Version classiqueVersion mobile

Itinéraire(s) d’un historien du Droit

 | 
Jacques Poumarède

Chapitre 6. Écrire l’histoire du droit

Charles de Ribbe (1827-1899), l’histoire et le droit au service de la cause le playsienne1

Texte intégral

  • 1 Article paru dans Les juristes et l’école de Le Play, Études sociales, 135-136, 1-2,2002.
  • 2 A. Savoye, « Les continuateurs de Le Play au tournant du siècle », Revue française de Sociologie, 2 (...)

1Dans les études qui, depuis une vingtaine d’années ont participé à la redécouverte de l’œuvre de Frédéric Le Play et de ses continuateurs, le nom de Charles de Ribbe est régulièrement cité1. Cet avocat aixois, membre de plusieurs académies savantes de province, figure dans le premier cercle des disciples du père de la conscience sociale ; ceux qui ont fondé la Société d’économie sociale en 1856-1857 et qui lui sont restés fidèles au-delà de la scission du mouvement le playsien en 1885, après la disparition du fondateur. Charles de Ribbe est présenté comme l’historien de la famille, institution-clé du système le playsien. Il est, en effet, l’auteur de nombreuses monographies et d’ouvrages de synthèse sur les institutions familiales depuis le Moyen Âge jusqu’au XVIIIe siècle, élaborées à partir de sources documentaires principalement d’origine méridionale2. Ses études se situent, selon les découpages disciplinaires d’aujourd’hui, entre l’histoire du droit et des institutions et l’histoire sociale et des mentalités, voire de l’ethno-histoire.

  • 3 Le Play d’après sa correspondance, Paris, Didot, 1884 ; 2ème éd., ibid., 1906.

2Charles de Ribbe figure aussi dans les bibliographies au titre de la première biographie consacrée à Frédéric Le Play deux ans à peine après sa mort3. Dans cet ouvrage, il a publié la correspondance relue de Le Play entre 1857, date de leur rencontre, et 1871, soit soixante-dix lettres qu’il a fait précéder d’une sorte de présentation de près de trois cents pages, en six chapitres chronologiques, mêlant les souvenirs personnels à des notations biographiques collectés dans les écrits de Le Play et auprès de ses proches. La tonalité générale en est évidemment très hagiographique, mais on peut y trouver de précieuses informations sur les modes de fonctionnement du mouvement le playsien à ses débuts et sur le processus de formation de sa doctrine.

3Charles de Ribbe a subi le même oubli ou la même « conspiration du silence » que celle qui a enveloppé Le Play et son école jusqu’à une époque récente. Mais si Le Play et certains de ses continuateurs suscitent aujourd’hui un intérêt renouvelé, lui-même reste encore dans l’ombre. Sa personnalité et son œuvre méritent pourtant une exhumation. Charles de Ribbe a reçu la parole de Le Play comme une illumination et sa trajectoire personnelle constitue un bon exemple de l’impact incontestable exercé par le maître sur ses disciples. Quant aux travaux, un essai d’évaluation parait utile. Leur auteur les a conçus comme une défense et une illustration de la réforme sociale, mais il semble qu’ils aient tiré la cause le playsienne plutôt vers le conservatisme.

Portrait d’un zélote

  • 4 II existe un fonds de Ribbe conservé au Musée Rabaud, à Aix-en-Provence qui contient ses œuvres et (...)
  • 5 Aubert, Dictionnaire de la noblesse, Paris-Nancy, 1980, t. 9, p. 18. La famille Ribbe portait des a (...)
  • 6 R. de Waren, Grand armorial de France, Paris-Nancy, 1975, t. 5 (armes d’azur au chevron d’or accomp (...)

4Charles de Ribbe est né le 7 mai 1827 dans une famille installée depuis plusieurs siècles à Aix et anoblie au début du XVIIIe siècle4. On trouve dans son ascendance paternelle, un trésorier de France en 1742 et plusieurs officiers. Son père, nommé par la Restauration, fit partie, l’année même de sa naissance, d’une fournée de conseillers-auditeurs. Des opinions légitimistes affichées lui valurent de rester longtemps dans cette position, après la mise en extinction du corps par la Monarchie de Juillet, ce n’est qu’en 1857 qu’il parviendra à occuper un siège de conseiller jusqu’à sa mort en 1865. Du côté maternel, la famille de Miollis originaire de Villecroze, appartenait à la noblesse de robe depuis l’anoblissement en 1769 d’un aïeul, conseiller en la chambre des comptes de Provence, fils d’un greffier du parlement d’Aix5. Charles avait trois grands-oncles aux positions sociales très emblématiques : un général de division, compagnon d’armes de Bonaparte en Italie, un préfet, baron d’Empire et un ecclésiastique, auquel il était très attaché, Mgr François de Miollis (1753-1843), évêque de Digne qui aurait inspiré à Victor Hugo son Mgr Myriel des Misérables6.

  • 7 Pascalis, étude sur la fin de la constitution provençale, 1787-1790, Paris, 1854. L’ouvrage est pub (...)
  • 8 Sur l’historiographie de ces épisodes pré-révolutionnaires, voir : M. Cubells, Les horizons de la l (...)

5Après des études classiques, Charles de Ribbe suit les cours de la faculté de droit et il est reçu en 1848 au barreau d’Aix. Hormis une brève velléité d’entrer dans la magistrature, après la mort de son père, il sera nommé juge suppléant au tribunal civil de Marseille en 1865 et substitut à Grasse, l’année suivante, Charles de Ribbe ne quittera jamais sa ville natale et profitera d’une position d’avocat peu occupé et d’une solide fortune foncière pour se consacrer pleinement à un goût précoce pour les études historiques. Attiré du fait de ses origines familiales par le monde judiciaire, de Ribbe commence par s’intéresser à travers la figure d’un avocat, Pascalis, à la lutte menée par le milieu des juristes aixois pour la défense des libertés locales et la reconnaissance d’une mythique « constitution provençale »7. Dans cet ouvrage de plus de trois cents pages, solidement étayé par des documents originaux, l’auteur ne cache pas ses sympathies en faveur d’un mouvement provincialiste animé par une élite de représentants du Tiers à l’éphémère réunion des États de Provence de 1788. Ce provincialisme aurait pu conduire à la reconnaissance d’une « sous-nationalité » provençale dans le cadre d’une monarchie française rénovée « si l’esprit révolutionnaire, fomenté par le XVIIIe siècle, [n’était pas venu] au nom d’un dogme absolu de destruction, rompre toutes les barrières, anéantir les germes féconds des libertés que les siècles avaient disposés sur notre sol, et créer une scission irréparable entre le passé et l’avenir de la France ». Face au patriote provençal, Pascalis, martyr de sa cause puisqu’il fut assassiné dans une émeute populaire en décembre 1790, de Ribbe oppose la figure de Mirabeau, aristocrate corrompu et fauteur d’insurrection8.

  • 9 Charles de Ribbe, présidera l’Académie d’Aix en 1863-1865 et 1887-1889 ; puis exercera de 1877 à 18 (...)

6L’ouvrage, publié par l’éditeur Dentu, connaît un vif succès et vaudra à Charles de Ribbe son entrée en 1857 à l’Académie d’Aix, dont il deviendra rapidement un des piliers9. Entre temps, il s’était intéressé aux questions forestières. Dans deux brochures publiées en 1857, il s’était attaché à démontrer que l’abandon depuis la Révolution des mesures protectrices prises par l’ancien parlement d’Aix était directement responsable des importants dégâts causés en haute Provence par de récentes inondations catastrophiques. Ces études alimentèrent le débat qui devait aboutir en 1860 au vote par le Corps législatif de la loi sur le reboisement des montagnes9.

  • 10 La Provence au point de vue des bois, des torrents et des inondations avant et après 1789, Paris, 1 (...)
  • 11 Le Play d’après sa correspondance, op. cit., p. 13.

7À peine trentenaire, Charles de Ribbe est déjà très représentatif de ce petit monde de gentilshommes rentiers, d’avocats et de magistrats, d’ecclésiastiques et d’archivistes qui sous le Second Empire peuple sociétés savantes et académies de province en multiplication rapide10. Tout aurait pu le prédisposer comme tant d’autres à une carrière d’érudit local, plus ou moins bornée, s’il n’avait eu une réelle ouverture d’esprit. Comme il l’écrira avec lucidité : « J’étais jeune ; j’avais la tète pleine d’idées de progrès vagues et confuses, ayant peine à se combiner avec celles qui m’avaient donné de beaux exemples domestiques et un respect inné de la tradition »11. C’est dans cet état d’esprit que devait avoir lieu en mai 1857 la rencontre décisive avec Frédéric Le Play.

  • 12 Sur l’intérêt de Le Play pour les questions forestières, voir Kalaora et Savoye, La forêt pacifiée  (...)
  • 13 Le Play d’après sa correspondance, op. cit., p. 43.

8La Société d’économie sociale avait été créée un an auparavant et se réunissait un dimanche par mois, au 9 quai Malaquais à Paris. Charles de Ribbe fut introduit dans ce cénacle très parisien en raison des questions forestières qui intéressaient tout spécialement Le Play12. Il a raconté cette rencontre et l’entretien qui suivit au domicile du maître, avec l’émotion du néophyte : « ce fut pour moi une révélation, cela me produisit l’effet d’un lever de rideau... Assurément, il m’avait été donné d’approcher de près des hommes éminents par l’élévation et l’éclat de leur esprit, renommés pour leur éloquence... M. Le Play venait de m’émouvoir et de me remuer bien autrement. Avec lui, je rencontrais un homme, nourri d’une science toute positive et supérieure par l’éloquence la plus utile, la plus nécessaire à notre temps, celle des faits, qui allait jusqu’au fond des choses, se rendait un compte exact du mal et ne reculait pas devant le remède à lui apporter »13.

  • 14 F. Le Play, La réforme sociale en France, 2 vol. Paris, Dentu, 1864, 2ème éd. 1866 ; cf. Kalaora et (...)
  • 15 Le Play d’après sa correspondance, op. cit., p. 33.
  • 16 Les embellissements d’Aix il y a deux siècle, Aix, 1861 ; Les anciens usages de l’église métropolit (...)
  • 17 Notes publiées en annexe de la monographie du paysan et savonnier de la Basse-Provence, par Focillo (...)
  • 18 La nouvelle école libérale et la décentralisation, Marseille, 1859.
  • 19 Le Play d’après sa correspondance, op. cit., p. 295.
  • 20 Ibid., p. 337 ; Ch. de Ribbe, L’ancien barreau du parlement de Toulouse pendant la peste de 1720, M (...)

9De cette rencontre décisive devait s’ensuivre un échange de correspondance dans laquelle, à raison d’une à deux lettres par trimestre, le maître témoignera une sollicitude et une considération quasi paternelle à un disciple incontestablement séduit. Le tournant des années 1860 est l’époque où Le Play élabore sa doctrine qu’il publie en 1864 sous le titre de La Réforme sociale14. Dès la rencontre de mai 1857 et dans les premières lettres, il a encouragé Charles de Ribbe à s’intéresser à la famille, point d’application principal de son programme, et il le presse de questions sur l’organisation de la famille en Provence, sur l’état des rapports des enfants avec leurs parents, sur le régime de la propriété familiale. Ces interrogations désarçonnent de Ribbe : « Je lui avouai que ces redoutables sujets m’effrayaient, que je les avais quelque peu abordés, mais que, de l’avis d’autorités très supérieures à la mienne, le Midi comme le Nord subissait une transformation dont nul ne pouvait déterminer le résultat final »15. Lejeune académicien aixois reste sur un registre éclectique d’histoire locale16. Le Play parvient toutefois à l’enrôler dans l’entreprise collective des Ouvriers des Deux Mondes, qui a pris la suite des Ouvriers européens : de Ribbe rédige plusieurs notes sur la transmission de la propriété chez les « ménagers » de Provence qui seront publiées dans le volume III, à la suite d’une monographie de Focillon17. Un point de divergence se manifeste lorsque de Ribbe adresse à Le Play une brochure sur « La nouvelle école libérale et la décentralisation »18. Celui-ci lui répond de ne pas se laisser « trop aller à l’espoir d’une prochaine organisation provinciale ». Il faut d’abord reconstituer la famille : « à défaut de cette base, on n’organiserait aujourd’hui que le désordre et l’anarchie »19. Mais Le Play ne cesse d’encourager son disciple : « vous êtes dans la bonne voie ! Vous nous donnez des textes qui portent avec eux la lumière – je vous bénis ! » lui écrit-il lorsque de Ribbe lui envoie la correspondance privée de deux avocats aixois durant l’épidémie de peste de 172020. Grâce à ses réseaux familiaux, Charles de Ribbe se met à explorer les archives privées et découvre le filon des « livres de raison » dont il va faire le matériau essentiel de ses recherches.

  • 21 Une famille au XVIe siècle (De Ribbe), documents originaux précédés d’une introduction, Tours, 1879 (...)
  • 22 Le Play d’après sa correspondance, op. cit., p. 364.

10En 1866 et 1867 paraissent deux monographies, la première est constituée de la publication de documents originaux du XVIe siècle tirés de ses propres archives familiales, la seconde concerne la famille du Laurens21. Le Play applaudit : « Mille remerciements pour vos extraits de livres de raison [...] vous avez là une mine fort intéressante [...]. Ce que j’aime et apprécie le plus chez mes amis, c’est leur zèle propagandiste : et je loue d’autant plus ce zèle qu’il se lie à une initiative pratique, à des travaux qui les mettent en communauté d’action avec les hommes »22.

  • 23 Du but moral et social dans les œuvres d’érudition, Aix, 1864, 29 p.

11Voici Charles de Ribbe pleinement consacré comme disciple de Le Play et reconnu en qualité de spécialiste de l’histoire de la famille. Peu de temps auparavant, il avait fait à deux reprises une profession de foi le playsienne. Élu président de l’Académie d’Aix en 1864, il s’était longuement interrogé, dans son discours prononcé à la séance publique de distribution des prix sur « le but moral et social dans les œuvres d’érudition »23. Pour lui, l’érudit – entendons l’historien – se doit de travailler avec une méthode aussi sûre que les sciences physiques et qui repose sur l’observation rigoureuse des faits. Cette méthode « un sage et vigoureux esprit, un illustre économiste, M. Le Play l’a inauguré avec éclat [...] ». Il l’a mise en œuvre pour l’observation comparée de la vie domestique des ouvriers européens ; elle doit pouvoir s’appliquer aussi « à l’observation de l’ancienne vie domestique, corporative et municipale, et mettre en relief des lois fortes et invariables et fournir les moyens de juger sur quoi les mœurs demandent à être relevées et redressées, selon les besoins de notre temps ».

  • 24 « De la méthode d’observation appliquée à l’étude des faits sociaux », extrait du Compte rendu des (...)

12Deux ans plus tard, profitant de la tenue à Aix du Congrès scientifique de France (décembre 1866) dont il est un des secrétaires généraux, Charles de Ribbe se livre devant neuf cents délégués venus de la France entière à un exposé complet de la doctrine le playsienne sous le titre parfaitement explicite : « de la méthode d’observation appliquée à l’étude des faits sociaux »24.

  • 25 Le Play d’après sa correspondance, op. cit., p. 344.
  • 26 De Ribbe a dressé le panégyrique de Claudio Jannet dans une longue étude : « Mes souvenirs sur Clau (...)

13Le disciple adopte aussi la ligne militante du maître et ne se contente pas de diffuser ses idées, mais fait du prosélytisme en répondant positivement aux sollicitations réitérées de Le Play : « Signalez-moi les hommes que vous aurez le bonheur de rencontrer, et veuillez me mettre en contact avec eux. Je n’épargnerai rien pour en former un faisceau qui puisse, le plus tôt possible, se passer de moi »25. C’est ainsi que de Ribbe a parrainé l’entrée dans le cercle le playsien de plusieurs personnes et sa meilleure recrue fut incontestablement Claudio Jannet. Dès 1857, il avait pris sous sa protection ce jeune étudiant en droit, orphelin d’un ingénieur civil ; en 1864, il le recommande à Le Play. À la faveur d’un long séjour parisien, Jannet fréquente assidément le « salon social » de la place Saint-Sulpice et s’initie à son tour à la pensée le playsienne. Installé comme avocat à Aix, il se lance sous la double influence de Le Play et de Ribbe dans des travaux à la jonction de l’histoire du droit et de l’économie qui lui voudront une notoriété consacrée par la nomination dans la chaire d’économie sociale de l’Institut catholique de Paris en 1875 jusqu’à sa mort précoce en 189426.

  • 27 Le Play, La paix sociale après le désastre selon la pratique des peuples prospères, Tours-Paris, 18 (...)
  • 28 En 1884, le cercle des Bouches-du-Rhône est composé de « De Ribbe, Arbaud, abbé Belol, de Berluc-Pé (...)
  • 29 La Réforme sociale, 1881, t. 1 : de Ribbe, « Un foyer d’autrefois d’après une publication récente » (...)

14Charles de Ribbe et Claudio Jannet ont participé activement au redéploiement du dispositif le playsien après la chute de l’Empire et la proclamation de la IIIème République. Ils figurent aux côtés des le playsiens historiques comme Adolphe Focillon, Emile Cheysson ou Emmanuel de Curzon et de nouveaux venus tel Alexis Delaire, au sein du Comité de paix, pour répondre à l’appel de Le Play en faveur de La paix sociale après le désastre27. À partir de 1874, Charles de Ribbe est le correspondant pour les Bouches-du-Rhône du nouveau mouvement le playsien, l’Union pour la paix sociale28. De même, il participe en 1881 à la fondation de la revue La Réforme sociale, qui se substitue au Bulletin de la Société d’économie sociale et à laquelle il va collaborer dès la première livraison, aux côtés de Claudio Jannet29.

  • 30 Sur les motifs et les circonstances de cette scission, voir, B. Kalaora et A. Savoye, ouv. cité, p. (...)

15Après la mort de Le Play (1882), Charles de Ribbe se retrouve parmi les gardiens du temple lorsque intervient en 1885 une scission au sein du le playisme30. Sa signature figure au second rang, derrière celle du propre fils de Le Play et devant celle de Jannet, sous « l’avant-propos » en forme d’avertissement paru dans la première livraison de la Réforme sociale de 1886. Ce texte fameux prend acte avec regrets... des errements nouveaux que vont suivre un groupe dissident qui, avec l’abbé de Tourville et Edmond Desmolins fondent la revue La Science sociale dans le but d’opérer un renouvellement du paradigme le playsien et une évolution de ses rapports avec l’action sociale. Pour sa part, de Ribbe continuera jusqu’à sa mort à collaborer à La Réforme sociale, par des articles ou des comptes-rendus presque exclusivement consacrés à la famille. Depuis le début des années 1870, il est reconnu dans le mouvement le playsien comme l’historiographe officiel des institutions familiales : pas moins de sept ouvrages paraissent sous son nom entre 1873 et 1898, dont certains sont plusieurs fois réédités avec de substantielles augmentations ; la dernière de ses productions est couronnée par l’Académie française. Une telle « scriptomanie » n’est pas exceptionnelle dans le mouvement le playsien, à commencer par le maître lui-même. Elle frappe cependant par la récurrence d’un certain nombre de thèmes inlassablement traités : il s’agit des principaux articles de foi du catéchisme le playsien que de Ribbe s’est employé à illustrer de mille façons. Le disciple a mis tout son zèle à propager les idées du maître, mais à y regarder de plus près, il est permis de se demander s’il n’a pas contribué, lui aussi, à leur formulation.

Le catéchisme le playsien illustré par l’histoire

  • 31 Kalaora et A. Savoye, ouv. cité, p. 119.
  • 32 Le Play, Instruction sur la méthode d’observation dite des monographies de famille, Paris, 1862.
  • 33 B. Kalaora et A. Savoye, ouv. cité, p. 98.

16Comme Bernard Kanara et Antoine Savone l’ont noté, l’œuvre de Le Play participe de ce goût de la bourgeoisie éclairée du XIXe siècle pour l’observation directe de la réalité sociale, illustré par de célèbres contemporains comme Alexis de Tocqueville ou Adolphe Blanqui, en passant par Michel Chevalier ou Antoine de Villermé31. Elle surpasse néanmoins les travaux de ces derniers par l’utilisation d’une méthode qui se voulait rigoureusement scientifique. Le Play a expérimenté sa méthode dite des monographies de familles dans l’ouvrage intitulé Les Ouvriers européens (1855) et en a présenté une systématisation à l’intention de ses disciples de la Société d’économie sociale dans un véritable guide d’enquête paru en 186232. Avec des conseils sur la nécessaire objectivité de l’enquêteur et la confiance à établir avec la famille observée, le père de la science sociale préconise pour chaque monographie un plan uniforme, composé d’observations préliminaires présentées en quatre rubriques : « la définition du lieu, de l’organisation industrielle et de la famille », à la suite desquelles on doit trouver le budget annuel décompté en recettes et dépenses et accompagné d’un inventaire du patrimoine mobilier et immobilier. Des notes peuvent clore la monographie où l’enquêteur émet éventuellement des appréciations personnelles après avoir confronté ses observations avec l’opinion de représentants des diverses classes de la société étudiée, les « autorités sociales », selon le vocabulaire le playsien33. L’audience de Le Play tient beaucoup à l’ambition scientifique de son entreprise. Charles de Ribbe a été séduit dès les premières rencontres par l’aspect systématique de la méthode d’observation et, aiguillonné par le maître, il s’est évertué à rechercher l’équivalent des monographies de famille dans son domaine de prédilection : l’histoire. On peut donc considérer qu’il est, lui aussi, l’inventeur d’une source originale dont il va faire, à partir de 1866, le matériau principal de son œuvre : les livres de raison.

  • 34 Les familles et la société en France avant la Révolution, ouv. cité, ch. I, « Les livres de raison (...)
  • 35 Ibid. p. 5-6.

17À plusieurs reprises, et plus spécialement dans son ouvrage de synthèse, Les familles et la société en France avant la Révolution (1ère édition 1873), Charles de Ribbe a souligné les similitudes entre le livre de raison et la monographie de famille. On y retrouve les mêmes éléments d’information collectés par les enquêtes le playsiennes. Un livre de raison quand il était bien tenu se divisait en deux parties principales, explique-t-il. La première qui correspond aux observations préliminaires était consacrée à « l’origine et l’histoire de la famille, sa généalogie, ses alliances ». Par l’inscription des dates de mariage, de naissances des enfants, de décès, on peut connaître sa composition et de multiples notations renseignent sur son principal établissement, son rang social ainsi que son niveau moral et son degré d’attachement à la religion. La deuxième partie était réservée aux affaires, à la gestion des biens, aux créances et aux dettes... L’origine, l’état et la nature des propriétés y étaient indiqués ; les titres, contrats, actes d’acquisition ou d’échange, baux à ferme y étaient analysés d’une manière succincte. L’équivalent, en somme, du budget de famille établi par les monographies de Le Play. Un livre de raison rédigé selon ces canons n’était plus simplement un registre de comptabilité, mais devenait tout un Mémorial domestique »34. Charles de Ribbe insiste beaucoup sur la fiabilité de cette source : « l’histoire nous offre peu de documents plus sûrs, comme c’est la conscience même qui les a dictés, ils sont pleinement sincères. Point de théories et de spéculations ; ce sont des faits [...]. Tout y fournit matière à observations, le fond, la forme, les formules, la langue [...] »35.

  • 36 Laurent Theis, « Guizot et les institutions de mémoire », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mém (...)

18Cet enthousiasme pour le document authentique et à l’état brut n’est pas propre à l’auteur, il participe d’un vaste mouvement historiographique qui valorise depuis longtemps la recherche d’archives, et qui est à peu près synchrone avec le goût pour l’observation directe de la réalité sociale, évoqué plus haut. Né sous la Restauration avec la création de l’École des Chartes (1820), ce mouvement a pris son essor sous la Monarchie de Juillet et l’égide de Guizot, avec la création de la Société d’histoire de France (1833) pour « populariser l’étude et le goût de notre histoire nationale... par la recherche et l’emploi des documents originaux » et la fondation du Comité des travaux historiques chargé de diriger les recherches et la publication des documents inédits relatifs à l’histoire de France (1834), avec Augustin Thierry et Auguste Mignet36.

  • 37 Les familles et la société en France avant la Révolution, p. 34.

19Dans les années 1860-1870, Charles de Ribbe, comme ses semblables, est pleinement convaincu de la scientificité de l’histoire et de la capacité des historiens à rendre compte de la réalité sociale, à l’instar des adeptes d’une sociologie naissante. Le filon des livres de raison qu’il entend exploiter a un autre mérite. On peut le trouver partout en Europe et même bien au-delà : n’existe-t-il pas en Chine un livre domestique nommé Kia-pou ?37 La méthode comparatiste, chère à Le Play, peut être expérimentée aussi à partir des sources historiques, avec le même objectif : mettre à jour la permanence dans toutes les nations de quelques institutions essentielles qui en assurent la stabilité.

20Au fil de la publication de ses ouvrages et en remontant le temps, du XVIIIe siècle au Moyen Âge, Charles de Ribbe s’est donc mis à exploiter la mine de données factuelles et d’exemples édifiants fournies par les livres de raison, complétés souvent par des archives notariales et municipales, afin de mettre en images les idées-forces de Le Play : la famille-souche, l’association, le patronage, la paix sociale et le respect du Décalogue.

  • 38 Ch. de Ribbe, La Société provençale à la fin du Moyen Âge, d’après des documents inédits, Paris, 18 (...)
  • 39 Ibid. p. 376 et s. ; voir R. Aubenas, « Le contrat d’affrairamentum dans le droit provenèal du Moye (...)
  • 40 La Réforme sociale, 1889, 2ème série, t. VIII, p. 321 -340 ; p. 404-424.

21La famille-souche a été la plus facile à illustrer. Le modèle le playsien se retrouve évidemment sans peine dans la famille provençale modelée par le droit écrit. De Ribbe n’a pas eu de mal à montrer que dès le Moyen Âge la pratique de l’institution d’héritier dans le testament ou les contrats de mariage a permis de « faire un héritier » et de maintenir l’intégrité du patrimoine, tout en assurant fermement la puissance paternelle. La description des pratiques testamentaires d’une lignée de « ménagers » d’Ollioules, les Deydier, qu’il a progressivement affinée dans plusieurs publications jusqu’à sa dernière œuvre, La Société provençale à la fin du Moyen Âge, couronnée par l’Académie française, est à cet égard très intéressante car elle préfigure des analyses bien postérieures produites par l’historiographie juridique en ces matières38. De même, il est le premier à signaler la pratique fréquente des « sociétés frayresques ou affrairements » dans le monde rural comme chez les artisans pour lutter contre le morcellement de la propriété39. La collaboration entre les classes sociales, c’est-à-dire le patronage selon la terminologie le playsienne, est également une préoccupation permanente de Charles de Ribbe, surtout à partir de la constitution des Unions de la paix sociale. Sa série d’articles publiés dans la Réforme sociale, en 1889, sous le titre « La paix sociale à la fin du Moyen Âge et la vie de village au temps du roi René », offre le spectacle d’une harmonie sociale reposant sur « la familiarité que les classes avaient entre elles »40.

  • 41 Voir, par exemple, La famille et la société en France, ouv. cité, chap. II, « L’idée de Dieu et de (...)

22Le respect du Décalogue, c’est-à-dire des vertus chrétiennes, est également une préoccupation constante pour de Ribbe qui s’affranchit ici volontiers du vocabulaire le playsien. Les livres de raison lui fournissent une abondante moisson d’exemples édifiants sur la piété des Provençaux, sur leur assiduité aux cérémonies religieuses, sur leur esprit de charité. Il est intarissable sur les instructions morales laissées par des pères à leurs enfants, sur les discours sur les joies conjugales tenus par des maris ou des épouses vertueuses, sur les invocations pieuses contenues dans les testaments41.

  • 42 Ch. de Ribbe, Le livre de famille, Tours, 1879.

23Enfin, pour suivre à la lettre les consignes du maître et joindre la pratique militante à la spéculation théorique, Charles de Ribbe a publié en 1879 sous le titre Le livre de famille un ouvrage de conseils, destinés aux pères qui souhaiteraient revenir à une coutume si excellente »42, que l’éditeur vendra accompagné d’un Livre de raison, sous la forme d’un registre relié « qui rendra facile et attrayante même la mise en pratique des préceptes [...] Sur les pages blanches d’un beau et solide papier de fil s’inscriront les faits, les dates, les détails, les conseils dont le recueil doit former le trésor des actes et souvenirs domestiques ».

  • 43 F. Le Play, La Réforme sociale en France, 2 vol., Paris, 1864 ; 2ème éd. 1866, p. 26-51.
  • 44 Le Play cite l’étude de Ribbe sur l’ancien barreau du parlement de Provence : « je ne saurais trop (...)

24Si de Ribbe a parfaitement assimilé la méthode et la pratique le playsienne pour les adapter aux données de l’histoire, il est permis de se demander si, en retour, Le Play n’a pas formulé son propre rapport à l’histoire en suivant dans une certaine mesure l’influence de son disciple. On peut constater, en effet, que la prise en compte dans l’œuvre du père de la science sociale de la dimension historique ne date que de la parution, en 1864, de la première édition de la Réforme sociale. L’histoire est pratiquement absente de l’introduction analytique comme des monographies qui composent Les Ouvriers européens (1856), ouvrage marqué par une approche immédiate et comparatiste des faits sociaux. En revanche, La Réforme sociale contient dans l’introduction un substantiel développement placé sous le titre : « Les fausses théories d’histoire nous font prendre le change sur les conditions de la réforme »43. Le Play y déclare qu’il a pris conscience du fait que « les historiens classiques » ont contribué à déprécier les époques anciennes de l’histoire nationale, et que « l’école révolutionnaire a encore plus faussé les esprits : elle a attribué, comme caractère distinctif, aux six siècles précédents, l’antagonisme social qui ne s’y produisait qu’à titre exceptionnel et qui ne s’est propagé que de notre temps ». Mais heureusement, les monographies qui commencent à paraître et qui ont été établies sur la base « des vieux écrits déchiffrés par la paléographie [...] mettent en relief l’excellence des rapports qui unissaient les seigneurs soit aux paysans, soit aux bourgeois », et Le Play cite expressément dans le texte « un jeune avocat [qui] en publiant une précieuse correspondance, trouvée dans les archives de l’ancien parlement de Provence, mettait en relief le contraste extraordinaire qui s’est tout à coup manifesté avant et après le règne de Louis XIV, entre les nobles sentiments du XVIIe et la corruption du XVIIIe siècle »44.

  • 45 Le Play d’après sa correspondance, p. 293, 307, 313, 326.

25Le Play conclut ce développement par un appel à « l’érudition », c’est-à-dire la recherche historique : la mission actuelle des historiens consiste à restaurer le respect du passé, il est temps de mettre fin à la méprise qui porte chez nous tant d’écrivains à glorifier tous les actes et toutes les tendances de la révolution française, en vue d’établir dans le monde l’ascendant de notre nation... Le seul moyen de glorifier la Révolution de 1789 est de la terminer. Force est de constater la tonalité contre-révolutionnaire des positions de Frédéric Le Play sur l’histoire et elle n’est pas nouvelle sous sa plume. Dès les premiers échanges de lettres avec de Ribbe, la déploration de la décadence provoquée par la Révolution est un thème récurrent de la correspondance entre le maître et le disciple : « J’ai lu avec un vif intérêt votre Pascalis, et je veux vous exprimer la satisfaction que j’ai trouvée à cette lecture. Vous avez bien expliqué comment a eu lieu la chute de notre ancienne Constitution, car ce qui s’est passé en Provence, ressemble beaucoup à ce qui s’est produit dans le reste de la France », lui écrit-il le 7 juin 1857. Le 19 mars 1859, il dénonce « une stupide prévention contre l’ancien régime », et un mois plus tard, accusant réception d’un article de Ribbe paru dans Le Correspondant, principal organe du catholicisme libéral, il lui répond : « Oui, vous avez mille fois raison en revenant sur notre habituel refrain, on a perverti le sens intellectuel et moral de ce pays, en lui laissant croire que la liberté date chez nous de 1789. Plus j’observe et plus j’arrive à constater que cette date serait plutôt celle de l’amoindrissement graduel de la liberté ». Quelques mois plus tard, cependant, Le Play répond à son disciple qui lui faisait part de son enthousiasme pour L’Ancien Régime et la Révolution : « Le livre de M. de Tocqueville, dont vous m’entretenez et que j’ai beaucoup médité, mérite les éloges que vous en faites. C’est, probablement, le premier ouvrage politique et social de ce temps ». Les deux correspondants vont s’accorder sur une lecture tocquevillienne de l’histoire moderne en englobant le siècle d’absolutisme qui précède 1789 dans une même réprobation : « Je me mets tout à fait à votre point de vue pour juger le mal énorme qui, depuis deux cents ans, s’attaque à notre constitution sociale » (17 mai 1861). Remontant le cours de l’histoire Le Play repère une autre période de décadence qu’il situe dans la deuxième moitié du XVIe siècle, sous le règne des derniers Valois : « La France, sous Charles IX et Henri III, était aussi malade qu’aujourd’hui. Les hautes classes n’étaient pas moins perverties », avant le sursaut national et l’ère des réformes qui s’ouvrit avec l’avènement d’Henri IV, « un des grands sujets d’admiration de M. Le Play » aux dires Charles de Ribbe45.

  • 46 Le Play, L’organisation du Travail selon la coutume des ateliers et la loi du Décalogue, Tours, 187 (...)

26Il serait très intéressant de suivre plus en détail qu’il n’est possible de le faire ici, l’élaboration par Frédéric Le Play d’une périodisation de l’histoire nationale constituée d’une succession de phases de décadence suivies par des périodes de renaissance. Son système sera exposé dans L ’Organisation du Travail, paru à la veille de la chute de l’Empire, où il occupe un long chapitre premier intitulé : « La distinction du bien et du mal ». Depuis l’installation des Gaulois en Gaule, Le Play y distingue : « Trois époque de réforme et de prospérité, alternant avec trois époques de corruption et de décadence »46, délimitées avec une précision toute polytechnicienne : la troisième période de « prospérité par l’émulation des deux clergés chrétiens, sous les institutions féodales » commence avec la conversion de Clovis (496) et se termine à la mort de saint Louis (1270) ; la sixième, toujours en cours, celle de la « décadence par le scepticisme sous la corruption de la monarchie absolue, et les violences de la Révolution » a débuté en 1661 avec le règne personnel de Louis XIV !

  • 47 Louis Dimier, Les maîtres de la contre-révolution au XIXe siècle, Paris, 1907, cité par Olivier Dum (...)
  • 48 Ph. Secrétan, « Le Play et les historiens de son temps », dans Recueil d’études sociales à la mémoi (...)

27En tout état de cause, la conception que Le Play s’est faite de l’histoire est caractéristique d’une pensée ancrée à droite par son pessimisme foncier sur la liberté humaine et sa représentation cyclique d’une alternance du règne du bien et du mal. On ne peut donc s’étonner de voir, en 1907, un historien maurrassien, Louis Dimier, compter Le Play parmi les maîtres de la Contre-Révolution au XIXe siècle, après les ancêtres Rivarol, Maistre et Bonald, et les historiens Fustel, Taine et Renan47. Si par sa méthode, Le Play a pu séduire des historiens modérés qui ne répudiaient pas l’héritage révolutionnaire, tel Albert Sorel48, l’essentiel de son argumentaire historique s’inscrit incontestablement dans une logique contre-révolutionnaire, et tout permet de penser qu’il s’est en grande partie forgé dans le dialogue noué avec Charles de Ribbe. Sans forcer le trait, peut-on en conclure que le disciple fut en ces domaines le mentor du maître ?

  • 49 Musée Arbaud, Aix, fonds de Ribbe, lettre du 12 juil. 1877 écrite de Frohsdorf : « Je vous félicite (...)
  • 50 Musée Arbaud (Aix), fonds de Ribbe ; sur les relations Le Play-Dupanloup, voir de Ribbe, Le Play d’ (...)
  • 51 En 1884, le fondateur du Félibrige a assisté à Paris au Café Riche au banquet de clôture de la réun (...)
  • 52 P. Daniel, « L’influence de Le Play sur la pensée politique franèaise et étrangère de 1875 à 1814 » (...)
  • 53 La Réforme sociale, 1889, t. VII, p. 640. et s.

28Au fond, Charles de Ribbe était très représentatif des milieux qui, à la fin du XIXe siècle, ont le mieux accueilli la doctrine le playsienne, tous ancrés à droite, mais de manières assez diverses. Ses origines, ses attaches le portaient vers le légitimisme. Il fut très apprécié dans ce milieu, une lettre du comte de Chambord en accusé réception de son livre sur La vie domestique en témoigne49. Mais ce ne fut certainement pas un de ces Chevau-légers intransigeants, nourris d’illusions sur la restauration monarchique, ce qui lui permettra d’accepter assez facilement le ralliement catholique. D’ailleurs, sur le plan religieux, il était très attaché à Mgr Dupanloup, chef de file du catholicisme libéral, avec lequel il a entretenu une longue correspondance et qui était lui-même en relation avec Le Play50. Ses convictions décentralisatrices et son attachement à la culture provençale l’ont naturellement attiré aussi vers le Félibrige dont il fut élu mainteneur, et l’on sait que Mistral s’est intéressé de près à la doctrine de Le Play51. Enfin, il n’est pas le jeune Maurras qui n’ait vécu dans une atmosphère le playsienne. Au collège d’Aix où il a fait ses études, le futur fondateur de l’Action française fut le condisciple des deux fils de Claudio Jannet, familiers de Charles de Ribbe52. Tout porte à penser que celui-ci et le jeune Maurras se sont fréquentés. De 1886 à 1891, Maurras a publié dans la Réforme sociale, onze études dont un article sur Olivier de Serres et une étude en faveur de la liberté de tester, thème le playsien s’il en est53.

  • 54 RHDFE, 1899, p. 675-677.
  • 55 A. Savoye, « Les paroles et les actes : les continuateurs », art. cité, p. 75 et 92. G. Blondel éta (...)

29Il est un milieu dans lequel l’œuvre de Charles de Ribbe a trouvé un certain écho : les historiens du droit. Tardivement, il est vrai et d’une manière plutôt circonscrite. La Revue historique du droit français et étranger n’a publié qu’une seule recension d’un ouvrage de l’académicien aixois, en 1899, l’année même de sa mort. Il s’agit de La société provençale à la fin du Moyen Âge, son meilleur travail sans doute, distingué par le second prix Gobert. Le recenseur est Georges Blondel, professeur à la Faculté de droit de Lille, collaborateur régulier de la revue. Le commentaire est très bienveillant ; il souligne que les travaux de M. Charles de Ribe sont connus de tous ceux qui s’occupent d’histoire du droit... et suggèrent de nombreuses réflexions sur l’influence respective des mœurs, des lois et des idées dans les transformations des sociétés »54. Georges Blondel signale que de Ribbe est un disciple de Le Play et que, de ce fait, il ne pouvait manquer d’étudier avec un soin particulier les questions relatives au régime successoral et de montrer quel prix on attachait à cette glorieuse liberté de tester qui, en dépit d’une loi tendant à favoriser le partage, avait surtout pour effet d’empêcher la division des biens ruraux après la mort du père ». L’intérêt de Georges Blondel pour l’œuvre de Ribbe s’explique aisément par le fait qu’il fut, lui aussi, membre du réseau le playsien : admis à la Société d’économie sociale en 1894, il en devint administrateur en 189655.

  • 56 P. Viollet, Histoire du droit français, Paris, 3ème éd. 1905 ; J. Brissaud, Manuel d’histoire du dr (...)
  • 57 Annales d’histoire économique et sociale, 1936, p. 523-541.
  • 58 Cours d’histoire du droit privé des anciens pays de droit écrit, Aix, 1952, fasc. 2, p. 3.
  • 59 P. Ourliac, Droit romain et pratique méridionale au XVe siècle : Étienne Bertrand, Paris, Sirey, 19 (...)

30En revanche, les travaux de Ribbe ne sont pas référencés dans les manuels d’histoire du droit qui paraissent au tournant du siècle, tels le « Brissaud », le « Viollet » ou le « Chénon »56. Son nom reste néanmoins connu dans le Midi. Roger Aubenas, jeune professeur d’histoire du droit à la faculté d’Aix publie en 1936 un article de synthèse sur « La famille dans l’ancienne Provence » dans le revue de Marc Bloch et de Lucien Febvre57. Il y rend hommage à La société provençale à la fin du Moyen Âge : « ouvrage essentiel sur beaucoup de points » et le cite abondamment, ainsi que les travaux de Claudio Jannet à propos de la pratique de l’institution d’un héritier unique et du morcellement excessif de la propriété tel qui est résulté des lois révolutionnaires et du code civil. Mais, quinze ans plus tard, Roger Aubenas, devenu par ses recherches un spécialiste renommé de l’histoire du droit méridional, se range à une opinion plus réservée. Dans la bibliographie de son cours d’histoire du droit privé des pays de droit écrit, il se borne à noter : « quelques textes et quelques idées certes discutables sont à prendre dans les ouvrages généraux et bien connus de Ch. de Ribbe »58. Dès 1937, un autre maître de l’histoire du droit méridional, Paul Ourliac, avait fait l’impasse sur eux dans sa thèse sur Étienne Bertrand59. Point n’est besoin d’invoquer une quelconque damnation memoriam pour expliquer l’oubli dans lequel était tombé Charles de Ribbe, son œuvre, trop étroitement liée à un système, ne correspondait plus aux exigences de la science historique.

Notes

1 Article paru dans Les juristes et l’école de Le Play, Études sociales, 135-136, 1-2,2002.

2 A. Savoye, « Les continuateurs de Le Play au tournant du siècle », Revue française de Sociologie, 22-31981, p. 315 ; L. Assier-Andrieu, « Le Play et la famille-souche », Annales ESC, 3, 1984, p. 508 ; B. Kalaora et A. Savoye, Les inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs, aux origines des sciences sociales, Paris, 1989, p. 87 et 115 ; F. Arnault, Frédéric Le Play : de la métallurgie à la science sociale, Nancy, 1993 ; Antoine Savoye, « Les paroles et les actes : les dirigeants de la Société d’économie sociale », 1883-1914, dans C. Topalov (éd.), Les laboratoires du nouveau siècle, la nébuleuse et ses réseaux en France, 1880-1974, Paris, 1999, p. 68. D’une abondante bibliographie sur la famille, composée d’ouvrages et d’articles, nous avons retenu : Une famille au XVIe siècle (Du Laurens), documents originaux précédés d’une introduction, Tours, 1868 ; Les familles et la société en France avant la révolution d’après des documents originaux, Paris, Albanel, 1873, 2 v. ; 2ème éd. ibid., 1874 ; 3ème éd. revue et augm. Tours, Mame, 1879, 2 v. ; Deux chrétiennes pendant la peste de 1720, Paris, 1874 ; La Famille d’après la Bible, Paris, 1877 ; La vie domestique – ses modèles et ses règles d’après les documents originaux, Paris, 1877 ; Le livre de famille, Tours, 1879 ; Une grande dame dans son ménage au temps de Louis XIV, Paris, 1889 ; Les Fiançailles et les Mariages en Provence à la fin du Moyen Âge, Montpellier, 1896 ; La Société provençale à la fin du Moyen Âge, Paris, 1898.

3 Le Play d’après sa correspondance, Paris, Didot, 1884 ; 2ème éd., ibid., 1906.

4 II existe un fonds de Ribbe conservé au Musée Rabaud, à Aix-en-Provence qui contient ses œuvres et une assez abondante correspondance. Nous remercions Mme Ch. Derobert, maître de conférences à l’Université de Toulon, de nous en avoir signalé son existence et M. Maurel, son conservateur de nous avoir fourni communication de certaines pièces. Les renseignements biographiques sont notamment tirés de plusieurs notices nécrologiques parues à la mort Charles de Ribbe : L’Echo des Bouches du Rhône, 12 nov. 1899 ; Le Mémorial, néc. de G. Guibal ; La Réforme sociale, 1899, t. 2, p. 770-773, A. Delaire ; « Ch. Soubrat, Charles de Ribbe, ses origines morales et intellectuelles », dans Mémoires de l’Académie... d’Aix, 1908, t. 19, p. 5-21 ; voir aussi : Dictionnaire biographique illustré des Bouches-du-Rhône, Paris, 1911, p. 589 ; Encyclopédie des Bouches-du-Rhône, Marseille, 1913, t. XI, Biographies – Le bilan du XIXe siècle, p. 443.

5 Aubert, Dictionnaire de la noblesse, Paris-Nancy, 1980, t. 9, p. 18. La famille Ribbe portait des armes d’argent, à la tète de maure de sable de profil, tortillé d’argent.

6 R. de Waren, Grand armorial de France, Paris-Nancy, 1975, t. 5 (armes d’azur au chevron d’or accompagné de trois lis de jardin tigés et feuillés de même ; sur les oncles : Michaud, Biographie universelle, t. 28, p. 350-352. Charles de Ribbe en fait état dans Mgr de Miollis, à propos des Misérables de Victor Hugo, Paris, Douniol, 1862.

7 Pascalis, étude sur la fin de la constitution provençale, 1787-1790, Paris, 1854. L’ouvrage est publié par le libraire parisien Dentu, rangé au nombre des éditeurs royalistes, cf. J.-F. Sirinelli (éd.), Histoire des droites en France, Paris, 1992, t. 2, ch. 6, p. 228.

8 Sur l’historiographie de ces épisodes pré-révolutionnaires, voir : M. Cubells, Les horizons de la liberté. Naissance de la Révolution en Provence (1787-1789), Aix, 1987.

9 Charles de Ribbe, présidera l’Académie d’Aix en 1863-1865 et 1887-1889 ; puis exercera de 1877 à 1899 la charge de secrétaire perpétuel pour les belles-lettres. Voir M. Gontard, Histoire de l’Académie d’Aix, 1808-1939, Aix, 1993, p. 93 et 109. Il était également depuis 1860 membre de l’Académie de Législation de Toulouse, voir Recueil de l’Académie de Législation de Toulouse, 1860, p. 16-19, rapport sur les travaux de M. de Ribbe, élu membre corespondant le 15 fév. 1860.

10 La Provence au point de vue des bois, des torrents et des inondations avant et après 1789, Paris, 1857. Sur l’histoire des défrichements en Provence, Congrès scientifique de France, Grenoble, 1857. Sur le débat préparatoire à la loi sur la restauration des terrains de montagne de 1860, voir F. Meyer, Législation et politique forestière, Paris-Nancy, 1968, p. 153-156. Ch.-O. Carbonell, Histoire et historiens, une mutation idéologique des historiens français 1865-1885, Toulouse, 1976, p. 244.

11 Le Play d’après sa correspondance, op. cit., p. 13.

12 Sur l’intérêt de Le Play pour les questions forestières, voir Kalaora et Savoye, La forêt pacifiée : Les forestiers de l’École de Le Play, experts des sociétés pastorales, Paris, 1986.

13 Le Play d’après sa correspondance, op. cit., p. 43.

14 F. Le Play, La réforme sociale en France, 2 vol. Paris, Dentu, 1864, 2ème éd. 1866 ; cf. Kalaora et Savoye, « Les inventeurs oubliés », op. cit.

15 Le Play d’après sa correspondance, op. cit., p. 33.

16 Les embellissements d’Aix il y a deux siècle, Aix, 1861 ; Les anciens usages de l’église métropolitaine d’Aix, Aix, 1862 ; Les Corporations ouvrières de l’Ancien Régime de la Provence, Aix, 1865.

17 Notes publiées en annexe de la monographie du paysan et savonnier de la Basse-Provence, par Focillon, dans Les Ouvriers des deux mondes, t. 3, Paris, 1861.

18 La nouvelle école libérale et la décentralisation, Marseille, 1859.

19 Le Play d’après sa correspondance, op. cit., p. 295.

20 Ibid., p. 337 ; Ch. de Ribbe, L’ancien barreau du parlement de Toulouse pendant la peste de 1720, Marseille, 1861.

21 Une famille au XVIe siècle (De Ribbe), documents originaux précédés d’une introduction, Tours, 1879 ; Une famille au XVIe siècle (Du Laurens), documents originaux, Tours, 1879.

22 Le Play d’après sa correspondance, op. cit., p. 364.

23 Du but moral et social dans les œuvres d’érudition, Aix, 1864, 29 p.

24 « De la méthode d’observation appliquée à l’étude des faits sociaux », extrait du Compte rendu des travaux du Congrès scientifique de France, tenu à Aix en décembre 1863 (33ème session), Aix, 1868, 16 p.

25 Le Play d’après sa correspondance, op. cit., p. 344.

26 De Ribbe a dressé le panégyrique de Claudio Jannet dans une longue étude : « Mes souvenirs sur Claudio Jannet (1857-1894) », parue en feuilleton dans la Réforme sociale, 1895, p. 789-808 ; p. 880-895 ; 1896, p. 155-166 ; sur C. Jannet, voir : A. Savoye, « Les parole et les actes », art. précité, p. 68.

27 Le Play, La paix sociale après le désastre selon la pratique des peuples prospères, Tours-Paris, 1871 ; sur la naissance des Unions pour la paix sociale, voir B. Kalaora et A. Savoye, « Les inventeurs oubliés », p. 115 et 132.

28 En 1884, le cercle des Bouches-du-Rhône est composé de « De Ribbe, Arbaud, abbé Belol, de Berluc-Pérussis, Marquis de Boisgelin, Boissard, anc. procureur, Sylvain David, Duveyrier, Combe, Galibert avocat, Tavernier », La Réforme sociale, fasc. 7, p. 228.

29 La Réforme sociale, 1881, t. 1 : de Ribbe, « Un foyer d’autrefois d’après une publication récente », p. 28, 271 ; Cl. Jannet, « L’ordre social chrétien étudié dans l’histoire », p. 74 ; du même : « Les éléments constitutifs de la société au commencement du Moyen Âge », p. 159-171.

30 Sur les motifs et les circonstances de cette scission, voir, B. Kalaora et A. Savoye, ouv. cité, p. 121, à compléter par A. Savoye, Les débuts de la sociologie empirique, Études socio-historiques (1830-1930), Paris, 1994, p. 159-171.

31 Kalaora et A. Savoye, ouv. cité, p. 119.

32 Le Play, Instruction sur la méthode d’observation dite des monographies de famille, Paris, 1862.

33 B. Kalaora et A. Savoye, ouv. cité, p. 98.

34 Les familles et la société en France avant la Révolution, ouv. cité, ch. I, « Les livres de raison en Provence et dans l’ancienne France », p. 3-35.

35 Ibid. p. 5-6.

36 Laurent Theis, « Guizot et les institutions de mémoire », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire II, La Nation, vol. 2, Paris, 1986, p. 585.

37 Les familles et la société en France avant la Révolution, p. 34.

38 Ch. de Ribbe, La Société provençale à la fin du Moyen Âge, d’après des documents inédits, Paris, 1898, p. 83-163.

39 Ibid. p. 376 et s. ; voir R. Aubenas, « Le contrat d’affrairamentum dans le droit provenèal du Moyen Âge », RHD, 1934.

40 La Réforme sociale, 1889, 2ème série, t. VIII, p. 321 -340 ; p. 404-424.

41 Voir, par exemple, La famille et la société en France, ouv. cité, chap. II, « L’idée de Dieu et de l’autorité paternelle dans les livres de raison », p. 36 et s.

42 Ch. de Ribbe, Le livre de famille, Tours, 1879.

43 F. Le Play, La Réforme sociale en France, 2 vol., Paris, 1864 ; 2ème éd. 1866, p. 26-51.

44 Le Play cite l’étude de Ribbe sur l’ancien barreau du parlement de Provence : « je ne saurais trop signaler à la reconnaissance publique les ouvrages à l’aide desquels M. de Ribbe met en lumière les admirables traits de la Constitution et des mœurs de l’ancienne Provence [...] ».

45 Le Play d’après sa correspondance, p. 293, 307, 313, 326.

46 Le Play, L’organisation du Travail selon la coutume des ateliers et la loi du Décalogue, Tours, 1870, p. 63.

47 Louis Dimier, Les maîtres de la contre-révolution au XIXe siècle, Paris, 1907, cité par Olivier Dumoulin, Histoire et historiens de droite, dans Histoire des droites en France, sous la direction de J.-F. Sirinelli, t. 2 cultures, Ch. IX, Paris, 1992, p. 341.

48 Ph. Secrétan, « Le Play et les historiens de son temps », dans Recueil d’études sociales à la mémoire de Frédéric Le Play, Paris, 1966, p. 89-97.

49 Musée Arbaud, Aix, fonds de Ribbe, lettre du 12 juil. 1877 écrite de Frohsdorf : « Je vous félicite et vous remercie plus encore ; car en affirmant résolument, comme vous le faites, la nécessité des principes, vous ne pouvez travailler d’une manière pus efficace au relèvement et au salut de la France ».

50 Musée Arbaud (Aix), fonds de Ribbe ; sur les relations Le Play-Dupanloup, voir de Ribbe, Le Play d’après sa correspondance, ouv. cité, p. 223 ; voir aussi J. Gadille, « L’originalité de l’intervention politique de Mgr Dupanloup », dans Mgr Dupanloup et les problèmes politiques de son temps, colloque des 17-18 nov. 1978, Bulletin Soc. arch. et hist. de l’Orléanais, Orléans, 1980, p. 7-19 ; Le catholicisme social de Pierre Guillaume Frédéric Le Play, sous la dir. de Renzo Gubert et Luigi Tomasi.

51 En 1884, le fondateur du Félibrige a assisté à Paris au Café Riche au banquet de clôture de la réunion annuelle des Unions de la Paix sociale et ce fut précisément de Ribbe qui fut chargé de l’accueillir, R. Jouveau, Histoire du Félibrige, t. 1, P- 178-179 et t. II, p. 89.

52 P. Daniel, « L’influence de Le Play sur la pensée politique franèaise et étrangère de 1875 à 1814 », Mémoire de DEA de Sc. pol. (dact.), Paris II, p. 37 et s.

53 La Réforme sociale, 1889, t. VII, p. 640. et s.

54 RHDFE, 1899, p. 675-677.

55 A. Savoye, « Les paroles et les actes : les continuateurs », art. cité, p. 75 et 92. G. Blondel était docteur en droit et docteur ès-lettres ; il fut professeur à la faculté de droit de Lille et à l’École libre des sciences politiques, spécialiste de l’Allemagne. A la direction de la SES, on trouve également Ernest Glasson, professeur à la faculté de droit de Paris et collaborateur de la RHDFE. Voir dans La Réforme sociale, 1891, p. 44-47, le compte-rendu général annuel : « F. Le Play, la vieille France et l’École des Chartes », Hommage y est rendu aux historiens de l’école le playsienne, spécialement E. Glasson et de Ribbe, « le véritable père de tout un cycle, de tout un genre nouveau de littérature ».

56 P. Viollet, Histoire du droit français, Paris, 3ème éd. 1905 ; J. Brissaud, Manuel d’histoire du droit privé, Paris, 1904 ; F. Chenon, Histoire générale du droit français public et privé, Paris, 1926-1929.

57 Annales d’histoire économique et sociale, 1936, p. 523-541.

58 Cours d’histoire du droit privé des anciens pays de droit écrit, Aix, 1952, fasc. 2, p. 3.

59 P. Ourliac, Droit romain et pratique méridionale au XVe siècle : Étienne Bertrand, Paris, Sirey, 1937.

© Presses universitaires du Midi, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search