Version classiqueVersion mobile

Les sociétés méridionales à l’âge féodal (Espagne, Italie et sud de la France xe-xiiie siècle)

 | 
Hélène Débax

Mutation féodale

La mutation de la viguerie en Rouergue (ixe-xiie s.)

Frédéric de Gournay

Texte intégral

  • 1 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle, Toulouse, 197-19765, tome I, p.  (...)
  • 2 F. Lot, « La vicaria et le vicarius », Nouvelle Revue historique de Droit français et étranger, t.  (...)

1Pierre Bonnassie a souligné le rôle crucial des viguiers dans la grande mutation catalane des années 1020-1060 : en s’émancipant de l’autorité publique dont ils étaient les représentants, ils sont devenus seigneurs avant de nommer à leur tour leurs propres viguiers1. Ainsi s’éclaire ce que Ferdinand Lot n’avait pu établir : la filiation entre les viguiers carolingiens et leurs homonymes de l’époque suivante2. Les documents du Rouergue permettent de suivre ce passage de la viguerie publique à la viguerie féodale.

La viguerie publique (IXe-Xe s.)

  • 3 Cartulaire de l’abbaye de Beaulieu, n° XLVII (édition M. Deloche, Paris, 1859). Il faut rectifier l (...)
  • 4 Cf. cependant les chefs-lieux fortifiés de certaines vigueries.

2Le terme de viguier (vicarius) peut conserver son sens général de « remplaçant » : il s’applique en 962 aux champions d’un duel judiciaire organisé sur l’ordre d’un comte raimondin3. Mais c’est un sens précis qui s’est imposé à l’époque carolingienne, celui de représentant de l’autorité comtale dans les domaines judiciaire et militaire. Ce dernier aspect n’apparaît pas directement en Rouergue4, dont la documentation pauvre en notices de plaid n’a livré que trois noms de viguiers, tous attestés dans la première moitié du Xe siècle. Deux apparaissent dans l’exercice de leurs fonctions :

  • 5 Cartulaire de l’abbaye de Conques en Rouergue, n° 155 (éd. G. Desjardins, Paris, 1879).
  • 6 A.D. Aveyron, 3G 300 n° 6 : « ante Jorio, vicario vasso Ermengaudo comite ». Le vie de ∂udiriacus e (...)
  • 7 J. Belmon, Les Vicomtes de Rouergue-Millau, Xe-Xle siècles, thèse de l’École des Chartes (dactyl.), (...)
  • 8 Cartulaire de l’abbaye de Vabres au diocèse de Rodez, n° 45 (éd. E. Foumial, Rodez et Saint-Etienne (...)

* Amiel, appelé à trancher un litige près de Conques en janvier 9345 ;
* Jorius, « viguier vassal du comte Ermengaud », qui préside en juin 906 un plaid public (mallus puplicus) au vicus ∂udiriacus, assisté par sept juges (judices) et de nombreux boni homines6. Ce personnage important pourrait être l’ancêtre des vicomtes de Rouergue-Millau7.
* Le troisième viguier est lui aussi étroitement lié au comte de Rouergue, puisqu’il s’agit de Rainon, « vicomte et viguier », associé au comte Ermengaud dans un échange avec l’abbaye de Vabres entre 930 et 937 ; un autre vicomte souscrit cet acte : Bernard, qui pourrait être le petit-fils de Jorius8.

  • 9 M. Deloche, Pagi et vicairies du Limousin aux IXe, Xe et XIe siècles, Paris, 1899, p. 54-57 (append (...)
  • 10 J-F. Boyer, « Les circonscriptions civiles carolingiennes à travers l’exemple limousin », Cahiers d (...)
  • 11 J.-F. Boyer, op. cit., p. 240-241.
  • 12 J.-F. Boyer, op. cit., p. 242 : la disparition du « système vicarial » est l’un des « effets de la (...)
  • 13 J.-F. Boyer, op. cit., p. 244.
  • 14 J.-F. Boyer, op. cit., p. 254.
  • 15 J.-F. Boyer, op. cit., p. 256-257.

3La viguerie (vicaria) garde aux IXe et Xe siècles un sens géographique : les chartes de vente ou de donation la citent pour localiser les biens-fonds. Tout porte à croire qu’elle était le ressort du viguier. Le réseau des vigueries est maintenant bien connu pour une région comme le Limousin : Maximin Deloche en avait recensé 50, auxquelles s’ajoutaient 4 centaines (centenae) et 22 pagi mineurs9 ; plus récemment, Jean-François Boyer a consacré une remarquable étude à ces « circonscriptions civiles carolingiennes »10. Elles sont attestées en Limousin entre 823 et 1099, mais se raréfient brutalement durant la décennie 990-100011 : mutation sociale ou documentaire, « révolution » ou seulement « révélation » ? Jean-François Boyer tranche pour la première hypothèse12. Il a dénombré 36 vigueries attestées avant 99013 qu’il définit comme des « circonscriptions bicéphales »14 : au « chef-lieu effectif », site public de type castrum ou vicus, s’ajoute une « deuxième tête », un domaine fiscal « servant de dotation ou de résidence au fonctionnaire en place », c’est-à-dire au viguier15. Une viguerie peut donc porter deux noms.

  • 16 Avec la vicaria Dunensis (Cartulaire de Conques, n° 212).
  • 17 Avec la vicaria Curiensis (Cartulaire de Vabres, n° 55).
  • 18 Documents historiques relatifs à la vicomté de Carlat, t. I, n° 1 (vers 940), éd. G. Saige et comte (...)
  • 19 Cart. Conques, n° 6 (Auvergne) ; Cart. Vabres, nos 42, 47, 48, 54. En sens inverse, la vicaria ∂anc (...)

4Le Rouergue se caractérise par un réseau vicarial très serré : 56 circonscriptions, dont 51 attestées avant 990, ce qui donne une superficie moyenne toute théorique de 175 km2 contre 475 km2 en Limousin. Elles apparaissent en 85216 et achèvent de disparaître au XIIe siècle17, mais le nom de certaines d’entre elles s’est perpétué jusqu’à ce jour : Barrez (vicaria, aice Barrensis), Bégonhès (ministerium, vicaria Begoniensis), Camarès (vicaria, ministerium Cambarense), Carladez (vicaria, ministerium, aice, et même comitatus Carladensis18), Peyralès (ministerium Petrelense). On le voit, certaines circonscriptions portent simultanément différentes appellations qu’il est difficile de hiérarchiser : le ministerium englobait peut-être plusieurs vicariae19. Le terme de vicaria arrive en tête (il s’applique à 43 circonscriptions), suivi d’assez près par ministerium (36 circonscriptions) ; aice vient loin derrière (10). On trouve occasionnellement centena (3), marca (1), grafia (1), pagus (1) et comitatus (1).

  • 20 Une charte originale d’avril 912 cite à la fois le ministerium de Ruten (is) civitate et le ministe (...)
  • 21 Cantobre (comm. et cant. de Nant, arr. de Millau), Capdenac (Lot), Carlat (Cantal), le site éponyme (...)
  • 22 Cartulaire de Vabres, n° 48.
  • 23 HGL, t. V, n° 111, col. 249.
  • 24 Begon, comm. de La Selve, cant. de Réquista, arr. de Rodez ; Le Mauron, comm. de Maleville, cant. d (...)
  • 25 Mansus de illa Vicaria, notice de la fondation du prieuré de Rieupeyroux (Histoire des Evêques de R (...)
  • 26 Grafiade, comm. de Causse-et-Diège, cant. de Capdenac-Gare, arr. de Villefranche. La grafia Capdena (...)
  • 27 Conques, n° 581. Des gisements de fer y sont attestés depuis 1087-1108 (B.N., Doat 143, f° 258 : pe (...)
  • 28 Ce toponyme gallo-romain suggère un domaine, d’autant qu’une église Saint-Christophe y est mentionn (...)
  • 29 Affluent de rive droite de l’Aveyron. Le chef-lieu du ministerium de Valleserga était sans doute le (...)
  • 30 Affluent de rive droite du Dourdou de Vabres (vicaria, ministerium de Valle ∂orica).
  • 31 Affluent de rive gauche du Tarn. La centena Crenono est attestée en 894 (Beaulieu, n° LXXVI). Son c (...)

5Comme en Limousin, les chefs-lieux de ces circonscriptions se laissent répartir en deux catégories. Parmi les sites publics, les capitales comtale et vicomtale, Rodez et Millau20 ; des citadelles préromaines21 ; des forteresses plus récentes, comme Calmont d’Olt ou celles – au nom significatif – de Ban-Castel (vicaria de Banna Castello), attestée en 94522, et de Castelnau-Peyralès (illo castello novo de Petrilense), citée en 961 par le comte de Rouergue Raimond 1123. D’autres sites semblent correspondre aux « domaines d’accompagnement » décrits par Jean-François Boyer : Bégon et Le Mauron portent le nom d’un ancien titulaire24 ; certains toponymes rappellent peut-être la dotation du viguier, comme le mas de la Viguerie, mentionné vers 103025, ou la ferme de Grafiade, située dans l’ancienne grafia Capdenacensis26. Cette dualité permet-elle d’étendre au Rouergue la notion de « circonscriptions bicéphales » ? Tel semble bien être le cas de la vicaria Ferrariensis / Montiniacensis, où se trouvait l’abbaye de Conques. Le premier nom exprime la vocation minière de ce domaine fiscal concédé par le comte Gibert à l’ermite Dadon vers 79527 ; le second correspondrait à la dotation du viguier28. Enfin, les vigueries sans chef-lieu explicite correspondent à des vallées : celles de la Serre29, de la Sorgue30 et, très probablement, du Cernon31.

L’appropriation de la viguerie

  • 32 Fréquence obtenue en calculant la proportion des actes mentionnant les circonscriptions parmi les s (...)

6Les circonscriptions se raréfient à partir de la fin du Xe siècle. Leur fréquence de mention32 s’élevait à 88 % entre 851 et 900, 86 % entre 901 et 950 ; un fléchissement s’observe dès lors, où la proportion passe à 70 % entre 951 et 996. Puis c’est la chute : 35 % sous Robert le Pieux (996-1031). Les mentions deviennent par la suite résiduelles (14 % entre 1031 et 1065, 5 % entre 1065 et 1108). Moins brutal qu’en Limousin, où la fréquence passe de 90 % à 15 % entre les décennies 980-990 et 990-1000, le phénomène n’en est pas moins net. Le système vicarial en Rouergue amorce son déclin à partir de 950 et il s’effondre entre 996 et 1031.

  • 33 B.N., Doat 126, f° 44 v°. Il s’agit de la troisième et dernière version du testament de Ramnulf, le (...)
  • 34 Conques, n° 394.
  • 35 Conques, n° 187.
  • 36 Conques, n° 279 (1031-1065), 462 (1061-1108) et 463 (1087-1108).
  • 37 Conques, n° 256 (1061-1065).
  • 38 Conques, n° 494 (vers 1065-1087), 507 (1087-1108).
  • 39 Conques, n° 19 et 20 (1078). Ces deux actes se rapportent au domaine de Pallas, situé sur l’étang d (...)

7Au moment même où la viguerie disparaît comme cadre territorial de référence, elle apparaît comme objet de transaction. Les premiers exemples se rencontrent dans les régions voisines : en Quercy, Ramnulf lègue vers 972-983 la viguerie de Limaniaco à son parent Hugues33 ; en Auvergne, vers 1019, le châtelain Hector d’Aurouze vend à l’abbaye de Conques la viguerie du domaine de Molompize pour 160 sous34. En Rouergue, c’est aux environs de l’an mil qu’un certain Rainald Sarrasin (cognomine ∂arracenus) reconnaît tenir des moines de Conques le fief et la viguerie (fevum et vicariam) sur des terres à Campagnac35. Au cours du XIe siècle, la viguerie peut être donnée36, vendue37, engagée38, inféodée39.

  • 40 Conques, n° 43 (1061-1065 ; Tanavelle, Cantal) : « Ego Rodbertus de Castello dono et cedo... vicari (...)
  • 41 Conques, n° 3.
  • 42 Conques, n° 2.
  • 43 Attestée d’abord comme ministerium : Conques, n° 117 (955-985), puis comme vicaria : ibid., n° 141  (...)

8C’est qu’elle est devenue un droit banal, une mauvaise coutume40. Une charte des années 1061-1065 illustre bien cette mutation41. Les seigneurs de Belcastel, seniores de Bello Castello42, donnent à l’abbaye de Conques la viguerie de la villa de Rignac « in tali ratione ut monachi habeant duas partes de justicia et terciam partem aliam nos habebimus de manu illorum », héritiers de la défunte vicaria Ruthiniacensis43 dont ils ont fait une seigneurie châtelaine, les sires de Belcastel en disposent pour la reprendre des moines de Conques, devenant de ce fait les viguiers de l’abbaye.

9Si le terme de viguier réapparaît au XIe siècle, c’est pour désigner les agents des seigneurs ecclésiastiques ou châtelains. Que ces derniers soient eux-mêmes issus des viguiers carolingiens est à peu près certain pour les lignages d’Arjac, Belcastel, Calmont d’Olt et Conques.

La viguerie seigneuriale (XIe-XIIe s.)

  • 44 Conques, n° 15.
  • 45 Vicarius et serviens/sirventus sont pratiquement synonymes : Conques, n° 443 (v.1105) ; B.N., Doat  (...)
  • 46 À la fin du XIIe siècle, des pages tenaient une viguerie à Trébuc (comm. de Montézic, cant. de Sain (...)
  • 47 Conques, n° 57 (nord de l’Albigeois, 1061-1065) : « Nullus enim est ibi vicarius ». Ibid., n° 63 (T (...)
  • 48 Conques, n° 276 (Cantal, 1031-1060).
  • 49 Conques, n° 371 (Rouergue, 1087-1108).

10Les viguiers seigneuriaux sont généralement anonymes : « seniores de Panado... drictum de illorum vigerios totum et ab integrum donaverunt », dit-on lors de la restauration du monastère de Clairvaux en 106044. Ce sont des personnes d’humble condition45, parfois même des paysans46 et leur nombre se devine à la prolifération de l’anthroponyme Viguier (ou Viguié) à partir du XIIe siècle. Ils peuvent en effet être affectés à n’importe quel lieu47, voire même à des mas : « vicarius ipsius mansi »48, « vicariolus ejusdem mansi »49 – de telles expressions se conçoivent mal avant l’an mil !

  • 50 Conques, n° 546 (autour de 1108) ; cf. aussi la coutume originale de Saint-Antonin (vers 1143), éd. (...)
  • 51 Conques, n° 491 (XIIe s.), 546 (v.1108).
  • 52 Conques, n° 19 et 20 (1078), 26 (1031-1065), 307 (XIe s., Cantal), 529 (XIIe s.).
  • 53 Conques, n° 546.
  • 54 Conques, n° 491.

11Agent du seigneur, le viguier des XIe et XIIe siècles l’est pour la justice50 comme pour la perception des redevances. Il est étroitement soumis à son maître – c’est du moins ce que veulent nos sources, qui expriment le point de vue du maître et non celui du viguier51 –, et cette subordination peut prendre la forme d’une relation féodale52, voire féodo-vassalique53. Malgré tout, les viguiers tendaient à profiter de leur fonction pour s’émanciper : un texte du XIIe siècle doit préciser que telle viguerie ne doit pas échoir en héritage à une femme, « et in ista vicaria mulier non debet ereditari »54. Une seconde révolution vicariale n’était cependant pas possible, car le pouvoir seigneurial, issu d’une viguerie d’une autre ampleur, était assez fort pour faire valoir ses droits envers ses propres agents.

  • 55 Conques, n° 19 et 20 (Pallas, 1078) ; n° 60 (Toulousain, 1061-1065).
  • 56 Conques, n° 19 et 20.
  • 57 Ce sont tous des écarts : la Vigairie (comm. de Peyrusse-le-Roc), la Viguerie (comm. de Bozouls ; d (...)
  • 58 Conques, n° 3.
  • 59 Conques, n° 546 : el terz dellas justizias... lo terz del veguers.
  • 60 Conques, n° 38 (1060-1065), 188 (1031-1065), 518 (XIe-XIIe s.) ; B.N., Doat 143, f° 255 v° (1031- 1 (...)
  • 61 Conques, n° 566 (début du XIIe s.) : ella vegairia que i demando devol far saber que a dreig l’a i (...)
  • 62 Conques, n° 553 (1031-1060).
  • 63 Cartulaire de La ∂elve, éd. P. Ourliac et A.-M. Magnou, Paris, 1985.

12En guise de rémunération, le viguier pouvait recevoir une exploitation : le mas vicarial55, l’apendarie vicariale56 – cette dotation, qui rappelle en plus petit celle des viguiers carolingiens, est probablement à l’origine des sept toponymes aveyronnais du type « La Viguerie »57. Il percevait le tiers des revenus de justice à Rignac en 1061-106558, à Conques au début du XIIe siècle59. D’une manière générale, la vicaria désigne la part du viguier sur les redevances qu’il prélevait au nom du seigneur60. Elle est ainsi devenue un droit exigible61 et qui s’ajoute aux autres droits que sont devenus l’alleu, le fief et le bénéfice. Cette superposition se manifeste dès le XIe siècle62 ; elle deviendra la règle au XIIe siècle, notamment autour de La Selve où l’on ne pourra plus donner sans préciser : « per fiu e per alo e per vegaria, lo feu el benefizi ella vegaria »63.

  • 64 Conques, n° 131.
  • 65 J. Belmon, op. cit. (ci-dessus, note 7), p. 267. Le censier est conservé aux Archives Nationales (J (...)
  • 66 J. Belmon, op. cit., p. 271.
  • 67 D’après les calculs de J. Belmon, son ressort incluait vers 1050 92 mas, 3 capmas, 2 apendaries ; v (...)
  • 68 Affluent de rive droite du Tarn, il s’y jette entre Aguessac et Compeyre en venant de Verrières. J. (...)
  • 69 A.D. Bouches-du-Rhône, 1H 57, n° 276 (v.1080) : viguerie de Richard Arland ; 1H 41, n° 194 (1061) : (...)

13Et c’est ainsi que la viguerie retrouve au XIe siècle un sens géographique : comme ressort du prélèvement seigneurial. Aux alentours de 1030, Austrin de Conques répartissait déjà ce qu’il prélevait « in vicaria Geraldo Bertrando... et in vicaria Oddoni »64. Cette sorte de circonscription seigneuriale fut systématisée par les vicomtes de Millau, comme il ressort de l’étude effectuée par Jérôme Belmon sur leur censier, probablement rédigé vers 1080 « à partir d’un noyau documentaire remontant au milieu du XIe siècle »65. Ce texte répartit 620 unités de prélèvement – à 95 % des mas – en six ressorts (menesteir ou vegaria) regroupant chacun de 56 à 122 mas. Les titulaires de ces ressorts sont des « agents d’administration seigneuriale » qui paraissent d’origine « modeste et locale », sans rapport avec les lignages nobles de l’époque66 : Bernard, fils d’Odo ; Lambert ; Gitbert de Saint-Germain, dont la vegaria décrite vers 1080 est plus réduite que le menesteir dont il était chargé trente ans plus tôt67 ; Odo Buscha ; Ermengaud et Etienne ; Richard Arland, dont la circonscription épousait la petite vallée de Lumensonnesque68. Ces ressorts semblent bien distincts des châtellenies. Attestés par d’autres sources69, ils témoignent d’une reconstruction administrative précoce que les comtes barcelonais poursuivront lorsqu’en 1112-1113 ils hériteront de la vicomté de Millau.

Conclusions

  1. Ressort de l’autorité publique, la viguerie carolingienne s’organisait autour des points forts du peuplement et perpétuait parfois d’antiques divisions territoriales voire ethniques.

  2. L’ordre public acheva de se disloquer lorsque les viguiers prirent leur indépendance vers l’an mil ; ils disparurent comme tels et devinrent seigneurs, en disposant de leur pouvoir judiciaire. La viguerie disparut comme circonscription et se transforma en droit banal.

  3. Les viguiers réapparurent dès le XIe siècle comme agents du nouveau pouvoir seigneurial ; leur viguerie n’était qu’une délégation de pouvoir et de prélèvement. Les vicomtes de Millau en firent le ressort d’un ordre nouveau.

14Le vocabulaire médiéval n’a décidément rien de statique. L’évolution de la viguerie traduit la transformation et la dissémination du pouvoir entre l’époque carolingienne et l’époque féodale. Son appropriation fut l’une des modalités de la mutation de l’an mil.

Notes

1 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle, Toulouse, 197-19765, tome I, p. 193-177 ; tome II, p. 580-584.

2 F. Lot, « La vicaria et le vicarius », Nouvelle Revue historique de Droit français et étranger, t. 17, 1893, p. 281-301 ; conclusion, p. 300.

3 Cartulaire de l’abbaye de Beaulieu, n° XLVII (édition M. Deloche, Paris, 1859). Il faut rectifier la datation de l’éditeur : « die Veneris, III idus julii (...) anno octavo sub Lotario rege » ne correspond sans doute pas au 13 juillet 960, mais au 11 juillet 962, le scribe ayant pu croire que le jour des Ides tombait le 13 de chaque mois sans exception. Le comte Raimond qui a ordonné ce duel pourrait être soit un descendant du Toulousain Raimond Pons, soit Raimond III de Rouergue.

4 Cf. cependant les chefs-lieux fortifiés de certaines vigueries.

5 Cartulaire de l’abbaye de Conques en Rouergue, n° 155 (éd. G. Desjardins, Paris, 1879).

6 A.D. Aveyron, 3G 300 n° 6 : « ante Jorio, vicario vasso Ermengaudo comite ». Le vie de ∂udiriacus est sans doute Saint-Saturnin-de-Lenne (arr. de Millau).

7 J. Belmon, Les Vicomtes de Rouergue-Millau, Xe-Xle siècles, thèse de l’École des Chartes (dactyl.), 1991, p. 77-80.

8 Cartulaire de l’abbaye de Vabres au diocèse de Rodez, n° 45 (éd. E. Foumial, Rodez et Saint-Etienne, 1989). D’après J.-L. Biget, seul Rainon était vicomte pour tout le Rouergue ; Bernard, lui, appartiendrait à la lignée des vicomtes de Millau (« L’épiscopat du Rouergue et de l’Albigeois (Xe-XIc siècle) », Catalunya i França meridional a l’entorn de l’any mil, Barcelone, 1991). Il n’y a apparemment aucune parenté entre Bernard et Rainon.

9 M. Deloche, Pagi et vicairies du Limousin aux IXe, Xe et XIe siècles, Paris, 1899, p. 54-57 (appendice n° XIV).

10 J-F. Boyer, « Les circonscriptions civiles carolingiennes à travers l’exemple limousin », Cahiers de civilisation médiévale, n° 39, juillet-septembre 1996, p. 235-261.

11 J.-F. Boyer, op. cit., p. 240-241.

12 J.-F. Boyer, op. cit., p. 242 : la disparition du « système vicarial » est l’un des « effets de la révolution seigneuriale ».

13 J.-F. Boyer, op. cit., p. 244.

14 J.-F. Boyer, op. cit., p. 254.

15 J.-F. Boyer, op. cit., p. 256-257.

16 Avec la vicaria Dunensis (Cartulaire de Conques, n° 212).

17 Avec la vicaria Curiensis (Cartulaire de Vabres, n° 55).

18 Documents historiques relatifs à la vicomté de Carlat, t. I, n° 1 (vers 940), éd. G. Saige et comte de Dienne, Monaco, 1900. Géraud d’Aurillac était qualifié de « comte » dans sa Vita rédigée par Odon de Cluny : ceci peut expliquer l’expression comitatus Carladensis.

19 Cart. Conques, n° 6 (Auvergne) ; Cart. Vabres, nos 42, 47, 48, 54. En sens inverse, la vicaria ∂ancti Remedii paraît avoir englobé plusieurs ministeria (Vabres, n° 47).

20 Une charte originale d’avril 912 cite à la fois le ministerium de Ruten (is) civitate et le ministerium Amiliavense (A.D. Aveyron, 3G 300 n° 9).

21 Cantobre (comm. et cant. de Nant, arr. de Millau), Capdenac (Lot), Carlat (Cantal), le site éponyme de la vicaria Dunensis (vers Decazeville) et le plateau du Tauran, qui s’élève à 809 m d’altitude (comm. de Roquefort-sur-Soulzon, cant. de Saint-Affrique, arr. de Millau).

22 Cartulaire de Vabres, n° 48.

23 HGL, t. V, n° 111, col. 249.

24 Begon, comm. de La Selve, cant. de Réquista, arr. de Rodez ; Le Mauron, comm. de Maleville, cant. de Montbazens, arr. de Villefranche.

25 Mansus de illa Vicaria, notice de la fondation du prieuré de Rieupeyroux (Histoire des Evêques de Rodez d’A. Bonal, éd. J.-L. Rigal, t. I, Rodez, 1935, p. 576).

26 Grafiade, comm. de Causse-et-Diège, cant. de Capdenac-Gare, arr. de Villefranche. La grafia Capdenacensis est citée en 956 (Cartulaire de Conques, n° 25).

27 Conques, n° 581. Des gisements de fer y sont attestés depuis 1087-1108 (B.N., Doat 143, f° 258 : petras ferrales).

28 Ce toponyme gallo-romain suggère un domaine, d’autant qu’une église Saint-Christophe y est mentionnée dès 819 (Conques, n° 580).

29 Affluent de rive droite de l’Aveyron. Le chef-lieu du ministerium de Valleserga était sans doute le vicus ∂udiriacus, c’est-à-dire Saint-Saturnin-de-Lenne, juste en contrebas du futur château de La Roque-Valzergues.

30 Affluent de rive droite du Dourdou de Vabres (vicaria, ministerium de Valle ∂orica).

31 Affluent de rive gauche du Tarn. La centena Crenono est attestée en 894 (Beaulieu, n° LXXVI). Son chef-lieu serait-il Sainte-Eulalie, centre de la future commanderie templière ?

32 Fréquence obtenue en calculant la proportion des actes mentionnant les circonscriptions parmi les sources suivantes : cartulaires de Conques, de Vabres, de Gellone ; chartes de l’église cathédrale de Rodez. Voici les chiffres bruts : période 851-900, 15 actes sur 17 ; 901- 950, 63 sur 73 ; 951-996, 54 sur 77 ; 996-1031, 47 sur 134 ; 1031-1065, 11 sur 76 ; 1065-1108, 5 sur 91.

33 B.N., Doat 126, f° 44 v°. Il s’agit de la troisième et dernière version du testament de Ramnulf, le Breve memoratorio ; des extraits de la version la plus ancienne (Brevis memorialis) ont été publiés par P. Bonnassie, Les ∂ociétés méridionales autour de l’an mil, coord. M. Zimmermann, Paris, 1992, p. 122-126 (avec traduction).

34 Conques, n° 394.

35 Conques, n° 187.

36 Conques, n° 279 (1031-1065), 462 (1061-1108) et 463 (1087-1108).

37 Conques, n° 256 (1061-1065).

38 Conques, n° 494 (vers 1065-1087), 507 (1087-1108).

39 Conques, n° 19 et 20 (1078). Ces deux actes se rapportent au domaine de Pallas, situé sur l’étang de Thau entre Mèze et Loupian (Hérault).

40 Conques, n° 43 (1061-1065 ; Tanavelle, Cantal) : « Ego Rodbertus de Castello dono et cedo... vicariam et malos husus et consuetudines ». Cf. aussi n° 394 (v. 1019 ; Molompize, Cantal).

41 Conques, n° 3.

42 Conques, n° 2.

43 Attestée d’abord comme ministerium : Conques, n° 117 (955-985), puis comme vicaria : ibid., n° 141 (997-1004), 257 (1001), 400 (v.1000-1050).

44 Conques, n° 15.

45 Vicarius et serviens/sirventus sont pratiquement synonymes : Conques, n° 443 (v.1105) ; B.N., Doat 143, f° 251 (1060-1065) et f° 257 (1087-1108).

46 À la fin du XIIe siècle, des pages tenaient une viguerie à Trébuc (comm. de Montézic, cant. de Saint-Amans-des-Cots, arr. de Rodez) : Cartulaire de l’abbaye de Bonneval en Rouergue, éd. P.-A. Verlaguet et J.-L. Rigal, Rodez, 1938, n° 117/2.

47 Conques, n° 57 (nord de l’Albigeois, 1061-1065) : « Nullus enim est ibi vicarius ». Ibid., n° 63 (Toulousain, 1061-1065) : « vicarius ejusdem loci ».

48 Conques, n° 276 (Cantal, 1031-1060).

49 Conques, n° 371 (Rouergue, 1087-1108).

50 Conques, n° 546 (autour de 1108) ; cf. aussi la coutume originale de Saint-Antonin (vers 1143), éd. C. Brunel, Les plus anciennes chartes en langue provençale, t. I, Paris, 1926, n° 41, p. 50 in fine.

51 Conques, n° 491 (XIIe s.), 546 (v.1108).

52 Conques, n° 19 et 20 (1078), 26 (1031-1065), 307 (XIe s., Cantal), 529 (XIIe s.).

53 Conques, n° 546.

54 Conques, n° 491.

55 Conques, n° 19 et 20 (Pallas, 1078) ; n° 60 (Toulousain, 1061-1065).

56 Conques, n° 19 et 20.

57 Ce sont tous des écarts : la Vigairie (comm. de Peyrusse-le-Roc), la Viguerie (comm. de Bozouls ; d’Estaing ; de Firmi ; de Gramond ; de Pruines), Viguerie (comm. de Salles-Courbatiers).

58 Conques, n° 3.

59 Conques, n° 546 : el terz dellas justizias... lo terz del veguers.

60 Conques, n° 38 (1060-1065), 188 (1031-1065), 518 (XIe-XIIe s.) ; B.N., Doat 143, f° 255 v° (1031- 1065).

61 Conques, n° 566 (début du XIIe s.) : ella vegairia que i demando devol far saber que a dreig l’a i aia.

62 Conques, n° 553 (1031-1060).

63 Cartulaire de La ∂elve, éd. P. Ourliac et A.-M. Magnou, Paris, 1985.

64 Conques, n° 131.

65 J. Belmon, op. cit. (ci-dessus, note 7), p. 267. Le censier est conservé aux Archives Nationales (J 304, n° 112).

66 J. Belmon, op. cit., p. 271.

67 D’après les calculs de J. Belmon, son ressort incluait vers 1050 92 mas, 3 capmas, 2 apendaries ; vers 1080, 47 mas, 3 capmas et 1 moulin.

68 Affluent de rive droite du Tarn, il s’y jette entre Aguessac et Compeyre en venant de Verrières. J. Belmon, op. cit., p. 270.

69 A.D. Bouches-du-Rhône, 1H 57, n° 276 (v.1080) : viguerie de Richard Arland ; 1H 41, n° 194 (1061) : viguerie de Guitbert Carseten.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search