Version classiqueVersion mobile

Migrations, mémoires, musées

 | 
Laure Teulières
, 
Sylvie Toux

Musées et histoire nationale de l’immigration

Le Musée de l’immigration d’Ellis Island, la Porte de l’Amérique

Diana Pardue

Texte intégral

Ellis Island dans l’histoire

1Ellis Island, quatorze hectares dans l’ombre de la Statue de la Liberté, se détache de la côte du New Jersey dans la partie supérieure du Port de New York. Au cours de sa vie turbulente de carrefour migratoire, de 1892 à 1954, environ 12 millions d’immigrants ont franchi ses portes. « Porte de l’espoir et de la liberté » pour de nombreux immigrants, ce fut aussi une « île des larmes » pour les 2 % refusés parce qu’ils ne remplissaient pas les critères exigés par les diverses lois et régulations migratoires américaines. Les employés de l’administration traitaient les dossiers de quelques 5 000 personnes par jour les années où l’immigration était la plus forte et jusqu’à 11 747 dossiers. Environ les trois quarts des immigrants qui sont entrés aux États-Unis durant la première moitié du XXe siècle ont été pris en charge à Ellis Island, ce qui fait de l’île la destination migratoire principale des États-Unis.

2L’histoire physique et sociale d’Ellis Island reflète d’importants changements d’attitude face à l’immigration dans ce pays. L’immigration atteint son taux maximal en 1907, taux qui baissa fortement durant la Grande Guerre pour remonter rapidement à la fin de celle-ci avant de chuter massivement après les lois migratoires restrictives qui furent votées au milieu des années vingt. Ces lois, qui instaurèrent un plafond à l’immigration annuelle et établirent des quotas pour chaque nation étrangère, édictèrent également que les candidats à l’immigration devraient être inspectés dans leur pays d’origine par des émissaires du consulat américain. À partir de ce bouleversement, seuls furent envoyés à Ellis Island les immigrants dont les papiers n’étaient pas en règle ou ceux dont l’état de santé nécessitait un traitement médical dans la structure hospitalière du Service Public de Santé. L’infrastructure fut de plus en plus utilisée comme centre où l’on envoyait les clandestins ou les immigrants ayant violé les termes du contrat d’accueil. La structure servit également de centre de détention pour étrangers durant la Seconde Guerre mondiale. Si l’histoire d’Ellis Island fut d’abord à l’image de l’attitude libérale des États-Unis en matière d’immigration, la seconde partie de cette histoire fut dictée par une nouvelle politique de restrictions qui réussit à rendre plus étroite l’ouverture de la porte d’entrée du pays.

3En 1965, Ellis Island fut incorporée au service du Parc National, sous l’égide du Monument national de la Statue de la Liberté, afin de préserver les bâtiments d’origine, centre de regroupement et hôpital, et pour créer le Musée de l’immigration d’Ellis Island. Le musée, qui a ouvert ses portes en 1990, préserve le caractère historique du bâtiment et transmet bien l’atmosphère empreinte des tragédies humaines qui s’y sont déroulées. Les musées du Parc National offrent au visiteur une certaine épaisseur pouvant lui permettre d’approfondir sa compréhension d’événements et de personnes qui représentent l’héritage commun des États-Unis. Les collections du musée bénéficient à cet emplacement d’un atout supplémentaire : elles sont montrées « chez elles », sur les lieux authentiques où ces événements et ces expériences culturelles se sont produits. Ce contexte, ce rapport direct au site, est unique puisque la plupart des musées abritent des objets venus de lieux lointains, lieux qui en font pourtant toute la valeur. La création du Musée de l’Immigration d’Ellis island sur l’île-même d’Ellis Island constitue un exemple de ce lien direct au site cher au Comité du Parc national.

En amont : la conception du projet

4En décembre 1980, le comité du Parc National publia un projet explorant le champ des actions possibles pour gérer et mettre à profit les bâtiments abandonnés d’Ellis Island. Anticipant sur des contraintes budgétaires imposées par l’Etat, le Département fut contraint de conclure que seules quelques-unes des structures historiques de l’île pourraient être préservées. La réponse du public s’avéra massive pour témoigner d’une préoccupation certaine, suggérant qu’une aide supplémentaire pourrait être fournie par des fonds privés.

5Une commission de PDG d’entreprises inaugura l’effort financier du privé. À l’instigation du Président Reagan et de son Secrétaire à l’Intérieur, la commission fut chargée de l’opération de levée de fonds en vue de la rénovation et de la réhabilitation de l’île. Au vu du nouvel effort fourni, le Projet de gestion générale d’Ellis Island reconnut que la coopération entre groupes publics et privés rendait possible un projet bien plus ambitieux que celui qui avait été envisagé de prime abord. Le bâtiment principal, où les cas de millions d’immigrants furent examinés, abriterait le nouveau Musée de l’immigration d’Ellis Island. L’idée conductrice était de réhabiliter le bâtiment pour en faire un musée de premier plan, d’en préserver le cachet historique et d’en restaurer les pièces maîtresses dont l’apparence était intimement associée au passé historique lié à l’immigration. D’autres parties seraient transformées en structures modernes, comme des théâtres, salles de projection, de conférence, etc. Des modifications d’ordre structurel ou même la suppression d’éléments à valeur historique n’étaient pas a priori exclues ? Seulement, de telles actions appelaient une justification sur la base des exigences fonctionnelles de l’usage proposé de l’espace ainsi que des paramètres liés à des contraintes sanitaires ou de sécurité. De façon générale, toute intervention ou compromis sur le tissu historique du bâtiment furent examinés au cas par cas. La brochure explicative d’Ellis Island fut mise au point afin de définir les principaux thèmes du musée et d’en guider la mise en place. L’objectif premier de ce musée était de transmettre l’histoire si spéciale du site « Ellis Island » avec en toile de fond le contexte plus large de l’histoire de l’immigration. Ce projet comprenait un mélange subtil de supports avec des expositions, des programmes audiovisuels, des projets pédagogiques et des publications. Le défi était de trouver le juste équilibre entre, d’un côté, création et innovation, et respect du caractère historique propre aux lieux de l’autre. Le but ultime était de faire d’Ellis Island un lieu touristique qui suscite la curiosité et l’enthousiasme tout en gardant une atmosphère respectueuse du passé des lieux.

La mise en œuvre

6C’est dans le bâtiment central que fut établi le Musée de l’Immigration d’Ellis Island, ce qui permit de conserver le caractère historique du bâtiment et de saisir l’empreinte du drame humain de vaste ampleur qui s’y est déroulé. Au-delà de l’histoire des immigrants, Ellis Island est perçue comme symbole d’une nation d’individus aux origines ethniques et au identités diverses qui est aussi une nation fondée sur des principes communs dont le plus cher aux coeurs américains reste celui de liberté.

7Les trois thèmes principaux du musée sont les suivants :

1. La Porte ouvrant sur l’Amérique : l’histoire d’Ellis Island

8On y traite de la manière dont les candidatures des aspirants à l’immigration étaient examinées à Ellis Island, en illustrant les activités-clé grâce à un ensemble d’expositions, de témoignages audio, de reconstitutions et de diffusions de films ; une équipe est disponible pour répondre aux questions et aux attentes de chaque visiteur.

2. La Belle Epoque de l’immigration

9Cette section explore la longue histoire de l’immigration aux États-Unis en tant que phénomène historique mais aussi contemporain, sous un angle à la fois resserré et large. Elle permet d’examiner les différentes forces qui ont produit les flux migratoires vers les Etats-Unis au travers d’expositions, de témoignages audio, grâce à la diffusion de films et à la disponibilité du personnel d’accueil pour répondre au questions de chaque visiteur.

3. Le peuplement de l’Amérique

10Le dispositif examine l’ambiguïté de l’identité nationale, entre particularismes ethniques farouchement gardés et interactions culturelles. Sont étudiés les éléments communs de la culture américaine, la persistance du fait ethnique ainsi que le passage d’une nation qui manqua d’ouvriers à ses débuts, ce qu’illustra la migration forcée d’esclaves et de serviteurs, vers une économie plus équilibrée au XXe siècle avec une politique restrictive en matière d’immigration.

11Contrastant avec l’approche nationaliste qui sous-tend le Musée Américain de l’Immigration, autrefois situé dans la partie inférieure de la Statue de la Liberté, qui utilisa la théorie du melting-pot (image du creuset ethnique), le Musée de l’Immigration d’Ellis Island a choisi une perspective plus large et même à l’échelle mondiale.

12Les expositions sont organisées par thème de manière à présenter des concepts universaux et d’en tirer quelques exemples précis, une ethnie ou un groupe culturel spécifiques. Les raisons qui motivent l’immigration sont présentées à l’aide d’illustrations des différents facteurs qui poussaient les gens à immigrer. La famine, l’instabilité politique, le racisme et l’industrialisation sont autant de facteurs décisifs. Ces thèmes sont développés à partir de grandes photographies, d’enregistrements audio et vidéo, et sont inspirés de l’expérience de divers groupes ethniques. Cette stratégie permet de présenter à la fois le caractère commun à toutes ces expériences et les circonstances uniques de groupes ethniques bien précis. Un exemple de support : le globe en fibres optiques qui montre les mouvements migratoires planétaires sur différentes périodes grâce à des points lumineux qui clignotent pour illustrer les flux majeurs entre le XVIe et le XXe siècles, incluant les principaux courants intra et inter-continentaux.

13Au cours de la conception de ce musée, le Comité du Parc National a voulu tout faire pour que le musée soit pleinement accessible, à la fois par son architecture et par ses programmes culturels. Un comité spécialement chargé de travailler sur cette accessibilité au musée prépara un compte-rendu avec des recommandations détaillées et continua à conseiller les équipes durant la construction. Le but était de s’assurer que les visiteurs avec un handicap, quel qu’il soit, moteur, sensoriel ou mental, puissent retirer du musée une expérience comparable à celle des autres visiteurs. Panneaux, expositions et bureaux d’information furent conçus pour les visiteurs et employés ayant des difficultés de déplacement ou en chaise roulante. Tous les programmes vidéo ont été sous-titrés et les textes de tous les enregistrements audio sont disponibles pour les visiteurs malentendants. Des expositions tactiles comprenant une maquette des bâtiments d’Ellis Island ainsi qu’une carte topographique pour malvoyants sont disponibles près du bureau d’information.

Le Musée aujourd’hui

14Le musée invite vivement les visiteurs à replacer l’histoire de leur propre famille dans le contexte de l’immigration au États-Unis par la porte d’Ellis Island. Les membres du personnel du site-musée encouragent les visiteurs connaissant une personne qui fut impliquée dans l’histoire de l’île, en tant qu’immigrant ou employé de la structure, à prendre part au « Projet pour une histoire orale d’Ellis Island ». Il leur suffit alors de remplir un formulaire disponible au bureau d’information ou à la bibliothèque puis de se faire interviewer dans le studio d’enregistrement du site. Le Centre Historique des Familles Américaines Immigrées fournit des ordinateurs sur lesquels les visiteurs sont invités à retrouver l’histoire de l’arrivée de leur famille sur le fichier d’entrée informatisé du port de New York. Le Mur d’Honneur, sur lequel les noms de famille peuvent être gravés, constitue un autre biais grâce auquel les visiteurs peuvent se sentir partie prenante du site-musée.

15L’exposition « Les Trésors de la mère-patrie » montre des objets si chers aux cœurs des immigrés qu’ils les ont déposés à Ellis Island en souvenir de leur terre natale. On y voit des photos de famille, des papiers personnels, des coffres familiaux, des témoignages audio. Les visiteurs sont ravis de voir exposer des objets familiers qu’ils ont pu voir auparavant chez eux. L’exposition « La Belle Époque de l’immigration » se concentre sur la vie d’immigrés ordinaires plutôt que sur des personnalités, et l’impact de l’immigration sur la vie de famille, le travail et la vie communautaire y est très visible. La partie intitulée « La Porte se referme » décrit les forces qui provoquèrent la politique de l’immigration restreinte, exhibant dessins, affiches et pancartes contre l’immigration et éclairant les politiques discriminatoires des syndicats comme le racisme américain ordinaire.

16L’exposition « Le Peuplement de l’Amérique » replace l’immigration aux Etats-Unis dans le contexte plus large des 400 ans de flux migratoires à l’échelle planétaire. Cette exposition inclut des diagrammes et des graphiques en trois dimensions révélant le nombre croissant de femmes dans la population immigrée, les pays d’origine des immigrés en Europe, aux Amériques, en Asie et en Afrique, le nombre de personnes arrivant aux États-Unis et celles partant des États-Unis année par année et les endroits où des groupes d’origines diverses se sont regroupés sur le territoire américain.

17Le musée, grâce à ses expositions et ses programmes culturels, s’attache à montrer les différences entre les groupes d’immigrés et révèle les différentes raisons qui les ont poussés à immigrer. Le musée présente les immigrés qui sont passés par Ellis Island comme des acteurs à part entière de leur destin et non comme des victimes passives soumises à des forces extérieures. Il décrit l’immigration aux États-Unis par la Porte d’Ellis Island comme participant d’un mouvement planétaire de populations ainsi que du long processus conduisant au peuplement du nord du continent américain. Il explore l’expérience migratoire de masse au lieu de projeter toute la lumière sur des individus chanceux et met en balance les pressions qui poussent à l’américanisation avec la persistance de cultures ethniques. C’est ainsi que le musée encourage activement ses visiteurs à se voir eux-mêmes comme partie prenante du site historique.

18Le travail continu du musée consiste à montrer l’interaction dynamique perpétuelle entre la culture des immigrants et la culture américaine au-delà de l’histoire d’Ellis Island. Ainsi l’histoire américaine et les frontières de la culture nationale ne sont pas seulement élargies : elles changent aussi de nature sous l’effet du défi perpétuel qui consiste à accueillir les peuples étrangers au sein de l’expérience nationale. Les problèmes d’autorité culturelle et de construction du mythe américain qui ont façonné l’image de l’immigré dans la culture populaire doivent être continuellement explorés ainsi que la manière dont les immigrés eux-mêmes interprètent leur histoire.

19Le Comité du Parc National persévère dans ses efforts pour préserver toute l’île en stabilisant et en réhabilitant les bâtiments restants, structures hospitalières et de détention. Des projets publics continuent d’être conçus pour définir l’usage public de ces bâtiments avec l’aide de fondations privées et de partenariats avec d’autres associations à visée éducative et de préservation. Le musée continue son travail avec d’autres musées de l’immigration et d’autres sites historiques d’Amérique du Nord, d’Europe et d’autres contrées pour diffuser l’histoire des migrations mondiales.

Auteur

Conservatrice au Musée National d’Ellis Island
Traduit de l’américain par Céline Rolland

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search