Desktop versionMobile Version

Itinéraire(s) d’un historien du Droit

 | 
Jacques Poumarède

En guise de présentation

Jean-Pierre Allinne

Anmerkungen des Autors

Texte rédigé avec la complicité de Jacques Krynen, Mathieu Soula, Jean Bart, Jean-Pierre Royer, Frédéric Audren, Jean-Louis Gazzaniga et Rémy Pech.

Volltext

Le livre

  • 2 Droit des minorités et des peuples autochtones (avec N. Rouland et S. Pierre-Caps), Paris, 1996.

1Cet ouvrage rassemble les contributions majeures données depuis trente ans par Jacques Poumarède. Caractérisé par une inguérissable modestie, l’auteur se présenterait volontiers comme un historien-juriste toulousain, de cœur comme de culture. Mais Jacques Poumarède est aussi et avant tout un savant « polyglotte » (J.P. Royer) des langages du droit, dont l’audience excède largement nos frontières. Il s’est lui-même intéressé au statut des peuples extra-européens dans un autre type de publication2. Tout l’intérêt du présent ouvrage réside dans son regard croisé sur les cultures et les hommes, dépassant le cercle étroit des historiens du droit pour nourrir un débat autour de la notion de normes, de coutumes, de pouvoir.

  • 3 La bibliographie exhaustive de Jacques Poumarède comprend en outre quelques textes non reproduits i (...)
  • 4 Sur cette question : Jean-Louis Halpérin, « L’Histoire du droit constituée en discipline : consécra (...)

2L’auteur ne souhaitait pas de mélanges, même sous la forme de liber amicorum. Sans doute l’entreprise lui paraissait-elle trop évoquer la fin d’une carrière, ou – pis encore – l’hommage posthume. D’aucuns lui rappelèrent sans grand succès l’impérieuse nécessité de rassembler au minimum ses articles pyrénéens, parfois disséminés dans des publications espagnoles. Mais une autre solution s’est immédiatement imposée avec évidence, la republication quasi exhaustive d’une œuvre à facettes multiples, mais traversée d’une même volonté d’analyse sociale de nos institutions3. Aussi avons-nous pris la décision, Jacques Krynen et moi-même, de préparer le présent recueil dans le plus grand secret, confortés en cela par la complicité raison et de la rationalité, propre aux auteurs de la fin du XIXe siècle (notamment Adhémar Esmein) et qui ancre dans une évolution inéluctable la toute puissance de l’État libéral de la République, et celui développée par François Olivier-Martin d’une vision d’un Ancien Régime équilibré, respectueux des libertés, qu’aurait mis à mal la table rase révolutionnaire. D’un côté la marche du progrès, d’un autre la désorganisation et la décadence de la société et du droit. Les raisons d’un tel enfermement des historiens du droit dans leur discipline et leurs méthodes sont à rechercher également dans l’histoire de la constitution de cette discipline et ses rapports concurrentiels avec les autres sciences sociales. La sociologie y a été regardée comme suspecte car prenant, comble d’impertinence, le droit pour objet d’étude en recherchant ses déterminants sociaux et en analysant sa pratique4.

3Pour notre historien, le droit doit au contraire s’analyser au prisme des évolutions sociales et culturelles, et non comme une science autonome (pour les positivistes) ou comme le seul produit du mode production économique (pour les marxistes). Jacques Poumarède a ainsi relativisé les modes d’apparition des formes de l’État, s’accordant avec Bourdieu pour lier l’émergence d’un champ du droit à celui d’un changement de mode de reproduction des élites, qui a permit le passage d’un État dynastique à un État bureaucratique. L’État royal, nous rappelle au demeurant notre historien, n’a pas fait reposer sa construction sur la seule bureaucratie, mais aussi sur l’armée et la noblesse qui l’a composée. Le roi de justice et de finances était toujours un « roi de guerre ».

4Par la permanence de son regard critique, Jacques Poumarède en a appelé à « une révolution culturelle » de l’histoire du droit, à une ouverture aux sciences de l’homme en général. Les pages qui suivent traduisent un tel engagement scientifique.

Le professeur

5Publié grâce au soutien du Centre Toulousain d’Histoire du Droit et des Idées Politiques (CTHDIP, EA 789), le présent recueil vient aussi en reconnaissance du fort et constant engagement de Jacques Poumarède au sein de la Faculté de droit de l’Université de Toulouse. Si s’affirmer de gauche dans une faculté de droit ne lui a pas rendu toujours la tâche facile, cet homme de conviction n’a cependant jamais cessé durant ses trente-huit années de professorat dans l’université qui le forma d’y agir et en défense des valeurs essentielles du métier, et en défense de sa propre discipline d’enseignement et de recherche. Ses cours magistraux de première année, qui reconsidérèrent l’académique vision de nos anciennes institutions publiques, il les dispensa en robe. En robe également celui d’ethnologie juridique, qu’avec une audace certaine il inscrivit au programme de la licence toulousaine.

6Dans ses cours de maîtrise et de doctorat, foncièrement préoccupé de l’intelligence historique longue de notre droit positif, des biens et des obligations, il continua de faire du legs juridique romain et médiéval le socle indispensable. Jacques Poumarède n’a pas été un maître parmi d’autres de l’enseignement de l’histoire du droit, il fut une sorte de Janus de la chaire : conservateur et innovateur dans le fond, ancien et moderne, également, dans la forme. Car érudite mais sans ostentation, éloquente mais sans apprêt, cette imposante figure de professeur a toujours su hors les amphithéâtres se montrer disponible, et chaleureux. Lui qui suivit d’extrêmement près les thèses, surveillant même ses très nombreux élèves jusque dans leur entrée dans la vie active, n’a jamais cédé à la mode grandissante du tutoiement.

7Le plus exemplaire, certainement, pour ses collègues toulousains, est qu’à aucun moment il n’a montré quelque fléchissement, ni dans son exceptionnel parcours scientifique, ce recueil d’études l’atteste, ni dans son dévouement à la bonne marche indépendante de l’institution universitaire. Non seulement il fut à trois reprises membre élu du Conseil National des Universités (entre 1976 et 1997), président du jury d’agrégation interne d’Histoire du droit (1991), non seulement il siégea aussi au jury du concours externe (1997) et au jury d’agrégation CAMES (1991), exerça de nombreuses missions pour le ministère de l’Education nationale, mais il accepta à l’Université des sciences sociales de Toulouse diverses directions (du DEA d’Histoire du droit, de la section d’Histoire du droit, de l’École doctorale Droit et Science politique), s’y distingua encore en tant que chargé de mission à la recherche et vice-président du Conseil scientifique de 1986 à 1989.

  • 5 Histoire de l’Histoire du droit. Actes des Journées internationales d’Histoire du droit, Toulouse, (...)

8Infatigable jusqu’au soir de la retraite, à aucun moment il ne refusa l’aide intellectuelle que de plus jeunes collègues historiens, privatistes ou publicistes lui demandaient pour introduire, animer ou conclure leur travaux et ouvrages collectifs. Il fut le plus assidu des contributeurs aux travaux de l’IFR « Mutations des Normes juridiques » récemment créé dans notre faculté de droit. Il conçut et orchestra une retentissante rencontre internationale sous l’égide de la Société d’Histoire du droit et du CTHDIP5. La Cour d’appel de Toulouse lui confia la conception du colloque d’ouverture pour l’inauguration du nouveau palais de justice. Lors du bicentenaire de la Cour des comptes, la Chambre régionale se tourna de même vers lui.

9Aujourd’hui, Jacques Poumarède continue de prêter partout main intellectuelle forte. De servir partout où on le réclame la cause de la culture juridique. Dans le sillage de Paul Ourliac, qui fut son maître, il préside l’Académie de législation de Toulouse, fondée en 1849 par Osmin Benech, la première du genre à réunir universitaires, praticiens du droit et de la justice. Benech, professeur en notre université sous la Monarchie de Juillet, romaniste et fécond spécialiste d’histoire juridique méridionale, s’était tout jeune engagé dans la rénovation de la science du droit sur le modèle de l’École historique allemande... La présidence d’une telle académie va à notre historien comme un gant. Elle symbolise, résume et continue d’illustrer son total et admirable engagement professionnel.

Anmerkungen

2 Droit des minorités et des peuples autochtones (avec N. Rouland et S. Pierre-Caps), Paris, 1996.

3 La bibliographie exhaustive de Jacques Poumarède comprend en outre quelques textes non reproduits ici : « Les fadernes du Lavedan. Associations de prêtres et sociétés de crédit dans le diocèse de Tarbes (XVe-XVIIIe siècle », Mélanges offerts à Jean Dauvillier, Toulouse, 1979 ; « L’ancien droit familial dans les Pyrénées du nord », in La familia als Pirineus, Andore la Vieille, 1991 ; les conclusions aux actes qu’il a co-dirigés avec Mireille Mousnier, La coutume au village dans l’Europe médiévale et moderne, Toulouse, 2001, p. 245-256, ainsi que quatre publications collectives : Politique en Midi-Pyrénées, Toulouse, 1987, Politique et territoires en Midi-Pyrénées (avec R. Guillaume et J.-C. Lugan), Annales de l’Univ. des sciences sociales de Toulouse, 48, 2006, p. 135-203, le chapitre historique de La région Midi-Pyrénées, Paris, 1996, p. 41-54 (avec J.-P. Allinne) et des entrées du Dictionnaire historique des juristes français, Paris, 2007.

4 Sur cette question : Jean-Louis Halpérin, « L’Histoire du droit constituée en discipline : consécration ou repli identitaire ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 4, 2001/1, p. 9-32 ; Francine Soubiran-Paillet, « Histoire du droit et sociologie : interrogations sur un vide disciplinaire », Genèses, 29, 1997, p. 141-163.

5 Histoire de l’Histoire du droit. Actes des Journées internationales d’Histoire du droit, Toulouse, 1-4 juin 2005, Toulouse, Presses de l’Université des sciences sociales de Toulouse (Études d’Histoire du droit et des idées politiques n° 10/2006), 501 p.

Abbildungsverzeichnis

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/29368/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 87k

© Presses universitaires du Midi, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search