Version classiqueVersion mobile

Pérégrinations d’un intellectuel latino-américain

 | 
Catherine Heymann
, 
Modesta Suárez

Un historien militant

Politique et évangélisation au temps de Don Francisco de Toledo, cinquième vice-roi du Pérou (1568-1581)

Nejma Kermele

Texte intégral

  • 1 Recopilaciôn de leyes de los Reinos de Indias, Madrid, éd. Cultura Hispánica, 1973, t. I. Voir auss (...)
  • 2 « Y además os mandamos, en virtud de santa obediencia, que así como lo prometéis y no dudamos lo cu (...)
  • 3 G. Lohman Villena a publié les deux Instructions reçues par Don Francisco de Toledo : la première p (...)

1Le Livre I de la Recopilación de Leyes de Indias de 1681 permet de percevoir d’emblée l’importance de la politique religieuse de l’Espagne aux Indes1 . Certes, cela n’étonne guère le lecteur au fait de la vocation confessionnelle de l’État ibérique, vocation affirmée et développée depuis le règne fameux des Rois Catholiques Isabelle et Ferdinand. Ces derniers avaient pu revendiquer, grâce aux bulles alexandrines de 1493, une véritable légitimité et imposer ainsi le contrôle de l’État castillan aux Indes. La donation papale, qui fut fortement contestée mais qui allait demeurer pour bien longtemps au cœur d’une praxis coloniale, s’accompagnait d’exigences précises. Il s’agissait pour les Rois Catholiques d’Espagne d’envoyer des missionnaires « varones probos y temerosos de Dios »2 afin de permettre l’évangélisation des nouvelles populations rencontrées. La mise en place ne fut guère aisée et, au Pérou, perdurait à la fin des années 1560 une situation confuse sur bien des points. Entre instabilité politique, crise économique et inquiétudes religieuses, il devenait nécessaire de repenser la politique coloniale dans sa globalité. Le deuxième Concile de Lima en 1567 avait rapporté la forte résistance indigène face à l’évangélisation. Outre le développement inquiétant du Taqui Onkoy – ce mouvement messianique qui traduisait le refus du catholicisme et de tous les pouvoirs qui l’accompagnaient –, la persistance des anciennes croyances et les multiples manières de contourner la foi chrétienne avaient préoccupé tous les responsables au Pérou comme en Espagne. En Castille, la Junta Magna, convoquée en 1568 pour répondre à cette situation de crise, permit à Philippe II de préciser les objectifs et les moyens de sa politique évangélisatrice, une politique qui se voulait moins coûteuse et plus efficace. Les Instructions détaillées que reçut notamment le cinquième vice-roi du Pérou, Don Francisco de Toledo, sont à cet égard significatives. Elles placent le règlement de la question religieuse comme un préalable à tout discours, à toute action. Ces documents3, qui nous laissent imaginer la teneur des débats de la Junta Magna, permettent de dégager deux problématiques essentielles : il s’agissait pour le vice-roi d’une part de donner à l’évangélisation les moyens de son développement et de fixer, d’autre part, l’organisation de l’Église, en réaffirmant notamment le contrôle de l’État en vertu du droit de patronage royal. Tels sont les deux axes qui nous serviront à donner une image de la politique religieuse au temps de Don Francisco de Toledo, image parcellaire sans aucun doute, tant il est vrai que vouloir traiter en quelques pages de l’intégralité de la politique religieuse menée par le vice-roi serait impossible. Nous tenterons donc ici d’en évoquer simplement les orientations majeures en nous appuyant sur un corpus de lois et de lettres.

Don Francisco de Toledo et l’évangélisation des Indiens

  • 4 Au sujet des réformes de Don Francisco de Toledo, nous renvoyons à notre thèse inédite : Don Franci (...)
  • 5 « Carta al cardenal Espinosa, Cusco, 25 de mayo de 1571 », L. Gómez Rivas, El virrey del Perú don F (...)

2Don Francisco de Toledo, dont le gouvernement marqua une véritable rupture dans l’histoire de la vice-royauté4, demeure aujourd’hui encore une personnalité controversée. Issu d’un haut lignage, la Maison des Oropesa, il avait suivi l’empereur Charles Quint sur la plupart des champs de bataille et était entré dans l’Ordre militaire de Calatrava en 1535. Nommé Comendador en 1546, il s’enorgueillissait lui-même de sa condition de moine-soldat, totalement dévoué au service de la foi et du roi. Dans certaines de ses lettres, il interprétait sa nomination à la tête du Pérou comme un signe de la volonté divine5. Par ailleurs, Toledo était un homme d’expérience notamment en matière religieuse. Il n’était certes pas un théologien, un letrado, mais il avait suivi de près les débats de son temps. Il avait été, de plus, le représentant de Philippe II, lors du Concile provincial de Tolède en 1565, qui avait pour but l’application des directives du Concile de Trente. Il ne fait aucun doute que cette expérience fut fondamentale à plusieurs titres. Toledo rencontra, lors des sessions du Concile, Don Pedro de La Gasca, évêque de Sigüenza, qui avait pacifié le Pérou et instauré le contrôle de l’État en vainquant Gonzalo Pizarro. Par ailleurs, et c’est là pour nous l’essentiel, le Concile permit à Toledo de se familiariser avec des questions de doctrine et de politique. Il s’agissait notamment pour la Couronne de conserver, sur cette Église en mutation, un pouvoir certain. Les discussions de 1568, lors des réunions de la Junta Magna, les lectures qu’il mena avant de partir pour Lima complétèrent cette instruction. Ces expériences multiples allaient donc permettre au vice-roi d’évaluer rapidement la situation au Pérou. Ceci explique qu’il ait eu très tôt, avant même son départ, comme le montre sa correspondance, des idées parfaitement claires.

  • 6 J. de Matienzo, El gobierno del Perú con todas las cosas pertenecientes a él y a su historia, Paris (...)
  • 7 « Carta del virrey Don Francisco de Toledo a Su Magestad acerca del gobierno espiritual del reino d (...)

3Toledo ne tarda pas à dresser un bilan de la situation désastreuse que connaissait le Pérou en matière d’évangélisation. C’était là le constat d’un réformateur, dans la lignée d’un Juan de Matienzo, cet auditeur de Charcas, dont le livre programmatique – El Gobierno del Perú6 – fut l’une des bases de la réflexion du vice-roi. Le réquisitoire était sans appel. Plus de quarante paroisses d’indiens (doctrinas) se trouvaient sans curé rien que dans l’archidiocèse de Lima. Les manques étaient encore plus criants dans le reste de la vice-royauté. Dans l’une de ses premières lettres péruviennes7, Toledo affirmait que, depuis la Conquête, aucun représentant du roi, aucun ecclésiastique n’avait de fait rempli la tâche qui lui incombait ; cette incurie expliquait le faible impact des tentatives d’évangélisation et l’urgence d’une politique réformatrice. Toledo soulignait le fait que les rares prélats capables d’assumer les charges liées à leur fonction n’inspectaient jamais leurs territoires. Cela lui permettait d’affirmer la nécessité d’une nouvelle inspection (visita) permettant d’évaluer la réalité des choses et d’instituer un certain nombre de changements.

  • 8 Voir par exemple : « Ordenanzas generales para la vida común en los pueblos de indios, Arequipa, 6 (...)

4L’action de Toledo fut à cet égard d’une exceptionnelle nouveauté ; il décida de mener lui-même une Visita générale du Pérou, dont le but premier était bien entendu économique et notamment fiscal, mais aussi idéologique. Toledo souhaitait, comme le roi Philippe II, que ne soit plus contesté au Pérou ou dans le monde ibérique le droit de la Couronne d’Espagne à gouverner les Indes. Cela impliquait une nouvelle réflexion et surtout de nouvelles méthodes. La Visita allait permettre une réorganisation des structures socio-économiques indigènes et faciliter aux prêtres l’accès aux Indiens dont le mode de vie serait rendu plus conforme aux exigences catholiques. Toledo fit de la Visita un préalable à toute action gouvernementale. Après avoir réuni une Junta composée des personnages les plus importants de la vice-royauté, Toledo décida d’associer à l’inspection fiscale traditionnelle une Visita plus axée sur la problématique de l’évangélisation, en nommant conjointement un visitador civil et un ecclésiastique. En recoupant les données fournies par les deux Instructions rédigées par le vice-roi à l’intention des visitadores, on constate qu’une quinzaine d’ecclésiastiques furent nommés pour accompagner la quarantaine de visitadores civils. On trouve, bien entendu, dans cette liste, le nom de Cristóbal de Albornoz qui avait combattu quelques années auparavant le Taqui Onkoy et dont on disait qu’il était l’homme qui avait détruit le plus de huacas au Pérou. Il s’agissait d’extirper l’idolâtrie en tentant d’en éliminer toute trace, et ce notamment en détruisant les huacas, en empêchant la pratique des rites anciens en particulier funéraires et en obligeant les Indiens à abandonner leurs lieux de vie séculaires pour les regrouper en villages construits sur le modèle ibérique. Cette réforme majeure, dite des Reducciones, dont les racines étaient anciennes, devait permettre l’intégration des Indiens dans un modèle économique et politique fondé sur une uniformisation forcée des modes de vie et donc des pratiques religieuses. N’oublions pas que, comme le démontrait la question morisque en Espagne, la christianisation n’était pas dissociable d’un mode de vie chrétien. Les lois de Toledo, dans le droit fil du Concile de Trente, allaient concerner tous les aspects de la vie quotidienne8.

  • 9 Op. cit., p. 50.
  • 10 S. Gruzinski, La pensée métisse, Paris, Fayard, 1999, p. 90.

5La réforme des reducciones imposa donc aux Indiens un cadre de vie hispanisé et des repères chrétiens. Le plan proposé par Juan de Matienzo dans El gobierno del Pérú9 et repris par Don Francisco de Toledo dans ses lois permet de voir à quel point la reconstruction urbanistique imposa aux Indiens les symboles de l’identité ibérique. Au centre du village se dressait l’Église, symbole de la nouvelle Foi victorieuse ainsi que la Casa del Corregidor, représentative d’un État qui voulait affirmer ainsi la force de sa présence. Comme le souligne Serge Gruzinski, « cette politique urbanistique matérialisait la volonté impériale d’inscrire le triomphe d’un pouvoir et d’une foi dans le paysage américain »10.

  • 11 R. Levillier, Don Francisco de Toledo, Supremo Organizador del Perú : su vida, su obra, Buenos Aire (...)
  • 12 R. Levillier, Gobernantes del Perú..., op. cit., p. 448-510.
  • 13 « Nuevas adiciones a la Instruction General para los Visitadores, Cuzco, 8 de septiembre de 1571 », (...)

6Mais l’extirpation de l’idolâtrie ne pouvait, selon le vice-roi, se fonder uniquement sur la méthode de la table rase. Il fallait également éliminer tous les autres vecteurs permettant la transmission d’un passé et des croyances qui s’y trouvaient attachées. Ce fut aussi l’une des raisons de la destruction du royaume rebelle de l’Inca Tupac Amaru, de la condamnation à mort de ce dernier et de la politique de persécution menée contre l’élite d’origine incaïque, notamment au Cuzco. Par ailleurs, Toledo était convaincu que les vieillards qui avaient connu le Pérou incaïque servaient de lien entre le passé et le présent. Ce fut d’ailleurs à ce titre qu’il les utilisa pour réaliser les Informaciones11, ces enquêtes destinées à prouver historiquement la tyrannie des Incas et à affirmer, par effet de contraste, la légitimité de la présence espagnole. Mais, en réalité, le vice-roi souhaitait voir ces Indiens et tous ceux qu’il nommait hechiceros ou dogmatizadores disparaître le plus rapidement possible. Cela renvoyait à la question du Saint-Office, qui s’était installé à Lima le 29 janvier 1570, mais qui n’avait pas de juridiction sur les Indigènes, considérés comme néophytes. Toledo s’insurgeait fréquemment dans ses lettres contre cette disposition qu’il jugeait par trop indulgente12. De fait, le vice-roi finit par proposer une série de mesures permettant le châtiment des dogmatizadores selon un système mixte, qui autorisait le recours à l’autorité séculière et ecclésiastique13.

Don Francisco de Toledo et le clergé péruvien

7Le gouvernement de Don Francisco de Toledo permit la consolidation du pouvoir royal dans tous les domaines de la vie politique ; en ce qui concernait l’Église, la question était cependant quelque peu délicate à résoudre. En vertu de la bulle Universalis Ecclesiae du 28 juillet 1508 qui concédait au roi catholique le droit de patronage pour la Castille, aucun édifice ne pouvait être érigé, aucun bénéfice ne pouvait être pourvu sans le consentement du roi. Mais, au Pérou, la situation historique n’avait pas permis à la Couronne d’imposer son autorité. Le respect du droit de patronage fut donc l’un des premiers points à être mis en exergue dans les Instructions données à Toledo :

  • 14 « Instrucción al virrey D.F. Toledo sobre doctrina y gobierno eclesiástico », in L. Hanke, Los virr (...)

En esto, pues, siendo como nosotros somos patronos de todas las iglesias de las provincias y por derecho y por el tenor de las gracias y concesiones hechas a nosotros por los sumos pontífices, nos pertenece dicha presentación y patronazgo es nuestra voluntad de conservarlo. Y así queremos que, en conformidad de lo que ha parecido todos los beneficios se provean a nuestra presentación14.

  • 15 R. Levillier, Gobernantes del Perú..., op. cit., t. III, p. 393.

8Le droit de présentation, au cœur du processus, était donc revendiqué de manière ferme. Les Instructions préconisaient de choisir les prélats parmi le clergé présent sur place. Le vice-roi se devait donc d’en connaître les membres afin de rédiger régulièrement des rapports qui faciliteraient les choix du Conseil des Indes. Toledo se rendit vite compte des difficultés d’exécution de la mesure15 et décida d’opter pour une simplification du procédé. L’archevêque de Lima procéderait au choix car, de fait, il était mieux à même de savoir qui pouvait assumer cette tâche, Toledo réservait cependant au roi le privilège de la nomination, afin de respecter le patronage royal. Le vice-roi réunit une junta composée de l’archevêque et, surtout, de tous les supérieurs des ordres présents à Lima afin d’organiser le départ des frères surnuméraires vers les paroisses indigènes sans prêtres. Au Pérou, comme ailleurs aux Indes, les frères étaient plus nombreux et mieux organisés que les séculiers. Leurs connaissances en langues vernaculaires, leur implication dans la vie sociale, leur expérience en matière d’évangélisation faisaient d’eux des interlocuteurs incontournables. La Couronne, dans les Instructions données à Toledo, reconnaissait leurs mérites. Mais ces réguliers étaient peu contrôlables en raison de privilèges obtenus auprès du Saint-Siège. Certains arguaient de leur indépendance pour refuser les doctrinas lointaines ou peu rentables. Toledo ne ménageait guère ses critiques à leur encontre en les accusant d’obstruction à la justice, d’ingérence dans les affaires de l’État, d’avidité et de tyrannie. Il se déclarait donc en faveur d’une substitution à terme des frères par des membres du clergé séculier et réclamait, dans l’intervalle, que les frères soient soumis au contrôle de l’Ordinaire :

  • 16 Ibid, p. 16.

Para que en los frayles aya el cuidado que conviene en las doctrinas que tuvieren a cargo parece cosa muy conviniente que se guarde lo que el Concilio de Trento dispone y V. M manda por mi instrucción que esten sujetos al ordinario en razon de sus oficios porque no lo estando no entiendo que descarga la real consciencia de V.M ni la suya porque el ordinario como verdadero pastor de las almas que tienen a cargo les tomara cuenta de como exercen sus oficios de curas y la orden que tienen en hacer su doctrina y en administrar los sacramentos que se permiten a los naturales porque los propios perlados solamente atienden a si bien viven y no a como hazen sus doctrinas16.

9Il est certain que l’inspection épiscopale, lorsque le doctrinero était membre d’un ordre religieux, posait problème. La frontière entre ce qui relevait de la compétence directe de l’évêque – c’est-à-dire les aspects purement professionnels – et ce qui relevait de la compétence du provincial – entendons le comportement personnel – était difficilement discernable. Toledo entendait imposer cependant aux frères un contrôle forcé. Notons également que le vice-roi se plaçait nettement du côté du clergé séculier qui se plaignait de la mainmise des réguliers sur les doctrinas.

  • 17 « Carta de Don Francisco de Toledo al Cardenal de Sigüenza dándole las gracias a él y a los señores (...)

10De fait, l’action de Toledo s’inscrivit dans un double contexte : il s’agissait d’une part d’imposer aux ecclésiastiques le respect du patronage royal, et d’autre part de faire cesser les contestations que les partisans de Las Casas faisaient peser sur la politique royale, en discutant de la légitimité du pouvoir espagnol aux Indes, de la question des encomiendas, du travail indigène, de la coca, de la restitution des terres et biens spoliés par les encomenderos, en bref de tout ce qui posait problème dès qu’il s’agissait d’évoquer le gouvernement du Pérou. Cette question, qui allait pousser Toledo à mener une véritable contre-campagne anti-lascasienne, était déjà au cœur de ses préoccupations, avant même son départ pour le Pérou, puisqu’il préconisait dans une lettre datant de juillet 1568 l’instauration, dans l’ancien Tawantisuyu, d’une forme d’inquisition destinée, d’une part, à empêcher la propagation de l’hérésie luthérienne et, d’autre part, à prohiber la liberté de parole des uns et des autres17.

  • 18 J.-P. Tardieu, Le Nouveau David et la réforme du Pérou. L’affaire Maria Pizarro – Francisco de la C (...)
  • 19 « Carta del Virrey Don Francisco de Toledo a Su Magestad acerca de la prisión y proceso que los inq (...)
  • 20 Ibid, p. 222-223.

11Pour Toledo, le contrôle des réguliers par l’ État via le patronage royal favoriserait la stabilisation politique de la vice-royauté. C’est pourquoi il intervint dans l’affaire Luis López. Le jésuite avait dénoncé la colonisation espagnole18. La colère de Toledo fut virulente comme le montre la lettre qu’il envoya au monarque19. Cette affaire s’insérait certes dans le cadre particulier des relations entre les jésuites et le vice-roi, cadre qui reste à approfondir ; elle permit cependant à Toledo d’affirmer, qu’à l’instar des laïcs, les religieux devaient être traités sans aucun passe-droit20. Il y avait donc là la volonté d’ouvrir une nouvelle ère.

  • 21 La Couronne se prononçait plutôt pour la nomination d’un Patriarche des Indes, résidant à Madrid et (...)
  • 22 R. Levillier, Gobernantes...., op. cil., p. 394, 395,421.
  • 23 P. Borges, op. cit.

12Toledo eut cependant bien des difficultés à contrôler les ecclésiastiques. Il est vrai que l’action du vice-roi s’inscrivait dans un contexte de transition. Il fut chargé d’instaurer au Pérou un nouvel ordre social et religieux. On sait que la question de patronage royal était, de fait, brûlante. La Couronne avait toujours refusé l’installation d’un nonce en Amérique21, réclamée une nouvelle fois par le pape en 1568. Devant le nouveau refus de Philippe II, le pape fit remettre au roi six brefs et un texte qui insistaient sur la nécessité de favoriser la conversion et le bien-être des Indiens. Devant ce qu’il considérait comme une ingérence, Philippe II mit en avant le contenu des Instructions confiées aux deux nouveaux vice-rois. Selon lui, tous les problèmes y étaient abordés, la réflexion avait donc eu lieu. Toledo avait, en quelque sorte, une obligation de réussite. C’est aussi pourquoi il insistait tant sur le respect du patronage allant jusqu’à proposer, à de nombreuses reprises, la création au Pérou d’un « conservador del patronazgo real »22. L’action de Toledo allait, de fait, préparer la promulgation par Philippe II de la Real Cédula de 1574 considérée comme la Cédula Magna du patronage royal. Cette cédule allait conférer au roi des droits qui allaient bien au-delà de ceux octroyés par le pape en 150823.

13Toledo devait par ailleurs favoriser le passage vers une Église tridentine, sujet complexe que nous ne pouvons qu’évoquer ici en soulignant que le vice-roi demanda l’unification de la pratique pastorale. Il exigeait, entre autres choses, une meilleure formation des prêtres (ils devaient tous parler le quechua), en réclamant la rédaction d’un catéchisme unique, sans doute sous l’influence des jésuites qui le rédigèrent à l’occasion du troisième Concile de Lima en 1583.

  • 24 B. Álvarez, De las Costumbres y conversión de los indios del Perù. Memorial a Felipe II (1588), Mad (...)
  • 25 L. Perena, La idea de la Justicia en la Conquista de América, Madrid, MAPFRE, 1992, p. 221.

14Quant au bilan de la lutte contre l’idolâtrie dont nous avons dit qu’elle devait aussi se jouer au quotidien, il reste mitigé et peu aisé à appréhender. Une partie des reducciones disparut rapidement tant il était difficile pour les Indiens d’abandonner des lieux de vie si étroitement liés à leurs croyances et à leurs rites. De plus, le Taqui Onkoy persistait, bien des années après le départ de Toledo, si l’on en croit le doctrinero Bartolomé Alvarez, auteur d’un ouvrage « décapant » sur les carences de l’évangélisation et l’échec du système colonial24. Les campagnes d’extirpation vinrent démontrer, s’il en était encore besoin, qu’en matière d’évangélisation, il restait fort à faire. Il n’en demeure pas moins que Toledo, fidèle à ses principes et à sa vocation de moine-soldat, tenta d’insérer le Pérou dans un modèle colonial dont le christianisme devait être l’élément fédérateur. Notons enfin que les Indiens n’étaient pas les seuls visés par l’action réformatrice du vice-roi qui dénonçait également les vices des Espagnols qui auraient dû se comporter en modèles. Dans une société aussi tendue que pouvait l’être la jeune société péruvienne en ce temps-là, la question religieuse ouvrait un nouvel espace de combat. Toledo s’y lança à corps perdu car la victoire était nécessaire pour assurer le contrôle de l’État et de la pensée coloniale. Cette « reconversión » du Pérou, pour reprendre le terme de Luciano Pereña25, marqua sans doute l’une des dernières étapes de la Conquête.

Notes

1 Recopilaciôn de leyes de los Reinos de Indias, Madrid, éd. Cultura Hispánica, 1973, t. I. Voir aussi J. M. Pérez-Prendes Muñoz-Arraco, « La evangelización en las leyes de Indias », La Iglesia en América : siglos XVI-XX, Madrid, éd. Deimos, 1993. Il souligne dans cet article, que le Livre 1 de la Recopilación offre un ensemble récapitulatif de plus de six cents lois directement liées à la politique religieuse de la Couronne aux Indes.

2 « Y además os mandamos, en virtud de santa obediencia, que así como lo prometéis y no dudamos lo cumpliréis por vuestra gran devoción y regia magnanimidad, habréis de destinar a las tierras e islas antedichas varones probos y temerosos de Dios, doctos, instruidos y experimentados para adoctrinar a los indígenas y habitantes dichos en la fe católica e imponerlos en las buenas costumbres, poniendo toda la debida diligencia en todo lo antedicho. ». O. Mazín, C. Val Julián, En torno a ta Conquista, Paris, Ellipses, 1995, p. 51.

3 G. Lohman Villena a publié les deux Instructions reçues par Don Francisco de Toledo : la première plus générale évoque l’ensemble des problèmes de la vice-royauté et la seconde est entièrement consacrée à la question religieuse. Voir : Lewis Hanke, Los virreyes españoles en América durante el gobierno de la Casa de Austria, Perù, I, Madrid, BAE, 1978, p. 79-117.

4 Au sujet des réformes de Don Francisco de Toledo, nous renvoyons à notre thèse inédite : Don Francisco de Toledo et la Réforme du Pérou, et à notre article récapitulatif : « Idéologie et réforme dans le Pérou du XVIe siècle : le projet politique de D. Francisco de Toledo », in N. Kermele, B. Lavallé (coordinateurs), L’Amérique en projet, utopies, controverses et réformes dans l’Empire espagnol, XVI-XVIII, Paris, L’Harmattan, 2009.

5 « Carta al cardenal Espinosa, Cusco, 25 de mayo de 1571 », L. Gómez Rivas, El virrey del Perú don Francisco de Toledo, Madrid, Instituto Provincial de Investigaciones y Estudios Toledanos, 1994.

6 J. de Matienzo, El gobierno del Perú con todas las cosas pertenecientes a él y a su historia, Paris-Lima, Travaux de l’Institut Français d’Études Andines, t. XI, 1967.

7 « Carta del virrey Don Francisco de Toledo a Su Magestad acerca del gobierno espiritual del reino del Perú, Los Reyes, 8 de febrero de 1570 ». R. Levillier, Gobernantes del Perù. Cartas y papeles del siglo XVI, Madrid, Ribadeneyra, 1921-1929, t. III, p. 380-397.

8 Voir par exemple : « Ordenanzas generales para la vida común en los pueblos de indios, Arequipa, 6 novembre 1575 », G. Lohman Villena et M.J. Sarabia Viejo, Francisco de Toledo. Disposiciones Gubernativas para el virreinato del Perú, Séville, Escuela de Estudios Hispano-americanos, 1989, t. II, p. 252.

9 Op. cit., p. 50.

10 S. Gruzinski, La pensée métisse, Paris, Fayard, 1999, p. 90.

11 R. Levillier, Don Francisco de Toledo, Supremo Organizador del Perú : su vida, su obra, Buenos Aires, Biblioteca del Congreso Argentino, 1935-1940, t. III.

12 R. Levillier, Gobernantes del Perú..., op. cit., p. 448-510.

13 « Nuevas adiciones a la Instruction General para los Visitadores, Cuzco, 8 de septiembre de 1571 », in G. Lohmann Villena et M.J. Sarabia Viejo, Disposiciones gubernativas para el virreinato del Perú..., op. cit., t. I, p. 135.

14 « Instrucción al virrey D.F. Toledo sobre doctrina y gobierno eclesiástico », in L. Hanke, Los virreyes españoles en América..., op. cit., p. 79-117.

15 R. Levillier, Gobernantes del Perú..., op. cit., t. III, p. 393.

16 Ibid, p. 16.

17 « Carta de Don Francisco de Toledo al Cardenal de Sigüenza dándole las gracias a él y a los señores del Consejo por haberle permitido asistir a la Junta congregada para tratar de asuntos del Perú, resumiendo sus consultas anteriores y confirmando por extenso sus pareceres, julio 1568 », R. Levillier, Gobernantes del Perú..., op. cit., Anexos, p. 32.

18 J.-P. Tardieu, Le Nouveau David et la réforme du Pérou. L’affaire Maria Pizarro – Francisco de la Cruz (1571-1596), Bordeaux, CNRS, Maison des Pays Ibériques, 1992, p. 231.

19 « Carta del Virrey Don Francisco de Toledo a Su Magestad acerca de la prisión y proceso que los inquisidores formaron al Padre Luis López, Los Reyes, 27 de noviembre de 1579 », R. Levillier, op. cit., vol. VI, p. 221-222.

20 Ibid, p. 222-223.

21 La Couronne se prononçait plutôt pour la nomination d’un Patriarche des Indes, résidant à Madrid et qui aurait eu une juridiction effective, évitant ainsi les multiples consultations à Rome. Face au veto opposé par la Papauté puis, lorsqu’elle consentit en 1573 à examiner le projet, au risque de la voir se mêler de trop près des affaires américaines, Philippe II renonça au projet. Voir à ce sujet : P. Borges, « La Santa Sede y la Iglesia americana », Historia de la Iglesia en Hispanoamérica y Filipinas, Tolède, BAC Maior, 1992, t. I, p. 46-61.

22 R. Levillier, Gobernantes...., op. cil., p. 394, 395,421.

23 P. Borges, op. cit.

24 B. Álvarez, De las Costumbres y conversión de los indios del Perù. Memorial a Felipe II (1588), Madrid, Ediciones Polifemo, Crónicas y Memorias, 1998. Ce texte a été sans doute écrit entre 1587 et 1588.

25 L. Perena, La idea de la Justicia en la Conquista de América, Madrid, MAPFRE, 1992, p. 221.

Auteur

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search