Version classiqueVersion mobile

Les sociétés méridionales à l’âge féodal (Espagne, Italie et sud de la France xe-xiiie siècle)

 | 
Hélène Débax

Lignages seigneuriaux, pratiques familiales, représentations

Les princes d’Eglise au temps de la mutation féodale : l’épiscopat de la province de Bourges au xie siècle

Marion Gasmand

Texte intégral

1L’étude de l’épiscopat considéré comme un corps social et non plus seulement comme une institution est un phénomène relativement récent. M. Pacaut et B. Guillemain ont su comprendre l’intérêt de telles recherches et, tout en soulignant ses difficultés, encourager de nombreuses enquêtes. Aujourd’hui encore, suivant les pistes de recherche qu’ils ont tracées, les monographies régionales se multiplient et contribuent à une meilleure connaissance de l’épiscopat français.

  • 1 Sont présentés ici les premiers résultats d’un travail de thèse réalisé sous la direction de Pierre (...)
  • 2 Etienne de Polignac, qui occupe le siège de Clermont (1053-1073) puis celui du Puy (1073- 1077) est (...)
  • 3 Le diocèse de Mende constitue un cas à part : nous ne disposons que de peu de sources concernant le (...)

2La province ecclésiastique de Bourges se prête bien à une telle étude1. Composée des diocèses de Bourges, Limoges, Clermont, Le Puy, Mende, Cahors, Albi et Rodez, à la tête desquels se succèdent 70 évêques2 entre 950 et 1100, elle constitue un cadre géographique homogène. La documentation, riche et de qualité, bien que parfois lacunaire3, nous permet d’entrevoir les origines sociales des évêques étudiés et d’esquisser de manière satisfaisante la physionomie de l’épiscopat du centre. L’étendue de la période envisagée nous offre également l’opportunité d’observer les évolutions éventuelles du recrutement social liées à la mise en place du système féodal ou à la Réforme Grégorienne.

  • 4 Théotard (998-1001), évêque du Puy ; Etienne III (1011-1013), évêque de Clermont (C. Lauranson-Rosa (...)
  • 5 Il est fort probable, selon C. Lauranson-Rosaz (op. cit., p. 147), que Dacbert (987-1013), archevêq (...)

3L’étude du milieu épiscopal peut se révéler délicate. Les documents sont parfois peu explicites sur l’identification sociale des prélats et se contentent souvent de signaler leur nom et celui de leur siège épiscopal. Le chercheur se heurte donc régulièrement aux silences de la documentation. Toutefois les sources attestent de façon certaine l’origine familiale de 38 prélats. Les recherches des historiens ont par ailleurs permis l’identification de 5 évêques4 tandis que 7 autres5 font l’objet d’hypothèses vraisemblables. Au total, qu’elles soient explicitement mentionnées dans les sources ou qu’elles découlent d’un travail de recoupement, nous saisissons les attaches familiales de 50 prélats sur 70. 20 échappent à toute tentative d’identification. Nous notons d’autre part une certaine inégalité entre les diocèses : alors que nous n’ignorons rien des prélats limousins, la liste épiscopale de Mende présente cinq inconnus sur sept.

4Un examen attentif du milieu social des prélats de la province de Bourges suscite diverses observations. Il apparaît tout d’abord que la totalité des évêques identifiés appartient à l’aristocratie (cf. tableau 1). Tous relèvent de lignages nobles. Quatre niveaux sont représentés : la haute aristocratie, rassemblant les membres de maisons royale, ducale et comtales, les familles vicomtales, le groupe des viri potentissimi formé de branches secondaires de lignages comtaux ou vicomtaux, et enfin le milieu seigneurial.

5Ces différentes catégories sociales se répartissent de manière inégale tout au long de la période étudiée. Très présente dans les listes épiscopales de la deuxième moitié du Xe siècle, la haute aristocratie a tendance à s’effacer au XIe siècle au profit de représentants du milieu seigneurial (cf. tableau 2). En effet, 5 membres de maisons seigneuriales accèdent à l’épiscopat entre 950 et 1000 (soit 27,5 %), 8 (soit 66 %) entre 1000 et 1050 contre 15 (soit 75 %) de 1050 à 1100. Parallèlement, le nombre de prélats appartenant aux plus hauts degrés de l’aristocratie baisse sensiblement : alors que nous comptabilisons 8 représentants de lignages comtaux, ducaux ou royaux entre 950 et 1000 (soit 44,5 %), il n’en est plus que 3 (soit 25 %) entre 1000 et 1050 et un seul (soit 5 %) entre 1050 et 1100. On observe donc une très nette évolution du recrutement épiscopal en faveur des familles seigneuriales : aux hommes d’illustre naissance sont préférés, à partir de l’an mil, des hommes de plus basse extraction. Ce phénomène est à mettre en relation avec le morcellement de l’autorité publique, au cours des Xe et XIe siècles, entre les mains de personnages de moins en moins illustres qui, forts de leurs nouvelles prérogatives, interviennent directement ou indirectement dans les élections épiscopales. La mutation féodale modifie donc sensiblement le recrutement épiscopal.

  • 6 Au chiffre 50 annoncé ci-dessus, sont ajoutés Durand, évêque de Clermont (1077-1095) et Guillaume I (...)

6L’ingérence des seigneurs laïques dans la procédure électorale est également à l’origine du caractère local du recrutement épiscopal. Force est de constater que le berceau familial des prélats n’est jamais situé très loin de la cité épiscopale qu’ils dirigent. Une étude du recrutement géographique montre que la majorité des évêques est issue de la province ecclésiastique de Bourges (cf. tableau 3) : sur les 52 prélats6 dont les origines géographiques sont connues, 38 sont originaires de la province (soit plus de 70 %) contre 14 seulement qui lui sont étrangers. Beaucoup (29 contre 23) sont même natifs de leur diocèse d’élection. Ceux dont les attaches familiales se situent hors de ces limites (23 au total) sont issus, pour 70 % d’entre eux, de diocèses limitrophes. La liste épiscopale du Puy nous fournit avec Guy d’Anjou (975-996) le seul exemple connu d’un prélat dont les origines familiales sont relativement éloignées de son siège épiscopal. À quelques exceptions près, qui s’expliquent aisément par le mode de recrutement épiscopal, le choix de l’évêque s’effectue dans une aire limitée.

7Un examen attentif des données, diocèse par diocèse, permet d’affiner cette étude. On observe en effet des différences de comportement entre les sièges épiscopaux. Certains sont très protecteurs comme le siège de Limoges où 4 prélats sur 5 entre 950 et 1050 sont originaires du diocèse. D’autres sont plus ouverts et adoptent un rayonnement plus large en matière de recrutement épiscopal. Ainsi, au Puy, tout au long de la période étudiée, un seul évêque est natif de son diocèse d’élection contre 7 qui lui sont étrangers. Ces différences sont le reflet de la situation politique locale : plus l’emprise seigneuriale au sein du diocèse est forte, plus le recrutement épiscopal est circonscrit à ses limites. Plus celle-ci est limitée, plus l’influence des puissantes maisons extérieures se manifeste dans la procédure électorale directement ou indirectement par le biais des alliances.

8Les données géographiques permettent de faire une autre constatation : il apparaît que la période 1000-1050 est une période de « resserrement » en matière de recrutement épiscopal. En effet, nous ne comptabilisons que 2 évêques étrangers à la province de Bourges sur 12 entre 1000 et 1050 (soit 16 %) contre 5 sur 18 entre 950 et 1000 (soit 27 %) et 7 sur 22 entre 1050 et 1100 (soit 31 %). Il est possible d’observer le même phénomène en comptabilisant les prélats étrangers à leur diocèse d’élection. Nous en dénombrons 3 sur 12 de 1000 à 1050 (25 %) contre 9 sur 18 de 950 à 1000 (soit 50 %) et 11 sur 22 de 1050 à 1100 (soit 50 %). L’analogie est troublante et suggère qu’un tel constat ne résulte pas uniquement des lacunes fantaisistes de la documentation. La période 1000-1050 est une période de cristallisation au cours de laquelle l’emprise seigneuriale se renforce sur l’élection épiscopale. L’étau se desserre ensuite au profit des voisins.

9Le recrutement épiscopal se signale donc par son caractère local et aristocratique. Ces caractéristiques résultent essentiellement de la dégradation du principe électif et de l’emprise des seigneurs locaux sur l’élection épiscopale. Seul un jeu complexe d’influence et d’alliances autorise l’accession à la dignité épiscopale.

  • 7 Bourges : Géronce (911-948) et Laune (943-955) de la maison de Déols ; Richard (956-959) et Hugues (...)

10Responsable de la physionomie de l’épiscopat, l’ingérence laïque dans la procédure électorale est également à l’origine de dynasties épiscopales. À Limoges, trois membres de la famille vicomtale se succèdent sur le siège épiscopal : Hildegaire (969-990), son frère Hilduin (990-1014) et Géraud (1014- 1022) leur neveu. À Bourges, des représentants des maisons de Blois, Déols et de Bourbon se partagent la dignité épiscopale. À Clermont, comme au Puy et à Mende, les listes épiscopales présentent plusieurs membres de la même famille7.

11Ce mode de recrutement explique également l’étroite imbrication des lignages épiscopaux. Les nombreux renvois que comportent les tableaux généalogiques sont très éloquents. Pour ne prendre que quelques exemples, Bégon, évêque d’Auvergne (984-1011), est lié à la maison de Gourdon dont sont issus Géraud (1067-1074) et peut-être Gausbert (v. 991), évêques de Cahors. Il est également apparenté par un système complexe d’alliances matrimoniales à Rencon, évêque de Clermont (1028-1052), lui-même lié à Etienne, évêque du Puy (1029-1052). La famille vicomtale de Narbonne, représentée par Pierre, évêque de Rodez (1053-1079), est également apparentée aux maisons d’Anduze et de Rouergue auxquelles appartiennent respectivement Frédol évêque du Puy (v. 1004 ?) et Deusdet évêque de Rodez (v. 961-v. 997). De même, Hugues archevêque de Bourges (959-987) est parent par alliance avec Ebles, évêque de Limoges (944-969), dont le neveu, Guillaume Fier à Bras est le beau-frère de l’archevêque. Le prélat limousin Itier (1052-1073) est parent par alliance avec son prédécesseur, Jordan (1023-1051) et son successeur, Guy (1073-1086), sur le siège de Limoges. La famille comtale d’Anjou dont est issu l’évêque du Puy, Guy (975-996), est apparentée par le mariage d’Azalaïs au lignage des comtes de Brioude-Gévaudan auquel appartient l’évêque du Velay, Etienne (996-998). On constate que les exemples ne manquent pas.

12Nous avons souligné à plusieurs reprises l’importance du rôle tenu par les puissants laïques dans les élections épiscopales et ses conséquences sur la physionomie de l’épiscopat. En réaction aux irrégularités et aux abus qui en résultent, la papauté met en place un mouvement de réforme dans la seconde moitié du XIe siècle et combat l’ingérence laïque dans les affaires ecclésiastiques ainsi que toute déviation structurelle et morale. Aussi est-il nécessaire de s’interroger sur les effets de la Réforme Grégorienne en matière de recrutement épiscopal. Est-elle parvenue à contrer les effets de la mutation féodale ? A-t-elle favorisé l’accession d’hommes nouveaux à l’épiscopat ?

  • 8 5 inconnus sur 23 (soit 21,5 %) entre 950 et 1000, 5 sur 17 (soit 29 %) entre 1000 et 1050, et 10 s (...)
  • 9 Mabillon dit de lui qu’il était d’origine modeste et nous partageons cet avis. Était-il issu de la (...)

13Le tableau n° 2 est très éloquent : l’évolution, déjà constatée, du recrutement épiscopal en faveur des représentants du milieu seigneurial se poursuit dans la deuxième moitié du XIe siècle. Est-ce un signe de la restitution de l’élection au chapitre ? Ou le résultat, comme à la période précédente, de pressions seigneuriales ? Bien que des nuances s’imposent en fonction des diocèses, la régularité de l’élection est généralement rétablie dans le dernier quart du XIe siècle dans la plupart des évêchés étudiés. Qu’il résulte de la décision du chapitre ou de celle du légat, le choix de l’évêque s’effectue conformément aux canons. Cependant, l’élimination des interventions laïques dans l’élection épiscopale n’exclut pas toute forme d’influence exercée au sein même du chapitre et n’empêche nullement la pratique de la recommandation. De ce fait, et en raison des préférences des chanoines à élire un prélat issu de leur propre milieu, il est clair que le recrutement social ne pouvait changer. Il est et reste aristocratique. C’est pourquoi il serait fort imprudent de conclure que l’augmentation du nombre d’évêques inconnus8 résulte d’une évolution du recrutement en faveur des roturiers. Toutefois, l’exemple de Durand9, évêque de Clermont (1077-1095), suggère qu’une ouverture en faveur de personnages de plus humble condition s’est peut-être exceptionnellement opérée.

14Tout au long de la période étudiée, le recrutement épiscopal se définit par son caractère local et aristocratique et présente une très nette évolution en faveur des prélats issus su milieu seigneurial. La mutation féodale a permis l’accession à l’épiscopat des couches les plus basses de l’aristocratie et la Réforme Grégorienne, en restituant aux chapitres leur pouvoir d’élection, n’a fait que renforcer cette évolution. Elle n’a provoqué aucune rupture. Sur le plan social, les prélats de la fin du XIe siècle ne se distinguent en rien de leurs prédécesseurs. Malgré tout, la Réforme semble avoir contribué, avec l’élection de l’évêque de Clermont, Durand, à ouvrir exceptionnellement une brèche dans la pratique du recrutement aristocratique. Par ailleurs, si elle n’a pu promouvoir des prélats d’un type nouveau, elle a pu favoriser l’accession à l’épiscopat d’ecclésiastiques, comme Richard, archevêque de Bourges (1071- 1090) ou Durand, évêque de Clermont, réputés pour leurs bonnes moeurs, leur soutien au mouvement réformateur, et aptes à comprendre les nouvelles aspirations du moment. Ce n’est pas dans l’institution qu’il faut chercher la nouveauté.

Tableau n° 1 :

Tableau n° 1 :

Le milieu familial

Tableau n° 2 :

Périodes

950-1000

1000-1050

1050-1100

Origines inconnues

5

5

10

nobles

18

12

20

dont famille royale

0

1

0

dont famille ducale

1

0

0

dont familles comtales

7

2

1

dont familles vicomtales

5

1

4

dont familles seigneuriales

5

8

15

Évolution du recrutement social

Tableau n° 3 :

Tableau n° 3 :

Origines géographiques des évêques de la province de Bourges

Notes

1 Sont présentés ici les premiers résultats d’un travail de thèse réalisé sous la direction de Pierre Bonnassie.

2 Etienne de Polignac, qui occupe le siège de Clermont (1053-1073) puis celui du Puy (1073- 1077) est systématiquement comptabilisé deux fois dans les chiffres ci-dessous.

3 Le diocèse de Mende constitue un cas à part : nous ne disposons que de peu de sources concernant les prélats du Gévaudan et nous ignorons presque tout de leurs origines sociales et de leur carrière ecclésiastique antérieure à l’épiscopat.

4 Théotard (998-1001), évêque du Puy ; Etienne III (1011-1013), évêque de Clermont (C. Lauranson-Rosaz, L’Auvergne et ses marges du VIIIe au XIe siècle, Le Puy, 1987, p. 128 et 145) ; Amiel (1019-v. 1040/1042) évêque d’Albi (H. Débax, ∂tructures féodales dans le Languedoc des Trencavel, thèse dactylographiée, Toulouse, 1997, p. 114) ; Bégon (984-1011), évêque de Clermont (M. Boudet, « Qui était Bégon évêque d’Auvergne ? », Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, 1914, p. 201-223) ; Deusdedit (961-997), évêque de Rodez (J.-L. Biget, « L’épiscopat du Rouergue et de l’Albigeois (Xe-XIe s.) », La Catalogne et la France méridionale autour de l’an mil, Barcelone, 1991, p. 185).

5 Il est fort probable, selon C. Lauranson-Rosaz (op. cit., p. 147), que Dacbert (987-1013), archevêque de Bourges, soit de la parentèle des sires de Bourbon. Foulques, évêque de Cahors (1055-1063) pourrait être, d’après une étude de D. Panfili (Bulletin de la ∂ociété des études du Lot, T. 118, p. 14) de la famille des Misclansmalum. Gausbert, évêque de Cahors (v. 991), vir nobilis, serait issu de la famille de Gourdon (G. Lacoste, Histoire générale de la province de Quercy, Cahors, 1883, rééd. Paris, 1968, p. 364). Les évêques de Rodez Raimond (v. 1095) et Adémar (1099-1144) appartiendraient à la famille de Belcastel (A. Bonal, Histoire des évêques de Rodez, Rodez, 1935) ou de Cantobre (H. Barrau, Documents historiques et généalogiques sur les familles du Rouergue, Rodez, 1854, T. II, p. 713). Bernard (951-964) et Raimond (988/989), évêques d’Albi, seraient membres l’un de la famille vicomtale d’Albi, l’autre de la maison comtale de Toulouse (J.-L. Biget, loc. cit, p. 185). Nous rejetons en revanche le rattachement erroné de l’évêque de Cahors à la famille des seigneurs de Castelnau (E. Sol, L’Église de Cahors sous les Carolingiens et les Capétiens, Paris, 1938, p. 39-40 ; G. Lacoste, op. cit., p. 401). Nous ne partageons pas non plus les hypothèses proposées par R. Sève (« La seigneurie épiscopale de Clermont des origines à 1357 », Revue d’Auvergne, 1980, p. 111) et M. Boudet (Collection inédite des chartes de franchises de Basse Auvergne, Clermont, 1914, p. 42) concernant l’identification de l’évêque de Clermont Guillaume dit « de Chamalières » (1073-1077) : le premier propose de l’identifier au neveu d’Etienne de Polignac, le second le rattache à la maison de Baffie.

6 Au chiffre 50 annoncé ci-dessus, sont ajoutés Durand, évêque de Clermont (1077-1095) et Guillaume II évêque d’Albi (1079-1091) dont nous ignorons les attaches familiales, mais dont la région d’origine nous est connue.

7 Bourges : Géronce (911-948) et Laune (943-955) de la maison de Déols ; Richard (956-959) et Hugues (959-987) de la maison de Blois ; Aimon (1030-1070) et Dacbert (987-1013) de la maison de Bourbon. Mende : Aldebert Ier (1052-1095) et Aldebert II (1099 7-1123) de la famille des seigneurs de Peyre. Le Puy : Etienne (1029-1052) et Pierre (1053-1073) de la maison de Mercœur. Clermont : Etienne II (943-984) et Etienne IV (1013-1021) de la famille comtale de Clermont.

8 5 inconnus sur 23 (soit 21,5 %) entre 950 et 1000, 5 sur 17 (soit 29 %) entre 1000 et 1050, et 10 sur 30 (soit 33 %) entre 1050 et 1100.

9 Mabillon dit de lui qu’il était d’origine modeste et nous partageons cet avis. Était-il issu de la petite noblesse auvergnate ou d’une famille de roturiers ? Nous penchons plutôt pour la deuxième proposition.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1 :
Légende Le milieu familial
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/26693/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Tableau n° 3 :
Légende Origines géographiques des évêques de la province de Bourges
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/26693/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search