Version classiqueVersion mobile

Les sociétés méridionales à l’âge féodal (Espagne, Italie et sud de la France xe-xiiie siècle)

 | 
Hélène Débax

Esclavage et servage

Difficultés sociales et servage en Toulousain à la fin du xiie siècle

Mireille Mousnier

Texte intégral

  • 1 P. Ourliac, A.M. Magnou, Cartulaire de l’abbaye de Lézat, Paris, CTHS, 2 vol, 1984 et 1987.
  • 2 R. de La Coste Messelière et G. Jugnot, « L’accueil des pèlerins à Toulouse », Cahiers de Fanjeaux (...)

1La constitution et la gestion du patrimoine de l’hôpital Saint-Antoine aux portes mêmes du Château-Narbonnais de Toulouse occupent une partie du cartulaire de l’abbaye de Lézat1. La cité a connu en effet au XIIe siècle la floraison d’un certain nombre d’institutions charitables, les hôpitaux, destinés à accueillir voyageurs et passants2. Un groupe de documents, datant pour l’essentiel de la fin de ce siècle, évoque le sort d’une famille, les frères de Raissac. Si quelques unes de leurs opérations relèvent de la vie agraire ordinaire, la plupart relate un long conflit qui les a opposés à l’abbaye, leur seigneur, ou à son représentant direct, le prieur. Qui sont-ils ? La réponse n’est pas simple. Paysans, tenanciers, tenants-fief, serfs ? Les conditions sociales se lisent mal et le statut juridique paraît hors de notre portée. Les appellations sont-elles discriminantes, ou plutôt cumulatives ? S’agit-il de simples exploitants, ou sont-ils liés par des relations beaucoup plus étroites à leur seigneur ?

2Mais leur sort quotidien évolue. Ils sont confrontés à une double série de problèmes, sociaux et économiques, et cette fin de siècle paraît bien difficile dans les campagnes du Toulousain. Comment font-ils face ? Parviennent-ils seulement à tenir tête ? La crise sociale est nette. Y a-t-il interaction entre ces difficultés et un durcissement juridique ?

3La région évoquée par les chartes est circonscrite entre les villages de Castanet et Pechabou. Elle est composée d’un plateau qui tombe par un talus important vers la petite plaine alluviale où coule l’Hers. Ce paysage présente des terroirs aux possibilités variées, mais inégalement exploitées. Les anthroponymes et les toponymes, sur quelques kilomètres carrés signalent aussi les agglomérations actuelles de Pompertusat, Gameville, Labège, Rebigue. Les microtoponymes comme Ulmos, Ulmetas, Planed, Camp Auger, Petra Polzinaria, Camporotundo montrent une mise en valeur sans doute récente, antérieure de peu au XIIe siècle. Celui de Raissac à Pechabou est probablement d’origine plus ancienne, à proximité de la voie antique allant de Narbonne à Toulouse.

4Les terres sont couvertes de cultures, de vignes, de prés, mais aussi de bartes (halliers), bosquets, ormaies multiples, sur lesquels les défrichements mordent. En plein XIIe siècle, on signale de nombreux essarts vraisemblablement d’origine paysanne, ceux de Benoît Martin, de Jean Cerdan (n° 1489, en 1154), celui de Raymond Bernard (n° 1496, en 1192-3) ; des bartes sont confiées pour être essartées, en attendant les grands travaux menés par le prieur de Saint-Antoine à Raissac à la fin du siècle, et sur lesquels il faudra revenir. Les confronts montrent des terres presque toutes humanisées. Il y a dans cette zone un véritable front pionnier contre les friches et les bois. Quelles activités agricoles dominent ? Les redevances mentionnent les cultures céréalières, le foin, l’élevage ovin, porcin, avin, des vignes. Voici les principaux éléments d’une polyculture vivrière, mais rien n’exclut que des surplus soient commercialisés vers Toulouse si proche.

  • 3 ADHG, Malte, Toulouse, liasse 58.
  • 4 ADHG, Malte, Toulouse, liasse 181.

5Les terres appartiennent à de grands établissements ecclésiastiques : la condamine de l’évêque (n° 1467, 1468) ; les Hospitaliers sont tout près à Pech David, Pouvourville, Lespinet3, le Temple est à Pechabou au XIIIe siècle4, et aussi Lézat et son hôpital Saint-Antoine. Pour le reste, la structure foncière montre des feudataires tenant des fiefs, soumis à des redevances fort diverses, aussi bien foncières que banales : agrier partiaire indiqué à la fin du XIIe siècle comme le 1/5e des fruits (n° 1473, 1474) ; des cens et des oblies ; des deniers. Par ailleurs, l’albergue rendue en nature est pesante (n° 1495 en 1179) : blé, pain, viande, vin, pieux, foin, agneaux, poules, porcs, pourceaux et autres, sans compter 4 ou 5 charges de bois. Et l’abbaye précise que si son envoyé doit rester là plus longtemps en raison de pluies ou autre nécessité, les feudataires doivent s’occuper fidèlement de lui et de ses bêtes, autant que nécessaire (n° 1498 en 1181). L’abbé de Lézat lui-même est susceptible d’y venir et tout doit être fait pour son service.

6La structure agraire est fondée sur le bail à fief, mode de tenure très largement répandu à caractère emphytéotique. Feudataires, paysans, occupent ces terres, les exploitant ou les faisant exploiter par d’autres. On rencontre aussi des serfs. Comment le savons-nous ? Si l’emploi de tenencia peut alerter (n° 1080, en 1179), dès 1121 (n° 1460) la situation de servage est très explicite à Planed où le prieuré reçoit une donation complétée par des achats portant sur des alleux, des biens ainsi que sur un homme nommé Bernardum Stephani, avec sa femme, ses fils et filles, toute sa progéniture (progeniem), et toute leur tenure (tenenciam), et sur deux frères Guillelmum et Arnaldum, fils de Bernardi Stephani de Roer, toute leur tenure et toute leur progéniture. L’abbaye avait par ailleurs d’autres serfs répartis sur ses propriétés ariégeoises.

7La famille de Raissac est composée de trois frères, Pierre, Arnaud et Bernard Arnaud. Le premier est qualifié une fois de clerc en 1179 (n° 1080) ; Arnaud a un fils Etienne ; leur père est Arnaud de Revignano (n° 1496). Dans la plupart des textes, les frères et le fils interviennent ensemble. Deux explications sont possibles : l’exploitation de leurs biens est commune, ou bien ils sont solidaires dans la condition sociale. Mais parfois, certains agissent séparément : Pierre, Arnaud et son fils engagent une terre à Castanet ; Bernard Arnaud prend en fief une autre ; Arnaud et son fils se donnent ainsi que tous leurs biens. Il est vraisemblable que les frères soient liés entre eux pour le casal de Raissac, Planed, mais moins pour les autres terres. Par contre la famille paraît former un bloc social. Après 1192 ne sont plus cités que Bernard Arnaud et son neveu Etienne ; les autres ont-ils disparu ? C’est possible puisqu’une charte de 1200 (n° 1079) signale que Pierre et Arnaud sont décédés.

8La localisation de leurs fonds évolue dans le temps car les retraits et les ajouts coexistent. La base est constituée par le casal de Raissac à Pechabou, avec toutes ses appartenances, tenu en fief depuis longtemps de l’abbé et donc du prieur de Saint-Antoine, contre un service constitué de deniers et de l’albergue. Ce casal est tenu par les frères, mais certains hommes ou femmes en tiennent des parties d’eux (n° 1500, en 1183). Composé de terres cultes et incultes, prés et ormaies, il a des bartes le long de l’Hers, dont le prieur se réserve la coupe du bois (n° 1495). Les autres terres, quand elles sont localisées se trouvent près de Castanet : à Planed (n° 1467, 1468, 1493, 1496) ; Camp Auger (n° 1463) ; Petra Polzinaria, proche de l’ormaie de Castanet et le long du Chemin français (n° 1473, 1474), et là aussi d’autres tiennent une partie d’eux (n° 1467, en 1183-4).

9Leur situation foncière est un peu complexe. Ils sont feudataires de l’abbaye, mais ont eux-mêmes leurs propres tenanciers : en 1154, ils donnent en fief à un couple (n° 1489) une barte à essarter. Puis, ont-ils quelques difficultés de trésorerie lorsqu’ils mettent en gage pour 6 sous morlans les 2/3 des dominations et de l’agrier qu’ils perçoivent sur les terres sises au bout du pré de Castanet, aux deux personnes qui en sont leurs tenanciers (?). Ou bien cette opération annonce-t-elle de beaucoup plus sérieuses incapacités financières ? En 1178 (n° 1485), Bernard Arnaud prend en fief de Guillaume Costals une terre et une barte près du casal de Raissac ; puis d’autres en 1191 (n° 1494). Les frères avaient en 1181 (n° 1498) des terres qui dépendaient pour une jeune vigne, un maillol, de Raymond Tholosain, pour des terres de Na Faiana, de Guillaume Rainald et Pons de Calcideiras, en sus de leur fief principal. À plusieurs reprises est rappelée la chaîne d’inféodation : par exemple les terres des Raissac que tiennent Rainard et Raymond de Labigia et sa femme sont du dominium de l’abbé (n° 1468, 1191). La famille de Raissac est donc exploitante (sans doute du casal de Raissac et des trois biens près de Castanet), mais elle a aussi des sous-feudataires, elle est brilleur de feudataires secondaires. Le tableau se complique avec l’obtention de terres dépendant d’autres détenteurs et pas de Lézat. Ce sont des paysans qui tirent leurs revenus de la terre, mais aussi de leurs propres tenanciers. Ils ne sont pas les plus malheureux de la société rurale, et pourtant, la vie va les malmener.

10Les relations entre les tenanciers et leur seigneur se sont envenimées, l’objet du conflit étant le règlement des redevances. L’alerte semble donnée en juillet 1179 (n° 1080) lorsque les tenanciers laissent au prieur de Saint-Antoine les profits des honneurs (honores) qu’ils tiennent de lui, l’envoyé du prieur recevant la part due ; une albergue annuelle pour 3 moines et un sergent est rappelée ainsi que le service dû à l’abbé. Et si les tenanciers s’engagent à montrer fidèlement les profits obtenus et les tenencias de ces honneurs, et à s’acquitter fidèlement de tout ce qu’ils doivent, le recours répété à la fidélité laisse penser que l’abbaye a cru nécessaire de faire rédiger son droit en la matière à cette date. Le conflit est patent avant la fin de l’année (n° 1495). Les frères ont dû chercher à échapper à leurs obligations sur Pechabou, ou ne parviennent pas à y faire face, et un faisceau de preuves les ramène à leur condition, les expressions employées étant très symptomatiques : le prieur les réclame comme ses hommes propres (hommes proprios) ; ils reconnaissent qu’ils le sont, que le prieur est leur seul « seigneur naturel » ; des témoins attestent qu’ils ont toujours acquitté le service dû à leur « seigneur charnel ». Lorsque l’un deux, le viguier de Toulouse Pons de Villeneuve, avait voulu confisquer tout leur avoir pour de l’argent dû (voilà une autre indication de la difficile situation financière des Raissac), il les avait rendus à l’abbé et au prieur qui les réclamaient comme leurs hommes. En effet Lézat les tenait et possédait per suos homines, ainsi que la terre de Pechabou, depuis plus de 30 ans. Par l’intermédiaire des éléments évoqués, la dépendance étroite qui est décrite semble assimilable au servage : fidélité, hommes propres, seigneur naturel et charnel, propriété des hommes et de leurs terres. Pour autant, le statut juridique reste à l’arrière-plan.

  • 5 P. Ourliac, « L’hommage servile dans la région toulousaine », Mélanges Louis Halphen, 1951, p. 551- (...)

11Cherchent-ils à échapper à leur condition ou à leurs obligations ? Le prieur doit à plusieurs reprises leur faire reconnaître leur dépendance. En janvier 1181 (n° 1498), la reconnaissance précise que sont concernés également tous leurs descendants (omnium successorum eorum). Le prieur rappelle ou réactualise les charges du casal de Raissac (4 quartons de froment et 3 sous tolzas par an). Mais surtout, il s’engage à ne pas réclamer plus – et voilà l’essentiel – en cens ou usage sur ce fief, à ces hommes et leurs successeurs, que ce soit en raison du fief, ou en raison de l’hommage (hominiï). Ce dernier terme prend une valeur toute particulière car rien n’évoque les feudataires de la vassalité dont le service est armé et noble, mais tout se rattache à l’hommage servile, qui lie le serf à son maître5. Donc, malgré leur condition servile, le prieur ne fera pas de prélèvement arbitraire. De plus, ils ne peuvent aliéner d’aucune manière ce fief. Puis, en mars 1183-4 (n° 1467), Arnaud et Etienne son fils reconnaissent « être du fief » et « tenir en fief » du prieur les terres de Petra Polzinaria, Camp Auger et Planed. Les nuances sont en train de se construire entre la tenure et le caractère réel du servage qui est encore loin d’être défini juridiquement.

  • 6 M. Mousnier, La Gascogne toulousaine aux XIIe-XIIIe siècles. Une dynamique sociale et spatiale, Tou (...)

12À travers ces reconnaissances successives, on perçoit nettement l’exigence du maître, qui rappelle et fait rappeler la dépendance. En cette fin du XIIe siècle, il fait réaffirmer ses droits et leurs devoirs. Serfs ils sont, serfs ils resteront. Ce raidissement seigneurial n’est pas à mettre au compte de Lézat seule. Un peu partout, les abbayes font transcrire leurs chartes en cartulaires pour conserver les preuves de leurs droits dans les innombrables différends qui les opposent à leurs contemporains. Les sources de conflits se multiplient. L’insécurité est générale entre les expéditions d’origine anglaise et les violences individuelles (vols, blessures, injures, procès). La période se caractérise par une nette aggravation des conditions sociales, pour certains6.

13Le tableau s’assombrit très nettement. Dès mars 1184 (n° 1500), le prieur fait constater que les quatre feudataires ne peuvent s’acquitter du service dû à Pechabou : le montant est évalué à 50 sous, ce qui représente plusieurs années de carence. On comprend mieux son acharnement antérieur à faire reconnaître sa domination. Il est en droit d’opérer la reprise du fief, mais la situation humaine de la famille attire sa pitié et, « victus et commotus eorum supplicationibus et precibus », il ne reprend que la partie de la tenure située le long de l’Hers, et la donne en gage à un preneur pour le montant dû. Il reste aux frères à racheter le gage pour 50 sous, à payer le montant total des redevances sur les 2/3 restants, et à rembourser au gagiste les travaux que celui-ci pourrait entreprendre. La situation économique risque de devenir intenable. C’est fait en 1189 (n° 1501) : non seulement ils n’ont pu racheter le gage, mais ils n’ont rien payé durant les 5 dernières années. Ce n’est pas de la mauvaise volonté de leur part (male animo), mais parce qu’ils sont réduits par la nécessité (causa penurie et impotencie). Ont-ils été confrontés à une série de mauvaises récoltes, à des troubles politiques ? Le passif est en train de devenir écrasant, et le prieur n’oublie rien de leurs dettes accumulées.

  • 7 E. Magnou, « Oblature, classe chevaleresque et servage dans les maisons méridionales du Temple au X (...)

14Arnaud et son fils Etienne n’ont d’autre solution, semble-t-il, en août 1191 (n° 1487) que de se donner au prieur (donamus nosmetipsos), eux et tous leurs biens et droits, où qu’ils soient. Il ne s’agit certes pas de l’accession à la situation de donat, même si leur motivation religieuse est affirmée : ils n’apportent ni prestige, ni biens à l’établissement7, mais une situation personnelle désastreuse. Il est peu probable que ce soit une auto-dédition première, car ils n’accèdent pas à une sécurité dont ils auraient été privés antérieurement. Bien plutôt, le prieur, après avoir fait reconnaître à plusieurs reprises son pouvoir de maître, le fait formaliser non par un aveu, mais par cet acte qui rend d’actualité le lien déjà existant, et lui donne le cadre plus courant des nombreuses auto-déditions des dernières décennies du XIIe siècle. Sa domination utilise et joue sur toute la panoplie sociale de la dépendance. Dans un acte complémentaire concomitant (n° 1468), Arnaud et són fils reconnaissent, à nouveau dira-t-on, la seigneurie du prieur sur les terres qu’ils tiennent, avec Pierre et Bernard Arnaud, près de Castanet. Est-ce que cela ne suffit pas à asseoir l’autorité du prieur, à lier définitivement les serfs ? Toujours est-il qu’en 1192-3, Bernard Arnaud admet qu’ils tenaient, ainsi que l’aïeul, Planed depuis plus de 40 ans, ce que confirment des témoins.

15Dans le même temps, la situation économique de la famille s’est encore dégradée : en janvier 1193 (n° 1499), l’oncle et le neveu admettent devoir 8 années de redevances à Pechabou en raison du fief et de l’hommage (à nouveau rappelé) ; ils donnent en gage au prieur tous leurs biens, sans oublier que l’autre gage de 50 sous pèse toujours sur les terres longeant l’Hers, grevé des dépenses faites par le prieur pour assurer la mise en valeur. Ils sont aux abois.

16La famille a-t-elle alors cherché à échapper à cette domination étouffante en se trouvant un autre maître ? Deux actes de 1200 semblent l’indiquer. Le 14 mars 1200 (n° 1079), les fils de Guillaume Pierre de Caraman renoncent et abandonnent à Lézat tout ce qu’ils requéraient sur le casal de Raissac, et surtout ils détaillent fort longuement sur quelles personnes leurs prétentions pèsent : Bernard Arnaud et ses enfants tant mâles que femelles, ceux de feu Arnaud, les enfants de feu Pierre, Etienne et sa progéniture, tous les hommes et femmes de ce casal, et leurs tenures, ainsi que les biens meubles et immeubles de ce casal et de ses appartenances. Toute la contrainte du servage est ici affirmée, tant par le lien héréditaire du sang (la progéniture) que celui de la tenure (tenencia). À nouveau, servage personnel et réel ne sont pas hiérarchisés, mais différenciés et juxtaposés. Une semaine plus tard (n° 1497), divers témoins jurent que depuis 30 ans et plus le seigneur tenait les trois frères per hommes suos, ainsi que le casal de Raissac, leur demandait l’albergue et les deniers et que les frères se reconnaissaient leurs hommes ; Bernard Arnaud jure alors que c’est vrai. Décidément et définitivement, la famille des serfs de Raissac ne peut échapper à ses maîtres. Leur dépendance est affirmée et confirmée depuis 1150 environ par de nombreux témoins, et reconnue par les intéressés eux-mêmes.

17Il est probable que la contrainte sociale exercée par le seigneur soit l’aboutissement d’une forte pression économique. D’un côté, le prieur a fait procéder à d’importants travaux de défrichement et de mise en valeur de la terre longeant l’Hers ainsi qu’à Camp Auger et Planed (n° 1499, 1193). Ces travaux représentent un investissement coûteux qui a été évalué à 600 sous (n° 1493, en mars 1194-5). D’autre part, il entend certainement rentabiliser en cédant en fief les terres nouvelles à des conditions profitables : Raymond Cerdan en 1201 (n° 1483) prend pour 12 ans les terres provenant d’Etienne de Raissac et l’essart du prieur à Pechabou, à charge de verser le tiers des fruits, ce qui représente un agrier onéreux. Déjà en 1193 (n° 1488), le prieur avait cédé une terre qu’il s’engageait à entourer de fossés, à mi-fruit, agrier véritablement oppressif, comme ce bail à mi-fruit de vignes de 1245 (n° 1400). La famille de Raissac n’a sans doute pas pu tenir, ni économiquement, ni socialement face à la répétition des exigences du seigneur qui cumule toutes les sources de prélèvement.

18À partir du dossier concernant les frères de Raissac, quelques remarques peuvent être soulignées. Les exploitants, même quand ils sont serfs, sont avant tout des tenanciers et soumis comme tels aux exigences du seigneur. C’est essentiellement cet aspect qui domine dans un conflit entre eux et le prieur de Saint-Antoine, autour du respect de l’albergue et des redevances, les plus importants économiquement pour le maître. Le servage, la forte dépendance n’apparaissent qu’incidemment pour signaler la transmission héréditaire de la condition, le caractère servile de la tenure, l’appartenance en propre, et exclusive de tout autre, à un seigneur dit naturel ou charnel à qui l’on prête l’hommage. Ils sont paysans, sans que l’on puisse d’ailleurs les situer socialement dans une hiérarchie de la richesse.

19Pour autant, leur situation de tenanciers demeure complexe. Leurs terres peuvent dépendre de plusieurs détenteurs, même s’ils n’ont qu’un seul seigneur personnel ; eux-mêmes ont des feudataires à qui ils donnent en fief des terres. L’imbrication hiérarchique des services ne facilite pas la lisibilité des conditions.

20La situation juridique des personnes est suffisamment incertaine pour n’être jamais acquise. Le maître doit avec constance faire réaffirmer et reconnaître ses droits. Et le désaccord montre à quel point les tenanciers, malgré les reconnaissances successives de dépendance, ne remplissent pas leurs devoirs, et éventuellement, changeraient bien de « main ». Le statut juridique qui permettrait de définir le servage n’est pas encore formalisé, et les protagonistes ne peuvent donc s’y référer de manière explicite.

21En tout cas, la conjoncture à la fin du XIIe siècle est particulièrement dramatique, économiquement et socialement pour cette famille. Ils ne sont certes pas les seuls car de nombreuses personnes voient leur condition se dégrader durant cette période, signalée par des entrées en servitude. Le Toulousain connaît un véritable temps de crise, tant par la pression foncière que par un contexte politique troublé. Les écarts sociaux se creusent entre ceux qui contrôlent la terre et les hommes et ceux qui sont déclassés par les malheurs de ces temps.

Notes

1 P. Ourliac, A.M. Magnou, Cartulaire de l’abbaye de Lézat, Paris, CTHS, 2 vol, 1984 et 1987.

2 R. de La Coste Messelière et G. Jugnot, « L’accueil des pèlerins à Toulouse », Cahiers de Fanjeaux n° 15, Le pèlerinage, p. 117-135 ; J.H. Mundy, « Hospitals and Leprosaries in Twelth and Early Thirteenth Century Toulouse », Essays in Medieval Life andt Thougth Presented in Honor of Austin Patterson Evans, New York, 1955, p. 184.

3 ADHG, Malte, Toulouse, liasse 58.

4 ADHG, Malte, Toulouse, liasse 181.

5 P. Ourliac, « L’hommage servile dans la région toulousaine », Mélanges Louis Halphen, 1951, p. 551-556 ; P. Petot, « L’hommage servile. Essai sur la nature juridique de l’hommage », Revue historique de droit français et étranger, 1927, p. 68-107.

6 M. Mousnier, La Gascogne toulousaine aux XIIe-XIIIe siècles. Une dynamique sociale et spatiale, Toulouse, PUM, 1997. Cette région a connu un vif essor des dépendances personnelles à la charnière des XIIe et XIIIe siècle dans un même contexte de vissicitudes (ch. IX).

7 E. Magnou, « Oblature, classe chevaleresque et servage dans les maisons méridionales du Temple au XIIe siècle », Annales du Midi, 1961, p. 377-397.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search