités de pays différents qui incluaient des échanges d’enseignements et des actions de recherche conjointes. Le SEL, à cette occasion, noua des relations étroites et fructueuses avec la Universidad Complutense de Madrid, et en particulier avec un groupe de collègues de Filología española, Literatura española e hispanoamericana, Literatura y Linguística francesas. Cette collaboration institutionnelle dura de nombreuses années et déboucha sur un travail pédagogique commun sur l’analyse des textes, ainsi que sur de nombreux colloques, organisés alternativement à Toulouse, à Madrid, ou dans des lieux intermédiaires et agréables comme le Parador de Viella ou une auberge des Pyrénées. Des livres collectifs, ainsi que la revue Compás de Letras, fondée par nos collègues madrilènes, conservent les résultats d’une telle collaboration : Organizaciones textuales, Lenguaje, ideología y organización textual en las Novelas Ejemplares, Teoría del discurso poético, Eros Literario, Suspens / Suspense, El referente.

8En dehors de l’organisation de colloques et de la collaboration assidue avec la Complutense, le SEL a également participé collectivement à de nombreuses manifestations. Ainsi, au XVe congrès de la Société des Hispanistes Français sur le thème « Texte et contexte », organisé à Limoges par l’un des fidèles amis du SEL, Jean-Paul Lecertua, les cinq membres, auxquels s’était joint pour la circonstance notre complice Jacques Beyrie, présentèrent une communication collective sur un long poème de Gabriel Celaya Los relojes de La Granja. Par ailleurs, notre collègue et ami Guy Mercadier avait constitué, à l’Université de Provence, un groupe de travail autour de l’autobiographie. Le SEL participa à deux des colloques internationaux organisés dans ce cadre, où participait aussi le spécialiste de l’écriture autobiographique, Philippe Lejeune. Dans le premier, Claude présenta une communication sur El cuarto de atrás de Carmen Martin Gaite, en collaboration avec Jean Alsina et Michèle Ramond. Le deuxième colloque réunit les cinq membres du SEL sur un sujet qui mettait en jeu à la fois l’analyse de textes et de tableaux, la sémiologie et la psychanalyse : « Qui c’est ce gars-là ? Salvador Dalí, du tableau à l’autobiographie (étude en cinq tableaux) ». Il va de soi que le jeu sur les mots dans le titre (Gala / gars-là) fut l’une des contributions de Claude.

9Avec les successives réformes et la structuration de la recherche universitaire, le modèle sui generis du SEL dut céder la place aux Équipes d’Accueil homologuées par le ministère. Les membres du SEL s’intégrèrent aux équipes correspondant à leurs spécialités respectives, pourtant ils continuèrent à travailler ensemble et à organiser d’autres colloques, jusqu’à ce que le départ, pour de lointaines universités, de deux membres du quintette clôturât le cycle d’une collaboration exemplaire, tant sur le plan intellectuel qu’amical, de plus de vingt ans.

10S’il m’a semblé important de rappeler, à l’occasion de l’hommage rendu à Claude Chauchadis, sa longue et fructueuse appartenance au SEL, ce n’est pas seulement parce qu’elle constitue une part importante de sa carrière scientifique, mais aussi parce que, pour ses cinq membres, l’aventure du SEL reste un modèle de formation intellectuelle d’autant plus précieux qu’il n’est pas répétable, parce qu’il est le fruit d’une genèse spontanée et mystérieuse.

Travaux de Claude Chauchadis dans le cadre des travaux du Séminaire d’Études Littéraires

« L’idéologie et le locuteur : allocution de Franco 1/10/1975 », Sujet et sujet parlant dans le texte, Toulouse, Service des Publications, 1977, p. 24-32.

« Analyse lexicale et analyse idéologique : application à la notion d’honneur chez Alejo de Venegas », L’idéologique dans le texte, Toulouse, Service des Publications, 1978, p. 35-47.

« Diálogos del conocimiento de Vicente Aleixandre, algunas consideraciones sobre la relación entre el título y el texto », avec Michelle Débax, Organizaciones textuales, Toulouse, Service des Publications, 1981, p. 213- 220.

« L’autobiographie dans la lettre de Che Guevara à Fidel Castro », avec M. Débax, L’autobiographie dans le monde hispanique, Publications de l’Université de Provence, Études hispaniques 1,1980, p. 10-28.

« Texte et contexte dans un poème de Gabriel Celaya : Los relojes de la Granja », avec J. Alsina, J. Beyrie, M. Débax, M. Ezquerro, M. Ramond, Texte et contexte, actes du XVe Congrès de la SHF (Limoges 1979), Limoges, Trames, 1981, p. 105-143.

« Approches d’une autobiographie féminine : El cuarto de atrás de Carmen Martin Gaite », avec J. Alsina et M. Ramond, L’autobiographie en Espagne, Publications de l’Université de Provence, Études hispaniques 5, 1982, p. 323-352.

« Los caballeros pícaros : contexto e intertexto en La ilustre fregona », Lenguaje, ideología y organización textual en las novelas ejemplares, coord. J.J. de Bustos Tovar, Madrid, Editorial de la Universidad Complutense, 1983, p. 191-197.

« Idéologie et personnage. “El cacahuete”, un “perversonnage” de fait divers », Le personnage en question, Toulouse, Service des Publications, 1984, p. 111-118.

« L’Angélus de Millet, véhicule de l’autobiographie dalinienne » (« Qui c’est ce gars-là ? Salvador Dali, du tableau à l’autobiographie (étude en cinq tableaux) »), Écrire sur soi en Espagne. Modèles et écarts, Publications de l’Université de Provence, Études hispaniques 14, 1988, p. 305-324.

« Un champ d’honneur : le champ clos », Espaces, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, collection Hespérides, 1988, p. 159-172.

« La figure de l’autre dans le duel chevaleresque », Les figures de l’autre, ed. M. Ramond, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, collection Hespérides, 1991, p. 57-67.

« Entre las armas y las letras : Cervantes y la ley del duelo », Compás de letras n° 1 « En torno al yo », 1992, p. 209-227.

« AHN. Cos 5583 n° 4. Crónica de un duelo no anunciado. El suspense en una sumaria del siglo XVII », Ibéricas 2 « Suspens/Suspense », ed. J. Alsina, Ophrys/CRIC, 1993, p. 141-149.

« Le poète et le forgeron. Analyse filmique de Martín el herrero de Gabriel Celaya », avec J. Alsina, M. Débax, M. Ezquerro, M. Ramond (SEL), Mélanges offerts au Professeur Guy Mercadier, Publications de l’Université de Provence, Études hispaniques 24, 1998, p. 377-406.

© Presses universitaires du Midi, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search