Version classiqueVersion mobile

Migrations, mémoires, musées

 | 
Laure Teulières
, 
Sylvie Toux

Mémoires communautaires et muséographie

L’immigration au Musée dauphinois

Jean-Claude Duclos

Texte intégral

De Grenoble, ville cosmopolite

1Au cœur d’une agglomération de près de 500 000 habitants et d’un département, l’Isère, qui en compte un peu plus du double, Grenoble aime à cultiver son image de « capitale des Alpes » et de ville cosmopolite. Sa situation de ville frontière, jusqu’en 1860, mais aussi de halte sur les routes de l’Italie lui valent, tout au long de l’histoire, de voir passer et parfois s’arrêter, quantités de populations d’origines diverses. Elle tire d’ailleurs son nom de Gratianopolis, la ville de Gratien, suite au passage de cet empereur romain en l’an 379.

  • 1 Habitants de la ville de Corato, située près de Bari, dans les Pouilles.

2Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, des Italiens, piémontais surtout, viennent travailler à Grenoble dans le bâtiment mais aussi la mégisserie et la ganterie. L’accueil des Grenoblois n’est cependant pas toujours chaleureux ; en 1862, par exemple, des grévistes manifestent contre l’embauche des Piémontais. Dans les années 1930, où la population grenobloise dépasse les 100 000 habitants, près de 20 % sont étrangers. Les Italiens sont nombreux mais viennent maintenant du sud de la péninsule. S’y ajoutent des Grecs, à partir de 1922, des Arméniens, des Suisses, des Polonais, des Portugais, des Espagnols, des Yougoslaves… tous employés par une économie en expansion, du fait de l’hydroélectricité, notamment, qui fournit aux industries papetières, électrométallurgiques ou électrochimiques, l’énergie qu’elles nécessitent. Née de ces activités, et déjà renommée dès avant la Seconde Guerre mondiale, l’Université de Grenoble attire aussi des étudiants du monde entier. Durant ces mêmes années 1930-1940, arrivent également les premiers Algériens. Ces différentes communautés vont d’abord se répartir par quartiers. Les Italiens, chez qui dominent les Coratins1, habitent, au cœur de la ville ancienne, les rues Saint-Laurent et Très-Cloître. Les Espagnols préfèrent la rue de la Mutualité, tandis que les Grecs et les Arméniens se rassemblent plus volontiers dans les communes voisines de Saint-Martin-d’Hères (quartier de la Croix-Rouge), mais aussi de Fontaine. Ces répartitions ne dureront pas cependant. Le désir de réussir socialement et de s’intégrer est si fort que dès que les moyens le permettront, ces familles d’immigrés quitteront le quartier où elles sont arrivées et se disperseront dans l’agglomération.

  • 2 Ainsi l’écrit, en 1970, l’un des plus grands géographes des Alpes, Paul Veyret.

3Dans les années 1950 et 1960, des travailleurs algériens arrivent nombreux, employés surtout aux travaux pénibles et peu valorisants. A l’indépendance de l’Algérie, en 1962, ce sont 8 000 Pieds-Noirs qui viennent vivre à Grenoble et 35 000 en Isère. Ces populations d’origines diverses vont prendre évidemment une part importante à l’expansion économique de la région et à son équilibre démographique. La grande diversité des origines de ses habitants fait alors dire de cette ville qu’elle est « l’une des plus cosmopolites de France »2. Cette histoire prédisposait sans doute la cité à l’accueil et la tolérance. En effet, pas de ghetto à Grenoble et pas de luttes intercommunautaires comme on en observe, hélas, dans nombre de métropoles d’aujourd’hui. Jamais vraiment d’ostracisme, mais l’existence d’une aptitude assez bien partagée pour la curiosité et le souci de l’autre, pour le dialogue et, somme toute, le goût d’un cosmopolitisme positif, perçu par une majorité de la population comme une source d’enrichissement mutuel et de bonheur de vivre. Ne vantons pas pour autant le caractère exemplaire ou la supériorité d’un quelconque modèle grenoblois du vivre ensemble ou de l’intégration. Non, ici aussi, le racisme et la xénophobie s’expriment et nous allons le voir.

  • 3 Né à Gap (Hautes-Alpes) en 1865, Hippolyte Müller est d’origine alsacienne.
  • 4 II s’agit du Museon arlaten, créé à Arles en 1898 par Frédéric Mistral.

4Revenons auparavant cent ans en arrière, tandis qu’un Grenoblois, venu d’ailleurs comme beaucoup, Hippolyte Müller3, convainc le conseil municipal de créer un musée pour, dit-il, « relier les premiers occupants d’un pays à ceux qui l’habitent encore » ; un musée régional dont il veut doter la ville, à l’image de celui que vient de créer à Arles, autour de l’identité provençale, le poète Frédéric Mistral4. Il sera différent, cependant, non seulement parce que Müller ne dispose pas comme Mistral de l’argent d’un prix Nobel de littérature, mais parce que sa démarche est d’abord scientifique. Ouvert en 1906 dans une partie des locaux désaffectés d’un couvent (Sainte-Marie d’en-Bas), ce musée ne va pas cesser de s’emplir. Disant peu avant sa mort, en 1933 : « C’est la somme de l’histoire d’une région par l’objet », Müller a déjà demandé à la municipalité des locaux plus spacieux, mais sans résultat. Elle ne les trouvera que trente-cinq ans plus tard, en faisant restaurer, à la faveur des Jeux olympiques d’hiver de février 1968, un autre et beaucoup plus vaste ancien couvent, celui de Sainte-Marie d’en-Haut. De la définition : « la somme de l’histoire d’une région par l’objet », nous retiendrons trois mots : l’histoire, la région, l’objet, et, notant que c’est aux habitants de la région que Müller a toujours eu le souci de s’adresser, nous y associerons la population.

5En 1968, quand une équipe de professionnels investit les quelques 5 000 m2 du nouveau Musée dauphinois, un concept de musée est à la veille d’apparaître en France. Il s’agit, dans le bouillonnement social que l’on connaît alors, de rappeler que les musées avaient eu majoritairement tendance à devenir des lieux élitaires, éloignés des réalités de leur environnement, bref à réformer. Pour cela fut forgé le mot d’écomusée, tenant compte aussi de la préoccupation de l’environnement qui devenait forte et entraîna la création des parcs naturels régionaux. Même si le Musée dauphinois ne peut alors être comparé aux écomusées qui se créent dans le contexte des parcs naturels, Jean-Pierre Laurent, qui le dirige à partir de 1971, va en révolutionner la muséographie. Dans le but d’élargir l’audience du musée, il réalise nombre d’expositions temporaires à succès qui vont permettre d’instaurer un véritable dialogue entre la population grenobloise et le Musée. Musée régional de l’homme, comme nous aimons à le qualifier, ou musée de société, le Musée dauphinois dépend de la Ville de Grenoble jusqu’en 1992 et, depuis, du département de l’Isère. L’archéologie et l’histoire y sont souvent sollicitées mais l’ethnologie y demeure la discipline de base. A raison de deux à trois nouvelles expositions par an, conçues selon des thématiques soigneusement choisies, il demeure un musée visité et un partenaire social fréquemment sollicité. La démarche de l’équipe qui l’anime doit beaucoup à l’écomuséologie.

Des mérites de l’écomuséologie et des musées qui se disent, aujourd’hui, « de société »

  • 5 Cf. notamment, I. Karp, C. Mullen Kreamer and S.D. Lavine (eds.), Museums and communities  (...)
  • 6 R. Rivard, Que les musées s’ouvrent ou vers une nouvelle muséologie. Les écomusées et les (...)

6Cette application de la muséologie, qui n’est pas sans rapport avec la théorie de l’interprétation dont les avancées, en Amérique du Nord, vont inspirer nombre de réflexions en Europe, n’est pas non plus très éloignée de l’approche, également initiée en Amérique, des musées communautaires5. On se limitera à rappeler ici que c’est autour de cette « muséologie participante » que de fructueuses rencontres se sont multipliées, notamment autour de l’expérience de l’Ecomusée du Creusot. Des Québécois qui, venant s’en inspirer, dès 1974, créeront ensuite, de 1979 à 1984, une demi-douzaine d’écomusées6, des Portugais, dès après la Révolution des Oeillets (25 avril 1974) mais aussi des Norvégiens, des Catalans... bref, des collègues de régions du monde où, échappant à la tutelle d’un pouvoir trop fort, les conditions sont recherchées d’une nouvelle autonomie. Les difficultés de cette démarche généreuse, autant que la réputation « d’utopie révolutionnaire » qui lui fut faite n’a pas permis de la poursuivre très longtemps en France. D’autant qu’il fallut faire face aux fluctuations de l’adhésion de la population, aux limites de la définition du territoire, à la fragilité de l’entreprise, mais aussi aux problèmes qu’elle rencontre quand, devenant forte, elle entre en concurrence avec le pouvoir en place. D’autres difficultés vinrent encore de l’insuffisance récurrente des moyens financiers ou encore de la dépréciation du mot « écomusée ». Ces facteurs et d’autres encore que nous n’avons pas ici la place d’évoquer, auraient pu, au moins en France, venir à bout de cette démarche.

  • 7 Notons que l’Empire colonial français prend historiquement fin en 1962, avec l’indépendanc (...)

7Cependant, l’écomuséologie – soit, au cours des années 1970 et 80, ces réalisations, ces méthodes, ces expérimentations qui relèvent, toutes, d’une éthique très proche de l’écologie humaniste – garde toujours sa pertinence. Nous n’aurions pas de difficulté à démontrer en effet qu’elle continue de répondre à des préoccupations d’ordre planétaire, liées à la préservation de l’environnement dans l’optique du développement durable, aux progrès de la démocratie et à la volonté que des groupes manifestent de se prendre en charge, dans la continuité de leur histoire et de leur identité, à la décolonisation7 et à la reconnaissance équitable des savoirs. Peut-on dire que ce sont de telles idées qui inspirent aujourd’hui les musées dits « de société » ? Nous le risquerons sans être sûrs pour autant que tous ceux qui se reconnaissent dans cette nouvelle famille de musée les partagent totalement. Alors qu’entend-on par « musées de société » ? Selon nous, sont dits tels, aujourd’hui en France, les musées d’ethnographie qui surent mettre à profit l’héritage écomuséologique. Dépendants pour la plupart de collectivités territoriales, ces musées ont mis leurs potentialités au service d’une mission sociale et donc d’un pouvoir politique local à même de leur donner les moyens de fonctionner et de se développer. L’apport de l’écomuséologie dont ils bénéficient peut se définir en quatre points :

  • La mise au point d’une muséographie du temps et de l’espace, à propos d’une réalité donnée (un territoire, un mode de vie, une population, une pratique, un groupe, une corporation, une période historique, etc.).
  • La participation de la population à la reformulation des questionnements qui la préoccupent, des données des problèmes à résoudre, et la recherche des événements à créer.
  • La contribution à la réflexion collective sur le développement, en ceci qu’elle peut aider le groupe considéré à comprendre la situation dans laquelle il se trouve et recouvrer courage et dignité pour mieux affronter l’avenir. Plusieurs expériences, des inventaires patrimoniaux conduits avec la population concernée ou des réflexions collectives engagées sur tel ou tel aspect de la vie en société (l’immigration, la religion, la colonisation, la ville, etc.) en témoignent.
  • Le recours à l’interdisciplinarité ou, mieux, à la transdisciplinarité, tant au niveau des échanges entre les chercheurs et la population, qu’à celui de l’expression muséographique qu’elle autorise pour rendre compte des systèmes de relation hommes / temps / territoire(s).
  • 8 J.-C. Duclos, « Les écomusées et la nouvelle muséologie », in Actes des Premières rencontr (...)

8Au cours des années 1980, certains ont vu, dans l’exercice de ces principes, l’existence d’une « nouvelle muséologie »8. Avec un peu de recul et même si la « nouvelle muséologie » compte toujours d’ardents partisans, en Amérique latine et au Portugal notamment, c’est, plus vraisemblablement du progrès d’un secteur de la muséologie qu’il faudrait parler et des changements dont il a fallu tenir compte pour que les musées, surtout ceux qui ne sont pas d’art, demeurent en phase avec la société. Tels sont, quoiqu’il en soit, les principes en vigueur au Musée dauphinois. Voyons comment ils s’appliquent au traitement de l’immigration.

De quelques expériences

1988 – Corato – Grenoble

  • 9 « Jamais je n’aurais pensé rester loin de Corato si longtemps. Voilà pourtant 40 ans que j (...)

9En 1988, un jumelage rapproche Grenoble de Corato, une ville du sud de l’Italie qui compterait, dit-on, plus d’habitants à Grenoble qu’au lieu dit. Une invitation officielle a été adressée aux élus de Corato, un quai de la rivière qui traverse la ville, l’Isère, prendra le nom de « voie Corato », des fêtes sont préparées et la Municipalité incite le Musée dauphinois à accompagner cela d’une exposition. Les quatre associations qui regroupent les Coratins de Grenoble sont alors rencontrées, des recherches en archives sont lancées et des collectes d’objets et de témoignages, tant à Grenoble qu’à Corato, permettent bientôt d’annoncer l’exposition demandée. Qui êtes-vous ? Comment viviez-vous avant de quitter Corato ? Pourquoi vivez-vous aujourd’hui à Grenoble ? Depuis quand ? Comment ? Ces questions, nous les avons toujours posées de la même façon par la suite, chaque fois que nous devions présenter au Musée l’histoire singulière d’un groupe d’origine lointaine. La première nous fait découvrir que ces Grenoblois d’origine coratine ont conservé leur dialecte, mieux encore que ceux qui n’en sont jamais partis. Aussi le bilinguisme s’impose d’emblée dans l’exposition ; mieux, les textes sont écrit par un Coratin d’origine et la lecture des premiers mots de l’exposition9 en émeut plus d’un. Nos enquêtes nous apprennent aussi qu’un drame que chacun s’était efforcé d’oublier jusqu’ici, était à l’origine du départ de beaucoup, celui de la misère, du dénuement bien sûr, mais surtout d’un cataclysme après lequel beaucoup n’ont plus que l’espoir d’aller refaire leur vie ailleurs. L’exposition en rend compte, grâce au témoignage oral et présente aussi la vie des Coratins de Grenoble à travers ce qu’ils préservent de leur identité d’origine, dans l’alimentation, les fêtes et le culte de la famille.

1993 – Des Grecs de Grenoble

10Plus tard, des Grenoblois d’origine grecque viennent demander d’exposer au Musée les costumes des différentes régions de la Grèce, dans le cadre d’une exposition proposée par le Musée de Nauplie. Les questionnant, nous apprenons qu’une catastrophe est aussi à l’origine de leur départ. Car tel est le nom qu’ils donnent à l’expulsion d’Asie Mineure dont leurs ascendants ou eux-mêmes furent les victimes. C’est donc par le film de la ville de Smyrne en flammes que commence l’exposition et la présentation de quelques objets évocateurs de leur origine autant que de leur fuite soudaine. Chacun emporta en effet ce qu’il put, une icône, un bijou, une photo, des pièces d’or glissées dans une semelle de chaussure, une machine à coudre, une balance, un titre de propriété... Et tout fut pieusement conservé. Là encore, des histoires de vies fracturées sont racontées aux visiteurs, jusqu’aux destinations, nombreuses, qui font aujourd’hui des Grecs de Grenoble les membres d’une diaspora planétaire. Suivent les métiers de la nouvelle vie – coiffeur, photographe, cordonnier...– celle dans laquelle on ne peut pourtant pas oublier qui l’on est, quelle est sa religion, ses pratiques, ses nourritures. Une vie dans laquelle on s’entoure d’objets pour combler le vide de l’exil, peut-être, et qui ont été réunis, le temps de l’exposition, comme autant de trésors. L’inauguration est un temps fort, celui des prises de parole officielles et de la reconnaissance politique de la place du groupe au sein de le la communauté d’adoption. Aux côtés des Grecs de Grenoble, ce jour-là, des Arméniens sont présents, autant par intérêt pour ces Grecs qui, comme eux, vinrent d’Asie Mineure que pour demander qu’une exposition leur soit bientôt consacrée. Depuis Lyon, le consulat général de Turquie proteste, accusant le Musée dauphinois de vouloir détériorer les relations diplomatiques. Mais le programme prévu suit son cours et nous recevons même de Mélina Mercouri, alors Ministre grec de la Culture, une lettre enflammée.

1997 – D’Isère et d’Arménie

11S’agissant des Arméniens, chacun sait maintenant qu’à l’issue d’un génocide qui fit un million et demi de victimes, les rescapés n’eurent d’autre choix que de se disperser à travers le monde, s’arrêtant là où du travail pouvait leur permettre de s’installer. Pour ceux qui débarquèrent à Marseille, ce fut le cas dans la vallée du Rhône et de l’Isère et jusqu’à Grenoble, où trois associations entretiennent aujourd’hui ce que ces Arméniens d’origine appellent eux-mêmes « la double fidélité ». Leur religion chrétienne, par leur appartenance à l’Église apostolique arménienne, et leur langue dont ils aiment à revendiquer l’ancienneté, participent des principaux traits de leur identité. Aussi est-ce par elles que l’exposition commence, aux sonorités chaudes et prégnantes du doudouk. Suivent les photos de la vie des Arméniens d’Asie Mineure, puis celles du génocide. Le visiteur prend ensuite connaissance de la destination des rescapés. Au fil des témoignages oraux, le parcours de ceux qui arrivent en Isère est décrit jusque dans les usines qui les emploient et dont ils concourent au développement. Puis c’est la vie qui se réorganise, marquée par les traditions, les pratiques alimentaires, bref l’identité qui confère ce qu’il faut de forces pour s’adapter au pays d’accueil en restant fidèle à celui que l’on a quitté même s’il n’existe plus. La commémoration du génocide occupe une place majeure dans la transmission de cette identité, si lourde et si prégnante toutefois que les jeunes tentent aujourd’hui de s’en distancier.

De l’Algérie en particulier

  • 10 De la Kabylie, région de l’Algérie, située à l’est d’Alger.

12En 1982, tandis qu’une exposition, « Le roman des Grenoblois », traitait des 150 dernières années de l’histoire de la ville et mettait en scène, parmi quarante-quatre personnages fictifs, la vie d’Ahmed Kaled, nous eûmes la surprise de recevoir des lettres anonymes, qui, le jugeant « déplacé » au Musée dauphinois, exigeaient que son mannequin soit retiré sans délai. Les élections municipales approchaient ; le maire, Hubert Dubedout remettait en jeu son mandat pour la quatrième fois. Quelques adversaires, les mêmes peut-être qui envoyaient, masqués, leur missives au Musée, annoncèrent que Dubedout était fils d’une mère kabyle10. Bien que dénuée de tout fondement, la rumeur fit grand bruit, d’autant que le principal intéressé n’y prêta aucune attention. L’émoi qu’elle provoqua montre bien pourtant qu’elle était susceptible de porter et que leurs auteurs, fussent-ils peu nombreux, surent tirer parti de la xénophobie ambiante. Par la suite, plusieurs expositions du Musée dauphinois firent référence au monde maghrébin. Ce fut le cas de « Bijoux berbères – Traditions juives et arabes au creuset du monde berbère », présentée d’octobre 1990 à mars 1991. D’octobre à décembre 1990, à l’invitation d’un laboratoire pharmaceutique généreux et sur un registre plus élitaire, il est vrai, nous revenions à l’Algérie à travers l’œuvre photographique d’un psychiatre singulier, Gaëtan Gatian de Clérambault, passionné jusqu’à l’obsession par le drapé du vêtement des musulmanes d’Algérie. De février à avril 1991, l’association « Les deux rives » présentait son exposition dans le même espace : « Medinas et ksours, une culture millénaire ».

13Pendant ces différentes expositions, des relations se sont multipliées entre le Musée et les associations grenobloises en rapport avec le Maghreb. Tant et si bien que lorsque l’une d’elle, ALIF (héritière elle-même de la plus ancienne, l’Association dauphinoise de coopération franco-algérienne, l’ADCFA, fondée en 1955) fit le projet d’inviter à Grenoble Yamina Ben Guigui et de projeter son film Mémoires d’immigrés – L’héritage maghrébin, c’est au Musée dauphinois que Chadli Daoud, son directeur d’alors, pensa. Ainsi, un après-midi de novembre 1997, le public fut nombreux à se rassembler au Musée, dans la chapelle de Sainte-Marie d’en-Haut, pour assister aux trois heures de projection d’un film qui, d’évidence, marquera l’une des plus grandes étapes du travail de mémoire des Français d’origine maghrébine. L’émotion fut grande et le débat se prolongea tard. Aussi fûmes-nous plusieurs à constater qu’il ne fallait pas en rester là et que les témoignages et les questionnements que ce film avait suscités devaient être mis à profit. Ainsi avons-nous proposé à l’association ALIF un partenariat comparable à ceux qui nous avaient liés aux Coratins en 1988, aux Grecs en 1993 ou aux Arméniens en 1997.

14L’objectif fit vite consensus au sein du groupe de travail qui, selon notre habitude, réunissait représentants d’associations et universitaires. Il s’agissait de montrer :

  • comment, parmi maints endroits de France, des dizaines de milliers de personnes venues des pays du Maghreb avaient contribué aux grandes réalisations urbaines et industrielles de l’Isère ;
  • comment ces travailleurs « célibatairisés », employés à des travaux pénibles et peu valorisants, retrouvaient, à partir de 1974, grâce au regroupement familial, les conditions d’une vie plus normale ;
  • et comment, issues de ces premiers arrivés, une deuxième, puis une troisième génération continuent aujourd’hui de souffrir d’un déficit de reconnaissance, voire d’un racisme persistant.

15A travers même du propos que nous voulions mettre en exposition réapparaissait la trame du film de Yamina Ben Guigui qui examine, tour à tour, la situation des pères, des mères et des enfants, comme trois étapes décisives d’une seule histoire. Yamina nous autorisa généreusement à reprendre le plan de son film. Les premiers témoignages nous apprirent vite que quitter l’Algérie, le Maroc ou la Tunisie, tant pour nourrir les siens que pour rejoindre un travailleur de mari ou de père, n’a jamais été décidé de gaieté de cœur. Même avec le secret espoir de revenir un jour, il fallait partir, sans autre alternative, pour que la vie continue. Ainsi fut trouvé le titre de l’exposition : « Pour que la vie continue – D’Isère et du Maghreb ». Nous constations aussi que la mémoire des Grenoblois originaires du Maghreb était très différente de celle des autres immigrés. Le fait plus ou moins conscientisé que l’Algérie, le Maroc et la Tunisie appartinrent à l’Empire colonial français (avec bien sûr une grande différence pour l’Algérie), l’usage commun de la langue française, la proximité géographique de ces pays méditerranéens, toutes ces raisons rendaient cette mémoire singulière et peu encline à s’épancher. Certes, le film de Yamina Ben Guigui avait commencé à délier les langues mais du temps serait encore nécessaire pour qu’un travail de mémoire réellement collectif s’accomplisse. Ce qui nous étonna, aussi, dans l’exploration que nous entamions, c’est la non pertinence de l’objet. A la différence des groupes avec lesquels nous avions déjà travaillés, les Coratins, les Grecs, les Arméniens, qui s’en remettent volontiers à l’objet porteur de mémoire, sacralisé et pieusement conservé, nous n’en trouvâmes pas de tels chez les Maghrébins d’origine. D’où cela venait-il ? D’une culture et d’une religion qui n’attribuent pas en effet de rôle important à l’objet ? De l’état de sous-développement dans lequel ces populations avaient été maintenues par le régime colonial, avant de quitter le sol natal ? Du projet de retourner dès que possible de l’autre côté de la Méditerranée et de ne pas s’encombrer d’objets inutiles ? Quoiqu’il en soit, c’est d’abord à la parole, avec un recours fréquent à la métaphore, qu’est conféré, chez eux, le rôle de conserver et de transmettre la mémoire de la parenté et du lieu d’origine. Des phrases imagées pleines de bon sens, telle celle de Yamina Ghoual – « Moi, je dis la maison elle a cinq portes ; quand tu fermes une porte, il y en quatre qui s’ouvrent. La femme, elle est là pour surveiller ces portes »– nous renforçaient dans l’idée de donner au témoignage une place majeure dans l’exposition. La matière allait en être constituée par ceux que nous collections mais aussi par les textes que fournissaient des ateliers d’écriture organisés par l’association ALIF avec l’aide d’une dialectologue de l’Université Stendhal de Grenoble, Marie-Sylvie Poli.

  • 11 Le FLN, Front de libération nationale de l’Algérie, est l’organisation armée qui, au cours (...)

16Au fil des réunions, des visites du Musée dauphinois par les jeunes qui s’étaient associés aux ateliers d’écriture et le découvraient, des repas savoureux de Khouira, dans les locaux d’ALIF, des travaux de Vincent Costarella, le photographe que nous avions chargé d’observer la présence maghrébine dans la ville, nous eûmes le sentiment qu’une mémoire, souvent douloureuse, commençait à se libérer en même temps qu’une sensation nouvelle se manifestait : la fierté d’être ce que l’on est et de venir d’où l’on vient. Nous eûmes notamment le sentiment de vivre un moment particulièrement grave, tandis que pour la première fois sans doute, les Résistants grenoblois du FLN11 racontaient publiquement leurs combats, leurs tortures et leurs désillusions. Parmi ces émouvantes rencontres, doivent être aussi rappelées celle des religieux qui nous laissèrent libres d’évoquer l’Islam à notre gré, pourvu que nous le fassions avec respect, des femmes et de la grande générosité avec laquelle elles nous accueillirent et des jeunes, aussi, que nous avons tenté de rencontrer dans quelques cités de l’agglomération et à qui notre quête a dû sembler bien futile, même s’ils nous écoutèrent poliment. Peu de préparations d’expositions ont été aussi riches de rencontres émouvantes et de moments forts ; mais nous n’étions pas encore au bout de nos surprises.

17Pour tirer parti de l’abondance des textes collectés, l’exposition prit la forme d’un itinéraire dans l’image, l’écrit et le son. Elle reçut quelque 60 000 visiteurs et fut présentée d’octobre 1999 à janvier 2001, précédée durant les six premiers mois par une expositions de portes de greniers berbères prêtées par le Musée de Marrakech, puis par une exposition d’art contemporain composée d’œuvres de plasticiens d’origine musulmane, sélectionnées par le Magasin (Centre national d’art contemporain de Grenoble) : « Racines ». Qu’il soit populaire et d’une culture en rapport avec « la vie d’avant », ou contemporain, l’art constituait ainsi une entrée en matière, destinée à relativiser les souffrances qui s’exprimaient ensuite et valoriser l’identité d’origine. Les phrases qui accueillaient les visiteurs correspondaient logiquement aux premières questions que nous avions posées : « Pourquoi êtes-vous là ? » et nos informateurs répondaient : « Tout ça, ça a commencé parce qu’on a été colonisés » ou encore : « La France est restée 132 ans en Algérie et pendant 132 ans, les Algériens attendaient le soleil ». Bref, tous en étaient convaincus : si la France leur avait donné là-bas les mêmes droits que les Français, ils seraient toujours en Algérie et « elle y serait encore ! », ajoutaient-ils, persuasifs.

  • 12 Nom couramment donné aux Français d’Algérie rapatriés.
  • 13 C’était le 18 novembre 1999. Arrêtés par la police, cinq des agresseurs ont été condamnés (...)

18Fidèles, ainsi que nous l’avions fait dans les autres expositions relatives à l’immigration, à la volonté de laisser s’exprimer la mémoire, chaque fois qu’elle ne contredit pas l’histoire, nous avons reproduit ces réponses et d’autres, voisines, sur les voilages de l’exposition. Ainsi, les visiteurs surent-ils quelles raisons les Grenoblois d’origine algérienne donnent à leur existence en Isère. Ces phrases suscitèrent de vives réactions. Des responsables d’associations de Pieds-Noirs12 demandèrent aux élus du Conseil général de les faire immédiatement retirer. Par ailleurs, nous entamions, avec l’association ALIF, le programme des conférences qui avaient été programmées autour de l’exposition. Pour la première, où nous souhaitions évoquer les relations qu’il fallait établir entre colonisation et immigration, nous avions invité l’historien Mohammed Harbi. Tandis qu’il entamait son exposé, dans la même chapelle où, deux ans avant, avait été projeté le film de Yamina Ben Guigui, un commando d’une vingtaine de personnes armées de manche de pioche fit soudainement irruption aux cris de : « FLN – Assassins » et « immigration – invasion »13. Après avoir vociféré une dizaine de minutes et jeté des chaises et des boules puantes sur l’assistance, le commando disparut aussi vite qu’il était arrivé. Quelques personnes, visiblement choquées s’en allèrent ; les autres furent conduites dans la salle de réunion du Musée, où Mohammed Harbi accepta très aimablement de reprendre le fil de sa conférence et de se livrer, ensuite, au débat habituel. Des représentants d’une association de Harkis l’interrogèrent sans ménagement sur les dizaines de milliers d’entre eux assassinés par le FLN. Reconnaissant la gravité des faits, Mohammed Harbi leur répondit qu’il fallait que les historiens fassent toute la lumière et que les crimes soient reconnus, ajoutant même qu’il souhaitait vivement pour sa part que les conditions d’une réconciliation soient bientôt réunies et que les Harkis et leurs enfants qui le souhaitent puissent aller librement en Algérie.

19Il y aurait là beaucoup à dire, tant sur l’agression de ce commando d’extrême-droite qui ne pouvait visiblement supporter que le Musée dauphinois fît place aux colonisés d’hier, devenus immigrés et français, que sur les revendications des Harkis et des Pieds-Noirs. Dans l’immédiat, cependant, l’exposition demeurait fréquentée. Des visites commentées s’y sont multipliées durant toute l’année 2000, souvent animées par des membres d’ALIF ; un public nouveau y découvrait aussi le Musée. Un homme, que l’équipe d’accueil du Musée accueillait presque comme l’un des siens, tant il venait souvent cheminer dans l’exposition à pas lents, nous confia qu’il s’y rendait « comme à la mosquée ». A la veille du démontage, une délégation vint nous prier de ne rien détruire de l’exposition : « C’est notre patrimoine ! », dire les personnes qui la composait. Des projets furent faits de la remonter, peut-être à Constantine, ville jumelle de Grenoble, où, disaient-ils encore, le sort des travailleurs qui sont partis en France doit être connu. Pendant ce temps, les responsables des associations de rapatriés qui continuaient à protester furent invités par les élus à nous rencontrer. Les premiers échanges furent vifs, jusqu’à ce qu’il nous fut dit : « Vous parlez des souffrances des travailleurs immigrés. Et nous ? Croyez-vous que nous avons été épargnés ? ». A quoi nous avons répondu qu’il fallait aussi en parler et qu’une exposition pourrait peut-être permettre de mieux comprendre les raisons de leurs propres souffrances.

  • 14 II s’agit de l’exposition « Français d’Isère et d’Algérie », présentée au Musée dauphinois (...)

20C’est ainsi qu’un nouveau groupe de travail fut constitué et qu’une exposition fut mise en chantier pour retracer l’histoire des Dauphinois qui partirent vivre en Algérie et celle des quelque 35 000 Français d’Algérie qui vinrent vivre en Isère en 196214. D’abord assez peu chaleureusement accueillie par les associations de rapatriés qui voulaient notamment que les réalisations françaises en Algérie y occupassent beaucoup plus de place, l’exposition fut de plus en plus appréciée ensuite. Au point, d’ailleurs que quelques-unes de leurs organisations pensèrent pouvoir convaincre le Président de l’Institut du Monde arabe de l’accueillir à Paris. Là encore, l’évolution de l’opinion des Pieds-Noirs, au cours de l’exposition qui présentait leur histoire, l’émotion éprouvée lors de nombreuses visites commentées, les discussions suscités par la tragédie des Harkis, autour notamment du film de Farid Haroud, Le mouchoir de mon père, les réactions aux conférences qui se sont succédées sur la guerre d’Algérie et ses conséquences, tous ces événements mériteraient des évaluations et des analyses dont nous n’avons pas ici la place.

21Plus récemment, de février à mai 2005, une exposition sur Germaine Tillion offrait à nouveau la possibilité de revenir sur la question algérienne. Le rapprochement de deux étapes majeures de la vie de cette grande ethnologue, lors de sa recherche dans les Aurès, de 1934 à 1940, puis de 1954 à 1962, à l’occasion de la mission qu’elle effectue pour le gouvernement français, mais aussi de son combat contre la torture, les attentats, les exécutions, l’analphabétisme et la « clochardisation », suscitèrent de nombreux échanges. Nous n’en retiendrons que la conférence, donnée dans ce contexte, dans les locaux d’AMAL (l’héritière d’ALIF), par Nelly Forget sur les Centres sociaux d’Algérie. Et plus encore que la conférence, si pleine d’humanité au demeurant, les réactions qu’elle suscita chez cet instituteur, pied-noir, incorporé d’office dans un bataillon disciplinaire pour avoir été favorable aux Français musulmans, ou encore chez ces femmes qui dirent quelle humiliation avaient été la leur d’avoir des parents analphabètes à cause, disaient-elles, de la colonisation française qui maintint dans l’ignorance la quasi totalité de la population musulmane. Une fois encore, nous constations que les blessures du colonialisme restaient à vif.

De quelques constations pour conclure

22Du résumé qui vient d’être fait des moments, pendant ces vingt dernières années, où l’immigration fut d’une manière ou d’une autre évoquée au Musée dauphinois, nous retiendrons quatre constatations. La première tient à la capacité de l’exposition, surtout lorsqu’elle est présentée dans le lieu institutionnel qu’est le musée et qu’elle traite de l’histoire récente, à mettre au jour les conflits de mémoire. Cela présente des risques, nous l’avons vu, mais offre aussi l’avantage de délier les langues, d’inciter à l’expression des points de vue en présence et de faire progresser le travail de mémoire. Liée à la précédente, la deuxième constatation tient à la nécessité d’une reconnaissance aussi complète que possible des souffrances endurées et, s’agissant de l’Algérie par exemple, de celle des travailleurs immigrés mais aussi des exilés que sont les Pieds-Noirs, des spoliés et des oubliés que sont les Harkis, ou des victimes toujours marquées par leurs années de guerre que furent nombre de soldats engagés dans ce combat fratricide. Le troisième constat tient aux bienfaits du dialogue qui s’en suit, dès que la parole est libérée et du travail de deuil qu’un tel échange peut favoriser. Le quatrième nous conduit enfin à dire qu’un long chemin reste encore à faire avant que les mémoires s’apaisent. S’il est encore si nécessaire de reconnaître, pour chacune des catégories de victimes, l’étendue des maux endurés, c’est certainement parce que nous n’en sommes qu’au début du travail collectif de mémoire et d’histoire qui doit s’opérer sur la colonisation et, notamment en France, sur celle de l’Algérie. A Grenoble, ce travail a commencé. Le Musée dauphinois tente à sa façon d’y contribuer. Reconnaissons qu’il ne le ferait sans doute pas s’il n’était porté par des organisations associatives particulièrement actives, ouvertes et vigilantes, celles-là même à qui l’on doit, dans cette ville, d’être assez doué pour l’interculturalité, ni si l’histoire centenaire de ce Musée, profondément marquée depuis les années 1970 par l’écomuséologie, ne l’y avait prédisposé.

Notes

1 Habitants de la ville de Corato, située près de Bari, dans les Pouilles.

2 Ainsi l’écrit, en 1970, l’un des plus grands géographes des Alpes, Paul Veyret.

3 Né à Gap (Hautes-Alpes) en 1865, Hippolyte Müller est d’origine alsacienne.

4 II s’agit du Museon arlaten, créé à Arles en 1898 par Frédéric Mistral.

5 Cf. notamment, I. Karp, C. Mullen Kreamer and S.D. Lavine (eds.), Museums and communities – The politics of public culture, Washington and London, Smithsonian Insitution Press, 1984.

6 R. Rivard, Que les musées s’ouvrent ou vers une nouvelle muséologie. Les écomusées et les musées ouverts, Québec, Multigraphie, 1984.

7 Notons que l’Empire colonial français prend historiquement fin en 1962, avec l’indépendance de l’Algérie mais qu’il n’en fut pas de même dans les esprits qui mirent beaucoup plus longtemps à l’admettre.

8 J.-C. Duclos, « Les écomusées et la nouvelle muséologie », in Actes des Premières rencontres nationales des écomusées, Grenoble, Agence Régionale d’Ethnologie Rhône-Alpes, 13-14 novembre 1986, p. 61-69.

9 « Jamais je n’aurais pensé rester loin de Corato si longtemps. Voilà pourtant 40 ans que j’en suis parti pour venir en France. Chaque fois que j’y pense, j’ai envie de pleurer ». Attilio Longo, Grenoble, 26 septembre 1986.

10 De la Kabylie, région de l’Algérie, située à l’est d’Alger.

11 Le FLN, Front de libération nationale de l’Algérie, est l’organisation armée qui, au cours de la Guerre d’Algérie (1954-1962), lutta contre la France pour obtenir l’indépendance.

12 Nom couramment donné aux Français d’Algérie rapatriés.

13 C’était le 18 novembre 1999. Arrêtés par la police, cinq des agresseurs ont été condamnés depuis à des amendes et des peines de prison avec sursis.

14 II s’agit de l’exposition « Français d’Isère et d’Algérie », présentée au Musée dauphinois de mai 2003 (dans le cadre de « L’année de l’Algérie ») à septembre 2004.

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search