Version classiqueVersion mobile

Villa 4. Histoire et archéologie de l’occident musulman (viie-xve siècle)

 | 
Philippe Sénac

Sur quelques sites « castraux » du Haut Tell algéro-tunisien

Pierre Guichard

Texte intégral

Introduction

1Le souci de Pierre Toubert et de Philippe Sénac, en provoquant et en organisant cette rencontre, était de faire le point sur l’état actuel des recherches historico-archéologiques concernant l’Occident musulman au Moyen Âge. L’argumentaire du projet proposé comme base de réflexion aux participants faisait état plus généralement d’un certain « renouveau » touchant à cet égard les pays de l’Europe méridionale depuis les années quatre-vingt, et qui s’est manifesté en particulier, de 1986 à 2008, par la tenue de la série des 8 colloques Castrum. On sait le rôle qu’a joué Pierre Toubert dans le rassemblement des « dynamismes » qui, prolongeant une initiative pour une bonne part lyonnaise, mais modeste au départ, ont donné lieu, grâce à une large et indispensable participation des Écoles de Rome et de Madrid, à la réalisation de ces réunions axées sur l’histoire et l’archéologie des pays méditerranéens.

2La revue Archéologie islamique, animée par André Bazzana, Monique Kervran et Philippe Sénac, avec ses 11 numéros parus de 1990 à 2002, a relevé plus spécifiquement du même souci de rendre compte des recherches qui avaient lieu dans le secteur arabo-musulman de cette aire méditerranéenne (avec occasionnellement des extensions plus « orientales »). Plusieurs publications de la Casa de Velázquez, bénéficiant de la position qu’y ont occupée André Bazzana, puis Patrice Cressier, ont accompagné le même mouvement d’intérêt pour l’Occident musulman. L’effort de Philippe Sénac pour maintenir depuis Toulouse, sur la même base géographique limitée, la parution d’un certain nombre de travaux sur des thèmes analogues, a en quelque mesure compensé un certain affaiblissement de ce courant de publications « méditerranéennes » perceptible ces dernières années. On ne peut qu’adhérer à l’objectif de cette réunion des Treilles de faire en 2010 un bilan de ce long « quart de siècle » de travaux associant le terrain aux textes et portant sur le Maghrib, au sens large que les auteurs arabes du Moyen Age donnent dans certains cas à ce terme en l’opposant aux provinces orientales du Mashriq.

3Cette communication se situe jusqu’à un certain point dans la continuité de la réflexion que j’avais engagée au colloque de Rome sur l’incastellamento en 1994 (sous le titre : « Château tribal, château féodal, la Méditerranée occidentale entre deux mondes »). J’étais alors bien conscient de l’intérêt qu’il y avait à prolonger vers le Maghreb des recherches sur les fortifications et sites fortifiés du Moyen Âge alors en plein développement en Espagne, mais, contrairement à d’autres chercheurs, et en particulier à Patrice Cressier, je n’avais aucune expérience du terrain maghrébin. Le petit programme « Haut Tell algéro-tunisien » engagé dans le cadre de l’UMR lyonnaise 5648 m’a permis, depuis 2006, de réaliser plusieurs voyages dans la zone frontalière que se partagent l’Algérie et la Tunisie, entre les villes de Tébessa d’une part, Kasserine et Le Kef d’autre part. Grâce à des collaborations locales, j’ai pu y engager, très modestement et partiellement, ce qui pourrait, avec un peu d’optimisme et beaucoup de bienveillance, s’apparenter à quelques « prospections » sur le terrain, dont je voudrais rendre compte ici, en les situant par rapport aux interrogations que l’histoire de cette région suscite (désurbanisation des anciennes structures romaines et consolidation progressive d’un fort paysage tribal).

L’archéologie médiévale française au Maghreb

4Je commencerai par quelques remarques sur le secteur géographique qu’ont concerné les recherches sur le Maghreb, par rapport à l’ensemble des communications présentées lors de cette rencontre. Au niveau des communications, un certain équilibre apparaît entre les deux terrains de recherche européens (sicilien et hispanique) et celui, plus étendu il est vrai, qu’offre le Maghreb proprement dit. D’autant plus que toute une partie de la contribution d’Henri Bresc a concerné celui-ci autant que la Sicile. Patrice Cressier a retracé de façon très complète l’histoire des recherches sur la ville maghrébine. La part qu’il a prise dans le développement de l’archéologie médiévale au Maroc a été très importante, on peut même dire décisive, et a acquis des dimensions nouvelles avec la mise en œuvre d’un programme de recherche sur la genèse de la ville islamique au Maroc, concernant les trois sites urbains de Nakur, Aghmat et Tamdult. La responsabilité qui lui a été confiée des très importantes fouilles franco-tunisiennes engagées à la demande des autorités tunisiennes sur le site proche de Kairouan de Sabra-Mansouriya, a manifesté la reconnaissance de cette compétence, mais a orienté pour une part ces dernières années son activité vers le terrain ifrîqiyen. Jean-Pierre Van Staëvel a présenté pour sa part un bilan de recherches (sur la mosquée Qarawiyin de Fès, nouvelles explorations à Aghmat) faisant une part importante à des chercheurs marocains, et rendu compte des premiers résultats -impressionnants- de l’action qu’avec Abdallah Fili il mène sur un site remarquable du Haut Atlas, celui d’Ighiliz, qui semble bien être le lieu où s’est d’abord organisé le mouvement almohade.

5Cette liste d’engagements français au Maghreb peut paraître impressionnante et prometteuse, surtout si l’on y ajoute les aspects archéologiques du projet que vient d’engager Cyrille Aillet sur Sedrata, dans le sud algérien, projet élaboré et devant être mené en collaboration avec Allaoua Amara, dans lequel Patrice Cressier et Sophie Gilotte devraient s’investir. Quelques inquiétudes sur les perspectives de développement de certaines de ces initiatives ont cependant été exprimées. Les fouilles de Sabra Mansouriya, sur un terrain particulièrement difficile, à la périphérie d’une ville dont l’expansion est très difficilement contrôlée, auront seulement sauvé le peu qui peut encore l’être d’un site extrêmement menacé, à très brève échéance, dans son existence même. On ne peut, malheureusement, que relever la comparaison qui s’impose avec l’exploitation qui est faite en Espagne du site magnifique (sans doute édifié en matériaux bien plus durables !) de Madinat al-Zahrâ‘, qui est également une ville califienne. On aurait pu rêver d’une comparaison plus systématique que cela ne sera possible (du fait de la proche disparition de l’une d’entre elles) entre ces deux capitales « impériales » éphémères dont la splendeur se situe pratiquement à la même époque. Patrice Cressier, et avec encore plus de force Yassir Benhima, ont évoqué la difficulté spécifique au Maghreb, dans la situation actuelle, qu’induisent le manque de moyens nationaux et souvent aussi le désintérêt des autorités et l’absence d’une « demande sociale » qui pourrait stimuler le développement des activités archéologiques.

  • 1 Sadok ben Baaziz, « Problématique de la prospection en Tunisie en vue d’établir une carte archéolog (...)
  • 2 Colloque International sur l’Archéologie, Université de Tébessa et Association Minerve, 25-29 avril (...)
  • 3 La bibliographie qui figure dans la notice « Kalâa des Beni Hammad », sur Wikipedia, s’arrête en 19 (...)

6La situation de l’Algérie, du point de vue de l’archéologie médiévale, souffre peut-être de handicaps plus lourds que celle de ses deux voisins de l’est et de l’ouest. Deux colloques, qui se sont tenus l’un à Guelma en novembre 2008 et l’autre à Tébessa en avril 2009, ont justement manifesté l’intention des universités et des autorités algériennes de « redynamiser » les recherches archéologiques dans ce pays. Cette volonté de « relance » était clairement exprimée, par exemple, dans le choix d’inviter à Guelma, où l’on devait débattre de L’Inventaire archéologique, méthodes et résultats : confrontation des expériences dans l’espace méditerranéen, outre un certain nombre d’archéologues français, une personnalité tunisienne comme l’ancien directeur de la carte archéologique à l’INP de Tunis, Sadok ben Baaziz, en raison de la qualité largement reconnue du travail d’inventaire de sites réalisé en Tunisie1. Au Colloque international sur l’archéologie de Tébessa, où l’on avait cherché à dresser de façon ambitieuse une sorte de bilan des recherches maghrébines et plus spécifiquement algériennes, le déficit de celles menées sur la période médiévale dans ce pays apparaissait clairement, qu’il s’agisse des chercheurs maghrébins ou des chercheurs étrangers. La liste des communications2 témoignait avec évidence de la « sur-représentation » des périodes pré et proto-historiques d’une part, romaine d’autre part, par rapport aux très minces recherches menées sur les vestiges médiévaux. Même un site aussi « emblématique » que la Qal’a des Beni Hammad, l’un des plus étudiés par l’archéologie d’époque coloniale et dans les décennies qui ont suivi3, n’y apparaît pas.

7L’Algérie a connu depuis un demi-siècle plusieurs changements importants. L’arabisation de l’enseignement a provoqué une réorientation d’ensemble dans le domaine culturel et a pu introduire dans une certaine mesure, pour les générations nouvelles, une certaine distanciation par rapport à la production bibliographique essentiellement en français de l’époque précédente. Surtout, la période « noire » qu’a représenté la décennie 1990-2000 a pesé sur les possibilités de recherche dans ce pays.

8Encore aujourd’hui, malgré d’idéniables et considérables progrès, les difficultés signalées ci-dessus, inhérentes à toute recherche au Maghreb, sont accrues par le problème, sous jacent à toute mission dans ce pays, de l’« insécurité ». Dans la plupart des régions, il s’agit moins d’une menace effective pesant sur les déplacements que l’on peut y effectuer, que d’une « atmosphère » ambiante justifiant à tort ou à raison, outre quelques réticences des instances françaises à encourager des missions de terrain, les contraintes administratives que les autorités croient préférable d’imposer, non pas toujours mais assez fréquemment, à un étranger invité par une institution officielle.

  • 4 Cela a été le cas pour le déplacement que j’avais prévu de faire à Tébessa à l’automne 2007, rendu (...)
  • 5 Je dois mentionner ici plus particulièrement, par ordre simplement alphabétique, pour l’aide ou le (...)
  • 6 Abderrezak Djerrab et Pierre Guichard, « Le massif du Dyr et la plaine d’El-Méridj : grands traits (...)

9Même s’il faut relativiser cette notion d’insécurité, il reste que l’on ne peut jamais exclure un événement local interdisant pour un temps toute activité de terrain4. En fait, c’est comme je l’ai dit, grâce à l’amitié de Abderrezak Djerrab (et à quelques autres collaborations5), que j’ai pu effectuer dans la région de Tébessa plusieurs visites de sites historiquement et archéologiquement intéressants, occupés à des moments très divers, depuis la pré- et la protohistoire jusqu’à l’époque moderne, certains connus et répertoriés, et d’autres inconnus jusqu’à présent et qui mériteraient certainement un inventaire et une étude dont nous avons essayé dans un travail précédent de proposer une première ébauche6.

Carte 1 : Les sites du nord du massif du Dyr

Carte 1 : Les sites du nord du massif du Dyr

Un pays tribal

  • 7 J’emploie ici par commodité la première personne du singulier, mais je n’oublie pas les collaborati (...)

10Une recherche menée dans bien des régions de cette zone centrale du Maghreb que constitue l’Algérie permettrait plus certainement que celles menées sur des lieux situés aux deux extrémités de ce dernier, d’éclairer diverses questions touchant au lancinant problème historique qui se pose à tout médiéviste peu ou prou « maghrébiniste », de la façon concrète dont s’est faite l’évolution de l’« Afrique du Nord », en passant d’une romanité à l’issue de laquelle s’arrêtent les Antiquisants, mais qui se marque encore dans le paysage médiéval de ces régions par de nombreuses enceintes byzantines, souvent réutilisées durablement ou temporairement, à une « tribalité » moderne particulièrement prégnante sur ces limites de l’ancienne Ifrîqiya. Les aspects anthropologiques récents de cette dernière sont bien connus, mais les modalités de son avènement historique restent très obscures. Ce problème se trouvait à l’arrière-plan de la fameuse « controverse hilalienne » qui a animé dans les années soixante dix du siècle dernier l’historiographie post-coloniale du Maghreb, puis est retombée et a été quelque peu oubliée avec, en France, le désintérêt pour le maghrébinisme classique qui s’est produit durant les décennies qui ont suivi. Il serait intéressant de revenir sur cette question sur des bases plus sereines si c’est possible. La région sur laquelle j’ai commencé à travailler7 se prête particulièrement bien à l’approfondissement de cette problématique.

  • 8 Salah Alouani, Tribus et marabouts. A‘râb et walâya dans l’intérieur de l’Ifrîqiya entre le VIe/XII(...)

11Le haut Tell algéro-tunisien dont font partie les zones visitées correspond à l’ensemble, relativement élevé et étiré en direction sud-ouest nord-est, qui va du piedmont des Aurès-Nemencha au Cap Bon. Ce qui en Tunisie est aussi appelé « Dorsale tunisienne » est constitué de montagnes et de plateaux entrecoupés de dépressions. Entre Kairouan et Tébessa, le climat et la végétation amènent à parler de « hautes steppes » dominées par des blocs montagneux (comme le Djebel Chambi, les Monts de Tébessa). Ces régions, que divise politiquement la frontière algéro-tunisienne, se trouvaient, du point de vue des genres de vie, à la limite des zones caractérisées au sud par le grand nomadisme lié au désert, au nord par un « semi-nomadisme » déterminé par les possibilités de culture sèche et aléatoire des céréales, l’un et l’autre caractérisés par la force de l’organisation tribale des sociétés. Au total, et exception faite de quelques rares et modestes îlots de sédentarité urbaine (Tébessa) ou rurale (comme à Youks, près de la même ville), on peut caractériser ce pays, comme l’a fait Salah Alouani8, comme le « pays des nomades », pays très peu urbanisé, jamais vraiment dominé, au cours de l’histoire, par les grandes dynasties et les « pouvoirs centraux » de Tunis, Constantine ou Alger, occupé depuis le Moyen Âge par de fortes tribus « arabo-berbères » jalouses de leur indépendance. Avant l’époque coloniale, on y trouvait, en dehors des pauvres localités sédentaires déjà citées qui ne représentaient presque rien par rapport aux vastes territoires tribaux qui les entouraient, pratiquement pas de constructions privées ni d’édifices d’un autre type « en dur », les douars de tentes étant le mode normal d’occupation humaine sur ce territoire. Elles avaient trouvé dans le mode de vie « segmentaire » qui les organisait, une forme d’équilibre sociopolitique où les organismes tribaux se rattachaient du point de vue religieux à des origines « maraboutiques », remontant à de grands ancêtres éponymes prétendument venus dans le pays au bas Moyen Âge. On se trouvait ainsi en présence de grandes tribus dont la « légitimité » reposait sur la sainteté proclamée d’un ancêtre réel ou mythique, généralement un chérif venu du Maroc au bas Moyen Âge, et la force sur la capacité militaire non négligeable des hommes armés d’un groupe qu’en première instance on peut considérer comme relativement « égalitaire ».

Carte 2 : Les territoires des O. Bou Ghanern et des Ouled Sidi Yahya

Carte 2 : Les territoires des O. Bou Ghanern et des Ouled Sidi Yahya
  • 9 Je me contente de renvoyer ici aux quelques informations déjà publiées à ce sujet dans Yassir Benhi (...)

12La seule de ces tribus sur laquelle j’ai pu rassembler pour l’instant quelques informations un peu précises est celle des Ouled Sidi Yahya b. Taleb, qui, au sud de Tébessa, occupaient la plaine d’El Méridj et le massif du Dyr ainsi que leurs alentours immédiats, c’est à dire la zone sur laquelle j’ai pu effectuer quelques visites sur le terrain. Je ne crois pas que l’on ait jusqu’à présent consacré une étude particulière à cette tribu. On peut cependant trouver (en l’absence de renseignements que pourrait peut-être fournir la mémoire orale locale) quelques informations sur la venue dans la région, depuis le Maroc, du Sidi Yahya éponyme, vers les XIVe-XVe siècles9. La nature segmentaire de l’organisation tribale semi-nomade apparaît bien dans la documentation des Bureaux arabes du Second Empire conservée aux archives d’Aix en Provence. Les fractions de cette tribu se répartissaient en douars susceptibles de se déplacer sur le territoire de la tribu. Ils ne semblent pas avoir connu avant la colonisation, ou en tout cas pas de façon significative, une véritable propriété individuelle, toutes leurs terres étant « Arch », c’est-à-dire « collectives ». La sédentarisation semble être intervenue seulement dans la seconde moitié du XXe siècle. On assiste parallèlement à une dégradation accusée des conditions socio-économiques, qui accompagne et les transformations sociales et la croissance démographique. Au centre même de la plaine qui devait à sa topographie et sa végétation le nom d’El Méridj (La Prairie), au bord de l’oued Horrihir qui sert d’axe hydrographique à cette vaste “prairie”, les Français avaient installé au XIXe siècle un poste militaire destiné à loger une unité de spahis chargés de garder la frontière tunisienne ; autour de celle-ci s’est constituée, dans la suite des réformes mises en place dans les toutes dernières années de la période française, l’actuelle localité d’El Méridj.

13La partie la plus appréciée du territoire des Ouled Sîdî Yahyâ était traditionnellement le pourtour de l’important massif du Dyr (le mot désigne en langue berbère le piedmont d’une montagne), ou plutôt les débouchés sur la plaine des petits oueds qui s’écoulent depuis ce dernier en direction de l’ouest. Leurs cours avaient donné lieu, dans la montagne même et le long des vallées encaissées, depuis une époque indéterminée (romaine on peut le supposer ?), à l’établissement de canalisations qui arrosent encore aujourd’hui, bien que ces canaux soient passablement dégradés, de petites terrasses de culture situées en aval, là où se trouvent actuellement quelques villages (Oued Bousmane, Gastel, Ouled Hammouda). De ce côté aussi se situe un ancien bordj ayant appartenu au XIXe siècle à une famille de caïds consolidés par la colonisation (Bordj du Caïd). À peu de distance du Dyr, mais vers le nord est, se trouve par ailleurs une petite localité, actuellement commune, née de l’existence d’une source (Aïn Zerga). L’économie de la tribu associait donc l’élevage à une agriculture “mobile” faisant sans doute une place importante à la jachère dans des proportions qui resteraient à préciser. Le mode de vie d’autres tribus, comme celle des Ouled Sidi Abid au sud de Tébessa, dans une zone plus franchement désertique, était plus marqué de véritable grand nomadisme, mais les systèmes d’organisation sociale n’étaient pas fondamentalement différents.

Conditions historiques de la tribalisation

  • 10 Cette enceinte est particulièrement puissante (320 x 280 m et une dizaine de m. de hauteur). La vil (...)
  • 11 Sur Majjâna, je renvoie à une communication faite au colloque de Tébessa d’avril 2009 : Abderrezak (...)
  • 12 Haïdra a fait l’objet de très importantes fouilles tuniso-françaises, dirigées par F. Béjaoui et F. (...)
  • 13 Idrîsî, La première géographie de l ’Occident, présentation par H. Bresc et A. Nef, pp. 195-196.

14La part de la sédentarité, dans ce pays si marqué par la tribalité nomade ou semi-nomade, est très faible. La dimension urbaine de la Tébessa médiévale a toujours été modeste. La ville apparaît peu dans les sources arabes ; ses vestiges romains impressionnent encore, mais elle « flotte », si l’on peut dire, dans une trop vaste enceinte byzantine10 qui assure cependant la permanence de cet îlot d’« urbanité » jusqu’à l’époque coloniale, durant laquelle il sera consolidé, de la même façon que d’autres point de fixation de centres à vocation urbaine comme Souk Ahras ou Guelma. Sa voisine, Majjâna, située à une cinquantaine de kilomètres plus au nord, entre Tébessa et l’actuelle Souk Ahras, la plus souvent citée par les textes, qui ne possédait qu’une bien moins forte enceinte de terre, a complètement disparu11. L’actuelle « Table de Jugurtha », qui était proche et lui servait de « citadelle » ou qal’a, a perdu son ancien nom de Qal’at Majjâna du fait de la disparition complète de la ville. L’existence même d’une enceinte de pierre n’a pas même garanti, durant les siècles centraux du Moyen Âge, la permanence d’un noyau urbain comme le montre le cas de la toute proche Haïdra (ancienne Ammaedara), de l’autre côté de la frontière, qui n’est plus mentionnée après le début du Xe siècle, moment où elle l’est de façon incidente à propos de la révolte fatimide12. Majjâna conserve plus longtemps une certaine importance, mais dès l’époque d’al-Idrîsî, « les Arabes contrôlent le territoire de Majjâna et y emmagasinent leurs vivres »13.

Photo 3 : La Table de Jugurtha

Photo 3 : La Table de Jugurtha

15D’autres localités fortifiées ont également disparu du fait d’une décadence chaotique. On peut globalement attribuer la prédominance de la vie tribale et nomade aux effets de l’invasion hilalienne. Au même milieu du XIIe siècle, d’après le grand géographe, assez bien informé sur cette région du fait de l’extension du contrôle normand sur les villes de la côte, la domination des Arabes, s’étend au nord jusqu’aux environs de Bône (aux mains du roi normand depuis 548/1153) et jusqu’à Béja. Ainsi Tabarka est-il un « bourg fortifié dont les environs sont infestés de nomades Arabes bons à rien qui ne respectent ni engagement ni pacte de protection ». Marsâ l-Kharaz, ville fortement défendue, survit économiquement grâce à l’exploitation et à l’exportation du corail, mais est entourée de nomades arabes, qui lui apportent les céréales dont elle a besoin du fait de la faible importance des cultures. La domination des Hilaliens semble donc s’exercer selon des modalités différentes, plus ou moins accusée, selon les lieux. Ainsi Idrîsî note-t-il que Marmajânna, localité plus modeste que Majjâna, et dont le territoire était limitrophe du sien vers l’est, « est aux mains de ses habitants mais verse un tribut aux Arabes », alors qu’ils ont, d’après lui, vraiment pris possession de Majjâna.

  • 14 Al-Zarkashî, Târîkh al-dawlatayn al-muwahhidiyya wa al-hafsiyya, Tunis, 1998, p. 199. Je dois ces i (...)
  • 15 Al-Numayrî, Fayd al-‘ubâb wa ifâdat qidâh al-âdâb fi al-haraka al-sa’îda ilâ Qusantîna wa al-Zâb, B (...)
  • 16 Al-Numayrî, pp. 476-477.

16Quant à Tébessa, elle est à peine mentionnée par Idrîsî comme un point sur la carte, à 6 journées de Bougie. Elle survivra, comme on vient de le dire, grâce à son enceinte, et continuera à être en état d’abriter (peut-être épisodiquement) un gouverneur nommé par le pouvoir central et une petite garnison, mais dans un pays fortement dominé par les Hilaliens. Au milieu du XIVe siècle, la plaine de Tébessa (Fahs Tabassa) constitue le point ultime de la campagne du Mérinide Abû ‘Inân contre l’Ifrîqiya. En 1356, après s’être emparée de Constantine, l’armée mérinide se dirige vers Tébessa14. Al-Numayrî, auteur andalou qui officiait dans la cour d’Abû ‘Inân, nous a laissé justement une relation relativement détaillée de cette campagne. Dans un style très littéraire, Tébessa y est décrite à la fois comme le chef lieu de la province, et comme un lieu de regroupement des Arabes qu’il qualifie de populace récalcitrante (awshâb asâmîm)15. Informés de l’intention des Mérinides, les tribus arabes des Awlâd Abî al-Layl et des Riyâh affluèrent vers la ville. Mais, évitant d’affronter ouvertement l’armée mérinide, ces tribus optèrent pour une guerre mobile destinée à entraîner celle-ci dans des zones désertiques. Pour éviter le piège que lui tendaient ces Arabes nomades, l’armée mérinide rebrousse chemin et renonce à les poursuivre jusqu’au désert16.

4. L’enceinte byzantine de Tébessa

4. L’enceinte byzantine de Tébessa
  • 17 Charles Féraud, « Les Harar, seigneurs des Hanencha », Revue Africaine, XVIII, 1874, p. 124.

17L’interprète de l’armée Charles Féraud, très bon arabisant, avait collecté au XIXe siècle des légendes locales relatives à la disparition des anciennes localités d’origine romaine encore vivantes pour bon nombre d’entre elles antérieurement au XIe siècle. Certaines évoquent en termes quasi mythiques cet effacement, qu’elles attribuent aux Arabes de la conquête. Les indigènes, écrit Féraud, « qui avec leur imagination romanesque, trouvent moyen de tout expliquer à l’aide de légendes plus ou moins fantastiques, racontent aussi d’une manière assez curieuse la ruine de Khamissa (Thubursicum) tombée au pouvoir des Arabes. Une princesse chrétienne d’une rare beauté, nommée Khamissa, gouvernait, disent-ils, cette ville. Son mari, Medaourouch, roi de Madaure, l’avait répudiée et ne cessait de lui faire une guerre acharnée. Khamissa épuisée et apprenant que les musulmans avaient déjà conquis les villes de Haïdra, Tébessa et Gastal (Gastel) situées dans un rayon relativement assez rapproché, eut recours à eux et leur adressa une députation pour obtenir protection contre Medaourouch, son insociable époux. Celui-ci fut en effet tué dans un combat et sa ville détruite » [Khamissa se convertit à l’Islam ainsi que ses sujets, et elle-même devint l’épouse favorite de Okba ; mais celui-ci, craignant un revirement des Arabes, fit détruire les fortifications de Khamissa avant de continuer ses conquêtes, ce qui n’empêcha pas la révolte des habitants, provoquant la destruction complète de la ville]17.

  • 18 Supra, note 12.
  • 19 C’est ainsi que Majjâna, centre d’exploitation minière très important au IXe siècle, semble avoir v (...)
  • 20 Sur al-Urbus à l’époque hafside et le rôle des Hawwâra, voir l’étude de M. Hassan, « Al-‘umrân wa a (...)
  • 21 Ibn Khaldûn, ‘Ibar, t. VI, pp. 141-142, traduit par de Slane dans Berbères, I, p. 278,

18Il est cependant évident à parcourir les sources, qui témoignent au contraire d’une certaine vitalité des centres de la région dans le haut Moyen Âge, que la vie urbaine survécut à la conquête arabe, et que bien des villes connurent même un certain essor aux époques aghlabide, fâtimide et ziride. L’une des plus intéressantes est Majjâna, déjà citée18. Le grand affaiblissement est consécutif à l’arrivée des Hilaliens, même si l’on peut peut-être déceler dans les informations éparses que nous possédons des signes d’une évolution plutôt négative antérieurement à cette époque19. Les tribus arabes ne seront pas les seules à dominer la région, et, comme dans d’autres régions du Maghreb, des rééquilibrages entre les immigrants et les autochtones se feront postérieurement au XIIe siècle décrit par Idrîsî. Ainsi, deux siècles plus tard, Ibn Khaldûn accorde beaucoup d’importance aux berbères Hawwâra, qui continuaient à occuper un large territoire dans la zone du Haut Tell (il utilise l’expression de pays des Tulûl), depuis Tébessa et Marmâjanna jusqu’à al-Urbus (Laribus) et même Béja20. Il faut cependant bien voir qu’ils se sont alors très fortement arabisés, linguistiquement et du point de vue des genres de vie. « Ils vivent là en nomades, écrit le même Ibn Khaldûn, et sont comptés au nombre des Arabes pasteurs de la tribu de Sulaym, auxquels du reste ils se sont assimilés par le langage et l’habillement, ainsi que par l’habitude de vivre sous la tente. Comme eux aussi, ils se servent de chevaux pour montures, ils élèvent des chameaux, ils se livrent à la guerre et ils font régulièrement la station du Tell dans l’été et celle du désert en hiver. Ils ont oublié leur dialecte berbère pour apprendre la langue plus élégante des Arabes, et à peine comprennent-ils une seule parole de leur ancien idiome »21.

  • 22 Charles Féraud, « Les Harar, seigneurs des Hanencha », Revue Africaine, XVIII, 1874, pp. 123-124.

19Le plus souvent nos informations sont bien trop fragmentaires pour qu’il soit possible de suivre historiquement le processus qui conduit à cette désurbanisation et à cette arabisation ; cependant quelques cas locaux paraissent un peu mieux connus. Ainsi celui de Tifash (Tipaza), non loin de Souk Ahras, sur laquelle Marmol donne de curieux renseignements auxquels on ne peut sans doute pas accorder une confiance aveugle, mais qui, dans l’attente de quelque vérification textuelle peu probable, ou peut-être un jour archéologique, doivent être révélateurs de bien des cas locaux où s’associent sans doute les facteurs induits par la venue des Arabes et les conditions tribales locales : ville romaine importante sur la frontière de la Numidie, dotée de l’une de ces enceintes byzantines évoquées au début de cette contribution, elle aurait été une première fois ruinée par les Arabes lors de la conquête. Rétablie ensuite, elle est saccagée une seconde fois par les Hilaliens ; « ensuite elle fut peuplée par les Africains Haora (Haouara) qui errent par la campagne comme les Arabes ; ils ne s’en servaient que pour resserrer leur bled et à tirer quelques contributions, de sorte qu’ils l’ont possédée longtemps, malgré les Arabes, à la faveur d’un chef des Azuagues, qui courait par le pays et qui tua dans une bataille Muley Nasser, fils d’un roi de Tunis, alors seigneur de Constantine. Ce prince, irrité de la mort de son fils, marcha contre eux avec son armée et, les ayant vaincus, il acheva de détruire cette place sans que les Arabes aient souffert qu’elle se soit rétablie (vers 1057 de notre ère) »22.

Illustration 5 : Enceintes byzantines de la région de Tébessa

Illustration 5 : Enceintes byzantines de la région de Tébessa
  • 23 Ibn al-Shammâ‘, Al-Adilla al-bayyina al-nûrâniyya fi mafâkhir al-dawla al-hafsiyya, Tunis, 1984, p. (...)
  • 24 Ibn Khaldûn, ‘Ibar, Beyrouth, 1979, t. 6, p. 304.
  • 25 Voir l’article de Féraud cité ci-dessus aux notes 18 et 23, et Salah Alouani, Tribus et marabouts, (...)

20Les Hawwâra jouent jusqu’à l’époque moderne un rôle important dans la région : lorsque, sous les Hafsides, celle-ci est le terrain de confrontation entre un prétendant au pouvoir, Abû ‘Amâra, et l’émir Abû Fâris, après une bataille qui eut lieu en 1283, les armées des deux belligérants se rencontrent dans la plaine (watâya) que domine Qal’at Snân23. Le prince hafside Abû Hafs, qui assista à la défaite de son neveu, se réfugie, rapporte Ibn Khaldûn, à Qal‘at Snân (l’actuelle « Table de Jugurtha »), qu’il qualifie de Ma’qil (refuge) Hawwâra24. Par la suite on verra émerger dans l’actuel est algérien une puissante famille, celle des Hrar, chefs des Hanencha, qui sont une tribu hawwârite. Ils jouent un rôle politique très important, établissant un pouvoir qui s’apparente à celui d’une principauté, sans cependant sortir vraiment de leur rôle de chefs tribaux. Qal‘at Snân, l’ancienne Qala’a de Majjâna, continuera à cette époque, ainsi qu’on le verra plus loin, à leur servir de refuge25.

Centres de sédentarité et points de fixation du peuplement en contexte nomade

  • 26 Féraud, « Harar », RA., XVIII, 1874, p. 227.

21Les points de fixation d’une population sédentaire ont été longtemps, dans tout ce « pays des nomades » et des tribus, très peu nombreux. Il en existe tout de même quelques uns dont l’origine est ancienne, en dehors de la ville de Tébessa que ce n’est pas le lieu ici d’étudier. On pourrait citer à nouveau celui de Youks, à quelques kilomètres à l’ouest, où subsistent en situation relativement protégée, sur une hauteur située en fond de vallée, à proximité de sources importantes où s’est créé un lieu à vocation thermale encore aujourd’hui très fréquenté par les habitants de Tébessa, les vestiges d’un ancien village perché qui s’apparente à une sorte de « ksar ». Il présente, tout au fond de sa vallée encaissée, une autre particularité favorable au maintien d’une population sédentaire, sous la forme d’une grotte en mesure de servir d’abri. D’après El-Hadj Hamouda, dit Féraud : « Ce village (d’Oukès) est construit en corniche sur les contreforts d’une montagne escarpée. Il n’est abordable que d’un seul côté ; partout ailleurs existent des précipices qui le rendent inaccessible. Il possède en outre une immense grotte naturelle qui, en cas d’invasion étrangère, offre un abri sûr dans les entrailles même de la montagne. Les gens de ce pays ont l’habitude d’y enfermer leurs familles, leurs troupeaux et tout ce qu’ils possèdent, chaque fois qu’ils sont menacés par un ennemi »26.

  • 27 Celle-ci est largement étudiée dans l’ouvrage de Salah Alouani (Tribus et marabouts, pp. 169-187 et (...)
  • 28 Dans les ruines des médiocres maisons qui constituaient le village, l’attention est attirée par les (...)

22Ce vieux village de Youks apparaît comme une exception, mais il serait cependant intéressant de répertorier systématiquement la façon dont, avant la colonisation, dans ce pays globalement tribal et nomade, s’étaient constitués quelques îlots de sédentarité, le rôle qu’ils y jouaient et la façon dont ils s’articulaient avec les grandes tribus qui dominaient la région. Certains étaient à valeur religieuse (Fériana où s’établit à la fin de l’époque moderne une confrérie)27 ; d’autres s’apparentent à des « refuges », abrités des possibles déprédations des nomades et semi-nomades, comme c’est le cas d’un village existant encore à la fin du XIXe siècle, dont les ruines sont encore bien visible sur la vaste plateforme qui sert de sommet à la « Table de Jugurtha ». Au début de 1883, René Cagnat et Henri Saladin, chargés au lendemain du protectorat français d’une mission d’information archéologico-historique en Tunisie, après avoir accédé péniblement à ce village, encore habité à l’époque, y voient, dans la cour du sanctuaire (qu’ils dénomment zawiya) le tombeau d’un chef de la tribu des Hanencha, Brahim Bou Aziz, de la puissante famille des Hrar qui avaient fait de cette forteresse naturelle, à l’époque moderne, un refuge sûr où se réfugier en cas de danger28. Sur la base du peu de données que j’ai à ma disposition, tirées essentiellement de la thèse de Salah Alouani, je suppose qu’il s’agit d’un fils du chef Hrar Bou’aziz dont l’action politique eut une grande importance au début du XVIIIe siècle, dans les relations embrouillées qui associent ou opposent les pouvoirs lointains d’Alger, Constantine et Tunis.

23Il n’existe pas, jusqu’ici, et il paraît difficile qu’il existe un jour quelque chose qui ressemble à une « archéologie des tribus ». En dehors de la ville même de Tébessa, et des sites archéologiques antiques ou remontant éventuellement au début du Moyen Âge (époque byzantine), les premiers édifices en dur d’une certaine importance ayant marqué le paysage, bien des siècles plus tard, sont justement ceux qui témoignent de la désorganisation du système traditionnel sous l’effet de la colonisation, comme le bordj et le bâtiment destiné à héberger les spahis évoqués précédemment. Un petit nombre de bâtiments de nature religieuse pourraient cependant être étudiés si les conditions politiques en donnaient la possibilité. En dehors d’un très petit nombre de mosquées dont la plus importante est la grande mosquée de Tébessa, ce sont les sanctuaires ou oratoires qui évoquent le souvenir des ancêtres éponymes ; ils sont donc directement liés aux tribus. Ainsi pourrait-on citer, du côté tunisien, le marabout de Sîdî bou Ghânem, sur le territoire de la tribu du même nom, celui, important localement, de Sîdî ‘Abd al-Jawâd sur la Table de Jugurtha (Kalaat es-Senam), relief déjà évoqué précédemment, et, sur le territoire de la tribu des Ouled Sîdî Yahyâ b. Taleb, les qubba/s de l’ancêtre éponyme Sîdî Yahyâ, au centre de la plaine d’El Méridj, celle de son frère Sîdî Hammouda, qui donne son nom à la petite localité actuelle de Ouled Hammouda, au pied occidental du Dyr, et celle de son père Sîdî Taleb, près d’Henchir el Hadîd (au pied du djebel Bou Jaber).

De la géographie historique aux possibilités d’étude archéologique

  • 29 La principale est une peinture rupestre d’Auroch : voir la photographie dans les pré-actes du collo (...)
  • 30 Sur l’usage quelque peu indiscriminé de ce toponyme, voir ci-dessus la note 7.
  • 31 Gl. Faidherbe, « Fouilles dans les dolmens de Tebessa et de Guestel », Bulletin de la Société d’Ant (...)
  • 32 Alexis Truilliot, qui visite le Dyr dans les années vingt : « Excursion archéologique sur le platea (...)
  • 33 Maurice Reygasse, Monuments funéraires préislamiques de l’Afrique du Nord, Gvt. Gl Algérie, Paris, (...)

24On peut laisser de côté dans cet exposé les manifestations culturelles remontant à la Préhistoire29. Les vestiges dits « proto-historiques » peuvent, en revanche, concerner une très longue période, qui s’étend jusqu’à la romanisation. On peut se demander dans quelle mesure ils ne pourraient pas dépasser chronologiquement celle-ci (on pense à la fréquence, sur certains sites que tout paraît désigner comme médiévaux, de tessons de poteries modelées qu’en première approximation on serait tenté de faire remonter à la Protohistoire). Il faut, dans ces conditions, faire ressortir que la région, et en particulier le massif du Dyr dans la zone qui nous retient ici, est particulièrement riche en vestiges proto-historiques. On trouve dans ce massif un très grand nombre de sépultures préhistoriques et protohistoriques, haouanets creusés dans le rocher et tumuli circulaires de pierre. Elles sont connues depuis longtemps, et situées dans une zone que toute la littérature existante désigne sous le nom de Gastel30, qui désigne certainement à l’origine le fortin tardo-romain ou byzantin situé au pied du massif du Dyr, au débouché de l’oued du même nom sur la plaine d’El Méridj. On peut rappeler que parmi les premières publications à ce sujet on trouve celle du général Faidherbe, alors en poste à Tébessa31. D’autres explorations suivirent32, mais il faut surtout citer les fouilles de Reygasse entre 1911 et 1920, et celles de J. Meunier en 1938, à l’initiative du même Reygasse, alors directeur du musée du Bardo d’Alger, sur les dolmens et tumulus de Gastel, qui ont mis en évidence les nombreux monuments funéraires protohistoriques qui parsèment le plateau33.

  • 34 Nous en avons donné des photos dans Abderrezak Djerrab et Pierre Guichard, « Le massif du Dyr et la (...)

25On signalera ici un site protohistorique qui, à première vue, pourrait avoir une grande importance qans l’histoire régionale du peuplement. Dans l’article « Gastel » de l’Encyclopédie Berbère (XIX, pp. 2974- 2993) sont évoquées les ruines d’un village ‘berbère’ sur la partie la plus élevée du plateau qui occupe l’extrémité septentrionale du Dyr. La carte archéologique signale aussi un « village fortifié très ancien sur un plateau... mal placé sur la carte » et évoque la possibilité qu’il y ait eu là un centre romain (pierres de taille, colonnes, chapiteaux). S’agit-il du même site ? En fait, la visite de cette extrémité nord du Dyr montre l’existence de vestiges considérables. Il ne semble pas que personne ait jusqu’ici soupçonné l’importance de ce vaste établissement dont la structure d’ensemble se dessine assez bien, et qui mériterait sans aucun doute une étude plus précise. En suivant le rebord est du Dyr, ou en montant par les gorges de l’oued Bousmane, on arrive en effet à un impressionnant site proto-historique. Les vestiges les plus remarquables correspondent à deux grands murs perpendiculaires en pierre sèche orientés N.-S. et O.E., formant avec la falaise qui limite le plateau au N.-E. un vaste ensemble défensif de forme triangulaire (cf. ci-dessus la carte 1 aux points 1 et 2). Ces deux murs ouest et sud sont bien visibles sur une photo satellite retravaillée. Sur le terrain, on repère sans difficulté une sorte de réduit également fortifié, de dimensions plus restreintes, situé à l’angle sud-est de cette première grande enceinte34. La céramique modelée, abondante, est impossible à dater pour l’instant, mais on trouve aussi, mais en faible nombre, quelques fragments de céramique glaçurée monochrome verte qui doivent être d’époque médiévale. Un ensemble de tombes circulaires évidemment protohistoriques bien visibles jouxte la muraille ouest, immédiatement à l’extérieur de celle-ci. On se demande évidemment quel rapport ce vaste site peut entretenir avec les abondantes sépultures situées plus au sud dans le massif, et jusqu’à quand a duré la culture qui a produit les sépultures, constructions et artefacts qui caractérisent cette étape du peuplement.

  • 35 Voir une carte du territoire supposé des Musulames dans Ahmed M’charek, « Faustiana en Byzacène : u (...)

26Le recoupement des époques protohistorique et proprement historique est particulièrement évident dans le fait que l’« identité » des populations qui occupaient la zone avant la conquête ne nous est connue que grâce aux sources latines contemporaines de la colonisation de cette région par Rome. Les textes historiographiques, mais surtout la documentation épigraphique témoignent en effet de l’existence d’un « peuple » appelé les Musulames, dont serait issu un des chefs révoltés contre Rome au début du Ier siècle (de 17 à 23), Tacfarinas. Archéologiquement, une série très remarquable de bornes de délimitation érigées au cours de l’avancée de la colonisation romaine permet jusqu’à un certain point de localiser ces Musulames dans une vaste zone au cœur de laquelle se trouve précisément le massif du Dyr35.

  • 36 Paul Gauckler (dir.), Enquête sur les installations hydrauliques romaines en Tunisie, I, La Byzacèn (...)
  • 37 Au Colloque International sur l’Archéologie d’avril 2009 à Tébessa, a été présentée une communicati (...)
  • 38 Photographie n° 7, p. 163 de la contribution citée ci-dessus dans la note 35.

27La région est parsemée de « henchir/s », qui sont pour la plupart des vestiges d’établissements romains. C’est de toute évidence à cette époque que la région a connu son animation économique la plus remarquable. Certaines manifestations en sont bien connues, comme l’imposant ensemble que représente la grande huilerie industrielle de Brisgane, au sud de Tébessa. D’autres ont été encore peu étudiés, et paraissent témoigner du maintien d’autres productions, de type vivrier. Parmi les plus notables, on peut citer le vaste bassin d’époque romaine, le plus vaste de ceux enregistrés par Paul Gauckler dans son inventaire classique des installations hydrauliques romaines de Tunisie, situé à Henchir Fortunat, en territoire tunisien, à proximité duquel se trouvent les restes d’un mausolée36. D’autres aménagements hydrauliques sont plus problématiques quant à leur organisation, à leur chronologie et à leur nature exacte, comme les canalisations, considérées comme d’époque romaine, qui sont encore partiellement en usage dans le massif du Dyr37. Un dense réseau routier, dont témoigne encore le beau pont de Gastel38, constituait le support indispensable de cette mise en valeur économique.

  • 39 Cf. ma contribution aux Mélanges Pierre Morizot, à paraître à l’automne 2011 : « Note sur un gué si (...)

28Parmi les autres henchir/s méritant attention, il faut faire figurer celui se trouve au pied occidental du djebel Bou Jaber, du côté algérien : il désigne une vaste zone sur le sol de laquelle abondent les tessons d’époque romaine. Il y avait là une mine de fer, d’où le nom de Henchir el-hadîd qui lui a été donné. Un autre site important par son étendue, d’époque romaine aussi, se trouve à proximité immédiate d’un gué qui se trouve à la hauteur de la localité d’El Aouinet, et qui pourrait correspondre à un ancien itinéraire encore en usage à l’époque médiévale39. Il ne s’agit là que de deux sites que j’ai eu l’occasion de visiter, parmi de nombreux autres qu’indiquent les cartes.

  • 40 Alexis Truilliot, « Excursion archéologique sur le plateau du Dyr », Bulletin de l’Académie d’Hippo (...)

29L’article « Gastel » dans l’Encyclopédie berbère, déjà cité, mentionne, outre le pont romain dont on peut penser qu’il permettait à la voie romaine d’Hammaedara (Haïdra) à Vasampus (Morsott) de franchir l’oued Gastal, « les ruines d’une bourgade romaine » au lieu dit Henchir Goussa, à proximité du pont. On peut y voir en fait surtout un pressoir romain aménagé dans le rocher. De la voie romaine d’Ammaedara, les traces se verraient, d’après une exploration de la zone dans les es années vingt-trente du siècle dernier, dans la dépression ouverte à l’est du massif par le Fedj (ou col) el Hattab40. Le pont est dominé par un intéressant fortin de forme à peu près carrée, bâti en blocs de pierre taillés de remploi dont certains doivent avoir été empruntés au pont. Ce castellum qui a donné son nom au lieu-dit Gastel, peut être qualifié de « romano-byzantin. Il appartient sans doute à toute la série d’aménagements défensifs dont l’édification remonte à la période qui s’étend entre le bas-Empire et la fin de l’époque byzantine.

Illustration 6 : Fortin de Gastel

Illustration 6 : Fortin de Gastel
  • 41 Nous l’avons signalé dans Abderrezak Djerrab et Pierre Guichard, « Le massif du Dyr et la plaine d’ (...)

30Une prospection plus systématique de la région, particulièrement riche en sites archéologiques, permettrait sans doute de préciser d’autres points à partir desquels un peu de lumière pourrait être jetée sur la façon dont se fit le passage de la sédentarité romaine dont les traces ont si puissamment marqué la région à la prédominance absolue des grandes tribus « semi-nomades » de l’époque moderne et contemporaine. Il est probable ou possible que certains des sites évoqués jusqu’ici et majoritairement protohistoriques aient fait l’objet d’une modeste réoccupation médiévale (céramiques glacurées) On est pour l’instant contraint d’en rester à un début d’inventaire de quelques sites romains ou médiévaux, dont l’un des plus intéressants et prometteur lorsque son étude archéologique sera possible, est sans conteste celui auquel, avec Abderrazak Djerrab nous avons provisoirement donné le nom de « Gastel 4 », un site perché qui, sur une hauteur assez bien protégée naturellement qui se détache du rebord du Dyr, domine le pont et le fortin de Gastel et le village qui leur est associé41. Il est certainement occupé temporairement ou continûment du haut Moyen Âge à une époque bien plus tardive si l’on en croit les céramiques que l’on peut y observer en surface, mais il ne constitue qu’un jalon, pour l’instant bien énigmatique, d’une possible archéologie de cette région.

  • 42 Abderrezak Djerrab et Pierre Guichard, « La ville disparue de Majjâna et la ‘Montagne des Meules’ » (...)

31On aimerait pouvoir mieux situer chronologiquement les nombreuses traces d’extraction de meules de moulins rotatifs à main que les explorations récentes de Abderrezak Djerrab, confirmées par d’autres visites ultérieures ont permis de repérer dans les gorges de l’oued Erkel, qui s’encaisse dans le massif du Dyr, et sur le rebord des plateaux environnants, à proximité d’une zone où ont très certainement existé des carrières romaines (on y voit une statue non terminée et des auges). Pour l’instant non datées, ces traces sont situées sur les affleurements horizontaux du calcaire à nummulites caractéristiques du massif. Un rapprochement s’impose évidemment avec les « meules » mentionnées avec insistance par les textes arabes comme l’une des spécificités de la ville disparue de Majjâna, que l’on doit certainement localiser dans ce secteur, qui se trouvait à proximité d’une « montagne des meules » citée dans un texte du Xe siècle. D’une visite à ce site de l’oued Erkel faite en 2009, Abderrezak Djerrab rapportait cette observation, qui resterait évidemment à préciser par des mesures et des comptages sur le terrain : « Le nombre des traces dépasse les centaines, et il s’agit vraiment d’une ‘montagne des meules’ »42.

Conclusion

32Toute recherche historico-archéologique, ou plus modestement de géographie historique, portant sur la région particulière qu’est le Haut Tell algéro-tunisien rencontre, avec peut-être une acuité particulière, les grand problèmes généraux que pose l’évolution du Maghreb. Les structures autochtones préromaines y sont symbolisées par le nom des Musulmanes, peuple mal connu en dépit du fait qu’une série assez remarquable d’inscriptions romaines nous en dessine jusqu’à un certain point les contours. La romanisation y est particulièrement forte ; du point de vue de l’organisation économique, elle y impose ce qui s’apparente à une quasi-monoculture de l’olivier, parallèlement à une urbanisation marquée dont l’expression la plus achevée est l’essor de la capitale intérieure considérable qu’est Tébessa. De façon presque paradoxale, c’est l’une des manifestations de la désurbanisation et de la déromanisation qui marque le plus fortement le paysage archéologique de ces zones où la tentative byzantine de restauration de l’autorité romaine a érigé les puissantes structures fortifiées spécifiques à cette région du haut Tell et à ses abords immédiats, que l’on trouve à Tébessa, à Haydra, à Tifesh, à Thélepte. En dépit de leur caractère spectaculaire elles apparaissent rétrospectivement comme une sorte de contre-feu, résistant vainement à la progression inéluctable de modes d’organisation socio-politiques « indigènes », qui vont connaître un retour structurel. Il est intéressant de voir de quelle façon elles ont, soit disparu complètement dès le IXe ou Xe siècle (Haydra), soit été utilisées encore quelque temps dans le cadre d’une retribalisation de le région (Majjana, Tifesh), soit servi jusqu’à l’époque contemporaine de point d’accrochage au maintien d’une modeste activité urbaine, comme Tébessa.

33Dans le cadre de la problématique sur l’évolution du Maghreb évoquée au début de cette communication, il me semble que l’on peut accorder une importance particulière à la découverte d’une « carrière de meules », s’il est permis d’employer ce terme pour désigner un espace étendu du lit de l’oued Erkel au rebord des plateaux dans lesquels s’encaisse la vallée. On peut se demander si, sur un site romain d’extraction de pierres calcaires n’a pas pu, à partir peut-être d’une production déjà existante de ce type d’outillage domestique, se développer au Moyen Âge une activité intensifiée de fabrication de ces petites meules mues manuellement, facilement transportables, dans le cadre d’une évolution socio-économique marquée par la prédominance de la ruralisation et de la tribalité. Il est évident qu’une telle hypothèse ne pourrait pas se vérifier sans de nombreuses recherches archéologico-historiques et technologiques portant à la fois sur l’Antiquité et le Moyen Âge, s’interrogeant sur la chronologie et la diffusion dans l’intérieur du Maghreb », aux différentes époques, de ce type d’objet utilitaire, et étendues à tout l’espace de cette haute steppe algéro-tunisienne.

Notes

1 Sadok ben Baaziz, « Problématique de la prospection en Tunisie en vue d’établir une carte archéologique », dans les préactes de la rencontre (Actes de la Table Ronde Internationale sur : Inventaire archéologique, méthodes et résultats : confrontation des expériences dans l’espace méditerranéen, Université 08 mai 1945, Guelma – Algérie, du 29 au 30 novembre 2008, pp. 71-76).

2 Colloque International sur l’Archéologie, Université de Tébessa et Association Minerve, 25-29 avril 2009 : sur une centaine de communications, deux ou trois au maximum ont un rapport avec l’époque médiévale.

3 La bibliographie qui figure dans la notice « Kalâa des Beni Hammad », sur Wikipedia, s’arrête en 1975. Dans son ouvrage de synthèse sur L’architecture militaire de l ’Algérie médiévale publié à Alger en 1983, Rachid Bourouiba ne mentionne pas de travaux archéologiques menés récemment sur ce site en dehors des siens qui datent des années soixante. Dans un intéressant article intitulé : « La Qal‘a des Bani Hammâd : l’histoire d’un déclin », publé dans Archéologie islamique, 11, 2001, pp. 91- 110, Allaoua Amara donne d’utiles précisions sur les apports des textes à l’histoire de l’ancienne capitale hammadide, mais ne fait pas état de recherches archéologiques plus récentes. Le même Allaoua Amara, que j’ai interrogé à ce sujet et que je remercie pour son amabilité, m’indique qu’il y a eu une campagne de fouilles à la Qal’a des Banî Hammâd du 10 au 20 juillet 1975, dont le rapport n’a pas été publié (Baghli Sid Ahmad, « Recherches et travaux en 1975-1976 », Bulletin d’archéologie algérienne, VI, 1975-1976, p. 11-12). Il me signale aussi une mission polonaise en 1987, qui a mis au jour plusieurs objets et qui a également restauré un mur. La situation sécuritaire a, depuis, empêché d’autres travaux.

4 Cela a été le cas pour le déplacement que j’avais prévu de faire à Tébessa à l’automne 2007, rendu impossible au tout dernier moment par un attentat ayant eu lieu à une cinquantaine de kilomètres au sud de cette ville et provoquant un « bouclage » de tous les alentours de la capitale de wilaya par l’armée.

5 Je dois mentionner ici plus particulièrement, par ordre simplement alphabétique, pour l’aide ou le concours qu’ils m’ont apportés à un moment ou à un autre de cette tentative de recherche sur la géographie historique dans les régions de Tébessa et Kasserine, Salah Alouani, Mourad Araar, Yassir Benhima, Lionel Decramer, Abdelhamid Kenouche, Mourad Hamidane, Luc Lapierre, Yves Montmessin.

6 Abderrezak Djerrab et Pierre Guichard, « Le massif du Dyr et la plaine d’El-Méridj : grands traits de la géographie physique et richesse archéologique », dans : Aouras. Société d’études et de recherches sur l’Aurès antique (revue annuelle, Paris), n° 5, 2009, pp. 148-165 (voir la figure 5, p. 162).
Cette tentative d’inventorier et d’« ordonner » les sites connus ou nouvellement découverts nous est apparue nécessaire compte tenu des confusions qu’introduit l’usage d’un même toponyme pour désigner des sites de diverses époques et de nature également différente. C’est en particulier ce qui se passe avec un usage indiscriminé du toponyme « Gastel », qui désigne un lieu-dit, mais aussi des « sites archéologiques » très différents les uns des autres (des sépultures protohistoriques, un pont romain, un fortin tardo-romain ou byzantin, etc.).
Si l’on n’a pas visité le terrain, on ne sait pas à quoi et à quelle zone ou secteur exactement s’applique ce nom, que l’on associe indifféremment à des sites se trouvant sur les plateaux du massif du Dyr ou en situation bien plus basse, au débouché de la vallée encaissée de l’oued Gastel dans la plaine. La zone présente une grande richesse en vestiges, au premier abord un peu déconcertante, qu’une première approche se doit en priorité d’ordonner et de désigner chronologiquement avant d’en poursuivre l’étude.
Toute étude de ces données archéologiques nécessite en effet en premier lieu l’établissement d’une carte la plus précise possible des établissements humains que l’on peut d’une part regrouper par zones, d’autre part rattacher provisoirement à une répartition chronologique.

7 J’emploie ici par commodité la première personne du singulier, mais je n’oublie pas les collaborations qui m’ont été précieuses (et dans certains cas indispensables) au cours de cette recherche. Je les ai mentionnées ci-dessus note 4. Je suis aussi reconnaissant au Dr Kenouche et à divers membres de l’association culturelle Minerve, dont son président Mourad Hamidane, qui ont grandement facilité mon premier séjour à Tébessa au printemps 2006.

8 Salah Alouani, Tribus et marabouts. A‘râb et walâya dans l’intérieur de l’Ifrîqiya entre le VIe/XIIe et le XIIe/XVIIIe siècles, Helsinki, Academia Scientiarum Fennica, 2010. Voir en particulier les cartes de la p. 75.

9 Je me contente de renvoyer ici aux quelques informations déjà publiées à ce sujet dans Yassir Benhima et Pierre Guichard, « De la tribu à la ville : un essai d’approche ‘régressive’ de l’histoire du peuplement de la région de Tébessa », dans : Le monde rural dans l’Occident musulman médiéval, numéro spécial de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 126, 2009/2, pp. 91-115.

10 Cette enceinte est particulièrement puissante (320 x 280 m et une dizaine de m. de hauteur). La ville se maintient à l’abri de sa fortification, en dépit de la forte tribalisation de la région selon une chronologie et des modalités que l’on aimerait pouvoir mieux préciser. Voir aussi, sur Tébessa, l’étude citée à la note précédente.

11 Sur Majjâna, je renvoie à une communication faite au colloque de Tébessa d’avril 2009 : Abderrezak Djerrab et Pierre Guichard, « La ville disparue de Majjâna et la ‘Montagne des meules’ », à paraître dans le prochain numéro de la revue Aouras (6, 2010), et l’article cité ci-dessus, note 10. L’étude la plus récente et la plus complète sur les textes rematifs à Majjâna est la thèse en cours d’édition de Mourad Araar : Al-Jaghrâfiya al-târîkhiyya li-jihat al-Tall al-tûnisî khilâl al-’asr al-wasît al-mubakkir, rédigée sous la direction du Professeur Muhammad Hassan, Université de Tunis, janvier 2005.

12 Haïdra a fait l’objet de très importantes fouilles tuniso-françaises, dirigées par F. Béjaoui et F. Baratte ; sur les céramiques de haute époque islamique (IXe-Xe s. J.-C.) qui ont été trouvées lors de ces travaux, on peut voir : Adnan Louichi, « La céramique islamique d’Ammaedara », dans les Actes du 4ème colloque international sur l’histoire des steppes tunisiennes, Sbeitla, session 2003, textes réunis par Fathi Bejaoui, pp. 211-225.

13 Idrîsî, La première géographie de l ’Occident, présentation par H. Bresc et A. Nef, pp. 195-196.

14 Al-Zarkashî, Târîkh al-dawlatayn al-muwahhidiyya wa al-hafsiyya, Tunis, 1998, p. 199. Je dois ces informations et les suivantes à Yassir Benhima.

15 Al-Numayrî, Fayd al-‘ubâb wa ifâdat qidâh al-âdâb fi al-haraka al-sa’îda ilâ Qusantîna wa al-Zâb, Beyrouth, 1990, p. 474.

16 Al-Numayrî, pp. 476-477.

17 Charles Féraud, « Les Harar, seigneurs des Hanencha », Revue Africaine, XVIII, 1874, p. 124.

18 Supra, note 12.

19 C’est ainsi que Majjâna, centre d’exploitation minière très important au IXe siècle, semble avoir vu cette spécialisation décliner, les auteurs postérieurs à al-Ya‘qûbî se montrant de plus en plus discrets sur ces mines.

20 Sur al-Urbus à l’époque hafside et le rôle des Hawwâra, voir l’étude de M. Hassan, « Al-‘umrân wa al-majâl al-zirâ‘î binâhiyat al-Urbus zaman al-hafsiyyîn », Dirâsât fi al-âthâr wa al-naqâ’ish wa al-târîkh takrîman li-Sulaymân Mustafâ Zbîs, Tunis, p. 105-122.

21 Ibn Khaldûn, ‘Ibar, t. VI, pp. 141-142, traduit par de Slane dans Berbères, I, p. 278,

22 Charles Féraud, « Les Harar, seigneurs des Hanencha », Revue Africaine, XVIII, 1874, pp. 123-124.

23 Ibn al-Shammâ‘, Al-Adilla al-bayyina al-nûrâniyya fi mafâkhir al-dawla al-hafsiyya, Tunis, 1984, p. 78.

24 Ibn Khaldûn, ‘Ibar, Beyrouth, 1979, t. 6, p. 304.

25 Voir l’article de Féraud cité ci-dessus aux notes 18 et 23, et Salah Alouani, Tribus et marabouts, pp. 201-229.

26 Féraud, « Harar », RA., XVIII, 1874, p. 227.

27 Celle-ci est largement étudiée dans l’ouvrage de Salah Alouani (Tribus et marabouts, pp. 169-187 et 240-263).

28 Dans les ruines des médiocres maisons qui constituaient le village, l’attention est attirée par les vestiges d’une mosquée de meilleure facture, dont on peut se demander si elle ne correspond pas à l’époque où les Hrar, qui l’utilisent comme refuge, dominaient la région.

29 La principale est une peinture rupestre d’Auroch : voir la photographie dans les pré-actes du colloque de novembre 2008 à Guelma (supra note 2), p. 24.

30 Sur l’usage quelque peu indiscriminé de ce toponyme, voir ci-dessus la note 7.

31 Gl. Faidherbe, « Fouilles dans les dolmens de Tebessa et de Guestel », Bulletin de la Société d’Anthropologie de Paris, séance du 15 juillet 1869.

32 Alexis Truilliot, qui visite le Dyr dans les années vingt : « Excursion archéologique sur le plateau du Dyr », Bulletin de l’Académie d’Hippone, n° 36, 1925-1930 (paru en 1930), pp. 73-88, fait état de ces visites antérieures qui ont signalé « une vaste nécropole mégalithique, des grottes funéraires taillées dans le roc ».

33 Maurice Reygasse, Monuments funéraires préislamiques de l’Afrique du Nord, Gvt. Gl Algérie, Paris, 1950. Une céramique abondante a été alors recueillie. Camps en rend compte dans l’article « Gastel » de l’Encyclopédie berbère, et les types de céramiques modelées de Gastel ont été utilisées plus récemment dans une ample perspective chronologique (Véronique Fayolle, La poterie modelée du Maghreb oriental de ses origines au XXe siècle. Technologie, morphologie, fonction, CNRS, 1992).

34 Nous en avons donné des photos dans Abderrezak Djerrab et Pierre Guichard, « Le massif du Dyr et la plaine d’El-Méridj : grands traits de la géographie physique et richesse archéologique », Aouras. Société d’études et de recherches sur l’Aurès antique (revue annuelle, Paris), n° 5, 2009, pp. 164-165, photos 9 à 11.

35 Voir une carte du territoire supposé des Musulames dans Ahmed M’charek, « Faustiana en Byzacène : un ancien domaine de Q. A(nicius) F(austus) en pays musulame », dans : Actes du 4ème colloque international sur l histoire des steppes tunisiennes, Sbeitla, session 2003 (Textes réunis par Fathi Bejaoui), Tunis, Institut National du Patrimoine, 2006, p. 82 ; au Colloque International sur l’Archéologie de Tébessa des 25-29 avril 2009, Lotfi Naddari a présenté une communication intitulée : « À propos du territoire de la tribu des Musulamii situé aux environs de Théveste : l’état de la question », dont le résumé figure à la p. 100 des pré-actes de cette rencontre.

36 Paul Gauckler (dir.), Enquête sur les installations hydrauliques romaines en Tunisie, I, La Byzacène orientale, Tunis, 1897, pp. 84-86. J’ai visité cet impressionnant bassin en compagnie de Lionel de Cramer et Luc Lapierre et grâce à eux.

37 Au Colloque International sur l’Archéologie d’avril 2009 à Tébessa, a été présentée une communication de Hadji Rihab et Hamad Amor intitulée : « La reconstitution de tracés hydrauliques antiques à partir des calcaires Maestrichtiens de Djebel Eddir », p. 68 des pré-actes.

38 Photographie n° 7, p. 163 de la contribution citée ci-dessus dans la note 35.

39 Cf. ma contribution aux Mélanges Pierre Morizot, à paraître à l’automne 2011 : « Note sur un gué situé à proximité d’El Aouinet (ancien Clairfontaine, wilâya de Tébessa) ».

40 Alexis Truilliot, « Excursion archéologique sur le plateau du Dyr », Bulletin de l’Académie d’Hippone, n° 36, 1925-1930 (paru en 1930), pp. 73-88.

41 Nous l’avons signalé dans Abderrezak Djerrab et Pierre Guichard, « Le massif du Dyr et la plaine d’El-Méridj : grands traits de la géographie physique et richesse archéologique », dans : Aouras. Société d’études et de recherches sur l’Aurès antique (revue annuelle, Paris), n° 5, 2009, p. 155 et photo 4, p. 162. Voir le point 4 sur la carte 1 ci-dessus.

42 Abderrezak Djerrab et Pierre Guichard, « La ville disparue de Majjâna et la ‘Montagne des Meules’ », à paraître dans le prochain numéro (6, 2010) de la revue Aouras.

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Les sites du nord du massif du Dyr
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/25283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Carte 2 : Les territoires des O. Bou Ghanern et des Ouled Sidi Yahya
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/25283/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Photo 3 : La Table de Jugurtha
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/25283/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 4. L’enceinte byzantine de Tébessa
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/25283/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Illustration 5 : Enceintes byzantines de la région de Tébessa
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/25283/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Illustration 6 : Fortin de Gastel
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/25283/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© Presses universitaires du Midi, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search