Version classiqueVersion mobile

Migrations, mémoires, musées

 | 
Laure Teulières
, 
Sylvie Toux

Héritages conflictuels, mémoires affrontées

Le modèle narratif dans les expositions : « Une odyssée Kiowa »

Phillip Earenfight

Texte intégral

  • 1 Le lien entre les expositions et la littérature théorique existante est étudié par C. Dunc (...)
  • 2 Le Musée de Charles Willson Peale fournit le premier exemple de ce type aux États-Unis. Vo (...)

1L’exposition des collections permanentes et temporaires d’un musée peut être organisée de plusieurs manières. L’une des méthodes les plus anciennes et les mieux établies consiste à imposer un système de classification à un ensemble donné d’objets, puis d’organiser l’exposition à partir de celui-ci, souvent grâce à un classement chronologique. En disposant ainsi les objets exposés, les conservateurs renforcent les théories académiques qui les guident et « prouvent » la justesse de la thèse qui y est défendue concernant les relations entre les formes1. Cette approche taxonomique de l’organisation d’une exposition nous vient des Lumières et vise à identifier la nature du lien, de la structure et de la forme d’un ensemble donné d’objets de valeur. Cette pratique était commune au XIXe et au début du XXe siècles et reste courante aujourd’hui2. Même si elle répond bien à un ensemble ciblé de questions, cette approche n’est cependant pas neutre idéologiquement, comme toute orientation guidant les choix des conservateurs de musée. Elle correspond en effet à des idées et des valeurs bien précises. Ici, il s’agit du rapport entre les formes et leur structure.

  • 3 Le Mémorial et Musée de l’Holocauste, Washington, DC, est un des nombreux musées à avoir a (...)
  • 4 C. Duncan et A. Wallach, op. cit. C. Duncan, Civilizing Rituals : Inside Public Art Museum (...)

2Mis à part le modèle taxonomique, d’autres approches du travail de conservateur ont émergé depuis deux siècles, dont le modèle narratif qui est fréquemment utilisé dans les musées historiques. Une telle approche a gagné en popularité et est devenue la recette des expositions individuelles, mais aussi le principe premier pour penser en amont l’expérience esthétique globale du visiteur3. Cette approche vise à créer un environnement dans lequel le visiteur va rencontrer une série d’objets exposés, tous renvoyant à un ensemble d’événements particuliers, souvent associés à une personne ou à un groupe, afin de mieux comprendre le monde dans lequel cette ou ces personnes évoluaient. Dans un tel contexte, l’objet en tant que tel, quel que soit son statut, reste subordonné à la trame narrative qui sous-tend l’exposition. L’attrait pour ce format narratif est grand car il fournit un principe organisationnel fort et facile à retenir. Malgré cet aspect pour le moins efficace, la construction narrative est tout aussi chargée de valeurs et de présupposés que la méthode taxonomique ou que d’autres méthodes encore. Le même corpus d’éléments-preuves peut générer des interprétations d’un même fait ou d’un même contexte diamétralement opposées4.

  • 5 P. Earenfight, A Kiowa’s Odyssey : A Sketchbook from Fort Marion, Seattle, University of W (...)

3En raison de la popularité dont bénéficie le modèle narratif qui préside à l’organisation d’expositions, j’aimerais lui prêter une attention particulière en me concentrant sur une étude de cas qui, pour les besoins de cet article, pourra servir de métaphore à la démarche des conservateurs de musée. L’exposition, et l’objet principal en question, s’intitule « Une Odyssée Kiowa : Carnets de Fort Marion ». Elle est basée sur le carnet d’un Indien – « Une Odyssée Kiowa »– qui retrace deux années de la vie d’Etahdleuh Doanmoe, Indien Kiowa qui, avec soixante-douze autres Indiens des Plaines, fut capturé pendant les Guerres des Plaines en 1875 avant d’être exilé sur la côte de Floride5.

  • 6 À propos des prisonniers de Fort Marion, voir la publication récente de B.D. Lookingbill, (...)

4Le carnet d’Etahdleuh Doanmoe est la trace de ses expériences à travers quelques trente-et-un dessins qui décrivent les événements qui se déroulèrent d’abord dans les Plaines puis en Floride. Ce carnet ne fut pas composé jour après jour, comme pour un journal, mais, rétrospectivement, une ou deux années après les événements représentés, et ainsi perçus au travers du prisme du temps écoulé depuis lors. Les dessins du carnet d’Etahdleuh font état d’événements produits à partir de 1875 pendant les conflits opposant les Indiens des Plaines du Sud et l’Armée américaine dans la région autour de Fort Still, sur le territoire de l’Oklahoma. Les conflits furent aggravés par le manque de buffles, l’arrivée en masse d’immigrés blancs, la duplicité du gouvernement américain qui ne tint pas les promesses faites à l’occasion de traités signés avec les Indiens, et préparèrent un futur sombre pour un peuple bientôt parqué dans des réserves. Frustrés et déterminés à ne rien céder, des guerriers Kiowas, Cheyennes et Commanches attaquèrent des pionniers blancs. En réponse à ces offensives, l’Armée attaqua à son tour, et fit prisonniers soixante-douze guerriers dont Etahdleuh qu’ils gardèrent à Fort Sill. Ils y restèrent jusqu’à ce que le Lieutenant Richard Henry Pratt eu reçu des ordres lui commandant de mener à bien leur transport vers leur lieu d’exil et d’emprisonnement en Floride, au Fort Marion de Saint Augustine. Parqués comme du bétail dans des wagons de marchandises, ils essayèrent de s’enfuir et même pour certains de se suicider pendant le voyage jusqu’en Floride au cours duquel l’un des guerriers perdit la vie. Il y eut aussi des arrêts dans les villes de Saint Louis, Louisville, Nash ville, Atlanta et Jacksonville à l’occasion desquels la population fit preuve d’une attitude infamante, se ruant pour apercevoir ces « sauvages » américains lors de leurs passages dans les gares. À leur arrivée à Fort Marion le 21 mai 1875, le Lieutenant Pratt transforma ce qui ne devait être qu’une simple détention en une drastique expérience pédagogique : dès qu’ils descendirent du train, Pratt entreprit de « civiliser » Etahdleuh et ses compagnons guerriers en les débarrassant de leur langue, de leurs coutumes, de leur religion et jusqu’à leur apparence, avant de les refaçonner à la mode blanche. L’expérience éducative dura trois années, pendant lesquelles elle bénéficia d’une popularité considérable et du soutien du gouvernement. Un an après la relâche des prisonniers, Pratt fonda sous l’autorité du Gouvernement américain l’Ecole Indienne de Carliste qui devînt le modèle de tous les pensionnats pour Indiens du pays6.

  • 7 Les dessins qui composent le carnet original proviennent soit de la Bibliothèque des manus (...)
  • 8 Sur le style des Indiens des Plaines et leur composition de droite à gauche, voir C. Green (...)

5Le carnet d’Etahdleuh diffère des autres carnets tenus par les Indiens des Plaines par sa description événementielle qui suit strictement l’ordre chronologique et spatial, mode descriptif habituellement utilisé par les Occidentaux7. Ces détails généraux, ainsi que le style d’Etahdleuh, influencé par les Blancs, contribuent à donner un format familier aux yeux occidentaux habitués à certaines normes esthétiques. Mais en dépit de ces détails, la pagination du carnet n’en reste pas moins conforme aux conventions des Indiens des Plaines : lecture de droite à gauche et de bas en haut8.

6Les sujets des dessins peuvent être divisés en trois groupes principaux : les pages 1 à 9 concernent les événements qui se sont déroulés dans les Plaines et à Fort Sill ; les pages 10 à 19 représentent le voyage des Plaines jusqu’à la côte de Floride ; et les pages 20 à 23 illustrent les activités éducatives de Fort Marion. Un exemple issu de chaque section donnera une juste idée du contenu du carnet. À la page 7, l’artiste dépeint une longue suite de silhouettes marchant dans un vaste camp militaire (cf. illustration). Deux soldats de la cavalerie chevauchent le long d’une rangée d’arbres au premier plan alors que le drapeau américain apparaît en grand au-dessus de la scène. La légende du dessin indique « Les prisonniers entrant à Fort Sill ». La page 15, légendée « L’arrivée à Nashville, Tennessee » (cf. illustration), représente l’arrivée d’un train dans la ville, alors que l’un des Chefs vient de tenter de se suicider dans un wagon. Enfin, le dessin de la page 29 montre huit étudiants assis devant leur professeur, tous devant un tableau noir dans une pièce voûtée (cf. illustration). La légende du dessin précise « Un cours dans les bâtiments du Fort. Durant les trois années d’emprisonnement, les détenus ont bénéficié de cours donnés par des professeurs bénévoles, et beaucoup d’entre eux ont ainsi appris à lire et à écrire. »

7Après un temps d’adaptation à la lecture de bas en haut et de droite à gauche, le lecteur suit aisément les événements retracés par « l’odyssée » d’Etahdleuh. Même si les dessins eux-mêmes ne suggèrent pas clairement de thème fédérateur, d’autres éléments ajoutés au carnet présentent les dessins comme des documents témoignant de l’évolution d’Etahdleuh du « sauvage à l’homme civilisé ». Ce thème des Lumières est rendu évident par les deux photographies collées sur les pages de couverture interne de l’album au sein duquel le carnet fut ensuite relié (cf. illustration).

  • 9 Concernant l’usage que Pratt fait des photos « avant-après », voir L.M. Malmsheimer, « Imi (...)

8La première photographie, placée au début de la lecture (donc à la fin de l’album) représente Etahdleuh et plusieurs de ses compagnons de captivité à leur arrivée à Fort Marion. La seconde photographie (celle placée en fin d’album, donc en fait au début) représente Etahdleuh et quatre de ses compagnons de captivité plusieurs années après en uniformes militaires stricts. Les deux photographies font ainsi office d’images « avant et après », ce qui vise à souligner l’efficacité de la mission civilisatrice de Pratt9.

  • 10 Sur les changements apportés au carnet par le Lieutenant Pratt et Mason Pratt, voir P. Ear (...)

9Ces deux photographies soulèvent une question concernant le carnet d’Etahdleuh, ce qu’il en advînt et notre intérêt dans le cadre de ce débat sur les expositions. Même si la motivation d’Etadleuh et la fonction du carnet ne sont pas claires, beaucoup de dessins similaires ont été réalisés dans le but de les vendre comme objets-souvenir et d’autres furent renvoyés dans les Plaines. Ce carnet aurait pu être conçu à la demande de Pratt, il est néanmoins certain que le carnet fut transformé par ceux qui en héritèrent, Pratt et son fils Mason. Des études récentes ont prouvé que des décennies après la réalisation du carnet, Pratt lui-même composa les légendes typographiées qui apparaissent au-dessus des dessins et il apparaît aussi que le carnet entier fut relié en album par Mason qui est aussi responsable de l’ajout des photographies « avant et après », d’une introduction tapée à la machine ainsi que du titre épique « Une Odyssée Kiowa »10. C’est ainsi que Pratt et son fils « représentèrent » les dessins originaux d’Etahdleuh en fonction de la trame narrative des Lumières et des civilisateurs-bienfaiteurs. Ils furent, en un sens, les premiers conservateurs en charge du carnet. Les dessins du carnet, comme tant d’autres objets à valeur historique exposés, devinrent des élément d’une histoire plus vaste qu’ils n’étaient pas forcément amenés, de par leur nature seule, à illustrer. Ainsi, en un sens, « Une Odyssée Kiowa » peut être perçue comme une métaphore du travail de conservateur avec l’ajout des légendes tapées, d’une introduction, de photographies « avant et après », d’un titre, tout un ensemble d’éléments faisant œuvre de guides didactiques destinés aux spectateurs de l’exposition à laquelle ils participent. Et, comme c’est typiquement le cas du mode narratif, le texte devient le thème sous-jacent de l’exposition ; de même, les objets apportent une épaisseur et une réalité tangible à cette histoire inventée.

10Alors que les dessins du carnet d’Etahdleuh offrent une histoire attirante concernant l’expérience d’une vie, ils peuvent aussi être utilisés comme des objets au service d’autres histoires d’une tout autre portée. Même si cette histoire peut s’avérer particulièrement touchante, elle n’en reste pas moins une construction. C’est un objet distinct qui a une existence séparée de la réalité et des événements historiques qu’il tend à simuler, à recréer ou re-présenter. Le problème que pose le modèle narratif aux conservateurs de musées est que, contrairement aux auteurs qui ne produisent que des textes, ils consolident leurs interprétations de preuves physiques et tangibles qui confèrent à leur tour un certain poids et un degré de tangibilité à leurs histoires. Une exposition, tout comme une histoire, n’est ni le passé ni un reflet de celui-ci. À l’instar d’un roman ou d’un système taxonomique, c’est une construction artificielle, une production des conservateurs et donc un artefact.

Photo 1.
A Kiowa’s Odyssey, album relié cuir (compilé après 1924), ouvert sur les deuxième et troisième de couverture, photographies de cinq prisonniers à Fort Marion (après 1877) et des prisonniers indiens à leur arrivée à Fort Marion (1875).
Dickinson College, Carlisle, Pennsylvania, 190.7.11.1.

© The Trout Gallery,

Photo 2.
« Les prisonniers entrant à Fort Sill », A Kiowa’s Odyssey, 1877. Graphite et crayons de couleur sur papier, 8 7/16 x 11 3/16 in.
Beinecke Rare Book and Manuscript Library, Yale University, New Haven, CT, Richard
Henry Pratt Papers, WA MS S-1174, IV, box 31, 7.

© Yale Collection of Western Americana,

Photo 3.
« L’arrivée à Nashville, Tennessee… », A Kiowa’s Odyssey, 1877. Graphite et crayons de couleur sur papier, 8 7/16 x 11 3/16 in.
Beinecke Rare Book and Manuscript Library, Yale University, New Haven, CT, Richard
Henry Pratt Papers, MSS S-1174, Box 31 : 16.

© Yale Collection of Western Americana,

Photo 4.
« Un cours dans les bâtiments du Fort… », A Kiowa’s Odyssey, 1877. Graphite et crayons de couleur sur papier, 8 7/16 x 11 3/16 in.
Beinecke Rare Book and Manuscript Library, Yale University, New Haven, CT, Richard
Henry Pratt Papers, MSS S-1174, Box 31 : 29.

© Yale Collection of Western Americana,

Notes

1 Le lien entre les expositions et la littérature théorique existante est étudié par C. Duncan et A. Wallach, « The Universal Survey Museum », Art History, 1980, 3, n° 4, p. 448-469.

2 Le Musée de Charles Willson Peale fournit le premier exemple de ce type aux États-Unis. Voir W.T. Anderson, Mermaids, Mummies, and Mastodons : The Emregence of the American Museum, Washington DC, American Association of Museums, 1992.

3 Le Mémorial et Musée de l’Holocauste, Washington, DC, est un des nombreux musées à avoir adopté cette approche.

4 C. Duncan et A. Wallach, op. cit. C. Duncan, Civilizing Rituals : Inside Public Art Museums, New York, Routledge, 1995.

5 P. Earenfight, A Kiowa’s Odyssey : A Sketchbook from Fort Marion, Seattle, University of Washington Press, 2007.

6 À propos des prisonniers de Fort Marion, voir la publication récente de B.D. Lookingbill, War Dance at Fort Marion: Plains Indian War Prisoners, Norman, University of Oklahoma Press, 2006. Sur les pensionnats pour Indiens, voir D.W. Adams, Education for Extinction: American Indians and the Boarding School Expérience, 1875-1928, Lawrence, University Press of Kansas, 1995.

7 Les dessins qui composent le carnet original proviennent soit de la Bibliothèque des manuscrits et livres rares, Yale University, New Haven (Connecticut), soit de la Trout Gallery, Dickinson College, Carlisle (Pennsylvanie). Pour une reconstruction complète du carnet original et son histoire ultérieure, voir P. Earenfight, « Reconstructing A Kiowa’s Odyssey: Etahdleuh, Bear’s Heart, and the Yale-Dickinson Drawings from Fort Marion », A Kiowa’s Odyssey: A Sketchbook from Fort Marion, op. cit. Pour voir des dessins d’indiens des Plaines plus généralement, voir J.C. Berlo, Plains Indians Drawings, 1865-1935. Pages from a Visual History, New York, Harry B. Abrams and the American Fédération of Arts, 1996. Pour les dessins faits à Fort Marion, voir K.D. Petersen, Plains Indians Art from Fort Marion, Norman, University of Oklahoma Press, 1971.

8 Sur le style des Indiens des Plaines et leur composition de droite à gauche, voir C. Greene, « Structure and Meaning in Cheyenne Ledger Art », Plains Indians Drawings, 1865-1935, op. cit., p. 26-33.

9 Concernant l’usage que Pratt fait des photos « avant-après », voir L.M. Malmsheimer, « Imitation White Man : Images of Transformation at the Carlisle Indian School », Studies in Visual Communication, Automne 1985,11, p. 54-74.

10 Sur les changements apportés au carnet par le Lieutenant Pratt et Mason Pratt, voir P. Earenfight, op. cit.

Table des illustrations

Légende Photo 1.A Kiowa’s Odyssey, album relié cuir (compilé après 1924), ouvert sur les deuxième et troisième de couverture, photographies de cinq prisonniers à Fort Marion (après 1877) et des prisonniers indiens à leur arrivée à Fort Marion (1875). Dickinson College, Carlisle, Pennsylvania, 190.7.11.1.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/28058/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Photo 2.« Les prisonniers entrant à Fort Sill », A Kiowa’s Odyssey, 1877. Graphite et crayons de couleur sur papier, 8 7/16 x 11 3/16 in. Beinecke Rare Book and Manuscript Library, Yale University, New Haven, CT, RichardHenry Pratt Papers, WA MS S-1174, IV, box 31, 7.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/28058/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Photo 3.« L’arrivée à Nashville, Tennessee… », A Kiowa’s Odyssey, 1877. Graphite et crayons de couleur sur papier, 8 7/16 x 11 3/16 in. Beinecke Rare Book and Manuscript Library, Yale University, New Haven, CT, RichardHenry Pratt Papers, MSS S-1174, Box 31 : 16.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/28058/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Photo 4.« Un cours dans les bâtiments du Fort… », A Kiowa’s Odyssey, 1877. Graphite et crayons de couleur sur papier, 8 7/16 x 11 3/16 in. Beinecke Rare Book and Manuscript Library, Yale University, New Haven, CT, RichardHenry Pratt Papers, MSS S-1174, Box 31 : 29.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/28058/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

Auteur

Directeur de la Galerie Trout, Dickinson College
Traduit de l’américain par Céline Rolland

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search