Version classiqueVersion mobile

Pratiques hagiographiques dans l’Espagne du Moyen-Âge et du Siècle d’Or. Tome 2

 | 
Françoise Cazal
, 
Amaia Arizaleta
, 
Luis González Fernández
, 
et al.

Miroirs de sainteté

Introduction

Miroirs de sainteté

Texte intégral

1La Journée d’études qui eut lieu le 3 octobre 2005 autour du thème Miroirs de sainteté fut brève, mais intense. Entièrement consacrée à l’histoire et aux textes du Moyen Âge, les trois contributions présentées abordèrent des aspects différents mais complémentaires, relatifs aux modèles hagiographiques en vigueur en Occident, du viie siècle au xiiie siècle. Patrick Henriet proposa un panorama très complet de l’hagiographie épiscopale hispanique, alors que les communications d’Amaia Arizaleta et de Marta Lacomba portèrent sur un élément fondamental de l’écriture hagiographique médiévale, la sainteté militaire.

2Patrick Henriet (Université de Bordeaux III) : « Heurs et malheurs de l’hagiographie épiscopale dans l’Hispania des VIIe-XIIe siècles »

3Par hagiographie épiscopale, on entend hagiographie de saints évêques. L’objectif ici n’est pas tellement celui d’une histoire des modèles de sainteté, mais plutôt une réflexion (ou une ébauche de réflexion) sur la façon dont l’ordo épiscopal s’est défini dans le miroir de ses saints évêques. C’est en ce sens que j’ai entendu « miroir de sainteté ».

4Je partirai donc de l’époque wisigothique et j’irai jusqu’au xiie siècle, en prenant les principaux textes et en m’interrogeant sur ce qu’ils nous apprennent du système d’Église et de l’ecclésiologie hispaniques jusqu’au xiie siècle. Ce qui est aussi une façon de dire que l’intérêt de l’hagiographie déborde celui d’une « simple » histoire de la sainteté...

5La communication met en valeur quelques temps forts : l’époque wisigothique est caractérisée par l’importance du modèle de sainteté épiscopal, lequel permet d’exalter des sièges particuliers. Le meilleur exemple est évidemment celui de Mérida avec les Vitas patrum Emeretensium. On constate également une sorte de rapprochement entre le genre hagiographique et celui du De virus illustribus, illustré en particulier par Ildephonse de Tolède. Le personnage du saint évêque disparaît de la péninsule aux viiie et IXe siècle, ce qui s’explique largement par la sujétion de l ’épiscopat au roi. La situation n’est pas tellement différente au Xe siècle, malgré l’existence de la très courte Vita sancti Froilani, composée à Leon. Au tournant des xie et xiie siècle, apparaît une hagiographie mettant au premier plan la figure de l’« évêque grégorien de la frontière ». Pleinement ancré dans le contexte hispanique, celui-ci n’hésite pas à affronter l’aristocratie locale. Il tente aussi de réguler les comportements, en particulier dans le domaine des mariages (voir les Vitae de Giraud de Braga, de Pierre d’Osma, de Raymond de Roda, d’Oleguer de Barcelone). Réapparaît avec ces prélats une affirmation de l’ordo épiscopal en tant que groupe doté d’une autonomie au moins relative et investi d’un rôle central dans le fonctionnement de la société chrétienne.

6Mais cette évolution est brève : il y certes d’importants évêques au xiiie siècle, à commencer par Jiménez de Rada, mais plus de saints prélats dans le royaume de Castille... Ce que l’on peut sans doute interpréter comme un reflet de la fin du mouvement de « cléricalisation » de la monarchie, lequel s’était traduit par une revalorisation des clercs et des évêques. En d’autres termes, cette évolution reflète la faible marche de manœuvre que la monarchie laisse aux évêques non pas en tant que personnes, mais en tant que corps...

7On peut donc dire au total que l’hagiographie épiscopale hispanique, si elle ne reflète que peu de sainteté, joue bien le rôle, pour reprendre le titre donné à cette journée d’études, de miroir d’un système d’Église, miroir qui, selon les époques, renvoie des images différentes... ou n’en renvoie pas du tout.

8Amaia Arizaleta (Université de Toulouse-Le Mirail) : « La sainteté du prince : à propos du Poème de Benevívere (XIIIe siècle) ».

9Le Poema de Benevívere est une composition de 758 vers, écrite dans un latin soigné au début du xiiie siècle, qui évoque une période précise de l’abbaye de Benevívere, située près de Carrión et de Palencia. Dans ce texte on trouve la biographie d’un homme, Diego Martinez de Villamayor, qui voulut être saint, conjointement avec un portrait du roi de Castille, Alphonse VIII. Ce poème a été bâti à partir de deux modèles de vie, l’un laïque, l’autre religieux, le premier tendant vers le second et vice versa, fusionnant tous les deux in fine. L’auteur du texte aurait construit ainsi un cadre référentiel à l’intérieur duquel le miroir de princes pouvait aisément se transformer en miroir de saints et inversement, la reconnaissance de la sainteté devenir reconnaissance du monarque. Le but de cette communication sera donc d’examiner les modalités d’une telle recherche de sainteté et de tenter d’expliquer les possibles raisons de la cohabitation de sainteté et royauté, la sainteté cherchée par Diego Martinez et la possibilité que le poète ait attribué au roi Alphonse VIII une partie de cette quête d’idéal.

10Marta Lacomba (Université de Bordeaux III) : « Saints cidiens dans la Crónica de Castilla, la sainteté au service de la création romanesque ».

11La tradition scripturale de la Crónica de Castilla remonte à la Estoria de España d’Alphonse X, dont elle constitue une réécriture partielle. La Crónica de Castilla est rédigée entre 1295 et 1300. Elle s’inspire, entre autres, d’une version de l’Estoria de España reprise en 1289, sous Sanche IV de Castille, puis d’autres sources ignorées ou laissées de côté par l’historiographie castillane antérieure. Un des buts de ce travail est de montrer que la Crónica de Castilla est bien plus qu’une « simple collation de textes préexistants ». Pour assembler les matériaux disparates qu’elle exploite, la Crónica de Castilla se livre, tout du moins dans la section cidienne, à un véritable travail d’harmonisation et de rédaction qui dépasse le stade de la simple juxtaposition. Parmi les innovations marquantes de la Crónica de Castilla, il faut citer la présence de trois saints qui jalonnent les chapitres consacrés à Rodrigue Díaz, le Cid. Les apparitions de saint Lazare, de saint Pierre et de saint Jacques mises au service de la caractérisation du Cid comme chevalier chrétien, soulignent la grande cohérence d’un récit, qui, malgré l’hétérogénéité des sources, est bâti autour de la notion d’efficacité narrative.

© Presses universitaires du Midi, 2007

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search