Version classiqueVersion mobile

Itinéraire(s) d’un historien du Droit

 | 
Jacques Poumarède

Chapitre 5. Figures de l’État, naissance de la région

Pierre Bourdieu et la genèse de l’État1

Texte intégral

  • 1 Article paru dans Études à la mémoire du professeur François Burdeau, Administration-Histoire de l’ (...)

1Un soir de l’automne 1997, au terme d’une longue journée occupée à écouter attentivement les leçons d’une épreuve de l’agrégation d’histoire du droit, François Burdeau qui présidait alors le jury regrettait devant moi l’insuffisante ouverture de notre discipline, non seulement vers les autres domaines de la recherche historique, mais aussi en direction des différentes sciences sociales, et il mettait en cause les préjugés idéologiques qui avaient souvent hypothéqué les occasions de rencontre. Je lui racontai une anecdote personnelle qui l’amusa.

  • 2 P. Bourdieu, « Célibat et condition paysanne », Études rurales, 5-6, 1962, p. 32-136, réédité dans (...)
  • 3 J. Poumarède, Géographie coutumière et mutations sociales. Les successions dans le Sud-Ouest de la (...)
  • 4 M. Bourjol et al., Pour une critique du droit, Du juridique au politique, Paris-Grenoble, 1998.

2Trente ans plus tôt, alors que, jeune assistant, je travaillais à une thèse d’histoire du droit privé sur les régimes successoraux pratiqués entre Garonne et Pyrénées au bas Moyen Âge, sous l’empire d’un droit écrit fortement mâtiné d’esprit coutumier, j’étais tombé par hasard sur un article d’un sociologue au nom béarnais2. Cet auteur, qui m’était complètement inconnu, étudiait les stratégies matrimoniales des familles paysannes pyrénéennes du milieu du XXe siècle et soulignait le célibat auquel les cadets se voyaient souvent condamnés. Ces pratiques ressemblaient étonnamment à ce que j’observais dans les minutes de mes notaires du XVe siècle. Je tenais la preuve de l’inscription des institutions que j’étudiais dans la « longue durée » si chère aux historiens de l’époque. Je fis part de ma découverte à mon directeur de thèse, un des maîtres de la discipline, figure prestigieuse d’une vieille université de province. Celui-ci d’un mot doucha mon enthousiasme : « Bourdieu ? [...] vous n’y pensez pas [...] mais c’est un marxiste ! ». Trois ans plus tard, j’ai pu me permettre de citer Pierre Bourdieu dans la version éditée de mon travail ; entre temps, j’avais reçu ľonction sainte de l’agrégation3. J’étais devenu un (petit) ‘dominant’ dans le petit monde des facultés de droit, sous-champ du ‘champ universitaire’ et, selon la formule connue : « mes erreurs étaient devenues des opinions ». Par la suite, je n’ai guère fréquenté l’œuvre et la pensée de Pierre Bourdieu, à l’exception de quelques livres comme Homo academicus (1984) ou La noblesse d’État (1989), peut-être un peu rebuté, je le confesse, par certaines difficultés du discours. Il est vrai aussi que les quelques aventures intellectuelles dans lesquelles je me suis engagé en réaction contre le positivisme juridique dominant m’ont conduit sur d’autres pistes. À Critique du Droit, par exemple, où, au tournant des années 1980, les références penchaient plutôt du côté d’Althusser, de Nicos Poulantzas ou de Pasukanis et, pour l’historiographie, de Perry Anderson ou de Rodney Hilton. Toutefois, on peut noter que le Manifeste du mouvement paru en 19784, qui se livre à une vigoureuse charge contre l’immobilisme de l’enseignement du droit, se termine par un appel à la rencontre entre juristes et sociologues critiques et cite expressément Le métier de sociologue de Bourdieu, Chamborédon et Passeron. Un appel qui, à l’époque, ne fut guère suivi d’effet de part et d’autre, il faut le reconnaître.

3La rencontre avec l’œuvre de Bourdieu s’est opérée plus tard, dans le cadre d’une réflexion historiographique sur les représentations de la genèse de l’État dans les enseignements d’histoire des institutions destinés aux étudiants en droit.

  • 5 J. Poumarède, « Penser l’absolutisme. Approche historiographie des ouvrages pédagogiques en histoir (...)

4Les cours et les manuels de la discipline ont longtemps véhiculé un topos providentialiste qui situait les origines de l’État, en France, dans l’action consciente et volontariste menée par un pouvoir royal, progressivement délié des chaînes féodales et entretenant au nom du bien commun une sorte de dialogue avec une « nation organisée » selon des principes hiérarchiques. Un des tenants les plus remarquables de cette thèse fut François Olivier-Martin, professeur à la faculté de droit de Paris dans les années de l’entre-deux-guerres. On sait combien cette représentation était partagée par un courant politique très actif à cette époque dans le milieu des facultés de droit : le traditionalisme monarchiste, revivifié par Charles Maurras et l’Action française5.

5Dans la quête historiographique de modèles alternatifs, la lecture d’une série d’articles et de textes bourdieusiens a été incontestablement stimulante et c’est à leur glose que cette contribution est consacrée. Elle est dédiée à la mémoire d’un savant ami, en déplorant qu’un cruel destin ne me permette pas de reprendre avec lui la conversation d’il y a dix ans et voir s’allumer dans son regard une lueur d’amusement critique.

***

  • 6 Nous avons utilisé surtout la précieuse Bibliographie des travaux de Pierre Bourdieu, publiée par Y (...)
  • 7 « Questions de politique », ARSS, 16, 1977, p. 55-89 ; « Sur le pouvoir s symbolique », Annales, 3, (...)
  • 8 F. Bon et Y. Schemeil, « La rationalisation de l’inconduite. Comprendre le statut du politique chez (...)

6Une rapide recherche dans l’œuvre de Pierre Bourdieu à l’aide de quelques bibliographies récentes conduit à un premier constat : l’absence de l’État dans les préoccupations de recherche du sociologue, au moins jusqu’à l’orée des années 19906. Dans ses premières explorations des divers champs qui structurent le social, la figure de l’État n’apparaît pas. Même dans les textes où il exprime son intérêt pour le politique, le mot État est singulièrement absent7. Frédéric Bon et Yves Schemeil qui en ont fait aussi le constat en 1980, pensaient que le manque d’intérêt de Bourdieu pour une sociologie de l’État tenait au fait que pour le sociologue « l’État est avant tout un arbre qui cache la forêt : un lieu où la violence, comme l’argent, perd son odeur [...] Étudier l’État, ce serait oublier que sa souveraineté publique est assise sur d’infinies souverainetés privées et camouflées »8.

  • 9 La noblesse d’État, Grandes écoles et esprit de corps, Paris, 1989, p. 531-549.
  • 10 ARSS, 96-97, mars 1993, p. 49-62 ; repris dans Pierre Bourdieu, Raisons pratiques. Sur la théorie d (...)
  • 11 Méditations pascaliennes, Paris, 1993, voir notamment : 5 « Violence symbolique et luttes politique (...)
  • 12 « Sur la science de l’État », en coll. avec O. Christin et P.-E. Will, ARSS, 133, juin 2000, p. 3-9
  • 13 La misère du monde, Paris, 1993, « La démission de l’État », p. 219-228 et p. 941-944 ; Contre-feux (...)
  • 14 Méditations pascaliennes, p. 217.
  • 15 Voir : « Le sociologue et l’historien, entretien avec Roger Chartier », dans Sciences Humaines, 200 (...)

7En fait, ce n’est qu’assez tardivement que Pierre Bourdieu a abordé de front la question de l’État, dans une dernière et courte partie de La Noblesse d’État mais sous l’angle qui nous intéresse : les conditions historiques de son « invention »9. Ensuite et dans la même veine, deux articles importants sont parus au cours des années 1990, dans les Actes de la Recherche en sciences sociales : « Esprits d’État »10, en 1994 et « De la maison du roi à la raison d’État » en 1997. À ce corpus, on peut ajouter quelques passages des Méditations pascaliennes (1997)11 et l’article écrit en ouverture d’un numéro des Actes consacré à la « science de l’État » en 200012. Sans doute, au cours de ces mêmes années, la réflexion de Bourdieu sur l’État s’est développée, non sans ambiguïté et contradictions, dans son œuvre militante, avec notamment le débat, dans La misère du monde, sur les fonctions et la distinction opérée entre la « main gauche » et la « main droite » de l’État13. Mais je ne retiens pour cet exposé que les quelques textes recensés, car ils me paraissent illustrer un des axes les plus intéressants de la méthode bourdieusienne. Il est, en effet, très significatif que le sociologue ait abordé l’État par un essai d’historicisation. Comme il l’écrit dans Méditations pascaliennes : « la science sociale, qui est condamnée à la rupture critique avec les évidences premières, n’a pas de meilleure amie pour l’opérer que l’historicisation qui permet de neutraliser, au moins dans l’ordre de la théorie, les effets de la naturalisation, et en particulier l’amnésie de la genèse individuelle et collective d’un donné qui se donne toutes les apparences de la nature et demande à être pris pour argent comptant, taken for granted »14. Cet intérêt marqué pour la dimension historique de l’objet d’étude, Bourdieu le tient certainement de Max Weber et plus encore, sans doute, de Norbert Elias, dont il a travaillé les concepts et qu’il a contribué à mieux faire connaître en France15. On notera que la première partie de La Dynamique de l’Occident, s’intitule précisément : « La sociogénèse de l’État ».

8Je présenterai donc ce qu’un historien du droit pourrait retenir de la thèse bourdieusienne sur la genèse de l’État : essentiellement l’idée d’une auto-production – ou auto-poïesis – de l’État, pour tenter de la soumettre ensuite à une évaluation critique.

L’auto-production de l’État selon Bourdieu...

  • 16 La noblesse d’État, p. 537-539.

91. Dans La Noblesse d’État, Pierre Bourdieu consacre quatre parties de l’ouvrage au « dévoilement scientifique » du mode de reproduction et de fonctionnement des élites dans la société contemporaine. Conformément à sa méthode, il part du décryptage des structures mentales, des modes de connaissance et de reconnaissance, des habitus qui façonnent ces élites. Puis il décrit les rituels initiatiques (les concours) qui les homogénéisent et les lieux où s’accumule le capital culturel, social et symbolique sur lequel repose leur pouvoir : les grandes écoles. Il analyse ensuite les jeux qui se nouent entre les différents segments de ces élites au sein du champ du pouvoir et les enjeux, principalement économiques qui les opposent. Ce n’est qu’au terme de ce gros ouvrage de 560 pages que l’auteur aborde la question de l’État, comme pour en justifier le titre par une cinquième partie de 30 pages en forme de conclusion, intitulée : « pouvoir d’État et pouvoir sur l’État ». Citant la thèse wébérienne de Wirtschaft und Gesellschaft sur le processus de bureaucratisation, il rappelle que les élites scolaires forment une nouvelle noblesse d’État parce que le titre sur lequel repose leur légitimité est un monopole légal protégé par une sorte de « magie d’État » qui lui confère une indispensable « validité universelle ». Mais, en même temps, Bourdieu prend ses distances avec Weber en sous-entendant que ce processus d’universalisation n’est pas aussi simple et univoque que le laisse croire le sociologue allemand. « La grande noblesse d’école a partie liée avec l’État, dont elle sert les ‘intérêts supérieurs’ – au nom de l’idée de dévouement au ‘service public’ – dans la mesure où se faisant, elle sert ses intérêts propres »16. Il en tire l’idée que l’État ne préexiste pas à la noblesse scolaire mais qu’il est né avec elle, ou plus exactement avec cette classe de robins, ces corps d’officiers apparus à l’époque moderne et dont elle est aujourd’hui l’héritière structurelle.

  • 17 Essentiellement l’ouvrage de R. Chartier, M. Compère et D. Julia sur l’éducation en France du XVIe (...)
  • 18 Ibid., p. 543-544.
  • 19 Ibid., p. 578, note 28, Bourdieu ajoute néanmoins : « [...] elle entend seulement rappeler un ensem (...)

10En une dizaine de pages fort suggestives, citant quelques travaux d’historiens sur l’essor de nouvelles institutions d’enseignements entre le XVIe et le XVIIIe siècle et sur l’idéologie des détenteurs d’office17, Pierre Bourdieu fait des « robins » les véritables inventeurs de l’État. En France, comme dans d’autres pays européens, se sont constitués des académies, des collèges et d’autres lieux d’accumulation du capital culturel d’où sont sorties des cohortes de lettrés qui ont investi les charges publiques en évinçant ou en intégrant les vieilles élites chevaleresques. Selon Bourdieu, il se serait produit, au début de l’époque moderne, l’apparition d’un champ bureaucratique » – il emploie, semble-t-il, pour la première fois cette expression pour désigner l’État – et corrélativement la constitution de corps d’officiers combinant la possession d’un capital culturel transmissible et un principe de légitimation : le « dévouement au service public ». Il souligne le rôle joué par les grands parlementaires comme les Tallon ou les Daguesseau, et les grands juristes jansénistes, tels Le Caron ou Domat, dans la définition de l’intérêt public transcendant les intérêts particuliers, comme principe d’universalisation. Et de conclure dans une formule très bourdieusienne : « La noblesse de robe, dont les technocrates contemporains sont les héritiers structuraux (et parfois les descendants), est un corps qui s’est créé en créant l’État, qui pour se construire, a dû construire l’État, c’est-à-dire entre autres choses, toute une philosophie politique du ‘service public’ comme service de l’État, ou du ‘public’ – et non du seul roi, comme l’ancienne noblesse –, et de ce service comme activité ‘désintéressée’, orientée vers des fins universelles »18. On remarque toutefois une note dans laquelle Bourdieu déclare que cette démonstration « ne prétend pas au statut de théorie générale de la genèse de l’État »19.

  • 20 Raisons pratiques, p. 104 et 107.

112. L’analyse bourdieusienne de la genèse historique de l’État va s’enrichir dans une conférence donnée à Amsterdam en juin 1991 et publiée en 1993 sous le titre : « Esprits d’État – genèse et structure du champ bureaucratique ». Dans le but de « penser l’État », Pierre Bourdieu préconise de soumettre à un doute radical la capacité de ce dernier à imposer aux gouvernés la « transcendance de l’universel » qu’il représente. Pour cela, « il n’est sans doute pas d’instrument de rupture plus puissant que la reconstruction de la genèse », autrement dit de recourir à l’histoire afin de proposer « un modèle de l’émergence de l’État, visant à rendre compte de manière systématique de la logique proprement historique des processus au terme desquels s’est institué ce que nous appelons État »20.

  • 21 Ibid., ?. 109.

12Dans ce texte, le sociologue élargit incontestablement son champ de vision. L’État n’est pas seulement le produit d’une « accumulation primitive du capital scolaire » au profit d’une classe de robins, mais un processus plus large de « concentration de différentes espèces de capital, capital de force physique ou d’instruments de coercition (armée, police), capital économique, capital culturel ou, mieux informationnel, capital symbolique »21.

  • 22 Ibid., p. 116-123.
  • 23 Ibid., p. 130.
  • 24 A. Esmein (1848-1913) est un des pères fondateurs de l’histoire du droit français. Correctement ort (...)

13S’appuyant sur Weber et sur l’historiographie marxiste, Bourdieu commence par rappeler que l’État apparaît avec la monopolisation de la coercition et l’instauration d’une fiscalité centralisée. Il aurait pu indiquer que, de ce double point de vue, l’État français a quasiment un acte de naissance : l’ordonnance de 1439 prise par Charles VII à la suite des états généraux de Tours qui institue d’un même mouvement l’annualité de la taille royale et l’armée permanente. Ce qu’il écrit ensuite de la monopolisation du capital informationnel et symbolique est beaucoup plus intéressant. Pour lui, cela ne se borne pas à la culture scolaire proprement dite mais concerne la maîtrise de toutes les techniques qui ont permis de totaliser (recensement, dénombrement), d’objectiver (cartographie), de conserver (archives) et de codifier (la langue, les formulaires) tout ce qui permet de façonner les structures mentales. Et dans ces processus de concentration, Bourdieu fait un sort particulier au capital juridique22. À ses yeux, il s’agit de la forme la mieux codifiée et objectivée du capital symbolique. Il évoque le mouvement qui par la voie de l’appel a abouti à vider de leurs causes ou à subordonner les justices seigneuriales et ecclésiastiques au profit d’un appareil judiciaire royal hiérarchisé et peuplé d’un personnel passé maître dans l’art de produire ces « structures structurantes », ces codes et ces contraintes présentés comme universels et qui sont les meilleurs instruments de la domination symbolique. Toutefois, Bourdieu reconnaît que les juristes ont des intérêts spécifiques qui les poussent à se différencier par « la constitution d’un champ judiciaire autonome » à l’intérieur du champ bureaucratique. Mais vers la fin de son texte, il revient à la thèse d’une auto-poïesis de l’État déjà énoncée dans La noblesse, et dans son style inimitable, il proclame : « Pour comprendre la dimension symbolique de l’effet d’État, en particulier de ce qu’on peut appeler ľeffet d’universel, il faut comprendre le fonctionnement spécifique du microcosme bureaucratique ; il faut analyser la genèse et la structure de cet univers d’agents de l’État, les juristes notamment, qui se sont constitués en noblesse d’État en instituant l’État et, en particulier, en produisant le discours performatif sur l’État qui, sous apparence de dire ce qu’est l’État, faisait être l’État en disant ce qu’il devrait être »23. Tout au long de sa démonstration, Bourdieu se réfère à quelques historiens modernistes français, Pierre-Marie Bercé et Arlette Jouanna, notamment, mais fait la part belle à des travaux anglo-saxons ; il ne cite aucun historien du droit et des institutions, à l’exception d’Adhémar Esmein pour son Histoire de la procédure criminelle en France (1882)24.

  • 25 Notamment p. 126, 146-147, 222-223.

143. Pierre Bourdieu a poursuivi cet effort spécifique de compréhension du « microcosme bureaucratique » par un troisième article, qui est peut-être moins connu que les précédents, mais le mieux documenté et le plus proche de la démarche historique : « De la maison du roi à la raison d’État. Un modèle de la genèse du champ bureaucratique ». Il s’agit de la « transcription légèrement corrigée d’un ensemble de cours du Collège de France : sommaire provisoire, destiné avant tout à servir d’instrument de recherche », mais qui de ce fait a probablement bénéficié d’une élaboration plus approfondie et surtout d’une documentation mieux nourrie. Cet article figure d’ailleurs dans un numéro des Actes (1997-118) précisément consacré à « la genèse de l’État moderne » qui rend compte des résultats d’un vaste programme international de recherches diligenté depuis le milieu des années 1980 par le CNRS et la Fondation européenne de la recherche. Les principaux résultats en sont exposés dans ce même numéro par Jean-Philippe Genet, un des responsables français. Par ailleurs, la parution de l’article de Bourdieu est à peu près concomitante de la publication de Méditations pascaliennes où l’on peut à plusieurs endroits percevoir l’écho des interrogations historiographiques du sociologue25.

  • 26 ARSS, 1997, n° 118, p. 56.

15La nouveauté par rapport aux textes précédents est que Pierre Bourdieu donne ici une véritable profondeur historique à cette genèse de l’ État en la situant dans le cadre d’une transition. L’État moderne – le « champ bureaucratique » – n’est pas le produit d’une génération spontanée qui se serait opérée au bas Moyen Âge, mais plutôt d’une lente gestation marquée de continuités et de ruptures. Il est sorti d’une matrice que Bourdieu nomme « l’État dynastique » et dont la caractéristique est une « logique de maison »26. fondée sur les principes combinés de la patrimonialité et de la parenté. L’auteur voit une sorte d’homothétie entre la situation du roi vis à vis de son domaine et de son lignage (la maison du roi) et celle du chef de maison béarnais (capmaysoué) qui fut l’objet de ses premiers travaux de terrain.

  • 27 Ibid., p. 63.

16Dans l’un comme dans l’autre cas, la maison transcendait les individus qui l’incarnaient, à commencer par son chef lui-même. Le pouvoir se transmettait avec le patrimoine en ligne agnatique selon la règle dynastique de l’aînesse, et le roi, comme à son modeste niveau le chef de maison, était engagé, à l’intérieur de son propre lignage et avec les lignages rivaux, dans des stratégies matrimoniales ou successorales génératrices de conflits et d’alliances. Ce modèle de la maison aurait perduré jusqu’au cœur de ľ Époque moderne, comme le montrent les divers exemples de guerres dynastiques citées par Bourdieu. Mais le roi (principalement en France et en Angleterre) a bénéficié en plus de sources particulières de capital symbolique qui l’ont placé à part des autres potentats rivaux. Il y a d’abord eu le charisme du sacre qui lui a assuré « une accumulation initiale de capital symbolique », renforcée un peu plus tard par la renaissance du droit romain et l’exploitation de concepts savants comme celui d’imperium (souveraineté), distinct du dominium (propriété). Cette production de pouvoir symbolique fut l’œuvre, nous dit Bourdieu, de clercs, d’oblats de modeste extraction, mais sortis des écoles et introduits par le roi dans sa « maison » pour faire pièce au pouvoir dynastique des féodaux. Entre ces homines novi se sont créés par le procédé de la nomination – le « circuit de la délégation » – de nouvelles chaînes structurant un champ bureaucratique en voie d’expansion, tandis que les chaînes vassaliques propres à la logique dynastique entraient en régression. Tout ceci s’est accompagné de la diffusion d’un habitus bureaucratique fait de régularités, de prudence, de sagesse, de courtoisie, qui est d’abord apparu du côté des cours royales de justice, avec au premier rang le parlement, et qui préfigure la « société de cour », décrite par Norbert Elias. L’aboutissement de ce processus est « la constitution d’un ordre proprement politique des pouvoirs publics, doté de sa logique propre (la raison d’État), de ses valeurs autonomes, de son langage spécifique et distinct du domestique (royal) et du privé »27. Et in fine, Bourdieu reprend son antienne auto-poïetique : « De ces clercs, dont l’ascension accompagne l’émergence de l’État, on peut dire qu’il font l’État qui les fait, ou qu’ils se font en faisant l’État. »

... soumise au « doute scientifique »

  • 28 Voir, par exemple, les travaux de Jacques Krynen, et spécialement L’Empire du roi. Idées et croyanc (...)

171. Pour les historiens de l’État et de sa genèse, les révélations bourdieusiennes n’ont rien de particulièrement renversant. Le rôle éminent joué par les légistes des XIIe-XIVe siècle dans l’énonciation des fondements idéologiques de l’État moderne est aujourd’hui bien connu. Les juristes savent depuis toujours que l’État est une fictio iuris. On peut regretter que même dans ce dernier article, pourtant mieux documenté que les précédents, Pierre Bourdieu ait négligé des apports importants, notamment les travaux d’histoire du droit qui ont abordé ces questions28. Le seul spécialiste de cette discipline qu’il cite est François Olivier-Martin qui fut, on l’a vu, un des tenants de la thèse « providentialiste » et accessoirement l’inspirateur du corporatisme vichyssois. Il n’en demeure pas moins que sa problématique de la genèse de l’État s’est approfondie au fil des textes et s’est efforcée de tenir compte de la complexité des données factuelles dans toute leur profondeur historique. Si bien qu’il ne mérite pas le procès que lui ont fait certains historiens en lui reprochant un excès d’esprit de système, une hyperthéorisation insensible à l’irréductibilité des faits.

18Il y a dans la pensée de Bourdieu des apports très intéressants pour les historiens, et particulièrement pour les spécialistes du droit et des institutions. Contentons-nous d’en signaler au moins un, développé dans Méditations pascaliennes.

19L’État par sa position en surplomb des autres champs sociaux et la force de son pouvoir symbolique a la capacité de modeler et de concentrer à son profit les croyances fondamentales – doxa dans le langage de Bourdieu – propres à chaque champ considéré. « La construction de l’État, écrit-il, s’accompagne ainsi de la construction d’une sorte de transcendantal historique qui, au terme d’un long processus d’incorporation, devient immanent à tous ses ‘sujets’ ». L’État comme structure structurante des structures structurantes, en somme.

  • 29 Raisons pratiques, p. 135-144.
  • 30 J. Poumarède, « Les tribulations de l’autorité paternelle de l’ancien droit au code Napoléon », Pro (...)

20Pierre Bourdieu avait eu l’occasion d’illustrer par avance cette méditation dans un texte de Raisons pratiques intitulé « L’esprit de famille » et qui suit immédiatement « Esprits d’État »29. Il y montre que la famille n’est pas la plus naturelle des catégories sociales, mais « la production d’un travail d’institution non seulement par les lois, mais par le discours d’État et toutes les techniques de ratification et d’enregistrement comme l’état civil ». Les constatations de l’historien du droit confirment les intuitions du sociologue. Si l’on examine l’abondante législation royale sur les questions familiales aux XVIe et XVIIe siècles (répression des mariages clandestins, puissance paternelle, tenue des registres paroissiaux, régimes matrimoniaux et successoraux), on se rend compte que la monarchie absolue ignore, ou plutôt refuse en ces matières la distinction entre public et privé, car les familles et les mariages qui les fondent sont « les séminaires de l’État, comme le dit le préambule d’une déclaration royale de 1639, et la révérence naturelle des enfants envers leurs parents est le lien de la légitime obéissance des sujets envers leur souverain »30.

212. S’il faut émettre une réserve à l’égard du modèle proposé par Bourdieu, on peut trouver trop réducteur sa façon de rabattre l’ État sur ce qu’il nomme le champ bureaucratique, surtout si ce dernier se résume aux différents corps d’« oblats » ou de « robins » maniant la violence symbolique du droit. Quoi qu’il en dise, il semble rester tributaire d’une vision wébérienne de l’État et d’une manière paradoxale, car en insistant sur le rôle joué par la bureaucratie, il survalorise le caractère rationnel-légal de la domination étatique, en sous-estimant sa dimension physique.

  • 31 J. Cornette, Le roi de guerre : essai sur la souveraineté dans la France du Grand siècle, Paris, Pa (...)

22L’historiographie récente insiste sur le poids de la guerre et des appareils militaires dans l’édification de l’État moderne31. Le monarque reste avant tout un « roi de guerre » et les premiers intendants, ancêtres des préfets, furent institués, sous Henri II, « à la suite des armées ». La multiplication des robins est moins le produit d’une accumulation de capital scolaire dans les couches de la bourgeoisie que la conséquence de l’installation de la vénalité des offices liée au besoin d’argent du pouvoir royal, en raison de l’état de guerre quasi permanent qui règne en Europe entre 1550 et 1750. Guerre étrangère sans doute, mais aussi guerre faite aux paysans.

  • 32 M. Dobb et Paul-M. Sweezy, Du féodalisme au capitalisme : problèmes de la transition, Paris, 1977, (...)
  • 33 P. Anderson, L’État absolutiste I : L’Europe de l’ouest, Paris, 1978.
  • 34 Voir les travaux de l’historien soviétique Boris F. Porchnev, et spécialement, Les soulèvements pop (...)

23Même s’il n’est plus très politiquement correct d’évoquer la lutte des classes, on garde une certaine tendresse pour les historiens anglo-saxons et français qui ont essayé dans les années 1950 de théoriser les problèmes de la transition du féodalisme au capitalisme : les Paul Sweezy, Maurice Dobb, Rodney Hilton qui ont confronté leurs points de vue respectifs à ceux des Georges Lefebvre, Albert Soboul ou Robert Mandrou dans une célèbre controverse dont on ne voit plus l’équivalent de nos jours32. Dans cette historiographie marxisante des origines de l’État moderne, on doit rappeler aussi la contribution de Perry Anderson qui voyait dans l’absolutisme, avant toute chose, la forme politique qui a permis à l’aristocratie foncière de maintenir sa domination sur des masses paysannes progressivement libérées du servage par la crise du bas Moyen Âge33. L’historien anglais définissait l’État absolutiste comme militariste et patrimonial, mais dépassait le schéma porchnévien qui ne mettait l’accent que sur la répression des jacqueries paysannes34 pour montrer le rôle joué par l’État royal et le droit dans le maintien des privilèges féodo-seigneuriaux.

  • 35 W. Beik, Absolutism and Society in Seventeenth-century France : State Power and Provincial Aristocr (...)

24La genèse de l’État moderne ne se circonscrit pas à la seule émergence d’une bureaucratie d’officiers et pour mesurer l’ampleur du phénomène étatique il faut prendre en compte la réalité des luttes sociales qui le sous-tendent et auxquelles les élites bureaucratiques ont, elles aussi, participé. Comme le montre, par exemple, les recherches de William Beik35. Étudiant l’aristocratie languedocienne du XVIIe siècle, il a analysé les liens très étroits qui unissaient les parlementaires toulousains et les officiers de la cour des aides de Montpellier à la vieille noblesse provinciale ainsi qu’aux oligarchies urbaines et même aux dignitaires ecclésiastiques. Ces liens plus forts que les conflits qui pouvaient opposer entre elles ces diverses strates de dominants résidaient principalement dans une forte demande d’État pour protéger leurs intérêts communs de propriétaires fonciers.

  • 36 Cl. Journès, L’État britannique, Paris, 1985, p. 53-55.

25Enfin, la théorie du « champ bureaucratique » pourrait-elle rendre compte du cas de l’État britannique ? Voici un État qui s’est constitué de manière assez précoce et sous une forme relativement centralisée, mais sans véritable bureaucratie, c’est-à-dire sans noblesse de robe, sans corps d’officiers et même sans armée permanente jusqu’en 1645, au moins36. La fonction étatique y fut exercée longtemps à titre bénévole par quelques centaines de magistrats locaux recrutés dans les couches supérieures de la gentry et coiffés par un appareil judiciaires supérieur peu développé. Ces magistrates maniaient un droit assez peu savant et pas du tout scolaire – le common law – mais qui n’en fut pas moins terriblement efficace pour opérer la révolution des enclosures et réprimer les déviances sociales.

  • 37 L. Addi, Sociologie et anthropologie chez Pierre Bourdieu. Le paradigme anthropologique kabyle et s (...)
  • 38 L. Addi, ouv. cité, p. 175.

263. Un anthropologue algérien, Lahouri Addi, a émis l’hypothèse selon laquelle les concepts majeurs de l’œuvre théorique de Bourdieu auraient été forgés à partir de ses recherches anthropologiques sur la société kabyle37. Ce serait en observant une société faiblement différenciée et sans État, fonctionnant sur la base des rapports de parenté et de voisinage qu’il aurait mis au point les outils conceptuels (habitus, capital social, violence symbolique...) lui permettant d’expliquer les processus de reproduction de la domination. Mais ce « paradigme anthropologique kabyle » ne l’aurait pas prédisposé à reconnaître une spécificité au politique et de ce fait à développer à une véritable théorie de l’État. Dans la mesure où, si l’on suit Bourdieu, la violence symbolique traverse tous les champs sociaux et domine toutes les relations interpersonnelles ou collectives, aucun État ne peut promettre la protection contre elle ou mettre fin à son usage forcément privé. Pour Lahouari Addi, cette « impossibilité du monopole de l’exercice de la violence symbolique par quelque institution que ce soit rend inapte l’approche de Bourdieu à produire une théorie de l’État ou à analyser celui existant dans les sociétés modernes, qu’il réduit du reste à un pouvoir social parmi d’autres, se frayant un chemin dans la jungle des violences symboliques concurrentielles pour satisfaire les intérêts de son personnel »38.

27Comme on le voit, si l’on soumet au « doute scientifique » le modèle bourdieusien de sociogenèse de l’État, il y a matière à s’interroger. Et, pour ce qui concerne l’historien du droit, le leitmotiv selon lequel : « l’État se fait en se faisant » reste encore pour le moment aussi énigmatique que le mystère de l’Incarnation.

Notes

1 Article paru dans Études à la mémoire du professeur François Burdeau, Administration-Histoire de l’État, Paris, LITEC, 2008, p. 248-257.

2 P. Bourdieu, « Célibat et condition paysanne », Études rurales, 5-6, 1962, p. 32-136, réédité dans Le bal des célibataires. Crise de la société en Béarn, 2002.

3 J. Poumarède, Géographie coutumière et mutations sociales. Les successions dans le Sud-Ouest de la France au Moyen Âge, Toulouse, 1972.

4 M. Bourjol et al., Pour une critique du droit, Du juridique au politique, Paris-Grenoble, 1998.

5 J. Poumarède, « Penser l’absolutisme. Approche historiographie des ouvrages pédagogiques en histoire des institutions françaises », De la Respublica a los Estados Modernos, Journées internationales d’Histoire du droit de Saint-Sébastien, Bilbao, 1992, p. 263-274. Sur l’ensemble de la question, voir F. Cosandey et R. Descimon, L’absolutisme en France, Histoire et historiographie, Paris, 2001.

6 Nous avons utilisé surtout la précieuse Bibliographie des travaux de Pierre Bourdieu, publiée par Yvette Delsaut et Marie-Christine Rivière, Paris, 2002.

7 « Questions de politique », ARSS, 16, 1977, p. 55-89 ; « Sur le pouvoir s symbolique », Annales, 3, 1977, p. 405-411 ; « La représentation politique. Éléments pour une théorie du champ politique », ARSS, 36-37, 1981, p. 3-24.

8 F. Bon et Y. Schemeil, « La rationalisation de l’inconduite. Comprendre le statut du politique chez Pierre Bourdieu », Revue française de science politique, 6, 1980, p. 1213.

9 La noblesse d’État, Grandes écoles et esprit de corps, Paris, 1989, p. 531-549.

10 ARSS, 96-97, mars 1993, p. 49-62 ; repris dans Pierre Bourdieu, Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, 1994, p. 99-103.

11 Méditations pascaliennes, Paris, 1993, voir notamment : 5 « Violence symbolique et luttes politiques », p. 206-214 et 218-228.

12 « Sur la science de l’État », en coll. avec O. Christin et P.-E. Will, ARSS, 133, juin 2000, p. 3-9.

13 La misère du monde, Paris, 1993, « La démission de l’État », p. 219-228 et p. 941-944 ; Contre-feux [1], Propos pour servir à la résistance contre l’invasion néo-libérale, Paris, 1998, p. 11 ; voir l’analyse de J.-Cl. Monod, « Une politique du symbolique ? », Le travail sociologique de Pierre Bourdieu, dettes et critiques, B. Lahire (éd.), Paris, 1999, p. 231-253.

14 Méditations pascaliennes, p. 217.

15 Voir : « Le sociologue et l’historien, entretien avec Roger Chartier », dans Sciences Humaines, 2002, n° spécial « L’œuvre de Pierre Bourdieu », p. 80-85.

16 La noblesse d’État, p. 537-539.

17 Essentiellement l’ouvrage de R. Chartier, M. Compère et D. Julia sur l’éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle (1976) ; et celui de F. Autrand sur les gens du parlement de Paris (1988) ; ainsi que les articles de quelques historiens américains (D. Bien, L. Stone, F.K. Ringer et R.L. Kagan) sur les mêmes questions.

18 Ibid., p. 543-544.

19 Ibid., p. 578, note 28, Bourdieu ajoute néanmoins : « [...] elle entend seulement rappeler un ensemble de facteurs régulièrement oubliés par les analystes qui affirment intrépidement cette ambition ».

20 Raisons pratiques, p. 104 et 107.

21 Ibid., ?. 109.

22 Ibid., p. 116-123.

23 Ibid., p. 130.

24 A. Esmein (1848-1913) est un des pères fondateurs de l’histoire du droit français. Correctement orthographié dans l’article des ARSS, 1993, le nom est transformé en « Esmelin » dans Raisons pratiques p. 117, note 11, ce qui peut poser la question des sources de l’information historique de Bourdieu. Sur l’œuvre d’Esmein, voir : J.-L. Halpérin, « Adhémar Esmein et les ambitions de l’histoire du droit », RHD, 3, 1997, p. 415-433.

25 Notamment p. 126, 146-147, 222-223.

26 ARSS, 1997, n° 118, p. 56.

27 Ibid., p. 63.

28 Voir, par exemple, les travaux de Jacques Krynen, et spécialement L’Empire du roi. Idées et croyances politiques en France XIIIe-XVe siècle, Paris, 1993.

29 Raisons pratiques, p. 135-144.

30 J. Poumarède, « Les tribulations de l’autorité paternelle de l’ancien droit au code Napoléon », Protéger l’enfant. Raison juridique et pratiques socio-judiciaires (XIXe-XXe siècles), M. Chauvière, P. Lenoël, E. Pierre (dir.), Rennes, 1996, p. 23-35. Voir la synthèse récente d’Aurélie Du Crest, Modèle familial et pouvoir monarchique, XVIe-XVIIIe siècle, Aix, 2002, ainsi que F. Cosandey et R. Descimon, ouv. cité, p. 261-271, « Les apories du modèle patriarcal ».

31 J. Cornette, Le roi de guerre : essai sur la souveraineté dans la France du Grand siècle, Paris, Payot, 1993, rééd. 2000.

32 M. Dobb et Paul-M. Sweezy, Du féodalisme au capitalisme : problèmes de la transition, Paris, 1977, 2 vol. Pour la mise en perspective historiographique : F. Cosandey et R. Descimon, ouv. cité, p. 168-175, « Les révoltes populaires, un révélateur des contenus de l’absolutisme ? ».

33 P. Anderson, L’État absolutiste I : L’Europe de l’ouest, Paris, 1978.

34 Voir les travaux de l’historien soviétique Boris F. Porchnev, et spécialement, Les soulèvements populaires en France de 1623 à 1648, Paris, 1972.

35 W. Beik, Absolutism and Society in Seventeenth-century France : State Power and Provincial Aristocracy in Languedoc, Cambridge, 1988.

36 Cl. Journès, L’État britannique, Paris, 1985, p. 53-55.

37 L. Addi, Sociologie et anthropologie chez Pierre Bourdieu. Le paradigme anthropologique kabyle et ses conséquences théoriques, Paris, 2002. Contra, voir : Ph. Corcuf, Bourdieu autrement, fragilités d’un sociologue de combat, Paris, 2003, p. 116.

38 L. Addi, ouv. cité, p. 175.

© Presses universitaires du Midi, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search