Version classiqueVersion mobile

Itinéraire(s) d’un historien du Droit

 | 
Jacques Poumarède

Chapitre 1. Les Pyrénées et le droit

Une Défense et Illustration du commerce par un marchand gascon, sous le règne d’Henri IV1

Texte intégral

  • 1 Article paru dans Hommage à Romuald Szramkiewicz, Paris, LITEC, 1998, p. 425-444.
  • 2 H. Hauser, « Le Parfait négociant de Jacques Savary », Revue d’Histoire économique et sociale, 1925 (...)
  • 3 J. Hilaire, Introduction historique au droit commercial, Paris, 1986, p. 69.

1Si, malgré son anachronisme, l’expression best seller peut avoir un sens pour la librairie d’Ancien Régime, on doit l’appliquer certainement au Parfait négociant de Jacques Savary. L’œuvre du célèbre conseiller de Colbert a connu un succès considérable : depuis sa première édition en 1675 et jusqu’en l’an VIII, pas moins de onze rééditions ont vu le jour, sans compter les nombreuses traductions, dont la première en allemand fut publiée dès 17762. On sait que Savary a écrit son ouvrage pour expliciter et compléter l’ordonnance de 1673 à la rédaction de laquelle il avait pris une part éminente et cette Instruction générale pour ce qui regarde le commerce tant en France et à l’étranger s’est vue reconnaître une valeur quasiment officielle dans l’interprétation de certaines dispositions un peu obscures de la première tentative française de codification du jus mercatorum3. Mais, au delà de ses aspects proprement juridiques, l’œuvre est un manuel des connaissances utiles pour l’exercice du négoce dans des domaines les plus variés et aussi un véritable portrait moral destiné à l’édification autant qu’à l’instruction des jeunes gens attirés par l’exercice du commerce. Cette dernière dimension n’est pas pour peu dans son succès. Pour exercer cette profession, il faut certes une bonne pratique de l’écriture, de l’arithmétique, de la comptabilité et des langues étrangères mais aussi des qualités physiques et intellectuelles ainsi que de la morale et de la religion. Écrite par un négociant pour des négociants, le livre de Savary véhicule une image positive des activités marchandes qui a certainement favorisé la prise de conscience de soi d’un milieu jusqu’alors souvent décrié.

  • 4 J. Meuvret, « Manuels et traités à l’usage des négociants aux premières époques de l’âge moderne », (...)
  • 5 J. Hoock et P. Jeannin, « Une enquête en cours, la bibliographie analytique des manuels et traités (...)
  • 6 Della mercatura et del Mercante perfetto di Benedetto Cotrugli Raugeo Libri Quattro, dove si tratte (...)

2Pour remarquable que soit cette œuvre, elle n’est pas isolée et Jean Meuvret a montré naguère qu’elle était plutôt un aboutissement4. Dès le XIVe siècle, des écrits ont été spécialement rédigés à l’usage des marchands et les Italiens furent évidemment des précurseurs. Un des prototypes, très imité, fut la Pratica della Mercatura du Florentin Pegolotti qui contient des enseignements sur les poids et mesures, les monnaies, les caractéristiques et les usages des différentes grandes foires et marchés et des modèles d’actes. Avec le développement de l’imprimerie, cette littérature s’est multipliées et diversifiée, mais une constatation s’impose : la production française est faiblement représentée par rapport aux traités italiens ou aux Handelbücher germaniques. Pour la période 1500-1600, les titres publiés en France ne dépassent pas la dizaine et ce sont presque exclusivement des traités d’arithmétique à usage commercial sur le modèle des livres d’abaque italiens5. Jean Meuvret a signalé toutefois la publication à Lyon, en 1582, par le Français Boyron, de la traduction d’un écrit italien vieux de 130 ans : le Della Mercatura et del Mercante perfetto6. Son auteur, Benedetto Cotrugli, né à Raguse, fut consul de cette cité à Naples au milieu du XVe siècle. Son livre, écrit en italien, se préoccupe assez peu de technique commerciale mais présente les qualités et les vertus nécessaires pour pratiquer le négoce et dresse un portrait du bon marchand dans sa vie professionnelle comme dans sa vie domestique. Directement ou indirectement, cet ouvrage pourrait être une des sources d’inspiration du Parfait nécociant de Savary.

  • 7 Le titre complet est le suivant : Le Marchant : traictant des /proprietez et particularitez du com (...)

3Les publications françaises sont si rares que, lorsqu’il s’en trouve, il ne faut pas manquer de les verser au dossier. Tel est le cas d’un petit livre intitulé : Le Marchant, traictant des propriétéz et particularitez du Commerce et négoce..., publié à Toulouse en 16077. Le nom de l’auteur, un certain Voltoire, n’apparaît pas sur la page de titre, et ne figure qu’à la fin de la dédicace adressée « Aux honorables et vertueux seigneurs, les juges, prieurs, consuls, Bourgeois et marchands des Cours et boursses communes establies par le Roy ».

  • 8 BM Toulouse, Rés. XVII D 237 (un volume in-12 de 195 p., reliure du XVIIIe s.).
  • 9 L’inventeur de l’ouvrage, au XIXe siècle, le philologue G. Brunet, a réédité les proverbes dans Anc (...)

4Curiosité de bibliophile, le seul exemplaire connu de cet ouvrage est conservé aujourd’hui à la Bibliothèque municipale de Toulouse8. Il n’avait, jusqu’à présent, attiré l’attention que des philologues spécialistes de l’occitan, parce qu’il contient le plus ancien recueil de proverbes en dialecte gascon : 616 motets (petits mots) ou « sentences récréatives » qui se présentent sous la forme de vers rimés ou assonancés, le plus souvent des distiques9. Ce recueil se trouve en fin du livre entre les pages 129 et 198. Il est précédé d’un pot-pourri de textes de différentes sortes. Après la dédicace et une adresse au lecteur, on trouve d’abord un poème en français, composé de 1144 vers, dans lequel l’auteur dialogue avec un jeune marchand au cours d’une sorte de voyage initiatique (p. 6-47) ; suivent deux discours en prose, le premier « traictant des propriétez du négoce, de la qualité et condition du bourgeois et marchand, et autres particularitez » (p. 50-80), le second sur « la décadence du négoce » (81-108). Enfin avant le recueil de proverbes, sous le titre de « Similitudes ou considérations » sont réunies des maximes à prétention philosophique (p. 109-128).

  • 10 Plusieurs toponymes Voltoyre sont localisés dans le Cantal ou l’Aveyron ; Guilhem Voltoyre habite S (...)

5De l’auteur, on ne sait rien, ou presque. On a soutenu que son nom qui n’est accompagné d’aucun prénom pouvait être une anagramme, comme celui, presque homonyme d’une auteur infiniment plus célèbre. En fait, l’origine du patronyme Voltoire peut être située aux confins du Rouergue et de l’Auvergne10. Mais, selon certains auteurs, en fonction des particularités dialectales de ses textes gascons, le personnage, lui-même, serait originaire du haut Comminges, ou, pour d’autres, natif de Condom. Brunet le tenait pour un maître de grammaire qui aurait exercé à Bordeaux et à Toulouse. En fait, tous les spécialistes qui se sont penchés sur ce livre ne se sont intéressés qu’aux proverbes gascons et ne se sont pas donné la peine de lire les textes qui précèdent. Pourtant, l’auteur s’y présente très clairement comme un authentique marchand. Dans la dédicace, il explique que s’il se risque à écrire sur le commerce, « c’est parce qu’il en fait profession » et que « Dieu l’y a fait naitre pour passer sa vie ».

  • 11 L’interpect ou traduction du François, Espagnol et Basque, Lyon, Bouyer, s.d., format oblong, 280 p (...)

6Comme nous le verrons, certains éléments montrent qu’il a exercé longuement son activité entre la Garonne et les Pyrénées et qu’il a aussi, probablement, fréquenté les circuits commerciaux du nord de l’Espagne. Il est, en effet, crédité d’un autre ouvrage : L ’Interpect ou traduction du françois, espagnol et basque, qui est une sorte de manuel de conversation trilingue à usage des négociants11. En composant son Marchant, Voltoire a voulu faire « une instruction à la jeunesse pour s’avancer et maintenir dans le commerce ». Il a voulu exposer le fruit de son expérience et de ses réflexions : « Mon seul but et dessein est de profiter et servir à un chacun, du moins à ceux de ma profession [...], selon ma petite capacité et connaissance du négoce que j’ai pu acquérir en divers endroits ». L’ouvrage entre bien dans la catégorie des écrits à visée pédagogique présentés plus haut. S’agit-il, alors, d’un « chaînon manquant » entre la littérature italienne et l’œuvre de Savary ? Bien que des indices plaident en ce sens, nous ne pouvons l’affirmer, faute de preuves certaines. Mais les livres rédigés par des gens de négoce sont si rares en France, avant le milieu du XVIIe siècle, que le Marchant de Voltoire peut-être étudié comme un témoignage de première main sur les pratiques, les connaissance et la culture, sur les ambitions et les frustrations d’un milieu social provincial, confronté au tournant des XVIe et XVIIe siècles à une crise sévère.

7Laissant de côté les Moutets gascouns et les « Similitudes », notre commentaire portera sur les trois premiers textes qui, malgré leur apparente hétérogénéité, sont animés par une logique interne. En tirant de l’oubli ce marchand gascon, contemporain d’Henri IV, c’est aussi un devoir de mémoire que nous tenons à rendre au regretté professeur Romuald Szramkiewicz, à l’ami et au savant, que tant d’attaches liaient au pays de Voltoire.

Un embarquement initiatique

8Le dialogue en vers qui ouvre le Marchant de Voltoire débute en pleine mer, sur le pont d’un navire. L’auteur qui se met en scène lui-même, exprime son désir d’une paisible retraite au terme d’un dernier voyage : « Maintenant je me veux reposer, ô mon âme / Exempt de ces travaux, de ceste vive flamme, / Qui journalier, m’allaient sans cesse consumant / Pour ce fascheux voyage et cest embarquement » (vers 1-4). Depuis de longues années, il a « Radé, dryvé, flotté avec beaucoup de peines / Et maintes foys failly par bonnasse et dangers / (s’) accabler et (se) perdre sur sables et rochers » (33-36). Sauvé de ces périls, il n’aspire plus qu’à poser sac à terre et à profiter du reste de ses jours pour conter ses aventures à ses amis et voisins tel « Le pèlerin faisant ses vœux et ses voyages / Va racontant d’iceux les traits et les passages » (29-30).

9Pressé de retrouver la terre ferme, l’auteur demande au patron de le conduire au port le plus proche. Le patron se fait tirer l’oreille, mais le temps change, la tempête à nouveau menace et il accepte de se dérouter. Arrivé à bon port, l’auteur s’apprête à descendre à terre, lorsqu’un jeune marchand entre en scène. Tout faraud et faisant étalage de son argent, il a l’intention d’acheter une cargaison et d’affréter le navire pour une expédition. L’auteur flaire l’inexpérience de ce « marchand hasardeux », et pour lui éviter quelque mauvaise fortune, il lui propose de lui servir de mentor. Renonçant pour l’instant à ses projets de retraite, il s’embarque avec son élève, pour un dernier voyage. Un dialogue s’ensuit dans lequel l’auteur prodigue ses conseils en commençant par énumérer les qualités qui font un bon marchand.

10Pour se lancer dans une expédition commerciale, trois qualités sont requises. Il faut se montrer prévoyant : bien choisir les marchandises à emporter et les provisions nécessaires pour l’embarquement. Les décisions doivent être prises vite, « sans longuement attendre », car la concurrence est rude. Sans pour autant se déprendre d’une attitude de prudence : le bon marchand doit savoir tenir sa langue. Parmi les objets qu’il lui faut emporter, il n’aura garde d’oublier « un trébuchet / Pour poiser, balancer ses propos, son caquet » (202-203).

11Prévoyance, diligence et prudence, voici les maîtres mots qui guideront l’action d’un marchand avisé. L’argent, le capital, est sans doute nécessaire, mais ne produirait rien s’il n’était associé à un jugement fondé sur ces trois qualités. Comme le dit notre auteur, d’une manière un peu triviale : une opération bien montée « C’est un peu de cabal, de fonds et de cerbelle » (208). Le commerce est donc une activité où les capacités intellectuelles peuvent s’exprimer tout aussi bien que dans d’autres domaines plus nobles.

12Une fois en chemin, une autre qualité est tout autant nécessaire : la persévérance. « Vous sçavez que jamais n’advient nul bien sans peine, / Le vray marchand se paist et se nourrit de mesme » (235-236). Les efforts qu’il doit faire pour atteindre son but sont d’autant plus méritoires que le risque est grand, surtout lorsqu’il s’agit de commerce maritime. Au jeune marchand qui voit avec inquiétude s’éloigner la côte et qui redoute « une mort sauvage / Et d’estre la pasture de quelqu’hydeux poisson », l’auteur répond : « Si nos embarquemens estaient faict pour le plaisir, / Pour quelque sot subject, pour un mauvais désir / vreyment j’aurais regret, j’aurois une grande crainte, / Mais vous scavez très bien que sans aucune feinte, / Nous voguons, nous courons pour le biend du public » (348-403). Au delà d’un légitime profit, le marchand peut tirer une véritable gloire des sacrifices acceptés pour l’utilité commune : « Il nous convient souffrir jusques dans le tombeau / Si nauffrage arrivoit et mourant dedans l’eau » (381-382). D’un ton grandiloquent, l’auteur exhorte son élève à suivre l’exemple héroïque des anciens marchands : « Imitez vos ayeuls, ces grands anciens pères, / Autrement vous serez tout comblé de misères : / Car l’honneur, le devoir, le droit juste, direct / Veulent fassiez aux autres ainsi qu’ils vous ont faict » (413-416).

13Ces paroles sont à peine prononcées, que le sort se charge de mettre à l’épreuve les voyageurs. Une terrible tempête s’abat sur le navire, « ... le vent et l’orage / Commencent desployer leur fureur et leur rage. / La mer jointe avec eux veut faire ses efforts, / Nous rompre, nous couvrir nos cables et nos bords » (429-431). Le gouvernail est rompu, le navire « à la dryve, / Un chascun pense à soy d’affection ferme, vive, / On n’a recours qu’au mast, aux voiles et à Dieu » (436-438). Mais le Tout-Puissant a entendu les prières des naufragés et « Ne voulant le Sauveur, Créateur des humains, / Rompre ny abolir nos aymables desseins, / Voilà qu’en un moment, le ciel se rasserène, / Ceste fureur s’appaise, un chascun prend halene » (496-497).

14Le jeune marchand, mal remis de sa frayeur, ne veut plus continuer à naviguer et supplie son mentor de le ramener à terre. Celui-ci, après lui avoir fait honte de sa couardise, accepte à la condition que l’élève n’abandonne pas le commerce et continue de trafiquer à terre, dans un pays qu’il se propose de lui faire découvrir : « Quittant cest Océan et coste britannique / Taschons d’aller surgir en terre Aquitanique » (571- 575).

  • 12 Le phare de Cordouan, mis en chantier en 1584 par Michel de Montaigne, maire de Bordeaux et qui n’e (...)
  • 13 Ce raccourci résume bien l’image que pouvait laisser à ses visiteurs Toulouse, au sortir de son siè (...)

15L’auteur se livre alors à une description lyrique de l’approche des côtes de Gascogne, de « la tour de Cordoan »12, de l’entrée en Gironde et de la remontée de la Garonne, en doublant la forteresse de Blaye, puis il dresse l’éloge de Bordeaux, « De ceste grand cité, de sa bonne police / De son verd citerac, de ses antiquités, / De ces ports si féconds, si beaux, si fréquentés, / Sa cour de Parlement, son Sénat vénérable, / Son lieutenant du Roy, bref rien plus admirable, / De son sainct André et de son sainct Michel, / De tant de raretés qui luisent soubs le ciel » (721-727). Mais l’auteur ne laisse à son protégé guère le temps d’admirer cette « cité bordée d’eaux ». Le jeune marchand est sommé de se rendre derechef dans les lieux de négoce où se pressent « ces notables bourgeois, / Marchands de toutes parts, Bretons, Flamens, Anglois ». Il y étudiera le cours des marchandises et choisira ainsi au meilleur prix une cargaison qu’il ira débiter sur les marchés de Guyenne et de Gascogne, en suivant « par plaine et montagne » un itinéraire conseillé. Ainsi, il n’omettra pas de séjourner « dans l’antique Tholouse / Laquelle treuverez très riche, populouse, / En grandeur, en moyens, en valeur et en pris / De France la seconde, le chef de son pays : / Mais encores surtout, catholique dévotte / Sur autres le renom de sçavante, de docte, / En singularité ces moulins, ces couvents / Les corps saincts, Sainct-Sernin, merveilleux, excellent... » (775-780)13.

16Au cours de ses pérégrinations, le jeune marchand ne manquera pas d’observer les populations rencontrées : « Visitez librement ces Guyennois, ces gascons, /Par tout ce haut pays, de leur dire et façons / Vous en ferez proffit, en dressant des mémoires / Où vous rédigerez les choses plus notoires / Apprenant, r’apportant, car tout peu bien servir... » (767-771). C’est bien sur les routes, sur les marchés, en se frottant quotidiennement à la concurrence des autres marchands, aux habitudes et aux attentes de la clientèle que se fait l’éducation du marchand, et nulle part ailleurs : « Ce peu d’expérience que vous avez acquise / Qui gouverne sur tout, qui sur autre maîtrise, / Asseurera tousjours tous vos dicts et vos faicts... ». Toutefois, l’auteur conseille à son protégé de compléter ses connaissances dans « trois arts » qui pourront lui être de quelque utilité ; « Vous treuverés chés vous une peu d’art de grammaire. / Ceste clef servira en maint et maint subjet / Pour ouvrir, pour fermer divers et rare object... » (796-797). Pour accorder ses comptes et « faire ses devises », ainsi que pour « balancer et mesurer », il lui faudra maîtriser « cet art d’arithmétique », que l’on rencontre partout, « deçà, delà, en mer, par terre et par pays / Avec les estrangers et parmy vos amys... » (801-804). et qui est comme un langage commun aux gens de commerce. Enfin, il est bon qu’un marchand cultive aussi « ... quelque peu d’art, d’harmonie, musicque / Pour entonner et joindre, accorder doucement / Ces petits chalumeaux harmonieusement... » (812-814).

17Lesté de ces conseils et de quelques ballots de marchandises, le jeune marchand prend congé de son maître avec force remerciements, tandis que celui-ci lui prodigue une dernière fois ses recommandations (859-866) :

À Dieu, donc, cher amy, à dieu donc mon soulas Sois tousjours diligent, du travail jamais las Vertueux et discret, surtout humble, modeste Prévoyant et soigneux, advisé quand au reste, Hardy et courageux en plaine et en mont, Observant néantmoins comme vrays marchands font Ceste médiocrité j’ai tant recommandée.

  • 14 Voltoire n’utilise pas le terme de négociant, qui d’après le Dictionnaire étymologique de Bloch et (...)
  • 15 P. Jeannin, Les marchands au XVIe siècle, Paris, 1957, p. 111 et s. : « Au comptoir et sur les rout (...)
  • 16 F. Mouthon, Fortaney Dupuy, « Un marchand bordelais du début du XVIe siècle », Annales du Midi, 207 (...)
  • 17 P. Jeannin, ouv. cité, p. 97 et suiv. On a souvent signalé les réticences des villes de commerce à (...)

18Les qualités énumérées dans cette dernière harangue sont celles qui sont exposées dans le livre 3 du Mercante perfetto de Cotrugli. Voltoire a-t-il eu entre les mains le traité du consul de Raguse pour s’en inspirer ? Il n’est pas interdit de le penser ; les activités qu’il décrit sont conformes à l’archétype médiéval du « marchand errant », et paraissent bien éloignées de celles du négociant de Savary14. Mais son personnage est conforme à une réalité sociale encore très présente au XVIe siècle15. Il ressemble beaucoup au Bordelais Fortaney Dupuy, dont la carrière a été récemment étudiée16. On note toutefois chez Voltoire un silence sur les activités financières, pourtant assez couramment pratiquées et une envergure assez limitée des horizons : les activités terrestres de son marchand confinent au colportage. Quant au mode de formation, il correspond tout à fait à ce qui a été souvent décrit : un apprentissage au contact de la pratique, sur la base d’un enseignement élémentaire des plus succincts17.

19Les adieux du maître et de son élève ne mettent pas fin au dialogue qui se prolonge par une sorte d’épilogue.

20Quelques mois ou quelques années après, rien ne l’indique précisément, l’auteur, désormais retiré des affaires, déplore de ne pas avoir reçu de nouvelles de son élève. Il regrette de l’avoir envoyé « aux hazards, aux périls en maintes terres estrangères ». A-t-il été la proie de voleurs ou de brigands, a-t-il péri dans quelque mauvaise fortune de mer ? Lorsque le jeune marchand réapparaît : joie, effusions des retrouvailles et récit des aventures du voyageur. L’élève a suivi point par point les conseils ainsi que l’itinéraire qui lui avait été tracé. Il s’en est d’abord bien trouvé. Ses affaires ont marché « d’une belle cadence » et il a amassé un joli pécule. Malheureusement la situation s’est brutalement retournée et le négoce est tombé « en si horrible change.../ Car en France aujourd’huy n’y a que pauvreté / Pour nous toute ruyne, grande déloyauté » (845-848). Il a été contraint de s’exiler longuement en pays étranger. Il rentre sans avoir fait fortune, mais rapporte à son maître un recueil de proverbes – les motets – recueillis en traversant la Gascogne, « qui sont d’assez plaisans, nécessaires caquets ». Il les lui offre en gage de reconnaissance, « pour en fère au public quelque présent et feste ».

  • 18 F. Godefroy, Histoire de la littérature française depuis le XVIe siècle, Paris, 1878, t. 1, p. 383  (...)

21Cet épilogue livre probablement une des clés de l’ouvrage de Voltoire. Celui-ci a voulu faire œuvre littéraire, sans en avoir la capacité intellectuelle ni surtout la légitimité sociale. Il faut bien le reconnaître, le Dialogue de l’Autheur et du Marchand est le travail assez médiocre d’un autodidacte sans culture. Sa versification est faible dans l’ensemble, bon nombre d’alexandrins boitent bas, la césure à l’hémistiche est hasardeuse et les rimes sacrifient au calembour plus souvent que de raison. Mise à part une obscure référence au « sage Caton » et deux ou trois allusions à Neptune et à Phoebus, on ne trouve aucune de ces évocations savantes qui encombrent les œuvres des petits-maîtres de l’époque. L’inspiration est courte et ne s’anime guère, même dans des épisodes comme celui de la tempête et du naufrage qui sont pourtant depuis l’Antiquité un topos de la poésie épique et des récits de voyage. Le choix du dialogue versifié comme genre littéraire intrigue : c’est une forme tombée en désuétude depuis la fin du XVe siècle18.

  • 19 F. Lachèvre, Bibliographie des recueils collectifs de poésie publiés de 1597 à 1700, Paris, 1911. T (...)
  • 20 Surtout s’il s’est contenté de traduire en gascon un recueil de proverbes déjà publié en français p (...)

22Voltoire est d’ailleurs tout à fait conscient de ses limites : « Tout beau ma muse, tout doux, il faut qu’un autre entonne. / Il faut bien autre plume, il faut bien autre esprit / Pour graver là dessus, pour coucher par escrit. / Je m’arresteray donc parce que ma musette / N’a pas ce qu’il convient, d’ailleurs est trop foiblette ». Il a surtout fortement intériorisé l’idée qu’en écrivant des vers, il transgresse une incompatibilité entre l’activité commune du marchand et le commerce des belles-lettres. Ce n’est pas par simple modestie qu’il déclare ne point s’estimer poète : « Car ce n’est pas ce nom que je cherche, souhaitte. / Je dis ces mots parce que quelqu’un curieux, / Lisant ces vers, pourrait devenir envieux, / Disant, hé ! Qu’est cecy, un marchand qui compose ? » (51-55). Il est un fait qu’au tournant des XVIe et XVIIe siècles, la poésie française est exclusivement une affaire de gentilshommes et de robins19. On comprend dès lors que Voltoire, pour tenter de se faire une place dans ce monde fermé ait choisi de publier un recueil de proverbes, genre assez prisé de son temps et moins risqué pour un autodidacte20.

  • 21 Cf. l’opinion de P. Gascon dans Histoire économique et sociale de la France (F. Braudel et E. Labro (...)
  • 22 VII Traicté du Commerce de la vie du loyal Marchand, avec la commission du Roy, et bien qu’il faict (...)

23En tout cas, le procédé en dit long sur les frustrations intellectuelles et sociales d’un modeste marchand au tout début du XVIe siècle. Une insatisfaction qui est très largement partagée par le monde du négoce. La France est, avec l’Espagne, le pays où les préjugés hostiles restent encore très forts21. La société continue à faire de la noblesse le seul état qui mérite considération ; la marchandise est un état ignoble, à peine au dessus du mécanique et du travail de la terre. Un contemporain connu, Barthélémy de Laffemas, contrôleur général du commerce, en porte lui aussi témoignage : « Les pays estranges honorent infiniment et respectent les Marchans, qui par leur entendement, industrie, grands affaires et trafficq font vivre et employent des millions de peuples qui demeurcroient oysifs [...] Et les François à présent font tout le contraire car s’il y a mespris au monde, il est sur le Marchant »22. C’est pour combattre ces préjugés et rendre à ces congénères leur dignité que Voltoire a composé le premier discours qui suit son dialogue.

Éloge de la médiocrité

24Après avoir laborieusement rimaillé, Voltoire se lance dans une dissertation en prose où il entend traiter « de la libre qualité et condition du bourgeois et marchand ». Le sujet est ambitieux et, comme à son habitude il tient à avertir le lecteur : son dessein n’est pas de s’avancer trop avant « dans les flots de ceste mer naufrageuse de discours et difficultés ». Il désire simplement « en naviguant sur sa petite barque » présenter la place que les marchands occupent réellement dans la société et traiter « de l’intelligence du fruict et labeur d’iceux », c’est-à-dire faire comprendre au public l’importance de leur apport et de leur travail. Une idée essentielle fonde sa démonstration : « ceste médiocrité que ces Philosophes louent et estiment si doctement ».

25Voltoire commence par rappeler que la France, « cette généreuse et antique Monarchie est composée de trois estats, comme sont le Clergé, la Noblesse et le tiers estat ». Mais cette division traditionnelle ne le retient guère ; il l’abandonne aussitôt pour ne s’intéresser qu’à « ces populeuses et florissantes citez et Républiques » qui forment le meilleur du royaume. Les bourgeois et marchands – ces deux termes sont synonymes sous sa plume – en occupent le milieu, c’est-à-dire « cette médiocrité proposée, ny trop haute ny trop basse, non subjecte aux grands vents des affaires mondaines pour sa hauteur, ny aux terreurs et desbordemens des affaires des lieux bas, mal disposez pour sa bassesse ou ignorance ». À la métaphore du corps social organisé en fonctions complémentaires, Voltoire préfère la représentation d’un espace social dont les marchands occuperaient le centre, ou, à la rigueur, une conception organiciste remodelée, puisque « les médecins asseurent en plusieurs questions que c’est au milieu que la vertu et le meilleur consistent, non aux extrémitez ».

26Les marchands et bourgeois doivent cette position médiane à plusieurs mérites. Tout d’abord, les « négociateurs » sont, dans les villes, « les parties les plus officieuses et pécunieuses ». Ils détiennent l’argent, la pécune, sans laquelle rien ne peut se faire et spécialement « en ce siècle, dans une cité, l’ornement de la paix et lors qu’une guerre survient, les aydes et soutenemens d’icelle ». En second lieu, « les marchands sont chascun son seigneur et maistre sans que leur vaccation les contraigne ny oblige de s’assubjetir, mendier ou procurer pour autruy ». Cette condition de liberté leur permet d’aller et venir en tous lieux et de ne reconnaître « en leur fonction, après Dieu, que leur Prince souverain ». Leurs activités de négoce les mènent jusqu’aux extrémités de la terre, « presque depuis l’un jusques à l’autre pôle », en affrontant une infinité de périls et de dangers, « sur ce grand spacieux océan, qui est l’élément le plus furieux, redoutable et inconstant de tous ». Mais c’est à ce prix, qu’ils « apprennent et acquièrent la cognoissance, fréquentation et amitié des nations les plus barbares, farouches et redoutables, leur desportent de ce qu’avons de surabondant et en rapportent de eux toutes autres commoditez, richesses et utillitez, y faisant par ce moyen double fruict » Il est remarquable de constater que notre marchand gascon a parfaitement saisi le sens des changements intervenus au cours du siècle qui vient de s’achever : l’élargissement prodigieux des horizons et le rôle capital du marchand comme intermédiaire entre les peuples et comme acteur principal d’une économie-monde, selon la célèbre formule braudélienne. À ce titre, d’ailleurs, certains sont plus actifs que d’autres : « sur la mer océane les Flamens, les Anglais et les Espagnols et en Méditerranée, les Vénitiens, Florentins et Genévois, se maintiennent tousjours en ce tant renommé négoce, ne trouvant rien de plus lucratif, séant et aggréable, pénètrant et traversant par l’industrie d’iceluy jusqu’aux extremitez de ce globe ». Voltoire constate avec regrets que les Français sont beaucoup moins audacieux : « car d’iceux au regard des estrangers, c’est peu de cas ».

  • 23 Édit de Charles XI instituant quatre cours de bourse à Toulouse, Rouen, Bordeaux et Montpellier, cf (...)

27Les cités et les républiques ne peuvent se maintenir sans marchands « lesquels sont les nourrissons et administrateurs de toutes commoditez aux autres ». Voilà pourquoi les souverains et les princes leur ont donné de beaux privilèges et dignités « entre autres, ceste honorable et nécessaire judicature royalle et cour de Bourse », allusion évidente à l’édit de 156323. L’auteur s’extasie sur le soin que les marchands mettent à gérer leurs affaires : « le rare stil et méthode qu’ils tiennent en l’estât et ordre de leurs négociations, en leurs livres de raison, où il se void et remarque toutes sortes de comptes et rencontres de l’un à l’autre, d’une mesure et proportion admirable », sans oublier « ces pratiques de change qui se font journellement en la pluspart de ceste notre Europe, en toute asseurance, transportant et retirant toutes sortes et qualités de pécune, payemens et moyens d’une nation à autre, sans danger ni difficultés, soulz le simple seing, fors et créance des marchands ».

28Riches et libres, actifs et audacieux, soigneux et honnêtes, les bourgeois et marchands méritent la « disposition médiane » qu’ils occupent dans leurs cités et qui les rend « aptes et propres à l’administration et gouvernement d’icelles ».

29Malgré des formules contournées et des embarras de plume, la démonstration de Voltoire rassemble avec assez de force un certain nombre d’arguments en faveur d’une doctrine qui depuis l’Antiquité s’est efforcée de promouvoir le centre comme lieu de l’équilibre social et d’affirmer la vocation des marchands à l’occuper en priorité.

  • 24 Aristote, Politique, IV, 11 (1295 b 1), éd. Aubonnet, Paris, 1971, t. 2, p. 174.
  • 25 Cicéron, De officiis, I, 42 et 89, éd. Testard, Paris, 1965.
  • 26 Augustin, Ennarationes in psalmum LXX, éd. Dekkers et Frainpont (Corpus christianorum 40), p. 954.

30Les éléments de cette doctrine sont trop connus pour qu’il suffise d’en rappeler quelques jalons importants. Son fondement repose sur un passage célèbre du livre IV de la Politique dans lequel Aristote fait l’éloge du gouvernement par les « hommes moyens » – mesoï – ceux qui par une possession modérée des dons de la fortune se tiennent à égale distance des excès qu’entraînent une trop grande richesse ou une trop grande pauvreté24. Mais on sait que le Stagyrite n’incluait pas dans cette classe moyenne les marchands envers l’activité desquels il partageait les préjugés des citoyens d’Athènes. Cicéron porte le même intérêt au juste milieu – mediocritas – en donnant sans doute à ce terme un sens plus moral que social25. En revanche, le commerce n’est pas indigne d’un homme bien né, à condition d’atteindre une certaine ampleur (mercatura magna et copiosa). Si les Pères de l’Église expriment dans leur ensemble une grande méfiance à l’égard des marchands et reproduisent volontiers les anathèmes qui les stigmatisent dans les Saintes Écritures, saint Augustin, toutefois, n’est pas insensible à leur utilité sociale, puisqu’il fait dire à l’un d’entre eux : « j’amène de loin les produits dans les régions où ils ne se trouvent pas »26.

  • 27 J. Le Goff, Marchands et banquiers au Moyen Âge, Paris, Seuil, 1966, p. 96 et La bourse et la vie. (...)
  • 28 J.F. McGovern, « The Rise of New Economic Attitudes during the Later Middle Ages and the Renaissanc (...)
  • 29 G. Le Bras, « Conceptions of Economics and Society », Cambridge Economie History of Europe, Cambrid (...)
  • 30 « Marcheans s’aventurent par pays, par contrées.../ Tous temps sont en périels, peu sont asseurés » (...)
  • 31 D.M. Bell, Étude sur le Songe du vieil Pèlerin, Genève, 1955, p. 170.

31Mais c’est la scolastique médiévale qui a favorisé l’amalgame de ces courants d’idées. Sur la base de la mesotes aristotélicienne, les théologues et les canonistes du XIIIe siècle construisirent une théorie du « juste prix » (justum pretium) et prônent un gain modéré (lucrum moderatum). Ce qui a permis de réintégrer au cœur de la cité le bon marchand, celui qui sait se garder de l’excès toujours condamnable de l’usure. Les services qu’il rend aux autres hommes légitiment sa place au nom du bien commun27. Cette subtile doctrine trouve ses meilleurs défenseurs dans les ordres mendiants et particulièrement dans les rangs franciscains28 ; elle reçoit aussi le renfort des romanistes tel Azon qui au début du XIIIe siècle encourage les princes à favoriser le commerce pour le bien de leurs sujets ; Bartole, au siècle suivant, qui reprend dans son Traité des dignités les idées cicéroniennes, en définissant une noblesse civile associant vertu et richesses, tandis que son élève, Balde, se désignera lui-même comme advocatus artis mercantiae29. À partir du XIVe siècle, la doctrine se diffuse dans la littérature profane. Quelques auteurs commencent à s’intéresser aux marchands de manière positive. Gilles le Muisit, vers 1350, fait l’éloge des marchands, dans un de ses poèmes en soulignant les périls qu’ils affrontent quotidiennement30 ; Philippe de Mézières, pour sa part, montre dans le Songe du vieil Pèlerin (1389) que la prospérité du commerce est d’une importance capitale pour la stabilité et la durée de la puissance du prince31.

32On le voit, tous les éléments de l’argumentation développée par Voltoire étaient déjà rassemblés bien avant la fin du Moyen Âge, mais il est bien improbable qu’il ait puisé directement à ces sources trop lointaines et trop savantes pour lui. Notre marchand gascon a vraisemblablement tiré son inspiration de sources plus proches et plus accessibles. Pour tenter d’y voir plus clair, on peut suivre deux pistes.

  • 32 Ch. Bec, ouv. cité, p. 107 et suiv.

33La première est italienne. Les marchands italiens n’ont pas eu les mêmes inhibitions face à la littérature que leurs congénères des autres pays. Dès le XIVe siècle, ils ont écrit d’abondance, dans des genres très variés : chroniques, contes et nouvelles, traités de morale. Le thème du juste milieu est un des plus présents de cette littérature32. Les marchands écrivains des cités italiennes reprennent à leur compte la mediocritas d’origine classique et chrétienne et en font un idéal de vie autant qu’un principe de gouvernement. La mezzane via imprègne des œuvres telles que le Livre de la vie honnête de Paolo da Certaldo ou les chroniques de Gino di Neri Capponi sur la révolte des Ciompi et ľIstoria di Firenze de Goro Dati. Elle est également très présente dans le petit livre de Benedetto Cotrugli aux intentions clairement moralistes. Si, comme nous le supposons, Voltoire en a connu la traduction française, il a pu en tirer les principaux linéaments de son propre discours.

  • 33 J.A. Maravall, Estudios de Historia del pensamiento español, Madrid, 1975, p. 405 et suiv.

34Une autre piste mérite aussi d’être suivie, elle mène en Espagne. Dans cette deuxième moitié du XIVe siècle, un franciscain de Valence, Francesch Eiximenis a développé des idées tout à fait proches de celles des auteurs italiens33. Dans son de Regiment de la cosa publica dédié à la communauté de Valence, il s’inspire directement d’Aristote en décrivant la société urbaine en trois estaments : les mineurs, les moyens et les majeurs.

  • 34 M. Cavillac, Gueux et Marchands dans le Guzman de Alfarache (1599-1604), Bordeaux, 1983, p. 268-283 (...)

35Mais les marchands ne doivent pas en être exclus, ils occupent la position médiane et forment le véritable ciment de la communauté, l’âme du « cos mistic » de la cité. Leur mérite est grand en raison des risques encourus et leurs richesses sont plus légitimes que les « vieux patrimoines » des nobles, parce qu’elles reposent sur le travail personnel. Les idées d’Eiximenis ont eu un écho durable en Catalogne, à Séville et même en Castille malgré l’opposition de théologiens très méfiants envers la marchandise et les préjugés d’une puissante idéologie nobiliaire – la hidalguia – qui valorisait l’oisiveté honorable. Vers la fin du Siècle d’or, pour faire face à la crise morale qui mine la société espagnole, quelques auteurs castillans ont tenté à leur tour, de restaurer les valeurs mercantiles autour d’un idéal bourgeois de la « mediania »34. Voltoire qui, selon ses propres dires, a beaucoup fréquenté les circuits commerciaux du nord de la péninsule ibérique a eu probablement l’occasion de se familiariser avec des idées qui sont en tout point semblables à celles qu’il a énoncées dans son discours.

36Cet éloge de la « médiocrité » se prolonge par une description de la vie du bon marchand, de sa prime jeunesse à l’heure de la mort. Le texte en prose reprend les idées déjà exploitées dans le poème à propos des qualités requises pour entrer dans la carrière, des connaissances de base nécessaires et de l’apprentissage auprès d’un maître « de bon exemple et de bonne vie ». Comme simple valet, le jeune homme pourra acquérir « la cognoissance et nature d’une infinité de marchandises, de l’achapt, vente et distribution d’icelles [...] et savoir ranger et tenir l’estât de tous affaires journaliers et livres de raison, tant par parties doubles que autrement ». Puis en qualité de subrécargue, il devra suppléer son maître dans quelques opérations, jusqu’à ce que ce dernier, le trouvant bien préparé, l’associe en sa compagnie et le prenne « pour participer au proffit et perte qu’il plaira à Dieu leur donner à l’advenir ». Cette « résolution et convention faite entre eux par acte particulier » sera poursuivie jusqu’à ce que le maître se retire en prenant sur le capital accumulé au moins le double de ce qu’ils avaient mis. L’élève devenu maître à son tour, en continuant à faire de bonnes affaires, songera alors « à dresser sa petite république », c’est-à-dire sa maison et sa famille « par les moyens d’une alliance ou mariage et amys qu’il aura aussi acquis ». Fortune faite, « il sera devenu en sa cité, ce milieu tant requis, cy dessus proposé : ceste médiocrité si loüable en sa république ».

37Le bon marchand pourra alors espérer gravir les échelons d’un cursus honorum que Voltoire décrit en détail et avec une évidente convoitise. Gouvernant et conduisant bien sa famille, il sera en premier lieu appelé pour gouverner et régir celle de Dieu et des pauvres « affin d’y pratiquer et d’exercer ces sainctes œuvres de charité en l’endroit d’iceux » ; ce qui lui fera acquérir la réputation de vrai chrétien et catholique. Puis, « continuant tousjours de bien en mieux vers l’establissement et asseurance de sa prud’hommie, il sera encor appellé en l’honneur et charge consulaire d’une Cour de Bourse commune ». C’est en juge « équitable, volontaire, sans fard ni chiquane, ny aucun envie ne proffit » qu’il exercera « annuellement cest dignité tant rare et necessaire en toutes communautez et républiques ». Il pourra aussi être choisi et élu entre tous, « comme le diamant entre les autres pierres précieuses » pour remplir la charge de député et aller en délégation, pour le bien et profit de sa cité et de toute sa province, « pour traicter, décider, résoudre toutes sortes d’affaires et négociations difficiles en l’endroict des plus grands, voire vers son Prince, mesmes jusques et avec les nations estrangères ».

38Parvenu ainsi au faîte des honneurs, il ne lui restera plus qu’à être appelé « en la compagnie et du nombre des magistrats et gouverneurs de ceste sienne cité et république, pour être nommé père et conservateur d’icelle » et, félicité suprême, « acquérir le tiltre de noble, avec une réputation inestimable, décoré, vestu de ceste robbe et livrée royale, à laquelle un chascun porte respect, estant la frayeur et crainte des libertins et vicieux ». De simple juge civil, qu’il était, pour les affaires de son négoce, il deviendra ainsi, pour le bien et le salut de tous, juge criminel, « punissant et exterminant les vicieux et malfacteurs, nettoyant et purgeant sa république, à l’exemple d’un bon jardinier ostant et arrachant toutes les mauvaises herbes et racines de son jardin ».

  • 35 VII Traicté du Commerce..., p. 3.

39Selon Voltoire, l’anoblissement du marchand et son accès à de hautes fonctions souveraines n’implique pas une trahison du négoce par l’achat d’office de judicature. Ces marques éclatantes de réussite sociale trouvent leur voie naturelle dans l’accès aux magistratures municipales. Mais, Voltoire a manifestement en tête les modèles toulousain et bordelais où capitouls et consuls étaient anoblis par l’exercice de leur charge et rendaient la justice criminelle. Laffemas est sans doute plus lucide lorsqu’il constate, pour le déplorer, que « quelque charges et offices qu’ils ayent dans les villes, (les marchands) ne peuvent jamais avoir l’honneur » et « plusieurs sont contraints de quicter la marchandise pour achepter des Estatz »35.

40Paré de ces lauriers « que les généreux et anciens Romains chantent si magnifiquement », le bon marchand vivra enfin le reste de ces jours, content, en repos et tranquillité, et lorsque viendra l’heure de la mort, « sortant de ceste cité et république terrestre, levant son ancre de la mer naufrageuse d’icelle, avec une infinité de regrets, loüanges et bénédictions du peuple, arrivera et surgira au port du salut tant désiré, conduit par les Anges, avec la grâce de son Créateur, en sa vraye république celeste ». De la petite république domestique à la vraie république céleste, l’assomption du marchand, selon Voltoire, a les couleurs naïves d’une icône populaire.

Les malheurs du négoce

41La tonalité du second discours de Voltoire fait un singulier contraste avec le premier. Au dithyrambe succède un sombre lamento sur la décadence du négoce. « Naguère si fréquenté et opulent, [...] nostre négoce est devenu si abbatu et exténué, que je le voy presque à sa fin et du tout aux abbois ». Voltoire affiche d’emblée son objectif : dresser le diagnostic et proposer des solutions : « Poussé d’un instinct naturel et amitié sociale, j’en ay voulu tirer ces crayons pour faire voir partie du regret que j’en porte, représenter à plusieurs de ceux qui sont en rang et dignité et créance de adviser à chercher les remèdes et antidotes pour la guérison de ce corps malade ».

  • 36 B. Bennassar, « Une croissance interrompue », dans Pierre Léon (dir.), Histoire économique et socia (...)
  • 37 J. Bernard, Histoire de Bordeaux, ouvr. cité, t. 4, p. 111.
  • 38 G. Caster, Le commerce du pastel et de l’épicerie à Toulouse, 1450-1561, Toulouse, 1962.
  • 39 E. Le Roy-Ladurie, Les paysans de Languedoc, Paris, 1969, p. 82.

42Il est intéressant de lire le texte à la lumière des travaux de l’historiographie économique des XVIe et XVIIe siècles. L’idée d’un long trend de croissance englobant le XVIe et se prolongeant jusqu’en 1620 est depuis longtemps contestée36. Le « beau XVIe siècle » ne s’est guère prolongé au-delà de 1570 ; les dernières décennies furent difficiles, presque partout en Europe et le tournant du XVIIe franchement catastrophique. Pour illustrer la prospérité perdue, Voltoire donne essentiellement trois exemples : la grande quantité de vins qui descendait la Garonne et la Dordogne vers Bordeaux ; le pastel qui croissait et sortait de la province de Languedoc et le commerce des grains naguère si florissant dans cette même province. Or, on sait effectivement que le port de Bordeaux a connu un marasme persistant à la fin du XVIe siècle37, que le « miracle » du pastel toulousain a été touché de plein fouet par la concurrence de l’indigo38 et que l’on a parlé, pour la même époque, de la « tragédie du blé languedocien », frappé par la loi des rendements déclinants39.

43Les explications de Voltoire sur les causes de cette crise coïncident aussi avec les constatations des historiens. La première raison qu’il avance et sur laquelle il revient à plusieurs reprises est le « défaut de pécune ». En effet, « la nation gallicane, n’ayant point de minières qui soient fécondes en or et argent », c’est par l’entremise des marchands que l’on se procure « cest ordinaire drogue servant à la composition de nostre commerce ». La pénurie de numéraire a jeté sur les marchés les plus grands désordres. Les travaux de Pierre Chaunu ont montré effectivement qu’une baisse brutale des arrivées de métaux précieux d’Amérique s’est opérée après 1600.

44En deuxième lieu, Voltoire évoque, à juste titre, les « grands ravages, extorsions et excès qu’on a veu régner durant ces derniers troubles passez et guerres civilles », et il est bien connu que les pays aquitains furent au cours des guerres de Religion, parmi les plus touchés par ces « grands remuements et ces émotions si funestes et dangereuses ».

  • 40 « comme il leur convient encore fère, du reste, de leur fond et cabals ». C’est la seule allusion d (...)
  • 41 Laffemas, dans L’incrédulité ou l’ignorance de ceux qui ne veulent cognoitre le bien et repos de l’ (...)

45La troisième raison invoquée est l’usage abusif du crédit : les marchands, « pour tousjours continuer leur train et traffic » ont abondamment baillé et prêté à des clients impécunieux40, et « se treuvent à présent, la plus grande partie, saisis et chargez d’une infinité de meschantes debes et procèz, de très-grandes chiquaneries et despens que leurs débiteurs leur offrent pour le meilleur et plus expédient ». Cette situation les conduit « à plaider et solliciter à un Palais, chose qui est bien dure, contraire à (leur) humeur et vaccation ». Ils sont même obligés de « prendre de leurs immeubles, comme terre et autres, puisqu’il n’y a plus moyen de trouver argent et crédit ». Ce constat se teinte d’une pointe de xénophobie qui vise principalement les Italiens et qui est assez répandue à son époque : « Je ne veux pas sonder si avant pour ce regard, pour certaines considérations, mais il est évident que les Italiens sur tous autres en ont tiré et tirent beaucoup de divers moyens et façon »41.

  • 42 À Bordeaux, les impositions se sont accrues de façon considérable. En 1600, la levée des droits de (...)

46Enfin, Voltoire critique l’alourdissement de la fiscalité sur la circulation des marchandises : « il est trop certain que la vraye et plus notable occasion (de l’affaiblissement des échanges) est provenue des grands subsides que cy devant on a veu régner, durant ces derniers troubles passés, de tous côtés, tant sur rivières navigables, villes maritimes, ports, passages, que autres endroicts où la fécondité du négoce estait plus grande »42.

47Prenant exemple du pastel, dont il a bien connu le négoce : « ça esté la marchandise la plus enviée et à laquelle l’on a le plus tiré et sucé quà tout autre..., je puis bien témoigner avoir veu payer à Tolose en plusieurs autres endroicts la méthode et l’invention de l’Inde, tintille, foilh, et autres drogues ou matières ».

  • 43 P. Harsin, Les doctrines monétaires et financières en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, 1828, (...)

48Le diagnostic de Voltoire est incontestablement lucide, car fondé sur une réelle expérience de terrain. Mais au moment de proposer ses remèdes, comme il l’a annoncé, son discours paraît tourner court. Il se plaint d’une pénurie d’argent mais il est indifférent aux mécanismes monétaires et à leurs conséquences sur les prix. Il ignore manifestement les débats de son temps, illustrés notamment par la célèbre controverse Malestroict-Bodin, sur les effets respectifs des mutations monétaires et de l’afflux des métaux précieux. À cela rien d’étonnant ; outre le fait que les doctrines monétaires du XVIe siècle ne se sont guère diffusées au delà de cénacles très restreints, l’opinion commune n’a jamais eu l’impression d’une surabondance d’argent, l’accroissement de la masse monétaire étant absorbé par un enchérissement considérable des prix43. Comme dans toutes les périodes d’inflation, les populations de la fin du XVIe siècle ont plutôt fait le constat d’une pénurie d’argent brutalement aggravée au tournant du XVIIe par le fait objectif du ralentissement des arrivées de métaux précieux d’Amérique. Voltoire, qui écrit son ouvrage à ce moment-là et qui ignore manifestement les explications de Jean Bodin, ne pouvait comprendre les implications profondes des mécanismes monétaires dans la formation des prix et donc dans les fluctuations des échanges. Pour lui, les chertés sont dues essentiellement à un alourdissement de la fiscalité indirecte dont il se borne à réclamer l’allègement.

  • 44 P. Deyon, Le mercantilisme, Paris, 1969, p. 22-25 ; P. Harsin, ouvr. cité, p. 73-78 ; I. Wallerstei (...)
  • 45 Ce développement des manufactures fut un des aspects majeurs de la politique économique d’Henri IV (...)

49En tout cas, Voltoire ne cède pas à la tentation bullioniste qui consiste à mettre des entraves à la sortie des capitaux ; au contraire, il est favorable à la libre circulation de l’argent et des marchandises d’un pays à l’autre. Pour attirer cette « pécune » qui fait tant défaut, il faut rétablir la prospérité du commerce extérieur. Doit-on, dès lors, ranger notre auteur parmi les tenants du mercantilisme ? Si l’on désigne par ce terme une doctrine qui fonde la richesse d’une nation et la puissance de son prince sur l’accumulation d’un stock de métaux précieux et qui, pour y parvenir, encourage l’intervention de l’État sur les mécanismes économiques, rien n’est moins sûr. Il est vrai qu’au début du XVIe siècle, le mercantilisme français n’en est qu’à ses balbutiements44. On ne cite, pour l’époque que les écrits et l’action menée par Laffemas en faveur de la création de manufactures, spécialement celles de luxe, de manière à diminuer les importations flamandes et italiennes45 Voltoire a peut-être connu les mémoires du maître de la Garde-robe royale, promu en 1602 contrôleur général du commerce et des manufactures, car il évoque l’inconvénient pour les habitants de Guyenne et Gascogne « de n’avoir point d’industrie ou manufacture, comme les autres nations, pour les pourvoir et entretenir en ce que leur est bastant et convenable », mais sans plus de précision. En aucune façon, il n’envisage le rôle que pourrait jouer l’État en ces domaines, pas plus qu’il ne réclame de mesures douanières contre les importations.

  • 46 Dictionnaire de l’ Ancien Régime (Bely dir.), v° Économie politique. Le principal mérite de Montchr (...)

50En fait, les idées de notre marchand sont simplistes. La France dispose, « pour la traite et cargaison de cinq sortes de denrées surabondantes, desquelles la plus part de nos voisins ne se peuvent bonnement passer : scavoir les bleds, vins, pastels, sels et toilles ». Il s’agit là des « vrais minières » du royaume, qui sont inépuisables car elles se renouvellent en permanence et sont capables de pourvoir non seulement aux besoins des régnicoles mais aussi des étrangers. Cette idée des « cinq minières » se retrouve textuellement dans le fameux Traité de l’Économie politique d’Antoine de Montchrestien, paru en 1615, à cette différence près que le pastel y est remplacé par les laines. D’une manière peut-être un peu exagérée, on fait crédit à Montchrestien d’avoir été le premier en France à avoir rassemblé les idées mercantilistes46. Avait-il lu Voltoire ? Ce n’est pas certain ; la métaphore des « cinq minières » était probablement dans l’air du temps. En tout cas, ces rapprochements ne sont pas suffisants pour enrôler Voltoire sous la bannière du mercantilisme. Son horizon était sans doute trop étroit pour lui permettre de concevoir une véritable politique interventionniste du pouvoir monarchique. D’ailleurs, comme il l’écrit lui-même, son ouvrage n’a été composé que pour les « meilleurs » de ses congénères, les marchands d’une ville de province. Il ne songeait nullement, comme Laffemas ou Montchrestien, à s’adresser aux sommets de l’État. Mais, il est aussi permis de penser qu’il a plus ou moins clairement perçu que son plaidoyer pour la liberté du négoce n’allait pas dans le sens des évolutions en cours. Dans ces conditions, malgré ses archaïsmes, Voltoire n’aurait-il pas été en avance sur son temps et ne faudrait-il pas le ranger parmi les précurseurs du libéralisme ?

  • 47 Gragnon-Lacoste, Précis historique de la législation consulaire ou introduction historique au droit (...)
  • 48 G. Clavelier, art. cité, p. 33.

51Gragnon-Lacoste rapporte qu’il était d’usage, au XVIIIe siècle, de remettre à chaque magistrat consulaire entrant en charge un exemplaire du Parfait négociant de Savary47. Le Marchant de Voltoire n’a pas connu, et de très loin, pareille audience. Et même, en a-t-il eu ? À considérer l’extrême rareté du livre, on peut en douter. Pourtant, sa lecture n’est pas aussi soporifique qu’on a voulu le dire48 et il contient davantage d’idées qu’on pouvait en espérer. Après tout, le livre de Voltoire aurait pu connaître plus mauvais sort. À l’instar de ceux de son confrère en poésie, maître Ragueneau, le pâtissier-poète de Cyrano de Bergerac :

  • 49 E. Rostand, Cyrano de Bergerac, Acte II, scène 2 (E. Pavis éd., Paris, 1996, p. 96).

Ciel ! Mes livres vénérés ! Les vers de mes amis ! Déchirés ! Démembrés ! Pour en faire des sacs à mettre des croquants !49 Ah ! Vous renouvelez Orphée et les bacchantes !49

Notes

1 Article paru dans Hommage à Romuald Szramkiewicz, Paris, LITEC, 1998, p. 425-444.

2 H. Hauser, « Le Parfait négociant de Jacques Savary », Revue d’Histoire économique et sociale, 1925, p. 128, reproduit dans Les débuts du capitalisme, Paris, Alcan, 1927, p. 266- 307.

3 J. Hilaire, Introduction historique au droit commercial, Paris, 1986, p. 69.

4 J. Meuvret, « Manuels et traités à l’usage des négociants aux premières époques de l’âge moderne », Études d’Histoire économique, Paris, 1971, p. 123 et suiv.

5 J. Hoock et P. Jeannin, « Une enquête en cours, la bibliographie analytique des manuels et traités à l’usage des marchands, 1470-1820 », Histoire et Mesure, 1, n° 2, 1986, p. 85-97.

6 Della mercatura et del Mercante perfetto di Benedetto Cotrugli Raugeo Libri Quattro, dove si tratte il modo di lecitamente negotiare in qual si voglia honesto contratto, et de tutte le moralita ad un real negotiatore spetanti, 1ère édition : Venise, 1579, 2ème édition : Breschia, 1602. (BNF V 35464) ; traduction française par J. Boyron, Traicté de la marchandise et du parfait marchand en IV livres, Lyon, 1582.

7 Le titre complet est le suivant : Le Marchant : traictant des /proprietez et particularitez du com / merce de negoce. / De la qualité & condition du Bourgeois et Marchand, / avec certaine instruction à la ieunesse pour s’y / aduancer & maintenir. / Du motif de la décadence, ou ce négoce ce void / maintenant reduict. / Contenant aussi un recueil de certaines Similitudes / ou considérations. / Ensemble les motets Gascons, ou sentences recréatives. / Le tout produict & disposé soubs l’adresse & inunetion / de son embarquement & voyage, en /forme de Dialogue. A Tolose. / Par la Vefve de I. Colomiez, a l’enseigne du nom / d’Iesus, Et Raym. Colomiez, Imprimeurs /ordinaires du Roy. /1607. Les Colomiès sont une des plus anciennes dynasties d’imprimeurs toulousains, présents dès 1525 et encore en activité au XVIIIe siècle. Au XVIe siècle ils sont connus pour leurs liens avec le parti de la Ligue.

8 BM Toulouse, Rés. XVII D 237 (un volume in-12 de 195 p., reliure du XVIIIe s.).

9 L’inventeur de l’ouvrage, au XIXe siècle, le philologue G. Brunet, a réédité les proverbes dans Anciens proverbes Basques et Gascons recueillis par Voltoire et remis au jour par G.B., Paris 1845 ; et publié une courte notice : « Un écrivain gascon peu connu, Voltoire », Revue d’Aquitaine, 10, 1865-1866. Les Motets ont été plusieurs fois réédités ; la dernière publication en date a été établie par J.-C. Dinguirard, « Parémiologie gasconne », Via Domitia, 2, 1982, p. 3-125, avec une bibliographie des études consacrées à Voltoire.

10 Plusieurs toponymes Voltoyre sont localisés dans le Cantal ou l’Aveyron ; Guilhem Voltoyre habite Saint-Flour en 1380-1385, Petrus Voltoyry, Aurillac en 146, un Petrus Voltoyrerii est signalé à Mur-de-Barez en 1309. Nous remercions P. Billy (FRAMESPA, CNRS) pour ses précieuses informations.

11 L’interpect ou traduction du François, Espagnol et Basque, Lyon, Bouyer, s.d., format oblong, 280 p. (BNF Z 62466), réédition en 1684, à Bayonne, imp. Fauvet, sous le titre Thrésor des Trois lengues, francese, espagnol et basque, livre très util et nécessaire pour ceux qui désirent avoir l’intelligence des susdites lengues.

12 Le phare de Cordouan, mis en chantier en 1584 par Michel de Montaigne, maire de Bordeaux et qui n’est pas encore terminé à la date de publication du Marchant.

13 Ce raccourci résume bien l’image que pouvait laisser à ses visiteurs Toulouse, au sortir de son siècle d’or (1450-1560) dû à la prospérité du commerce du pastel et au rayonnement de son université. Une vue cavalière de la Topographia Galliae (1655) de Merian montre la masse imposante des moulins du Bazacle, en bord de Garonne, les innombrables clochers des établissements religieux qui occupaient 35 % de la surface de la ville et qui faisaient de Toulouse une place forte catholique. Les riches reliquaires ou « corps saints » de l’abbatiale Saint-Semin faisaient l’objet d’une dévotion qui attirait des foules considérables. Cf. Ph. Wolff (dir.), Histoire de Toulouse, Toulouse, 1974, ch. 5 et 6 par B. Bennassar et B. Tollon.

14 Voltoire n’utilise pas le terme de négociant, qui d’après le Dictionnaire étymologique de Bloch et Wartburg n’est entré dans la langue française qu’en 1599, sur le modèle du negoziante italien. Il utilise néanmoins à plusieurs reprises le terme « négotiateur ».

15 P. Jeannin, Les marchands au XVIe siècle, Paris, 1957, p. 111 et s. : « Au comptoir et sur les routes ».

16 F. Mouthon, Fortaney Dupuy, « Un marchand bordelais du début du XVIe siècle », Annales du Midi, 207, 1994, p. 352-373. D’après J. Bernard Bordeaux de 1553 à 1715, Bordeaux, 1966, p. 165), ce modèle a persisté tout au long du siècle : à propos du marchand bordelais, il écrit « comme son ancêtre médiéval, il lui arrive de prendre la mer avec une cargaison qu’il négociera lui-même dans quelque port à la recherche des meilleures conditions de vente ».

17 P. Jeannin, ouv. cité, p. 97 et suiv. On a souvent signalé les réticences des villes de commerce à l’égard de l’ouverture de collèges ; ainsi, au XVIIe s., Bayonne a repoussé par trois fois l’installation d’un collège par les jésuites, cf. F. de Dainville, « Villes de commerce et humanisme », Études, 268, 1951, p. 323 et s. ; Savary partagera encore l’opinion selon laquelle les enfants envoyés au collège ne sont guère propres au commerce. Toutefois, on sent chez Voltoire, qui se pique de littérature, une certaine amertume pour l’insuffisance de son éducation : « Excusez, dit-il au lecteur, mon rude ramage comme sortant d’un lieu infertile et mal composé pour y avoir été laissé inculte au milieu de ses ans ».

18 F. Godefroy, Histoire de la littérature française depuis le XVIe siècle, Paris, 1878, t. 1, p. 383 et s.

19 F. Lachèvre, Bibliographie des recueils collectifs de poésie publiés de 1597 à 1700, Paris, 1911. Tout autre est la tradition italienne où les marchands ont pris très tôt une part active à la création littéraire, cf. Ch. Bec, Les marchands écrivains. Affaires et humanisme à Florence 1375-1434, Paris, 1967.

20 Surtout s’il s’est contenté de traduire en gascon un recueil de proverbes déjà publié en français par Gabriel Meurier, comme le soutient G. Clavelier, « Le plus ancien recueil de proverbes en langue d’oc : les “Moutest gascous” de Voltoire », Annales du Midi, 47, 1936, p. 29-52, p. 34. Dans ces conditions, la mise en scène du Dialogue cacherait aussi une imposture assez coutumière des mœurs littéraires de l’époque.

21 Cf. l’opinion de P. Gascon dans Histoire économique et sociale de la France (F. Braudel et E. Labrousse dir.), t. I : De 1450 à 1660, vol. 1 L’État et la Ville, Paris, 1975, p. 320.

22 VII Traicté du Commerce de la vie du loyal Marchand, avec la commission du Roy, et bien qu’il faict aux Peuples et Royaumes, composé par Berthelemy de Laffemas, valet de la chambre du Roy, natif de Beau-semblant en Dauphiné, Paris, 1601 (BNF R 40333). Cet opuscule d’une dizaine de pages ne contient que quelques considérations très générales, mais il a peut-être, lui aussi inspiré Voltoire.

23 Édit de Charles XI instituant quatre cours de bourse à Toulouse, Rouen, Bordeaux et Montpellier, cf. A. Lefas, « Les origines des juridictions consulaires des marchands de France », Revue d’histoire du droit, 1924 ; P. Damas, Histoire de la juridiction consulaire de Bordeaux », Bordeaux, 1947.

24 Aristote, Politique, IV, 11 (1295 b 1), éd. Aubonnet, Paris, 1971, t. 2, p. 174.

25 Cicéron, De officiis, I, 42 et 89, éd. Testard, Paris, 1965.

26 Augustin, Ennarationes in psalmum LXX, éd. Dekkers et Frainpont (Corpus christianorum 40), p. 954.

27 J. Le Goff, Marchands et banquiers au Moyen Âge, Paris, Seuil, 1966, p. 96 et La bourse et la vie. Économie et religion au Moyen Âge, Paris, Hachette, 1986.

28 J.F. McGovern, « The Rise of New Economic Attitudes during the Later Middle Ages and the Renaissance, A.D. 1200-1550 », Traditio, 26, 1970, p. 217-253.

29 G. Le Bras, « Conceptions of Economics and Society », Cambridge Economie History of Europe, Cambridge, 1963, Ch. 7.

30 « Marcheans s’aventurent par pays, par contrées.../ Tous temps sont en périels, peu sont asseurés ». Voir : G. Schilperoort, Le commerçant dans la littérature française du Moyen Âge, Groningue, 1933, p. 151.

31 D.M. Bell, Étude sur le Songe du vieil Pèlerin, Genève, 1955, p. 170.

32 Ch. Bec, ouv. cité, p. 107 et suiv.

33 J.A. Maravall, Estudios de Historia del pensamiento español, Madrid, 1975, p. 405 et suiv.

34 M. Cavillac, Gueux et Marchands dans le Guzman de Alfarache (1599-1604), Bordeaux, 1983, p. 268-283 ; P. Molar i Ribalta, « Le marchand espagnol entre le XVIe et le XVIIIe siècle », dans D. Roche et F. Angolino (éds.), Culture et formations négociantes dans l’Europe moderne, Paris, 1995, p. 61-74.

35 VII Traicté du Commerce..., p. 3.

36 B. Bennassar, « Une croissance interrompue », dans Pierre Léon (dir.), Histoire économique et sociale du monde, t. 1, Paris, 1977, p. 543 et s.

37 J. Bernard, Histoire de Bordeaux, ouvr. cité, t. 4, p. 111.

38 G. Caster, Le commerce du pastel et de l’épicerie à Toulouse, 1450-1561, Toulouse, 1962.

39 E. Le Roy-Ladurie, Les paysans de Languedoc, Paris, 1969, p. 82.

40 « comme il leur convient encore fère, du reste, de leur fond et cabals ». C’est la seule allusion du discours aux activités financières des marchands.

41 Laffemas, dans L’incrédulité ou l’ignorance de ceux qui ne veulent cognoitre le bien et repos de l’État, Paris, 1600, p. 7-8, dénonce, lui-aussi, les étrangers qui se font riches à nos dépens, « en drainant les deniers vers l’Italie ».

42 À Bordeaux, les impositions se sont accrues de façon considérable. En 1600, la levée des droits de convois, joints à ceux de la « comptablie », est affermée pour plus de 140 000 écus, auxquels s’ajoutent les exactions et les concussions des fermiers. À tel point que le nouveau maire, Alfonso d’Ornano s’en inquiète : « le peuple se plaint des grandes daces et impositions qu’on lui met journellement », cité par J. Bernard, Histoire de Bordeaux, ouv. cité, p. 319.

43 P. Harsin, Les doctrines monétaires et financières en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, 1828, p. 44.

44 P. Deyon, Le mercantilisme, Paris, 1969, p. 22-25 ; P. Harsin, ouvr. cité, p. 73-78 ; I. Wallerstein, Le mercantilisme, Paris, 1986.

45 Ce développement des manufactures fut un des aspects majeurs de la politique économique d’Henri IV qui, en 1601, créa à cet effet un bureau du commerce sous l’impulsion de Laffemas et, contrairement à ce qui a été parfois soutenu, Sully a appuyé cette politique, voir B. et S. Barbiche, Sully, l’homme et ses fidèles, Paris, 1997, p. 276.

46 Dictionnaire de l’ Ancien Régime (Bely dir.), v° Économie politique. Le principal mérite de Montchrestien est d’avoir inventé l’expression « économie politique », mais ses idées ne sont pas très originales, pour l’essentiel, empruntées à Laffemas et à Bodin et noyées dans un style ampoulé et déclamatoire (Harsin, ouvr. cité, p. 76). Fils d’un apothicaire normand, il partage avec Voltoire le prurit de la littérature, avec davantage de talent ; auteur dramatique, il est un précurseur de Pierre Corneille.

47 Gragnon-Lacoste, Précis historique de la législation consulaire ou introduction historique au droit commercial, Paris, 1860, p. 14, cité par F. Valente, « Le gestionnaire dans le Parfait négociant de Savary », Histoire, Gestion et Management, Premières rencontres 27-28 novembre 1992, Toulouse, 1993, p. 57.

48 G. Clavelier, art. cité, p. 33.

49 E. Rostand, Cyrano de Bergerac, Acte II, scène 2 (E. Pavis éd., Paris, 1996, p. 96).

© Presses universitaires du Midi, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search