Version classiqueVersion mobile

Itinéraire(s) d’un historien du Droit

 | 
Jacques Poumarède

Chapitre 6. Écrire l’histoire du droit

Jean Jaurès, étudiant à la faculté de droit de Toulouse, en 18911

Texte intégral

  • 1 Article paru dans Cahiers trimestriels Jean Jaurès, Socialismes des juristes, 156, avril-juin 2000, (...)

1Au dossier des recherches sur l’intérêt que Jean Jaurès a porté au droit et sur ses relations avec le milieu des juristes, il est possible de verser une pièce restée jusqu’à présent inédite : son inscription en première année de licence à la faculté de droit de Toulouse, au début de l’année universitaire 1891-1892.

  • 2 A.D. Haute-Garonne, 3160W46, f°42, v° et f°45 r°, Registre des inscriptions en licence et en doctor (...)
  • 3 Les années toulousaines ont été particulièrement étudiées par Louis Soulé, La vie de Jaurès (1859-1 (...)

2Les registres de la faculté contiennent, en effet, une belle mention autographe par laquelle Jaurès déclare prendre une première inscription à la date du 7 novembre 1891 et s’engage à verser les droits universitaires2. Au début du trimestre suivant, le 15 janvier 1892, Jaurès renouvellera son inscription mais, cette fois, la déclaration est de la main du commis préposé à la tenue du registre, seule la signature paraît authentique. Par la suite, on ne trouve plus trace d’une nouvelle prise d’inscription et le nom de Jaurès ne figure pas sur le registre des examens. Ce passage éphémère sur les bancs de la faculté de droit est passé inaperçu de l’historiographie des séjours toulousains de Jean Jaurès et ne manque pas d’étonner3. En 1891, le futur leader socialiste a dépassé la trentaine ; il est maître de conférences à la faculté des Lettres, chargé du cours de philosophie et membre du conseil municipal de Toulouse, adjoint au maire chargé de l’instruction publique ; il vient de siéger pendant quatre ans à la Chambre des députés où il a acquis déjà une bonne expérience du travail législatif. On peut donc se demander ce qui a pu l’inciter à venir faire l’apprentissage du droit, en compagnie de condisciples beaucoup plus jeunes, parmi lesquels on relève des noms connus, comme celui de Maurice Sarraut, le futur directeur de la Dépêche de Toulouse, grand faiseur de ministères de l’entre-deux guerres et un certain Nagib Ghali, natif du Caire, fils de Boutros Ghali Pacha.

  • 4 Charles Lécrivain, 1860-1942, avait été reçu en 1880 à l’École normale supérieure, et nommé en 1887 (...)

3À vrai dire, la situation de Jaurès n’est pas exceptionnelle. La faculté de droit compte dans ses effectifs un certain nombre d’étudiants engagés dans la vie professionnelle et un de ses collègues de la faculté des Lettres, Charles Lécrivain, maître de conférences d’histoire ancienne, suit les enseignements de deuxième année de licence4 ; son exemple a peut-être guidé la décision de Jean Jaurès, mais ce qui l’a déterminée est une incontestable curiosité intellectuelle pour le monde du droit.

  • 5 Voir la nouvelle édition de la traduction de cette thèse dans les Œuvres de Jean Jaurès t. 3, Philo (...)
  • 6 Voir dans ce même numéro l’article de Carlos Miguel Herrera, « Jaurès et l’idée de droit social ».

4Au cours de l’été 1891, Jaurès vient de terminer ses thèses de doctorat. La thèse secondaire rédigée en latin, Des premiers linéaments du socialisme allemand est traversée par un véritable questionnement sur les fondements du droit dans la pensée de Kant, Hegel et de Fiche5. Jaurès y montre comment l’impératif catégorique kantien organisant la coexistence de la liberté et des devoirs, combiné avec la philosophie hégélienne du droit et de l’État et la critique de la propriété privée développée par Fiche, a abouti au socialisme tel qu’il s’exprime chez Marx et surtout chez Lassalle auquel Jaurès s’intéresse de manière plus approfondie qu’on ne l’avait fait avant lui en France. Comme le souligne ici même, Carlos Herrera « la pensée allemande aura une place significative sur sa vision du droit »6.

  • 7 J.M. Burney, Toulouse et son université. Facultés et étudiants dans la France provinciale du XIXe s (...)
  • 8 Jean Dauvillier, « Le rôle de la Faculté de droit de Toulouse dans la rénovation des études juridiq (...)
  • 9 Louis Arnault, Résumé d’un cours d’économie politique, Toulouse, 1891, p. 11 (cité par Burney, p. 1 (...)

5Cette approche toute philosophique du droit est très éloignée de l’enseignement dispensé, à l’époque, dans les facultés de droit, dont l’objectif essentiel est de former des praticiens. Les matières de droit civil occupent encore une place dominante dans les études. La faculté de Toulouse qui est la plus importante de province par ses effectifs, a, certes depuis assez longtemps, évolué dans ses méthodes7. Elle a pris des distances avec l’école de l’Éxégèse encore très influente à Paris. Des professeurs comme Osmin Benech, Charles Ginoulhiac, Joseph Paget ont ouvert les portes à la méthode historique sous l’influence de l’école allemande de Savigny et un cours d’histoire du droit français a été créé dès 1854 ; un cours d’économie politique apparaît de manière épisodique en 1848, 1851, 1853, avant Paris, puis plus régulièrement à partir de 1864 et se transforme en chaire en 18768. Mais ces innovations ne remettent pas en cause un enseignement solidement conservateur. L’histoire du droit et l’économie politique sont ouvertement destinées à combattre l’influence sur de jeunes esprits des idées pernicieuses, c’est-à-dire les dangers de doctrines socialistes. Les fortes maximes par lesquelles Louis Arnault, titulaire du cours d’économie politique professé en première année de licence, justifie son enseignement sont sans équivoques : « en défendant et en légitimant le droit de propriété, nous défendons la société dans laquelle nous vivons, la famille de laquelle nous sommes issus, la famille dont nous sommes, ou dont nous serons les auteurs et les chefs »9.

  • 10 Archives municipales de Toulouse, Bulletin du conseil municipal, 5 août 1891, p. 1133 et s. : avec (...)

6En prenant son inscription, Jean Jaurès n’ignorait pas l’esprit qui régnait sur les bancs des écoles de droit de l’époque. Quelques semaines auparavant, il avait dû subir au conseil municipal une des algarades dont son collègue Charles de Fitte, chef de file des socialistes révolutionnaires, était coutumier. Celui-ci se plaignait en termes véhéments du discours que le doyen Paget venait de prononcer à la distribution des prix des écoles communales et dans lequel il avait célébré les vertus de la propriété privée et qualifié de « folie » et de « spoliation » les principes socialistes10. Jaurès était indirectement visé car c’est lui qui, en qualité d’adjoint à l’instruction publique, avait invité le doyen à prononcer le discours d’usage. Sans fuir ses responsabilités, Jaurès répondit à de Fitte qu’il avait cru bon de prendre cette décision parce « qu’il y avait un grand intérêt pour l’enseignement, et pour la démocratie elle-même, à rapprocher l’enseignement primaire de l’enseignement supérieur » ; il a été le premier surpris des propos tenus par le doyen Paget : « il est au moins étrange d’entendre dire, non pas seulement que la propriété individuelle, mais que la forme de cette propriété est immuable et sacrée, au moment où une évolution énorme se produit sur l’idée de la vie, de Dieu et du droit », mais il n’a pas voulu répondre sur le champ pour garder à la cérémonie sa dignité : « s’il est nécessaire d’enseigner aux enfants le respect des institutions fondamentales du pays, il est bon de s’abstenir de soulever devant eux des questions brûlantes et controversées ».

  • 11 Le registre d’inscription porte le paraphe du doyen Paget sous la deuxième inscription de Jean Jaur (...)

7Son inscription quelques semaines plus tard sur les registres de la faculté de droit a peut-être été un acte de témoignage, qui n’est certainement pas passé inaperçu du corps professoral11. La clé qui donne un sens à cet acte se trouve en fait dans le beau discours que Jean Jaurès prononcera un an plus tard, le 17 novembre 1892, pour l’inauguration des nouveaux bâtiments de la faculté des Lettres.

  • 12 Le discours de Jaurès a été publié dans La Dépêche du 19 novembre ; voir de larges extraits dans J. (...)

8Trop à l’étroit dans les vieux locaux du Sénéchal, les littéraires avaient obtenu de l’État et de la municipalité de Toulouse une construction neuve sur un terrain mitoyen de la faculté de Droit. Jean Jaurès exalte dans son discours la liberté de penser : l’institution universitaire « est ouverte à tous les mouvements de la pensée, à tous les souffles de l’espace intellectuel, et elle a comme centre et comme fond le dogme même de la nation, le seul qu’elle reconnaisse depuis cent ans, le seul qui, en s’imposant à tous, n’asservisse personne, la liberté de l’esprit »12. Et l’orateur se félicite des nouveaux rapports que le voisinage va instaurer entre les deux facultés : « Ce rapprochement était depuis longtemps préparé par le mouvement de la science et des esprits. Il fut un temps où ces facultés se connaissaient à peine. On cueillait des roses dans le jardin des Muses et on les glissait de loin en loin entre les pages du code. Il n’y avait ainsi qu’un petit commerce de rhétorique. C’est donc, on peut dire, une sorte de voisinage intellectuel qui s’inaugure aujourd’hui entre les deux facultés ». Sous l’humour de la formule, on perçoit la foi si jaurésienne dans le dépassement des contradictions par le mouvement des idées.

  • 13 Dans la partie encore inédite du manuscrit de 1891 « La question religieuse et le socialisme » ; vo (...)

9En 1891-1892, l’adhésion de Jaurès aux valeurs du socialisme – du « collectivisme », comme il le déclare lui-même13 – ne fait aucun doute et la grève des mineurs de Carmaux lui fera franchir bientôt le pas de l’engagement militant ; les leçons des professeurs de droit toulousains, si tant est qu’il les ait suivies, ne l’auraient pas fait changer d’avis. Mais si, à l’instar de beaucoup d’autres jeunes gens de son milieu, frais émoulu du baccalauréat, il n’avait pas pris la voie de l’École normale supérieure et de l’agrégation de philosophie, et s’il était venu faire son droit à Toulouse, serait-il devenu la grande figure du socialisme humaniste qu’il fût ? La question mérite d’être posée.

Notes

1 Article paru dans Cahiers trimestriels Jean Jaurès, Socialismes des juristes, 156, avril-juin 2000, p. 91-98.

2 A.D. Haute-Garonne, 3160W46, f°42, v° et f°45 r°, Registre des inscriptions en licence et en doctorat. Jaurès s’est acquitté du montant des droits, soit 40 francs pour le trimestre, alors que son statut de fonctionnaire de l’enseignement supérieur pouvait lui valoir une exonération.

3 Les années toulousaines ont été particulièrement étudiées par Louis Soulé, La vie de Jaurès (1859-1892), Paris, 1921 ; Madeleine Rebérioux, « Jaurès et Toulouse (1890-1892) », Annales du Midi, 1963, repris dans Histoire moderne et contemporaine, t. 2, Toulouse, Privat, 1989, p. 781-799 ; Maurice Andrieu, Jean Jaurès, Citoyen adoptif de Toulouse, Toulouse, 1987. L’inscription de Jaurès à la faculté de droit a été signalée pour la première fois par Jean-Marc Gabaude dans une communication prononcée devant l’Académie des sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse, en 1999 et publiée dans Jean Jaurès philosophe, Toulouse, 2000, p. 24.

4 Charles Lécrivain, 1860-1942, avait été reçu en 1880 à l’École normale supérieure, et nommé en 1887, comme chargé de cours à la faculté des Lettres de Toulouse qu’il ne quittera plus jusqu’à la fin de sa carrière.

5 Voir la nouvelle édition de la traduction de cette thèse dans les Œuvres de Jean Jaurès t. 3, Philosopher à trente ans, A. Taburet-Wajngart (éd.), Paris, 2000, p. 381-436, et l’introduction du texte par A.T.-W., p. 379-380.

6 Voir dans ce même numéro l’article de Carlos Miguel Herrera, « Jaurès et l’idée de droit social ».

7 J.M. Burney, Toulouse et son université. Facultés et étudiants dans la France provinciale du XIXe siècle, Toulouse, 1989. Dans les années 1888-1892, la faculté de droit compte en moyenne 700 étudiants issus pour 29 % de familles de membres des professions libérales (juristes) et 41 % de propriétaires fonciers, p. 165.

8 Jean Dauvillier, « Le rôle de la Faculté de droit de Toulouse dans la rénovation des études juridiques et historiques aux XIXe et XXe siècles », Annales de l’Université des sciences sociales de Toulouse, 24, 1976, p. 343-384.

9 Louis Arnault, Résumé d’un cours d’économie politique, Toulouse, 1891, p. 11 (cité par Burney, p. 140). Louis Arnault, né à Tours en 1837 avait préparé Polytechnique avant d’être admis à Saint-Cyr où il avait donné sa démission pour faire des études à la faculté de droit de Paris. Il est agrégé en 1865 et affecté à Toulouse où il prend la suite de Rozy sur le cours d’économie politique. Conseiller général du Tarn-et-Garonne en 1874, il est élu député de ce département en 1885 dans les rangs conservateurs ; réélu en 1889, il fut invalidé ; il était secrétaire perpétuel de l’Académie de législation. Il meurt brutalement en 1894.

10 Archives municipales de Toulouse, Bulletin du conseil municipal, 5 août 1891, p. 1133 et s. : avec sa verve à la Père Duchesne, Charles de Fitte stigmatise « l’élucubration éminemment fantaisiste, mais très réactionnaire au demeurant, [de] cet échappé poussiéreux des officines du ‘Droit’ antique ». Joseph Paget était né à Morbier (Jura) en 1837 ; il avait été formé à la faculté de droit de Toulouse ; agrégé en 1870, il est affecté à Douai, puis à Toulouse où il fut titularisé en 1883 dans la chaire de Pandectes. Il était doyen depuis 1888.

11 Le registre d’inscription porte le paraphe du doyen Paget sous la deuxième inscription de Jean Jaurès, le 15 janvier 1892. L’intérêt que Jaurès porte à la faculté de droit ne se dément pas tout au long de cette période : le 28 décembre 1891, c’est sur sa proposition que le conseil municipal vote l’attribution d’un prix de 300 f. au lauréat du concours général de licence, Bulletin du conseil municipal, 1891, p. 1618.

12 Le discours de Jaurès a été publié dans La Dépêche du 19 novembre ; voir de larges extraits dans J.M. Gabaude, ouv. cité, p. 50.

13 Dans la partie encore inédite du manuscrit de 1891 « La question religieuse et le socialisme » ; voir M. Rebérioux, « Jean Jaurès et la propriété », Regards sur les idées, 58, juin 2000, p. 19-20.

© Presses universitaires du Midi, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search