Version classiqueVersion mobile

Migrations, mémoires, musées

 | 
Laure Teulières
, 
Sylvie Toux

Mémoires de migrations et action culturelle

Mémoire de l’immigration et lutte contre les discriminations à l’épreuve des territoires

Le cas de la région Midi-Pyrénées

Frédéric Callens

Texte intégral

1La France n’en finit plus de revisiter son passé. Depuis maintenant plus d’une décennie, un nombre de plus en plus important d’associations, représentant la société civile dans toutes ses composantes, convoque les historiens, questionne l’histoire de France, interpelle les pouvoirs publics, manifeste dans la rue, produit des expositions, organise des colloques, des débats… Dans cette quête mémorielle, l’esclavage, la colonisation et l’immigration sont les sujets les plus débattus, mais aussi les plus sensibles. Tous sont l’objet de fortes représentations et mettent en scène la figure de l’Autre dans la France d’aujourd’hui. Tous ont en commun de poser la question de la diversité et de la place de chacun, en particulier celle des jeunes des quartiers, descendants de migrants, issus pour la plupart de l’immigration postcoloniale.

L’État, un acteur incontournable sur le champ de la mémoire

2En France, l’État participe activement à cette dynamique mémorielle et les moyens à sa disposition sont nombreux. L’intervention de l’État s’inscrit le plus souvent dans le cadre de politiques publiques qu’il conduit et met en œuvre sur l’ensemble du territoire national avec ses partenaires (collectivités territoriales, associations...). Le thème de la mémoire de l’immigration est ainsi traité par différents acteurs publics, relevant de ministères différents, nécessitant parfois de coordonner l’ensemble de ces actions en développant en région et dans les départements une approche interministérielle sous l’autorité des Préfets. Les enjeux sont multiples et questionnent de nombreux champs d’intervention de l’État. A titre d’exemple, il en est ainsi :

  • de l’éducation et de l’enseignement, où il est question de faire évoluer les programmes d’histoire afin de diffuser des connaissances sur l’histoire de l’immigration,

  • de la culture par la préservation du patrimoine (lieux mémoire), mais aussi par le soutien aux initiatives artistiques et culturelles nombreuses sur ce domaine touchant à l’immigration,

  • de la recherche en produisant de la connaissance scientifique et historique sur l’histoire de l’immigration, condition pour travailler les problématiques liées à la mémoire,

  • de la justice en faisant évoluer la législation et surtout depuis quelques années en adoptant des lois « mémorielles »,

  • de l’intégration et de la lutte contre les discriminations « raciales » en sachant que depuis le début des années 2000, la plupart des actions financées par l’État touchant à la mémoire et à l’histoire de l’immigration ont été soutenues dans le cadre de la politique publique de lutte contre les discriminations « raciales ».

3Disposant de nombreux outils techniques et financiers sur tout le territoire national, l’État peut donc soutenir et même initier de nombreuses actions, ce qui confère à son intervention un caractère parfois décisif. Il en est ainsi de l’annonce en 2003 par le Président de la République de la création d’une Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration (CNHI) à Paris dont l’objectif est de reconnaître, à travers l’histoire nationale, les apports des étrangers dans tous les domaines. Ministères, préfectures, services de l’État, établissements publics déconcentrés, groupements d’intérêt public... Autant d’outils qui assurent pour son compte les moyens de relayer son action en région et dans les départements français. Un système d’aide publique en direction des associations permet ainsi le financement d’actions de proximité, portées par des associations de terrain en direction des citoyens, mais aussi de recherches, d’études et de diagnostics.

Hier le FASILD, aujourd’hui l’ACSÉ : place et rôle d’un établissement public sous tutelle de l’État

4Jusqu’en 2006, le Fonds d’Action et de Soutien à l’intégration et à la Lutte contre les Discriminations (FASILD) a joué un rôle important de financeur public sur le champ de la mémoire de l’immigration. Chaque année, cet établissement public déconcentré finançait près de 6 000 associations sur tout le territoire national au titre de la politique d’intégration et de lutte contre les discriminations dans tous les domaines (emploi, logement, accès aux droits, culture…). Créé en 1958 en pleine guerre d’Algérie, dans le cadre du Plan Constantine, le FASILD a été un établissement public sous tutelle de l’État chargé initialement de mettre en œuvre la politique d’intégration en faveur des populations immigrées. Il n’est donc pas un acteur neutre sur ce champ mémoriel puisque sa création s’inscrit dans une période historique marquée à la fois par la (dé) colonisation et l’immigration de masse. À partir de 1964 et jusqu’en 1983, cet établissement va connaître une phase de changements du fait de l’évolution de l’immigration en France : arrêt de l’immigration de travail et mise en place d’une politique de regroupement familial. L’établissement étend progressivement ses missions à l’ensemble de la sphère sociale tenant compte de la présence définitive des familles immigrées sur le sol national. Dans les années 1980 et 1990 l’émergence d’une seconde puis d’une troisième génération dans l’immigration revendiquant l’égalité des droits et interpellant les pouvoirs publics à la suite de crimes racistes impose à l’État de prendre davantage en compte la lutte contre le racisme comme nouvelle priorité d’action.

  • 1 Loi du 16 novembre 2001 relative à la lutte contre les discriminations. Changement de nom du FAS en (...)
  • 2 La directive 2000/43/CE du Conseil du 29 juin 2000 relative à la mise en œuvre du principe d’égalit (...)
  • 3 Loi 2006-396 du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances (articles 38 et 39).

5En 2002, la politique publique de l’intégration est redéfinie : création du Contrat d’Accueil et d’Intégration, évolution des missions des établissements publics en charge de l’accueil et de l’intégration des publics étrangers et immigrés... Le FAS (Fonds d’Action Sociale pour les travailleurs immigrés et leurs familles) devient FASILD et son champ d’intervention est étendu à la lutte contre les discriminations « raciales1 sous l’effet de l’Europe communautaire2. Enfin, dernière évolution, le FASILD devient en octobre 2006 Agence Nationale de Cohésion Sociale et pour l’Egalité des Chances (l’ACSÉ)3. De nouvelles missions (telle la politique de la ville, la lutte contre l’illettrisme, le service civil volontaire, etc.) lui sont confiées, sans remettre pour autant en cause les précédentes. Aujourd’hui, la politique d’intervention de l’ACSÉ sur le champ de la mémoire et de l’histoire de l’immigration s’inscrit dans la continuité des missions du FASILD : l’intégration et la lutte contre les discriminations. En quelques années, la politique publique d’intégration mis en œuvre par le FASILD, aujourd’hui l’ACSÉ, aura évolué pour ne plus viser seulement les populations immigrées mais de plus en plus l’ensemble de la société française et ce du fait de la prise de conscience de la banalité des discriminations « raciales ».

La mémoire, une priorité d’intervention depuis le début des années 1990

  • 4 Gérard Noiriel (dir.), Le vieillissement des populations immigrées en région parisienne, Rapport d’ (...)

6La problématique de la mémoire émerge nettement en 1989, suite à la publication d’un rapport d’étude de l’historien Gérard Noiriel4 qui alerte les pouvoirs publics sur le vieillissement et surtout l’installation définitive en France des populations immigrées, mettant ainsi fin au mythe du retour. L’histoire de l’immigration peut alors commencer à s’écrire au-delà du cercle des spécialistes. L’idée d’un musée national de l’immigration apparaît d’ailleurs dans ce contexte des années 1990. La montée du racisme dans le débat public puis, plus récemment, la prise de conscience de l’étendue des discriminations « raciales » au sein de la société française accélèrent le mouvement. C’est dans ce contexte que de nombreuses associations s’engagent sur le champ de la mémoire, interpellant et sollicitant les pouvoirs publics avec un objectif clairement affiché : légitimer la place des migrants et de leurs descendants en rendant compte de l’histoire. La mémoire et l’histoire de l’immigration deviennent des outils au service d’une politique publique : favoriser le « vivre ensemble »...

  • 5 Fabienne Souchet, cabinet In Situ Consultant, in Laure Teulières (dir.), Histoire et mémoire de l’i (...)

7En quinze ans, le nombre d’actions mémorielles a explosé. En région Midi-Pyrénées, de moins de 10 actions au début des années 2000, leur nombre dépasse aujourd’hui 70. Comme l’indique le rapport d’In Situ réalisé en 2006 dans le cadre de l’étude « Histoire et mémoire de l’immigration en région », « si cette montée en charge du nombre d’actions mémorielles en Midi-Pyrénées correspond à une logique de rattrapage au regard des autres régions de France, il n’en reste pas moins que ce mouvement n’aurait pas été rendu possible sans un contexte national, politique et institutionnel favorable »5.

8En accompagnant ce mouvement et en finançant ces actions, le FASILD entendait lutter contre les discriminations, autrement dit combattre la peur et les fantasmes de la société française sur l’immigration. Cela revient entre autres à déconstruire les représentations négatives et les stéréotypes dominants à ce sujet. Les actions qu’il a promu visaient donc davantage à agir auprès de la société dans son ensemble que des immigrés eux-mêmes. Celles-ci sont multiples, très diversifiées, pouvant toucher, par exemple, à la formation des acteurs, publics et privés, en particulier dans le champ social, au soutien à des festivals dans le champ culturel et artistique, au recueil de témoignages, à la mise en place de débats publics, à la réalisation d’études, à la publication d’ouvrages ou de revues, au soutien d’œuvres audiovisuelles, de documentaires, etc.

9Par le bais de l’histoire et/ou de la mémoire, il s’agit de changer le regard et de questionner les pratiques professionnelles des acteurs dans la perspective de rétablir l’égalité de traitement pour toute une catégorie de la population stigmatisée en raison de ses origines : les étrangers, les immigrés, mais aussi les jeunes issus de l’immigration qu’ils soient de deuxième ou troisième générations. Aujourd’hui, à travers son intervention, l’ACSÉ affirme sa volonté de ne plus traiter les publics immigrés dans une seule approche spécifique et sociale, mais de permettre aussi, beaucoup plus largement, à la société dans son ensemble d’évoluer dans son rapport à l’immigration. Sur le sujet sensible et difficile des discriminations, force est de constater que l’histoire et la mémoire permettent de fédérer, de rassembler et de développer ainsi un travail préventif sur ce champ plutôt qu’une intervention répressive, fondée sur la dénonciation et renvoyant trop souvent à une posture morale.

10Il faut en outre mentionner le cas particulier des actions « mémoire » en direction des primo-arrivants relevant davantage d’une logique d’intégration. Si l’évolution des missions du FASILD a permis le désengagement de programmes ou d’actions privilégiant un traitement purement social et/ou une entrée par type de « public », il n’en reste pas moins que les primo-arrivants font l’objet d’une attention particulière qui nécessite parfois un accompagnement ou des actions spécifiques. Aussi certaines structures associatives au contact de ces publics mettent-elles en place des actions « mémoire » dans le but de favoriser leur intégration à la société française. Il s’agit alors de développer des actions répondant à des besoins particuliers.

Les enjeux pour l’État : une histoire pour tous !

11Face à la multiplication des demandes financières depuis dix ans, l’établissement public a du redéfinir sa politique d’intervention en tenant compte de l’évolution des enjeux. Le premier réside dans le débat récurrent sur ce qui distingue un travail de mémoire d’un travail du côté de l’histoire, autrement dit comment articuler histoire et mémoire. Car l’expérience a montré qu’il était risqué de dissocier ces deux approches tant est grand le risque de repli sur des « mémoires ». Le second enjeu est davantage lié à la manière de conduire ces travaux de mémoire pouvant parfois participer à une stigmatisation des immigrés avec l’effet inverse de celui recherché au départ. Il s’agit donc de valoriser et de reconnaître le parcours de ces personnes immigrées, leur rôle et leur place au sein de la société française et ce, au regard de l’Histoire de France. Le thème de l’immigration traverse en effet toute l’histoire depuis le milieu du XIXe siècle. Il n’y a donc pas lieu de l’isoler pour le traiter à part (comme c’est le cas souvent), mais au contraire de faire ressortir toute la contribution des étrangers et des immigrés à l’histoire de la France, sous quelque forme que ce soit, économique, sociale, politique, ou syndicale, lors des guerres mondiales, des combats pour la Libération ou des différents conflits coloniaux, au sein du mouvement ouvrier, dans la société en croissance des Trente glorieuses, etc.

12Incontestablement, l’évolution générale de la société – repérable dans la création de la Cité Nationale de l’Histoire de l’immigration comme dans l’ensemble des débats et des polémiques ouverts à propos de la colonisation et de ses séquelles durables sur l’immigration – a eu pour effet de multiplier les actions et donc les demandes de financements auprès du FASILD entre 2000 et 2006, année de disparition de l’établissement. L’exemple de la région Midi-Pyrénées en témoigne. Il a donc fallu revoir la stratégie d’intervention du FASILD, l’adapter aux multiples approches et actions proposées par le tissu associatif et du même coup redéfinir et préciser ses critères de financement.

Une stratégie d’intervention : produire et diffuser de la connaissance

13Conformément à sa mission de lutte contre les discriminations, la direction régionale du FASILD – aujourd’hui l’ACSÉ – en Midi-Pyrénées a défini depuis 2004 une stratégie d’intervention qui vise à faire évoluer les représentations négatives de la société française sur ce champ et donc les pratiques des acteurs.

  • 6 ACHAC, Mémoire de l’immigration, mémoire coloniale, mémoire urbaine, Rapport pour la Délégation Int (...)
  • 7 Ibid.

14Cette stratégie d’intervention recouvre un premier objectif qui est de soutenir, à travers des études originales, la production de connaissance sur l’histoire de l’immigration en région. Une première étude a été réalisée à Toulouse en 2003 par l’Association Connaissance de l’Histoire de l’Afrique Contemporaine (ACHAC) sur les liens entre mémoire de l’immigration, mémoire coloniale et mémoire urbaine6. Cette première étude aura permis de rendre compte de l’état des connaissances de la population sur ces deux sujets : l’immigration et la colonisation. Les résultats de cette étude ont été perçus comme alarmants pour deux raisons qu’il est nécessaire de mettre en perspective. La première tient à la très forte demande sociale des citoyens sur ces sujets sensibles. La deuxième tient à la très faible connaissance historique des citoyens : « C’est l’un des enseignements fondamentaux de cette enquête : une forte demande sociale existe pour comprendre cette période, afin d’éclairer des problèmes contemporains (rapports intercommunautaires, racisme, discrimination, histoire partagée...). Face aux résultats de cette enquête, deux remarques s’imposent. D’une part, il faut contribuer à transformer le statut de l’histoire de l’immigration : d’une histoire marginalisée, en faire une histoire pleinement nationale en tenant compte de ce déni d’histoire depuis cinquante ans et de la perception que s’en fait le public. Public demandeur qui est tout autant d’origine immigrée, que des populations n’ayant aucun lien personnel avec cette histoire. Second point essentiel, les liens entre histoire coloniale et immigration sont clairement identifiés. Ainsi, la plus grande partie des personnes perçoit les relations entre Français et immigrés comme « mauvaises » voire « violentes » pour quelques-uns. D’ailleurs ces résultats confirment que la discrimination « raciale » affecte davantage les individus qui présentent des signes visibles d’extranéité tels couleur de peau, faciès, signes religieux extérieurs (le voile)... C’est en partie pourquoi les immigrés issus de l’ex-empire sont, de manière générale et majoritaire, perçus nettement différemment et moins bien que les autres immigrés. (…) D’autre part, le fossé entre la demande sociale d’une histoire et la faiblesse du niveau de connaissance (pour ne pas dire le niveau très bas des connaissances sur ce sujet) montre que les quarante dernières années ont largement contribué à évacuer le savoir tout en renforçant la demande, déclenchant un processus de frustrations quasi-automatique, donc une fracture invisible de la mémoire »7.

  • 8 Laure Teulières (dir.), Histoire et mémoire de l’immigration en région Midi-Pyrénées, Rapport pour (...)

15Fort de ce constat (produire et diffuser de la connaissance pour éviter des replis sur des mémoires singulières) un partenariat a été mis en place dès 2005 avec l’Université Toulouse-Le Mirail et le CNRS pour une seconde étude8, celle-ci purement historique, dans le cadre d’un programme national intitulé « Histoire et mémoire de l’immigration en régions » visant à doter chaque région d’une étude de référence sur l’histoire de l’immigration, sous la coordination scientifique d’une équipe du laboratoire « Genèse et Transformation des Mondes Sociaux » de l’EHESS dirigée par Gérard Noiriel. Cette première étape est déterminante pour la suite car sans connaissances objectivées, il n’est pas possible de structurer, d’organiser et donc de soutenir le travail de mémoire porté par les associations. Cette étude sera rendue publique et diffusée auprès de toutes les collectivités et associations de la région.

  • 9 Fabienne Souchet, op. cit.

16Le deuxième objectif stratégique consiste à partager et à diffuser cette connaissance auprès des partenaires de l’ACSÉ (collectivités, institutions), mais aussi de l’ensemble des acteurs publics et privés et des citoyens. En région Midi-Pyrénées, « conforté par l’idée que le thème de la mémoire est un enjeu fort de lutte contre les discriminations et d’insertion des publics migrants, le FASILD est parvenu à inscrire son travail de sensibilisation des partenaires au sein du PRIPI (Programme régional pour l’intégration des populations immigrées sous l’autorité du Préfet de Région) dès 2005. Ce nouveau cadre partenarial a permis de formaliser des collaborations avec des partenaires essentiels dans la légitimation d’un travail sur la mémoire : la DRAC et l’Éducation Nationale. En effet, les actions culturelles et pédagogiques constituent des piliers de la lutte contre les discriminations. Les collectivités jusqu’alors absentes ont aussi pu trouver là un cadre leur permettant de mettre en œuvre des projets culturels et mémoriels de grande envergure, qui dépasse les frontières de la politique de la ville et leur permettant de « communiquer » autour de la question de l’immigration, sujet encore politiquement sensible, et que peu d’élus osent porter en public. Cette appropriation de la thématique par l’ensemble des acteurs locaux explique la montée en charge des actions mémorielles au plan régional, qui, si elles obtiennent souvent l’aide du FASILD trouvent de plus en plus de soutien du côté des autres principaux financeurs... »9. Cette seconde phase est souvent mal appréhendée car elle nécessite un travail de sensibilisation et de formation important, mais aussi des moyens financiers conséquents : réalisation d’ouvrages rendant compte des travaux, de colloques, de séminaires et autres débats publics, d’émissions de radios, de films documentaires, etc. Cela suppose d’investir tous les supports d’informations existants pour diffuser le plus largement possible la connaissance acquise.

La culture et l’éducation : des vecteurs à privilégier

17En région Midi-Pyrénées, différentes initiatives culturelles, artistiques et éducatives participent à cet objectif en particulier depuis 2003, le Festival « Origines Contrôlées », événement reconnu sur un plan national, né de la rencontre entre une association culturelle et militante, Tactikollectif, un groupe d’historiens spécialistes de la colonisation (l’ACHAC) et une institution en région oeuvrant sur le champ des discriminations, le FASILD. Mais l’on pourrait citer le concours de scénarios « Notre histoire vraie » lancé en 2004 auprès de tous les jeunes de la région Midi-Pyrénées sur le thème de la mémoire de l’immigration, réalisé par l’association Gindou Initiative pour le Cinéma qui chaque année permet de produire une oeuvre audiovisuelle de qualité et pédagogique sur ce thème et de la diffuser dans les festivals de cinéma de la France entière. Dans le champ éducatif, un dispositif dédié à cette thématique a même été mis en place en 2004 entre l’Inspection Académique de la Haute-Garonne et le FASILD. Intitulé « L’Autre et l’Ailleurs », il permet chaque année à des associations de travailler avec le milieu scolaire (élèves et enseignants de classes de primaire et de collège) sur le thème de l’histoire de l’immigration. En 2005-2006, près de 1000 élèves du département de la Haute-Garonne ont ainsi participé à des actions mémorielles (théâtre, danse, films, publications, expositions...) dans ce cadre. Compte tenu de son succès, ce dispositif sera étendu à l’ensemble de la région.

  • 10 Formation ENSP/CNFPT/DIF « Intégration et lutte contre les discriminations » du 29 au 31 mai 2006 à (...)
  • 11 Journée de formation « Enseigner l’histoire de l’immigration à l’école » organisée par la Ligue de (...)

18Mais pour agir sur les discriminations, ce travail nécessaire de diffusion de connaissances n’est pas suffisant. Il convient donc, comme troisième objectif stratégique, de qualifier et de former les acteurs afin de faire évoluer les pratiques et les regards à partir de cette connaissance produite. On sait aujourd’hui que les inégalités de traitement dont sont victimes les personnes immigrées ou issues de l’immigration sont le plus souvent indirectes et inconscientes. Des actions de formation et de sensibilisation peuvent alors être élaborées de façon pertinente, conçues comme un levier pour favoriser le changement dans les comportements professionnels afin de restaurer l’égalité de traitement. En région Midi-Pyrénées, les historiens qui ont produit les rapports d’études sont ainsi sollicités pour participer à de nombreuses formations d’acteurs publics, en particulier sur le champ social et éducatif en direction de professionnels en charge de l’accueil des publics immigrés. A titre d’exemple, depuis 2006, l’ENSP (l’École Nationale de la Santé Publique) et le CNFPT (Centre National de la Fonction Publique Territoriale) Midi-Pyrénées, en lien avec l’ACSÉ et dans le cadre du PRIPI, ont organisé des journées de formation sur les discriminations destinées aux agents des collectivités et de l’État de la région s’appuyant très largement sur ces deux études récentes ainsi que sur les interventions de spécialistes de l’histoire de l’immigration et de l’histoire coloniale10. Une journée de formation destinée spécifiquement aux enseignants a par ailleurs été proposée par la Ligue de l’Enseignement de Haute-Garonne11.

  • 12 Une mise en réseau des acteurs associatifs est assurée depuis 2005 par le centre ressources Cofrimi (...)

19Autre enjeu décisif dans le cadre de cette stratégie globale, la nécessité de capitaliser, de mutualiser et de mettre en réseau l’ensemble des acteurs intervenants sur ce champ, au premier rang desquels les associations qui oeuvrent à une reconnaissance de l’histoire de l’immigration à travers des actions mémorielles12. Le rôle de l’ACSÉ doit permettre une mise en cohérence de l’ensemble de leurs actions sur un territoire régional très vaste, d’autant que la région Midi-Pyrénées est composée de huit départements très contrastés, juxtaposant certaines zones profondément rurales et d’autres nettement urbaines comme Toulouse et son agglomération. Pour assurer un maillage géographique équilibré, l’ACSÉ « territorialisé » sa politique d’intervention, quitte à privilégier certains territoires. Mais il est bien évident que ce travail passe avant tout par un soutien financier auprès des associations et donc par une reconnaissance de leur rôle incontournable pour agir auprès des citoyens à l’échelon local. Ainsi en 2007, près de quatre-vingt actions sont financées sur le territoire régional, principalement des actions éducatives, culturelles, et artistiques.

Les politiques mémorielles à l’épreuve des territoires et des politiques publiques

20Il est d’ores et déjà possible pour l’Agence Nationale de Cohésion Sociale et pour l’Égalité des Chances de tirer certains enseignements de l’expérience capitalisée par l’ex-FASILD à l’échelle régionale.

  • 13 Cabinet Place, L’intégration en milieu rural, Rapport d’étude pour le FASILD, 2006.

21Il convient d’abord de relever l’extrême concentration de ces actions en milieu urbain, sur le territoire de Toulouse (en particulier les quartiers du Mirail et les quartiers Nord) et donc la nécessité de développer à l’avenir une approche territorialisée plus équilibrée, notamment en direction des zones semi-rurales ou rurales. D’autant que ces territoires ruraux ont été historiquement des lieux d’accueil de vagues migratoires anciennes (les Espagnols, Italiens ou Polonais...) et continuent à l’être par le biais du travail saisonnier aujourd’hui (en provenance du Maroc par exemple)13.

22Les acteurs associatifs ont de facto obligation de positionner leur action dans le cadre de la politique de la ville et/ou de la lutte contre les discriminations raciales, condition indispensable pour obtenir un soutien financier de l’institution ACS É. Face au constat de la grande difficulté qu’ont ces acteurs pour trouver d’autres financements, il est donc nécessaire pour un établissement public comme l’ACSÉ de poursuivre son travail d’interpellation, de sensibilisation et d’incitation auprès d’autres financeurs publics afin qu’ils s’engagent sur ce champ au regard d’un enjeu de lutte contre les discriminations, enjeu qui reste aujourd’hui encore à partager avec l’ensemble des acteurs publics et privés de la société française.

  • 14 PRIPI Midi Pyrénées 2004-2008 : l’histoire et la mémoire de l’immigration sont inscrits comme une p (...)

23Des outils adaptés existent, comme le Programme Régional d’Intégration des Populations immigrées (PRIPI), programme d’intervention interministérielle de l’État en région où sont donc réunis l’ensemble des services de l’État et des collectivités sous l’égide du Préfet de Région14. Le PRIPI a joué un rôle certain puisqu’en 2007, certaines collectivités ont pris l’initiative de lancer des programmes d’actions sur ce champ sous forme de commande publique (Ville de Toulouse), alors que les années précédentes, ces dernières restaient seulement partenaires d’actions impulsées par l’État.

  • 15 Cf. l’étude de Fabienne Souchet, op. cit.

24Cette montée en puissance de l’action publique exige dans le même mouvement d’évaluer les effets de ces actions et de la politique publique mise en oeuvre, plutôt que ses modes d’intervention à proprement parler. Ce travail est en cours et a été confié à un cabinet d’études15. Il s’agit de vérifier l’hypothèse selon laquelle la mémoire et l’histoire de l’immigration constituent un « bon » levier pour lutter contre les discriminations.

  • 16 Catherine Foret (dir.), Mémoires à l’œuvre dans la ville. Quels enjeux pour la métropole lyonnaise  (...)

25Enfin, si par choix stratégique les actions qui visent la société d’accueil ont été privilégiées, il convient aujourd’hui de ne plus confondre moyens et finalité de ces actions16. Les associations doivent prévoir et anticiper la diffusion de ces travaux par le biais de publications, d’expositions, d’évènements, de manifestations publiques largement médiatisées et touchant un public diversifié. Cette modalité est essentielle pour ne pas en rester au stade du recueil de témoignage qui, bien que nécessaire, ne permet pas de toucher un large public en dehors des personnes directement concernées (comme les habitants d’un quartier par exemple).

26De même, l’établissement public ACSÉ est attentif au fait de décloisonner les approches et de diversifier les travaux et les points de vue sur ce sujet sensible et complexe. Cette précaution et ce préalable permettent d’éviter toute hiérarchisation des mémoires et surtout le piège d’une concurrence mémorielle entre les différents acteurs ou groupes concernés. La société civile mais aussi les institutions, le champ universitaire, les élus, les intervenants de terrain, les artistes, les citoyens... bref tous les acteurs publics et privés sont concernés dans la mesure ou très peu de connaissances sur l’histoire de l’immigration ont été diffusées et valorisées auprès du grand public. Cette méconnaissance, on le sait, génère au sein de la société un regard stigmatisant et souvent misérabiliste pour toute une catégorie de la population française dont les seuls « torts » seraient d’être de couleur différente ou d’origine étrangère.

27Il ne s’agit pas bien sûr de se substituer aux historiens, aux sociologues ou aux militants associatifs, mais de leur permettre, dans le cadre de leur fonction et de leur savoir respectifs, d’analyser dans une approche purement historique certains processus à l’œuvre au sein de la société française et de participer ainsi aux débats en cours en donnant certains repères essentiels. L’enjeu est énorme, tant l’histoire et la mémoire ont un rôle essentiel pour favoriser « le vivre ensemble ».

Photo 1.
Retraité algérien sans ressources. 1996, Drancy.

© Philippe Brault / Œil public

Photo 2.
Retraité kabyle de la sidérurgie à Hayange (Moselle).

© Philippe Brault / Œil public

Photo 3.
Mohamed et sa première carte d’employé des années 60.1996, Issy-les-Moulineaux.

© Philippe Brault / Œil public

Photo 4.
Les poseurs de voies. 1998, Paris.

© Philippe Brault / Œil public

Photo 5.
Les poseurs de voies. 1998, Paris.

© Philippe Brault / Œil public

Photo 6.
Retraité dans les cuisines collectives du foyer de Drancy. 1996.

© Philippe Brault / Œil public

Philippe Brault découvre la photographie lors d’un séjour au Liban en
1989. Après quelques années dans l’audiovisuel, il s’y consacre entièrement à
partir de 1993 et collabore depuis avec la presse française et internationale : Le
Monde, Géo Magazine, Newsweek (USA), Internazional (Italie), Visao (Portugal),
Télérama, L’Express… Il mène en parallèle des travaux plus personnels, dont un
premier autour de la vieillesse de travailleurs immigrés, publié en 1997 aux
Editions Actes Sud sous le titre Cela commence par… La crise politique au Liban,
les enclaves serbe au Kosovo, la société américaine sous l’aire Bush, sont
quelques-uns de ses sujets personnels. Son travail a fait l’objet d’expositions en
France, en Espagne, en Suisse, au Maroc et aux Etats-Unis,
chttp://www.oeilpublic.com>

Notes

1 Loi du 16 novembre 2001 relative à la lutte contre les discriminations. Changement de nom du FAS en FASILD.

2 La directive 2000/43/CE du Conseil du 29 juin 2000 relative à la mise en œuvre du principe d’égalité de traitement entre les personnes sans distinction de race ou d’origine ethnique.

3 Loi 2006-396 du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances (articles 38 et 39).

4 Gérard Noiriel (dir.), Le vieillissement des populations immigrées en région parisienne, Rapport d’étude, Paris, 1992, 3 tomes.

5 Fabienne Souchet, cabinet In Situ Consultant, in Laure Teulières (dir.), Histoire et mémoire de l’immigration en régions – Lot Midi-Pyrénées, Rapport intermédiaire pour le FASILD, août 2006, tome 2.

6 ACHAC, Mémoire de l’immigration, mémoire coloniale, mémoire urbaine, Rapport pour la Délégation Interministérielle à la Ville, 2003.

7 Ibid.

8 Laure Teulières (dir.), Histoire et mémoire de l’immigration en région Midi-Pyrénées, Rapport pour l’ACSÉ, mai 2007.

9 Fabienne Souchet, op. cit.

10 Formation ENSP/CNFPT/DIF « Intégration et lutte contre les discriminations » du 29 au 31 mai 2006 à Toulouse, comprenant une table ronde « histoire et mémoire ».

11 Journée de formation « Enseigner l’histoire de l’immigration à l’école » organisée par la Ligue de l’Enseignement de Haute-Garonne le 17 décembre 2005 à Toulouse.

12 Une mise en réseau des acteurs associatifs est assurée depuis 2005 par le centre ressources Cofrimi, en lien avec l’étude « Histoire et mémoire de l’immigration en région ».

13 Cabinet Place, L’intégration en milieu rural, Rapport d’étude pour le FASILD, 2006.

14 PRIPI Midi Pyrénées 2004-2008 : l’histoire et la mémoire de l’immigration sont inscrits comme une priorité régionale d’intervention de l’État dans le champ de la culture, de l’information, de l’éducation, de l’action sociale au titre de la lutte contre les discriminations.

15 Cf. l’étude de Fabienne Souchet, op. cit.

16 Catherine Foret (dir.), Mémoires à l’œuvre dans la ville. Quels enjeux pour la métropole lyonnaise ?, Rapport pour le Ministère de la Culture, 2004.

Table des illustrations

Légende Photo 1.Retraité algérien sans ressources. 1996, Drancy.
Crédits © Philippe Brault / Œil public
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/28098/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Photo 2.Retraité kabyle de la sidérurgie à Hayange (Moselle).
Crédits © Philippe Brault / Œil public
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/28098/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Photo 3.Mohamed et sa première carte d’employé des années 60.1996, Issy-les-Moulineaux.
Crédits © Philippe Brault / Œil public
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/28098/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Photo 4.Les poseurs de voies. 1998, Paris.
Crédits © Philippe Brault / Œil public
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/28098/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Photo 5.Les poseurs de voies. 1998, Paris.
Crédits © Philippe Brault / Œil public
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/28098/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Photo 6.Retraité dans les cuisines collectives du foyer de Drancy. 1996.
Crédits © Philippe Brault / Œil public
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/28098/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

Auteur

ACSÉ Midi-Pyrénées

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search