Version classiqueVersion mobile

Les sociétés méridionales à l’âge féodal (Espagne, Italie et sud de la France xe-xiiie siècle)

 | 
Hélène Débax

Institutions et pratiques féodales

Sens et expression de l’aide dans les serments de fidelité roussillonnais aux xie et xiie siècles

Laure Verdon

Texte intégral

1Le rôle joué par les serments de fidélité dans la genèse des structures vassaliques méridionales n’est plus à démontrer. Ce genre de textes a fait l’objet d’études importantes qui couvrent désormais l’ensemble des provinces méridionales (Catalogne du sud, Languedoc, Provence-Dauphiné) et ont permis de préciser, en envisageant essentiellement le contenu sémantique de la fidélité et les formes de son expression, le sens de l’engagement du prestataire. La fidélité s’entend, dès le début du XIe siècle, comme le respect de la parole donnée.

2Les Archives Départementales des Pyrénées-Orientales renferment un petit nombre de serments, datés des années 1075 pour le plus ancien à 1188 pour le plus tardif. Au-delà de cette date, les serments de fidélité écrits disparaissent, la fidélité se trouvant désormais incluse dans la prestation de l’hommage. Ces textes offrent un petit corpus homogène susceptible d’être rapproché des serments non datés du règne de Raymond-Bérenger Ier conservés à Barcelone. Par ailleurs, le Liber Feudorum Maior permet de compléter ce corpus grâce au volumineux dossier cerdagnol.

3Il ne s’agira pas ici de mener une étude complète de ces serments, mais de s’intéresser à un aspect particulier : l’expression de l’aide (adjutor/adjutorium). L’aide est, en effet, l’un des devoirs vassaliques, tels qu’ils sont définis dès le début du XIe siècle par Fulbert de Chartres dans sa réponse au duc d’Aquitaine. En Roussillon, cette aide est toujours mentionnée dans le serment de fidélité, parfois à différents endroits du texte, et joue par conséquent un rôle dans la définition de la fidélité. Au fond, il s’agira de poser quelques jalons pour une meilleure compréhension du contenu de la parole donnée.

Les mots pour le dire

  • 1 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle : croissance et mutations d’une s (...)

4P. Bonnassie et M. Zimmermann ont remarqué que les textes des serments de fidélité catalans, dès le XIe siècle, semblent employer un formulaire stéréotypé, même si ce dernier peut s’adapter à de nombreux cas de figure1. Ce moule correspond à l’expression carolingienne de la fidélité, mais s’y ajoute toujours une précision concernant l’aide à apporter au récipiendaire.

  • 2 Texte publié par F. Miquel Rossell, Liber Feudorum Maior, tome 2, Barcelone, 1945.

5Les serments cerdagnols sont parmi les plus complets du genre et peuvent servir de base pour dégager cette trame. Le texte du serment s’articule sur les emplois successifs de la conjonction « et » suivie très souvent de la répétition de la formule « de ista hora in antea », sorte d’incantation qui vient renforcer la promesse. Ainsi, sur la base du serment prêté par le vicomte Bernard au comte de Cerdagne Raymond, daté d’entre 1050 et 1068, on peut distinguer cinq parties2 :

    • 3 Cette formule, qui ne se généralise dans les serments languedociens qu’à partir de la seconde moiti (...)
    • 4 B4, serment de Petrus Olivarii au comte de Roussillon Guilabert, 1075. Reproduit en annexe.

    A- correspond aux formules carolingiennes « positives » qui expriment directement la fidélité et forment l’introduction du serment : « De ista hora in antea » ; « fidelis ego ero »3 (ou : « iuro egoX quod fidelis ero ad te / tibi ») ; « sine fraude et ullo malo ingenio et sine ulla deceptione et sine engan per directam fidem ». La formule « sicut homo debet esse suo seniori » se rencontre parfois mais pas de façon systématique. Notons toutefois que, dès le milieu du XIe siècle, on emploie, le cas échéant, la formule complète : « sicut homo debet esse suo seniori cui manibus se comenda »4.

    • 5 Serments de castlans présentant une sécurité jurée exprimée en termes généraux (Liber Feudorum Maio (...)

    B- désigne les clauses générales « négatives », toujours d’origine carolingienne, qui expriment la sécurité jurée par le prestataire du serment par rapport à la personne et aux biens du récipiendaire : « et de ista hora in antea ego no dezebrei Raimundum de sua vita neque de suis membris neque de suos comitatos, castros, rochas aut puios.., / ab hac ora in antea non te decipiam de tua vita neque ex membris tuis... neque de tuo honore vel honoribus.../ no li o tolre... ne li o vedare... ne le
    n enganare nec ego nec homo ». Ces clauses peuvent ne pas se trouver dans les serments prêtés par les castlans, mais, contrairement aux serments provençaux ou languedociens, la sécurité jurée n’est pas spécifique des serments prêtés par les Grands5.

  • C- concerne une aide à apporter au récipiendaire, elle aussi exprimée en termes généraux mais semble-t-il axée sur la défense et la tenue des possessions matérielles de ce dernier : « et si homo est... qui tibi tollere voluerit... adiutor te n sere per directam fidem ; et adiutor li o sere a tener et ad aver sine engan / sed adiutor ero tibi retinere omnem tuum honorem... contra cunctos homines... qui tibi aufere voluerit / iuro a ti adiutor te sserei de tuo honore vel honores ». Ces clauses sont, il est vrai, très rares dans les serments prêtés par les castlans. Je rangerai aussi dans cette catégorie l’aide promise par le vicomte Bernard au comte de Cerdagne Raymond, exprimée en deux temps : l’un par la première phrase citée, l’autre, plus avant dans le texte « aiutor ero ego Bernardus ad Raimundum de suis inimicis aut inimico, inimica vel inimicas, infidelibus vel infideles sine sua deceptione ».

  • D- s’attache plus particulièrement à la sécurité de certaines terres ou du castrum tenu par le castlan : « de ista hora in antea... no vedare ad Raimundum ipsos castros qui sunt in Cerritanie id sunt (Mirales, Cheralt et Joch) / non dezebre te... de ipso Castro sancti Martini et de castello de Cheralt / iuro ipsum castrum de Miralies et de Cheralt quod no l te vedare ». Si la formulation est négative, elle peut être précisée par une phrase redondante indiquant que le prestataire s’engage à ne pas prendre (vedare, dezebre, auferre) ou faire prendre le castrum en question, ni à s’engager dans aucun complot (associetate, amicitia) destiné à dépouiller le récipiendaire. Mais on peut trouver, dès la seconde moitié du XIe siècle, une formulation positive qui dispense de précision (« et fidelis ero de ipsos castros de Miriales et de Cheralt ») et donne au terme « fidèle » le sens de non agresseur. Dans le cas d’un serment prêté par un castlan, la reddition de la potestas du castrum s’insère à la suite.

  • E- représente la sécurité jurée pour une terre ou un castrum particuliers entraînant la prestation d’une aide, différenciée de C : « et si est homo... qui tibi tollat aut vetet iam dictos castros adiutor te n sere ad guerreiar et ad recuperare sicut melius potuero. Et ad ipsum adiutorium... lo t fare per quantas vices tu me n manaras / et adiutor eum et eas ero ad tener et ad aver et a detender contra omnes qui ibi eum tollere velint ». Le serment prêté par le vicomte Bernard au comte de Cerdagne inclut également la notion de ligesse et la mention de l’hommage (« et manibus ad illum... me n comanare »).

  • 6 H. Débax, ∂tructures féodales dans le Languedoc des Trencavel (XIe-XIIe siècles), Thèse N.R. inédit (...)

6Au XIIe siècle, outre les modifications diplomatiques, identiques à celles déterminées pour les serments languedociens6, il convient de relever trois évolutions importantes qui affectent le contenu même des serments :

    • 7 Voir J.-P. Poly et E. Bournazel, La mutation féodale, Paris, 1980 (réédition 1991), p. 145.

    les formules négatives exprimées en B disparaissent en tant que telles ; désormais, l’expression fidelis ero se rattache directement à la vie et aux biens du récipiendaire (« fidelis ero de vita tua et membris et de tuo honore / iuramus vobis vita et membra/iuro a tibi... omnia de tua vita et omnia membra tua... »). Cette évolution renforce le contenu de la fidélité que nous avons déjà évoqué pour la fin du XIe siècle : la fidélité est l’expression positive d’une sécurité7.

  • l’aide promise systématiquement s’exprime en termes généraux et semble correspondre à une véritable aide vassalique.

  • la sécurité jurée pour le castrum disparaît (elle peut être, mais rarement dans nos sources, transformée en une formule positive, sur le modèle évoqué ci-dessus : « ero tibi fidelis de ipso Castro de Mirallies »).

Adiutor te serei, ou les deux emplois du terme « adiutor »

7Que recouvre précisément l’aide promise ? Il convient à nouveau ici de distinguer le XIe du XIIe siècle, afin de mieux identifier et interpréter l’évolution.

  • 8 La définition du terme adjutorium donnée dans J.F. Niermeyer, Mediae latinitatis lexicon minus, Lei (...)
  • 9 Textes reproduits dans P. Bonnassie, op. cit., p. 140 note 32. On peut rapprocher cet emploi de la (...)
  • 10 « ... adiutor te n sere ad guerreiar et ad recuperare sicut melius potuero », LFM, serment d’un cas (...)

8Au XIe siècle, le terme adiutor peut être employé, nous l’avons vu, à deux endroits précis du serment : en C, le prestataire s’engage à aider le récipiendaire à « retenir », « tenir et avoir » ses biens et son honneur autant de fois que ce dernier le lui demandera. Le terme revêt une signification générale et peut être interprété comme une sorte de garantie de la fidélité8. Cette acception, fort peu courante dans les serments prêtés par les castlans, revêt sans doute un caractère ancien et non vassalique à l’origine. On trouve le terme employé, par exemple, dans les deux serments collectifs prêtés par deux communautés rurales au comte Raymond IV de Pallars au milieu du XIe siècle9. En E, l’aide apparaît étroitement liée au castrum et à sa défense ; il s’agit alors de préciser le sens de l’expression fidelis ero par une aide clairement militaire, définie par la suite de la phrase10. L’association entre l’adjectif fidelis (ou rectus) et le terme adjutor se rencontre d’ailleurs dès la fin du XIe siècle, même si ce rapprochement n’est pas systématique. Le prestataire ne peut, non plus, se soustraire à la demande de son seigneur. Parfois associée aux autres devoirs vassaliques (le serment prêté par Hugues de Serralongue au vicomte de Castelnou, sans doute au milieu du XIe siècle, précise : « promito tibi quod faciam tibi ostes et cavalcades et cuiras et placita »), l’aide confère au serment son caractère proprement vassalique, en plaçant symboliquement la définition du lien de subordination et du devoir militaire au cœur du texte.

  • 11 Sur l’évolution du terme potestas et de son contenu aux XIIe et XIIIe siècles, voir M. Zimmermann, (...)
  • 12 Voir en annexe le texte du serment de Guillaume d’Apia au comte Girard pour le castrum de Salses.

9Au XIIe siècle, l’aide centrée sur le castrum disparaît. Désormais, la reddition de la potestas est l’élément fondamental qui structure la hiérarchie féodale dont les castra, véritables unités de commandement militaire, sont la base11. Pour autant, une aide est toujours exigée des prestataires de serments de fidélité. Comme en Languedoc, elle se trouve libérée de ses restrictions et se traduit par un véritable service armé, engageant le prestataire à défendre les biens de son seigneur acquis par son conseil ainsi qu’à participer à toute guerre déclarée par ce dernier. Si les serments roussillonnais continuent à employer le vieux terme adjutorium, contrairement aux serments provençaux ou delphinaux, par exemple, dans lesquels se généralise la formule ad fidelitatem et servitium, le sens de l’aide est néanmoins et désormais bien celui d’un service vassalique. En témoigne ainsi l’ajout du qualificatif valedor pour désigner, par une redondance du terme adjutor, celui qui effectuera l’aide demandée12. Ce terme, que l’on ne rencontre pas dans les serments des autres régions méridionales, peut ainsi être compris comme un synonyme de « vassal ».

10L’aide promise dans les serments, au XIIe siècle, est donc définie et codifiée, proportionnelle à l’importance du fief et respectueuse de la hiérarchie féodale, comme en témoignent les conventions féodales. Le fait de la trouver exprimée et contenue dans le serment de fidélité confère à ce dernier, encore à cette époque et malgré la généralisation de l’hommage, une importance grande. La fidélité exprime désormais un lien de subordination fondé sur le service armé.

Annexe

Archives Départementales des Pyrénées-Orientales, B4 : photocopie de l’original + une copie datée de 1298.

ALART, B, Cartulaire roussillonnais, Perpignan, 1880 , p. 86-87

Daté par B. ALART de 1075

Serment de Petrus Olivarii au comte Guilabert II (1075-1102)

Ego Petrus Olivarii filius qui fui Riscendis de ista ora in antea fidelis ero tibi Gilaberto comité filius qui fuisti Adaladis comitissa sine fraude et ullo malo ingenio et sine ulla deceptione per directam fidem sine engan sicut homo debet esse suo seniori cui manibus se comendat. Et de ista ora in antea ego predictus Petrus no dedebrei te prefatum Gilabert de tua vita [ajout d’Alart : neque de tuis membris qui in corpus tuum se tenent] neque de tuis honoribus quem hodie habes vel per qualicumque modo in antea adquisieris neq de tuos castellos sed adiutor ero tibi retinere omnem tuum honorem per directam fidem sine engan contra cunctos hommes vel feminas qui tibi auferre voluerit vel voluerint et de tuo adiutorio nom desuedarei ne no ten engannarei ne acomonir nomen vedarei per quantas vegadaslom manaras o men comoniras per te ipsum aud per tuos missos vel missum. Et de ipso castello qui est in villa ∂alses potestad no ten vedarei ne estadga per quantas vegadas men demanaras per te ne per tuos messages ne per tuo message. ∂icut superius est scriptum si to farei per directa fide sine engan to atendrei.

Archives Départementales des Pyrénées-Orientales, B 5, copie datée de 1298

Serment de Guillaume d’Apia au comte Girard II (1164-1172)

1165 ?

Ego Guillemus de Apiano filius Adaledis femine de ista hora in antea tibi Guirardo comiti Rossilionensi filio Trenchavelle comitisse [autre version : filio Agnetis comitisse] fidelis ero de vita tua et membris tuis sine engano et de tuo honore quem habes et tenes et habere debes et quem in antea acaptabis meo consilio ero tibi ajudador et valedor sine engano. Et castellum de ∂alses dabo tibi poder quocies tu interrogabis me inde poder per te vel per tuum missage (messagium) quamdiu illud tenuero vel aliquis (alius) homo per me. Et sit superius scriptum est et legi potest to atendrei e to atendrei sine enganno per deum et hec sancta.

Notes

1 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle : croissance et mutations d’une société, Toulouse, 1976, tome 2, p. 741-743 ; M. Zimmermann, « "Et je t’empouvoirrai" (Potestativum te farei). À propos des relations entre fidélité et pouvoir en Catalogne au XIe siècle », Médiévales, 1986, p. 17-36. J.-P. Poly remarque également, à propos de la Provence, que le serment est un instrument d’usage beaucoup plus souple que la convenientia. J.-P. Poly, La Provence et la société féodale (879-1166). Contribution à l’étude des structures dites féodales dans le Midi, Paris, 1976.

2 Texte publié par F. Miquel Rossell, Liber Feudorum Maior, tome 2, Barcelone, 1945.

3 Cette formule, qui ne se généralise dans les serments languedociens qu’à partir de la seconde moitié du XIe siècle, est antérieure en Catalogne. Cependant, elle n’apparaît pas dans les plus anciens serments conservés, datés des annaées 1010-1030 : voir M. Zimmermann (dir), Les sociétés méridionales autour de l’an Mil. Répertoire des sources et documents commentés, Paris, 1992, p. 172-175.

4 B4, serment de Petrus Olivarii au comte de Roussillon Guilabert, 1075. Reproduit en annexe.

5 Serments de castlans présentant une sécurité jurée exprimée en termes généraux (Liber Feudorum Maior, n° 594-623,1050-1068) castlans de Miralies et Cheralt au comte de Cerdagne ; de Bernard castlan de Chéralt ; de B. Guitard et Bérenger Bernard castlans de Saint-Martin, Miralies et Chéralt ; de Petrus Olivarii au comte de Roussillon Guilabert ; de Bernard Hugues de Serralonga à Guillaume vicomte de Castelnou, Archives Départementales des P.O. B93.

6 H. Débax, ∂tructures féodales dans le Languedoc des Trencavel (XIe-XIIe siècles), Thèse N.R. inédite, Toulouse, 1997, p. 287-289 ; ces modifications traduisent la mise en forme diplomatique du texte des serments.

7 Voir J.-P. Poly et E. Bournazel, La mutation féodale, Paris, 1980 (réédition 1991), p. 145.

8 La définition du terme adjutorium donnée dans J.F. Niermeyer, Mediae latinitatis lexicon minus, Leiden, 1976 (réédition 1997) (aide, appui) confirme ce caractère imprécis et général.

9 Textes reproduits dans P. Bonnassie, op. cit., p. 140 note 32. On peut rapprocher cet emploi de la pratique des serments-sécurités provençaux conclus entre un comte et un établissement ecclésiastique, tel celui cité par J.P. Poly, op. cit., en note 200 p. 165 conclu entre Raymond de Saint-Gilles et l’archevêque d’Arles au milieu du XIe siècle.

10 « ... adiutor te n sere ad guerreiar et ad recuperare sicut melius potuero », LFM, serment d’un castlan de Miralles et Cheralt au comte de Cerdagne.

11 Sur l’évolution du terme potestas et de son contenu aux XIIe et XIIIe siècles, voir M. Zimmermann, art. cit. ; qu’il me soit permis de renvoyer également, pour le Roussillon, à ma thèse : L. Verdon, La terre et les hommes en Roussillon aux XIIe et XIIIe siècles : structures seigneuriales, rente et société d’après les sources templières, Thèse N.R., Toulouse, 1994, à paraître aux Presses Universitaires de Provence.

12 Voir en annexe le texte du serment de Guillaume d’Apia au comte Girard pour le castrum de Salses.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search