Version classiqueVersion mobile

Migrations, mémoires, musées

 | 
Laure Teulières
, 
Sylvie Toux

Musées et histoire nationale de l’immigration

Leur histoire est notre histoire

La Cité nationale de l’histoire de l’immigration, vecteur de reconnaissance des populations immigrées en France

Marie Poinsot

Texte intégral

Les enjeux de la société française

Une reconnaissance politique

1Contrairement à ses voisins européens dont les populations ont largement émigré vers les nouveaux mondes jusqu’au XXe siècle, la France a été depuis le début du XIXe siècle un pays d’accueil et d’immigration. Ce processus continu, ni constant, ni homogène, a contribué de manière déterminante à la construction de la Nation française. Mais les histoires petites ou grandes des immigrés, leurs trajectoires et leurs destinées ont été longtemps ignorées par l’Histoire, quand elles ne se sont pas effacées des mémoires locales, régionales, et nationale.

2L’idée de créer une institution culturelle qui aurait pour principal objet de reconnaître l’histoire de l’immigration dans l’Histoire de France n’est pas récente. Mais il aura fallu l’événement déclencheur des élections présidentielles de 2002 qui a vu arriver au deuxième tour le candidat du Front national, Jean-Marie Le Pen, pour créer un contexte favorable à la prise d’une telle décision par l’État. En conséquence, le président Jacques Chirac, nouvellement élu dans des conditions exceptionelles, adopta toute une série de mesures pour enrayer la « fracture sociale » et réconcilier les Français avec eux-mêmes. Il devenait urgent de reconnaître officiellement la part des immigrations dans l’évolution de la société française, dans la « fabrication » des Français et de l’identité nationale telle qu’elle est aujourd’hui, à savoir diverse et multiple. Il s’agissait également de modifier le regard porté sur l’immigration la plus récente, celle en provenance des anciennes colonies françaises victime de discrimination et de stéréotypes persistants, et de favoriser son intégration républicaine en montrant, dans une perspective historique, comment, pour tous ceux qui sont arrivés sur le territoire national depuis des siècles, l’intégration avait été parfois réussie, facile, mais aussi rythmée par des périodes très difficiles, avec des conflits, des luttes, des expressions de racisme et de rejet. Il fallait montrer qu’il n’y avait pas deux histoires séparées – l’histoire des Français et celle des immigrés – mais une seule, l’histoire de la France et des Français dans laquelle les migrations et les immigrés ont toute leur place. L’immigration apparaît comme un phénomène permanent, structurant pour la société française. Cet appel à réhabiliter ce passé s’inscrit dans une dynamique nouvelle, celle qui favoriserait la cohésion sociale mise à mal par une situation de crise sociale et économique prolongée, mais aussi une conception de la société marquée par la diversité culturelle et les processus de métissage. Cette histoire de l’immigration a été jusqu’à une période récente très largement ignorée, voire profondément enfouie. L’État français décide donc qu’elle doit être mise au jour, reconnue, valorisée et présentée au plus grand public, avec tous les moyens de l’action culturelle et artistique, de la muséographie, de la scénographie. L’institution devra aborder cette histoire par une approche scientifique, en essayant de s’adresser à la sensibilité et à l’émotion du public.

  • 1 G. Noiriel, Le creuset français. Histoire de l’immigration, XIXe-XXe siècles, Paris, Seuil, 1988.

3L’idée d’une telle reconnaissance est d’abord née chez des historiens de l’histoire sociale à la fin des années 1980. Ceux qui s’étaient spécialisés dans l’histoire ouvrière, ont découvert l’histoire des ouvriers immigrés et l’importance de la contribution des populations étrangères à la croissance économique. De manière plus large, ils ont entrepris de raconter à travers leurs travaux de recherche la part que l’immigration avait eue réellement depuis la Révolution française, c’est-à-dire depuis que la Nation française est politiquement et juridiquement conçue. En 1988 Gérard Noiriel publiait Le creuset français1. A la veille de la commémoration du bicentenaire de la Révolution française, cet historien pensait qu’il serait formidable de manifester d’une manière ou d’une autre toute la place que l’immigration a tenue dans l’histoire de la France. A l’orée des années 1990, il crée avec d’autres historiens une association qui aurait pour mission de faire avancer auprès des élites politiques comme de l’opinion publique l’idée de créer un musée consacré à l’histoire de l’immigration.

4Cette idée n’était pas seulement avancée par les historiens ou spécialistes mais aussi par un certain nombre de militants associatifs, notamment représentant des populations immigrées ou s’occupant, sur le terrain social, dans certaines villes et quartiers, d’aider les populations d’origine étrangère. A partir des années 1980, des projets portant sur la mémoire locale, régionale ou nationale de l’immigration émergent et se diffusent dans le secteur culturel ou socio-culturel. Ils émanent de grandes associations comme Génériques, Au Nom de la Mémoire, Aralis et même de quelques trop rares musées comme le Musée Dauphinois à Grenoble qui consacre plusieurs expositions aux différentes communautés immigrées en Isère. Il s’agit de rendre lisibles et visibles la contribution et les trajectoires personnelles et collectives des populations immigrées sur ces divers territoires. Peu reconnues par les institutions du secteur proprement culturel, ces initiatives portent la plupart du temps sur l’immigration contemporaine post-coloniale et bénéficient du soutien des politiques publiques d’intégration, des politiques sociales de lutte contre l’exclusion et de rénovation urbaine. Elles ont trop souvent rencontré des difficultés de diffusion au-delà des cercles étroits qui les ont portées, quand elles ne sont pas confronté aux problèmes de préservation des réalisations qu’elles produisent.

  • 2 « Rapport pour la création d’un centre national de l’histoire et des cultures de l’immigration », M (...)

5Cette idée de créer un musée sur l’histoire de l’immigration avait été bien accueillie dans le milieu intellectuel, mais elle n’avait pas eu de traduction concrète à cette époque, probablement pour des raisons politiques. De droite comme de gauche, les personnalités politiques pensaient que l’immigration ne pouvait pas constituer un atout sur le plan électoral et elles se sont tenues prudemment à l’écart d’un tel projet, malgré des campagnes de sensibilisation renouvelées, dans les années 1990, menées soit par des universitaires tels que Gérard Noiriel, Pierre Milza ou Patrick Weil, par des journalistes comme Philippe Bernard du quotidien Le Monde ou par le monde associatif pour faire avancer cette idée dans des cercles plus larges. Ces actions ont fini par accéder à l’intérêt gouvernemental puisque le Premier ministre Lionel Jospin décide en 2001 de confier à deux experts, Driss El Yazami, délégué général de l’association Génériques et Rémy Schwartz, maître de requêtes au Conseil d’État, la mission d’étudier la faisabilité d’un tel projet. Leur rapport2 a établi les fondations intellectuelles d’un établissement culturel dédié à cet objet. Mais la défaite du gouvernement socialiste suite aux élections présidentielles de 2002 a retardé la mise en œuvre du projet.

Les conflits de mémoires

  • 3 S. Dufoix, « La reconnaissance au présent : les dimensions temporelles de l’histoire et de la mémoi (...)

6A partir de l’annonce officielle de la création de la Cité, plusieurs mouvements correspondant à des prises de position politique et des revendications liées à d’autres phénomènes historiques ayant structuré l’histoire nationale émergent dans le débat public3. Distinctes et étroitement connectées, ces périodes historiques portent sur la traite négrière et l’esclavage, la colonisation et l’immigration post-coloniale.

7Le 19 janvier 2005, la publication sur Internet d’un appel « Nous sommes tous des Indigènes de la République » mentionne l’organisation d’Assises de l’Anti-colonialisme post-colonial et proteste contre la persistance d’une logique coloniale. Après une série de difficultés, ces assises seront finalement tenues le 25 juin 2005 à l’Université de Nanterre. Ce mouvement insiste sur la prédominance de l’immigration post-coloniale par rapport à l’immigration d’origine européenne comme enjeu de reconnaissance dans la société actuelle. Par ailleurs, le 23 février 2005, la loi portant sur la reconnaissance de la nation et la contribution nationale en faveur de Français rapatriés, dont l’article 4 demande aux programmes scolaires de reconnaître en particulier le rôle positif de la présence française Outre-mer, notamment en Afrique du Nord, suscite des réactions politiques très vives. Le 25 mars, six historiens dénoncent l’inclusion de cet article dans la loi et exigent son retrait en drainant une forte mobilisation. Enfin, le Comité pour la mémoire de l’esclavage remet au Premier ministre le rapport commandé sur les mémoires des traites négrières et de leurs abolitions. Ce rapport recommande l’institution d’une journée de commémoration le 10 mai, date d’adoption par l’Assemblée nationale de la loi reconnaissant la traite et l’esclavage en tant que crime contre l’humanité. A cela s’ajoute de manière continue la revendication des Harkis, rapatriés musulmans d’Algérie, de réhabilitation dans la société française.

8Compte tenu des débats intenses et prolongés qu’ils ont suscité dans l’opinion et les médias, ces mouvements se retrouvent dans un contexte de concurrence vis à vis des pouvoirs publics et de la société civile dans une même quête de reconnaissance sur la portée, la légitimité et la valeur des revendications qu’ils portent. Un système de hiérarchisation de la « bonne cause » crée un climat de polémiques permanentes contre le projet de la Cité. Pourtant, ces mouvements apparaissent plutôt complémentaires et partagent le même objectif de reconnaissance d’un passé refoulé qui expliquerait les situations de discrimination et d’exclusion que vivent certaines populations en vertu de leurs origines. En revanche, ils revètent des types d’actions politiques différents et interpellent l’État pour qu’il enclenche une politique de reconnaissance spécifique : requalification, réparation, restitution, commémoration, etc. Ces mouvements visent la mise en place d’une politique de prise en compte du passé comme levier d’intervention sur la société française en vue de la faire évoluer. Mais les conflits entre eux les affaiblissent. On peut se demander comment la Cité doit faire face à cette nouvelle situation d’émergence en ordre dispersé de mémoires conflictuelles, correspondant à des intérêts de groupes opposés. Il s’agit en effet de proposer un cadre scientifique pour expliquer l’articulation entre ces différentes histoires qui sont complexes et forment un continuum – des périodes historiques successives qui ne se recouvrent pas totalement – plutôt que des ruptures historiques.

Les étapes du projet

Le lancement officiel

  • 4 Décret n° 2004-1549 du 30 décembre 2004.
  • 5 Le Gip regroupe l’État, représenté par trois ministères (Culture et Communication, Emploi, Travail (...)

9L’une des décisions du Comité interministériel à l’intégration du 10 avril 2003 concernait la mise en place d’une mission de préfiguration d’un « centre de ressources et de mémoire de l’immigration ». Cette mission, présidée par Jacques Toubon, ancien Garde des Sceaux et ministre de la Culture, s’appuyait sur les moyens et les compétences du groupement d’intérêt public de l’Agence pour le développement des relations interculturelles (Gip-ADRI). Inscrite comme un des volets de la relance d’une politique d’intégration et de lutte contre les discriminations, cette mission a été chargée par le Gouvernement de préparer un rapport pour la réalisation d’une institution culturelle nouvelle destinée à reconnaître et mettre en valeur la place des populations immigrées dans la construction de la France. Après un an de travaux et portée par une réflexion universitaire et associative de plusieurs années pour enrichir un projet commun, la Cité nationale de l’histoire de l’immigration a été officiellement lancée le 8 juillet 2004 par le Premier ministre. Le décret4 de création du groupement d’intérêt public à caractère culturel « Cité nationale de l’histoire de l’immigration »5 a été publié au Journal Officiel le 1er janvier 2005. Avant son ouverture au public dans le bâtiment désaffecté du Palais de la Porte Dorée (Paris XIIe), la Cité a eu deux ans pour mener à bien plusieurs chantiers. Il est important de remarquer que le projet initial d’un simple centre de ressources et de mémoires de l’immigration, certes à vocation nationale, a progressivement pris de l’ampleur au grè des travaux préparatoires. C’est désormais un musée national sous la tutelle des ministères de la Culture et de la Communication, de l’Éducation nationale et de la Cohésion sociale qui doit voir le jour.

La démarche participative

10Les travaux préparatoires à l’élaboration du projet ont reposé sur une véritable démarche participative associant pour la première fois des compétences scientifiques et culturelles, des expériences institutionnelles et associatives. Chaque type de partenaire a pu exprimer son point de vue et ses perspectives pour la Cité. La vision aujourd’hui partagée du projet provient d’un objectif commun – la forte demande qu’un tel projet puisse enfin voir le jour en France – et du consensus que les divers groupes de travail, colloques, forums et travaux collectifs ont pu forger sur le projet lui-même, dans sa structuration et sa méthode.

11Comme le préconisait le rapport remis au Premier ministre en 2004, cette Cité devra être à la fois un musée national, un lieu de découvertes, d’expositions, de cultures vivantes, mais également la tête de pont de réseaux français et internationaux rassemblant toutes les expertises et les compétences nécessaires à sa mise en œuvre. Il doit également être un instrument d’éducation montrant l’enrichissement continu de la culture française par les apports successifs de l’immigration, pour changer les représentations sociales dominantes sur l’immigration et contribuer au développement du sentiment de « vivre ensemble ». Ces deux années de préfiguration ont été mises à profit pour tester, approfondir et expérimenter diverses activités pédagogiques, et mieux connaître les publics auxquels la Cité souhaite s’adresser, c’est à dire ceux qui généralement se tiennent à distance des institutions culturelles : les jeunes, les populations défavorisées, les populations immigrées, etc. La Cité souhaite adopter une approche qui tienne compte de la demande des populations en direction d’un tel projet plutôt qu’une politique d’offre culturelle classique décrétant ce que ces populations devraient y trouver. Cette inversion de l’approche nécessite par conséquent une véritable étude des publics au regard de l’objet que se propose de traiter la Cité.

Les orientations du projet

Un établissement localisé à Paris et des réseaux

12Le caractère atypique de cette nouvelle institution culturelle provient du fait que le projet place au centre de sa démarche la notion de réseau national, européen et international. Il s’agit d’éviter les doublons en reconnaissant les travaux déjà accomplis et en sollicitant les productions réalisées sur les thèmes couverts par la Cité dans les milieux universitaires, associatifs et culturels très divers. Par cette approche participative valorisant les collaborations et les partenariats, la Cité entend démarrer tous les chantiers nécessaires à son inauguration en s’appuyant sur les réseaux. Cela s’avère d’autant plus nécessaire que la Cité est le seul musée national à être créé sans collection préexistante, mais avec une mission de collecte pour constituer le patrimoine national sur l’immigration. Avec un calendrier extrêmement serré, la Cité doit inaugurer un musée qui fut d’abord entièrement vide en s’appuyant sur des réseaux de partenaires pour le « remplir » en y apportant leurs sources, leurs expertises, leurs initiatives et leurs envies de co-production. Cette idée de réseaux est très nouvelle dans le paysage des musées français ; ce qui rend parfois perplexes les représentants du ministère de la Culture quand aux conditions de réalisation du chantier.

13Aussi l’appellation de « Cité nationale » résume tout à fait l’esprit de ce projet novateur, car elle implique l’idée d’un lieu de valorisation et de diffusion de créations, d’un espace d’échanges et de réflexion faisant le lien entre l’histoire, le présent et l’avenir de la société française, à l’instar des autres « Cités » ouvertes ces dernières décennies : Cité des sciences et de l’industrie, Cité de la musique, etc.

Un lieu vivant de programmation

14La Cité nationale de l’histoire de l’immigration offrira également une programmation culturelle diversifiée s’appuyant notamment sur des expositions temporaires. Celles-ci se succéderont à raison de deux par an et seront produites par le musée ou coproduites avec des partenaires des réseaux ou d’autres institutions culturelles. Ces expositions compléteront utilement et en les approfondissant les thématiques, les populations, les périodes que l’installation permanente n’aura pas pu aborder, faute de temps ou d’espaces suffisants.

15Sont, à titre d’exemple, programmées pour les années à venir :

  • la première exposition temporaire qui portera sur l’année 1931, apogée de l’empire colonial français et pic de l’immigration dans la métropole ;

  • en 2008 est prévue une exposition en partenariat avec la Ville de Paris sur « Les gares à Paris : histoire de quartiers » ;

  • en 2009, une exposition « France – Allemagne » portera sur les regards croisés que ces deux sociétés ont eu de leurs immigrations respectives ;

  • en 2010 la Cité coproduira avec le futur Musée des cultures de l’Europe et de la Méditerranée délocalisé à Marseille, une exposition « Dans les bagages » sur les objets, usages et cultures que les populations immigrées ont apportés et apportent avec eux.

16Cette offre culturelle sera complétée par la programmation de spectacles vivants et d’évènements artistiques, notamment avec des compagnies ou des artistes en résidence, des rencontres autour du cinéma et de l’immigration, des cafés littéraires, des manifestations produites ou co-produites par les associations. La programmation culturelle et artistique sera le fruit à la fois de la Cité, mais aussi de partenaires selon des modalités qui seront définies au cas par cas. Elle se tiendra dans les locaux du Palais de la Porte Dorée ou bien « hors les murs » pour souligner le dynamisme des régions sur ce thème.

Un réseau scientifique et pédagogique

  • 6 Le Fonds d’action sociale pour l’intégration et la lutte contre les discriminations, supprimé en 20 (...)

17La Cité n’a pas vocation à être un pôle de recherches sur l’histoire de l’immigration en soi, ni un centre d’archives spécialisé, mais elle a pour mission de dresser un état des lieux de la recherche, de définir des nouveaux chantiers de recherches à partir des lacunes qui auront été repérées, de mettre en relations et de favoriser des échanges entre les différentes équipes de chercheurs en France ou à l’étranger et d’impulser des travaux qui seront directement utiles pour la mise en œuvre de sa programmation culturelle. De ce fait, il est indéniable qu’elle contribuera par son existence à catalyser un certain nombre de projets de recherche en réseau. Elle s’appuie dans cette voie sur le soutien apporté par le Fasild6 qui a décidé en 2005 de financer dans chaque région un recensement bibliographique des travaux scientifiques réalisés, un inventaire des sources disponibles et un inventaire qualitatif des projets portant sur la mémoire de l’immigration.

18Par ailleurs, elle favorisera la diffusion des travaux de recherche vers un public plus large que celui du monde universitaire par le biais de publications, de colloques, d’expositions, etc. Elle mettra à la disposition du public scolaire – enseignants et élèves – des informations et les outils pédagogiques utiles à la préparation d’une visite, sans besoin de connaissance préalable. Ces ressources accessibles en ligne sur le site du musée seront élaborées en collaboration avec les équipes du ministère de l’Éducation Nationale.

19Plusieurs actions sont envisagées dans le cadre de la mission pédagogique de cette Cité : des formations transdisciplinaires à destination des enseignants pour les aider à trouver les meilleures approches auprès de leurs élèves (notamment dans ces classes très diversifiées) ; la valorisation de projets pluridisciplinaires impliquant diverses équipes pédagogiques ; l’évolution des programmes scolaires pour faire de l’histoire de l’immigration un sujet d’enseignement à part entière et non une option plus ou moins facultative dans les cours d’éducation civique ou d’économie comme c’est encore le cas actuellement ; l’ouverture du cadre scolaire aux écrivains d’origine étrangère, à la littérature francophone maghrébine ou subsaharienne, à l’idée de la migration des mots ou des nombreux apports étrangers aux différentes expressions artistiques. Le choix de sujets de travaux personnels encadrés, d’œuvres littéraires ou cinématographiques sur la restitution de l’histoire coloniale, de la décolonisation et de l’immigration dans l’Éducation Nationale, sera proposé comme mesure symbolique.

20La Cité nationale de l’histoire de l’immigration souhaite avoir un pôle d’édition très actif, capable de réaliser des catalogues d’expositions, mais aussi des outils de recherche, de vulgarisation et d’information des publics, qui accompagneront les différentes activités du musée. Elle bénéficie déjà des publications de réflexion, notamment la revue pluridisciplinaire Hommes & Migrations, la plus ancienne sur ce thème puisqu’elle fut créée dans les années 1950 sous forme de Cahiers Nord-Africains et devint dans les années 1960 une revue de référence dans ce secteur. Elle dispose aussi de supports destinés au grand public comme la collection Le Point sur… co-éditée avec la Documentation française.

21Des rencontres et des colloques régionaux, nationaux ou internationaux complètent cette vocation scientifique et pédagogique de la Cité. Deux colloques de préfiguration et de lancement international du projet ont déjà eu lieu en 2003 et 2004 à la Bibliothèque nationale de France. Parallèlement à l’exposition temporaire, les journées nationales « Les migrations et les villes portuaires » ont été organisées au Havre les 24 et 25 novembre 2005 en collaboration avec les villes de Marseille, Bordeaux, Nantes, Cherbourg et Brest. En septembre 2006, le lien entre colonisation, décolonisation et immigration a été le thème central d’un colloque international, et donnera par la suite lieu à l’exposition inaugurale de la Cité sur l’année 1931.

Une médiathèque ouverte au public le plus large

22La médiathèque multimédia de la Cité nationale devra être en mesure de satisfaire les demandes très pointues des visiteurs spécialisés, comme répondre à la plupart des demandes du grand public en mettant à disposition toute la documentation produite sur les thèmes couverts, des archives et certains fonds de l’histoire de l’immigration (fonds sonores et audiovisuels notamment), ainsi qu’un grand nombre de bases de données sur les projets initiés sur le terrain et dans les régions.

23Il est prévu de mettre en place un programme d’inventaire des fonds disponibles en France sur l’histoire de l’immigration et de constituer parallèlement un système d’information capable de capitaliser, mutualiser, lier toutes les données de toutes natures et sur tous supports, repérées par le musée. Mais la numérisation des documents eux-mêmes, qui certes faciliterait leur accès au public, nécessiterait compte tenu des coûts très élevés, de définir des priorités pour restreindre le champ : certaines archives d’utilité publique, notamment celles relatives à la mémoire vivante du XXe siècle, et certains dossiers de naturalisation ou de titres de séjour, afin de permettre au plus vite les recherches généalogiques des publics. La Cité pourra dans un premier temps se positionner comme un catalyseur de plusieurs programmes d’envergure nationale de numérisation d’archives et contribuera à définir une méthodologie de travail. A l’instar de l’association Génériques qui pendant de longues années a procédé à l’inventaire des fonds sur l’immigration détenus par les archives départementales, la Cité commencera par orienter les demandes vers les autres types d’inventaires d’archives en cours de constitution – sources privées, archives associatives, etc. – sans traiter directement ces archives dans ses murs.

24Déjà lors de la préparation de douze réunions régionales d’information par la Cité qui ont eu lieu entre octobre 2004 et septembre 2005, plus de 600 productions ont été identifiées, indexées par régions, populations et thématiques traitées en vue d’enrichir le fonds de la médiathèque. Parmi les objectifs de cette future médiathèque, figurent en effet un inventaire exhaustif et une consultation de toutes les productions des projets régionaux : publications diverses, DVD, CD-Rom, etc. en vue de présenter au public le panorama complet des initiatives en France. Grâce aux réseaux de la Cité, la médiathèque sollicite également les partenaires en région pour établir un dispositif durable de veille documentaire et de capitalisation des productions. Le partenariat avec l’association ARALIS qui coordonne dans la région Rhône-Alpes un festival intitulé « Traces : mémoires de l’immigration » a montré que des complémentarités entre un opérateur en région et la Cité sont possibles : un répertoire complet de tous les éléments de la programmation de l’édition 2005 a été réalisé en commun afin de fournir une information détaillée sur ces projets.

Les orientations muséographiques

Constituer une collection

  • 7 Article 2, paragraphe 2 du projet de convention constitutive du Groupement d’intérêt public Cité na (...)

25Contrairement aux autres musées nationaux français, la Cité nationale de l’histoire de l’immigration ne possède pas de collections préexistantes. En chantier, elle est donc chargée de concevoir une muséologie de l’histoire de l’immigration fondée sur « la constitution progressive de collections relatives à la mémoire vivante de l’histoire et des cultures de l’immigration ainsi qu’aux témoignages matériels et immatériels, aux objets et aux archives publiques et privées qui s’y rapportent. Le cas échéant, la Cité conserve, protège et restaure pour le compte de l’État les biens culturels dont il a la garde ; elle contribue à l’enrichissement des collections nationales par l’acquisition de biens culturels pour le compte de l’État, à titre onéreux ou gratuit ; il assure l’étude scientifique de ces collections »7. Selon Hélène Lafont-Couturier, la directrice du musée, la Cité a pour objectif de rendre lisible l’histoire nationale depuis 1820, les collections seront pluridisciplinaires (historique, géographique, sociale, économique, artistique) et permettront d’illustrer l’histoire de l’immigration en France depuis le début du XIXe siècle jusqu’à nos jours.

26Les collections seront répartis en deux départements : un département « historique » qui couvrira la période de 1820 à 1914 et un département « contemporain », de 1914 à nos jours, dont une politique d’acquisition d’artistes contemporains, voire de commandes selon les thématiques définies, ainsi que la poursuite d’un patrimoine immatériel. A l’intérieur de ces deux sections, des répartitions par domaines seront effectuées (Beaux-Arts, Ethnographie, Histoire), et à l’intérieur des domaines par types de matériaux ou supports.

Une approche chronologique et thématique

27L’installation permanente, baptisée « Repères », permettra, sur environ 1 500 m2, de proposer aux visiteurs un double parcours à la carte, à la fois chronologique et thématique. Ce dernier pourra aborder les grandes questions de l’immigration en France, du XIXe siècle jusqu’à nos jours, par un parcours chronologique, véritable colonne vertébrale de l’exposition, complétée par des modules mettant en exergue tel ou tel aspect particulier. Une dizaine de sections thématiques permettront, quant à elles, d’aborder un certain nombre de questions essentielles : Le départ et l’arrivée des migrants ; Les politiques d’immigration ; Comment devient-on Français ? ; La contribution des immigrés à la croissance économique ; L’apport des artistes, intellectuels, scientifiques ; Le monde ouvrier ; Le rôle des femmes dans l’immigration ; La laïcité et les religions, etc. L’installation permanente s’inscrira enfin dans une chronologie plus générale mettant en parallèle des faits historiques nationaux et mondiaux avec l’histoire de l’immigration. Elle fera appel aux images, aux objets et aux sons, à la mémoire vivante, au patrimoine photographique et audiovisuel, aux œuvres d’art, etc.

28Contrairement à d’autres musées portant sur l’immigration dans d’autres pays, la Cité rejette toute approche communautaire de l’immigration qui s’apparenterait à une mosaïque de populations dont le musée présenterait les parcours, les caractéristiques sociales, économiques et culturelles et les destins. La Cité insistera au contraire sur les destins communs des vagues successives des migrants sans nier bien évidemment les particularismes. L’histoire de l’immigration est celle des interactions entre les migrants, la société d’accueil et l’État qui seront resitués dans leurs rôles respectifs. C’est ainsi que la Cité expliquera et illustrera la conception républicaine de l’intégration et de la Nation.

La participation des immigrés eux-mêmes

29La direction du musée souhaite mettre à contribution les réseaux pour collecter des sources en vue de constituer l’installation permanente. En effet, les réseaux qui ont déjà fait ce travail de préservation et de restitution des sources matérielles ou immatérielles collectées sur l’immigration peuvent alimenter les fonds des collections dès lors que la Cité aura arrêté les orientations de sa politique d’acquisition et en aura fixé les modalités techniques et juridiques. Les 600 projets repérés par la Cité en région constituent de ce fait un vivier tout à fait exceptionnel. Selon la démarche participative engagée par la Cité, un appel à contribution a été lancé via les médias et les associations en tenant compte des axes fondamentaux de collection fixés par le musée. De la même façon, l’identification d’artistes contemporains ayant traité dans leur oeuvre des sujets relatifs à l’immigration pourrait être favorisée par les réseaux, notamment par des centres culturels, les musées, les galeries, etc.

30Par ailleurs, les partenaires associatifs peuvent également avoir un rôle actif de médiation auprès des populations immigrées pour établir un climat de confiance et les inciter à confier leurs fonds familiaux ou individuels tout en expliquant le projet de la Cité, en clarifiant les enjeux et en évacuant les suspicions. Il s’agit de persuader les populations immigrées qu’elles peuvent être « co-fondatrices » du musée en y déposant leur mémoire et leurs archives. De plus, ces populations seraient également sollicitées pour un programme d’archives orales sur la mémoire vivante qui a pris en France un grand retard. C’est un point très important : les populations qui sont concernées par l’objet de la Cité deviennent des acteurs actifs de sa fondation et de son fonctionnement à long terme à travers une démarche continue d’interpellation et de participation. Quitte à ce qu’elles puissent compléter les présentations, apporter des regards croisés sur les thèmes retenus par le musée, bénéficier d’une sorte de droit de réponse. Dans ce projet, il y a bien une articulation originale à construire entre les vécus et les ressentis des populations elles-mêmes, les connaissances produites par les scientifiques et la muséographie proposée par les professionnels du secteur culturel. C’est un véritable défi à relever et il faut envisager que l’installation permanente soit présentée à l’ouverture du musée en 2007 davantage comme un premier chantier, une proposition dont l’évolution et l’enrichissement sont prévus dans le temps.

31La Direction du musée fait valider par le conseil scientifique et culturel le synopsis de l’installation permanente. Les réseaux sont ensuite mis à contribution. Il s’agit de mettre en place une démarche de « commandes » pour que les réseaux déterminent et proposent des sources pouvant illustrer le parcours permanent en fonction du canevas proposé par la Cité.

En conclusion

32On aura compris que ce projet relève à maints égards d’un véritable défi. Son objet, longtemps occulté ou marginalisé, a pu émerger dans l’espace public français grâce à la production et la diffusion relativement tardive des travaux publiés par les équipes scientifiques sans être vraiment pris en compte par les pouvoirs publics, notamment par le secteur de l’éducation nationale, comme une partie conséquente – ou une lecture fondamentale – de l’histoire de France qui devrait être transmise et expliquée aux jeunes générations. Les connaissances parfois monographiques et redondantes ont mis du temps à sortir des cercles des spécialistes, que ce soient les historiens eux-mêmes, les professionnels et les militants associatifs intervenant dans le secteur de l’immigration, de l’intégration et des luttes contre le racisme et les discriminations. L’autre défi est d’avoir pu construire ensemble une vision consensuelle des paramètres et du contenu de ce projet porté par l’État en dépassant les relations de concurrence, voire les conflits entre deux sources de légitimité : l’une scientifique et l’autre de proximité ou identitaire.

33Par ailleurs, à travers le « tour de France » des régions organisé en 2004 et 2005, il est clair que cette Cité recueille l’intérêt des services de l’État en région comme des collectivités territoriales dans leur ensemble, même de la part de la ville de Marseille qui pourtant avait caressé l’espoir d’accueillir ce projet sur son territoire. La Cité est désormais acceptée comme un outil pertinent et nécessaire des politiques territoriales qui partagent ce même souci de modifier les représentations stéréotypées de l’immigration au plan local ou régional. Les attentes suscitées sont très fortes mais aussi très diverses, voire contradictoires, et il faudra les satisfaire sur tout le territoire national.

34Le défi est également d’ordre pratique, compte tenu des calendriers et des moyens impartis pour inaugurer cette Cité. En effet, ce projet très atypique dans ses missions et ses formes apparaît intellectuellement très séduisant – les Français ont la réputation de formuler de belles idées. Mais l’équipe sera-t-elle en mesure de concrétiser ce projet en mettant en place des procédures adaptées à l’ambition ? L’évolution du chantier avant et après l’inauguration apportera les premiers éléments de réponse...

Photo 1.
Façade du Palais de la Porte dorée.

© CNHI

Photo 2.
Maquette de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration.

© CNHI

Notes

1 G. Noiriel, Le creuset français. Histoire de l’immigration, XIXe-XXe siècles, Paris, Seuil, 1988.

2 « Rapport pour la création d’un centre national de l’histoire et des cultures de l’immigration », Migrance, octobre – décembre 2001, n° 19.

3 S. Dufoix, « La reconnaissance au présent : les dimensions temporelles de l’histoire et de la mémoire », à paraître.

4 Décret n° 2004-1549 du 30 décembre 2004.

5 Le Gip regroupe l’État, représenté par trois ministères (Culture et Communication, Emploi, Travail et Cohésion sociale et Éducation nationale et Recherche), le Fonds d’action et de soutien pour l’intégration et la lutte contre les discriminations (Fasild), et la ville de Paris. L’établissement public définitif de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration est créé le 1er janvier 2007.

6 Le Fonds d’action sociale pour l’intégration et la lutte contre les discriminations, supprimé en 2006 au profit de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (ACSÉ).

7 Article 2, paragraphe 2 du projet de convention constitutive du Groupement d’intérêt public Cité nationale de l’histoire de l’immigration.

Table des illustrations

Légende Photo 1.Façade du Palais de la Porte dorée.
Crédits © CNHI
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/27993/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Photo 2.Maquette de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration.
Crédits © CNHI
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/27993/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search