Version classiqueVersion mobile

Itinéraire(s) d’un historien du Droit

 | 
Jacques Poumarède

Chapitre 1. Les Pyrénées et le droit

La famille pyrénéenne : état de la question1

Texte intégral

  • 1 Article paru dans Les hommes et leur patrimoine en Comminges, sous la direction de J.-M. Minovez et (...)
  • 2 Le Play avait observé in situ la famille Mélouga en 1856 et en avait tiré une première étude ; « Pa (...)

1La célèbre monographie de Frédéric Le Play parue en 1871 et consacrée à une famille pyrénéenne de la vallée de Cauterets – les Mélouga – a installé dans le vocabulaire sociologique et scientifique le concept de famille-souche2. Ce modèle d’organisation domestique, que le père de la Science sociale opposait aux institutions abstraites et désincarnées du Code civil, a été fortement identifié aux Pyrénées jusqu’à devenir une sorte d’archétype et peut-être aussi par certains aspects un véritable mythe historiographique.

2Établir l’état de la question est une gageure et cette contribution se bornera à quelques vues cavalières en posant des jalons le long d’un parcours historiographique de près d’un siècle et demi, car avant d’évoquer les questions que se posent aujourd’hui aux chercheurs qui s’intéressent à la famille pyrénéenne et d’inventorier les pistes et les chantiers ouverts, il n’est pas inutile de voir comment s’est construit ce modèle de famille-souche ou de « maison-pyrénéenne ».

La construction d’un modèle

  • 3 E. Cordier, Le droit de famille aux Pyrénées, Barèges, Lavedan, Béarn et Pays Basque, Paris, 1859 ; (...)
  • 4 G. Bascle de Lagrèze, Histoire du droit dans les Pyrénées, Paris, 1867.
  • 5 E. Jarriand, Histoire de la Novelle 118 dans les pays de droit écrit, depuis Justinien jusqu ’en 17 (...)
  • 6 A. Ricaume, Du principe originaire de l’organisation réelle des familles rurales en France aux Pyré (...)

31. On peut ainsi repérer quatre phases successives dont la première remonte au milieu du XIXe siècle, avec la publication en 1859 du Droit de la famille aux Pyrénées d’Eugène Cordier3. Après Le Play et son disciple Cheysson, Bascle de Lagrèze fit paraître en 1887 son Histoire du droit dans les Pyrénées4. Puis Emile Jarriand à la fin du siècle5 et les thèses de droit de A. Ricaume, (1897), Laurent Laborde (1909) Georges Dupont (1914) et André Fougères (1938)6 ont à leur tour étudié le droit de la famille dans les Pyrénées centrales et occidentales. Il faut noter que presque tous ces auteurs étaient des juristes, à l’exception d’Eugène Cordier, pasteur de l’Église réformée, mais qui avait reçu lui aussi une solide formation juridique. Ils se sont intéressés à la famille sous l’angle des mécanismes de la transmission successorale, et des régimes matrimoniaux. Ces auteurs ont, les premiers, décrit et analysé les institutions et les principes juridiques sur lesquels la famille-souche pyrénéenne a fonctionné au moins jusqu’à la promulgation du Code civil en 1804.

4Le système juridique était relativement simple ; il reposait sur quatre règles principales :

  • le principe d’inaliénabilité des biens de famille (qualifiés dans les actes ou dans les textes coutumiers de biens avitins, ou de bees de papoadge en béarnais),
  • leur attribution à un hériter unique à chaque génération (aînesse),
  • l’exclusion des cadets,
  • les régimes matrimoniaux différenciés : régime dotal pour couple héritier et son conjoint (adventice) et régime de communauté pour mariages de cadets.

5L’aînesse était la pièce maîtresse et emblématique du système avec cette pratique de l’aînesse intégrale selon laquelle le premier né succédait quel que soit son sexe, la fille aînée pouvant recueillir l’héritage en présence de frères puînés. Une telle particularité exceptionnelle en Europe s’est maintenue jusqu’au XVIIIe siècle dans les vallées les plus fermées comme le Pays d’Aure ou Barèges, ainsi que dans des groupes isolés par leur statut tels les serfs questaux du Béarn. L’origine de cette particularité exceptionnelle a fait couler beaucoup d’encre – on y a vu notamment une séquelle du matriacat primitif – et a favorisé le développement de mythes historiographiques. Tout ce schéma bien connu a été établi par les premières générations d’auteurs sur la base de textes normatifs, coutumes et fors, rédigés officiellement dans la partie centrale et occidentale de la chaîne au cours du XVIe siècle.

  • 7 P. Luc, Vie rurale et pratique juridique en Béarn aux XIVe et XVe siècles, thèse de droit, Toulouse (...)
  • 8 Articles réunis dans P. Ourliac, Études d’histoire du droit médiéval, Paris, 1979.
  • 9 J. Poumarède, Les successions dans le Sud-Ouest de la France au Moyen Âge. Géographie coutumière et (...)
  • 10 Publiée sous le titre Mariages en Labourd sous l’Ancien régime, Leioa, Vizcaya, 1990.
  • 11 M. Sicard, « Mariage et famille dans la vallée de Luchon à la veille de la Révolution », dans Mélan (...)
  • 12 L. Assier-Andrieu, Coutume et rapports sociaux, étude anthropologique des communautés paysannes du (...)
  • 13 A. Zink, L’héritier dans la maison. Géographie coutumière du Sud-Ouest de la France sous l’Ancien r (...)

62. Une deuxième phase de la recherche a été ouverte à partir de la publication en 1943 de l’ouvrage pionnier de Pierre Luc, Vie rurale et pratique juridique en Béarn aux XIVe et XVe siècles7. L’exploitation des actes de la pratique (cartulaires, sources notariales à partir du XIVe siècle) a permis d’affiner le modèle de la famille pyrénéenne, de le nuancer et de l’étudier dans une perspective plus dynamique. Ce sont encore des historiens du droit qui ont ouvert la voie, à commencer par Paul Ourliac dans une série d’articles parus dans les années 1950 et 19608. On me permettra de signaler ici mes propres recherches sur le droit successoral dans le Sud-Ouest et diverses études faites dans leur prolongement au cours des années 19709 ; la thèse de Marie-Thérèse Lafourcade, sur les contrats de mariage en Labourd (1978)10, l’étude de Mireille Sicard sur les mêmes sources en Comminges11 et la thèse de droit de Louis Assier-Andrieu sur les structures familiales et villageoises en Capçir (1981)12, qui associe la méthode historique à une approche de type anthropologique. Plus récemment Anne Zink a publié sous le titre L’Héritier de la Maison (1993) le premier volet d’un triptyque monumental soutenu en Sorbonne en 198613.

7Ces travaux ont fait apparaître des clivages géographiques reposant sur l’utilisation de techniques juridiques différentes. À l’ouest de la chaîne, de la vallée d’Aure jusqu’au Pays Basque, s’étendait une zone coutumière dans laquelle la désignation de l’héritier s’opérait sur la base du droit de primogéniture, tandis qu’à l’est, en pays de droit écrit, elle était réglée par une technique dérivée du droit testamentaire romain : l’institution contractuelle d’héritier, appelée en Catalogne l’hereditament ; le chef de maison pouvait choisir l’héritier, mais sa liberté était, en fait, solidement encadrée par le jeu de substitutions fideicommissaires. La conservation des biens dans la famille était aussi réalisée par des techniques différentes : à l’ouest, le retrait lignager (tornius, retorn) et à l’est, plutôt le système de la vente à réméré (carta de gracias).

8L’étude des actes pratiques a aussi fait apparaître des convergences, notamment en ce qui concerne le contrat de mariage de l’héritier qu’il soit institué ou coutumier. Il s’agit partout d’un véritable pacte de famille permettant de régler non seulement la vie matérielle nouveau ménage, mais aussi l’ensemble des rapports patrimoniaux et sociaux entre tous les membres de la maison pour une génération et notamment l’intégration du conjoint et la gestion de sa dot, ainsi que le sort des cadets. L’étude systématique de ces contrats a pu faire apparaître aussi l’existence entre les maisons d’un même village, d’une même vallée, de stratégies matrimoniales destinées à nouer des alliances hypergamiques et à consolider des positions patrimoniales aussi bien symboliques que matérielles.

  • 14 P. Laslett, Household and Family in Past Time, Cambridge, 1972 ; cf. du même, « La famille et le mé (...)
  • 15 J. Goody, L’évolution de la famille et du mariage en Europe, Paris, 1985.
  • 16 A. Fine-Souriac, « La famille-souche pyrénéenne au XIXe siècle : quelques réflexions de méthode », (...)

93. Dans les années 1970 et 1980, les recherches d’histoire juridique ont été enrichies et fécondées par de nouvelles approches développées à la confluence de l’ethno-anthropologie (histoire) sociale et de la démographie historique. L’impulsion en fut donnée par les enquêtes lancées sur les structures familiales en Europe par un groupe d’historiens de Cambridge autour de Peter Laslett, qui dans leur typologie ont porté une attention toute particulière à la famille-souche pyrénéenne14. Ces études seront relayées par les travaux d’un anthropologue africaniste reconverti dans le domaine européen, Jack Goody : Family and Inheritance in Western Europe, 1976 (trad. française 1985)15. En France, il faut signaler un important numéro des Annales ESC paru en 1972, dans lequel figurent un article d’E. Le Roy-Ladurie sur « les structures familiales et coutumes d’héritage en France – le système de la coutume » qui fait connaître des études de l’historien du droit Jean Yver, et une contribution marquante de Pierre Bourdieu sur « les stratégies matrimoniales dans le système de reproduction ». Sous l’égide de M. Dupâquier, la Revue de démographie historique consacre à son tour (1976) un important numéro à l’étude des structures familiales, dans lequel les Pyrénées occupent une place importante. L’utilisation du concept de famille-souche pose des questions de méthode qui sont analysées l’année suivante par Agnès Fine dans une contribution aux Annales ESC (1977)16.

  • 17 I. Chiva et J. Goy, Les Baronnies des Pyrénées, 2 t., Paris, 1981-1986.
  • 18 J.-F. Soulet, Les Pyrénées au XIXe siècle, organisation sociale et mentalités : une société en diss (...)

10Au cours de ces mêmes années une recherche collective très significative, et riche de résultats a été menée par une équipe de l’EHESS et du Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France, sur un petit pays des Pyrénées centrales : les Baronnies. Conduites par Isaac Chiva, Joseph Goy, avec la participation de Georges Augustins, Rolande Bonnain et Antoinette Fauve-Chamoux, et publiées de 1981 à 1986, ces études ont mobilisé tout un arsenal de méthodes d’ethno-anthropologie historique : enquêtes de terrain, collecte de récits de vie confrontés aux données, exploitation de sources historiques17. Elles ont montré la persistance au cœur des Pyrénées et dans la longue durée du modèle de la famille-souche ainsi que la prégnance de pratiques juridiques destinées à maintenir le système de la maison. Dans le genre des travaux individuels, on rappellera aussi la thèse de J.-F. Soulet sur les Pyrénées au XIXe siècle, qui accorde une large place aux structures familiales, et fait du maintien du particularisme pyrénéen le signe d’une société en dissidence18.

  • 19 M. Durán i Bas, Memoria acerca de las instituciones del derecho civil de Cataluna Barcelona, 1883.
  • 20 J. Costa, Derecho consuetudinario y economía popular de Espana, Barcelona, 1879.
  • 21 S. Arana, Obras completas, Buenos Aires, 1965.

114. Enfin une quatrième étape de la recherche a vu se développer des études comparatives qui ont élargi le champ de recherche aux deux versants nord et sud de la chaîne. Il est intéressant de constater que les recherches conduites en Espagne sur le thème du droit et des structures familiales se sont déployées selon un schéma très voisin. Ce sont d’abord des historiens juristes qui se sont intéressés à la familia troncal, ou à la casa pairal, pendant de la famille-souche dans une perspective assez traditionaliste, voire réactionnaire. À la fin du XIXe siècle, des auteurs comme le catalan Durán i Bas19, l’aragonais Joaquín Costa20 ou le basque Sabino Arana21, exaltent, à la manière de Le Play, les valeurs des sociétés rurales . Il faut noter toutefois qu’au temps du franquisme l’intérêt porté au droit foral de Navarre et du Pays Basque, ou au particularisme catalan sera assez subversif.

12À la fin des années 1970, les historiens du droit ont été rejoints par une nouvelle génération d’historiens extrêmement dynamique et très tournée vers l’ethnohistoire qui vont faire de l’étude des structures familiales leur champ de recherche privilégié.

  • 22 Los Pirineos, estudios de antroplogia social e historia. Actas del coloquio celebrado en la Casa de (...)
  • 23 Actes I Congrés d’Historia de la familia als Pirineus, Andorra, Andorra la Vella, 10 i 11 de maig d (...)

13La rencontre avec les chercheurs français a donné lieu à deux moments forts : d’abord un premier colloque sur les Pyrénées, anthropologie sociale et histoire à l’initiative de la Casa de Velasquez en 1981, où du côté français s’est retrouvée une bonne partie de l’équipe des Baronnies22. Dix ans plus tard, un congrès international sur l’histoire de la famille dans les Pyrénées s’est tenu en Andorre en mai 1991 avec le soutien de la Communauté de travail des Pyrénées. Les actes ont réuni dans deux volumes des contributions très riches qui soulignent les profondes ressemblances entre famille-souche et familia troncal avec, par exemple, la même dichotomie entre un système foral ou coutumier à l’ouest et un système fondé sur l’utilisation détournée d’institutions romaines (jus commune) à l’est23.

  • 24 J. Becat, « La casa a Catalunya i Andorra : model operatiu, idealització o opció polltica ? », dans (...)

14Ce constat de convergence a consolidé l’idée d’un fort particularisme du droit familial pyrénéen. On a pu voir poindre le risque d’une sorte de mythographie de la maison pyrénéenne présentée comme une entité pérenne venue du fond des âges et traversant les siècles en résistant aux crises, au changement, et opposant ses valeurs traditionnelles aux effets déstructurants de la modernité. Contre un retour à la rhétorique de Le Play, un article de Jean Becat, chercheur au centre d’études catalanes de Perpignan, contient une très lucide mise au point. La recherche actuelle veut échapper à ce risque24.

Les nouvelles orientations de la recherche

15Trois pistes paraissent se dégager des recherches réalisées sur la famille pyrénéenne au cours des deux dernières décennies, qui incitent à reconsidérer quelques idées reçues.

161. « Rome n’est plus dans Rome » ; La « maison » est sortie depuis un certain temps de son réduit pyrénéen. Des études ont montré que le système successoral de l’héritier unique s’était largement répandu dans l’aire méridionale.

  • 25 A. Collomp, La maison du père. Famille et village en Haute-Provence aux XVIIIe et XVIIIe siècle, Pa (...)
  • 26 E. Claverie et P. Lamaison, L’impossible mariage : violence et parenté en Gévaudan XVe-XIXe siècles(...)
  • 27 Ph. Maurice, La famille en Gévaudan au XVe siècle, Paris, 1998.

17Alain Collomp dans La maison du père (1983) a étudié la famille et le village en Haute-Provence à l’Époque moderne pour constater que la pratique dominante est la transmission du patrimoine à un héritier désigné par testament, associée à l’exclusion des fils et des filles dotés25. Elisabeth Claverie et Pierre Lamaison avaient fait la même démonstration pour le Gévaudan du XVIIe au XIXe siècles26. Tout récemment, Philippe Maurice a accompli un remarquable travail sur le Gévaudan du XVe siècle. Il a dépouillé plusieurs milliers d’actes notariés et a établi que le choix de l’héritier unique par le jeu de l’institution testamentaire était pratiqué dans plus de 80 % des actes à cause de mort27.

  • 28 J. Hilaire, Le régime des biens entre époux dans la région de Montpellier, du début du XIIIe siècle (...)

18En pays de droit écrit, c’est la technique romaine qui a modelé les pratiques ; les outils juridiques sont romains : institution d’héritier, substitutions, exhérédation, légitime, mais le système familial est le même que dans les Pyrénées et poursuit les mêmes objectifs. On trouve peut-être davantage d’esprit communautaire, avec les pratiques de l’affrèrement entre époux ou d’affiliation entre le chef de maison et l’héritier, fils ou gendre, comme l’ont montré les travaux de Jean Hilaire sur la région de Montpellier28. Mais ces structures communautaires ne sont pas ignorées dans les Pyrénées avec, par exemple la coseigneurie basque, étudiée par M. Lafourcade.

19Une étude d’ethno-histoire d’une chercheuse canadienne, Diane Carvais, sur le Quercy aux XVIIIe et XIXe siècles conduit aux mêmes observations. Le système de la maison s’est donc largement diffusé ; peut-on encore parler de modèle pyrénéen ?

  • 29 C. Lisón Tolosana, Antropología cultural de Galicia, Madrid, 1971 ; « La casa en Galicia », Ensayo (...)

20Les mêmes constats on été faits de l’autre côté des Pyrénées : le derecho de troncalidad s’est étendu à une grande partie du nord de la Péninsule comme l’ont montré les travaux de Lison Tolosana29, entre autres. On peut donc pousser aujourd’hui ces perspectives comparatistes sur une aire très large, de la Provence à la Galice.

  • 30 B. Cursente, Des maisons et des hommes en Gascogne médiévale du XIe au XVe siècle, Toulouse, 1998.

212. Une autre piste importante : la question des origines, sans doute la plus difficile en raison de la faiblesse de la documentation. Il est facile de se perdre dans la nuit des temps sur la base de vagues présomptions et d’une citation de Strabon sur les mœurs des Cantabres ! Il est plus difficile de se colleter avec les textes des cartulaires. Benoît Cursente dans un récent ouvrage a fait un admirable travail30. Il a identifié la maison avec le casal, terme qui désigne dans la langue des chartes l’habitat et le domaine rural et a mis en lumière un processus d’encasalment, de restructuration de l’habitat des campagnes gasconnes qui accompagne leur « féodalisation » au cours du XIIe début XIIIe siècle, Ce travail en tous points remarquable par la rigueur de sa méthode met en lumière des données qui contredisent des affirmations, naguère soutenues par l’auteur de ces lignes, qui plaide pour sa défense l’excuse de jeunesse. B. Cursente montre à l’aide d’actes tirés de cartulaires des XIe et XIIe siècles (Saint-Savin, Saint-Pé, Sorde) correctement interprétés, qu’à cette époque les modalités des transmissions successorales étaient diverses ; on trouve des partages plus ou moins égalitaires et le principe de la primogéniture est loin d’être fixé. Il ne paraît s’imposer dans le piémont pyrénéen qu’au XIIIe siècle comme instrument de la patrimonialisation et de l’enracinement des casaux. La « maison » assimilée au casal serait donc le produit de la nucléarisation de l’habitat, et pourrait être historiquement daté. Cette hypothèse est d’un grand intérêt : il faudrait pouvoir la confronter avec d’autres secteurs des Pyrénées et, par exemple, soumettre au même traitement les chartes rousillonnaises et catalanes.

  • 31 J. Poumarède, « La législation successorale de la Révolution entre ‘idéologie et la pratique », dan (...)
  • 32 Ch. Lacanette-Pommel, Les Béarnais et le Code, thèse pour le doctorat en droit, Université de Toulo (...)

223. Enfin, à l’autre bout de la chaîne des temps se pose la question de la fin du modèle de la famille-souche dans les Pyrénées. Ici encore un mythe s’est installé, celui de la résistance farouche des populations aux effets juridiques du Code civil, cette « machine à hacher le sol », selon l’expression de Frédéric Le Play. Sous la pression des familles et avec la complicité des notaires, le système de l’aînesse se serait maintenu jusqu’au cœur du XXe siècle. Cette vision d’une histoire familiale immobile sous l’emprise de pratiques coutumières maintenues à tous prix est contraire à la réalité historique. La brutale croissance démographique des Pyrénées entre 1750 et 1850 jusqu’à 1000 % d’augmentation dans certaines vallées – est le signe le plus sûr d’une dégradation des mécanismes régulateurs du système pyrénéen. J.-F. Soulet a montré qu’avant même la Révolution, on a vu se multiplier des groupes de « bordiers » composés de cadets qui tentaient de s’installer en défrichant des parcelles à la lisière du domaine sylvo-pastoral des communautés et qui de ce fait entraient en conflit avec les oligarchies des maîtres de maison. Puis l’abolition du droit d’aînesse par l’Assemblée constituante et surtout la promulgation de la loi successorale de Nivose an Il avec son effet rétroactif ont fait passer sur les vallées pyrénéennes un vent d’égalité, des cadets n’ont pas hésité à réclamer leurs parts31. La suppression des particularismes coutumiers par le Code Napoléon de 1804 a obligé les familles pyrénéennes à s’adapter à une nouvelle donne juridique uniforme. Désormais, le maintien de l’intégrité des maisons a dû se négocier à chaque transmission successorale, dans un contexte rendu difficile par la pression démographique. Mais pour se faire une idée précise des pratiques et des résultats, il faut effectuer une plongée dans les archives notariales et dans les fonds judiciaires, tâche technique et ingrate qui a été jusqu’ici peu tentée. Une récente thèse, soutenue à l’Université des Sciences sociales de Toulouse, sur les vallées d’Aspe et d’Ossau a apporté des renseignements très intéressants sur l’attitude des Béarnais face au Code civil, en matière de droit familial. Son auteur, Christine Lacanette-Pommel, a montré que si certaines familles ont utilisé toutes les ressources du code pour avantager un héritier qui n’était plus systématiquement l’aîné : attribution de la quotité disponible, don manuel, ventes fictives, sous-estimation des soultes, cession de droits, etc., d’autres se sont engagées dans la voie, parfois conflictuelle, des partages32. Son étude met en lumière le rôle joué par les notaires : la disparition au cours des années 1830 de la génération des officiers ministériels qui avaient connu l’ancien droit a incontestablement eu pour effet une meilleure application des principes plus égalitaires du code. Des études similaires sur d’autres zones des Pyrénées, Pays Basque, Ariège sont attendues ; elles devraient permettre d’avoir une vue plus nuancée du phénomène. Contrairement à la leçon de Le Play, complaisamment reproduite par bien des auteurs, la résistance des Pyrénéens au Code civil n’a été ni générale ni systématique, le triste sort de la famille Mélouga, revisitée quinze ans après par son disciple Cheysson, en porte témoignage.

Notes

1 Article paru dans Les hommes et leur patrimoine en Comminges, sous la direction de J.-M. Minovez et R. Souriac, Saint-Gaudens, Féd. hist. de Midi-Pyrénées, Société des Études de Comminges, 2001, p. 25-33.

2 Le Play avait observé in situ la famille Mélouga en 1856 et en avait tiré une première étude ; « Paysans en communauté du Lavedan », dans Les ouvriers des deux mondes, Paris, 1857, t. I, p. 107-160 ; il reprend intégralement cette monographie pour illustrer le concept de famille-souche présenté dans son ouvrage L’Organisation de la famille suivant le vrai modèle signalé par l’histoire de toutes les races et de tous les temps, Tours, 1871 ; entre temps, son disciple Cheysson avait fait une seconde enquête auprès des Mélouga qui est publiée en appendice ; cf. L. Assier-Andrieu, « Le Play et la famille-souche des Pyrénées : politique, juridisme et science sociale », Annales ESC, 3, 1984, p. 495-512.

3 E. Cordier, Le droit de famille aux Pyrénées, Barèges, Lavedan, Béarn et Pays Basque, Paris, 1859 ; du même auteur, De l’organisation de la famille chez les Basques, Paris, 1869.

4 G. Bascle de Lagrèze, Histoire du droit dans les Pyrénées, Paris, 1867.

5 E. Jarriand, Histoire de la Novelle 118 dans les pays de droit écrit, depuis Justinien jusqu ’en 1789 : étude sur le régime des successions au Moyen Âge dans le Midi de la France, Paris, 1889.

6 A. Ricaume, Du principe originaire de l’organisation réelle des familles rurales en France aux Pyrénées, Paris, 1897 ; L. Laborde, La Dot dans les Fors et les Coutumes du Béarn, Bordeaux, 1909 ; G. Dupont, Du régime successoral dans les coutumes du Béarn, Paris, 1914 ; A. Fougères, Les droits de famille et les successions au Pays Basque et en Béarn d’après les anciens textes : contribution à l’étude de l’histoire du droit privé, Bergerac, 1938.

7 P. Luc, Vie rurale et pratique juridique en Béarn aux XIVe et XVe siècles, thèse de droit, Toulouse, 1943.

8 Articles réunis dans P. Ourliac, Études d’histoire du droit médiéval, Paris, 1979.

9 J. Poumarède, Les successions dans le Sud-Ouest de la France au Moyen Âge. Géographie coutumière et mutations sociales, Paris, 1972.

10 Publiée sous le titre Mariages en Labourd sous l’Ancien régime, Leioa, Vizcaya, 1990.

11 M. Sicard, « Mariage et famille dans la vallée de Luchon à la veille de la Révolution », dans Mélanges Roger Aubenas, Montpellier, 1974, p. 683-696.

12 L. Assier-Andrieu, Coutume et rapports sociaux, étude anthropologique des communautés paysannes du Capcir, Paris, 1981 ; du même, « Représentation juridique et conséquence sociologique du modèle domestique dans les Pyrénées », Droit et cultures, 5, 1983, p. 17- 32.

13 A. Zink, L’héritier dans la maison. Géographie coutumière du Sud-Ouest de la France sous l’Ancien régime, Paris, 1993.

14 P. Laslett, Household and Family in Past Time, Cambridge, 1972 ; cf. du même, « La famille et le ménage, approches historiques », Annales ESC, 3, 1972, p. 847-872 ; P. Laslett et R. Wall, Family Forms in Historic Europe, Cambridge, 1983.

15 J. Goody, L’évolution de la famille et du mariage en Europe, Paris, 1985.

16 A. Fine-Souriac, « La famille-souche pyrénéenne au XIXe siècle : quelques réflexions de méthode », Annales ESC, 1977, p. 478-487.

17 I. Chiva et J. Goy, Les Baronnies des Pyrénées, 2 t., Paris, 1981-1986.

18 J.-F. Soulet, Les Pyrénées au XIXe siècle, organisation sociale et mentalités : une société en dissidence, Toulouse, 1987.

19 M. Durán i Bas, Memoria acerca de las instituciones del derecho civil de Cataluna Barcelona, 1883.

20 J. Costa, Derecho consuetudinario y economía popular de Espana, Barcelona, 1879.

21 S. Arana, Obras completas, Buenos Aires, 1965.

22 Los Pirineos, estudios de antroplogia social e historia. Actas del coloquio celebrado en la Casa de Velázquez los días 22 y 23 de octubre 1981, Madrid, 1986.

23 Actes I Congrés d’Historia de la familia als Pirineus, Andorra, Andorra la Vella, 10 i 11 de maig de 1992 ; La familia als Pirineus (D. Comas d’Argemir et J.-F. Soulet, éd.), Andorra, s.d.

24 J. Becat, « La casa a Catalunya i Andorra : model operatiu, idealització o opció polltica ? », dans La familia als Pirineus, p. 262-275.

25 A. Collomp, La maison du père. Famille et village en Haute-Provence aux XVIIIe et XVIIIe siècle, Paris, 1983.

26 E. Claverie et P. Lamaison, L’impossible mariage : violence et parenté en Gévaudan XVe-XIXe siècles, Paris, 1982.

27 Ph. Maurice, La famille en Gévaudan au XVe siècle, Paris, 1998.

28 J. Hilaire, Le régime des biens entre époux dans la région de Montpellier, du début du XIIIe siècle à la fin du XVIe siècle, Paris, 1957.

29 C. Lisón Tolosana, Antropología cultural de Galicia, Madrid, 1971 ; « La casa en Galicia », Ensayo de Antropologia social, Madrid, 1978.

30 B. Cursente, Des maisons et des hommes en Gascogne médiévale du XIe au XVe siècle, Toulouse, 1998.

31 J. Poumarède, « La législation successorale de la Révolution entre ‘idéologie et la pratique », dans La Famille, la Loi, l’État, I. Théry et Ch. Biet (éds.), Paris, 1989, p. 167- 182.

32 Ch. Lacanette-Pommel, Les Béarnais et le Code, thèse pour le doctorat en droit, Université de Toulouse 1, octobre 1998.

© Presses universitaires du Midi, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search